Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les antijésuites

 | 
Pierre-Antoine Fabre
, 
Catherine Maire

Cinquième partie. Figures nationales de l’antijésuitisme

L’antijésuitisme au Portugal : composition, fonctionnalités et signification du mythe des Jésuites (De Pombal à la 1re République)

José Eduardo Franco

Texte intégral

  • 1 Eduardo Lourenço, « Portugal e os Jesuítas », in Oceanos, No 12, 1992, p. 47.

« Par un extraordinaire concours de circonstances, Paris, Rome, Lisbonne et Coimbra furent le théâtre d’une des plus spectaculaires et polémiques aventures spirituelles que le monde moderne a connu : celle de la naissance, de l’ascension, de la chute et de la résurrection de la Société de Jésus. Il est difficile de trouver dans la longue histoire des entreprises humaines une illustration aussi complète, sous ses habits baroques, de l’exemple évangélique du grain de moutarde duquel naît l’arbre où se posent les oiseaux du ciel. En à peine une demi-douzaine d’années, les singuliers oiseaux du ciel qui seront connus dans le siècle grâce au charismatique et suspect baptême des Jésuites, étendront leurs ailes de Rome à Bahia et St Vicente, de l’autre côté de l’Atlantique, et de Lisbonne ou de Ratisbonne, à Goa et à Yamaguchi. Ils ne valent pas plus alors que les Apôtres et comme des apôtres ils sont considérés, admirés et très rapidement craints ».
Eduardo Lourenço1

Antécédents au mythe pombalin des jésuites

  • 2 Stefan Gatzhamer, « Antijesuitismo europeu », in Lusitana Sacra, 2a Série, 1993, t. V, p. 159.
  • 3 Ce texte écrit en langue française reprend des parties et des réflexions consignées dans d’autres (...)

1Stefan Gatzhamer avait affirmé de façon significative dans son étude sur l’Antijesuitismo europeu que « l’antijésuitisme ne connaît pas de frontières2 ». Au-delà du fait que l’antijésuitisme remonte à la genèse de la Compagnie de Jésus elle-même, en tant qu’institution approuvée par le Pape Paul III en 1540, il accompagne fidèlement l’affirmation de cet ordre religieux dans les différents espaces nationaux en suscitant aussi bien le philojésuitisme le plus fidèle que l’antijésuitisme le plus hostile3.

  • 4 Cf. José Sebastião da Silva Dias, Correntes do Sentimento Religioso em Portugal (século XVI a XVII (...)

2L’antijésuitisme est un phénomène « utérin » car il est né dans le cadre du processus de formation et d’implantation de la Compagnie de Jésus. Á l’origine, il surgit au sein même de l’Église. En premier lieu, l’antijésuitisme est engendré lors des polémiques autour du questionnement de l’orthodoxie doctrinale du fondateur de cet ordre, Ignace de Loyola. D’emblée, l’antijésuitisme a été un anti-iniguisme. À cette première strate succèdent immédiatement les controverses autour de la nature et identité de l’institution régulière des Jésuites, en tant qu’ordre religieux approuvé par le Saint-Siège. Les caractéristiques de ce nouvel institut divergeaient sensiblement des paramètres identitaires classiques des autres Ordres Religieux catholiques. Il faut ajouter que cet élément nouveau et particulier s’affirmait avec un extraordinaire dynamisme concurrentiel. L’effort considérable que la Compagnie de Jésus a mobilisé pour la rénovation du monachisme et de la vie chrétienne, ses conquêtes de terrains d’influence et de privilèges, au détriment des anciens ordres, ne pouvaient pas ne pas provoquer de violentes réactions4.

3Dès les premières décennies de l’arrivée et de l’expansion rapide des Jésuites au Portugal, leur présence bouillonnante dans l’Église et dans la société lusitanienne a suscité des critiques, des doutes et engendré des controverses sur l’attitude à adopter face à ces religieux. Ils étaient perçus comme des « étrangers » qui avaient l’outrecuidance de se présenter comme les « apôtres » des temps modernes. Leur formation intellectuelle supérieure, leur dévouement aux tâches pastorales, leur vie sobre, marquée par l’effort de méditation et le culte de la vie intérieure mais également leur redoutable efficacité dans l’action et leurs nombreuses interventions dans le quotidien des personnes, leur ont fait gagner rapidement du terrain par rapport aux ordres religieux classiques, installés dans leurs privilèges. Les Jésuites ont été sollicités par les monarques pour les missions les plus lointaines et les plus difficiles et pour fonder des institutions d’enseignement. Ces dernières viendront à être les plus recherchées et les plus prestigieuses. Les religieux de Saint Ignace priaient pour la rénovation de la vie chrétienne dans la société, ils proposaient une forme de vie chrétienne nouvelle et exigeante, une piété individuelle plus intense et plus réglée par l’obéissance aux directives de guides spirituels. Ainsi, ils ont conquis progressivement d’importantes charges de direction et de professorat dans l’enseignement public, principalement au niveau supérieur. Ils ont été invités à être les précepteurs des fils des nobles, les éducateurs des rois et les conseillers du gouvernement de l’État. De l’état de simples prêcheurs et de directeurs de conscience désintéressés, ils sont rapidement montés dans l’échelle sociale, pour devenir les formateurs et les directeurs des élites dirigeantes.

4Un succès aussi fulgurant n’a pas cessé de soulever des soupçons et de faire surgir des accusations, parfois venues de ceux qui se sentaient exclus en regard de l’ascension des Jésuites. Ces derniers ont été accusés d’être des opportunistes et des ambitieux, d’accumuler démesurément des richesses, de manipuler le pouvoir, de céder dans le domaine de l’orthodoxie de la doctrine catholique en promouvant une adaptation « dangereuse » de la religion chrétienne aux cultures les plus résistantes à leur assimilation, de produire dans leurs écoles un excès de « lettrés » et de retirer ainsi de la main d’œuvre pour les tâches considérées comme essentielles à l’état : l’agriculture, le commerce et le service militaire. La Compagnie de Jésus a attiré des talents et elle a formé des prêtres savants et des laïques érudits. Elle a disputé et soustrait des candidats à d’autres ordres religieux qui ont craint la diminution de leurs « vocations », au bénéfice de ce nouvel ordre religieux. Les jésuites ont ainsi gagné la réputation d’être d’excellents chasseurs de talents. En résumé, l’Institut a insufflé une forme de concurrence dans le milieu figé du statu quo des vieux ordres. Sa rapide ascension et affirmation s’est déroulée sous le signe du soupçon. Le fait que les « apôtres » dépouillés qui prêchaient dans les rues de Lisbonne et de Coimbra dans les années 1540 aient acquis une influence de plus en plus importante dans la destinée du pays et dans l’éducation des élites deux décennies plus tard, est la cause principale de leur étrangeté.

5C’est au cours de ce processus de développement de la Compagnie qu’on doit entendre les critiques qui ont déferlé de plusieurs fronts et qui étaient visibles déjà, sous forme suggestive, dans les « Lembranças (mémoires) », c’est-à-dire, dans les recommandations faites par le Tiers-État lors des Cours convoquées par la Reine régente D. Catarina en octobre 1562, vingt-deux ans après que les deux premiers jésuites (Francisco Xavier et Simão Rodrigues) soient arrivés au Portugal. Les « peuples » du royaume ont conseillé :

  • 5 José Pereira Bayão, Portugal cuidadoso, e lastimado do Senhor Rey Dom Sebastião, o desejado de sau (...)

« que ceux de l’Ordre de la Compagnie, qui était alors très différent de ce qu’il a montré au début, pour l’énorme quantité d’argent qu’ils demandent et qu’ils ont, vivent d’aumône comme tous les autres, en dehors du Portugal et qu’ils n’aient pas de biens, ou qu’ils se défassent de tout ou qu’on leur retire la rente. Ils ont commencé à enseigner le latin dans cette ville et prennent maintenant mille cruzados et en tout ils ont seize mille cruzados alors qu’il n’y en a pas plus de douze dans chaque maison5 ».

6Et l’historien José Baião, deux siècles plus tard, ajoute un commentaire curieux à ce rapport cité dans son œuvre sur le Portugal cuidadoso, e lastimado :

  • 6 Ibidem, p. 36.

« Tant de choses se sont faites au contraire qu’après, elles ont augmenté beaucoup plus sous le gouvernement du cardinal, leur grand protecteur, et aujourd’hui cette Compagnie se trouve si riche qu’elle est enviée par les autres ordres6 ».

7Mais bien plus encore qu’en métropole, l’action de la Compagnie de Jésus a suscité de grandes controverses dans les territoires des missions. Dans ceux-ci, les succès résultant de sa grande efficacité, de sa conquête ingénieuse, de son hégémonie croissante, de sa pastorale acculturante, de sa manière d’acquérir les moyens matériels nécessaires pour arriver à ses objectifs et, finalement, de ses stratégies de contact avec les agents séculiers des structures de la colonisation portugaise, ont provoqué de vives polémiques avec des conséquences parfois fatales pour l’existence des missionnaires de la Compagnie.

  • 7 Cf. Dauril Alden, The making of an enterprise. The Society of Jesus in Portugal, its Empire, and B (...)

8Du Brésil à l’Orient, les controverses, les enquêtes, les libelles, les invectives, les réquisitoires et les défenses apologétiques en rapport avec le travail des Pères Jésuites n’ont pas manqué. À la fin du XVIe siècle, on voit déjà s’accumuler une quantité significative de documents antijésuites qui veulent annihiler l’originalité, la force d’intervention, l’efficacité et la tendance hégémonique de cette institution religieuse. Elle perturbait en effet objectivement la poursuite des intérêts économiques des colonisateurs, elle révolutionnait le mode traditionnel de la mission et volait du terrain, du prestige et de l’influence considérable aux autres ordres concurrents7. Les antijésuites ont cherché à trouver une explication au succès étonnant de la Compagnie de Jésus et à son influence croissante qui ne soit pas le service dévoué à l’Église ni la promotion d’une « gloire chaque fois plus grande de Dieu ». C’est ainsi qu’ils ont développé une explication diabolisante.

  • 8 Cf. Gabriel Soares de Sousa, « Capítulos de Gabriel Soares de Sousa contra os Padres da Companhia (...)

9En Amérique du Sud, autour de l’évangélisation des Indiens et de la création de villages séparés de la population européenne par les Jésuites (qui sont devenus célèbres sous le nom de « Réductions du Paraguay »), les jésuites ont attisé la cupidité et ils ont motivé l’hostilité des colons assoiffés d’esclaves et d’enrichissement facile. Ces derniers ne comprenaient pas l’action des Jésuites comme étant seulement évangélisatrice et civilisatrice des Indiens, mais ils y voyaient surtout un moyen d’enrichissement tout à fait enviable. À la fin du XVIe siècle, un libelle terrible pourfend les missionnaires jésuites sous la forme d’un document à l’usage de la Cour, écrit de la plume de Gabriel Soares. Les Jésuites y sont décrits comme une institution qui s’est métamorphosée. Dans les premiers temps, le calme, la simplicité et le dépouillement caractérisaient l’ordre qui n’avait pas l’habitude d’intervenir dans les affaires séculières. Il se conformait à la réalité socio-administrative des colonies brésiliennes et de la relation des colons avec les indiens. Mais peu à peu ils sont venus à mettre en cause la société et l’action des colons. Ils ont créé, en particulier, des villages d’indiens séparés de la société blanche d’origine européenne, ils ont interdit des recrutements d’esclaves dans les campagnes, ils se sont immiscé dans l’administration séculière. En somme, ils ont perturbé l’ordre social et les intérêts économiques établis dans le cadre du processus de colonisation brésilienne. Selon l’auteur de ce libelle diffamatoire, la Compagnie est devenue un corps incommode, voire nuisible, pour les intérêts du royaume de Portugal dans cette colonie8.

10En Asie où les ordres mendiants ont émigré aux côtés de la Compagnie de Jésus, le conflit a atteint des proportions polémiques si virulentes qu’elles ont pris un caractère de scandale, exerçant ainsi un grand impact sur les centres de décision du pouvoir et de la culture européenne. Ces controverses ont divisé les pouvoirs et ont suscité la promulgation de rapports souvent antagonistes pour résoudre les différends. La méthodologie missionnaire, particulièrement autour de la question des rites, l’influence socio-religieuse, la coopération avec les pouvoirs institués et les biens chaque fois plus visibles de la Compagnie représentent les fondements des critiques.

