Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Écrire sous l'Occupation

 | 
Bruno Curatolo
, 
François Marcot

Deuxième partie. Résister en écrivant

Usages de la presse clandestine dans la Résistance française

Laurent Douzou

Texto completo

  • 1 Les voix de la Résistance, tracts et journaux clandestins francs-comtois, Besançon, Cêtre, 1989 ; (...)

1Ce que nous appelons, d’un terme générique commode, la « presse clandestine » est un phénomène strictement contemporain de la naissance des premiers gestes du refus. Il importe de le préciser tout de suite dans la mesure où le terme de « presse clandestine » évoque rétrospectivement, pour nous, toute une logistique et des journaux : au début de 1944, la presse clandestine en France avait un tirage de l’ordre de 2 millions d’exemplaires. Or, il faut faire toute sa place à la gamme des productions qui a commencé avec des inscriptions – on parlerait aujourd’hui de « tags » –, des papillons, des tracts, des bulletins. J’y insiste d’emblée parce que ce qu’on appelle la presse clandestine ne se limite pas aux feuilles publiées par les mouvements et partis résistants même si ces feuilles ont joué un rôle primordial : il y a eu aussi – je renvoie sur ce point aux travaux de François Marcot1 – quantité de tracts « spontanés » ou « indépendants ». Par ailleurs, si certains titres ont vu le jour sous une dénomination qui resta inchangée (Résistance, Libération de zone nord, Défense de la France, etc.), beaucoup de ceux dont les noms sont passés à la postérité venaient de plus loin : Petites Ailes, puis Vérités, d’une part, Liberté d’autre part, pour Combat ; La Dernière Colonne pour Libération-Sud ; France Liberté pour Franc-Tireur, etc. Il y a eu là, à l’échelle d’une période où le temps était dense, de longs cheminements qu’on perd de vue souvent en ne considérant que le point d’aboutissement et en négligeant l’importance extrême des débuts, ceux des mots griffonnés à la main, de la dactylographie, de la polycopie, des écrits ronéotypés (les Lettres Françaises furent pour la première fois imprimées en octobre 1943 seulement). Il y a eu aussi des bulletins qui ont frappé les militants de la première heure même si leur existence fut brève, comme fulgurante. Tel fut le cas des bulletins diffusés dans les deux zones par le général Cochet dès l’automne 1940, ou encore de L’Arc diffusé en zone nord entre octobre 1940 et janvier 1941. Pour dire les choses autrement, la presse clandestine est un vocable générique évocateur qui a pour effet de gommer l’extrême complexité d’un phénomène polymorphe et évolutif.

  • 2 Pierre-Henri Teitgen, Pierre Le Rolland, Adam Rayski, Jean-Pierre Levy, Jean-Daniel Jurgensen, Phi (...)
  • 3 La presse clandestine, 1940-1944. Colloque d’Avignon les 20-21 Juin 1985, imprimé à Cavaillon en a (...)
  • 4 Se reporter à l’entrée synthétique due à Bruno Leroux, « Presse clandestine », dans François Marco (...)

2En un sens, le sujet qu’il m’échoit de traiter a été étudié de très longue date. Sans remonter trop en amont, le colloque organisé en juin 1985 à Avignon sous le patronage de l’Institut d’histoire du temps présent et dédié à la presse clandestine entre 1940 et 1944 abordait largement et précisément cette thématique en ayant recours à la fois aux acteurs de cette histoire2 et aux historiens. Ce colloque établissait aussi une sorte de bilan des travaux entrepris sur le sujet dès la Libération3. Afin de ne pas répéter des acquis bien établis4, je voudrais structurer mon propos en deux temps : d’abord, rappeler à grands traits les fonctions que cette presse clandestine remplissait, ses usages du temps de la clandestinité en somme ; ensuite, réfléchir à la difficulté qui est la nôtre de la lire pour ce qu’elle était vraiment, ses usages longtemps après en quelque sorte.

Les fonctions de la presse clandestine

3Avant d’énumérer successivement, pour des raisons de clarté pédagogique, les différentes fonctions dévolues à la presse clandestine, il convient de souligner que, dans la réalité du temps, ces fonctions furent inextricablement mêlées, l’importance de chacune d’entre elles variant grandement au fil de la chronologie, ce qui complique encore un peu les choses. C’est d’ailleurs là la raison pour laquelle cette presse revêtit une importance sans commune mesure avec ce qu’elle était factuellement, – et qui saute aux yeux quand on la consulte des décennies plus tard –, à savoir de maigres feuilles, plus ou moins bien composées et comportant un nombre très réduit de signes.

