Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer les provinces de la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Conclusion générale

Nathalie Barrandon et François Kirbihler

Texte intégral

1Cet ouvrage permet d’affiner notre connaissance de l’administration des provinces, notamment les aspects normatifs et les modalités d’application de ces normes. M. Ferrary nous avait fait l’honneur de ses conclusions orales à Nancy : nous reprenons au début la trame de sa réflexion avec son aimable autorisation, tout en développant ensuite une proposition et en assumant seuls le propos final.

2E. Hermon a fourni un cadre conceptuel pour ce qui concerne l’étude de l’impérialisme romain à l’époque républicaine ; elle propose le terme de gouvernance pour recentrer le débat sur l’administration. J.-L. Ferrary a dressé les grandes lignes des lois comitiales : si elles furent, dès l’origine, nécessaires pour ratifier la création des provinces, c’est à partir des Gracques que la législation en matière pénale, les lois et procès de maiestate et de repetundis, progresse, alors qu’à la fin de la République le peuple vote plusieurs commandements extraordinaires. Un contre exemple à ce souci législatif romain a été établi avec le cas de l’Égypte, pour lequel P. Heilporn a montré que le passage du royaume-client à la province fut plus progressif qu’on ne le pensait. F. Hurlet a analysé un point important du rapport entre magistrature et gouvernement de province : par l’étude de la profectio, c’est la durée du gouvernement comme objet d’un débat juridique qui a été soulignée ; comme les consuls, les préteurs quittaient Rome pour une province à la fin de l’année de leur magistrature, et non l’année suivante. Enfin N. Barrandon, par l’étude de la correspondance entre le gouverneur et le Sénat, a montré le rôle complexe des magistrats dans le processus de lecture de ces lettres dans un Sénat tout puissant mais pas maître de son ordre du jour. P. Goukowsky a mis en lumière l’ambiguïté des textes de deux provinciaux de langue grecque, Diodore de Sicile et Appien, qui révèlent non pas une opposition à Rome, mais une critique des aspects les plus contestables du pouvoir romain. La loyauté des deux auteurs aux principes de la domination romaine n’a cependant pas été affectée.

3En ce qui concerne les modalités de l’administration provinciale, M. Coudry et F. Kirbihler se sont penchés sur la notion controversée de lex provinciae, en choisissant de traiter le cas de l’Asie : il s’agit d’un exemple particulièrement intéressant, puisque les documents épigraphiques permettent d’éclairer quelque peu les chartes éditées, valant pour une province entière, au moment de la création de l’espace de domination ou à un moment postérieur. L’action de Sylla n’avait jusqu’à présent pas été suffisamment soulignée par l’historiographie.

4Si la première motivation du Sénat pour envoyer un gouverneur dans les territoires conquis fut le maintien de la paix et la gestion de la guerre, il devait aussi une fois sur place se consacrer à des tâches strictement administratives : rendre la justice et gérer certains aspects de la fiscalité. Son travail reposa progressivement sur une évaluation des populations soumises et de leurs biens. B. Le Teuff a mis en lumière les rares indices de recensements provinciaux de l’époque républicaine. Elle souligne l’importance de l’existence des structures municipales dans les provinces pour comprendre ce qui constitue encore une phase expérimentale du census en Sicile et en Asie. La présence d’immigrants romains ou de communautés de Romains et d’Italiens induisait celle d’un magistrat pour régler l’ensemble des problèmes juridiques qu’ils pouvaient rencontrer dans leurs affaires comme dans leur vie privée. J. Fournier a montré quelques procédures communes dans les provinces de Sicile, d’Asie et de Cilicie par l’étude de la documentation cicéronienne. La répartition des affaires entre justice locale et justice romaine se faisait selon le statut des parties engagées. En outre, des éléments de l’organisation impériale se mettent en place à son époque, comme la procédure extra ordinem ou le circuit annuel des conuentus.

