Version classiqueVersion mobile

Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Claude Nières

3e partie. Villes et économie

Chapitre XV. L'économie et les villes

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Économie et démographie

1Parmi les villes en déclin, Audierne, Pont-l'Abbé, Douarnenez, Sarzeau, Hennebont, Le Croisic, Landerneau, Douarnenez, Pont-l'Abbé et Audierne, simples ports sardiniers possédaient des arrière-pays qui leurs fournissaient des produits agricoles et des matières premières en quantités limitées, aux débouchés restreints, activités soumises aux aléas climatiques, pour la pêche à la ressource. Leur autonomie relative les faisait dépendre d'organismes plus puissants.

2Hennebont présente une évolution intéressante. La ville perdit des habitants au cours du xviiie siècle et se retrouva en 1831 avec 4749 citadins. Deux phénomènes se conjuguèrent négativement. D'abord, l'évolution du marché des céréales, ensuite la création de Lorient qui attira une population laborieuse et non seulement détourna les émigrants qui savaient trouver là du travail mais encore attira des habitants de la ville. Port-Louis vécut la même situation. L'intrusion de Lorient bouleversa l'équilibre économique des cités voisines. Pour des raisons à peu près identiques, Landerneau, bien située sur l'Elorn, pourvue d'installations rudimentaires mais suffisantes pour son trafic, vivait d'une activité traditionnelle. Au débouché d'une bonne région agricole, elle exportait des grains, des pois, des fèves, vendait des veaux, des bœufs, des porcs, des volailles. Cire et miel partaient vers Bordeaux, Bayonne, Bilbao, la Hollande. Mais surtout, les toiles rapportaient de 1 à 7 M L par an. de plus, le développement des mines des environs enrichissait la palette de ses exportations. Arrivaient à Landerneau des vins français, étrangers, des matériaux de construction pour les navires (fer, bois, goudron), produits alimentaires divers (épicerie raisins, fruits. poissons séchés, fromages de Hollande...). Cette activité multiforme avait permis la création d'industries, les unes anciennes, celle du cuir, des constructions navales, des toiles, les autres plus récentes, la manufacture de toile peinte de Bouestard de la Touche, l'industrie papetière liée à l'emballage des toiles. Malgré tous ces atouts, la ville ne décolla pas restant entre 3 500 et 3 700 habitants au cours du siècle, ne dépassant les 4 000 que le siècle suivant. La présence de Brest explique le phénomène, Landerneau devint l'entrepôt de la grande cité et dut à ses activités de ne pas être totalement absorbée. Elle en tira aussi avantage, cela lui permit de surmonter la crise de mévente des toiles et le déclin de sa manufacture. La fin du siècle fut pénible. Brest créa sa propre manufacture de toile en 1763­1764. Landerneau perdit le monopole d'exportation des cuirs et des papiers vers l'étranger en 1771. Ajoutons, quelle souffrit de la guerre américaine et du traité de commerce de 1788. Ici aussi. la croissance rapide de Brest bouleversa les cheminements de l'immigration au détriment des villes voisines.

  • 1 Ce qui correspond en fait à une baisse relative (près de 14 points en dessous du taux de croissanc (...)

3La crise textile à Dinan, avec des périodes de rémissions eut aussi des conséquences. Certes la population dinannaise augmenta de 29,5 % dans le siècle, mais ce gain fut le résultat d'une forte croissance dans la première moitié du xviiie siècle (34,93 %). Puis, à partir de 1760, la natalité décrut et cinq clochers de mortalité (1753, 1761, 1772 et 1779) expliquent que le nombre des habitants tomba de 7400 à 7000 (entre 1760­1769), puis 6 800 (1770-1779) avec une légère remontée, 7100 (1780-1789). En 1775, une enquête ne trouva que 5 975 habitants. Des évolutions plus significatives encore marquent les trois cités toilières, Quintin, Uzel et Moncontour. La première connut aussi une augmentation séculaire, mais plus faible (7,14 %1), un maximum en 1770 (4600) puis une chute (3900). La seconde crut de 22,4 % de 1694 à 1770, puis régressa, ce qui donna une croissance séculaire de 12,24 %. Quant à Moncontour, sa population stagna au cours du siècle, avec une tendance au déclin en chiffres absolus (1546 à 1525). Enfin, ces crises rendent compte du nombre de pauvres qui en période de forte mévente recouraient à la charité publique. Le maintien d'un système d'échange ancien, l'étroitesse des activités, leur dépendance font comprendre le déclin relatif de ces villes. Clisson, restait un marché sans envergure, Pontivy, ville textile seconde, coincée au centre de la Bretagne, s'enfonçait petit à petit dans une somnolence économique malgré la vente des bovins, des textiles du pays, des poteries, du verre qui avait assis sa prospérité pendant des siècles. Les textiles autrefois vendus à Saint-Malo perdirent en grande partie ce débouché et l'industrie lainière ne faisait vivre très chichement que 250 personnes. Certes, la ville recevait et redistribuait les marchandises en provenance de Saint-Malo, de Normandie, mais le caractère régional, borné de ses activités, empêcha d'autant plus ses marchands de se reconvertir que la ville, au milieu des dix-huit paroisses de sa subdélégation, souffrait des mauvaises communications. Ses quatre foires ne gardèrent qu'un intérêt local. Il n'y a pas d'autres raisons au déclin de Vitré qui ne résista pas à l'évolution malgré l'ancienneté et la solidité de ses relations avec Saint-Malo. Les Vitréens qui désiraient placer leur argent dans les affaires, le faisaient hors de leur cité.

  • 2 J. Delumeau, La démographie de Saint-Malo, 1969. Ch. Carrière, Négociants marseillais, dans l’affa (...)

4Une place particulière revient a Saint-Malo qui se hissa au cours du xvie siècle aux premiers rangs des ports du royaume et devint le premier port breton. La ville connut une évolution paradoxale, marquée par l'effondrement de sa population. Le développement de Saint-Servan qui pourrait expliquer cette situation par le simple jeu d'un transfert, ne compensa pas la perte malouine. Le commerce malouin changea et se rétrécit. Les relations commerciales qui imposaient des rotations lentes des capitaux, l'absence relative d'un arrière-pays immédiat par rapport à des ports tels Nantes, Bordeaux ou Le Havre, malgré des relations à la dimension de la Bretagne, plaçaient la ville dans une situation difficile pour résister à la concurrence des autres ports. Ajoutons que les bénéfices des activités des négociants malouins attiraient des capitaux étrangers2, investissements utiles mais volatiles pour la cité. Les Malouins plaçaient certes leur argent dans les affaires de leur cité, mais aussi dans celles d'autres villes. Les bénéfices, l'accumulation des capitaux se faisaient au profit des investisseurs et non de la cité dans des secteurs peu consommateurs de main d'œuvre. La ville ne possédait pas d'activité industrielle capable de fixer la population dans ses murs. La pêche attirait bien des milliers de matelots, d'ouvriers spécialisés qui venaient encombrer ses auberges pendant quelques jours à la veille des campagnes, mais une fois de retour après une absence de plusieurs mois, ils la quittaient pour rejoindre leurs villes ou leurs villages d'origine. Rien ou presque ne les retenait. La ville manquait d'industries, il existait quelques corderies dans les faubourgs, des ateliers artisanaux de constructions navales répartis dans les paroisses alentours, une petite industrie du bas. L'absence de carrière administrative, le faible marché d'offices de niveau moyen n'attirait pas ceux qui espéraient par ce moyen une promotion sociale. Enfin, bon nombre de négociants devinrent des rentiers et accédèrent massivement à la noblesse. La ville y perdit une partie de ses moyens, même si le commerce maritime ne dérogeait pas. Danycan de L'Épine fournit un exemple exceptionnel par l'ampleur de sa réussite, mais typique d'une trajectoire sociale malouine. Les dynasties marchandes qui s'engouffrèrent dans le second ordre à partir de 1700-1720 restèrent jusqu'en 1789 dans l'élite de la richesse. Une partie demeura liée au négoce, les Magon de la Lande, de la Balue, les le Fer de la Saudre. Les autres, les Magon de la Chipaudière, les Locquet de Granville, les Baude, les Piat, sans rompre avec le milieu des affaires, tout en continuant d'investir à l'occasion, vécurent de leurs rentes. Nous pouvons nous demander si l'énorme accumulation des fortunes au début du siècle ne pesa pas trop sur la cité, créant une élite de la richesse originale par son importance, sa richesse, frustrante par son poids dans une ville de taille moyenne.

