Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et Nation

 | 
Vincent Petit

Annexe V. Bref Studium Pio du pape Grégoire XVI adressé à Mgr Gousset (6 août 1842).

Texte intégral

1Vénérable Frère, salut et bénédiction.

2Nous avons reconnu le zèle d’un pieux et prudent archevêque dans les deux lettres que vous nous avez adressées, renfermant vos plaintes au sujet de la variété des livres liturgiques, qui s’est introduite dans un grand nombre d’Églises de France, et qui s’est accrue encore depuis la nouvelle circonscription des diocèses, de manière à offenser les fidèles. Assurément nous déplorons comme vous ce malheur, vénérable Frère, et rien ne nous semblerait plus désirable que de voir observer partour chez vous les Constitutions de saint Pie V, notre prédecesseur d’immortelle mémoire, qui ne voulut excepter de l’obligation de recevoir le Bréviaire et le Missel, corrigés et publiés à l’usage des Églises du Rit romain, suivant l’intention du Concile de Trente (Sess. xxv), que ceux qui, depuis deux cents ans au moins, avaient coutume d’user d’un Bréviaire et d’un Missel différents de ceux-ci, de façon, toutefois, qu’il ne leur fût pas permis de changer et remanier, à leur volonté, ces livres particuliers, mais simplement de les conserver, si bon leur semblerait (Const. Quod a nobis 7 juillet 1568 et Const. Quo primum tempore, 14 juillet 1570). Tel serait donc aussi notre désir, vénérable Frère ; mais vous comprendrez parfaitement combien c’est une œuvre difficile et embarrassante de déraciner cette coutume implantée dans votre pays depuis un temps déjà long. C’est pourquoi, redoutant les graves dissensions qui pourraient s’ensuivre, nous avons cru devoir, pour le présent, nous abstenir non seulement de presser la chose avec plus d’étendue, mais même de donner des réponses détaillées aux questions que vous nous aviez proposées. Au reste, tout récemment, un de nos vénérables frères du même royaume profitant avec une rare prudence d’une occasion favorable, ayant supprimé les divers livres liturgiques qu’il avait trouvé dans son Église, et ramené tout son clergé à la pratique universelle des usages de l’Église romaine, nous lui avons décerné les éloges qu’il mérite, et suivant sa demande nous lui avons bien volontiers accordé l’indult* d’un office votif pour plusieurs jours de l’année, afin que ce clergé, livré avec zèle aux fatigues qu’exige le soin des âmes se trouvât moins souvent astreint aux offices de certaines féries qui sont les plus longs dans le Bréviaire romain. Nous avons même la confiance que, par la bénédiction de Dieu, les autres évêques de France suivront tour à tour l’exemple de leur collègue, principalement dans le but d’arrêter cette très périlleuse facilité de changer les livres liturgiques. En attendant, rempli de la plus grande estime pour votre zèle sur cette matière ; nous adressons nos supplications à Dieu, afin qu’il vous comble des plus riches dons de sa grâce, et qu’il multiplie les fruits de justice dans la portion de sa vigne que vous arrosez de vos sueurs. Enfin, comme présage du secours d’en haut, et comme gage de notre particulière bienveillance, nous vous accordons avec affection, pour vous, vénérable Frère, et pour tous les fidèles, clercs et laïques, de votre Église, la bénédiction apostolique.

3Donné à Rome, à Sainte-Marie-Majeure, le sixième jour d’août 1842, la douzième de notre pontificat.

4Annales de philosophie chrétienne, t. VIII, 1843, p. 160-162.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540