Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Première partie. Jeux d'acteurs

Le conflit environnemental entre instrumentalisation et arbitrage : les soudières marseillaises au début du XIXe siècle

Xavier Daumalin

Texte intégral

  • 1 Voir, notamment, l’important renouvellement historiographique qui a été engagé par l’UMR TELEMME a (...)
  • 2 Boulanger P., Buti G., « La naissance de la fonction industrielle du port de Marseille (vers 1650- (...)

1La région marseillaise, on le comprend mieux aujourd’hui, est historiquement une terre d’industries et, plus particulièrement, d’industries chimiques1. Vers 1780, ces dernières représentent près de 45 % de la valeur globale de la production marseillaise – soit 22 millions de francs –, dont 40 % pour la seule savonnerie qui compte alors une quarantaine d’usines pour près de 1 000 ouvriers2. Aux côtés des savonneries, on trouve aussi des établissements dédiés à la production de soufre raffiné, de salpêtre, de colle, de verre, de peintures, d’huile de vitriol ou de vernis. Ces différentes activités chimiques provoquent des pollutions plus ou moins nocives pour l’environnement et la santé des habitants, mais jusqu’au début du XIXe siècle celles-ci ne semblent pas produire de conflictualités suffisamment puissantes pour remettre en cause leur existence. Le mode de prévention et de régulation des nuisances industrielles hérité de l’Ancien Régime – principalement fondé sur la mise à distance, hors les murs, des activités jugées les plus nocives – semble encore fonctionner sans trop de difficultés. Tout change, en revanche, avec le développement, à partir de 1809, de la production de carbonate de soude par le procédé Leblanc, une des activités les plus polluantes et les plus dangereuses de la première moitié du XIXe siècle. C’est aux difficultés et aux modalités d’insertion de cette nouvelle production chimique dans les sociétés urbaines et rurales locales qu’est consacré cet article à partir de trois angles de vue : les spécificités de l’industrie de la soude et leurs conséquences sur la façon d’aborder la question des pollutions industrielles ; les mécanismes d’instrumentalisation de la conflictualité et les risques d’une représentation biaisée de l’état de l’opinion publique à l’égard des pollutions industrielles ; le positionnement des maires et des préfets.

Les spécificités de l’industrie de la soude

  • 3 Bardiot N., Du sale au propre. Marseille et la soude au siècle des Lumières, Paris, ADHE, 2001.
  • 4 Entré dans le domaine public en 1791, le procédé Leblanc consiste à produire du carbonate de soude (...)

2La soude joue depuis longtemps un rôle important dans l’économie marseillaise. Elle entre dans la fabrication du savon à hauteur de 30 %, dans celle du verre pour 15 % et est également employée par les blanchisseries de la ville. Avant la Révolution, le port de Marseille reçoit entre 13 000 et 15 000 tonnes de soude par an. Le commerce méditerranéen de la soude est alors entièrement contrôlé par une cinquantaine de maisons de négoce marseillaises3. Jusqu’en 1808, les industriels emploient exclusivement de la soude d’origine végétale obtenue par la calcination partielle des plantes salées qui poussent dans les zones marécageuses du littoral méditerranéen. Si des cargaisons arrivent parfois de Sicile ou du Levant, la plupart proviennent du littoral espagnol où les qualités produites permettent d’obtenir les meilleurs rendements. Le procédé Leblanc est connu mais, compte tenu de l’importance des investissements nécessaires à sa mise en œuvre et de la fluidité des échanges transméditerranéens, il n’est pas encore localement rentable et aucun entrepreneur marseillais ne tente, apparemment, de l’industrialiser4.

  • 5 Smith J.-G., The Origins and Early Development of the Heavy Chemical Industry in France, Oxford, C (...)
  • 6 Daumalin X., op. cit., p. 31.
  • 7 Fressoz J.-B., « Circonvenir les circumfusa. La chimie, l’hygiénisme et la libéralisation des “cho (...)

3La situation change brusquement au cours des années 1809-1811 : en quelques mois seulement, au prix d’un investissement global de l’ordre de 4 millions de francs, une trentaine d’entrepreneurs s’engage dans l’industrialisation du procédé Leblanc5. Les raisons de ce revirement spectaculaire sont bien connues : interruption des échanges avec l’Espagne, une rupture de plus d’un an provoquée en 1808 par la guerre déclenchée par Napoléon Ier pour tenter d’écraser la rébellion de ceux qui s’opposent à la nomination de son frère Joseph sur le trône d’Espagne ; politique industrialiste de l’État napoléonien qui décide de protéger l’essor de cette nouvelle branche à travers les décrets du 13 octobre 1809 (détaxation du sel employé dans les soudières) et du 11 juillet 1810 (interdiction d’importer des soudes végétales d’origine étrangère). Après s’être approvisionnés pendant quelques mois auprès des soudiers parisiens engagés dans cette activité depuis plusieurs années – Chaptal, Darcet, Pluvinet, Barrera, etc. –, les industriels marseillais se lancent à leur tour dans l’industrialisation du procédé Leblanc avec le concours d’entrepreneurs extérieurs. La chronologie des créations d’usines est très révélatrice de l’intensité de ce « boom » industriel : 4 premiers établissements sont fondés entre le 1er janvier et le 13 octobre 1809 ; 17 entre le décret du 13 octobre 1809 et celui du 11 juillet 1810 ; encore 5 entre cette dernière date et la fin de l’année 1811. Toutes ces initiatives ne perdurent pas et en 1819 la branche est stabilisée autour d’une vingtaine d’établissements implantés tout le long du littoral provençal depuis la rade de Fos jusqu’à l’île de Port-Cros, en face des salins d’Hyères et de la presqu’île de Giens. Cela se traduit par un effectif d’environ 600 ouvriers, un parc d’une cinquantaine de chambres de plomb, près de 180 fours et une production de 16 700 tonnes de soude d’une valeur de l’ordre de 5 millions de francs6. Si l’on se fie au ratio adopté par Jean-Baptiste Fressoz, les rejets de vapeurs chargées d’acide chlorhydrique s’élèvent alors à 8 350 tonnes par an7.

  • 8 En 1809 la famille du savonnier marseillais Bérard possède ainsi 59 % du capital social de la soci (...)
  • 9 Daumalin X., op. cit., p. 36.

4Qui sont les entrepreneurs de cette nouvelle industrie ? Leurs origines géographiques sont variables. On trouve des Allemands, des Valenciennois, des Rouennais, des Strasbourgeois, des Lyonnais, des Parisiens et des Marseillais. L’industrie marseillaise de la soude est une sorte de creuset où les compétences et les capitaux de l’Europe du Nord viennent se joindre et se mêler à ceux de l’Europe du Sud. Les Marseillais et les Parisiens sont toutefois plus nombreux. Sur 145 noms de gérants et de commanditaires répertoriés pour les années 1809-1844, liste non exhaustive, ces derniers représentent respectivement 51 % et 32 % de l’effectif. Leurs origines professionnelles sont aussi très diverses. L’industrie de la soude attire des producteurs de sel, des négociants, des courtiers, des banquiers, des concessionnaires de mines de lignite, des rentiers, des professeurs de mathématiques, des médecins, des constructeurs de machines à vapeur, des militaires, etc. Les industriels de la chimie (savonniers, raffineurs de soufre, fabricants d’acide, raffineurs de soude venus d’autres régions) sont toutefois les plus nombreux. L’organisation de la branche s’effectue autour de plusieurs types d’entreprises. Schématiquement, trois catégories peuvent être distinguées. Au sommet de la hiérarchie, on trouve des unités de production intégrées présentes à tous les stades de la filière : elles possèdent leur propre salin, produisent du sel, de l’acide sulfurique et du carbonate de soude. Des participations financières croisées leur assurent aussi des débouchés au sein de la savonnerie8. Elles emploient généralement plus d’une centaine d’ouvriers, logés à proximité des ateliers avec leur famille. C’est dans ces sociétés que les investissements sont les plus importants : entre 300 000 et 500 000 francs dans les années 1809-1811, puis bien au-dessus de 500 000 francs au cours des décennies suivantes. Dans la première moitié du XIXe siècle, le record des investissements est constamment détenu par la Compagnie des salines et produits chimiques du Plan d’Aren de Jean-Baptiste Chaptal : 500 000 francs en 1809, 1,2 million en 1819 et 2,4 millions de francs en 1824. C’est aussi la première entreprise du département à s’être constituée sous forme de société anonyme (1819). À l’échelon inférieur, on dénombre une quinzaine d’entreprises spécialisées dans la production d’acide sulfurique et de carbonate de soude. Elles s’approvisionnent en sel dans les salins du littoral et emploient une cinquantaine de personnes, parfois moins. Leur capital social varie de 30 000 à 500 000 francs suivant les sociétés. Cet écart s’explique principalement par le nombre de chambres de plomb utilisées, chaque unité valant approximativement entre 25 000 et 35 000 francs9. Au bas de l’échelle enfin, quelques établissements produisent uniquement de l’acide sulfurique ou du carbonate de soude. Ils sont peu nombreux, moins de cinq usines, et éprouvent des difficultés à maintenir leur activité. La rentabilité et la pérennité des soudières dépendent du niveau capitalistique des investissements.

