Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire sous l'Occupation

 | 
Bruno Curatolo
, 
François Marcot

Annexe. Journaux féminins tenus sous l’Occupation. Bibliographie

Philippe Lejeune

Texte intégral

1L’idée de cette bibliographie m’est venue en travaillant sur le journal d’Hélène Berr. J’avais été frappé de voir que l’excellente anthologie que vient de publier Guillaume Piketty (Français en Résistance, R. Laffont, Bouquins, 2009) se décline presque entièrement au masculin, et que le présent colloque ne faisait guère place aux études de ce qu’on appelle aujourd’hui le « genre ». Or j’avais dans l’idée, peut-être à tort, que la Seconde Guerre mondiale avait dû « égaliser », si je puis dire, les compétences des deux sexes face au témoignage historique. En s’attaquant massivement aux populations civiles (occupation, persécutions, bombardements), en suscitant de nouvelles formes de lutte (la Résistance), elle me semblait avoir mis les femmes en situation de témoigner au même titre que les hommes sur les conditions générales de la vie, ou sur leur action personnelle.

2J’ai donc choisi de répertorier tous les journaux féminins tenus en France entre 1939 et 1945, d’une part dans la production imprimée (Liste 1), d’autre part dans le fonds inédit de l’Association pour l’Autobiographie (Liste 2) – et ceci quels que soient l’âge et la notoriété de la diariste, et quel que soit l’objet de son journal.

3J’ai trouvé 44 journaux féminins publiés (alors que l’inventaire parallèle des journaux d’hommes pour la même période se monterait sans doute à une ou deux centaines, ou peut-être plus – mais le compte reste à faire). Ces journaux sont ici présentés par ordre alphabétique. Quand on les classe par date d’édition, on s’aperçoit qu’il y a eu trois « vagues » de publication : par leurs auteurs dans l’immédiat après-guerre ; une seconde fournée, avec du recul, dans les années 1960-1980 ; puis à partir des années 1990 par des descendants ou des éditeurs scientifiques. La publication soulève toutes sortes de questions : le découpage (s’agit-il de tranches isolées dans des journaux de plus longue durée ?), le mode de transcription (cela peut aller du fac-similé intégral du manuscrit – voir le cas de Germaine Demoulin – jusqu’à une réécriture complète, qu’on ne peut que soupçonner), le type de paratexte ou d’encadrement. D’autre part il faut sans doute distinguer les journaux « généralistes », tenus sur une longue durée, qui ont traversé la guerre, comme ceux de Paule Régnier ou Maria Van Rysselberghe, de ceux, beaucoup plus nombreux, c’est même la majorité, qui ont la guerre pour cause et pour objet. Quand on sort de la lecture du journal d’Hélène Berr, on peut certes s’étonner qu’on ait pu traverser la guerre en pensant uniquement à Dieu (Marie de la Trinité) ou à la peinture (Jacqueline Gaussen-Salomon). Mais chaque journal suit sa ligne, et il n’en faut rien déduire sur l’auteur.

4J’ai été frappé aussi de voir que la demande éditoriale avait fait sortir de l’ombre des textes qui normalement avaient chance d’y rester – en particulier pour les journaux de demoiselles. Le plus étonnant de tous est celui de Micheline Bood, le chef-d’œuvre d’une adolescence à hauts risques, qui mériterait d’être réédité et étudié. On trouve aussi des inventions littéraires originales, comme celle d’Édith Thomas tenant, parallèlement à son propre (réel) journal, le journal d’un (fictif) pétainiste, qu’elle baptise Célestin Costedet ! Ce qu’on a beaucoup de mal à trouver dans ce corpus, évidemment, ce sont de vraies écritures du consentement à l’Occupation, et encore moins du consentement à la Collaboration. L’histoire est écrite par les vainqueurs : les vaincus ne se hâtent pas d’aller déposer leurs écrits dans leurs archives.

