Version classiqueVersion mobile

Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Claude Nières

2e partie. Villes et urbanisme

Chapitre VI. L'urbanisme en Bretagne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les villes sont des espaces civiques marqués par des bâtiments publics qui mettent en évidence l'importance présente ou passée de leurs fonctions religieuses, militaires, politiques, administratives, elles sont aussi des espaces économiques, des lieux d'habitat différenciés et de sociabilité.

Les paysages urbains

  • 1 Le travail remarquable de la « Commission régionale de Bretagne de l’inventaire général des monume (...)
  • 2 H. See, « La Bretagne et les Bretons… », La Grande Revue, n° 11, 1926, p. 109-128. La province et (...)
  • 3 Louis Desjobert, « Notes d’un voyage en Bretagne effectué en 1780… », Revue de Bretagne, 1909-1910 (...)
  • 4 Cambry, Voyage dans le Finistère…, 1794.

2Bien qu'il n'existe aucune description systématique des paysages urbains, nous avons la possibilité de nous faire une idée assez exacte de ce que pouvaient être les villes bretonnes au xviiie siècle à partir des documents divers en notre possession : descriptifs tels les terriers, plans globaux ou particuliers dressés par les ingénieurs, tableaux ou gravures, nous pouvons aussi, pour beaucoup de cités, enfin les premiers cadastres dont l'emploi a permis pour quelques cités les publications de l'Atlas des villes. Le bâti actuel de nombre de villes garde les vestiges du bâti ancien malgré les transformations et les bombardements et les combats de la dernière guerre1. Aux renseignements fournis par Ogée et surtout Robien sur les morphologies urbaines, s'ajoutent les témoignages des voyageurs pour la plupart sévères envers la province et ses villes : « on regardait la Bretagne et surtout la Basse-Bretagne comme une région fort éloignée, le type de la province inaccessible, un pays presque sauvage2 ». Ils reprochaient à Audierne, Ancenis, Carhaix, Brest, à bien d'autres localités leur saleté, leur inhospitalité et leur manque de pittoresque. Misérables, sans équipements collectifs, leurs rues étroites à l'odeur infecte indisposaient les passants sensibles à un signe qu'ils considéraient néfaste pour leur santé. Desjobert dénonçait la saleté abominable du port de Brest 3 classé par Cambry parmi les villes les plus malpropres4 concurrencée par la ville de Quimper toute « boucherie ». Quant à Rennes, Ogée y voyait essentiellement les rues « fort étroites, les maisons de bois si élevées [...] qu'elles étaient toujours fort humides et très sales » et la basse ville, d'une saleté repoussante où, les eaux croupissant avec les immondices, fabriquaient un limon liquide favorable à « des vapeurs [...] dangereuses et fréquentes maladies ».

  • 5 Mignot de Montigny, « Le voyage de Mignot de Montigny. », publié par Bourde de la Rogerie, MSHAB. (...)
  • 6 A. Young, Voyages en France…, 1931, trad. H. Sée.
  • 7 Expilly, Tableau de la population de la France, 1780.
  • 8 A. Young, Voyages en France…, t. I, p. 235. Il est le 11 septembre à Brest.
  • 9 L. Desjobert, « Notes d’un voyageur en Bretagne », RB, 1909, p 257, 1910, p. 143. p. 256-
  • 10 Archambault, Voyage d’un Gentilhomme breton aux eaux de Bourbon, 1720, ne vit que deux villes Vitr (...)
  • 11 Tillette de Mautort, Mémoires du Chevalier de Mautort… 1752-1802, éd. 1816.
  • 12 C. de Guibert, Voyages…, 1806.

3Ici ou là, pourtant, ces voyageurs s'extasiaient sur les traces d'une splendeur passée, les vestiges du château et des anciennes fortifications qui à Ancenis soulignaient la puissance, la richesse ancienne d'une cité en pleine décadence. Parmi les rares cités trouvant grâce à leurs yeux, Lorient, « une des plus propres5 », « fort jolie6 », « moderne, régulièrement construite ». Dinan apparut à d'Argentré « belle, grande et riche » et Des Rues l'appréciait toujours plusieurs années après. Quelquefois les voyageurs comparaient les attraits d’une ville à ceux d’une autre. Le port de Landerneau « plus propre et mieux bâti » que celui de Brest plaisait à Montigny. Expilly y voyait des maisons bien bâties et belles7. Les autres visiteurs donnaient de Brest des images contradictoires. Arthur Young découvrait une « ville bien construite, avec beaucoup de rues régulières et agréables8 », alors que Cambry parcourait la rue de Siam, les escaliers qui permettaient de descendre de la partie haute vers la basse et qui faisaient monter au cinquième étage pour arriver à niveau. Brest lui paraissait une des villes les plus sales, aux pavés détestables, et ne possédant même pas de halles. Seuls les nouveaux quartiers trouvaient grâce à ses yeux. Desjobert passa à Brest en 1780, il y arriva le mercredi 19 avril, à la porte de la ville on lui demanda son nom et son grade « comme dans toute autre ville de guerre ». Il ne garda pas un bon souvenir de Brest, le temps y avait été mauvais et il avait été « fort mal logé, dans une maison des plus malpropres ». Le port qui n’était pas pavé, lui parut sous pluie d’une saleté abominable. Dans ce contexte, les rues de Siam, Grande rue et de la communauté Saint -Yves lui semblèrent « assez bien tracées et mieux qu’on ne le dit9 ». Ces témoignages de valeur discutable ne concernent pas toutes les villes10 et traduisent des préoccupations différentes. Les uns songeant à leur confort, s’attardaient sur les auberges, sur l’accueil reçu, d’autres, tels Mautort à Brest, à Lorient11 ou Arthur Young, s’intéressaient davantage aux questions économiques. Guibert, fin observateur croyait se retrouver au Moyen Âge quand il visita, Guérande, Dol, Dinan « peut-être de toutes les anciennes cités de Bretagne celle qui a le mieux conservé l’empreinte du Moyen âge ». Attentif aux oppositions, il y remarquait « la vaste place du marché ou du champ, bordée de constructions modernes » balançant l’impression de se trouver dans une ville médiévale12. Il mettait en évidence, une des caractéristiques fondamentales des cités modernes : le décor composite.

  • 13 À cet égard consulter les ouvrages de Piganiol de la Force pour 1718, 1740 et 1780.
  • 14 J. Crépin, Les structures socioprofessionnelles…, 1970.

4En comparant les témoignages, nous pouvons dans une certaine mesure deviner l’évolution des villes13. Par exemple, à Lorient, Mautort après la dissolution de la Compagnie, trouva un port « presque désert. Ces superbes magasins restaient maintenant vides et mal entre tenus [la ville] ne conservait de son ancienne splendeur que ce que le temps n’avait pas encore pu détruire […] Les jolies maisons n’étaient plus habitées par les riches actionnaires et employés qui les avaient élevées… ». À l’inverse, Morlaix resta jusqu’au début du xviiie siècle, « semblable à ce qu’elle était quelques siècles auparavant [et] se transforma rapidement sous l’action d’une municipalité de négociants14 ». L’ensemble des témoignages paraît plus intéressant pour connaître les mémorialistes que pour découvrir ce qu’ils sont censés décrire.

  • 15 Piganiol de la Force, Nouveau voyage…, 1740 ; Mad. Cradock, op. cit. p. 246 (1783).
  • 16 Saugrain, Dictionnaire, 1726.
  • 17 Madame Cradock, op. cit. p. 246 (1783).
  • 18 J.-P. Leguay, op. cit. 1981. Un pavage existait à Paris en 1185 et la plupart des grandes villes é (...)
  • 19 H. Albert, L’industrie des chaises à porteur de Rennes au xviiie siècle, 1872.
  • 20 B. Le Breton, Les maisons à pan de bois de Saint-Brieuc, DES. Nov.1965. À Guingamp, la rue se rétr (...)
  • 21 De La Mare, Traité de Police, 1722, TIX « De la liberté et de la commodité de la voie publique », (...)

5Les critiques portent nous le voyons sur plusieurs aspects des villes. La voirie de la fin du xviie siècle en Bretagne, pré sentait toutes les caractéristiques convenues d’un ré - seau médiéval. Les rues bretonnes n’avaient rien d’original si nous les comparons à celles de l’ensemble des villes françaises voire européennes. Elles serpentaient, évitaient les encoignures, leur largeur variait tout au long de leur tracé. À Guingamp, la rue Notre-Dame qui conduit à la place Neuve, à Hédé, la rue des Forges, à Nantes, celle des Orfèvres fournissent de bons exemples multipliables à l'infini. Les contemporains décrivaient les « rues étroites et tortueuses », de Morlaix15, « mal tournées » de Brest16, celles aux « pavés cahotants de Nantes17 ». Seules quelques cités présentaient des rues droites et régulières : Port-Louis et Brest. Jean Pierre Leguay notait qu'au xve siècle : « quelques rues, certainement pas la totalité, sont désormais protégées par un revêtement de pierre18 ». Mais beaucoup restaient au xviiie siècle boueuses ou poussiéreuses selon le temps. Des travaux prévus par les budgets fixés en 1681, tentaient de les tenir en état à Guingamp, à Moncontour, à Tréguier, à Nantes, à Fougères, à Quimper, à Rennes, à Saint-Malo, à Vannes et à Vitré. Quelques villes bretonnes établies sur des pentes connaissaient des rampes, voire des escaliers qui aggravaient les difficultés. Une pente de 5 % constituait un maximum raisonnable, à 8 % l'effort demandé aux animaux était démesuré, ainsi de la rue du Jerzual à Dinan et de la rue Saint-Yves de Quintin trop « pentue » qui reliait « un des plus grands faubourgs de ladite ville avec le restant de la ville » (La circulation y resta difficile jusqu'en 1763). À Quimperlé, haute et basse ville communiquaient et communiquent en partie encore, par des rues abruptes, à Pont-Croix, la rue Chère avec ses paliers, ne facilitait ni la descente, ni la montée, pas plus que la venelle de l'escalier Saint-Jacques à Guingamp. Les rues de Moncontour dégringolent de fortes dénivellations. Ce tracé dénotait un peu partout des relations aux rythmes lents, réduites. La distribution des marchandises par de lourdes charrettes se faisait mal dans ces rues même pavées, les porteurs amenaient les colis dans les boutiques ou les magasins, aidés par des animaux de bâts ou attelés eux-mêmes à une petite charrette et les personnes pouvaient se faire transporter comme à Rennes par des chaises à porteur19. Des obstacles divers gênaient davantage encore la circulation : croix, fontaines, abreuvoirs, saillies des maisons proliféraient malgré les réglementations anciennes et ces avancées rétrécissaient encore des rues propices aux déplacements pédestres, aux animaux. La rue au Beurre à Saint-Brieuc connaissait un tel encombrement que l'on ne pouvait s'y déplacer qu'à pied20 et le plan établi par la société d'Emulation de Saint-Brieuc21, montre un peu partout des avancées rectangulaires sans doute des échoppes. Les maisons qui s'avançaient aux étages supérieurs à la rencontre les unes des autres, obscurcissaient les rues et formaient quelquefois une sorte de pont dominant la chaussée comme à Dinan rue de la Poissonnerie et, au bout de la rue de la Cordonnerie, la ruelle portant le nom évocateur de « rue de la Voûte ». Nous trouvons à Dinan, à Auray, à Fougères, à Lamballe... des maisons à porches qui présentaient une protection des passants dans un pays où il pleut souvent, mais gênaient la circulation des voitures.

  • 22 Camillo Sitte, L’art de bâtir les villes, 1889, trad. C. Martin, 1918, p. 49, trad. D.Wieczorek, c (...)

6Parmi ceux qui étudièrent le paysage des villes, Camillo Sitte se fit le défenseur des villes médiévales et en particulier de leurs places22, de leurs espaces fermés, irréguliers où le ou les édifices principaux devaient être rejetés sur un ou plusieurs côtés. C'était la situation de la quasi totalité des places en Bretagne, bien souvent simple élargissement de la rue ou lieu de rencontre de plusieurs rues, par exemple, à Rennes ou encore à Saint-Brieuc. Alors qu'en Europe, la plupart des monuments et des fontaines s'élevaient aux points morts de la circulation, et « non loin de l'angle de la place où débouchait la rue principale et où venaient autrefois s'abreuver les animaux de trait », il existait en Bretagne bien des exceptions à cette pratique. À Guingamp, la pompe se trouvait bien à une extrémité de la place mais quelques arbres étaient plantés en plein milieu. Alors que depuis la Renaissance, une nouvelle esthétique poussait à la modification des places par « la recherche d'effets de perspective et l'habile composition », la Bretagne à de rares exceptions près, avait échappé à ce mouvement jusqu'au xviie siècle.

  • 23 Pierre Lavedan, Qu’est-ce que l’urbanisme ? 1926.
  • 24 M. de Galzain, Vannes, 1974, p. 40.

7Quand l'installation de l'espace urbain s'était faite spontanément, les hommes avaient tenu compte — consciemment ou inconsciemment — de limites naturelles ou héritées par ajouts successifs. Bien des routes se trouvaient à l'origine des types d'aménagements. Au cours du xviie siècle, Port-Louis — la plus récente des villes — présentait un axe principal est-ouest, coupé de quelques rues à angle droit. Même Saint-Malo reconstruite après l'incendie qui l'avait en partie détruite, n'en avait pas pour autant modifié considérablement son plan. Seule Brest, présentait un plan pensé, ordonné. La plupart des villes bretonnes ressortaient à une catégorie que Lavedan appelait : « les villes spontanées23 ». L'implantation des plus simples dépendait directement des conditions naturelles qui l'avaient dictée et dont le développement s'effectuait sans surmonter ni dépasser ce cadre. C'était le cas des villes îliennes : Concarneau, Saint-Malo, et dans une certaine mesure de Vannes cernée par la mer jusqu'au xviie siècle : « chaque marée recouvrait (alors) la Rabine [...] et par les douves creusées le long des remparts elle transformait la cité en île [...] à l'heure du flux24. ». Le site fluvial d'un grand nombre de villes bretonnes déterminait un plan le long de la rivière. À Redon, la Vilaine exerçait une influence directe sur le tracé des rues qui en suivaient le cours. À Rennes au contraire, les points de passage gouvernaient les voies perpendiculaires à la rivière. À Hennebont, la grande rue centrale partait du pont et s'élargissait ensuite. Un relief accentué marque quelquefois les différentes parties de la ville, les individualise, comme à Fougères, à Vitré, à Quimperlé. La pente des rues à Rennes n'était pas assez forte pour créer une voirie spécifique mais le quartier nord, en pente, s'opposait au sud de la Vilaine plat, marécageux et inondable. Ailleurs les cours d'eau, véritables bras de mer, n'étaient pas franchissables par des ouvrages d'art, et l'Elorn séparait et liait à la fois Brest et Recouvrance. L'Elorn, le château et les lignes de fortification commandaient les rues de Brest (plan de 1683). Le fleuve ordonnait celles de Recouvrance. Dans d'autres villes, les voies principales convergeaient vers des centres occupés soit par des édifices religieux (Cathédrale à Quimper, églises à Saint-Aubin et à Guérande), soit par des édifices publics (halles à La Guerche et à Ploërmel). Nous retrouvons en Bretagne tous les types de plans analysés par les urbanistes. Les villes linéaires où les places ne sont que de simples élargissements des grandes rues, par exemple, la ville de Hédé le long de l'axe routier avec les rues secondaires en arêtes de poisson, ou bien Châteaugiron, Roscoff. Les villes à tracé hémisphérique, telle Vitré à partir de la porte d'en haut. Les villes carrefour où les rues dessinent des axes parallèles, à Montfort, à Guingamp où toutes les rues aboutissent à la grande place centrale, ou encore à Antrain, où deux voies se rencontrant en écharpe déterminent le tracé urbain.

8Telles quelles ces villes de la fin du xviie siècle choquaient ceux qui réfléchissaient à leur structure et voulaient les transformer. Leur vision réelle ou imaginaire des paysages urbains bretons poussait à leur modification. Encore fallait-il que les conditions existent pour l'entreprendre. Or, en utilisant les comptes des miseurs et ceux des États, nous pouvons dresser un inventaire des travaux effectués en Bretagne au xviiie siècle pour l'ensemble des villes qui constituent notre corpus. Nous constatons que toutes ont connu des travaux d'urbanisme mais d'une importance inégale d'une cité à une autre et du début à la fin du siècle. Ils concernaient pour l'essentiel l'équipement lourd des cités, il s'agissait dans la plupart des cas de l'aménagement des accès, de la circulation interne, des installations portuaires pour des villes maritimes, puis des places, enfin de quelques édifices publics. Plus délicate est la recherche concernant les constructions privées qui ne sont pas toujours décrites lors de l'aménagement d'un quartier nouveau ou de la reconstruction d'une zone détruite après une catastrophe. Nous pouvons néanmoins, en utilisant les déclarations du vingtième là où elles existent et les transferts de propriété dater grand nombre d'entre elles.

9Aussi bien devons-nous essayer d'abord de comprendre les motifs de ces transformations, de ces travaux, de ces aménagements.

Moteurs et rythmes des changements

Des changements lents de la morphologie urbaine

  • 25 Ph. Petout, L’architecture civile à Saint-Malo, 1600-1750, thèse 3e cycle, Rennes nov.1981. Ex. da (...)
  • 26 AG. St-Malo, art.8, sect.1, cart.3. 16 fév.1725 (Un arpent = 34 ares).
  • 27 AM. St-Malo, DD 1. Vauban estimait à 1/6 de la surface totale de l’île la surface qui pouvait être (...)
  • 28 AG. St-Malo, art.8, cart.2. Garengeau, 4 nov.1691, 21 déc.1694. Un premier plan concernant le Fiel (...)
  • 29 Le Fiel bâti apparaît dans le plan Garengeau du 18 oct. 1713 (AD. 35, C 437).
  • 30 AD. 35, C 437, 438. AG. St-Malo, art.8, carton.2 ; AM. St-Malo, DD 1 10 juillet 1712 « Plan du pro (...)
  • 31 Ph. Petout, idem.
  • 32 AD. 35, C437. AG. St-Malo, art.8 cart.2.

10Les modifications du paysage urbain dépendaient de bien des facteurs dont l'accroissement plus ou moins important d'une population qu'il fallait bien loger. Nous l'avons vu, dans de nombreuses cités, le nombre des habitants soit augmenta peu, soit resta stationnaire, soit diminua ce qui n'entraînait pas la construction de bâtiments neufs hors ceux qu'il fallait remplacer à un rythme par ailleurs lent. Bien sûr, les gens riches modifiaient, selon le goût, les hôtels qu'ils habitaient ; un négociant fortuné, un officier las d'un logis peu confortable pouvaient le quitter et laisser la place à moins exigeant pour construire un nouvel hôtel, une « folie ». Souvent élevé dans les faubourgs, il pouvait détonner par sa richesse, son style dans une rue aux maisons misérables, comme de nos jours les immeubles qui s'élèvent dans un paysage urbain pavillonnaire. Au sud de Rennes, de véritables masures entouraient au xviiie siècle, quelques rares beaux édifices. L'enrichissement d'un nombre important de citadins pouvait-il troubler le rythme lent et pluriséculaire du remplacement du bâti ? Philippe Petout a montré avec quelle lenteur de nouvelles maisons s'élevèrent à Saint-Malo en pleine croissance démographique25. Or ce fut alors que la courbe s'inversait que la ville connut avec trois agrandissements en un demi-siècle ses changements les plus radicaux. Au xviie siècle elle occupait 50 arpents (17 ha) 65 en 1725, et l'on envisageait d'en ajouter 21 pour atteindre 86 arpents (30 ha26). Vauban avait préconisé un accroissement dont il fournit le plan le 30 mars 1689, il l'améliora en 1694, en 1696 et en 1701. Garengeau dessina les projets en 1691, 1692 et 1693. Cette proposition faite pendant une période de guerre, concernait la plupart des terrains non encore aménagés sur la surface de l'île27. Les ingénieurs pensaient à un alignement des remparts28, mais le dessein beaucoup trop ambitieux dans une telle conjoncture ne fut pas réalisé, cependant, il portait en lui les futurs agrandissements de la ville. Ces études avaient néanmoins suscité quelques travaux, la réparation des remparts et l'établissement de la cale Saint-Thomas entre 1702 et 1705. Garengeau avait étudié le quartier du Fiel et voulait en aménageant le rentrant entre la Tour Générale et la Grande Porte, en repoussant le rempart vers l'Est29, gagner du terrain à l'intérieur qui serait alloti. À l'extérieur, de nouveaux quais accroîtraient les capacités d'accueil du port. Devis et plans s'accumulèrent de 1708 à 1710 aboutissant au dessin de 29 lots, en six pâtés d'immeubles. Deux transversales coupaient la rue principale nord-ouest/sud-est à angle droit. Par son allure, par le plan des maisons prévues, ce lotissement rompait avec la physionomie de la ville ancienne autour de la cathédrale et de celle qui s'était antérieurement développée au sud et à l'est. Les travaux concernant la nouvelle enceinte, commencés en mai 1708, étaient terminés en 1709 et la batterie Saint-Vincent installée entre 1708 et 1710. La construction des maisons et des magasins s'étala plus dans le temps mais finit en 1717 avec succès. Alors que le nommé La Brosse songeait en 1712 à gagner du terrain plus au sud en enfermant 3 247 t2 nouvelles, Garengeau voyait plus grand encore. Son projet concernait 13 246 t2 dont 9 870 en terrain à bâtir, 3 376 t2 en rues et places, sans compter la superficie des murs et des bastions30. Ce projet modifié, scindé en deux, donna naissance aux second et troisième agrandissements. Garengeau abandonnant provisoirement l'extension vers l'est, s'occupa surtout du tracé méridional et présenta le 18 octobre 1713 puis le 26 juin 1714, un plan qui en rejetant la nouvelle enceinte un peu plus vers le sud, donnait un terrain de 6 200 t2. Le mur de 462 toises de long, comprenant deux bastions bas, fut bâti de 1713 à 1716 (plan du 14 octobre 1716). Le 16 août 1718, les entrepreneurs de la nouvelle enceinte signifièrent la fin de leur ouvrage. Le lotissement du deuxième agrandissement avait rencontré un accueil beaucoup moins favorable que celui du premier : en 1725, 14 immeubles seulement édifiés, quelques autres en 1752 et en 1770, au total, seulement un peu plus de la moitié des lots construits à la fin du xviiie siècle31. Comme pour le Fiel, le dessin des parcelles créait des îlots assez réguliers mais d'inégale importance, qui s'organisait de part d'un grand axe est-ouest coupé à angle droit par trois rues. L'échec de ce lotissement s'explique par le démarrage pendant sa réalisation du troisième agrandissement vers l'est dont Garengeau reprit l'idée le 19 décembre 1719. Les vieux remparts de la Grande Porte à la Contre garde, seraient abattus et remplacés par un nouveau mur de 165 toises courantes qui s'accrocherait au mur du sud. Ce nouveau tracé obligeait à détruire 91 toises du mur nouvellement construit mais, donnait à Saint-Malo, depuis le château jusqu'à la Hollande mise en place en 1676, une enceinte neuve enfermant dans des lignes droites les terrains nouveaux mis à la disposition des particuliers. Les négociants auxquels le projet fut soumis l'acceptèrent. Le conseil l'approuva le 31 août 1720, puis en mars 172132. Quatre petits îlots s'alignèrent du nord au sud entre les remparts et les rues d'Asfeld et des Cordiers. Les quais s'allongeaient de 94 toises. La vente des terrains commença en 1724 et la construction fut plus rapide que dans la réalisation précédente.

  • 33 Ph. Petout, idem.
  • 34 AG. St-Malo, art.8, cart.2, lettre Garengeau, 26 mai 1720.
  • 35 AD. 35, C 438, Beauvais le Fer à SAS, 6 fév. 1737. Garengeau avait envoyé un plan au Contrôleur Gé (...)

11Ces trois agrandissements profitables aux particuliers, aéraient une cité congestionnée, mais, la communauté ne put faire aboutir aucun de ses projets d'équipement et la ville resta sans halles et sans hôtel de ville. Seuls les morts gagnèrent à la mévente des terrains puisqu'un cimetière fut installé dans l'îlot B du deuxième accroissement33. La rapide mise en place de ces espaces (une vingtaine d'années) explique sans aucun doute la réaction des édiles et en particulier du maire Beauvais le Fer quand Garengeau profitant d'une réparation urgente du rempart nord proposa de repousser celui-ci. Le maire qui, déjà en 1720, s'était prononcé contre le troisième agrandissement34 réagit très vivement35 : « Il nous restera suivant ce plan du terrain à bâtir, nous n'en avons point besoin, la ville n'est que trop grande et plut à Dieu que l'on n'eût jamais fait d'accroissements. On y a consommé des sommes immenses en bâtiments dont la plupart parfaitement inutiles, et ceux qui sont affermés le sont pour peu de chose [...]. Il reste plusieurs emplacements situés au midi qui ne sont point bâtis ».

  • 36 AG. St-Malo, art.8, cart.3. Approbations du plan Garengeau des 21 mars 1737 et 16 février 1725.
  • 37 AG. St-Malo, art.8, cart.3, plan de St-Malo. Par contre dans le plan de chez le Rouge, rue des Aug (...)

