Version classiqueVersion mobile

Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Claude Nières

2e partie. Villes et urbanisme

Chapitre VII. Le bâti

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Les bâtiments publics

Eglises, chapelles et couvents

  • 1 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne, 1979, p. 247 et suiv. R. Laffont, Dictionnaire des église (...)
  • 2 On peut utilement consulter, outre André Mussat, les guides de Bretagne.
  • 3 E. Vigoland, Montfort-sur-Meu, 1895, p. 3. Deux chapelles intra-muros en ruine en 1632. L’abbaye S (...)

1Les bâtiments religieux si fréquents dans les représentations urbaines avaient poussé avec vigueur les siècles précédents, en particulier au xviie siècle, époque d'un « bouleversement architectural » où « à l'église de structure et d'aspect médiéval se substitue une autre vision1 ». Au xviiie siècle, une grande partie de l'argent récolté par les fabriciens servit à construire, à parfaire les édifices cultuels, à les meubler, à les enrichir dans un extraordinaire mouvement de renouveau religieux. André Mussat nous donne une analyse définitive2. La vétusté rendit obligatoire quelques destructions (ancienne église Notre-Dame à Lesneven en 1763) et reconstructions partielles ou totales. L'ancienne église de l'abbaye Sainte-Croix de Guingamp fut reconstruite, l'évêque la bénit le 30 août 1750, la basilique, maintes fois remaniée depuis le xie siècle marque lors des travaux du xvie siècle, l'introduction de la Renaissance en Basse-Bretagne. Les chantiers commencés, se poursuivirent au cours du xviiie siècle et ne se terminèrent parfois ensuite: l'église des capucins d'Auray commencée au xvie siècle fut achevée qu'en 1791, la cathédrale de Rennes, l'église Saint-Patern à Vannes (reconstruite en 1727), dont la tour, débutée en 1779 ne fut finie que fin 1825. Notons aussi les travaux au début du xviiie siècle, église Saint-Magloire, ceux de Saint-Renan terminés au xixe siècle. Néanmoins, là où elles n'existaient pas encore on édifia des églises. À Montfort-sur-Meu, la ville ne possédait point encore d'église à l'intérieur des murs au début du xviiie siècle, l'église paroissiale et du château se trouvaient faubourg Saint-Jean3. En 1707, l'on prévit d'élever une église sur la motte, à l'emplacement de l'ancien château dont il ne restait que quelques traces. Lorient eut besoin d'une église paroissiale bientôt bâtie.

2Les couvents, occupaient souvent une grande surface des sols urbains nous l'avons vu. Beaucoup s'installèrent dans des bâtiments existants, d'autres furent construits. À Dinan, à Vannes, le problème est bien connu, à Rennes aussi et Henri Fréville soulignait combien ici les propriétés religieuses gênaient le développement d'une politique d'urbanisme plus cohérente. de fait, dans la plupart des villes, ils se trouvaient au débouché des axes de pénétration sur des surfaces homogènes où ils possédaient des bâtiments vastes, ordonnés. Ailleurs, religieux ou religieuses installés dans des locaux disparates, achetés au fur et à mesure des besoins, attendaient d'avoir les moyens de bâtir à leur convenance. Quelques bâtiments remarquables par leur architecture soulignaient par leur importance la puissance des communautés, parmi eux l'abbaye de Saint Georges à Rennes construite en 1670. Les communautés utilisaient à l'occasion des bâtiments religieux pour se réunir, comme le fit celle de Rennes de 1663 à 1667. de même, les États, à l'occasion des tenues, utilisaient les vastes locaux des couvents des Cordeliers à Vannes, Dinan et Ancenis, des Carmes à Ploërmel, des Jacobins à Rennes, Nantes, Guérande, Saint-Sauveur de Redon, et l'église paroissiale de Saint-Armel, et la cathédrale de Saint-Brieuc. Ici ou là, en ville ou en milieu rural, des personnes pieuses proposaient d'installer des maisons charitables pour les mendiants, les jeunes filles pauvres, les vieillards. Il s'agissait le plus souvent d'aménager des maisons et non d'en construire de nouvelles.

Dinan 1776 Importance des bâtiments religieux intra muros

Dinan 1776 Importance des bâtiments religieux intra muros

Les bâtiments à usage militaire

  • 4 Robien, Histoire ancienne…, 1756. Les châteaux de Bain de Bretagne, Guingamp, Montfort, Rennes ont (...)
  • 5 « Châteaux xvie-xixe », in Arts de l’Ouest, 1978/1, 1978/2.
  • 6 AD. 56, E 1722, 1724.
  • 7 AD. 35, C 3847. Rapport aux États du 21 janvier 1753.
  • 8 AN. H.579, 1728 : projet de six corps de caserne et de deux pavillons pour 1 000 à 1 200 hommes. 3 (...)
  • 9 Cf. 4° partie
  • 10 AD. 35, C 514. Compte du Sieur Duhaut-Tilly, maire de Lamballe.
  • 11 AD. 35, C 9923, 492. Un corps de garde existait rue du Jerzual. C 3 000 et 3848, il fut réparé en (...)

3Les villes avaient au cours des temps organisé leurs défenses, les unes en s'emmurant, les autres en se barricadant à l'occasion ou en s'appuyant sur des édifices forts, des châteaux-forts, voire comme à Saint-Brieuc, la cathédrale. Ces moyens de défense en général mal adaptés existaient encore au xviiie siècle plus ou moins bien entretenus. Nous avons parlé des murs, des portes et des douves. Robien nous permet d'avoir une vue assez juste de la situation des châteaux urbains dont les uns se trouvaient en bon état, les autres en ruine, tous transformés et détournés de leur fonction première4. Le château reste encore au xviie siècle, le bâtiment non religieux le plus important de la cité. Seuls ceux possédés par le Roi — et encore pas tous — jouaient au xviiie siècle le rôle militaire de citadelle : le château de Brest, noyau de la défense, symbole aussi de la puissance de la cité, celui de Port-Louis. Les châteaux de Fougères, de Vitré, de Nantes, de Saint-Malo, de Dinan5 reçurent garnisons et prisonniers de guerre. Le château de Dinan qui avait joué un grand rôle au moment des affaires de la Ligue avait grand besoin de réparations à la fin du xviie siècle. Garengeau s'en occupa mais le destina à loger le gouverneur et le lieutenant du Roi et à recevoir les prisonniers de guerre pour lesquels il aménagea le donjon et la tour de Coetquen. En Bretagne, les châteaux encore debout attestaient de la puissance plus ou moins passée de leurs propriétaires. L'évolution architecturale et la perte de pouvoir de ceux qui les possédaient, se conjuguaient pour ouvrir les murs, élargir les baies, combler en partie les fossés et transformer ces bâtiments rudes, en résidences plus confortables, par exemples ceux de Pontivy, de Combourg, de Guémené sur Scorff. Quelques-uns se trouvaient en très piteux état. À Rohan, le château construit sur une motte au xve siècle, déserté par ses seigneurs installés à Josselin, n'était plus que ruines. Du château de Quintin, il ne restait que deux tours encadrant la porte neuve et la muraille dominant le Gouet. À Vannes, un manoir, appartenant à Charles de Rosmadec, lieu de résidence du seigneur remplaça la maison épiscopale au vieux nom de la motte. Le rôle défensif revint à un autre château construit au bas des Lices, isolé par les douves et un étang. Petit à petit démoli pour permettre l'extension de la ville6, la construction de maisons du côté de l'étang et des douves, l'ouverture en 1678 de la poterne et de la rue Saint-Vincent, il en subsistait peu de choses. Ses pierres servirent à la réparation des murailles, à reconstruire le pont Saint-Vincent, à bâtir les quais et à d'autres travaux publics. Quand il fut afféagé, le 18 octobre 1784, seuls des murs et deux grosses tours gardaient le souvenir de sa puissance. Les destructions voulues par Richelieu et les États au début du xviie siècle procurèrent des matériaux utilisés par les entrepreneurs locaux. Ainsi à Guingamp, le démantèlement de la très puissante forteresse de Pierre II fournit des pierres de taille au couvent des religieuses hospitalières. Le château de Bonne-Fontaine à Antrain, construit en 1550 existe encore. Jean de Laval et Françoise de Foix rebâtirent le château de Châteaubriant en 1524, on l'appelle le Château Neuf pour l'opposer au Vieux Château du xie siècle. Le château forteresse de Quintin du xiiie siècle presque entièrement détruit pendant la Ligue, continuant à se dégrader au début du xviie siècle, fut relevé en 1645 — tout au moins en partie par Henriette de la Tour d'Auvergne. L'ancien château-fort appartenant au roi, même transformé en geôle ou en simple lieu d'habitat, ne pouvait à lui seul résoudre le problème du logement temporaire ou permanent des soldats. Le château de Port-Louis logeait six compagnies de chaque bataillon affecté à la ville, puis neuf en 17497. À Brest, la nécessité poussa à construire des casernes, mais, alors que dès les années vingt, plusieurs mémoires en démontraient l'impérieuse urgence8, les travaux ne commencèrent, avec difficulté qu'en 1756, on continuait à louer ou à acheter des maisons auxquelles on apportait quelques modifications intérieures (rateliers d'armes, bas flancs9). Au-delà des garnisons, la présence des troupes astreignait à prévoir un corps de garde par bataillon de 15 compagnies. L'ordonnance de 1716 n'obligeant pas à bâtir un édifice spécifique, la garde s'établit à Lamballe, dans les halles où l'on déposait les bagages10 et les communautés de Vannes, de Pontivy louaient des rez-de-chaussée. Par contre, à Dinan, la communauté après avoir fait réparer les deux corps de garde, décida d'en construire un en 1755 « sur la place où est encore la boucherie que l'on va démolir », c'est-à-dire au centre de la ville11. L'armée avait aussi besoin de locaux pour ses approvisionnements, ses réserves de vivres, ses munitions, ses armes etc. Elle se contentait de louer des bâtiments, de simples maisons, transformés en magasins. Rien ici de semblable à ce qui se passait dans les villes forteresses du Nord et de l'Est, sauf à Brest et à Lorient où la construction des arsenaux, des bâtiments des compagnies marquaient le paysage.

Le château de Dinan en 1773
(Garengeau - AD 35 C 492 - d'après F. Hamon)

Le château de Dinan en 1773(Garengeau - AD 35 C 492 - d'après F. Hamon)

1-2-3 : enceinte de la ville
4 : pont dormant
5-6 : corps de garde ; 7 : cuisine
8 à 12, 17, 18 : fossés
13-14-15 : esplanade; 16 : porte de secours
21 : puits ; 24 : latrines

Les bâtiments de Justice : tribunaux et prisons

  • 12 A. Mussat, « Quelques précisions sur la décoration intérieure du Parlement de Bretagne », AB, 1952 (...)
  • 13 AD. 35, C 107 à 116 et 117 à 133. Par exemple à Hédé et à Pont-Croix, geôle au rez-de-chaussée et (...)
  • 14 AD. 35, C 111. En particulier les tours de la porte Broerec.
  • 15 AD.35, C 116. Tour des prisons porte Saint-Patern et tour des exécutions.
  • 16 AD. 35, C 3328. Elles avaient des noms divers : feuillée, conciergerie, prison Saint-Michel ; L. D (...)
  • 17 AD. 35, C 116.
  • 18 AD. 35, C 112. M. Chauvin, « Geôles et prisons de Nantes », BSAHN et LI, T.72, 1932, p. 75-76.

4Le Parlement jouait à Rennes un grand rôle. Les parlementaires avaient grand prestige et vivaient avec orgueil l'exercice de leur charge dans un palais digne de les accueillir construit au xviie siècle et dont Gabriel modifia la façade et l'aménagement12. Dans cet édifice, symbole de la puissance de la Cour, se traitaient en appel les plus importantes affaires judiciaires de la province. Les justiciables bretons roturiers avaient plutôt affaire aux juges, sergents, huissiers des cours royales et seigneuriales qui siégeaient dans les différentes villes où la justice était rendue dans des auditoires, tribunaux urbains quelquefois appelés « feuillées ». Nous les trouvons en place dans quelques cités au xve siècle, à Fougères, à Guingamp, à Nantes, à Quintin, à Concarneau, au xviie siècle à Pont-Croix, à Quimperlé où il reste de nos jours le perron, à Montfort, à Nantes. À Carhaix, l'auditoire assez vaste, possédait une petite chapelle et la prison comprenait les cachots et une basse fosse. À Auray, à Bazouges-la-Pérouse, à Châteaulin, à Châteauneuf-du-Faou, à Concarneau, à Gourin, à Guérande, à Hédé, à Jugon, à Lannion, à Lesneven, à Morlaix, à Quimper, à Sarzeau, à Saint-Aubin, à Saint-Brieuc13, auditoires et prisons logeaient dans le même bâtiment ou étaient contiguës. À Brest, l'auditoire comprenait seulement trois pièces, deux grosses tours, à droite et à gauche du château recevaient les prisonniers du civil, du criminel et les militaires fautifs. À Fougères, les suspects et les condamnés allaient dans « une tour attenante aux murs de la ville », à Dinan, on les trouvait dans deux tours, de même à Hennebont14, à Morlaix, à Vitré. Ces différents bâtiments s'adaptaient mal à l'usage qui leur était destiné. Seules les tours présentaient, et encore, une structure qui garantissait l'efficacité de l'emprisonnement quoique l'on puisse aussi s'échapper de ce type de bâtiments. Mais, ailleurs, la sûreté des prisons parait toute relative, certaines même servaient à peine tant elles inspiraient peu de confiance. Ces prisons drainaient les prisonniers de plusieurs juridictions : royales, seigneuriales ou de police urbaine. Quatre d'entre elles jouaient le rôle de prisons centrales, celle de Vannes, très ancienne et toujours en réparations15, de Quimper installée dans une maison particulière, occupant quatre appartements et un petit caveau attenante à d'autres bâtisses (elle était si peu sûre que l'on envoyait les prisonniers à Quimperlé), celles de Rennes et de Nantes. À Rennes, jusqu'à l'incendie de 1720, la justice se rendait dans plusieurs bâtiments outre le parlement. Le présidial se trouvait place du Champ-Jacquet. Le présidial utilisait le rez-de-chaussée d'un bâtiment de quatre étages, et la chambre du conseil se tenait dans un des étages d'un petit immeuble. Une petite cour donnait accès au présidial et à la prison à laquelle s'adossaient des maisons. La prévôté possédait un bâtiment, lui aussi contre la prison16. Le bâtiment de l'officialité se trouvait rue Saint-Guillaume. Dans d'autres villes existaient aussi des édifices où s'exerçaient des juridictions seigneuriales ou religieuses. Par exemple à Blain où le duc de Rohan disposait de salles fortes et des cachots au château qui servaient aussi aux condamnés de la justice des seigneurs avoisinants. À Lannion, trois justices seigneuriales se tenaient dans de petits locaux, de simples salles. À Vannes, l'évêque et le chapitre avaient leur auditoire, de même que le seigneur de Larquet qui tenait audience dans une « chambre basse » de petites dimensions. Dans cette ville, la justice consulaire se rendait à l'hôtel de ville17. Partout ailleurs — sauf à Sarzeau où la prison était « privative du siège royal » — les locaux de la justice royale servaient aux justices particulières. À Nantes, un édifice à deux étages dont l'aménagement interne laissait à désirer en particulier pour les femmes, réunissait présidial et prisons18. L'installation du bagne à Brest amena la construction d'un bâtiment spécifique en 1751 par Choquet de Lindu.