11Ce qui est devenu ce que nous pouvons appeler un « Ordre clôturé par la polémique » était attaqué tantôt par les ordres mendiants, tantôt par certains rerprésentants du pouvoir colonial portugais. Les traités antijésuites brésiliens considéraient les Jésuites comme un corps détenant un pouvoir excessif au sein des colonies portugaises, responsable des discordes et des intrigues, néfaste pour l’expansion de l’évangélisation et propriétaire d’un potentiel économique excessif. Il était chiffré de façon équivalente ou supérieure à celui du roi lui-même, ainsi que cela est insinué dans les « chapitres qui ont été donnés au Roi contre la Compagnie en 1611 », écrits à Goa :

  • 9 « Capítulos que derão a El rei contra a Companhia no anno de 1611 », Achivum Romanum Societas Iesu(...)

« La chrétienté de l’Inde se perdra et il y aura beaucoup plus de schismes qu’en Hollande et en Angleterre si on n’abroge pas tous les brefs que les ordres mendiants ont de l’Église Catholique pour avoir des notaires et si on ne les assujettit pas aux évêques. Et si cette réforme de ces religieux n’est pas acceptée et si ces religieux ne changent pas leur façon d’agir, il sera nécessaire que sa Majesté envoie en Inde des renforts pour conquérir les Pères de la Compagnie, mais il peut arriver que ces renforts ne suffisent pas parce que les Jésuites ont plus d’argent que sa Majesté ; avec les notaires, ils cherchent chaque jour une occasion pour créer de nouvelles divisions et ils ont tout perturbé jusqu’à la frontière. Ces religieux s’occupent seulement à acquérir tout ce qu’ils les intéressent, en fuyant les occasions de travail et de martyre et trompent sa Majesté en lui écrivant qu’ils ont des contacts avec les cours des rois ; ce qui amène sa Majesté à leur écrire les lettres de remerciements pour leur avoir démontré une bonne hospitalité (...)9 ».

  • 10 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 39 et ss.

12L’immense quantité de documentation produite contre les Jésuites tout au long des XVIe et XVIIe siècles, en vertu de différentes querelles et disputes, a constitué la base de la proto-histoire de ce que nous appelons le mythe de la Compagnie de Jésus. Ce mythe sera systématisé et élaboré doctrinalement à partir des années 1750 et aura un fondateur imminent : le Marquis de Pombal10. Toute cette histoire à caractère de violent réquisitoire, de reproches, d’infâmie, de critiques et même de combats envers cette institution religieuse, prestigieuse et puissante, va contribuer à enrichir la base documentaire nécessaire à l’élaboration idéologique du fabuleux mythe négatif des Jésuites.

  • 11 F. Pires Lopes, « Bibliografia », in Brotéria, vol. 150, 2000, p. 113.

13Nous sommes conscients que ce terrain est un domaine marécageux, qui exige d’autant plus de précautions, qu’il y a encore peu de temps, l’historiographie portugaise se divisait en deux clans interprétatifs, divergents et extrêmes. Cela a favorisé la formation d’une mentalité sectaire dans le jugement du rôle des Pères de la Compagnie de Jésus. De là, comme l’affirmait F. Pires Lopes d’une manière ironique, mais avec une certaine vérité, « parler de Jésuites, c’est comme discuter de football : selon la couleur du club, va la sympathie. Il suffit d’ouvrir la bouche et vous êtes situé dans votre camp11 ».

14Les opinions et les jugements sont si enracinés que celui qui a l’audace de se situer dans une ligne d’interprétation intermédiaire, avec la volonté de rester neutre et de développer une analyse sérieuse et impartiale, court le risque d’attirer le soupçon et le doute sur lui. Cette observation vaut encore aujourd’hui dans certains milieux dominés par ces vieux préjugés. Le fait est illustré par ce commentaire de Sérgio Buarque de Holanda, auteur des Raízes do Brasil. Voici ce qu’il dit en se référant à l’historiographie qui étudie les Jésuites dans son pays :

  • 12 Diário de Notícias, secção « Vida Literária », 8 de Dezembro de 1940.

« De la Compagnie de Jésus, de son action considérable et sur beaucoup de points décisifs de notre formation nationale, il n’est pas facile de parler sereinement. Ses ennemis ont toujours été rancuniers – plus rancuniers et énergiques que ses partisans désintéressés. Et la même attention que les premiers utilisent, encore aujourd’hui, à discréditer l’œuvre des Jésuites, les seconds l’utilisent pour l’applaudir sans limites. Le résultat est qu’une attitude intermédiaire court le risque de paraître suspecte ou indécise par rapport aux deux autres partis12 ».

Fondation pombaline du mythe jésuite au Portugal

15Bien qu’on doive rattacher les racines de la production critique aux débuts de l’ordre ignatien sur les terres portugaises, c’est avec le Marquis de Pombal que le mythe se structure doctrinalement de façon systématique. Pombal donne une forme théorique aboutie au mythe des Jésuites, et lui insuffle ainsi une efficacité qui manquait jusqu’alors aux critiques éparses et ponctuelles. Elles n’avaient ni édifice argumentatif, ni doctrine, ni caractérisation ou systématisation globales qui leur donnent un nom, une forme, des moyens et, qui puissent ainsi provoquer un effet mobilisateur radical. Cet effet a été atteint par les manuels de propagande pombaline pour légitimer l’expulsion des Jésuites du Portugal en 1759 et pour promouvoir l’extinction universelle qui est venue à se concrétiser sous le pontificat de Clément XIV en 1773.

  • 13 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 39 et ss.

16Le mythe des Jésuites commence à gagner en consistance quand il dépasse la rumeur, quand le soupçon oral prend une forme systématisée par le langage écrit, en somme, quand il se consomme littérairement par le biais d’une systématisation doctrinale. Pombal lui donne une forme littéraire vaste et prolixe. Il écrit, incite, supervise et soutient la production d’œuvres, de pamphlets, de libelles et de lois contre les Jésuites, corpus qu’on peut appeler, de façon générale, la littérature antijésuite pombaline13. C’est celle-ci qui donne au mythe ses contours essentiels, topoï qui vont également marquer toute la postériorité antijésuite portugaise d’une trace indélébile.

  • 14 Sur le plan international, le ministre portugais a investi puissamment dans la divulgation de cet (...)
  • 15 Joseph de Seabra da Sylva, Deducion Chronologica y Analitica (...), Traducida del idioma portugues (...)
  • 16 Ces trois figures prototypes peuvent être soulignées dans le cadre de la construction du mythe pom (...)

17Lors de ce processus d’affabulation littéraire, on enregistre une intertextualité de données, d’opinions, d’avis, de livres, d’histoires, de cas, intertextualité qui s’ouvre par ailleurs à la constitution de l’antijésuitisme sur le plan européen. Le gouvernement pombalin a incité, en effet, à la traduction intensive des œuvres antijésuites européennes au portugais. En plus de cela, Sebastião José de Carvalho e Melo s’est préoccupé d’investir dans la diffusion internationale de l’imagerie qu’il avait lui-même construite, des Jésuites et de l’évaluation de leur action historico-culturelle, politique, éducative, religieuse, etc. À cet effet, il a monté une campagne européenne de traduction des œuvres, des lois, des libelles, des lettres pastorales, des sentences et des rapports écrits au Portugal contre les Jésuites14. Par exemple, dans le « Prologue du Traducteur » de l’édition espagnole de l’œuvre que nous considérons comme la bible de l’antijésuitisme portugais, la Dedução Cronológica e analítica, il est précisé que cet écrit est apparu pour faire connaître les effets néfastes de l’œuvre de fanatisme promue systématiquement par la Compagnie de Jésus au Portugal afin de servir d’exemple à l’Espagne, dans le but de la protéger de « ce système de perversion ». Il choisit comme modèles par excellence de ces imposteurs jésuites, ces héros du malheur portugais, les pères ignatiens Simão Rodrigues (XVIe siècle), António Vieira (XVIIe siècle) et Gabriel Malagrida (XVIIIe siècle)15, figures emblématiques de trois siècles de la présence jésuite au Portugal16.

  • 17 Cf. António Lopes, Enigma Pombal, Lisbonne, Roma Editora, 2002, passim ; Enrique Gimenez Lopez, Po (...)

18Cette initiative est réalisée parallèlement aux efforts diplomatiques pour unir la diplomatie des différents États absolutistes dans le même but de faire pression auprès du Saint-Siège et d’obtenir l’extinction de l’ordre. Elle est présentée comme une priorité fondamentale pour établir la paix au sein de l’Église ainsi que dans toute l’Europe chrétienne17.

19Cette entreprise de traduction des œuvres qui montraient les Jésuites comme une authentique et terrible peste, comme une maladie contagieuse, comme une machine de querelles, d’intrigues et de destruction des pouvoirs légitimes et de l’ordre social établi, a contribué à la création d’une mentalité antijésuite. Elle a incité les intellectuels du siècle des Lumières et les régaliens espagnols, français, italiens ou allemands, parmi d’autres, à défendre la nécessité de suivre le « bon » exemple portugais qui a combattu la puissante Compagnie de Jésus avec tant de succès.

  • 18 Cf. Augustin Theiner, Geschichte des Pontificats Clemens’ XIV. nach unedirten staatsschriften aus (...)

20Le ministre de D. Joseph I a pratiqué cette politique au nom de la nécessité qu’avait le Portugal de commencer à marcher aux côtés de l’Europe des Lumières, en attribuant à la Compagnie de Jésus la responsabilité de toute la décadence et du retard dont souffrait le pays, retard qui le plaçait en dessous du niveau du progrès et du prestige culturel dont jouissaient les pays cultivés de l’Europe. Toutefois, dans le processus de mythification des Jésuites et de la promotion de son extermination, il faut souligner que le Portugal a été pionnier. L’Europe a suivi son exemple. La Compagnie de Jésus a été officiellement supprimée par le Bref Dominus ac Redemptor18. C’est ainsi que Pombal a obtenu une des victoires les plus ambiguës de l’histoire du Portugal.

  • 19 José de Seabra da Sylva, Dedução Chronologica, e Analytica na qual se manifestão pela sucessiva se (...)

21Parmi l’abondante littérature antijésuite se détache, lourde et dure, une œuvre qui va devenir paradigmatique dans le cadre de l’antijésuitisme portugais : la Dedução chronologica e analytica. Dans la première partie de cette œuvre en deux volumes, l’auteur fait l’histoire de l’action néfaste de la Compagnie sur le plan politique, c’est-à-dire, dans le cadre des institutions politico-sociales de l’État portugais.. Dans la deuxième partie en un seul volume, il développe l’analyse historique de l’action de la Compagnie de Jésus dans le cadre des structures de l’Église. Le quatrième et le cinquième volumes sont dédiés à la présentation des dites « preuves » qui sont constituées, entre autres, de lettres, de lettres officielles, d’ordonnances pour donner une base documentaire à ce réquisitoire19.

  • 20 Agustin Theiner, op. cit., p. 9.

22La doctrine antijésuite développée dans cette œuvre modèle établit la légende noire des Jésuites portugais comme une synthèse globale de toute la littérature antijésuite pombaline, celle qui a été considérée comme l’opus monumental, « l’œuvre, peut être, la plus importante de celles qui ont été publiées contre les Jésuites20 ». Cette œuvre est traversée par une idée forte, une thèse qui l’oriente et la structure. Cette thèse monolithique prétend offrir une explication globale à la décadence et à l’obscurantisme qui ont marqué les derniers siècles de l’histoire portugaise. Par contraste, elle attribue la régénération du présent portugais aux Lumières et, plus précisément, à l’action bénéfique de l’absolutisme éclairé. L’interprétation est simple : jusqu’au moment où la Compagnie de Jésus s’est établie au Portugal, en 1540, le pays connaissait un âge d’or florissant, une ère de prospérité et de gloires qui ont donné au pays un grand prestige international. À partir du moment où la Compagnie a commencé à s’affirmer, s’étendre et par conséquent à inoculer son influence néfaste, a commencé une période de progressive décadence qui a installé dans le royaume un âge de fer, un temps de ténèbres, d’ignorance et de fanatisme. Le royaume est devenu cadavérique, il a souffert d’un recul honteux qui l’a abaissé en termes de prestige devant l’Europe dite cultivée et éclairée. Cette situation atteint son point culminant au début du règne de D. Joseph I, époque où les « pernicieux réguliers » ont été expulsés, en permettant au Portugal de se régénérer et de se guérir de l’abattement extrême dont il avait été victime par la machine d’intrigue et d’oppression que constituait la Compagnie de Jésus.

