Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer les provinces de la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Introduction au colloque et bilan historiographique

Nathalie Barrandon et François Kirbihler

Texte intégral

  • 1 Hermon, E. (éd.), Gouvernants et Gouvernés dans l’Empire romain républicain – Québec, 1990, Cahier (...)

1Ce présent volume constitue les actes d’un colloque qui s’est tenu à Nancy les 4 et 5 juin 2009, et qui a été consacré à l’administration romaine des provinces de la fin de la République. Nous profitons de cette introduction pour remercier l’Université de Nancy qui a accueilli cette discussion scientifique, ainsi que le centre Ed. Will/Hiscant EA 1132 et son personnel qui ont contribué à la bonne organisation du colloque. L’Université de Nantes prendra en charge au mois de mai 2010 la seconde partie centrée sur les rapports entre les gouverneurs et les provinciaux. La genèse de ces manifestations remonte à la rencontre en 2006 des deux organisateurs et aussi curateurs de cet ouvrage. En effet, dans nos travaux respectifs sur l’Hispanie Citérieure et Éphèse, la question de la provincialisation s’était posée, et nous avons souhaité élargir nos horizons à d’autres régions de l’Empire. Nous avons pensé que la mise en commun des travaux de spécialistes de la question et un état des connaissances qui concernerait les pouvoirs du gouverneur, l’impact de la législation romaine ou des décisions des imperatores sur le fonctionnement des institutions locales, prolongeraient nos recherches au cadre géographique initialement restreint. Nous avions certes présente à l’esprit la mise en garde de M. Clavel-Lévêque contre toute tentative de généralisation à l’époque républicaine, émise lors de la discussion finale du colloque organisé par E. Hermon en 1990, Gouvernants et gouvernés1. Cette remarque semble évidente tant les situations provinciales furent variées, quelquefois sans doute uniques pour la période. On ne peut cependant que souligner l’apport décisif de ce colloque qui toucha à tous les horizons de l’Empire territorial en élargissant notre connaissance de l’histoire des provinces à l’époque républicaine. Une réflexion d’ensemble est par nature toujours fructueuse.

  • 2 Hermon, E. (éd.), Pouvoir et « imperium » (IIIe av. J.-C.-Ier apr. J.-C.), Naples, 1996.

2Nous ne détaillons pas ici ce colloque ni celui de 1994, organisé également par Mme Hermon et centré sur les rapports entre pouvoir et imperium à l’époque républicaine2 ; nous lui avons en effet laissé la parole afin qu’elle dresse son propre bilan de plus de vingt années d’efforts et de recherches sur ce sujet, qu’elle en tire aussi toutes les conséquences et formule de nouvelles perspectives. Rappelons simplement que les colloques de 1990 et 1994 ont été décisifs pour clarifier des concepts délicats mais incontournables, liés à des réalités bien romaines : sans viser l’exhaustivité, on citera les notions d’imperium et d’impérialisme, ou encore celles de provincia et d’Empire. Pour l’ensemble du colloque, nous n’avons certes pas exclu les aspects conceptuels de notre approche, mais comme on peut le voir dans le titre, nous avons souhaité insister sur les modalités concrètes de la provincialisation et du fait provincial, en partant aussi bien de la provincia/sphère de compétence du gouverneur, que des territoires sur lesquels son autorité s’exerçait, glissement de sens d’ailleurs riche de perspectives de réflexion. Le thème de recherche adopté paraîtra peut-être plus humble, mais il correspond mieux à nos parcours. Peut-être d’ailleurs les apports de ce colloque permettront-ils ensuite de donner de nouvelles clefs à l’élaboration de concepts, dans un rapport dialectique fécond.

3Pour le titre de ce colloque nous avons préféré au mot « gouverner », celui d’« administrer » de manière à minimiser délibérément la notion de commandement militaire. Il ne s’agissait pas d’écarter de nos réflexions la question de la spécificité de l’Empire romain à l’époque républicaine, tant s’en faut : la conquête du bassin méditerranéen fut initiée et se prolongea pendant toute la période, et la principale activité des gouverneurs, magistrat ou promagistrat doté de l’imperium militiae, fut bien souvent la guerre. Toutefois, il a semblé pertinent de se consacrer spécifiquement aux conséquences de la présence des représentants de Rome dans des territoires que le Sénat ne pouvait pas administrer lui-même, à savoir les modalités de cette délégation de pouvoir et les charges qui revenaient au gouverneur, que sa province fût pacifiée ou non.

