Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les antijésuites

 | 
Pierre-Antoine Fabre
, 
Catherine Maire

Troisième partie. Antijésuites de l’intérieur

Le « Discurso de las cosas de la Compañía (1605) » de Juan de Mariana

Marie-Lucie Copete

Texte intégral

Juan de Mariana

  • 1 Cité par Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole : Mariana historien, Bordeaux, Fére (...)
  • 2 « Salvo rari e meritori studi, comunque circonscritti ad aspetti particolari della sua opera, il g (...)

1Pedro de Ribadeneyra, dans son Catalogue des écrivains célèbres de la Compagnie de Jésus, écrivait à propos de Juan de Mariana qu’il admirait « sa mémoire, la rectitude de son jugement, la facilité avec laquelle il trouvait ses arguments, la clarté avec laquelle il les ordonnait, la chaleur de sa parole et la fougue de son tempérament1 ». Il est toutefois difficile de retracer sa trajectoire biographique et intellectuelle, masquée par la figure du régicide qui forge la légende noire associée à son nom et domine l’interprétation de son œuvre2.

  • 3 Georges Cirot, « Mariana jésuite. La jeunesse », Bulletin hispanique, t. XXXVIII, 1936, p. 309.

2Né vers 1535 à Talavera de la Reina en Nouvelle-Castille, il rejoint la Compagnie de Jésus en 1554 à Alcalá de Henares. Il n’appartient donc pas à la première génération de jésuites bien qu’il ait connu les débuts difficiles de la Compagnie. Cependant « il touche, par sa jeunesse, à l’âge héroïque. Il devait vivre assez pour assister ou pour penser qu’il assistait à sa décadence3 ». Il effectue deux années de noviciat à Simancas sous la direction de François Borgia, puis étudie à l’université d’Alcalá.

  • 4 Cette période est traversée par des controverses avec ses frères d’ordre, notamment à Messine et à (...)
  • 5 Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 4

3Il fait sa profession de quatre vœux en 1564 et, en 1569, il est reçu docteur en théologie à la Sorbonne. En 1561 il est appelé par Jacques Lainez à Rome pour enseigner la théologie au collège romain. Il fait sa profession de quatre vœux en 1564. L’année suivante, il est à Lorette où il dirige un séminaire de cas de conscience. En 1567, il enseigne au collège de Messine. Au collège de Clermont, il explique Thomas d’Aquin, il assiste et remplace Jean Maldonat. Il effectue un séjour dans les Flandres. Ainsi, pendant quinze ans4, il mène une vie cosmopolite consacrée à l’enseignement et à la prédication, notamment face au danger protestant, avant d’être rappelé en Espagne en 1574 comme d’autres de ses contemporains, Pedro de Ribadeineyra, par exemple. Mariana s’installe alors à la maison professe de Tolède où il séjourne pendant cinquante ans jusqu’à sa mort en 1624. Il n’enseigne plus. « Des ministères de la Compagnie, il exerça les plus sacerdotaux5 » : confession, visite des prisons et des hôpitaux, catéchèse. Il construit également une œuvre importante et polymorphe : histoire, exégèse, théologie, philosophie politique et morale, économie.

  • 6 Arias Montano engagea une polémique très vive contre la Compagnie de Jésus. Voir, par exemple, Ben (...)

4Une partie de sa carrière tolédane est consacrée aux travaux d’exégèse, de censure et d’édition de textes ecclésiastiques. Il expertise divers travaux : le Nouveau Testament en grec imprimé par Henri Estienne en 1569 ou les Ilustraciones genealógicas de Garibay publiées en 1596. Son travail de censure le plus important est l’examen de l’édition de la Bible d’Anvers – réimpression de la Bible polyglotte d’Alcalá, éditée, en 1572, par Plantin – entreprise érudite dirigée par l’hébraïste Arias Montano, pour laquelle il émet un avis favorable défendant le droit de lire et d’utiliser la littérature rabbinique bien qu’il reproche à l’éditeur d’avoir négligé la Vulgate et d’avoir accordé plus d’importance aux ouvrages des juifs qu’à ceux des docteurs de l’Église6. En 1599, il publie De Pondiribus et mensuris, qui se rattache à son œuvre exégétique, où il explique ce qu’étaient les poids et mesures hébraïques, grecs et romains et repose sur l’examen des versions grecque et latine de la Bible. à la fin de sa vie, il se consacre aux notes et commentaires de la Scholia in Vetus Testamentum (1617) dédiés à Bellarmin et, deux ans plus tard, à ceux des Scholia in Vetus et Novum Testamentum.

  • 7 Voir Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 45-47.

5Il collabore à l’Index et au Catalogus Librorum prohibitorum de l’inquisiteur général Quiroga publié en 1583, à la rédaction des actes du concile provincial de Tolède convoqué par l’archevêque de Tolède en 1582 et dont les Constituciones sinodiales sont éditées l’année suivante. Il participe à la rédaction du Manual para la administración de los santos sacramentos de García de Loaysa, à l’initiative du même Quiroga et à la demande de Philippe II, recueil qui voit le jour en 1584. Entre 1580 et 1599, il prépare une partie de l’édition complète de l’œuvre encyclopédique de saint Isidore de Séville, le texte du Chronicon mundi de Luc de Tuy, les homélies de saint Cyrille et un abrégé en latin de la Bibliothèque de Photius publiés en 1608. Il prend également position sur l’affaire des fausses reliques et, contre l’avis général, émet des doutes sur l’authenticité des Livres de plomb de Grenade7.

  • 8 Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 32.
  • 9 Juan de Mariana, Historia general de España, in Obras del Padre Juan de Mariana, Madrid, M. Rivade (...)