5Ces écritures du consentement, vous n’en trouverez guère non plus dans les journaux féminins déposés à l’APA – liste plus brève de textes plus courts, souvent le fait d’adolescentes qui ont pris la plume pour consigner des épisodes frappants, en général l’exode de 1940 ou les combats de la Libération. Le fonds de l’APA est très riche en textes sur la Seconde Guerre mondiale, mais ce sont surtout des récits, faits dès le départ avec l’intention de communiquer. On dépose beaucoup moins facilement des journaux ou des correspondances, supposés devoir moins intéresser, et qui demandent, pour être transmis, un travail de transcription, de mise en forme et de commentaire. On remarquera pourtant deux journaux d’adolescentes d’une grande richesse, ceux d’Elisabeth Cépède et de Janine Poirier.

6Pourquoi avoir constitué ces bibliographies, qui demanderaient d’ailleurs à avoir leur symétrique masculin (ce sera la seconde étape de ce travail) ? Pour indiquer qu’il y a là un passionnant champ de recherche en histoire de l’écriture, ouvert aussi bien aux littéraires qu’aux historiens.

7Un premier projet de recherche a vu le jour sur une partie de ce corpus. Véronique Montémont (ATILF-CNRS, Institut universitaire de France) a fait numériser en mode texte pour la base Frantext quatre journaux de jeunes filles, ceux d’Hélène Berr, de Micheline Bood, de Denise Domenach-Lallich et celui des sœurs Benoîte et Flora Groult. Ce dernier, sous-titré roman, est-il un document original élagué ou a-t-il fait l’objet d’une certaine réécriture ? Peut-être l’étude comparée du rythme des entrées, du vocabulaire et de la syntaxe donnera-t-elle sur ce problème des indications ? Elle sera de toute façon utile pour ébaucher, à l’aide de cet instrument lexicologique, une typologie de ces journaux.

Liste 1 : Journaux publiés

8Astier de la vigerie, Bertrande d’ (1914-1967)
Notes de prison de Bertrande d’Astier de La Vigerie (15 mars-4 avril 1941)
Édition établie et présentée par Laurent Douzou
Cahiers de l’IHTP, no 25, Paris, Éditions du CNRS, octobre 1993, 66 p.
[Journal, p. 45-66]

9Auroy, Berthe (1880-1968)
Jours de guerre. Ma vie sous l’Occupation
Préface de Philippe Claudel. Présentation et notes par Anne-Marie Pathé et Dominique Veillon
Paris, Bayard, 2008, 428 p.
[Journal tenu du 10 juin 1940 au 15 août 1945. Le manuscrit original est conservé à l’IHTP]

10Bardet, Denise (1920-1944)
Cahiers de jeunesse de Denise Bardet, institutrice à Oradour-sur-Glane, le
10 juin 1944
Présentation de Jean Bardet
Éd. Lucien Souny, 2002, 58 p.
[Quatre cahiers, le premier daté de l’automne 1940 à juillet 1941, les trois autres sans dates]

11De Beauvoir, Simone (1908-1986)
Journal de guerre : septembre 1939-janvier1941
Édition présentée, établie et annotée par Sylvie Le Bon de Beauvoir
Paris, Gallimard, 1990, 368 p.
[Du 1er septembre 1939 au 3 février 1940, du 9 juin au 18 juillet 1940, du 20 septembre 1940 au 29 janvier 1941]

12Berr, Hélène (1921-1945)
Journal 1942-1944
Suivi de « Hélène Berr, une vie confisquée », par Mariette Job. Préface de Patrick Modiano
Paris, Tallandier, 2008, 304 p.
[Journal tenu du 7 avril au 28 novembre 1942 et du 25 août 1943 au 15 février 1944. Repris en 2008 par Le Grand Livre du mois et À vue d’œil. Édition de Poche (coll. « Points ») en 2009. Édition abrégée suivie d’un dossier pédagogique par Norbert Czarny, Points, 2009]

13Blocher-Saillens, Madeleine (1881-1971)
Témoin des années noires. Journal d’une femme pasteur 1938-1945
Présenté et annoté par Jacques-E. Blocher
Paris, Éd. de Paris, coll. « Paroles singulières », 1998, 252 p.
[Extraits, du 10 juillet 1938 au 12 mai 1945, d’un journal tenu continûment de son adolescence à sa mort]

14Bood, Micheline (1926)
Les Années doubles. Journal d’une lycéenne sous l’Occupation
Présenté par Jacques Labib
Paris, R. Laffont, 1974, 341 p.
[Journal tenu du 1er avril 1940 au 21 octobre 1944]