  • 21 On peut observer un certain parallélisme entre l’image de l’état anglais transmise par Pombal et l (...)

23Le Marquis de Pombal se présente comme le héros de ce temps nouveau, de ce temps de la régénération et de la récupération du prestige et de la dignité perdue par le pays. Les Jésuites, les Anglais21 et certains secteurs de la haute noblesse ont été les ennemis que le ministre de D. Joseph a dû combattre. Mais, par dessus tout, le « monstre jésuite » et sa machine « ténébreuse » ont ressurgi, bouc émissaire commode créé pour justifier tous les maux, séquelles et ankyloses du Portugal. Le signal le plus clair et le plus lumineux de cette renovatio temporum est l’affirmation sans limites et sans obstacles du pouvoir absolu du roi, qui a gagné sur tous les pouvoirs, institutions et groupes en les dominant. En ce sens, on comprend la louange que Pombal se fait à lui-même, ou pour mieux dire, à son action de gouverneur. Dans ses Observações Secretíssimas, il élève le Portugal au-dessus de l’Europe pour son avance dans la pacification sociale, marquée précisément par l’existence du respect de tous envers l’autorité royale. Sebastião José écrit, en parlant du « Cinquième effet » de la politique du roi D. Joseph I, par la main de son ministre omnipotent :

  • 22 Ibidem, p. 21-22.

« Quand la consistance du gouvernement de la majorité des cours européennes se trouve énervée et affaiblie, ou avec des discordes et des divisions intestines, comme cela est en train d’arriver en France et en Angleterre ou avec des séditions clandestines et des zizanies produites par les vénéneuses racines jésuites qui n’ont pas pu être arrachées jusqu’à maintenant, comme cela est en train d’arriver en Espagne, Savoie, Rome et dans une grande partie de l’Italie et de l’Allemagne ; contrairement à cela, dans tout le Portugal et ses possessions ne résonnent pas d’autres voix que celles qui descendent viennent du trône royal de S. M., qui sont écoutées avec grande respect pour la raison qu’elles sont vassales du même seigneur (...). On vient de voir sa statue équestre portée (...) comme en triomphe, tirée par les très forts chevaux que son poids exige22 ».

  • 23 Cf. Manuel Antunes, « O Marquês de Pombal e os Jesuítas », in Como interpretar Pombal ?, op. cit.,(...)
  • 24 Ibidem, p. 132.

24Pour atteindre ce niveau de progrès, Pombal a eu comme priorité absolue dans le programme de son gouvernement, l’annihilation d’une institution puissante à plusieurs niveaux (culturel, pédagogique, religieux, économique), désignée comme étant « un État à l’intérieur de l’État ». Cette politique antijésuite a été la condition préalable pour consolider le pouvoir absolu de l’État. En tant que ministre fact totum d’un roi absolu fact nihil, Pombal, pour assurer sa position de leader politique, s’est aidé des stratégies les plus variées : les « accusations », les « engagements et complicités », par le biais de « suggestions insidieuses », avec des « subordinations subtiles », ouvertes ou dissimulées23. Une si violente campagne n’avait jamais été vue au Portugal contre une institution religieuse implantée si solidement, qui exerçait un vaste travail d’assistance religieuse, éducative et missionnaire et qui dépassait tous les autres ordres religieux, en termes de services rendus. Elle a connu deux grandes phases qui touchent deux moments qui sont ici bien synthétisés par Manuel Antunes : « La première (1751-1760) touche tout l’espace de temps qui se trouve entre les “instructions secrètes” au frère Francisco Xavier Furtado de Mendonça et l’exécution parfaite du décret d’expulsion du 3 septembre 1759 ; la deuxième (1760-1773) tout le temps de l’action du Marquis conduisant à l’extinction complète de l’Ordre dont l’existence habitait son esprit comme un objectif premier de haine, d’obsession, de terreur et de rancœur24. »

  • 25 Cf. António Lopes, op. cit., p. 135 et ss.
  • 26 Cf. Dauril Alden, « Economic aspects of the expulsion of the Jesuits from Brazil : A Preliminary R (...)

25Les motifs qui sont à la base d’une hostilité si violente ne peuvent pas se réduire uniquement à des déterminations personnelles. Les Jésuites avaient certes mis en question les intérêts du Marquis lui-même. Ils auraient pu arriver à mettre en péril sa légitimité et son ascension dans la hiérarchie du pouvoir de l’État. Toutefois, ces motifs ne pouvaient suffire à être mobilisateurs25. Il y a d’autres raisons qui justifient ou transforment ces motifs sur le plan de la doctrine et de la campagne de discrédit : en premier lieu, les raisons économiques et idéologico-politiques. En termes commerciaux, les intérêts de la Couronne et de particuliers étaient en train d’être remis en cause, spécialement au Brésil. Dans le cadre de l’œuvre missionnaire auprès des indiens dans les célèbres réductions du Paraguay, les jésuites ont combattu la convoitise des colons et de la nouvelle compagnie commerciale, créée en 1755 dans la région du Maranhão et Pará, où étaient en jeu de substantiels profits26.

  • 27 Cf. António Leite, « A ideologia pombalina », in Com interpretar Pombal?, op. cit., p. 27 et ss.

26De plus les théologiens de la Compagnie étaient critiques par rapport à la nouvelle conception centralisatrice et consolidatrice du pouvoir absolu de l’État incarné dans la personne du roi, qui concentrait dans ses mains tous les pouvoirs. Les mentors et promoteurs de l’absolutisme comme l’était le Marquis de Pombal dans sa forme la plus aboutie, pensaient que le pouvoir était donné directement par Dieu au roi qui devenait ainsi le prince et le seigneur suprême, omnipotent, absolu, ad arbitrium Principis. Les Jésuites ont introduit un élément médiateur (et modérateur) de ce pouvoir. Ils soutenaient que le pouvoir venait certes de Dieu, mais qu’il était donné aux rois per populum (c’est-à-dire, par le peuple). Ils ouvraient le chemin à la valorisation du rôle d’une instance régulatrice du pouvoir royal par le biais de la représentation populaire, de façon à créer des conditions pour empêcher les procédés arbitraires qui auraient pu transgresser la frontière de la tyrannie. Le roi devait être au service du royaume et gouverner dans l’objectif de promouvoir le bonheur du peuple afin de mériter sa confiance et légitimation. Si un tel exercice devenait despotique et dérivait vers la tyrannie, alors le souverain devait être substitué. Certains de ses théologiens (comme Mariana et Suarez) avaient défendu, aussi bien dans la lignée de la théologie politique de filiation thomiste, que dans certains cas extrêmes, que le roi tyran pouvait être licitement déposé par le procédé du régicide27. Cette conception était parfaitement inadmissible pour un défenseur conséquent de l’absolutisme royal.

  • 28 Cf. José Eduardo Franco; Christine Vogel, op. cit., p. 56 et ss.

27C’est précisément autour de la question du pouvoir que s’est construite essentiellement l’image négative de la Compagnie de Jésus. La Dedução cronológica e analítica présente l’ordre ignatien comme le revers du pouvoir légitime des États, en un certain sens, comme un véritable contre-pouvoir. Toute l’action historique de la Compagnie de Jésus aurait été conduite dans le but d’affaiblir tous les États et institutions de pouvoir où elle a exercé son influence. Cette action corrosive aurait été développée lentement dès les origines afin de réaliser un grand plan secret, un plan à dimension universelle. Ce plan est démasqué non seulement par la Dedução mais il est aussi insinué par toute la littérature pombaline comme la grande révélation et la grande question qui éclaire le mythe jésuite : l’annihilation de l’ordre social, du pouvoir de l’État de façon à instaurer le pouvoir de la Compagnie de Jésus par le lien à l’obéissance aveugle qui opprime. Ce pouvoir ne concernerait pas seulement quelques États, mais le monde entier28.

  • 29 Cf. José Eduardo Franco; Bruno Cardoso Reis, Vieira na Literatura antijesuítica, op. cit., p. 42 e (...)
  • 30 José de Seabra da Sylva, op. cit., p. 205.

28L’activité des Jésuites dans l’assistance et dans l’œuvre missionnaire prend sens sous cet éclairage. Chaque membre de cet ordre aurait agi en fonction de l’accomplissement de ce plan. Chacun avec un rôle spécifique à remplir, aurait fait valoir à cette fin ses qualités et son profil, en parfaite adéquation aux différentes fonctions pour lesquelles il avait été soigneusement destiné. La Compagnie de Jésus est comparée à une machine de destruction où chaque membre est un rouage qui agit en fonction de la force du vœu d’obéissance perinde ac cadaver. Chacun réalise des tâches prédéfinies en vue de la réalisation des objectifs suprêmes de son Ordre. Par exemple, le Père António Vieira, une des grandes figures de l’histoire de Portugal, aurait agi de cette manière, précisément à cause de sa notoriété. Il a été la cible du réquisitoire dans l’œuvre mentionnée ci-dessus et dans d’autres catéchismes antijésuites pombalins. Vieira est, en effet, présenté comme une espèce de modèle négatif par excellence du Jésuite29. Tout son rôle au service de l’État portugais est démasqué comme étant au service brillant de la Compagnie – dans une représentation théâtrale de qualité. Le Cinquième Empire, l’utopie qui surgit de l’œuvre prophétique de Vieira, le nom symbolique de l’Histoire du Futur, c’est-à-dire, le temps de la réalisation du Royaume de Christ consommé sur la Terre en plénitude, ne serait rien de plus qu’une simulation rhétorique qui cache le véritable projet universalisant du pouvoir jésuite. Tout le travail de l’« ardente ruse et de l’esprit turbulent de António Vieira »30 s’orientait et s’expliquait en vue de la réalisation de ce projet. Il n’aurait rien fait de plus que de « machiner », c’est-à-dire de déstabiliser et affaiblir le pouvoir de l’État et l’ordre social. Cela afin de contribuer à l’affirmation chaque fois plus grande de la Compagnie sur les ruines des institutions légitimes du pou-voir.

29Les différentes œuvres pombalines sont marquées par une lecture de l’histoire qui oriente d’une manière réductrice le rôle de la Compagnie de Jésus sur le terrain de l’État et des Institutions politiques. Elle ne serait guidée que par un objectif unique. João Lúcio de Azevedo synthétise bien l’interprétation historique sur laquelle se base le mythe :

  • 31 João Lúcio de Azevedo, Pombal e a sua época, Rio de Janeiro, Lisbonne, Porto, 1922, p. 288-291.

« Jusqu’à l’entrée des jésuites, le Portugal était cultivé, prospère et puissant ; ensuite, les lettres ont agonisé, le commerce a dépéri, la navigation a chuté (...). Depuis le règne de D. Jean III, les jésuites arrivent à s’introduire dans l’Université et ruinent l’instruction (...)31 ».

30Le schéma argumentatif est simpliste, ou pour mieux dire, manichéen. Il scinde sans réconciliation possible, l’histoire entre lumière et ténèbres, entre progrès et décadence et entre protagonistes de l’un et de l’autre pôle. Ensuite, il divise aussi l’histoire du Portugal en deux grandes périodes. Une période glorieuse et prospère depuis la genèse de la nationalité jusqu’en 1540, la période de l’âge d’or national. Et une seconde période, de décadence graduelle et d’obscurantisme dominateur, un âge de fer qui est arrivé à partir de l’établissement de la Compagnie de Jésus au Portugal jusqu’au temps de Pombal. Lors de cette période, l’action des Jésuites aurait eu comme résultat la dégénérescence et l’effacement des lumières de la raison et du progrès dans le pays, en instaurant un environnement de fanatisme, d’atavisme et d’ignorance extrême. Sous cet effet très corrosif, le Portugal aurait reculé et connu un grand déphasage à tous les niveaux par rapport à l’Europe du progrès scientifique, culturel, économique, en perdant ainsi l’influence et le prestige dont il avait joui autrefois. C’est cet argument moteur qui inspire et pose les fondements de la production écrite antijésuite pombaline.

