Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Conflits et régulations environnementales

Thomas Le Roux und Michel Letté

Volltext

Décentrer l’histoire des régulations environnementales : une analyse par le conflit

  • 1 Voir par exemple, comme point d’étape de la dynamique impulsée par le Cnrs en France, le dossier s (...)

1Les incidences de la production industrielle sur notre environnement constituent l’un des faits majeurs de l’évolution de l’humanité depuis un peu plus de deux cents ans. Les manières d’en analyser les formes, étendues et conséquences sont multiples. Les sciences physiques et naturelles, les sciences humaines et sociales, de l’homme et de la société ont toutes, à des degrés divers, investi l’étude des rapports que les sociétés industrielles ont entretenus avec la nature, les milieux, les ressources. Cet intérêt s’est encore renforcé depuis une génération, à l’heure de l’environnement comme catégorie d’analyse. L’inflation des revues scientifiques, séminaires et colloques, thèses, associations, ouvrages collectifs, et de façon générale la multiplication des espaces dédiés, attestent que la question environnementale, au sens large, mobilise les citoyens comme les scientifiques. L’institutionnalisation des études et recherches ayant l’environnement comme objet renforce le mouvement. À ce titre, les programmes pilotés par le CNRS ont eu un rôle majeur, dont témoigne encore aujourd’hui la vigueur de ses dispositifs incitatifs et interdisciplinaires, dont l’histoire, comme les autres disciplines, a bénéficié1.

  • 2 Carson R., Silent Spring, Boston, Houghton Mifflin, 1962. Il manque la place pour faire la présent (...)
  • 3 Massard-Guilbaud G. et Bernhardt C. (dir.), Le Démon moderne. La pollution dans les sociétés urbai (...)
  • 4 Parmi les publications liées à cet axe, Guillerme A., Lefort A.-C. et Jigaudon G., Dangereux, insa (...)
  • 5 Massard-Guilbaud G. et Mosley S. (dir.), Common Ground. Integrating the Social and Environmental i (...)
  • 6 Trois dossiers spéciaux récents sur l’histoire environnementale dans des revues de référence nous (...)

2L’entrée de l’objet « environnement » dans l’histoire des sociétés industrielles en a profondément renouvelé la perception, et a permis de tisser des liens interdisciplinaires. L’impulsion fondamentale en ce domaine a été internationale. Il faut dire qu’après Silent Spring (1962), l’ouvrage dénonciateur de la biologiste Rachel Carson à l’encontre des pesticides industriels utilisés dans l’agriculture, l’historiographie anglo-saxonne s’est nourrie de problématiques sur les atteintes environnementales causées par l’industrie2. En Europe, les rencontres internationales pour l’histoire de l’environnement urbain marquèrent à la fin des années 1990 l’intérêt d’une communauté pour ces questions nouvelles3. En France, cela s’est traduit par une avancée institutionnelle ; quelques jalons ont été posés dans la dernière décennie au CNAM, où le Centre d’histoire des techniques, qui devenait d’ailleurs le Centre d’histoire des techniques et de l’environnement en 2004, faisait de l’histoire de l’environnement urbain et industriel un thème de recherche spécifique4. Deux ans plus tard, l’EHESS créait une chaire explicitement dédiée à l’histoire environnementale. La nomination à ce poste de Geneviève Massard-Guilbaud qui y avait soutenu en 2003 une Habilitation à diriger des recherches consacrée à l’histoire culturelle et sociale des pollutions industrielles au XIXe siècle, a rendu plus visible un faisceau de travaux portant sur les relations entre l’industrie et l’environnement. La tenue dans cette institution d’un colloque international en 2008 marquait d’une autre façon l’intégration au paysage universitaire des questions suscitées par le débat social sur le devenir environnemental de la société industrielle5. C’est d’ailleurs au sein de cet établissement, au Centre de recherches historiques, que se déploie actuellement le Groupe de recherche en histoire environnementale (GRHEN), un des pivots du Réseau des chercheurs en histoire environnementale (RUCHE). Indéniablement, malgré un temps de retard important sur les pays anglo-saxons, l’histoire environnementale s’est imposée en France comme l’un des cadres les plus favorables à l’étude des interactions entre industrie et environnement6.

  • 7 En particulier, Woronoff D., Histoire de l’industrie en France, Paris, Seuil, 1994. Signe de l’évo (...)
  • 8 Corbin A., Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social XVIIIe-XIXesiècles, Paris, A (...)
  • 9 Pour une synthèse stimulante sur tous ces aspects, Borraz O., Les politiques du risque, Paris, Pre (...)
  • 10 Coanus T. et al., La ville inquiète. Développement urbain, gestion du danger et vie quotidienne su (...)
  • 11 10 mars 1906, la catastrophe des mines de Courrières, et après ?, Lewarde, Centre historique minier (...)

3Il parait ainsi bien loin le temps où l’histoire industrielle n’était que l’écriture et le récit des victoires techniques, de l’innovation et du progrès. À vrai dire, la complexité de l’histoire du phénomène industriel, dans ses composantes sociales, culturelles, techniques, environnementales était déjà présente dans l’œuvre magistrale de Denis Woronoff7. Et d’autres historiens avaient commencé par donner des perspectives stimulantes depuis les années 1980. Parmi ceux-ci, les travaux d’Alain Corbin ont eu une grande influence. Par le biais de l’histoire des sensibilités et des représentations, il plaçait au cœur de l’analyse l’interaction entre industrie et société, une interaction essentiellement sensorielle – et principalement olfactive – qui introduisait la question de la nuisance dans l’histoire industrielle8. L’autre domaine de prédilection pour l’étude des rapports tendus que la production entretient avec son environnement réside dans la question spécifique du risque industriel. La menace environnementale, sanitaire ou industrielle, et avec elle la nécessité de sa gestion rationnelle, sont devenues une caractéristique des évolutions les plus récentes des sociétés industrielles, consacrant l’avènement d’une civilisation dite du risque9. Le champ ouvert par la notion a donné lieu à une abondante littérature, depuis peu relayée par les historiens10. Plus spécifiquement, les catastrophes de grande ampleur ont marqué les esprits et provoqué la production d’une production foisonnante (Fukushima, 2011 et Tchernobyl, 1986 effaçant Bophal, 1984 et Seveso, 1976, une chaine d’effacement récurent que l’on pourrait – pour rester en France – faire remonter jusqu’à l’explosion de la poudrerie de Grenelle, 1794, en passant par l’effondrement de la mine de Courrières, 1906). Généralement comprise comme la rencontre inopinée d’une source de risque et une défaillance des systèmes de contrôle et de régulation, la catastrophe révèle l’organisation des liens entre industrie et environnement. Elle est aussi le catalyseur de reconfigurations sociales et politiques. La survenue de l’accident pose alors autrement les bases d’une renégociation afin de redéfinir la légitimité d’exercice d’une activité qui s’avère dangereuse et parfois contestée11.

  • 12 Parmi les thèses de cet ensemble, dont la teneur est le reflet universitaire d’une pléthore de gui (...)
  • 13 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éditions de (...)

4Depuis une dizaine d’années, l’optique de la régulation est maintenant dominante, avec de multiples effets bénéfiques. Progressivement, les historiens se sont affranchis des juristes qui, les premiers, avaient porté leurs regards sur les rapports entre industrie et société à partir de l’étude du décret français de 1810 sur les établissements industriels classés. Il faut dire que l’abondante collection d’archives administratives découlant de cette législation pionnière a favorisé une telle optique dont l’utilité n’est plus à démontrer. Elle avait eu le mérite de faire avancer la connaissance du contrôle de l’industrie insalubre et incommode – pour reprendre les termes du décret. Mais en se focalisant sur les règlements et parfois leur application, l’analyse institutionnelle prédominait de façon parfois excessivement statique, occultant la richesse des interactions sociales12. Les préoccupations d’ordre environnemental ont permis de donner plus de profondeur et de dynamisme à l’analyse. Au contrôle réglementaire venant d’en haut et exogène à la population se substitue une analyse d’équilibres multipartites et négociés, mettant en jeu des acteurs aux intérêts parfois opposés, contradictoires ou tout simplement différents, et des pratiques et des doctrines en perpétuelle évolution. L’analyse en termes de régulation met aussi en scène les circulations et les échanges entre les différentes instances en charge de définir la norme. Pour donner un exemple, la population, de sujet passif, devient un acteur en tant que tel, qui agit et interagit avec les autorités. La démarche est d’autant plus utile pour mesurer les intéractions temporelles, les ruptures d’équilibres et les rapports de force entre les acteurs. Elle aide à caractériser les séquences historiques, à les distinguer les unes par rapport aux autres, à dégager des logiques plus problématisées. Un des apports essentiels a été de montrer que les conséquences des pollutions industrielles n’ont jamais été ignorées, même au XVIIIe siècle, ni par les riverains ou les ouvriers concernés, ni par les autorités soucieuses de la santé, de l’hygiène et du maintien de l’ordre public – ce qui permet de relativiser le tournant environnemental du dernier tiers du XXe siècle13.