  • 10 On retrouve le même phénomène avec l’essor des ateliers de constructions mécaniques dans les année (...)
  • 11 Les métallurgistes du plomb adopteront la même stratégie. Lorsqu’en 1853-1854, le conseil d’État r (...)

5Arrêtons-nous enfin sur les lieux d’implantation de ces usines de soude. Trois types de localisation sont assez nettement perceptibles : autour de l’étang-Berre ; à la périphérie du territoire de Marseille (Septèmes, Aix, Auriol) ; à Marseille et dans ses faubourgs. Les premières usines privilégient l’accès au sel, matière première de base dans le procédé Leblanc ; les secondes recherchent la proximité des mines de lignite avec, pour Septèmes, la présence du bureau de douane à franchir avant d’entrer sur le territoire de Marseille ; les usines implantées à Marseille et dans ses faubourgs visent plutôt à se rapprocher de leurs principaux débouchés – savonneries, verreries, blanchisseries – et des importations de soufre de Sicile. C’est l’illustration d’une des caractéristiques majeures de l’industrie marseillaise : loin d’être recroquevillée autour de son port, elle est au centre d’un réseau de systèmes productifs disséminés dans l’ensemble de l’espace régional10. Cela signifie – et c’est un point de méthode important – que si nous voulons appréhender la question des pollutions industrielles dans toutes ses dimensions, nous devons aussi porter notre regard dans les campagnes, sur les littoraux, et pas simplement dans l’espace urbain stricto sensu. D’autant que plusieurs soudiers de Marseille ont en réalité dédoublé leur usine de soude en installant la phase la plus polluante du processus Leblanc – celle de la décomposition du sel marin avec de l’acide sulfurique – en dehors de l’espace urbain11. En Provence, c’est en campagne, dans les calanques et même dans les îles, que les débordements industriels liés à la filière Leblanc sont les plus nocifs.

Fondements et faux-semblants de la contestation des pollutions industrielles

  • 12 AM de Marseille, 23 F 1, Mémoire pour Pierre-Joachim Duroure contre Jean-Baptiste Vidal, 2 janvier (...)
  • 13 Ce phénomène a été étudié à plusieurs reprises : Smith J.-G., op. cit. ; Daumalin X., op. cit. ; I (...)

6Partout où elles s’implantent, ces soudières provoquent de vives inquiétudes au sein des populations, un sentiment que l’on retrouve dans le vocabulaire employé pour désigner ces établissements chimiques d’un nouveau type. Les riverains parlent, à leur sujet, de « villages industriels », de « villages de métal », de « volcans modernes » ou encore, de façon plus explicite, de « volcans artificiels au milieu des champs » qui « vomissent la mort12 ». De la peur à la contestation, le glissement est parfois rapide et c’est ce qui se produit dès le début de la création des soudières, mais surtout à partir de 1815. Des habitants menacent, manifestent, pétitionnent ou déposent des plaintes devant les tribunaux pour obtenir des compensations financières au nom des dommages matériels subis, des altérations de jouissance ou d’une moins value foncière13. Tous les plaignants n’ont cependant pas le même profil, ni le même degré de sincérité, et il convient, pour clarifier la perception du phénomène, de bien distinguer deux catégories de protestations : celles, nettement exprimées, qui sont le fruit d’une expérience concrète et quotidienne de la pollution industrielle ; celles, davantage masquées, qui instrumentalisent la question de la pollution au profit d’autres objectifs.

  • 14 L’opposition de ces grands propriétaires est à nuancer. Pour certains d’entre eux, il s’agit moins (...)
  • 15 Contrairement aux préoccupations qui prévalaient sous l’Ancien Régime, le sort des ouvriers travai (...)
  • 16 Mémoire et consultation pour les propriétaires de biens-fonds situés dans les communes de Septèmes (...)
  • 17 Réponse des propriétaires et agriculteurs de Septèmes et des communes environnantes aux mémoires d (...)

7Dans la première catégorie, on retrouve généralement des grands propriétaires fonciers proches des idéaux de l’Ancien Régime et de la Restauration – Alexandre de Galliffet, lieutenant général des armées du roi ; le marquis d’Albertas, pair de France, le comte de Simiane14, etc. –, des propriétaires plus modestes exploitant des parcelles sinistrées et les maires des communes rurales fortement atteintes par la pollution des soudières (Vitrolles, Septèmes, Simiane, Cabriès, Albertas etc.) Quel que soit le moyen de protestation employé, ces opposants développent une argumentation où l’on retrouve peu ou prou le même type de préoccupations. Les usines de soude sont avant tout accusées d’être dangereuses pour la santé des populations riveraines15. Les habitants craignent qu’elles les empoisonnent à l’improviste, lorsque l’explosion d’une chambre de plomb libère brusquement son acide sulfurique dans l’atmosphère, ou d’une façon plus insidieuse, la nuit, quand tout le monde dort, lorsque les industriels profitent de l’obscurité pour pousser la production de sulfate de soude au maximum16. Les fumées chargées d’acide – notamment d’acide chlorhydrique – sont aussi soupçonnées d’affecter la santé des ouvriers travaillant à proximité des usines et d’être à l’origine de la surmortalité des plus jeunes. Une étude médicale financée par une centaine d’opposants aux soudières de Septèmes, révèle ainsi que le pourcentage des décès des enfants de moins de 15 ans serait passé de 31 % pour les années 1803-1810 – période au cours de laquelle il n’y a pas encore de soudières en production – à 52 % pour les années 1811-182217.

  • 18 AM de Martigues, N 7 G 1 A, Demandes de création de fabriques de soude, 22 octobre 1821.
  • 19 Jean-Baptiste Fressoz a aussi démontré que dans certaines plaintes déposées par des notables, ces (...)
  • 20 Mémoire et consultation pour les propriétaires de biens-fonds situés dans les communes de Septèmes (...)
  • 21 AM de Martigues, N 7 G 1 A, Demandes de création de fabriques de soude, 23 novembre 1821.
  • 22 Demier F., « Les « économistes de la nation » contre « l’économie-monde » du XVIIIe siècle », Écon (...)

