Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Claude Nières

3e partie. Villes et économie

Chapitre X. Les ressources de la mer

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La mer apportait aux Bretons des produits les plus divers, du sel, de la soude, des engrais mais aussi des crustacés, des coquillages et surtout des poissons.

Les pêches bretonnes et les marchés des poissons

Les ressources

2La Bretagne possède grâce à la pêche un aliment supplémentaire et une source de commerce non négligeable. La pêche fournit une activité, aux hommes et aux femmes qui la pratiquaient, aux travailleurs qui transformaient le poisson, aux fabricants de matériel (navires, barriques, filets, lignes, hameçons). Elle donnait un débouché aux producteurs de sel. Sa pratique procurait une qualification bientôt partout reconnue. La seule pêche à la sardine rapportait en année moyenne 2 M L au milieu du xviiie siècle. Toutes ces pêches alimentaient les caisses des seigneurs tels les religieux de Langonnet qui recevaient 500 merlus par an des habitants de Concarneau. Seigneurs qui obligeaient aussi les pêcheurs à porter leurs poissons dans leurs sécheries.

  • 1 Robien Histoire ancienne, 1756.

3La Bretagne disposait de conditions de pêche naturellement bonnes1. On y trouvait des poissons qui vivaient proches des côtes, des poissons plats objets d'une pêche ancienne tel le flétan qui aimait les eaux modérément fraîches, le carrelet, la limande, la sole, des poissons à squelette osseux tels le saumon et le congre, à squelettes cartilagineux, telles les raies si nombreuses. Les Bretons attrapaient aussi des poissons des grands fonds qui se déplaçaient, le hareng qui constituait d'énormes bancs à la surface et qui fit essentiellement la fortune des Néerlandais et des Anglais, les maquereaux qui aimaient les eaux modérément chaudes, les thons. Les sardines, constituaient des bancs migrateurs qu'attendaient les pêcheurs bretons au fur et à mesure de leur passage. Les morues dans des eaux plus lointaines fournissaient un produit recherché. Enfin, crustacés et mollusques pullulaient sur les côtes bretonnes.

  • 2 Saler en pile, méthode de Roscoff consistait à remplir de sel le ventre de chaque poisson, puis à (...)

4Une telle diversité explique des types de pêches et des débouchés fort différents. Les produits de la pêche riveraine, du ramassage des coquillages et mollusques se vendaient soit directement soit aux poissonniers des marchés urbains les plus proches, ainsi des crabes que l'on consommait cuits ou crus, ou des écrevisses. Les grèves de Saint-Malo fournissaient un très petit poisson qui se consommait frais, met délicat qui se dégradait très vite. Il servait surtout d'appât. Le maquereau demandait un matériel navigant plus important et faisait vivre les pêcheurs des côtes nord-est qui équipaient une centaine de bateaux 6 à 20 tx. Jusqu'au xixe siècle, ils utilisèrent les lignes et refusèrent, sauf exception, d'adopter le chalut. La saison débutait en mai et durait jusqu'à fin juin dans la région de Roscoff. Elle commençait en avril pour finir en juillet autour de Saint-Malo. Des Normands, en particulier de la Hougue, participaient à cette pêche sur les côtes bretonnes. Installés à Roscoff, de la fin avril à la fin juin, 48 bateaux à Saint-Brieuc, 170 à Morlaix, 200 à Brest s'adonnaient à cette activité. La prise des maquereaux tournait autour de 25 000 pièces dont une partie consommée par les pêcheurs, le reste se vendait « en vert » dans les villes voisines ou était transporté, après salaison et mise en pile, à Saint-Malo2.

5La diversité des poissons attrapés, la difficulté de les conserver, limitaient l'aire de vente. Il en était de même pour d'autres pêches. Les Bordelais achetaient pour les Espagnols qui en consommaient beaucoup, du congre salé et séché au vent ou seulement séché, vendu sur place ou mis en paquets de 200 lp. Le marché atteignait cent milliers par an pour un poisson qui perdait la moitié de son poids au séchage et qui empestait au dire des contemporains. Les saumons de l'Ellé, de l'Aulne, du Blavet et surtout du Trieux, vendus à Quimperlé, Pontivy, Hennebont, Châteaulin, et Pontrieux, étaient envoyés séchés sur les marchés dont le marché parisien. Les populations des paroisses côtières, les pêcheurs, les préparateurs, les poissonniers vivaient chichement de ces pêches saisonnières et il n'y a aucune raison de penser qu'elles connurent une crise pendant notre période, si ce n'est la pêche au merlu qui tomba brutalement entre la fin du xviie siècle et la fin du xviiie siècle sous l'effet de la concurrence de la morue. La rareté du merlu fit monter les prix de 12 à 20 L le quintal.

Les grandes pêches

6Des trois grandes pêches qui se pratiquaient en Europe, du hareng, de la sardine et de la morue, la première concernait peu les Bretons. Les membres de la Société d'Agriculture tentèrent de la relancer mais les Bretons ne se hissaient pas au niveau de Dun-kerque qui armaient en moyenne 37 bâtiments entre 1763 et 1774.

La pêche de la sardine

  • 3 D. Robin, Pêcheurs bretons sous l’Ancien régime, 2000.
  • 4 Ch. Cérino, idem.
  • 5 Le Berre, Aspects, 1979, dénombrait 300 chaloupes en 1717. La Servinière, « Concarneau en 1775 », (...)

7La pêche à la sardine par contre constituait une pêche très importante étudiée par Dominique Robin3. Cette activité saisonnière, pratiquée par des paysans pêcheurs, intéressait tous les ports de Camaret au Croisic, concernait en 1767 quelques 1 500 chaloupes, 6 000 « matelots ou laboureurs », 2 500 mousses et faisaient travailler des milliers de personnes. Cette activité était en progression depuis le milieu du xviiie siècle, on pouvait compter 700 chaloupes au début. Port- Louis, Douarnenez, Concarneau principaux ports sardiniers, le Croisic, le Pouliguen, Audierne, Etel, ainsi que Belle-Île grand centre sardinier4. La côte orientale particulièrement dangereuse, les tempêtes fréquentes, les écueils nombreux, formaient de bons marins littoraux qui pratiquaient la pêche à la sardine depuis longtemps. Ils transportaient aussi les toiles de Locronan vers les Flandres. La quantité de poisson pêché et le nombre de sardiniers variaient beaucoup d'une année sur l'autre : en 1717, 68 congés de pêche, 500 en 1718, 161 en 1719, leur nombre tomba à 66 en 1720, monta à 109 en 1721 et chuta à 29 en 1722. Douarnenez : « pêchait les meilleures sardines, grandes, blanches, regorgeant d'huile parce que prises en fin de saison5 ». La valeur du produit faisait la réputation des sardines de Royan et de Saintonge. Celles de Belle-Île, de Port-Louis, de Concarneau et de Quimperlé se vendaient moins bien que celles de Douarnenez achetées par les Malouins et les étrangers. D'après le Dictionnaire du Commerce, la Bretagne proposait ses sardines en sel ou en piles, en futailles, pressées, sorettes c'est-à-dire fumées comme des harengs saurs, en sauce dans de petits barils ou de petites boîtes, elles étaient alors confites ou anchoises. Les sardines non vendables, trop petites, procuraient l'huile vendue en barrique qui « servait à brûler et à graisser ». Destinée à l'éclairage des pauvres, elle dégageait une odeur infecte, elle servait surtout au radoub des navires et à la préparation des peaux. D'après différentes enquêtes, il existait neuf pêcheries dans le Léon et les Finistériens qui consommaient 4,66 % de leur pêche, vendaient surtout le reste en France (85.50 %) et un peu à l'étranger. Ainsi, selon les saisons et les régions, les sardines fraîches alimentaient les marchés urbains près des côtes, étaient transportées en voitures vers l'intérieur ou par chasse-marée à Nantes ou à La Rochelle. Pour les expédier plus loin, il fallait les préparer dans les sécheries ou les anchoiser.