  • 14 Letté M., « Débordements industriels dans la cité et histoire de leurs conflits aux XIXe et XXe si (...)
  • 15 Pour notre objet, lire en particulier Fressoz J.-B., « The Gas-Lighting Controversy. Technological (...)
  • 16 Simmel G., Le conflit, Belval, Circé, 1995 ; Coser L., Les fonctions du conflit social, Paris, PUF (...)
  • 17 Melé P., Larrue C. et Rosemberg M. (dir.), Conflits et territoires, Tours, Presses universitaires (...)
  • 18 Parmi une littérature abondante : Nicolas J., La rébellion française, 1661-1789, Paris, Gallimard, (...)

5Sans aucun doute, les contributions de cet ouvrage se rattachent à cette dynamique de recherche. Toutefois, l’angle d’attaque est légèrement différent : parce que le conflit en constitue la cible privilégiée, un décentrement est subrepticement opéré14. Pourquoi s’attacher au conflit environnemental dans l’analyse du rapport entre industrie et environnement ? L’étude des controverses en histoire des sciences a montré tout l’intérêt de ces situations de crises où se révèlent les tensions internes à chaque société15. De la même manière, parfois à des niveaux très locaux, les contestations contre les implantations industrielles, qui ne sont pas forcément corrélées ou proportionnelles au volume des pollutions ou autres nuisances, brisent le consensus et font émerger la parole et les actes. Elles éclairent ainsi les rapports sociaux, les politiques économiques explicites ou sous-tendues, les représentations des acteurs, leurs motivations, et elles aboutissent parfois à un nouvel équilibre, quelle qu’en soit l’issue et la sortie de crise, dont la compréhension des ressorts en eux-mêmes est en dernière instance édifiante. En opérant ce décentrement, l’analyse historique prend également appui sur un grand nombre de travaux en sciences sociales qui ont fait du conflit un objet d’analyse spécifique. Le rôle du conflit dans la stabilisation des sociétés humaines comme dans les dynamiques d’innovations sociales a été depuis longtemps un point de convergence de nombreux travaux issus d’autant d’écoles de la sociologie16. Chez les géographes et en science politique, l’association de l’environnement et du territoire a renouvelé le regard autour des questions d’usages, de la ressource, de l’aménagement et du paysage ; le conflit environnemental y est un des thèmes fréquemment mobilisé, une catégorie d’analyse à part entière de la territorialisation et de la territorialité17. L’histoire sociale et culturelle en a fait également l’un de ses objets de prédilection ; le sentiment récent d’un renouvellement des formes comme des enjeux du conflit a certainement permis de le redynamiser18. Au-delà du conflit dans ses formes militaires ou politiques, l’environnement est devenu lui aussi un espace de la conflictualité, même pour des périodes bien antérieures à l’invention de l’environnement au XXe siècle.

  • 19 Sur ces questions, signe d’un intérêt renouvelé, voir le séminaire mensuel organisé depuis 2010 au (...)

6Par ses impacts environnementaux, l’industrie se prête fort bien à l’étude des situations conflictuelles. Pollutions, risques et catastrophes sont sans conteste les expressions les plus manifestes de l’insertion de l’industrie dans son environnement. Accidentels ou chroniques, ces modes d’existence de l’activité économique sont à l’origine de nombreux conflits avec les populations alentour. Les mobilisations collectives sont récurrentes, et n’ont pas attendu les syndicats ou la prise de conscience environnementale pour exister19. Les antagonismes mettent en lumière les interactions sociales et bousculent les équilibres acquis. Ils sont la manifestation d’une confrontation d’intérêts contradictoires dont l’enjeu porte sur la légitimité des usages qui sont fait de l’environnement et qui se disputent l’appropriation de ressources, d’espaces et de territoires. Ils sont susceptibles de porter atteinte aux profits économiques tirés des usages de l’environnement, mais aussi à des valeurs, à des identités, à des rapports à la nature. Le conflit implique d’abord les responsables de l’activité contestée et les protestataires, puis par extension, des alliés objectifs, porteurs d’intérêts, administrateurs publics et gestionnaires des équilibres locaux. Il concerne dans sa signification la plus extensive l’ensemble des rapports, des relations, des interactions dont l’environnement s’avère finalement le siège. Espace en partage, des intérêts divergents en négocient les usages.

Définir et focaliser, mais sans perdre de vue le grand angle

7L’étude par le conflit suppose d’en définir la condition d’existence et les limites. Quelle frontière dessiner entre l’analyse de la régulation proprement dite et celle des conflits environnementaux ? Question de point de vue, essentiellement. En terme de définition, nous avons testé la notion de débordement industriel ; puis nous avons porté la focale sur des situations de conflit local, mais sans perdre de vue le grand angle des processus globaux. L’enjeu était en effet d’aboutir à des pistes pour une grille de lecture commune, au delà de la multiplicité des cas particuliers analysés. Était-ce possible ?

  • 20 Douglas M., Purity and danger: an analysis of concepts of pollution and taboo, London, Routledge (...)

8Nous entendons en première instance par débordement industriel tout ce qui, du fait de l’existence d’une activité de production et de son insertion dans l’environnement immédiat, impose son existence matérielle et symbolique par des externalités dont les populations environnantes contestent la légitimité. Qui dit débordements, dit frontières traversées, enceintes non respectées ou limites dépassées, règles transgressées. Pollutions ou nuisances sont les premiers débordements auxquels il faut spontanément songer. La perception de la pollution telle que la restitue l’anthropologue Mary Douglas est ainsi liée à ce qui ne devrait pas être là et n’est pas à sa place20. Débordement : le terme n’est pas très engageant, ce que rappellent ses synonymes : abondance, abus, crue, débauche, déluge, démesure, dérèglement, déversement, effusion, épanchement, essor, excès, expansion, flot, frénésie, inondation, invasion, irruption, profusion, propagation, surabondance, vomissement... Ce qui déborde inspire en somme l’illégitime et le non autorisé, évoque d’abord ce qui est abusif, susceptible de devoir être contenu, contrôlé, surveillé, voir être arrêté sous peine de catastrophe. Enfin, le débordement suggère l’incommode, le désagréable, les mauvaises odeurs, le sale et l’impropre. Il n’a pas toujours d’identité claire. Son statut bien souvent est ambigu. Parce qu’il oblige à devoir se confronter aux règles édictées, il menace les équilibres de la communauté. Selon Mary Douglas, des rites sont nécessaires pour rétablir cet ordre menacé et le repenser parfois. Les conflits seraient-ils en quelque sorte ces manifestations permettant de faire advenir ces débordements pour mieux les rejeter ou finalement les accepter ? Face à la menace de la pollution et des risques sanitaires, ils seraient comme des rites dont la fonction serait celle de l’exutoire ou de la catharsis. De ce fait, c’est bien dans l’espace public, celui de la Cité, que ces conflits émergent et se résolvent. La Cité, ici, est multiple, correspondant aux différentes communautés engagées dans le conflit, chacune régie par des intérêts propres, ses normes, ses règles de comportement, ses modes de production des faits et de leur exposition, ses discours, ses territoires, ses rapports aux autres cités.

9Le débordement, pourrait-on dire, est inhérent à l’activité productive, provoqué par le dispositif de production lui-même. Encore faut-il que ce dernier perturbe suffisamment son environnement immédiat, rompe le consensus, et impose la reconfiguration des interactions locales, au risque du conflit. La première façon de cerner le débordement serait d’en rester aux limites physiques des unités de production – à supposer que ces limites soient admises en elles-mêmes. À ce titre, le débordement est aisément perceptible hors de l’enceinte des espaces strictement dédiés à la production (fumées, rejets dans la rivière, odeurs, bruits, trépidations, etc.). Mais il peut prendre également une forme plus symbolique et forte, et se traduire par exemple par des peurs face au risque imposé aux populations alentours, par des formes d’emprises et d’exercice de la contrainte, des effets induits sur la qualité de la vie urbaine, des conséquences sur d’autres types d’activités, etc. Il peut advenir par des chemins détournés : pensons à la dissémination de produits toxiques dans l’environnement, loin du lieu de production, ou encore aux effets secondaires à temporalité décalées sur le site même d’une ancienne unité de production. Les pathologies professionnelles pourraient aussi devenir débordements – pour certaines maladies spécifiques et bien identifiées, elles le sont généralement.

  • 21 Castonguay S., « Les territoires de la pollution. L’environnement comme catégorie de l’action publ (...)

