Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les antijésuites

 | 
Pierre-Antoine Fabre
, 
Catherine Maire

Présentation1

Pierre Antoine et Fabre Catherine Maire

Texte intégral

  • 1 Ce volume est le fruit de deux rencontres organisées en mai et juin 2003 à Paris et à Rome par le (...)
  • 2 Plusieurs ouvrages récents lui ont été consacrés, comme par exemple ceux de de Michel Leroy, Le my (...)
  • 3 Que cet âge moderne de l’antijésuitisme ait été peu travaillé dans la période récente n’est certai (...)
  • 4 Le programme n’a été de ce point de vue que partiellement rempli. Le dossier de la « Querelle des (...)

1Le XIXe siècle est hanté par une légende noire des jésuites qui est sans la forme la mieux connue – et la plus littéraire – de l’antijésuitisme2, mais qui se fonde largement sur des couches antérieures. L’enquête ouverte au Centre d’anthropologie religieuse européenne, en relation avec un réseau international de chercheurs s’est proposée de revenir aux sources modernes de l’antijésuitisme3. Figure majeure des nouvelles formes d’association religieuse sans clôture, engagées sur le terrain de l’éducation, de la politique et du travail social, la Compagnie de Jésus a suscité de vives inquiétudes spirituelles et politiques dans tous les pays européens dès le XVIe siècle, dans une corrélation étroite, jusqu’ici peu approfondie, avec des événements étrangers, non pas aux puissances européennes, mais au sol européen : le Brésil et la condamnation – au terme d’une longue histoire – des réductions indiennes, la Chine et la condamnation – au terme d’une tout aussi longue histoire – de l’adoption des rites confucéens4. Au XVIIIe siècle, de 1757 à 1773 environ, et après une série d’interdits et de suppressions qui jalonnent l’histoire de l’ordre, cette hostilité se matérialise par un « passage à l’acte » dans plusieurs États européens : le Portugal, la France, l’Espagne, l’Autriche, les États de l’Italie pré-unitaire procèdent en effet à son expulsion, jusqu’à la décision finale de suppression par le pape Clément XIV. Ce vaste catalogue de griefs et de fantasmes n’a jamais été étudié dans toute son étendue thématique, chronologique et géographique.

2L’enquête s’est efforcée de répondre à quatre types de questions : y a t-il une trajectoire commune de l’antijésuitisme depuis les interdictions française et vénitienne de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle jusqu’aux expulsions et à la suppression de la Compagnie dans le dernier tiers du XVIIIe siècle ?

3Quelles formes l’antijésuitisme a-t-il pris dans les différents états européens du XVIe au XIXe siècle ? Quelle est sa spécificité dans la littérature antiromaine et anticatholique ? Quels rapports entretient-il avec l’antiprotestantisme et l’antijansénisme à la même époque ? Et avec l’antisémitisme ?

  • 5 Le texte, et le contexte, des Provinciales de Pascal, un continent eux aussi, n’ont pu être conten (...)

4Quelles sont les œuvres majeures (le Catéchisme des Jésuites, les Provinciales5, les Monita secreta, les Comptes-rendus des Constitutions, etc.) et les stéréotypes de l’antijésuitisme (régicide, machiavélisme, despotisme, cosmopolitisme, affairisme, laxisme, etc.) et quelle fortune ou quelles transformations vont-ils connaître jusqu’au XIXe siècle ? Quelle est l’ampleur du corpus iconographique, quels en sont les thèmes privilégiés et comment circule-t-il ?

5L’antijésuitisme devait sortir de son ghetto polémique et devenir un objet d’histoire, dont on s’est attaché à étudier les différentes figures, et leurs évolutions.

6L’ensemble réuni ici aura atteint un double premier objectif si, d’une part le passage par la compréhension des antijésuitismes dans la diversité de leurs fronts éclaire d’autres scènes, et montre par exemple comment l’autonomie du politique s’éprouve, dans ses avancées et dans ces résistances, dans son rapport avec ce que la Compagnie de Jésus persiste à représenter d’un ordre théologico-politique ; et si d’autre part, le paradoxe, que chacune des contributions manifeste à sa manière, entre la continuité d’un certain nombre de motifs antijésuites et l’intensité, l’envergure, les niveaux de culture extrêmement divers de l’expression de ces motifs, oblige à ouvrir l’histoire de la Compagnie de Jésus elle-même, dans cette même durée, à un faisceau de déterminations qui excède largement la conception qu’elle s’est faite de son histoire, et, en particulier, la course de vitesse qu’elle a sans cesse tenté entre le jugement de ses adversaires et sa capacité à en constituer un trait de son propre portrait.