5L'évolution économique de la Bretagne apporte une explication raisonnable au destin morose de cités petites et moyennes. La perte ou la stagnation du nombre des citoyens entraînait toujours un resserrement du marché local qui renforçait le marasme des affaires. Les difficultés rencontrées par les produits d'une industrie traditionnelle, la montée des concurrences, l'attitude des clients étrangers ne dynamisait pas les industries urbaines entraînant le déclin d'une cité qui ne survit dès lors que par le poids des habitudes séculaires, par le maintien d'activités élémentaires. C'est bien ce qui se produisit en Bretagne pour nombre de villes. À l'opposé, le dynamisme économique explique la plus ou moins forte progression démographique. Parmi les cités en croissance des ports et des villes de l'intérieur. Trois villes maritimes se dégagent de cet ensemble, Brest, Lorient et Nantes.

  • 3 P. Haudrère, Lorient arsenal, 1983, la ville perdit un septième de sa population entre 1770 et 177 (...)

6Les constructions navales militaires constituaient l'essentiel des activités industrielles brestoises. Le rôle du port de commerce s'y trouvait très limité et la pêche ne concernait qu'une faible partie de la population. La fortune de la cité reposait sur l'existence de l'arsenal, sur les variations de ses commandes. Activité économique spécifique puisque l'on produisait ou réparait des objets pour un client unique, la marine militaire royale. L'appel des hommes se faisait, ici comme à Lorient au double rythme de la croissance de la ville et de l'évolution de ses besoins, phénomène que nous avons constaté en présentant les sociétés urbaines. Le cas de Lorient était différent, la ville profita au maximum du monopole de la Compagnie des Indes mais elle attira aussi d'autres compagnies, celles des Îles et de Saint-Domingue crées en 1698 et liquidées en 1716. Là, désarmèrent les navires de la Compagnie de Chine. L'amas des approvisionnements servit, au moins en partie, les besoins de la Compagnie du Sénégal et de l'Asiento. En grandissant, la ville refuge assuré contre les corsaires, mieux équipée que Saint-Malo ou Le Havre, pendant accessoire de Brest, attira une population de plus en plus diversifiée. La ville liée à Compagnie des Indes subit, un temps, les conséquences de son destin, la dissolution produisit une chute de la population3, une crise de ses activités, cependant l'attitude des habitants, la valeur des installations, la capacité des marchands et des marins, la présence de négociants étrangers, de leurs facteurs, de correspondants, le réseau des relations, l'achat de l'arsenal par la Royale, lui permirent de résister comme elle avait résisté à la perte de l'Inde, aux comptoirs près. Les Lorientais tirèrent partie du nouveau marché américain, moins qu'ils ne l'espéraient avec le port franc et réussirent à redevenir le siège de la dernière compagnie des Indes. Reste que le destin de la cité demeurait lié à celui de son arsenal. Notons enfin que si Lorient connut pour ses embarquements des afflux de marins qui comme à Saint-Malo faisaient alors les affaires des tavernes, celle beaucoup plus riche des marchands et négociants qui arrivaient lors des ventes, bénéficiaient à un artisanat plus aisé.

  • 4 A. Medam. Conscience de la ville, 1976, parlant de la « complexification » de la ville, se demanda (...)

7L'histoire de Nantes est bien connue. Rappelons néanmoins que l'essor de la ville fut tardif, bien qu'elle fut un port au trafic ancien. Elle participa peu à la pêche à la morue, peu au commerce atlantique à ses débuts. Reliée grâce à la Loire à l'intérieur français, en relations anciennes avec les nations européennes du Nord et du Sud, possédant une bourgeoisie marchande riche d'expérience, des étrangers bien installés, elle dut après la rupture avec l'Angleterre, devant l'hostilité de ses vieux clients mais aussi transporteurs, hollandais, face aux problèmes ibériques, chercher et trouver des orientations nouvelles. Le commerce des Îles et la traite bénéficièrent de son passé. Les Nantais s'engouffrèrent dans l'espace laissé libre par les Malouins. Ils ne firent pas de la course un élément déterminant de leur conversion. Ils orientèrent différemment leurs investissements. Mieux placés que les ports sur la Manche, à l'abri d'un adversaire éventuel, ils purent moins risquer et moins perdre quoique le choix des Îles entraînait la possibilité de la rupture des relations. Ce choix commercial outre les débouchés nouveaux qu'il fournit aux productions traditionnelles et l'arrivée de marchandises exotiques qui trouvaient de larges clientèles, facilita l'installation d'industries, créa sur place un grand marché du travail. À côté des vieilles industries lainières apparurent des manufactures de cotonnades, des raffineries, des faïenceries. Nous avons l'explication du fort accroissement d'une population qui tripla entre 1696 et 17804

8.

Aires et réseaux commerciaux

9Chaque ville installée dans un pays plus ou moins favorable, possède des aires, des espaces de relations, s'inscrit dans plusieurs réseaux. Chacune possède un système de relations simples ou complexes qui lui permettent de se nourrir, de se procurer les marchandises nécessaires à la satisfaction de besoins multiples, à l'alimentation de ses ateliers, de ses manufactures, qui correspondent à la diffusion des produits qu'elle ramasse, des objets qu'elle fabrique. de ce point de vue, il n'y a pas une différence de nature entre une petite agglomération qui puise l'essentiel de ce qui lui est nécessaire du plat pays et de grandes cités qui élargissent l'aire géographique de leurs fournisseurs, à la taille d'une région, d'un pays, du monde.

  • 5 Y. Le Barth, Delaye frères, armateurs et négociants lorientais à la fin du xviiie siècle, Rennes 2 (...)
  • 6 M. Morineau, Quelques…, définit l’aire commerciale par et d’abord son espace géographique, ensuite (...)
  • 7 A. Lespagnol, « Saint-Malo et le monde hispanique » ASHAASM, 1976.
  • 8 H. Touchard. Le commerce maritime breton à la fin du Moyen-Âge, 1967, en démontre l’ancienneté.

