Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Première partie. Jeux d'acteurs

Singuliers débordements. Un incinérateur, des hommes et... des catégories à déconstruire

Tobias Girard

Texte intégral

1Ce chapitre part d’une enquête anthropologique menée entre 2004 et 2007 sur les conflits environnementaux provoqués depuis 2001 par l’implantation de l’incinérateur de Marseille dans la zone industrielle de Fos-sur-Mer pour s’interroger sur les manières d’en rendre compte. Quand un conflit de cette nature est polarisé à l’extrême entre « pour » et « contre », quand les camps se durcissent et qu’aucun compromis ne semble plus acceptable, l’analyste peut être conduit à suivre jusqu’au bout la logique de l’antagonisme et focaliser son attention sur les oppositions de principes et de valeurs supposées contenues dans les actes de chaque camp engagé dans la lutte. L’analyste peut alors y voir un conflit de société ou de cultures, un conflit relevant de causes profondément ancrées dans l’imaginaire, le symbolique ou l’inconscient. Il peut aussi essayer de ne pas trop essentialiser les groupes antagonistes à grand renfort de catégories trop lisses et générales pour au contraire rendre compte de conflits en réalité toujours singuliers entre des individus qui le sont tout autant.

2Étant passé de la première approche à la seconde, je retracerai l’évolution du processus d’enquête pour tenter de dégager la lecture bipolaire qui a été faite dans un premier temps de ce conflit et qui aura auparavant été exposée. Présenter les difficultés rencontrées pour interpréter le comportement des acteurs autour de l’incinérateur de Fos-sur-Mer permettra ensuite de faire émerger la question des biais introduits par la méthode alternative dite d’analyse des jeux d’acteurs. Car si cette méthode apprécie les individus au prisme des logiques de groupes d’intérêts (élus, industriels, riverains, etc.) et présente déjà le mérite de complexifier les logiques de pour-ou-contre, nous verrons que les acteurs en conflit débordent largement ces catégories et ont la fâcheuse mais rassurante tendance à sortir des rôles impartis à leur groupe d’appartenance supposée. Il apparaîtra enfin intéressant de rechercher d’autres voies d’entrée pour interpréter ce conflit.

Les « pour »/les « contre »

  • 1 « Incinérateur : la bataille politique fait rage », Marseille l’Hebdo, 1er octobre 2003 ; « L’inci (...)

3Dans un article du 23 janvier 2007, le quotidien La Provence présentait le conflit de l’incinérateur sous forme d’un trombinoscope. D’un côté « les pour », de l’autre « les contre », séparés par un éclair blanc évoquant la photo de famille déchirée. Outre la surprise d’y découvrir des acteurs ostensiblement peu impliqués dans le conflit, cette mise en scène offrait la singularité de ne faire figurer que des élus, tant il est vrai que le conflit a été présenté comme un affrontement politique entre acteurs que tout opposait1 : la droite marseillaise et le préfet sont dans le clan des « pour » ; la gauche et quelques maires locaux de droite dans celui des « contre ». Cette manière manichéenne de présenter le conflit a certes l’avantage de l’efficacité, mais au sacrifice au moins de deux dimensions : les acteurs et le temps. Suivons cette logique antagoniste pour mieux s’en rendre compte.

4Au premier rang des partisans de l’incinérateur, on trouve le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin (UMP). Il souhaite construire depuis 2001 un incinérateur à Fos-sur-Mer pour brûler les ordures ménagères de la ville. Depuis 1887, Marseille envoie en effet ses déchets dans la décharge d’Entressen, non loin d’Istres. Cette décharge a longtemps été non réglementaire, et depuis la loi Royal de 1992, les municipalités sont dans l’obligation de « valoriser » une partie de leurs ordures. En anticipation de cette loi, la technique choisie à Marseille dès 1989 fut l’incinération des déchets avec récupération de chaleur pour produire de l’électricité. Cependant, Jean-Claude Gaudin n’est arrivé au pouvoir qu’en 1995, notamment en faisant campagne contre les deux projets d’incinérateurs prévus par le maire sortant dans les quartiers est et nord de la ville. Gaudin était donc à l’époque dans le clan des « contre ». Ces deux projets seront peu à peu abandonnés, le premier à l’issue des élections législatives de 1997, le second aux municipales de 2001. C’est alors seulement que la zone industrielle de Fos-sur-Mer fut choisie pour implanter l’incinérateur de Marseille.

5Autre partisan de l’incinérateur : la préfecture, qui soutient le projet au motif que la décharge d’Entressen doit fermer et qu’il faut bien une solution pour se débarrasser des déchets marseillais. Le virage de la préfecture sur la question ne date cependant que de 1999. L’incinération n’était pas la seule solution, et d’autres préfets des Bouches-du-Rhône s’y étaient auparavant clairement opposés.

6Restent dans le camp des partisans : le port autonome de Marseille, sur le terrain duquel l’incinérateur a fini par être construit (démarrage en 2010) ; et bien sûr, l’industriel Urbaser-Valorga, filiale d’un groupe de construction espagnol, qui a remporté le marché, construit et exploite désormais l’incinérateur, sa plate-forme de tri et son composteur par la technique dite de méthanisation. Les services de l’État qui ont validé le projet sont souvent mis dans ce camp, de même que certains experts et toxicologues qui ont assuré que l’incinération était sans danger au regard des nouvelles normes d’émission de polluants, notamment pour ce qui concerne les dioxines.

7De l’autre côté se trouvent les anti-incinérateurs, au premier rang desquels les associations et élus de Fos-sur-Mer et des communes voisines. Ils refusent la construction d’une nouvelle industrie sur leur territoire déjà hautement industrialisé et pollué, proposent de traiter autrement les déchets marseillais, en faisant plus de tri par exemple, et contestent le passage en force des élus marseillais qui profitent du statut privilégié du port autonome pour imposer chez les autres ce qu’ils n’ont pas voulu construire chez eux.