  • 6 J. Danigo, « Les doléances… », MSHAB. LIV, 1977, estimait à 2 ou 3 ML par an le montant de la pêch (...)

8En 1740, une bonne année, il aurait été pêché 360 M de sardines dont 55,92 % furent consommées fraiches et le reste vendu. L'année suivante particulièrement mauvaise ne permit d'en ramener que 70 M consommées entièrement sur place, ce qui entraîna une perte de 10 000 L. Nous touchons là une des difficultés de la pêche à la sardine : sa grande irrégularité. Une mauvaise saison entraînait une chute du commerce mais aussi du niveau de vie des marins payés à la part. Que pouvait rapporter une pêche aussi aléatoire ? Expilly l'estimait à 2 ou 3M L, pour 1 000 à 2000 barriques par an. Le chiffre d'affaire de Port-Louis en 1737 serait de 100 000 L, celui de Concarneau, mais en 1775, de 200 000 L, de Douarnenez 875 000 L, et des ports du Finistère de 428 620 L en 1789. En 1787 : 2 815 8056. Le prix de la barrique passa de 25 L en 1737 (prix moyen) à 40 L en 1775. Il variait aussi selon la période d'arrivée sur les marchés. À Bordeaux, la foire d'Octobre jouait un grand rôle. En décembre 1722, le retard des arrivages fit tomber les prix de 33 L à 25 et même à 20. En septembre 1726, la sardine pêchée en août à Port-Louis se vendit de 110 à 120 L en 1728, celle de Concar-neau en octobre, 80 L. Des caboteurs de quelque 30 tx assuraient le transport des sardines de Concarneau à Bordeaux. Les marchands les affrétaient soit sur place, soit à Quimper, Pont-Aven ou l'île d'Yeu. En 1730, le prix du fret atteignit 6 L par tonneau. Il faut y ajouter le « chapeau » de dix sols qui correspond aux pertes.

9Au début du xixe siècle, la pêche à la sardine gardait en Bretagne une très grande importance bien que la période ne se prêta guère à une grande activité maritime (nous sommes en 1810). Près de 800 chaloupes occupaient alors 4000 pêcheurs et le préfet s'inquiétait du prix de la rogue passée de 45 francs à 500 et de la concurrence des sardines espagnoles. Ces problèmes n'étaient pas nouveaux.

  • 7 AD. 35, C 3170, Rapport de la commission du commerce, 1775.

10Les négociants dominaient la pêche à la sardine pratiquée par des milliers de petites gens. Ils vendaient la rogue, détenaient les sécheries et écoulaient les produits7. Dominique Robin a raison, cette activité ressemble à celle de l'industrie textile et s'inscrit dans le cadre de la protoindustrialisation. La rogue ? Un appât indispensable fait d'œufs de morues, de cabillauds, de stockfisch, auparavant de maquereau jusqu'à l'ordonnance de 1681 qui n'empêcha point son usage de Port-Louis à Quiberon. Son prix grevait lourdement le prix de la sardine et mettait les pêcheurs sous la dépendance des marchands qu'ils fussent bretons ou étrangers. Aussi comprend-t-on que les pêcheurs aient cherché par tous les moyens à s'en passer. L'ordonnance du août 1724, confirmée à maintes reprises, en particulier par l'arrêt du Parlement de février 1775 réglementait la vente de la rogue. Pour briser le monopole de la vente par les étrangers, J. Torrec de Bassemaim en demanda en 1769 le privilège. Il proposait le baril à 24 L comptant, 26 L à crédit et s'engageait à réduire par la suite ce prix de 19 L10 s à 21 L 10 s. Les marchands de Quimper, Concarneau et Douarnenez s'y opposèrent, confier le privilège exclusif de la fourniture, n'aurait pas forcément réduit le prix payé par les pêcheurs qui seraient passés d'un monopole â un autre. Il fallait donc demander aux morutiers bretons de ramener le plus de rogue qu'il leur serait possible. Le projet fut abandonné. Les sardiniers de Douarnenez se heurtaient à ceux du Pays Basque et de la Gascogne qui vendaient de 30 L à 50 L. Les commerçants de Concarneau engagèrent à fournir à 22 L le baril de sapin de Bergen, 30 L celui de Hollande (en 1711-12), mais ils ne purent suffire à couvrir la demande. Les cahiers de doléances de Concarneau dénonçaient encore cette situation.

11Ces difficultés expliquent pourquoi les pêcheurs se tournaient vers d'autres activités moins aléatoires, soit un autre type de pêche, la morue, soit le cabotage, solution adoptée par ceux du Léon à la fin de l'Ancien Régime. Après la guerre américaine et une chute sérieuse, la pêche à la sardine procurait dans l'amirauté de Quimper de 620 000 L à 700 000 L. Douarnenez déclinait et Concarneau qui exportait 772 tx en 1776, tombait à 220 tx en 1780.

  • 8 Le corps d’observation…, faisait remarquer que « les Pêcheurs de la côte n’ont point de navires. I (...)
  • 9 AD. 53. B 4434. À Douarnenez 1/9 des sardines. Quand ils étaient nourris : 5 sous par millier (la (...)
  • 10 Charles de la Touche, op. cit. Il s’y vendit pour 350 000 L de sardines, 250 000 L allèrent à l’ar (...)
  • 11 AD. 56, B 4434.
  • 12 Les chasse-marée assuraient 50 % du transport. Ce mot « chasse-marée » concerne un navire dérivé d (...)
  • 13 AD. 56, B 4434.