10Toutefois, la dimension territoriale du débordement demeure prédominante parce que l’insertion d’une activité industrielle dans un environnement détermine toujours la constitution de territoires dédiés ou appropriés en concurrence avec d’autres ordres de possessions et d’usages : le conflit n’est jamais loin. Les lignes de démarcation des territoires revendiqués sont souvent poreuses, imbriqués, confuses, confondues parfois et mal identifiées. Or, les conflits du fait de débordements renvoient toujours, d’une façon ou d’une autre, à l’impératif d’une négociation pour la qualification, la justification et la légitimation des fonctions associées à ces territoires disputés par et pour l’activité à l’origine des débordements incriminés. La négociation est ainsi l’acte majeur pour la construction de ces territoires, lieux d’interactions, d’échanges et de pouvoirs21. Les conflits supportent tous des intérêts concrets et contradictoires, des enjeux dont les lieux publics d’expression forment les Cités dans lesquelles sont négociés la reconnaissance et la légitimité de ces territoires.

11L’ancrage au territoire a donc été un des impératifs de l’analyse des débordements, et le plus souvent au niveau local. Cette focalisation découlait de la nécessité de décortiquer précisément les enjeux, acteurs et événements, et de dénouer au plus fin les fils du conflit. Le local est l’échelle qui est apparue la plus pertinente pour appréhender les dynamiques à l’œuvre dans la fabrication sociale et culturelle des sociétés urbaines et de leur environnement naturel. De même qu’il est nécessaire de porter la focale sur l’activité incriminée, les études de cas restituées dans cet ouvrage délimitent les espaces dans lesquels les débordements se déversent, mais où également se déploient les enjeux, s’expriment les protestations, se négocient la légitimité des savoirs qui les font exister ou disparaître. La perception des risques et la dénonciation des nuisances, le sens même des tensions, l’évolution des controverses associées, leur gestion par les pouvoirs publics et la clôture d’une crise qu’elle génère sont toujours enserrées dans des réseaux de contraintes d’abord locales et différentes de celles qui seraient jugées pertinentes à une échelle plus large.

  • 22 Revel J., « Micro-analyse et construction du social », in Revel J. (dir.) Jeux d’échelles. La micr (...)

12On connaît les revers de la monographie autocentrée sur elle-même, restreinte à son terrain et incapable de monter en généralité. C’est en se départissant de ces réserves que le programme de recherche constitué en réseau a justement voulu lutter, en focalisant mais sans jamais perdre de vue le grand angle. Des micro-récits pour une macro-histoire ? Au travers de ces histoires locales et singulières, l’optique a été de saisir les moyens de la régulation de ces conflits au travers desquels s’élaborent, de façon concrète et empirique, la négociation des modes d’arbitrage entre différentes parties prenantes du débat public : populations, décideurs, dirigeants d’entreprises et responsables du développement local. Si dans chaque cas, selon ses compétences et la nature des sources accessibles, les contributions explorent au moins un registre particulier d’expression du conflit, en se concentrant par exemple sur un acteur singulier, en analysant précisément le fonctionnement d’une arène de débat, un enjeu spécifique..., chacune contribue à la perspective collective de formuler des grilles d’interprétation, par la comparaison, par la confrontation des points de vue et les lectures croisées, le contraste aussi. Il y a là donc un jeu d’échelles entre « local » et « global » qui fait sens22. Ces histoires locales de la recherche d’une conciliation des activités industrielles, génératrices de débats, de troubles, de luttes, de concurrences, de revendications de la part des populations environnantes ont ainsi constitué la matière à problématiser. Autrement dit, le débordement se révèle à l’usage comme la possibilité d’une interprétation totale d’un fait local. Comment ces revendications ont-elles émergé et investi l’espace public qui n’est ni celui d’aujourd’hui, ni celui du terrain national ? Quels ont été les rôles, les stratégies déployées par chacune des parties prenantes ? Quels ont été les processus de règlement des conflits, selon quelles échelles ? Quelles ont été les modalités de co-construction de ces espaces locaux de conciliation, de médiation, de débats publics, négociés et/ou imposés ? Quels ont été en dernière instance les mécanismes de la régulation permettant au dispositif de production de continuer à produire ? Les contributions à cet ouvrage suggèrent quelques éléments de réponses.

Quand le débordement advient

13Le bruit de fond formé par la multitude des conflits locaux durant l’industrialisation résonne toujours aujourd’hui dans la Cité. L’histoire de la conflictualité éclairerait ainsi sans doute le passage d’une société industrielle productrice de débordements à une société malade de leurs conséquences. La société n’en finit plus de régler ses comptes avec l’industrie ; une industrie qui n’en finit plus de dégrader l’environnement... Ignorer les fondements historiques de ces débordements et de leurs conflits empêche de comprendre quelques paradoxes troublants. Parmi d’autres, celui qui fait apparaître des décalages temporels entre l’histoire des savoirs et des innovations techniques, l’histoire des contestations environnementales et des mobilisations collectives, l’histoire de l’intervention publique ou de la législation. Le silence des riverains baignant dans les pollutions à une époque peut contraster par exemple avec la virulence de leurs protestations au moment même où la pollution en question semble ne plus être ou presque plus. Ce décalage temporel caractérise bien la notion de débordement et la distingue de la qualification de nuisance ou de pollution.

  • 23 Letté M., « Le tournant environnemental... », art. cit., p. 151-152.

14Insistons donc, ici, sur ces temporalités décalées qui mettent en exergue cette différence. En 2008, un conflit surgit dans quelques petits villages de l’Indre, à la suite de la dépollution d’une rivière, contaminée par plusieurs décennies d’industrie mégissière près de Levroux : les fuites des bennes sur le trajet jusqu’à la décharge alimentèrent la colère des riverains, inquiets pour les risques sanitaires d’une telle dissémination (au demeurant en volume très faible, mais les boues étaient chargées de chrome, un métal lourd employé à grande échelle pour tanner les peaux, cancérigène sous sa forme hexavalente). Du temps de pleine activité du traitement des cuirs, la filière industrielle ne suscitait pourtant pas autant de rejets et d’inquiétudes quant à ses pollutions. Une conclusion rapide pourrait conduire à juger comme irrationnel le comportement des contestataires et à discréditer aujourd’hui leur prise de parole dans l’espace public23. S’il est facile de saisir les tenants et aboutissants d’une contestation des riverains immédiats à l’encontre d’une nouvelle implantation industrielle, surtout s’ils n’en profitent pas en terme d’emplois, il est plus difficile de les comprendre lorsque le conflit surgit après l’arrêt de la production.

  • 24 Ogé F. et Simon P., Sites pollués en France. Enquête sur un scandale sanitaire, Paris, Librio, 200 (...)

15Plusieurs contributions de cet ouvrage nous invitent à mieux comprendre les ressorts de ces crispations qui mènent au conflit. C’est ainsi que Ariane Debourdeau et Christelle Gramaglia, Marie-Laure Crespy, enfin Coralie Dumontier et Judith Rainhorn présentent trois situations conflictuelles alors que l’activité industrielle a complètement disparu ou en est réduite à sa portion congrue. À Viviez (Aveyron), Saint-Laurent-le-Minier (Gard) ou Noyelles-Godault (Pas-de-Calais), ce sont les reliquats, déchets et souvenirs des anciennes industries du plomb et du zinc qui refont surface. Il n’est pas fortuit que l’étude par les conflits et débordements industriels aboutisse à des constats similaires sur des terrains différents. Dans les trois cas, il s’agit d’un même type de pollutions, par les métaux lourds, principalement le plomb et le cadmium, infiltrés dans le sol. Leur caractère cumulatif et néfaste pour la plupart des organismes vivants et en particulier pour l’homme donne aux pollutions un caractère rémanent, y compris plusieurs décennies après la fermeture des usines. À ce titre, les trois terrains d’étude ne se différencient pas forcément des dizaines de milliers d’autres sites pollués en France24. Mais contrairement à la plupart d’entre eux, méconnus ou mis sous cloche, des mouvements de contestation ont fait émerger la part de l’indicible et ont imposé dans l’espace public la question de la légitimité d’une activité résiduelle ou de dépôts polluants anciens.

16Le point central de ces débordements décalés est celui de l’héritage contingent légué par l’activité industrielle, de l’empreinte laissée au territoire qui l’a accueilli, et de la valeur qui lui est attribuée. Dans tous ces cas, un extraordinaire processus d’invisibilisation traverse la marche de la production. Après plusieurs générations d’emprise industrielle, les entreprises ont généralement façonné leur environnement au point de rendre indispensable et indiscutable leur existence, tant en termes d’emplois, services rendus que de paternalisme direct ou induit. Leurs implantations se fondent même dans le paysage et la culture locale, et certains de leurs bâtiments deviennent un patrimoine menacé à défendre. Les fermetures d’usine – et l’arrêt de toute une série de nuisances – sont ainsi généralement perçues comme une catastrophe par une population qui en vit ou en vécut et par des autorités qui doivent favoriser la prospérité locale. Comment advient alors le débordement, d’autant plus paradoxal que les nuisances ont apparemment disparu, et que l’activité industrielle est réclamée ? La plupart du temps, il découle des forces exogènes. Ainsi, à Saint-Laurent, c’est plus de dix ans après la fermeture de la mine et de l’usine que le conflit fait surface, en 2005, à la suite d’analyses chimiques des sols effectuées par des laboratoires départementaux. à Viviez aussi, ce sont des mesures de taux de contamination dans des rivières en aval qui mettent en cause le caractère toxique des bassins et des sols tout autour des anciens sites de production (dont une petite partie est encore en activité) en 2008, et qui lancent la controverse dans l’espace public. Quant au bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, les enquêtes épidémiologiques sur le saturnisme infantile existaient et étaient connues depuis plusieurs décennies, mais c’est la fermeture brutale de l’usine de Metaleurop en 2003 qui permet de délier les langues. À ces facteurs déclenchant s’ajoutent un contexte culturel plus réceptif aux préoccupations environnementales et surtout une recomposition sociale des territoires consécutifs de la désindustrialisation.

