Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et Nation

 | 
Vincent Petit

Annexe XIII. Mandement et lettre pastorale de Monseigneur l’évêque d’Orléans au clergé de son diocèse pour lui annoncer l’adoption du missel, du bréviaire et du rituel romains dans le diocèse d’Orléans (17 novembre 1875)

Texte intégral

1Messieurs et chers coopérateurs, Vous serez heureux d’apprendre, comme nous le sommes nous-mêmes de vous l’annoncer, qu’à partir du premier dimanche de l’Avent prochain, – ainsi que nous vous l’avions déjà fait savoir à notre dernière Retraite pastorale, – le Bréviaire* et le Missel* romains deviennent obligatoires et pourront seuls être en usage dans le diocèse d’Orléans.

2Vous ne l’ignorez pas, Messieurs, une de nos premières pensées, en arrivant dans ce diocèse, avait été de vous procurer cette conformité dans l’office divin avec l’Église Mère et Maîtresse ; et la première Commission nommée par nous eut pour objet de préparer dès lors, avec la prudence et la circonspection recommandées car les souverains Pontifes, Grégoire xvi, de vénérable mémoire, et le magnanime Pie IX lui-même, les longs et délicats travaux qu’entraîne nécessairement un changement de cette nature.

3Aux travaux de la Commission devaient nécessairement s’ajouter notre révision personnelle, notre examen détaillé et approfondi ; car, nous devons vous le dire, Messieurs, nous attachions un très grand prix à ce que, dans le Propre* du diocèse, tous les grands souvenirs de cette antique Église d’Orléans fussent religieusement conservés. Il ne faut pas que nous puissions jamais laisser périr la mémoire des Euverte, des Aignan, des Eucher, et de tant d’autres grands Evêques, qui furent et sont encore l’honneur de notre diocèse, non plus que celle des Euspice, des Mesmin, des Avit, de tant d’autres saints Moines qui illustrèrent nos antiques Abbayes de Micy, de Saint-Benoît, de Ferrières, et de toute cette pléiade de saints prêtres, de pieux laïcs, de vierges chrétiennes dont le culte est encore populaire parmi nous. Nous étions sûr d’ailleurs, et nos prévisions n’ont pas été trompées, de rencontrer pour cela, à Rome, comme toujours, sagesse et condescendance : car il fallait de plus envoyer tous nos travaux à Rome, et attendre encore ici les délais indispensables pour l’approbation de notre Propre diocésain.

4Mais absorbé d’abord tout entier, Messieurs, pendant plus de dix années, de 1859 à 1870, par la défense du Saint-Siège, et par la lutte contre l’impiété, dont le déchaînement, vous avez pu en faire la douloureuse remarque, a coïncidé en France avec les attaques contre le Pape ; puis, envoyé par des suffrages que nous n’avions pas même eu la pensée de solliciter, à l’Assemblée nationale, où les intérêts du Saint-Siège et de la Religion ont eu plus d’une fois besoin d’être défendus, nous n’avons pas pu donner à cette importante affaire des livres liturgiques l’attention immédiate et la suite que nous aurions voulu y apporter. Une telle œuvre toutefois ne pouvait être abandonnée ; elle ne l’a jamais été ; et, grâces à Dieu, tout est maintenant terminé : le Propre du diocèse, longuement élaboré, a été définitivement approuvé à Rome ; toutes les autres mesures sont prises : à partir donc du premier dimanche de la prochaine année ecclésiastique, les Bréviaire et Missel romains, – sauf les exceptions personnelles, que le Souverain Pontife a bien voulu nous permettre de faire, dans les conditions indiquées, – sont obligatoires pour tous les prêtres, dans toutes les églises et chapelles du diocèse d’Orléans.

5Il en sera de même pour le Rituel* romain, à dater du premier janvier 1876.