31Cependant, dans cette littérature antijésuite, est présente l’idée qu’une nouvelle ère est en train de commencer au Portugal, ère dont le principal responsable n’est autre que le Marquis de Pombal. C’est lui qui va sortir le pays de cette décadence extrême dans laquelle il a dérapé, en lui insufflant les lumières du progrès et en lui redonnant du prestige en Europe. La grande mesure présentée pour marquer cette inauguration d’une nouvelle ère, c’est-à-dire, la restauration de l’âge d’or antérieur à l’entrée des Jésuites, est précisément l’expulsion des Jésuites et leur extermination de la face de la terre. C’est la condition nécessaire pour extirper le mal qui empêche le Portugal de ressurgir des cendres et qui menace d’affecter une grande partie du monde, si ce n’est le monde entier.

  • 32 Cf. Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p. 49 et ss.

32Cette interprétation de l’histoire de la Compagnie de Jésus dans ses relations avec l’État portugais et avec la hiérarchie des institutions ecclésiastiques s’insère clairement dans la logique et dans la morphologie du mythe du complot. Tous les actes des religieux jésuites sont considérés comme une participation parfaitement concertée en vue de la réalisation du grand plan secret de conspiration nationale mais aussi, plus que cela, d’une fabuleuse conspiration internationale. La Compagnie de Jésus, ses membres et son action sont qualifiés par le recours aux adjectifs qui expriment le côté le plus noir et dangereux de la réalité : le néfaste, le perfide, le malade, le contagieux, le conspirateur, le convoiteur, le faiseur d’intrigues, l’hypocrite, le séditieux, le simulateur, le machinateur32...

33Tandis que l’attitude de la part de l’État devant ce monstre à caractère démoniaque est définie par des qualificatifs tirés du côté lumineux et même du côté le plus pieux de la positivité : l’honnêteté, l’humanité, le bon sens, la raison édifiante, la piété, la liberté, le respect, le pardon et la réconciliation, la bonhomie, la tolérance, la générosité... L’action politique du Roi et de ses ministres est toujours présentée comme une véritable épopée de patience, de bon sens, d’appel à la raison mais aussi de fermeté et de courage pour extirper le mal qui est supposé infecter le royaume avec ses intrigues pernicieuses et destructrices.

  • 33 Cf. Relação abbreviada da Republica que os religiosos jesuitas das provincias de Portugal, e Hespa (...)

34Ce schéma dichotomique, caractéristique de l’agent de la décadence et du héros combattant de l’ennemi de la nation installé dans son propre sein, est exposé dans la Dedução Cronológica e analítica comme il avait déjà été avancé dans le libelle publié en 1757 sous le titre de Relação abbreviada, qui se donnait comme une espèce de rapport des empêchements graves que les Jésuites ont apportés à l’application du Tratado dos Limites, célébré entre le Portugal et l’Espagne en 1750. Dans ce document qui est certainement de la main de Sebastião José, traduit en plusieurs langues européennes et diffusé internationalement, les missionnaires de la Compagnie de Jésus sont accusés d’avoir préparé les indiens à la guerre et de les avoir soulevés contre les armées portugaises et espagnoles. Ces dernières avaient été envoyés dans les territoires de frontière où se situaient les réductions missionnaires amérindiennes afin de procéder à la redéfinition des frontières des territoires appartenant aux deux couronnes ibériques33.

Les réductions du Paraguay

  • 34 Ibidem, p. 1.

35Les raisons présentées par le libelle pombalin pour expliquer la résistance des Jésuites sont étonnantes. Ces raisons nous donnent la mesure fondamentale du mythe de la conspiration des Jésuites et de la figuration de leur image comme l’Autre, le radicalement Autre, la négation du Nous, Nous compris comme l’État et les biens du Roi et de ses sujets. La Relação abbreviada nous informe, dès le début, que les « Religieux Jésuites étaient devenus si puissants dans cette partie de l’Amérique espagnole et portugaise qu’il a été nécessaire d’entrer dans une guerre difficile avec eux »34 pour respecter le traité en cause. Les Jésuites auraient édifié lesdites réductions ou villages, en organisant les indiens et en les isolant du contact avec les « hommes blancs séculiers ». Ils auraient monté une « véritable république » dans laquelle les Jésuites détenaient le pouvoir absolu au niveau temporel et spirituel sur les Indiens. Ils auraient mis en scène la création d’un véritable État à part, loin du contrôle et de la vassalité due aux rois portugais et espagnol auxquels le territoire des missions jésuites appartenait au supposé droit de découverte, de conquête et de colonisation.

  • 35 Cf. Ibidem, p. 2.

36Au-delà de l’autonomie politique dénoncée et considérée comme criminelle, les Jésuites sont accusés d’avoir tout fait pour empêcher l’application du Traité signé au plus haut niveau entre les deux pays. Ces obstructions auraient été menées par les méthodes de l’intrigue, des demandes de prorogation, par la machination secrète, afin que les missionnaires gagnent du temps pour préparer les indiens à la guerre. De leur côté, les indiens auraient été, de façon préméditée, isolés du contact avec les vassaux des rois ibériques par différents processus pervers d’éducation. Les Jésuites auraient mené une véritable éducation raciste, en donnant une image hautement dépréciative et criminelle de l’homme blanc, du colon européen. Les Jésuites auraient fait croire aux Indiens que les « hommes blancs séculiers » étaient des gens sans loi et sans aucun scrupule religieux, « qu’ils adoraient l’or comme Dieu et portaient le démon dans le corps », qu’ils étaient capables des pires cruautés. Le blanc, s’il entrait dans les territoires des indiens, mettrait les communautés à feu et à sang, sacrifierait des hommes, des femmes et des enfants et profanerait les lieux sacrés35.

37Les missionnaires, en plus d’avoir inculqué aux amérindiens cette image des européens, auraient été plus loin en imposant, comme langue obligatoire, le Tupi-Guarani et en interdisant l’apprentissage des langues européennes de façon à empêcher la communication avec les vassaux du roi et avec tout blanc qui ne soit pas un Jésuite, seul à savoir cette langue.

38Deux grandes raisons sont données pour expliquer la construction de cet isolement des indiens, mise en place par les ignatiens. La première raison était d’ordre économique, par conséquent matérielle. Cet isolement aurait été conduit pour cacher de grandes richesses, un trésor immense de biens et de ressources naturelles que les Jésuites exploitaient avidement, loin des regards de l’homme blanc et aux dépens de l’esclavage et de la misère des indiens afin d’alimenter et de renforcer la grande machine de guerre et d’intrigue internationale qu’était l’Ordre de Saint Ignace.

  • 36 Un autre ouvrage paradigmatique du mythe des Jésuites au Portugal qui forme une espèce de trilogie (...)

39À côté de ce mythe de la richesse et des trésors cachés, apparaissait une seconde raison : l’intention de construire une république jésuite, édifiée sur les piliers de l’ignorance et de l’obéissance. Cet état ignatien si riche et si discipliné, était tellement conscient de son autodétermination absolue, qu’il avait même osé faire des alliances avec d’autres états voisins, gouvernés par d’autres indiens. Pour l’auteur du libelle, ce pouvoir autocritique et solipsiste, érigé par les Jésuites, violait tout droit et la suprême autorité de l’État dite légitime, comme il privait les vassaux indiens de la magnanimité de leur véritable roi. Le nouvel État dressé par la Compagnie de Jésus serait le laboratoire et le point de départ de l’implantation du nouvel ordre jésuite universel, sous le pouvoir opprimant et ultramontain de son Général. Ce dernier plierait, par la loi terrible de l’obéissance aveugle, tous les peuples, royaumes et empires du monde36.

40Devant cette si grande figuration mythique et si fabuleuse hyperbolisation du pouvoir objectif des quelques centaines de religieux jésuites qui travaillaient en Amérique espagnole et portugaise, on comprend l’affirmation présente dans la Lei de Expulsão dos Jesuítas. Cette assertion justifie une mesure si grave par la nécessité impérieuse d’éliminer un ordre qui alimentait en son sein une intention si terrible. La situation est présentée telle que, si les Jésuites n’étaient pas retirés à temps, toutes les armées de l’Europe réunies n’arriveraient pas à les dominer. Cette idée est bien présente explicitement dans l’introduction de la Lei de Expulsão dos Jesuítas de Portugal, rédigée par le ministre Carvalho e Melo et signée par le Roi D. Joseph I. La première raison précisément évoquée pour servir d’argument justificatif à la mesure d’expulsion est la question du Brésil et les problèmes qui ont surgi autour de l’application du Traité des Limites :

  • 37 D. José I, « Lei de Expulsão dos Jesuítas de Portugal », in Colecção de Leis do século XVIII, BNL, (...)

« Depuis le temps où j’ai cherché à appliquer, par le biais de non moins de trois armées et par tous les moyens, les opérations qui se sont pratiquées pour l’exécution du Traité des Limites des conquêtes en fonction des informations et preuves les plus pures et authentiques, et de l’évidence des faits les plus notoires, la prudence et la modération pouvaient suggérer à ce que le gouvernement de la Compagnie, dite de Jésus, s’éloigne des provinces de ces royaumes et ses domaines ainsi que du téméraire et terrible projet que les pères de la Compagnie avaient imaginé et qu’ils avaient clandestinement poursuivi dans l’usurpation de tout l’État du Brésil et avec un progrès si artificieux et si violent que, n’étant pas immédiatement et efficacement interrompu, il se ferait dans l’espace de moins de dix ans inaccessible et insurmontable pour toutes les forces de l’Europe unies37 ».

41La littérature antijésuite, en général, et la pombaline, en particulier, diabolise littéralement le pouvoir des Jésuites et leur attribue par conséquent des capacités surhumaines. Les Jésuites sont considérés comme étant possédés par le malin, ou étant même son incarnation. Pour certains, ils sont l’Antéchrist ou ses précurseurs. Ils sont ainsi le côté négatif du sacré, le revers du pouvoir bienfaisant, l’antithèse du pouvoir de l’État. La Societas Iesu est le revers de l’État parce qu’elle est l’antinomie du progrès, de l’ordre, de la vérité, de la morale saine, de la relation authentique de vassalité, caractérisée par la vénération saine de l’autorité. La Compagnie de Jésus est vue comme une institution du monde souterrain et cryptique, marquée par la prédiction des ténèbres et par le destin du mal. Mais elle subsiste bien cachée sous le nom saint qu’elle ose porter – le nom de Jésus. De là, la littérature pombaline, chaque fois qu’elle nomme cet ordre, a le souci systématique de mentionner « Compagnie, dite de Jésus », autrement dit, auto-appelée de Jésus ou qui s’attribuait illégitimement un tel nom. Cela pour mettre en évidence l’impropriété d’une telle appellation – une entité démoniaque désignée par un nom très saint.

42Dans un si grand sacrilège, qui était une si grande manifestation de l’univers diabolique, la Compagnie de Jésus prenait une dimension apocalyptique. Elle était le précurseur des derniers temps annoncés par les textes prophétiques de la Bible. Dans la traduction de l’anthologie publiée aux frais du Marquis de Pombal en 1761, intitulée Retrato dos Jesuitas feito ao Natural, les membres de la Compagnie de Jésus sont explicitement présentés par Melchior Cano, évêque des Canaries, comme les agents de l’Antéchrist. Il va juqu’à qualifier cet Ordre d’antichrétien :

  • 38 Retrato dos Jesuítas feito ao natural pelos mais sabios e mais illustres catholicos : ou juízo feit (...)

« Cet illustre et religieux prélat disait que cette Compagnie causerait à l’Église des maux sans nombre, compagnie qui était une société antichrétienne, compagnie de précurseurs de l’Antéchrist, qui ne pouvait apparaître que brièvement ; car ont commencé à apparaître ses précurseurs et ses émissaires38 ».