17Pourquoi si tard ? N’y avait-il pas eu de conflits auparavant ? Les enquêtrices mettent bien en évidence le long processus d’invisibilisation qui a accompagné l’expansion industrielle locale, d’autant remarquable qu’il succède à chaque fois à des décennies de lutte contre ses effets néfastes, notamment durant le XIXe siècle. Le déni des entreprises, appuyé généralement par les services de l’État, tout particulièrement l’administration des établissements classés, a contribué grandement à cette occultation des pollutions, nuisances et risques pour éviter le conflit. Mais plus prosaïquement, c’est avec leur portefeuille qu’elles ont maintenu la paix sociale sur leurs abords : tout d’abord en indemnisant largement les dommages qu’elles créaient, proportionnellement aux protestations et menaces de poursuites en justice ; ensuite en achetant les propriétés riveraines au gré des circonstances et en fonction du niveau d’hostilité du voisinage afin de se créer une bulle protectrice. Nous reviendrons sur cette marchandisation du territoire. Puis le choc de l’implantation et des extensions étant passé, le temps a fait son œuvre. Au fil des générations, l’entreprise était installée, avait façonné le paysage, elle était légitime et avant tout pourvoyeuse d’emploi. D’où la mise en invisibilité dont la carapace ne se fend que plus tard, lorsque les terrains sont reconquis après leur désaffectation (Saint-Laurent-le-Minier), au moment où des accidents résiduels réinterrogent la légitimité acquise (Viviez), ou encore quand l’entreprise fuit sa responsabilité économique et brise ainsi un consensus historique (Noyelles-Godault).

  • 25 Duchêne F., « Les affaissements miniers dans le bassin ferrifère lorrain : quand le territoire re- (...)

18Dans ces nouveaux conflits, un adversaire se défile. Liquidée, absente ou fuyante, l’entreprise incriminée répond rarement à l’appel. Dans ce temps long incompatible avec les calculs économiques de la rentabilité financière, la dette à solder est rarement recouvrée par le débiteur, même après de longues années de procès ; celui de Metaleurop est encore repoussé à Noyelles-Godault, tandis qu’à Saint-Laurent, l’entreprise semble tout simplement absente, et Vieille-Montagne joue la conciliation à Viviez. Finalement, c’est l’État qui est accusé d’immobilisme et qui finit par solder le passif. Ce phénomène d’effacement de la responsabilité de l’entreprise et une prise en charge par l’État de ces débordements décalés dans le temps semble une voie générale, de la désaffectation des sites aux opérations de dépollution, en passant par les effondrements de carrière ou encore les affaissements miniers25. La privatisation des profits versus la mutualisation des pertes se confirme ici.

19Ce qui est remarquable dans les conflits qui ressurgissent, ce sont les persistances du déni, dont se réapproprient certaines victimes (travailleurs ou voisins proches) pour ne pas être accablées à nouveau par la fatalité des débordements multiples, souterrains et latents. Pourquoi toujours subir les contrecoups du joug d’entités industrielles avec qui l’on a vécu – mal mais vécu tout de même ; pourquoi s’infliger tant de souffrances et accepter la stigmatisation de nouveaux venus, qui alertent sur la rémanence des pollutions mais qui n’ont ni vu, ni souffert, ni aimé sur place ; pourquoi enfin tolérer la disqualification de territoires sur lesquels on a bâti, élevé ses enfants, assisté ses parents dont le décès à un âge avancé démolit les discours alarmants sur les dangers sanitaires des lieux ? Les conflits associés aux débordements révélés par la désindustrialisation ne mettent plus simplement en scène une entreprise contre des riverains qui souffrent, mais de nouveaux venus, peu insérés dans le tissu local, parfois selon un processus de gentrification ou de colonisation culturelle et sociale, contre d’improbables alliés de l’industrie, anciens salariés ou voisins qui voient remis en question leur identité et leur territoire, celle de leur famille, de leur vie, qui craignent enfin pour la dépréciation de leurs propriétés que provoque l’action des lanceurs d’alerte, identifiés comme fauteurs de troubles. Une lutte complexe, qui mêle conflits de génération et nouvelles luttes de classes, se superpose ainsi aux attendus traditionnels des conflits environne mentaux.

Jeux d’acteurs singuliers

20Dans tout conflit, l’identification des adversaires s’insère dans un contexte large qui les dépasse. Ainsi, la sociologie ou l’anthropologie aident au dévoilement des invariants qui traversent toute situation conflictuelle. Celles qui découlent des débordements industriels n’échappent pas aux règles communes. On trouvera pris dans ces conflits des individus en interaction et des enjeux bien concrets, des identités et des territoires à qualifier, requalifier, disqualifier, des rapports de force et de domination, des liens d’interdépendance et de coopération, des confrontations d’intérêts contradictoires, des assemblages d’acteurs pris dans des réseaux de contraintes et de tensions, des représentations, idéologies, cultures épistémiques et croyances.

  • 26 Nous reprenons le terme « configuration » des travaux de Norbert Élias, qui désigne une approche r (...)
  • 27 Ce terme « dispositif » se réfère de la même façon à la catégorie d’analyse développée par Michel (...)

21Ces agrégats d’acteurs et de leurs enjeux font exister par leurs interactions des configurations sociotechniques qui sont à la fois la cause et le siège de la conflictualité environnementale26. Ces configurations s’incarnent dans des dispositifs composites mêlant éléments physiques et non physiques, matériels et immatériels, techniques et sociaux. Ensembles hétérogènes comportant des discours, des institutions, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, les dispositifs établissent le réseau tant des contraintes que des éléments de sa cohésion. Ils sont le jeu d’expression des rapports de force et de stratégies27. Les configurations sociotechniques et leurs dispositifs ne sont donc jamais stables. Asymétriques et à géométrie variable, leur équilibre est régulièrement remis en cause, construit, déconstruit, reconstruit au fil des négociations et de l’entrée dans le conflit de nouveaux acteurs ou de la prise en considération de nouveaux enjeux. Toujours dynamiques, jamais figées, il y a au sein même de ces configurations d’incessantes transactions entre des « gens », mais aussi entre des « choses » qui toutes, plus ou moins significativement, font advenir et transforment concrètement la réalité de ces dispositifs dédiés à la production dont les modes d’insertion environnementale sont contestés. Le conflit constitue bien entendu un moment privilégié de leur mise en évidence et de dévoilement.

22Il serait ainsi possible de reconstituer, à travers une grille d’analyse commune, les logiques permanentes qui rendent compte des relations entre les sociétés et leur industrie. Notre ambition est, tout en gardant à l’esprit l’horizon de ces schèmes d’explication, plus modeste. Dans cet ouvrage, Tobias Girard montre ainsi que, sans rejeter les analyses en termes de jeux d’acteurs, il faut garder à l’esprit la singularité des individus et rester attentif à leurs motivations, souvent composites, parfois contradictoires, et qui peuvent de surcroit évoluer au fil du temps. La dimension politique pointe : un acteur ne se définit pas seulement par la somme de ses intérêts ou de son positionnement social, mais aussi par un parcours personnel et un profil idéologique, ainsi que par des calculs politiques en reconfiguration permanente. À partir de l’exemple de l’incinérateur de Marseille, dont le jeu des acteurs très contemporain est analysé sur le vif, Tobias Girard nous invite à déconstruire les catégories pour mieux décrypter des stratégies parfois trop brouillées. Son regard anthropologique rencontre ici facilement la démarche historique d’étude par cas. Il accompagne la singularité des conflits situés analysés par les contributeurs de l’ouvrage.