6Il ne vous sera pas difficile, Messieurs, de faire comprendre aux fidèles, – car pour le Clergé, depuis longtemps, il n’y a plus là de question, – la nécessité et les avantages de ce changement. Rome n’a pas donné ici des ordres formels et trop urgents ; et il n’était pas nécessaire, de le faire : nous sommes, et nous nous en faisons gloire, cette nation fidèle dont parle l’Écriture, qui n’est pas seulement obéissance, mais qui est amour : Natio justorum obedientia et dilectio. Aussi, dès que les vœux du Souverain Pontife, relativement à cette question, ont été connus, tous les diocèses de France successivement, même sans attendre des ordres, chacun selon ses possibilités particulières, les uns avec plus d’élan, les autres avec plus de lenteur, mais tous avec la maturité convenable et une consolante unanimité, sont entrés dans les désirs et les vues du Saint-Père, et ont, sans hésiter, maigre les attaches que laissent toujours dans les cœurs les vieux usages, abandonné leurs liturgies particulières, pour adopter le Bréviaire et le Missel de la sainte Église Romaine et de l’Église universelle. Tel est en effet l’esprit catholique, Messieurs, qu’il n’hésite pas, quand le Chef de l’Église le proclame nécessaire ou désirable, à sacrifier ce qui est local à ce qui est universel. Et, dans les tristes temps d’ailleurs où nous vivons, n’est-ce pas un contre-poids manifeste aux périls de l’Église que ce mouvement, instinctif, disons mieux, providentiel, de tous les membres de ce grand corps vers le Chef, que cette touchante unanimité des Catholiques à se serrer de plus en plus autour du Centre immuable de l’unité ? Car, qui peut savoir, Messieurs, les épreuves que ces temps d’indépendance, de révolte, et de foi défaillante, nous pourraient apporter dans des circonstances politiques données et malheureusement trop possibles ? N’est-il pas manifeste que c’est en de tels temps, surtout, que nous devons être jaloux de demeurer unis avec le Saint-Siège par les liens tout à la fois les plus intimes et les plus forts ?

  • 1 Référence à la politique de Kulturkampf menée par les autorités bernoises à l’imitation celle de B (...)

7Vous le voyez donc, Messieurs et chers Coopérateurs : indépendamment des raisons d’antiquité, d’universalité, d’autorité, – sans parler de plusieurs autres considérations, très graves aussi, qu’on a fait valoir à l’origine quand il s’est agi de préparer les esprits en France à ce changement, – il y en a d’autres encore, très puissantes toujours, mais surtout dans les temps que nous traversons, pour motiver aux yeux des fidèles la mesure que je vous annonce. L’adoption en effet des livres d’Office romains nous unit plus étroitement avec Rome ; nos Églises y puiseront une force nouvelle et plus nécessaire que jamais dans l’incertitude et les périls de nos temps modernes. La grande force mise par Dieu dans son Église, ne cessons pas de le redire, elle est là, Messieurs, dans la hiérarchie, dans cette simple et puissante hiérarchie, dont le centre immortel est à Rome. Que les fidèles et les prêtres demeurent fortement unis autour des évêques, et les évêques autour du Pape, et rien n’entamera jamais l’Église. C’est ainsi que nous voyons, à l’heure qu’il est, à nos portes, chez un peuple voisin, dans cette Suisse1 qui se glorifiait autrefois du nom de pays libre, une odieuse oppression, de cruels exils, infligés à tout un clergé, sans qu’on ait pu arracher à ces prêtres fidèles, si indignement persécutés, mais inviolablement attachés à leurs Evêques et à Rome, une défaillance, une seule ! Les apostats et les intrus sont tous venus d’ailleurs.

8Serrons-nous donc tous et de plus en plus autour de la Chaire suprême ; dirigeons toujours de ce côté nos regards et nos cœurs ; acceptons avec joie, comme un plus fort et plus cher lien avec Rome, ses livres liturgiques ; et, dans l’unanimité de nos cœurs, dans les sentiments d’une docile piété, offrons à la sainte Église romaine, notre Mère, ce nouveau témoignage de notre respect et de notre amour ; réjouissons le cœur de son Pontife, par ce gage de notre fidélité ; apportons cet adoucissement de plus à ses inénarrables amertumes.