12Deux mondes vivaient de la sardine, sans en tirer les mêmes avantages ni en subir également les inconvénients. Le premier, celui des pêcheurs, des travailleurs n'était pas homogène. La structure la plus simple faisait du propriétaire, maître de barque, l'employeur de matelots, simples journaliers. La barque et son équipement constituaient 50 % de son héritage. Les maîtres comme à Douarnenez, pouvaient se grouper pour acheter un navire8 mais ils pouvaient aussi perdre la propriété de leur instrument de travail. Les 40 sardiniers de Groix appartenait à un propriétaire de presses de Belle-Île, de Port-Louis et Auray. Dans ce cas, le maître de barque, restait responsable de la pêche et mieux payé puisqu'il était qualifié, mais il devenait un artisan dépendant d'un entrepreneur commerçant. Dans ces conditions, le niveau « de fortune » du maître variait de 50 à 1500 L. Même avec des investissements réduits, il fallait se procurer le matériel, les filets, les barils, le sel et surtout la rogue dont le prix finit par peser lourdement sur les résultats financiers. En 1758, trois pêcheurs livrèrent 1251 L de sardines, pour un achat de 1153 L de rogue, en 1759-1760, années catastrophiques pour eux, la vente du poisson leur rapporta 398 L, mais ils devaient 946 L aux marchands de rogue ! La situation des salariés, matelots ou maîtres salariés, était moins précaire, ils percevaient une somme fixe par saison 30 L pour le maître et de 6 à 10 L pour le matelot. Ils touchaient en plus une part de la pêche après déduction par le propriétaire du prix de la rogue, de sa part, et des cinq sols par milliers. Maître et matelots se partageaient ensuite par moitié. Tout déduit, les matelots touchaient un neuvième des sardines pêchées auxquelles s'ajoutaient les invendables, rompues ou trop petites. Le salaire peut être estimé, au milieu du siècle, de 150 L pour une saison courte à 200/300 L, ce qui était peu, mais les mettait au niveau des artisans 9. Le salaire des travailleurs, sept à huit par presse, dépendait de leur productivité puisqu'ils étaient payés à la barrique10. Les propriétaires de plusieurs navires, ceux qui possédaient des presses, avaient un capital initial suffisant pour acheter leur poisson aux pêcheurs et pouvaient tirer un bénéfice convenable de la vente des sardines. Le niveau de fortune des poissonniers variait de 1000 à 4000 L, celui des négociants de 1 000 à 10 000 L. Certains d'ailleurs étaient beaucoup plus riches tel J.-P. Riou qui laissa à sa mort 45 559 L dont 22 233 L en argent liquide11. Les négociants avaient la maîtrise du marché et leurs commissionnaires ou correspondants dans les ports bretons et étrangers, leur permettaient de jouer à l'occasion sur les différences de prix. Les rapports entre commerçants paraissent assez complexes. Lecocq qui vendait, pour son propre compte, la sardine et la rogue au détail aux pêcheurs, était en même temps, le commissionnaire de négociants de Port-Louis pour effectuer les mêmes opérations. Souvent les marchands de sardine ne se limitaient pas au commerce d'un seul poisson, vendant aussi congres et merlus, et s'adonnant au commerce des vins, des grains, des raves. Diversité, souplesse donnaient les moyens de compenser les pertes d'un marché par un autre. Vendant leurs poissons à Bordeaux, à Bayonne, à Bilbao, ils ramenaient du sel, du raisin, des vins etc. La vente de la sardine n'était donc qu'un des éléments, important mais non exclusif, de leur négoce, mais si, d'un côté, ils diversifiaient leurs achats, de l'autre ils tentaient de garder le monopole de la sardine, luttant en particulier contre les patrons de chasse-marée12 qui l'achetaient directement aux pêcheurs en mer au détriment des marchands traditionnels. Suivant les circonstances, ils pratiquaient la vente au comptant ou à terme, prenant alors 7,69 %. Ils soldaient leurs comptes en tirant ordres de paiement et lettres de change, à moins qu'ils ne fassent payer en marchandises. Ainsi Drias, de Port-Louis, vendit les tonneaux de sardine à Saint-Malo 90 L, payés en rogue de maquereaux à 49 L le baril. Il essaya d'acheter 18 L le baril de rogue proposé à 20 L mais le capitaine refusa et repartit avec les 500 barils qu'il n'avait pu non plus vendre à Concarneau. Même à 20 L l'affaire n'eut pas été mauvaise pour Drias qui estimait pouvoir les revendre au minimum à 36 L13.

La pêche à la morue

  • 14 Charles de la Morandière, Histoire de la pêche française de la morue, p. 128-130. Les rations sont (...)

13La pêche à la morue était d'une autre dimension. Beaucoup moins dispersée, demandant des investissements plus importants, éloignant de Bretagne pendant des mois des milliers de travailleurs elle marqua profondément la vie de quelques cités bretonnes, celle de Saint-Malo en particulier. Il y avait deux sortes de morues : la morue verte (ou blanche). la morue sèche (ou parée). À la pêche à la morue verte, ou « pêche errante », ou encore pêche « banquée », les navires allaient sur la côte canadienne et à Terre-Neuve, restaient en mer sans toucher terre, pratiquaient une pêche à la ligne, le long du bateau et à bord de doris. La campagne durait de un mois à six semaines minimum mais pouvait atteindre quatre à cinq mois. Quelques ports armaient surtout pour cette pêche en Bretagne, Pornic et surtout Nantes. Cette situation évolua au cours du xviiie siècle, les Sables-d'Olonne qui armaient une centaine de navires en 1680, n'en envoyaient plus que vingt en 1780. Le Havre passa de 100 bateaux à quelques unités et les ports normands souffrirent de la guerre. La pêche à la morue sèche était plus complexe. Les morutiers quittaient les ports de mars à la fin avril, arrivaient après un voyage de cinq à six semaines sur les lieux de pêche, choisissaient un havre, s'y installaient cinq ou six mois et repartaient de Terre-Neuve en juillet ou en août, la plupart en septembre et octobre14. Une partie des navires revenait à Saint-Malo en droiture, les autres allaient vendre leur cargaison en Espagne ou à Marseille, ce qui allongeait leur absence.

  • 15 Un équipage de 80 hommes comprenait en dehors des navigateurs : 20 pêcheurs, 8 habilleuses, 8 déco (...)
  • 16 AN, Marine, C 41175. Il partait en année commune 20 à 25 bateaux de 60 à 300 tx vers Terre-Neuve q (...)