8Autre acteur politique ayant lui pratiqué le double revirement électoral sur la question de l’incinérateur de Fos-sur-Mer : le Conseil Général, présidé par Jean-Noël Guérini, tête de file de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône. Initialement partisan de l’incinération, le président Guérini (et derrière lui tous les socialistes locaux) devient un farouche anti-incinérateur après son échec aux municipales de 2001. Il est en effet l’adversaire politique traditionnel du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, mais sa défaite suivie du retrait de la ville de Marseille de la structure départementale chargée de planifier la gestion des déchets a provoqué « le début de la guerre des déchets » entre Gaudin et Guérini, explique un ingénieur local. Alors responsable d’un plan définissant la stratégie départementale de gestion des déchets à laquelle devraient se conformer toutes les municipalités, Guérini interdit la construction de tout nouvel incinérateur dans le département. S’en suit une « course de vitesse » entre les dossiers de Guérini et celui de Gaudin, le premier déposant son projet à la préfecture bénéficie de ce fait de l’antériorité et d’un atout pour l’emporter par la suite devant les tribunaux. L’incinérateur l’emportera en effet, mais en 2008 les socialistes obtiennent la présidence de la Communauté Urbaine de Marseille. Or c’est elle qui est juridiquement compétente et responsable de la gestion des déchets... et donc de l’incinérateur. Les anti-incinérateurs d’hier se retrouvent aux commandes, mais il est trop tard. Les contrats avec l’entreprise Urbaser sont bien verrouillés et le prix de leur rupture serait exorbitant. Tout au plus les nouveaux responsables promettent-ils de diminuer la part d’incinération pour augmenter celle de méthanisation.

  • 2 Guilledoux F. et Trossero D., « Incinérateur : la justice sur la piste du coup de pouce caché de J (...)
  • 3 Filiale d’Urbaser-Valorga qui exploite l’incinérateur.
  • 4 Verne J.-M., « Rebondissement dans l’affaire Guérini : un mystère à 430 millions d’euros », Valeur (...)

9Les anti-incinérateurs de Fos-sur-Mer se sentent trahis par la fédération socialiste présidée par Guérini. À quoi s’ajoutent les affaires de corruption et autres trafics d’influence liés aux attributions de marchés publics dans le domaine du traitement des déchets. Bernard Granié, ancien maire de Fos-sur-Mer et grand artisan de la lutte anti-incinérateur est soupçonné d’avoir perçu 300 000 euros pour la divulgation d’informations concernant le marché des déchets de sa propre intercommunalité, tandis que Jean-Noël Guérini fait l’objet d’une procédure judiciaire. Parmi de nombreux chefs d’inculpation, il est soupçonné d’avoir « aidé » son frère Alexandre, entrepreneur local spécialisé... dans la gestion des déchets. Certaines sources l’accusent même d’avoir joué double jeu avec l’incinérateur de Fos-sur-Mer : officiellement contre le projet, il aurait officieusement fait en sorte de perdre « la course de vitesse » engagée entre la Communauté urbaine de Marseille et le Conseil Général. Le Plan du Conseil Général interdisant l’incinération a en effet été validé le 30 janvier 2006, alors que l’autorisation d’exploitation de l’incinérateur a été signée par le préfet le 12 janvier 2006. Or, d’après un haut fonctionnaire du Conseil Général de l’époque, « le Plan aurait pu être adopté en décembre. À ma grande surprise, Jean-Noël Guérini m’a demandé d’attendre2 ». Le Plan de toute façon a été cassé par le tribunal administratif. D’après certains journalistes, Jean-Noël Guérini aurait ainsi cherché à obtenir le bénéfice politique et électoral d’une position contre l’incinérateur tout en agissant pour favoriser les intérêts de son frère Alexandre. Car tout incinérateur a besoin d’une décharge pour accueillir ses cendres, suies et résidus toxiques non brûlés. Et si la technique de méthanisation fonctionne mal, comme elle en a la réputation dans le milieu professionnel, il faudra soit demander une autorisation préfectorale pour brûler plus de déchets, soit mettre en décharge ce qui n’aura pu être méthanisé. Alexandre Guérini gère deux décharges relativement proches. Ainsi se justifie, d’après le journaliste Jean-Michel Verne, l’intérêt des Guérini pour l’incinération : « Alex veut gagner sur tous les tableaux. À l’entrée en participant au tour de table et à la sortie en gérant le surplus éventuel de déchets non traités... S’ajouterait le bonus, la cerise sur le gâteau, le rachat, in fine, des décharges d’Alexandre Guérini par Évéré3 comme l’évoque la fameuse lettre anonyme4. » La justice n’a pas encore tranché.

L’analyse des jeux d’acteurs

10Le conflit de l’incinérateur de Marseille peut donc être présenté de façon très simple, mais devient extrêmement complexe dans ses détails. Les acteurs ayant été très actifs et le conflit bien médiatisé, la vague d’informations est débordante. Au fur et à mesure que les évènements se multiplient, les méandres du conflit se ramifient, des zones d’ombre apparaissent sous les strates agglomérées d’informations, tandis que de véritables nœuds gordiens se forment sur le terreau de la technique, du juridique et de l’économie politique : incertitudes scientifiques sur la nocivité des dioxines produites par les incinérateurs, complexité de la quarantaine de procédures juridiques liées à l’incinérateur de Marseille, obscurités liées à l’orchestration politique, électorale et financière du projet, de sa légitimation et de son opposition... Comment faire alors pour rendre compte et analyser un tel conflit ?

11Une première manière de faire s’emploie à identifier les actions des différentes parties prenantes du conflit en regard des rôles tenus par chacun. Il s’agit de la méthode dite d’analyse des jeux d’acteurs (stakeholder analysis). Cette dernière procède par catégorisations pour restituer les enjeux des conflits dans leur diversité et expliciter les logiques, intérêts et arguments de chaque acteur. Les catégories recoupent en général les étiquettes institutionnelles. On distingue par exemple les services de l’État, les industriels, les riverains, les associations, les élus locaux, mais aussi selon le contexte et les questionnements : les médias, les agriculteurs, pêcheurs, chasseurs, les services médicaux ou juridiques, les sinistrés d’une inondation, et parfois même des entités dites non-humaines et leurs porte-paroles : espèces protégées, milieux naturels, etc. qui se voient ainsi attribuer une place d’acteur à part entière (actant) dans les débats.