Saint-Brieuc, ancienne prison et auditoire

Saint-Brieuc, ancienne prison et auditoire

5Prisons, auditoires, jumelés ou proches les uns des autres se trouvaient quelquefois installés dans le même bâtiment que les halles. Ainsi à Auray, où la salle servait aussi de salle de réunion de la communauté de ville. Les très belles halles de Quimperlé se remarquaient au-dessous de l'auditoire, celles de Montfort à deux étages, contenaient l'auditoire de la seigneurie. À Hédé, le bâtiment abritait le marché, l'auditoire, la prison et la tour de l'horloge. Guérande, Bazouges-la-Pérouse, Antrain réunissaient aussi dans la même bâtisse les fonctions judiciaire et commerciale.

  • 19 AD. 35, C 478, lettre de l’intendant au contrôleur général (20 sept. 1765). Perroud trouvait plus (...)
  • 20 AD. 35, C 1309. Travaux estimés alors à 7114 L 2 s.
  • 21 Ch. Ménard, « Le triste sort des prisonniers de Quimper de 1730 à 1830 », BSAF. 1969, T. XCV, p.22 (...)

6Cette situation n'existait pas qu'en Bretagne, mais elle trahissait un retard dans l'équipement des villes bretonnes. Au xviiie siècle, des programmes plus cohérents apparurent. Quand l'on gardait sous un même toit des usages différents, on cherchait à ce qu'ils fussent davantage complémentaires: salles de justice et salles carcérales voisinaient. À Rennes, Gabriel réunit dans un bâtiment superbe, Hôtel de ville, tour de l'Horloge et Présidial, mais il le conçut de telle façon qu'il isolait chacun des trois éléments. L'ingénieur Perroud estima en 1765 que les prisons et l'auditoire de Saint-Brieuc ne pouvaient être réparés, avis que ne partageaient pas les juges du Présidial19. La dispute empêcha de trouver une solution pendant de nombreuses années, mais, en 1772, l'effondrement des anciens bâtiments régla la question. L'ingénieur présenta alors le projet d'un vaste édifice regroupant prison et auditoire. Accolé à l'Hôtel de ville, il aurait au nord une aile de deux étages servant de prison. L'affaire traîna encore jusqu'en juin 1783 où l'arrêt du conseil du Roi entérina une nouvelle proposition de Perroud. Le nouveau plan — signé le 26 mars 1782 — transférait prison et auditoire royal porte Saint-Guillaume. Dans bien des villes les installations carcérales restèrent dans un état médiocre et les bâtiments ne reçurent — après bien des demandes — que les réparations les plus urgentes. À Quimperlé, la maçonnerie, la charpente et la menuiserie obligèrent à des réparations, en particulier les fenêtres et portes20. Quant aux malheureux prisonniers de Quimper, leur sort ne s'améliora guère après leur installation en 1670 dans la maison de Dame Barou21.

  • 22 À Rennes, à Quimper, à Vannes, à Nantes (AD. 35, C 1298, 1299, 1309, 1310, 1311). À Tours, le dépô (...)
  • 23 AD. 35, C 1309. 17 novembre 1768. La première étude (1766) porte sur 243 pensionnaires : 124 femme (...)
  • 24 M.-J. Le Menant des Chesnais, Notice historique sur le Petit Saint-Méen, 1864.
  • 25 P. Gueguen, « Les hôpitaux de la Compagnie. », BMSM, 1965, p. 33.
  • 26 H.-F. Buffet, Vie et société au Port-Louis, 1972. Naissance da la ville de Lorient, p. 19. Terrain (...)

7En fait, les citadins faisaient usage de tous les bâtiments à leur disposition, ils les aménageaient au mieux de leurs possibilités et n'envisageaient guère d'en construire de nouveaux. Les tours qui servaient de prisons, logeaient ici ou là, le personnel pénitencier, l'exécuteur, voire des particuliers. Pourtant la volonté de construire des dépôts de mendicité, lieux de tri, d'incarcération, de travail obligatoire22, obligeait soit à la transformation de prisons existantes, soit à l'installation de bâtiments nouveaux. Â Landerneau, on voulut construire près de l'Elorn, une maison de force pour 80 personnes des deux sexes avec une chapelle contiguë. David dressa les plans du dépôt des mendiants prévu à Quimper. Chocat y vint chercher l'équivalent de ce qu'il avait trouvé à Vannes pour loger 200 pauvres : une vaste maison. Tenté par celle de l'avocat Girard, il se décida pour un bâtiment plus grand, dans le faubourg, proche de la maréchaussée, capable de recevoir 90 femmes et 120 hommes. Le projet David séparait les femmes de mauvaise vie des mendiants. Elles travailleraient dans trois salles au rez-de-chaussée, avec des latrines, donnant sur une cour avec un puits, sans ouverture vers l'extérieur. Au premier étage, trois logements pour 33 femmes à deux par lit. Un autre bâtiment — pour les mendiants — comprenait au rez-de-chaussée : l'infirmerie pour les hommes, la buanderie, le logement du concierge et l'infirmerie des femmes. Au premier, deux salles de travail (une par sexe) et encore une infirmerie. L'on peut imaginer que la transformation des deux maisons acceptée par Terray fut proche de ce projet, et n'en différa pas en tout cas dans sa philosophie23. Le bâti hospitalier ne peut être totalement séparé du bâti carcéral. Certes, il fallait soigner, isoler, pour des raisons médicales, mais des préoccupations sociales tendaient, de gré ou de force, à donner du travail aux malheureux, à fournir un apprentissage aux enfants. Aussi devait-on prévoir des salles spécialisées pour accueillir des clientèles aussi diverses. À Nantes par exemple, l'on employa les femmes et les filles à filer et à faire des lessives, les enfants à la draperie et au jardinage. À Quimper, l'on voulut utiliser les locaux de la manufacture de l'Hôpital général pour le dépôt des mendiants. de telles contraintes obligeaient à regrouper administrativement des établissements répartis en différents points de la ville. À Fougères, la léproserie de la route d'Iné fut réunie au xviie siècle à l'hôpital Saint-Nicolas. À Rennes, l'Hôpital général créé par lettre patente de 1679, comprenait l'hôpital Saint-Yves, l'Hôtel Dieu et l'hôpital Saint-Méen. L'hôpital Saint-Yves conservait une certaine autonomie. L'hôpital Saint-Méen fondé en 1625, pour servir d'asile aux pèlerins servit ensuite aux aliénés et les premières cellules destinées à les recevoir furent aménagées en 172924. Plus tard, la Tour de Toussaint (en 1723), l'ancien hôpital de la Santé, route de Nantes, la maison servant de retraite aux prêtres (en 1767), le futur hôpital des enfants trouvés, tombèrent sous l'administration de l'Hôpital général. L'hôpital des incurables qui occupait une maison achetée par la ville en 1667, fut agrandi d'un corps de logis supplémentaire en 1745. À Morlaix, l'incendie du 6 janvier 1731, obligea à reconstruire. À Brest, une lettre patente de 1691 décida d'achever l'hôpital et de le transformer en Hôpital général. Le 30 mai 1696, le maréchal d'Estrées posa la première pierre de l'hôpital de Recouvrance. À Lorient, malgré les moyens de la Compagnie, l'équipement sanitaire resta longtemps médiocre. de 1719 à 1724, les malades allèrent au château de Tréfaven, puis de 1724 à 1766, dans un immeuble loué rue de Bretagne malgré la proximité des marais et le nombre des hospitalisés (en 1754, il y eut, 106 décès25). En 1755, la municipalité isola les vénériens en achetant une maison comprenant quatre salles, une salle de bain et une cuisine. La ville avait hérité en 1740, d'une maison rue du Faouëdic qui servait de refuge aux malheureux, l'architecte Guillois reconstruisit la façade de l'Hôpital des pauvres en 1782 ainsi que la chapelle. Port-Louis peut expliquer cette situation, les dames de la Charité y achetèrent une maison en 1706, puis en 1708, une pâture sur laquelle s'éleva un bâtiment modeste d'une seule salle par étage et ce modeste hôpital transformé en Hôpital général en 1712, reçut en 1720, les malades de l'Hôpital de la Marine puis en 1728, ceux de l'Hôpital militaire. Ces derniers allaient auparavant dans la citadelle, tandis que les marins occupaient plusieurs bâtiments au coin de la rue de Gâvres et du boulevard des remparts où ils avaient l80 lits26. Le passé, les plans en témoignent, explique que la plupart des édifices se trouvaient installés hors les murs, aux approches des villes par exemples l'hôpital Saint-Nicolas de Châteaugiron près de l'Yaigne, l'Hospice de Carhaix, faubourg du Couëré.

Les Hôtels de ville

  • 27 AD. 35 C 683.
  • 28 AD. 35, C 406. Lettre du 5 déc. 1682. La tour sera démolie en 1897.
  • 29 J.-P. Leguay, idem. 1981, p. 656 pense qu’il serait plus ancien.

8À la veille du xviiie siècle, la plupart des villes bretonnes ne possédaient pas d'Hôtel de ville, c'est-à-dire de bâtiments construits pour recevoir la communauté, ses services, ses archives. Quand le Général de la paroisse s'occupait à la fois de sa mission paroissiale et de la gestion urbaine, il se réunissait dans le même édifice, l'église de la paroisse. Ailleurs, les communautés se réunissaient dans des lieux divers : À Rennes, dans une modeste maison place Saint-Pierre, à Saint-Pol-de-Léon « dans une salle d'audience qui (servait) tant aux juges de la justice ordinaire qu'à ceux de l'officialité27 », à Hennebont, aux Carmes, à Montfort depuis 1682 dans une salle de la tour, dite Saint-Nicolas28, à Dinan au deuxième étage de la tour élevée par François II, à Auray dans la salle de l'Auditoire au-dessus des halles. À Port-Louis, les échevins se contentèrent jusqu'en 1774, de la salle haute de la sacristie, avant d'aller chez Mademoiselle Beard des Fontaines, puis en 1783 au numéro 9 de la rue de la Citadelle. Il existait cependant des bâtiments spécifiques, loués ou construits. À Fougères, l'Hôtel de ville apparaît à la fin du xive siècle29, à Nantes, la communauté acheta un bâtiment en ruine en 1435, le répara pour servir de « maison des engins » ou « hôtel de ville » dont Madame Cradock vit encore la superbe porte d'entrée. Il existait une maison commune à Quintin (en très mauvais état en 1757), à Morlaix, à Guingamp construite en 1610, enfin à La Guerche, Ogée parle d'un hôtel de ville sans préciser la date de sa construction. L'actuel hôtel de ville est construit sur l'emplacement d'un auditoire, lui-même bâti là où se trouvait le château détruit en 1737.

  • 30 Bergot, Une oeuvre de jacques Gabriel, 1972, p. 113 et suiv.

9L'incendie de la ville de Rennes ne détruisit point le bâtiment où se réunissaient les édiles, mais il apparut indispensable alors pour une ville d'une telle importance politique de construire un bâtiment spécifique. La communauté prit possession en juillet 1743, du magnifique bâtiment construit sur les plans de Gabriel. La ville possédait alors un vaste ensemble baroque regroupant sur la place royale, devenue Place Neuve puis place de la Mairie : la Mairie, la tour de l'Horloge et le Présidial30.

  • 31 J.-P. Leguay, ibid, 1961, p. 651.
  • 32 AD. 35, C 3328, 490. Réparée en 1775-76, elle existe toujours rue de l’Horloge.
  • 33 AD. 35, C 637. Elle fut reconstruite en 1762, une nouvelle cloche achetée en 1783.