23Il arrive aussi que l’environnement ou la question du débordement industriel soient instrumentalisés pour d’autres motifs que ceux proclamés, brouillant ainsi l’identification des groupes en conflit ainsi que leurs motivations réelles. Ainsi, à partir de l’étude de la première pollution de grande ampleur ayant eu lieu en France, provoquée par les rejets acides des soudières autour de Marseille entre 1810 et 1830, Xavier Daumalin met en lumière les fondements et faux-semblants de la contestation. Non que la pollution ne soit pas une composante essentielle du débordement, mais il s’avère qu’un grand nombre d’opposants prirent appui sur la défense de l’environnement pour mieux gêner l’industrie mise en cause, qui leur était préjudiciable d’un point de vue économique. À Marseille, les soudiers qui alimentaient de façon nouvelle les savonneries en soude caustique contrarièrent en effet les négociants-armateurs qui avaient en mains le lucratif commerce de la soude naturelle, importée depuis plusieurs sites du bassin méditerranéen. La contestation environnementale était aussi un moyen de peser sur les négociations fiscales (droit sur le sel) ou d’invoquer des pratiques déloyales qui remettaient en cause l’identité des lieux, les soudières étant supposées faire appel à une main-d’œuvre immigrée importante... Si finalement la situation pourrait se traduire par une analyse des jeux d’acteurs à dimensions multiples, les zones d’ombre et stratégies cachées restent difficiles à démêler, sauf par la restitution pragmatique et qualitative des processus locaux – au risque de quitter momentanément le terrain de l’interprétation globale.

  • 28 Peu de recherches ont été entreprises sur les politiques entrepreneuriales et l’environnement. Voi (...)

24Malgré tout, avant de dresser d’autres lignes de forces des débordements industriels et de leurs conflits, évoquons ici deux acteurs particuliers, que l’on retrouve dans toutes les contributions : l’entreprise et les services de l’État. L’entreprise, qui se manifeste par une série d’implantation (manufacture, usines, ateliers, voies de dessertes, entrepôts, etc.) et une production mouvante tant en volume qu’en qualité, est bien entendu un des acteurs principaux des débordements industriels. C’est en première instance par elle que le conflit advient. Au-delà des multiples nuances, liés à des personnalités particulières d’entrepreneurs ou des contextes locaux spécifiques, ou encore à d’autres paramètres, force est de constater que généralement, c’est l’entreprise qui mène le jeu du conflit. Accusée, sa défense est l’attaque. Le cas de Vieille-Montagne, décortiqué par Arnaud Péters, est à cet égard éclatant. Spécialisée dans la production de zinc, au point d’en devenir le leader mondial, Vieille-Montagne s’implanta dans et autour de Liège au début du XIXe siècle, et se joua de toutes les contestations, comme de la plupart des ordres administratifs, d’ailleurs. Fonctionnant sans autorisation, elle s’assura la pacification des rapports qu’elle instaurait avec son environnement immédiat au prix de stratégies qu’elle définit et maitrisait elle-même en grande partie : une politique d’indemnisation dont elle s’attacha à contrôler les taux, des acquisitions de terrains, la commande d’expertises favorables, la recherche par la technique de la solution sinon magique au moins conciliatrice, le pari sur l’avenir qu’elle arriva à convertir en promesse de production sans pollution, et finalement une délocalisation opportune lorsqu’il s’avéra que le cœur du système productif serait plus rentable avec une usine implantée ailleurs. L’analyse d’Arnaud Péters fait parfaitement écho aux résultats exposés par Christelle Gramaglia et Ariane Débourdeau pour la même entreprise sur un autre terrain, mais notons que l’on retrouve dans presque tous les cas étudiés ces stratégies industrielles, qui se parent, dans le dernier tiers du XXe siècle, d’un habillage écologique28. Quant aux services de l’État, ils ont surtout conservé un rôle d’arbitrage, dont Xavier Daumalin décrypte les logiques pour le cas de soudières marseillaises. Mais lorsqu’il s’agit d’aménager une zone industrielle à grande échelle, l’État devient un acteur de l’industrialisation directement impliqué. Toutefois, au sein des différents échelons administratifs ou des collectivités locales, l’unanimité n’est pas toujours acquise. Gwenola Le Naour montre ainsi, autour de la zone industrielle de Feyzin, qui connut son extension dans les années 1960, comment les avis divergèrent entre l’administration préfectorale aux ordres du gouvernement, et les instances municipales, beaucoup plus nuancées voire hostiles à la création d’un « couloir de la chimie ». L’accident de 1966 exacerbe un temps ces tensions, mais il est remarquable de noter qu’il remit finalement peu en cause les positions de chacun. Y aurait-il une politique d’État pour contenir ou normaliser les débordements industriels ? Cette contribution indique des voies possibles d’interprétation, sur lesquels nous reviendrons, et qui a le mérite de signaler les jeux d’échelles inhérents aux conflits environnementaux, des jeux d’échelles qui s’articulent inextricablement aux jeux d’acteurs.

Les échelles du territoire

  • 29 Les maladies professionnelles connaissent un regain d’intérêt actuellement chez les historiens. De (...)
  • 30 Parmi la nombreuse bibliographie, voir notamment Henry E., Amiante, un scandale improbable. Sociol (...)

25Il est en effet essentiel de revenir au territoire. Et d’abord de se défaire de l’idée selon laquelle l’intérieur de l’usine serait exempt de débordement. Même contenue dans son enceinte close et physiquement délimitée, la production peut avoir des conséquences importantes sur la santé des travailleurs qui deviennent alors eux-mêmes les vecteurs des débordements de l’usine. Certaines pathologies comme certains produits appellent même plus particulièrement l’attention une fois qu’ils ont investi l’espace public29. Après le stade de leur production industrielle, la dissémination des matières toxiques dans l’environnement, par exemple dans le cadre de leur usage domestique ou agricole, est une façon d’appréhender l’importance de ces débordements décalés dans le temps et dans l’espace. En France, l’amiante est sans conteste le plus emblématique de ces produits devenus débordement par contamination environnementale et sanitaire, ayant investi coins et recoins de l’espace public, et dont les conséquences sociales et politiques s’étendent sans limite. Mais de la même façon toute une gamme de produits chimiques n’en finit pas d’altérer l’environnement et de provoquer des conflits, loin des lieux, des structures et des cadres stricts de leur production initiale, parfois pour longtemps, voire indéfiniment30.

  • 31 Une démarche que l’historiographie américaine réalise d’ailleurs sans passer par l’analyse du conf (...)

26Une seconde façon d’appréhender le problème est plus intégratrice : elle consiste à considérer les pathologies ouvrières, les contaminations diffuses et décalées et enfin les pollutions environnementales comme les deux ou trois faces d’une même médaille, en l’occurrence des effets de la production industrielle sur le long terme. Ce n’est que par un processus juridique de dissociation que ces différents aspects ont été historiquement et artificiellement séparés, les études médico-légales s’occupant de la santé au travail, tandis que le droit de l’environnement, la géographie des dynamiques territoriales ou la science politique traitaient des pollutions environnementales. Une analyse par le conflit invite à articuler entres elles ces différentes dimensions et à rétablir la continuité de liens autrement ignorés31.

  • 32 Parmi l’historiographie française, signalons la remarquable étude de Moriceau C., Les douleurs de (...)

27À l’instar de l’amiante, la céruse symbolise ces maux du travail qui finissent par déborder le cadre confiné de l’usine pour investir l’espace public, et ce n’est pas un hasard si dans cet ouvrage c’est ce composé de plomb, très utilisé au XIXe siècle comme pigment blanc dans la peinture, que Jean-Paul Barrière a retenu pour montrer qu’il a d’abord affecté les ouvriers producteurs, puis les peintres en bâtiments, enfin tout simplement les citoyens vivants dans les logements cérusés. Mais ce qui est remarquable est de voir à quel point les médecins, les ouvriers eux-mêmes ou les hommes de loi ont fait surgir ce problème dans le débat public, alors qu’il était resté jusqu’à alors confiné au cercle restreint des usines et des spécialistes en hygiène industrielle32. Même au XIXe siècle, l’entreprise pouvait avoir à rendre des comptes sur sa gestion du personnel, et à défaut d’être poursuivie au pénal, être condamnée à payer les frais d’hospitalisation de ses ouvriers.

  • 33 Fressoz J.-B. et Le Roux T., « Protecting Industry and Commodifying the Environment: the Great Tra (...)