4Le rapport entre gouvernants et gouvernés étant l’un de nos principaux points de départ, il occupa une bonne part de nos thèses de doctorat respectives, il sera ici également un élément premier de la réflexion, grâce aux propos de Mme Hermon. Nous avons ensuite laissé provisoirement de côté ce rapport, sinon à la marge, pour le reprendre prochainement à Nantes. Si l’article de Mme Hermon introduit aux deux rencontres, il nous a semblé utile, voire nécessaire, d’insister à Nancy, sur les modalités de l’administration des provinces mises en place par le Sénat et le Peuple de Rome, deux composantes majeures de la République romaine, mais qui déléguèrent cette mission aux gouverneurs. C’est en effet autour de ces derniers que se sont concentrées les études passées.

5La production historiographique sur ce thème s’avère relativement abondante, avec des résultats inégaux. Les ouvrages anciens ne sont d’ailleurs mentionnés que pour mémoire. On passera rapidement sur des ouvrages de la fin du XIXe siècle comme le très juridique travail d’E. Marx, Essai sur les pouvoirs du gouverneur de province sous la république romaine et jusqu’à Dioclétien, publié en 1880, qui après un chapitre sur les caractères généraux examinant les magistratures, les cités et la notion de provincia, a conçu son essai de manière thématique. Les armées, finances, travaux publics, justice, responsabilités du gouverneur sont discutés sur une période très longue et presque sans aucune référence aux sources. Quant au livre de W. T. Arnold, The Roman system of Provincial Administration to the Accession of Constantine the Greay, Oxford (2e éd.), 1914, il présente succinctement, en une centaine de pages, la période républicaine ; ses propos sont fondés presque uniquement sur les textes de Cicéron, dans une approche comparatiste avec les États modernes et avec pour toile de fond la montée des nationalismes triomphants.

6Après la seconde guerre mondiale, les analyses se firent plus rigoureuses avec le livre de G.H. Stevenson, Roman Provincial Administration till the Age of the Antonines, New York, (1re éd. 1949) 1975. Seul le chapitre iii, d’environ quarante pages, relève de notre propos : il offre une définition du fait provincial et livre quelques poncifs sur l’administration romaine et son évolution ; suivent quelques pages sur le Sénat et l’attribution des postes, puis les différentes lois relatives à l’administration des provinces de Caius Gracchus à César, avec un examen des leges provinciae sans aucune remise en question ou discussion de cette notion historique ; des développements concernant l’édit du gouverneur, les tribunaux, les armées, la justice, l’administration et son personnel terminent la partie républicaine du livre. On note que si l’essentiel des thèmes en rapport avec la gestion des espaces conquis est bien envisagé, la discussion ne comporte qu’une à trois pages d’analyse historique pour chacun d’entre eux : le résultat, certes introductif, garde tout son mérite dans les limites de ses ambitions.

7Le livre de W. Dahlheim, Gewalt und Herrschaft. Das provinziale Herrschaftssystem der römischen Republik, paru à Berlin en 1977, était plus ambitieux. Il correspond à une analyse de l’impérialisme romain et de la provincialisation, par époque et zone géographique, dans une perspective socio-politique. Il commence donc logiquement par la Sicile, pour traiter ensuite des Hispanies, de la Grèce et poursuivre le périple. Cet auteur s’est surtout intéressé à la conception qu’avaient les Romains de leur domination, en accompagnant son parcours géographique de réflexions sur diverses notions ou remarques : les concepts de provincia, imperium, les rêves de domination ou concept politique de liberté et son application dans les formes de domination provinciale, font successivement l’objet d’une discussion.

8Enfin U. Hackl, Senat und Magistratur in Rom von der Mitte des 2. Jahrhunderts v. Chr. bis zur Diktatur Sullas, Kallmünz, 1982, a développé une approche chronologique de la conquête romaine, qui insiste davantage sur les personnalités marquantes des généraux et les implications politiques de leurs relations avec le Sénat.

9Ce panorama ne se veut pas exhaustif, mais il montre bien le lent cheminement de la réflexion historique sur le gouvernement des provinces à l’époque républicaine, période rarement traitée pour elle-même, même dans des monographies plus récentes : ainsi le livre de G. Wesch-Klein, Provincia. Okkupation und Verwaltung der Provinzen des Imperium Romanium von der Inbesitznahme Siziliens bis auf Diokletian, Zurich-Münster, 2008, évoque-t-il le fait provincial tant à l’époque républicaine qu’impériale, d’où des développements relativement succincts, très pratiques cependant dans une perspective de cours pour les étudiants, ce pour quoi d’ailleurs il a été conçu. Le livre de D. Braund, The Administration of the Roman Empire (241 BC-AD 193), Londres (Exeter Studies in History, 18), 1992, dont seule la réflexion introductive concerne notre période, couvre aussi un champ chronologique large.