  • 5 Torre A., Melot R., Bossuet L., Cadoret A., Caron A., Darly S., Jeanneaux P., Kirat T. et Pham H. (...)

12Une autre version de la méthode des jeux d’acteurs, plus récente a été développée par l’équipe du projet de recherche sur les conflits d’usages rassemblée autour d’André Torre à l’INRA5. Son grand intérêt étant d’être entièrement formalisée et de permettre des mesures tant qualitatives que quantitatives de la conflictualité en prenant appui sur un diagnostic géographique, des entretiens à dire d’experts, l’analyse de la presse régionale et les sources du contentieux juridique.

  • 6 Fortun K., Advocacy after Bhopal. Environmentalism, Disaster, New Global Orders, Chicago and Londo (...)

13L’analyse des jeux d’acteurs peut donc s’avérer très fine, surtout quand les catégories sont adaptées au contexte local, ainsi que l’illustrent les travaux de l’ethnologue Kim Fortun6. Dans sa thèse consacrée à l’analyse des discours, revendications et plaidoiries qui ont suivi le scandale de l’accident de Bhopal (Inde, 1984), Kim Fortun a élaboré une version améliorée du modèle des jeux d’acteurs, inspirée notamment des travaux de Foucault et Derrida. Au lieu de reprendre les catégories institutionnelles d’acteurs, l’auteure propose de partir des catégories indigènes pour identifier ce qu’elle appelle des « communautés d’énonciation » (enunciatory communities). Les acteurs sont alors distingués selon les différents jeux de contraintes et dilemmes (double bind) qui pèsent sur eux et qui modèlent la cohérence de leurs discours et de leurs actions. Pour donner un exemple, au sein de ceux qui auraient été regroupés conventionnellement dans la case « société civile » ou « associations », Kim Fortun différencie les victimes de l’accident, des organisations de femmes, des syndicats de salariés ainsi que des discours à tonalité anarchiste et indignée. Cela permet d’affiner le modèle des jeux d’acteurs afin d’être plus sensible aux singularités de chaque conflit.

Si chacun voit midi à sa porte

14Il y a de nombreuses façons de lire un conflit au fil de son évolution. Suivre à plusieurs un même évènement, par exemple une réunion, permet de s’en rendre compte. J’ai assisté à une vingtaine de conférences publiques ou de groupes de travail sur les problèmes de risques industriels et de pollutions en compagnie de collègues sociologues, politologues et économistes. Au retour de la zone industrielle Fos-sur-Mer, nous faisions toujours le point dans la voiture et partagions nos impressions, discutions telle ou telle phrase qui avait retenu notre attention. Ces dernières n’étaient jamais les mêmes. Bien sûr, on pouvait mettre cela sur le compte des traditions disciplinaires. Mais il est plus réaliste de penser que personne ne voyait ni n’entendait les mêmes faits. Une expérience faite avec un collègue sociologue m’a particulièrement marqué. C’était à Port-de-Bouc, en 2005. Nous assistions à une réunion organisée par un haut fonctionnaire à la suite du débat public sur un projet de terminal porte-conteneur. Une quinzaine de personnes étaient présentes, principalement des élus, des associatifs et des industriels. L’enregistrement nous a été refusé par le haut fonctionnaire : « Vous êtes en thèse, servez-vous de votre tête. » Nous avons donc passé deux heures et demie à prendre autant de notes que possible. Après retranscription, nous avions cinq pages chacun. Notre synthèse en faisait neuf. Les versions n’avaient aucun élément redondant, ni contresens ou contradictions. Les idées de nos interlocuteurs étaient peut-être les mêmes, mais aucune des phrases que nous avions notées n’étaient cependant identiques. Nos citations « entre guillemets » des propos échangés étaient toujours différentes. On peut se tromper, faire des erreurs de prise de notes, mais pas de façon aussi systématique. Notre attention n’était tout simplement pas attirée par les mêmes phrases. Notre perception d’un même évènement différait à l’évidence. Nos interprétations des réactions et les conclusions que l’on en retenait aussi. Il se passe des choses parfois tellement différentes pour chacun qu’on en vient à douter d’avoir participé au même évènement. Bien sûr, chacun voit midi à sa porte mais alors... quelle est la porte ? Et où est-elle ?

  • 7 Descola P., Les lances du crépuscule, Paris : Plon, coll. « Terre Humaine », 1993, p. 55.

15Au début, je croyais que c’était le terrain qui me guidait, plaçait les portes, les ouvrait et les fermait à son gré. C’était le conseil rassurant que Lévi-Strauss donnait à son étudiant Philippe Descola, jeune normalien s’apprêtant à partir en Amazonie et devenu dans son sillage professeur au Collège de France. « Laissez-vous porter par le terrain7. » Que le terrain décide pour les anthropologues nous délivre des scrupules et de la peur de mal faire. L’incertitude devient plus légère à vivre quand l’objectif passe de la justification et de la démonstration au témoignage. Mais si le terrain guide en partie l’ethnologue et décide pour lui, ce dernier ne voit aussi du terrain que ce qu’il veut (peut) bien en voir. Mettez un autre ethnologue sur le même « terrain ». Faites-lui rencontrer les mêmes personnes. Vous obtiendrez un autre terrain. La littérature anthropologique est pleine d’exemples de ces terrains des uns « revisités » par les autres. À chaque observateur sa sensibilité, son regard et son rapport à l’autre. Chacun construit son expérience du réel. Nous nous laissons guider par un terrain dont nous sommes à la fois le créateur et la créature.