14Les deux sortes de pêche n'exigeaient pas les mêmes moyens, ni en équipements, ni en hommes et par conséquent en investissements. Pour la morue verte, l'armement concernait des bâtiments à deux ponts de 100 à 150 tx, l'équipage comprenait de 20 à 22 hommes jusqu'à 100 tx, 25 au-dessus. Ces navires pouvaient rapporter 30/35 000 morues vertes. Les navires destinés à la morue sèche avaient un tonnage plus important en moyenne, de 250 à 350 tx, mais ils pouvaient atteindre 400 tx, tel Le comte de Toulouse, par contre La Bonne Espérance, jaugeait 70 tx. En moyenne, un navire de 200 tx, avec 80 hommes d'équipage ramenait 400000 morues. Un vaisseau de 50 à 100 tx coûtait, avec agrès et voiles, de 16 000 à 36 000 L, de 200 tx : 50 000 L. Les années suivantes, l'armement revenait de 6000 L à 9000 L. Le salaire versé aux hommes embarqués différait selon la qualification et la pêche. Dans le cadre de la pêche à la morue sèche, chaque homme recevait avant de partir un pot-de-vin : le capitaine 500 à 600 L, les autres officiers, 250 L, le chirurgien, 300 L, le contremaître, 210 L, Les saleurs, ouvreurs, décolleurs, de 180 à 200, et les matelots de 100 à 160. Aucun salaire n'était versé à la fin la campagne, chaque homme recevait par contre un lot calculé sur le 1/5 de la pêche, ce qui procurait 25 à 30 L par matelot15. Dans le cadre de la morue verte, le lot se calculait sur un tiers de la pêche. Quand le navire rentrait en faisant le détour vers la Méditerranée, le capitaine gardait au départ de Terre-Neuve ses navigateurs et renvoyait les ouvriers pêcheurs directement à Saint-Malo16. Les membres de l'équipage recevaient un salaire du jour où l'on voyait le port de Cadix, ou le Portugal, ou en « passant les monts » c'est-à-dire Gibraltar. Ceux qui rentraient directement percevaient 15 à 20 L et les vivres nécessaires pour leur traversée.

15La pêche à la morue marqua profondément la vie de la cité malouine qui devint et resta au cours du xviiie siècle le grand port morutier breton. Il n'était pas le seul : Saint-Brieuc arma en 1768, 17 navires soit 2451 tx et 978 hommes, et en 1788, 20 bâtiments (16 pour la morue sèche, 4 pour la morue verte), 3725 tx, 1065 hommes. Il ne partit par contre que deux navires du Conquet en 1783 (190 tx, 55 hommes), un seul en 1784, de 70 tx. Dans cette amirauté, l'armement morutier supplantait le cabotage en tonnage et en hommes. Par contre, les ports de l'amirauté de Tréguier ne participèrent qu'exceptionnellement à cette pêche, même si nous constatons avant Utrecht l'existence de quelques commissions, par la suite, un seul armement en 1726, deux de Roscoff en 1734 et un de Morlaix, deux encore de cette ville en 1759, deux encore en 1767, un seul en 1784 peu de choses en somme.

  • 17 Les chiffres sont empruntés à J. Delumeau, Le mouvement, 1956. Pour le début du siècle, à M. Delav (...)

16L'armement morutier malouin, et les départs de Saint-Malo dépassaient largement les limites de la cité qui servait de base de départ à des navires venus d'autres ports bretons et surtout normands. En vingt-cinq ans (chiffres connus), les Malouins armèrent 75,1 % des bateaux quittant la ville et les Granvillais 22,2 %. L'examen des entrées et des sorties du port de Saint-Malo fait d'ailleurs apparaître une différence, au profit des premieres. Sur toute la période, le phénomène se vérifie : 94 navires (12 526 tx) en 1681­1688 au départ ; 72 (10 227 tx) à l'arrivée, en 1785-1787 : 116 (14 365 tx) et 99 (12 310 tx17), 76,5 % des bâtiments y retournant dans le premier cas et 85,37 % dans le second. En 1681-1688, la pêche à la morue malouine représentait 46,1 % du tonnage du grand commerce, elle passa à 55,5 % en moyenne de 1758 à 1773 et arriva à la fin du siècle à 215 bâtiments, jaugeant 26 675 tx et portant 12 356 hommes. André Lespagnol évalue cette pêche à 23,9 % du trafic total de la cité malouine, contre 27,4 % au début.

  • 18 P. Jeulin, idem. p. 274 Pendant la période 1735-1743 : 57 navires (moyenne annuelle, 1,3) jaugeant (...)
  • 19 Expilly. Dictionnaire, Il chiffrait à 900 milliers l’entrée des morues vertes à Nantes, J. Meyer n (...)

17La vente de la morue se faisait selon des normes connues et qui différaient d'une cité à une autre. À Nantes, les arrivages de morue verte se calculaient en nombre et P. Jeulin nous apprend qu'il en arriva 134 795 en 1749 et 656 700 en 173818. Paris, par la Loire, consommait des morues vertes, mais Nantes exportait aussi des morues sèches. Le trafic loin d'être négligeable passa de 998 milliers en 1714 à un 1 382 500 Ip en 1730, mais à 178 000 milliers en 1740. Nantes, en période de guerre, devenait, d'après Expilly, le seul entrepôt du Royaume pour la distribution de la morue. Il méconnaissait le rôle de ports plus méridionaux, mais soulignait bien les difficultés que tous les ports de la Manche rencontraient à l'ouverture des hostilités19.

  • 20 J. Tanguy, Le commerce du port de Nantes En 1654-55, 82 500 morues vertes et 361 000 lp de morues (...)
  • 21 AN. Marine, C 4/175 : 1778, 1 ; 1779, 2, 1780, 3 ; 1781, 4 ; 1782, 5 ; 1783, 2 ; 1784, 2.
  • 22 AD. 35, 1 F 1938. AM. St-Malo, BB 58.
  • 23 AD. 35, 1 F 1942.