10L’œuvre d’A. Lintott, Imperium Romanum. Politics and Administration, Londres, 1993, se situe dans la même veine, même s’il s’agit d’une entreprise plus ambitieuse. Comme le titre l’indique, cet ouvrage, dont seule la première moitié concerne l’époque républicaine, s’intéresse d’abord à la conquête romaine et à la notion d’empire, ainsi qu’à son organisation. Après avoir rappelé la flexibilité du concept de provincia jusqu’à l’époque cicéronienne, il étudie la constitution des provinces au sens moderne du terme dans une approche plutôt institutionnelle : des réflexions importantes sur l’envoi de la commission de dix légats aux côtés du magistrat ou promagistrat doté de l’imperium ou les circonstances de la rédaction d’une loi provinciale et/ou d’une formula émaillent l’ouvrage. Toutefois, il rappelle que d’autres solutions administratives, rois clients et cités libres, furent utilisées par Rome dans son Empire. Des développements consacrés au gouverneur et au gouvernement des provinces, ainsi qu’aux ressources, aux hommes, aux armées dont disposait le gouverneur, figurent ensuite. Les interactions entre la justice romaine et la justice locale sont enfin étudiées de manière globale puis pour quatre provinces : Sicile, Cilicie, Asie et Cyrène. Un chapitre est consacré à la fiscalité et aux publicains. Enfin un sort est fait aux gouverneurs concussionnaires.

11Deux auteurs méritent une place particulière dans cette présentation historiographique car ils ont consacré, et continuent de le faire, une grande partie de leur recherche au gouvernement des provinces à l’époque républicaine : si le premier, J. Richardson, affiche une affection pour l’Occident, l’autre, J.-L. Ferrary, a concentré ses efforts sur l’Orient.

  • 3 Richardson, J.S., Roman provincial administration (227 BC-117 AD), Londres, 1976.

12Après un petit livre diachronique3, J. Richardson a produit une œuvre fondatrice sur la présence romaine en Hispanie, notamment grâce à son ouvrage de 1986, Hispaniae. Spain and the Development of Roman Imperialism (218-82 BC), paru à Cambridge ; en outre, son chapitre intitulé « The Administration of the Empire », dans la Cambridge Ancient History de 1994, reste encore le meilleur bilan synthétique de l’administration des provinces romaines sous la République, alors que son dernier livre, The language of Empire : Rome and the Idea of Empire from the Third Century BC to the second Century AD, Cambridge, 2008, plus technique et institutionnel, est une étude exhaustive centrée sur le vocabulaire latin en rapport avec la domination : y est traitée l’évolution du concept d’imperium sous la République et l’Empire, le règne d’Auguste étant un moment charnière. L’ensemble montre bien le glissement sémantique du terme de provincia et la mise en place d’une administration provinciale entre les initiatives de l’autorité sénatoriale et celles des gouverneurs.

  • 4 Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du mond (...)
  • 5 Ferrary J.-L., « Rome et la géographie de l’hellénisme. Réflexions sur « hellènes » et « Panhellèn (...)
  • 6 Ferrary J.-L. et Verger St., « Contribution à l’histoire du sanctuaire de Claros à la fin du IIe e (...)
  • 7 Ferrary J.-L., « Les gouverneurs des provinces romaines d’Asie mineure (Asie et Cilicie) depuis l’ (...)
  • 8 Ferrary J.-L., « Le légat et le proconsul », Prost Fr. (éd.), L’Orient méditerranéen de la mort d’ (...)
  • 9 Ferrary J.-L., « Provinces, magistratures et lois : la création des provinces sous la République » (...)

13L’œuvre de J.-L. Ferrary, qui nous a fait l’honneur de participer à ce colloque, témoigne de son intérêt constant pour ce thème. Depuis son ouvrage Philhellénisme et impérialisme, se sont succédé de nombreuses réflexions sur la présence romaine dans l’Orient hellénophone4. Il est vrai que beaucoup d’idées présentes dans cette œuvre vaste et sans cesse approfondie concernent plus la partie nantaise du colloque, en raison de la discussion fréquente autour de la dialectique gouvernants-gouvernés. Néanmoins, qu’il soit permis de rappeler ici que l’article sur les Panhellènes de 20015 a souligné l’importance du moment syllanien en Asie Mineure. Depuis 1999-2000 le dossier de Claros occupe beaucoup l’énergie de M. Ferrary. Si les délégations des cités envoyées à Claros sont encore en cours d’étude, la période républicaine a tout de suite connu deux belles publications : le contexte archéologique de l’allée des proconsuls du sanctuaire de Claros a été présenté dans les CRAI ; une mise au point prosopographique sur les gouverneurs honorés par des bases de statues, parmi lesquels Q. Cicéron et Valerius Flaccus, le gouverneur du Pro Flacco, a suivi dans un article de 2000 dans le BCH6. Nous supposons que la documentation rassemblée avait conduit à la mise au point globale sur les proconsuls de la première époque républicaine, 129-88 avant J.-C., parue dans Chiron 20007. On pourrait citer encore le court article sur « Le légat ou le proconsul » de 2005, mais celui-ci s’inscrivait dans une perspective qui était celle des concours, ou mentionner le supplément 40 du BCH, dans lequel un groupe d’auteurs a tenté, 80 ans après J. Hatzfeld, une mise au point sur la présence italienne en vieille Grèce et dans les îles8. Cette dernière publication a précisé le cadre dans lequel opèrent les gouverneurs, et J.-L. Ferrary y a fait une mise au point sur le développement de la province d’Asie. Enfin son énergie infatigable a produit un nouvel article en 2008. Dans le cadre d’un colloque dédié à la provincialisation à l’époque impériale, il y relate les circonstances qui ont conduit à la création des provinces à l’époque républicaine9.