43La profusion de la littérature antijésuite au temps de Pombal, marquée par la répétition obsessionnelle des mêmes thèmes et des mêmes contours imagés, a provoqué l’effet mobilisateur typique du mythe du complot.

44C’est le Marquis de Pombal qui a obtenu, des mains du roi, le décret d’expulsion de la Compagnie de Jésus au Portugal, en 1759. Par ses pressions diplomatiques et grâce à la formation d’une opinion publique internationale hostile aux Jésuites, il a contribué à la promulgation du bref d’extinction de la Compagnie en 1773 par le Pape Clément XIV. Pombal a été indubitablement l’initiateur de la démolition officielle du puissant Ordre fondé par Saint Ignace. Manuel Antunes n’a aucun doute à ce sujet :

  • 39 Manuel Antunes, « O Marquês de Pombal e os Jesuítas », op. cit., p. 137-138.

« Ni Choiseul, ni Aranda, ni Tanucci ne lui ont volé la palme en ce qui concerne la haine et la furie contre la Compagnie de Jésus. Tout lui servait : la menace de schisme par les puissances des Bourbons ; la menace d’invasion des États Pontificaux ; la propagande intense de l’excellente machine entre-temps élargie, perfectionnée, lubrifiée par de hautes subornations (...)39 ».

45En plus de son action politique antijésuite, Pombal, par la littérature produite sous sa supervision, a établi le canon de l’antijésuitisme portugais et créé une véritable mentalité et culture antijésuite au Portugal. Il a défini et théorisé le mythe du jésuitisme comme une philosophie de vie, comme un projet politique de pouvoir, comme un style d’action sociale et un état d’esprit, mythe qui, d’une forme générale, est caractérisé comme une maladie grave qui corrompt les nations aspirant au progrès et à l’élévation culturelle par les lumières de la raison.

Les métamorphoses de l’antijésuitisme : du libéralisme à la 1re République

  • 40 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 62 et ss.
  • 41 Garrett vitupère contre le style de la Dedução Chronologica e analytica, comme étant « prosaïque e (...)

46La littérature antijésuite pombaline va exercer une influence modélisatrice sur la postérité culturelle portugaise. Les libéraux vont revisiter la légende noire établie par Pombal et actualiser son imaginaire autour du supposé complot permanent des jésuites, en les accusant de conspirer contre les nouvelles libertés conquises40. Les romantiques vont encore l’assombrir, en caractérisant la Compagnie comme la figure emblématique de la perversion et de l’hypocrisie, du fanatisme et de l’immobilisme41.

  • 42 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 73 et ss. ; Sérgio Campos Matos, Histor (...)

47Les théoriciens de ladite « Illustre Génération » ou Génération de 70 du XIXe siècle – Antero de Quental, Oliveira Martins, Eça de Queirós... –, vont, dans la lignée des accusations pombalines, accentuer emphatiquement le responsabilité des Jésuites dans le retard du Portugal. Ces intellectuels tendent à voir dans l’action de la Compagnie de Jésus une des causes les plus importantes de la décadence du pays et les symboles les plus représentatifs de l’ignorance et de la réaction, de l’éducation fanatisante et infantilisante, opérée par le bastion anti-libéral de l’obéissance aveugle42.

  • 43 L’antijésuitisme du XIXe siècle ne peut pas être compris sans prendre en considération la question (...)
  • 44 Parmi l’immense ensemble de publications antijésuitiques, nous pouvons souligner en guise d’exempl (...)
  • 45 Cf. José Eduardo Franco ; Christine Vogel, op. cit.
  • 46 Nous pouvons faire allusion à deux traductions faites en langue portugaise du roman d’Eugène Sue :(...)
  • 47 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 86 et ss.

48Le XIXe siècle libéral est marqué transversalement par le syndrome antijésuite, par l’obsession de diagnostiquer des foyers de jésuitisme, compris comme une véritable « pandémie » et par la préoccupation constante de les attaquer et de les éradiquer43. Cette réactualisation de l’image négative des Jésuites est opérée aussi bien par le biais d’articles, libelles, romans, œuvres historiographiques44, placard, manifestes, journaux spécialisés, que par celui d’assemblées et de lois. Elle est aussi enrichie par des traductions, comme par exemple les différentes éditions et citations des Monita Secreta45, du Juiferrant46 et d’autres romans ou histoires antijésuites produites par les maisons d’édition libérales, républicaines et maçonniques. Ces traductions appuyaient la propagande violente des centres laïques contre la Compagnie de Jésus. Celle-ci est vue comme l’antithèse parfaite du progrès national. Les Jésuites sont présentés comme une machine de guerre et, par conséquent, comme un ennemi envahisseur, une dangereuse organisation ultramontaine dénuée de tout sentiment national, mais intéressée au service de la nation. Elle favorisait seulement son atavisme et menait son projet d’obscurantisme et d’infantilisation des consciences sous le mors d’une religion basée sur la peur la plus atroce et sur l’obéissance la plus aveugle47. C’est pourquoi l’utilisation de tous les moyens pour vaincre cet ennemi hautement dangereux et non reconnaissant pour le pays était préconisé.

49Maçons, positivistes, républicains, libres penseurs, anarchistes qui avaient en commun le recours au drapeau antijésuite qui rassemble et qui mobilise, voyaient dans le jésuitisme la synthèse suprême de l’obscurantisme portugais et l’obstacle principal à l’ascension d’une ère de progrès au Portugal. Le fougueux publiciste libéral Alexandre Braga a donné un bon condensé littéraire de l’imagerie fantasmagorique que la propagande anticléricale produisait autour des Pères de la Compagnie dans un discours enflammé proféré au Teatro dos Recreios de Porto devant des centaines de personnes en 1885. Ce journaliste lié à la Maçonnerie a fait du jésuitisme la menace principale contre la liberté et, par conséquent, contre l’ordre social fondé sur les principes de la Constitution libérale :

  • 48 Alexandre Braga, Discurso pronunciado no Comício antijesuítico realizado no Theatro dos Recreios a (...)

« Quand la Patrie court un danger, quand la liberté est menacée par le jésuitisme, quand dans les antres terribles et sombres de la secte noire, se forgent les menottes qui vont immobiliser la liberté et rendre esclave le peuple, l’unique homme qui, dans ce pays, apparaît en protestant avec toute la sublime indignation de son âme généreuse et bonne, c’est justement celui qui ne s’est jamais adressé au peuple pour lui demander des votes48 ».

50En citant un de ses coreligionnaires, Sá de Albergaria, l’orateur dénonce la renaissance de l’hydre ignare du jésuitisme qui était sortie des enfers pour affaiblir le Portugal par le biais de cette impressionnante image au goût des romantiques et envenimée par l’exagération téméraire de la menace :

  • 49 Ibidem, p. 20.

« Le monstre grandit, reprend sa vigueur primitive et, dans la perversité inédite de son caractère infernal a déjà entortillé sa queue vénéneuse sur les marches du trône auqel s’adosse la liberté49 ».

51En accusant les Jésuites d’avoir été les sempiternels conspirateurs contre les valeurs libérales et contre la propre dignité humaine, Braga dénonce témérairement qu’ils sont en train d’étendre leur toile dominatrice dans tout le pays :

« L’armée noire de Saint Ignace de Loyola nous encercle déjà de tous les côtés ; si vous restez submergés pendant plus longtemps dans cette profonde léthargie, quand arrivera le jour du combat, il sera certainement trop tard pour sauver la cause la plus secrète de la civilisation, du progrès et de la prospérité de nous tous ».

52Sur un ton alarmiste, il vitupère contre l’invasion jésuite imaginaire afin d’en appeler stratégiquement à la nécessité d’une mobilisation collective contre celui qu’il dit être l’ennemi des intérêts du pays, en exigeant du gouvernement son éradication immédiate.

53Par la propagande antijésuite, les courants laïques du libéralisme ont cherché à combattre le vieil ordre théologique et absolutiste, symbolisé dans une synthèse emblématique par les Jésuites afin de forcer l’instauration d’une nouvelle sacralité garantie par la valeur tout aussi emblématique de la liberté.

54Ce développement de la propagande a connu deux moments paroxystiques lors de la période du libéralisme où se sont vérifiés les plus grands pics de production de textes et de réalisation d’initiatives de protestation sociale contre le jésuitisme au Portugal. Le premier grand pic s’est vérifié à l’aube de la décennie de 80, à la suite de l’impact de la IIIe République française au Portugal, avec comme point culminant les commémorations du Ier centenaire de la mort du Marquis de Pombal en 1882. Le second grand pic est venu en 1901 en réaction à la législation du 18 avril du ministre Hintze Ribeiro qui a ouvert le chemin à l’officialisation de la présence des Ordres Religieux interdits depuis 1834 par les lois d’extinction de Joaquim António de Aguiar.

  • 50 Cf. José Eduardo Franco ; Annabela Rita, O mito do Marquês de Pombal, Lisboa, Prefácio Editora, 20 (...)
  • 51 Cf. José Eduardo Franco, « Para desmitificar Pombal », in Brotéria, vol. 156, 2003, p. 189 et ss.

55Lors du processus de recréation du mythe noir des jésuites tout au long du XIXe siècle jusqu’à la Ire République, on a assisté parallèlement à l’idéalisation du Marquis de Pombal. En effet, la figure du Premier Ministre du règne absolutiste de D. Joseph I a été appropriée par les mouvements anticléricaux de cette période et mythifiée. Le Marquis de Pombal est devenu le précurseur même des idées affirmées par la Révolution Française de 1789 et l’augure des conquêtes socio-politiques du libéralisme : la libre initiative, la démocratie, la liberté de conscience et de pensée, la laïcité... Les libéraux ont tranformé ce ministre en héros national, en semeur de germes révolutionnaires et en précurseur des mouvements qui devraient faire tomber l’Ancien Régime. C’est un des plus grands paradoxes du libéralisme portugais50. L’œuvre politique de Carvalho e Melo a été réinterprétée spécialement par la propagande des antijésuites libéraux dans la mesure où ils ont voulu qu’elle signifie beaucoup plus que ce qu’elle n’a signifié en réalité51. Autour de cet homme politique, on a assisté à un phénomène de projection idéologique qui a déraciné, de la réalité historique, la figure la plus emblématique de l’absolutisme éclairé au Portugal, en donnant à son action un sens opposé à celui que sa politique a réellement exercé.

  • 52 Cf. José de Castro, O Marquês de Pombal e o Jesuitismo, Lisbonne, 1882, passim.

56La stature mythifiée et lumineuse de Pombal comme défenseur de la dignité humaine et de la liberté d’expression est en totale contradiction avec l’homme politique qui a renforcé la censure de l’État, qui a aboli les instances traditionnelles de représentation populaire auprès de la Couronne, qui a réprimé cruellement les adversaires, qui a interdit le journalisme portugais qui était en train de naître et qui a limité toute liberté d’opinion. Elle a été dressée essentiellement parce qu’il a éradiqué la Compagnie de Jésus du royaume et qu’il a soumis l’Église au pouvoir de l’État. Le mythe libéral du Marquis de Pombal s’explique surtout par la valorisation anticléricale de sa politique religieuse régalienne. Dans ce cas, l’antijésuitisme explique comment la grande œuvre pombaline est considérée comme l’œuvre propédeutique fondamentale qui a précédé les Lumières en ce qui concerne la réforme du pays et la récupération de son âge d’or perdu par l’action corrosive des ignatiens. Dans les textes écrits pour exalter Pombal, presque invariablement l’exécration des Jésuites apparait corrélativement à leur diabolisation comme excroissance abominable de ce qu’il y a de pire dans l’humanité. Publiée dans le cadre du Centenaire de la mort de Pombal qui place officiellement le Marquis sur le piédestal historique des précurseurs de la démocratie, l’opuscule de José de Castro est emblématique de cet effort de mythification de l’homme politique. L’orateur voit dans la personne de Pombal « indubitablement un des premiers saints qui prie pour la démocratie portugaise » pour avoir banni le pouvoir oppresseur des Jésuites, pour avoir fait de la Real Mesa Censória un instrument au service de la liberté de pensée, pour avoir formé une élite portugaise au détriment de la noblesse, pour avoir ouvert le chemin à l’accession plus rapide du peuple au pouvoir52.

