Version classiqueVersion mobile

Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Claude Nières

Conclusion générale. Des villes et des hommes

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le choix de quelques 60 cités au lieu des 42 habituellement retenues nous semble pertinent pour plusieurs raisons. Il correspond à ce qu'était la réalité urbaine en Bretagne au xviiie siècle, un ensemble de villes formé d'une base de villes-marchés et de villes portuaires répondant au caractère à la fois rural et maritime de l'économie bretonne de type ancien, avec ses villes relais et sa ou ses capitales. Ce choix permet aussi de mettre en évidence les changements économiques que connut la Bretagne avec l'ouverture et le développement des marchés outre-mer. Sans faire œuvre de démographe, nous avons pu estimer la population de chaque ville et son évolution. Deux constations s'imposent. D'une part, entre la fin du xviie siècle et les débuts de la Révolution, la Bretagne connut une modification de sa hiérarchie urbaine. Elle possédait à la fin du xviie siècle une majorité de villes petites, une dizaine n'arrivait pas à 1 000 habitants, et moyennes, seules une autre dizaine atteignait et dépassait 6 000 habitants dont Rennes alors la ville la plus peuplée (autour de 40 000 habitants). À la veille de la Révolution, 14 villes avaient plus de 6 000 habitants, 11 se trouvent dans la tranche inférieure et l'écart s'était creusé entre celles-ci et Nantes qui avec 80 000 habitants était devenue la première ville bretonne. D'autre part, la part relative des citadins diminue au sein d'une population bretonne en augmentation au cours du xviiie siècle. Pour expliquer ce phénomène, j'ai rappelé les explications générales concernant la démographie bretonne données par d'autres chercheurs. Mais il me semble que les effets de la politique militaire ont été sous estimés. J'ai aussi recherché s'il existait un rapport entre la population des villes et les fonctions qui y étaient exercées. La majorité des cités dont la population stagne ou décline ne remplit que des fonctions anciennes et peu nombreuses. Moins d'une dizaine de villes concentraient en elles non seulement les fonctions politiques, judiciaires et administratives, mais aussi religieuses culturelles et scolaires. Hiérarchie fonctionnelle et nombre d'habitants semblent liés, mais sans déterminisme absolu et le passé d'une ville explique que, malgré une population faible, elle exerce un nombre de fonction important.

2Mais, la prise en compte de villes ne députant pas aux États entraîne des distorsions importantes dans notre documentation. Si nous possédons un grand nombre de registres de délibérations des cités possédant une municipalité, il n'en est pas même pour les autres. La faiblesse des sources concernant les petites villes non députantes est une réalité gênante pour l'histoire particulière de chacune d'elles, mais ne peut mettre en cause le cadre général dans lequel elles existent et s'expriment. L'évolution de leur population, l'expression de leurs doléances rendent suffisamment compte de leur situation dans une étude générale concernant l'ensemble des villes en Bretagne. Cette disparité documentaire se trouve dans l'utilisation des registres de la Capitation pour l'étude socioprofessionnelle des populations urbaines et pour celle des niveaux de fortune. Nous avons sans doute là, la lacune la plus regrettable, puisque nous ne pouvons alors utiliser que les registres paroissiaux. de plus, à quelques exceptions près, les registres fiscaux des petites villes, ne contiennent que très peu de renseignements et ne sont pas rédigés avec le même soin que dans les cités plus importantes. Au-delà de l'examen des différentes professions, il convient de souligner encore la très grande importance des métiers libres par rapport aux métiers en jurande, la présence dans chaque cité d'« un équipement professionnel urbain élémentaire », la mise en évidence de secteurs spécifiques comme ceux des métiers de la mer et des métiers paramaritimes dans une province présentant un tel front de mer par rapport à sa superficie. Telle qu'elle apparaît, la société bretonne à la fois figée dans des structures anciennes et travaillée par le développement de secteurs nouveaux d'activités, était beaucoup plus mobile qu'on ne le pensait. Il faut insister sur l'importance des migrations liées au système des classes et aux grands embarquements de la pêche et du commerce. L'examen des métiers montre enfin qu'il existait une sorte de répartition des taches entre villes proches telles Brest, Recouvrance et Landerneau, ou Lorient, Port-Louis et Hennebont.