14La période républicaine revient à l’honneur depuis quelques années pour épauler les efforts de ces deux savants dans une optique qui nous intéresse tout particulièrement, avec des travaux centrés sur les gouverneurs et leur mission.

15R. Schulz, Herrschaft und Regierung. Roms Regiment in den Provinzen in der Zeit der Republik, Paderborn 1997, a conçu un ouvrage qui en 300 pages présente un bilan de l’administration provinciale, avec un point de vue assez statique, même si la documentation du Ier siècle avancé l’emporte en raison de l’existence du corpus cicéronien. Il s’agit d’un travail à la fois institutionnel et juridique, qui prend en compte les conditions de la domination et examine les réseaux sociaux et politiques au sein des milieux dirigeants. La problématique tourne autour des questions suivantes : les aristocrates étaient-ils préparés sinon formés à l’administration provinciale ? Comment et quels types de travaux les gouverneurs devaient-ils effectuer ? Quelles étaient leurs tâches de représentation dans les provinces ? Comment, avec qui et où la prise de décision s’effectuait-elle ? Comment les gouverneurs arrivaient-ils à défendre la province, rendre la justice, surveiller la perception des impôts ? Enfin quels mécanismes de contrôle des gouverneurs furent mis en place ? On aboutit ainsi à une vision assez optimiste des promagistrats romains : certes, l’ouvrage ne va pas jusqu’à réhabiliter Verrès, la tâche était d’ailleurs assez difficile, mais Schulz a tendance à souligner l’efficacité relative, et donc le choix souvent judicieux, des responsables envoyés gouverner l’Empire en voie de constitution. L’ouvrage a rencontré certaines critiques par ailleurs : le fait de rassembler thématiquement la documentation élude quelque peu les évolutions régionales et chronologiques. Les pages sur les lois provinciales ne sont pas les meilleures de l’ouvrage.

16T. C. Brennan The Praetorship in the Roman Republic, 2 vol., Oxford, 2000, a été plus sélectif pour être exhaustif. Il a choisi une approche chrono-thématique de la magistrature sélectionnée, la préture. Il traite donc de la mise en place des prétures urbaine et pérégrine, puis des préteurs à qui l’on confia une provincia, d’abord en Sicile-Sardaigne, puis dans les Hispanies. Après avoir envisagé quelques provinciae extraordinaires, il reprend le fil événementiel, soulignant les grandes étapes de la provincialisation (les années 165, 122, 82 et 50) pour souligner les évolutions de la magistrature étudiée. Tout en établissant la liste des préteurs et de leurs activités, les spécificités de chaque province sont donc présentées au fil de leur histoire. L’ensemble est analysé avec une extrême rigueur, qui fait de cet ouvrage une somme incontournable sur la préture républicaine, même si l’article de F. Hurlet démontre que l’on peut discuter la validité de certaines de ses positions.

17Ces dernières années ont vu également s’achever de nouveaux travaux, aux thèmes plus larges, mais qui renouvellent quelque peu certains aspects de la question.

18Parmi ces études récentes sur le gouvernement des provinces de la République romaine, il faut souligner les importants travaux autour des Verrines, présentés au cours du colloque qui s’est tenu à Besançon en 2006, sous la direction J. Dubouloz et S. Pittia, intitulé La Sicile de Cicéron, paru en 2007 aux Presses Universitaires de Besançon. Ils montrent ce qu’une approche nouvelle, proprement historique, axée sur la justice, la fiscalité et les personnes de l’entourage de Verrès, peut apporter : la démarche s’avère féconde en raison du croisement des sources littéraires avec les textes épigraphiques. Cette enquête collective a par conséquent renouvelé un dossier pourtant étudié depuis la Renaissance.