6Mariana est cependant un auteur à part entière. Il publie les vingt premiers livres de l’Historiae de rebus Hispaniae en 1592 et les cinq suivants en 1595. L’œuvre est écrite et éditée en latin afin de doter l’Espagne d’une « histoire classique » à l’usage des étrangers pour « assouvir leur curiosité » et expliquer « l’origine et les moyens qui permirent à l’Espagne de construire sa grandeur » explique Mariana. Elle est traduite par l’auteur en castillan sous le titre de Historia general de España, de façon à en assurer la diffusion auprès de ses compatriotes « peu versés en latin » dit-il. Il s’agit d’une « histoire générale » car elle ne concerne pas un seul royaume, mais « toutes les parties de l’Espagne » depuis son peuplement jusqu’au règne de Ferdinand le Catholique ; il ajoute un « Sumario de lo que aconteció los años adelante » pour la période 1515-1621. Dans le prologue de l’œuvre en castillan, dédiée à Philippe III, Mariana place la vérité au cœur de son ouvrage, vérité qui doit guider les rois dans l’accomplissent de leur devoir et à laquelle ils n’ont pas accès car « personne n’ose dire la vérité aux rois », chacun veillant à protéger ses intérêts. Il s’agit d’« philosophie morale de l’histoire8 » : la Historia general de España est conçue comme une somme d’exemples qui complètent les préceptes du De rege et regis institutione, « ce qui y est abordé de façon spéculative, les conseils, préceptes et les règles de vie des rois, sont ici mis en pratique et émaillés de couleurs vives9 » précise le jésuite dans son prologue.

  • 10 Publié en 1599 en latin. La traduction espagnole a été éditée par la BAE au XIXe siècle (Juan de M (...)
  • 11 Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 35.
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid., p. 112.
  • 14 Ibid., p. 116.

7Le De rege et regis institutione10, contemporain de la Historia general de España, est publié en latin en 1599. Il s’agit d’un exposé de la « théorie de la pédagogie royale » et des « principes de [la] philosophie politique11 » de Mariana. Bien que ce soit une œuvre importante de la littérature politique espagnole, elle est surtout connue grâce au chapitre IV du livre I, rédigé vers 1590, qui fait de Mariana « le théoricien et le panégyriste du régicide12 ». Le livre déchaîne une tempête contre son auteur et la Compagnie de Jésus en France en 1610 lors de l’assassinat d’Henri IV : « De ce côté, du moins, il n’avait à craindre que pour sa réputation et celle de la Compagnie. Mais le bruit et le scandale étaient autrement retentissants et devaient se prolonger d’une façon fâcheuse jusqu’à notre époque13 ». La Sorbonne, à la demande du Parlement de Paris, condamne la doctrine de Mariana sur le régicide pour « insidieuse, impie et hérétique14 » et de nombreuses publications voient le jour pour la réfuter. En 1610, le général des jésuites, Claudio Acquaviva, renie les thèses de Mariana. Il ne rencontra cependant pas de problèmes en Espagne où le tyrannicide était considéré comme un cas d’école.

  • 15 De spectaculis et De monetae mutatione sont les deux seuls traités traduits en espagnol : Tratado (...)

8Enfin, il publie à Cologne en 1609 les Tractatus septem : le premier sur la venue de saint Jacques en Espagne, suivi de Pro editione Vulgata, De spectaculis, De monetae mutatione15 – refonte du chapitre « De moneta » du De rege –, puis deux traités d’érudition De Die mortis Christi – sur des questions relatives au calendrier romain – et De annis Arabum cum nostris comparatis – sur la correspondance des années chrétiennes et arabes –, et un dernier traité sur la question de la grâce, De morte et immortalitate.

  • 16 Publiés par Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 96-99, notes 1 (...)
  • 17 L’acte d’accusation, qui s’appuie surtout sur le De mutatione monetae, dresse un inventaire des at (...)

9Les Tractatus septem sont mis en accusation en 1609 dans une lettre et un mémoire16 où sont inventoriés les points subversifs qui « portent atteinte à l’autorité du Pape, du roi et de ses ministres17 », notamment dans le De monetae mutatione. L’invective de Mariana est violente et rejoint ses préoccupations politiques puisqu’à travers l’étude d’un cas concret – les manipulations monétaires sous le règne de Philippe III – il dénonce et analyse les mécanismes de la tyrannie. Ce réquisitoire valut à Mariana deux procès simultanés en tant qu’ecclésiastique par le tribunal de la Rote et en tant que particulier par l’Inquisition pour délits de lèse-majesté contre le roi et le Saint-Siège, une arrestation d’un an au couvent des franciscains de Madrid et l’ordre de retirer tous les exemplaires des Tractatus septem dans tous les états du roi d’Espagne. Le traité sur la monnaie fut mis à l’Index, il est inclus dans celui de Rojas de 1612 et apparaît dans l’Expurgatorium de Zapata de 1631. Mariana est condamné pour propositions imprudentes et téméraires, mais les délits de lèse-majesté ne furent pas prouvés.

  • 18 Dans l’édition de la BAE (no 31), il est publié sous le titre de Discurso de las cosas de la Compa (...)

10Il écrit enfin le Discurso sobre las enfermedades de la Compañía18 en 1605, traité qui n’est publié en Espagne qu’en 1768, mais en français dès 1625 à Bordeaux, Discours du Père Iuan Mariana, Jésuite Espagnol, Des grands défauts qui sont en la forme du gouvernement des Iésuites. Une édition en espagnol, suivie de la traduction française, paraît dans le Second tome du Mercure Iesuite, à Genève, en 1630. Le livre, séquestré pendant le procès inquisitorial, est mis à l’Index romain.

  • 19 Cité par Georges Cirot, ibid., p. 121.
  • 20 L’analyse de Domenico Ferraro (Tradizione e ragione..., op. cit.) sur l’importance de la tradition (...)

11Mariana pouvait écrire que de tous côtés ont l’avait attaqué. Il concluait : « Je savais que la vérité est amère pour qui l’entend ; je sais maintenant qu’elle l’est aussi pour qui la dit19. » La question de la vérité traverse les écrits de Mariana et se traduit par l’examen, dans les aspects doctrinaux de l’œuvre, du problème entre foi et raison, par l’importance qu’il accorde à la tradition – les lois historiques – dans le versant politique de sa production20.

  • 21 « Respuesta a la acusación y cargos que el señor fiscal hace y pone contra Juan de Mariana de la C (...)

12Dans sa réponse aux accusations portées contre lui lors des procès dus à la publication des Tractatus septem, Mariana précisait : « la historia es maestra de la vida21 ». C’est précisément ce déterminisme historique qui parcourt le Discurso et une grande partie de l’œuvre du jésuite. Si dans le De Rege, il fixe les principes théoriques de sa philosophie politique, dans la Historia general de España, il les illutre et dans le Tratado y discurso sobre la moneda de vellón et le Discurso sobre las enfermedades de la Compañía, il les mesure à l’aulne de la réalité. Contre l’absolutisme, dont la tyrannie est le dernier avatar, il défend la monarchie constitutionnelle qui s’appuie sur la séparation des pouvoirs, exécutif et législatif, et un triptyque constitué par le roi dans le De rege, ou le général dans le Discurso, les assemblées dans le premier ou les congrégations générales ou provinciales dans le second, et l’aristocratie dans l’un, ou les pères « doctes et graves » dans l’autre.