8Les pétitions et les mémoires insistent aussi avec force sur la détérioration des ressources : les collines environnantes ont perdu leur végétation et ne laissent plus entrevoir que la blancheur de leurs blocs calcaires ; les champs, les oliviers, les amandiers et les arbres fruitiers sont brûlés par l’acide ou ne donnent plus autant de fruits qu’autrefois ; en broutant des plantes imprégnées d’acide les troupeaux ne se reproduisent plus et dépérissent. Dans la même logique, lorsqu’en 1821 le soudier Jean-Baptiste Vidal songe une nouvelle fois à délocaliser son usine marseillaise dans le chenal de Caronte, à l’entrée de l’étang de Berre, il provoque la colère des pêcheurs des environs, inquiets de l’impact des fumées sur la flore et la faune aquatiques18. Au-delà de la raréfaction des ressources – et de la baisse des revenus tirés de l’agriculture et de la pêche dans les étangs –, les opposants aux soudières protestent aussi contre la diminution irréversible de la valeur de leur propriété. La pollution des usines chimiques porte atteinte à la valeur de la rente foncière19. Et dans plusieurs de leurs mémoires, les propriétaires de Septèmes ou de Vitrolles concluent leur plaidoyer en rappelant que « s’il faut encourager l’industrie, il faut aussi, en première ligne, protéger la propriété foncière » et que si « le corps social peut exister avec plus ou moins de manufactures, il est perdu quand la propriété et l’agriculture sont en danger20 ». Dans le même registre, Alexandre de Galliffet souligne qu’avant l’installation de l’usine Chaptal et Berthollet sur les rives de l’étang d’Engrenier, « les pauvres habitants de Fos » pouvaient y trouver une ressource complémentaire, mais que depuis « les eaux du dit étang sont devenues tantôt jaunes et jaunâtres, bleues, puis vertes », « les anguilles, les muges ont péri, les coquillages et favouilles ont disparu, et les pauvres gens de Fos et leurs enfants ont été privés de cette petite pêche21 ». L’industrie de la soude détruit les équilibres anciens du « pacte social » – l’expression est employée – et aggrave la situation des plus démunis. Loin d’être anodines, ces réflexions interpellent les pouvoirs publics sur le type de politique économique à privilégier dans le cadre du relèvement de la France et sur la nature du pacte économique et social à venir. Elles font directement référence au débat qui agite alors le gouvernement de la Restauration concernant l’identité économique de la nation et ses priorités22 : la France doit-elle devenir un pays principalement industriel, comme le souhaitent certains économistes et hommes d’affaires tels que Chaptal ? Doit-elle, au contraire, demeurer avant tout un pays agricole, comme le suggèrent les partisans du courant physiocratique et les opposants aux usines de soude ? Derrière la dénonciation de la pollution des usines de soude, c’est aussi la question du devenir économique et social de la France – et de son assise politique – qui est posée.

  • 23 Il existe un exemple d’instrumentalisation de la question de la pollution industrielle à des fins (...)
  • 24 AN, F12 2243, Mémoire des fabricants de soude de Marseille en réfutation d’une pétition de quelque (...)
  • 25 AN, F12 2245, Délibération du conseil général des Bouches-du-Rhône contre les fabriques de soude a (...)
  • 26 AN, F12 2245, Mémoire du sieur Gazzino au directeur général des douanes royales, 1820.
  • 27 Journal de Marseille et des Bouches-du-Rhône, 29 janvier 1820.

9La seconde catégorie de protestations relève davantage de la manipulation. D’où viennent ces oppositions masquées ? Essentiellement des milieux économiques locaux23. La plus virulente provient des armateurs-négociants et de certains savonniers. Avec la fin de l’Empire, le retour de la paix et le rétablissement des échanges transméditerranéens, ces derniers aimeraient à nouveau pouvoir importer librement la soude d’origine végétale – la soude Leblanc reste plus chère ; elle donne aussi un savon cassant, rugueux, qui ne correspond pas aux qualités habituelles de ce produit – et remettent en cause les avantages douaniers et fiscaux consentis aux soudiers depuis les années 1809-1810. Or, le 16 décembre 1814, si le ministère Montesquiou accepte que Marseille redevienne un port franc, l’importation de soude végétale reste taxée d’un droit prohibitif de 15 francs pour 100 kg. Le gouvernement confirme, par ailleurs, l’exemption fiscale accordée par Napoléon Ier pour le sel employé dans les soudières. Par delà les clivages politiques, le gouvernement de la Restauration maintient donc la politique protectionniste et industrialiste mise en place par Napoléon Ier. Jugeant inacceptable cette exception au rétablissement de la franchise portuaire, refusant de supporter le surcoût et les inconvénients commerciaux liés au maintien de cette protection, les armateurs-négociants et les savonniers partisans de la soude végétale mettent alors tout en œuvre pour amener le gouvernement à reconsidérer sa position. À partir de 1815, ils prennent la tête de la « coterie anti-manufacturière24 » et orchestrent la contestation en faisant circuler des pétitions ou en incitant les propriétaires et les agriculteurs à porter plainte contre les dommages subis. Si pour les grands propriétaires terriens et les agriculteurs propriétaires la dénonciation de la pollution des usines de soude est la traduction d’une certaine expérience vécue, pour les armateurs-négociants et les savonniers favorables à l’emploi de la soude d’origine végétale elle n’est qu’un moyen destiné à servir des intérêts n’ayant pas grand-chose à voir avec la préservation de la santé des populations, des revenus tirés de l’agriculture et de la pêche ou la valeur de la rente foncière. La question de la pollution est instrumentalisée. D’autres arguments ne tardent d’ailleurs pas à être mis en avant pour essayer de discréditer les industriels de la soude auprès de la toute nouvelle monarchie. On leur reproche d’être des créations de l’Empire, de s’être enrichis grâce à « la contrebande du sel25 » – la fraude porterait sur plus de 3 millions de francs26 – ou encore d’employer « des hommes de toutes les couleurs, de toutes religions, de toutes les nations27 » au détriment des ouvriers du cru... La préférence nationale, déjà, avec aussi un certain relent d’antisémitisme puisque l’utilisation de l’expression « toutes les religions » fait sans doute allusion au fait que les industriels Rigaud, Crémieux, Marini et Delpuget soient juifs.

10Parfois, les industriels de la soude instrumentalisent eux-mêmes la question de la pollution industrielle. Lorsqu’en 1816 Jean-Baptiste Vidal annonce son intention d’installer une usine de soude à l’entrée de l’étang de Berre où il possède une saline, il se heurte à l’hostilité des soudiers Chaptal (Fos/Plan d’Aren) et Bérard (Rassuen/Istres) qui parviennent à mobiliser une grande partie des propriétaires de Martigues et des pêcheurs de l’étang de Berre au nom de la préservation des ressources agricoles et aquatiques alors, qu’en réalité, il s’agit d’éviter l’implantation d’un concurrent mieux placés pour la réception des matières premières et l’expédition de la soude :

  • 28 AM de Martigues, 4 C 35, Mémoire de Jean-Baptiste Vidal, 1844.

« J’eus cette fois à combattre contre de hauts personnages tous actionnaires des fabriques circumvoisines qui voyaient dans mon projet une concurrence qu’ils n’auraient pu soutenir par l’immense avantage que me donnait la position de mes établissements qui étant sur les bords de la mer m’exemptaient des frais de transport qui, à raison de 20 ou 25 centimes par chaque éminats de sel, me procurait une économie annuelle de 30 à 40 000 francs, avantage dont personne d’autre que moi ne pouvait jouir et qui me mettait à même de vendre mon sel à plus bas prix [...] Mais la malicieuse jalousie de Monsieur Chaptal pair de France, Monsieur Baudin, riche négociant de Lyon, Monsieur Bérard, propriétaire de la fabrique de Rassuen, enfin de tous les actionnaires des fabriques environnantes, la plupart grands personnages de Paris, leur malicieuse jalousie dis-je, ne me laissera pas un moment de repos et les fabriques de Rassuen et du Plan d’Aren voyant avec dépit l’immense avantage que j’avais sur elles, jurèrent ma ruine totale et ma destruction, et pour y parvenir, elles cotisèrent une somme de 30 à 40 000 francs qu’elles distribuèrent aux communes environnantes pour leur faire dire que la localité que j’avais choisie était pour leur bien général d’utilité publique28. »

11Autre exemple de manipulation, en 1828-1830 les membres du cartel marseillais de la soude n’hésitent pas à agiter la question de la pollution pour ramener dans le rang les industriels désireux de s’affranchir des accords en vigueur sur la production et les prix :

  • 29 Le Sémaphore de Marseille, 4 août 1831.

« Elle [l’industrie de la soude] se retranche derrière un rempart d’intrigues et de subtilités chicanières pour détruire toute concurrence et empêcher l’établissement de toute nouvelle fabrique de soude [...]. D’avides monopoleurs ont su faire de la loi protectrice commodo et incommodo, un véritable instrument d’oppression et de ruine. À peine une nouvelle fabrique de soude veut-elle s’établir, fût-ce dans un désert, qu’on lui suscite de toute part des oppositions et des difficultés insurmontables ; des hommes sans pudeur ne craignent point de colporter des pétitions dans les environs ; ils vont soulever contre l’établissement projeté la susceptibilité des communes, la crainte du propriétaire le plus éloigné ; ils effraient la simplicité du paysan ; ils salarient l’opposition de l’égoïste ou de malhonnête homme29. »

12Les fondements de la contestation des pollutions industrielles et la mesure exacte de leur ampleur sont ainsi parfois difficiles à évaluer à leur juste mesure. Malgré la nocivité reconnue de la pollution des soudières locales, malgré l’importance de leur impact dans certaines communes rurales de la région, ces protestations auraient-elles connu une telle ampleur et un tel effet structurant si, à partir de 1815, certains milieux économiques locaux n’avaient pas cherché à instrumentaliser la peur des riverains pour atteindre d’autres objectifs ? Les risques d’une surreprésentation de la conflictualité et de la sensibilité de l’opinion publique locale à l’égard de la pollution industrielle sont réels.