10Plus les distances s'accroissent, plus les marchandises sont diverses, les régions concernées différentes et plus les difficultés techniques, financières, réglementaires se multiplient obligeant l'existence d'un personnel marchand capable de les comprendre et de les surmonter. Il ne suffit donc pas de constater l'existence des échanges, encore faut-il en prendre la mesure, en estimer le poids relatif et ses conséquences. Que les horlogers de Lorient fussent obligés de se fournir en Suisse, compte pour eux, pour le prix des horloges et des montres, mais ne fait pas des échanges entre leur ville et ce pays, un des éléments fondamentaux du développement commercial. La richesse d'un marchand ne crée pas la richesse d'une ville. Toutefois la somme de ces aires, l'ensemble des relations entretenues, la multiplication des contacts directs mais aussi indirects, donnent à la ville, à ses négociants et entrepreneurs des chances de développer les affaires, de connaître les productions des autres, de faire apprécier les siennes, de s'adapter aux conditions nouvelles. Les Delaye auraient-ils trouvés des participants si divers par leur origine à leurs affaires somme toute modestes, s'ils n'avaient pas habité Lorient5 ? Dans ce jeu relationnel, les lieux de l'échange s'imbriquent dans une mesure égale ou différente, selon la position de plus ou moins grande dépendance de l'un par rapport à l'autre6. À chaque marchandise correspondent des régions d'offre et des régions d'appel, permanentes ou occasionnelles. Nous l'avons vu pour les céréales, les matériaux des constructions navales. Dans un tel système, la ville est la fois un lieu d'émission et de réception sans qu'il y ait dans ce mouvement équilibre forcé. Bordeaux entrait dans l'aire d'approvisionnement en vins de la plupart des villes maritimes bretonnes, en même temps, elle possédait pour ses achats en grains des relations avec les ports céréaliers bretons, Nantes au premier chef. Pour juger, au bout du compte qui est bénéficiaire, il faudrait connaître la valeur de ces échanges. Force est de constater que nous sommes loin de pouvoir établir cette balance. D'elle, en tout cas dépend à long terme la réussite ou l'échec commercial d'une cité. Remarquons cependant que les relations simples entre une ville qui achète et une autre qui vend un produit qu'elle fabrique ou qui provient de son plat pays, peuvent prendre des formes soit directes soit indirectes. Dans la plupart des cas, les marchands passent par des intermédiaires, créant ainsi des réseaux plus complexes. Il existait des cités relais, par exemple, dans le système toilier organisé autour de Saint-Malo, pendant les années 1713 à 1720. Il démontre que le choix du grand large par les négociants de la cité eut pour conséquence de laisser aux ports voisins le rôle de transporteurs faisant de leur cité une ville passive, tout moins en ce domaine7 La capacité des Malouins en affaires ne peut être mise en cause et leur succès au moment où ils suppléèrent la Compagnie des Indes le démontre. Il faut donc se tourner vers leurs choix et remarquer le peu d'importance relative qu'ils accordèrent aux Îles. Ils donnaient ainsi aux Nantais la possibilité d'occuper un créneau riche d'avenir. Les relations avec l'Espagne, marquées par une longue expansion aux xvie et xviie siècles, connurent des changements profonds. Il fallut d'abord lutter contre l'attitude hostile des Espagnols et les Malouins s'engagèrent dès 1687-1688 dans la recherche d'une liaison directe avec l'Amérique. Ils avaient alors l'espoir d'un commerce interlope, espoir qui fut couronné de succès. Après 1720, ils se lancèrent à nouveau dans un commerce réduit avec l'Espagne, Dès lors, la liaison Saint-Malo-Cadix fut effectuée par des navires peu nombreux, de faible tonnage, de simples caboteurs qui apportaient les toiles de Quintin. Ce commerce, atteignit son apogée en 1775. Il déclina ensuite quand se mit en place en 1778, le protectionnisme espagnol8. Les marchands toiliers des pays producteurs avaient perdu la vente directe de leurs marchandises et les correspondants des grands négociants dominaient un marché qu'ils étaient seuls à bien connaître. À cet égard, Morlaix, possédant un arrière pays riche par ses campagnes, son élevage, ses mines tenait fort bien sa place. Au-dessus des centres producteurs, au dessous des grandes villes maritimes, elle avait suffisamment d'atouts pour ne pas être dans la dépendance des métropoles économiques. Ce qui existait pour la toile, existait aussi pour tous les commerces dès lors que les marchés échappaient aux producteurs et aux marchands locaux, ni assez nombreux, ni assez riches pour avoir des réseaux de correspondants suffisants. Bien sûr, tel ou tel commerçant pouvait par le jeu de ses relations s'intégrer à ce sommet commercial, mais cela ne constituait pas la règle. Nous trouvons là une des raisons de la suprématie des grandes villes de commerce, de Nantes en particulier mais aussi de Saint-Malo et de Lorient et, un cran en dessous, de Morlaix. Ceci explique la concentration au cours du xviiie siècle, du trafic en des ports spécialisés. Concentration qui se fit aux dépens des petites villes maritimes, telles Lannion ou Tréguier. La Compagnie des Indes à Lorient. La situation de cités sur les axes de communications leur fournissait des moyens supplémentaires pour soutenir leur économie. Il en était ainsi de Guingamp ou de Rennes. Guingamp, ville de passage vers Brest avait ainsi de fortes relations avec le Léon, tout en gardant ses relations avec la Normandie, certains de ses bourgeois en étaient originaires et d'autres provinces du royaume.

11Le trafic enregistré aux barrières de Rennes en 1782 et en 1784, nous donne une image des relations de cette ville à ces dates. Il s'agit de deux registres d'entrées par Saint-Just, rue Hue, la Madeleine, Bourg-Lévêque, et porte Saint-Martin. Par Saint-Laurent ne passaient « que du bois et du cidre » et des marchandises en « très petite quantité ». Ces documents fournissent le nom des marchandises, leur poids, comment elles arrivaient, si elles restaient dans la cité pour y être consommées et vendues ou si elles passaient en passe-debout.

12La différence entre 1782 et 1784 tient à la guerre américaine, en 1782, les marchandises passaient davantage par l'intérieur pour éviter les dangers des liaisons maritimes, ce n'était plus le cas en 1784. Le trafic aux différentes barrières n'avait pas la même importance et ne concernait pas les mêmes produits. Par Saint-Martin arrivaient de Dinan et de Saint-Malo, du poisson (morues, sardines, harengs), de la farine du beurre et des fromages, du sucre, du vin, de la bière. du café, des épices. S'y ajoutaient : la cire, le suif, les cuirs, les textiles (toiles. mercerie, filasse, vieux linges, fils), l'alun, le papier, le fer en barre et même des dents d'éléphant. La plus grande partie restait à Rennes. À cet égard, les chiffres pour ces deux années sont semblables et correspondent aux besoins de la cité. Ce qui n'était pas le cas des marchandises arrivant du sud ou de l'ouest.

13Nous avons dans ces chiffres, la claire démonstration du rôle de carrefour joué par Rennes, amplifié par la guerre.

14Rappelons enfin qu'il existait en Bretagne quelques formes d'organisations urbaines, plus resserrées, véritables liaisons organiques entre villes différentes. Il ne s'agit point ici de Brest et de Recouvrance, ou de Saint-Malo et de Saint-Servan, mais de villes séparées par des distances plus importantes et qui pourtant constituaient un ensemble avec une principale et une ou des subordonnées : Brest et Landerneau, Saint-Pol et Roscoff, Saint-Malo et Dinan, surtout Lorient, Port-Louis et Hennebont avec dans une mesure difficile à établir, le bourg de Pont-Scorff. Il n'existait pas entre ces cités de simples rapports commerciaux, mais une distribution des tâches qui rendait l'ensemble cohérent même dans ses relations avec l'extérieur. La Bretagne largement ouverte au monde avait des villes qui possédaient une vision affaires qui ne s'arrêtait pas à ses frontières et qui trouvait ailleurs les fonds nécessaires à ses affaires mais aussi celles où ses élites financières pouvaient investir.

Une province ouverte à des investissements multiformes

  • 9 « Machinisme et mentalité de profit aux mines de Pont-Péan, vers 1760 », Revue du Nord ; 1975, p 3 (...)