Le Discurso de las cosas de la Compañía (1605)

  • 22 Juan de Mariana, Discurso de las cosas de la Compañía, op. cit., p. 595.

« Mon intention est de mettre par écrit dans ce mémoire en premier lieu la forme de gouvernement de notre congrégation, en deuxième lieu les nombreuses et graves erreurs qui le caractérisent, en troisième lieu les inconvénients qui en découlent, en quatrième lieu les moyens qui pourraient servir à les enrayer22. »

  • 23 En 1612, Mariana, amer, écrivait : « Con ella [carta] recibí mucha md, y bien son menester semejan (...)
  • 24 Juan de Mariana, Discurso..., op. cit., p. 617.

13C’est par ces mots que débute le Discurso qui attira sur son auteur les foudres de la Compagnie23. Il concluait les vingt chapitres qui le composent ainsi : « ... j’ai vraiment été très audacieux en signalant tant de maux dans notre gouvernement24. » Il n’est d’ailleurs pas étonnant, à la lecture des accusations de Mariana, que le Discurso ait servi la cause de l’antijésuitisme. Que reprochait Mariana au « gouvernement des Jésuites » ?

  • 25 Ibid., p. 596.
  • 26 Ibid., p. 597.

14Mariana constate tout d’abord que la Compagnie traverse une crise de croissance : elle passe en quelque sorte de l’enfance à l’âge adulte et les ordres religieux « lorsqu’ils sont dans l’enfance [...] commettent des erreurs que le temps et l’expérience doivent corriger ». Cette transition est d’autant plus difficile pour la Compagnie qu’elle suit un chemin « tout à fait nouveau et extraordinaire ». Le risque de faux pas est d’autant plus grand que les ordres religieux nouveaux se sont toujours inspirés de règles antérieures alors que « nos lois relèvent plus de la spéculation que de la pratique », source « d’erreurs et d’aveuglements ». Il est par conséquent nécessaire de se montrer prudent et sage : « ce qui peut paraître bon au début, peut se révéler dangereux par la suite25 ». L’histoire montre que, parmi tous ceux qui ont été créés, certains ordres religieux ont survécu, d’autres ont disparu. C’est précisément ce qui menace la Compagnie, écrit-il dans la « Conclusion » de son traité. Pourquoi ? « Je pense que l’explication de cette différence tient dans ce que la majorité d’entre eux (ceux qui ont survécu) ont trouvé le bon gouvernement26. »

  • 27 Chap. 1 et 2 du De Rege. Voir J.A. Fernández-Santamaría, La formación de la sociedad y el origen d (...)
  • 28 Juan de Mariana, Discurso..., op. cit., p. 606.
  • 29 Ibid., p. 596.
  • 30 Juan de Mariana, De Rege, livre I, chap. II : « Si es más conviniente que el gobierno de la comuni (...)

15Si Mariana se propose d’examiner l’expérience d’autres ordres religieux et de tirer des conclusions de ce déterminisme historique pour l’avenir de la Compagnie, il ne renie pas pour autant l’œuvre du fondateur : il faut garder l’Institut, mais prendre en compte les évolutions. Dans le chapitre X de son Discurso, « De la monarchie », il soutient que dix mille hommes ne peuvent être gouvernés comme six cents. Il applique à la Compagnie le modèle d’évolution de la société qu’il a défini dans le De Rege. Les familles en se multipliant ont formé des villages qui, comme leur nombre augmentait, ont, à leur tour, donné naissance à des villes et à des formes d’administration adaptées aux nouvelles réalités. On est passé d’un gouvernement « domestique, qui est particulier sans lois et despotique à un « gouvernement politique » chargé de la conduite des affaires générales27. Ainsi Ignace de Loyola gouverna la Compagnie de façon « particulière, comme un père son foyer » et ce fut possible car, en ces temps héroïques, la Compagnie était composée d’un petit nombre « d’hommes bons ». Il est maintenant impossible de continuer à fonctionner ainsi car d’un tel gouvernement ne peuvent résulter que « maux, préjudices et révoltes28. » Cependant, la transformation de la société jésuite est rendue difficile, voire impossible, par l’absolutisme : celui du général – « un gouvernement réduit à une seule tête », « indépendant et absolu29 » –, celui des provinciaux assistés par deux ou trois « confidents », celui des supérieurs qui suivent l’exemple. Ainsi l’absence d’équilibre des pouvoirs se répercute à tous les échelons de la hiérarchie pour produire de la tyrannie. La même question qui traverse le De Rege, « Quelle est la meilleure forme de gouvernement ?30 », est au cœur du Discurso.

  • 31 Ignace de Loyola, Constitutions et règles, in Écrits, traduits et présentés sous la direction de Ma (...)
  • 32 Constitutions, IXe partie : « Ce qui concerne la tête et le gouvernement qui en descend ».
  • 33 Constitutions, IXe partie, chap. 3 : « Le pouvoir du préposé général sur la Compagnie et ses foncti (...)
  • 34 Juan de Mariana, Discurso..., op. cit., p. 596.
  • 35 Ibid., p. 605.

16D’après les Constitutions31, à la tête de la Compagnie se trouve le général, « Pour le bon gouvernement de la Compagnie, on juge qu’il convient particulièrement que le préposé général ait sur elle tout pouvoir en vue de l’édification32 ». Il jouit de pouvoirs très larges33 : « admettre ceux qui lui paraîtront aptes à l’Institut de la Compagnie (...). Il pourra de même leur rendre leur liberté et les renvoyer », « il aura toute l’intendance générale et tout le gouvernement des collèges ». Le général nomme les recteurs des collèges et peut les déposer, les « supérieurs locaux des maisons », et « également les provinciaux (...), « et il leur donnera les pouvoirs qu’il lui semblera bon de leur déléguer ». Le texte des Constitutions apparaît en filigrane dans le Discurso alors que Mariana insiste sur l’usage que permet un tel « flou » car « les affaires du gouvernement sont obscures et complexes » et, ajoute-t-il « on peut toutes les discuter34 ». Si le général est tenu par des lois, il peut toutes les déroger et « il le fait35 ». On peut faire un mauvais usage du pouvoir, notamment dans le cadre de l’absolutisme.