12Les rapports se tendirent assez pour que l'intendant décidât d'aller à Saint-Malo le 18 mars 1734. Il écouta les édiles, nomma des commissaires, fit dresser par Garengeau un nouveau plan approuvé par les Malouins, et soumit le quatrième agrandissement au conseil qui l'accepta (A.C. 5 juin 1737). Depuis 1691, l'ingénieur rêvait de terminer le tour de la ville et songeait à un rempart plus au nord entre la tour Bidouanne et la tour du Cheval Blanc. Il ne s'agissait plus maintenant que de construire un nouveau mur qui irait de la cale Saint-Thomas au flanc du bastion du Cheval Blanc36. Les travaux commencés en avril 1737, avancèrent assez vite, mais le 31 décembre 1738, l'aménagement de l'espace au pied des remparts restait à faire, de même que les parapets sur la courtine Saint-Thomas. Entre le nouveau mur et la tour Quiquangrogne une poterne était percée dès 1737. Quand Garengeau mourut en 1741, il restait peu de choses à terminer, tout au moins en ce qui concernait la partie qui incombait aux entrepreneurs37. La ville y gagnait des magasins à l'abri des bombes (1740) et une nouvelle place (actuelle place Vauban).

  • 38 AG. St-Malo, art.8, cart.3. Projet 1765, signé Larcher.
  • 39 Idem, « Plan du projet général », Dajot, suivi d’un autre plan du 31 let 1769. M. de la Rozière en (...)

13Jusqu'à la Révolution la ville ne connut aucun autre agrandissement. Deux projets échouèrent : l'un présenté en 1765, reprenait le projet Garengeau et voulait remplacer le très vieux mur qui reliait la tour Bidouanne à la Hollande38, l'autre beaucoup plus ambitieux, revenait au projet Vauban de 1696. Dévoilé le 1er avril 1768, suivi du projet général de Dajot du 31 juillet 1769, il fut complété, modifié par une série d'études qui, avec des variantes, allaient dans le même sens39. Tout ceci en vain, les obstacles déjà rencontrés par Vauban accrus du poids financier des ouvrages, empêchèrent que l'on songeât très sérieusement à sa réalisation.

14Au fur et à mesure que le siècle s'avançait, la transformation des villes s'accélérait et il ne semble pas qu'il s'agit d'une illusion due à notre documentation. Mais les villes ne changeaient pas, en même temps ni à la même vitesse. Les exemples de Nantes et de Redon le montrent.

  • 40 40. H. Fréville, L’intendance…, TI, p. 25.
  • 41 Y. Durand, « Nantes de la Renaissance à la Révolution », Histoire de Nan tes, 1977, p. 155 et suiv (...)

15Nantes apparaît au début du xviiie siècle comme une ville « étriquée, mal aérée, mal reliée aux provinces du sud par des ponts douteux vers 1716. Nantes a déjà considérablement changé de caractère en 172840 ». de fait, en une douzaine d'années, la ville a connu de très grands travaux : lotissement de l'île de la Saulzaie en 1721, transformation de la motte Saint-Pierre en cours Saint-Pierre en 1725, rétablissement du pont Pirmil en 1727, pavage ou repavage des rues en 1728, construction de la Bourse de 1723 à 1727. Tout ceci sans parler des aménagements portuaires. Puis travaux et projets se succédèrent d'abord sous l'impulsion de Gérard Mellier, de Ceineray et plus tard à l'initiative de Jean-Jacques Graslin : construction des maisons de 1755 à 1770 dans l'île de la Saulzaie, cours Saint-Pierre, canalisation de l'Erdre, bâtiment de la Chambre des Comptes, habitat le long des quais Brancas et Flesselles, théâtre, nouvelle Bourse, plan du cours Cambronne, lotissements nouveaux à l'ouest de la cité, ouverture de rues nouvelles. Après 1760, les travaux se multiplièrent, mais ils avaient débuté dans les années vingt41. L'enrichissement de la ville, la croissance forte de sa population expliquent l'importance de ces transformations du paysage urbain. Par contre, Redon moins peuplée, peu dynamique ne connut des travaux d'ensemble que tardivement dans le siècle et limités. Avant que l'on envisageât des travaux publics importants, l'on se contentait d'entretenir le port et le pont Saint-Nicolas. Le long des quais aménagés à partir de 1744-1747, on établit la promenade d'Aiguillon. Les quais ne furent achevés qu'en 1776. Le plan de la ville fut levé en 1783.

Les transformations dues à la stratégie militaire de la monarchie

  • 42 H. Bougerie, Rennes au xvie siècle (1500-1530), mémoire dactylographié Rennes, 1973. Remarquable t (...)
  • 43 Le château de Landerneau, à la tête du pont, disparut au xviie siècle, à l’est celui de la Roche-M (...)

16Les murailles assurèrent, pendant des siècles, la protection de l'espace urbain contre toute intrusion. La stratégie médiévale et moderne reposait sur la prise ou la défense des villes. En Bretagne, à la fin xve siècle, au moment où l'utilisation de l'artillerie devint générale, il fallut adapter les fortifications, construire selon des normes nouvelles, aménager murs et tours, construire des ouvrages avancés devant les portes (boulevards42), voire bouleverser les plans des anciennes cités, en dégager largement les abords. Ces aménagements très coûteux pour des places qui n'avaient pas toutes la même importance stratégique aux yeux de l'État maître de cette Province depuis 1532, ne pouvaient se faire et ne se firent qu'en cas d'extrême nécessité et selon les choix stratégiques de la monarchie. Choix d'autant plus nécessaire que quelques cités devinrent difficiles à défendre comme Dinan, place très forte avant l'usage du canon, désormais commandée par un coteau « nommé la grande Haye ». Les choix stratégiques conduisirent les ministres de la Guerre et de la Marine à ne prendre en compte que très peu de villes, ce qui eut sur l'urbanisme breton de grandes conséquences. Brest fut la seule ville vraiment construite selon les normes des ingénieurs constructeurs de forteresses, la ville s'en trouva dépendante des obligations de défenses et engloba Recouvrance dans son dispositif. Ensuite, il y eut Port-Louis, enfin Saint-Malo et Concarneau. Les villes trouvaient leur protection dans des ouvrages extérieurs. Solidor commandait l'entrée de la Rance et les abords de Saint-Malo, la tour de Cesson protégeait Saint-Brieuc et le château du Taureau, Morlaix. Les fortifications de l'île Tristan couvraient Douarnenez, et le château de Suscinio, Sarzeau. Trois châteaux entouraient Landerneau43. Partout ailleurs, les cités se trouvèrent de fait libérées des sujétions militaires. Les communautés, purent sous la condition d'en obtenir l'accord, garder, abattre ou aménager tours, courtines, portes, fossés, et peu s'en privèrent, nous le verrons, néanmoins les villes gardaient dans leur paysage, elles y tenaient, les vestiges de leur puissance ancienne, les murs en particulier qui jouaient de surcroît un rôle de protection contre le plat pays.

les transformations liées aux besoins de la marine

Des améliorations limitées

17Les ports établis dans un certain nombre de villes participaient d'évidence à leur paysage, appartenaient à leur morphologie. Au cours du xviiie siècle la plupart connurent des modifications tendant à rendre leur usage plus efficace.

  • 44 M. Hérubel, L’Homme et la côte 1937, p. 33. J.-P. Leguay, op. cit. 1981. J. Bazin, « La paroisse S (...)

18Les quais constituent l'équipement de base des ports. Ils régularisent la rive du chenal, facilitent l'amarrage des navires, les travaux de manutentions, permettent d'avoir des berges plus solides, aptes à la circulation des hommes et des bêtes. Ils peuvent être techniquement améliorés par la construction de cales, nous en avons vu quelques exemples. Dans beaucoup de ports, ils consistaient en de méchants murs de pierre sèche sans mortier particulièrement fragiles. À Pont-L'Abbé en 1774, les barques abordaient « une espèce de quai formé par la nature qui consistait en quelques pierres sèches placées au hasard ». Dans les villes commerçantes, l'aménagement souvent rudimentaire commença dans la seconde moitié du xve siècle, elles disposèrent au « minimum d'une simple estacade, au mieux de quais, de postes d'amarrages et d'entrepôts44 ». Simples plans inclinés à Lannion, au Croisic, en partie à Tréguier et à Nantes, quais refaits en Quimperlé en 1464, édifiés à Landerneau, à Redon, à Tréguier, reconstruits en granit à Nantes, à Quimper à la fin du xve siècle. Le développement du commerce poussait aussi à la spécialisation des espaces : port au vin de Nantes à la confluence de la Loire et de l'Erdre, débarcadère des céréales près de la nouvelle cohue, port du sel, port de la Fosse en 1516, quai Maillard en 1549, réaménagement et agrandissement du quai et de la cale du port au vin en 1583.

  • 45 P. Jeulin, l’évolution du port de Nantes, 1929. Très nombreuses lias ses aux archives départementa (...)
  • 46 AG. Saint-Malo art. 8.

19Rien d'étonnant à ce que Nantes connut des travaux continuels : alignement du quai de la Fosse de 1721 à 1724, puis de 1726 à 1734 aménagement du port d'Estrées sur le quai de Chèzine, agrandissement vers l'ouest du quai d'Aiguillon achevé en 1763. Vers la même période, on achevait les quais Brancas et Flesselles au nord et au nord-est de l'île Feydeau. de 1771 à 1781, la liaison des quais de la Loire et de l'Erdre était assurée, tandis que de nouveaux quais et des cales apparaissaient en 1777 devant les nouvelles salorges45, travaux aussi à Paimbœuf. On agrandit les quais de Saint-Malo notoirement trop petits : de 1682 à 1683, trois quais aménagés donnèrent une longueur d'accostage de 250 m. Puis, les Malouins décidèrent de profiter de l'extension méridionale de leur ville, l'ingénieur en souligna l'avantage : « la nouvelle enceinte enfermera dans la ville des rochers dangereux [et ainsi] on évitera les naufrages des bâtiments jetés sur les rochers comme il est arrivé souventes fois46 ». Ces constructions, mettaient enfin les navires à l'abri des vents du nord-ouest.

  • 47 J. Daumenil, A. Allier, Histoire de Morlaix, 1879, p. 441. AN. Fonds mar. D2 52, f°96 à 143. AG. a (...)
  • 48 AD. 35, C.1178 et 4903, C 1178. Lettre du 22 juillet 1762 du duc d’Aiguillon. Il devait avoir 348 (...)
  • 49 AD. 35, C.1179, 2396, 3172.
  • 50 AD.35, C.1180, 1181.
  • 51 J. Bazin, Landerneau, 1973, p. 67.

20Mais, il ne s'agissait pas seulement des grands ports de la province. À Morlaix, les travaux durèrent des siècles. La ferme d'entretien du port passée en 1599 et renouvelée de 1600 à 1605, puis par la suite pour des sommes modiques, ne permettait que de petites réparations. Les quais n'en furent pas moins achevés en 1671, modifiés en 1672, restaurés en 1682, 1720, 1727, moment où il fallut les refaire. En 1733, on commença le pavage du quai de Léon et les travaux du côté de Tréguier. L'établissement de deux nouveaux quais avec des cales attendit 1768 et 176947. Nous trouvons des travaux de ce type à Pont-L'Abbé en 1729, à Hennebont en 1730, à Concarneau en 1764, à Quimperlé en 1766. Parmi les ports, Auray à l'intérieur du golfe du Morbihan, d'accès facile présentait beaucoup d'avantages. Les vaisseaux empruntaient un vaste chenal, s'y laissaient porter par la marée, y trouvaient asile contre la tempête et contre les ennemis, aussi avait-on songé d'y installer la Compagnie des Indes. Pourtant encore au milieu du siècle, le port ne possédait « quasi qu'un grand quai » et les édiles projetaient d'en élever un autre à l'entrée de la ville « afin d'éviter le passage au faubourg Saint-Goustan qui est trop étroit et rapide48 ». Les travaux débutèrent en 1749, mais le gros œuvre ne fut terminé qu'en 1755, le couronnement du mur restant à faire en 1762. La proximité de Brest obligea Landerneau à aménager son port en construisant des quais de chaque côté de la rivière, en rétrécissant le canal afin que les eaux le nettoient et l'approfondissent. Le 4 août 1742, l'intendant approuva le plan Seccardi de construction du quai de Léon achevé le 22 août 174749. En 1750, on ouvrit un nouveau chantier pour allonger le quai, travaux en 1754, 1769, 1772. En 1784, les quais de Landerneau, côté Léon, passaient pour les plus beaux de la province. de petits aménagements restaient en suspens depuis 1774. Le quai de Cornouaille, le plus ancien puisque construit de 1661 à 1723, fut agrandi de 1723 à 1733, puis de 1735 à 1745. Des organeaux, gros anneaux de fer placés soit à l'extrémité d'une bite soit directement fixés dans le mur du quai ou sur le sol, facilitaient l'amarrage50. Le nombre de poteaux ne suffisait plus en 1761, il en fallait dix-huit à vingt et la ville décida de « planter ses vieux canons51 ».

  • 52 AD. 35, C.553. Projet Grandmaison (1er septembre 1752).
  • 53 Idem, lettre du maire à l’intendant.

21Presque partout, des cales servaient au chargement et au déchargement des navires, à mettre à flot les bâtiments de petit tonnage. À Landerneau, la cale ancienne fut ravalée en 1770, et une nouvelle demandée en 1775 pour le carénage et la construction des gabares. On construisit à Concarneau en 1767, une cale à deux rampes. On voulut celle de Paimpol « extrêmement douce, dans une disposition avantageuse, pour le chargement et le déchargement et pour faciliter le moyen de descendre sur la grève et de la grève monter sur le quai ». Chocat de Grandmaison proposa en 1752, d'établir à Tréguier une rampe pour conduire les voitures à marée basse sur le bord de la rivière, de surélever le quai de quatre pieds, de mettre deux cales et un bassin à « fermer et à approfondir pour la sûreté des navires et la commodité du commerce52 ». L'ampleur des marées aurait justifié la construction de bassins fermés par des écluses pour maintenir les navires à flot pendant les eaux mortes à Morlaix et à Tréguier où nous trouvons trace de projets de leur établissement53. Seuls les ports de Lorient et de Brest en furent pourvus.

22Nous possédons très peu de renseignements sur les instruments de manutention, sans doute semblables à ceux que Vernet nous présente dans ses tableaux de villes maritimes. Tout à fait particulier, le pont tournant de Locmaria à Quimper donnait accès dès le xvie siècle aux faubourgs de la ville et plus tard à la promenade de Penitry. Reconstruit en 1596, « tournant sur pivot et se séparant et déjoignant pour laisser passer les vaisseaux », il s'effondra au milieu du xviiie siècle.

Brest, port militaire du Ponant

  • 54 Plans de Brest de 1667 et de 1676, AN. Fonds mar, D223. Clerville sur l’état du port de Brest (14 (...)
  • 55 Sainte-Colombe avait été l’auteur du projet approuvé par Seignelay. Il dressa un Plan de la ville, (...)
  • 56 Petit, lieutenant du port, présenta en 1768, une nouvelle amélioration qui fut acceptée par Choque (...)
  • 57 Inaugurée le 12 déc.1687, elle fut remaniée en 1702, 1747, 1783, G. Guivarc’h, La construction de (...)

23La profondeur du lit de la Penfeld laissait les navires au plus fort tirant d'eau arriver. Les plateaux qui dominaient d'une centaine de mètres obligeaient les constructions à s'installer sur des pentes assez prononcées. Quand fut prise en 1667, la décision d'établir la Royale à l'embouchure de la Penfeld, Brest ne possédait que des aménagements rudimentaires à l'échelle d'un trafic réduit. de Richelieu à 1667, on avait construit pour la marine royale des quais en pierre sèche des deux côtés de la rivière, une corderie, 47 magasins et bâtiments divers dont le très vaste magasin des vivres, et la Maison du Roi où logeait l'intendant de marine. L'eau douce venait d'un aqueduc et de trois fontaines. En 1672 une porte ferma l'arsenal. Pour les 30 vaisseaux prévus, il fallait des quais plus longs et un magasin par bâtiment devant le poste à quai, capable de contenir le nécessaire à son armement, aux réparations (bois, voiles, cordages, ancres, fournitures diverses). Une vaste corderie, une étuve et un ou deux ateliers assez grands pour recevoir cinq, six voire dix navires, encadraient les magasins particuliers. Une forge pour les ancres, la fonderie, les magasins à poudre éloignés pour des raisons de sécurité, des ateliers pour les charpentiers, les menuisiers, les cordiers, les peintres, les sculpteurs complétaient l'ensemble. La machine à mâter dominait les cales de construction et de radoub54. Pour des raisons financières, on ne put bâtir ces édifices en une seule fois. Cependant, un grand effort dès la fin du xviie siècle, concerna surtout la sécurité de Brest. Les missions assurées par Seignelay en 1681, par Vauban en 1683, les tâches confiées à Sainte-Colombe jusqu'à sa mort, à son frère Barthélemy de Massiac puis au nouvel intendant Desclouzeaux en témoignent55 : allongement des quais, mise en place d'une nouvelle corderie (1686-1706), construction d'un hôpital sur le plateau dominant l'anse de la tonnellerie. Ordonné en 1683, achevé en 1685, il reçut immédiatement les premiers malades. Un incendie le détruisit en 1776. En 1681, l'on se pourvut d'une machine à mâter, améliorée en 168656. Garengeau commença d'aménager la crique de Troulan où il établit la première forme (bassin de radoub) construite en France57. Quelques années plus tard, en 1696, les Brestois possédaient de nouvelles cales et projetaient en 1699 de créer deux échouages dans la crique de Pontaniou (côté Recouvrance).

  • 58 Décidée en 1727, leur construction tarda et les États de Bretagne durent intervenir vigoureusement (...)

24Le premier temps d'installation du port terminé, l'arsenal de Brest possédait des équipements qui sans être négligeables ne répondaient pas totalement aux nécessités. Mais, pendant une quarantaine d'années, les intendants de marine ne disposèrent que de faibles moyens pour perfectionner au mieux ce qui existait sans pouvoir entreprendre de grands travaux. Ils modifièrent la forme de Troulan, creusèrent une cale en 1736 au pied de la hauteur de Keravel, réparèrent en 1738, le magasin à poudre, la tonnellerie, le quai en pierre sèche, terminèrent en 1740 d'autres cales et une étuve à plier les bordages. Mais, on n'avait pu remplacer la boulangerie détruite par le feu en 1701, les projets d'édification des casernes se heurtaient aux pires difficultés58, la construction des nouvelles formes de radoub dépendait de temps meilleurs. La réalisation des sept cales, pourtant indispensables, au pied de la montagne Bordenave, avait été longue. La Penfeld encombrée des terres provenant des exploitations proches de son lit et des immondices déversées des deux rives par les habitants, les travailleurs, les navires, ne put être curée en 1713 faute d'argent.

  • 59 Brest, arch. mar., 1 E. 208, plan Blondeau. Le port de Brest disposait alors de 72 feux de forges, (...)

25Le troisième temps commença en 1740 et se poursuivit avec des à-coups jusqu'en 1770 où, la Marine disposa d'un bon instrument. Les ingénieurs améliorèrent le site trop étroit et trop pentu, construisirent des bâtiments et des équipements supplémentaires. Ils excavèrent la « montagne » qui formait « la Pointe » face au château, alors baignée par la mer, pour donner de la place au magasin aux subsistances érigé par Choquet de Lindu. On établit là, en 1742, la première rampe du Fer à Cheval. En 1743, les ateliers de menuiserie et de sculpture trouvèrent leur place le long du quai face au magasin général achevé en 1744. La même année ce furent les magasins à goudron, puis de 1745 à 1750 les ateliers de construction navale. Les boulangeries agrandies eurent en 1761, 21 puis 30 feux en service, et la capacité de la nouvelle boulangerie fut portée à 45 fours. Les travaux de la montagne de Keravel permirent d'installer la manufacture de toiles à voiles, et les trois magasins « aux cordages » en 1764 et en 1765, on ajouta trois grands corps pour l'artillerie, les bâtiments pour le gréement et la mâture, la machine à mâter, le tout pour 40 vaisseaux. Un vaste édifice s'éleva en 1769, le rez-de-chaussée servait d'entrepôt, le premier aux ingénieurs et dessinateurs des épures des navires et les combles aux menuisiers. On mit en place la fonderie de cuivre en 1783 ainsi que la « poulière » et la serrurerie placées du côté de Recouvrance59. La Marine acheta en 1772 l'usine de fer appartenant à Richard Duplessis depuis 1767-1770 et la mit à la disposition de l'artillerie en 1787. Les nombreux incendies qui éclatèrent dans l'arsenal détruisirent des édifices quelquefois vétustes et permirent à la fois de les remplacer et de les agrandir : par exemple la nouvelle corderie et les magasins généraux. Ajoutons pour mémoire les logements pour la troupe prévus dès 1701 et la caserne de marins (La Cayenne) dominant l'arsenal du haut du plateau au-dessus de Pontaniou (1766). Les forçats installés en 1749 dans la corderie basse, disposèrent de bâtiments nouveaux en 1751.

  • 60 Brest, Bibl. mar., Construction des bassins de Pontaniou, dessin de Pierre Ozanne vers 1755 ; Choq (...)

26Pendant cette période, l'effort principal sur le port concerna les bassins souhaités par les marins depuis bien des années60. En 1744, Bigot de la Mothe terminait la quatrième cale de Bordenave, dès 1742, Choquet de Lindu avait ouvert le chantier des trois formes de Pontaniou achevées en 1756 et en 1757. En 1772, Choquet de Lindu envisagea de couvrir la troisième forme et deux des cales de construction de Bordenave « pour construire et radouber les vaisseaux à couvert ». En 1778, le port de Brest possédait dix cales dont une d'échouage, quatre cales à Bordenave et trois formes (on souhaitait alors en disposer de cinq). Progrès sans doute fort importants, mais tout n'était pas terminé. La Marine n'entra en possession des terrains où seront bâtis les quais de la Rose qu'à la fin du xviiie siècle. Quant à la Penfeld, on la nettoya enfin en 1768, 1770 et 1783.

27À la fin du xviiie siècle, malgré les difficultés, l'obstination des intendants de marine avait porté ses fruits. Toutes ces constructions sur les rives, le long des quais, sur les pentes présentaient le paysage particulier de très grands bâtiments, allongés, peu élevés pour la plupart, construits en granit, couverts d'ardoises, ouverts de baies quelquefois médiocres et agrémentées de frontons. Au-delà de ces édifices fonctionnels et monotones, entre eux et les fortifications qui les protégeaient, la ville se construisit dominée seulement par la tour de l'horloge, capable de recevoir les milliers d'habitants supplémentaires qui avaient accompagnés le développement de l'arsenal.

Lorient

  • 61 H.-F. Buffet, « Naissance de la ville de Lorient… », BSPM. 1967, C. Nières, Histoire de Lorient, P (...)

28Le premier temps d'établissement du port de Lorient dura dix ans (1666 à 1676). La facilité d'installation « en la baye proche le manoir » de Rostallec, entraîna la construction rapide, dès 1667, de cales et la mise en chantier de deux frégates, d'une galiote et d'un vaisseau. Après quelques difficultés dues à la conjoncture, on édifia des magasins sur de nouveaux terrains que la Compagnie acheta en 1669. On baptisa alors le chantier l'Orient. À partir de cette date et jusqu'à la Révolution, les aménagements continuèrent : premiers chantiers avec leurs ateliers, leur magasin général, leur corderie en 1676, le tout à l'intérieur de l'Enclos, premier quai en pierres sèches, plus tard remplacé par le quai du Péristyle construit par Gabriel. Les marchands n'appartenant pas à la Compagnie durent par contre attendre pour qu'on mette un quai à leur disposition. Dès 1711, Charles de Clairambault prévoyait de leur faire construire un quai qui aurait été le quai le plus important du royaume. La cale Orry et le quai avoisinant, commencés seulement en 1739 et parachevés en 1745, il fallut prévoir une extension dès 1752 sur la vasière entre la cale et le moulin du Faouëdic. Cela ne fut possible qu'en 1765 avec les cales d'Aiguillon (1766-1767) et de Rohan (1778-1781), articulées sur le quai d'Orléans ouvertes aux marchands61.

  • 62 Amiral Lepotier, Lorient porte des Indes, 1970 en fournit une reproduction hors texte. Il montre t (...)

29Le plan dressé en septembre 1747 servit au projet de 1752 et permet de voir les aménagements en le comparant avec une gravure de février 169062 qui montre déjà d'imposantes bâtisses dont la corderie, les forges, la caserne, les maisons des officiers, les magasins d'armements, et les plans de 1703 et de 1720. Sur le plan de 1747 apparaissent plusieurs bâtiments de commerce, les magasins aux grains et la boulangerie de la Compagnie, ainsi que divers autres magasins dont ceux de ventes ainsi que l'hôtel des ventes. À côté, les installations pour la construction et l'entretien des navires : le chantier et le dépôt de bois de construction, la corderie, l'atelier de la mâture, les magasins, enfin les trois cales de construction. Un parc d'artillerie et un dépôt aux poudres couvraient les besoins militaires. Enfin, une digue avec écluse ferma la vasière et la garda en hautes eaux. Par la suite, à l'emplacement de cette vasière, on aménagea un très vaste dépôt de bois comprenant plusieurs parcs et entouré d'eau. Un croquis de 1759 nous montre un redressement des quais et des cales. Le musée de la Marine possède un tableau peint en 1776 où l'on distingue la tour à signaux et au premier plan, une grue à roue semblable à celles que nous savons exister dans d'autres ports français. C'est une des rares représentations des instruments de levage que nous possédons concernant les ports bretons. Dans les représentations de 1690, de 1776 ou enfin dans le Lorient de 1754 de François Hué, les navires sont à quelques encablures du rivage. Par ses équipements le port de Lorient écrase tous les autres ports qui se trouvaient dans la baie dessinée par les embouchures du Scorff et du Blavet. Aussi bien Port-Louis que Hennebont simple lieu d'entrepôt, en plein air, de chargement et de déchargement qui ne possédait qu'un petit quai avec trois cales au pied de sa muraille. Nous sommes ici encore en présence d'un ensemble portuaire à la disposition des armateurs et des navigateurs où ils pouvaient relâcher, séjourner et s'équiper.