10Une seule construction manifestait, sinon l'esprit d'indépendance, tout au moins l'existence d'une personnalité laïque. Le beffroi, la tour de l'horloge, donnaient aux citadins le « temps municipal ». En Bretagne, leur apparition marqua le glissement de l'autorité seigneuriale à celle — plus ou moins autonome — des échevins et précéda la naissance des municipalités. À Fougères, la tour octogonale couronnée d'une galerie flamboyante et d'une flèche à huit pans existait sans doute dès 139731. L'horloge de Nantes fut placée en 1421 et refaite en 1459. À Dinan, on construisit sous François II, une tour dite de l'horloge et l'allemand Hanyer y installa l'horloge en 1498, complétée par une cloche baptisée Anne en 1507. Une flèche de 60 mètres surmontait la tour de beau granit32. À Rennes, Rabelais vanta la grosse horloge dont Nostradamus aurait prédit la chute. Elle avait « environ cent pieds d'élévation sur laquelle était une charpente couverte de plomb, aussi fort élevée qui renfermait 1a cloche de l'horloge ». Nous connaissons leur existence à Montfort où le beffroi se trouvait porte Saint-Nicolas, à Malestroit, à Hédé, à Morlaix où elle fut démolie en 1780, à Hennebont, à Quimperlé. À Landerneau, la municipalité entretenait l'horloge de Saint-Houardon33. C'étaient les seuls bâtiments politiques ou administratifs que l'on trouvait dans les villes, ni l'intendant qui s'installa à Rennes en 1689, ni les Gouverneurs qui l'avaient précédé n'avaient à leur usage de bâtiment construit pour les recevoir. Gouverneurs de villes, lieutenants, commandant en chef, vivaient dans des maisons louées par les communautés.

Les bâtiments d'enseignement, culture et loisirs

  • 34 J. Quéniart, « Autour du collège d’ancien régime », Pouvoir, Ville et société…, 1983 (1981).
  • 35 AM. Morlaix, RCV. Délibération. 10 mai 1700.
  • 36 P. Jeulin, « Notes sur l’enseignement » AB, t. XXXIX, 1930-1931.
  • 37 En 1536, collège Saint-Thomas (AD. 35, 1 F 1033, Gilles de Languedoc, Recueil historique, 1724).
  • 38 AD. 35, 1 F 298. Histoire de la Fondation du collège de la Compagnie de Jésus à Rennes, (anonyme, (...)
  • 39 P. Banéat, Le vieux Rennes, èd.1983.

11Les besoins de l'instruction, le développement de l'éducation conduisaient inévitablement à souhaiter des locaux pour les maîtres et les élèves. Mais le lien entre enseignement et bâtiment spécifique ne se posait pas clairement. Les Ursulines et les Visitandines, dans la première moitié du xviie siècle, ouvraient leurs portes à des élèves extérieurs, plus nombreux que les pensionnaires reçus par chez les Ursulines. Mais il convient de distinguer les niveaux. Les maîtres enseignaient le plus souvent chez eux ou dans quelques pièces louées par la ville s'ils étaient à son service. Pour les collèges, il fallait recevoir un grand nombre d'élèves et leurs professeurs, dans des bâtiments vastes que les villes équipaient, ce qui représentait de lourdes charges pour leurs finances34. Toutes les villes ne possédaient point des bâtiments aussi importants que ceux du collège de La Flèche, ou de Rennes. À Morlaix, le collège ruiné en 1687, encore en 1700, mettait régents et écoliers « en danger de leur vie35 », mais, il fallut attendre le 18 août 1785 pour voir poser la première pierre du nouveau collège. À Nantes, les Oratoriens maîtres de l'enseignement secondaire dans la ville depuis 1625, de la faculté des Arts, s'installèrent dans les locaux du collège de Saint-Clément fondé en 1557, ils occupaient un vaste quadrilatère de bâtiments proche de la Cathédrale36. À Hédé, on fit venir les Ursulines de Tréguier qui s'installèrent d'abord dans une maison vétuste avec un jardin clos « le Bas Manoir » qui dut être reconstruite. Quand, en 1766, les Sœurs de l'Immaculée Conception de Saint-Méen les remplacèrent, elles eurent à leur disposition un ensemble complexe : la maison comprenait des salles basses, des chambres et deux gros pavillons. Les sœurs avaient acheté des terres au lieu dit « les Courtillets » pour y installer leur monastère qui abritait trois salles de classe, des chambres pour les dames étrangères à la ville, une pharmacie complète avec une sœur pharmacienne et un médecin chirurgien. Dès 1711, 1712, elles avaient acquis terrains et maisons en ville qui en 1785, leurs attirèrent quelques difficultés avec la communauté. À Rennes, la ville fournit très tôt des locaux pour installer le collège (deux maisons37). La construction d'un bâtiment neuf intervint après l'arrivée des Jésuites (1604) et la première pierre posée en 1624 après neuf ans de discussions. En 1680, il fallut ajouter deux corps de logis supplémentaires38. Au début du xviiie siècle, il y avait au sud un bâtiment à trois étages dont un clocheton octogonal dominait le toit en carène. Deux autres pavillons le flanquaient, de deux étages seulement. Un corps d'un seul étage les reliait. À l'ouest, existait un autre bâtiment de deux étages. En 1740, un théâtre s'éleva dans la cour, il répondait aux besoins d'une tradition théâtrale qui depuis 1614 reposait sur deux manifestations, l'une en février et l'autre en août. Les rares séminaires bretons urbains, tel celui de Tréguier en 1645, souvent séminaires et collèges, ou séminaires en relations étroites avec les collèges, combinaient les bâtiments cultuels et d'enseignement. Mais le bâtiment scolaire, réfléchi, conçu comme tel, n'apparaît, tout au moins dans les discussions des architectes qui suivaient ici les philosophes et les éducateurs, que vers 1750. Il reposait sur le paradoxe d'une construction urbaine dont le programme tendait à refuser la ville et sa corruption, bâtiment d'une utopie qui voulait non pas construire la ville à la campagne, mais la campagne dans la ville, ce qui amenait à réfléchir la fuite de la ville pour la campagne. de même, enseignement et couvent se trouvaient liés, en particulier pour les filles, de même enseignement et hôpitaux avaient des relations particulières. Par exemple à Clisson, où l'école de filles annexée à l'hôpital recevait les filles pauvres en 1717. Enfin, notons la construction en 1782, d'un manège à Rennes, l'équitation, était enseignée depuis 1748 par le sieur Duchesne dans le jeu de paume du Pigeon39.

Saint-Malo, projet de théâtre

Saint-Malo, projet de théâtre
  • 40 Registres de la capitation.
  • 41 Par exemple à Antrain, l’auberge du Cheval blanc, à l’entrée de la rue de la Filandrie, celle de l (...)
  • 42 Ainsi à Vitré, sur 39 cabarets, 28 se trouvaient à l’extérieur de la ville close, dont 7 faubourg (...)
  • 43 Manceron, « Quelques mots sur les cafés nantais », BSAHNLA. 1958, p. 118-132. L’édit de février 17 (...)

12La ville devait offrir aux étrangers des lieux de repos, d'habitat temporaires ou plus permanents. Elle devait abriter le simple passager d'une étape, mais aussi tous ceux qui s'y installaient plus ou moins longtemps sans en devenir les citadins. Parmi ces derniers, les collégiens, les universitaires avaient à leur disposition des chambres, des pensions. Comme de nos jours, des particuliers « logeurs et tenant pension », couvraient cette clientèle dans leurs maisons40. Antoine Furetière définit l'auberge comme une maison à destination particulière où le client trouvait à manger, à se loger. Il payait son repas, ou une pension. Il en était de même dans les hostelleries qui recevaient les voyageurs, leurs chevaux, leurs équipages, mais à un niveau d'accueil supérieur. On les trouve installées, le long des grandes routes, des axes de circulation, aux débouchés des cités41, bâtiments mi-urbains, mi-ruraux. Les hôtels garnis répondaient à une autre demande, le voyageur y logeait, au mois, quelque fois à l'année. Il y cherchait le calme, et les hôtels de ce type s'installaient dans les rues tranquilles, propres, hors des axes de circulation mais proches néanmoins des lieux de vente, des marchés. Il fallait de grands bâtiments, avec des remises et même des jardins agréables. Ici la clientèle riche se trouvait à l'abri et ces hôtels ne recevaient de filles qu'entretenues ou de grand ton. Les autres allaient dans les maisons des logeurs où, ouvriers, filles publiques, mendiants couchaient au dernier étage et payaient à la nuit. Nous pouvons rapprocher ces bâtiments où l'on logeait, des débits de boisson établis dans et hors la ville42. Simples salles où l'on servait dans des gobelets le vin tiré d'une ou deux barriques, dont le mobilier ne comprenait que quelques tabourets et tréteaux. N'importe quel rez-de-chaussée pouvait les recevoir et par voie de conséquence, s'ils marquaient par leur présence la sociabilité urbaine, ils n'entraînaient pas de constructions particulières. On pouvait se retrouver aussi dans les auberges, les cabarets, les gargottes ou au sommet de la hiérarchie, dans les cafés apparus à la fin du xviie siècle. À Nantes, celui de la Glacière construit en 1687, célèbre dans la ville, était un tripôt si l'on en croit ses détracteurs qui le dénoncèrent en 1754. Les jeux, le loto en 1767, les dés en 1779 (on y trouva des cornets de cuir), le firent condamner mais ne l'empêchèrent pas d'exister, les tenancières se contentant de payer les amendes43. Les Académies de jeu, celle de Nantes (1717), de Rennes (1769), de Saint-Malo, de Lorient affermées par le duc de Penthièvre, très surveillées, dépendaient du bon vouloir des fermiers qui revendaient leur droit à des cabaretiers. On y pratiquait, des jeux illicites, comme dans les cabarets tels le lansquenet, la bassette introduite enfin xviie siècle, le pharaon et le loto.

  • 44 D’après Desjobert
  • 45 AN. H 623
  • 46 P. Lelièvre, idem. 1942, p. 267-270.
  • 47 A. Francesca, Journal de Madame Cradock, 1896.

13« Paulmiers », « billardiers », « teneurs de boules » exerçaient leurs métiers dans des salles, ou des espaces aménagés où les citadins pouvaient s'adonner à leur jeu favori. Dans les salles les plus vastes, les troupes de théâtre itinérantes qui se produisaient en Bretagne, s'installaient pour quelques représentations : dans les halles à Fougères, les salles de jeu de Paume, celle de la rue Basse Baudrairie à Rennes qui à la suite de l'incendie, servit d'abord de halles, puis fut touchée par les alignements. Il en existait d'autres Ces salles rectangulaires, carrelées, disposant de tribunes le long des murs, pouvaient recevoir une scène et être facilement aménagées. Il n'y avait de salle de spectacle qu'à Nantes, Lorient et Brest. Celle de Lorient « petite mais fort jolie44 », convenait à une clientèle fortunée. À Nantes, l'on projeta en 1755 d'adjoindre au théâtre placé à l'ouest de la porte Saint-Nicolas, une salle de concert45. Les plans présentés en 1761 combinaient, une salle de concert et une salle de spectacle. L'affaire traîna jusqu'à ce que Graslin fasse construire le bâtiment en 1781 d'après les plans d'Orray. Ce théâtre brûla en 1796 et fut reconstruit en 1811-181346. D'après Madame Cradock, il s'agissait d'une salle bien éclairée, mais petite et sans goût47. L'on pensa édifier un théâtre à Saint-Malo en 1780. Nous en possédons les plans, sa construction se justifiait par un public cultivé, et l'habitude de recevoir des troupes (23 se succédèrent de 1768 à 1789). Quant à Rennes, malgré la présence d'un directeur jouuissant de privilège, elle ne posséda pas avant 1797 et surtout le xixe siècle de théâtre proprement dit. Les compagnies diverses devaient se contenter des jeux de paume et des tréteaux élevés ici ou là pour assurer les « petits spectacles », 18 de 1782 à 1786. Bâtiments insuffisants pour répondre à leur succès. Le goût du théâtre semble manifeste aussi bien parmi les élites que dans les milieux populaires, seuls changeaient la nature des spectacles et les lieux où ils se donnaient. Partout où existaient des collèges de Jésuites, ils produisaient des spectacles éducatifs dans leurs locaux et à Rennes, depuis leur installation, ils se tenaient dans la cour ou la chapelle devant les élites de la ville. Le théâtre du collège fut construit en 1740. Les Académies, les sociétés de Musique de Nantes (1727), et de Rennes (1761) connurent des situations différentes. La société de Rennes, ne disposait pas d'un local propre. Elle se réunissait dans un pavillon mis à sa disposition par de Robien, jeu de paume du Pigeon en 1765, dans le grand salon de l'hôtel de ville enfin en 1785. Enfin, l'Académie royale d'équitation avait besoin d'espace, elle s'établit d'abord à Rennes au jeu de paume rue Basse Baudrairie jusqu'en 1746. Ajoutons, les bâtiments qui le long des rivières recevaient les bains publics, à Rennes, les cabines sur la Vilaine, gué de Baud pour les écoliers et Cabinet Vert.

Bâtiments du commerce et de l'industrie

Boutiques et halles

  • 48 Rennes, les anciennes cohues, 71 m/23 m ; La Guerche 70/18 ; Moncontour 84/13 ; Ploërmel 42,5/16 ; (...)
  • 49 AD. 35, 2 B 427, PV de l’état des halles après l’incendie (23 janvier 1721).
  • 50 P. Lelièvre, op. cit, 1942, p. 234.