  • 8 Girard T., « Comment pense Mary Douglas ? Risque, culture et pouvoir », Ethnologie française, XLII (...)
  • 9 Douglas M. et Wildavsky A., Risk and Culture. An essay on the selection of technological and envir (...)
  • 10 Douglas M., « Four cultures : the evolution of a parsimonious model », GeoJournal, 47, p. 412.
  • 11 Calvez M., Incertitude, risque et handicap. Jalons d’analyse culturelle, Mémoire d’habilitation à (...)
  • 12 Calvez M., « L’analyse culturelle de Mary Douglas : une contribution à la sociologie des instituti (...)

16Quoique intéressé par les antagonismes de pouvoir, je ne voyais dans un premier temps ce conflit que comme un combat entre groupes de cultures opposées. Comme si le pouvoir était en soi une culture qui façonnait les manières d’être et de se comporter selon qu’on le possède ou non. Mon préjugé était donc double. Je concevais le pouvoir comme contingent – on a du pouvoir ou bien l’on n’en a pas – et culturel. J’étais alors porté à croire que la raison d’être de ce conflit ne pouvait relever que de l’existence d’un profond fossé de valeurs entre dominants et dominés, en l’occurrence entre les cercles de décision qui ont le pouvoir d’imposer un équipement et ceux qui le refusent. Je me laissais porter en cela par ce que je croyais être la logique du conflit : séparer le monde en deux, résoudre par affrontement ce qui ne peut être concilié, exactement à la manière du pour/contre de l’article de La Provence cité en introduction. Je voulais montrer que chaque camp était un univers à part entière, avec ses valeurs, sa langue, son imaginaire. C’est ici qu’en croyant me laisser porter par le terrain, j’en venais subrepticement à le plier à mon regard. Ce qui m’intéressait, c’était les cultures du groupe. Voir comment les tactiques des anti-incinérateurs s’opposaient et résistaient aux stratégies des pro-incinérateurs. Il ne m’était pas venu à l’idée que le pouvoir puisse prendre d’autres formes que celle de la domination ; que les conflits puissent représenter autre chose que l’expression d’un rapport de force entre groupes aux visions du monde antagonistes ; qu’il puisse y avoir plus de similitudes entre deux personnes de groupes opposés qu’entre les tenants d’un même groupe. Sans le savoir, je suivais les lignes directrices de l’analyse culturelle développée par l’anthropologue britannique Mary Douglas et ses collaborateurs8. Ils considèrent que l’attitude des acteurs face aux menaces dépend essentiellement de leur position sociale. Les comportements sont alors indexés à quatre types de « cultures » ou « sociétés » : la culture hiérarchique et bureaucratique des services d’État ; la culture individualiste et compétitive des industriels, du marché et des entrepreneurs ; la culture égalitaire et communautaire des mouvements environnementaux, que Mary Douglas et Aaron Wildavsky9 qualifient également de culture « sectaire » ; et enfin, la culture fataliste des dominés et des victimes qui se retrouvent « seuls ou isolés dans des structures complexes10 ». Il s’agit donc d’un dérivé des jeux d’acteurs, quoique plus complexe. Marcel Calvez, qui reprend cette grille d’analyse pour ses propres recherches sur le sida et le handicap mental, en explique bien les termes : si les groupes sont en conflit, c’est « parce que les individus ne partent pas des mêmes prémisses, qu’ils ne sélectionnent pas les mêmes connaissances et qu’ils ne font pas appel aux mêmes principes pour définir les priorités auxquelles ils sont confrontés11 ». Un débat public comme celui de l’incinérateur traduit dans cet esprit « un lieu privilégié pour analyser la formation ou la stabilisation des institutions sociales12 ». Opposer l’univers des anti-incinérateurs à celui des partisans de l’incinérateur revient ainsi à institutionnaliser les groupes d’acteurs du conflit. Luc Boltanski et Élisabeth Claverie expriment bien l’enjeu stratégique de ce type de mise en scène des acteurs :

  • 13 Boltanski L. et Claverie E., Du monde social en tant que scène d’un procès, Boltanski L., Claverie(...)

« Dans les récits antagonistes qui sont constitués à propos d’une affaire, les différents protagonistes doivent se trouver typifiés, de façon que soit gommée l’ambiguïté qui pouvait avoir affecté leurs conduites lorsqu’ils agissaient réellement dans le monde et que soit exclue la possibilité d’adopter à leur égard une attitude ambivalente. [...] Doivent également être estompées les relations personnelles et affectives souvent caractérisées par un mélange d’attachement et de jalousie, de proximité et d’aversion qu’entretenaient les principaux protagonistes jusqu’à ce que leurs démêlés fassent irruption dans l’espace public sous forme d’une affaire13. »

17Tâchons maintenant de lever cette ambiguïté. Avant de proposer quelques perspectives d’analyse, je développerai cinq éléments de critique du modèle des jeux d’acteurs : les acteurs peuvent avoir plusieurs rôles ; ces derniers dépendent du public ; les étiquettes peuvent masquer l’identification d’acteurs discrets mais essentiels ; les individus ne sont pas les seuls jouets des catégories mais jouent également avec elles ; et enfin, les explications culturelles ou symboliques peuvent aussi contribuer à masquer l’essentiel en dépolitisant les analyses.

Acteurs aux multiples casquettes

  • 14 Torre A. et al., op. cit.
  • 15 « Un entrepreneur chez les écolos. Entretien avec Daniel Richard, président de WWF France », [en l (...)