19F. Cadiou, a récemment publié sa thèse : Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie, sous la République (218-45 av. J.-C.), Madrid, 2008. Il démontre, entre autres, que les armées romaines ne furent pas des agents de la provincialisation administrative, et donc qu’elles restèrent cantonnées à leur mission militaire.

20J. Fournier a achevé récemment une thèse sur l’administration judiciaire dans les provinces hellénisées de l’Empire romain (145 av. J.-C.-212 apr. J.-C.), dans laquelle il étudie la justice locale des cités, la justice des gouverneurs et leurs modalités d’interaction ; la publication est annoncée dans la collection de la BEFAR.

21Enfin il existe des travaux encore inédits : le dossier d’habilitation d’A. Bérenger, dont il serait incongru de faire une présentation ici alors que l’auteur sera présente à Nantes en 2010. Nous préciserons seulement qu’il s’agit d’une réflexion sur le métier de gouverneur de l’époque de Cicéron à Dioclétien, traitée par des chapitres thématiques. On annonce également une nouvelle dissertation dans Chiron 38, 2008, p. 405 : Fr. Goldmann, Römische Provinzialherrshaft im griechischen Osten : Personen und Programme, Diss. Göttingen, 2005.

22Cette présentation, complétée par la bibliographie introductive à la suite de cette introduction qui comporte également les ouvrages majeurs des participants, montre, à notre sens, que la recherche sur l’administration des provinces de la République romaine s’enrichit chaque jour un peu plus. Toutefois, certaines modalités de fonctionnement de l’Empire romain territorial à l’époque républicaine méritaient encore quelques éclaircissements. C’est cette mission qu’ont bien voulu accepter les chercheurs sollicités pour ce colloque.

  • 10 Nicolet, Cl. (dir.), Rome et la conquête du monde méditerranéen, t. 2, Nlle Clio, Paris, [1978] 19 (...)

23Avant le partage de janvier 27, il n’y avait pas eu de réflexion globale de la part des dirigeants ou du Sénat romains, comme l’a déjà souligné il y a bien longtemps Cl. Nicolet10. La conquête, toujours en cours, et la diversité des situations et des peuples rencontrés avaient entraîné une gestion empirique des provinces. Pourtant le Sénat et le peuple légiférèrent dans le domaine : nous connaissons par exemple des lois provinciales, mais il semble que toutes les provinces n’étaient pas régies par ce type de règlement ; se pose aussi la question du contenu même de ces lois. M. Coudry et F. Kirbihler se sont chargés de ce dossier, source de débats sensibles. L’élaboration de la fiscalité et d’une justice provinciale sont également des sujets controversés car ils relèvent de sources disparates, voire lacunaires selon les provinces. J. Fournier et T. Ñaco ont accepté de relire en profondeur ces textes. C’est à cet exercice toujours utile que se livre en permanence P. Goukowsky lorsqu’il révise les textes littéraires. Il a alors choisi d’appréhender la vision du gouvernement de l’Empire romain par deux auteurs grecs. Un aspect du gouvernement des provinces devrait a priori être mieux connu que les autres, car il concernait indistinctement toutes les provinces, à savoir les aspects institutionnels du gouvernement de l’Empire. L’essentiel se trouve dans les ouvrages ci-dessus présentés, mais des précisions devaient être apportées notamment à propos de la législation sur les gouvernements et les gouverneurs, J.-L. Ferrary et F. Hurlet ont relevé le défi d’une analyse pointue en la matière. En outre, une réflexion sur les territoires indirectement contrôlés par Rome n’avait que rarement été abordée par les sources provinciales : P. Heilporn a traité de la question de la présence romaine sans existence concomitante d’un gouverneur en prenant l’exemple du royaume d’Egypte. Enfin les relations épistolaires entre le gouverneur et le Sénat et la mise en place des premiers recensements méritaient une première étude : N. Barrandon et B. Le Teuffont choisi d’ouvrir la voie respectivement sur ces deux sujets.