15Les secteurs maritimes, industriels, miniers, agricoles offraient des possibilités d'investissements plus ou moins profitables. Il serait erroné d'imaginer que tous les entrepreneurs en profitaient et de limiter au seul territoire urbain, voire breton, les actionnaires des nombreuses compagnies quand bien même elles auraient été crées dans une ville ou auraient des relations privilégiées avec celle-ci. Rappelons pour les premiers, l'attitude frileuse des Guingampais, ils n'étaient pas les seuls, dont la majorité peu entreprenante limitait ses affaires à la Bretagne voire à la Normandie. Evoquons au xviie siècle, les Compagnies du Morbihan, de la Nacelle de Saint Pierre fleurdelysée, de la Bourse commune de Nantes, de Madagascar, les diverses Compagnies d'Occident ou des Indes, celles du Nord ou de la Mer Baltique, de Saint-Christophe, des Îles d'Amérique, de Terre Ferme de l'Amérique, des Indes occidentales, du Canada, de Saint-Domingue, des Mers du Sud, les deux du Sénégal, du Sénégal et de Guinée, du Sénégal, du Cap Vert et côte d'Afrique. Beaucoup appelées à des destins éphémères. L'interpénétration des capitaux de provenance les plus diverses n'est plus à démontrer dans ces diverses compagnies et dans les domaines maritimes de l'armement à la grande pêche, des expéditions lointaines plus ou moins aventureuses. Qu'il s'agisse d'opérations à faibles investissements ou de grandes affaires, il fallait trouver des capitaux. Nous en avons rencontré de multiples exemples et les participants venaient de partout. Il fallait aussi que les fonds fussent suffisamment garantis, d'où la mise en place d'un système d'assurance à Nantes à partir de 1739 et la recherche des formes d'association les meilleures. Les emprunts à la grosse aventure de 15 % à 20 % ne disparurent pas au xviiie siècle, nous en trouvons un exemple en 1784 pour l'armement du les trois amis mais firent largement la place à l'assurance au taux plus avantageux de 5 % à 8 %. Certes ce taux dépendait des risques encourus mais laissait plus de place au profit. Les investisseurs avaient le choix entre des opérations à rotation rapide des capitaux qui rapportaient moins, tel le commerce en droiture moins exigeant en capitaux, entre 30 000 et 100 000 livres, et celui beaucoup plus lent, plus coûteux mais plus avantageux des aventures triangulaires ou extrême-orientales (de 600 000 à 1 000,000 de livres pour les Indes ou la Chine). Ils pouvaient aussi à l'occasion devenir sociétaires des compagnies de commerce ou minières. Le système consistant à fractionner en parts de valeur très inégale. Les investissements favorisait la création des sociétés et la mobilisation des fonds comme il diminuait les risques En période de guerre, des choix osés, servis par la chance, pouvaient rapporter la fortune (épisode des mers du Sud, opération de Rio). Par contre, la création d'entreprises industrielles se heurtait à des difficultés financières dues aux effets de la concurrence, à des difficultés liées aux privilèges artisanaux et bien des manufacturiers couraient après l'argent. À cet égard, il semble intéressant de noter les secteurs d'investissement des Irlandais installés dans le royaume depuis le « vol des oies sauvages » et surtout des Jacobites après 1688. Nobles et riches pour la plupart, alliés les aux autres, mais aussi aux élites bretonnes, participèrent à la course malouine dont ils assuraient 7,5 % des armements entre 1681 et 1715. Ils favorisaient les relations entre Nantes et l'Irlande tout au long du xviiie siècle, participaient au commerce des Îles et à la traite négrière achetant des navires tels Antoine Walsh, en assurant le commandement tels encore Antoine Walsh, mais aussi les O'Riordan, d'autres encore. Alors qu'ils ne constituaient que 3 % de ceux qui participaient au commerce, ils possédaient près de 6 % des capitaux de l'armement nantais. Ils entrèrent dans les deux sociétés d'assurances de la ville. Leurs choix, ils armèrent 265 navires pour les Antilles, 123 négriers, un seul pour Terre-Neuve, rapportaient assez pour les placer en 1725 d'après Jean Meyer au sommet des fortunes nantaises plaçant dix d'entre eux entre le troisième et vingtième rang. À Lorient, Richard Butler et Richard Butler de Troverne commandèrent respectivement 11 et 3 bâtiments de la Compagnie. L'organisation artisanale dominée par les marchands demeurait le système prépondérant et faisait peu appel aux capitaux extérieurs. Nous avons assez de preuves de champs différents ouverts aux investissements, de la très large participation des capitaux arrivant des autres régions pour comprendre pourquoi et comment cette province put développer son commerce, ses pêches et ses mines. Il n'y avait pas de cloisonnement d'une activité à une autre comme le démontre la participation de Danycan et des Jacobites à l'exploitation minière de Pont-Péan, de Montrelais9.

  • 10 P. André, « Les gagne-petit de la Traite : Le commerce négrier à Vannes au milieu du xviiie siècle (...)

16Il existait de véritables dynasties marchandes, fruits de l'audace, de l'intelligence et de la chance de leurs créateurs et de leurs descendants. À Saint-Malo, à Nantes, mais aussi ailleurs, les Digaultray, les Coniac, les Chandemerle à Quintin, les de la Chesnay, les Dubois et autres Le Saulnier à Saint-Brieuc étaient tous des acteurs très actifs, créateurs de lignées nouvelles, attentifs aux possibilités de leur temps. Les capitaux considérables qu'ils accumulèrent au début du siècle leur permirent de prendre à leur compte la destinée de la Compagnie des Indes. Quelquefois visionnaires, ils donnaient aux villes qu'ils habitaient des chances supplémentaires, de leur attitude dépendait l'essor de leur cité, à cet égard il y eut une différence fondamentale entre les négociants malouins et nantais Les premiers soucieux de profits cherchaient ceux-ci partout où ils pensaient les trouver, dans leur ville et hors de leur ville dont ils assuraient d'ailleurs ainsi la renommée. Les seconds finançaient en priorité et presque exclusivement le commerce nantais. Tous ne pouvaient investir dans tous les secteurs : le montant des mises hors pour le commerce avec l'Orient, vers les Mascareignes dépassaient largement les facultés des négociants lorientais après 1769 comme le prouvent les difficultés d'Arnous et de la Blanchetay qui se tournèrent vers les Antilles, la traite et l'affrètement pour la troisième compagnie. Les ambitions individuelles des négociants, leurs aptitudes a choisir tel Ignace Advisse Desruisseaux des secteurs porteurs de profits, il avait fait fortune dans le commerce des grains, pouvaient leur faire espérer obtenir la noblesse et en attendant les poussaient à acheter des terres10.

  • 11 Ph. Jarnoux, Les bourgeois et la terre…, 1993.

17Enfin, il convient de se rappeler l'achat de terres non seulement par les bourgeoisies urbaines mais aussi par le « petit peuple des villes et des artisans ». Henri Sée avait montré que les hommes de loi devenaient volontiers propriétaires fonciers, que les négociants achetaient des maisons des champs, des exploitations, que la rente foncière n'avait pas perdu son attirance au contraire. Nous connaissons l'importance de la propriété nobiliaire. L'assise foncière des cités dépendant de leur taille et ne dépassant pas pour Vitré et Fougères quelque 200 à 300 métairies et s'étendant beaucoup plus largement pour les grandes villes comme Rennes11. Cette question a été très largement abordée autrefois par Henri Sée, par Jean Meyer, Roger Dupuy, plus récemment par Martine Cocaud et Philippe Jarnoux qui affinent les réponses. Encore au xviiie siècle toutes ces études prouvent l'intérêt pour la terre, montrent l'emprise des citadins sur les campagnes proches des villes, le poids dans les mentalités d'alors de la propriété immobilière qui assoit la notoriété et soutient une possible ascension sociale.

Implantations foncières (Ph. Jarnoux)

Implantations foncières (Ph. Jarnoux)

Attitude des Bretons : les moyens d'intervention

Des mesures tarifaires critiquées

  • 12 BN, fr 22081. 19 juin 1717. AD. 35, C 3160, 3167, AN. A 131.
  • 13 AD. 35, C 3170, 3173.
  • 14 AD. 35, C 3928. Mémoire des négociants de Nantes, 3158, En 1711, Les États avaient racheté l’Offic (...)