  • 5 Alban Vistel, La nuit sans ombre, Fayard, 1970, p. 28.

4La toute première fonction de cette presse fut de témoigner d’un refus : Que reste-t-il quand tout est perdu ? « Comme à l’aube de toutes les genèses, le premier et le seul recours est le Verbe. Il faut sortir de sa déréliction solitaire pour aller vers les autres. Il n’est pas possible que d’autres n’attendent pas les mots qui créeront un autre univers5. » Parlant en toute connaissance de cause, Alban Vistel insistait à raison sur la fonction première des écrits clandestins destinés à la publication. Le titre du premier des Cahiers du Témoignage chrétien le disait bien à sa façon en novembre 1941 : « France, prends garde de perdre ton âme. » Même tonalité avec la citation de Pascal placée en exergue de chaque numéro de Défense de la France : « Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger. » Cette condition sine qua non a d’abord souvent revêtu la forme de mots d’ordre jetés sur de tout petits bouts de papier que les pionniers de la résistance allaient coller sur les murs. Au fur et à mesure que ces pionniers parvenaient à s’extraire de la solitude initiale qui était leur lot, ces textes se sont densifiés, quantitativement et qualitativement. Il reste qu’écrire, dans ce cadre-là, c’était déjà agir, en prenant des risques, en pratiquant une transgression. C’est ce que disait fortement l’éditorial du premier numéro de Libération-Sud :

« Ce journal vous fera connaître quelques-unes des vérités que notre gouvernement, sur l’ordre des Allemands, est contraint de vous cacher. Ce journal vous indiquera les tâches qui incombent aux Français qui n’ont pas RENONCÉ. Ainsi ce journal ne sera pas une feuille de papier, mais un acte. »

5La deuxième fonction de cette presse était d’informer : sur ce qui se passait en France et ailleurs. Ce qui supposait d’avoir accès à des sources d’information de natures extrêmement diverses : l’écoute de la BBC, la lecture de la presse de Vichy, les sources propres à chaque mouvement (en provenance des départements et régions, puis du Bulletin d’information et de propagande de la France Combattante). Autour de l’information se livrait une bataille essentielle et les feuilles clandestines ont été lues d’abord parce qu’elles divulguaient des informations qui étaient soigneusement tues en vertu d’une censure omniprésente. À leurs débuts, les publications clandestines distillaient les maigres informations qu’elles parvenaient à soustraire à une censure efficace. C’est ce qui explique que les thèmes du pillage économique de la France par l’occupant et de l’assujettissement des autorités françaises au vainqueur aient été si largement traités dans les numéros d’une presse naissante. En même temps, la pauvreté des informations disponibles obligeait chacun à mettre l’accent sur les raisons qui le poussaient à agir et donc à dire le sens de cette action. Dans cette première phase, la personnalité de chaque feuille apparut donc avec une assez grande netteté. Au fur et à mesure que les mouvements qui portaient les feuilles devenaient plus structurés et aussi tendaient à s’unifier, les informations, provenant souvent des mêmes sources, eurent tendance à s’uniformiser. Dans tous les cas, l’information fut diffusée par cette presse sur un mode très factuel (il s’agissait d’établir ou – mieux – de révéler des faits dissimulés par la censure) mais non sans ironie : les feuilles clandestines eurent souvent un ton très Canard enchaîné qui n’empêcha pas le recours à une veine dramatique quand la répression s’accentua.

  • 6 Claude Bourdet, La presse clandestine, 1940-1944, colloque d’Avignon des 20-21 juin 1985, conseil (...)

6La troisième fonction de cette presse était d’inciter à agir. L’idée fut sans cesse présente, y compris dans les rangs résistants, que cette activité, éminemment dangereuse, était peut-être inutilement risquée et coûteuse. Cette idée était démentie par le fait que « le journal clandestin était le meilleur recruteur du mouvement6 ». Témoin ce nota bene en dernière page du premier numéro de Libération de zone sud :

« Nous demandons instamment à chacun de nos 15.000 lecteurs de répandre autour d’eux ce journal. Qu’ils prennent pour règle d’en communiquer chaque numéro à 10 de leurs proches. Ils auront ainsi travaillé avec nous à notre commune libération. »

  • 7 Claude Bourdet, op. cit., p. 129.
  • 8 Évoquant l’équivalent d’une « armée » déjà à pied d’œuvre à Paris pour résister, les auteurs de l’ (...)