18La pêche en général, morutière en particulier, comme le trafic des produits alimentaires traditionnel perdit de son importance à Nantes avec le développement du commerce outre atlantique20. La pêche à la morue entraînait des investissements beaucoup plus lourds que celui des autres pêches (une centaine de milliers de livres au moins), la rotation des capitaux, sans être aussi longue que dans les voyages aux Indes, était cependant lente, il fallait près d'un an avant d'avoir touché le montant des lettres de change tirées de Marseille. Les Malouins qui y investissaient beaucoup (près de 2 M L par an de 1725 à 1739, près de 3 M L de 1749 à 1755, de 2,3M L de 1772 à 1776, de 3,5 M L de 1783 à 1787) mobilisaient ainsi une part importante de leur capital. Quant aux hommes, leur absence était longue, plusieurs mois. Le marché du travail malouin était par trop périodique pour créer un courant d'immigration permanent. La majorité des hommes qui arrivaient en ville pour embarquer n'avaient aucune raison d'y demeurer à leur retour et la ville trouvait ses équipages en puisant largement tout autour. Quoiqu'il en fût, Saint-Malo vendait la plus grande partie de sa pêche. Les Malouins, à la différence des autres ports, ne triaient point les morues en catégories et se contentaient de mettre de côté les invendables. Des pêcheurs étrangers à la ville venaient y décharger leur poisson, dont de la morue : 19 navires apportèrent entre 1778 et 1784, 429200 morues sèches, 123 barriques de morues vertes, 9 paquets de stockfisch, 2530 barils de hareng blanc et 120 de harengs saurs21. Les Terre-neuviers malouins allaient décharger en Provence, à Marseille essentiellement en Espagne, et au début du siècle en Italie. Deux rapports de la fin du xviiie siècle mesurent ce trafic. Le premier concerne l'historique de la pêche à la morue avant la guerre de Sept Ans22. Trois ports y paraissent interdépendants quoique d'importance très inégale : Saint-Brieuc, Granville et Saint-Malo. Les auteurs du mémoire estimaient que 120 navires de 100 à 350 tx partaient alors dont les deux tiers jaugeaient 250 tx et plus. Au retour une soixantaine de bâtiments allaient vers l'Espagne et la Méditerranée. Sur 12 000 hommes embarqués, 2000 faisaient ce dernier voyage, les autres, pêcheurs l'hiver, cultivateurs l'été, revenaient directement au port surtout s'ils avaient embarqué sur des bateaux de 100 à140 tx qui ramenaient dans leur cité poisson et huile. À cela s'ajoutait la pêche ambulante et non sédentaire qui se pratiquait à l'île Royale, à Saint-Jean et sur le banc, une vingtaine de navires avec vingt hommes chacun, allaient à Louisbourg et vendaient leur pèche à la Martinique, ou à Nantes, à La Rochelle et à Bordeaux. La pêche dite « ambulante » ne se confondait pas avec celle à la morue verte qui, d'après les rapporteurs, n'était pas le fait des Malouins. Nous savons qu'ils se trompaient. L'autre mémoire, de 1795, nous fournit une appréciation sur la pêche en 178623 : 124 navires, 9231 marins partis des trois ports auraient produit 261 897 q. Il y aurait eu stagnation entre 1760 et 1780 (compte non tenu des années de guerre).

  • 24 A. Marine, port de Lorient, 10 B 19.

19La pêche malouine entre le début et la fin du siècle, connut des modifications concernant les lieux de pêche et sa pratique, avec l'apparition de la pêche ambulante. Les traités passés entre l'Angleterre et la France au cours du xviiie siècle les expliquent. Fin xviie siècle, les Français, en particulier les Bretons, se trouvaient solidement installés à Terre-Neuve où ils contenaient les Anglais sur la côte Est (du cap Race au cap Bonavista). La lutte séculaire entre les deux nations, trouva ici un champ particulier et en trois étapes les Français perdirent leur position prépondérante. En 1713, à Utrecht, ils laissaient l'Acadie et Terre-Neuve et ne gardaient qu'un droit de pêche au Nord-Est. Ils pratiquèrent désormais la pêche sédentaire sur la côte sud du Labrador et l'île de Cap-Breton. En 1763, nouvelles pertes, celles du Canada et du Labrador. Il ne restait pour la pêche sédentaire que la French shore, et Saint-Pierre et Miquelon. Très poissonneuse, la zone entre Bonavista et cap Saint-Jean était fort dangereuse, difficulté accrue par l'attitude des Anglais qui entraînait des bagarres continuelles entre marins pêcheurs. En 1783, enfin, les Anglais acceptèrent une proposition faite déjà en 1774 qui allait dans le sens d'une meilleure répartition des zones. La French shore raccourcie entre Bonavista et cap Saint-Jean, s'allongeait jusqu'au cap Ray. Le Roi Georges acceptait de déclarer dans un texte annexé au traité, le caractère exclusif et non concurrentiel du droit français en ces lieux. Cette lutte opiniâtre menée par les Anglais qui s'emparèrent par surprise des morutiers en 1755, la perte des lieux de pêche anciens, la gêne apportée aux marins, entraînèrent la modification des pratiques de pêche et expliquent la tentative malouine de suppléer en partie par la pêche ambulante, la pêche au banc, la pêche sédentaire ancienne. Après 1763, malgré les primes accordées par le gouvernement, seuls les Granvillais acceptèrent d'aller à Bonavista, les Briochins, les Malouins renâclèrent ! Une dernière remarque s'impose. La pêche à la morue n'était pas négligeable à Nantes et elle existait ailleurs, à Lorient, 7 navires allèrent à Terre-Neuve en 1784, 5 en 1785, 4 en 1785 (2196 tx), chiffres très faibles par rapport à ceux du commerce lorientais mais comparables à ceux du Légué24.

Importance économique et humaine des pêches

  • 25 La pêche à la morue qui immobilisait 3 à 3,5 ML à la fin de l’Ancien Régime aurait rapporté 6 ML e (...)

20Charles de la Morandière a dressé un tableau du poids respectif des différentes pêches à la fin de l'Ancien Régime. Ces chiffres utiles mais discutables ne constituent que des ordres de grandeur. Sur les sept pêches envisagées, quatre intéressent la Bretagne : la morue, la sardine, le maquereau et le poisson frais. Il y aurait eu en 1788, selon cet auteur, de 328 à 358 terre-neuvas, jaugeant de 35 658 tx à 42 241 tx, avec des équipages de 1952 à 12469 hommes. Cette pêche représenterait donc 65 % du tonnage et 45 % des hommes. Elle rapporterait 9 ML sur un peu plus de 20 ML. La part bretonne montait au moins à 56 % de la pêche morutière, et lui fournissait quelque 5 ML, donc à peu près le double du rapport de la pêche à la sardine25. Les pêches bretonnes, dans leur diversité, rapporteraient entre 8 et 9 ML pour la seule vente des poissons. Les activités induites grossissaient bien davantage le chiffre d'affaire. Elles comprenaient les industries de conservation, la fabrication d'objets les plus divers hameçons, filets, donnaient un travail constant aux chantiers navals, et fournissaient un débouché aux sels bretons.

21Ces pêches n'avaient pas la même importance pour les activités économiques des villes bretonnes. Rappelons d'abord quelles alimentaient les marchés urbains rythmés par les obligations religieuses. Entre les deux plus importantes, la pêche sardinière et celle à la morue, des différences essentielles existaient au niveau des investissements. La pêche sardinière, pêche côtière, de plus en plus entre les mains des commerçants, restait une pêche artisanale dépendante, semblable somme toute à la production artisanale textile. La pêche morutière, lointaine, imposait un investissement plus important, entraînait des absences plus longues et ne se pratiquait pas le long des côtes bretonnes, mais en Amérique, sur le banc à Terre-Neuve. Toutes les deux subissaient les conséquences des guerres mais à des niveaux qui différaient très sensiblement.