18L'État intervenait dans des domaines économiques essentiels dont celui des tarifs nous l'avons dit. Sa politique économique surtout en matière textile s'exprima depuis Colbert et tout au long du xviiie siècle soit par la prohibition, soit par la surveillance de produits sensibles obligés d'entrer par des lieux précis et surveillés, soit enfin par la modification des règles qui fit passer de la prohibition totale des grains en 1698, à une libre circulation rappelée par l'arrêt du conseil du 31 octobre 1768. En quelques secteurs que nous n'avons pas abordé, ses décisions pesèrent sur l'industrie et le commerce. Celle de 1717 concernait les cuirs étrangers qui devaient passer par Rouen, Bordeaux et Nantes en fut. En avril 1759, il fallut payer à la sortie de la province 6 L sur les cuirs de bœufs, de vaches, en vert, 20 s sur les peaux, 10 sols sur celles d'agneaux, chèvres et chevaux, sauf dans les quelques ports d'où ils pouvaient sortir librement, où ils avaient un droit d'entrepôt12. Ce tarif multipliait par deux les droits antérieurs, aggravé et étendu, il poussa les Nantais à demander l'instauration d'un droit unique sur les cuirs tannés et apprêtés. En 1770, ces droits de sortie doublèrent. Cette politique favorable jusque là aux Nantais, défavorable aux producteurs et vendeurs, fit l'objet de maints mémoires des États. Ils avaient acheté en 1706, les offices de contrôleurs et marqueurs des cuirs, abolis en mars de la même année. Il en avait résulté, à leurs yeux » une liberté telle que la production avait non seulement couvert les besoins de la province mais aussi permis une exportation considérable. Ils considéraient que les droits de 1759 avaient détruit le commerce des cuirs. L'arrêt du 15 juillet 1784 exempta les sorties des cuirs et peaux étrangers en transit13. Autres problèmes en1732 : les fermiers généraux excipant de tarifs généraux, voulurent établir un droit sur les fers des pays étrangers, les négociants dénoncèrent cet accroissement du prix de revient, à leurs yeux néfaste14. La même année, ils cherchèrent à étendre les droits sur les huiles aux huiles de poisson bretonnes. Jusqu'en 1731, les traitants percevaient 6 d par livre ou 2 s par pot sur les acheteurs au moment de la vente ou du transport vers l'étranger. Puis, ils voulurent imposer aux pêcheurs de fournir aux bureaux de la ferme un état de 15 jours en 15 jours. La protestation fut d'autant plus vive que les pêcheurs obligés de se rendre aux bureaux perdaient en trajet beaucoup de temps. La recherche systématique par les fermiers d'une extension des droits du ferme aux productions bretonnes, à son commerce, constitua une des réalités du xviiie siècle. En 1748, l'État leva 3 s/L sur la cire vendue ou débitée, plus 1 s/L pour celle entrant à Rennes, Nantes, Brest, Saint-Malo et Lorient, plus 1 s 6 d. sur le suif vendu dans ces villes et 1 sol sur celui dans les autres villes. En même temps, il ajouta un droit sur le papier et le parchemin huilé. Il en fut de même pour les droits levés sur les marchandises venant des villes, de 1 % et 1/2 %, distraits du bail des Fermes générales, le 31 avril 1730 pour le Domaine d'Occident à compter du 1er janvier 1733, _ % au lieu des 3 % du dans le reste du Royaume.

19L'intervention de l'État ne se traduisait pas seulement par une politique tarifaire mais aussi par la surveillance de la vente des produits principaux, par celle de la production. Il poussait les municipalités à la réglementation, à la police du commerce et de l'industrie. Il accordait des autorisations ou des refus de vente, délivrait ou retirait des privilèges aux villes (monopoles, ports francs), aux hommes (réglementation des métiers, qualification des manufactures). Il tendait à uniformiser les conditions de vente et d'achat ainsi que le prouvent ses arrêts. Les règlements de police de Rennes, Brest, Quimper, les arrêts des tribunaux, de simple police au Parlement de Bretagne exigeaient la vente des marchandises en des lieux précis, à des heures fixes d'ouverture et de fermeture. Ils interdisaient de s'approvisionner directement auprès des paysans, d'aller à leur rencontre les jours de marché, ils protégeaient les indigènes contre les forains. L'État poussait à la création de manufactures et prenait des initiatives pour faire connaître grâce aux subdélégués, les expériences, les innovations technologiques, nées en d'autres régions. Il le faisait d'autant plus qu'il était intéressé pour les besoins de ses caisses, ceux de son commerce, enfin ceux de l'armée, à favoriser des secteurs clefs. Il en fut ainsi de celui de la métallurgie du fer, des métaux non ferreux, l'argent, le cuivre pour les espèces, le plomb pour les balles, le cuivre et le laiton pour les armes, en accordant des privilèges, en favorisant des synergies comme celle de l'état, des entrepreneurs et de la banque huguenote dans les mines de plomb argentifère de Poullaouen.

Des contradictions bretonnes

  • 15 AD. 35, C 3170, 3171, 3172, Nantes. Saint-Malo, Morlaix, Vannes. Quintin ; Lamballe, Rennes, Monco (...)
  • 16 Article CCVI du Cahier de la Sénéchaussée de Rennes, commerce avec l’Angleterre, article CCIV, con (...)
  • 17 AD. 35, C 2241, Domaine d’Occident. Lettre du 8 avril 1761.

20Face à la politique de l'État en matière de monopole et de tarifs, l'attitude des Bretons fut ambiguë. D'une part, ils cherchaient à contrecarrer la politique des fermiers, ils protestaient contre les règlements qui leurs portaient préjudice et d'autre part, ils voulaient profiter, individuellement ou collectivement, du système. Aussi faut-il prendre leur discours sur la liberté du commerce avec précaution et voir qu'il s'agissait souvent de la suite logique de l'échec de demandes de privilèges particuliers. On demandait la liberté, faute d'obtenir un monopole ou une part du monopole. Les moyens d'interventions se situaient à plusieurs niveaux. Les négociants qui cherchaient à obtenir le retrait d'une décision ou un avantage pouvaient demander l'appui de leur municipalité, ce qu'ils faisaient quelquefois, du consulat de leur ville quand celui-ci existait. Ils s'adressaient le plus souvent aux États où les villes principales avaient leurs députés. C'est ce qu'ils firent fréquemment, nous en avons donné de multiples exemples. Quelquefois ils adressaient leurs demandes à plusieurs. Ainsi les députés de Quintin, Moncontour, Saint-Brieuc et Pontivy s'adressèrent ensemble aux États pour obtenir la suppression des 2 sols par livre sur l'amidon. Pontivy, Moncontour, Quintin, Uzel et Loudéac intervinrent en commun pour que des mesures soient prises pour enrayer la vente des crées. En 1780, une dizaine de cités envoyèrent une supplique concernant les toiles. Nous trouvons Nantais et Malouins pour s'élever ensemble contre le raffinage du sucre aux colonies15. À la fin de l'ancien régime, ils profitèrent de l'occasion fournie par la rédaction des cahiers de doléance pour critiquer à nouveau la politique commerciale16. À l'occasion, des villes bretonnes s'alliaient à d'autres villes du royaume, Nantes et Dunkerque se dressèrent en 1773 contre l'usage par les Anglais des deux ports Sainte-Lucie et Saint -Dominique. Nous trouvons aussi une alliance des ports atlantiques contre la demande malouine de récupérer son droit de port franc. Double attitude des négociants, leurs ententes se faisaient et se défaisaient au gré des circonstances sur des mesures précises. La présence des Malouins et des Nantais au conseil du Commerce facilitait la défense de leur point de vue, mais ils s'y heurtaient aux représentants des autres ports. En 1761, Bertin rappelait que le maintien des droits de la Province à côté des tarifs de 1664 et 1667, avait crée d'autant plus de difficultés que l'intelligence des premiers était « devenue très difficile » ce qui permettait toutes les contestations. Il souhaitait la mise en place de droits uniques sur les marchandises étrangères entrant dans le royaume17.

  • 18 AD. 35, 10 Ba, Saint-Malo s’occupait de Saint-Brieuc, Quintin, Jugon, Combourg et Dol.
  • 19 A. Foulon, Étude sur la représentation légale du commerce en France, Nantes, 1896 : J. Cabory, Le (...)