18Les acteurs sont difficiles à étiqueter et regrouper dans des catégories qui risquent de passer pour homogènes. Une même personne peut assurer de multiples rôles expliquent André Torre et ses collaborateurs. C’est pourquoi il convient d’éviter de faire référence « à de grandes catégories d’usagers de l’espace (résidents, agriculteurs, écologistes, industriels, etc.) qui restent abstraites et recoupent souvent qu’une partie de la réalité et de la complexité des acteurs eux-mêmes et des relations qu’ils entretiennent14 ». Les rôles dont ils parlent sont liés aux différents usages qu’une même personne peut avoir d’une même ressource : « un agriculteur peut également être chasseur, ou défenseur de la nature ; un industriel peut pratiquer la randonnée ; un résident peut se livrer, dans le cadre de son activité professionnelle, à une activité productive polluante... ». Raison pour laquelle ces auteurs préfèrent le terme d’acteur à celui d’usager et conseillent d’identifier d’abord les acteurs et ensuite les usages. Mais on peut aller plus loin et accorder aux catégories d’acteurs la même critique qu’aux catégories d’usagers, car les acteurs peuvent très bien avoir plusieurs casquettes à la fois et en changer au cours de leur parcours. Entre élus, associations, services de l’État et industriels, des passerelles existent en effet entre tous les rôles attribués : nombre d’élus sont d’anciens militants associatifs ou entretiennent des liens très étroits avec certains dirigeants d’associations. M. Loïc Fauchon, PDG de la Société des Eaux de Marseille (filiale commune des majors du déchet que sont Suez et Veolia et candidate malheureuse pour décrocher le contrat de l’incinérateur de Marseille), est l’ancien directeur de cabinet du maire socialiste de Marseille, Gaston Deferre, et ancien secrétaire général de son successeur, Jean-Paul Vigouroux qui avait décidé d’implanter les deux incinérateurs à Marseille. Les cadres de l’industrie sont formés dans les mêmes écoles d’ingénieurs (Mines, Ponts) que les inspecteurs des installations classées chargés de contrôler les industries. Libre à eux de choisir ou de passer de l’un à l’autre au cours de leur carrière. Daniel Richard, ancien président de l’association écologiste World Wild Fund (WWF) France, qui a notamment déposé plusieurs recours contre l’incinérateur de Marseille, est l’ancien président des 3 Suisses France et du parfumeur Sephora15.

19Il y a quantité de tels exemples et il n’est pas rare que le cumul des casquettes aille jusqu’à trois : celle du militant, de l’élu et de l’ancien ouvrier syndiqué de l’industrie par exemple. Le cadre d’analyse des jeux d’acteurs aura tendance à réduire cette diversité pour homogénéiser la catégorie et attribuer à l’acteur considéré l’étiquette qui semble lui convenir le mieux, du point de vue de l’analyste bien entendu. Le brouillage des rôles pose donc la question des méthodes et réflexes de l’analyste, qui ne sont jamais aussi neutres et objectifs qu’il peut le prétendre. En cherchant à remplir peut-être rapidement la grille des jeux d’acteurs, notamment sous les contraintes de calendrier des appels d’offres dans lesquels s’inscrivent les recherches, il est facile d’enfermer des acteurs originaux ou marginaux dans des rôles conventionnels et attendus. Le risque est double : ne pas remarquer les différences, singularités et dissonances, ou au contraire les liens et les proximités liées aux parcours de vie (liens d’échange et de dépendance, liens familiaux, etc.), qui demandent également une connaissance beaucoup plus fine des réseaux et qui est aussi plus lente et difficile d’accès. Ainsi, deux associations locales qui poursuivent a priori le même but, celui de lutter contre les nuisances industrielles, et ont des positions de fond identiques, sont en réalité à couteaux tirées en ce qui concerne les manières de faire, l’une s’étant montée en réaction contre les pratiques autoritaires de l’autre. Leurs réseaux sont différents : l’une s’attire les faveurs des élus locaux quand l’autre dénonce l’ostracisme dans lequel elle est tenue. Les lignes de partages des alliances et des adversités dans le conflit ne reprennent donc pas celles des catégories d’acteurs.

Les rôles dépendent du public

  • 16 Exemple développé dans Girard T., « La sécurité ressuscite ce qui nous menace. Métamorphoses de la (...)

20Les rôles et partitions joués dépendent du contexte de leur énonciation. L’analyse des jeux d’acteurs permettra-t-elle d’en tenir compte ? Certains acteurs ne changent jamais de registre et se voient fermer de nombreuses portes, quand d’autres adaptent opportunément leurs discours et changent de rôle en fonction du public auquel ils s’adressent. Par exemple, les industriels de l’incinération sont en général beaucoup plus à l’aise dans les huisclos protecteurs des groupes de travail entre ingénieurs qu’en réunions publiques. En tout cas, ils ne parleront pas des mêmes choses. De nombreux sujets ne devant, pour eux, surtout pas être lancés imprudemment sur la place publique16. De même pour certains associatifs. Qu’une représentante de la fédération d’associations France Nature Environnement (FNE) s’adresse à un public composé exclusivement de militants ou au contraire d’élus et d’industriels, son discours sera effectivement différent. Pour donner un exemple, cette représentante peut ainsi affirmer pendant l’un des « Entretiens écologiques du Sénat », où elle est la seule représentante associative de l’assistance :

  • 17 Propos publiés dans le hors série du magazine Valeurs Vertes, avril 2003, p. 35.

« Il faut peut-être que l’État et les collectivités aient le courage d’imposer des projets [d’incinérateurs et de décharges], même si les riverains sont contre. Je sais que je vais me faire incendier par certaines des associations de France Nature Environnement en disant cela, mais j’en suis tout à fait persuadée17. »

21Des propos qui sont bien sûr imprononçables en réunion publique. Il faut donc autant que possible tenter de diversifier les situations d’observation et de recueil de données, car les situations peuvent aussi bien agir comme des miroirs qui grossissent les oppositions ou au contraire les minimisent et les rendent plus floues encore.

