Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements industriels

 | 
Michel Letté
, 
Thomas Le Roux

Avertissement-remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une réflexion collective. Il présente la synthèse des travaux engagés dans le cadre d’un programme de recherches qui a vu le jour en janvier 2009 sous la bonne étoile du Programme interdisciplinaire de recherche Ville-Environnement (PIRVE), un dispositif dédié au soutien des projets se situant au croisement des problématiques urbaines et environnementales, co-financé par le CNRS et le ministère de l’Écologie. Ce cadre institutionnel et scientifique a permis de mobiliser plus d’une cinquantaine de chercheurs versés dans les questions de la conflictualité environnementale et celles sous-jacentes de l’intervention publique, tant parmi les historiens que parmi les chercheurs en sciences humaines et sociales, de l’homme et de la société. Plus précisément, l’appel à contribution portait sur l’histoire des conflits provoqués par les « débordements industriels dans la cité », une formulation dont la vocation était de rassembler sous une interrogation commune des enquêtes menées sur des cas de conflits locaux observés entre les XVIIIe et XXIe siècles, c’est-à-dire depuis l’industrialisation. Sa logique visait la mise à l’épreuve de l’histoire interdisciplinaire pour éclairer sous un nouvel angle le passé industriel de l’environnement au travers de ses conflits.

2Dans ce but, le programme s’est structuré sous la forme d’un réseau d’échanges et de compétences, dont le point d’appui était le Centre d’histoire des techniques et de l’environnement (CDHTE-Cnam Paris). Il a donné lieu à l’organisation d’un premier colloque qui s’est tenu à Paris le 23 juin 2011 au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) : « Débordements, nuisances et risques industriels. Histoire des conflits de proximité au XIXe et XXe siècles ». Un séminaire ouvert et annuel avait adopté un intitulé lui aussi délibérément programmatique : « Débordements industriels dans la cité et leurs conflits. Objets, approches et ressources d’une histoire interdisciplinaire (XIXe-XXe siècles). » Il s’est tenu au Cnam en 2009-2010, et au Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales à Paris (CARAN) l’année suivante. Il a permis d’animer les échanges nécessaires à l’avancée des travaux de chacun, mais aussi de confronter nos hypothèses de travail, propositions et méthodes aux critiques des collègues chercheurs, enseignants et étudiants. Parmi les initiatives conduites tout au long de ces deux années de travail, deux journées d’étude ont également été organisées afin de faire se rencontrer des chercheurs issus de champs disciplinaires différents de l’histoire, ainsi que des représentants de l’action publique. Le premier atelier a été préparé en partenariat et accueilli par les Archives du monde du travail à Roubaix (ANMT) autour du thème « Entreprises, industries et débordements. Espaces, limites et frontières de leurs territoires » le 28 janvier 2010. Le second s’est tenu à la Maison de la métallurgie et de l’industrie de Liège, en collaboration avec le Centre d’histoire des sciences et des techniques de l’université de Liège (CHST) : « Nuisances industrielles et impacts environnementaux. Quelles histoires pour quels usages ? » Enfin, l’équipe a clôturé ses travaux par un colloque international « Débordements industriels dans la cité et leurs conflits. Sens et pertinence d’une histoire interdisciplinaire (XVIIIe-XXIe siècles) », à l’issu duquel la décision était prise de consacrer un ouvrage à la restitution de quelques-uns des travaux engagés dans le cadre de ce programme. La présente livraison n’est donc pas à proprement parlé la publication des actes de ce dernier colloque, mais la réunion de textes jugés parmi les plus saillants au regard des questionnements abordés dans ce programme de recherche.

3D’autres contributions ont été publiées ou sont sur le point de paraître. Dans tous ces cas, le concours sous différentes formes de chacun des membres de l’équipe a permis la réalisation du présent ouvrage, par leur participation aux actions communes, leur précieuse collaboration, leur association au collectif et leur soutien aux moments clés de la conduite du programme. Qu’ils soient ici grandement remerciés : Sophie Ayrault, Renaud Bueb, Estelle Baret-Bourgoin, Jean-Paul Barrière, Aurélie Beaufils, Laure Bonnaud, Françoise Bosman, Daniel Boullet, Sofie Buckens, Lucien Callier, Guillaume Carnino, Marion Cauhope, Laura Centemeri, Florian Charvolin, Rosine Cleyet-Michaud, Thierry Coanus, Claire Courtecuisse, Anne Dalmasso, Xavier Daumalin, Jean-Claude Daumas, Mathieu De Oliveira, Ariane Debourdeau, Olivier Defêchereux, Jacques Defoux, Christiane Demeulenaere, Gille Deroche, François Duchêne, Coralie Dumontier, Michel Dupuy, Saïd El Sadili, Daniel Faget, Danielle Fauque, Jean-Christophe Fichou, Sofia Foughali, Jean-Baptiste Fressoz, Stéphane Frioux, George Gay, Éric Geerkens, Aliette Geistdoerfer, Éric Gervreau, Tobias Girard, Éric Graitson, Christelle Gramaglia, André Grelon, Dominique Guillé, André Guillerme, Jean-Pierre Guiollard, Veronica Gyuricza, Florence Hachez-Leroy, Robert Halleux, François Jarrige, Gérard Jigaudon, Ludovic Laloux, Morgan Le Dez, Gwenola Le Naour, Anne-Cécile Lefort, Marc Leleux, Élise Lemarchand, Thomas Le Roux, Laurence Lestel, Sylvain Leteux, Michel Letté, Julien Maréchal, Emmanuel Martinais, Geneviève Massard-Guilbaud, Romain Melot, Alain P. Michel, Martine Mille, Raphaël Morera, Marine Moguen-Toursel, Robert Edgar-Ndong, Gyogyi Nemeth, Isabelle Parmentier, Arnaud Péters, Gersende Piernas, Elisabeth Philipp, Judith Rainhorn, Christophe Rasumny, Laurence Rocher, Delaine Sampaio, Frédéric Seitz, José Serrano, Séverine Steenhuyse, André Torre, Kevin Troch, Justine Ulstch, Michel Vangheluwe, Arnaud Warin, Denis Woronoff, Alexis Zimmer.

4Nombre d’institutions ont permis aux membres de l’équipe de se rencontrer, mais aussi de créer les opportunités d’échanges nécessaires avec des collègues ou des acteurs de la société civile intéressés par les thématiques abordées dans le cadre de ce programme. Parmi elles, notre reconnaissance et nos remerciements pour leur soutien s’adressent tout particulièrement au PIRVE lui-même et aux membres de son comité scientifique et de suivi, aux Archives nationales et son site parisien, au Centre des archives du monde du travail à Roubaix, à la Société des élèves du CDHTE-Cnam, et enfin au Centre d’histoire des sciences et techniques de l’université de Liège.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540