7Ou, dans le no 14 du 24 juin 1942, ce bandeau en bas de la page 2 : « Ne dites pas seulement : je me battrai… lorsqu’il le faudra. » Certes, il y a eu des groupements qui n’ont pas créé de journaux clandestins : l’OCM – qui publia tout de même des Cahiers –, ceux de la Libération, ceux de la Résistance. Mais « on développait mieux un mouvement à partir d’un journal clandestin qui passait de mains en mains. C’était le signe visible de l’existence de la Résistance7 ». D’autant que les initiateurs de ces feuilles bluffaient. C’est vrai de l’éditorial du premier numéro de Résistance en zone nord en décembre 19408, c’est vrai du premier numéro de Libération de zone sud en juillet 1941 dont le sous-titre était « organe du directoire des forces de libération françaises », etc. C’est que la feuille clandestine était un facteur de crédibilité à nul autre pareil : l’existence même de la feuille, sa périodicité aussi régulière que possible, le soin apporté graduellement à sa réalisation, les quantités croissantes d’exemplaires, tout cela supposait une véritable organisation et pouvait convaincre le diffuseur qu’il était partie prenante d’un vaste mouvement. Diffuser avait donc une grande importance mobilisatrice. C’était un lien qui se créait, une « chaîne » – terme explicitement utilisé dans Libération (no 10, en bas de page : « Lecteur, continue la chaîne. Libération doit faire son chemin ») qui se construisait et, grâce aux procès-verbaux de nombre de perquisitions, nous savons que cela irriguait jusque dans les lieux les plus reculés.

8La dernière fonction de cette presse, tout à la fois colonne vertébrale et aiguillon, était de diversifier l’ancrage du mouvement : le journal et sa distribution étaient les instruments par lesquels on pouvait passer à un travail plus approfondi, recruter les personnes les plus actives, les intégrer dans l’organisation elle-même. « Diffuser Libération est bien – Se grouper pour l’action est mieux », et « Lecteur, n’oublie pas que la propagande n’est que le prélude à l’action », bandeaux en bas du no 13 du 3 juin 1942. Un encart figurant en page 3 du numéro 8 du 1er mars 1942 de Libération de zone sud dit bien la fonction du journal :

« Vous qui lisez notre journal, diffusez autour de vous ses idées, ses informations. Vous aurez ainsi travaillé au redressement du pays. Mais ce n’est pas suffisant. Vous devez nous aider à élargir le nombre des lecteurs. Vous devez le transmettre à vos amis, le glisser dans des boîtes aux lettres, l’expédier sous enveloppe aux indécis que vous connaissez. Ce journal est la preuve que beaucoup attendent. Il représente un effort énorme. Il est le geste des hommes libres. Aider la presse de résistance est le devoir des hommes libres. »

  • 9 Sous le titre « Merci à des inconnus », Libération de zone sud publiait, en page 4 de son numéro d (...)

9De cet encart, on peut retenir la formule : le journal « représente un effort énorme ». C’était rigoureusement vrai. Si vrai que les clandestins d’une part, l’occupant et le régime de Vichy d’autre part bataillèrent rudement sur ce champ. Un faux numéro de Libération de zone sud fut ainsi fabriqué par les services de propagande de l’État français qui, tout en reprenant la mise en page du vrai Libération, y développèrent leurs propres thèmes mettant la résistance en accusation9. On sait que les Mouvements Unis de Résistance rendirent fin décembre 1943 au régime de Vichy la monnaie de sa pièce en fabriquant un faux numéro du Nouvelliste dont ils substituèrent 20 000 exemplaires dans les points de vente au numéro authentique au motif – fréquent à l’époque – que la censure avait opéré des coupes, imposant par là le remplacement des exemplaires en dépôt de vente !

  • 10 Claude Bourdet, La presse clandestine, 1940-1944, colloque d’Avignon des 20-21 juin 1985, conseil (...)
  • 11 Cécile Vast, Une histoire des Mouvements Unis de Résistance (de 1941 à l’après-guerre). Essai sur (...)