  • 63 Collection des ports de France dessinés pour le Roi en 1776 par le Sr Ozanne, Ingénieur de la Mari (...)

30Au xviiie siècle, mémoires, délibérations, plans, devis, ordonnances se succèdent, s'entassent, laissant l'impression d'une amélioration sensible, importante des ports bretons, non seulement des ports principaux de commerce ou de guerre, mais encore des ports moyens et même petits devenaient surtout dans la seconde moitié du siècle, l'objet d'attentions et de soins à leur mesure dont les dessins et gravures de Ozanne rendent compte en partie (Landerneau, Vannes, Camaret63).

Les transformations dues à des catastrophes

  • 64 Le château en 1793, la ville en 1794. Le cas de Penmac’h n’est pas encore totalement résolu.

31Les hommes ou la nature, alliés quelquefois, provoquent des modifications brusques, catastrophiques du tissu urbain qu'ils détruisent totalement ou en partie. L'histoire universelle est marquée par ces destructions. Les guerres de la Ligue avaient crée bien des dommages, mais la paix intérieure retrouvée jusqu'à la Révolution et l'incendie de Clisson, la Bretagne ne connut pas de dommages significatifs64. Les Anglais bombardèrent Saint-Malo, en 1692, en 1693 quand la machine infernale tua un chat, surtout en 1695, cette année-là, en deux jours les bombardements y endommagèrent 230 maisons. Ils attaquèrent aussi Cancale et Lorient. Les guerres à la fin du xviie et au xviiie siècle, ne causèrent que peu de dommages et aucune de ces villes ne fut sérieusement atteinte au point de devoir être reconstruite.

  • 65 Brest, arch. marine. 1 E 506. Lettre du 10 décembre 1753 signalant un tremblement de terre. Rien d (...)
  • 66 J-C, Boyer, L’évolution de l’organisation urbaine des Pays-Bas, 1978, p. 36. Mais à Clisson, la cr (...)
  • 67 AD. 35, C 3909. Inondations de 1762 à Montfort, 1768 à Guingamp et Saint-Brieuc, 1773 à Châtelaudr (...)
  • 68 AD. 35, C 4857, 14 septembre 1768, partie du pont Sainte-Anne de Lannion, RCV. Quimperlé, 1746 : t (...)

32Par contre, les Bretons subirent à la fois les effets de la nature et de leur imprudence. Il n'y eut pas ou peu de tremblements de terre et ceux qui nous sont signalés furent sans conséquences quoique Rennes fût rudement secouée65. Le climat humide, la nature des sols causaient de fréquentes inondations dont quelques-unes s'avérèrent désastreuses. En général, ce type d'agression n'avait alors que de faibles incidences sur le paysage urbain. Rares sont les villes détruites par les eaux, même dans un pays aussi menacé que les Pays-Bas, il fallut des inondations répétées pour venir à bout de Reimerswaal en Zélande66. En Bretagne, le site des villes les protégeait contre les effets dramatiques des inondations, seuls menacés les ponts, les quartiers bas inondables. Dans la plupart des cas, les eaux retirées, il restait à nettoyer. Les pertes se limitaient alors aux marchandises, aux meubles, aux effets. Quelquefois les dégâts touchaient le bâti miné par les eaux : à Montfort en 1773, « plus de 80 maisons et jardins de la rue Saint-Nicolas furent presque entièrement ruinées ou emportées67 », à Châtelaudren dans la nuit du Dimanche 23 mai 1762 au lundi 24, les flots emportèrent « presque toutes les maisons du milieu de la ville [...] ainsi que le pont et les maisons adjointes. » et 41 habitants périrent noyés. de très fortes inondations emportèrent des ponts, recouvrirent les parties basses des villes en 176868 et surtout en 1773 où, au dire des Bretons, il n'en était pas d'exemple d'aussi graves depuis le déluge. Parties basses des villes inondées ? C'est-à-dire les quartiers pauvres de Pontivy, de Saint-Brieuc, de Redon et de Rennes, de Guingamp en 1768 où le faubourg Saint-Michel fut entièrement submergé, de même de Fougères, faubourgs du Gast, de Savigny et du Marchix où l'on mena des travaux d'assèchement et de détournement de la rivière qui menaçait les fondements de Saint-Léonard.

33L'imprudence des hommes produisait des catastrophes plus graves encore. Les rues étroites, les maisons de bois et de torchis, les provisions entassées, permettaient au feu de s'étendre rapidement et pouvaient transformer le moindre incendie en un embrasement général. Les dérisoires moyens de lutte, empêchaient de combattre les brasiers avec efficacité. La description de l'incendie qui embrasa Dinan en 1781, correspond bien à ce que nous savons par ailleurs de ceux qui désolèrent les autres villes : « Les flammes (qui) avaient déjà gagné la halle, entourée de petites rues bâties toutes en bois et en encorbellement sur les rues, au point de se donner la main d'un côté à l'autre des deuxième et troisième étages. [...] Il n'y avait ni pompe ni instrument propre à employer en semblable circonstance [...]. La ville aurait pu brûler tout entière. »

  • 69 C. Nières, op. cit et « L’incendie et la reconstruction… », Histoire de Rennes, 1972. D’après Gill (...)
  • 70 Parmi les incendies célèbres : Briançon en 1692 (29 janvier), 259 maisons en cendres. Vauban recon (...)
  • 71 AD.35, C 3910 ; AN, H 587. Gillot, « L’incendie de Fougères le 4 mai 1710 », AB, t. LXV, 1940. C. (...)
  • 72 AD. 35, C 3909, Ogée, Dictionnaire…, éd. 1853, t. II, p. 79. L’incendie de Morlaix dura plusieurs (...)

34S'il est impossible de recenser tous les incendies qui éclatèrent dans les villes bretonnes au xviiie siècle, aucune ne fut épargnée, nous connaissons par contre les plus importants, en particulier celui de Rennes. L'incendie y prit le 23 décembre 1720, à minuit. Parti de la rue Tristin, il gagna de proche en proche et détruisit en sept jours le centre de la ville. Les Rennais avaient comme à l'accoutumée entassé des milliers de fagots, de bûches, des provisions, en particulier des graisses, pour passer l'hiver, magnifique bûcher difficile à éteindre dans ces rues étroites bordées de maisons serrées les unes contre les autres. L'hésitation des hommes, leur pusillanimité, leur égoïsme, leur cupidité, le vandalisme des soldats, arrangèrent d'autant moins les choses que les autorités tardèrent à décider des coupe-feu seuls capables d'arrêter l'incendie. L'intendant Feydeau de Brou ordonna enfin d'abattre au sud des bâtisses menacées, à l'ouest, au nord des maisons situées près de la cathédrale et près du Palais du Parlement. Cet acte, et la pluie providentielle qui s'abattit sur la ville, vinrent à bout des flammes le 29 décembre 172069. 945 bâtiments avaient été détruits, ainsi qu'une partie des biens qu'ils contenaient. Malgré une légende tenace peu de Rennais y perdirent la vie. L'incendie de Rennes par son ampleur mérite d'être comparé aux autres grands incendies qui détruisirent des villes en France et en Europe : incendies de Châteaudun ou de Londres70. La fréquence de sinistres sans doute moins spectaculaires qui éclatèrent en 1710, en 1734, en 1751, en 1762 à Fougères71, finit par poser de sérieux problèmes. Citons parmi les autres sinistres ceux qui concernèrent Landerneau (1719/1748/1765), Morlaix et Quimper (173172), Montfort (trois incendies de 1760 à 1762), Bazouges-la-Pérouse (1781) et Dinan (1661/1782).

35Ces catastrophes quelle qu'en soit la nature détruisaient en quelques heures, voire quelques jours, une rue, un ou plusieurs quartiers. Non seulement une partie de la richesse immobilière privée ou publique disparaissait en fumée, mais encore les biens mobiliers : meubles, vêtements, papiers des officiers, marchandises, outils. Peu d'habitants avaient le temps de déménager leurs biens si le sinistre était soudain, heureux ceux qui pouvaient en sauver une partie.

  • 73 AD. 35, C 3329 à 3339. AM. Rennes, 566-567. C. Nières, idem. p. 34 à 37, 6 357 000 L pour les bâti (...)
  • 74 AD. 35, C 3909, 29 janvier 1784.
  • 75 AD. 35, C 490. États des pertes occasionnées par l’incendie arrivé à Dinan la nuit du 15 au 16 mar (...)

36Le grand incendie de Rennes de 1720 coûta quelque 9 millions de livres aux particuliers (2 500 000 L de meubles et provisions et le reste en biens immobiliers73). À Bazouges-la-Pérouse, le total des pertes des 65 sinistrés des incendies d'août 1781, atteignit : 162 200 L74. À Dinan, les 130 ménages touchés auraient perdu, selon la première estimation, 420 017 livres (181 442 L en meubles et effets, 238 575 L en biens immobiliers), ramenés par les calculs du subdélégué à 191 306 L 10 s75. Les inondations de 1773 causèrent, aux seuls individus, 167 255 livres de pertes. La plupart des malheureuses victimes de ces événements se trouvaient ruinées et dans l'incapacité de reconstruire leurs maisons détruites. Elles le pouvaient d'autant moins que les hasards des héritages avaient pu les mettre en possession d'un petit bien, un modeste appartement, une chambre, un galetas qu'elles n'auraient pu acquérir. Chaque incendie occasionnait un transfert de propriété. À Rennes après le désastre de 1720, 699 propriétés furent décomptées dans les Îlots anciens, regroupées en 182 emplacements dont 128 (70,32 %) durent être vendus dès 1721 par adjudication, leurs propriétaires ne pouvant bâtir. À Quimper, plusieurs emplacements au centre ville restèrent en état pendant plus de dix ans.

37Ces transferts s'expliquent d'autant plus que le propriétaire devait quelquefois reconstruire dans un délai donné (à Rennes, à Fougères, de quelques mois) et presque toujours selon des règles strictes ayant pour but d'éviter le retour de telles catastrophes. Ces règles concernaient : 1/la construction des murs pignons, gouttereaux, de refend, en dur, la couverture d'ardoises ou de tuiles, l'ennoyage des cheminées, l'interdiction de rétablir des maisons à pan de bois, couvertes de chaumes, si fréquentes dans les villes de Bretagne et d'Europe. 2/la défense d'exercer des métiers dangereux, d'en installer les ateliers dans les maisons et dans le centre de la ville. 3/la voirie.

38Ces obligations avaient de lourdes conséquences pour les individus en augmentant le prix de la reconstruction et diminuant encore le nombre de ceux capables de rebâtir. Elles accéléraient la transformation du paysage urbain dans le sens du goût et de l'évolution des techniques. Tel fut le cas à Saint-Malo après 1661 et à Quimper après les incendies de 1762 et 1774. Dès lors que des terrains se trouvaient libérés, les communautés pouvaient profiter de l'occasion pour les acquérir pour y construire un bâtiment, aménager une place. Ainsi à Morlaix, l'incendie de 1731 dura plusieurs jours, dévora l'hôpital, beaucoup de magasins, de maisons, causa un million de livres de pertes, obligea de loger les pauvres dans les maisons privées pendant près de deux ans mais il débarrassa la ville de toutes les masures réunies qui formaient l'hôpital et permit la création de la place de Viarmes et de la rue d'Aiguillon.

  • 76 C. Nières, La reconstruction…, 1972.

39Les interventions du pouvoir municipal au niveau le plus élémentaire restaient relativement simples. Il n'en était pas de même lorsque la catastrophe devenait l'occasion d'une modification du plan de la ville, de la réalisation de plans d'alignements. Ils apparurent pour quelques-unes des villes bretonnes dès le début du xviiie siècle, dans la seconde moitié du siècle pour d'autres. Il s'agissait souvent de redresser la rue de traverse, de l'élargir, de rectifier quelques tracés qui rendaient la circulation difficile, de régulariser le pourtour des places. Sauf exception, leur réalisation en période normale déjà très lente, dépendait de la vétusté des bâtiments, du rythme de leur remplacement, de la bonne volonté des propriétaires d'autant plus nécessaire que les règlements envisageaient rarement des expulsions onéreuses. Un sinistre pouvait déclencher ces procédures et faciliter la réalisation plus rapide des projets d'alignements, à condition d'avoir les moyens politiques et financiers capables d'imposer des modifications du parcellaire, un retranchement de la propriété privée et le paiement des indemnités dues aux expropriés. Plus rarement, à la suite d'une catastrophe importante, les communautés de ville encouragées voire suscitées par l'État, envisageaient de transformer radicalement le paysage urbain en dessinant des rues droites, alignées, se coupant à angles droits, des places au plan régulier, en régularisant l'implantation au sol des maisons sur des parcelles rectangulaires, enfin en envisageant la construction ou le déplacement de quelques bâtiments publics. Nous trouvons de tels projets à Dinan, à Fougères où l'on reconstruisit les halles. Mais le projet le plus grandiose concerna la ville de Rennes76. Les deux tiers de la ville haute intra-muros y avaient été détruits. La communauté en vint donc à envisager la transformation complète du paysage et la construction d'une ville nouvelle à la place de l'ancienne. Les arguments invoqués à Rennes avec force : « la ville doit être belle et commode », se retrouvent certes sous la plume de maires ou d'intendants à propos de projets moins ambitieux, mais à Rennes, on projeta non seulement de rebâtir la partie détruite, mais aussi de redresser la Vilaine, et de détruire, cette fois volontairement, puis de reconstruire, la basse ville. Ce plan, alors utopique, tracé par Robelin, aurait donné à la capitale de la Bretagne un équilibre entre la partie haute et la partie basse de la ville, qu'elle n'atteindra que partiellement au xixe siècle et plus complètement après la seconde guerre mondiale.

40Dans aucune ville, ni à Rennes, ni à Fougères, ni à Dinan, les communautés de ville ne possédaient les moyens de prescrire et de réaliser d'aussi vastes transformations. Quand bien même en auraient-elles eu les moyens financiers, elles n'avaient pas le pouvoir de les imposer aux habitants. Elles n'arrivaient à leurs fins qu'en faisant confirmer par le Parlement de Bretagne et surtout par l'Intendant, voire par le conseil d'État, les décisions de leurs délibérations. Les appuis du Gouverneur, de l'Intendant, l'obtention d'une ordonnance, constamment recherchés devenaient alors indispensables.

41Nous constatons, en Bretagne, au cours du xviiie siècle, une transformation significative des paysages urbains dus à des sinistres, limités ici, plus importants ailleurs, ils correspondaient à une sensibilité différente, à la recherche d'un confort de vie, d'une sécurité plus grande, à une esthétique nouvelle, quelquefois à une vision politique.

Une morphologie différente, des paysages modifiés

  • 77 P. Lavedan, idem.
  • 78 Vitruve, Les dix livres d’architecture, trad. Perrault, 1673, éd.1979 livres I et V en particulier
  • 79 P. Couteault, Archives de l’Art français. t. XII, 1922. Gabriel arrivé à Bordeaux le 19 mai 1729, (...)
  • 80 Jaucourt, « art. ville » (Encyclopédie). De La Mare, op. cit. TIV p. 14 avait fait remarquer que : (...)
  • 81 Sur ce problème, on peut utilement consulter, en dehors des ouvrages d’histoire l’art, les écrits (...)
  • 82 Le tracé des voies urbaines et donc la délimitation des parcelles n’est pas entièrement significat (...)
  • 83 André Michel, Histoire de l’Art, 1923, TVII, chap. I, p. 10. On trouve Jules Hardouin à Châteaudun (...)

42Paul Lavedan pensait que : « l'homme choisit puis organise le site préparé par la nature77 ». Au xviiie siècle, les conceptions qui présidaient à cette organisation héritaient de Vitruve78. Gabriel, comme les architectes de son temps, s'inspirait79 de ses principes d'urbanisme : « une ville (doit) avoir des accès commodes et faciles ; si la ville est publique soit près du port ; sur le bord de la mer [...], une ville doit être alimentée d'eau ». L'Encyclopédie rappela les grands principes : ordre, commodité, propreté, beauté (commoditas et voluptas80). Dans leur recherche du beau, souvent liée à l'étude des monuments et des villes antiques, les architectes retenaient la ligne droite et la régularité81, sans être toujours d'accord sur l'application pratique des principes, ni sur leur énoncé. Pour les uns, l'uniformité des maisons en bordure des rues garantissait la beauté des cités, pour les autres, au contraire, il fallait dans la discipline introduire la variété. Il n'en demeure pas moins que tous s'accordaient pour condamner le désordre sinueux des villes médiévales82. Nous trouvons partout l'application des mêmes principes par les architectes ou les ingénieurs appelés par les villes ou imposés par le roi. Se déplaçant en province, ils apportaient les idées de l'Académie et répandaient partout des constructions semblables. André Michel faisait remarquer que83 : « de plus en plus les maîtres dessinent des projets sans diriger les travaux [...]. Cette séparation de l'architecte et des constructions (était) propice à la liberté du dessin. [...]. de leur cabinet, sur un simple relevé du terrain éloigné les architectes les tracent et les envoient, laissant à un autre la construction [.]. de Cotte n'est jamais allé à Strasbourg. »

  • 84 Les Gabriel à Rennes (C. Nières, La reconstruction…, 1974) ou à Bordeaux (P. Courteault, « La plac (...)
  • 85 E. Kaufman, L’architecture au siècle des lumières…, 1963, p. 136 fait remarquer qu’il n’y eut pas (...)
  • 86 Léon Jaussely, Avertissement, novembre 1722. R. Unwin, L’étude pratique des plans de villes, éd. 1 (...)
  • 87 R. Unwin, idem, 1981, p. 10.

43À l'inverse, Jacques Gabriel et son fils ne manquèrent pas de visiter, de contrôler leurs différents chantiers, avant et pendant les travaux. Ils imposèrent là où ils travaillèrent une architecture monumentale où la répartition des masses joua un grand rôle84. Sur place, les ingénieurs des ponts et chaussées, les ingénieurs de la Marine ou du Génie, accentuèrent davantage encore cette uniformisation85. Ce furent ces architectes, ces ingénieurs, les entrepreneurs ou les décideurs qu'ils influencèrent, qui apportèrent à la Bretagne un goût, une esthétique qui lui étaient étrangers. À ne vouloir regarder que les grands architectes, à n'isoler dans leur œuvre que leurs plus belles constructions, quelques auteurs en viennent à nier les contingences matérielles et mentales de ceux qui construisaient. Faut-il croire qu'ils étaient : « aussi peu préoccupés que possible des questions de production et de bien-être86 » ? On ne peut nier que leur souci esthétique fut réel et constant87, mais ils ne pouvaient oublier les préoccupations utilitaires et les exigences quelquefois contraires de ceux qui les payaient, à une époque où la plupart des maisons ordinaires étaient construites par des charpentiers et des maçons dépendant d'une clientèle locale, marquée par les usages. L'exemple de Rennes prouve le contraire. Le développement du commerce, les besoins des transports militaires obligeaient à améliorer la circulation, la traverse des villes et par conséquent à élargir les rues, à les redresser, à les paver enfin, nous en avons parlé.

  • 88 Sur ces problèmes M. Poète, Introduction à l’urbanisme, 1929 ou L. Mumford, op. cit. 1950. A. Corb (...)

44Le paysage urbain constitue un signe, il donne le reflet de préoccupations antérieures, de périodes diverses. Il se modifie — souvent difficilement — en raison des besoins, des nécessités. Ces besoins peuvent être liés aussi à l'évolution des mentalités, à une nouvelle esthétique, à une conscience plus forte des problèmes d'hygiène88. Il en résulta une recherche plus systématique du confort et de la sécurité. Ces soucis d'un urbanisme nouveau devraient se retrouver dans les villes nouvelles qui apparaissent au xviiie siècle.

Les villes nouvelles

Brest : la ville arsenal souhaitée89

  • 89 Brest ne peut être classée ainsi que le fait P. Lavedan, Les villes françaises, 1960 p. 110) parmi (...)
  • 90 « Ville » ancienne ou emplacement anciennement occupé ? de 879 à 1065, il n’est pas question de vi (...)

45La croissance rapide de Brest à la fin du xviie siècle permet de l'assimiler à une ville nouvelle90. Depuis le xiiie siècle où quelques maisons se pressaient autour du château ne constituant qu'un village, la croissance de cette petite agglomération avait été très lente. Le plan Tassin de 1631 ne montre que trois rues tortueuses bordées de maisons non contiguës et de vastes espaces. Les efforts de Richelieu pour faire de Brest un port militaire important, attirèrent les habitants qui se retrouvèrent 2 500 en 1670. Mais Seignelay parlait de plus de 6 000 brestois et même de 8 000. À la fin du règne de Louis XIV, ils étaient 14 000 répartis en 1 300 maisons. Langeron comptait à Brest 22 000 habitants et 1 900 maisons en 1776, et Expilly, 24 800 âmes et 2 500 maisons, ces chiffres discutables soulignent cependant la croissance de la ville dont la population avait été multipliée par dix et encore fallait-il ajouter marins, militaires et les ouvriers temporaires qui venaient l'accroître au moment des conflits.

  • 91 Piganiol de la Force, Nouveau voyage…, 1724, IV, p. 518.

46Autant le port et l'arsenal furent l'objet des soins attentifs des ingénieurs, autant la ville paraît avoir grandi au fur et à mesure des besoins, mais au goût de la régularité d'urbanisme. La ville de 1670 possédait toutes les caractéristiques d'une ville spontanée, aux rues petites, étroites, mal percées, aux pentes fortes. Le château et les bâtiments de la marine commandaient les constructions. La fameuse rue de Siam fixée par la Corderie construite en 1695, développait un axe sud-ouest/nord-est sur 200 m de long. À cette date la partie sud-est de la ville n'existait pas (entre la rue Saint-Yves et le cours Dajot). La place du Champ de bataille séparait la ville du xviie de celle du xviiie siècle. Piganiol de la Force parlant de la ville de Brest, petite et aux rues étroites, lui opposait Recouvrance « aussi grand que la moitié de la ville91 ». Il y avait opposition à Brest non seulement entre Brest et Recouvrance, mais encore entre la ville civile et la ville militaire. Tout y était organisé pour la marine et ses besoins y compris les loisirs assurés par son théâtre, les équipements civils y étaient à la traîne et le paysage urbain dénonçait cette situation. Néanmoins des efforts importants et incessants tentaient d'assurer son ravitaillement en eau et sa salubrité.

47Dans une certaine mesure le développement de Lorient ressemblait à celui de Brest.

Lorient : la ville surprise

  • 92 Six baptêmes en 1690, 22 en 1691, 70 en 1694, 98 en 1698. H.-F. Buffet, « Naissance de la ville de (...)
  • 93 H.-F. Buffet, idem, p. 8 et 9.

48Autant l'État et les administrateurs de la Compagnie avaient voulu le port, les entrepôts, les magasins, les chantiers de Lorient, autant la ville fut une « surprise » qu'imposa leur existence. Jusqu'en 1689, le travail dans les premiers ateliers attira des ouvriers, peu nombreux du reste92. Puis les besoins de la Compagnie, la diversification de ses activités, le développement de ses affaires posèrent très sérieusement la question du logement des ouvriers et des employés. Les villages les plus proches étant à au moins un kilomètre, l'on décida de construire une caserne pour loger les travailleurs (février 1691-janvier 1692). Palliatif qui ne permettait pas de recevoir les familles. Aussi laissa-t-on les ouvriers bâtir dans l'Enclos de misérables baraques en bois. Ils y restèrent tranquillement jusqu'en 1700 où l'on essaya, en vain d'ailleurs, de les expulser. En 1719, 207 cabanes s'y trouvaient encore, les 60 qui restaient en 1734 ne disparurent qu'en 1740. Pendant ce temps, un habitat tout aussi provisoire et misérable se développait hors les limites de la compagnie. En 1706, Charles de Clairambault le décrivait ainsi : « Il n'y a ici que dix ou douze maisons couvertes d'ardoises, les autres sont des cabanes de paille où l'on couche sur la paille93 ». En 1734, 242 maisons étaient encore couvertes de chaume.

  • 94 Enterrements à Ploemeur jusqu’en 1704, transfert du cimetière hors de la ville (à Carnel) en 1780.
  • 95 La chapelle de la Compagnie des Indes (à l’intérieur de l’Enclos) ne contenait qu’une centaine de (...)
  • 96 Premiers alignements en 1707 par Pierre Langlade, I. Robelin établit un plan de la ville en 1708, (...)
  • 97 AD. 56, E fonds Guémené 35.
  • 98 E. Mignot de Montigny, Voyages…, 1752.

