Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire sous l'Occupation

 | 
Bruno Curatolo
, 
François Marcot

Avant-propos

Bruno Curatolo et François Marcot

Texte intégral

1Qu’est-ce qui pousse les hommes et les femmes à écrire pour dire leur « mal vivre » sur un sol occupé ? Qu’entendre par non-consentement ? Notre intention dans le colloque organisé à Besançon par le Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, le Centre d’histoire et de recherches sur la Résistance, l’université de Franche-Comté et la Fondation de la Résistance, a été de prendre en considération toutes les formes de manifestations écrites qui se situent au-delà de la résignation et de la passivité face à l’occupation, mais parfois « en deçà » de la résistance, au sens où l’a définie Pierre Laborie : une action visant consciemment à lutter contre l’occupant, ou ses collaborateurs, en usant d’un répertoire d’actions de transgression, ce qui entraîne une prise de risque. Certes, les écrits résistants qui sont autant d’armes contre l’occupant (tracts et journaux clandestins, circulaires intérieures, poèmes et nouvelles, graffiti et papillons…) constituent la plus radicale des réactions à l’occupation. Mais il s’agit aussi d’élargir l’investigation au-delà de la Résistance en abordant les écrits qui relèvent du non-consentement. Ainsi de l’écriture privée – correspondance personnelle ou journal intime – quand elle permet de préserver son identité, d’affirmer, dans l’entre-soi, sa liberté de penser et de juger. Ainsi, a contrario, des divers modes d’écritures publiques (journalistique, poétique, romanesque ou théâtrale) qui permettent, en rusant avec la censure de « dire vrai », au risque, dans certains cas, de se voir condamné et de devoir passer à la clandestinité comme les revues Poésie ou Fontaine.

2Pour saisir la fonction et la signification de cette écriture sous l’Occupation, il fallait combiner deux approches et, de ce fait, associer deux champs disciplinaires : une approche par la langue, comme instrument de communication, d’une part, comme expression littéraire, de l’autre, à savoir, par le biais de l’imaginaire, transposer une expérience vécue et, dans certains cas, fuir une réalité difficilement supportable ; une approche par l’histoire, comme appréhension d’hommes et de femmes dans la société de leur temps avec son contexte spatio-temporel bien particulier, histoire qui, sinon totale, du moins privilégie ses dimensions socio-politiques, culturelles et anthropologiques.

3Ces deux approches se mêlent étroitement pour entrelacer les deux questions formant la trame de la réflexion engagée ici. En quoi l’écriture a-t-elle permis d’exprimer des idées, de (re)construire son identité, de se manifester et d’agir ? En quoi le non-consentement et la Résistance ont-ils modifié le processus d’écriture et y a-t-il, dans le temps de l’Occupation une originalité des différentes formes d’écriture ainsi qu’une relation particulière au temps de l’écriture, par exemple entre journalisme et littérature, témoignage et fiction, notation personnelle ou visée publique ?

4On s’est efforcé de mieux cerner les fonctions de ces écrits, évidemment déclinées selon la nature propre de chacun. Pour les écrits de la Résistance, sont-ils un moyen de faire de la résistance, de faire la Résistance et d’affirmer sa légitimité ? Pour les œuvres littéraires, une volonté de représenter le monde et, éventuellement, de le transformer ? Pour les individus, dans leurs écrits intimes notamment, une recherche, une (re)découverte, une affirmation de leur identité perturbée ou ravivée dans ces temps troublés ?

5Quant à la dimension européenne, Belgique, France, Pologne, elle était nécessaire pour saisir les variants et invariants de l’écriture dans des conditions d’occupation et des contextes culturels nationaux très divers.

6Le présent ouvrage s’organise ainsi autour de cinq axes, convergents et complémentaires : l’écriture intime constituée essentiellement par la pratique du journal ; l’action de résister en écrivant qui se traduit dans la presse clandestine mais également dans les chants des maquisards ; les formes de l’écriture, poésie, théâtre et roman qui s’adaptent diversement aux contraintes de l’occupation et aux exigences des auteurs ; les engagements d’écrivains où se croisent des figures de notoriété diverse mais toujours emblématiques du non-consentement ou de la Résistance ; les réactions face à la répression, aux persécutions et à la mort telles qu’elles se lisent dans les écrits clandestins, les journaux intimes des Juifs ou leur correspondance de captivité dans les camps français ainsi que, pour ceux qui allaient être convoyés ou exécutés, dans une dernière lettre à leurs proches ou une ultime parole gravée sur les murs d’une prison. Nous avons voulu, aussi, élargir le champ temporel en proposant une ouverture sur la presse clandestine dans la Pologne communiste, afin de saisir les différences de contexte mais aussi les permanences de postures et d’engagements.

*

7À lire les différentes contributions qui, les unes et les autres dans leur registre spécifique, tentent de répondre à l’interrogation initiale – que veut dire « écrire sous l’Occupation » ? –, on s’aperçoit que le souterrain, l’anonyme ou le pseudonyme l’emportent, comme c’est la règle dans la situation considérée, sur la chose proclamée, déclamée, promulguée ; les journaux personnels font à peu près tous état de cette prostitution de la parole que représentaient, par exemple, en cette période les discours radiodiffusés et, par contraste, donnent à l’écriture individuelle un accent de vérité d’une rare valeur. C’est sans doute, et tous les régimes d’oppression l’attestent, parce qu’écrire est, depuis la plus haute antiquité, l’expression d’un refus : on écrit contre l’oubli, contre la mort, contre la norme, contre le mensonge – si commode à l’oral –, contre la paresse et le laisser-aller. Dire « non », ne pas consentir, c’est avant tout une plume à la main qu’on le fait, mais dans un combat qui est d’abord contre soi-même, contre sa pente naturelle à l’acquiescement, au vœu de tranquillité. Résister, avant que cela devienne un acte politique, c’est en premier lieu vaincre sa propre lâcheté, et quoi de plus risqué que de vouloir traduire par des mots écrits son être profond ? Faire de soi un texte, de l’intime à l’extime, du journal au tract, du privé au collectif, c’est bien mettre sa vie en danger, non pas seulement en termes de répression policière, si tel est parfois le cas, mais surtout parce que l’écrit trace des signes ineffaçables : quel portrait d’eux-mêmes lèguent-ils à la postérité ces écrivains notant au jour le jour leur opinion ou laissant un creux là où on attendait un plein, le silence résonnant dans l’écriture aussi fort qu’en musique ? Quelle image d’eux-mêmes les condamnés à une mort imminente ou à une déportation prochaine lèguent-ils à ceux qui recueilleront leur ultime témoignage, missive ou graffiti ? Quelle idée donnent-ils de leur talent ces auteurs de chants populaires, de poèmes protestataires, d’articles circonstanciels ? « Écrire sous l’Occupation », si la formule doit faire sens, c’est s’affronter à deux ennemis à la fois, l’interdit de l’appareil et la censure intérieure, double contrainte qui suscite une écriture singulière. C’est à cette écriture, dans toute sa richesse et sa complexité, que ce volume, consacré aux années sombres, espère donner un jour nouveau.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540