10« Ainsi on peut dire qu’un journal clandestin était bien plus qu’un journal. En même temps, c’était aussi moins qu’un journal à cause de sa taille10. » Cette remarque de Claude Bourdet vaut à un double point de vue. D’une part, les diverses fonctions que nous avons distinguées aboutissent à la définition d’une véritable « identité résistante11 ». D’autre part, tout le processus de la confection des publications clandestines requérait des compétences très particulières. Le mieux était évidemment de trouver un journaliste de métier formé à la clandestinité : Rochon et Massip à Libération-Sud, Altman à Franc-Tireur furent dans ce cas. Quand on ne parvenait pas à dénicher cet oiseau rare, on se formait sur le tas comme Claude Bourdet et Jacqueline Bernard à Combat qu’assistèrent tout de même d’abord Pierre Scize, ensuite Pascal Pia, enfin Albert Camus. D’autres professionnels furent largement sollicités parce que, sans leur concours, une parution régulière, massive et d’une qualité technique suffisante eût été impossible : les imprimeurs (Martinet à Lyon, Grou-Radenez à Paris, Lions et Azzaro à Toulon, Henri Lion à Toulouse), typographes, ouvriers du Livre (Édouard Ehny) dont le rôle fut essentiel. Paul Chauvet dans un ouvrage imprimé à compte d’auteur en 1979, La Résistance chez les fils de Gutenberg dans la deuxième guerre mondiale, a donné une recension presqu’exhaustive et foisonnante de cette activité.

  • 12 Jules Meurillon a rendu compte de son action en tant que chef du service de la propagande-diffusio (...)

11Les publications clandestines furent graduellement encadrées et développées par des organisateurs hors pair : André Bollier, dit Vélin, puis Carton à Combat ; Jules Meurillon, alias Léonard, à Libération de zone sud12. Sans se concerter, ces deux hommes aux cursus différents (Bollier était polytechnicien, Meurillon avait un CAP de serrurerie) développèrent un système de photogravure sur zinc qui permettait, grâce au tirage de clichés, d’éditer dans des imprimeries différentes un numéro parfaitement identique et employèrent pour leur usage propre de grosses machines à plat. Ils conçurent un système d’une assez rare complexité et d’une grande ingéniosité. Un système auquel on apportait des soins jaloux parce qu’il était crucial dans le dispositif de lutte. Le cœur de cible des groupements de résistance était l’opinion. Ainsi s’explique que la gamme de productions dont j’ai parlé n’ait jamais cessé, – au fur et à mesure qu’elle s’élargissait et s’étoffait –, d’exister. Il y a bien eu parallèlement et simultanément des tracts, des feuilles périodiques et même des revues (Cahiers de Libération, Cahiers du Témoignage Chrétien, La Revue Libre éditée par Franc-Tireur en février 1944, etc.). Ces revues avaient une fonction différente des feuilles clandestines, ce que disait bien le texte de présentation des Cahiers de Libération en septembre 1943. Soulignant que la presse clandestine cherchait les fins immédiates du combat qu’elle soutenait, ce texte précisait :

« Nous avons cru à Libération qu’il fallait plus. Il faut que dans l’ombre, sous la menace, la pensée française cherche ses thèmes pour demain. Que le débat s’ouvre sur les problèmes économiques et sociaux, sur les problèmes de politique internationale. Qu’à côté de cette écriture Résistance […], qui est un acte de guerre, il y ait une nouvelle écriture où se détermine la pensée française pour les actes de paix. Voilà pourquoi nous offrons à l’élite intellectuelle, contrainte à se taire, une tribune. »

12Indépendamment de l’ouverture sur l’avenir – qui signait le mûrissement d’une pensée et d’une action –, ces lignes démontrent que les résistants eux-mêmes avaient pleinement conscience des divers niveaux et registres d’écriture qu’ils étaient amenés à manier. Ce qui introduit au second volet de cette communication.

Les difficultés d’un décryptage

13Ces difficultés, on ne les découvre pas aujourd’hui. Il y a plus de 50 ans déjà, Henri Michel les pointait dans son introduction aux idées politiques et sociales de la Résistance ce que relevait Lucien Febvre dans un avant-propos qui a marqué les esprits. Que disait exactement Henri Michel ?

  • 13 Les idées politiques et sociales de la Résistance, documents clandestins, 1940-1944, textes choisi (...)