28Payer pour les dommages causés par la production, tel semble bien être l’une des façons privilégiées par l’entreprise pour s’acquitter de ses débordements et consolider ainsi son emprise territoriale et sanitaire. À dire vrai, c’était la seule véritable contrainte dument signifiée par le décret de 1810 sur les établissements insalubres. Une fois qu’une industrie classée avait été autorisée par l’administration, les propriétaires lésés pouvaient recourir à la justice civile et percevoir des dommages et intérêts en guise de réparation. Mais même en dehors de la loi, les entreprises indemnisaient largement leur entourage, de gré à gré – une façon d’acheter la paix environnementale. Il faut ainsi considérer les pratiques d’indemnisation comme courantes et massives33. Dans son étude, Julien Maréchal met en lumière les articulations d’échelles qui lient le territoire et les pratiques d’indemnisation. Il réussit à caractériser un gradient décroissant d’indemnisation en fonction de la distance, sans perdre de vue que la base de calcul reste bien les rapports de force entre l’industrie et son voisinage. Ainsi, si bon nombre de cultivateurs exerçant autour de la fabrique sont indemnisés, les terrains les plus proches finissent par être rachetés : ne serait-ce pas la forme ultime de l’indemnisation, telle une marchandisation de l’environnement vers laquelle tendrait toute activité productive ? Voilà une façon en tout cas pour l’entreprise de créer un cordon « sanitaire » entre son usine et les protestataires, et d’aménager ainsi les conditions d’une sortie de crise qui lui soit favorable. Le processus d’émergence de l’indemnisation à partir des années 1820, son renforcement puis son apparent déclin au XXe siècle lié aux acquisitions territoriales semble une tendance suffisamment convergente pour être suggéré comme schéma explicatif global (dans cet ouvrage, outre Julien Maréchal : Ariane Debourdeau et Christelle Gramaglia, Judith Rainhorn, Arnaud Péters, Thomas Le Roux). L’indemnisation devient en tout cas un des moyens de gestion en milieu hostile des débordements de l’entreprise, minutieusement et rationnellement calculée.

29Quant à la gestion purement territoriale, elle traverse pratiquement tous les conflits. Dans l’industrie savonnière de Marseille, dont Daniel Faget restitue les implantations, extensions et redéploiements sur une durée séculaire, elle est cœur de toutes les sorties de crise. Puisqu’il s’agit principalement de litiges portant sur les déchets des savonneries, particulièrement abondants en volume, la solution consiste à affecter des espaces dédiés pour les dépôts. On notera la concordance entre espaces en déshérence, peuplés par des populations immigrées ou socialement défavorisées, et le choix des sites de dépôts, tout comme l’agrandissement des échelles (une fuite en avant ?) qui guide les politiques de rejets au fil du temps : après le remplissage des calanques du sud de Marseille, les dépôts contribuent aux remblais de l’Anse de l’Ourse à l’ouest de la ville, puis la mer et son espace gigantesque apparut comme la solution ultime.

  • 34 Bellanger E. (collab. Pineau É.), Assainir l’agglomération parisienne. Histoire d’une politique pu (...)
  • 35 Ashby E. et Anderson M., The politics of clean air, Oxford, Clarendon Press, 1981; Mosley S., The (...)

30Avec la mer s’abolissent les frontières du territoire, comme avec l’atmosphère. Dans le cas des émanations d’une usine affectant son milieu environnant, les débordements n’ont évidemment aucune sorte de considération pour les limites que lui fixe l’administrateur public ou le législateur. Les fumées diffusent, circulent et les matières tangibles s’accumulent pour constituer autant de territoires supplémentaires commandés par les exigences du dispositif de production. Ce sont eux qui font l’objet d’une contestation par des populations alentours et des usagers concurrents de ces territoires affectés. Comme le dit joliment Julien Maréchal, l’insoutenable légèreté de l’air se joue allègrement des barrières. La contribution de Stéphane Frioux sur les fumées industrielles de l’agglomération lyonnaise au XXe siècle en montre les conséquences en termes d’échelles d’intervention. Certes, il s’agit bien de qualifier de quelles fumées il s’agit, leur provenance, leur caractère nocif, leur volume ; mais il faut bien aussi trouver les moyens d’intervenir face à une nuisance qui provoque tensions et contestations, sans même parler des problèmes chroniques de santé. Or, c’est bien l’une des difficultés de ce type de débordements. Tandis que les deux villes limitrophes, Lyon et Villeurbanne, luttent avec leurs moyens contre un fléau urbain croissant, c’est à l’échelle intercommunale qu’il aurait fallu au moins agir. Autour des années 1930, les avancées en ce domaine s’esquissent mais ne sont pas confirmées par l’État. La loi Morizet en 1932, premier texte d’envergure national consacré à la pollution de l’air, transfère la juridiction compétente des municipalités aux préfectures. On aurait pu en attendre une meilleure coordination de l’action publique, mais dans les faits, son application tient peu compte de l’expérience lyonnaise qu’aurait sans doute mieux valorisé une action véritablement intercommunale, à la manière de celle qui commençait à se mettre en place à Paris pour le traitement des eaux usées34. Quoi qu’il en soit, le territoire confiné commence à perdre de son sens avec les fumées : les pollutions globales (par exemple les pluies acides, dont Michel Dupuy retrace dans cet ouvrage quelques éléments) nous rappellent fréquemment le caractère nécessairement transnational des atteintes environnementales liées aux productions industrielles. De même, la logique de la haute cheminée préserve certes l’entourage immédiat mais ne se dispense pas de répandre ses effluents dilués vers d’autres territoires, moins définis, avec effet cumulatif35.

De l’art d’arbitrer les conflits environnementaux

31Sans surprise, toutes les contributions dans cet ouvrage pointent un État industrialiste qui doit pourtant s’attacher à prévenir les conflits et souvent les arbitrer. Comment s’opèrent les sorties de crise ? La réponse tient en trois mots : légitimation, domination, naturalisation.

  • 36 Lascoumes P., L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte, 1994.

32Légitimation. De par leur nature, les conflits étudiés mettent en confrontation au sein des différentes arènes publiques des légitimités de savoirs qui par définition sont en construction permanente. C’est cette légitimité acquise à grands frais qui confère aux savoirs leur autorité, et donc leur capacité, quand ils sont mobilisés, à valider des faits, par exemple la responsabilité d’un toxique émanant d’une usine dans la survenue d’un décès. La plupart des contributions évoquent la façon dont s’établit la légitimité de ces savoirs mobilisés par chacune des parties prenantes pour se faire entendre dans l’arène, et tout simplement exister. Dans ces affaires de nuisances, de pollutions et de risques, l’enjeu essentiel, premier objet de la négociation, réside, rappelons-le, dans la reconnaissance même de leur statut. Or ce statut, qui est finalement édicté par l’autorité, l’État central ou ses services décentralisés, s’appuie durant deux siècles sur l’expertise scientifique. Le vaste panorama de la conflictualité environnementale liée au rouissage du chanvre et du lin que dresse François Jarrige est de ce point de vue exemplaire : contre des savoirs profanes construits au fil des siècles, la nouvelle chimie de la fin du XVIIIe siècle remet en cause la nocuité supposée de cette activité pratiquée dans les petits cours d’eau. Appropriée par certains hygiénistes influents, notamment Parent-Duchâtelet, cette chimie des éléments rompt avec les conceptions aéristes néohippocratiques et, se faisant, dénie le caractère de pollution à une activité dont l’expérience montre qu’elle tue les poissons par eutrophisation. Les villes situées en aval des cours d’eau où se pratique le rouissage entrent vite en conflit avec les producteurs de chanvre à cause de l’altération de l’eau. Pendant plusieurs décennies, une légitimation scientifique s’évertue pourtant régulièrement à repousser le caractère nocif du rouissage ; les arguments d’ordre économique sont en général concomitants. Et ce n’est pas un hasard si la sortie de crise n’advient que lorsque l’activité du rouissage décline du fait des mutations économiques de la filière textile : une fin de conflit faute de combattants. Mais sans s’arrêter sur ce dernier aspect, insistons sur le paradoxe de l’expertise scientifique : dénoncée par bon nombre de protestataires comme dénuée de bon sens et éloignée des réalités, elle reste nécessaire pour convaincre son adversaire. Cela est par exemple marquant dans les controverses du milieu du XIXe siècle en Belgique, à l’égard de l’industrie chimique (Julien Maréchal) ou de la métallurgie du zinc (Arnaud Péters), et le paradoxe perdure de nos jours36.

  • 37 Doyle T., Environmental Movements in Minority and Majority Worlds : A Global Perspective, New Brun (...)