49Cette ville ne répondait alors en rien aux exigences de l'urbanisme moderne ce dont le pouvoir prit assez tôt conscience mais les mesures concrètes datent de 1730 quand il commença à réglementer l'habitat et décida que désormais on ne pourrait construire « qu'en pierre et en ardoise ». Deux raisons expliquent cette décision : le risque d'incendie que de telles bâtisses proches de l'Enclos aggravaient et le changement de la population. L'afflux des travailleurs, l'arrivée des marins, des marchands avaient entraîné des besoins que des boutiquiers, des artisans vinrent satisfaire. Tant qu'il ne s'était agi que d'une main d'œuvre ouvrière artisanale, l'équipement avait été plus que rudimentaire : un cimetière pour enterrer les morts en 170494 et une église construite de 1702 à 172095. Il fallait maintenant ordonner la ville, mettre un frein aux constructions désordonnées, élever des bâtiments dignes des bourgeois qui s'installaient, dignes aussi des officiers de marine, de leurs familles, dignes enfin des facteurs étrangers qui y venaient. Plusieurs plans d'alignement furent présentés96 : en 1707, en 1708, en 1717 et 1719, en 1732, en 1735 et en 1745. La ville, tributaire du développement de la Compagnie, se construisit en plusieurs étapes. D'abord, il y eut l'Enclos séparé de la lande par un mur en 1676 ; lieu privé appartenant à la Compagnie où ateliers, magasins, logements des plus misérables au château du Directeur, chapelle, furent construits97. Puis, les hommes s'installèrent hors de l'Enclos maintenant trop petit, et la ville s'étendit surtout entre 1733 et 1769. Plusieurs ingénieurs et architectes y travailleraient. Entre 1733 et 1778, on construisit une quarantaine de beaux bâtiments, de nouveaux magasins, deux ailes de l'hôtel des ventes, l'église Saint-Louis. de belles maisons admirées en 1752 par Mignot de Montigny98 bordaient rues et places alignées non sans hésitation. L'édification de la salle de spectacle en 1778-1779 marquait bien la richesse d'une ville pourtant entrée en un relatif déclin. La nature plus que les hommes limitait l'expansion de la ville que ne corsetèrent jamais de véritables fortifications.

Le Palais ou la ville ébauchée99

  • 99 Christophe Cérino, Sociétés insulaires, guerres maritimes et garnisons, Belle-Ile-en-Mer au siècle (...)
  • 100 Il l’acheta 1 369 936 L au petit-fils de Gondi.
  • 101 Sur les fortifications de l’île : AN. Mar. D2 56, G 76 n°231, 210 n 366 ; AG. Fortifications, art. (...)
  • 102 B. Pocquet, Histoire de Bretagne, 1914, t. VI, p. 276-277.

50Belle-Île occupe une position stratégique très importante, et pour s'en tenir à la période moderne, sa prise par les Anglais en 1572, l'attaque des Hollandais en 1674, montrent l'intérêt que les ennemis lui portaient. Acquise par Albert de Gondi, maréchal de Retz en 1572, érigée en marquisat l'année suivante, elle devint la propriété de Nicolas Fouquet en 1658100. Louis XIV récupéra le contrôle militaire de l'île, puis en devint le suzerain en 1704. L'île rattachée à la couronne fut cédée de 1720 à 1722, à la Compagnie des Indes, puis confiée aux Fermiers Généraux jusqu'en 1759 date à laquelle la Province la prit en charge comme Domaine engagé. Le fort assez solide écarta les Hollandais qui ne l'attaquèrent point alors qu'ils ravageaient l'île. On le renforça par la construction des redoutes Saint-Laurent et Kerdavid, puis Vauban le transforma de 1687 à 1692101. Les Hollandais en 1696, puis les Anglais en 1746 ne s'y frottèrent pas. Mais en 1761, ces derniers débarquèrent, s'emparèrent de l'île et surtout de la citadelle qu'ils gardèrent jusqu'en 1763102.

  • 103 Ogée, idem, 1843, art. Belle-Île.
  • 104 Nous avons une bonne description des édifices dans les pages du volume concernant Belle-Ile-en-Mer (...)
  • 105 Plan Vauban (1683), plus divers plans dont le plan relief et le plan de 1761.

51L'évolution de l'habitat civil dans et autour de la forteresse est assez significative du développement d'une agglomération à partir d'un château dégagé pour sa défense de plusieurs maisons que Monsieur de Lorgère, gouverneur de l'île fit brûler en 1674. Vauban détruisit entièrement le quartier dit de la « Saute Boulogne » où elles s'étaient élevées « pour construire à l'aise la nouvelle forteresse ». Il projetait en 1683 de l'enfermer dans une vaste enceinte, mais faute de moyens il se résolut à raser les maisons pour faire de l'espace libéré un glacis. Dès lors, la Basse-Boulogne devint l'agglomération du Palais. On transféra le cimetière autour de la chapelle Saint-Sébastien construite en 1685 et l'église devint l'église paroissiale. Au temps d'Ogée, la « ville » comprenait déjà deux à trois rues et des maisons régulièrement bâties103. Il s'agissait bien d'une ville naissante : « Le Palais est le chef-lieu de l'île : c'était une petite villette contenant 200 maisons, presque toutes assez bien bâties ». L'habitat s'organisa en hémicycle sur un terrain en pente, et la plupart des bâtiments construits en pans de bois et à encorbellement104. Certaines maisons encore debout, par exemple les maisons à encorbellement qui se trouvent place de l'hôtel de ville, sont les « vestiges d'un ensemble plus important, près d'une vingtaine, construit à partir du début du xviiie siècle ». La ville abritait aussi l'hôpital fondé sur l'initiative de Madame Fouquet et devenu l'hôpital royal de Saint-Louis, avec sa chapelle commencée en 1666 et capable de recevoir 30 malades en 1724. Il fut agrandi au xviiie siècle de deux ailes. Il y avait aussi, séparés par une ruelle, deux vastes bâtiments couverts d'ardoises : le « magasin de la presse » et le « Grand magasin au bled » appelé « magasin de la seigneurie » au xviiie siècle. L'implantation au sol traduisait à l'ouest la recherche d'une certaine régularité dans le tracé de la voirie105.

La voirie

  • 106 AD. 35, A 130. La déclaration du Roi concernant les alignements et ouvertures des rues de Paris (V (...)

52Les transformations de la voirie traduit les efforts des municipalités sur les plans de l'esthétiques, de la circulation, de l'hygiène et de la sécurité. Pour les contemporains, les tracés urbains ne devaient pas répondre seulement à des besoins esthétiques sauf sans doute dans la cas des villes princières et des villes capitales, où le dessein politique s'alliait alors au sentiment du beau. Ailleurs, il ne s'agissait pas de fournir un simple décor mais de concourir à l'utilité et au bien être des citoyens106

Des modifications importantes et pourtant incomplètes

Les rues aménagées

  • 107 Attestés aussi à Nantes 1729, Hennebont 1725, 1726, 1737, Brest, 1730-1750, Lamballe 1731-1733, La (...)
  • 108 Le règlement du Siège de Police de Brest, du 4 août 1764, reprenant celui du 24 janvier, ordonnait (...)
  • 109 AD. 35, C 388. Plan Gabriel 27 mars 1735. Les maisons à porches de la rue de la Pinterie visibles (...)

53Deux besoins « utilitaires » concourraient en Bretagne à la modification du tracé des rues, à leur aménagement : ceux du Roi pour le passage de ses troupes, ceux des marchands pour celui des marchandises. Dans les deux cas, il fallait élargir, redresser, enlever les obstacles afin de faciliter la circulation, il le fallait d'autant plus que, nous l'avons vu dans la première partie, le réseau routier breton tendait à répondre à ces besoins. En dehors des traverses, les aménagements des tracés que nous connaissons ne modifièrent pas d'une façon décisive les morphologies urbaines, même si les améliorations n'étaient pas négligeables aux yeux des contemporains dont les goûts confortaient les besoins. Mais, les rues restaient sans trottoirs avec un écoulement central et très peu de villes changèrent le tracé hérité de la période médiévale. Remodeler, redresser, élargir, rencontrait des obstacles, demandait des efforts qu'illustrent quelques exemples107. La communauté de Quimper, au milieu du xviiie siècle, se plaignait de l'étroitesse des rues, particulièrement des plus fréquentées que les rouliers et grandes voitures n'empruntaient « qu'avec les plus grandes difficultés et précautions ». En conséquence, un plan général marqua le tracé et les maisons « qui seront dans le cas d'être reculées lorsqu'elles seront réédifiées ou que les propriétaires feront faire de grosses réparations ». Le 6 décembre 1764, la communauté approuva le plan qu'entérinèrent le duc d'Aiguillon et le conseil du Roi le 3 décembre 1766, mais l'ordonnance d'application ne fut signée que le 6 janvier 1768. Les hésitations de la communauté de ville apparaissent aussi dans ses délibérations. Les échevins avaient décidé de supprimer toutes les saillies des maisons », c'est-à-dire « toutes avancées [de plus d'un pied] de boutiques, tous volets au-dessus des boutiques et des portes, toutes marches, escale [pour escalier], perrons et bornes saillantes sur les rues seront entièrement supprimés108 ». Le règlement ordonnait la signalisation à plat sur la façade des magasins et des boutiques, telle qu'elle est encore pratiquée de nos jours. Ces prescriptions loin d'être nouvelles reprenaient des règlements, des arrêts du Parlement édictés au xviie siècle sans résultat notoire. Conformes aux dispositions de construction de l'époque, elles avaient un coût élevé pour les propriétaires qui dans un premier temps, devaient rétablir les façades en pierre. Aussi, dans un deuxième temps, la communauté autorisa le bois si les propriétaires le désiraient, le bois ayant « la faveur du public qui [n'était] point riche ». Un crépis protégeant dedans et dehors de l'incendie. Ils avaient six mois pour s'aligner, ou un an s'ils construisaient en pierre. Le délai passait de six mois pour enlever leurs saillies à deux ans s'ils s'alignaient et bâtissaient en pierre pour ceux à la maison en retrait. À Landerneau, le « recoupement » des saillies, boutiques et abat-vent des principales rues eut lieu seulement en 1763. Les porches occasionnaient plus de difficultés mais partout où cela fut possible ils furent supprimés mais non sans hésitation et résistance. Ainsi, à Fougères, les maisons nouvelles reconstruites après l'incendie de 1731, le furent encore avec des « porches dessous », constitués d'arcades de pierres soutenues par des piliers109. En 1789, Antrain gardait les siennes, rue de Porcherie et de la Blatterie (Grande Rue).

  • 110 AD.35, C 546. La rue Saint-Yves qui faisait communiquer « un des plus grands faubourgs de la dite (...)
  • 111 AD. 35, C 3933. « Toisé général de ce que chaque propriétaire a perdu. », 1/16 de leur surface.
  • 112 AD. 22, C 2 Lamballe, lettre du 4 décembre 1788.
  • 113 AD. 35, C 3933 Lettre 25 juillet 1770. Dans cette supplique les habitants justifiaient leur demand (...)
  • 114 À Châteaudun reconstruite après l’incendie de 1723, les rues principales étaient de 28 pieds et le (...)

54À Quintin, le raccordement entre la banlieue et la place du Martray, voie rectiligne d'un peu plus de 7 m de large sur 23 mètres de long, ne concernait qu'un bâtiment et un jardin, il coûta peu en indemnisations et minimisa les risques de longs et coûteux procès110. Ce ne fut pas le cas à Rennes, quand, à partir du pont-neuf, Robelin redessina la rue de Toussaints jusqu'au carrefour avec la rue Vasselot au lendemain de l'incendie de 1720, des raisons financières empêchèrent la réalisation de son projet. Chocat de Grandmaison le présenta à nouveau en 1765. À droite, en descendant la rue à partir du pont, les bâtiments appartenaient à la ville maîtresse d'en retrancher une partie, d'ailleurs infime. À gauche, des maisons particulières devaient être abattues ce qui avait entraîné les résistances des édiles et des propriétaires. En fait, les alignements à l'intérieur d'une ville quand ils n'étaient pas commandés par des impératifs pressants comme pour les traverses, ne pouvaient se réaliser que petit à petit, en fonction des moyens, grâce à une politique suivie. Il fallait convaincre voire obliger les propriétaires à accepter des retranchements quelquefois importants. Ce n'avait pas été facile après l'incendie de Rennes, ni à Fougères quand 22 maisons furent « rabotées », les propriétaires perdirent 2 847 p2 afin d'élargir les rues du Bourgviel et de la Barbacane pour permettre une meilleure liaison avec Rennes111. Les largeurs prévues variaient selon les rues et les villes : 18 p à Lamballe112, 24 p à Quimperlé113, à Dinan, 30, 18 et 14 pieds, à Saint-Pol-de-Léon, 30 p pour les rues principales, 24, ou 18 pour les autres, comme à Rennes au moment de la reconstruction. Ces dimensions appellent une double remarque : d'une part, l'habitude de distinguer entre voies principales et voies secondaires n'est pas originale. Nous la trouvons par exemple à Châteaudun et dans bien d'autres cités114, d'autre part la largeur des rues très variable d'une ville à une autre est comparable à ce que nous trouvons ailleurs, y compris dans les villes militaires, telle Neuf-Brisach où la largeur des rues est de 32 pieds. En Bretagne néanmoins, l'on tenta généralement, d'élargir la rue principale à 30 pieds et les rues secondaires à 18, largeurs jugées suffisantes alors. C'est ce que le roi réclama pour les rues nouvelles de Paris comme largeur minimum en 1783.

  • 115 « Rue du Roulage », BSPM, 1931.

55Cet effort important entrepris pour améliorer la circulation interne et l'accès aux cités posait des problèmes d'autorité et de finance ardus à résoudre. Aussi ne faut-il pas s'étonner que la traverse de Vannes, décidée par le duc d'Aiguillon, rencontra tant d'obstacles qu'il fallut dix ans et la menace de retirer à la ville le service de diligence au profit de Josselin pour que la rue du Roulage fut réalisée115. Le plan d'alignement de Saint-Brieuc de la fin du xviiie siècle, prévoyait de grandes transformations dont le percement de la rue neuve du Gouet et de celle qui partant de la place de la poste aboutit à l'Hôtel de Rohan. Seuls les quartiers du centre surchargés de bâtiments échappaient au projet qui ne fut réalisé en totalité qu'au cours des xixe et xxe siècles.

L'indispensable « traverse » des villes

  • 116 Une autre solution consistait à contourner la cité, elle avait été choisie par le Marquis de Tourn (...)
  • 117 À Ploërmel en 1776, où il est nécessaire de paver la rue Derval pour rendre la liaison avec le gra (...)
  • 118 AD.35, C 630. Le percement autorisé le 20 août 1766 coûta plusieurs dizaines de milliers de livres
  • 119 AD. 35, C 4857. Projet de 1784.
  • 120 AD.35, C 4807. PV. des commissaires des États assistés de l’ingénieur Bernard (14 mai 1783).

56Il s'agit ici d'un problème qui intéresse à la fois la ville et une partie ou l'ensemble de la province. Le mot utilisé indique la philosophie du projet. Il implique la notion de passage et semble à priori repousser celle d'arrêt. La traverse consiste en une voie ou un ensemble de voies qui dessinent un itinéraire privilégié à l'intérieur de la ville, itinéraire à l'usage des voitures chargées de marchandises et de matériels divers. À ce titre la traverse doit présenter un certain nombre de caractéristiques techniques qui ont toutes pour but de faciliter la circulation de véhicules encombrants116. Les voies empruntées doivent être suffisamment larges, de tracé rectiligne ou avec des courbes de rayon suffisant, sans obstacles et éviter les pentes utilisées par des piétons ou des animaux, même impraticables à des attelages traînant de lourdes charges. Enfin, le pavage doit supporter le passage fréquent, quotidien de nombreuses charrettes. La traverse impliquait non seulement un alignement particulier intra muros mais aussi celui des banlieues et quelquefois l'aménagement des portes. Entreprendre l'aménagement d'une traverse demandait davantage encore de l'autorité, de la constance et des moyens financiers élevés. Il fallut attendre la seconde moitié du siècle et surtout dans les vingt dernières années pour qu'une politique systématique d'aménagement des traverses fut exécutée, inséparable des autres travaux de voirie en particulier de l'ouverture des banlieues qu'elle complétait117. Si, à Landerneau, le tracé de la rue Hourdon approuvé le 11 août 1763, n'entraînait que la rectification d'une seule maison, il fallait pour élargir la traverse de Morlaix à Rennes par les rues de Ploudiry et de la Rive étroites et mal pavées, dédommager trop de propriétaires et le projet fut abandonné. Pour améliorer quand même la circulation, on décida le percement d'une nouvelle rue le 12 août 1766118. Josselin bénéficia des travaux sur la route de Ploërmel et dont il fallut bien remplacer le pavé à l'intérieur de la ville en très mauvais état. Cette donnée essentielle explique le choix des travaux effectués ici ou là, par exemple à Redon où à le Roche-Bernard119. Au bout du compte, la plupart des villes sur les grands axes de communications aménagèrent leurs traverses avec l'aide financière des États. Aide indispensable pour des communautés qui auraient été incapables d'entreprendre de tels travaux et que cette politique à l'échelle de la province dépassait souvent. Ainsi une « montagne » à Hédé gênait le passage de Rennes à Saint-Malo, le profil de la route fut adouci sans que la communauté eut « connaissance du plan de réparation à faire », ni du montant, ni semble-t-il, des clauses de l'adjudication. Passe encore les États finançant l'opération, mais les travaux entraînèrent d'importants inconvénients pour la cité : abaissement de la rue rendant l'entrée de l'Hôtel de ville difficile, raccordement entre les rues de Dol et de Saint-Malo supprimé, écoulement des eaux perturbé au point d'avoir tari puits et fontaines. La communauté protesta avec amertume et demanda l'aide des États. À Morlaix, il existait des difficultés à l'entrée de la ville en venant de Rennes, la pente y était encore en 1783 « roide », presque impraticable120. de même, à Auray avec la rue Saint-Jacques coupée de marches ou à Saint-Brieuc dont la pente de rues « trop rapide » à la largeur « trop faible » rendait la circulation difficile. La rue Fardel « rapide et escarpée » forçait souvent les rouliers à utiliser un deuxième attelage pour la gravir. Devant l'impossibilité de l'élargir à 40 pieds, on décida en 1760 que la route de Rennes à Brest ne passerait plus par le centre, mais contournerait la ville. Cette solution du contournement fut choisie aussi dans quelques autres cités.

Les oeuvres d'art, les ponts

  • 121 AD. 35, C 4857. Inondation du 14 septembre 1768.
  • 122 AD. 35, C 507, 16F 145-146. Deux ponts de bois construits « provisionnellement » pour relier la vi (...)
  • 123 AD. 35, C 4857. Inondation du 14 septembre 1768.

57La topographie des villes, la présence de cours d'eau, de douves, de fossés, obligeaient à prévoir leur franchissement par des ponts, quelquefois par des ponceaux, que les communautés s'efforçaient de tenir en état. Les comptes des villes ou des seigneurs péagistes laissent la trace de travaux systématiques d'entretien ou de construction d'autant plus nécessaires qu'un seul pont pouvait relier les deux parties de la cité (Hennebont sur le Blavet entre la ville close et la vieille ville, le pont de Sainte- Anne à Lannion sur Le Guer...). Parmi ces ouvrages, remarquons le pont-levis couvert d'Ancenis ou celui de Rieux qui laissait le passage aux navires de haute mer et impressionnait le voyageur par sa longueur. L'accès à Saint-Malo par le Sillon, passait à marée basse par de nombreux ponts et des îlots sableux. Les ponts de pierre de Nantes traversaient plusieurs îles. Bon nombre de ces ponts étaient encore en bois au xviiie siècle : à Guingamp les deux ponts, à La Guerche les quatre, à Lamballe deux, à La Roche-Derrien (le pont Saint-Hubert), à Châtelaudren. Leur état ne cessait d'inquiéter les communautés. Quand l'occasion se présentait à la suite d'une violente crue ou à cause de leur vétusté et si les fonds municipaux l'autorisaient, on préférait les reconstruire en pierre mais cela coûtait cher, tel le pont du Loch à Auray. Les grandes crues de 1768 détruisirent en partie le pont Sainte-Anne de Lannion, il n'était pas encore réparé en 1774 quoiqu'il fût indispensable pour commercer avec Morlaix121. À Montfort, les crues de 1762 causèrent quelques dégâts et les voitures achevèrent le travail des eaux. L'augmentation du trafic ébranla le seul pont d'Hennebont par le passage quotidien de « quantité de grosses voitures ». En 1783, il devint urgent de le refaire et la ville envisagea alors de construire un pont vers Port-Louis. Partout, il fallait maintenir en état ces passages indispensables aux relations à l'intérieur des cités et à leur économie. Nous ne trouvons pas d'autres arguments qu'économiques quand les municipalités demandaient à l'intendant ou aux commissaires l'autorisation de « faire des fonds » sur leur budget. Elles durent quelquefois se contenter en attendant de reconstruire les ponts en bois ou même de remplacer un pont de pierre par un pont en bois « provisoire » comme pour le pont Saint-Hubert à La Roche-Derrien ou celui de La Guerche122. On réparait encore les ponts de bois de Guingamp en 1770 et 1774. Le manque d'argent explique l'état de délabrement du pont Saint-Nicolas de Redon à la fin du siècle, entre 1761 et 1789, il fut réparé six fois. Là où ils existaient encore à Landerneau ou à Rennes, les bâtiments élevés sur les ponts, boutiques, voire maisons, disparurent pour faciliter la circulation123.

  • 124 AN. H 578. Mémoire sur le pont du Pirmil et réponse du Sr Goubert (1724). AN. H 623 Projet de pont (...)
  • 125 AD. 29, E 1517. 3 avril 1517. Compte des Miseurs. E 1596. La même année un pont de bois fit commun (...)
  • 126 AD, C4791, Plan Perrot (27 janvier 1782).
  • 127 Antrain (1734,1744,1746), Ancenis (1782), Carhaix (1756), Châteaulin (1762, 1782,1784), Châtelaudr (...)

58La plus ou moins bonne qualité des ouvrages ne doit faire oublier ici ou là des échecs retentissants. Que d'avatars survenus au pont du Pirmil à Nantes depuis l'échec du plan Thévenon en 1711, et l'adjudication des travaux à Louis Laillaud le 6 septembre 1729. Le pont de l'île Feydeau, construit en 1728, écroulé en 1729, fut refait en 1731 mais ouvert seulement en 1737124. À Quimper, les réparations toujours renouvelées du pont Médard en bois, sans piles qui reliait les deux parties de la ville, imposèrent de le reconstruire en pierre et en voûte125. Les États en 1785 aidèrent la communauté de Lamballe à refaire le pont Doré, mal conçu et réparé en bois en 1782, l'ouverture insuffisante de ses arches aggravait les effets des crues du Gouessan126, Ces travaux multiples nous laissent une impression contradictoire. D'une part, il existait un effort général de mise en état de ces passages127, d'autre part, les délais entre le constat d'une réparation nécessaire et sa réalisation étaient longs. C'est dire que l'état des ponts laissait souvent à désirer rendant leur usage ici ou là dangereux aux individus. Le trafic en souffrait. Ni l'inconscience, ni le manque de volonté expliquent cette situation, mais bien l'état des finances qui forçait à des réparations perpétuelles et souvent insuffisantes.

Les places

  • 128 Camillo Sitte, L’art de bâtir les villes, 1889, trad. C. Martin, 1918, p. 49. Nouvelle trad. D.Wie (...)
  • 129 À Châteaugiron une place des Gâtes (gâte signifiant ‘terrain vague’) servait au marché. À Nantes, (...)
  • 130 AD. 35, 5E9, Requête du 22 Déc. 1778. Projet 1785, travaux 1787.
  • 131 AD. 35, 16 F 145-146. Bigot, Notes historiques sur La Guerche, 1912.
  • 132 L’importance des places de marché frappait le visiteur des villes allemandes ou tchèques. Par exem (...)
  • 133 AD. 35, C 388. PV B. Robin, 21 juillet.1710 ; délibération de la communauté du 21 mai 1710.
  • 134 Le Lay, Pontivy, 1911, p. 238.
  • 135 AD. 35, C 3389.