24La problématique commune à toutes ces interventions se situe au niveau de la répartition des compétences entre les trois composantes de pouvoir de la République, le Sénat, les magistrats/promagistrats et le peuple, alors que se normalise la gestion des territoires et des peuples soumis par Rome. Après la mise au point d’E. Hermon riche en analyses historiographiques et conceptuelles en rapport avec l’étude de l’administration romaine, cet ouvrage se divise en deux parties. La première est intitulée « Le gouverneur : un délégué du Sénat et du peuple ». Elle traite des aspects législatifs des pouvoirs octroyés aux gouverneurs, des modalités de leurs départs de Rome et de leurs relations avec le peuple et le Sénat ; elle présente aussi un contre exemple, l’Egypte, où ne furent pas envoyés de gouverneurs, alors que la mainmise de Rome y était croissante ; la vision de cette administration romaine par deux provinciaux de culture grecque, Diodore de Sicile et Appien, termine cette première moitié de l’enquête. La seconde partie est consacrée aux modalités et au cadre de cette administration provinciale. Sont étudiés successivement les textes législatifs à l’échelle de la province avec l’exemple de l’Asie ; la mise en place de la fiscalité romaine en Hispanie ; la justice romaine dans les provinces hellénophones, Sicile comprise ; enfin la mise sur pied des premiers recensements et/ou évaluations des ressources provinciales.

25Nous remercions chaleureusement les contributeurs de cet ouvrage pour avoir accepté les contraintes qui leur ont été imposées pour les éditions de ces actes, notamment un délai très court permettant ainsi une publication rapide afin d’offrir à la communauté scientifique, mais aussi aux étudiants préparant les concours, le bénéfice de ces mises aux points inédites. La réalisation prompte de cet objectif n’aurait pas été possible sans la générosité et la disponibilité des éditions des Presses Universitaires de Rennes et de leur personnel, qui ont accepté d’accueillir cet ouvrage dans leurs collections : qu’ils reçoivent ici l’expression de notre reconnaissance.

Bibliographie

Bibliographie introductive

Arnold W. T., The Roman system of Provincial Administration to the Accession of Constantine the Greay, Oxford (2e éd.), 1914.

Badian E., « Notes on Provincial Governors from Social War to Sulla’s victory », PACA, no 1, 1958, p. 1-18.

Badian E., « Notes on Provincial Governors », dans Studies in Greek and Roman History, New York, 1964, p. 88-96 et 102-104.

Balsdon J.P.V.D., « Consular provinces under the Late Republic », JRS, no 29, 1939, p. 773-798.

Barrandon N., De la conquête à la pacification : les mutations des sociétés indigènes et les débuts de la romanisation en Hispanie septentrionale et centrale, de la chute de Numance aux guerres asturo-cantabres (133-26 av. J.-C.), thèse inédite, Université Bordeaux III, 2005.

Bérenger A., Le métier de gouverneur dans l’empire romain de Cicéron à Dioclétien, mémoire inédit du dossier d’habilitation, 2007.

Bonnefond-coudry M., Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste : Pratiques délibératives et prise de décision, BEFAR, Rome, 1989.

Braund D., The Administration of the Roman Empire (241 BC-AD 193), Londres (Exeter Studies in History, 18), 1992.

Brennan T.C., The Praetorship in the Roman Republic, 2 vol., Oxford, 2000.

Broughton T.R.S., The magistrates of the roman republic, 2 vol. avec Suppl., New York, 1951-1952 et 1961.

Cadiou F., Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie, sous la République (218-45 av. J.-C.), Madrid, 2008.

Crawford M. H., « Origini e sviluppi del sistema provinciale romano », Clemente G., Coarelli F. et Gabba E. (éd.), Storia di Roma, 2, L’impero mediterraneo, 1, La Repubblica imperial, Turin, 1990, p. 91-121.

Dahlheim W., Gewalt und Herrschaft. Das provinziale Herrschaftssystem der römischen Republik, Berlin, 1977.

Dubouloz J. et Pittia S. (dir.), La Sicile de Cicéron : lectures des « Verrines », Actes du colloque de Paris, 19-20 mai 2006 organisé par l’UMR 8585, Centre Gustave-Glotz, Besançon, 2007.

Feemster-Jashemski W., The origins and history of the proconsular and the propraetorian imperium to 27 BC, Rome, 1966 (Chicago, 1950).

Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, EFR, Rome, 1988.

Ferrary J.-L., « Les inscriptions du sanctuaire de Claros en l’honneur des Romains », BCH, no 124, 2000, p. 331-376.

Ferrary J.-L., « Les gouverneurs des provinces romaines d’Asie Mineure (Asie et Cilicie) depuis l’organisation de la province d’Asie jusqu’à la première guerre de Mithridate (126-88 av. J.-C.) », Chiron, no 30, 2000, p. 161-193.

Ferrary J.-L., « Rome et la géographie de l’hellénisme. Réflexions sur “hellènes” et “Panhellènes” dans les inscriptions d’époque romaine », Salomies O. (éd.), The Greek East in the Roman Context. Proceedings of a Colloquium organised by the Finnish Institute at Athens, May 21 and 22, 1999, Helsinki, 2001, p. 19-35.