33Domination. Cette recherche en légitimité scientifique accompagne généralement un rapport de domination. Les conflits sont des moments où rivalisent des savoirs experts et des savoirs profanes. Ces derniers sont loin d’être insignifiants, et possèdent au contraire un dynamisme qui leur permet de lutter contre l’injustice environnementale37. Toutefois, les savoirs reconnus procurent à leurs porteurs la possibilité de déployer dans la cité les démonstrations qui ont quelque chance d’être non seulement entendues, mais encore retenues, relayées, et qui disqualifient les savoirs profanes par une énonciation d’autorité. Mais au-delà de ce constat général, l’asymétrie des conflits repose sur des armes inégales. Dans son soutien à l’activité économique, l’État assure l’industrie de tout son appui administratif. De nombreux travaux ont déjà souligné le caractère industrialiste du décret de 1810. Dans cet ouvrage, plusieurs contributions montrent à quel point son application a cherché le plus souvent à confiner les conflits dans une sphère qui s’est voulue essentiellement administrative. La démonstration apportée par Thomas Le Roux à propos de l’affinage des métaux précieux à Paris dans les années 1820 met en relief les conflits pouvant survenir entre plusieurs corps de l’État. En l’occurrence, l’administration tenta de brider les prétentions de la justice, saisi par les plaignants, de contester le débordement par des jugements risquant de mettre en péril la survie même de la filière. Elle le fit au même moment à Marseille à l’égard des soudières (Xavier Daumalin). L’asymétrie du combat était à Paris très claire, mais l’acharnement du principal opposant obligea l’administration à dévoiler ses véritables intentions, en élevant un « conflit » d’attribution contre les tribunaux. Cette affaire révèle aussi qu’une des armes de la domination est l’exemption des affaires industrielles de la justice pénale. Malgré quelques tentatives permises théoriquement par le code pénal, les affaires traduites au tribunal de police ou au tribunal correctionnel furent vite arrêtées par une jurisprudence du Conseil d’État. Dans les années 1820, la grande reconfiguration des illégalismes environnementaux édictés par le décret de 1810 était définitivement confirmée. C’est pourtant à ce moment que la possibilité pénale refit surface avec la loi sur la pêche de 1829, qui condamnait lourdement celui qui aurait causé la mort de poissons, donc potentiellement un industriel pollueur. Laurence Lestel et ses collaborateurs exposent la destinée fascinante de cette loi et de ses implications pour les industriels. Peu appliquée malgré un arrêt de la cour de cassation de 1859 qui en élargit les possibilités de recours, la loi devint malgré tout une arme que les pêcheurs pouvaient brandir contre un industriel pollueur, alors potentiellement qualifié juridiquement de délinquant et poursuivi comme tel. C’est alors que l’État mit en place le système de la transaction, qui permet à l’industriel convaincu de pollution d’échapper à la justice moyennant une négociation avec l’administration et le paiement d’une transaction, à la place d’une amende et d’une condamnation au pénal. Là encore, le dispositif étatique relève d’une asymétrie entre le pollueur qui peut s’affranchir du pénal au moyen d’une loi d’exception, et les pêcheurs et riverains qui voient leur marge de manœuvre, déjà réduite, restreinte à nouveau.

34Naturalisation. Les sorties de crise des multiples conflits des débordements industriels montrent une chose : il faut vivre avec ces derniers. Et pour vivre avec, il faut accepter l’idée selon laquelle ils sont la norme qui n’a donc pas à être contestée. C’est ainsi que durent être acceptées par les communes du nord-ouest de Paris les déversements d’eaux usées domestiques et industrielles de la capitale. Guillaume Carnino développe l’idée que derrière le conflit déjà connu qui mit en prise ces communes et la capitale, c’est toute la notion de l’utilité de l’excrément qui était débattue, et que la science érigée en valeur ultime et salvatrice apprit à la société que ces rejets allaient apporter la prospérité aux plaines limitrophes de la Seine. Et de fait, la forte teneur azotée de ces eaux usées favorisa la croissance des plantes potagères et augmenta les rendements ; les critiques portant sur la qualité des produits furent rejetés. Un extraordinaire processus de naturalisation du déchet aboutit ainsi à la production de ce type de culture pendant une génération. Encore une fois, les mesures de conciliation étaient en grande partie financières : encore une fois, le caractère transfrontalier des débordements se manifestait, tout comme l’asymétrie du conflit. Il est peut-être plus difficile de naturaliser le débordement industriel lorsqu’il s’agit d’un « accident ». Et pourtant, Gwenola Le Naour montre que l’accident de Feyzin s’inscrit finalement dans la chaine logique de l’implantation d’une vaste zone industrielle dont il faut après tout délimiter le risque et l’accepter comme tel. Plus en détail, Alexis Zimmer décortique les discours et décisions prises après l’événement du « brouillard » mortel de la Meuse en Belgique en décembre 1930. Plusieurs dizaines de personnes moururent en quelques jours à la suite d’une pollution atmosphérique due à l’activité industrielle (encore une fois l’industrie du zinc), et la controverse porta sur la cause des décès. Là encore, l’expertise scientifique vint au secours des industriels, les plus hautes instances se penchant essentiellement sur les conditions météorologiques exceptionnelles qui avaient empêché les substances nocives de se diluer plus loin dans l’atmosphère. Ce faisant, et bien que les morts aient bien été empoisonnés par les polluants industriels, c’est la météorologie qui fut pointée du doigt et désignée comme la cause du pic de mortalité, non le fonctionnement normal de l’industrie : celle-ci était bien considérée comme un des éléments naturels de la vie locale. Dernière forme de naturalisation que nous évoquerons dans cette introduction, celle qui consista à remplacer les essences d’arbres dépérissant dans les forêts polluées d’Allemagne de l’est. Michel Dupuy, qui fait lui aussi de la connaissance scientifique la pierre angulaire de la résolution du conflit, remarque que beaucoup d’efforts ont été déployés pour substituer aux pins sylvestres des essences plus résistantes, notamment des feuillus. En effet, quoique la RDA ait fait preuve à certains moments d’audaces dans la caractérisation de la pollution, la politique économique du pays interdisait de contrarier l’industrie au delà du raisonnable. Le choix était fait d’adapter les végétaux à l’ordre techniciste de l’industrie. Si la RDA fit tout pour nier son caractère polluant durant les années 1970, toutes les autres contributions de l’ouvrage montrent que ce n’était pas une spécificité du monde communiste. Au contraire, l’État industrialiste, en France comme ailleurs, mobilisa administration, savoirs scientifiques et techniques pour asseoir l’ordre industriel, surmonter les conflits qui émergeaient et rendre évident et naturel l’encouragement industriel.

35L’étude des débordements industriels et de leurs conflits éclaire ainsi sous des angles nouveaux l’avènement de la société industrielle. Elle dévoile la stratégie des acteurs, montre l’importance des discours de légitimation, souligne l’alliance de l’administration et de la technique dans la gestion et la sortie de crise. Finalement, comme dans tout conflit, la dimension politique surgit fréquemment : une ultime remarque qui doit défaire tout chercheur des illusions de la rationalité proclamée comme instance régulatrice. Dans la longue historiographie de l’industrialisation et de la désindustrialisation, l’histoire de ses conflits en propose un nouvel éclairage.

Anmerkungen

1 Voir par exemple, comme point d’étape de la dynamique impulsée par le Cnrs en France, le dossier spécial « L’environnement », Revue pour l’histoire du Cnrs, 4, 2001. On lira aussi Beck, C. et al., Temps et espaces des crises de l’environnement, Versailles, Quae, 2006, où est rappelé l’intérêt que le Cnrs a porté aux interactions entre ville et environnement. On ne trouvera pas dans cette introduction de bilan bibliographique ; le propos est principalement d’expliquer la méthode et de dresser quelques perspectives apportées par le programme de recherche.

2 Carson R., Silent Spring, Boston, Houghton Mifflin, 1962. Il manque la place pour faire la présentation des historiographies étrangères, mais il suffit de lire la synthèse récente de John McNeill pour comprendre la dette à l’égard des recherches américaines. Mcneill, J., Something new under the sun, an environmental history of the twentieth century, Norton & Company, 2000. L’ouvrage vient d’être traduit en France : Du nouveau sous le soleil : une histoire de l’environnement mondial au XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2010.

3 Massard-Guilbaud G. et Bernhardt C. (dir.), Le Démon moderne. La pollution dans les sociétés urbaines et industrielles d’Europe, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2002.

4 Parmi les publications liées à cet axe, Guillerme A., Lefort A.-C. et Jigaudon G., Dangereux, insalubres et incommodes. Paysages industriels en banlieue parisienne. XIXe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2004.

5 Massard-Guilbaud G. et Mosley S. (dir.), Common Ground. Integrating the Social and Environmental in History, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2011.

6 Trois dossiers spéciaux récents sur l’histoire environnementale dans des revues de référence nous dispensent d’en dire davantage. Ingold A., « Écrire la nature. De l’histoire sociale à la question environnementale ? », Annales histoire sciences sociales, 66 (1), 2011, p. 11-29 ; Locher F. et Quénet G., « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 56 (4), 2009, p. 7-38 ; Frioux S. et Lemire V., « Pour une histoire poli-tique de l’environnement au XXe siècle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 1/2012 (no 113), p. 3-12.

7 En particulier, Woronoff D., Histoire de l’industrie en France, Paris, Seuil, 1994. Signe de l’évolution, même un ouvrage dont le titre pourrait indiquer une vision hagiographique traite maintenant de l’industrie dans toute sa complexité, y compris environnementale. Maitte C., Minard P. et Oliveira M. de (dir.), La gloire de l’industrie. Faire de l’histoire avec Gérard Gayot, Rennes, PUR, 2012.

8 Corbin A., Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Aubier Montaigne, 1982. Parmi les études qui s’inscrivent explicitement dans son sillage, Baret-Bourgoin E., La ville industrielle et ses poisons : Les mutations des sensibilités aux nuisances et pollutions industrielles à Grenoble, 1810-1914, Grenoble, Pug, 2005.