De l’arbitrage des maires et du préfet

  • 30 Pour Geneviève Massard-Guilbaud l’ennemi principal des maires de l’époque n’étaient pas les fumées (...)

13Face à cette contestation aux enjeux multiples, comment se positionnent les pouvoirs publics ? Là encore, plusieurs niveaux d’analyse doivent être distingués car entre les maires, le préfet des Bouches-du-Rhône et le gouvernement, les divergences et les tensions s’expriment parfois sans fard. Commençons tout d’abord par les maires, dont on écrit souvent qu’ils étaient « évidemment industrialistes » et que de toute façon le décret du 15 octobre 1810 les privait de tout pouvoir décisionnel, contrairement à la situation qui prévalait sous l’Ancien Régime30. L’exemple de la région marseillaise montre une situation plus nuancée qui incite à opérer des distinctions suivant la période étudiée, la personnalité des maires, la composition du conseil municipal, le type de commune administrée et l’intensité de la pollution subie.

  • 31 AM de Marseille, 3 D 12, 1er décembre 1809.
  • 32 AM de Marseille, 4 I 23, Procès-verbal de la séance du 7 avril 1810 de la Société de médecine.
  • 33 Ibid.
  • 34 Fodéré écrit alors : « J’ai émis l’opinion qu’elles (les usines de soude) devaient être placées à (...)

14Comment réagissent les maires avant le décret de 1810 ? Lorsqu’en 1809 le baron Anthoine, maire de Marseille, est confronté à l’essor des premières soudières Leblanc, il se tourne vers le comité d’hygiène publique de la Société de médecine – dont il est membre honoraire – et l’interroge sur les différents procédés de fabrication de « soude artificielle », leur dangerosité respective « pour la santé publique, pour le préjudice des propriétés, ou l’incommodité des voisins » et sur les normes à respecter lors de l’implantation de telles usines31. Dans son pré-rapport du 5 décembre 1809, puis dans celui plus officiel du 7 avril 1810, le médecin Emmanuel-François Fodéré – secrétaire général de la Société de médecine et membre actif du comité d’hygiène publique – reconnaît, après enquête, la dangerosité des fumées chargées d’acide chlorhydrique pour la santé des populations, la flore et les cultures. Mais en même temps, Fodéré – qui ne semble pas encore, à cette date, particulièrement hostile à l’industrie et qui se montre même plutôt sensible aux difficultés de la savonnerie marseillaise – se place sans ambiguïté sur le terrain du compromis en essayant de « concilier la protection due à l’industrie avec les précautions que commandent impérieusement la conservation des hommes et celles des propriétés rurales32 ». Il en ressort plusieurs recommandations : que les industriels concentrent l’acide chlorhydrique contenu dans leurs fumées avant de les rejeter dans l’atmosphère ; ou, à défaut, qu’ils n’établissent pas de soudières à moins de 1 000 mètres des premières habitations, comme le proposent déjà les tribunaux parisiens saisis de ces questions. Sauf, et la précision est importante, si les industriels installent leurs usines « dans un entonnoir, au fond d’une vallée stérile entourée de rochers sans cultures et suffisamment élevés pour que les vapeurs pesantes par elles-mêmes ne puissent les franchir » ; ou encore, s’ils s’implantent « entre la mer, ou un grand étang, et une haute montagne sans production, en sorte que les vents dominants qui viennent de la mer repoussent les vapeurs contre la montagne, et que les autres vents dominants qui viennent de la terre puissent chasser ces mêmes vapeurs du côté de la mer ou de l’étang33 ». Ces recommandations accommodantes – industrialistes ? –, dont Fodéré se repentira amèrement en 181334, sont aussitôt reprises par le maire de Marseille (le préfet n’est pas encore en première ligne) et imposées à tous les fabricants de soude. C’est sans doute aussi ce qui explique la faiblesse des oppositions jusqu’en 1815.

  • 35 Sur l’analyse du décret de 1810, voir les ouvrages déjà cités de Thomas Le Roux, Geneviève Massard (...)
  • 36 Cet article précise : « Toutefois, en cas de graves inconvénients pour la salubrité publique, la c (...)
  • 37 Il s’agit du frère de Jean-Paul Alban de Villeneuve-Bargemont, préfet de la Meurthe, de Loire-Infé (...)

15Qu’en est-il du pouvoir et de l’attitude des maires après le décret du 15 octobre 1810 sur les établissements insalubres qui consacre le rôle des préfets dans la chaîne des responsabilités administratives35 ? Sont-ils de simples auxiliaires du préfet, sans possibilité d’agir, et partagent-ils nécessairement l’esprit industrialiste de l’État ? Deux incidents permettent d’apporter quelques éclairages à partir de l’usage de l’article 12 du décret de 181036. Lorsqu’en 1825, Christophe de Villeneuve-Bargemont37, préfet des Bouches-du-Rhône, demande au marquis de Montgrand, maire de Marseille, de lui indiquer quelles sont les usines de soude qui posent le plus de problèmes de pollution sur son territoire, celui-ci botte en touche en s’abritant derrière une délibération déclarant le conseil municipal incompétent en la matière. Il s’ensuit alors un échange assez vif – avec demande de rectification de la délibération municipale – où le préfet se livre à une explication de texte particulièrement instructive de l’article 12 du décret de 1810 :

  • 38 AM de Marseille, 2 D 81, Lettre du préfet au maire de Marseille, 26 janvier 1825.

« Suivant l’article 12 du décret du 15 octobre, il est absolument nécessaire que la Police locale soit entendue, et que par ces mots on ne peut entendre que l’administration municipale qui représente les intérêts locaux et qui doit avoir une action pour les défendre. Que puisque ce sera sur sa demande qu’il y aura lieu de provoquer la suppression des fabriques reconnues nuisibles, après avoir constaté l’impossibilité de condenser, il est convenable que d’ores et déjà elle désigne quelles sont les fabriques dont il s’agit [...]. C’est sur la demande des autorités locales que doit être d’abord appliquée l’obligation des condenseurs à celles des fabriques qui sont considérées comme nuisibles [...]. C’est à ces mêmes autorités locales qu’il appartiendra de donner suite aux demandes en suppression38. »

  • 39 AM de Septèmes, Délibérations du conseil municipal, 30 novembre 1824. Quelques cas semblables exis (...)
  • 40 AM de Septèmes, Délibérations du conseil municipal, 30 novembre 1824.
  • 41 AD BdR, 116 E F 3, 1820.
  • 42 AM de Vitrolles, D 475, Délibération du 17 mars 1833.
  • 43 Un des enjeux des industriels était justement d’essayer de tisser des liens économiques solides av (...)
  • 44 AM d’Istres, 16 E D 4, Délibération du 20 septembre 1830. Cappeau est suspendu en raison « de l’ét (...)
  • 45 AM de Septèmes, Délibération du 10 novembre 1830.
  • 46 C’est probable à Septèmes, où le maire s’est toujours opposé aux soudières. C’est peu vraisemblabl (...)