La forêt cache l’arbre

22D’une manière générale, la difficulté quand on essaie d’analyser les jeux d’acteurs, c’est de retracer les réseaux d’influences. Et comme c’est difficile, on y pallie souvent en se réfugiant derrière des catégories générales, en parlant de la réaction « des gens » ou « des industriels » plutôt que du rôle singulier tenu par tel ou tel individu, sans la personnalité duquel rien ne se serait passé autrement. On peut être ainsi amené à négliger le rôle crucial de personnages souvent extrêmement discrets et inclassables dans les catégories usuelles : éminences grises, conseillers, agents électoraux ou directeurs de cabinets. Prenons le cas des négociations autour du « pacte de concertation » évoqué plus haut. Alors que les élus de Ouest Provence (intercommunalité dont fait partie Fos-sur-Mer) accusent en public le port autonome de vouloir saborder le pacte, un témoin donne une autre version des échanges en expliquant le rôle tenu par l’une de leur éminence grise :

« Il a demandé ce que le port autonome a demandé plus tard par courrier. C’est-à-dire que nous conservions le secret sur tous les nouveaux projets industriels qui pouvaient nous être présentés. Devoir de réserve et surtout ne pas communiquer ce qui venait de se passer lors de cette séance-là. Si c’était nous demander de participer à des réflexions et ne pas pouvoir les restituer aux adhérents de nos associations, c’était hors de question. Et puis ensuite nous avons reçu un courrier du port autonome, du président, qui reprenait les mêmes termes. [...] Et après, ils ont fait courir le bruit que le port autonome avait complètement fait modifier le pacte et enlevé toute sa substance en imposant que nous ayons le secret sur ces réunions. Résultat donc : les gens du coin ont dit “Ben on ne veut pas signer ça !” » (propos recueillis en entretien).

23On peut pallier à ces risques en introduisant des portraits, des témoignages particuliers et en posant les questions qui permettent de retracer les réseaux en situation d’entretiens (si bien sûr l’histoire du conflit reste contemporaine) : retracer les histoires de vie ou mieux, demander à un acteur de parler des autres, et de personnes bien précises, car il est rare qu’un interlocuteur dévoile lui-même son propre réseau d’influence ou ses liens de parenté. Mais c’est aussi dans des situations détournées que l’on peut entendre les bruits de couloir et observer la nature des liens entre acteurs, par exemple lors des buffets qui suivent les sorties de réunions officielles.

Jeux et usages des catégories

24Les jeux d’acteurs ont tendance à polariser l’attention sur les institutions, les groupes, les mouvements d’ensemble et les actions collectives plutôt que sur les individus, les cas particuliers et les singularités. Ce n’est pas un mal en soi, mais il ne faut pas oublier pour autant que les individus ne sont pas les seuls jouets des catégories, qu’ils jouent en permanence avec elles, qu’ils peuvent selon les situations s’identifier aussi bien à leur rôle jusqu’à la caricature qu’en sortir et s’employer au contraire à brouiller les pistes. Les individus apprennent à utiliser les règles du jeu à leur avantage, notamment quand ils sont engagés dans des procédures judiciaires ou dans des institutions dont c’est le mode de fonctionnement. Dans ces derniers cas, la méthode des jeux d’acteurs se révèle alors très efficace pour rendre compte des usages politiques des catégories. Les catégories d’acteurs sont ainsi couramment reprises et utilisées sur le terrain, par exemple pour composer les commissions dites de concertation ou d’information du public. Dans le domaine de la gestion des déchets, il s’agit des CLIS, ou Commission Locale d’Information et de Surveillance, créées obligatoirement autour des installations de traitement ou de stockage des déchets (comprendre les décharges et les incinérateurs). Il existe le même type de structures en matière de risques industriels et nucléaires (les CLIC et les CLIN). Ce type de structure est organisé en général en cinq collèges d’acteurs : administrations publiques, collectivités territoriales, exploitants, riverains/associations et salariés (syndicats/CHSCT).

25Les membres étant nommés par le préfet et donc triés sur le volet, les rôles sont très clairement institués. Il s’agit ainsi de lieux privilégiés pour observer de nombreux usages politiques des jeux d’acteurs, comme par exemple la sélection des acteurs officiels au détriment des associations les plus contestataires, qui n’ont pas droit de cité car le dialogue se doit d’être « constructif ». Un ingénieur de l’industrie explique ainsi que sur la question de l’incinérateur de Fos-sur-Mer :

« Les gens sont manipulés dans ce dossier. La seule façon de s’en sortir, c’est par la technique. [...] On m’a déjà traité deux fois de menteur. Qu’est-ce que vous voulez faire dans ce cas ? Il n’y a pas de dialogue dans ces cas-là. En face, c’est le mur. Le problème c’est les individus et là on ne peut rien faire contre. Il y a ceux avec lesquels on peut discuter et ceux avec lesquels ce n’est pas possible. Ceux qui viennent pour avoir quelque chose de constructif et ceux qui viennent pour dénoncer, accuser mais qui n’ont rien à proposer derrière. »

26Dans ces mêmes institutions sont entendus des arguments destinés à écarter les trouble-fêtes (non-représentativité de la population : l’attaque porte sur le statut pour retirer la position d’acteur). Des associations refusent par ailleurs de participer à de telles commissions pour ne pas être instrumentalisées et servir de caution ; d’autres tentent au contraire de faire entrer leurs représentants par la petite porte (en se faisant inviter par le président de la commission en tant que personnalité jugée utile aux débats, notamment quand le président n’est pas le préfet mais un élu). Dans ces institutions s’observent encore des échanges sur les compositions parfois étranges des collèges « riverains » : pourquoi peut-on y trouver sous cette étiquette des représentants de la DDASS ou de l’Éducation Nationale, qui sont plutôt perçus comme des représentants de l’État ?

27Les jeux d’acteurs relèguent ainsi les non-acteurs dans une dimension insaisissable et impensable. Ces institutions révèlent donc beaucoup de choses intéressantes, mais qui en apprennent peut-être moins sur le conflit en tant que tel que sur les tentatives de gestion du conflit. Il est en effet rare que les principaux adversaires soient présents dans ces commissions, le conflit n’y est pas forcément apaisé mais l’on y voit bien la façon dont les jeux d’acteurs peuvent être institutionnalisés à des fins de cadrage et de résolution des conflits, ou individualisés pour se constituer une position de notabilité.

La dépolitisation des représentations

28Les raisonnements basés sur les jeux d’acteurs peuvent aussi contribuer à dépolitiser complètement les analyses. Il s’agit notamment des études de perceptions et de représentations qui ont fait les grandes heures des jeux d’acteurs, en se proposant par exemple d’expliquer pourquoi telle catégorie de personne a peur ou non de tel type de risque. Chercher pourquoi « les gens ont peur des dioxines » permet en effet de déplacer les enjeux d’une opposition à un incinérateur dans l’ordre des valeurs culturelles, de l’inconscient ou de l’imaginaire, au lieu d’étudier par exemple les tractations qui ont pu pousser les élus à choisir l’incinération – raisons qui n’ont souvent rien à voir avec l’imaginaire ou le symbolique. Sont évacués : l’histoire politique des lieux, l’effet boomerang des luttes passées, les enjeux électoraux et économiques, le poids des lobbies et les règles imposées aux administrés pour la méthode de traitement de leurs déchets comme pour leur approvisionnement en eau ou en électricité.