  • 36 Ibid., p. 611 et 604.

17Le général gouverne-t-il vraiment seul ? Ce pouvoir est circonscrit par le rôle des assistants et des congrégations générales. Que se passe-t-il en réalité ? Le « gouvernement est accaparé par le général et deux ou trois pères dans chaque province » où « le gouvernement des supérieurs est absolu et indépendant de leurs sujets », répond Mariana. Qu’est-ce qui caractérise l’entourage du général ? Constitue-t-il vraiment un contre-pouvoir, une limitation à l’absolutisme comme y invitent les Constitutions ? Il y a « ceux qui partagent son avis, d’autres qui veulent lui plaire, nombreux sont ceux qui ne veulent pas le contredire..., d’autres veulent conserver leurs charges et d’autres encore y prétendent36 » (p. 596), explique Mariana. « Les conciliabules sont odieux dans toute communauté », argumente-t-il pour expliquer ces phénomènes de clientélisme qu’il a décortiqué dans le De Rege d’un point de vue théorique et de façon concrète et minutieuse dans le Discurso sobre la moneda de vellón. Délations et calomnies sont les corollaires de la tyrannie.

De la tyrannie

  • 37 Ibid., p. 606 et 598 respectivement.

18La faiblesse du pouvoir – el poco nervio del gobierno, écrit Mariana – rend impossible toute réformation car « celui qui gouverne le mieux est celui qui sait condescendre », l’absence de toute critique, « ce n’est pas signe d’un bon gouvernement que celui qui n’approuve pas tout ce que dit le supérieur soit considéré comme fauteur de troubles », l’absence de cohérence car « chacun défend son opinion, personne ne peut le contredire ; de cette façon, il n’y a rien de stable : ce que l’un fait aujourd’hui, l’autre le défait demain ». Comme toutes les opinions sont différentes : « aujourd’hui le collège est d’une couleur, demain la province, d’une autre ; aujourd’hui en vert, demain en rouge37. »

  • 38 Ibid., p. 596 et 585 respectivement.

19La tyrannie conduit à l’injustice : « le gouvernement est accaparé non pas par les plus compétents – ailleurs les pères « doctes et sages » –, mais par les courtisans ». Les charges ne reviennent pas à ceux qui les mériteraient, elles sont aux mains des plus inexpérimentés – des « gens jeunes » précise Mariana-. Par une égalité mal comprise, le gouvernement verse dans la médiocratie. Les coadjuteurs temporels se confondent avec les profès et bien que ce soit le degré le plus bas dans la Compagnie, on les traite comme les autres or « trop d’égalité n’en est pas, ce n’est que désordre et excès ». La vertu n’est pas récompensée, le savoir pas d’avantage – « on traite de la même manière les diplômés des universités que les ignorants » – et il en va de même pour la prédication, ou l’érudition qui n’est pas honorée, mais méprisée. Bien que les Constitutions précisent : « à lui [le général], il appartiendra de faire usage de corrections et de donner les pénitences qui lui paraîtront convenir pour toutes sortes de fautes [mais] « il est certain qu’il n’y a pas de châtiment38 », soutient le jésuite espagnol.

20Les délits particulièrement graves sont dissimulés par manque de preuves, par exemple ceux impliquant provinciaux ou recteurs dans leur gestion financière, seuls les pères faibles et sans défense sont punis. Il en découle une mauvaise publicité pour la Compagnie : « tout le gouvernement semble orienté à enterrer les choses, cependant il n’y a pas de fumée sans feu ». Cette mauvaise administration s’étend aux novices et aux étudiants qui devraient vivre dans les collèges et s’exercer à l’humilité. L’économie jésuite s’en ressent aussi car, estime Mariana, le nombre de coadjuteurs temporels et de métiers est trop important ainsi que les biens de la Compagnie. Ne faudrait-il pas revenir à la pauvreté des origines à laquelle les membres de l’ordre souscrivent par un des vœux, s’interroge le père tolédan, car « l’extérieur est un reflet de la spiritualité ».

21Mariana revendique une justice distributive : « l’égalité, écrit-il, doit être géométrique et non arithmétique » afin que le gouvernement s’appuie sur les plus dignes et garantisse l’harmonie de la communauté. L’iniquité, la partialité et l’incurie découlent du mode d’exercice du pouvoir : le gouvernement des Jésuites est devenu une monarchie qui « nous écrase, non pas parce que c’est une monarchie, mais parce qu’elle n’est pas tempérée. C’est un fauve qui détruit tout ». Le mal a envahi tout le corps de la Compagnie. Il est nécessaire de circonscrire le gouvernement de l’ordre car

  • 39 Ibid., les citations se trouvent aux pages 604-609.

« si le monarque prend seul une décision sans recourir à son conseil, ou contre l’avis de ses conseillers, en ayant recours à ceux qui l’entourent ou selon son seul jugement, même si sa décision est juste, parce qu’il excède les limites du bon gouvernement, il ne peut plus être considéré comme un bon roi et devient un tyran39 ».

  • 40 Ibid., p. 605-610.

22En écho au thèses défendues dans le De Rege, Mariana souhaite tempérer la monarchie jésuite par le constitutionnalisme. L’harmonie ne peut régner « lorsque celui qui en sait le moins, c’est-à-dire un seul, prévaut sur toute la communauté qui forcément en sait plus ». Le gouvernement, l’exécutif dans l’esprit du jésuite, d’un seul permet d’assurer la paix et a plus de force ; le gouvernement de beaucoup, un conseil qui légifère, est plus sage, plus modéré, plus juste. L’équilibre est atteint lorsque la monarchie, représentée par le général, s’appuie sur l’aristocratie, « les pères les plus vertueux et sages », qui lui apportent « aide et conseil ». Il est nécessaire que la monarchie ait des limites représentées dans le cas de la Compagnie par des lois, des inspections, y compris au général, et des conseils, c’est-à-dire des congrégations, générales ou provinciales, car la monarchie doit s’appuyer sur l’aristocratie : « de cette union naîtra, dit-il, un gouvernement parfait40 ». Le général peut ainsi s’occuper du « gouvernement général » et les provinces du « gouvernement particulier ». C’est de cette manière que s’effectue la transition d’un gouvernement domestique, particulier, à un gouvernement politique.