15Bouissounouse, Janine (1903-1977)
Maison occupée
Paris, Gallimard, 1946, 350 p.
[Du 15 juillet 1940 au 27 août 1944]

16Brevet, Andrée
Livre de vie d’une jociste
Introduction signée Robert Morel
Paris, Amiot-Dumont, 1952, 190 p., portrait
[Composé pour la plus grande partie de lettres d’Andrée Brevet, du 8 octobre 1936 au 3 juillet 1944, et d’extraits de son journal et de ses notes]

17Caron, Anne-Marie
Travail de femme. Témoignage, extrait d’un journal de bord sous l’Occupation allemande, avril-août 1944 à Juvisy
Paris, Firmin-Didot, 1947, 49 p.
[Journal d’une infirmière de la Croix-Rouge]

18Chabert, Nicole-M.
Le Feu dans les maisons : journal. Gérardmer, août-novembre 1944
Préface de Louis Madelin
Paris, Éd. Alsatia, 1947, 223 p., pl.

19Collin, Simonne
Sensible girouette. (Naïvetés et jobardises d’une Française de la zone libre pendant les années 40, extraits de son journal intime)
Monte-Carlo, Les Éd. littéraires de Monte-Carlo, 1968, 223 p.
[Extraits d’un journal commencé le 6 mars 1939 sous l’inspiration de Julien Green, et tenu jusqu’au 7 février 1946. Publié par elle-même en 1968]

20Cordier, Victoria (1919-2003)
Ce que je n’oublierai jamais ! Journal d’une résistante comtoise
Lausanne, Presses du Belvédère, 2011, 200 p.
[Journal d’une militante qui fit traverser le massif du Risoux à de nombreux juifs, résistants et autres].

21Deharme, Lise (1898-1979)
Les Années perdues. Journal (1939-1949)
Paris, Plon, 1961, 261 p.
[Du 25 août 1939 jusqu’en octobre 1945. Ensuite 1948-1949]

22Demoulin, Germaine (1923-1974)
Le journal de Germaine Demoulin, Montzen 18.01.1941-15.09.1944 : chronique d’une famille de passeurs
Leo Wintgens, éditeur ; avec la collaboration de Jacques Wynant, président de la Société verviétoise d’archéologie et d’histoire, Aachen : Helios, Montzen : Obelit, 2006, 400 p.
[Reproduction intégrale en fac-similé, sans transcription mais avec notes, des sept carnets tenus par Germaine Demoulin].

23Domenach-Lallich, Denise (1924)
Demain il fera beau. Journal d’une adolescente (novembre 1939-septembre1944)
Préface par Madeleine et Bernard Comte
Lyon, Éditions BGA Permezel (8 rue Waldeck-Rousseau, 69006), 2001, 140 p.

24Une jeune fille libre : journal (1939-1944)
Présenté par Christine Mital, nouvelle édition augmentée
Paris, Éditions des Arènes, 2005, 292-xxxii p., ill.
[Seconde édition reprise par Le Grand Livre du mois et Les Éditions de la Loupe]

25Drion Du Chapois, Béatrice (1931-1948) et Florence (1932)
« Journaux de deux petites filles pendant la guerre »
Présentés par Huguette de Broqueville
Les Moments littéraires, no 15, 1er semestre 2006, p. 69-98.
[Extraits des journaux 1943-1944 de deux petites filles de la région de Namur dont les parents sont dans la Résistance]

26Durand, Suzanne-Marie
La Corde raide, Mon journal des temps difficiles
Préface de Jacques Madaule
Le Puy, Les Cahiers du nouvel humanisme, 1951, 247 p.
[Journal tenu du 15 mars 1943 à Noël 1945 par une militante de la J.O.C. devenue à Limoges Assistante régionale à la Jeunesse]

27Dutry-Soinne, Clémentine (1918)
Les Méconnus de Londres : journal de guerre d’une Belge,1940-1945
Préface de José Gotovitch
Bruxelles, Racine, 2006, 334 p.