21Les villes possédant des Consulats étaient aussi bien armées. L'édit de 1563 créant des tribunaux de commerce mit en place les consulats. L'ordonnance du commerce de 1763 précisa leur organisation. En Bretagne, il y en eut quatre dès le xvie siècle : à Morlaix (1561), Nantes (1564), Saint-Malo (1594), Quimper (1598). En mars 1710, deux consulats nouveaux à Rennes et à Vannes apparurent sur les 26 créés à ce moment-là. Après bien des difficultés, Lorient en obtint un vers 1759. L'opposition des juges royaux de Hennebont et de Vannes réussit à faire traîner l'affaire jusqu'en 1781. Une délégation lorientaise alla à Paris et en revint avec les lettres patentes de février 1782 qui créaient effectivement le siège. Il resta en place jusqu'au 10 janvier 1792, date à laquelle tous les consulats furent remplacés par des tribunaux de commerce18. En Bretagne, ces juridictions bourgeoises se heurtèrent à l'hostilité des Parlements et des juges royaux, nous l'avons vu pour Lorient. Le consulat de Quimper lui fut enlevé au profit de Morlaix, ce que n'accepta pas la communauté de la ville dessaisie qui arguait, en 1768, la surcharge de travail pour les juges de Morlaix19. de plus, les commerçants des onze ports de l'amirauté de Quimper pouvaient se rendre dans cette ville en un jour au lieu de deux. Au risque de se contredire les auteurs du mémoire demandaient s'il ne serait pas plus simple de réunir les deux consulats et de mettre à leur tête les juges de l'amirauté. Pendant cette discussion, le Parlement de Rennes réussit à enlever la connaissance des faillites aux juges consuls de Morlaix. Dès le xvie siècle, après les édits de 1549 et de 1556, les villes commerçantes réclamèrent à la fois la création de nouveaux sièges et l'extension de leur compétence. Toutes d'accord sur ces points, elles ne s'opposaient pas moins les unes aux autres pour empêcher leurs rivales d'obtenir ces avantages. Aussi, les nombreuses demandes de Quimperlé, Pont-Aven, Concarneau, Pont-l'Abbé, Audierne, Pont-Croix, Douarnenez, Camaret, Le Faou, Port-Launay et Châteaulin, à Saint-Brieuc, voire à Quintin n'aboutirent pas et Lorient n'obtint son siège que contre la volonté de Vannes et Hennebont. Il existait, à Roscoff, une juridiction arbitrale composée de douze négociants, mais il ne s'agissait pas d'un consulat. L'attachement des communautés et des négociants à ces tribunaux ressort de nombreux cahiers de doléances et surtout du cahier général des trois ordres de la Sénéchaussée de Brest. Après le décret de l'Assemblée constituante du mai 1790, qui créait des tribunaux particuliers au commerce, Hennebont, Paimpol, Quintin, Saint-Brieuc, puis Brest et Quimper, obtinrent des sièges. Le décret du 28 décembre maintint ceux qui existaient déjà. Leurs attributions portaient aussi sur le commerce maritime. L'organisation variait d'un siège à l'autre. À Vannes, l'assemblée générale de la communauté présidée par le subdélégué élisait en 1711, le juge consul et quatre consuls assistés d'un greffier et de trois huissiers (officiers). Par la suite le consul en charge, les anciens consuls et quelques marchands composèrent le corps électoral. Le système donnait, ici, la prééminence aux grands marchands et négociants au détriment du petit négoce. Ce qui entraîna des conflits de 1721 à 1723. À Morlaix, 50 marchands parmi les plus « intelligents » choisissaient trois d'entre-eux pour un an (un et deux consuls). À Lorient, la nomination des trois juges se faisait d'abord par assemblée du corps municipal augmentée de douze des principaux commerçants (aidés aussi d'un greffier et de deux huissiers), ensuite le premier consul laissait la place au second et ainsi de suite. À Nantes, les grandes familles confisquaient les fonctions de consuls et surtout celles de juges. de véritables dynasties consulaires conduisirent à une rupture entre le Général du Commerce et les marchands de la ville en 1789, bien qu'il y eût un rajeunissement du monde des négociants dans les vingt dernières années.

  • 20 J. Béranger. La politique économique des États de Bretagne.
  • 21 AD. 35, C 3928. « Mémoire pour la liberté du Commence du Levant en faveur de la Bretagne ». Ils pr (...)
  • 22 AN, A, 129 18 août 1782.
  • 23 AD. 35, C 3928, 4 juillet 1764.

22Cette organisation des commerçants, ici des plus riches et des plus dynamiques, leur permit d'intervenir avec force et cohérence. Ils le firent quelquefois pour eux, d'autres fois en prenant en compte, les intérêts des autres commerçants bretons. Les mêmes cités siégeaient au sein des États, dans leurs commissions. Ces moyens combinés avec la recherche de l'appui de grands personnages seigneur de leurs cités, ne manquaient pas d'efficacité, remarquons qu'une grande partie des appels au conseil du Commerce concernaient des litiges entre corps de métiers, plus rares ceux concernant les problèmes plus généraux de politique commerciale, Les positions les plus claires s'exprimèrent aux États. Jean Bérenger nous en donne de multiples exemples20. Ils appuyèrent les négociants et marchands bretons hostiles au moment de la formation de la première Compagne des Indes occidentales, à l'obligation de relâcher à la Rochelle. Ils ne s'affirmèrent partisans de la liberté de commerce qu'en 1671. Le 10 octobre 1757, un mémoire envoyé au Roi, assurait que : « le moyen le plus assure d'augmenter l'agriculture, les manufactures, la navigation de la province serait de multiplier et d'étendre les branches de son commerce [...] Une seule ville du Royaume se trouve en possession de tout le commerce du Levant [...] les Bretons sont obligés d'affréter des navires étrangers ». Ils demandèrent une fois encore que le droit de 20 % perçu au profit de Marseille sur toutes les marchandises venant du Levant sur des navires autres que Marseillais fut supprimé. Ils obtinrent satisfaction sur ce point mais firent remarquer en 1762 que cette faveur n'avait eu aucun effet puisqu'ils étaient toujours obligés de « faire leurs retours et leurs déchargements à Marseille21. En 1782, un droit de 8 % fut accordé à la Chambre de Commerce de cette ville sur les bâtiments qui, armés à Marseille pour les îles françaises d'Afrique, d'Amérique ou de l'Inde, retournaient pour les ports du Ponant22. On vit aussi les commerçants bretons arguer des privilèges accordés par Henri IV aux étrangers se rendant aux foires de Lyon, puis par Colbert à ceux se rendant à Marseille, pour demander la suppression du droit d'aubaine, d'abord a Saint-Malo puis pour l'ensemble de la Bretagne23.

  • 24 AD. 35, C 3921.
  • 25 Les droits accordés aux Anglais et aux Hollandais après Utrecht, puis en 1739, encore en 1763, gên (...)

23Mais très souvent, il n'y avait pas de front commun, soit parce qu'il s'agissait de défendre un droit qui intéressait davantage une ville qu'une autre, ou une partie de la Bretagne, soit parce que ce qui avantageait l'un désavantageait l'autre. Deux exemples. Seuls les ports sardiniers étaient concernés par les problèmes de la rogue et de la concurrence des Bayonnais. Les Malouins eux s'occupaient d'autres types de questions, des droits inégaux pesant sur la pêche, sur la pêche à la morue. Il y avait à l'entrée de la Normandie, une différence entre les droits perçus sur le poisson pêché pour les Normands et ceux pesant sur le poisson breton qui leur semblait un « obstacle » à la multiplication des armements pour la morue. Il s'agissait d'un tarif ancien de 166424. Depuis, quelques ports dont Le Havre et surtout Dieppe, Granville et Honfleur, avaient obtenu des modérations. Dès lors, les Bretons qui allaient vendre leur poisson au Havre ou même à Ingrandes payaient le droit entier alors que les vaisseaux normands étaient traités en Bretagne comme les vaisseaux bretons25. Dans ce mémoire antérieur à 1736, les Malouins demandèrent que les huiles provenant des îles Royale et de Saint-Jean soient déchargées de tout droit et qu'il fut défendu « à tout Français d'acheter ou de faire bâtir des vaisseaux en Angleterre ou autres pays étrangers ». Ils s'inquiétaient de l'hémorragie d'argent, de la perte de travail, de la perte de débouché. Ils réclamaient une politique protectionniste afin d'abriter leurs industries navales, ils en appelaient à l'exemple des Anglais qui avaient mis de fortes taxes sur tout navire construit à l'étranger. de même, ils voulaient que l'on interdise l'achat du tabac en Angleterre pour le réserver exclusivement aux colonies françaises. Ils mettaient en avant qu'un tel commerce donnait du fret à 60 ou 80 vaisseaux anglais, l'enlevait aux Bretons qui tombaient dans l'« oisiveté », et qu'il en coûtait 3 M L par an qui feraient vivre 10 000 familles. Ils ne pensaient pas que l'achat d'un tabac moins cher fut une excuse suffisante. Ils s'opposaient aux fermiers qui cherchaient à remplacer l'abonnement annuel par une lettre de brieu achetée à chaque voyage. Enfin, ils voulaient que deux frégates de 30 canons fussent envoyées en permanence devant Salé, pour empêcher les corsaires de passer.