Ferrary J.-L., « La création de la province d’Asie et la présence italienne en Asie Mineure », Müller Chr. et Hasenohr Cl. (éd.), Les Italiens dans le monde grec : IIe siècle av. J.-C.- Ier siècle apr. J.-C. : circulation, activités, intégration : actes de la table ronde, Ecole normale supérieure, Paris, 14-16 mai 1998, Athènes-Paris, Bulletin de correspondance hellénique. Supplément XL, 2002, p. 133-146.

Ferrary J.-L., « Le légat et le proconsul », Prost Fr. (éd.), L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée. Cités et royaumes à l’époque hellénistique (Actes du colloque international de la SOPHAU, Rennes, avril 2003), Rennes-Toulouse, 2003, p. 403-412.

Ferrary J.-L., « Provinces, magistratures et lois : la création des provinces sous la République », Piso I. (éd.), Die römischen Provinzen. Begriff und Gründung (Colloquium Cluj-Napoca, 28. September-1. Oktober 2006), Cluj-Napoca, 2008, p. 7-18.

Ferrary J.-L. et Verger St., « Contribution à l’histoire du sanctuaire de Claros à la fin du IIe et au Ier siècle av. J.-C. : l’apport des inscriptions en l’honneur des Romains et des fouilles de 1994-1997 », CRAI, 1999, p. 811-850.

Fournier J., Entre tutelle romaine et autonomie civique. Recherches sur l’administration judiciaire dans les provinces hellénisées de l’Empire romain (145 av. J.-C.-212 apr. J.-C.), thèse inédite, Université Paris-IV, 2007.

Freyburger-galland M.-L., « La notion de “ provincia” chez Dion Cassius », Hermon E. (éd.), Pouvoir et « imperium » (IIIe av. J.-C.- Ier apr. J.-C.), Naples, 1996, p. 97-104.

Goukowsky P., « Diodore de Sicile, Pompéien repenti ? », CRAI, 2004, p. 599-622.

Hackl U., Senat und Magistratur in Rom von der Mitte des 2. Jahrunderts v. Chr. bis zur Diktatur Sullas, Kallmünz, 1982.

Heilporn P., Prier pour l’empereur, payer pour l’empire, recherches sur l’économie, l’administration et le clergé en Égypte romaine d’après des papyrus et ostraca grecs inédits. Mémoire inédit du dossier d’habilitation, Université Paris IV, 2008.

Hermon E. (éd.), Gouvernants et Gouvernés dans l’Empire romain républicain, Québec, 1990, Cahiers des Études Anciennes, no 26, 1991.

Hermon E., « Modèle d’administration provinciale durant la République et son application en Gaule Transalpine entre les années 125-59 av. J.-C. », Hermon E. (éd.), Gouvernants et Gouvernés dans l’Empire romain républicain, Québec, 1990, Cahiers des Études Anciennes, no 26, 1991, p. 197-214.

Hermon E. (éd.), Pouvoir et « imperium » (IIIe av. J.-C.-Ier apr. J.-C.), Naples, 1996.

Hermon E., « Formes de domination et formes d’administration provinciale dans l’Empire romain républicain », Hermon E. (éd.), Pouvoir et « imperium » (IIIe av. J.-C.-Ier apr. J.-C.), Naples, 1996, p. 7-27.

Hermon E., « Réflexions de synthèse », Hermon E. (éd.), Pouvoir et « imperium » (IIIe av. J.-C.-Ier apr. J.-C.), Naples, 1996, p. 323-330.

Hurlet F., Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien, Bordeaux, 2006.

Hurlet F. (dir.), Rome et l’Occident (IIe siècle av. J.-C.-IIe siècle apr. J.-C.). Gouverner l’Empire, PUR, Rennes, 2009.

Kirbihler F., Les notables d’Ephèse. Essai d’histoire sociale (133 av. J.-C.-262 apr. J.-C.), thèse inédite, Université de Tours, 2003.

Lintott A., Imperium Romanum. Politics and Administration, Londres, 1993.

Marx, E., Essai sur les pouvoirs du gouverneur de province sous la république romaine et jusqu’à Dioclétien, Paris, 1880.

ÑAco del Hoyo T., Vectigal Incertum. Economía de guerra y fiscalidad republicana en el Occidente mediterráneo : su impacto en el territorio (218-133 a. C.), BAR Int. Ser. 1158, Oxford 2003.

Nicolet Cl. (dir.), Rome et la conquête du monde méditerranéen, 2 vol. , Nlle Clio, Paris, 1978 et 1979.

Person E, Essai sur l’administration des provinces romaines sous la République, Paris, 1878.

Richardson J. S., Roman provincial administration (227 BC-117 AD), Londres, 1976.