14La plupart des transactions urbaines se faisaient dans des boutiques ouvrant sur la rue au rez-de-chaussée des maisons, mais la vente réglementée de quelques marchandises, le pain, la viande, le sel, les toiles, l'accueil des forains, des paysans qui apportaient leurs produits à la ville avait lieu soit dans les rues et les places, simples espaces non aménagés soit dans des bâtiments prévus à cet effet. Jean-Pierre Leguay a trouvé trace des premières halles ou cohues bretonnes au xiie siècle. À la fin du xve siècle, il en existait à Antrain, Auray, Clisson, Lamballe, Lannion, le Faouët, Nantes, Pontivy, Questembert, Rennes, Saint-Malo et Vannes. Placées au milieu des cités, place centrale dans la majorité des cas, ces bâtiments plus ou moins vastes48, de plan rectangulaire, quelquefois circulaire, couverts de toits d'ardoises soutenus par des piliers de bois reposant sur des soubassements de pierre, abritaient des étals. À Rennes, boulangers, bouchers, lardiers et tripiers se partageaient 140 étals disposés en six rangées dans le Petit Bout et le Grand Bout de la Cohue; 45 poteaux (trois rangs de quinze) supportaient le toit49. Ces bâtiments servaient à la fois de lieu de transaction, de justice, d'administration, d'entrepôts du matériel d'incendie, voire de prison. Il existait quelquefois un étage de salles de réunions (par exemple à Montfort). À Dinan, Le bâtiment construit au xie siècle, maintes fois remanié et même reconstruit en 1407, composé d'un rez-de-chaussée et d'un étage soutenu par de gros poteaux de bois, recevait au rez-de-chaussée les marchands de grains, de toiles, de la friperie, de légumes et à l'étage, la juridiction royale. Nous trouvons la trace de ces édifices dans l'immense majorité des villes (Brest n'en possédait point) dont quelques-unes avaient la chance d'en avoir plusieurs à leur disposition. Rennes, possédait la Cohue, les étals du Pont Saint-Germain, les halles plus petites de la rue des Francs-Bourgeois, avec 17 étals sur trois rangs. La vente du poisson se faisait depuis 1483 sur le pont de la Vilaine. Nantes disposait de quatre halles: celle du poisson de mer et d'eau douce à la Saulzaye, de la boucherie, du blé sur le « cail de l'Erdr », des boulangers forains, des marchands de volailles, de légumes et de fruits au Bouffay50. Il y en avait deux à Fougères et à Vannes, plusieurs à Pontivy. La communauté de Landerneau demanda au duc de Rohan d'en construire une seconde.

  • 51 M.E. Monier, op. cit. 1958, p. 453-454.
  • 52 J. Bazin, « Landerneau ancienne… », SAF, 1973. Bâtiment de 13 toises sur 8 (25,5 m/15,5 m). 8 pied (...)

15Les halles n'appartenaient pas aux villes mais au Roi ou aux seigneurs qui les affermaient et il arrivait que leur entretien en souffre. En 1716, le comte de Toulouse en devint engagiste, puis le duc de Penthièvre en 1737. Ils s'en occupèrent sans doute mal car elles étaient en très mauvais état51. Même situation lamentable des halles en bois de Landerneau construites au xvie siècle. Des projets de reconstruction et de déplacement multiples n'aboutirent qu'en 1825. En attendant, il fallait sans cesse les réparer52. Les Halles de Hédé, ouvertes en 1455, détruites en 1752 ne furent pas reconstruites avant le xixe siècle.

  • 53 AD. 35, C1537.

16Dans bien des villes, ces bâtiments ne pouvaient recevoir tous les marchands. À Saint-Renan, la cohue à blé trop petite n'accueillait que les commerçants du textile. L'appellation halle « au blé », « au sel », « au poisson », ne doit pas tromper, à Fougères, la halle au blé servait aussi à vendre le sel et une douzaine de tanneurs y avaient un réduit comme « bourgeois de Fougères ». Dans la cohue « à chair », les bouchers possédaient 20 places au rez-de-chaussée, mais au premier étage on vendait d'abord du drap, puis des toiles. Il existait dans les combles un « théâtre de comédie » bientôt chassé par un « bureau de contrôle pour les toiles ». L'importance des halles explique l'attachement des communautés à leur existence et à leur entretien53. Ici, leurs intérêts divergeaient de ceux des afféagistes qui se contentaient de percevoir des droits sans construire les bâtiments auxquels ils étaient tenus en contrepartie.

  • 54 H. Buffet, La ville…, p. 98, on en boucla une partie (19) lors de la guerre de Sept Ans à l’occasi (...)

17Hors les halles, nous ne trouvons que peu de bâtiments de commerce. Beaucoup de maisons particulières servaient d'entrepôts. À Saint-Malo, nous en connaissons quelques-unes dont les caves aménagées constituaient une particularité. À Port-Louis, sous la rue de la Pointe, les voûtes, entrepôts des vins et autres marchandises, communiquaient avec la mer par des poternes percées dans les remparts54. Mettons à part les immenses magasins de la Compagnie des Indes où de l'arsenal de Brest. Nous connaissons les boutiques grâce aux bâtiments encore debout et aux plans. Les inventaires après décès permettent de visiter par exemple les officines, leurs arrières salles et leurs caves où les apothicaires gardaient leurs drogues.

  • 55 E. Pautrel, « Notions d’Histoire… », 1976.
  • 56 P. Jeulin, op. cit, P. Lelièvre, op. cit.
  • 57 AD. 35, C 3933. Dès 1727, Gabriel avait critiqué le toit en terra sse. En 1736, des crevasses appa (...)

18La vente du sel obligeait l'existence de bâtiments particuliers : les salorges. Celle de la Guerche, installée rue de la Ramée abritait le bureau de la Compagnie des Gabelous. Elle devint plus tard un lieu d'accueil des baladins. Montfort possédait un grenier à sel, rue de la Saulnerie, à Fougères, on y vendait le sel, mais aussi du poisson. La salorge incendiée en 1710, existait depuis 1558 et remplaçait un bâtiment plus ancien encore. Mal conçue, ouverte, elle permettait les vols, les trafics interdits, aussi fut-elle désaffectée en partie en 1681. Depuis, on vendait le sel sous la halle au blé qui fermait à clef. Le contrôleur de la Gabelle la gardait55. À Nantes, on construisit des magasins à sel au milieu du xvie siècle, d'abord deux, à la Pitaudière et à la maison Taverne, puis quatre (La Hautière, Le Launay, la Pitaudière et la Chapelle56). Seule Nantes possédait une maison destinée à ses marchands: l'hôtel de la Bourse. Jusqu'en 1641, les marchands se réunissaient dans une salle de la maison commune, puis dans un bâtiment à deux étages construit et utilisé jusqu'en 1724. Les progrès du commerce, l'accroissement de la ville, le rendirent insuffisant et l'on décida d'en construire un nouveau. L'intendant accorda l'autorisation le 12 avril 1723, après maintes modifications, Caillaud obtint le marché et la première pierre fut posée en 1724. Mal conçu, mal construit, le bâtiment menaça bientôt ruine et la situation en 1769, devint à ce point préoccupante que les négociants nantais se cotisèrent pour élever à leur frais, un abri provisoire. Enfin, sur plan d'Orray, adopté le 28 décembre 1790, un nouvel hôtel fut construit, c'est le bâtiment de la Bourse actuel57.

Installations et bâtiments industriels

19Plusieurs sources nous permettent de trouver, quelquefois de découvrir les activités industrielles d'une ville, outre celles fournies par les déclarations, les plans quelquefois détaillés des cités, les croquis partiels, les inventaires d'entreprises en faillite ou après décès. Nous constatons que les conditions de la production industrielle n'entraînaient pas, d'une manière générale, la présence de bâtiments particuliers, avant la naissance des usines quoique quelques manufactures possédaient des bâtiments propres, telle la manufacture du tabac à Tréguier. Non qu'il n'y eut point concentration d'ateliers les plus divers dans les arsenaux, mais cela ne concernait que Brest et Lorient. Là, effectivement, ateliers du bois, de la mâture, fonderies et forges voisinaient avec les immenses corderies.

  • 58 Idem. À Evreux où il y avait, Maison du Saint-Esprit, une manufacture de coutils.

20Les planches de l'Encyclopédie nous restituent des ateliers particuliers, ceux des teinturiers par exemple qui exigeaient de la place, malheureusement, nous possédons très peu d'indications les concernant. Quelques inventaires, effectués en général après faillite, rarement les plans, nous indiquent l'endroit où tel ou tel artisan travaillait, mais il s'agit davantage de la description d'objets, outils, matière première, marchandise que de bâtiments. Il en est de même des tanneries dont les plans nous montrent parfois les emplacements, près des rivières comme les teinturiers, à moins que seule la toponymie atteste de leur implantation ancienne peut être révolue. Nous savons que les charpentiers avaient besoin de place pour monter à plat les charpentes et qu'ils disposaient d'un espace libre au sud de la Vilaine à Rennes. L'utilisation du feu dans des foyers, dans des forges, installés en de nombreuses maisons particulières, dans les tuileries et briqueteries avait conduit à les rejeter hors le centre ville mais nous ne savons pas où, à quelques exceptions prés. Nous avons très peu de traces des bâtiments industriels, heureux quand nous pouvons en retrouver l'emplacement, par exemple pour les verreries, ou les faïenceries. Dans une province où l'industrie textile était importante, nous ne trouvons pas dans les villes drapières, l'équivalent de la manufacture de Louviers, édifiée en 1788 et visitée par Young et Bonaparte58. L'on a avancé l'hypothèse, confirmée en bien des villes, d'une modification continue du paysage urbain par le grignotage progressif des constructions existantes et par la construction de nouveaux bâtiments sur des parcelles remembrées pour la préparation des laines, le tissage, la teinture et l'apprêt. Le foulonnage restant tributaire des moulins à foulons. Je n'ai pas trouvé de traces de bâtiments nouveaux liés au textile dans les villes les plus concernées. Par contre, nous savons que les travailleurs de la laine, du lin ou du chanvre travaillaient dans l'atmosphère humide des caves, ou des rez-de-chaussée des villes toilières, ici encore la toponymie (rue de la Filandrie, aux Foulons...) atteste comme pour les tanneries de leur existence passée en ces lieux. Nous connaissons aussi les ateliers installés dans les hôpitaux généraux. À Rennes, nous savons l'existence à la Piletrine d'une manufacture de toile.

  • 59 J. Bazin, « Landerneau… » BSAF 1973, t. CI, p. 17.
  • 60 E. Vigoland, Montfort-sur-Meu…, 1895, p. 271. Affermé de deux ans en deux ans.
  • 61 Expilly, op. cit. Le Maréchal de la Meilleraye avait donné aux particuliers le droit de construire (...)
  • 62 I. Reynolds, « Les racines médiévales de la Révolution industrielle », Pour la Science, septembre (...)
  • 63 Les 14 roues de Marly développaient ensemble de 300 à 500 cv à 80 à 150 cv effectifs

21Deux types de bâtiments existaient dans toutes les villes, soit à l'intérieur soit à ses portes : les fours et les moulins. Les premiers, propriétés des seigneurs jalousement surveillés, répondaient aux obligations de la Coutume de Bretagne. La toponymie atteste leur présence, confirmée par les délibérations des communautés de ville et les papiers de leurs propriétaires. Il existait à Landerneau, un four banal place aux vaches et un four particulier privé, celui dit de Saint-Thomas59, celui de Montfort servait à la cuisson du pain des habitants de trois paroisses60. Port-Louis possédait d'après Expilly dix fours privés qui s'ajoutaient au four banal (en réalité trois fours61) etc. Les moulins appartenaient au paysage urbain et il n'existait pas de ville sans ces édifices capables de fournir un travail par leur mouvement mécanique alternatif ou rotatif, puissant et régulier62 : moulins à vent mais surtout à eau (de rivières et de marées). Ils entraient dans au moins 40 processus industriels différents dès le début du xvie siècle. Ces moyens mécaniques capables de développer de 5 à 7 cv (1er moteur à vapeur = 20 cv) par roue, fournissaient en batterie des forces supérieures63. Dans ces conditions, nous ne pouvons négliger leur existence, quitte à remarquer qu'il n'est pas toujours possible de déterminer l'usage des moulins recensés par Ogée, ni quelquefois de différencier parmi les moulins à eaux ceux qui marchaient grâce à une poussée par-dessous (pales radiales) de ceux qui, plus coûteux mais aussi plus puissants, étaient mus par l'eau tombant par le haut dans des godets. Les premiers avaient l'avantage de pouvoir être installés sur une rivière de faible courant.

  • 64 Inventaire effectué par la Commission du Tourisme du CELIB en mai 1982. Il en existait aussi en An (...)
  • 65 H.-F. Buffet, Vie et société au Port-Louis, p. 279.
  • 66 Ces installations furent détruites seulement en 1944, par les bombardements. La digue de Rochebalu (...)

22Il existait, en Bretagne, des moulins à marée, utilisés par les Bretons dès le xiie siècle. Au milieu du xixe, on en comptait une centaine contre 3 000 moulins à vent et 5 000 à eau. Placés le long des estuaires, à l'embouchure des rivières, ils fonctionnaient grâce au double courant de la rivière et de la marée. C'était le cas du moulin de Pont-L'Abbé ou du Moros à Concarneau. Il en existait près de Lorient. Celui du Faouëdic (proche de l'actuel Hôtel de ville) très ancien, installé sans doute au xve siècle, fonctionnait encore en 1850. Il y avait aussi celui qui se trouvait sur le Scorff, et peut-être un troisième, à l'emplacement du port de pêche de Keroqan64. À Port-Louis, plusieurs moulins à vent fonctionnaient depuis le xvie siècle. La rue du Gavre, en 1680, s'appelait rue du moulin. En 1688, Charles Bréart de Boissange obtenant le droit de « moulte », fit bâtir deux nouveaux moulins à vent près de la ville et à Stervin, un moulin à mer avec trois tournantes65. Nous retrouvons la trace des moulins installés le long de la Loire, à la limite de la marée. Magin avait fait construire deux barrages-digues, l'un en amont d'Indret (la digue de Rochebalue), l'autre en aval (digue de Boisseau), ils faisaient tourner des roues hydrauliques pour le forage de canons pendant les cinq heures de marée (10 à 12 heures par jour66). Les conditions naturelles d'implantation de ces moulins les plaçaient, comme bien des moulins à vent, sur le littoral, donc hors des villes.