« Il n’est pas sûr que toutes les idées politiques de la Résistance aient été totalement prises au sérieux par les Résistants, y compris ceux qui les ont exprimées : pas plus qu’un général, dont le but est avant tout de maintenir le moral de ses troupes, n’accorde foi entière aux slogans rassurants qu’il a mis en circulation13. »

14La presse clandestine, au fond, disait à la fois plus et moins que ce que nous lui prêtons à plus d’un demi-siècle de distance, et c’est bien là la difficulté majeure qu’elle présente quant aux interprétations que nous pouvons en faire et aux conclusions que nous pouvons en tirer.

  • 14 D’où la différence frappante avec les discours d’anthologie – dans le double sens du terme –, très (...)

15La première difficulté, liée à la description sommaire que je viens de faire, est bien là : la presse clandestine est née dans un contexte et d’un contexte qu’il ne faut jamais oublier. Un contexte éminemment instable, un contexte de pénurie extrême, un contexte qui fut de bout en bout – selon des conditions évidemment changeantes – marqué par une grande tension. Il en découle que ses feuilles, si précieuses soient-elles, ne peuvent être lues sans avoir ce contexte si particulier à l’esprit. La très faible superficie rédactionnelle disponible, la difficulté de dénicher des informations de première main, la volonté arc-boutée de susciter des soutiens, tout cela a déterminé un mode d’écriture contraint. Il fallait faire court, ramassé, clair, percutant et convaincant. De ce fait, les analyses se faisaient souvent à la serpe. En réalité, les rédacteurs disposaient d’une faible marge manœuvre qui ne leur permettait pas de donner libre cours à leur créativité14. Cette donnée-là est à la fois évidente et difficile à prendre en compte dans nos recherches parce que la tentation est forte de traiter les publications clandestines selon les mêmes méthodes et approches que la presse du temps de paix. Il reste que, si l’on y regarde de près, cette presse était loin d’être uniforme. En dépit de ses fortes ressemblances, elle était porteuse d’une réelle diversité : Défense de la France n’était pas Libération de zone nord, Libération de zone sud n’était pas Combat non plus que Franc-Tireur, etc.

  • 15 L’appréciation à porter publiquement sur le régime de Vichy était aussi pensée en termes tactiques (...)
  • 16 C’est la thèse que soutient Renée Poznanski, Propagandes et persécutions. La Résistance et le « pr (...)

16Par ailleurs, cette presse obéissait aussi à des préoccupations tactiques extrêmement fortes en même temps qu’elle portait la marque des urgences de l’heure. La chose est très claire s’agissant, en zone sud en particulier, du jugement à porter publiquement sur le régime de Vichy15. Mais les préoccupations tactiques jouaient aussi à bien d’autres égards. Par exemple, le choix des thèmes à traiter relevait de la nécessité de toucher l’opinion, de la gagner à soi dans la partie de bras de fer qui se menait pour son contrôle entre les deux camps à l’œuvre. D’où la très grande importance conférée, par exemple, au thème du pillage économique de la France par l’occupant, aux persécutions antisémites après les grandes rafles de l’été 1942, aux conséquences du STO : la presse clandestine, au fur et à mesure que les mois passaient, en appela de plus en plus à l’expérience personnelle de la population sur des faits qui lui étaient immédiatement accessibles. On ne peut lire, et tenter de décrypter, cette presse sans avoir présent à l’esprit cet arrière-plan. Est-ce user d’un alibi commode permettant de ne pas poser des questions épineuses que d’être attentif au danger d’anachronisme16 qui nous guette à chaque pas ? Je ne le pense pas en raison même des circonstances, très exceptionnelles on en conviendra, dans lesquelles cette presse se fraya un chemin pour exister vaille que vaille.

17Un même souci tactique explique le silence de cette presse sur les débats qui agitaient les milieux résistants. Mieux, quand ces débats et ces rivalités transpiraient, la presse clandestine les niait. Ainsi, dans l’été 1942, Combat et Libération publièrent un communiqué :

« Depuis trop longtemps les bruits les plus divers et parfois calomnieux circulent au sujet des relations qui existent entre Libération et Combat. La propagation de ces bruits que rien ne justifie, tout en nuisant à chacun des deux grands mouvements, nuit plus encore à leur cause commune : la libération du territoire. Par cette déclaration qui paraîtra simultanément dans chacun des deux journaux, les dirigeants de Combat, comme ceux de Libération entendent faire cesser ces bruits. Ils affirment qu’ils mènent une action convergente, qu’ils poursuivent les mêmes buts, sont animés par le même idéal et reconnaissent le général de Gaulle comme chef et symbole de la Résistance française. »

  • 17 Pierre Laborie, Les Français des années troubles. De la guerre d’Espagne à la Libération, Le Seuil (...)