Rome et l’Espagne

  • 41 Ibid., p. 607.

23« Toute république a pour ennemis les exclus des honneurs » écrit Mariana citant Aristote41. C’est ce que ressentirent les jésuites espagnols lors de l’élection de Mercurian à la curie générale, et plus encore lors de celle de son successeur, Acquaviva. Ils eurent alors le sentiment que le gouvernement d’un ordre qu’ils considéraient comme espagnol leur échappait.

  • 42 Article « Memorialistas », in Charles E. O’Neill et Joaquín Ma Domínguez (dir.), Diccionario histó (...)
  • 43 Antonio Astrain, Historia de la Compañía de Jesús en la Asistencia de España, Madrid, Sucesores de (...)
  • 44 Ibid., p. 352.
  • 45 José de Acosta, « Diario de la embajada a Roma », in Obras del P. José de Acosta de la Compañía de (...)
  • 46 Il revient sur cette ambassade dans le « Memorial de apología o descargo dirigido al Papa Clemente (...)

24La perte d’influence des jésuites espagnols à Rome et le déplacement du centre géographique de la Compagnie, d’une part, des généraux plus autoritaires et le sentiment que les réalités des provinces les plus éloignées n’étaient pas prises en compte, d’autre part, provoquèrent un mécontentement qui cristallisa sous forme de mémoires envoyés au pape, au roi d’Espagne et à l’Inquisition entre 1575 et 1580 surtout, puis entre 1591 et 159442, qui marque l’apogée du mouvement, et se poursuivit jusqu’en 1605, date de l’élaboration du Discurso de Juan de Mariana, selon Astrain « le dernier et le plus célèbre de tous les mémoires contre l’Institut de la Compagnie43 ». Si la majorité des jésuites vit dans Acquaviva le continuateur de l’œuvre d’Ignace de Loyola, le petit groupe de rebelles, des provinces de Castille et de Tolède principalement, exprima ses doutes quant à la capacité du général et de son entourage à gouverner l’ordre à un moment décisif de son histoire. Le chef de file du mouvement, Dionisio Vázquez, critiquait le gouvernement monarchique de la Compagnie et demandait à ce que le pouvoir absolu du général soit limité par des congrégations générales qui se réuniraient périodiquement et par la nomination d’un commissaire par assistance pour contrôler les affaires nationales. L’ordre, argumentait-il, devait s’adapter aux changements. Il devait cependant suivre la tradition en ce qui concernait l’enseignement c’est-à-dire la doctrine de Thomas d’Aquin que la Ratio Studiorum, en cours d’élaboration, dénaturait contre ce que préconisaient les Constitutions. Il s’agissait de modifier les règles de l’Institut pour gagner en indépendance nationale et suivre l’exemple des autres ordres religieux : « Ils imaginaient un Christ moine44 », écrit Astrain. Cette faction « vulgaire et turbulente » compta, selon Astrain, deux personnages importants, Mariana et Acosta, qui l’un dans le Discurso et l’autre dans le Diario de la embajada a Roma45 développent des idées similaires. José de Acosta fut envoyé à Rome par Philippe II en 1592 pour contraindre Claudio Acquaviva à convoquer une congrégation générale afin de mettre un terme à la crise espagnole et le Diario est le récit de cette négociation46. L’argumentaire des deux auteurs, qui reprend en partie celui des « mémorialistes » contestataires, s’articulent autour de deux thèmes principaux : la dialectique pouvoirs centraux et locaux et la crise de croissance de la Compagnie. Leur point de départ est le même :

  • 47 José de Acosta, « Diario... », op. cit., p. 355.

« [...] dans cette Compagnie, aurait dit Acosta à Clément VIII, il y avait beaucoup de serviteurs de Dieu et, en général, on y vivait dans la crainte de Dieu, et les fruits qui résultaient des ministères était très grand. Toutefois les choses déclinaient, de telle façon que si l’on n’y remédiait pas, il était certain qu’en peu de temps la ruine serait grande47. »

  • 48 Juan de Mariana, Discurso, op. cit., p. 617.

25Mariana aborde également l’excellence de la Compagnie, « C’est une plante choisie par Dieu, écrit-il, ses finalités et activités, les plus glorieuses qu’on n’ait jamais vues ni lues » mais, ajoute-t-il, si l’on ne résout pas les problèmes qui se posent, sur la pente de la décadence, jusqu’à « décliner en peu de temps et disparaître tout à fait48 ». Leur diagnostique est semblable.

  • 49 José de Acosta, « Diario... », op. cit., p. 355 et Juan de Mariana, Discurso..., p. 607.

26Rome est loin, très loin, répète Mariana dans son Discurso. Si loin qu’on devrait réunir les congrégations générales non pas à Rome mais en Lombardie, en France ou en Catalogne. Rome, capitale pourtant de la catholicité, apparaît comme une périphérie. Mais rapport à quoi ? La fracture entre Rome et l’Espagne, par l’exclusion des Espagnols par des généraux qui, ajoute Acosta, « n’ont aucune expérience de l’Espagne », est accentuée par la désinformation. Le général s’appuie sur des rapports qui sont la plupart du temps « faux et partisans, émanant de personnes inconsistantes », pour preuve trois des assistants qui conseillent le général sont « peu satisfaisants », particulièrement celui d’Espagne, pays qui se sent marginalisé. Mariana abonde dans son sens : « [...] cette nation fonda la Compagnie, l’honora, l’instruisit et la sustenta même pendant longtemps de sa substance49. »

27Mariana se sert, pour étayer sa thèse, d’une série d’exemples. L’élection du premier provincial d’Andalousie « que notre père général envoya de Rome », et qui, selon Mariana, « était une personne incompétente et ceux qui le connaissions craignions les maux qui ne manquèrent pas de s’en suivre ». Les pères les plus « graves » de la province, qui critiquèrent cette élection, furent déplacés. À Salamanque, il s’agit d’un désaccord entre le recteur et un religieux. Sur l’intervention de Rome, le père fut arrêté et emprisonné pendant un an, ce qui provoqua des révoltes dans cette province. Dans la province de Tolède, « [le général], encouragé par l’issue des deux cas cités, aidé par son naturel et la faveur, néfaste, de Grégoire XIII, décida de s’affronter aux pères les plus anciens ». Un des pères incriminés fut nommé recteur du collège de Ségovie, puis retourna à la maison professe de Tolède : « où il mourut, sans jamais reconnaître ni vivant ni mort son erreur, je crois que parce qu’il pensait qu’il avait agi comme il devait ». Ainsi le mécontentement est général, il touche les provinces, les collèges, les particuliers.