59Camillo Sitte analyste des paysages urbains défendit ceux des villes médiévales et en particulier de leurs places à l'espace fermé, irrégulier, aux édifices principaux rejetés sur un ou plusieurs côtés y compris la plupart des monuments et des fontaines installés aux points morts de la circulation128. Cette description correspond à bon nombre de places bretonnes. de tailles, de dimensions diverses, simples élargissements de la rue, ou carrefours de plusieurs rues comme par exemple, à Rennes ou à Saint-Brieuc, au pied des remparts ou au milieu de la cité, espaces non aménagés, elles se trouvaient dans les espaces libres souvent proches, sinon accolées les unes aux autres, autour de l'église comme à Saint-Brieuc, souvent marquant le centre de bien des cités. Pourtant, depuis la Renaissance, une nouvelle esthétique poussait à la modification des places à la recherche d'effets de perspective, à d'habiles compositions, à des plans réguliers. La Bretagne, à de rares exceptions près, échappait à ce mouvement au début du xviiie siècle. La toponymie dénonce une certaine spécialisation marchande de nombre de places. À Vannes, le marché au seigle hors les murs et la place des Lices à l'intérieur de la cité, à Vitré, le marché aux bestiaux faubourg de la Mesriais, à Pontivy, le champ de foire au pied du Château. À Dinan, Jean III avait autorisé un « champ aux chevaux », espace immense de 300 mètres de long. Landerneau avait sa « place aux vaches ». Il apparaît nettement que la ville elle-même constituait un marché, combinant ses places, ses rues, ses halles, ses boutiques. L'affectation signalée par la toponymie ne signifie pas autre chose que l'usage ancien d'un espace. À Saint-Brieuc, on distinguait la place du « marché au bled », la « place au lin », des autres. À Moncontour, le marché au bétail se trouvait au « Champ à l'avoir » près la porte d'en bas, mais il y avait aussi la rue au Beurre, de la Poulaillerie, de la Poterie, de la Saulnerie, Clisson, possédait un « marché aux bovins ». Pendant longtemps, les communautés se contentèrent d'un élargissement de rue, d'un terrain libre pour accueillir les forains129, quelquefois sans se préoccuper outre mesure de l'existence d'un propriétaire. À Hédé, la foire se tenait « près le vieux château de leur ville, appartenant à S.M., un terrain vague couvert de rochers ». La peur d'une aliénation totale ou partielle de ce terrain de 360 journaux poussa la communauté à s'en porter acquéreur et à entreprendre des travaux de nivellement130. La Guerche obtint en 1772 le transfert sur la grande place agrandie à l'occasion du marché au sel qui se tenait dans une cour face à la porte de l'église131. Mais au-delà des espaces avérés, les places du marché, souvent petites, laissaient voir des espaces peu aménagés, quelquefois franchement détestables132 aux accès parfois difficiles comme à Fougères, où avant l'incendie de 1710133, la place n'était : « pas praticable par les voitures, la principale rue n'ayant que sept pieds moins un pouce de large ». Les conditions de circulation y étaient telles qu'il y avait « des blessés et des tués plusieurs fois par an ». Le champ qui servait aux foires de Pontivy, marécageux encore en 1750, devenait « impraticable au début de l'hiver aux gens de pied134 ». Situation aussi pénible à Quintin et à Carhaix, cité pourtant intéressante par ses grandes foires et son commerce des bœufs qui étaient les meilleurs de la province135.

60Au cours du xviiie siècle, un double mouvement se produisit d'une part vers une plus grande spécialisation des places et d'autre part vers un dessin plus régulier, vers des aménagements à la fois esthétiques et pratiques. Il y eut donc des places royales, des places d'armes, des promenades, des marchés et des foires, des places que j'appellerai « places chantiers » et « places dépôts », sans qu'il fut exclu que d'autres activités pussent s'y tenir, ni que ces espaces ne fussent polyvalents. On régularisa et assainit leur sol par drainage et cailloutage alors que jusque-là, la boue ne constituait pas un obstacle rédhibitoire au loisir ou au commerce. Enfin on planta des arbres, le plus souvent des ormeaux. Les plans laissent voir ces plantations régulières en particulier le long des murs à la place d'une partie des douves ou le long des rivières par exemple à Quimperlé de part et d'autre de la Laïta, à Quimper, à Redon.

  • 136 A. Young, Voyages en France, t. I p. 236. Opinion déjà émise par d’Argentré (Histoire de Bretagne, (...)
  • 137 AD. 35, C 730. Rapport du 10 avril 1764. Quelques années plus tard, l’ingénieur Monnier estima les (...)
  • 138 AD. 29, D2 50. Projet Magin, 13 janvier 1764.
  • 139 H.-F. Buffet, Le vieux Port-Louis, 1938. « Les promenades urbaines en Bretagne… », MSHAB, TXXXV, 1 (...)
  • 140 AD. 35, C 514. Lettre de SAS. le comte de Penthièvre à la communauté de ville (29 juin 1759). Nous (...)
  • 141 AD. 35, C 514. Un tilleul coûtait 3 L au lieu de 15 s, un ormeau de Hollande.

61Une partie des douves devint des lieux de rencontre. Les citadins appréciaient les promenades le long des quais nouvellement construits. Ils aimaient se retrouver dans ces espaces ombragés le plus souvent par des ormeaux, au sol régulier et recouvert de sable, pourvus de bancs, dont le plan répondait au désir de régularité. Le mouvement parti dès le xviie siècle (la Rabine existait à Vannes en 1666, le Mail à Rennes en 1675), s'amplifia, la Rabine fut améliorée en 1718, plantée en 1766, le cours Saint-Pierre à Nantes en 1725 et la place de Viarmes à Morlaix en 1731. L'art des jardins fit du Thabor à Rennes un haut lieu de visite. Certaines de ces places, de ces « promenades » connurent la célébrité. Les voyageurs louaient celle du Loch à Auray dont le belvédère fut établi en 1727, Young considérait celle de Quimper « parmi les plus belles de France136 ». L'on aimait se promener place du château à Châtelaudren. Partout ou presque, les plans en témoignent, les citadins se pourvurent d'espaces où ils pouvaient se délasser, se promener, voire jouer, surtout se rencontrer et se faire voir. Ils déploraient à Josselin l'aspect : « des terres rapportées dans lesquelles la pluie a fait des cavités et un marécage137 ». Ils projetèrent d'aménager les places de Concarneau en 1764138, de Quimperlé en 1766, d'y planter des nouveaux arbres, de répandre du sable. Port-Louis fournit l'exemple d'une ville qui paraît avoir pléthore de promenades. Cette ville d'officiers, de marchands, dont il restait à la veille de la guerre tant de belles maisons décrites par H. F. Buffet139, avait un cadre à l'image de ses habitants. Quelques villes aménagèrent les espaces de foire occupés sporadiquement, en espaces de loisirs. Lamballe fournit un bon exemple de cette solution relativement peu onéreuse. Le champ de foire se trouva au milieu du xviiie siècle en très piteux état, défoncé et couvert d'eau, il était impraticable les deux tiers de l'année. Les Lamballais décidèrent en 1759, de profiter des travaux de pavage dans la ville pour le remblayer et le transformer, en partie tout au moins, en promenade140. Une levée de 500 pieds de long sur 56 de large, le relia à la ville et un muret empêcha les charrettes et les animaux d'entrer dans l'espace de loisir au sol recouvert de sable, planté de quatre rangées de tilleuls. Le renchérissement de la pierre de grain entraîna un dépassement du devis et leur remplacement par des ormeaux141. À Guingamp, les halles abattues, on aménagea une « place neuve » entourée d'arbres et le champ de foire régularisé et en partie planté devait fournir le 'vallis'.

  • 142 AM. Landerneau, 30 déc.1785, 17 sept.1786, 30 oct.1786 (rive droite de l’Elorn).
  • 143 D. Bernard, « Quimper au xviiie siècle », SAF. 1922, p. 105 -116.
  • 144 AD.35, C 3389. Plan et devis Bernard.
  • 145 AD.35, C 711. Devis d’aménagement et rapports divers.
  • 146 Morlaix, Rennes, Landerneau, Lamballe, Guingamp, Quimper. La définition du Littré, Dictionnaire, l (...)
  • 147 AD. 56, 2E 1502. Bernard, devis du 21 août 1781, 3961 L 13 s. C 619, achat du terrain le 17 mars 1 (...)
  • 148 P. Lelièvre, L’urbanisme à Nantes…, 1942.

62Promenades et places d'armes se confondaient souvent mais pas obligatoirement. Quel que fut leur nom : « places de bataille », « champ de mars », « champs d'armes », « champ du roi »... leur présence, leur installation est attestée au cours du xviiie siècle dans un grand nombre de villes bretonnes bien que les milices communales n'aient plus alors leur importance d'antan. La communauté de Landerneau proposa l'aménagement en 1787 d'une place ou « champ de bataille » constituée d'une allée principale avec trois allées de chaque côté, le tout planté de 358 ormeaux142. Nous trouvons aussi « un champ de bataille » à Quimper143, à Auray qui n'était pas une « ville de guerre144 », la place d'armes enclose établie en bordure de la rivière hors les murs et proche du champ de foire servait de promenade et fut plantée d'arbres en 1787145. Paradoxe que de voir se multiplier ces espaces à destination militaire au moment où en quasi-totalité les villes bretonnes avaient perdu leurs défenses, mais paradoxe apparent, car l'armée était bel et bien présente et les milices amoindries certes mais vivaces146. Les soldats du régiment de Rouergue aplanirent la place d'armes à Guingamp. L'ingénieur Bernard présenta un devis d'aménagement du « champ de bataille » de Carhaix en août 1781147. À Nantes, l'arasement des deux Mottes (dont la motte Saint-André) permit la création d'une « place d'armes » (place Louis XVI148).

  • 149 P. Lavedan, Les villes françaises, 1960. Idée déjà défendue aussi dans Géographie des villes, 1938
  • 150 P. Lelièvre, idem p. 150. Cette place qui rem plaçait un bastion rasé, n’était qu’une place carref (...)
  • 151 AD. 35, C 593, Mémoire sur l’emplacement le plus propre à recevoir la statue du Roi à Brest, 6 nov (...)

63La création des places royales constitua « un des embellissements les plus notables des villes de province149 », mais seules les villes les plus importantes, les capitales provinciales semblaient dignes d'en posséder. Ce fut le cas de Rennes après l'incendie de 1720 puis, à Nantes (quartier Saint-Nicolas), quand la place dite « royale », reçut en 1778150 le socle de la statue de Louis XVI. Enfin, à Brest, les dernières années de l'Ancien Régime la recherche d'une place pour la statue de Louis XVI occupa la communauté qui l'avait demandée dès 1784 pour des motifs clairement exprimés : « La préférence ne peut être accordée (qu'à Brest) [...] la ville la plus remarquable, la plus importante, la moins décorée, la moins enrichie des bienfaits de l'État, la plus dépourvue de ressources, de richesses et la ville où cette statue serait la plus dignement exposée151 ». Le Roi accepta et en prévint les échevins par lettre du 15 mai 1785. La Bretagne accueillit ainsi à Rennes et à Brest, les trois souverains du xviiie siècle. À tout prendre la Province ne paraissait pas en retard sur les autres : Nancy en 1752, Reims en 1758, Bordeaux, Paris, recevaient Louis XV. En Bretagne, quelques communautés manifestaient par d'autres signes, leur attachement à la monarchie en dotant des places de l'épithète « royale » et leurs rues, leurs ports, des noms de personnages marquants : Aiguillon (commandant en chef) surtout, mais aussi Viarmes, Feydeau (intendants), Toulouse (gouverneur). Remarquons qu'ériger la statue du roi, dans un lieu important de la ville, ne faisait pas de celui-ci une place royale. À Rennes, la statue de Louis XV dans sa niche, place de l'hôtel de ville ne transformait pas cette place en place royale. Ce titre par contre convenait parfaitement à la place devant le Parlement. L'érection de la statue de Louis XIV posa d'ailleurs maints problèmes dont celui de transformer la façade du Parlement de Bretagne qui ne pouvait pas disputer au Roi le regard et qui devint le décor de la grandeur du roi, le rideau de fond de scène.

  • 152 P. Lelièvre, ibid., 1942, p. 234.

64L'aménagement des places rencontrait bien des difficultés, ne se serait-ce que celles dues aux sujétions du tissu urbain. Les riches nantais avaient projeté des promenades dès la fin du xvie siècle, elles ne furent réalisées — et encore — qu'à partir de 1711, sablées et plantées d'ormeaux en 1725 quartier des Cours. On ne put totalement régulariser la place d'armes, on échoua en 1766 place du Portail. Seule la place de Viarmes en 1751-1752 aboutit. Pourtant l'expansion de la ville, obligeait à trouver de nouveaux espaces, de commerce mais aussi de loisirs. La foire nantaise et les trois foires à bestiaux chassées par les constructions de la motte Saint-André se retrouvèrent place de Viarmes. Le marché au porc de la place Brancas, la place d'Aiguillon, reçurent en 1781 le marché au beurre, celui du fil et du coutil. Les marchands de cercles, de presse, de bois, de châtaignes, quittèrent la place Saint-Nicolas pour le port du vin, et le marché du Bouffay se réfugia à Saint-Pierre152. Toutes les villes ne possédaient pas de places de loisirs aménagées et Ogée reprochait à Dol d'en manquer alors qu'elle « aurait pu s'en procurer à peu de frais en arrangeant le glacis de ses fossés ou l'esplanade devant la cathédrale » et bien de petites cités devaient se contenter d'espaces libres non aménagés. Beaucoup de projet ne furent que partiellement réalisés voire pas du tout, mais qu'il s'agit des rues ou des places, rectifiées, percées, installées ou pas, leur usage demandait leur drainage et l'amélioration de leur sol. Un mauvais pavage ne gênait pas seulement les passants crottant leurs chaussures et leurs bas mais aussi la circulation des voitures et surtout des charrettes et des chariots transportant des marchandises.

Nantes au xviiie siècle

Nantes au xviiie siècle

Les progrès réels mais limités du pavage

  • 153 Desjobert, notes…, éd. 1909. A. Young, op. cit, t.1, p. 237.
  • 154 AM. Pontivy, RCV, 19 juin 1719, 21 juin 1719, 14 et 22 mai 1722.
  • 155 Travaux importants de pavage. Ancenis, 1761,62, 69, 80. Auray, 48, 61. Carhaix, 42, 44, 45. Dinan, (...)

65Rues droites et larges, sinueuses ou étroites encore fallait-il paver pour les rendre propre à la circulation en toutes saisons. Or, les descriptions des villes bretonnes nous montrent au début du xviiie siècle des rues mal pavées ou/et mal entretenues. Une seule ville avait un pavé en bon état, Lorient où Desjobert admirait que l'on « puisse aller en bas de soie blancs, malgré la pluie, parce qu'elle (la ville) est fort bien pavée en dos d'âne153 ». Les communautés n'avaient pas souvent les moyens financiers suffisants pour entreprendre les travaux indispensables, voire pour les terminer. À Landerneau, les temps de pluie rendaient impraticable faute de pavés une rue alignée en 1775. À Pontivy, les rues dans un état déplorable, gênaient voire empêchaient la circulation des charrettes et autres voitures. Cette situation durait faute de fonds depuis 1695 malgré de multiples demandes et quelques réparations en 1719, en 1722 et en 1728-1729. Les pavés mal entretenus se trouvaient toujours en très mauvais état en 1751154. À Dinan, la réfection des pavés décidée en 1761 n'était pas encore terminée au xixe siècle. Landerneau gardait ses rues toujours mal pavées en 1794. La situation peu satisfaisante à la veille de la Révolution Française, ne traduisait pas les efforts considérables de la plupart des municipalités pour tenir leurs pavés en état155. Elles avaient du choisir en priorité les rues les plus passantes, celles conduisant à des hôpitaux, à des abreuvoirs, surtout les rues de grand passage, les rues de traverses, les banlieues, les rues vers le port, laissant poussière et gadoue aux rues secondaires des quartiers populaires.

  • 156 Voir plus loin partie IV.
  • 157 Système utilisé par Louis Beron à Rennes en 1737. Il établit au-dessous, un gros empierrement d’un (...)
  • 158 AD. 29, 2 E 517, mémoire du 17 janvier 1768 sur le pavage de la rue Obscure.
  • 159 Idem, à Port-Louis, la rue de la Citadelle n’aura son pavage bombé entre deux sillons et deux banq (...)
  • 160 AM. DD. 290. P. Lelièvre, idem. 1942, p. 227-228.

66Selon l'emplacement dans la ville ou dans le faubourg, dans une rue principale, une banlieue, ou une voie secondaire, le type de pavage variait. Les pavés de la Grande Rue de Port-Louis qui conduisait à la citadelle, devaient être assez solides pour supporter les charrois militaires. Les traverses, les rues les plus fréquentées, où les charrois les plus lourds mettaient à mal les pavements, les ingénieurs faisaient, dans la mesure du possible, poser avec soin des pavés neufs selon un profil bombé à deux revers avec un pouce de pente par pied de large. Dans les rues de moindre importance, ingénieurs et communautés n'hésitaient pas à utiliser les anciens pavés récupérés, économisant matériaux et argent156. Quelquefois, ces pavés anciens servaient au blocage le long des maisons, à moins qu'on ne les utilisât au premier empierrement des chaussées de cailloutage157. Quelques ingénieurs, par exemple Chocat, pensaient qu'il s'agissait d'une fausse économie, qu'il valait mieux prendre des pavés neufs, de la pierre de la plus dure qualité et obtenir des entrepreneurs une garantie de deux ans au lieu d'un. Ils faisaient aussi remarquer que les vieux pavés constituaient des mélanges de pierres grandes et petites, plus ou moins usées et de ce fait difficiles à appareiller158. La qualité des matériaux, le soin pris à les assembler, engageaient l'avenir. Il était admis en Bretagne qu'un pavé de blocage ne durait que trois ans, ce qui était très peu. L'intendant voulait qu'un pavage puisse durer 30 ans et plus, chose possible s'il était bien fait, bien entretenu, bien établi159, mais le prix du pavé posait problème. À Nantes, la communauté renonça aux bonnes pierres de Briare et d'Etampes et se contenta des carrières locales de Misery de moins bonne qualité aussi en 1778, le pavé « dépérissait », il fallut chercher une pierre plus dure trouvée dans les grès de Saumur et dans les carrières ouvertes au moment des travaux Graslin160.

Les incontournables « ouvertures » des portes et comblement des douves

  • 161 AM. Redon, travaux (non classés).
  • 162 Josselin, 88 E S.
  • 163 M.-E. Monier, Dinan…, 1968, p. 189. AD. 35, C 498. La communauté insiste encore en 1775 sur « la d (...)

67L'existence des portes constituait une gène pour les villes emmurées. Peu nombreuses, conçues pour être difficiles à franchir, étroites, flanquées de boulevards, elles n'avaient plus de sens que dans les villes fortifiées comme à Brest. Dans la plupart des villes, on souhaitait les élargir, quelquefois percer les murs pour en ouvrir de nouvelles. À La Guerche, on doubla leur nombre dès 1625 quoique, celles de la Ramée et de la Chartée semblent avoir été refermées en 1700. À Rennes, six des huit portes étaient couvertes par des boulevards obligeant passants et voitures à un crochet. Porte Toussaints, au nord de la place Saint-Georges, des ponts dormants, permettaient l'accès. Enfin, la poterne Saint-François, derrière le Palais du Parlement, autorisait seulement le passage des piétons et des animaux de bât. Nous trouvons des obstacles semblables dans beaucoup d'entrées de villes, obstacles dépourvus désormais de justification défensive. Faible hauteur des voûtes, étroitesse du passage, à Dinan, à Fougères où la porte passait à travers la tour de La Haye-Saint-Hilaire avec une ouverture de 2,5 m de large. À Malestroit, la porte donnant sur le faubourg Saint-Julien n'excédait pas 2,30 m. Nous pourrions multiplier les exemples. Au xviiie siècle, le projet anachronique de Saint-Brieuc de murer la ville, n'aboutit qu'à la construction de quatre portes : Morlaise en haut de la rue du Fardel, de Notre-Dame, Saint-Guillaume vers Rennes, du Gouet et de Saint-Père. de simples barrières fermèrent les autres rues ! Pour pénétrer dans la ville de Concarneau, il fallait emprunter un bac, et démonter les roues des charrettes, pour franchir les deux portes trop étroites que l'on élargit quoique la ville resta forte. L'architecture des portes rendait les transformations difficiles. Certaines passaient comme à Guingamp au travers de tours. À Redon, pour ouvrir la porte Notre-Dame, il fallait reculer la façade d'une maison et organiser un terre-plein. On préféra l'abattre en 1763, en même temps que la porte Saint-Nicolas161. On choisit cette solution moins onéreuse à Fougères dont la porte de Rillé cessa d'exister en 1767, ou à Josselin, pour les portes Saint-Nicolas et Lion en 1778162. Les destructions correspondaient à des besoins précis et dépendaient de l'autorisation de l'État. Il imposa à Dinan l'entretien de ses fortifications et donc de ses portes. En 1758, Bameulle de Lantillais, ancien maire de la ville, faisait remarquer l'incohérence d'une politique qui fermait « les portes d'une ville déclose, qui n'est pas ville de guerre et que ces portes sont réputées sans défense163 ». Le Roi permit enfin, en 1770, d'abattre la porte du Jerzual (dite de Saint-Sébastien ou Nouvelle porte), celles de l'Hôtellerie, de Saint-Malo furent condamnées en 1771, ensuite le 22 août 1774, on combla les fossés en face des portes principales. Le travail ne fut terminé qu'en 1779-1780 et l'afféagement des remparts et du chemin de ronde ne commença qu'en 1784.

  • 164 Le plan Ollivault montre qu’une partie des douves seulement est comblée (entre la porte de Rennes (...)

68La démolition d'une partie des portes, tours et remparts ne concerna pas également toutes les villes. À Rennes, Robelin raisonna en fonction de l'espace inscrit à l'intérieur des murs, comme si les faubourgs ne faisaient pas partie de la cité. À Nantes, au début du xviiie siècle, nous rencontrons la même attitude quand il s'agit d'aménager le quartier autour de la Fosse situé hors les murs et il fallut attendre les projets d'aménagement généraux de Ceineray (1766) pour qu'il fut entendu que les remparts seraient entièrement rasés et les fossés partout comblés. Le plan Cacault montre que les fortifications du Marchix avaient disparu aux trois-quarts en 1759. Nous constatons seulement en 1795, la disparition à l'ouest de la ville, des murs et des bastions. À Rennes, les remparts restèrent jusque vers les années quatre-vingt. Les Rennais avaient seulement percé une porte vers Paris et élargi la poterne Saint-François. Ensuite le mouvement s'accéléra, 1780, porte et tours Toussaints, 1781, mur de la rue des Francs Bourgeois à la rue Saint-Thomas, 1783, tour aux Foulons, 1783-1784, de la rue de l'Entonnoir à la rue du Champ Dolent, puis aplanissement jusqu'à la Porte Blanche et le port Saint-Yves, 1785, porte Saint-François et mur jusqu'au Champ-Jacquet, 1785, mur derrière le jardin des douves Saint-Georges. Mais des villes comme Châteaubriant gardaient portes et enceinte. Par contre, presque partout, on comblait les douves. Non seulement leur fonction défensive n'avait plus lieu d'être mais encore, devenues des cloaques pestilentiels, elles gênaient l'extension des villes au-delà des murailles. On installa sur ces espaces, soit des jardins privés, soit des voies qui faisaient le tour ou une partie du tour de la ville, soit des promenades publiques. Des jardins occupèrent les douves du Méné de Vannes dés 1720 et à Guingamp en 1776164. La rue et le boulevard du Colombier et du Tribunal occupaient les douves de Montfort-sur-Meu. À Rennes, il fut ordonné à ceux qui décombraient la ville incendiée, d'aller jeter les gravats dans les fossés afin de les combler.

  • 165 Les afféagements des douves ou des murs commencent d’autant plus tôt que la ville perd son caractè (...)
  • 166 Ogée, idem 1843, t. II p. 429 : « Depuis cette démolition, la partie de cette ville qui a été clos (...)
  • 167 AD. 29, 2 E 1517 Rapport du subdélégué à l’Intendant (26 oct.1761).
  • 168 Y. Garlan, C. Nières, La révolte des bonnets rouges et du papier timbré…, 1975.
  • 169 Le Mené, Histoire archéologiques p. 143. Le Roi avait donné ces matériaux à la ville (mars 1697).
  • 170 AD. 35, C 492. En 1711, les murs de la contrescarpe du fossé intérieur de la ville s’étaient effon (...)