3L'évolution physique des cités mérite d'être rappelée. À la veille du xviiie siècle, le paysage urbain breton est marqué par l'inexistence de remparts dans près de la moitié des cités et par le maintien d'un dessin urbain de type ancien. L'absence quasi générale d'hôtels de ville illustre le retard de l'évolution municipale alors que la présence de bâtiments plurifonctionnels rappelle la situation des villes du Nord ou de Belgique au cours du moyen âge. Le xviiie siècle est le siècle du changement avec la construction et la différenciation des bâtiments publics, l'aménagement des rues, des places et des banlieues et la modification plus ou moins lente du bâti privé. La mise en état des traverses, le percement ou l'élargissement des portes là où elles existaient, les efforts de modernisation des ports constituent autant de signes d'une activité générale qui va à l'inverse de la stagnation d'un certain nombre de cités. C'est la raison pour laquelle, sans revenir sur le bien connu, il convient de souligner les conséquences, inégales pour les villes, du développement depuis le xvie siècle des secteurs nouveaux d'activité, celui des îles, des Indes, de la pêche à Terre-Neuve et la part des activités traditionnelles qui sous-tendent l'évolution pluriséculaire de l'ensemble des villes. J'ai aussi voulu rappeler l'existence d'industries à l'étude par trop négligée, telles celles du feu, ou du papier. Je ne pouvais enfin ignorer ni les industries du bâtiment ou des travaux publics, ni bien sûr les industries navales.

4Nous constatons une concordance entre l'évolution démographique et l'évolution économique de la plupart des villes ; le lien entre l'appartenance exclusive à un système de relations commerciales anciennes et le déclin ou la stagnation des cités. À l'inverse Lorient et Nantes viennent comme des preuves de croissance urbaine liée au développement de secteurs économique. L'existence ou l'inexistence de secteurs industriels rend compte en partie des évolutions contraires de Nantes et de Saint-Malo. J'ai mis en évidence les multiples possibilités d'échanges, d'investissement et d'enrichissement liées à des produits très divers et qui montrent que ni les villes, ni la Province n'étaient isolées, enfermées dans des limites strictes et homogènes. Mais il est apparu que l'explication par l'économique ne rendait pas compte de tout, en particulier du nombre plus ou moins grand des officiers et des administrateurs et de leur présence parmi les élites urbaines. Quelle seule, elle ne permettait pas de comprendre le maintien comme villes, d'agglomérations déclinantes. Étant donné ce qu'étaient le royaume au xviiie siècle et la place de la Bretagne à l'intérieur du Royaume, le second volet explicatif tient aux conséquences de la politique de l'État sans que l'on puisse le séparer du premier. En effet, la Bretagne entre dès la fin du xviie siècle dans le cadre tarifaire et réglementaire de l'économie française. Bien que province réputée étrangère, elle a dès les tarifs de 1664 et de 1667, été intégrée de fait dans une politique économique décidée ailleurs. L'attitude des États de Bretagne, des municipalités, des particuliers fut équivoque, selon qu'ils trouvaient ou non leur intérêt dans l'application des diverses mesures prises par l'État. Que l'on songe aux disputes mémorables sur le port franc de Saint-Malo ou les droits de pêche à Terre-Neuve. L'intervention économique de l'État concernait aussi les productions, l'organisation des métiers, la délivrance des monopoles, la création des compagnies ; elle fut à l'origine de Lorient. Le rôle de l'État a semblé décisif en trois domaines : politique, stratégique et financier.

5En matière politique, il s'agissait d'abord d'assurer, puis de maintenir, enfin de développer l'autorité du souverain par la création d'une intendance en 1689. Le contrôle des municipalités bretonnes se fit par étapes et la politique suivie ici ne différa pas de celle que l'on retrouve ailleurs, mais elle y rencontra des conditions singulières, en particulier l'existence tardive de municipalités dans les villes qui députaient aux États. Pour les autres, la surveillance des agents du Roi s'effectuait d'une manière plus indirecte. La création des offices municipaux eut pour conséquence une harmonisation des structures municipales au cours du xviiie siècle. Même disputé par les États de Bretagne, le pouvoir des intendants a pu s'appuyer sur l'organisation des subdélégations, ce qui pose avec force le problème des commis, ces agents subalternes mais combien efficaces des administrateurs et des bureaux. Nous avons signalé leur présence dans toute la province. Ils renforçaient l'armée, traditionnellement plus connue, des officiers de finances et de judicature diverses ; ce furent eux qui renseignaient l'intendant, et qui répercutaient ses instructions auprès des municipalités et des généraux de paroisse. Ils furent les possibles introducteurs de novations économiques, techniques, culturelles, avec à leurs côtés les correspondants des États avec lesquels ils se confondaient quelques fois.