  • 50 Ibid., p. 612 et 607.
  • 51 Ibid., p. 615.

28Que dire du peu de cas que l’on fait à Rome des congrégations provinciales, composées des pères les plus « sages et expérimentés » de la province, sinon ce que le jésuite réitère dans son traité : « le grand zèle déployé par ceux de Rome pour développer leur monarchie50 ». Pour asseoir ce chef d’inculpation, l’absolutisme du général, dans le mépris des instances locales ou nationales, Mariana reprend à son compte un des arguments des « mémorialistes » : l’augmentation de la législation. Il y a beaucoup trop de lois dans la Compagnie, tellement qu’on n’en respecte aucune, avance-t-il. Il y a des constitutions, des règles, des décrets des congrégations, des inspections et surtout des ordres de Rome en nombre infini, mal à propos et peu importants : « Je suis sûr qu’il se compte par milliers, ce qui est vraiment beaucoup en si peu de temps51 ». Or cette correspondance administrative ne se justifie que par l’existence d’un pouvoir central qui tend à tout contrôler étouffant les manifestations locales. Que faire ?

  • 52 Ibid., p. 613.

29Les congrégations provinciales ou chapitres représentent un niveau intermédiaire, supervisé par un commissaire pour l’assistance, qui résoudrait les affaires particulières de la province et serait amené à devenir « comme le bataillon52 » des supérieurs. Les congrégations provinciales transmettraient leurs remarques et décisions aux congrégations générales qui joueraient, auprès du général, le rôle d’un conseil de gouvernement. Chaque échelon du pouvoir est ainsi tempéré par des organismes locaux ou nationaux.

  • 53 Voir le chap. VIII, livre I : « Si la potestad del rey es mayor que la comunidad », du De Rege(...)

30Ce débat centre/périphérie traduit l’incidence de la place de la péninsule Ibérique, et plus particulièrement de l’Espagne, en Europe et, à travers les empires coloniaux, dans le monde. Car l’expansion de la Compagnie dans les territoires extra-européens s’appuie sur les hégémonies espagnoles et portugaises. C’est donc à la monarchie hispanique, qui, dans son mode de gouvernement, allie polysinodie et autonomie des territoires qui la composent, que, du point de vue politique, revient le rôle central. Ce modèle, conseils centraux et indépendance territoriale, est d’ailleurs inscrit dans le De rege53. D’autant plus qu’un des piliers du développement de l’État, et de l’autoritarisme royal, est le régalisme c’est-à-dire l’émergence d’une Église nationale dans le cadre de la défense des intérêts nationaux. Faut-il voir alors, comme le soutiennent les « mémorialistes » et Juan de Mariana, l’indépendance des assistances comme seulement une réminiscence médiévale – la continuité d’une tradition – ou aussi comme l’influence des théories de la philosophie politique du XVIe siècle sur la structure de la Compagnie de Jésus ? Quelle centralité, peut-être faudrait-il dire quelles centralités, pour un ordre ultramontain à l’heure de la montée des nationalismes qui, sur le versant ecclésiastique, se traduisent par une intervention accrue de la monarchie en matière d’administration de l’Église ? Les contestataires espagnols ont d’ailleurs envoyés leurs mémoires, non pas au général de la Compagnie, mais à Philippe II, qui a demandé une inspection de l’ordre, et à l’Inquisition, que Mariana défend ardemment dans son Historia general de España. Par ailleurs, le Discurso du jésuite castillan est utilisé contre la Compagnie, dans la construction d’un antijésuitisme qui débouche sur son expulsion, au XVIIIe siècle, autre temps fort du régalisme en Espagne.

  • 54 Michel de Certeau, « La réforme de l’intérieur au temps d’Acquaviva », in Les jésuites. Spirituali (...)

31Si l’on considère Mariana comme l’auteur de la Historia general de España, la crise espagnole pourrait refléter, dans la Compagnie, comme l’écrit Michel de Certeau, une situation européenne et rappeler les origines espagnoles de l’ordre qu’il serait nécessaire d’examiner à la lumière du rapport entre son unité « et sa croissante dépendance aux nationalismes54 ». Dans le contexte de la monarchie autoritaire du XVIe siècle, le Discurso sobre las enfermedades de la Compañía de Juan de Mariana, ainsi que le Diario de la embajada a Roma de José de Acosta, ou les écrits des « mémorialistes », constituent un témoignage et une réponse au cosmopolitisme de la Compagnie. La spiritualité de l’ordre, en partie au cœur des préoccupations réformatrices d’Acquaviva, alliance entre la fidélité aux origines et les réalités de la Compagnie, est nuancée par l’appartenance nationale.

  • 55 Les polémiques avec les dominicains commencent pratiquement dès l’arrivée des jésuites en Espagne. (...)
  • 56 Pedro de Ribadeneyra, Tratado e el qual se da razón del instituto de la religión de la Compañia de (...)

32Mariana, dont le texte analysé à servi, à son insu, la cause des antijésuitismes espagnols de l’époque moderne, avait rédigé, face aux attaques des dominicains un Defensorio en favor de la Compañía o De cómplica55, comme Pedro de Ribadeneyra écrit, lui, lors du dénouement de la crise des mémoires, en 1605, la même année où Mariana termine son Discurso de las enfermedades de la Compañia, un manuel à l’usage de ses compagnons expliquant les règles de l’Institut56.

33Mariana n’écrit pas, et il prend soin de le préciser, contre l’Institut, mais contre une forme de pouvoir, l’absolutisme, qui est précisément celle qui s’affirme. Faut-il voir dans ces deux problèmes, le nationalisme espagnol et la tyrannie, des racines de l’antijésuitisme ?

Notes

1 Cité par Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole : Mariana historien, Bordeaux, Féret et Fils éditeurs, 1904, p. 2.