La lutte pour et contre les ports francs (Saint-Malo et Lorient)

  • 26 AD. 35, C 3928. P. Masson, Les ports francs d’autrefois et d’aujourd’hui, 1904.
  • 27 AD. 35, 1586. Projet de l’édit d’affranchissement du port de Saint-Malo. 28 août 1759. Mémoire du (...)
  • 28 AD. 35. C 1586. Observation des juges et consuls de Nantes représentant le Générai du Commerce de (...)
  • 29 AD. 35, C 1586.

24La grande affaire qui occupa les Malouins fut celle de l'obtention d'un port franc En 1701, ils adressèrent au Roi un mémoire « pour obtenir le rétablissement de la franchise révoquée indirectement en 1688 ». Cette première tentative ayant échoué, ils la renouvelèrent en 1712, en 1733 et en 173 626. Ils arguèrent alors la situation favorable de leur ville pour commercer avec les pays du Nord. Dès cette date, leurs prétentions attirèrent les protestations vigoureuses des marchands et négociants de Nantes, de La Rochelle et de Bordeaux. La descente des Anglais à Saint-Servan, leur fournit un nouvel argument et Beauvais Le Fer présenta un mémoire, qu'il demanda aux États d'appuyer auprès du contrôleur général. Le 28 août 1758, un projet d'édit d'affranchissement fut proposé27. L'affaire traîna et dans une supplique au Roi écrite le 3 avril 1759, les Malouins soulignaient avec force leur ruine pour demander le retour d'une franchise perdue. Cette requête se heurta encore à l'opposition farouche des autres ports et en particulier de Nantes, de Landerneau, de Morlaix28, mais aussi du Havre et de La Rochelle. de leur côté, les Fermiers généraux objectèrent le développement des affaires : en faisant de Saint-Malo « un magasin général de toutes les marchandises étrangères », on enlèverait le fret à tous les autres ports, on ne pouvait enlever le commerce du Levant à Marseille, enfin l'augmentation de la fraude par « filtration continuelle ». Les arguments avancés par les autres ports, par les négociants de Nantes en particulier, nous montrent l'enjeu du conflit. D'abord, ils réfutaient les affirmations des Malouins concernant le lien entre la pêche, la formation des matelots et l'obtention du port franc. Il n'était pas sûr que celui-ci favoriserait la pêche à la morue qui certes avec le cabotage, formaient les matelots, mais ses difficultés, l'attirance exercée sur les marins par des voyages plus faciles, plus lucratifs, n'avait rien à voir avec la franchise. Les arguments de fonds étaient plus importants : « les villes, écrivaient les Nantais, doivent sans cesse travailler à faire pencher la balance en la faveur du royaume en attirant l'argent de l'étranger ou ce qui est la même chose en se procurant des crédits sur lui ». Dans ces conditions, ce droit retrancherait cette ville de l'ensemble du Royaume en la mettant hors de ses limites, tout au moins en matière commerciale et elle serait ainsi privilégiée, « la liberté ne consiste pas dans une licence de chacun de faire ce qu'il juge à propos ; mais seulement de faire ce qui n'est pas contraire au bien général29 ». Il serait injuste d'anéantir le commerce d'une ville de plus de 100 000 habitants pour relever celui d'une ville de 18 à 20 000. Landerneau, Le Havre renchérissaient : « ce serait élever une fortune brillante [.] sur la ruine du commerce non seulement de cette province, mais même des autres places commerçantes du royaume ». Le Havre rappelait que, déjà en 1713, les chambres de commerce de Rouen, Bordeaux, La Rochelle, les habitants de Nantes, du Havre et de « tous les ports océans » se dressaient contre les prétentions malouines. Pour faire bonne mesure, ces villes soulignaient la « passion aveugle des Malouins » qui leur faisait oublier les souffrances des autres ports lors de la dernière guerre : Nantes avait perdu 91 navires et sur les 70 envoyés par Le Havre tous les ans en Amérique et en Guinée avant guerre seuls 14 rentrèrent. Morlaix déplorait la perte de 8 navires. Nantes, considérant que la prospérité malouine reposait sur la pêche à la morue, sur le commerce avec la Côte de Guinée et la traite des noirs, sur l'exportation des toiles, proposa que l'on accorde des privilèges aux pêcheurs, la liberté du commerce du Levant, des concessions sur les côtes africaines, des facilités pour le cabotage aux Indes. Après avoir hésité, le conseil finit par repousser le projet des Malouins qui revinrent à la charge en 1783.

25D'autres ports avaient tenté d'obtenir un port franc. Lorient réussit. Jusqu'en 1769, port de la Compagnie des Indes occidentales, il profitait des avantages accordés à celle-ci, de ses privilèges. Après la dissolution, les armateurs particuliers en héritèrent. La guerre américaine apporta à Lorient deux avantages : la ligne transatlantique en 1783 et le port franc. L'article 2 de l'arrêt du conseil du 9 mai 1784 décidait que : « À compter du 1er juillet prochain, le port et la ville de Lorient jouiront de l'entière liberté de recevoir les navires et marchandises de toutes les nations et d'exporter toutes espèces de productions ». Cette franchise dont l'assise territoriale, ville et port, se fit avec hésitations, profita essentiellement aux Américains qui en février 1785 avaient fait entrer pour 2 400 000 L de marchandises surtout du tabac mais intéressa peu d'armateurs lorientais.

Conclusion : une situation contrastée

26En 1788, Gournay ignorait dans son Almanach Général du Commerce, un grand nombre de villes. Il citait, Châtelaudren pour des toiles et ses fils, Le Croisic pour son commerce « considérable », Dinan pour ses toiles, Guérande pour son sel, Hennebont pour ses cuirs. Landerneau, traitait des produits de la terre, des fers, du sel, des planches, des toiles, du papier des cuirs, du sel, du sel de soude, et ses bouquets de coquillages. Lannion vendait chanvre, beurre salé, fils d'étoupes, mèches à canon. Lorient disposait de son port Franc, du commerce des Indes, de Chine, Machecoul, de ses grains, Moncontour de ses toiles. Morlaix commerçait des produits divers de la terre, de l'élevage, des toiles, des fils, du papier, des huiles de lin, de ses tanneries, du tabac. Il citait enfin Nantes, Rennes au commerce pas très florissant mais ne manquant pas d'activités Saint-Malo et Vitré. Outre des oublis étonnants, comme les grains à Hennebont, le traitement des villes y paraît très inégal. L'ensemble laisse une impression d'activités limitées et ne correspond pas à ce que nous venons de dire mais assez bien à la réputation des différentes cités et ne contredit pas Samuel Bernard dans son Traité Général du Commerce qui en 1781, déclarait : « La Bretagne qui indépendamment des ouvrages de ses fabriques et manufactures, fournit aux étrangers les mêmes articles que les villes de Guyenne et du pays d'Aunis ». Il faisait la part belle à Nantes, la « ville principale de Bretagne, signalait Rennes au commerce 'assez important », Saint-Malo « autrefois très commerçante, Morlaix, Lorient, Port-Louis, Brest et Quintin, Vitré, Fougères, Dinan pour leurs manufactures de toiles. Ces descriptions traduisent bien la difficulté à interpréter la situation de chaque ville à partir d'une présentation très lacunaire, disproportionnée, sans une vision d'ensemble de l'évolution économique de la Bretagne. Sans atteindre, les outrances de Babin, elles répercutent les méconnaissances et les préjugés de tels auteurs. Ce n'était pas le cas de Ogée. La situation d'une cité à une autre mais aussi d'une activité à une autre variait et faisait coexister la permanence de modes de paiement rudimentaires, des pratiques de troc, l'emploi de numéraires comme à Guingamp à côté de l'usage de lettres de changes utilisés ailleurs. Les transactions qui se faisaient à faible distance expliquent aisément les premières, d'autant que les propriétaires pratiquaient envers leurs paysans et quelquefois les artisans des prêts d'argent à des taux usuraires.