9Voyons aussi pour nous, Messieurs et chers Coopérateurs, dans ce grand changement, une occasion naturelle de nous renouveler dans l’esprit de religion et de prière, et dans toute la ferveur de notre saint état. La sainte Messe, Messieurs, c’est le pain quotidien du prêtre ; c’est son heure par excellence. Le saint Bréviaire, ce n’est pas seulement pour lui une stricte obligation, c’est de plus, qui de nous ne l’éprouve chaque jour ? une douceur, une consolation, une force. De quoi sont composés en effet le Missel et le Bréviaire ? De la moelle des Écritures, des plus belles pages des Saints-Pères, du résumé de la vie et des vertus de nos Saints, et de ces hymnes sacrées que la foi et l’amour inspirèrent aux vieux âges catholiques, et qu’ont redites tant de générations de croyants. Voilà ce qui est tous les jours notre nourriture obligée. Comment, si nous savons la prendre dans les conditions convenables, nos âmes n’y puiseraient-elles pas la santé, la vigueur et la vraie vie sacerdotale ? On peut dire que tout est là pour la piété ! et quelles ressources n’y a-t-il pas là aussi pour la science sacrée ? Mais il faudrait monter au saint autel comme des anges ; et comme des anges aussi, réciter ou chanter ces psaumes, ces leçons, ces hymnes incomparables. La prière, c’est là notre arme la plus forte, et la partie la plus sacrée de notre ministère : Nos vero orationi et ministerio verbi instantes erimus, disaient les Apôtres. Nous sommes les hommes de la prière. Quand nous lisons notre Bréviaire, nous agissons en mandataires de l’Église, nous prions en son nom, en union avec cette multitude de saints prêtres répandus sur la face du monde catholique, partout où il y a un temple ou un autel de Jésus-Christ. De quel esprit de piété un tel ministère ne devrait-il pas nous pénétrer ! Élevons-nous à ces pensées, Messieurs, quand nous prenons en main ce cher Bréviaire, compagnon de notre solitude, confident de nos peines, ou quand nous célébrons, dans l’ombre même de la plus humble église, les mystères sacrés. C’est alors surtout que nous sommes prêtres, hommes de Dieu et hommes du peuple, médiateurs entre Dieu et les hommes, à l’exemple de Notre-Seigneur Jésus-Christ, avec qui notre Sacerdoce nous donne une identité si glorieuse et si redoubtable : Sacerdos alter Christus. Oh ! combien nous avons besoin de cet esprit que la Sainte Écriture appelle : Spiritus gratiæ et precum. En recevant, Messieurs, les livres de prières de la sainte Église romaine et de l’Église universelle, renouvelons-nous donc, tous, car nous en avons tous besoin, dans cet esprit et ces sentiments.