2 « Salvo rari e meritori studi, comunque circonscritti ad aspetti particolari della sua opera, il gesuita Juan de Mariana, infatti, non sembra essere sopravvissuto alla leggenda nera in cui lo avvevano trasfigurato i suoi contemporani » constate Domenico Ferraro dans Tradizione e ragione in Juan de Mariana, Milan, Franco Angeli, 1989, p. I. L’analyse la plus complète de l’œuvre de Juan de Mariana reste celle de Georges Cirot citée supra, notamment la première partie consacrée à sa biographie et à son œuvre.

3 Georges Cirot, « Mariana jésuite. La jeunesse », Bulletin hispanique, t. XXXVIII, 1936, p. 309.

4 Cette période est traversée par des controverses avec ses frères d’ordre, notamment à Messine et à Paris. Voir Domenico Ferraro, Tradizione e ragione in Juan de Mariana, op. cit., p. 58-66.

5 Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 4

6 Arias Montano engagea une polémique très vive contre la Compagnie de Jésus. Voir, par exemple, Benito Arias Montano, Apología contra la economía jesuítica, 1571, Biblioteca Nacional de Madrid [= BNM], mss. 10 899 [copie du XVIIIe siècle] ou Carta del Dr Arias Montano a Felipe II sobre las malas operaciones y falsa doctrina de los PP. de la Compañia de Jesus, copie du XVIIIe siècle, BNM, mss 10 351.

7 Voir Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 45-47.

8 Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 32.

9 Juan de Mariana, Historia general de España, in Obras del Padre Juan de Mariana, Madrid, M. Rivadeneyra impresor-editor, 1864, t. 1 (B.A.E., 30), p. LI-LII. Les citations de Rouvent PL II.

10 Publié en 1599 en latin. La traduction espagnole a été éditée par la BAE au XIXe siècle (Juan de Mariana, « Del rey y de la institución real », in Obras del Padre Juan de Mariana, Madrid, M. Rivadeneyra impresor-editor, 1864, t. 2 (B.A.E., 31), p. 462-576. Une édition plus récente a été réalisée par Juan de Mariana, La dignidad real y la educación del rey, edición y estudio preliminar de Luis Sánchez Agesta, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1981. Le traité sur la monarchie et l’éducation des princes avait été publié en 1595 par Pedro de Ribadeneira (Tratado de la Religión y de las virtudes que debe tener el príncipe cristiano). Voir Jose A. Fernández Santamaría, Razón de Estado y política en el pensamiento español del Barroco (1595-1640), Alain Milhou, Pouvoir royal et Absolutisme dans l’Espagne du XVIe siècle, Toulouse, Le Mirail, Presses Universitaires du Mirail, 1999.

11 Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 35.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 112.

14 Ibid., p. 116.

15 De spectaculis et De monetae mutatione sont les deux seuls traités traduits en espagnol : Tratado contra los juegos públicos et Tratado y discurso sobre la moneda de vellón que al presente se labra en Castilla y de algunos desórdenes y abusos ; escrito por el Padre Juan de Mariana en idioma latino, y traducido en castellano por el mismo. Ils ont été publiés en 1864 par la BAE (no 31), Obras del Padre Juan de Mariana, op. cit, p. 413-462 et 577-593 respectivement. Le traité sur la monnaie a fait l’objet d’une édition récente : Juan de Mariana, Tratado y discurso sobre la moneda de vellón, estudio introductorio de Lucas Beltrán, Madrid, Instituto de Estudios fiscales, 1987.

16 Publiés par Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 96-99, notes 1 et 2.

17 L’acte d’accusation, qui s’appuie surtout sur le De mutatione monetae, dresse un inventaire des atteintes de Mariana à l’autorité du roi et de l’Église. Par exemple : « [...] les charges, les magistratures, les représentations aux Cortes, les dignités, prêtrises, et les évêchés sont attribués à des gens qui ne les méritent pas car tout se vend et l’on ne donne rien à qui ne l’achète pas » ; il surenchérissait d’ailleurs dans le traité sur l’immortalité : « ... les prêtres ignorants et de mauvaises mœurs sont ceux qui sont récompensés... », ibid. p. 96 et 97.

18 Dans l’édition de la BAE (no 31), il est publié sous le titre de Discurso de las cosas de la Compañía, in Obras del Padre Juan de Mariana, op. cit., p. 595-617. Dans le répertoire bibliographique de José Simon Diaz (Jesuitas de los siglos XVII y XVIII : escritos localizados, Madrid, Universidad pontificia de Salamanca/Fundación universitaria española, 1975) on trouve, par exemple : Tratado del govierno de la Compañía ; Modo de gobierno que tenían los regulares de la Compañía, Tratado de las cosas que hay que remediar en la Compañía de Jesús ; Tratado de las cosas íntimas de la Compañía ou Discurso de las enfermedades de la Compañía. C’est sous ce dernier titre qu’il est le plus souvent cité. La Bibliothèque Nationale de Madrid en possède plusieurs exemplaires qui sont souvent des copies du XVIIIe siècle dont certaines ont appartenu à Campomanes, l’artisan de l’expulsion des jésuites d’Espagne. Le texte latin porterait le titre de De Reformatione Societatis (article « Mariana », in Charles E. O’Neill et Joaquín Ma Domínguez (dir.), Diccionario histórico de la Compañía de Jesús biográfico-temático, Rome/Madrid, IHSI/Universidad Pontificia Comillas, 2001, t. III, p. 2506-2507).

19 Cité par Georges Cirot, ibid., p. 121.

20 L’analyse de Domenico Ferraro (Tradizione e ragione..., op. cit.) sur l’importance de la tradition dans l’œuvre de Mariana est très intéressante.

21 « Respuesta a la acusación y cargos que el señor fiscal hace y pone contra Juan de Mariana de la Compañia de Jesus », BNM, mss 12053, fol. 144v. Selon de nombreuses formules cicéroniennes, l’histoire est définie comme magistra vitæ.

22 Juan de Mariana, Discurso de las cosas de la Compañía, op. cit., p. 595.

23 En 1612, Mariana, amer, écrivait : « Con ella [carta] recibí mucha md, y bien son menester semejantes alivios para quien se ve por todas partes cercado de pesadumbres y trabajos, que no parece sino que todos los elementos se han conjurado contra mi y no es acabada una quando comienza otra peor. Los mismos de la Compañía se han levantado contra mi. [...]. Pues en verdad no les he ofendido sino servido y honrado toda la vida ». Cité par Georges Cirot, Études sur l’historiographie espagnole..., op. cit., p. 428.