29Nous venons de voir quelques-uns des avantages de la méthode des jeux d’acteurs, ainsi que quelques pistes qui permettent de prendre conscience de ses inconvénients, mais ne pourrait-on pas trouver d’autres manières de faire pour analyser les conflits environnementaux ?

Perspectives

  • 18 Latour B., Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.
  • 19 Latour B., « Comment finir une thèse de sociologie. Petit dialogue entre un étudiant et un professe (...)

30Le principal courant allant aujourd’hui en ce sens est certainement celui développé par Bruno Latour, Michel Callon et leurs collaborateurs, connu sous les noms de théorie de l’acteur-réseau18, de sociologie de la traduction ou encore de cartographie des controverses. Il s’agit surtout d’une critique et d’une mise en garde contre les approches formelles : Latour considère que la théorie de l’acteur-réseau constitue avant tout un « argument négatif » qui « ne dit rien positivement sur quoi que ce soit19 ». Son grand intérêt est d’accorder beaucoup d’attention aux pratiques et aux conditions d’enquêtes, sans pour autant constituer un cadre rigide qui fixe les analyses. On y trouvera donc de nombreux exemples et conseils méthodologiques, comme de montrer comment sont constitués les assemblages de positions, considérer que tout arrangement reste instable et susceptible de changer, de retracer les trajectoires des acteurs, de penser à relier les phénomènes locaux et globaux, etc. La dimension très conceptuelle de cette grille d’analyse et son ambition de participer à un programme beaucoup plus vaste de refondation de la sociologie pourront rebuter, mais il ouvre cependant de nombreuses perspectives.

  • 20 Stengers I., Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, Paris, La Découverte, 20 (...)

31Autre approche : celle développée par Isabelle Stengers, qui propose une solution originale pour sortir du formalisme des catégories et accorder plus de sensibilité au contexte. Il s’agit de cultiver l’ambiguïté des termes. Sa grille de lecture repose sur des couples de notions aux contours moins schématiques que les groupes d’acteurs : responsables et entrepreneurs, usagers et utilisateurs, praticiens et professionnels. L’intérêt étant que de telles notions créent « une ambiguïté qui ne doit pas être levée mais bien plutôt explicitée. La lever serait donner une solution toute faite aux “gens”. L’expliciter, c’est en faire [...] une dimension qui appartient à la situation et ne peut être pensée indépendamment d’elle20 ». L’autre intérêt de cette méthode est qu’elle est beaucoup plus sensible aux travestissements et aux « prétentions de façades » (p. 80), que la grille traditionnelle d’acteurs. Elle permet ainsi d’observer les manipulations de catégories pour illustrer comment une entreprise (en l’occurrence Monsoto) va pouvoir prendre la « pose héroïque » de l’entrepreneur, « celle de l’Homme prométhéen ne cessant d’explorer ce qui pourrait devenir possible » et « qui accepte d’un cœur vaillant la possibilité de l’échec » (p. 79) quand il s’agit d’apprécier les conséquences de ses actes, mais qui exigera au contraire la sécurité lorsqu’il s’agira de défendre ses propres investissements, adoptant ainsi une pose responsable. De même, ces notions permettent de retracer dans quelles conditions des usagers sont transformés en utilisateurs, supposés égoïstes, ou des praticiens en professionnels, supposés soumis (p. 120).

  • 21 Zonabend F., La presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacob, 1989, p. 175.
  • 22 « J’appelle dispositif tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’ori (...)

32Enfin, on peut diversifier plus encore les approches. D’une part, on peut réaliser une histoire politique des conflits. Ce moyen permet d’éviter de tenir les dynamiques des jeux d’acteurs pour acquises et de suggérer les résonances qu’un conflit antérieur ou parallèle, impliquant d’autres acteurs, peut avoir par contagion sur celui considéré par l’analyse. Cela permet également de retracer le parcours d’acteurs ayant depuis quitté le débat ou changé leur fusil d’épaule. D’autre part, on peut tenter en parallèle de se détacher entièrement des considérations de jeux d’acteurs pour, ainsi que le propose Françoise Zonabend, « centrer l’examen sur les façons de dire ou de taire, sur les procédures et les ruses, sur les tactiques ou les pratiques21 », et ce indépendamment de toute considération sociale. Regarder ce que font les individus pour comprendre ce qu’ils sont, ou plutôt, ce qui les anime, les pousse à agir et non le contraire, qui consiste à repérer d’abord qui sont les individus dont on parle pour en déduire ce qu’ils font et anticiper ainsi ce qu’ils vont faire. Une telle perspective nécessite d’oublier temporairement les catégories, si la personne considérée est un élu, un industriel ou un militant, et même si elle est pour ou contre l’implantation de tel équipement. En étant attentif à la forme de ses propos, par exemple à sa manière de parler, au vocabulaire qu’elle utilise et aux métaphores qu’elle emploie, et en les reliant aux pratiques et aux moyens qu’elle préconise pour atteindre ses fins, on verra ainsi apparaître des similitudes entre des acteurs qui auraient été traditionnellement opposés par les considérations de jeux d’acteurs et réciproquement, des différences radicales de méthodes entre personnes supposées proches. On pourra ainsi remarquer qu’un militant anti-incinération de gauche développe exactement le même type de discours qu’un élu pro-incinération de droite. Même tonalité agressive du discours, même vocabulaire guerrier, mêmes métaphores héroïques et encouragements à la lutte. Bref, un même dispositif22 destiné à infléchir et dévier les comportements de leurs auditeurs, dans des directions certes antagonistes, mais avec une même méthode et un même univers de valeurs. Puis, on finira par voir ces mêmes protagonistes développer dans d’autres circonstances d’autres types de dispositifs et surtout, déployer toute une palette de dispositifs agencés dans une multitude de dégradés. Ce faisant, on pourra aussi bien décrire les différentes stratégies employées pendant le conflit, que le brouillage et les inversions de rôles ou les manières dont les moyens utilisés vont se mettre à contredire les fins affichées.

