Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma expressionniste

 | 
Jacques Aumont
, 
Bernard Benoliel

2. Le Cinéma de Weimar

Éloge du caligarisme

Érik Bullot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Schönberg savait aussi bien que moi », raconte John Cage dans ses entretiens avec Daniel Charles « que je n’avais aucun élan pour l’harmonie. Mais il a fallu qu’un jour où je travaillais avec lui il me fit l’éloge de l’harmonie. Selon lui, je ne serais jamais capable de composer, parce que je trouverais toujours devant moi ce mur, l’harmonie, pour me barrer le passage. Alors, je lui répondis que je passerais ma vie à me cogner la tête contre ce mur1 ».

Je voudrais observer l’œuvre de quelques artistes qui se sont cognés la tête contre un mur. En faisant l’éloge du caligarisme, j’opte pour un ton volontiers ironique, voire polémique. Le substantif caligarisme a surtout servi en effet de repoussoir pour désigner en France une impasse, une voie de garage au regard d’une vérité du cinéma fondée sur l’impératif de réalisme et la pureté ontologique du médium. J’évoquerai avec vous une certaine postérité expressionniste dans le champ du cinéma expérimental. Cette réflexion s’inscrit dans ...

Auteur

Érik Bullot est cinéaste (Glossolalie, Trois faces, Tohu-Bohu...). Il enseigne le cinéma à l’École nationale supérieure d’art de Bourges. Il a publié récemment : pointligneplan. Cinéma et art contemporain (dir., 2002) ; Le Singe de la lumière (2002) ; Érik Bullot, monographie (2003).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540