  • 67 H.-F. Buffet, idem p. 33 à 43.

23Les villes maritimes possédaient des presses et des chantiers navals. Non seulement sur le territoire même des cités, mais aussi dans leurs environs comme à Port-Louis, Morlaix, Saint-Malo, Lorient, Nantes. Il s'agissait souvent de bâtiments légers, hangars, appentis, ateliers, magasins de matériel. La fabrication des cordes exigeait de vastes étendues. Brest et Lorient possédaient des ensembles plus complets. Les presses liées à la pêche devaient être proche de l'eau de mer. Grâce à G. Buffet nous connaissons bien celles de Port-Louis, d'abord installées à la Pointe, on en construisit une dizaine entre la rue de l'Hôpital et de la Tournelle, à Loc Malo, au début du règne de Louis XIV67.

  • 68 Elles occupaient d’après Expilly autour de 100 ouvriers et produisaient 500 000 pièces par an.
  • 69 Il y avait dans l’enceinte de Nantes, deux grandes corderies cou vertes, 17 magasins près de la ma (...)

24Le plan assez précis, dressé par François Cacault au milieu du xviiie siècle, indique, à Nantes, l'implantation à l'ouest, au-delà de l'Erdre, faubourg du Marchix de la faïencerie, de la manufacture de cotonnades68, de la grande corderie69, de la verrerie en descendant vers la Loire. L'Hôpital général dressait ses bâtiments pour les hommes et les femmes, sa cour des artisans accolés à sa chapelle, de l'autre côté de la rue de la verrerie. À l'intérieur de la vieille ville, l'hôtel de la Monnaie n'apparaît pas dans le plan Cacault, mais dans celui de Vigny (1755). Le plan d'aménagement de la place d'armes, de la place Saint-Pierre et du quartier de la Chambre des Comptes, montre une autre manufacture de faïence entre les places Saint-Pierre et des Comptes. Le long de la Loire s'étalaient les chantiers navals, nettement visibles sur le plan dessiné par Coulon, ainsi que le vaste quartier des entrepôts le long de la rivière entre la place Gigan et la Loire (entrepôt des cafés). Là se trouvait aussi la brasserie. Tous ces documents confirment la vocation plus industrielle de la partie occidentale de l'agglomération et l'importance de la fonction industrielle de la ville. Dans les autres villes, seule la manufacture de Tabac de Morlaix est toujours dessinée.

L'habitat privé

  • 70 Le Corbusier, Urbanisme, 1966.

25Le Corbusier écrivit : « dans tous les pays, avant la perturbation du xixe siècle, les maisons des hommes [étaient] des étuis de même nature et les siècles ne les [avaient] changé que doucement70. » Sans doute, au-delà des différences de construction, de matériaux, de volume, de richesse, les maisons plus ou moins grandes, ressortaient toutes à une façon de vivre qui pendant des siècles ne s'était modifiée que lentement. Il est difficile d'essayer d'isoler un type de maison urbaine qui serait spécifique à la Bretagne, on peut cependant remarquer que tel ou tel élément architectural est plus ou moins utilisé qu'ailleurs ou mettre en évidence l'emploi particulier d'un matériau comme le granit, ou le schiste. Les maisons bretonnes urbaines ressemblaient aux maisons urbaines des autres régions françaises, la nature des matériaux décidant, ici ou là, des différences : maisons étagées de Josselin et d'Hennebont accrochées aux pentes raides, maisons sans cours au sud de la Vilaine à Rennes etc. Il existait deux types de maisons, d'une part celles héritées d'un type de construction rural, en principe unifamiliales, bâties de matériaux à bon marché, à toit de chaume, à un seul niveau surmonté le plus souvent d'un grenier, et d'autre part des maisons de facture beaucoup plus urbaine. Les premières se trouvent dans les faubourgs des villes comme à Fougères et Carhaix.

Les maisons à pan de bois

  • 71 À Rennes autour de la cathédrale, ou rue Saint-Georges, il reste trois maisons. Une bonne vingtain (...)
  • 72 AD. 35, C 490.

26Nous rencontrons aujourd'hui des maisons à pan de bois, au hasard des rues, à Rennes, à Dinan, à Vannes, au Croisic, à Bazouges la Pérouse etc. Encore fort nombreuses, elles constituaient au xviie siècle l'immense majorité du parc urbain71. Souvent remaniées, elles fournissent un des documents les plus précieux que nous possédions sur les maisons d'alors et sur les façons de vivre des habitants. Il en reste bon nombre. Les documents descriptifs liés à la réformation du domaine, à des afféagements, à des catastrophes nous sont aussi d'une aide précieuse. À Rennes, l'incendie de 1720 détruisit 945 bâtiments divers. En enlevant les hôtels, les échoppes et les écuries, il reste 887 maisons dont 852 à pan de bois (96 % du bâti). À Dinan, sur 45 maisons incendiées, 23 sont déclarées en bois, mais il n'y a aucune indication sur les autres72. Ces maisons dites « médiévales » ont été construites aux xve, xvie, et surtout au xviie siècle, celles que gardent en plus grand nombre les villes bretonnes.

  • 73 N. Liger, Les maisons à pan de bois de Vitré…, elles sont de trois types : à pignon sur rue, à mur (...)
  • 74 Dictionnaris encyclopedico…, 1969, art « tipo ».
  • 75 AD. 35, C 3328. PV de l’incendie des maisons de la ville de Rennes.
  • 76 Abbé Jarry, Essai d’histoire générale…, 1934. À Châteaudun, les maisons de la place et de la rue r (...)

27La taille de ces maisons variait selon qu'il s'agissait des hôtels, plus vastes, ou des maisons particulières unifamiliales, généralement plus modestes, ou multifamiliales. L'évolution, surtout dans le cœur des grandes villes, fit passer de la maison unicellulaire familiale à la maison multicellulaire de rapport. Nous la constatons, par exemple à Rennes ou à Vitré73. Ce phénomène général conduisit quelquefois à un bâti de maisons multicellulaires en ligne74. Toutes les situations sont possibles d'une ville à une autre et même à l'intérieur de la même ville. Par exemple à Rennes, où il existait avant l'incendie de 1720 256 maisons brûlées à trois niveaux, 486 à quatre, 56 à cinq et 3 à six. Au même moment, au sud de la Vilaine, existaient de petites maisons rue du Prébotté, rue Saint-Thomas, place du Prébotté « où il n'y a que deux maisons logeables.75 », rue Vasselot, il y avait « vingt-huit maisons vieilles, mal bâties [.] propres uniquement à loger de pauvres habitants ». Au total, 390 maisons dont 386 avaient « peu de valeur », ou étaient « très mauvaises », et habitées par le petit peuple. À Antrain, faubourg Saint-Denis, l'on ne trouvait que de : « petites maisons sans air, sans lumière, avec un rez-de-chaussée sans plancher et un grenier en terrasse n'ayant sur la façade qu'une porte et une petite croisée76 ».

  • 77 Rappelons que le plus petit emplacement de maison prévu par Le Muet avait moins de 26 m2 (Manière (...)
  • 78 J.-P. Leguay, op. cit. a calculé la largeur des maisons à Rennes en 1455 (p. 681). Dans la cité, l (...)
  • 79 Il existe dans cette ville des courettes au-dessus desquelles des passerelles étaient jetées entre (...)

28Selon la situation à l'intérieur de la ville, les possibilités d'une grande implantation au sol étaient plus ou moins limitées. Beaucoup de ces maisons étaient très étroites sur rue. À Moncontour, sur 99 maisons qui constituaient la ville close : 98 avaient moins de 100 m2, 17 avaient entre 10 et 20 mètres carrés (17,17 %), 49 entre 20 et 50 m2 (49,49 %). Quant à la largeur de ces bâtiments, elle était très faible: une maison, rue de la halle, avait 2,98 m (sur 3,84 de long), une autre 3,20 m (sur?), près de la porte Saint-Jean, 2,72/8,74 m. 18 maisons sur 94, dont nous connaissons la largeur, avaient entre 2,72 et 4 m de large (19,14 %), et 26 entre 4 et 6 mètres (29,89 %), soit 49,03 % des bâtiments (sans compter les boutiques) de moins de six mètres. Une seule au-dessus de dix mètres (12,96) mais avec une « longueur » de 5,76 m77. À Rennes, nous sommes devant une situation identique. Nous avons par exemple rue Saint-Georges, la maison qui appartenait au Sieur Prudhomme. Elle comprenait sur la rue un corps de logis double de cinq étages qui avait 8,16 m de large. Quelques maisons plus loin, les trois étages du Sieur de la Gaudirais Picot n'avaient que 4,24 m, et celle de Monsieur de Châteaugiron avec ses quatre étages: 4,28 m. Rue Saint-François, la veuve Grégoire possédait un corps de logis simple à trois étages, de 2,92 m/4,24 m78. Mais il est inutile de multiplier les exemples. Bien des propriétés se présentaient avec des enfilades de bâtiments. Non seulement il y avait derrière ces maisons un espace vide, cour ou jardin, mais il arrivait que d'autres corps de logis se dressent au fond de la cour, ces corps de logis pouvant être reliés par des galeries. Monsieur de Tane, conseiller au Parlement, possédait au nord de la rue Saint-Georges : un corps de logis double avec porte cochère, derrière une cour, un autre corps de logis relié au premier par une galerie à l'est. Un jardin se trouve enfin au bout. Dans cette rue, sur 19 maisons décrites: dix avaient des corps de logis en fond de cour. Celle qui appartenait aux héritiers du Sieur Dubreuil était plus compliquée encore, elle avait sur un terrain de 4,56 m sur 73,78 m, quatre corps de logis successifs ; les deux premiers de trois étages, séparés par une cour, puis au-delà d'une petite cour, un de quatre étages, enfin derrière un jardin, un édifice de deux étages. Le terrain était borné par « le chemin de ronde ». Nous avons des situations identiques à Vitré, à Moncontour, à Quimper79.

Maisons de Fougères (inventaire)

Maisons de Fougères (inventaire)

Maisons sur rue (dessins A. Laprade)

Maisons sur rue (dessins A. Laprade)

VANNES façades mixtes

PONTIVY façades en murs goutereaux

  • 80 À Saint-Brieuc, les pignons des maisons étaient maçonnés.

29En Bretagne, où les murs pignons en façade créaient la ville au Moyen Âge80, les façades par les murs gouttereaux étaient plus faciles à construire. Ils supprimaient la gouttière entre les pentes des toits des maisons contiguës.

  • 81 À Rennes, mais aussi à Malestroit où rue des Anglais, il y a une pièce par étage.

30Les corps de logis simples les plus usités en France au xviie siècle81, comprenaient souvent des corps perpendiculaires, des ailes, quelquefois un autre corps de logis plus bas relié au premier par une galerie. Mais il existait aussi, et leur présence est très largement attestée à Rennes avant l'incendie, des corps de logis doubles qui permettaient des constructions plus hautes, plus profondes, et qui pouvaient abriter plus de gens. C'est dire à quel point diffèrent les types d'occupation de ces divers bâtiments. Une famille pouvant s'étirer en hauteur sur une maison qu'elle occupait entièrement, alors que dans la maison a côté, plusieurs familles s'entassaient à chaque niveau dans des « appartements » qui pouvaient être minuscules. À chaque étage la hauteur était des plus diverses : par exemple le 1 place du Champ-Jacquet à Rennes a six étages avec en moyenne 2,70 m par étage, le 14, rue de Penhoët, près de 3,30 m. Ce sont de hauts plafonds si nous comparons aux bâtiments actuels. Les maisons construites au xviie siècle, ont des plafonds plus élevés que celles du xve et xvie siècles. Mais à Vitré, la hauteur des étages est faible et varie entre 2 m et 2.50. Situation, que nous retrouvons à Morlaix, à Quimper et surtout au Faou et à Saint-Brieuc où la hauteur des chambres sous poutre au premier étage est de 1,80 m à 2 m. Ce sont là des dimensions inférieures à celles préconisées par Le Muet : 9 pieds pour le rez-de-chaussée et le premier étage (2,88) et 8 pour le second (2,56), mais seulement pour les maisons les plus petites.

  • 82 Le bois de construction n’était pas toujours abondant. Par exemple à Saint-Brieuc où les charpenti (...)
  • 83 Dubuisson- Aubenay, Itinéraire de Bretagne, 1636 (éd. Nantes 1898). En Bretagne la roche la plus r (...)
  • 84 Ph. Petout, op. cit.
  • 85 H.-F. Buffet, idem.
  • 86 Ce type de maison n’est pas spécifique à la Bretagne, on le trouve dans bien d’autres villes, à Ly (...)