28Fontaine, Marguerite (1900)
Les Vieux Moulins de Thilay, haut-lieu de la Résistance ardennaise. Journal de M. Fontaine
Présenté par Eva Thomé
Die, La Manufacture, 1969, 111 p. (coll. « Les classiques ardennais »)
[Août 1941-Septembre 1944. Extraits d’une chronique rédigée à partir du journal]

29Journal de guerre : 1941-1945
Suivi d’entretiens avec Pierre Huard, présentation de Yanny Hureaux, publié par Eva Thomé
Die, La Manufacture, 1984, 148 p. (coll. « Les classiques ardennais »)

30Gadala, Marie-Thérèse (1881-1970)
À travers la grande grille
t. I, mai 1940 à octobre 1941, Paris, Éditions du Grand siècle, 1946, 303 p.
[Journal du 24 mai 1940 au 30 septembre 1941]
t. II, octobre 1941 à juillet 1945, Paris, Éditions de la Plume d’or, 1955, 319 p.

31Gaussen-Salmon, Jacqueline (1906-1948)
Une prière dans la nuit : Journal d’une femme peintre sous l’Occupation
Présentation et notes de Frédéric Gaussen
Paris, Payot, 1992, 318 p.
[Trois cahiers tenus du 4 sept. 1939 au 13 sept. 1940 et du 24 juin 1942 au 21 août 1948. Un cahier a dû se perdre. « Témoignage bouleversant sur l’amour de la peinture, sur la difficulté d’être une femme artiste durant ces années noires, et sur le Paris de l’Occupation et de l’immédiat après-guerre » (4e de couv.)]

32Gennari, Geneviève (1920-2001)
J’avais vingt ans : journal (1940-1945)
Paris, Grasset, 1961, 271 p.
[Journal commencé en 1937, à dix-sept ans. La partie publiée va du 15 juin 1940 au 26 avril 1945]

33Groult, Benoîte et Flora (1920 et 1924-2001)
Journal à quatre mains, roman
Paris, Denoël, 1962, 445 p.
[Livre de poche, 1969 ; Folio, 1973 ; Livre de poche, 2008]

34Humbert, Agnès (1896-1963)
Notre guerre. Souvenirs de résistance. Paris 1940-1941. Le bagne. Occupation en Allemagne
Paris, Émile Paul, 1946, 392 p.
2e édition : Paris, Tallandier, 2004, 415 p. Introduction de Julien Blanc
[Journal du 7 juin 1940 au 13 avril 1941, p. 85-134]

35Lainville, Odette (sous le pseudonyme de C. de Saint-Pierre)
Des ténèbres à l’aube : journal d’une Française, Paris, 10 août-10 septembre 1944
Grenoble, Paris, Arthaud, 1945, 173 p.
[Dédicace : « À mes enfants/Tous bien loin de moi/Mais que j’aime si fort/
Si tendrement »]

36Marie De La Trinité (1903-1980)
Carnets, 1. Les grandes grâces. 11 août 1929-2 février1942
Édition préparée, introduite et annotée par Christiane Schmitt et Éric T. de Clermont-Tonnerre, avec la collaboration de Camille de Belloy
Paris, Éd. du Cerf, 2009, 536 p.
[Dominicaine, qui fut ensuite analysée par Lacan. Premier volume d’une édition qui en comportera cinq. De 1941 à 1946, elle a tenu 35 carnets de 95 p. chacun]

37Massenet, Pierre et Marthe
Journal d’une longue nuit. Carnet de route de deux Français moyens 1939-1945
Paris, Fayard, 1971, 311 p.
[En chapitres alternés, une chronique rédigée à partir de notes, lettres et souvenirs]

38Mesnil-Amar, Jacqueline (1909-1987)
Ceux qui ne dormaient pas : journal, 1944-1946
Préface de Pierre Assouline
Paris, Stock, 2009, 215 p.