  • 30 M. el. Kordi, op. cit, Bayeux, ville de 8 000 habitants n’avait « pratiquement ni commerce, ni ind (...)

27Ces politiques se comprenaient d'autant plus que les effets des conflits contre l'Angleterre au xviiie siècle bouleversèrent bien des secteurs économiques bretons. L'évolution économique ne rend pas compte de tout30, en particulier de la survie, du maintien en activité de villes à l'économie languissante qui ne peut s'expliquer que par l'exercice en leur sein d'autres fonctions politiques, judiciaires, administratives, religieuses ; culturelles. Un des attraits, sinon une des forces de la ville, consiste en ce que l'on est obligé de s'y rendre pour régler ses affaires ou tout au moins partie d'entre elles. Plus une ville concentre sur son territoire, de tribunaux, de sièges administratifs, plus elle est attractive pour tous ceux qui ont besoin de leurs services comme pour ceux y font carrière, les uns vivant à la ville, les autres s'y rendant. La zone d'influence d'une cité est alors celle du ressort de chacune des administrations qui s'y trouve. Sjoberg a montré, il n'est pas le seul, que la présence de services importants favorise la prééminence d'une ville sur les autres. Parlant de Nantes et de Saint-Malo, nous constatons que l'infériorité malouine en l'espèce a joué dans le déclin de la ville. À l'inverse, Rennes, malgré l'installation de manufactures sur son sol, resta une ville politique et administrative ce qui la maintint à peu de chose près au même niveau démographique.

Notes

1 Ce qui correspond en fait à une baisse relative (près de 14 points en dessous du taux de croissance breton) sauf à admettre le chiffre de 5616 habitants pour 1790 (54.28 %) qui est trop élevé.

2 J. Delumeau, La démographie de Saint-Malo, 1969. Ch. Carrière, Négociants marseillais, dans l’affaire des Mers du Sud, l’initiative vint des Malouins et attira des Marseillais. Il se développa : « un inextricable faisceau d’intérêt entre les négociants des deux villes » (p, 95).

3 P. Haudrère, Lorient arsenal, 1983, la ville perdit un septième de sa population entre 1770 et 1773. Mais cette crise fut passagère.

4 A. Medam. Conscience de la ville, 1976, parlant de la « complexification » de la ville, se demandait si elle recevait plus de « force de travail pour que s’accumule le capital » et si le « contenu du système capitaliste » ne devenait pas plus complexe. Il semble bien qu’à Nantes, la stratégie commerciale ait créé un appel de main d’oeuvre qui rendit possible autres développements, mais. à Saint-Malo, la présence d’une forte accumulation de capitaux n’a pas empêché la ville, dans le cadre de choix différents, de se vider de sa main d’oeuvre.

5 Y. Le Barth, Delaye frères, armateurs et négociants lorientais à la fin du xviiie siècle, Rennes 2, maîtrise, 1982.

6 M. Morineau, Quelques…, définit l’aire commerciale par et d’abord son espace géographique, ensuite par son contenu. Elle est, pour lui, un lieu de transaction qui dépend de deux partenaires, le vendeur et l’acheteur. J’ajouterai qu’émettrices et réceptrices, elles s’interpénètrent.
A. Lespagnol, Saint-Malo…, 1984. La part du cabotage lié au site, 70 % des bâtiments contre 20 % seulement à Bordeaux resta très importante Les foires, urbaines ou rurales jouaient ce rôle et limitaient les déplacements des marchands (J. Boucher, marchand de draps à Rennes traitait à Guibray, AD. 35, 10 Ba 105).

7 A. Lespagnol, « Saint-Malo et le monde hispanique » ASHAASM, 1976.

8 H. Touchard. Le commerce maritime breton à la fin du Moyen-Âge, 1967, en démontre l’ancienneté.

9 « Machinisme et mentalité de profit aux mines de Pont-Péan, vers 1760 », Revue du Nord ; 1975, p 315-322. Un autre exemple aurait été fourni par l’exploration des mines de plomb argentifère de Huelgoat.

10 P. André, « Les gagne-petit de la Traite : Le commerce négrier à Vannes au milieu du xviiie siècle », Colloque International sur la Traite des Noirs, Nantes, 1985.

11 Ph. Jarnoux, Les bourgeois et la terre…, 1993.

12 BN, fr 22081. 19 juin 1717. AD. 35, C 3160, 3167, AN. A 131.

13 AD. 35, C 3170, 3173.

14 AD. 35, C 3928. Mémoire des négociants de Nantes, 3158, En 1711, Les États avaient racheté l’Office de Contrôleur visiteur des suifs (220 000 L). Édit de février 1748.

15 AD. 35, C 3170, 3171, 3172, Nantes. Saint-Malo, Morlaix, Vannes. Quintin ; Lamballe, Rennes, Moncontour, Saint-Brieuc.

16 Article CCVI du Cahier de la Sénéchaussée de Rennes, commerce avec l’Angleterre, article CCIV, contre l’arrêt 1784, ouvrant « nos colonies à nos rivaux » et la pêche à la morue.

17 AD. 35, C 2241, Domaine d’Occident. Lettre du 8 avril 1761.

18 AD. 35, 10 Ba, Saint-Malo s’occupait de Saint-Brieuc, Quintin, Jugon, Combourg et Dol.

19 A. Foulon, Étude sur la représentation légale du commerce en France, Nantes, 1896 : J. Cabory, Le tribunal consulaire de Nantes, thèse droit, Rennes. 1941. AD. 29, E 1509. Morlaix avait eu le premier consulat créé par lettre patente de septembre 1561 parce qu’il y avait : « commerce et trafique de marchandises et autant fréquent qu’en nulles autres des villes de notre dit pays… ». AD. 35, C 2755, Le consulat de Quimper fut ensuite supprimé. Les États estimant que Présidial et régaire suffisaient dans cette ville (30 octobre 1618). AD. 35, 12 B 2 et B 3. Première demande de Lorient en 1732.

20 J. Béranger. La politique économique des États de Bretagne.

21 AD. 35, C 3928. « Mémoire pour la liberté du Commence du Levant en faveur de la Bretagne ». Ils protestèrent encore le 2 juillet 1764.

22 AN, A, 129 18 août 1782.

23 AD. 35, C 3928, 4 juillet 1764.

24 AD. 35, C 3921.

25 Les droits accordés aux Anglais et aux Hollandais après Utrecht, puis en 1739, encore en 1763, gênèrent beau-couples pêcheurs de Dunkerque.

26 AD. 35, C 3928. P. Masson, Les ports francs d’autrefois et d’aujourd’hui, 1904.

27 AD. 35, 1586. Projet de l’édit d’affranchissement du port de Saint-Malo. 28 août 1759. Mémoire du maire et échevins de la ville de Saint-Malo adressé aux Fermiers généraux. Le territoire de la franchise aurait compris Saint-Malo et toutes les grèves entre Saint-Malo et Saint-Servan, la ferme contrôlant la digue et les chemins.

28 AD. 35. C 1586. Observation des juges et consuls de Nantes représentant le Générai du Commerce de cette ville…, 14 p. imprimées, 1758, et Mémoire des juges et consuls de Nantes, 6 p., 1758. AD. 56. B 4592. Mémoire de Bernard et Miron. 27 avril 1759.

29 AD. 35, C 1586.

30 M. el. Kordi, op. cit, Bayeux, ville de 8 000 habitants n’avait « pratiquement ni commerce, ni industrie ». Sa bourgeoisie nombreuse et misérable (59 % du Tiers dont 80 % à 3 livres et au dessous) se composait de robins, de petits marchands et rentiers du sol.

Table des illustrations

Titre Trafic 1743
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11030/img-1.png
Fichier image/png, 134k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11030/img-2.png
Fichier image/png, 76k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11030/img-3.png
Fichier image/png, 138k
Titre Implantations foncières (Ph. Jarnoux)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11030/img-4.png
Fichier image/png, 534k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search