9 Pour une synthèse stimulante sur tous ces aspects, Borraz O., Les politiques du risque, Paris, Presses de sciences Po, 2008.

10 Coanus T. et al., La ville inquiète. Développement urbain, gestion du danger et vie quotidienne sur trois sites « à risque » de la grande région lyonnaise (fin XIXe-fin XXe siècle), ENTPE, 2000 ; Boudia S. et Jas N., « Introduction : Risk and “Risk Society” in Historical Perspective », History and Technology, 23, 2007, p. 317-331 ; Varaschin D. (dir.), Risques et prises de risques dans les sociétés industrielles, Berne, Peter Lang, 2007 ; Fressoz J.-B., L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Seuil, 2012.

11 10 mars 1906, la catastrophe des mines de Courrières, et après ?, Lewarde, Centre historique minier du Nord-Pas-de-Calais, 2007 ; Le Roux T., « Accidents industriels et régulation des risques : l’explosion de la poudrerie de Grenelle en 1794 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 58-3, juillet-septembre 2011, p. 34-62.

12 Parmi les thèses de cet ensemble, dont la teneur est le reflet universitaire d’une pléthore de guides administratifs sur les établissements classés : Thibault B., Le droit des nuisances au XIXe siècle, Thèse de l’Université de Paris II, 1975.

13 Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010 ; Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011 ; Parmentier I., Histoire de l’environnement en Pays de Charleroi (1730-1830). Pollution et nuisances dans un paysage en voie d’industrialisation, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2008.

14 Letté M., « Débordements industriels dans la cité et histoire de leurs conflits aux XIXe et XXe siècles », Documents pour l’histoire des techniques, no 17, 2009, p. 163-173 et « Le tournant environnemental de la société industrielle au prisme d’une histoire des débordements et de leurs conflits », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 1/2012 (no 113), p. 142-154.

15 Pour notre objet, lire en particulier Fressoz J.-B., « The Gas-Lighting Controversy. Technological Risk, Expertise and Regulation in Nineteenth Century Paris and London », Journal of Urban History, 33-5, 2007, p. 729-755.

16 Simmel G., Le conflit, Belval, Circé, 1995 ; Coser L., Les fonctions du conflit social, Paris, PUF, 1982 ; Fruend J., Sociologie du conflit, 1983 ; Boilleau J.-L., Conflit et lien social. La rivalité contre la domination, Paris, La Découverte/MAUSS, 1995.

17 Melé P., Larrue C. et Rosemberg M. (dir.), Conflits et territoires, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2004 ; Mormont M., « Conflit et territorialisation », Géographie, Économie, Société, 2006/3, vol. 8, p. 299-318 ; Kirat T., Torre A., Aubin D. et Aubry C. (dir.), Territoires de conflits - Analyses des mutations de l’occupation de l’espace, Paris, L’Harmattan, 2008 ; voir aussi la revue Culture & Conflits, éditée par le Centre d’études sur les conflits.

18 Parmi une littérature abondante : Nicolas J., La rébellion française, 1661-1789, Paris, Gallimard, 2008 ; Caron, J.-C. et al. (dir.), Entre violence et conciliation. La résolution des conflits sociopolitiques en Europe au XIXe siècle, Rennes, Presse universitaires de Rennes, 2008 ; Hirsh et al. (dir.), Histoire de la France. Les conflits, Paris, Seuil, 2000 ; Tilly Ch., La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.

19 Sur ces questions, signe d’un intérêt renouvelé, voir le séminaire mensuel organisé depuis 2010 au centre CNRS Pouchet, par Laure Pitti et Pascal Marichalar sur le thème des « Maladies industrielles et mobilisations collectives ».

20 Douglas M., Purity and danger: an analysis of concepts of pollution and taboo, London, Routledge & Kegan Paul, 1966; Douglas M. et Wildavsky A., Risk and culture: an essay on the selection of technological and environmental dangers, Berkeley and London, University of California Press, 1982.

21 Castonguay S., « Les territoires de la pollution. L’environnement comme catégorie de l’action publique au Québec », in Massicotte G. (dir.), Sciences du territoire, Québec, Presses de l’université du Québec, 2008, p. 77-102. Le territoire invite aussi à la notion d’interdisciplinarité : Bertrand C. et Bertrand G., Une géographie traversière : l’environnement à travers territoires et temporalités, Paris, Arguments, 2002 ; Hajer M.-A., The Politics of Environmental Discourse : Ecological Modernization and the Policy Process, Oxford, Clarendon Press, 1997.

22 Revel J., « Micro-analyse et construction du social », in Revel J. (dir.) Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Seuil/Gallimard, 1996, pp. 15-36.

23 Letté M., « Le tournant environnemental... », art. cit., p. 151-152.

24 Ogé F. et Simon P., Sites pollués en France. Enquête sur un scandale sanitaire, Paris, Librio, 2004.

25 Duchêne F., « Les affaissements miniers dans le bassin ferrifère lorrain : quand le territoire re-politise la gestion du risque », Développement durable et territoires [en ligne], Dossier 11 : Catastrophes et Territoires, mis en ligne le 30 octobre 2008, consulté le 7 juillet 2012.

26 Nous reprenons le terme « configuration » des travaux de Norbert Élias, qui désigne une approche relationnelle de la contrainte sociale. Elias N., Qu’est-ce que la sociologie ? Aube, 1991 (1re éd. française, 1981), p. 158. Le qualificatif « sociotechnique » fait par ailleurs référence aux travaux du centre de sociologie de l’innovation à l’École des mines de Paris et à la notion « d’acteur-réseau » de Bruno Latour. Voir le désormais classique : Callon M., Lascoumes P. et Barthe Y., Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, 2001.

27 Ce terme « dispositif » se réfère de la même façon à la catégorie d’analyse développée par Michel Foucault. Foucault M., Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, vol. 3 ; Agamben G., Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Payot, 2007.

28 Peu de recherches ont été entreprises sur les politiques entrepreneuriales et l’environnement. Voir Boullet D., Entreprises et environnement de 1960 à 1990. Les chemins d’une prise de conscience, Genève, Droz, 2006.

29 Les maladies professionnelles connaissent un regain d’intérêt actuellement chez les historiens. Dernière livraison en date : Bruno A.-S., Geerkens E., Hatzfeld N. et Omnès C. (dir.), Le travail et ses maux, représentations et pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

30 Parmi la nombreuse bibliographie, voir notamment Henry E., Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007. Ross B. et Amter S., The polluters : The making of our chemically altered environment, Oxford, Oxford University Press, 2010.

31 Une démarche que l’historiographie américaine réalise d’ailleurs sans passer par l’analyse du conflit : Sellers C. et Melling J. (eds.), Dangerous trade. Histories of industrial hasard across a globalizing world, Philadelphia, Temple university Press, 2012; Mc Evoy A.-F., « Working Environments: An Ecological Approach to Industrial Health and Safety », Technology and Culture, 36, 1995, p. 145-172; Sellers C., Hazards of the Job: From Industrial Disease to Environmental Health Science, University of North Carolina Press, 1997; Markowitz G. et Rosner D., Deceit and Denial: The Deadly Politics of Industrial Pollution, University of California Press, 2003.

32 Parmi l’historiographie française, signalons la remarquable étude de Moriceau C., Les douleurs de l’industrie. L’hygiénisme industriel en France, 1860-1914, Paris, éditions de l’EHESS, 2009.

33 Fressoz J.-B. et Le Roux T., « Protecting Industry and Commodifying the Environment: the Great Transformation of French Pollution Regulation, 1700-1840 », in Massard-Guilbaud G. et Mosley S. (dir.), op. cit., p. 340-366; Fressoz J.-B., « Payer pour polluer. L’industrie chimique et la compensation des dommages environnementaux, 1800-1850 », Histoire et Mesure, à paraître en 2013.

34 Bellanger E. (collab. Pineau É.), Assainir l’agglomération parisienne. Histoire d’une politique publique interdépartementale de l’assainissement (XIXe-XXe siècles), Ivry-sur-Seine, L’Atelier, 2010.

35 Ashby E. et Anderson M., The politics of clean air, Oxford, Clarendon Press, 1981; Mosley S., The Chimney of the World. A History of Smoke Pollution in Victorian and Edwardian Manchester, London, Routledge, 2008.

36 Lascoumes P., L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte, 1994.

37 Doyle T., Environmental Movements in Minority and Majority Worlds : A Global Perspective, New Brunswick, Rutgers University Press, 2005 ; Martinez Alier J., The Environmentalism of the Poor : A Study of Ecological Conflicts and Valuation, Edward Elgar Publishing, 2002 ; Massard-Guilbaud G. et Rodger R. (dir.), Environmental and Social Justice in the City: Historical Perspectives, Cambridge, White Horse Press, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540