16Au même moment, c’est au nom de l’article 12 que le maire de Septèmes, appuyés par ceux de Cabriès, d’Albertas, de Simiane et des Pennes, supplie le préfet « de solliciter auprès du gouvernement la suppression des fabriques de soude qui y sont établies comme étant contraire à la salubrité publique, à la culture et à l’intérêt général, en conformité des dispositions de l’article 12 de la loi du 15 octobre 1810 si les moyens qui seront employés par les fabricants pour condenser les vapeurs de leurs fabriques de soude ne sont point susceptibles de prévenir les dommages considérables qu’elles occasionnent39 ». Les maires disposent donc de quelques marges de manœuvre – au moins dans le positionnement –, mais tous ne les utilisent pas de la même façon. Entre le maire d’une ville industrielle touchée aux marges de son territoire par la pollution des soudières, et le maire d’un petit village rural dont l’existence est empoisonnée quotidiennement par l’industrie chimique, la différence est notable : le maire de Marseille a besoin des soudières pour alimenter les savonneries et les verreries de son territoire ; celui de Septèmes préfère défendre « l’industrie agricole, la première de toute » et la seule qui ne soit « point susceptible d’aucun déplacement40 ». D’autant que la question de la préservation de l’emploi ne joue pas autant qu’on le suppose. Qui travaillait, en effet, dans ces usines insalubres et dangereuses pour la santé des ouvriers ? Des fils de paysans locaux ? Des adultes du village ? Pas majoritairement. Sur la soixantaine d’ouvriers employés dans la raffinerie de soude de Rassuen en 1820, 18 % proviennent d’Istres, 13 % d’autres localités des Bouches-du-Rhône, 14 % des départements de la Drôme, des Hautes-Alpes, de l’Isère et du Var et 55 % d’Italie du Nord41. Les maires doivent donc choisir entre, d’un côté, la préservation d’une activité portée depuis plusieurs générations par les habitants du village ; de l’autre, les emplois industriels récents occupés par une large majorité d’ouvriers étrangers à la localité. C’est l’argument employé par le maire de Vitrolles, lorsqu’il évoque les « maigres avantages » procurés par la soudière de sa commune. Il souligne que l’usine emploie principalement des ouvriers « étrangers au pays », ce qui est loin « de compenser la perte qu’éprouve un plus grand nombre de propriétaires, la plupart pères de familles42 ». L’argument de l’emploi est donc à invoquer avec précaution43. Les maires ont leur mot à dire et certains s’opposent vivement aux soudières. D’où aussi, parfois, la nécessité d’en changer : en septembre 1830, le sous-préfet d’Aix-en-Provence démet de ses fonctions le maire d’Istres Cappeau au profit de Denis-Auguste Prat, gérant de la raffinerie de soude de Rassuen44 ; un mois plus tard, Louis de Chaudon, maire de Septèmes, est remplacé par le soudier Cusin « pour cause d’infirmité45 ». Même si les mobiles de ces destitutions ne sont pas encore clairement établis – rien ne prouve formellement, dans l’état actuel des recherches, qu’ils soient directement liés à la question de la gestion de la pollution des soudières46 –, force est de constater que les deux plus grands villages industriels des Bouches-du-Rhône dédiés à la production de soude sont désormais administrés par des industriels de la soude. Le verrouillage politique des zones les plus polluées par la filière Leblanc est complet.

  • 47 Daumalin X., « Autorisation de polluer : commentaire d’une lettre du ministre de l’Intérieur Louis (...)
  • 48 Observations adressées à MM. les présidents et conseillers composant la chambre d’accusation de la (...)

17La position du gouvernement et de son représentant départemental, le préfet, est en revanche nettement plus industrialiste. Certes, par le décret du 15 octobre 1810 l’État a tenu compte de la gravité de la situation en classant les usines de soude dans la catégorie la plus dangereuse et en obligeant les futures soudières à s’installer à une certaine distance des zones d’habitation. Pour autant, qu’il soit impérial ou monarchique, l’État ne cesse de soutenir les industriels de la soude. On le constate avec le même décret de 1810 qui entérine de facto la situation des usines déjà existantes en milieu urbain ; on le perçoit en décembre 1814, lorsque le gouvernement de la Restauration confirme les avantages fiscaux et douaniers accordés aux soudiers ; on le voit encore en 1816 quand les usines de Septèmes sont menacées d’être incendiées. Le ministre de l’Intérieur Lainé demande alors au préfet Villeneuve de faire connaître publiquement aux émeutiers « que le Roi et ses ministres ont apprécié toute l’importance des fabriques de soude artificielle » et « qu’ils n’ont pas l’intention de proposer la révocation des encouragements qui leur sont accordés par l’exemption de l’impôt sur le sel et par les droits établis à l’entrée des soudes venant de l’étranger47 ». Dans le même temps, le ministre ordonne à son préfet de ne pas hésiter à utiliser la force publique pour protéger ces établissements et de faire arrêter et emprisonner tous ceux qui s’attaqueraient à eux. En juin 1818, six cultivateurs de Septèmes ayant menacé d’incendier l’usine de l’industriel Grimes font ainsi plus de deux mois de prison, malgré les protestations de la population et de la municipalité48.

  • 49 Villeneuve H. (de), Statistique du département des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1829, t. IV, p. 79 (...)
  • 50 Massard-Guilbaud G., op. cit., p. 346.

18Un des soutiens les plus décisifs apportés par le préfet des Bouches-du-Rhône se produit en 1824-1826, au plus fort de l’action judiciaire contre les soudiers. Car si la fermeté affichée par les pouvoirs publics a rapidement mis un terme aux manifestations et aux menaces, elle n’a eu aucune incidence sur les procès. Ces derniers se sont multipliés et devant les condamnations à répétition des industriels le préfet des Bouches-du-Rhône est amené à prendre, en juillet 1824, sur instructions du ministre de l’Intérieur Corbière, un nouvel arrêté dans lequel il ordonne aux fabricants de soude implantés à proximité des habitations « de neutraliser les gaz de leurs établissements d’ici deux ans49 » sous peine d’être obligé de fermer leurs établissements. C’est un des rares exemples où l’État impose aux industriels de trouver eux-mêmes le moyen de réduire leur pollution50. Dans la lettre envoyée à son préfet le ministre de l’Intérieur précise :

  • 51 Lettre du ministre de l’Intérieur Corbière au préfet des Bouches-du-Rhône, 3 novembre 1824 (Cappea (...)

« Les choses en sont venues à un tel point que l’intérêt des fabricants eux-mêmes exige l’intervention de l’autorité pour les soustraire à leur ruine [...]. On ne saurait mettre en doute l’impartialité des tribunaux ; mais on y voit aussi qu’en général le cours de l’opinion a été défavorable aux fabriques ; que ce préjugé a pu influer, dans certaines expertises ; que les frais ont été souvent abusifs ; et qu’enfin des associations d’agents et de provocateurs de procès se sont formées pour spéculer sur la défaveur excitée contre les fabriques et sur les demandes de dommages qu’on a suscitées de toutes parts [...]. L’état des choses n’a donc présenté que cette alternative : ou donner aux demandes des autorités locales leur cours, ce qui probablement amènerait la destruction des fabriques, ou essayer, en changeant la forme des ateliers, de leur enlever ce qu’ils ont de nuisibles51. »

  • 52 Démier F., « Les “économistes de la nation” contre “l’économie-monde” du XVIIIe siècle », Économie (...)

19Si l’État prend en compte la contestation publique, s’il impose aux industriels d’avoir des installations moins polluantes, c’est donc moins dans un souci de santé publique ou de préservation des revenus de la rente foncière, que dans le but d’essayer d’endiguer une contestation qui, par le biais des tribunaux, est parvenue à établir un rapport de force suffisamment puissant pour mettre en péril l’existence même des soudières, une industrie jugée vitale pour l’économie nationale. Dans les années 1820, les usines de soude demeurent « une raison d’État52 ».

  • 53 Ces implantations dans des espaces isolés facilitent l’essor des pratiques paternalistes. Pour att (...)
  • 54 Péclet a installé des condensateurs chez les industriels Foucard (Marseille) et Bérard (Rassuen), (...)
  • 55 Villeneuve H. (de), « Des condensateurs des fabriques de soudes », Annales des sciences et de l’in (...)
  • 56 Ces cheminées rampantes contiennent des bassins remplis d’eau qui doivent permettre la condensatio (...)

20Face aux injonctions du préfet, les soudiers adoptent alors deux stra-tégies : certains choisissent de délocaliser tout ou partie de leurs usines vers des espaces plus isolés comme les calanques et les îles varoises de Porquerolles, des Embiez ou de Port-Cros53 ; d’autres privilégient plutôt la carte de l’innovation en essayant de condenser l’acide chlorhydrique dégagé lors de la production du sulfate de soude. Après avoir vainement expérimenté différents systèmes mis au point par les chimistes Désormes et Péclet54, les soudiers optent pour un procédé conçu en 1825 par l’industriel de Septèmes Blaise Rougier. Dans son système, d’un coût initial de l’ordre de 15 000 francs55, les fumées sont évacuées des fours à décomposer le sel marin – les calcines – par des conduits en maçonnerie de plusieurs centaines de mètres qui remontent le long des pentes des collines et se terminent par de grandes cheminées construites au sommet56. Toute la difficulté consiste à faire valider officiellement – scientifiquement – le procédé Rougier. C’est là qu’intervient un organisme qui vient tout juste d’être créé par le préfet Villeneuve : le conseil de salubrité publique, composé de trois médecins, d’un pharmacien et d’un membre de l’Académie de Marseille, une institution présidée par le préfet depuis 1823. Après plusieurs semaines d’essais réalisés en mai et juin 1826, le conseil de salubrité publique se positionne clairement en faveur du procédé Rougier :

  • 57 Rapport sur les effets de l’appareil condensateur que le sieur Rougier a établi à sa fabrique de s (...)