Conclusion

33Le conflit de l’incinérateur de Marseille est assurément polarisé mais il m’a fallu du temps pour réaliser que cette polarisation en deux groupes, en deux clans, s’avérait en réalité artificielle si l’on arrivait à changer de point de vue. En un certain sens, la polarisation est imposée par un style de logique. Construite si l’on préfère. Les médias mettent en scène la confrontation. Certains protagonistes du conflit aussi. Cette forme antagoniste impose sa grille de lecture aux faits. Elle manipule des notions générales qui finissent par acquérir une existence postulée mais non vérifiée, simplement parce que la logique conflictuelle a besoin de donner corps à chaque clan pour se développer. Les protagonistes deviennent des adversaires. Tout ce qui marquera les divergences sera amplifié, tandis que leurs points communs seront perdus de vue, attaqués et niés. Les anti-incinérateurs sont alors présentés comme une entité unique. Les pratiques et les tactiques des différents groupes et individus qui composent le prétendu clan se trouvent écrasées par le mouvement d’ensemble, de sorte qu’on ne remette plus en question l’existence même du clan. Seul compte l’objectif commun. Cette manière de présenter les choses a un inconvénient. On finit par croire à l’existence d’une culture du clan qui n’existe pas nécessairement, à y croire suffisamment pour chercher en vain à lui donner une forme. Je voudrais montrer au contraire que partager un même objectif, une même cause, n’est pas une condition suffisante pour assurer l’unité du groupe. L’unité est de façade. L’étiquette « anti-incinérateurs » par exemple est un artefact. Elle met dans le même panier des gens qui ne partagent ni les mêmes valeurs, ni le même imaginaire, ni le même mode de vie et d’expression ou la même façon de penser. De même chez les pro-incinérateurs. On peut alors se demander si ce ne serait pas tant sur le fait de vouloir une société avec ou sans incinérateurs que reposerait une vision du monde, mais sur la façon d’exprimer sa position. Une vision du monde qui commencerait par une vision de soi.

Notes

1 « Incinérateur : la bataille politique fait rage », Marseille l’Hebdo, 1er octobre 2003 ; « L’incinérateur, patate chaude pour la gauche », 20minutes.fr, 19 juin 2008 ; « La guerre des ordures de Provence », Le Monde, 20 avril 2009 ; « Une belle “cagade“ du PS dans les poubelles de Marseille », Le Canard Enchaîné, 11 novembre 2009... parmi tant d’autres.

2 Guilledoux F. et Trossero D., « Incinérateur : la justice sur la piste du coup de pouce caché de Jean-Noël Guérini », laprovence. com, 20 octobre 2011.

3 Filiale d’Urbaser-Valorga qui exploite l’incinérateur.

4 Verne J.-M., « Rebondissement dans l’affaire Guérini : un mystère à 430 millions d’euros », Valeurs Actuelles, 6 octobre 2011.

5 Torre A., Melot R., Bossuet L., Cadoret A., Caron A., Darly S., Jeanneaux P., Kirat T. et Pham H. V., « Comment évaluer et mesurer la conflictualité liée aux usages de l’espace ? Éléments de méthode et de repérage », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], 10 (1), mis en ligne le 30 avril 2010 [URL] : http://vertigo. revues.org/9590.

6 Fortun K., Advocacy after Bhopal. Environmentalism, Disaster, New Global Orders, Chicago and London, University of Chicago Press, 2001, p. 10-14 et 361-363.

7 Descola P., Les lances du crépuscule, Paris : Plon, coll. « Terre Humaine », 1993, p. 55.

8 Girard T., « Comment pense Mary Douglas ? Risque, culture et pouvoir », Ethnologie française, XLIII, 2013, 1, p. 137-145.

9 Douglas M. et Wildavsky A., Risk and Culture. An essay on the selection of technological and environmental dangers, Berkeley, University of California Press, 1982.

10 Douglas M., « Four cultures : the evolution of a parsimonious model », GeoJournal, 47, p. 412.

11 Calvez M., Incertitude, risque et handicap. Jalons d’analyse culturelle, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, université Rennes 2, 2004, p. 20.

12 Calvez M., « L’analyse culturelle de Mary Douglas : une contribution à la sociologie des institutions », SociologieS [en ligne] Théories et recherches, mis en ligne le 22 octobre 2006 [URL : http://sociologies.revues.org/index522.html].

13 Boltanski L. et Claverie E., Du monde social en tant que scène d’un procès, Boltanski L., Claverie E., Offenstadt N. et Van Damme S. (dir.), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, coll. « Les essais », 2007, p. 433.

14 Torre A. et al., op. cit.

15 « Un entrepreneur chez les écolos. Entretien avec Daniel Richard, président de WWF France », [en ligne] : Nouvellescles. com [URL : http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=41].

16 Exemple développé dans Girard T., « La sécurité ressuscite ce qui nous menace. Métamorphoses de la catastrophe », Multitudes, 43 (4), 2010, p. 130.

17 Propos publiés dans le hors série du magazine Valeurs Vertes, avril 2003, p. 35.

18 Latour B., Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

19 Latour B., « Comment finir une thèse de sociologie. Petit dialogue entre un étudiant et un professeur (quelque peu socratique) », Revue du MAUSS, 2004, 24 (2), p. 154.

20 Stengers I., Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, Paris, La Découverte, 2009, p. 113-114.

21 Zonabend F., La presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacob, 1989, p. 175.

22 « J’appelle dispositif tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants », Agamben G., Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Payot & Rivages, 2007, p. 31.

Auteur

EHESS, IIAC-LAIOS.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540