18En creux, ce long communiqué – alors que la surface rédactionnelle était comptée – suggérait le contraire de ce qu’il affirmait hautement. Il démontre les ravages que tout écho de dissensions pouvait exercer. Il faut encore préciser qu’outre les préoccupations tactiques, il faut faire sa place à l’ambivalence qui a pu caractériser les positions des résistants et je renvoie sur ce point à ce qu’a écrit Jean Paulhan dans « L’abeille », publié en février 1944 dans le quatrième numéro des Cahiers de la Libération, à propos du rapport complexe d’un certain nombre de résistants vis-à-vis du régime de Vichy. Il faudrait aussi intégrer le risque que pointe Pierre Laborie dans un article consacré à la revue Esprit « de s’égarer dans les brouillards d’une pensée et des mots de contrebande17 ».

19Et, puisque la problématique générale de ce colloque est l’écriture sous l’Occupation, il faut souligner les différents niveaux et registres d’écriture à l’œuvre dans l’ensemble du monde de la clandestinité. Il pouvait y avoir parfois loin entre l’affichage si j’ose dire officiel, ou public, et ce qui s’écrivait en arrière-plan. Les circulaires internes aux mouvements développaient une pensée complexe, quelquefois rude, qui pouvait laisser place au doute et à l’incertitude, c’est-à-dire une pensée éminemment différente de celle de la presse clandestine. Les correspondances des responsables – traitant entre eux des problèmes de l’heure et des perspectives à venir – dessinaient un troisième niveau. En sorte que lire la presse clandestine au premier degré en quelque sorte, c’est croire qu’on épuise une pensée et des débats qui étaient autrement complexes que ce qu’elle pouvait donner à voir et à débattre. Ce qui revient à dire que l’écriture calibrée – dans les deux sens du mot – de la presse différait sensiblement des écrits internes au monde de la clandestinité. Les limites de la presse clandestine au sens commun de l’expression – tracts et feuilles essentiellement – sont soulignées par le fait que, dès qu’ils le purent, les cercles dirigeants conçurent et firent fabriquer ces revues qui tentaient de décliner une autre pensée, plus critique, plus aboutie, plus mûrie, plus prospective. Que cela se soit produit, pour l’essentiel, à dater de 1943 ne doit rien au hasard.

20Il demeure que cette presse, qui joua un rôle crucial dans la bataille pour le contrôle de l’opinion que se livraient les résistants et le régime de Vichy, a développé au fil du temps une rhétorique qui fut modelée par la conception qu’elle avait de sa relation à la population : Cécile Vast a montré, à propos des MUR, la forte évolution menant de ce qu’elle appelle « une résistance de témoignage » en 1941-1942 à une résistance plus élitiste, nettement distincte de la population, recentrée autour de quelques composantes au nombre desquelles figurent en bonne place la recherche du sens et l’écriture de soi. La presse clandestine, malgré ses limites, fut l’énonciation publique d’une parole qui donna peu à peu, – avec des doutes et des moments de régression –, sens et contenu à une véritable et forte identité résistante, non exclusive d’une diversification certaine. Ce ne fut pas là son moindre rôle.

Notas

1 Les voix de la Résistance, tracts et journaux clandestins francs-comtois, Besançon, Cêtre, 1989 ; « Les mots des résistants. Essai lexicographique », dans 19-20, Bulletin du Centre d’histoire contemporaine de l’Université de Franche-Comté, no 3, 1999, p. 79-105.

2 Pierre-Henri Teitgen, Pierre Le Rolland, Adam Rayski, Jean-Pierre Levy, Jean-Daniel Jurgensen, Philippe Viannay (par écrit), Lucie Aubrac, Claude Bourdet, Jacqueline Bernard, Lucienne Guezennec, Robert Verdier, Robert Clop, Pierre Seghers y intervinrent.

3 La presse clandestine, 1940-1944. Colloque d’Avignon les 20-21 Juin 1985, imprimé à Cavaillon en août 1986.

4 Se reporter à l’entrée synthétique due à Bruno Leroux, « Presse clandestine », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006, p. 681-683 ainsi qu’aux renvois mentionnés à la fin de cette entrée.