« Il suffit que le sieur Rougier entretienne son appareil dans l’état où nous l’avons trouvé, soit en renouvelant les pierres calcaires des conduits qui le constituent, soit en remédiant avec la plus grande exactitude aux dégradations qu’il pourrait éprouver, pour faire cesser ou faire rejeter comme injustes les réclamations qui désormais seraient présentées par les habitants et les propriétaires du voisinage57. »

  • 58 Observations des propriétaires de Septèmes sur le rapport du 21 mai 1826 relatif à la prétendue co (...)
  • 59 Massard-Guilbaud G., op. cit., p. 243 et p. 347. Jean-Baptiste Fressoz est d’un avis opposé et con (...)

21Après celle de la Société de médecine, la prise de position du conseil de salubrité publique consacre le rôle des sciences médicales dans l’expertise du risque industriel et dans la définition de l’acceptable – ou de l’inacceptable – en matière de pollution industrielle. Toutefois, loin d’être convaincus, les habitants de Septèmes opposés aux soudières contestent les conclusions du conseil et financent une contre-expertise dénonçant les partis pris des enquêteurs, leurs erreurs de méthode et surtout les faibles performances du système Rougier58. Ils lui reprochent, en particulier, de ne pas condenser correctement l’acide chlorhydrique et de nécessiter des entretiens fréquents – et coûteux – pour éviter que les cheminées rampantes ne laissent échapper la fumée sur une grande partie du parcours. Qu’en est-il exactement ? Le sujet fait débat. Pour certains historiens, le procédé Rougier était effectivement inefficace : d’une part, parce qu’il n’existait pas à l’époque de marché pour l’acide chlorhydrique ; d’autre part, parce que la question de la condensation de l’acide chlorhydrique ne sera officiellement résolue qu’en 1868 par les industriels britanniques59. En réalité, si la concentration n’atteignait pas les 95 % obtenus par les Britanniques à la fin des années 1860, le système Rougier permettait quand même de réduire la teneur en acide dans une proportion jugée acceptable par les experts. L’histoire des techniques nous apprend que les performances des installations empiriques utilisées avant la mise au point de procédés plus scientifiques sont souvent moins négligeables qu’on ne le suppose. Cet acide avait en outre un marché. Récupéré dans des cuviers spéciaux encastrés dans la maçonnerie des cheminées, il était revendu aux fabricants de colle qui l’employaient pour la fonte des matières organiques. Ce procédé, mis au point par Darcet en 1813 et encouragé par les pouvoirs publics – il était censé assainir les opérations de production –, permettait d’accélérer la fabrication et d’obtenir de bien meilleurs rendements en osséine qu’avec les broyages habituels.

  • 60 Archives de la chambre de commerce de Marseille, MP 372 114, Extraits des registres du greffe du t (...)
  • 61 AD BdR, 410 U 68.

22Quoi qu’il en soit, pour le préfet Villeneuve la cause est désormais entendue. S’appuyant sur la caution scientifique fort opportunément donnée par le conseil de salubrité publique, il annonce officiellement que le procédé Rougier est la solution aux problèmes de pollutions atmosphériques générés par les usines de soude installées à proximité des habitations. Il précise même que les soudières qui seront équipées de ce procédé ne pourront plus désormais être inquiétées. À la suite de cette décision préfectorale, toutes les personnes ayant porté plainte contre des industriels qui, entre-temps, se sont équipés du système Rougier, sont systématiquement déboutées : entre le 1er juillet et le 30 octobre 1826, Blaise Rougier et Benjamin Grimes gagnent ainsi une dizaine de procès contre plusieurs propriétaires de Septèmes et enregistrent de nombreux retraits de plaintes60. En validant le procédé Rougier le conseil de salubrité publique a donné à l’administration les moyens de redéfinir les bases juridiques de la contestation et de réduire considérablement les dommages versés aux industriels. Car lorsqu’ils continuent à être poursuivis, ces derniers ne le sont plus que pour des rejets accidentels liés au mauvais entretien des condensateurs et le montant des amendes n’a alors plus rien à voir avec les sommes versées précédemment. C’est ce qui se produit par exemple en 1844-1845, à Septèmes et Saint-Antoine, lorsque 19 propriétaires portent plainte contre les quatre soudiers en activité – Blaise Rougier, Benjamin Grimes, Vincent Cusin et Jean-Baptiste Briqueler –, tous équipés de condensateurs de plusieurs centaines de mètres de long. La totalité des dommages réclamés par les plaignants s’élève à près de 68 000 francs, dont 18 % pour moins value foncière, 33,5 % au titre des dommages matériels et 48,5 % pour altération de jouissance. Après enquête des experts, l’ensemble des condamnations atteint moins de 600 francs, à répartir entre les quatre industriels du village... La pollution ayant été jugée ponctuelle et non permanente – les rejets d’acide étaient semble-t-il liés au mauvais entretien des condensateurs et à un accident survenu en décembre 1843 sur l’un d’entre eux –, seuls les dommages matériels ont été retenus61.

23Plusieurs réflexions peuvent être dégagées de cette étude de cas. Du point de vue méthodologique, tout d’abord, l’exemple des soudières marseillaises – comme plus tard ceux de l’industrie du plomb ou du ciment – montre à l’évidence que pour avoir une vision globale et nuancée des phénomènes de pollution industrielle au XIXe siècle, il est nécessaire de dépasser le cadre urbain stricto sensu et d’intégrer dans nos analyses les sites industriels ruraux, puisque c’est souvent là, à proximité des villages dévolus aux activités agricoles ou à la pêche, que les pollutions sont les plus nocives et provoquent les conflits les plus vifs entre entrepreneurs, propriétaires, experts et autorités publiques. La seconde réflexion a trait au caractère d’exemplarité du cas marseillais. Certes, à Marseille comme à Rouen ou à Paris, on retrouve peu ou prou les mêmes mécanismes concernant les moyens d’expression des protestations ou la mise en place d’un régime de régulation environnementale favorable aux industriels. Mais des différences existent aussi. Dans l’ampleur inédite de la contestation par exemple, qui – cas unique en France, dans l’état actuel des recherches – conduit l’État à imposer aux industriels de ne plus polluer, sous peine de devoir fermer leurs ateliers. Différence également dans l’expertise. Si à Paris et Rouen les chimistes – proches des entrepreneurs ou industriels eux-mêmes – jouent un rôle de premier plan dans l’affirmation d’un compromis industrialiste combattu par les médecins, à Marseille ce sont des médecins qui définissent ce même compromis. Cela se constate en avril 1810, lorsque le maire de Marseille impose la « norme Fodéré » ; cela se retrouve encore en 1826, lorsque les membres du conseil de salubrité publique – où les médecins prédominent – valident le procédé Rougier et rendent possible le maintien des soudières à proximité des habitations, malgré une condensation incomplète de l’acide chlorhydrique. Tous ces apports militent en faveur d’une multiplication des études de cas dans l’ensemble des territoires – en Europe et sur le pourtour du bassin méditerranéen – qui ont été marqués par l’industrie pour mieux percevoir toutes les nuances et toute la richesse des processus de régulation de la pollution industrielle au XIXe siècle.

Notes

1 Voir, notamment, l’important renouvellement historiographique qui a été engagé par l’UMR TELEMME au cours des dernières décennies (Raveux O., « Une historiographie renouvelée : dix ans de recherche sur l’industrie marseillaise au XIXe siècle », Barciela Lopez C., Chastagnaret G. et Escudero Gutierrez A. (dir.), La Historia económica en España y Francia (siglos XIX y XX), Alicante, Publicaciones de la Universidad de Alicante, 2006, p. 425-440).