39Moret, Frédérique (née en 1920)
Journal d’une mauvaise Française
Paris, La Table ronde, 1972, 263 p.
[Journal du 29 août 1939 au 2 septembre 1945, divisé en cinq Parties : la Victoire allemande ; la guerre dans les Deux-Sèvres ; Journal de zone libre et de prison ; la guerre dans les Ardennes ; la Libération]

40Morrow, Christine (1902-1971)
Une abominable époque : journal d’une australienne en France, 1940-1941
Préface de Robin Adamson, traduit de l’anglais par Sylvie Pomiès-Maréchal
Toulouse, Privat, 2008, 220 p.
[Récit rédigé longtemps après, d’après un journal dont de rares entrées sont citées]

41Oudot-Rodoz, Jeanne (1923)
Les Cahiers verts : journal de l’espérance
Edité par les élèves du collège Paul-Elie Dubois de L’Isle-sur-le-Doubs,
sous la conduite de Chantal Benabadji, Marie-Claudine Magnin, Colette
Bardey, Séverine Chervet.
Roche-lez-Beaupré (25), Editions Guénolé, 1995, 327 p.
[Journal d’une adolescente, fille du maire de Mancenans (Doubs), dont le manuscrit intégral est conservé au Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon]

42Poiré, Marguerite (1927)
Mes années volées. Journal d’exil d’une jeune Lorraine dans les Sudètes, 1943-1945
Texte établi par Georges-Marie Duclert et Philippe Lejeune. Préface de Philippe Lejeune
Paris, Éditions des Cendres, 2001, 413 p.
[Journal tenu du 20 janvier 1943 au 5 juin 1945]

43Ponce, Marie (1927)
Le Soleil en cendres : sur le chemin des villages brûlés : les carnets d’une jeune fille pendant la guerre
Montmélian, La Fontaine de Siloé, 1994, 214 p., 16 p. de pl. (Les carnets de la vie)
[Chronique de la vie familiale dans un hameau de Maurienne brûlé par les Allemands le 5 septembre 1944 ; du cahier original de l’adolescente, seul le récit du massacre est cité, p. 182-195]

44Pouquet, Jeanne (1874-1961)
Journal sous l’Occupation en Périgord, 1942-1945
Édition établie et présentée par Marcel Loyau
Monaco, Paris, Éd. du Rocher, 2006, 256 p.
[Tenu du 2 novembre 1942 au 2 novembre 1945. Journal destiné – pour plus tard – à sa fille Simone, épouse d’André Maurois, réfugiée aux USA]

45Régnier, Paule (1888-1950)
Journal
Préface de Jacques Madaule Paris, Plon, 1953, 296 p.
[Journal tenu du 22 septembre 1921 jusqu’à son suicide le 30 septembre 1950]

46Reweliotty, Irène-Carole (1920-1945)
Journal d’une jeune fille
Préface de Patrice de La Tour du Pin
Paris, La Jeune Parque, 1946, 229 p.
[Journal 1938-1945]

47Schroeder, Liliane (1920)
Journal d’Occupation. Paris, 1940-1944. Chronique au jour le jour d’une époque oubliée
Paris, F.-X. de Guibert, 2000, 288 p.
[Transcription exacte d’un journal tenu du 21 juin 1940 au 9 août 1944 ; en appendice un récit (« Souvenirs de résistance », p. 253-279) comble d’après de petits agendas le vide laissé dans le journal entre octobre 1943 et avril 1944]

48Schuhler-Genin, Denise (1927)
La guerre, mes demoiselles, 1939-1945 : un journal, des fragments, des souvenirs
Avec dessins de l’auteur, contemporains du récit
Paris, L’Harmattan, 2011, 393 p., ill.
[Journal des années de guerre rédigé par l’auteur alors âgée de 12 ans, au sein d’une famille modeste du Mans]

49Siefridt, Françoise (1923)
J’ai voulu porter l’étoile jaune. Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante
Préface de Jacques Duquesne, Postface de Cédric Gruat
Paris, Robert Laffont, 2010, 218 p.
[Journal tenu du 7 juin au 31 août 1942, au camp des Tourelles puis à Drancy, par une étudiante arrêtée pour avoir arboré l’étoile jaune avec l’inscription « Papou »]

50Thomas, Edith (1909-1970)
Pages de journal 1939-1944
Suivies de Journal intime de monsieur Célestin Costedet, publié par Edith Thomas, présentation et notes de Dorothy Kaufmann
Paris, V. Hamy, 1995, 332 p.
[Extraits, pour la période 24 août 1939-27 août 1944, d’un journal tenu de 1933 à 1949. Dans ses Mémoires, Le Témoin compromis, elle parle des activités de Résistance qui ne pouvaient figurer dans le Journal. D’autre part, du 17 octobre 1940 au 2 mai 1941, elle tient parallèlement au sien, le journal (fictif !) d’un pétainiste, Célestin Costedet]