5 Alban Vistel, La nuit sans ombre, Fayard, 1970, p. 28.

6 Claude Bourdet, La presse clandestine, 1940-1944, colloque d’Avignon des 20-21 juin 1985, conseil général de Vaucluse, 1986, p. 128.

7 Claude Bourdet, op. cit., p. 129.

8 Évoquant l’équivalent d’une « armée » déjà à pied d’œuvre à Paris pour résister, les auteurs de l’éditorial n’hésitaient pas à s’octroyer un rôle central comme s’ils étaient venus à bout des difficultés que rencontraient ceux qui tentaient d’entreprendre de faire quelque chose : « En acceptant d’être vos chefs, nous avons fait le serment de tout sacrifier à cette mission, avec dureté, impitoyablement. »

9 Sous le titre « Merci à des inconnus », Libération de zone sud publiait, en page 4 de son numéro du 1er mars 1943, le texte suivant : « La propagande allemande de Vichy, incapable de se faire entendre à visage découvert, prend le masque de LIBÉRATION. De faux numéros de notre journal engagent avec nous une polémique à laquelle nous estimons superflu de répondre. Contentons-nous d’enregistrer cet hommage rendu maladroitement à notre travail. Les faussaires n’osent pas dire leurs noms, la France saura un jour les nôtres. Les employés de M. Marion annoncent que leur LIBÉRATION paraîtra “tant que la feuille gaulliste du même nom [sic]”. Ils en sont au numéro 19 bis, nous en sommes aujourd’hui au 25. Il y a du retard. Allons, Messieurs, un petit effort ! Et vous, amis lecteurs, prenez garde à ces provocateurs. »

10 Claude Bourdet, La presse clandestine, 1940-1944, colloque d’Avignon des 20-21 juin 1985, conseil général de Vaucluse, 1986, p. 130.

11 Cécile Vast, Une histoire des Mouvements Unis de Résistance (de 1941 à l’après-guerre). Essai sur l’expérience de la Résistance et l’identité résistante, thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de François Marcot, université de Franche-Comté, 2008, 3 vol. dactyl., 550 p.

12 Jules Meurillon a rendu compte de son action en tant que chef du service de la propagande-diffusion de Libération-Sud dans Julien Léonard. Un résistant ordinaire éditeur clandestin de Libération (1940-1945), imprimé à compte d’auteur à Morlaix en 2000.

13 Les idées politiques et sociales de la Résistance, documents clandestins, 1940-1944, textes choisis et introductions par Henri Michel et Boris Mirkine-Guetzévitch, préface de Georges Bidault, avant-propos de Lucien Febvre, PUF, 1954, p. vii.

14 D’où la différence frappante avec les discours d’anthologie – dans le double sens du terme –, très écrits, soigneusement composés, scintillant de références, diffusés sur les antennes de la BBC dans les émissions de la France libre, que leurs auteurs aient eu pour noms Pierre Brossolette ou Maurice Schumann.

15 L’appréciation à porter publiquement sur le régime de Vichy était aussi pensée en termes tactiques en zone occupée comme en fait foi cette notation extraite du journal d’Agnès Humbert fin novembre 1940 : « Être circonspects pendant un temps en parlant de cette vieille ganache de Maréchal. Nous savons tous ce que vaut ce Franco au petit pied ; toutefois, beaucoup de gens n’ont pas encore ouvert les yeux. » Agnès Humbert, Notre guerre. Souvenirs de Résistance, Tallandier, 2004, p. 110.

16 C’est la thèse que soutient Renée Poznanski, Propagandes et persécutions. La Résistance et le « problème juif », Fayard, 2008, par exemple, p. 10, quand, à propos de la « minceur » ou de « l’ambiguïté » des positions de la presse clandestine au sujet des persécutions antisémites, elle prête aux historiens qui en ont rendu compte ce raisonnement : « … l’embarras devant une constatation troublante paralysait les analyses : c’était le cas partout, c’est-à-dire aussi dans les journaux des autres mouvements ; à l’époque, le “sujet” n’avait pas l’importance qu’il a acquise de nos jours (attention à l’anachronisme) ; d’ailleurs, on ne savait rien de l’extermination des Juifs (attention à l’anachronisme…). »

17 Pierre Laborie, Les Français des années troubles. De la guerre d’Espagne à la Libération, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 2001, p. 129.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540