57Cette campagne antijésuite, malgré l’absurdité de ses arguments, n’a pas cessé de gagner le soutien pseudo-scientifique donné par des positivistes fidèles au républicanisme. Un cas célèbre est celui de Miguel Bombarda qui a fait une étude scientifique des Jésuites, en les intégrant dans les typologies médico-psychiatriques qui caractérisent les cas de folie. Dans cette optique, la religion est considérée chez les personnes qui l’appuient comme un symptôme évident de folie. Les Jésuites étant considérés comme les promoteurs les plus acharnés de la religion dans la société, seraient sur une des marches les plus élevées de la typologie de la folie. Observons le curieux diagnostique fait par Bombarda à la « folie jésuite » dans la lignée des théories phrénologiques dominantes à ce moment-là :

  • 53 Miguel Bombarda, A ciência e o jesuitismo. Réplica a um padre sábio, Lisbonne, Pareceria A. M. Per (...)

« Il faut admettre la nécessité de la prédominance dans le résultat final d’un cerveau congénitalement taré. Je pense que ne peut pas être jésuite qui le veut ; il y a des cerveaux prédisposés à ce mal, comme il y en a certains faits pour le crime ordinaire, comme il y en a d’autres taillés pour la folie vulgaire (...). La véracité des types professionnels de Tarde est, pour moi, d’une façon générale, une réalité. Le crime est, dans ce sens, une profession et le criminel a son type professionnel. Le type professionnel de l’aliéné est presque du domaine commun. Le faciès du jésuite trompe aussi difficilement. On comprend (...) comment il doit y avoir des cerveaux modelés pour le jésuitisme. Ce qu’on comprend moins peut-être est que (...) y soit absolument perdue l’humanité, jusqu’au mépris des lois les plus sacrées (...). Mais il est probable que l’interprétation soit encore dans les mêmes faits de la psychiatrie. Aujourd’hui on sait qu’il n’y a pas de délires partiels ; un esprit touché par la folie est totalement fou. Et non seulement dans les limites mais aussi dans l’apparence, est marqué (...) le délire spécial (...). Ne faut-il pas ainsi admirer que tout, dans la folie jésuite (...), conventions sociales, cris de la conscience, éclairs de vérité, soit sacrifié à l’idée fixe (...) : ad majorem dei gloriam53 ».

  • 54 Ibidem, p. 178-179.

58Étant donné la gravité de la situation clinique des Jésuites, gravité diagnostiquée par ce médecin, ces derniers demanderaient un traitement spécifique que Miguel Bombarda n’a pas honte de prescrire. Les Jésuites sincères devaient aller à l’asile parce qu’ils souffraient de folie religieuse au plus haut degré. Les Jésuites hypocrites devaient être exilés dans une île auprès des criminels communs de façon à être empêchés de contaminer la société de leur maladie héréditaire54.

  • 55 Sur l’anticléricalisme au Portugal voir l’étude de Luís Machado de Abreu, O discurso do anticleric (...)
  • 56 Cf. Fernando Catroga, A militância laica e a descristianização da morte em Portugal, 1865-1911, 2 (...)
  • 57 Cf. Rui Ramos, História de Portugal. A segunda fundação, Dir. José Mattoso, Édition revisée, 6 vol (...)
  • 58 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 94 et ss. Par exemple, Manuel Borges Gr (...)

59La campagne systématique contre les Jésuites (variante privilégiée et spécialisée des campagnes anticléricales55) promues par les ailes libérales, républicaines, positivistes et maçonniques56 va déboucher sur l’expulsion des Jésuites avec l’instauration de la République en 1910. Aux premières strates du mythe s’est ajouté un trait de caractère raciste, l’idée de la nécessité ségrégation sociale des membres de la Compagnie de Jésus comme s’il s’agissait non seulement d’une race dégénérée, mas aussi d’une race fabriquée artificiellement par l’instruction jésuite57. Cette race minoritaire mais puissante méritait un traitement rigoureux, c’est-à-dire son éradication du tissu social parce qu’elle était perçue comme contagieuse pour ce même tissu. Ce programme antijésuite républicain, conçu comme une opération sociale d’hygiène, s’est parfaitement inscrit dans le modèle pombalin antijésuite. Ce dernier est reproduit et enrichi avec la plus-value d’un diagnostic scientifique, dans une époque de grande euphorie autour de la valeur explicative et résolutive de la science. Les Jésuites sont caractérisés comme une race de gens malades et dégénérée, hors de toute fidélité socio-nationale, dont la présence et l’action reproduisent extraordinairement le mal corrosif qu’ils transportent. La Première République portugaise qui a émergé de la Révolution du 5 Octobre 1910 en a tiré les conséquences sur le plan pratique : elle a confisqué les biens, elle a arrêté les Jésuites, leur a pris des mesures phrénologiques et a tenté éradiquer le mal. Elle a expulsé la « peste » jésuite du pays. Á la manière de Pombal, elle a continué à justifier cette mesure. Elle a produit des pamphlets, des histoires, des libelles, des lois, des avis, des études pour dénigrer et discréditer le travail des Jésuites. Elle a traduit quelques-uns de ces écrits dans la langue diplomatique d’alors pour diffuser les raisons de sa politique58.

60Ici le républicain s’unit à l’absolutiste dans une complicité paradoxale et dans une union inespérée de contraires idéologiques pour légaliser l’extirpation d’un ennemi commun : les Jésuites. La république met de nouveau en vigueur la loi de Pombal et considère celui-ci comme un symbole héroïque et exemplaire du passé national, en escamotant les principes despotiques qui guidaient son action politique, en faisant de lui le précurseur des idéaux de liberté, de tolérance et de démocratie et en consacrant le long processus de mythification de la figure de Carvalho e Melo.

Conclusions

  • 59 Déjà, à cette époque, le Vicomte de Santarém a théorisé avec pertinence, cette nostalgie : « La pr (...)
  • 60 L’œuvre qui, à cette époque, condense le mieux cette caractérisation aux diverses facettes du jésu (...)

61Si l’extraordinaire investissement de propagande mise en œuvre durant cette période et, en particulier, durant la production historiographique nationale, peut être vu comme une forme de compensation des infirmités, des frustrations et des échecs de la petitesse physique d’une nation emplie de la nostalgie d’un grand passé perdu59, la mythification négative des Jésuites a fonctionné comme le moyen de recours le plus réductionniste et le plus récurrent pour expliquer cette perte de grandeur. Dans ce processus de construction culturelle, ces religieux étaient vus comme les anti-héros les plus actifs et les plus efficaces de cette décadence aiguë, dont l’histoire présente était considérée comme le résultat le plus désolant de la perte des temps glorieux du pays. Cette mythification formidable du jésuite nous a laissé divers prototypes dans ses différentes versions criminelles et immorales : le jésuite assassin, incendiaire, fabricant d’armes, commerçant, avare, séducteur, sensuel, séditieux, régicide, conspirateur de la ruine des individus et des institutions les plus nobles, libertin, hypocrite, pervers... Il s’agit invariablement de la même façon, souterrainement, sous tous les climats, espaces, cultures, régimes et dans les situations les plus diverses et insolites60.

  • 61 La propagande jésuite, sa couverture, sa prétention et sa forme de mobilisation peuvent aussi méri (...)
  • 62 Cf. Philippe Lecrivain, « Les jésuites entre la fable et le mythe », in Voyage au cœur du myustéri (...)

62L’historiographie et la littérature produites par les auteurs anticléricaux portugais de cette période a répété d’une manière monotone et sans relâche les facettes du mythe du complot jésuite comme une litanie de jugements, d’images, d’invectives, de dénonciations, de requisitoires, qui sont devenus autant de lieux communs. Ici se révèle un des aspects d’où le mythe a extrait sa force et sa légitimité, de la répétition obsessionnelle des mêmes thèses, des mêmes cadres, des mêmes clichés, au long des décades et des siècles, en enrichissant la généalogie du mythe sans originalité, si ce n’est avec des historiettes, des faits-divers, des crimes nouveaux toujours imputés à l’action séditieuse et continue des religieux61. Le mythe fonctionne comme une fabuleuse symphonie qui joue toujours la même aria, seulement avec des arrangements et des joueurs différents, en actualisant le passé dans le présent, de façon à attester sous la forme d’une mémoire socio-culturelle que le jésuitisme est toujours identique ou chaque fois pire62.

  • 63 Cf. Manuel García-Pelayo, Los mitos políticos, Madrid, 1981, p. 20.

63Le mythe négatif des Jésuites au Portugal s’engendre dans le cadre d’un processus de conflit politico-idéologique qui mélange des raisons complexes de nature personnelle, économique, idéologique et culturelle, toutes liées à une grande figure qui a marqué l’histoire portugaise : le Marquis de Pombal. Le mythe a été établi et consolidé dans ses mythèmes63 caractérisés par une littérature spécifiquement produite à cet effet, c’est-à-dire, pour sélectionner une image basée sur l’évaluation négative du rôle et du caractère de la Compagnie de Jésus au Portugal. Cette image gagne des contours qui lui donnent la dignité d’un mythe, mythe qui s’inscrit lui-même dans le cadre plus général des mythes dits du complot. Le mythe de la Compagnie de Jésus cherche à répondre à une préoccupation fondamentale relative au destin de la nation portugaise : trouver un système explicatif à la question lancinante de sa décadence. Il en impute la responsabilité aux jésuites, capitalisant ainsi une énergie mobilisatrice pour forcer l’avènement de la réalisation d’utopies idéologico-politiques et sociales dont le cadre passéiste du mythe serait le revers répugnant.

64Cette littérature antijésuite a créé une mentalité, elle a lancé les bases d’une culture antijésuite qui s’est développée pendant les deux siècles suivants avec de forts enjeux militants et mobilisateurs. Elle fut instrumentalisée pour servir d’arme politico-idéologique. Les Jésuites ont commencé à devenir le recours explicatif pour justifier les maux de la nation, les ankyloses des sociétés et même les échecs de la vie privée. Le « jésuitisme » est défini comme une philosophie de vie, comme un état d’esprit, comme une entité supranationale ou ultramontaine qui conditionne la vie des citoyens et les enferme dans l’atavisme.

  • 64 José Eduardo Franco ; Christine Vogel, op. cit.

65La propagande antijésuite et le mythe qu’elle contient par le biais de la représentation diabolique de l’Autre, l’autre jésuite néfaste, ne seraient-ils pas une forme de déclaration d’innocence par rapport aux responsabilités de chaque membre de la communauté de la nation pour son état de retard, d’ignorance et de décadence ? Le mythe jésuite ne serait-il pas le revers du mythe portugais du roi Sébastien ? Alors que dans le mythe du sébastianisme, nous projetons sur une personne, sur une entité mythique, la possibilité de réalisation des meilleures aspirations collectives, dans le mythe jésuite nous projetons nos désillusions et nos désabusements. Un caractère d’expiation où les insuccès et maux de la nation sont projetés et expiés est donné à cette entité négative. Tandis que le mythe du sébastianisme est le fruit d’une utopisation collective qui résulte de la désillusion devant l’état de la nation, le mythe jésuite découle de la conception de la Compagnie de Jésus comme le locus cathartique de ce même état national déchu64.

  • 65 José Augusto Mourão, « Da funesta liga do trono e do altar – A afecção (anti) clerical », dans Act (...)
  • 66 Cf. José Eduardo Franco, « História da Brotéria », in Hermínio Rico ; José Eduardo Franco (coords. (...)

