Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Première partie. Jeux d'acteurs

Jeux d’acteurs

Texte intégral

1Au cœur du conflit se trouvent les acteurs et leurs intérêts contradictoires, changeant au gré de la perception des enjeux particuliers. Dans cette première partie, les auteurs se confrontent à la question difficile des variations de sens que l’analyste se doit d’attribuer d’une façon ou d’une autre aux actes individuels et aux adhésions collectives. Comment décrypter le comportement des acteurs engagés dans le conflit, seuls ou en groupes constitués ? Peut-on identifier sans ambigüité les agents sociaux impliqués et les justifications de leurs actions ? Est-il possible de leur associer des motifs tangibles et flagrants ; de rendre intelligibles par le récit les liens entre le comportement des protagonistes et leurs mobiles d’action ? La réponse est loin d’être simple. Les études de cas présentées ici tentent toutefois de circonscrire plus ou moins aisément des catégories homogènes d’acteurs, en associant à leurs modes d’implication partisane des motivations non équivoques. Or, si leurs auteurs reconnaissent sans peine qu’une lecture immédiate par le biais d’une polarisation des antagonismes est nécessaire – sans quoi il serait difficile de rendre compte dans un premier temps et simplement de ce qui se joue au travers du conflit – ils montrent aussi que cette entrée dans le conflit n’est en fait qu’une étape. Une variation des échelles d’analyse doit ensuite considérer toute l’épaisseur des trajectoires singulières, attirer l’attention sur les soubassements de la contestation et des attitudes, échapper enfin à une réduction prématurée sous la forme d’idéaux types. En jouant sur les différents niveaux d’observation, en s’attachant au grain de la confrontation entre parties-prenantes, les acteurs identifiés apparaissent en réalité comme des êtres certes rationnels mais instables, se jouant parfois des catégories dans lesquelles on tente de les confiner spontanément.

2Autrement dit, des allers et retours entre individus et catégories collectives sont nécessaires pour saisir le conflit, pour stabiliser autant que possible son interprétation, assumer une montée en généralité, enfin suggérer l’inscription dans une variation de temps et dans l’espace. Les typologies ne disparaissent pas pour autant. Autorités publiques, industriels, propriétaires, élus locaux ou riverains protestataires demeurent bien des entités collectives pertinentes qu’il est utile de mobiliser, mais l’approche pragmatique des enjeux en actes, tels qu’ils s’expriment dans l’espace clos de la conflictualité, permet assurément de redonner du jeu dans les articulations parfois trop rigides entre ce qui se joue sur le terrain et la justification du comportement des acteurs. Dans ce qui suit, plusieurs approches des jeux complexes d’acteurs introduisent de la contingence là où une lecture immédiate et bipolaire des antagonismes efface peut être trop vite les singularités locales et toujours situées.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540