31La plupart de ces bâtiments étaient construits — avec ou sans caves — sur un premier niveau de pierres maçonnées pour combattre l'humidité. Appareillage de pierres de taille dans les maisons les plus riches, simples moellons pour les autres. La charpente était faite de madriers de chêne assemblés par tenons et mortaises, souvent de bois courts plus faciles à trouver, plus faciles à transporter et à mettre en place dans des rues étroites et resserrées telles les rues du Fardel, ou de Gouëte à Saint-Malo. Les déformations étaient évitées par l'emploi de divers systèmes de blocage qui variaient selon la ville et les charpentiers. Le remplissage des murs par du torchis se faisait soit directement entre les poteaux, soit sur un lattis. À Rennes, le bois fendu en lattes était associé à du sable rouge très fin tiré des environs. Dans cette ville, les charpentiers utilisaient volontiers de grosses poutres noyées dans la masse. Le colombage dont l'épaisseur variait entre 8 et 12 cm raidissait l'ossature du bois82. de plus, le pan de bois était recouvert de crépi. La pierre apparaissait souvent dans ces constructions. Elle constituait le solin, voire le rez-de-chaussée, et elle renforçait les encoignures. Quelquefois, seule la façade, au-dessus du rez-de-chaussée était en pan de bois et tous les autres corps en maçonnerie. La possibilité de se fournir en pierre de qualité n'est pas partout égale. Les schistes de la région de Rennes se prêtent mal à un bon travail, à Saint-Brieuc on trouve un beau granit, de nombreuses carrières sont près de Quimper et Dubuisson Aubenay soulignait que les maisons y étaient « de pierre grisonne tirée des environs83 ». Faisons un sort particulier aux maisons de Saint-Malo étudiées par Philippe Petout : deux existent encore au 3 et 5 de la rue Pélicot. Elles s'intégraient dans un bâti de bois fort important encore à la fin du xviie siècle. Vauban en parlait en 1694, Picot en 1703, il serait resté 148 maisons à maisons en pan de bois en 178184. Il s'agissait souvent de maisons « à vitrine », exposant leurs pignons sur la rue, élevées de deux à trois étages. Leur lente disparition se fit au gré de l'enrichissement des propriétaires. Dans une ville aux rues étroites, ces façades vitrées assuraient un bon éclairage. Peut-on les rapprocher de la maison des « mille carreaux » bâtie à Port-Louis sous Louis XV85? À Saint-Malo, les maisons avec leur pièce par étage, leur escalier rejeté à l'angle ressemblaient fort à ce que nous trouvons ailleurs. Leurs caves abritaient une partie des marchandises. Il y avait aussi des « maisons à pilier » ou « maisons à porches », caractérisées par une forte avancée du premier étage sur la rue. de forts piliers de bois quelquefois sculptés soutenaient le haut du bâtiment et dessinaient des galeries plus ou moins longues où chalands et commerçants ambulants s'abritaient. Plusieurs villes bretonnes en possèdent encore à l'heure actuelle. Par exemple Dinan où quelques maisons à porche du xvie siècle s'élèvent place des Cordeliers86, à la Guerche, rue de Nantes.

  • 87 À Fougères, les piliers de bois sont appelés « encaves ». Ils rappellent les cornières de bastides (...)
  • 88 AM. Mairie de Pont-Croix.
  • 89 AN. P 1736. Domaine de Vannes. AD. 44, B 2357.
  • 90 AN. P 1613. Domaine de Hédé. 1962. Par exemple le n° 8 au coin de la ruelle du Tertre ou le n° 15, (...)
  • 91 H.-F. Buffet, La ville. 1960.

32En façade, les constructeurs montaient les murs avec des encorbellements, des saillies plus ou moins fortes, de niveau à niveau, soit à plat. La rue principale de le Faou est bordée de maisons à encorbellement, aux façades recouvertes d'ardoises. Dans la plupart des maisons que nous gardons, les encorbellements sont réduits. À Quimper, Ogée parle encore d'une « rue obscure [...] formée d'un double rang de maisons présentant leur pignon pour façade. Leurs étages étaient si encorbellés l'un sur l'autre que leurs toits, près à se toucher, interceptaient pour ainsi dire le jour87 ». Nous avons encore de multiples exemples de maisons de ce type : à Lamballe, à Malestroit (maison de la Truie qui file), à Vannes (les maisons sur le port, ou place Henri IV). La couverture de ces maisons variait, aussi bien la forme du toit que les matériaux pour les couvrir : toits à doubles pans simples dits toits à la française, toits brisés préfigurant les toits dits à la Mansart, toits en « croupes ». Les combles pouvaient être simples, à surcroît, ce qui présentait des inconvénients dus à la poussée des arbalétriers, à la « Mansart ». L'existence d'une couverture de chaume au xviiie siècle, est attestée dans quelques villes bretonnes. Elle peut être soupçonnée par la présence parmi les artisans de « couvreurs en paille ». À Pont-Croix, il y avait encore à la veille de la Révolution, 67 maisons dont il est dit qu'elles étaient couvertes de paille contre six d'ardoises et une de tuiles (sur 188 déclarations88). Mais nous n'en voyons pas apparaître à Rennes, ni à Vannes89 où les maisons sont couvertes d'ardoises, à Moncontour où nous savons trois maisons couvertes de paille sur 88. Hédé nous présente le cas particulier d'une petite ville où la quasi-totalité des maisons est couverte de « tuiles rouges » alors qu'une seule est signalée d'ardoise et une autre de paille90. Les couvertures de Port-Louis présentaient des caractéristiques tout à fait singulières. Les toits plats de type espagnol, en tuiles de Bordeaux, ocre rose, apportées avec les vins dénonçaient une influence ibérique que les toits à la Mansart vinrent contrebalancer dans la seconde moitié du xviie siècle91.

Maisons à porches, Fougères

Maisons à porches, Fougères
  • 92 Le Muet, L’habitation commune, 1623, p. 28, Il existe une différence entre la maison artisanale su (...)

33Quelles fussent de simples « chaumières urbaines » ou des édifices plus importants, ces maisons étaient solides et il en subsiste encore un nombre appréciable en Bretagne, pourchassées il est vrai par l'urbanisme contemporain. Il en reste encore suffisamment pour que nous puissions les visiter et rendre compte de leurs caractéristiques92.

34Elles donnaient un confort très relatif à leurs habitants. Au-delà des simples désagréments de baies se répondant et de pièces en enfilade, elles étaient mal chauffées. Très peu de pièces possédaient une cheminée, et seul le pouvoir isolant des murs arrivait en partie à combattre le froid. La cuisine était souvent rejetée à l'extérieur. Peu de lieux d'aisance.

Les maisons en pierre

35La construction de maisons en pierre existait depuis longtemps en Bretagne, mais leur répartition était très inégale. À Quintin, rue du vau de Gouet, les ouvriers du textile occupaient de petites maisons de pierre, basses, pas ou peu ornementées. Surmontées de toits à la française, à deux niveaux, elles présentaient des murs gouttereaux presque aveugles. Elles donnent encore une impression de pauvreté, sinon de tristesse qui contraste avec celle laissée par des bâtiments aussi en pierre, d'un seul étage, mais aux baies régulières, plus larges qui abritaient les négociants toiliers, place du Martray.

  • 93 Ces maisons étaient et sont encore très proches des maisons rurales. Ce qui est évident pour les m (...)
  • 94 H. Fs. Buffet, idem.
  • 95 P. Lelièvre, idem. 1942.

36De vastes rebords aux fenêtres du rez-de-chaussée permettaient l'étalage des pièces de toiles. À Moncontour, ville textile, ville aux maisons de pierre, quelques façades anciennes discrètement et élégamment décorées contrastaient avec des murs nus et aveugles sur rue93. Ici les dimensions des maisons, leur destination familiale, s'opposent aux édifices plus importants que nous trouvons ailleurs. À Port-Louis, derrière des murs aux frontons triangulaires, sous des toits plats ou à la Mansart, se trouvaient de vastes appartements où vivaient des propriétaires ou des locataires fortunés94. Ces maisons riches, avec leurs boiseries, leurs cheminées ressemblaient aux maisons nantaises, à mi-chemin entre l'hôtel et la maison de rapport. À trois niveaux, leur rez-de-chaussée aux portes cochères renfermaient des magasins. Elles avaient un plan au sol, soit carré avec une cour centrale, soit rectangulaire avec façade sur rue, et une cour derrière95. Rennes, ville entièrement reconstruite en pierre après l'incendie, Brest, Lorient, les quartiers neufs et riches de Saint-Malo, de Nantes marquent les progrès rapides de ce type de construction que les réglementations favorisaient.

  • 96 S. Roux, La maison dans l’Histoire, 1976, p. 198-199. En s’étayant les unes les autres, les maison (...)
  • 97 J. Monnier, Histoire, classe de première, Fernand Nathan, 1960.

37Mais, si la pierre permettait de construire des bâtiments plus vastes, plus élevés, leur coût posait quelques problèmes. Un bâtiment en pierre de blocage, le moins onéreux pouvait atteindre 4 à 5 étages. En pierre de taille, plus cher mais plus solide, il atteignait 6 à 8 étages96. Ces maisons susceptibles d'accueillir un grand nombre d'occupants devenaient des immeubles qui, dans bien des cas, soit dès l'origine, soit à la suite de transferts de propriété, devenaient totalement ou partiellement des maisons locatives. Ce fut très clair pour les vastes immeubles prévus par Robelin à Rennes : trois étages au-dessus du rez-de-chaussée, deux appartements par étage répartis de part et d'autre d'un escalier médian, des pièces sous des toits à la mansart. Robelin avait prévu des ensembles sur rue et sur cour. Il préfigurait ainsi les grands immeubles qui se développèrent au xixe siècle, si bien décrits par Zola dans le Bonheur des Dames. Dans un manuel du secondaire déjà ancien97, ils présentaient le type même de la maison de rapport. Leur construction exigeait des terrains assez vastes, tracés soit dans des quartiers nouveaux, soit obtenus par le regroupement de parcelles. Le parcellaire en lanières, plus ou moins longues, empêchait l'installation de tels édifices.

Les hôtels

  • 98 A. Michel, Histoire de l’Art, t. VII.
  • 99 M. El Kordi, Bayeux aux xviie et xviiie siècles…, p. 1970.
  • 100 R. Quenedey, L’habitation rouennaise, 1928, p. 348.
  • 101 Parmi ceux que l’on peut dénombrer : de Beaumanoir et de Plouer (xvie), de Lanjouet-Vancouleur, de (...)
  • 102 P. Lelièvre, L’urbanisation…, 1942. Parmi les hôtels de pierre, ce lui de l’île du Fief (1654), de (...)
  • 103 de 1456 à 1532, dans la « Maison du Parlement », 2 rue Noé.

38Habitat favori de la noblesse, à mi-chemin entre la demeure princière royale et la demeure familiale bourgeoise, l'hôtel plaisait particulièrement aux architectes. Il correspondait à un type de société urbaine où les élites n'aimaient pas se mêler au commun et souhaitaient un habitat différent. André Michel y voyait la forme la plus féconde et la plus française de l'architecture civile98. Elle proliféra au cours du xviiie siècle, en Bretagne comme ailleurs. À Bayeux, par exemple, deux ou trois bâtiments de ce type furent construits sous Louis XIV, mais sous Louis XV, il « émergent un peu partout » et à partir de 1771 et jusqu'en 1789, 40 grands hôtels de style Louis XVI apparurent99. À Rouen, un dénombrement sommaire en fait paraître 16 au xviie siècle, 33 au xviiie siècle100. En Bretagne, le phénomène fut identique. Dinan possédait plusieurs hôtels au xvie et xviie siècles mais l'on en construisit surtout au xviiie siècle, entre 1770 et 1789, autour de la place du Champ où existaient encore en 1778 quelques maisons à piliers au sud. L'hôtel de Ferron, rue de l'Horloge, date de 1720101. À Nantes, dès le premier tiers du xviiie siècle, les projets surgissent. D'abord, dès 1723, à propos de la construction d'un nouveau quartier, île Saulzaie, et du projet de lotissement à l'embouchure de la Chèzine à l'extrémité de la Fosse, ensuite en 1725, il y eut l'aménagement du cours Saint-Pierre. En 1728, on entreprit de démolir le rempart à la confluence de l'Erdre pour construire de nouveaux quais, et un quartier neuf avec des maisons de rapport et des hôtels particuliers. Ajoutons les hôtels sur la Motte aplanie en 1759 et ceux du quartier Graslin des années 1770-1790102. Cette ville gardait encore au xviiie siècle le manoir épiscopal de la Motte où furent signés en 1532 les Actes d'Union et qui sera abattu sous le Second Empire. À Vannes, l'arrivée impromptue du Parlement de Bretagne en 1675 rappela que les parlementaires avaient déjà habité la ville103. Pour répondre à cet afflux, il fallut chercher des logements dignes de les recevoir, réparer où construire de nouveaux hôtels quelques-uns fort beaux, hôtel de Villayers du Gouverneur (1655), de Limur (début xviiie siècle). Le retour à Rennes les vida de leurs occupants.

Maisons à Rennes

Maisons à Rennes

Rues rampantes
Projets de maisons (Robelin). - Croquis

Maison Robelin (coupe)

Maison Robelin (coupe)
  • 104 Bérenger Le Breton, « Le vieux Saint-Brieuc à l’encan », Illustration, 12 octobre 1928.
  • 105 Voir le plan de la ville avant l’incendie. A. Mussat, Arts et cultures…, p. 277. Parmi ceux encore (...)
  • 106 P. Pape, Hôtels et maisons de bois au xviie siècle à Rennes, 1969, IARH. N° 57.

39À l'inverse, dans quelques villes, nous ne trouvons pas cette progression, par exemple à Saint-Brieuc où les hôtels anciens se présentaient comme de grandes maisons à pans de bois tel l'hôtel de Turnegoët construit au xve et démoli en 1932104, ou encore l'hôtel Saint-Georges. L'on pourrait lier, la logique l'imposerait, la construction de ces bâtiments, leur transformation, leur multiplication à la fortune des élites urbaines, Saint-Malo en fournit l'exemple le plus probant, mais à Dinan, ce fut au moment d'une crise qu'ils se développèrent montrant qu'il peut y avoir, qu'il y eut quelquefois, séparation entre l'enrichissement de quelques-uns et l'évolution générale de la communauté, de la ville à laquelle ils appartenaient. À Rennes, ville de noblesse parlementaire, un grand nombre d'hôtels existaient avant l'incendie de 1720105: 17 s'embrasèrent, tous ne furent pas reconstruits, mais quelques-uns le furent d'une façon remarquable. Pascale Pape a étudié les deux caractéristiques à ces édifices106: une certaine homogénéité (dimensions, beaux escaliers, façades soignées, ouvertures régulières...) et des différences importantes liées à la période de leur construction. Les plus anciens, ceux de la place du Champ-Jacquet, plus étroits, avec des intérieurs simples, ceux de la rue du Chapitre et de la rue Saint-Georges, étalés en profondeur, le bâtiment principal à la façade ordonnée sur la rue, les communs derrière procurant un habitat déjà plus confortable. Enfin, les hôtels de la place des Lices (1657) hors les murs, plus vastes, d'un seul bloc, occupant deux rues, aux appartements organisés autour d'un escalier énorme, marquaient la fin d'une évolution, ils avaient bénéficié de terrains libres.