66Si, comme l’écrit José Augusto Mourão, la question nodale de la « modernité a été la perte de la totalité du religieux qui liait les œuvres, l’ordre, les activités et les affects65 », le jésuitisme peut être compris, dans son acceptation dépréciative, comme la réaction traumatisante et excessive à la fracture opérée pendant la modernité entre la sphère spirituelle et la sphère temporelle. Il s’agit d’une tentative de reconstituer, par tous les moyens, l’ancienne totalité par le biais d’un système de domination qui contrôle tout, qui subjugue et ostracise en même temps. L’antijésuitisme a polarisé la peur du retour à un passé culturel, à une conception du monde, à un ordre social et politique structuré par la religion qui voulait s’enfermer et se maintenir par tous les moyens contre l’ascension de la modernité politique. Érigée par la raison et par la science, elle se voulait précisément autonome, libre des entraves dominatrices de la sphère religieuse66. De ce combat entre camps idéologiques et entre projets de société opposés, se sont érigés des mythes terribles dont le mythe des jésuites est un des plus emblématiques, et qui ont provoqué de larges blessures dans la culture et dans la mentalité portugaises. Avec l’endormissement du mythe jésuite dans le seconde moitié du XXe siècle et grâce à l’évolution de la société, de la culture et de l’attitude même de la Compagnie de Jésus dans le monde moderne, les polémiques violentes des siècles antérieurs ont perdu en vigueur et en pertinence, en termes de mobilisation et de force critique. Toutefois, les cicatrices de ces disputes violentes subistent, entravant des lectures non passionnées de l’histoire. Ces marques témoignent de la profondeur historique de la blessure. D’où la nécessité, aujourd’hui, d’analyser et de comprendre les polémiques qui ont entouré les jésuites, pour rééquilibrer l’interprétation de leur rôle capital dans l’histoire portugaise et européenne.

Notes

1 Eduardo Lourenço, « Portugal e os Jesuítas », in Oceanos, No 12, 1992, p. 47.

2 Stefan Gatzhamer, « Antijesuitismo europeu », in Lusitana Sacra, 2a Série, 1993, t. V, p. 159.

3 Ce texte écrit en langue française reprend des parties et des réflexions consignées dans d’autres travaux de l’auteur, notamment de José Eduardo Franco, Idem, « A fundação pombalina do mito da Companhia de Jesus », in Revista de História das Ideias, vol. 22, 2001, p. 209-254 ; Idem, « Génese e evolução do antijesuitismo em Portugal », in Luís Machado de Abreu ; António José Ribeiro Miranda (coord.), Actas do Colóquio sobre o Anticlericalismo Português : História e Discurso, Aveiro, Centro de Línguas e Culturas da Universidade de Aveiro, 2002, p. 71-94 ; Idem ; Christine Vogel, Monita Secreta. Instruções Secretas dos Jesuítas, História de um Manual Conspiracionista, Lisbonne, Roma Editora, 2002. Le présent sujet d’analyse a été approfondi sous la direction du professeur Bernard Vincent pour constituer une thèse de doctorat à l’EHESS, intitulée Le mythe des Jésuites au Portugal : José Eduardo Franco, O Mito dos Jesuítas. Em Portugal, no Brasil e no Oriente (Séculos XVI a XX). Prefácio de Bernard Vincent, vol. I – Das Origens ao Marquês de Pombal. Lisboa, Gradiva, 2006 et d.m., O Mito dos Jesuítas. Em Portugal, no Brasil e no Oriente (Séculos XVI a XX). Apresentação Philippe Boutry. Prefácio Luís Filipe Barreto. Posfácio Eduardo Lourenço, vol. II – Do Marquês de Pombal ao Século XX, Lisboa, Gradiva, 2007.

4 Cf. José Sebastião da Silva Dias, Correntes do Sentimento Religioso em Portugal (século XVI a XVIII), t. I, Coimbra, 1960, p. 169 et ss.

5 José Pereira Bayão, Portugal cuidadoso, e lastimado do Senhor Rey Dom Sebastião, o desejado de saudosa memória. História chronológica de suas acções, e sucessos desta monarquia em seu tempo ; na jornada a África, batalha, perda, circunstância, e consequências notáveis dela, Lisbonne Occidental, Na Officina de Antonio de Sousa da Sylva, 1737, p. 36. Notons qu’à cette époque, le tiers-état était si préoccupé par la prolifération, considérée excessive, du nombre de monastères vus comme un préjudice pour l’économie du pays. Par ailleurs, le peuple ne voyait pas l’intérêt ni l’utilité publique de fomenter l’enseignement universitaire à Coimbra et à Évora. Ibidem, p. 36. Il y a ici une claire dévalorisation, typique de la mentalité dominante de l’époque, de l’enseignement pour tous qui est perçu comme un préjudice pour les activités primaires décisives pour le bien et la prospérité du royaume.

6 Ibidem, p. 36.

7 Cf. Dauril Alden, The making of an enterprise. The Society of Jesus in Portugal, its Empire, and Beyond (1540-1750), Stanford, 1996, passim.

8 Cf. Gabriel Soares de Sousa, « Capítulos de Gabriel Soares de Sousa contra os Padres da Companhia de Jesus que residem no Brasil », in Anais da Biblioteca Nacional do Rio de Janeiro, vol. 62, 1942, p. 336-381.

9 « Capítulos que derão a El rei contra a Companhia no anno de 1611 », Achivum Romanum Societas Iesu (Roma), Goa 17, fl. 71-72. Deux des principales critiques qui dérivent des effets de quelquesunes des stratégies incomprises sont ici consignées. Elles ont été utilisées par les Jésuites dans l’évangélisation : l’acquisition de moyens matériels par le biais d’une activité économique menée pour son propre intérêt et la stratégie de conversion des cimes du pouvoir pour réussir à convertir les masses. Cette méthode de « coopération avec les princes », conçu par Saint Ignace était assise sur la reconnaissance de la « légitimité de César mais aussi sur la nécessité de rendre à Dieu son dû ». Cf. Jean Lacouture, Jésuites. 1. Les conquérants, Paris, Seuil, 1991, p. 138. Cependant, cette stratégie n’a pas été perçue comme une méthode honnête, mais plutôt comme une « fuite en avant » des jésuites au service exclusif de leur institution religieuse.

10 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 39 et ss.

11 F. Pires Lopes, « Bibliografia », in Brotéria, vol. 150, 2000, p. 113.

12 Diário de Notícias, secção « Vida Literária », 8 de Dezembro de 1940.

13 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 39 et ss.

14 Sur le plan international, le ministre portugais a investi puissamment dans la divulgation de cet ouvrage, lequel a été reçu avec exaltation dans les milieux de l’antijésuitisme européen. À travers la voie diplomatique, par des collaborateurs et partisans de la cause pombaline en Europe plusieurs traductions ont été faites, des éditions et impressions intégrales et partielles de ces volumes, notamment en langue française, italien, espagnole, allemand et latine.

15 Joseph de Seabra da Sylva, Deducion Chronologica y Analitica (...), Traducida del idioma portugues por el Doctor D. Joseph Maymó y Ribas, Abogado del colegio de esta corte, Madrid, Por Joachim Ibarra, 1768.

16 Ces trois figures prototypes peuvent être soulignées dans le cadre de la construction du mythe pombalin de la Compagnie de Jésus. Trois figures qui résument les caractéristiques modèles de l’action « dévastatrice » de cet Ordre et caractérisent de manière emblématique cette même activité pendant les trois siècles où les religieux de saint Ignace ont été au Portugal. Pour la période de la fondation et affirmation des Jésuites au Portugal au XVIe siècle, émerge de manière éloquente la personnalité de Simão Rodrigues, qui est présenté principalement comme un maître de l’hypocrisie et de l’intrigue. António Vieira surgit, peint comme le spécialiste de la machination politique, de la conspiration géniale, habile à faire plier la volonté des rois et à modeler l’opinion publique, le plus grand symbole du XVIe siècle, le siècle de la grande consolidation de la présence de la Compagnie dans le pays. Pour la phase du déclin et de l’extinction de la Compagnie de Jésus, le Marquis de Pombal choisit la figure paradigmatique de Gabriel Malagrida, son ennemi d’estimation, qui est grosso modo présenté comme le maître de la superstition.

17 Cf. António Lopes, Enigma Pombal, Lisbonne, Roma Editora, 2002, passim ; Enrique Gimenez Lopez, Portugal y España ante la extinción de los Jesuítas, Alicante, Texto mimiografado, 1999, p. 2 et ss.

18 Cf. Augustin Theiner, Geschichte des Pontificats Clemens’ XIV. nach unedirten staatsschriften aus dem geheimen Archive des Vaticans, 2 Vols., Leipzig-Paris, 1853 ; Domingos Maurício Gomes dos Santos, « O « Abbé Platel », mercenário de Pombal », in Anais (APH), II Série, 22, 1973, p. 280-305.

19 José de Seabra da Sylva, Dedução Chronologica, e Analytica na qual se manifestão pela sucessiva serie de cada hum dos reynados da Monarquia Portuguesa, que decorrêrão desde o Governo do Senhor Rey D. Jão III até o presente, os horrorosos estragos, que a Companhia denominada de Jesus fez em Portugal, e todos os seus domínios por hum plano, e systema por ella inalteravelmente seguido desde que entrou neste Reyno, até que foi delle proscripta, e expulsa pela justa, sabia, e providente Ley de 3 de Setembro de 1759. Cet ouvrage monumental a commencé à être publié pour la première fois en trois tomes de format in-4º, luxueusement reliés, entre 1667 (les deux premiers volumes) et 1768 (le troisième volume). En fut faite une deuxième impression à Lisbonne en cinq volumes en format in-8º seulement datée de1768, ce qui fait un total de 1387 pages, na « Officina de Miguel Manescal da Costa, Impressor do Santo Ofício, por ordem, e com privilegio real, 1768 ». Ces gros volumes présentent comme auteur José de Seabra da Silva (1732-1813). Mais en réalité son idée et la direction sont dues aux Ministre Carvalho e Melo, probablement avec la collaboration, en plus de Seabra da Silva, de Frère Manuel do Cenáculo et de Pereira de Figueiredo.

20 Agustin Theiner, op. cit., p. 9.

21 On peut observer un certain parallélisme entre l’image de l’état anglais transmise par Pombal et l’image des Jésuites qui sont toute deux diabolisées parce que productrices d’effets néfastes pour le Portugal. Par exemple dans le « Discurso político sobre as vantagens que o reino de Portugal pode tirar da sua desgraça por ocasião do terramoto do 1° de Novembro de 1755 », le ministre Dom José décrit de la manière suivante la nation anglaise : « une nation ambitieuse sapait sournoisement depuis longtemps le pouvoir de ses voisins : son industrie et son commerce l’avaient avantagée par rapport à bien d’autres états. Une politique merveilleusement bien menée, qui la menait sur des chemins occultes, avait conduit tous ses desseins au pouvoir suprême » (Marquês de Pombal, Cartas e outras obras selectas, Quinta edição, Tome I, Lisbonne, Typ. de Costa Sancher, 1891, p. 99). Pombal affirme que l’objectif majeur des anglais était de construire un empire universel tout comme il le disait des Jésuites. Ils aspiraient donc à la ruine et à la sujétion de toutes les nations pour pouvoir accomplir ce but machiavélique.

22 Ibidem, p. 21-22.

23 Cf. Manuel Antunes, « O Marquês de Pombal e os Jesuítas », in Como interpretar Pombal ?, op. cit., p. 134.

24 Ibidem, p. 132.

25 Cf. António Lopes, op. cit., p. 135 et ss.

26 Cf. Dauril Alden, « Economic aspects of the expulsion of the Jesuits from Brazil : A Preliminary Report », in Henry H-Keith; S.F. Edwards (coord.), Conflict and continuity in Brazilian History, Carolina do Sul, 1969, p. 25-65.

27 Cf. António Leite, « A ideologia pombalina », in Com interpretar Pombal?, op. cit., p. 27 et ss.

28 Cf. José Eduardo Franco; Christine Vogel, op. cit., p. 56 et ss.

29 Cf. José Eduardo Franco; Bruno Cardoso Reis, Vieira na Literatura antijesuítica, op. cit., p. 42 et ss.

30 José de Seabra da Sylva, op. cit., p. 205.

31 João Lúcio de Azevedo, Pombal e a sua época, Rio de Janeiro, Lisbonne, Porto, 1922, p. 288-291.

32 Cf. Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p. 49 et ss.

33 Cf. Relação abbreviada da Republica que os religiosos jesuitas das provincias de Portugal, e Hespanha estabelecerão nos Domínios ultramarinos das duas monarchias, e da guerra que nelles tem movido, e sustentado contra os exercitos Hespanhoes, e Portugueses ; formado pelos registos das Secretarias dos dous respectivos principes commissarios, e Plenipotenciarios ; e por outros Documentos authenticos, publicado sem indicação de lugar e data [Lisbonne, 1757]. Cette première impression (secret dans l’imprimerie de Miguel Rodrigues) en langue portugaise de ce libelle pombalin a été publiée en 85 pages en format de in 8º, sans nom d’auteur, ni de lieu et date d’édition, ni même avec les autorisations obligées des institutions de la censure. Une seconde édition portugaise est faite à Lisbonne dans les officines de Miguel Rodrigues en 1758. Après avoir été édité deux fois à Lisbonne, la Relação abreviada a eu des éditions en français, espagnol, allemand, italien et latin.