  • 26 A Mollat, Le rôle du sel dans l’Histoire, 1968 et M. Delafosse. C. Laveau, Le commerce du sel de B (...)
  • 27 AN, Marine, C4 159
  • 28 AD. 44, G 306. En 1701, le bail avait été conclu pour 6 500 L ce qui voudrait dire que l’ensemble (...)

22Michel Mollat enseignant le trafic du sel au Moyen Âge, décrivait les principales zones productrices au nord et au sud de la Loire et soulignait le rôle particulier, primordial du « sel de la Baie ». La région du Croisic appartient à cet ensemble qui domina tout le commerce du sel de l'Europe du Nord jusqu'à la fin du xve siècle. Le sel portugais des salines de Setubal, de qualité meilleure produit en grande quantité, le remplaça mais le sel breton et vendéen continua à trouver des débouchés dans la province26. La Bretagne n'étant pas un pays de Gabelle, jouissait d'une situation privilégiée dont profitaient à la fois les marchands et les consommateurs. Granville obtint de s'y fournir sans payer de droits27. Les taxes perçues, la dîme et les droits seigneuriaux pesaient peu sur le prix du produit. La collégiale de Saint-Aubin de Guérande recevait 1/16 du sel produit par 16 000 œillets. Toute barque débarquant du sel à Redon versait une mine de sel à la Confrérie de Saintonge et l'on percevait deux sous à Nantes28. Dans ces conditions, l'État cherchait à limiter au maximum la contrebande, sans pouvoir y parvenir totalement. Aux limites de la Province, ventes et achats strictement réservés à la clientèle locale, se faisaient aux jours aux heures du marché, sous les halles de Dol, de Fougères, de Vitré, de La Guerche, de Châteaubriant, d'Ancenis et de Clisson. Les marchands de Fougères qui pendant longtemps vendirent le sel dans leurs boutiques, durent à la fin du xviie siècle se transporter dans la halle au blé.

23Les salines de France produisaient, années moyennes, 800 000 q de sel dont 500 000 allaient à l'exportation. Dubuisson-Aubenay citait les salines d'Yffiniac et de Dol où l'on pratiquait l'évaporation de l'eau dans des chaudières de métal, simples survivances. La Bretagne vendait depuis longtemps le sel de Bourgneuf. Guérande et le Croisic devinrent les grands centres de production du sel qu'ils vendaient en Bretagne et aux marchands du nord, aux Hollandais. Béchameil de Nointel estimait la production à 25 000 muids, soit 75 000 tonnes. S'y ajoutaient les productions de Mesquer, de Saint-Wolf et d'Asserac, 37 000 muids, soit 111 000 t. Les seules salines de Batz et de Guérande avaient près de 24 000 œillets. Expilly plus tard chiffra la production à 40 000 muids et il semble qu'il y eut au xviiie siècle, une extension en surface des salines bretonnes. Le sel, produit clé, alimentait les hommes et le bétail, conservait les aliments, viandes et poissons, mais aussi les grains qu'il préservait de l'échauffement. Il avait des débouchés industriels : conservation des peaux, des laines, de la pâte à papier. Il trouvait usage dans la pharmacopée. Saint-Malo en achetait beaucoup pour sa pêche. Il y arrivait d'une vingtaine de ports, transporté dans des navires de 18 à 30 tx où la ville en envoyait chercher. En moyenne 77 bâtiments partaient chaque année pour en ramener des cargaisons complètes. Pendant les années de paix, ce trafic concerna 2 614 bateaux, jaugeant 108 000 tx (3 200 tx par an). Encore ces chiffres constituent-ils un minimum, une partie du trafic nous échappe. 48 % du sel arrivait en mars au départ des Terre-Neuviers, les arrivages de juillet correspondaient à la période de forte production due à l’ensoleillement. Selon André Lespagnol, trois ports fournissaient 46,5 % du sel à Saint - Malo : Mesquer (65682 tx, 36,6 %), le Pouliguen (10 580 tx, 5.9 %), le Croisic (7 181 tx, 4 %). Nantes lui en expédia aussi en grande quantité, au moins 364181 muids de 1728 à 1779. La ville qui en utilisait une partie, en réexpédiait aussi beaucoup. Le commerce du sel, variable selon les années, tendit à diminuer au cours du siècle : 93 165 muids vendus de 1730 à 1739, 44 515 de 1764 à 1774. avec des années de chute brutale 1746 muids en 1776. Les clients changeaient aussi ; les Hollandais restèrent les principaux acheteurs jusqu’en 1750, puis les gens du Nord d’abord, les Allemands ensuite, les supplantèrent. Les sels arrivés à Nantes du Croisic, ou par la Loire s’entassaient dans les salorges. En 1690, il en existait douze : sept à la Fosse, quatre de plus de 200 mètres « au-dessus » et une très importante.

Sel arrivé à Saint-Malo

Sel arrivé à Saint-Malo
  • 29 AD. 29, B 4330, 4331, C. Dewerde, Les activités maritimes de Dunkerque, 1763-89. Maîtrise Dijon. 1 (...)
  • 30 AD. 35, C 3170, 1774. Mémoire du Croisic et Réponse de St Malo, St Brieuc. Granville [..] aux État (...)