2 Boulanger P., Buti G., « La naissance de la fonction industrielle du port de Marseille (vers 1650-1830) », Daumalin X., Girard N., Raveux O. (dir.), Du savon à la puce. L’industrie marseillaise du XVIIe siècle à nos jours, Marseille, Éditions Jeanne Laffitte, 2003, p. 15-134.

3 Bardiot N., Du sale au propre. Marseille et la soude au siècle des Lumières, Paris, ADHE, 2001.

4 Entré dans le domaine public en 1791, le procédé Leblanc consiste à produire du carbonate de soude en décomposant le sel marin avec de l’acide sulfurique ; cet acide est lui-même obtenu en faisant brûler un mélange de soufre et de salpêtre dans des fours spéciaux adossés à des chambres de plomb où s’opère la condensation des gaz. Les savonniers marseillais auraient pu être intéressés par l’industrialisation de ce procédé pour au moins deux raisons : d’une part, parce que cela leur aurait permis de ne plus dépendre de la soude végétale importée d’Espagne ; d’autre part, parce que toutes les matières premières nécessaires à l’industrialisation de ce procédé – sel, salpêtre, soufre, charbon, craie – sont déjà présentes à Marseille et dans ses environs. La fabrication de l’acide sulfurique par la technique des chambres de plomb est par ailleurs connue localement depuis 1786-1789 et l’expérimentation des frères Janvier.

5 Smith J.-G., The Origins and Early Development of the Heavy Chemical Industry in France, Oxford, Clarendon Press, 1979; Daumalin X., Du sel au pétrole. L’industrie chimique de Marseille-Berre au XIXe siècle, Marseille, Éditions Paul Tacussel, 2003, p. 30-38.

6 Daumalin X., op. cit., p. 31.

7 Fressoz J.-B., « Circonvenir les circumfusa. La chimie, l’hygiénisme et la libéralisation des “choses environnantes” : France, 1750-1850 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 56-4, 2009, p. 39-76 et L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Seuil, 2012. Le procédé Leblanc comporte deux phases : la production du sulfate de soude par décomposition du sel marin avec de l’acide sulfurique dans des fours nommés « calcines » ; la transformation du sulfate de soude en carbonate de soude par ajout de charbon et de craie et cuissons successives dans des fours à réverbère. C’est au cours de la première phase que les rejets – des vapeurs chargées d’acide chlorhydrique – sont les plus importants et les plus dangereux pour l’environnement et la santé des populations.

8 En 1809 la famille du savonnier marseillais Bérard possède ainsi 59 % du capital social de la société Pluvinet frères & Cie qui exploite l’usine de soude de Rassuen, près d’Istres (AD BdR, 357 E 275).

9 Daumalin X., op. cit., p. 36.

10 On retrouve le même phénomène avec l’essor des ateliers de constructions mécaniques dans les années 1830, la métallurgie du plomb à partir de 1847 et les cimenteries de la fin du siècle.

11 Les métallurgistes du plomb adopteront la même stratégie. Lorsqu’en 1853-1854, le conseil d’État refuse à la maison Figueroa & Cie l’autorisation de se livrer à la coupellation du plomb par la méthode Pattinson dans son établissement du Rouet, au sud-est de Marseille, celle-ci dédouble son usine et poursuit la coupellation dans un nouvel atelier installé dans la calanque des Goudes (Raveux O., Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle, Paris, Éditions du CNRS, p. 238-247).

12 AM de Marseille, 23 F 1, Mémoire pour Pierre-Joachim Duroure contre Jean-Baptiste Vidal, 2 janvier 1816 ; Journal de la Méditerranée, 13 mars 1824.

13 Ce phénomène a été étudié à plusieurs reprises : Smith J.-G., op. cit. ; Daumalin X., op. cit. ; Id., « Industrie et environnement en Provence sous l’Empire et la Restauration », Rives nord-méditerranéennes, no 28, février 2006, p. 27-46. ; Id., « Émergence, représentations, instrumentalisation et régulation du risque chimique en Provence au début du XIXe siècle », Lamard P., Stoskopf N. (dir.), L’industrie chimique en question, Paris, Picard, 2010, p. 259-273 ; Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2010 ; Fressoz J.-B., op. cit., 2009 et 2012.

14 L’opposition de ces grands propriétaires est à nuancer. Pour certains d’entre eux, il s’agit moins d’une opposition de principe que de circonstance. Lorsqu’en 1826 le marquis d’Albertas loue le salin de Berre au médecin Jean-Baptiste Martin, il l’invite ainsi à favoriser l’implantation d’une usine de soude, grande consommatrice en sel. Deux ans plus tard, une soudière est en activité à proximité du salin (AD BdR, 20 E 11, 19 avril 1826). Dans la même logique, la soudière de Vitrolles, près de l’étang du Lion, appartient aux grands propriétaires Boyer d’Éguilles et Casimir Barrigue de Montvallon héritiers de la marquise de Marignane (AM de Vitrolles, D 28, Copies de lettres, Lettre du maire au sous-préfet d’Aix, 7 juin 1827).

15 Contrairement aux préoccupations qui prévalaient sous l’Ancien Régime, le sort des ouvriers travaillant dans les usines est désormais rarement évoqué. Souvent d’origine étrangère, n’ayant pas de biens fonciers à défendre, les ouvriers se retrouvent – du fait même de la logique du décret du 15 octobre 1810 – exclus du champ de la justice administrative. Sur ces aspects, voir « Les ouvriers fantômes », Fressoz J.-B., L’apocalypse joyeuse, op. cit., p. 194-202.

16 Mémoire et consultation pour les propriétaires de biens-fonds situés dans les communes de Septèmes, Simiane, Albertas, Cabriès et au quartier de Saint-Antoine [...] contre les sieurs Mallez frères, Marseille, 1818, p. 19.

17 Réponse des propriétaires et agriculteurs de Septèmes et des communes environnantes aux mémoires des fabricants de soude et de produits chimiques établis à Septèmes, Marseille, 1824, p. 12.

18 AM de Martigues, N 7 G 1 A, Demandes de création de fabriques de soude, 22 octobre 1821.

19 Jean-Baptiste Fressoz a aussi démontré que dans certaines plaintes déposées par des notables, ces derniers réclament des dommages pour « altération de jouissance », c’est-à-dire pour la perte d’un mode de vie lié à la possession d’une bastide, signe distinctif d’appartenance à l’élite sociale. D’autres plaintes évoquent encore la destruction d’un paysage « provençal ».

20 Mémoire et consultation pour les propriétaires de biens-fonds situés dans les communes de Septèmes, Simiane, Albertas, Cabriès et au quartier de Saint-Antoine [...] contre les sieurs Mallez frères, Marseille, 1818, p. 20 ; AM de Vitrolles, D 475, Délibération du Conseil municipal, 17 mars 1833.

21 AM de Martigues, N 7 G 1 A, Demandes de création de fabriques de soude, 23 novembre 1821.

22 Demier F., « Les « économistes de la nation » contre « l’économie-monde » du XVIIIe siècle », Économies et sociétés, no 13, juillet-octobre 1990, p. 281-303 ; Id., « Néo-physiocratie et première industrialisation française », Économies et sociétés, no 22-23, 1-2/1995, p. 232-248 ; Id., « Marché et nation sous la Restauration : protectionnisme français et économie nationale dans la 1re industrialisation », Stern B. (dir.), Marché et nation. Regards croisés, Paris, CEDIN-Paris I/Montchrestien, 1996, p. 221-235 ; Todd D., L’identité économique de la France. Libre échange et protectionnisme (1814-1851), Paris, Grasset, 2008.

23 Il existe un exemple d’instrumentalisation de la question de la pollution industrielle à des fins politiques, mais il est plus tardif. En 1860-1862, la rivalité entre l’ancien maire Jean-Jacques Prat (directeur de l’usine de soude de Rassuen) et le nouveau maire Joseph Dethez, grand propriétaire terrien, provoque une division durable de la population d’Istres en deux camps : celui de « La fumado », fidèle à l’industriel Prat, dans lequel on retrouve de nombreux ouvriers immigrés italiens ; « La Pluvino », partisan de Dethez et principalement composé d’agriculteurs istréens (Prat J.-J., Réponse au mémoire du maire et des membres du conseil municipal provisoire de cette commune, Lyon, Imprimerie Louis Perrin, 1861).