Richardson J.S., Hispaniae. Spain and the Development of Roman Imperialism 218-82 BC, Cambridge, 2004 (1re éd. 1986).

Richardson J.S., « The Administration of the Empire », Crook J. A., Lintott A. et Rawson E. (éd.), The last Age of the Roman Republic, 146-43, CAH2, IX, Cambridge, 1994, p. 564-598.

Richardson J.S., The Language of Empire: Rome and the Idea of Empire from the Third Century BC to the Second Century AD, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2008.

Roddaz J.-M., « Les triumvirs et les provinces », Hermon E. (éd.), Pouvoir et « imperium » (IIIe av. J.-C.- Ier apr. J.-C.), Naples, 1996, p. 77-96.

Sartre M., « Romains et Italiens en Syrie : Contribution à l’histoire de la première province romaine de Syrie », Salomies O. (éd.), The Greek East in the Roman Context. Proceedings of a Colloquium organised by the Finnish Institute at Athens May 21 and 22, 1999 (2001), Helsinki, 2001, p. 127-140.

Schulz R., Herrschaft und Regierung. Roms Regiment in den Provinzen in der Zeit der Republik, Paderborn, 1997.

Stevenson G.H., « The Provinces and Their Government » CAH, IX, 1932, p. 437-474.

Stevenson G.H., Roman Provincial Administration till the Age of the Antonines, New York (1re éd. 1949), 1975.

Wesch-Klein G., Provincia. Okkupation und Verwaltung der Provinzen des Imperium Romanium von der Inbesitznahme Siziliens bis auf Diokletian, Zurich-Münster, 2008.

Willems P., Le Sénat de la République romaine, 2 vol., Darmstadt, 1968 (réimpr. de l’éd. 1883-85).

Notes

1 Hermon, E. (éd.), Gouvernants et Gouvernés dans l’Empire romain républicain – Québec, 1990, Cahiers des Études Anciennes, no 26, 1991, p. 228-231.

2 Hermon, E. (éd.), Pouvoir et « imperium » (IIIe av. J.-C.-Ier apr. J.-C.), Naples, 1996.

3 Richardson, J.S., Roman provincial administration (227 BC-117 AD), Londres, 1976.

4 Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, Paris-Rome, 1988.

5 Ferrary J.-L., « Rome et la géographie de l’hellénisme. Réflexions sur « hellènes » et « Panhellènes » dans les inscriptions d’époque romaine », O. Salomies (éd.), The Greek East in the Roman Context. Proceedings of a Colloquium organised by the Finnish Institute at Athens, May 21 and 22, 1999, Helsinki, 2001, p. 19-35.

6 Ferrary J.-L. et Verger St., « Contribution à l’histoire du sanctuaire de Claros à la fin du IIe et au Ier siècle av. J.-C. : l’apport des inscriptions en l’honneur des Romains et des fouilles de 1994-1997 », CRAI, 1999, p. 811-850 ; Ferrary J.-L., « Les inscriptions du sanctuaire de Claros en l’honneur des Romains », BCH, no 124, 2000, p. 331-376.

7 Ferrary J.-L., « Les gouverneurs des provinces romaines d’Asie mineure (Asie et Cilicie) depuis l’organisation de la province d’Asie jusqu’à la première guerre de Mithridate (126-88 av. J.-C.) », Chiron, no 30, 2000, p. 161-193.

8 Ferrary J.-L., « Le légat et le proconsul », Prost Fr. (éd.), L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée. Cités et royaumes à l’époque hellénistique (Actes du colloque international de la SOPHAU, Rennes, avril 2003), Rennes-Toulouse, 2003, p. 403-412 ; Ferrary J.-L., « La création de la province d’Asie et la présence italienne en Asie Mineure », Müller Chr. et Hasenohr Cl. (éd), Les Italiens dans le monde grec : IIe siècle av. J.-C.- Ier siècle apr. J.-C. : circulation, activités, intégration : actes de la table ronde, Ecole normale supérieure, Paris, 14-16 mai 1998, Athènes-Paris, Bulletin de correspondance hellénique. Supplément XL, 2002, p. 133-146.

9 Ferrary J.-L., « Provinces, magistratures et lois : la création des provinces sous la République », Piso I. (éd.), Die römischen Provinzen. Begriff und Gründung (Colloquium Cluj-Napoca, 28. September-1. Oktober 2006), Cluj-Napoca, 2008, p. 7-18.

10 Nicolet, Cl. (dir.), Rome et la conquête du monde méditerranéen, t. 2, Nlle Clio, Paris, [1978] 1989, p. 883-920.

Auteurs

Universités de Nantes de Nancy 2
Universités de Nantes de Nancy 2

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540