24Nous retrouvons sans surprise les mêmes fournisseurs dans les ports sardiniers. Notre documentation reste trop lacunaire, souvent elle indique qu'un navire est chargé de sel sans préciser la quantité. Un bâtiment de 18 tx pouvait transporter, charge théorique, 6 muids de sel. Mais le faisait-il ? de 1716 à 1722, 31 navires apportèrent à Pont-L'Abbé et Audierne, 160 muids de sel et allèrent en chercher. Quelques armateurs se spécialisaient dans ce transport (11 au Pouliguen29). En moyenne, le trafic, 20 muids par an, n'obligeait pas à des débours d'argent mais s'appuyait sur des échanges : sel contre grains. Fournisseurs et consommateurs échappaient aux circuits monétaires et perpétuaient un troc très ancien. Les habitants de la région bénéficiaient du droit de « troque » : chaque paludier pouvait échanger une certaine quantité de sel contre des céréales, à condition qu'il les rapporte dans sa paroisse. Les Dunkerquois se fournissaient en sel étranger pour la morue et français pour le hareng. Dunkerque reçut de 1785 à 1792, 70 lp de sel de Marennes, 56 de Bourgneuf, 57 du Croisic (dont 34 en 1789), 4 de Vannes, 6 de Nantes, 1 d'Aber wrac'h, 2 de Saint-Malo, 1 de Brest et 1 de Landerneau. Le commerce du sel faisait vivre dans tous les ports, de Mesquer à Marennes, les commerçants, semi-grossistes ou grossistes qui le distribuaient. En dehors des régions bretonnes, les Bretons pourvoyaient les greniers du Roi, expédiaient vers les provinces franches d'Artois et du Béarn. Dunkerque, Calais, Boulogne, Etaples avaient le droit exclusif de recevoir les sels bretons entrant en Artois, Calaisis, Boulonnais et Flandre française (Arrêt du conseil du 23 mars 1720). Longtemps, le sel breton fut moins cher que celui des Zélandais, autres grands exportateurs. Au temps d'Expilly, le muid se vendait 100 L, mais Samuel Ricard trouva 40 muids chargés au Croisic à 35 L 7 s le muid, plus les 2 % de commission. Cette chute traduit les difficultés rencontrées par le commerce du sel dans la seconde moitié du xviiie siècle. Le Roi par arrêt du 3 novembre 1774, avait autorisé l'importation du sel espagnol et portugais en Bretagne et en Normandie. Plusieurs raisons justifiaient cette décision : le déficit de la production, l'augmentation des prix, de 78 L le muid en septembre 1773, il allait sans doute encore monter et atteindrait peut-être 150 L, comme en 1769, enfin la baisse de la qualité du sel obligeant d'en utiliser davantage. Le sel espagnol valant alors moins cher à Cadix, les pêcheurs de Saint-Malo et Saint-Brieuc voulaient en profiter et lutter ainsi contre les « capitalistes gens attentifs et spéculateurs qui [s'emparaient] vers la fin de l'été de la plus grande partie des sels pour les vendre ensuite aux prix qu'ils veulent ». Les Malouins et les autres voulaient baisser leurs prix de revient pour lutter contre la concurrence anglaise qui les avait chassé d'Espagne et du Portugal30. Même en crise, le sel breton restait un des produits les plus recherchés et à la fin du xviiie siècle, il trouva un nouveau débouché en Amérique. Les navires qui partirent de Lorient vers les États-Unis en 1787, se rendirent, en Virginie, à Salem. Boston principal port américain en relations avec Lorient en reçut de juillet 1785 à mars 1788, sur 29 navires, 15 transportaient du sel, 12 seulement du sel. Baltimore en achetait aussi : 9 cargaisons uniques sur 14 et il en était de même, pour Philadelphie et les autres ports.

  • 31 AN Marine, C/175, 47 bâtiments répartis entre Salem, Georgetown, Alexandrie, Middleton, Providence (...)

25Le sel, le poisson, les vins, les grains alimentèrent le commerce breton pendant des siècles. Toutes les villes participaient à la consommation et aux échanges de ces produits, et les petites villes, intérieures ou portuaires, concouraient à leur ramassage. Ce commerce traditionnel, lié à un système d'échanges solidement installé dans ses liaisons, dans ses techniques, soutenait un système urbain où les villes moyennes et petites avaient une place bien définie, ramassant les produits de leurs régions, les envoyant chez les autres marchands, redistribuant en retour dans leur pays ce que les autres lui envoyaient ou plutôt ce que les centres envoyaient. Mais ces trafics régionaux présentaient aussi des échanges horizontaux, non hiérarchisés, de centre ramasseur à centre ramasseur, tout simplement par le jeu du cabotage. Le poids de grands ports aussi prestigieux et connus que Nantes, ne doit pas cacher l'existence de relations étroites, anciennes aussi entre des ports, des villes considérées comme secondaires dans un ensemble plus vaste, mais essentielles pour la vie de leur population et des pays qu'elles dominent. Nous pouvons nous faire quelque idée du trafic de ces ports bretons dans les années 1780, grâce à une enquête effectuée alors. Elle concerne les régions autour de Tréguier et Morlaix, au nord, de Vannes et de Quimper, au sud31.

26Les autres ports de l'Amirauté connaissaient des mouvements importants : Etel (102 navires), Locmariaquer (203), Port-Navalo (182), Penerf (107), Trinité (98), Noue (60). Bénodet reçut pour Quimper, 100 à 120 navires chargés de vin, 60 à 70 de sel, 10 à 12 de rogue, et 80 à 90 de marchandises diverses. 70 à 180 bâtiments arrivés sur lest, repartirent avec des sardines, des bois à brûler et à construire vers Lorient et Bordeaux. Chacune de ces marchandises avait ses circuits de distribution. Les ports qui assuraient le trafic portuaire de l'Amirauté de Saint-Brieuc avaient des relations privilégiées avec Saint-Malo où ils apportaient des bois, des blés, des toiles, des cendres pour la lessive. Châteaulin expédiait des produits agricoles, de la viande de bœuf, de cochon, des animaux vivants, des bidets, du beurre salé mais surtout des ardoises et des produits miniers, du fer, du cuivre, du plomb. Morlaix seul port importateur de son évêché, drainait tous les produits de la région, des chevaux, des bestiaux, des pois, des fèves, du beurre, de la cire, des ardoises, des métaux mais vendait principalement du tabac. Ros-coff importait des graines de lin du nord de l'Europe (chiffre d'affaire 600 000 L) et Landerneau tous les produits agricoles et les matériaux les plus divers dont Brest avait besoin. Dans le sud, le Croisic et Guérande faisaient partie des ports du sel, mais le premier vivait aussi du trafic des grains, des vins, d'eau-de-vie, de miel, des produits des pêches (poissons, sardines en particulier, huile...) et de bouquets de coquillages très appréciés, quant au second, il était connu pour ses chevaux.

27Les villes produisaient quelquefois, consommaient et vendaient des produits fruits de l'industrie.

Notes

1 Robien Histoire ancienne, 1756.

2 Saler en pile, méthode de Roscoff consistait à remplir de sel le ventre de chaque poisson, puis à les coucher en lits parés par une mince couche de sel. Un baril de maquereaux en contenait en moyenne 300 (on en comptait 104 pour 100 en Bretagne, 132 en Normandie). Il était vendu moins cher en Bretagne qu’en Normandie (2 L 55 s contre 4 L 10 s).

3 D. Robin, Pêcheurs bretons sous l’Ancien régime, 2000.

4 Ch. Cérino, idem.

5 Le Berre, Aspects, 1979, dénombrait 300 chaloupes en 1717. La Servinière, « Concarneau en 1775 », SAF, 1956 p. 45-51.

6 J. Danigo, « Les doléances… », MSHAB. LIV, 1977, estimait à 2 ou 3 ML par an le montant de la pêche à veille de la Révolution.