10Et, en même temps, essayons de renouveler aussi le peuple fidèle dans l’amour des saints Offices de l’Église et de sa sainte Liturgie. Bossuet a dit : « L’Église, inspirée de Dieu, et instruite par les saints Apôtres, a tellement disposé l’année qu’on y trouve avec la vie, avec les mystères, avec la prédication et la doctrine de Jésus-Christ, le vrai fruit de toutes ces choses dans les admirables vertus de ses serviteurs et dans les exemples de ses Saints, et enfin un mystérieux abrégé de l’Ancien et du Nouveau Testament, et de toute l’histoire ecclésiastique. Par-là toutes les saisons sont fructueuses pour les chrétiens ; tout y est plein de Jésus-Christ, qui est “toujours” admirable, selon le prophète, non seulement en lui-même, mais encore “dans ses Saints”. Dans cette variété qui aboutit toute à l’unité, tant recommandée par Jésus-Christ, l’âme innocente et pieuse trouve, avec des plaisirs célestes, une solide nourriture et un perpétuel renouvellement de sa ferveur. » Mais c’est bien, Messieurs, dans la Liturgie catholique qu’on peut voir avec une plus éclatante vérité « l’Église inspirée de Dieu et instruite par les saints Apôtres ». La splendeur du culte, les pompes des cérémonies sacrées, les harmonies du chant divin, ont toujours été dans les mains de l’Église un puissant moyen d’action sur les peuples. Ils le seraient encore, si nous le voulions fortement. Vous avez déployé, Messieurs, un grand zèle pour la reconstruction et la restauration de vos églises, pour la décence du service divin, pour la dignité des cérémonies et du chant, pour tout l’extérieur du culte en un mot. Vous êtes des prêtres qui pouvez dire : Domine, dilexi decorem domus tuæ. Je vous en bénis devant Dieu. Mais, laissez-moi l’ajouter : ce n’est pas encore assez. Car, où sont aujourd’hui les chrétiens qui trouvent, selon l’expression de Bossuet, dans nos cérémonies et nos fêtes liturgiques, « avec des plaisirs solides, une céleste nourriture et un perpétuel renouvellement de leur ferveur » ? Ils en ont perdu le sens, ils n’en sentent plus la beauté ; c’est un spectacle qui frappe leurs yeux, et qui trop souvent ne dit rien à leur âme. Aussi, loin de s’y plaire, ils s’y ennuient, ou n’y viennent plus. Eh bien, Messieurs, expliquez-leur ces choses, donnez-en aux fidèles l’intelligence, apprenez-leur à s’y intéresser ; faites que, lorsqu’ils sont à vos églises, ils sachent bien ce qui s’y passe, la raison des différentes saisons de l’année chrétienne, la beauté de tout le cycle de nos fêtes, la signification de toutes les cérémonies qui se déroulent à leurs regards ; donnez-leur surtout le goût des prières liturgiques ; là sont les plus saintes prières, là respire le vrai génie du Christianisme. C’est ainsi que l’adoption des livres romains sera pour vous une occasion de donner aux fidèles une véritable connaissance de notre belle Liturgie chrétienne, et le meilleur moyen de leur en inspirer l’amour.

11À ces causes, et après en avoir conféré avec nos vénérables Frères les Chanoines de l’Église d’Orléans, avons ordonné et ordonnons ce qui suit :

12article premier.

13Le Missel et la Bréviaire romains sont obligatoires dans le diocèse d’Orléans, tam in choro quam privatim, à partir des premières Vêpres du premier dimanche de l’Avent prochain.

14art. 2.

15Le Rituel romain, avec le supplément autorisé par la Congrégation des Rites, le 23 septembre dernier, sera désormais seul en usage dans toutes les Églises et Chapelles du diocèse, pour l’administration des Sacrements, et pour toutes les fonctions liturgiques.

16art. 3.

17Voulant assurer l’uniformité du chant sacré, nous avons adopté et adoptons, pour être uniquemeut et exclusivement suivi dans notre diocèse, le Chant romain, dit de Rennes,

18art. 4.

19Le Clergé du diocèse aura deux habits de chœur distincts, l’habit de chœur d’été et l’habit de chœur d’hiver.

20L’habit de chœur d’été se compose du surplis romain et de la barrette. Il se porte de la fête de Pâques à la Toussaint inclusivement.

21L’habit de chœur d’hiver se compose du surplis romain, du camail et de la barrette (indult* du 13 novembre 1874). Il se porte de la fête des morts à Pâques exclusivement.

22L’habit de chœur du Clergé est également porté par les Officiers du chœur et de l’autel.

23Et sera notre présent Mandement lu dans toutes les Églises de notre diocèse, le premier dimanche de l’Avent prochain.

24Donné à Orléans, sous le sceau de nos armes et le contre-seing de notre Secrétaire-Général, le jour de la fête Saint-Aignan, 1875.

25+ Félix, Évêque d’Orléans.

Notes

1 Référence à la politique de Kulturkampf menée par les autorités bernoises à l’imitation celle de Bismarck en Allemagne (NdA).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540