  • 107 Les Malouinières, SE à la culture, Commission d’inventaire Bretagne, 1975.
  • 108 M. J. Bertrand, Architecture de l’habitat urbain…, p. 35 et suiv. sur les hôtels parisiens voir M. (...)
  • 109 Mais aussi à Antrain, l’hôtel dit Grand Manoir, du xve siècle, reconstruit au xviiie siècle, ou à (...)
  • 110 AD. 35, C 345. C. Nières, La reconstruction, p. 116 à 120. Avec ses deux ailes latérales, il aurai (...)

40À Saint-Malo, le dessin du parcellaire n'autorisait pas de grands hôtels avant les agrandissements. Ils avaient des implantations tout à fait irrégulières bien analysées par Philippe Petout. À l'inverse, les hôtels de la partie neuve ressemblaient davantage aux maisons rennaises de la reconstruction qu'aux hôtels traditionnels. Les riches malouins préféraient s'installer à Saint-Servan, ou mieux encore dans les malouinières, maisons des champs proches de leur cité où ils pouvaient goûter le luxe de l'espace et la joie des bonnes compagnies107. Saint-Malo et Rennes, nous permettent de saisir l'évolution des hôtels aux xviie et xviiie siècles. Pendant longtemps on les construisit sur un parcellaire très irrégulier, ce ne fut qu'à partir du xviiie siècle que l'on préféra des surfaces carrées ou rectangulaires, grâce auxquelles l'on pouvait bâtir des bâtiments ayant, sur la rue, une façade plus importante que celle d'une maison et développant à l'arrière, jardins et dépendances108. À partir des exemples parisiens, les architectes descellent trois modèles d'organisation : soit l'hôtel entre cour et jardin, avec possibilité de le placer sur le côté (ex. : hôtel de Salm de Lassay, l'hôtel Amelot de Boffrand, et à Rennes celui de Blossac), soit l'existence d'un grand terrain en arrière, avec bâtiment locatif sur la rue (hôtel de Madame d'Epinay), soit, enfin la construction au milieu d'un jardin, avec accès par un portail monumental (hôtels dessinés par Ledoux109). Ces bâtiments, quelle qu'en fut la disposition, comprenaient les services, la réception et les appartements privés. Les plans de l'hôtel du Gouverneur, non construit, à Rennes fournissent au début du xviiie siècle, un bon exemple. L'hôtel devait occuper un espace place royale face à l'hôtel de ville. Son implantation n'était pas rigoureusement rectangulaire110. Le bâtiment laissait les jardins derrière et à l'est, il comprenait un grand corps de logis entre cour et jardin avec deux ailes à droite et à gauche. Les services y étaient installés, avec les cuisines au nord. Au premier étage, et au second on trouvait les appartements privés. Le rez-de-chaussée était réservé aux réceptions officielles et au travail.

Appartement, hôtel

Appartement, hôtel

Appartement XVIIIe
Remarquer l'emplacement des lits dans la garde-robe de propreté, la chambre des femmes de chambre, les lieux à deux cuvettes.

Hôtel de Robien (Rennes) Agrandissement prévu en 1771. En foncé, les bâtiments existants.

L'habitat populaire des baraques

  • 111 AD. 35, C 989, Lettre de d’Argenson à Pontcarré, 30 septembre 1747, suivie d’une lettre de Lescoue (...)

41Il existait dans quelques villes bretonnes des bâtisses qui échappaient à toutes les règles d'urbanisme parce qu'elles avaient été construites provisoirement pour répondre à des besoins précis et pressants. Il s'agit des « baraques », petites maisons de matériaux divers élevées sur des terrains libres. Nous en trouvons la trace importante dans la première moitié du siècle dans plusieurs villes à Brest, Lorient et Rennes, dans une moindre mesure à Morlaix. À Lorient, les ouvriers s'installèrent d'abord dans le chantier, puis hors des murs de l'enclos. Ils y restèrent jusqu'en 1747, date où les travaux de fortifications donnèrent le prétexte de détruire leurs habitations sans dédommagement : « Le roi ne juge pas à propos de rembourser les propriétaires des cabanes démolies pour l'établissement du chemin couvert [...] Ces baraques étaient beaucoup plus près des ouvrages de la Place que les règlements ne le permettent ». Raisonnement que Lescouet ne suivait pas, il reconnaissait qu'effectivement en se trouvant à moins de 250 pieds de la palissade, leurs occupants ne pouvaient théoriquement prétendre à une indemnité, mais la « nouveauté de la fortification », l'« ancienneté », de leur possession auraient pu justifier une décision contraire111.

  • 112 C. Nières, op. cit, 1972, p. 30. L’arrêt du conseil du 25 mai 1728 décida qu’elles devaient être d (...)
  • 113 113. AD. 44, B 2357, 1681.

42À Rennes, ville ancienne déjà fournie en bâtiments les plus divers, l'incendie de décembre 1720, obligea les malheureux sinistrés à chercher rapidement à se reloger. Les villages avoisinants en reçurent une partie, les autres restèrent dans la cité. Ils s'entassèrent chez des amis, louèrent ou achetèrent chambres et appartements, occupèrent tous les bâtiments vides, tel l'hôtel de Brissac très délabré devenant une sorte de cour des miracles au cœur de la ville. Quelques-uns se mirent, tout de suite, en utilisant des matériaux tirés des décombres, à construire des baraques sur les places, les terrains vagues, les douves. Ils en eurent l'autorisation, assortie de l'obligation de les détruire sur réquisition de la municipalité112. Ces baraques occupèrent le centre de la ville, mais surtout les espaces le long des remparts, aux portes de la cité. Les 248 baraques couvraient en 1750, 5 000 t2. Sans intérêt architectural, elles n'en jouèrent pas moins un double rôle : social d'abord, en fournissant aux pauvres gens un habitat bon marché, urbain ensuite en supprimant les cloaques remplis d'immondices. Ainsi Pré Raoul, les douves de la Visitation autrefois désertes, s'en trouvèrent assainies, transformées et couvertes de « maisons ». Ces bâtiments très disparates avaient pour seul point commun d'avoir été construits sans tenir compte des règlements. Les uns simples « en bas », aux murs de terre, peu solides, ressemblaient plus à des cabanes, les autres de pan de bois ou de pierre de maçonnerie, à deux niveaux étaient de véritables maisons. Quelques-unes existent encore en face de la Maison de la Culture de Rennes, ou sur l'emplacement des anciennes douves de la Visitation. Sans doute, partout où se produisirent des catastrophes semblables à celle de Rennes, nous pourrions trouver des habitats de ce type. Ils s'inscrivent d'ailleurs dans l'habitude prise par une minorité de citadins de s'installer sur les places vagues, ou sur les défenses. Un procès-verbal de « descente », dressé les 12 et 14 mai 1681 à Vannes, fournit la liste des « maisons, boutiques, échoppes, saillies et autres édifices bâtis sur les terrains ayant servi aux murailles, remparts, boulevards, fossés, contrescarpes113 ». Pierre Dondel trouva, boulevard Notre-Dame, 17 maisons, édifices divers, jardins. Il s'agissait de constructions de petites tailles, l'implantation au sol de la plus grande était de 4,20 m sur 6,08 m. Cet habitat tout à fait particulier, appuyé sur des murs, des tours, installé au-dessus des portes, marquait les villes aux défenses inutiles. Ainsi, Julienne Héraut vivait dans une petite maison et « possédait » le bastion derrière ; Nicolas Audren, libraire, occupait la porte Notre-Dame. Rajot avait obtenu de la communauté en 1678, l'usage de la douve allant de l'ancienne poterne du château à la porte Saint-Vincent. Claude Marquet louait la tour côté paterne. La tour suivante, ruinée, sans couverture, comme celle dite du connétable ne pouvait être occupée, tandis que celle prés de la porte Saint-Vincent rapportait 80 L à la communauté.

Baraques à Rennes

Baraques à Rennes

43Le bâti d'une cité résultait d'une longue histoire, il accumulait des bâtiments de nature, de conception, de taille, de confort différent. Les hommes devaient s'en accommoder, s'y installer, y pratiquer les métiers les plus divers. Il est aussi le signe de l'évolution de la ville, de son dynamisme ou de sa décrépitude.

Notes

1 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne, 1979, p. 247 et suiv. R. Laffont, Dictionnaire des églises de France…, TIV, « La Bretagne », 1968.

2 On peut utilement consulter, outre André Mussat, les guides de Bretagne.

3 E. Vigoland, Montfort-sur-Meu, 1895, p. 3. Deux chapelles intra-muros en ruine en 1632. L’abbaye St Jacques fondée en 1152 se trouvait à 1,5 km au SE.

4 Robien, Histoire ancienne…, 1756. Les châteaux de Bain de Bretagne, Guingamp, Montfort, Rennes ont disparu.

5 « Châteaux xvie-xixe », in Arts de l’Ouest, 1978/1, 1978/2.

6 AD. 56, E 1722, 1724.

7 AD. 35, C 3847. Rapport aux États du 21 janvier 1753.

8 AN. H.579, 1728 : projet de six corps de caserne et de deux pavillons pour 1 000 à 1 200 hommes. 30 nov.1729 : trois corps et un pavillon, pour 600 hommes de la Marine et leurs officiers.

9 Cf. 4° partie

10 AD. 35, C 514. Compte du Sieur Duhaut-Tilly, maire de Lamballe.

11 AD. 35, C 9923, 492. Un corps de garde existait rue du Jerzual. C 3 000 et 3848, il fut réparé en 1734.

12 A. Mussat, « Quelques précisions sur la décoration intérieure du Parlement de Bretagne », AB, 1952, T LIX, p. 159-185. Arts et cultures de Bretagne, 1979. Voir aussi articles et documents publiés dans Arts de l’Ouest…, 1979-2 par F. Loyer, A. Mussat.

13 AD. 35, C 107 à 116 et 117 à 133. Par exemple à Hédé et à Pont-Croix, geôle au rez-de-chaussée et auditoire au-dessus.

14 AD. 35, C 111. En particulier les tours de la porte Broerec.

15 AD.35, C 116. Tour des prisons porte Saint-Patern et tour des exécutions.

16 AD. 35, C 3328. Elles avaient des noms divers : feuillée, conciergerie, prison Saint-Michel ; L. Delourmel, Les anciennes prisons de Rennes…, 1898.

17 AD. 35, C 116.

18 AD. 35, C 112. M. Chauvin, « Geôles et prisons de Nantes », BSAHN et LI, T.72, 1932, p. 75-76.

19 AD. 35, C 478, lettre de l’intendant au contrôleur général (20 sept. 1765). Perroud trouvait plus raisonnable de dépenser 20 000 livres à la construction d’un bâtiment neuf que 800 à des réparations provisoires. Il ne fut pas écouté. Quand le bâtiment s’effondra le devis monta à 78 665 L 15 s.4 d.

20 AD. 35, C 1309. Travaux estimés alors à 7114 L 2 s.

21 Ch. Ménard, « Le triste sort des prisonniers de Quimper de 1730 à 1830 », BSAF. 1969, T. XCV, p.223. de 1595 à 1669 on les enferma dans le palais épiscopal.

22 À Rennes, à Quimper, à Vannes, à Nantes (AD. 35, C 1298, 1299, 1309, 1310, 1311). À Tours, le dépôt fut installé en 1765, dans un vieux château à une demi heure du centre ville. Il contenait 200 pensionnaires (J. Chuberre, La répression…, 1983, (maîtrise IARH).

23 AD. 35, C 1309. 17 novembre 1768. La première étude (1766) porte sur 243 pensionnaires : 124 femmes dont 22 infirmes et 6 mutines ; 119 hommes dont 24 infirmes et 19 mutins. Chocat logeait seulement 90 femmes et 120 hommes. Le 4 mars 1770, une lettre concerne l’achat de couvertures pour 42 hommes ou enfants mâles et 106 femmes.

24 M.-J. Le Menant des Chesnais, Notice historique sur le Petit Saint-Méen, 1864.

25 P. Gueguen, « Les hôpitaux de la Compagnie. », BMSM, 1965, p. 33.

26 H.-F. Buffet, Vie et société au Port-Louis, 1972. Naissance da la ville de Lorient, p. 19. Terrain acheté par Claire Droneau.

27 AD. 35 C 683.

28 AD. 35, C 406. Lettre du 5 déc. 1682. La tour sera démolie en 1897.

29 J.-P. Leguay, idem. 1981, p. 656 pense qu’il serait plus ancien.

30 Bergot, Une oeuvre de jacques Gabriel, 1972, p. 113 et suiv.

31 J.-P. Leguay, ibid, 1961, p. 651.

32 AD. 35, C 3328, 490. Réparée en 1775-76, elle existe toujours rue de l’Horloge.

33 AD. 35, C 637. Elle fut reconstruite en 1762, une nouvelle cloche achetée en 1783.

34 J. Quéniart, « Autour du collège d’ancien régime », Pouvoir, Ville et société…, 1983 (1981).

35 AM. Morlaix, RCV. Délibération. 10 mai 1700.

36 P. Jeulin, « Notes sur l’enseignement » AB, t. XXXIX, 1930-1931.

37 En 1536, collège Saint-Thomas (AD. 35, 1 F 1033, Gilles de Languedoc, Recueil historique, 1724).

38 AD. 35, 1 F 298. Histoire de la Fondation du collège de la Compagnie de Jésus à Rennes, (anonyme, 1730). Le collège avait la réputation d’être « une des maisons les plus commodes et les plus logeables que les Jésuites avaient en France ».