7 AD. 35, C 3170, Rapport de la commission du commerce, 1775.

8 Le corps d’observation…, faisait remarquer que « les Pêcheurs de la côte n’ont point de navires. Ils se servent de très petits bateaux […j. Ils ne sont à la mer que pendant 24 ou 36 heures, et quelquefois beaucoup moins ». D’après l’Architectura Navalis Mercatoria (Friedrik of Chapman), le bateau de pêche commun en Bretagne était gréé au 1/3, il avait bonne réputation et ne changea pas avant le xixe siècle.

9 AD. 53. B 4434. À Douarnenez 1/9 des sardines. Quand ils étaient nourris : 5 sous par millier (la soupe 2 fois par jour, la viande 2 fois par semaine).

10 Charles de la Touche, op. cit. Il s’y vendit pour 350 000 L de sardines, 250 000 L allèrent à l’armateur et aux marchands, 16 000 L aux équipages, soit 177 L par homme : Concarneau en 1775, SAF, 1956 p. 41-51 Les pêcheurs ramenaient 5 000 barriques, vendues à 40 L = 200 000 L, la moitié pour le prix de la rogue, 1/6 pour le propriétaire, 2 juin aux pécheurs. L

11 AD. 56, B 4434.

12 Les chasse-marée assuraient 50 % du transport. Ce mot « chasse-marée » concerne un navire dérivé d’un bateau de pêche et transformé en voilier de charge dans le premier tiers du xviie siècle. Braudel le rencontre pour désigner les voitures qui de la mer apportent la marée à Paris.

13 AD. 56, B 4434.

14 Charles de la Morandière, Histoire de la pêche française de la morue, p. 128-130. Les rations sont à comparer à celles fournies par A Cabantous, La mer et les hommes, 1980, p. 138-139. La part du pain serait plus forte en Bretagne. AD. 35 1 Ma, 1825, Une ou deux vaches pour procurer du lait aux malades et abattues au retour pour avoir de la viande fraîche.

15 Un équipage de 80 hommes comprenait en dehors des navigateurs : 20 pêcheurs, 8 habilleuses, 8 décolleurs. 8 caplaniers, 4 saleurs, 4 garçons. Ces chiffres de 1735. Correspondaient à un salaire, pour le capitaine, de 100 L par mois au début du siècle. de 150 L à la fin et pour les officiers mariniers et matelots de 10 à 35 et de 12 à 75. Mais s’ajoutaient les avantages en nature. En 1785, le capitaine recevait 600 à 700 L, le lieutenant 400. les matelots 200 à 300 (Ch. de la Morandière, op. cit, pour 1787 1788).

16 AN, Marine, C 41175. Il partait en année commune 20 à 25 bateaux de 60 à 300 tx vers Terre-Neuve qui allaient vendre leur poisson à Marseille. Grande année en 1786 avec 126 bateaux, 15 000 tx. et 5 000 hommes.

17 Les chiffres sont empruntés à J. Delumeau, Le mouvement, 1956. Pour le début du siècle, à M. Delavalle, B. Fortis et S. Larzul, Le grand commerce malouin, mémoire de maîtrise 1970, et enfin à André Lespagnol.

18 P. Jeulin, idem. p. 274 Pendant la période 1735-1743 : 57 navires (moyenne annuelle, 1,3) jaugeant 5161 tx (moy. 57), avec 1 000 hommes (moy.111). En 1749-1755 : 27 (3,8), 2 917 (41), 461 (65). J. Meyer. L’armement nantais…, 1969.

19 Expilly. Dictionnaire, Il chiffrait à 900 milliers l’entrée des morues vertes à Nantes, J. Meyer ne dénombre que 32 navires pendant la guerre de Sept Ans (290 tx) et pendant la guerre américaine, un seul.

20 J. Tanguy, Le commerce du port de Nantes En 1654-55, 82 500 morues vertes et 361 000 lp de morues sèches. Au début du xvie siècle, le Croisic assurait les 9/10 du trafic de Nantes. Ce ne fut qu’à partir des années 1556-1567 que Nantes assura directement cette pêche, multiplia par trois la quantité des morues déchargées et devint autonome.

21 AN. Marine, C 4/175 : 1778, 1 ; 1779, 2, 1780, 3 ; 1781, 4 ; 1782, 5 ; 1783, 2 ; 1784, 2.

22 AD. 35, 1 F 1938. AM. St-Malo, BB 58.

23 AD. 35, 1 F 1942.

24 A. Marine, port de Lorient, 10 B 19.

25 La pêche à la morue qui immobilisait 3 à 3,5 ML à la fin de l’Ancien Régime aurait rapporté 6 ML en 1787 ;15,731 ML en 1789 contre 1 ML vers 1725. À Dunkerque, elle ne représentait en 1763 que près de 145 000 L (29,93 % de la valeur totale de la pêche dans cette ville), mais en 1782, 1 920 805 L soit 85.29 % de la pêche et en 1788, 1,089000 L. (Registre des pêches de la Chambre de Commerce). Mais, n’aurait représenté d’après Savary des Brûlons que 0,30 % des exportations bretonne à la fin du siècle.

26 A Mollat, Le rôle du sel dans l’Histoire, 1968 et M. Delafosse. C. Laveau, Le commerce du sel de Brouage au xviie et xviiie siècles, 1960

27 AN, Marine, C4 159

28 AD. 44, G 306. En 1701, le bail avait été conclu pour 6 500 L ce qui voudrait dire que l’ensemble de ces œillets rapportait ars 104 000 L. En 1784-85, la ville fournissait 6 500 muids de sel transportés par 385 navires.

29 AD. 29, B 4330, 4331, C. Dewerde, Les activités maritimes de Dunkerque, 1763-89. Maîtrise Dijon. 1969, Iarh.

30 AD. 35, C 3170, 1774. Mémoire du Croisic et Réponse de St Malo, St Brieuc. Granville [..] aux États ». Le poisson anglais valait 4 à 5 L le quintal. L’Arrêt du 24 mars 1740 fixait à deux muids et demi de sel pour un millier de morues vertes et un muid un quart pour un millier de morues sèches. Le sel exporté à Saint-Malo pour la pêche était le « sel vert ». Les Malouins utilisaient ce qui en restait après la campagne, pour leur usage personnel

31 AN Marine, C/175, 47 bâtiments répartis entre Salem, Georgetown, Alexandrie, Middleton, Providence, Fredericksburg, Rhode Island, Ivahanocq, Newbury, représentaient 49.4 % des sorties vers les USA et 46,2 % du tonnage.

Table des illustrations

Titre Sel arrivé à Saint-Malo
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11025/img-1.png
Fichier image/png, 155k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11025/img-2.png
Fichier image/png, 93k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11025/img-3.png
Fichier image/png, 95k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540