6La politique militaire a retenu tout particulièrement mon attention parce qu'elle eut des conséquences multiples et profondes sur l'histoire de la Bretagne et de ses villes. Une politique séculairement cohérente en matière de défenses urbaines a limité le nombre de villes fortifiées, a créé Port-Louis, a choisi de protéger quelques cités d'importance stratégique. Les autres villes se sont trouvées libérées des sujétions militaires, elles ont eu la possibilité de s'étendre au-delà de remparts devenus inutiles, d'élargir leurs portes, d'organiser leurs traverses, de penser leur habitat et leur voirie en fonction d'autres préoccupations. Par ailleurs, les ingénieurs militaires furent responsables de bien des transformations civiles. Rennes doit à Robelin, et Saint-Malo à Garengeau. Le choix de la Bretagne pour installer la flotte du Ponant entraîna le développement fulgurant de Brest, l'utilisation partielle de Lorient, la recherche d'un port militaire sur la Manche, les projets concernant Saint-Malo et Morlaix. Surtout la présence de l'arsenal, les besoins de la flotte, profitèrent à l'industrie bretonne, aux commerces, permirent l'introduction de techniques nouvelles dans la métallurgie et dans les constructions navales.

7La politique militaire a pesé sur les hommes par la présence des troupes venant ici en garnison, par l'existence de trois milices complémentaires, bourgeoise, générale et surtout garde-côte, par la levée des matelots et des travailleurs grâce au système des classes. Tout ceci eut pour conséquence, outre des déplacements de population, l'enrégimentement d'une bonne partie des Bretons en période de guerre, surtout au cours du règne de Louis XIV et pendant la seconde moitié du xviiie siècle. Il convient de ne pas sous estimer pour l'histoire de la démographie bretonne l'absence ou la perte de tant d'hommes en âge de procréer, les ravages des épidémies apportées par les flottes et que Jean-Pierre Goubert a étudiés. Cette politique militaire pesait sur les villes qui fournissaient le casernement, qui pour certaines pesait lourdement. Elles constituaient des centres de regroupements, de passage, hébergeaient les malades. Néanmoins, il convient d'insister sur l'apport bénéfique pour Brest et Lorient de cette politique militaire, par l'injection de fonds, par l'arrivée de flots de travailleurs et de matelots, par la présence des officiers du grand corps. En période de guerre, il existait la possibilité de faire fortune en pratiquant la course, en participant à quelques aventures fructueuses, telle celle des mers du Sud qui marqua le destin des élites malouines, en fournissant la nourriture et l'ustensile aux troupes. Le fait que la Bretagne fut une province frontière maritime trouve ici tout son sens. C'est la raison pour laquelle, il convenait de longuement insister sur ce point essentiel pour l'histoire des villes. Il le fallait d'autant plus que la politique militaire a eu de grandes conséquences fiscales. Elle a permis l'introduction de la Bretagne dans le système fiscal français, favorisant davantage l'intégration de la province au royaume.

8Troisième domaine d'intervention de l'État, celui de la fiscalité et des finances urbaines. À la veille de la Révolution, la Bretagne restait une province moins fiscalisée que d'autres, mais elle l'était beaucoup plus qu'au début du siècle, par l'introduction de la capitation, des dixième, cinquantième et vingtième, des impôts annexés ainsi que des taxes indirectes (sur le tabac, la vaisselle d'étain, et le papier timbré) et autres prélèvements. Les villes prirent inégalement leur part de cet effort. Une forte pression fiscale sur une cité, dissuasive pour ses élites les poussait à la quitter, ce qui aggravait d'autant la situation des villes déjà en difficulté. Toutes profitèrent néanmoins de l'impôt en nature qui pesait sur les paysans qui assurèrent l'entretien des routes et sur réquisition de grands chantiers urbains. Les cahiers de doléances montrent à quel point les paysans acceptèrent mal d'être mis à la disposition d'intérêts qu'ils ne considéraient pas comme leurs. Ce fut un des aspects parmi les plus litigieux des rapports paysans/citadins. Les besoins en argent de l'État ont amené non seulement la surveillance plus forte des finances urbaines, organisées depuis Colbert, mais aussi un transfert de charges. Les villes bretonnes pauvres en biens patrimoniaux, dépendaient, pour celles qui en possédaient, d'octrois, accordés par le Pouvoir en fonction de besoins qu'il contrôlait. Quant aux autres, leurs possibilités d'indépendance financières étaient nulles. de nombreuses villes ne disposaient que de peu d'argent et leurs maigres budgets, leurs recettes en grande partie affectées, ne leur donnaient pas les moyens d'une politique ambitieuse. La richesse accumulée par les élites urbaines et celles des municipalités ne coïncidaient pas. Une ville pouvait être pauvre et abriter des fortunes personnelles considérables.