34 Ibidem, p. 1.

35 Cf. Ibidem, p. 2.

36 Un autre ouvrage paradigmatique du mythe des Jésuites au Portugal qui forme une espèce de trilogie fondamentale dans la systématisation de la doctrine antijésuitique, outre la Relação Abbreviada et la Dedução Chronologica, est le Compêndio Histórico do Estado da Universidade de Coimbra édité en 1771. Ce diagnostic de l’Université portugaise présenté dans ce volumineux rapport antijésuitique, rédigé sous la tutelle du Marquis de Pombal, rend les religieux de la Compagnie responsables de la décadence pédagogique et scientifique de la plus importante institution universitaire du pays. Ce point est un des topoï récurrents de l’idéologie de la causalité unique et diabolique qui structure le mythe. Cf. Compêndio Historico do Estado da Universidade de Coimbra no tempo da invasão dos denominados jesuítas e dos estragos feitos nas ciências e nos professores e directores que a regiam pelas maquinações e publicações dos novos Estatutos por eles publicados, Lisbonne, Régia Officina Tipográfica, 1771. À ces trois catéchismes fondamentaux qui développent les mythèmes de l’iconographie des Jésuites, il faut ajouter toute une profusion d’opuscules, d’édits, de lois, de règlements, de gravures, de pamphlets qui ont été publiés pendant la période pombaline et qui constituent l’ensemble de la littérature antijésuitique pombaline. Nous devons notamment faire référence au Règlement pombalin de l’Inquisition, publié pour la première fois en 1774. Cf. Raul Rego, O Último Regimento da Inquisição Pombalina, Lisboa, Edições Excelsior, 1971.

37 D. José I, « Lei de Expulsão dos Jesuítas de Portugal », in Colecção de Leis do século XVIII, BNL, Cod. 1601, fl. 68.

38 Retrato dos Jesuítas feito ao natural pelos mais sabios e mais illustres catholicos : ou juízo feito a cerca dos Jesuitas pelos maiores, e mais esclarecidos homens de Igreja, e do Estado : desde o anno de 1540, em que foi a sua Fundação, até ao anno de 1650 antes das disputas que se levantaram a respeito do livro de Jansenio, Lisbonne, Na officina Miguel Rodrigues, impressor do Eminent. Senhor Card. Patr., 1761.

39 Manuel Antunes, « O Marquês de Pombal e os Jesuítas », op. cit., p. 137-138.

40 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 62 et ss.

41 Garrett vitupère contre le style de la Dedução Chronologica e analytica, comme étant « prosaïque et bourgeois, embêtant, vulgaire et sans saveur » : Almeida Garret, Viagens na minha terra, 4a ed., Lisbonne, Ulisseia, 1987, p. 91.

42 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 73 et ss. ; Sérgio Campos Matos, Historiografia e Memória Nacional no Portugal do século XIX (1846-1898), Lisbonne, Edições Colibri, 1998, p. 350 et ss.

43 L’antijésuitisme du XIXe siècle ne peut pas être compris sans prendre en considération la question religieuse et de la progressive sécularisation de la société et de la culture. Cf. Vítor Neto, O Estado, a Igreja e a Sociedade em Portugal (1832-1911), Lisbonne, INCM, 1998.

44 Parmi l’immense ensemble de publications antijésuitiques, nous pouvons souligner en guise d’exemple les suivantes : Manuel Borges Grainha, O Portugal jesuítico, Lisbonne, Tip. S. Moderna, 1893 ; T. Lino de Assumpção (coord.), História Geral dos Jesuítas desde a fundação até nossos dias, Ilustrada sob a direcção de Roque Gameiro, Lisbonne, Empreza da História de Portugal, 1901 ; José Caldas, Os Jesuítas e a sua influência na actual sociedade portuguesa, meio de a conjurar, Porto, Livraria Chardron, 1901. Ver bibliografia antijesuítica mais completa em José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 135 et ss.

45 Cf. José Eduardo Franco ; Christine Vogel, op. cit.

46 Nous pouvons faire allusion à deux traductions faites en langue portugaise du roman d’Eugène Sue : O Judeu Errante, Lisbonne, Typ. Lusitana, 1845-46 ; e O Judeu Errante, Edição Ilustrada, Rio de Janeiro, 1840.

47 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 86 et ss.

48 Alexandre Braga, Discurso pronunciado no Comício antijesuítico realizado no Theatro dos Recreios a 7 de Setembro de 1885 seguido da Lei do Marquez de Pombal, de 3 de Setembro de 1759, da bula do Papa Clemente XIV supprimindo os Jesuítas e do relatório de Joaquim António de Aguiar extinguindo as Ordens Religiosas, Porto, Typ. Occidental, 1885, p. 18.

49 Ibidem, p. 20.

50 Cf. José Eduardo Franco ; Annabela Rita, O mito do Marquês de Pombal, Lisboa, Prefácio Editora, 2004. Voir par exemple les textes suivants qui font du ministre de Joseph I un héros des temps modernes : M. Emygdio Garcia, O Marquez de Pombal. Lance d’olhos sobre a sua sciencia ; política e systema de administração ; – ideias liberais que o dominavam ; plano e primeiras tentativas democraticas, Coimbra, 1869 ; e Os Jesuítas. Poesia dedicada à memória do Grande Estadista Sebastião José de Carvalho o Melo, I Marquez de Pombal por A.G.F., s.l, s.n., 1882.

51 Cf. José Eduardo Franco, « Para desmitificar Pombal », in Brotéria, vol. 156, 2003, p. 189 et ss.

52 Cf. José de Castro, O Marquês de Pombal e o Jesuitismo, Lisbonne, 1882, passim.

53 Miguel Bombarda, A ciência e o jesuitismo. Réplica a um padre sábio, Lisbonne, Pareceria A. M. Pereira, 1900, p. 186-187.

54 Ibidem, p. 178-179.

55 Sur l’anticléricalisme au Portugal voir l’étude de Luís Machado de Abreu, O discurso do anticlericalismo português (1850-1926), Separata da Revista da Universidade de Aveiro, Aveiro, 1999.

56 Cf. Fernando Catroga, A militância laica e a descristianização da morte em Portugal, 1865-1911, 2 vol. , Lisbonne, 1988.

57 Cf. Rui Ramos, História de Portugal. A segunda fundação, Dir. José Mattoso, Édition revisée, 6 vol. , Lisbonne, Editorial Estampa, 1998, p. 352-355.

58 Cf. José Eduardo Franco ; Bruno Cardoso Reis, op. cit., p. 94 et ss. Par exemple, Manuel Borges Grainha a traduit en français, parmi tant d’autres œuvres antijésuites, un travail historiographique sur le plus important collège de la Compagnie de Jésus lors de sa deuxième restauration : Histoire du collège de Campolide et de la Résidence des Jésuites à Lisbonne, Lisbonne, Imp. « A Editora Limitada », 1914.

59 Déjà, à cette époque, le Vicomte de Santarém a théorisé avec pertinence, cette nostalgie : « La propagation des œuvres historiques, des fastes d’une nation dans un peuple petit par le territoire et par les ressources physiques et matérielles est, à mon avis, encore plus important que dans les grandes nations. Dans les petites nations, il faut que l’amour de la patrie supplée la petitesse physique, alors que dans les autres nations, le même prestige de leur force et de leur grandeur les font respecter même lors des époques de leur décadence ou de dissolution civile par les réactions et les convulsions politiques ». Visconde de Santarém, « Carta para Rodrigo da Fonseca Magalhães », cité par Fernando de Campos, O Visconde de Santarém, mestre do nacionalismo português, Lisbonne, 1943, p. 19. La théorisation et l’appui historiographique d’une exaltation de la conscience nationale a connu au Portugal l’influence des auteurs étrangers, et en particulier de Augustin Thierry, qu’Herculano et Garrett admiraient beaucoup. Cet historien français croyait que le « patriotisme gagnerait beaucoup en pureté et en fermeté si la connaissance de l’histoire de France se répandait plus généralement chez nous et devenait en quelque sorte populaire ». A. Thierry, « Avertissement », in Lettres sur l’histoire de France, 7e éd., Paris, 1842, p. 13-14. Henry Stephens a montré également une conviction semblable dans la synthèse historiographique qu’il a dédié au Portugal dans la 9e édition de l’Enciclopédia Britânica. Ce lusophile écossais met en évidence la résistance du Portugal comme petit royaume qui a préservé, malgré diverses vicissitudes, son autonomie politique. Il attribue cette indépendance, entre autres, au rôle de ses historiens et hommes de lettres dans la formation d’une forte conscience nationale par le biais du culte de sa mémoire historique, en contribuant énormément à la résistance sociopolitique contre la solution ibériste pour les deux royaumes. Cf. Henry M. Stephens, « Portugal. Part. II, history », in Enciclopedia britanica, 9e éd., vol. XIX, Edimbourg, 1885, p. 539 et 554

60 L’œuvre qui, à cette époque, condense le mieux cette caractérisation aux diverses facettes du jésuite immoral est celle de A. d’O Cardoso Fonseca, Jesuítas, suas qualidades e doutrina – ambiciosos, hipócritas, devassos, pervertidos e prevaricadores, Lisbonne, Liv. Editora Viúva Tavares Cardoso, 1906.

61 La propagande jésuite, sa couverture, sa prétention et sa forme de mobilisation peuvent aussi mériter la classification de phénomène social total, dans la lignée de ce qu’a défini Lévi-Strauss dans l’introduction à l’Essai sur le don de Marcel Mauss ; dans la mesure où l’antijésuitisme est un phénomène holistique qui englobe l’homme dans sa situation sociologique et psychologique dans tous ses aspects synchroniques et diachroniques, au nom de la continuation d’un projet utopique de construction d’un homme nouveau et d’une société nouvelle. Cf. Marcel Mauss, Ensaio sobre a Dádiva, Introd. de Claude Lévi-Strauss, Lisbonne, 1988, p. 9-40.

62 Cf. Philippe Lecrivain, « Les jésuites entre la fable et le mythe », in Voyage au cœur du myustérieux, Paris, 1996, p. 115-117.

63 Cf. Manuel García-Pelayo, Los mitos políticos, Madrid, 1981, p. 20.

64 José Eduardo Franco ; Christine Vogel, op. cit.

65 José Augusto Mourão, « Da funesta liga do trono e do altar – A afecção (anti) clerical », dans Actas do colóquio sobre Anticlericalismo Português : História e discurso, Aveiro, Centro de Línguas e Culturas da Universidade de Aveiro, 2001, p. 27.

66 Cf. José Eduardo Franco, « História da Brotéria », in Hermínio Rico ; José Eduardo Franco (coords.), Fé, Ciência e Cultura : Brotéria – Cem Anos, Lisboa, Gradiva, 2003, p. 89 et ss.

Auteur

Docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Président de l’Institut Européen des Sciences de la Culture P. Manuel Antunes (Faculté des Lettres, Université de Lisbonne/ESAD-Fundação Ricardo Espírito Santo Silva) et membre du Centre pour la Littérature de Langue Portugaise de l’Université de Lisbonne. Principaux ouvrages publiés : O Mito de Portugal, Lisboa, Roma Editora, 2000 ; Brotar Educação, Lisboa, Roma Editora, 1999 ; História dos Dehonianos em Portugal, Porto, Edições Dehonianas, 2000 ; O Mito dos Jesuítas em Portugal e no Brasil, Séculos XVI-XX, 2 Vols., Lisboa, Gradiva, 2006-2007 ; et O Padre António Vieira e as Mulheres : Uma visão barroca do Universo feminino (avec Isabel Morán Cabanas), Porto, Campo das Letras, 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540