69L'attitude du roi favorable à ces transformations, cette utilisation des portes, remparts et douves s'explique par les troubles que connut la Bretagne au cours du xvie siècle et au début du xviie siècle qui l'amenèrent à démanteler les fortifications adverses. de plus, l'évolution des techniques rendit obsolètes celles qui restaient. Dès lors, le roi, propriétaire des « vagues », des murs et des fossés de la plupart des villes, en les afféageant, en autorisant l'installation de jardins privés, de voies, de boulevards, de promenades publiques souvent plantées d'arbres, accompagna le phénomène165. À de rares exceptions, près, dès la fin du xviie siècle les Bretons n'accordaient plus à leurs remparts, les soins qui auraient permis qu'ils restassent debout ou tout au moins en état satisfaisant de défense, quoique à Hennebont, les fortifications avaient été d'après Ogée « bien entretenues par la communauté sous Louis XIII et Louis XIV ». Les habitants avaient pourtant des raisons de vouloir garder leur enceinte. D'abord, le désir de maintenir intact le signe, la marque de leur puissance, de leur richesse. Les remparts ont encore en ce temps, une valeur symbolique voire même existentielle : la remise des clefs de la ville à un vainqueur ou à un illustre visiteur constituait une des cérémonies qui perduraient comme l'atteste l'entrée de l'évêque de Rennes. Le Maire et la communauté franchissant le guichet sur le pont-levis accueillaient le nouvel évêque devant la porte mordelaise fermée. Ils y recevaient du prélat en chape et en mitre, le serment « de maintenir et garder les privilèges de la ville et de préférer les enfants d'icelle aux étrangers à la nomination des bénéfices qui dépendent de lui, lorsqu'ils se trouveront capables de les posséder ». Le serment prêté, les portes s'ouvraient et l'évêque faisait son entrée en procession dans la rue décorée en son honneur vers la cathédrale proche. Cependant, l'attachement des citadins à leurs murs ne tenait pas seulement à des raisons symboliques, leur existence justifiait certains avantages fiscaux attachés aux villes closes comme la dispense de fouages. Quand les habitants de Quimper détruirent une partie de leurs remparts en 1760, ils perdirent leurs exemptions166 malgré le subdélégué qui écrivit à l'intendant qu'il était : « essentiel qu'une ancienne ville ne perde ni ses droits, ni ses franchises. S.M. ne permettra point qu'on démolisse les murs de Quimper qui tant que ses murs subsisteront sera exempt de toute imposition aux fouages167 ». Enfin, nous ne devons pas sous-estimer l'impression de tranquillité que les portes bien fermées donnaient aux habitants la nuit venue et qui ne connaît le sentiment de sécurité des Malouins quand les dogues sont lâchés. Les murailles faisaient de la ville un monde clos, fini, borné et ces limites n'avaient pas besoin d'être, militairement parlant, parfaites, il leur suffisait d'exister. Elles tranquillisaient les citadins lors des révoltes paysannes comme ce fut le cas en 1675168 et les séparaient des habitants pauvres des faubourgs. Tout ceci explique l'attachement des citadins à leurs murailles et les efforts qu'ils firent ici ou là, pour les conserver et surtout pour les aménager. Par exemple à Vannes où les matériaux arrachés au château servirent, entre autre, à réparer les murs169, ou encore à Dinan dont le fer des vieilles herses et des grilles fut vendu pour réparer les brèches170.

  • 171 AD.35, C 492, permission accordée le 25 mai 1787.

70Quant aux tours, partout où elles subsistaient, elles étaient à la fin du xviie siècle en piteux état. Celles qui ne servaient pas de prisons, mal entretenues, envahies par la végétation, plus ou moins en ruine, suivirent souvent le sort des courtines. À Dinan en 1787, la communauté se décida à abattre les tours Saint-Jacques, Saint-Charles et de la rue Neuve pour pratiquer un passage vers les faubourgs171. Il en fut de même à Morlaix pour les deux grosses tours qui protégeaient la porte Saint-Yves (1785), ou encore à Redon où pour relier le quai d'Aiguillon à la ville on abattit une grosse tour et une partie du mur.

71Malgré leur caractère limité, ces destructions, ou ces désenclavements eurent des effets bénéfiques. Sur les finances urbaines allégées des dépenses d'entretien, sur la morphologie des cités par l'installation de jardins, de promenades, sur l'entrée enfin des agglomérations.

L'adaptation des villes aux transports en Bretagne

Le nécessaire aménagement des banlieues

  • 172 AD. 35, C 3389. La banlieue de Rennes à Fougères comprenait 1155T. On en aménagea 875 (en 1784). E (...)

72Nous avons parlé des efforts entrepris pour améliorer les routes bretonnes et ce ceux qui marquèrent l'intérieur de cités. Les banlieues faisaient le lien entre la ville proprement dite et le réseau routier aussi les travaux les concernant avaient une grande importance. Il fallait soigner aussi bien leur alignement que leur chaussée. Quelquefois, il fallut en tracer de nouvelles pour éviter les inconvénients d'entrées urbaines difficiles. Ce fut le cas à Fougères où la route de Rennes arrivant face au château, une nouvelle banlieue fut dessinée au tracé plus régulier, plus rectiligne, pour éviter le faubourg du Gast. Plus tard, le chemin arrivant face au château fut dévié vers le Nord, cette nouvelle voie fut complétée en 1785 par l'aménagement de la banlieue vers la Normandie172. Le passage se faisait au nord de la cité, entre celle-ci et le faubourg de Rillé. Morlaix se raccorda à la grande route de Brest en ouvrant le faubourg de Villeneuve en 1744 puis, quelques années plus tard en 1760, se dota d'un accès vers la route de Rennes.

  • 173 AD. 35, C 431. Adj. en 1763 et 1764. C 4906, Supplique des habitants de Redon aux États de 1767.
  • 174 AD.35, C 4906. Demande d’aide aux États. AG. St-Malo, art.8, sect.1 carton 3.
  • 175 L. Vignols, « Les améliorations anciennes », AB. 1932-1933 p.420 442. Tempêtes du 15 février 1733, (...)
  • 176 AG, St-Malo, art.8, sect.1, carton 3 (1724-1779). Un seul moulin en 1720.
  • 177 AM. St-Malo, DD 1 d 9, nd, supplique aux États ; AD. 35, C 4 946 demandes d’aide aux États (10.000 (...)

73L'absence presque générale de projets de détournements de la circulation hors les cités montre que l'on ne retenait cette solution qu'en désespoir de cause. Ce fut le cas à Dol où semble-t-il depuis longtemps, la circulation des marchandises se faisait par le glacis. Quand celui-ci devint impraticable, les marchands obligés d'emprunter le passage par la ville, demandèrent le réaménagement du passage extérieur. La difficile traversée de la Guerche, obligea la communauté à demander l'aménagement de la contrescarpe : « pour éviter [aux rouliers faisant le trafic de Normandie vers Nantes] la traversée de ladite ville ». Dans quelques cas, le relief rendait l'accès aux villes très difficile, comme à Dinan, entre le port et la ville, par les rues du Petit Fort et du Jerzual, étroites, de pente très raide et barrées à mi-chemin par la porte Saint Sébastien (qui ne disparut qu'en 1771. Au débouché du pont Saint-Nicolas, Redon a construit une chaussée dite Saint-Nicolas qui réunit la ville au faubourg et débouche sur les grands chemins de la Roche-Bernard, de Nozay et de Derval. Cet ouvrage de 550 toises de long (soit près de 10 km) assurait la liaison de la ville vers l'Ouest. Maintes fois réparé, refait en 1763, 1764, 1767, il comprenait une chaussée empierrée de 18 p, avec deux banquettes de 12 p chacune et deux fossés. La chaussée passait sur des ponceaux de treize arches. La chaussée précédente, large ici de 12 p, là de 20, peu élevée et mal raccordée au pont de l'Amé avait été jugée insuffisante173. Enfin Saint-Malo, l'île où, se réfugièrent les moines d'Alet « autrefois ne tenait à la Bretagne que par quelques grains de sables mouvants au gré de la mer et des vents et qui avaient sans cesse à craindre que quelques tempêtes ne l'en séparât pour jamais174 ». Les Malouins s'appliquèrent d'abord à consolider ce lien fragile, puis, en 1509, ils en firent, le Sillon, une chaussée souvent remaniée à l'abri, relatif, des menaces de la mer surtout lors des tempêtes et des grandes marées qui le détruisirent en partie en 1698, 1731, 1732, 1733 (108 t à refaire), 1735175. Un plan de 1736, nous le montre très solidement revêtu de pierres sur 182 t de long. Un tiers de la chaussée en pierre taillée et le reste en cailloutage, mais il restait à construire 558 t sur la grève. Onze moulins y étaient installés176. En 1758, il fut presque coupé par la mer, en 1763, les vents d'Ouest et de Sud-Ouest emportèrent une partie de la digue de Paramé à sa jointure avec la chaussée177. La ville voulut alors le refaire. La circulation y avait toujours été difficile, les charrettes devaient attendre le retrait de la mer pour entrer dans la ville par la porte Saint-Thomas et les tempêtes n'arrangeaient pas les choses. Aussi les Malouins demandèrent-ils la construction d'une chaussée large d'environ 30 p sur les 250 t exposées aux tempêtes.

74Le nombre élevé des banlieues, le coût de leur établissement, de leur entretien posaient des problèmes financiers pour les communautés surtout des petites villes. Ainsi choisissait-on d'améliorer seulement les issues qui présentaient un intérêt économique ou militaire. C'est ce que firent, en 1766, Châteaubriant et Guingamp. Fougères se trouvant en 1764 dans l'impossibilité de refaire cinq banlieues sur neuf, demanda que trois fussent avantagées : celles de Rennes, Vitré et Saint-Malo.

  • 178 AD. 35 C 514. Lamballe (21 avril 1773) fait apparaître 383 t de simple empierrement à 7 L la T2 co (...)
  • 179 AD. 35, C 3170.
  • 180 AD.35, C 4857. La lieue = 2 400 toises.

75On pavait en général seulement la chaussée de 18 p de large, mais elle pouvait être simplement cailloutée178, et quelquefois les ingénieurs devaient se contenter d'aplanir le terrain là où il était assez solide, sans opérer ni cailloutage ni empierrement. S'ajoutait l'entretien des bandes de terrain de 12 p établies de chaque côté et des fossés. Ces routes construites au moindre prix avaient besoin d'un entretien continu et finissaient par coûter à la longue plus cher qu'un pavage bien fait179. À Rennes l'examen du cahier des charges de l'entreprise Loisel préposée à l'entretien des banlieues en 1757, montre qu'elles n'étaient pas pavées sur toute leur longueur et qu'une partie était « ferrée180 ». Or les banlieues avaient une grande importance, elles constituaient le territoire autour d'une ville sur lequel s'étendait le ban. Le ban c'est-à-dire les proclamations, les avis. En Bretagne, la ville y avait la responsabilité administrative et financière de la réparation des routes et des ponts. Elle décidait, en principe, de l'établissement des pavés, de l'entretien des accotements, obligeait les riverains à curer les fossés et à entretenir les pavés sous sa surveillance. Marcel Reinhard trouvait la banlieue rurale avec des villages et des bourgs et le faubourg maraîcher avec des rues bordées de maisons contiguës. Dans la première habitaient les paysans, dans le second, des artisans, des commerçants. À la différence du territoire des faubourgs qui appartient au tissu urbain, celui des banlieues lui échappe en partie.

  • 181 AD. 35, C 2367.
  • 182 AD. 35, C 730, 4857. Un arpenteur mesura les banlieues à 1/4 de lieue (vers Baud) et de la porte e (...)
  • 183 Mairie de Hennebont, RCV. BB. 16, 8 avril 1740.
  • 184 AD.35, C 546.
  • 185 M. Reinhard, Paris pendant la Révolution, CDU. 1966.

76Le territoire d'une banlieue variait d'une cité à une autre. À Auray, à Josselin, à Pontivy, à Quimperlé nous savons que la banlieue était de : « six cents toises [...] en usage pour la fixation des banlieues des villes de cette province181 ». Mais à Rennes, un arrêt fixait le ban à 1 000 t à compter des barrières à l'extérieur de chacun des faubourgs alors qu'à Montfort-sur-Meu il n'avait que 400 t182. Ces limites pouvaient d'ailleurs être remises en question et changer comme à Pontivy où elles étaient à l'origine de 300 t183. L'attitude des communautés était à cet égard contradictoire. Dans la mesure où leur responsabilité y était engagée, elles souhaitaient réduire l'étendue des banlieues. Mais à l'inverse, désirant profiter de la levée des droits sur les estaminets qui s'établissaient hors de leur limite, elles voulaient souvent les étendre pour les englober. À Hennebont, la communauté demanda qu'elles soient réduites à 500 t afin d'échapper aux frais de réparation d'un pont qui se trouvait à 592 t des portes184. Mais à Quintin, les cabaretiers du bourg du Fail refusant de payer les droits d'octroi parce qu'ils étaient « hors bornes », les édiles demandèrent à l'intendant de placer celles-ci à 600 t185. Les banlieues n'étaient pas que des territoires sous juridiction urbaine à l'importance seulement financière, elles étaient les voies respiratoires de la cité. Par elles passaient êtres et choses qui la faisaient vivre. Couper les approches d'une ville, ne pas les entretenir, ne pas les perfectionner pouvait l'asphyxier, aussi trouvons-nous de nombreuses traces des travaux d'alignement et de pavage.

Des faubourgs inégalement développés

  • 186 Cambry, Voyage dans le Finistère…, 1794.
  • 187 P. Lavedan, Les villes françaises, 1960, p. 126 ; Jouvin de Rochefort, Le Voyageur en Europe, 1670
  • 188 L’abbaye Ste Croix de Guingamp occupait 34 cordes (20 ares 672).

77Les banlieues passaient par les faubourgs à l'existence juridiquement reconnue et définie. Il s'agissait du « territoire attenant à une ville, dont les habitants ont les mêmes privilèges et « la même juridiction que ceux de la ville186 ». Apparus très tôt, une fois la paix assurée, les faubourgs se développèrent surtout du xiiie au xvie siècle. Certains existaient avant que la ville ne naisse tel celui de Beré précéda Châteaubriant et son église fut celle de l'unique paroisse. Certains prirent des dimensions tout à fait remarquables. Jouvin de Rochefort note en 1676 que : « la ville même (de Nantes) est moins étendue [que] le grand faubourg du marché qui a ses rues, ses places et ses couvents187. » Même situation à Guingamp où la ville, petite, possède cinq faubourgs déjà largement développés au XVIIe siècle188.

  • 189 Cambry, Voyage dans le Finistère…, 1794.

78Le développement des faubourgs quoique toujours lié à une expansion de la ville se fit à partir de sites bien différents. Au-delà de la rivière où des moulins, des tanneries, des forges, des teintureries consommatrices d'eau attiraient les hommes. Brest et Recouvrance en sont un exemple, mais il en est d'autres, le Loch séparait la ville (paroisse Saint-Gildas) d'Auray et le faubourg (paroisse Saint-Goustan), le Garum et le Meu coupaient respectivement Montfort des faubourgs Saint-Nicolas et du Coulau. Par manque de place, les faubourgs de Saint-Malo et Concarneau s'installèrent sur la côte. Ailleurs, un village satellite le créait, tels Saint-Jean de Beré et Rannée pour Châteaubriant et La Guerche. Enfin, les villes composites, en général les grandes agglomérations, présentaient en même temps plusieurs des types évoqués : Rennes aux faubourgs si différents de Sainte-Anne et de Saint-Hélier, l'un compact, l'autre s'étirant le long de la route. Nantes où les faubourgs du Marchix, de la Fosse, du Pirmil et de Saint-Clément composaient avec la vieille et petite cité intra-muros, Vannes serrée entre Saint-Patern, Saint -Salomon, Calmont et Le Mené. Les faubourgs constituaient un lieu de contact, de symbiose entre ville et campagne. Néanmoins certains ne se distinguaient en rien de la ville proprement dite : même type d'habitat, même occupation des habitants. Il s'agit là de l'évolution ultime du faubourg près d'être assimilé, incorporé à la cité qui pouvait physiquement l'absorber en l'enserrant dans de nouveaux remparts. Le faubourg pouvait consister en une rue aux maisons plus ou moins alignées de chaque côté avec des jardins s'enfonçant dans la campagne. Une ville possédant plusieurs faubourgs de ce type, présentait un plan en étoile caractéristique. Ainsi, à Clisson, à Dol, à Montfort, à Vitré, à La Guerche dont les quatre faubourgs de se développaient à partir des quatre portes. À Guingamp, les maisons relativement espacées les unes par rapport aux autres ne constituaient en fait que des îlots. Les jardins des faubourgs de Morlaix lui donnaient un aspect champêtre décrit par Cambry : « paysages formés par des jardins, des pavillons, et des accidents d'arbres et de rochers pittoresques accrochés sur les hauteurs189 »

79La population des faubourgs généralement plus pauvre, plus industrieuse que celle de la ville réunissait des petites gens, des gagne deniers, des artisans mais aussi des cultivateurs, des maraîchers, des jardiniers qui travaillaient les terres aux portes de la ville et vivaient du marché urbain très proche. Phénomène bien connu qui se vérifie aussi en Bretagne. À cette population correspond un type d'habitat moins élaboré que celui que l'on peut trouver au centre de la cité, des maisons rurales bâties sur des terrains moins chers dont profitaient aussi quelques nobles ou bourgeois dont l'habitat tranchait dans ce paysage. Pour les mêmes raisons, espace et moindre coût, nous trouvons des installations religieuses en grand nombre, aux bâtiments entourés de jardins, de vergers, voire de champs. Ainsi à Guingamp où vivaient hors les murs, les Pères capucins, les Jacobins, les Dames de la Charité, les Dames hospitalières. Situation identique, à Vannes avec le vaste enclos de la Retraite des Femmes, le Séminaire, les Jacobins, à Vitré, où quatre couvents occupaient un espace presque égal en superficie à celui de la ville intra-muros. Situés à l'origine aux portes de la cité, mobilisant de très vastes espaces constructibles, ils constituaient une gêne considérable au développement urbain, gène d'autant plus forte que la ville grandissant, ils se trouvaient intégrés à la cité intra muros comme par exemple à Dinan, ou au sud de la Vilaine à Rennes. Très souvent les communautés religieuses s'opposèrent aux politiques d'aménagements quand celles ci amputaient leurs propriétés ou remettaient en causes leurs droits. Cette ceinture de biens ne fut efficacement brisée — et encore pas partout — qu'au moment de la Révolution. Notons enfin que bien des hospices, maladreries avaient été installés pour des raisons de salubrité hors les murs.

Les équipements urbains

80Durement frappés par les épidémies, par les maladies les plus diverses, les hommes étaient justement inquiets. Ils cherchaient autant que leurs connaissances le leur permettaient, à supprimer les causes de leurs maux. Au fur et à mesure que le temps passait, ils s'attachaient à leurs conditions de vie, à la salubrité. Ils attribuaient à la saleté et aux odeurs des vices et des vertus démesurés. Les communautés urbaines devenaient de plus en plus attentives à tout ce qui pouvait altérer la santé des citadins : à l'approvisionnement en eau, à la propreté des rues, à l'exercice des métiers polluants.

L'approvisionnement en eau

  • 190 P. Lavedan, idem, p. 126. Rien qu’à Dol en 1784, la communauté acheta 600 tuyaux de terre à la man (...)
  • 191 AD.35, C 546. ND. Saint-Jean, Chaude, rue de la Miserie, des Forges, les puits du Marché au blé. À (...)
  • 192 AD. 29, 2E 151, AD. 35, C 567.
  • 193 AN. Fonds man., D2 28, 1733. D2 29, Mémoire pour la fontaine de la ville (1770).
  • 194 AG. St-Malo, art.8, cart.2. AD. 35 C 440. AM. St-Malo, DD1. Dès 1671, Chaulnes prévit une citerne (...)
  • 195 L. Rouand, « L’aqueduc romain de Carhaix », BSAF, 1900, p. 55-96.
  • 196 G. Thomas, « Brest… », BSAF, 1963, comptait pour 1776, 27 puits et 3 fontaines publiques.
  • 197 AD.35, C 610. Adjudication des travaux le 31 Mai1785, procès-verbal de réception : 22 juillet 1788 (...)
  • 198 Dubuisson-Aubenay, Itinéraire…, éd.1898.

81L'eau indispensable à la vie des hommes et des animaux, sert à l'alimentation, au nettoyage des vêtements, du linge, au bâtiment, à diverses industries. Au xviiie siècle, les villes bretonnes possédaient les équipements nécessaires : sources, puits, cours d'eau, citernes, amenées aux fontaines urbaines par des canalisations enterrées : en bois d'abord, en poterie ensuite, en plomb enfin190. Des robinets, des abreuvoirs, des puits collectifs ou privés procuraient l'eau fournie par des porteurs à domicile à ceux qui en avaient les moyens. Petit métier dont nous savons l'existence mais qui laisse peu ou pas de trace dans nos sources. Métier encore attesté au xixe siècle à Rennes, où ils disparurent en 1893. Il restait 13 porteurs d'eau en 1770. Quintin possédait plusieurs fontaines191, Quimper aussi, en particulier au Champ de bataille192. À Lorient, la compagnie disposait de beaucoup d'eau distribuée par 31 fontaines dont la plus éloignée située à une lieue. Six ne tarissaient jamais et suffisaient en 1733 pour l'Enclos et pour les navires. Un réservoir placé en haut du parc contenait 400 à 500 barriques d'eau en permanence. La ville s'arrangea avec la Compagnie pour son approvisionnement, demanda deux pouces d'eau et prévit en conséquence, en 1770, la construction d'un réservoir voûté d'une contenance de 1500193. Landerneau avait des sources abondantes, en 1676 la pompe fut installée place Saint-Julien, il y avait aussi une fontaine, ou pompe, du Prat hors la ville et la fontaine blanche. En 1755, les documents attestent l'existence de deux pompes supplémentaires, une quai de Léon, l'autre quai de Cornouaille. Mais, les besoins augmentant l'eau commença à manquer en 1767 et en 1775 il y eut pénurie. Quelques villes connaissaient des difficultés d'approvisionnement. Les habitants d'Antrain ne disposèrent que de la fontaine près de la Loysance quand le puits de la rue du puy fut comblé. Saint-Malo n'avait point d'eau sur le site et devait s'en procurer hors de la ville, desservie par un fragile conduit passant par les Talards et le sillon194. Les gens de Tréguier ne disposaient pas en ville de la quantité d'eau suffisante et devaient aller chercher le complément un quart de lieue plus loin à des sources au débit insuffisant en été. Pour un tel déplacement, long et fatigant, les services des marchands d'eau entraînaient une dépense « excessive pour l'habitant ». La communauté améliora la distribution dans la ville en changeant les tuyaux d'amenée et décida d'aller prendre l'eau à une fontaine plus éloignée mais de débit régulier et de qualité meilleure entre 1762 et 1767. Depuis l'époque romaine, l'aqueduc de Carhaix fournissait une eau dont la source était distante de plusieurs kilomètres195. À Brest, dont la population augmenta rapidement au cours du xxviiie siècle, où les besoins de la marine étaient grands, la distribution d'eau malgré l'existence de nombreuses sources restait encore en 1783 défectueuse et les conduits publics de qualité inégale malgré l'existence de rares fontaines196. En 1783, on entreprit le rétablissement des conduites des fontaines de la place de Médisance, du petit Moulin et du château qui s'étala de 1785 à 1788. L'on construisit la fontaine en pierre du champ de bataille197. Partout, les communautés essayèrent d'améliorer la distribution en refaisant tout ou partie des canalisations et en installant des prises d'eau supplémentaires. Il existait peu de fontaines monumentales, on cite à Guingamp, la Plomée de style renaissance avec deux vasques de pierre restaurée en 1743. La fontaine du Pâtis admirée par Dubuisson-Aubenay en 1636198, devint la « fontaine de Marolles » après avoir été transformée en 1740, son bassin maçonné, son entour pavé et encadré de pierre de taille et la source recouverte d'un dôme de granit taillé. Une porte de bois pourvue d'une serrure fermait ce petit monument. Peu de villes avaient prévu dans leurs charges ordinaires un poste de dépense pour les eaux ce qui les obligeait soit à emprunter soit à demander l'aide des États qui, par exemple en 1766, examinèrent les demandes de fonds des communautés de Fougères où l'eau manquait, de Rennes où les travaux piétinaient, de Saint-Brieuc où elles voulaient établir des fontaines, de Tréguier.

  • 199 AM. Rennes, 227, 229, AD. 35 C 326-330.
  • 200 AD.35, C 4904.
  • 201 P. Lelièvre, op. cit, 1942.
  • 202 AM. Hennebont, BB.16, 5 décembre 1738.
  • 203 L. Even, La vie municipale…, 1927 ; AD. 35, C 460.

82Habitants et édiles s'inquiétaient souvent de ce qu'ils buvaient. Ainsi, soupçonnant l'eau des puits de Port-Louis d'apporter des maladies, ils établirent des fontaines et organisèrent le « ramas » des eaux vives pendant que quelques habitants aménageaient des citernes pour recevoir les eaux pluviales. Les plus riches s'adressaient aux paysans et le major de la garnison se faisait fournir par le passeur de Kerudel. Cette situation dura jusqu'en 1767 où le privilège exclusif de fournir l'eau fut accordé à l'Hôpital général qui obligea les marchands d'eau avec qui il traitait, de puiser à la meilleure source. En 1657 l'eau « croupissante et boueuse » des puits de Rennes fut soupçonnée de provoquer « dysenteries et autres maladies » fréquentes. La communauté profita de la reconstruction, pour améliorer le système d'adduction d'eau, pour s'approvisionner à de bonnes sources. Gabriel partageait leur souci et proposa en 1727 de réunir les eaux du plateau de Quincé pour alimenter six fontaines publiques. Les édiles effrayés par le coût des travaux envisagés, refusèrent les conclusions des experts parisiens sur la nocivité des eaux de la source de la Mare et provoquèrent une contre-expertise confiée à des médecins locaux qui conclurent, en s'appuyant sur l'expérience que, personne ne ressentant d'incommodité, l'eau de cette source était utilisable199. Les habitants de Tréguier n'appréciaient pas l'eau qu'ils devaient boire « dans le temps du roui des lins et des chanvres200 ». Les porteurs d'eau de Nantes, devaient se servir en amont de la ville et à marée descendante, mais surtout pas en aval et notamment le long des quais de l'île Feydeau201. Tout le monde n'avait pas la chance de Dinan et de Quimper qui possédaient des sources d'eaux minérales. Pour ne pas aggraver une situation déjà difficile, les édiles voulaient que la consommation des animaux et des humains ne se confondît point alors que les chevaux étaient particulièrement nombreux, que du bétail vivait dans les villes. La présence d'abreuvoirs en quantité suffisante, à l'accès facile et bien entretenu, exigeait une politique municipale attentive. Hennebont se plaignait de ne pas pouvoir fournir aux chevaux de l'armée, d'endroits suffisants où ils pussent s'abreuver202. À Vitré, la situation exigeait qu'ils aillent à un point d'eau qui se trouvait à plusieurs centaines de mètres de leur cantonnement203. La ville de Saint-Brieuc manquait à la fois d'abreuvoirs et de lavoirs ce qui était : « au détriment du contour des fontaines qui (restaient) aux environs de la ville. Les lavandières [formaient] des lavoirs autour des fontaines, d'autres [allaient] laver dans les canaux » qui fournissaient de l'eau aux moulins. Quant aux chevaux, ils devaient être conduits « aux seules fontaines qui [restaient] pour la vie du public ». Laver le linge, nettoyer tout ce qui devait l'être, devait se faire, les règlements y insistaient, en des lieux précis jamais dans les fontaines, dans les ruisseaux, ni dans les rigoles. Reste que le problème récurant des immondices rendait souvent ces efforts inefficaces.