9Engagé dans cette politique, le pouvoir royal avait tendance à ne reconnaître pour ville que celles qui possédaient municipalité et octroi, mais les cahiers de doléances prouvent que les Bretons refusaient de rester dans cette logique. Ils demandaient que toutes les agglomérations qu'ils considéraient comme villes soient reconnues comme telles, et représentées aux États. Revendication qui s'explique par le rôle politique et économique de plus en plus grand que les États de Bretagne ont joué au fur et à mesure que le siècle avançait. Ils se dotèrent d'une administration qui doubla celle de l'intendant et intervinrent dans les affaires urbaines, en particulier grâce aux travaux publics qu'ils finançaient et aux ingénieurs des ponts et chaussées qu'ils dirigeaient. Ils répartissaient les impôts.

10Cette étude met en évidence pour chaque cité l'existence d'un pays où elle puise l'essentiel de ses approvisionnements, de ses immigrants, qui constitue son aire administrative et judiciaire proche, qui forme son réseau de relations, qui est le domaine plus ou moins vaste de ses affaires, de son extension foncière. Cependant, Il faut distinguer entre les aires et réseaux que l'on pourrait appeler institutionnels, d'une relative stabilité, de ceux plus complexes, plus sujets à variation, liés aux fonctions économiques. Les premiers dépendent de la place des cités dans les structures administratives, étatiques. Il est alors aisé de distinguer les villes qui se trouvaient à la base du système, rayonnant seulement sur un territoire d'une étendue relativement faible, c'étaient les plus nombreuses, par exemple Hédé ou Châteaubriant, de celles qui outre leur pays immédiat dominaient un ensemble de cités élémentaires, telles Vannes, Quimper, de celles enfin, au sommet de la hiérarchie, Rennes, Nantes à un moindre degré. Hors les villes présidiales, les centres fiscaux, peu de villes concentraient en elles plusieurs centres de décisions. Bien que l'on sache que les limites des circonscriptions ne se recouvraient pas d'une administration à une autre, un classement hiérarchique, la détermination des zones d'influence est possible. Il n'en est pas de même en matière économique. Certes, il est possible de cerner à peu près les aires d'approvisionnements d'une ville pour sa consommation propre quand la documentation le permet, mais cela devient plus difficile pour la fonction commerciale dans la mesure où la ville est un centre de production, de distribution et de redistribution de marchandises les plus diverses. Il ne faut pas confondre les grands courants commerciaux tels que nous les avons présentés avec les relations de quelques citadins avec d'autres citadins d'une autre ville pour un commerce ténu, quoique ces rapports si différents en importance pour la cité constituent pour elle une synergie. On peut assez facilement dessiner pour un moment donné les aires de relations des grands ports, celles des petits centres collecteurs. Dans ce système, les villes intermédiaires ont des aires de relations plus ou moins figées, ce qui les fragilise. J'ai tenu à insister sur les conditions générales de l'évolution de chaque marché, afin qu'il soit ultérieurement possible d'y intégrer des études particulières. On pourrait mesurer ici l'influence pour l'avenir d'une ville des choix de ses élites, choix collectifs et individuels. Il faudrait entreprendre l'étude précise de la situation de celles-ci et de l'importance de leurs options dans l'évolution de chacune des cités, ce qui dépassait le cadre de cet ouvrage. Les deux réseaux institutionnels et économiques sont autonomes. Ils peuvent se superposer, ils peuvent être en quasi contradiction. La petite ville d'Antrain nous fournit un exemple du premier cas. Sa châtellenie domine 4 paroisses. Quand plus tard, elle obtient temporairement d'être siège de subdélégation, elle en gagne trois supplémentaires. Le rayon de son autorité ne dépasse pas au mieux 15 kilomètres, ce qui correspond à la zone de ramassage des produits qu'elle vend sur son marché. À l'inverse, les relations de Lorient étudiées par M. Le Bouëdec sont à l'échelle de la France et du monde. Son territoire administratif d'abord inexistant est ensuite presque aussi restreint que celui d'Antrain.

11Au terme de ce travail, les hypothèses initiales paraissent fondées. Nous trouvons l'explication du système urbain breton dans son caractère de province maritime frontière, dans l'interaction de l'économique et du politique aux effets inséparables. II est aussi apparu que les attitudes individuelles et collectives ne peuvent ni ne doivent être négligées. Les municipalités, les corps de métiers ont eu devant des décisions extérieures des attitudes différentes d'une ville à une autre. À l'intérieur d'une cité, les groupes sociaux, professionnels ne présentaient pas des réactions homogènes et les individus, surtout ceux qui en avaient les possibilités avaient des stratégies économiques et sociales plus ou moins concordantes. Leurs intérêts les opposaient quelquefois. L'histoire de chaque ville est aussi l'histoire de ses choix, d'une multitude de décisions, certaines insignifiantes mais dont l'addition façonne le destin.

12Le système urbain breton au xviiie siècle a ses caractéristiques, elles ne sont ni exemplaires ni exceptionnelles, mais elles existent et il ne saurait y avoir d'analyse urbaine générale sans les intégrer.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search