51Torrès, Tereska (1921)
Les Années anglaises : journal intime de guerre (1939-1945)
Paris, Le Seuil, coll. « Libre à elles », 1981, 277 p.
[Réédition sous le titre Une Française libre, Journal 1939-1945, Paris,
Phébus, coll. « Libretto », 2007, 296 p.]
[Extraits, pour la période 1939-1945, d’un journal tenu continûment depuis l’âge de 9 ans. « Engagée à 19 ans dans le corps féminin des Forces Françaises Libres, Tereska Torrès a tenu pendant toute la guerre son journal intime. Aujourd’hui elle prend le risque de le publier, tel quel : naïf, lucide, impudique, passionné. Le plus inattendu des témoignages sur les années 1939-1945 et l’éveil d’une jeune fille à sa vie de femme » (4e de couv.)]

52Triandefil, Simone (1927-1945)
In D. Triandefil, Journal et lettres d’une étudiante. Le Mémorial de Simone
Paris, éd. Colbert, 1947, 258 p.
[Simone est morte accidentellement le 12 août 1945. Ce livre-mémorial reproduit, p. 199-258, le journal qu’elle a tenu du 8 juin 1944 au 24 juillet 1945]

53Vallotton, Gritou et Annie (1920)
C’était au jour le jour. Carnets 1939-1945
Préface de Dominique Veillon, dessins d’Annie Vallotton
Paris, Payot, 1995, 319 p., ill.
[Version réduite d’un journal dont le manuscrit intégral est conservé par l’IHTP]

54Van Rysselberghe, Maria (1866-1959)
Les Cahiers de la Petite Dame. Notes pour l’histoire authentique d’André Gide, III,1937-1945
Paris, Gallimard, 1975, 400 p. (Cahiers André Gide, no 6)
[De mai 1942 à février 1945, le Journal se tarit, André Gide étant en Afrique du Nord et la Petite Dame en France]

55Warszawski, Marie (18..-....)
L’Arrestation, La Déportation. Journal de Rome
Paris, Lachenal et Ritter, 1998, 37 p.
[Journal tenu du 20 mai au 9 septembre 1944 après l’arrestation à Rome de son mari Oser Warszawski]

Liste 2 : Journaux inédits déposés à l’APA

56Association pour l’Autobiographie (APA), La Grenette, 10 rue Amédée-Bonnet, 01500 Ambérieu-en-Bugey.
Site : [http://www.sitapa.org].

57« GM » désigne la série des Garde-mémoire, 9 volumes parus de 1994 à 2010, contenant les comptes rendus de lecture des textes déposés (avec index).
En 2006, le Cahier de l’APA no 33 (1939-1945. Lectures du fonds APA, 84 p.) a présenté un panorama commenté des textes (récits, journaux, correspondances) concernant la Seconde Guerre mondiale. L’Institut d’histoire du temps présent et l’APA ont par ailleurs publié un catalogue commun des Témoignages autobiographiques 1939-1945 présents dans leurs fonds (Bulletin de l’IHTP, no 85, 2005).

58Anonyme (1918), [Cahier], 122 p., manuscrit original + cartes postales et lettres [APA 680, GM3 80]
Tenu de juillet 1939 à juin 1940 à Paris, puis lors de l’exode, par une jeune fille, ce journal est destiné à son amoureux parti au loin. Deux lettres de 1945, à lui adressées, nous apprennent qu’elle est mariée à un autre et malheureuse. Journal récupéré dans un meuble abandonné.

59Alexandrine Allétru (1884), Mémoires de fin de guerre, 7 p., tapuscrit [APA 1943, GM6 13]
Journal tenu du 22 juin au 8 juillet 1940 par une veuve de la guerre de 14, employée du service du Recrutement de Valence, qui essaie en vain de se « replier » sur Toulouse ou Foix…

60Germaine Boivin (vers 1910), Dédié à mes quatre enfants en souvenir des heures cruelles de notre évacuation et des jours vécus sans eux, Juin 1940, 25 p., manuscrit photocopié [APA 275, GM2, 24]
Petit cahier tenu du jeudi 13 au mercredi 19 juin 1940 par une boulangère de Choisy-le-Roi partie rejoindre ses enfants à Nantes. L’exode, le chaos, l’horreur.