Le traitement des immondices

  • 204 L.-S. Mercier, Le tableau de Paris, 1781-1788.
  • 205 AM. Rennes, 220.
  • 206 P. Levot, Histoire, AD.29, 2 E 1501, achat de deux tombereaux en 1682, de quatre en 1684, de six e (...)
  • 207 AM. Landerneau, 8/40. 31 mars 1764.
  • 208 Encyclopédie méthodique, éd.1789, art. « Boue », p. 435.

83La description épouvantable que Sébastien Mercier nous fait des rues de Paris à la fin du xviiie siècle, illustre la faible portée des règlements concernant la propreté des rues et dénonce l'attitude des citadins : « la santé est le bien sur lequel l'homme se montre le plus indifférent204 ». Négligée à Paris jusque vers les années soixante, la propreté urbaine devint par la suite, l'objet de règlements de police répétés. Il fallait empêcher les habitants de se débarrasser de leurs ordures, des « matières » sans tenir compte du voisinage. Ils jetaient trop souvent encore tout ce qui les embarrassait par la fenêtre et entassaient devant chez eux des déchets de toutes sortes. Les animaux qui divaguaient librement à travers les cités ajoutaient aux saletés des hommes. Enfin, l'existence des fossés aux eaux souvent croupissantes et nauséabondes préoccupait aussi les habitants205. En Bretagne, comme ailleurs, le problème se posait et depuis longtemps comme le montrent divers règlements. À Nantes dès 1487, puis en 1519, à Brest en 1681, ailleurs, ordre fut donné aux habitants de paver leurs cours, de balayer devant leurs maisons deux fois par semaine, de transporter leurs immondices hors de la ville. Le règlement de police de 1754, l'ordonnance du 30 janvier 1785, rappelaient aux Brestois ces obligations206. Ils devaient entasser les ordures tous les matins « contre les murs » afin qu'elles puissent être enlevées « aussitôt par les tombereaux de la ville ». Chaque habitant de Landerneau balayait, en principe, « tous les jours en droit soi » et les ordures étaient ramassées ensuite207. Pour pallier les effets de la mauvaise volonté des gens de Châteaubriant, les officiers de police proposèrent d'embaucher un homme qui balayerait tous les quinze jours « la principale place que l'on nomme Saint-Nicolas » et qui enlèverait les boues des rues où les immondices s'entassaient. Moins polluants, mais encombrants, les chantiers demandaient une attention particulière et les entrepreneurs devaient enlever les gravats après en avoir fait des tas particuliers. Quelques ordonnances de police prévoyaient de séparer des autres ordures, les poteries cassées, les bouteilles, les verres, les vieilles ferrailles, de les enfermer dans des sacs distincts préfigurant nos tris sélectifs. On les utilisait souvent à boucher des trous, à combler les douves208.

  • 209 AD.35, C 565. Règlement du 9 février (an II), 89 articles dont les 8 et 9 concernaient la propreté (...)
  • 210 A. Dupuy, Etudes sur l’administration…, 1891, 2e partie p. 6 en donne peu d’exemples.
  • 211 AD. 29, 2 E1501. Les chaises percées continuaient à être utilisées, de même que les pots de chambr (...)
  • 212 C. Nières, op. cit, 1972. À la différence de Blondel qui continuait à les placer le plus haut poss (...)
  • 213 M. Sauvageau, Coutumes de Bretagne, 1771.
  • 214 AD. 35, 2Eb 24, famille Berrouette. À Tarbes, les latrines des maisons des Bourgs vieux et neuf se (...)

84Pour aussi précise qu'elle fut, cette réglementation n'empêchait point les habitants de Landerneau de jeter les ordures par les fenêtres, ni ceux de Dinan « de faire leurs ordures dans les rues, place209 ». Les menaces d'amende (3 livres) ou de détention avaient peu de portée comme le montre le règlement de l'An VIII qui reprenait ces interdits. À Brest, le règlement de 1757 défendait aussi « de faire aucune ordure dans les rues et escaliers publics » et voulait obliger les propriétaires à mettre des latrines dans leur maison sous trois mois. Cette disposition distinguait les immondices qui provenaient des déchets de l'alimentation, du travail, de celles liées à la nature humaine. Pour ces dernières il était possible de combiner les installations particulières aux équipements publics. Nous avons quelques exemples de latrines publiques sans être sûrs qu'il ne s'agit point d'exceptions210. Nous en trouvons la trace à Quimper en 1719, à Saint-Brieuc en 1779, à Landerneau en 1780, à Morlaix. Le nouveau règlement de police pour la ville, faubourg et ressort de Quimper précisait, qu'il était défendu « de vider des pots par les fenêtres sur les pavés, mais dans leurs latrines et ou il n'y en aurait pas (d'en faire) construire aux frais du Propriétaire211 ». À Saint-Brieuc, il fallut envisager la construction d'un aqueduc pour nettoyer celles de l'hôpital de la ville. Cette politique d'assainissement accompagnait l'installation des 'lieux' dans les maisons, immeubles, hôtels nouvellement construits. Robelin en prévoyait quatre dans les cours des bâtiments qu'il concevait212. À Nantes, les usances de la ville décidaient les conditions de leur établissement dans ses articles XX et XXI et par soucis de salubrité l'on ne pouvait en construire à moins de neuf pieds « du puit à eau de son voisin213 ». Les « tourelles des commodités » devaient monter jusqu'au grenier afin que l'on puisse y placer aussi des lieux qui desserviraient les chambres installées à ce niveau214.

  • 215 M. Sauvageau, idem p. 356.
  • 216 AD.22, C 2, Lamballe, Supplique des habitants de la rue Courbe (7 sept. 1785).
  • 217 AD. 29, 2 E 1518.

85Dans la ville haute de Rennes, les matières se déchargeaient des maisons dans des conduits publics et se déversaient ensuite dans la rivière, aussi la communauté n'accepta pas les fosses mortes prévues par Robelin. Les Rennais tenaient d'autant plus à cette solution qu'ils étaient persuadés que la valeur des teintures en dépendait : « ces teintures ne se font dans aucun autre endroit pour les couleurs vives et hautes aussi parfaites que depuis les endroits où elle reçoit les matières par les conduits ». Les articles VIII et IX des Usances de la ville et faubourg de Rennes donnaient des prescriptions d'installation et démontraient l'ancienneté de leur existence215. À Lamballe, les riverains voulurent profiter de la réparation du pavé pour installer un canal qui évacuerait les eaux infectées de la rue Courbe à la rivière. À Saint-Brieuc en 1762, la rue Goueno, la plus fréquentée, la plus passagère, la plus commerçante, était aussi la « plus incommode » par la rencontre des eaux des conduits de chaque maison et les eaux de plusieurs rues216. ». À Châteaubriant, en 1764, à Fougères en 1751 et 1765, la solution proposée fut la construction d'« aqueducs » sous les rues217. À Nantes, dans la seconde moitié du xviiie siècle, tous les nouveaux quartiers furent pourvus de conduits se jetant dans la Loire.

  • 218 AM. Rennes, comptes des miseurs.
  • 219 Caze de la Bove fut intendant de 1774 à 1783. Sur sa politique : H. Fréville, L’intendance de Bret (...)
  • 220 AM. Rennes, 220, bail 1772.
  • 221 M. Forest, Chroniques…, 1980. À Valence des « maladies furent occasionnées par les trop grandes ch (...)
  • 222 A. Dupuy, Études de l’administration municipale, 1891, 2e partie, p. 5 cite en particulier Quimper (...)

86On pouvait certes obliger les habitants à enlever les boues et immondices mais cela ne donnait pas de bons résultats, aussi les municipalités organisèrent le ramassage par des fermiers à leur frais, ensuite par des entrepreneurs qui payaient le droit de le faire. Dans les comptes, à des dates d'ailleurs diverses, apparaît la trace de baux de « répurgations » au moins disant. À Rennes, le bail de 160 L en 1698218, atteignit 1 800 L en 1735, 2 200 L en 1736, ensuite renversement de tendance : les baux successifs furent de 1 900 L, 1 400 L, 1 200 L, 650 L, celui de 1763 était gratuit. Le passage du paiement par l'adjudicataire de l'enlèvement des boues au lieu de l'inverse devint pour une ville fort intéressant. Caze de la Bove poussa les communautés à tirer profit des boues qui avaient « une valeur réelle, comme étant très propres à l'engrais des terres219. À Quimper, en 1712 eut lieu la première tentative de faire payer l'enlèvement des boues par un cultivateur. À Rennes, le renversement eut lieu en 1772 quand le poste des boues passa de la partie dépenses à la partie recettes. Pendant une période intermédiaire, de 1763 à 1769, les adjudicataires assurèrent gratuitement le nettoyage de la ville. Le commerce des boues commençait à devenir rentable pour les communautés mais aussi pour les preneurs. Le bail de 1772 entérina le nouveau système220 : « Tous lesquels expurgateurs seront tenus de payer chaque année les susdites sommes [...] entre les mains du Trésorier de la dite ville qui les recevra en recettes dans ses comptes. ». Conclu à 400 L, le bail passa à 760 L en 1775 et à 1180 L en 1784.L'évolution fut la même à Morlaix où le sieur Mallet et ses associés obtinrent en 1778 l'enlèvement des boues en payant 350 L221, d'autres villes suivirent222.

87Un bon écoulement, des espaces vastes semblaient les meilleures solutions : « des rues larges et bien alignées contribuent beaucoup à la propreté d'une ville parce que les rues sont moins humides, le soleil les dessèche facilement ». Il fallait donc établir des rues avec des pentes suffisantes, mettre des égouts partout où cela était possible et enfin utiliser du bon sable pour le pavage ce qui évitait la formation de boues.

88D'autres mesures s'adressaient à ceux qui exerçaient des métiers sales et malodorants : les bouchers, les tripiers, les tanneurs, les potiers de terre, les teinturiers. Depuis longtemps, les communautés cherchaient à les reléguer hors de la ville, dans des quartiers particuliers.

L'éloignement du centre ville des métiers polluants

  • 223 AM, Redon, RCV. 1766-1770, f°43 v°, la ruelle d’Enfer.
  • 224 AD.35, C 474. Saint-Brieuc, sentence des juges de police, 4 août 1780, rappel de la sentence du 11 (...)
  • 225 AD. 35, C474.
  • 226 AD. 35, C 565.
  • 227 AD. 35, C 565, mémoire 1766.
  • 228 M.E. Monier, Dinan, éd. 1977.

89Il faudrait distinguer entre une pratique assez généralisée qui isolait de fait les métiers polluants, les bouchers et les poissonniers, quelquefois les tanneurs, des règlements finalement peu nombreux que justifiaient deux arguments : confort et salubrité. Le confort gêné par des odeurs souvent pestilentielles ou par des spectacles peu ragoûtants, la salubrité liée aux conditions d'abattage et d'exposition. Mais nous savons que ces deux problèmes se mêlaient dans l'esprit des gens. La volonté, ancienne et primordiale, de réglementer l'exercice du métier de boucher n'aboutit ni partout, ni rapidement, ni toujours. L'usage demeurait de laisser les bouchers tuer devant leur demeure à charge pour eux de nettoyer à grande eau. Encore à la fin du siècle, le problème se posait avec force dans quelques villes223 comme à Saint-Brieuc où les juges de police rappelaient en 1780 que : « la salubrité de l'air dans une ville est un objet intéressant qui mérite toute l'attention. La procurer c'est écarter la maladie, c'est conserver le bien des citoyens224 ». Depuis un an, le conflit avec les bouchers devenait plus aigu, aussi interdit-on la tuerie et la vente à domicile qui entraînaient « des amas de fumier du sang des bêtes » et « d'y fondre leur suif ». Les bouchers devaient quitter la ville sous la Saint Michel prochaine et fixer leurs domiciles « dans les lieux qui leur (seraient) indiqués par la sentence de police du 11 septembre. » La plupart obéirent mais quelques-uns arguèrent de la difficulté à se loger pour rester en place. Une nouvelle sentence leur donna un délai d'un an mais avec de très fortes restrictions à l'exercice de leur métier. Elle prévoyait, s'ils n'avaient pas trouvé où s'installer à la fin de ce temps, de réquisitionner la ou les maisons nécessaires225. La situation à Quimper, aboutit à l'Ordonnance de police de 1785 qui interdisait aux bouchers : « de tuer ou saigner leurs bestiaux sur la rue, ni de faire aucun amas de sang [...] en quelque endroit que ce soit. », mais, ils pouvaient continuer à exercer leur métier chez eux en nettoyant tous les jours en attendant que fut établie « sous trois mois leur tuerie le long de la grève [.] hors les murs ». 1785, la date parait bien tardive pour régler une situation fort désagréable, dans une ville où les boucheries dominaient la ville et l'infestaient. Par la petite rue du Guodet, le sang et les immondices se répandaient, s'écoulaient le long de la place Saint-Corentin « passant au-devant de la cathédrale et de l'évêché », et de là gagnaient la rivière. Autrement dit : « la boucherie [était] par toute la ville et que toute la ville [était] en boucherie226 ». Pour aller vers les promenades les gens traversaient des cloaques et « les ruisseaux de sang corrompu comblés des dépouilles ». En 1766, les édiles et l'évêque avaient enfin prévu de transférer la tuerie hors de l'enceinte et de construire ensuite des halles qui serviraient aux bouchers et aux boulangers227. Dans les villes où une réglementation fut édictée, elle concernait deux problèmes distincts : la tuerie et la vente de la viande. L'abattage des animaux devait se faire hors les centres et de préférence dans les parties basses, le long des rivières en aval. La vente devait avoir lieu souvent dans des halles prévues à cet effet, les risques d'infection y étant moindres, cependant à Dinan, la communauté profita de travaux centre ville pour enlever les halles aux bouchers228. Ce ne fut pas le cas à Rennes après l'incendie où dans les nouvelles halles construites près de la Vilaine sur des terrains acquis par la communauté pour remplacer la cohue détruite, bouchers et boulangers se partagèrent les 169 étaux, 84 pour les premiers et 85 pour les seconds. Bouchers et tripiers habitaient au sud de la Vilaine, rue du Champ-Dolent, l'isolement de leur habitat dans la partie sud-ouest de la cité était chose faite.

  • 229 AD. J 29, 100 J, 98.

90Nous savons que les poissonneries posaient aussi des problèmes surtout liés à l'odeur et que la plupart se trouvaient le long des rivières, comme par exemple rue de la poissonnerie à Rennes. Dans d'autres villes où la vente était réglementée, les pêcheurs devaient porter le poisson aux halles solution envisagée à Rennes pour les nouvelles halles. Les sources sont discrètes sauf encore à Quimper, où la poissonnerie se trouvait au xviiie siècle sur la place principale, à l'entrée de la cathédrale, les citadins supportaient mal cette présence « puante ». Les Quimpérois envisagèrent d'installer les poissonniers entre le moulin de l'évêché et le port Sainte-Catherine229.

Le transfert des cimetières

  • 230 Par exemple à Nantes, paroisse Sainte Croix (AD.44, Sainte-Croix, 1765-1780), ou encore à Brest où (...)
  • 231 À Hédé, Pont-Croix, Hennebont, Gourin où il occupait un grand espace, Rennes autour de Saint- Étie (...)
  • 232 AM. St-Malo, DD1, cimetière du « Dieu de Pitié », dit aussi « du milieu ». Plan (1698), il fut dét (...)
  • 233 AD.135, C 1711 (1737).
  • 234 Encyclopédie…, éd. 1789. Hales posait le problème en 1741 et l’abbé Porée en 1745 (Corbin, op. cit (...)
  • 235 H. Buffet, Vie et Société…, 1972.
  • 236 Jarry, Essai d’histoire…, 1964.
  • 237 P. Levot, idem, T III, la ville.

91Les « places des morts » que les croyances installaient dans et auprès des églises, commençaient à gêner sérieusement les vivants tout au moins dans les cités en expansion230. Comme les gênait l'habitude d'enterrer sous le sol des églises les dépouilles des paroissiens privilégiés. Un simple regard jeté sur les plans des villes malheureusement quelquefois discrets montre l'existence fréquente des cimetières en pleine cité231. On perçoit assez tôt la tendance à déplacer les cimetières hors les murs. L'incendie de 1661 servit de prétexte à Saint-Malo pour transférer au moins l'un des cimetières sur les trois qui se trouvaient intra-muros232. Ce ne fut que beaucoup plus tard (1773) qu'ils furent tous désaffectés ; les morts furent alors enterrés au Talards, dans un cimetière longtemps appelé « cimetière des marais ». Au même moment, les habitants d'Auray se plaignaient que leur cimetière trop petit, placé au centre de la ville, fût « plein de cadavres » et dégageât surtout « dans les temps de chaleur, une odeur cadavérique et infectante233 ». L'Encyclopédie méthodique crédita à tort l'archevêque de Toulouse des premières mesures concernant l'éloignement des morts en 1775234, la déclaration royale du 10 mars 1776 et l'ordonnance royale du 23 novembre reprirent ses décisions. Port-Louis possédait plusieurs cimetières, celui de Notre-Dame installé dès 1671 fut clos de barrières de bois dès 1692, et pourvu d'un portail et d'une enceinte en pierre de taille en 1718235. Il existait une volonté qui tendait à un déménagement des morts. Les habitants d'Antrain pétitionnèrent en 1791, pour qu'ils fussent enterrés hors de la cité, dans le champ de la Croix-au-Crocq236. Néanmoins, tous les habitants ne voulaient pas se séparer de leurs morts. Les uns, les plus nombreux ? par attachement aux coutumes, les autres parce qu'ils faisaient du lieu de leur enterrement un signe social. Attachement à l'habitude ? Peut-être les Brestois qui voulant installer un nouveau cimetière en 1771, le prévirent dans la ville. Le temps passa, vint la déclaration royale et ils se résolurent à acheter en 1780 deux champs où ils transportèrent les ossements de l'ancien237. Réticences sociales ? Les exemples ne sont pas Bretons. À Tarbes en 1769, puis en 1776, les paroissiens de la cathédrale ne voulaient pas être enterrés « dans le cimetière Saint-Martin réservé jusque-là aux seuls pauvres de l'hôpital ». Comment ne pas imaginer de tels réflexes par exemple à Port-Louis où fut construit en 1746 près de l'hôpital un cimetière réservé aux « pauvres marins et soldats » ? Soucis de la santé et soucis du confort se mêlaient, sécurité des corps contre les maladies, mais aussi contre les accidents et les agressions. En matière d'équipements publics cela concernait la signalisation des trous et tranchées pour éviter les chutes dangereuses, mais il s'agissait là d'une précaution temporaire qui dénotait malgré tout le respect du voisin. Par contre, éclairer les passants la nuit constituait un progrès considérable.

L'éclairage public

  • 238 AM. St-Malo, DD 1/33. Mais, Brest consacra son crédit éclairage aux casernes. À St-Malo la dépense (...)
  • 239 P Lelièvre, idem, 1942. Dépense de 115 760 L 19 s. 6 d. L’édit de janvier 1716, fixa la dépense an (...)
  • 240 J. Dauménil, A. Allier, Histoire de Morlaix, p. 133.
  • 241 AD. 44, C 149, lettre du 25 mars 1764.
  • 242 AD, 35, C 3933, lettre de la communauté aux États de Bretagne.
  • 243 J.-P. Bardet nous permet de suivre l’établissement de l’éclairage à Rouen depuis 1697 et nous four (...)
  • 244 L’urbanisme de Saulieu à travers les ages, 1980, bulletin n° 3.
  • 245 Histoire de Tarbes, 1975, p. 156 et suiv.
  • 246 M. Forest, Chroniques d’un bourgeois de Valence, 1980, p. 116.

92Passer du flambeau privé tenu par des laquais ou des porteurs à des installations fixes d'un usage général ne se fit pas partout ni tout de suite. L'éclairage public créé par l'édit de 1697, ne se généralisa que lentement au xviiie siècle. En Bretagne, Saint-Malo, Nantes et Brest se trouvèrent parmi les villes choisies par le roi pour : « l'établissement de lanternes à l'exemple de Paris238 ». Béchameil de Nointel, écrivit au Contrôleur général que : « Le sieur Gras [.] chargé de l'établissement des lanternes dans cette province » en avait mis en place 200 dans les rues de Saint-Malo dès octobre, et que le procès-verbal d'installation avait été dressé. Le 13 mai 1723, le fonds des lanternes montait à 2103 L. À Nantes, Expilly mentionnait la présence de 550 lanternes réparties entre la ville et les faubourgs en 1765. Elles étaient installées depuis 1697239. À Morlaix, la communauté passa un marché le 31 mai 1763 pour la fourniture et l'entretien de 32 réverbères avec 156 becs240. L'année suivante, les officiers de police de Châteaubriant proposèrent à l'intendant de placer trois lanternes sous les halles qui, bordées de maisons aveugles et contiguës à trois cabarets les plus fréquentés, servaient de refuge la nuit aux gens sans aveu241. Par la suite, la communauté eut quelques difficultés à trouver des adjudicataires. Personne ne se présenta en 1776, et elle se résigna à s'en charger par économie en 1779. En 1786, il y avait quatre réverbères. Saint-Brieuc, dépensa 7 000 L en 1770 pour s'équiper et, en 1787, la municipalité ordonna de placer deux réverbères supplémentaires242. Les trois de la place des Cordeliers de Dinan éclairaient chichement. Rennes substitua en 1776, 196 réverbères (462 becs) aux 144 lanternes la même année, à Nantes, 316 lanternes (725 becs). Beaucoup de villes, la plupart, restaient sans éclairage à la veille de la Révolution. Inégalement d'une ville à une autre, mais n'était-ce pas ainsi toutes les provinces, les équipements des villes bretonnes s'inscrivent dans un mouvement d'ensemble. Elles ne paraissent pas à la traîne et même inaugurent quelquefois. L'éclairage public en est l'exemple, Paris mis à part, la chronologie bretonne ne diffère pas des autres : Rouen plaça ses lanternes en 1697243. Saulieu en avait 25 au xviiie siècle, semblables à celles de Dijon, garnies de « bons verres de France244 ». Tarbes remplaça les anciennes lanternes par des réverbères en 1786245, Valence les installa en 1783246.

  • 247 C. Fonssagrives, « Notices historiques », BSPM, 1924, p. 142-190.
  • 248 AD. 35, C 515.
  • 249 AD. 29, 2 E, RCV. Quimper (1763-1776), 17 juillet 1766.
  • 250 Mairie Quimperlé, RCV. N°10, 1765-1775.

93Le numérotage des maisons nous fournit un autre exemple. Il apparaît à Paris en 1768, à Caen en 1778-1782, or nous savons que les maisons rennaises furent numérotées dans la première moitié du siècle, et que l'on plaça les panneaux de signalisation des rues. Le numérotage fut mis en place à Auray en 1765247, les comptes de Lamballe portent l'indication d'une dépense de 234 L 1 s en 1768 pour la fourniture de planches, peintures et pose pour numéro des maisons248, opération effectuée deux ans plus tôt à Quimper249, ainsi qu'à Quimperlé où, l'on acheta des plaques de fer blanc ou d'ardoise pour les apposer au coin des rues250. À Landerneau, en 1763, des plaques de bois placées aux principaux carrefours indiquaient la direction des grandes routes.

Les progrès de la lutte contres les incendies

  • 251 C. Nières, in Les Malheurs des temps…, de J. Delumeau et Y. Lequin, 1987.

