Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et Nation

 | 
Vincent Petit

Annexe IV. Circulaire de Mgr Parisis, évêque de Langres, établissant la liturgie romaine dans son diocèse (15 octobre 1839).

Traduction de M. Jean-Yves Guillaumin

Texte intégral

1À l’ensemble du clergé de notre diocèse, salut et bénédiction dans le Seigneur.

2C’est une chose qui ne vous échappe pas, frères bien-aimés, que le nombre et l’importance des pratiques contraires entre elles dont souffre dans ce diocèse qui est le nôtre la célébration de l’office divin ; trop souvent chacun d’entre vous a déploré cette diversité et même cette opposition entre des paroisses voisines, qui en est venue à ce point que les fidèles, voyant changer les chants et les cérémonies selon les différentes églises, peuvent presque parfois se demander si c’est bien au même culte que sont consacrés des sanctuaires où se célèbrent des cérémonies si différentes.

3Bien loin de remédier à ce bouleversement de l’unité extérieure, le zèle des pasteurs des paroisses y ajoute chaque jour de nouveaux abus, chacun s’élevant au gouvernement de son troupeau en s’en remettant à son propre arbitraire et s’affranchissant de la règle générale, tantôt selon sa propre direction, tantôt selon celle de ses assistants au chœur. D’ailleurs vous comprendrez très facilement, chers frères, quel grand dommage cela fait subir à la très sainte et vénérable Église, épouse du Christ, à laquelle il convient de n’avoir aucune tache, aucune ride (Eph. 5, 27), surtout dans cette époque qui est la nôtre, agitée par les tempêtes de tant de pensées impies, et par-dessus tout affligée et souillée de la maladie de l’indifférence à l’égard de la religion. En effet, alors que parmi les autres marques de la véritable Église, c’est son unité qui doit avant toute autre resplendir et la distinguer des sectes dissidentes, les populations, qui ne forment leur jugement sur les choses intérieures que d’après les seules apparences, se demandent entre elles si vraiment elle est unique et identique sur toute la terre, cette Église catholique qui même à l’intérieur des limites d’un seul diocèse apparaît si contraire à elle-même : au point que, à cause de notre attitude en ce qui concerne le service divin, le Christ est divisé dans l’opinion des nations et le rayonnement de sa religion obscurci et voilé.

4Conscient d’un si grand fléau et de tant de dangers, depuis longtemps les portant jour et nuit dans notre pensée, adressant au Père des lumières les supplications les plus instantes, nous cherchions par quel moyen nous pourrions rassembler toutes les paroisses de notre diocèse dans cette unité du rite et de l’office si sainte, si désirée, si appropriée à l’unité et à l’édification des fidèles ; et après de longues réflexions, toutes choses ayant été très soigneusement examinées et pesées de toute manière, il nous a semblé qu’il fallait revenir à la liturgie de la Mère Église romaine, qui, étant elle-même le centre de l’unité et la ferme colonne de la vérité, nous protégera et nous défendra, nous et notre peuple, contre les vagues de la diversité et les tentations du changement. À cet avis nous avons dû nous tenir d’autant plus que nous n’aurions pu utiliser aucun autre moyen sans que se produisît un grand bouleversement de la république chrétienne au sein du troupeau à nous confié par la volonté divine.

5Mais pour que du remède n’aille pas surgir un autre mal, et pour que peu à peu tous se soumettent au même régime non pas sous l’effet de la contrainte, mais spontanément (2 Petr. V, 2), il faut considérer que la plus grande partie de notre diocèse a été, par le passé, soumise aux rites romains, tandis que d’autres parties, fractions de diocèses différents, sont restées étrangères aux usages romains. Il faut aussi distinguer entre l’office public qui doit être récité par tout prêtre à cause de l’obligation de son ordre, et l’office que nous appelons liturgique, qui doit être chanté et célébré devant le peuple.

6Ces choses étant posées et distinguées, nous déclarons et établissons ce qui suit :

  1. À compter du premier jour de l’année 1840, la liturgie romaine sera la liturgie propre du diocèse de Langres.
  2. À compter du même jour, dans les paroisses qui relevaient dans le passé du diocèse de Langres, l’office, les rites, les chants, les cérémonies et tout ce qui concerne le culte se feront selon les règles de la liturgie romaine.
  3. Aux paroisses qui n’ont pas encore abandonné complètement les rites d’autres diocèses voisins, nous permettons certes d’utiliser pour un temps leurs propres livres, mais nous voulons qu’elles suivent par ailleurs tout ce que décrit et prescrit l’Ordo pour l’année 18401.
  4. Les prêtres qui ont jusqu’à présent récité le bréviaire édité sur l’ordre de Mgr d’Orcet pourront certes remplir le devoir de leur office par cette même récitation ; nous les exhortons cependant, et ce sera mieux, à utiliser tous le bréviaire romain.

7Bien que notre présent décret soit promulgué pour le bien de notre sainte religion et pour remédier au mal public, nous n’ignorons pas, cependant, qu’il se pourrait qu’il en résulte quelque difficulté ou quelque inquiétude chez beaucoup. Ceux-là, nous leur demandons de se tourner vers nous avec une filiale confiance, non pas pour obtenir dispense, mais pour que les difficultés, s’il y en a, soient aplanies par nous, et pour comprendre encore mieux que si nous avons été conduit dans cette voie, ce n’est pas pour y avoir été appelé par notre inclination, mais parce que nous avons été poussé et forcé par l’urgence de la nécessité et par l’appel de notre conscience.

8Nous vous adjurons donc tous, vous nos coopérateurs et auxiliaires dans le Seigneur, à apporter votre aide à une si grande œuvre dans toute la mesure de vos possibilités, pour que, comme parmi nous il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, il y ait aussi un peuple à une seule voix.

9Donné à Langres, sous notre seing et notre sceau, et sous la signature de notre secrétaire, en la fête de sainte Thérèse, le 15 octobre de l’an du salut 1839.

10Archives diocésaines de Langres.

Notes

1 Cet Ordo commence au premier dimanche de l’Avent 1839, et renferme de nombreux documents et règlements concernant la récitation du bréviaire romain, les cérémonies qui doivent être observées désormais à l’intérieur du diocèse, et d’autres règles de la plus grande importance, qu’il vaudra la peine de lire et de bien comprendre.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540