24 AN, F12 2243, Mémoire des fabricants de soude de Marseille en réfutation d’une pétition de quelques habitants du département de l’Aude, Marseille, 1819, p. 11.

25 AN, F12 2245, Délibération du conseil général des Bouches-du-Rhône contre les fabriques de soude artificielle, 19 août 1819.

26 AN, F12 2245, Mémoire du sieur Gazzino au directeur général des douanes royales, 1820.

27 Journal de Marseille et des Bouches-du-Rhône, 29 janvier 1820.

28 AM de Martigues, 4 C 35, Mémoire de Jean-Baptiste Vidal, 1844.

29 Le Sémaphore de Marseille, 4 août 1831.

30 Pour Geneviève Massard-Guilbaud l’ennemi principal des maires de l’époque n’étaient pas les fumées d’usines mais le chômage et, à ce titre, ils ne pouvaient donc qu’être industrialistes (Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010, p. 151-157).

31 AM de Marseille, 3 D 12, 1er décembre 1809.

32 AM de Marseille, 4 I 23, Procès-verbal de la séance du 7 avril 1810 de la Société de médecine.

33 Ibid.

34 Fodéré écrit alors : « J’ai émis l’opinion qu’elles (les usines de soude) devaient être placées à mille mètres de distance des habitations et des terrains cultivés ; et je m’en suis repenti, parce que j’ai vu dans la suite qu’une grande fabrique de soude artificielle que nous avions autorisée à Mont-Redon, sur les bords de la mer, et derrière une colline inculte assez élevée, devenait néanmoins incommode à la distance de plus de mille mètres [...]. J’estime donc, conduit par l’expérience, plus infaillible que tous les corps savants et tous les raisonnements, que ces sortes de fabriques, si l’on ne parvient pas à en concentrer les vapeur (ce qui est encore, d’après l’expérience, très difficile), doivent être reléguées dans des lieux incultes, dans des landes, et mieux encore dans des îles désertes » (Fodéré E.-F., Traité de médecine légale et d’hygiène publique ou de police de santé, Paris, 1813, t. 6, p. 329 ; voir aussi Le Roux T., op. cit., p. 290-296).

35 Sur l’analyse du décret de 1810, voir les ouvrages déjà cités de Thomas Le Roux, Geneviève Massard Guilbaud et Jean-Baptiste Fressoz. Et aussi : Corbin A., Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Flammarion, 1986.

36 Cet article précise : « Toutefois, en cas de graves inconvénients pour la salubrité publique, la culture ou l’intérêt général, les fabriques et les ateliers de première classe qui les causent pourront être supprimés, en vertu d’un décret rendu en notre Conseil d’État, après avoir entendu la police locale, pris l’avis des Préfets, reçu la défense des manufacturiers ou fabricants ».

37 Il s’agit du frère de Jean-Paul Alban de Villeneuve-Bargemont, préfet de la Meurthe, de Loire-Inférieure et du Nord, qui a beaucoup œuvré pour réguler les pollutions industrielles en créant plusieurs conseils de salubrité à Lille, Douai, Dunkerque, Cambrai et Valenciennes (Massard-Guilbaud G., op. cit., p. 173).

38 AM de Marseille, 2 D 81, Lettre du préfet au maire de Marseille, 26 janvier 1825.

39 AM de Septèmes, Délibérations du conseil municipal, 30 novembre 1824. Quelques cas semblables existent aussi dans la région parisienne, notamment aux Thernes dans l’affaire Chaptal/Lombard (Le Roux T., op. cit., p. 312-314).

40 AM de Septèmes, Délibérations du conseil municipal, 30 novembre 1824.

41 AD BdR, 116 E F 3, 1820.

42 AM de Vitrolles, D 475, Délibération du 17 mars 1833.

43 Un des enjeux des industriels était justement d’essayer de tisser des liens économiques solides avec les populations environnantes de manière à atténuer les sentiments de rejet à leur égard. La construction du consensus social était aussi à ce prix.

44 AM d’Istres, 16 E D 4, Délibération du 20 septembre 1830. Cappeau est suspendu en raison « de l’état de l’administration municipale de la commune d’Istres ». L’année suivante, Denis-Auguste Prat est nommé sous-préfet d’Aix-en-Provence.

45 AM de Septèmes, Délibération du 10 novembre 1830.

46 C’est probable à Septèmes, où le maire s’est toujours opposé aux soudières. C’est peu vraisemblable à Istres, où le maire Jean-Baptiste Pierre Cappeau, grand propriétaire terrien – notamment du salin de Lavalduc –, a toujours eu une attitude bienveillante à l’égard de l’usine de soude de Rassuen. Il est vrai – et ceci explique sans doute cela – que sa fille était mariée depuis 1825 à Denis-Auguste Prat et qu’un membre de la famille Bérard, principal actionnaire de l’usine de Rassuen, siégeait au conseil municipal pendant toute la durée de son mandat (1826-1830).

47 Daumalin X., « Autorisation de polluer : commentaire d’une lettre du ministre de l’Intérieur Louis Joachim Lainé au comte de Villeneuve, préfet des Bouches-du-Rhône (4 août 1816) », Entreprises et histoire, no 35, juin 2004, p. 94-95.

48 Observations adressées à MM. les présidents et conseillers composant la chambre d’accusation de la cour royale d’Aix-en-Provence sur l’opposition formée [...] à l’élargissement des sieurs Maillan, Mouren, Maunier, Blanc, Borrelly et Roux, Aix-en-Provence, 1818, 13 p.

49 Villeneuve H. (de), Statistique du département des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1829, t. IV, p. 791.

50 Massard-Guilbaud G., op. cit., p. 346.

51 Lettre du ministre de l’Intérieur Corbière au préfet des Bouches-du-Rhône, 3 novembre 1824 (Cappeau, Traité de la législation rurale et forestière, Marseille, A. Ricard, 1825, t. 3, p. 303-306).

52 Démier F., « Les “économistes de la nation” contre “l’économie-monde” du XVIIIe siècle », Économies et sociétés, no 13, Juillet-Octobre 1990, p. 281-303.

53 Ces implantations dans des espaces isolés facilitent l’essor des pratiques paternalistes. Pour attirer et retenir la main-d’œuvre nécessaire au fonctionnement régulier de leur établissement, les soudiers sont amenés à développer un minimum d’infrastructures (logements, moyens de consommation, de soins ou d’éducation). L’isolement des usines de soude contribue ainsi à les placer à la pointe des pratiques paternalistes provençales (Daumalin X., « Patronage et paternalisme industriels en Provence au XIXe siècle : nouvelles perspectives », Provence historique, fasc. 220, t. LV, avril-mai-juin 2005, p. 123-144).

54 Péclet a installé des condensateurs chez les industriels Foucard (Marseille) et Bérard (Rassuen), mais sans grands résultats.

55 Villeneuve H. (de), « Des condensateurs des fabriques de soudes », Annales des sciences et de l’industrie du Midi de la France, 1832, t. II, p. 143.

56 Ces cheminées rampantes contiennent des bassins remplis d’eau qui doivent permettre la condensation de l’acide contenu dans les fumées (Villeneuve H. (de), Statistique du département des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1829, t. IV, p. 794).

57 Rapport sur les effets de l’appareil condensateur que le sieur Rougier a établi à sa fabrique de soude à Septèmes, Marseille, 31 mai 1826, p. 41-42 ; Rapport fait par le conseil de salubrité publique du département des Bouches-du-Rhône sur le procédé employé par le sieur Rougier, Marseille, 6 juin 1826, p. 48.

58 Observations des propriétaires de Septèmes sur le rapport du 21 mai 1826 relatif à la prétendue condensation des gaz acides hydrochloriques à la fabrique de sulfate de soude du sieur Blaise Rougier fabricant de produits chimiques à Septèmes, Aix-en-Provence, 1826, 36 p.

59 Massard-Guilbaud G., op. cit., p. 243 et p. 347. Jean-Baptiste Fressoz est d’un avis opposé et considère que les soudiers de Septèmes condensaient de manière efficace.

60 Archives de la chambre de commerce de Marseille, MP 372 114, Extraits des registres du greffe du tribunal de première instance de Marseille. Rapports d’experts, 1er juillet, 15 septembre, 10, 12 et 30 octobre 1826.

61 AD BdR, 410 U 68.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540