61Elisabeth Cépède (1931), Journal de Bab, 2 vol. , 352 et 108 p., dactylographié [APA 324, GM2 94]
Journal commencé le 6 juin 1944, à treize ans. Un récit autobiographique, publié parallèlement, La vie est un roman (L’Harmattan, 2005), comble les trous du journal.

62Jacqueline Chebrou (1923), La Guerre 1940-1944, 12 feuilles de cahier, manuscrit original et transcription (APA 425, GM3 97)
La guerre, vue par une adolescente de 17 ans, élève en « mathélèm » en 1939 au Lycée du Havre. Elle consigne l’arrivée de la guerre, l’exode, l’armistice. Suivent quelques interrogations fondamentales sur les années d’Occupation, le débarquement, la Libération.

63Olga Divo (1923), Journal 1939-1945, 33 p., dactylographié [APA 697, GM3 99]
Journal d’une jeune Alsacienne de 17 ans expulsée avec sa mère en 1940.
Elles aboutiront en Algérie, où Olga sera monitrice d’enfants. En 1943, après le débarquement, elle s’engage dans l’Armée française, débarque en Provence, fait les campagnes de France et d’Allemagne.

64Gilberte Francis (1919), L’Exode des années de guerre, Journal 1940-45, 191 p., tapuscrit, documents [APA 1205, GM5 72]
Famille de cheminots belge. Journal minutieux de l’exode du 11 mai au 16 juillet (premier tiers du texte). Ensuite, notations plus brèves, surtout à partir de 1942. Gilberte s’occupe du Service du Colis du Prisonnier et de la Défense aérienne passive. Le journal s’arrête le 23 mai 1945. Elle se mariera en 1946.

65Hélène G. (1912), Récit d’exode, 14-17 juin 1940 – Journal, 5-15 juillet 1940, 24 p., tapuscrit, ill., carte [APA 2138, GM7 37]
Institutrice à Alfortville évacuée avec sa classe dans le Loiret en octobre 1939, elle reçoit le 14 juin l’ordre d’évacuer les enfants vers le Sud. Sur un premier cahier, elle raconte cet exode de trois jours qui s’achèvera le 17 juin à La Chapelle d’Angillon ; sur un second, de retour à Paris, elle tient son journal du 5 au 15 juillet et raconte ses difficultés à toucher son traitement, à obtenir sa réintégration et un « congé d’absence »… Cahiers retrouvés par sa fille et transcrits par elle.

66Famille Gallet, La guerre 1939-1945 telle que nous l’avons vécue, 95 p., tapuscrit [APA 2706]
Marie-Thérèse Viel-Gallet, née en 1925, a rassemblé les souvenirs de toute sa famille (13 narrateurs), une famille qui vivait à Vire, détruit à 98 % le 6 juin 1944. Le montage comporte des citations de son propre journal et de celui de sa mère, journaux parfois tenus au fond des tranchées creusées dans le jardin.

67Monique d’Hesse (1928), Mon voyage en évacuation, manuscrit photocopié, 52 p. [APA 1081, GM4 124]
Fille d’un notaire de l’Aisne, Monique, douze ans, tient de manière pittoresque et vivante son journal pendant l’exode en voiture qui mène la famille d’Esquehéries, Aisne (16 mai) à Barbezieux (18 juin) – on reviendra à la maison le 3 août.

68Suzanne Lecocq (1925) et Marthe Gautier (1926), Évacuation juin 40, 21 p., tapuscrit [APA 1494, GM5 127]
Récit de l’exode par deux cousines, de la Seine-et-Marne aux Pyrénées-Orientales. La première moitié du récit a été écrite, à chaud, dès juillet 1940, par Suzanne, Marthe ayant complété en 1992.

69Suzanne Leroy-Dubost (1906), Mémoires de Poucette, 17 p., journal complété 20 ans plus tard [APA 1052-1, GM4 26]
Exode d’une famille d’agriculteurs du pays de Caux en mai 1940 vers le Sud de la Loire, et retour à l’Armistice. Ensuite, difficultés de la vie quotidienne, sans aucune concession à l’occupant.