5L’article de T. Ñaco soulève la principale difficulté rencontrée pour la période républicaine lorsqu’il s’agit d’évaluer l’étendue de la sphère de compétence du gouverneur : en traitant de la fiscalité des provinces hispaniques, il faut bien se rendre à l’évidence que nos sources ne nous permettent pas d’être affirmatifs sur la date de la mise en place des impôts provinciaux permanents. Il est indéniable que les provinces occidentales, Sicile exclue, sont moins bien fournies en documentation écrite (textes législatifs et administratifs, discours et lettres de Cicéron), que les provinces hellénophones. C’est le moment de reprendre un problème historique souligné par J.-L. Ferrary dans ses remarques conclusives : un fait historique existe-t-il uniquement lorsque les documents le prouvent expressément, ou peut-on envisager un temps entre l’événement et le moment où il nous est révélé avec certitude par les sources disponibles ? La méthodologie veut qu’il faille bien dissocier ce qui est attesté de ce qui est supposé, mais on ne peut pas se passer d’interprétations pour combler nos lacunes documentaires, ce qu’ont tenté de faire par exemple M. Coudry et F. Kirbihler. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on cherche à dresser un tableau pour l’ensemble des provinces, alors que chacune apporte son lot unique de documents, à des dates différentes, surtout à l’époque républicaine. Les hiatus chronologiques induits par nos sources rendent difficile, mais pas totalement impossible, puisque J.-L. Ferrary, F. Hurlet et N. Barrandon y sont parvenus, l’évaluation des évolutions en matière de législation et de pratiques gouvernementales.

6Quant aux disparités géographiques, elles ne nous permettent pas de généraliser des situations, mais les cas hispaniques, gaulois, sicilien, asiatique et égyptien traités dans cet ouvrage éclairent notre analyse des solutions adoptées par Rome, fondamentalement diversifiées.

7Nous aimerions proposer à titre d’hypothèse de travail une réflexion sur la périodisation des évolutions de l’administration des provinces républicaines. Durant la majorité du IIe siècle, en grande partie hors de la problématique du présent colloque, l’empirisme l’emportait : il n’existe pas de pensée bien structurée à l’égard de ce qui ne s’appelle pas encore « l’Empire ». Le Sénat, mais aussi le peuple, ratifiait a posteriori les actions des gouverneurs qui furent essentiellement motivées par la gestion de la guerre et son corollaire la paix. Alors qu’à partir du milieu du IIe siècle le Sénat tentait de mieux contrôler les actions administratives des gouverneurs par, entre autres, la création des jurys de repetundis, l’envoi de plus en plus systématique de légats sénatoriaux et une correspondance soutenue avec les gouverneurs, il se trouva régulièrement en conflit avec des tribuns de la plèbe qui intégraient le fait provincial dans leurs propositions « révolutionnaires », notamment agraires, ou qui prirent l’initiative d’établir des commandements extraordinaires. Cette époque correspond également à une croissance des intérêts économiques romains et italiens qui stimulèrent le débat politique à propos des provinces, alors que Cicéron nous dévoile une organisation judiciaire aboutie, au moins pour les provinces hellénophones. Si Mme Hermon voit aussi dans le moment gracchien la naissance d’une certaine bureaucratisation de l’administration, il est surtout apparu clairement dans ce colloque qu’à partir de Marius ou de Sylla s’ouvre une nouvelle époque dans la gestion des provinces, moins en raison d’une hypothétique réglementation générale, il faudra pour cela attendre les réformes de Pompée puis d’Auguste, qu’à cause des imperia dont disposèrent certains généraux, commandements extraordinaires dans le temps et l’espace. Les généraux victorieux avaient toujours eu, depuis Scipion l’Africain, le souci d’inscrire dans la durée leur œuvre de pacification en ne négligeant pas les solutions administratives. Mais les règlements pris par les imperatores de la fin de la République eurent plus d’envergure alors qu’ils devenaient des références pour leurs successeurs : Marius en Afrique, Sylla en Asie, Pompée en Bithynie-Pont, pour les mieux connus. Il faut dire que la collaboration avec les élites provinciales permettait sur le terrain de concrétiser massivement les actes des gouverneurs. C’est maintenant vers ces relations entre gouverneurs et provinciaux qu’il faut se tourner, ce que nous proposons de faire à Nantes en mai 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540