39 P. Banéat, Le vieux Rennes, èd.1983.

40 Registres de la capitation.

41 Par exemple à Antrain, l’auberge du Cheval blanc, à l’entrée de la rue de la Filandrie, celle de la Croix blanche, grande rue Notre -Dame.

42 Ainsi à Vitré, sur 39 cabarets, 28 se trouvaient à l’extérieur de la ville close, dont 7 faubourg St-Martin, 5 faubourg du Rochast et 9 près des portes.

43 Manceron, « Quelques mots sur les cafés nantais », BSAHNLA. 1958, p. 118-132. L’édit de février 1745 créa une office d’Inspecteur et Contrôleur des cafetiers et limonadiers.

44 D’après Desjobert

45 AN. H 623

46 P. Lelièvre, idem. 1942, p. 267-270.

47 A. Francesca, Journal de Madame Cradock, 1896.

48 Rennes, les anciennes cohues, 71 m/23 m ; La Guerche 70/18 ; Moncontour 84/13 ; Ploërmel 42,5/16 ; Châteaugiron 30,5/22,5 ; Lan derneau 25 m/15 m ; Malestroit 18/17 ; Châtelaudren, 30/16.

49 AD. 35, 2 B 427, PV de l’état des halles après l’incendie (23 janvier 1721).

50 P. Lelièvre, op. cit, 1942, p. 234.

51 M.E. Monier, op. cit. 1958, p. 453-454.

52 J. Bazin, « Landerneau ancienne… », SAF, 1973. Bâtiment de 13 toises sur 8 (25,5 m/15,5 m). 8 pieds de haut au rez-de-chaussée où se trouvaient les marchands. Un étage soutenu par 18 poteaux, contenant l’auditoire, la salle de réunion de la communauté, la « chambre des toiles ». Elles furent réparées en 1779 (5330 L).

53 AD. 35, C1537.

54 H. Buffet, La ville…, p. 98, on en boucla une partie (19) lors de la guerre de Sept Ans à l’occasion d’une alerte.

55 E. Pautrel, « Notions d’Histoire… », 1976.

56 P. Jeulin, op. cit, P. Lelièvre, op. cit.

57 AD. 35, C 3933. Dès 1727, Gabriel avait critiqué le toit en terra sse. En 1736, des crevasses apparurent dans la voûte de la grande salle. Abeille fit un rapport à l’Académie en 1741 qui eut pour con séquence quelques travaux de consolidation. Ils n’empêchèrent pas l’état déplorable constaté en 1761. AN. H. 579.

58 Idem. À Evreux où il y avait, Maison du Saint-Esprit, une manufacture de coutils.

59 J. Bazin, « Landerneau… » BSAF 1973, t. CI, p. 17.

60 E. Vigoland, Montfort-sur-Meu…, 1895, p. 271. Affermé de deux ans en deux ans.

61 Expilly, op. cit. Le Maréchal de la Meilleraye avait donné aux particuliers le droit de construire des fours dans la ville.

62 I. Reynolds, « Les racines médiévales de la Révolution industrielle », Pour la Science, septembre 1984, p. 25 et suiv.

63 Les 14 roues de Marly développaient ensemble de 300 à 500 cv à 80 à 150 cv effectifs

64 Inventaire effectué par la Commission du Tourisme du CELIB en mai 1982. Il en existait aussi en Angleterre (150), au Pays de Galles, dans l’Ile de Man. Ils furent introduits sur les côtes orientales américaines au xviie siècle (M. Daumas, L’archéologie industrielle en France, 1980). Inventaire, CELIB.

65 H.-F. Buffet, Vie et société au Port-Louis, p. 279.

66 Ces installations furent détruites seulement en 1944, par les bombardements. La digue de Rochebalue avait 200 t de long, celle de Boisseau, 140 t. Toutes deux 15 pieds de large et 5 pieds 6 pou ces au-dessus de plus basses eaux.

67 H.-F. Buffet, idem p. 33 à 43.

68 Elles occupaient d’après Expilly autour de 100 ouvriers et produisaient 500 000 pièces par an.

69 Il y avait dans l’enceinte de Nantes, deux grandes corderies cou vertes, 17 magasins près de la maison des pères irlandais. En de hors, 3 corderies, 2 magasins regroupant 1 200 ouvriers (Expilly).

70 Le Corbusier, Urbanisme, 1966.

71 À Rennes autour de la cathédrale, ou rue Saint-Georges, il reste trois maisons. Une bonne vingtaine en assez bon état à Saint-Brieuc, 92 à Dinan dont 53 classées, à Vitré, à Moncontour, à Quimper… Les guides de ces villes, et les travaux, inachevés- de l’Inventaire des Monuments Historiques. L. Pape, « Rennes au xviie siècle… », Arts de l’Ouest, 1979, p. 65 et suiv. À Vitré, Liger compte 70 maisons dans la ville, une vingtaine dans les faubourgs. R. Quenedey, l’habitation rouennaise…, 1926, décrit bien ce type d’habitat et permet de comparer avec les maisons bretonnes.

72 AD. 35, C 490.

73 N. Liger, Les maisons à pan de bois de Vitré…, elles sont de trois types : à pignon sur rue, à mur gouttereau en façade, à avant solier.

74 Dictionnaris encyclopedico…, 1969, art « tipo ».

75 AD. 35, C 3328. PV de l’incendie des maisons de la ville de Rennes.

76 Abbé Jarry, Essai d’histoire générale…, 1934. À Châteaudun, les maisons de la place et de la rue royale avaient simplement un rez-de-chaussée et un attique au-dessus, les autres un seul niveau sans attique. À Malestroit, l’on peut opposer les « vastes » maisons de la place du Bouffay (rez-de-chaussée, 2 étages et combles) aux maisons plus petites de la rue des Anglais.

77 Rappelons que le plus petit emplacement de maison prévu par Le Muet avait moins de 26 m2 (Manière de bâtir, éd, 1665).

78 J.-P. Leguay, op. cit. a calculé la largeur des maisons à Rennes en 1455 (p. 681). Dans la cité, la moyenne était de 6m25, dans la ville neuve de 5 m et dans la nouvelle ville de 5m70.

79 Il existe dans cette ville des courettes au-dessus desquelles des passerelles étaient jetées entre les bâtiments. À Morlaix, les cours inférieures fermées portaient le nom de cantaix.

80 À Saint-Brieuc, les pignons des maisons étaient maçonnés.

81 À Rennes, mais aussi à Malestroit où rue des Anglais, il y a une pièce par étage.

82 Le bois de construction n’était pas toujours abondant. Par exemple à Saint-Brieuc où les charpentiers avaient l’habitude d’utiliser le coeur du bois de chêne pour leurs poutres. Le bois servait aussi à faire des gouttières (B. Le Breton, op. cit. p. 58) cite un acte de 1606 où il est question d’« une bonne et ample. gouttière de bois de chesne entre les deux maisons. »

83 Dubuisson- Aubenay, Itinéraire de Bretagne, 1636 (éd. Nantes 1898). En Bretagne la roche la plus répandue est le schiste brévorien auquel s’a joutent des granits et des grès (cf. A. Meynier, « Villes en Bretagne » in A. Geo, 1946 p. 182. La présence d’argile permettait la fabrication en grande quantité de tuiles et de briques par ex. à Fontenay, à Thouaré et à Saint-Aignan près de Nantes, Ogée, op. cit., 1843, t. II, p. 417. La rue obscure fut rebâtie en 1822 sous le nom de rue royale.

84 Ph. Petout, op. cit.

85 H.-F. Buffet, idem.

86 Ce type de maison n’est pas spécifique à la Bretagne, on le trouve dans bien d’autres villes, à Lyon par exemple au xixe siècle.

87 À Fougères, les piliers de bois sont appelés « encaves ». Ils rappellent les cornières de bastides dans le Midi.

88 AM. Mairie de Pont-Croix.

89 AN. P 1736. Domaine de Vannes. AD. 44, B 2357.

90 AN. P 1613. Domaine de Hédé. 1962. Par exemple le n° 8 au coin de la ruelle du Tertre ou le n° 15, de la rue de la Marine.

91 H.-F. Buffet, La ville. 1960.

92 Le Muet, L’habitation commune, 1623, p. 28, Il existe une différence entre la maison artisanale sur rue, étroite avec cour derrière et la maison plus importante appartenant à des gens plus aisés dont le plan tend à devenir carré, avec cour intermédiaire et façade sur rue plus étendue.

93 Ces maisons étaient et sont encore très proches des maisons rurales. Ce qui est évident pour les maisons de Locronan, de Douarnenez, pour celles de Gourin appareillées de dalles de schiste, ou de la Roche-Bernard, en dalles et blocs créant des murs d’apparence désordomde.

94 H. Fs. Buffet, idem.

95 P. Lelièvre, idem. 1942.

96 S. Roux, La maison dans l’Histoire, 1976, p. 198-199. En s’étayant les unes les autres, les maisons en bois pouvaient atteindre cinq étages (cf. Rennes).

97 J. Monnier, Histoire, classe de première, Fernand Nathan, 1960.

98 A. Michel, Histoire de l’Art, t. VII.

99 M. El Kordi, Bayeux aux xviie et xviiie siècles…, p. 1970.

100 R. Quenedey, L’habitation rouennaise, 1928, p. 348.

101 Parmi ceux que l’on peut dénombrer : de Beaumanoir et de Plouer (xvie), de Lanjouet-Vancouleur, de Trocherdais, Gouverneur (xviiie), de Saint-Pern (1775), de Limoléan (1773), de Lorgeril et de Montmuran (1777).

102 P. Lelièvre, L’urbanisation…, 1942. Parmi les hôtels de pierre, ce lui de l’île du Fief (1654), de Rosmadec (1653). J.-B. Russon, « l’hôtel d’Aux », BSAHLA. 1961, p. 180-185.

103 de 1456 à 1532, dans la « Maison du Parlement », 2 rue Noé.

104 Bérenger Le Breton, « Le vieux Saint-Brieuc à l’encan », Illustration, 12 octobre 1928.

105 Voir le plan de la ville avant l’incendie. A. Mussat, Arts et cultures…, p. 277. Parmi ceux encore debout l’hôtel de Robien (xvie), de la rue du Chapitre et tous ceux étudiés par Pascale Pape dans la partie de la ville non incendiée.

106 P. Pape, Hôtels et maisons de bois au xviie siècle à Rennes, 1969, IARH. N° 57.

107 Les Malouinières, SE à la culture, Commission d’inventaire Bretagne, 1975.

108 M. J. Bertrand, Architecture de l’habitat urbain…, p. 35 et suiv. sur les hôtels parisiens voir M. Gallet, Demeures parisiennes à l’é poque de Louis XVI, 1964.

109 Mais aussi à Antrain, l’hôtel dit Grand Manoir, du xve siècle, reconstruit au xviiie siècle, ou à Fougères, l’hôtel de Saint Brice construit en 1756. Dans cette ville, il reste deux hôtels du xviiie siècle : l’hôtel de la Blinaye (1740), hôtel de Marigny (1756).

110 AD. 35, C 345. C. Nières, La reconstruction, p. 116 à 120. Avec ses deux ailes latérales, il aurait été assez semblable au château de Saint-Omer.

111 AD. 35, C 989, Lettre de d’Argenson à Pontcarré, 30 septembre 1747, suivie d’une lettre de Lescouet donnant l’état approximatif des maisons. Autre lettre de Lescouet à l’Intendant (copie envoyée d’Argenson), à 11 janvier 1748.

112 C. Nières, op. cit, 1972, p. 30. L’arrêt du conseil du 25 mai 1728 décida qu’elles devaient être détruites dans un délai de quatre ans à partir du 1er juillet 1728.

113 113. AD. 44, B 2357, 1681.

Table des illustrations

Titre Dinan 1776 Importance des bâtiments religieux intra muros
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-1.png
Fichier image/png, 172k
Titre Corps de garde
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-2.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Le château de Dinan en 1773(Garengeau - AD 35 C 492 - d'après F. Hamon)
Légende 1-2-3 : enceinte de la ville4 : pont dormant5-6 : corps de garde ; 7 : cuisine8 à 12, 17, 18 : fossés13-14-15 : esplanade; 16 : porte de secours21 : puits ; 24 : latrines
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Saint-Brieuc, ancienne prison et auditoire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-4.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Bagne de Brest
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-5.png
Fichier image/png, 4,3M
Titre Saint-Malo, projet de théâtre
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-6.png
Fichier image/png, 4,7M
Titre Halles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-7.png
Fichier image/png, 7,9M
Titre Maisons de Fougères (inventaire)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-8.png
Fichier image/png, 5,0M
Titre Maisons sur rue (dessins A. Laprade)
Légende VANNES façades mixtes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-9.png
Fichier image/png, 3,3M
Légende PONTIVY façades en murs goutereaux
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-10.png
Fichier image/png, 2,7M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-11.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Maisons à porches, Fougères
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-12.png
Fichier image/png, 7,3M
Titre Maisons à Rennes
Légende Rues rampantesProjets de maisons (Robelin). - Croquis
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-13.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende Gabriel
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-14.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Maison Robelin (coupe)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-15.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Appartement, hôtel
Légende Appartement XVIIIeRemarquer l'emplacement des lits dans la garde-robe de propreté, la chambre des femmes de chambre, les lieux à deux cuvettes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-16.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Hôtel de Robien (Rennes) Agrandissement prévu en 1771. En foncé, les bâtiments existants.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-17.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Baraques à Rennes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11021/img-18.png
Fichier image/png, 2,9M

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search