70Jacqueline Masson (1920), Journal, 26 cahiers, 5000 pages manuscrites environ [APA 205, GM2 55]
Née en 1920, bourgeoisie parisienne, éducation religieuse, goûts littéraires, aspirations mystiques. « Une jeune fille rangée, mais passionnée, pieuse, aux idées élevées. » Elle commence son journal à quinze ans, en 1935.
Les trois premiers cahiers, consacrés surtout à sa vie intérieure, mais qui donnent aussi un récit jour à jour de la Libération de Paris, couvrent la période 1935-novembre 1944. Elle ne reprendra son journal qu’en 1948, une fois mariée.

71Andrée Monneret (1920), Intimité en temps de guerre, 13 février 1944-25 mars 1945, 38 p. [APA 2986]
Son mari, résistant, est arrêté à Lyon en février 1944, puis déporté à Buchenwald. Restée seule avec ses trois enfants, elle tient une sorte de journal-lettre à lui adressé.

72Janine Poirier (1925), Journal intime d’une adolescente, décembre 1943-septembre 1944, 93 p., Journal d’une adolescente, septembre à novembre 1944, 18 p., et Vacances de Noël 1944-1945, 5 p. (APA 2931, GM9 76)
Les derniers temps de l’Occupation et la Libération à Charleville, l’automne 1944 à Paris : toile de fonds du journal d’un amour qui va illuminer sa vie. Le journal est accompagné de ses Lettres à Roland (APA 2940).

73Sylvie (1927) et Annette (1931) Rohmer, Le Pont de Malzéville, 22 p., manuscrit [APA 1177, GM8 137]
Journal (Sylvie, 17 ans) et récit (Annette, 13 ans) de ce qui s’est passé à Malzéville, faubourg de Nancy, entre le 31 août et le 15 septembre 1944.
Nancy a été libéré par les Américains le 3 septembre, Malzéville, de l’autre côté du pont, que les Allemands feront sauter, seulement le 16…

74Janine Saint-Quentin (1914), Treize jours en juin 40, Journal d’une jeune femme, 30 p., tapuscrit, ill., suivi de Lettre à mon fils, 15 p. [APA 2199, GM7 40]
Journal tenu à Niort du 11 au 23 juin 1940 par une jeune femme professeur. Son mari meurt au combat le 22 juin, mais elle ne l’apprendra que quelques semaines plus tard. Elle révèle à son fils en 2004 l’existence de ce journal et l’accompagne d’un récit évoquant son père.

75Thérèse Robineau (1924), Journal du débarquement et de l’exode 1944, 42 p., tapuscrit [APA 459, GM3, 104]
Du 4 juin au 21 septembre 1944, chronique détaillée, heure par heure, de la vie d’une famille de Caen et de sa fuite vers Falaise, d’abord, puis vers Dieppe, au milieu de la bataille.

76Yvonne Rouaux (1924), Journaux, 10 brochures 1943-1996, tapuscrit et une cassette vidéo [APA 464, GM3 105]
Ces cahiers sont centrés autour du divorce, en 1973, de l’auteur. Le premier cahier commence en 1943, quand elle a 19 ans.
Denya Sackenreiter (1927), Journal 1942-1945, 1945-1946, 1948-1949, 124 p. [APA 625, GM3 120]
Vie quotidienne d’une adolescente alsacienne pendant l’Occupation. Admiration pour l’habile et discrète action anti-allemande de son père, chirurgien. Elle évoque son « Service pour la moisson » en 1943, les classes d’endoctrinement…

77Simone Vosch-Bellière (1926), Carnet d’une petite fille sous influence. L’exode : mai, juin, juillet 1940, 37 doubles pages manuscrites [APA 2656] Pages du journal d’une adolescente, du 10 mai au 27 juillet 1940 : l’exode entraîne sa famille de Hèze (près de Bruxelles) à Saintes et retour – aventure pittoresque et heureuse pour une adolescente « sous influence » : son milieu approuve la capitulation du roi des Belges et l’armistice de Pétain, comprend le succès d’Hitler.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540