Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et Nation

 | 
Vincent Petit

Annexe VIII. Consultation adressée à la Congrégation des Rites par le chanoine Lottin avec les réponses qui lui sont faites (10 janvier 1852).

Ch. Maire et J.-F. Bergier

Texte intégral

  1. L’innovation faite ou approuvée en 1748, 1749, pour le bréviaire* et le missel* du Mans, par l’évêque seul et de l’autorité du Chapitre, sans approbation du Siège apostolique, innovation qui s’éloigna du rite romain et des anciens rites en rapport avec la forme romaine, a-t-elle été licite ?
  2. Dans le cas où cette innovation n’aurait pas été licite à cette époque, la liturgie qui en a été l’objet est-elle devenue légitime en vertu de la prescription ou d’une coutume séculaire, de telle façon que maintenant tout prêtre du diocèse la puisse garder en conscience ?
  3. Dans le cas où cela ne se pourrait pas encore, tout prêtre du diocèse, chanoine ou curé, est-il tenu de suite en conscience de dire son bréviaire* et de célébrer la sainte messe suivant le rite romain, quand il fait l’un et l’autre en particulier ; et pour l’office public, est-il tenu en outre de suppléer selon ses forces le Révérendissime Evêque d’y pourvoir en temps opportun suivant ses moyens ?
  4. Dans le cas où l’Église du Mans pourrait, chaque fois qu’il lui plairait, se donner à son gré un missel et un bréviaire, cette faculté pourrait-elle s’étendre au pontifical, au cérémonial* des Evêques, au martyrologe et au rituel* romain, de façon que par la tolérance, la permission ou toute autre action de l’Evêque, les chanoines ou les autres prêtres puissent enfreindre ou omettre en sûreté de conscience les règles prescriptives de ces livres, et qu’ainsi, dans ces divers cas, ils puissent regarder la volonté de l’Evêque comme une dispense suffisante ?

1À la première non.

2À la deuxième, non.

3À la troisième, qu’il consulte conjointement l’une et l’autre des deux Constitutions de saint Pie V, à savoir celle qui commence par Quod a nobis, du 7 des ides de juillet 1568, et l’autre qui commence par Ex proximo, du 12 des calendes d’octobre 1571.

4À la quatrième, non et avec plus d’ampleur.

Auteurs

De la liturgie romaine et des liturgies particulières, Besançon, Turbergue, 1856, p. 41-42
Entretien sur la nécessité d’adopter le rit romain, faisant suite à la première partie des « Études liturgiques », Paris, Giraud, 1861, p. 78-79.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540