  • 6 La période qui sépare la suppression de la Compagnie de Jésus (1773) de sa Restauration (1814) et (...)

7Il nous reste, au terme (sans nul doute provisoire6), de cette entreprise, à dire notre gratitude à l’ensemble des auteurs pour leur engagement dans cette enquête.

Notes

1 Ce volume est le fruit de deux rencontres organisées en mai et juin 2003 à Paris et à Rome par le Centre d’anthropologie religieuse européenne de l’École des hautes études en sciences sociales, en collaboration avec l’École Française de Rome. L’entreprise est née au point de rencontre de deux constats : celui, par Catherine Maire, de la part essentielle de la critique des structures sociopolitiques de l’institution jésuite – bien au-delà des manifestations les plus spectaculaires de l’hostilité aux prêtres-moines – dans l’élaboration de la pensée politique du jansénisme européen aux XVIIIe et XVIIIe siècles ; celui, par Pierre-Antoine Fabre, de l’entrelacement étroit de l’histoire de la Compagnie de Jésus et du développement des systèmes de défense de cet Ordre contre le soupçon d’illégitimité qui le frappe dès sa naissance, comme un Ordre de trop.

2 Plusieurs ouvrages récents lui ont été consacrés, comme par exemple ceux de de Michel Leroy, Le mythe jésuite, Paris, PUF, 1992, ou de Geoffrey Gubbit, The jesuit myth, Oxford, Clarendon Press, 1993. Il faut accorder une place à part, pour le pont qu’il jette entre l’ancienne et la nouvelle Compagnie, au livre de Jose Eduardo Franco et Bruno Cardoso Reis, Vieira na literatura antijesuitica, Lisbonne, 1997.

3 Que cet âge moderne de l’antijésuitisme ait été peu travaillé dans la période récente n’est certainement pas le fait du hasard. Ces dernières années ont été marquées par une redécouverte de l’histoire de l’ancienne Compagnie qui n’est pas allée sans une certaine forme de dé-polémisation de cette histoire elle-même, précisément parce qu’elle devait d’abord contourner le massif – et l’obstacle – de la culture antijésuite de l’époque contemporaine.

4 Le programme n’a été de ce point de vue que partiellement rempli. Le dossier de la « Querelle des rites chinois » (qui suit et amplifie une première dispute sur les rites malabars) a pris dans ces dernières années une telle ampleur, dans tous ses aspects, ecclésiastiques, théologiques et philosophiques, anthropologiques, qu’il excédait les limites de ce volume. Signalons ici l’instrument de travail précieux que représente pour entrer dans ce dossier Nicolas Standaert, The Handbook of christianity in China, Leiden, Brill, 2001.

5 Le texte, et le contexte, des Provinciales de Pascal, un continent eux aussi, n’ont pu être contenus dans une contribution de ce recueil. Il y a sur ce « monument » un certain nombre de travaux récents dont on trouvera un rassemblement remarquable dans La campagne des Provinciales, Chroniques de Port Royal, 2008.

6 La période qui sépare la suppression de la Compagnie de Jésus (1773) de sa Restauration (1814) et l’histoire de la Restauration elle-même, jusqu’ici peu étudiée et dont le bicentenaire approche, sera certainement un chantier de recherches important des prochaines années. Un certain nombre de travaux récents l’annonce, comme par exemple les études réunies par Paolo Bianchini, Morte e resurrezione di un ordine religioso, Milan, Vita e pensiero, 2006. Le présent volume voudrait aussi introduire à ce nouveau front, en montrant comment les effets des antijésuitismes modernes sur la définition de la Compagnie de Jésus par elle-même contribuent à façonner la future « nouvelle Compagnie » et son idéologie « restauratrice », mais aussi, plus secrètement peut-être, à expliquer pourquoi toute une série d’ex-jésuites, marqués par l’antijésuitisme catholique des XVIIe et XVIIIe siècles, ne trouveront plus leur place dans une Église qui les avait chassés de son sein.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540