24 Juan de Mariana, Discurso..., op. cit., p. 617.

25 Ibid., p. 596.

26 Ibid., p. 597.

27 Chap. 1 et 2 du De Rege. Voir J.A. Fernández-Santamaría, La formación de la sociedad y el origen del Estado. Ensayos sobre el pensamiento político español del Siglo de Oro, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1997.

28 Juan de Mariana, Discurso..., op. cit., p. 606.

29 Ibid., p. 596.

30 Juan de Mariana, De Rege, livre I, chap. II : « Si es más conviniente que el gobierno de la comunidad política sea ejercido por uno o por muchos ».

31 Ignace de Loyola, Constitutions et règles, in Écrits, traduits et présentés sous la direction de Maurice Giuliani, Paris, Desclée de Brouwer, 1991. Les règles du gouvernement de la Compagnie se trouvent dans la IXe partie : « Ce qui concerne la tête et le gouvernement qui en descend ».

32 Constitutions, IXe partie : « Ce qui concerne la tête et le gouvernement qui en descend ».

33 Constitutions, IXe partie, chap. 3 : « Le pouvoir du préposé général sur la Compagnie et ses fonctions ».

34 Juan de Mariana, Discurso..., op. cit., p. 596.

35 Ibid., p. 605.

36 Ibid., p. 611 et 604.

37 Ibid., p. 606 et 598 respectivement.

38 Ibid., p. 596 et 585 respectivement.

39 Ibid., les citations se trouvent aux pages 604-609.

40 Ibid., p. 605-610.

41 Ibid., p. 607.

42 Article « Memorialistas », in Charles E. O’Neill et Joaquín Ma Domínguez (dir.), Diccionario histórico de la Compañía de Jesús biográfico-temático, Rome/Madrid, IHSI/Universidad Pontificia Comillas, 2001, t. III, p. 2615-2516. Voir Michela Catto, La Compagnia divisa. Il dissenso nell’ordine gesuitico tra’500 e’600, Brescia, Morcelliana, 2009.

43 Antonio Astrain, Historia de la Compañía de Jesús en la Asistencia de España, Madrid, Sucesores de Ribadeneyra, 1909, t. III, p. 417. Selon l’historien de l’Assistance espagnole, la Vème congrégation générale (1592-1594) aurait compté vingt-sept mémoires. Il en ajoute d’autres jusqu’en 1596, quelques courts mémoires en 1602-1603, le mémoire du père Román de la Higuera en 1604 et celui de Mariana en 1605. Il en publie de brefs résumés dans le chapitre qu’il consacre à la question.

44 Ibid., p. 352.

45 José de Acosta, « Diario de la embajada a Roma », in Obras del P. José de Acosta de la Compañía de Jesús, estudio preliminar y edición de Francisco Mateos, Madrid, ed. Atlas, 1954 (BAE, no 73), p. 355-368.

46 Il revient sur cette ambassade dans le « Memorial de apología o descargo dirigido al Papa Clemente VIII » où il se défend d’avoir eu une position ambiguë vis-à-vis de la Compagnie en devenant l’agent de Philippe II auprès du pape. José de Acosta, « Memorial de apología o descargo dirigido al Papa Clemente VIII », Obras del P. José de Acosta de la Compañía de Jesús, op. cit., p. 368-386.

47 José de Acosta, « Diario... », op. cit., p. 355.

48 Juan de Mariana, Discurso, op. cit., p. 617.

49 José de Acosta, « Diario... », op. cit., p. 355 et Juan de Mariana, Discurso..., p. 607.

50 Ibid., p. 612 et 607.

51 Ibid., p. 615.

52 Ibid., p. 613.

53 Voir le chap. VIII, livre I : « Si la potestad del rey es mayor que la comunidad », du De Rege où Mariana examine les limites juridiques du pouvoir royal. Il cite deux exemples : les Cortes et l’Aragon.

54 Michel de Certeau, « La réforme de l’intérieur au temps d’Acquaviva », in Les jésuites. Spiritualité et activités. Jalons d’une histoire, Paris, Éd. Beauchesne/Centrum Ignatium, 1974, p. 53.

55 Les polémiques avec les dominicains commencent pratiquement dès l’arrivée des jésuites en Espagne. Dans les années 1548-1550, l’opposition du dominicain Melchor Cano fut particulièrement violente et se manifesta par la publication de libelles et de traités contre l’Institut. Sous le générat de Claudio Acquaviva les controverses continuèrent, notamment dans les années 1580. En 1588, le dominicain Juan de Orellana publia un libelle, Cuestíon teológica, accusant les jésuites de transgresser le secret de la confession dans une stratégie de conquête du pouvoir. Mariana fut chargé de le réfuter. Il le fit dans le Defensorio en favor de la Compañía o De cómplice qui circula sous forme manuscrite. Voir Antonio Astrain, Historia de la Compañía de Jesús..., op. cit., tomes 1 et 3.

56 Pedro de Ribadeneyra, Tratado e el qual se da razón del instituto de la religión de la Compañia de Iesus, Madrid, Impreso en el Colegio de la Compañia de Jesus de Madrid, 1605.

Auteur

Maître de Conférence à l’Université de Rouen, membre de l’ERIAC (Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles) et du Groupe d’Histoire des Missions ibériques modernes » (EHESS). Elle a consacré ses principaux travaux aux missions jésuites en Espagne (XVIe-XVIIIe siècle), aux congrégations jésuites et à la question de la pauvreté. Elle poursuit actuellement des recherches sur le rapport entre culture politique et évangélisation à l’époque moderne, en Espagne et en Amérique. Parmi ses publications : (avec Bernard Vincent), « Missions en Bétique : pour une typologie des missions intérieures », in Pierre-Antoine Fabre et Bernard Vincent éds., Missions religieuses modernes. « Notre lieu et le monde », Rome, École Française de Rome, 2007 ; « Pauvreté et confréries jésuites en Espagne (XVIe-XVIIIe siècles) », in Marie-Lucie Copete et Raúl Caplán, Identités périphériques. Péninsule ibérique, Méditerranée, Amérique latine, Paris, L’Harmattan, 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540