94Quoique l'on continuait à voir dans les catastrophes un signe de la colère de Dieu, les hommes prirent un certain nombre de mesures pour les éviter et les combattre car, l'Encyclopédie, le soulignait, si un accident se : « présente deux fois de suite, il doit cesser d'être imprévoyable aux yeux d'une administration chargée de le prévenir ». Outre, les dispositions de construction prises pour éviter des désastres comme celui de Rennes et autres villes, l'organisation de la lutte et l'achat de matériel par les municipalités marquent cette période. La réglementation portant sur l'exerce de métiers dangereux obligea, en principe, ceux qui les exerçaient à le faire ailleurs que dans les maisons ou à prendre un certain nombre de précaution. Cependant, les risques d'embasement restaient importants. Les gens avaient l'habitude de conserver dans leurs maisons des matières inflammables, les braseros qui servaient au chauffage, les feux de cuisine, l'habitude les jours de fêtes, bien que cela fût défendu, de lancer des pétards, les feux de joie, les feux d'artifices aggravaient les dangers. Les matières inflammables, paille pour les animaux, les fagots, les bois, les charbons, la tourbe, ne devaient plus être entassés devant les portes et placés en des lieux clos et sûrs. L'ordonnance de 1781, obligea le ramonage quatre fois par an, et cantona les feux d'artifice sur les promenades publiques. Le feu déclaré, les municipalités cherchèrent à organiser la cohue spontanée de sauveteurs, à éviter la panique quelquefois déclanchée par les cloches ou le tocsin. Les propriétaires devaient avoir des seaux de cuir, rendre leurs puits utilisables, les artisans tels les charpentiers, les menuisiers prêter leur matériel. Bientôt les pompiers, les puiseurs jouèrent un rôle particulier. On organisa la lutte par quartiers mais on prévit aussi des hommes pour servir les pompes foulantes et refoulantes dites de hollande. Nantes en acheta en 1726, en 1780. Rennes en possédait quatre en 1721 et, à la veille de la Révolution, une douzaine de villes bretonnes en disposaient, entreposées avec échelles, crocs, seaux sous les halles ou dans une remise. Ce matériel exigeait des exercices, à Rennes, huit personnes les essayaient quatre fois par an, à Nantes, une quarantaine d'hommes et dix puiseurs les servaient. Tous ces efforts se rencontrent ailleurs dans le siècle dont on peut estimer qu'il connut de grands progrès dans la lutte contre les incendies251.

Notes

1 Le travail remarquable de la « Commission régionale de Bretagne de l’inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France » permettra de les connaître avec précision.

2 H. See, « La Bretagne et les Bretons… », La Grande Revue, n° 11, 1926, p. 109-128. La province et ses villes n’étaient pas les seules à souffrir du témoignage des voyageurs : le landgrave de Hesse, Maurice Le Lavaut, s’étonnait en 1602 de la « laideur des maisons et de la saleté des rues… » (Boissonnade, Police municipale à Poitiers au xviie siècle…, p. 6 et suivantes). Paris ne valait guère mieux, (cf. Louis Sébastien Mercier, Le tableau de Paris, 1781-1788).

3 Louis Desjobert, « Notes d’un voyage en Bretagne effectué en 1780… », Revue de Bretagne, 1909-1910 (Texte publié par le Mqs de Grouchy).

4 Cambry, Voyage dans le Finistère…, 1794.

5 Mignot de Montigny, « Le voyage de Mignot de Montigny. », publié par Bourde de la Rogerie, MSHAB. 1925, t. VI.

6 A. Young, Voyages en France…, 1931, trad. H. Sée.

7 Expilly, Tableau de la population de la France, 1780.

8 A. Young, Voyages en France…, t. I, p. 235. Il est le 11 septembre à Brest.

9 L. Desjobert, « Notes d’un voyageur en Bretagne », RB, 1909, p 257, 1910, p. 143. p. 256-

10 Archambault, Voyage d’un Gentilhomme breton aux eaux de Bourbon, 1720, ne vit que deux villes Vitré « Très jolie petite ville » et La Guerche « Petite Ville ».

11 Tillette de Mautort, Mémoires du Chevalier de Mautort… 1752-1802, éd. 1816.

12 C. de Guibert, Voyages…, 1806.

13 À cet égard consulter les ouvrages de Piganiol de la Force pour 1718, 1740 et 1780.

14 J. Crépin, Les structures socioprofessionnelles…, 1970.

15 Piganiol de la Force, Nouveau voyage…, 1740 ; Mad. Cradock, op. cit. p. 246 (1783).

16 Saugrain, Dictionnaire, 1726.

17 Madame Cradock, op. cit. p. 246 (1783).

18 J.-P. Leguay, op. cit. 1981. Un pavage existait à Paris en 1185 et la plupart des grandes villes étaient pavées au xive siècle.

19 H. Albert, L’industrie des chaises à porteur de Rennes au xviiie siècle, 1872.

20 B. Le Breton, Les maisons à pan de bois de Saint-Brieuc, DES. Nov.1965. À Guingamp, la rue se rétrécit au bout de la Venelle du Moulin de la ville ; quant à la venelle de l’escalier Saint-Jacques, ses marches de pierre existent encore.

21 De La Mare, Traité de Police, 1722, TIX « De la liberté et de la commodité de la voie publique », p. 323. Une « saillie » est la partie du bâti ment qui avance sur la rue et qui ne porte point à plomb sur ses fondements. Il existait une distinction entre les « saillies fixes » et les « saillies mobilières » liées à l’étalage. En Bretagne, les usances et lois particulières de Rennes précisaient (art. II) que : « celui qui bâtira ou refera maison à neuf […] sera tenu de bâtir à droit plomb », même chose à Nantes (art. XIX) : « qui bâtit ou refait de pied la maison de nouveau, la doit bâtir à plomb et à lignes, sans aucune saillie. Et s’il ne rebâtit dès le pied, doit tenir à plomb depuis l’étage où il réédifie. » Obligations reprises par le Règlement de police du 7 juin 1743.

22 Camillo Sitte, L’art de bâtir les villes, 1889, trad. C. Martin, 1918, p. 49, trad. D.Wieczorek, chez Vincent, 1980.

23 Pierre Lavedan, Qu’est-ce que l’urbanisme ? 1926.

24 M. de Galzain, Vannes, 1974, p. 40.

25 Ph. Petout, L’architecture civile à Saint-Malo, 1600-1750, thèse 3e cycle, Rennes nov.1981. Ex. dactylographié BIR, TR Rennes, 1982. 16 maisons construites de 1592 à 1649.

26 AG. St-Malo, art.8, sect.1, cart.3. 16 fév.1725 (Un arpent = 34 ares).

27 AM. St-Malo, DD 1. Vauban estimait à 1/6 de la surface totale de l’île la surface qui pouvait être encore aménagée.

28 AG. St-Malo, art.8, cart.2. Garengeau, 4 nov.1691, 21 déc.1694. Un premier plan concernant le Fiel était signé du 2 novembre 1700, un autre du 28 novembre (projet de la place du Fiel). Un quatrième projet fut présenté à Paris le 12 novembre 1701, suivi d’un cinquième, le 9 août. AD. 35, C 438 LP Versailles mars 1708.

29 Le Fiel bâti apparaît dans le plan Garengeau du 18 oct. 1713 (AD. 35, C 437).

30 AD. 35, C 437, 438. AG. St-Malo, art.8, carton.2 ; AM. St-Malo, DD 1 10 juillet 1712 « Plan du projet de la nouvelle enceinte et profil ». Devis estimatif, 25 septembre 1712. La Brosse prévoyait pour la voirie 33,35 % de la superficie, pour les boutiques 8,60 %, pour les maisons 58,05 %.

31 Ph. Petout, idem.

32 AD. 35, C437. AG. St-Malo, art.8 cart.2.

33 Ph. Petout, idem.

34 AG. St-Malo, art.8, cart.2, lettre Garengeau, 26 mai 1720.

35 AD. 35, C 438, Beauvais le Fer à SAS, 6 fév. 1737. Garengeau avait envoyé un plan au Contrôleur Général des Finances le 21 mars 1736.

36 AG. St-Malo, art.8, cart.3. Approbations du plan Garengeau des 21 mars 1737 et 16 février 1725.

37 AG. St-Malo, art.8, cart.3, plan de St-Malo. Par contre dans le plan de chez le Rouge, rue des Augustins à Paris, juin 1758, la modification partie nord n’apparaît pas.

38 AG. St-Malo, art.8, cart.3. Projet 1765, signé Larcher.

39 Idem, « Plan du projet général », Dajot, suivi d’un autre plan du 31 let 1769. M. de la Rozière envoya plusieurs études dont celles du 1er mai 1770 et de 1772.

40 40. H. Fréville, L’intendance…, TI, p. 25.

41 Y. Durand, « Nantes de la Renaissance à la Révolution », Histoire de Nan tes, 1977, p. 155 et suiv. L’ouvrage essentiel reste : P. Lelièvre, L’urbanisme…, 1942. Gérard Mellier fut maire de 1720 à 1730, J.-B. Ceineray, archi tectevoyer de 1760 à 1780, Graslin, receveur général des Fermes après 1758.

42 H. Bougerie, Rennes au xvie siècle (1500-1530), mémoire dactylographié Rennes, 1973. Remarquable travail d’adaptation dès 1440 à Guingamp, mise en place de tours d’artillerie à Clisson, Fougères, Dinan, Saint-Malo (A. Mussat, « Châteaux… », GMRAF, 1977, p. 5).

43 Le château de Landerneau, à la tête du pont, disparut au xviie siècle, à l’est celui de la Roche-Maurice, à l’ouest de Joyeuse Garde.

44 M. Hérubel, L’Homme et la côte 1937, p. 33. J.-P. Leguay, op. cit. 1981. J. Bazin, « La paroisse St Thomas de Cantorbéry à Landerneau » BSAF. 1969, T XVC, p. 186. La partie est du quai de Cornouaille serait du xive siècle.

45 P. Jeulin, l’évolution du port de Nantes, 1929. Très nombreuses lias ses aux archives départementales de Loire-Atlantique, aux archives municipales de Nantes, aux archives départ. d’Ille et Vilaine (série C), aux archives nationales. Cf. sources.

46 AG. Saint-Malo art. 8.

47 J. Daumenil, A. Allier, Histoire de Morlaix, 1879, p. 441. AN. Fonds mar. D2 52, f°96 à 143. AG. art.8 carton 1. 1677-1833. AD. 35, C.1180, Mairie de Morlaix.

48 AD. 35, C.1178 et 4903, C 1178. Lettre du 22 juillet 1762 du duc d’Aiguillon. Il devait avoir 348 t de long sur 36 p de large.

49 AD. 35, C.1179, 2396, 3172.

50 AD.35, C.1180, 1181.

51 J. Bazin, Landerneau, 1973, p. 67.

52 AD. 35, C.553. Projet Grandmaison (1er septembre 1752).

53 Idem, lettre du maire à l’intendant.

54 Plans de Brest de 1667 et de 1676, AN. Fonds mar, D223. Clerville sur l’état du port de Brest (14 janvier 1667) ; Mémoire de M. de Seuil sur le port de Brest (6 oct.1670). Eymin et Domeaud, les ports militaires de la France, Brest. P. Clément, Lettres…, 1861-1882, TIII, « Mémoire sur tout ce qui doit s’observer pour former les magasins des arsenaux de marine du Roi », 8 oct.1670. On prévoyait 30 bâtiments à Brest, 40 à Rochefort, 30 à Toulon.

55 Sainte-Colombe avait été l’auteur du projet approuvé par Seignelay. Il dressa un Plan de la ville, chasteau, arsenal et port de Brest et bourg de Recouvrance (12 avril 1680). Il mourut à Brest le 12 nov.1682 (P. Levot, Histoire de Brest, 1684). Desclouzeaux nommé à Brest le 12 décembre 1683, y resta jusqu’à sa mort le 6 mai 1701.

56 Petit, lieutenant du port, présenta en 1768, une nouvelle amélioration qui fut acceptée par Choquet de Lindu. En janvier 1769, l’on pouvait mâter 6 vaisseaux en un jour au lieu de deux. P. Levot, idem, donne une bon ne description de la machine dont la maquette se trouve au Musée naval de Brest.

57 Inaugurée le 12 déc.1687, elle fut remaniée en 1702, 1747, 1783, G. Guivarc’h, La construction de l’arsenal de Brest au xviiie siècle, 1964, IARH. Mémoire.

58 Décidée en 1727, leur construction tarda et les États de Bretagne durent intervenir vigoureusement. Le Parlement condamna la Marine pour ses retards.

59 Brest, arch. mar., 1 E. 208, plan Blondeau. Le port de Brest disposait alors de 72 feux de forges, ce qui permettait de traiter six à sept navires. La forge de Pontaniou avait 25 feux. Donc un total de 97 feux (huit vaisseaux au moins).

60 Brest, Bibl. mar., Construction des bassins de Pontaniou, dessin de Pierre Ozanne vers 1755 ; Choquet de Lindu, Élévation de l’entrée des formes, 1757. Arch. du port, 1 K 8, Plan des trois formes de Pontaniou, 28 juillet 1787.

61 H.-F. Buffet, « Naissance de la ville de Lorient… », BSPM. 1967, C. Nières, Histoire de Lorient, Privat, 1988. Plan 1752. La rue Orry longe le mur de l’Enclos et sépare celui -ci de la ville.

62 Amiral Lepotier, Lorient porte des Indes, 1970 en fournit une reproduction hors texte. Il montre treize vaisseaux alignés le long des installations de l’Enclos. Une chaîne flottante ferme le bassin. L’apparence de la corderie est à comparer avec celle de Vernet, Vue de Rochefort, 1672.

63 Collection des ports de France dessinés pour le Roi en 1776 par le Sr Ozanne, Ingénieur de la Marine, pensionnaire de Sa Majesté.

64 Le château en 1793, la ville en 1794. Le cas de Penmac’h n’est pas encore totalement résolu.

65 Brest, arch. marine. 1 E 506. Lettre du 10 décembre 1753 signalant un tremblement de terre. Rien de semblable à ce qui se passa à Palerme en 1726 ou à Lisbonne en 1755. Fonssagrives parle d’un séisme à Auray en 1622 (« Notices… », BSPM, 1924).

66 J-C, Boyer, L’évolution de l’organisation urbaine des Pays-Bas, 1978, p. 36. Mais à Clisson, la crue détruisit complètement 35 maisons et en ruina en partie 17 dans la nuit du 25 au 26 novembre 1770 (P. De Barthou, Clisson…, 1910).

67 AD. 35, C 3909. Inondations de 1762 à Montfort, 1768 à Guingamp et Saint-Brieuc, 1773 à Châtelaudren, Monfort, Pontrieux, Pontivy, 1781 à Josselin.

68 AD. 35, C 4857, 14 septembre 1768, partie du pont Sainte-Anne de Lannion, RCV. Quimperlé, 1746 : trois ponts sur cinq ; AD. 35, C 3173, une cale détruite à Hennebont le 23 août 1776.

69 C. Nières, op. cit et « L’incendie et la reconstruction… », Histoire de Rennes, 1972. D’après Gilles de Languedoc la ville aurait été déjà consumée en 1128 et 1183. (BM. Rennes, 2647 Recueil historique…, 1724, f°369-370). Un incendie de moindre importance détruisit quelques maisons à la limite du quartier reconstruit, le 14 avril 1740 (AD. 35, C3).

70 Parmi les incendies célèbres : Briançon en 1692 (29 janvier), 259 maisons en cendres. Vauban reconstruit la cité. St. Menehould en 1719, Châteaudun en 1723, Pontarlier en 1736…

71 AD.35, C 3910 ; AN, H 587. Gillot, « L’incendie de Fougères le 4 mai 1710 », AB, t. LXV, 1940. C. Nières, « Incendies à Fougères au xviiie siècle », Le pays de Fougères, 1982, n° 37 p. 7 à 11.

72 AD. 35, C 3909, Ogée, Dictionnaire…, éd. 1853, t. II, p. 79. L’incendie de Morlaix dura plusieurs jours et consuma plusieurs maisons, magasins, l’hôpital.

73 AD. 35, C 3329 à 3339. AM. Rennes, 566-567. C. Nières, idem. p. 34 à 37, 6 357 000 L pour les bâtiments.

74 AD. 35, C 3909, 29 janvier 1784.

75 AD. 35, C 490. États des pertes occasionnées par l’incendie arrivé à Dinan la nuit du 15 au 16 mars 1781.

76 C. Nières, La reconstruction…, 1972.

77 P. Lavedan, idem.

78 Vitruve, Les dix livres d’architecture, trad. Perrault, 1673, éd.1979 livres I et V en particulier.

79 P. Couteault, Archives de l’Art français. t. XII, 1922. Gabriel arrivé à Bordeaux le 19 mai 1729, remit le plan de l’hôtel des Fermes et trois projets de place royale le 8 juillet.

80 Jaucourt, « art. ville » (Encyclopédie). De La Mare, op. cit. TIV p. 14 avait fait remarquer que : « les plus habiles architectes conviennent que la beauté d’une ville consiste en la beau té de ses rues, mais celle de ses édifices […] fait l’excellence des rues. » Fréminville, Dictionnaire…, 1758, p. 518 était plus catégorique : « la beauté des villes consiste dans l’alignement des rues. »

81 Sur ce problème, on peut utilement consulter, en dehors des ouvrages d’histoire l’art, les écrits de : C.E. Brizeux, L’architecture moderne, 1728, J.-F. Blondel, Discours sur la manière d’étudier l’architecture, 1747 et Cours d’architecture…, 1771-1777, P.J. Mariette, l’architecture française, 1727 éd. 1927-1929, P. Patte, Discours sur l’architecture, 1756, Batista Alberti ou Andréa Palladio dans la recherche de villes idéales, Thomas More (Utopia, 1516), Tommaso Campanella (La cité du soleil, 1623) Johann Valentin Andréa, (Chistianopolis, 1619). Plus tard, C.-N. Ledoux, dans L’architecture considérée sous le rapport de l’art des moeurs et de la législation, publié en 1804, montrait son attachement aux modèles architecturaux antiques et l’utilisation sociale qu’il était capable d’en faire (Cf. projet de la ville de Chaux).

82 Le tracé des voies urbaines et donc la délimitation des parcelles n’est pas entièrement significatif d’une époque, non seulement parce que le plan d’une cité est long à se modifier mais aussi parce que nous trouvons à toutes les époques des tracés, réguliers ou non. Pour les plans en damier cf. Aigues-Mortes, ou Monpazier. (P. Lavedan, Les villes françaises, 1960).

83 André Michel, Histoire de l’Art, 1923, TVII, chap. I, p. 10. On trouve Jules Hardouin à Châteaudun (Bordas, J.-B. Histoire du Dunois, 1762, éd. 1884).

84 Les Gabriel à Rennes (C. Nières, La reconstruction…, 1974) ou à Bordeaux (P. Courteault, « La place royale de Bordeaux, », Archives de l’Art français, 1922, TXII, R. Auzille, Encyclopédie de l’urbanisme, 1950).

85 E. Kaufman, L’architecture au siècle des lumières…, 1963, p. 136 fait remarquer qu’il n’y eut pas de Louis XIII à Louis XVI d’évolution dans les « principes de composition » et que « la consolidation du système architectural se fit parallèlement à la stabilisation vers 1700 de la monarchie. »

86 Léon Jaussely, Avertissement, novembre 1722. R. Unwin, L’étude pratique des plans de villes, éd. 1930 repris dans l’édition de 1981.

87 R. Unwin, idem, 1981, p. 10.

88 Sur ces problèmes M. Poète, Introduction à l’urbanisme, 1929 ou L. Mumford, op. cit. 1950. A. Corbin, Le miasme et la jonquille, 1983, R. Plouin, « Cités françaises au xvie siècle, », Les cités au temps de la Renaissance, 1977, p. 67-75.

89 Brest ne peut être classée ainsi que le fait P. Lavedan, Les villes françaises, 1960 p. 110) parmi les villes d’origine économique. Par contre Lorient se trouvait bien dans la tradition du Havre de Grâce (1517) ou de Sète (1666).

90 « Ville » ancienne ou emplacement anciennement occupé ? de 879 à 1065, il n’est pas question de ville. Mais Dom Morice et Dom Lobineau voyaient en Brest une « ville importante » en 1240 pour l’un et en 1245 pour l’autre. On parle de l’échec de la prise de la « ville » par les Anglais en 1559. Elle se confondait alors avec le château et sa maigre population suivait les offices dans la chapelle de celui-ci. J.-C. Dauwin, Essai topographique…, 1816) cite un mémoire de 1693 où il est précisé que : « cette ville existait autrefois où est le rempart du château. »

91 Piganiol de la Force, Nouveau voyage…, 1724, IV, p. 518.

92 Six baptêmes en 1690, 22 en 1691, 70 en 1694, 98 en 1698. H.-F. Buffet, « Naissance de la ville de Lorient », BSPM.

93 H.-F. Buffet, idem, p. 8 et 9.

94 Enterrements à Ploemeur jusqu’en 1704, transfert du cimetière hors de la ville (à Carnel) en 1780.

95 La chapelle de la Compagnie des Indes (à l’intérieur de l’Enclos) ne contenait qu’une centaine de personnes.

96 Premiers alignements en 1707 par Pierre Langlade, I. Robelin établit un plan de la ville en 1708, il le modifia en 1717 et en 1719. Le plan Gabriel est daté du 28 mai 1732, transformé par la suite. Le projet général est dû à Gervais Guillois. Plan Dumaine, 23 avril 1735. Plan Louis de Saint-Pierre, 1745, Plan Thévenard, 1784.

97 AD. 56, E fonds Guémené 35.

98 E. Mignot de Montigny, Voyages…, 1752.

99 Christophe Cérino, Sociétés insulaires, guerres maritimes et garnisons, Belle-Ile-en-Mer au siècle de Louis XV, Thèse décembre 2001.

100 Il l’acheta 1 369 936 L au petit-fils de Gondi.

101 Sur les fortifications de l’île : AN. Mar. D2 56, G 76 n°231, 210 n 366 ; AG. Fortifications, art.8, Com. Région de Bretagne de l’Inventaire Général sect.1, cartons l et 3 ; AD. 35, C 1948 ; Belle-Ile-en-Mer, 1978.

102 B. Pocquet, Histoire de Bretagne, 1914, t. VI, p. 276-277.

103 Ogée, idem, 1843, art. Belle-Île.

104 Nous avons une bonne description des édifices dans les pages du volume concernant Belle-Ile-en-Mer, Commission régionale de l’inventaire, p. 104-107.

105 Plan Vauban (1683), plus divers plans dont le plan relief et le plan de 1761.

106 AD. 35, A 130. La déclaration du Roi concernant les alignements et ouvertures des rues de Paris (Versailles, 10 avril 1783), condamnait la hauteur excessive des maisons et proposait une largeur de rue suffisante pour éviter des boyaux « préjudiciables à la salubrité ».

107 Attestés aussi à Nantes 1729, Hennebont 1725, 1726, 1737, Brest, 1730-1750, Lamballe 1731-1733, Landerneau 1763-1769, 1780, Saint-Brieuc 1779, Guingamp, 1780.

108 Le règlement du Siège de Police de Brest, du 4 août 1764, reprenant celui du 24 janvier, ordonnait la même chose.

109 AD. 35, C 388. Plan Gabriel 27 mars 1735. Les maisons à porches de la rue de la Pinterie visibles sur de vieilles cartes postales furent dé truites lors du bombardement de 1944. À Dinan, interdiction seulement le 23 août 1776 (Cf. Monier, idem. p. 381. À St Pol de Léon, le 19 déc. 1779 (AD. 35, C 683 extrait du RCV.).

110 AD.35, C 546. La rue Saint-Yves qui faisait communiquer « un des plus grands faubourgs de la dite ville avec le restant de la ville », « trop pentue », resta d’accès difficile au moins jusqu’en 1763, bien que des travaux eussent été décidés en 1757.

111 AD. 35, C 3933. « Toisé général de ce que chaque propriétaire a perdu. », 1/16 de leur surface.

112 AD. 22, C 2 Lamballe, lettre du 4 décembre 1788.

113 AD. 35, C 3933 Lettre 25 juillet 1770. Dans cette supplique les habitants justifiaient leur demande en précisant qu’à l’intérieur de la ville les rues « n’ont dans leur majeure partie que neuf pieds de large ».

114 À Châteaudun reconstruite après l’incendie de 1723, les rues principales étaient de 28 pieds et les rues secondaires de 24, mais à Rochefort, trois rues ont plus de vingt mètres (près de 64 pieds). Au Titre III de son ouvrage, traitant de la voirie, de La Mare souligne à plusieurs reprises que son aménagement est « l’ouvrage de plusieurs siècles » et ne peut s’obtenir que par degrés. Il n’y a pas dit-il à déterminer une largeur unique car les rues sont d’importance différente. La largeur la plus convenable était à ses yeux de cinq toises (30 pieds) pour les grandes rues. Quelques années plus tard, les auteurs de l’article « villes » de l’Encyclopédie estimaient que les grandes rues devaient avoir huit toi ses de large (32 pieds) et les petites quatre (14 pieds).

115 « Rue du Roulage », BSPM, 1931.

116 Une autre solution consistait à contourner la cité, elle avait été choisie par le Marquis de Tourny à Bordeaux (M. Lheritier, L’urbanisme au xviiie siècle…).

117 À Ploërmel en 1776, où il est nécessaire de paver la rue Derval pour rendre la liaison avec le grand chemin praticable (AD. 35, C 3172). Auray, projet en 1765 (non exécuté) repris en 1776-1777 ; Ancenis projet 1757, exécuté en 1783 ; Antrain 1789 ; Carhaix, 1740-1741, 1784-1785 ; Châteaulin 1764-1769 ; Châtelaudren 1784 ; Guingamp 1783 ; Hédé, 1761-1777 ; Hennebont 1762 ; Josselin 1784 ; Landerneau 1763-1775 ; Moncontour 1770 ; Morlaix 1783 ; Ploërmel 1776 ; Quimper 1764 ; Quimperlé 1773 ; Quintin 1787 ; Saint-Brieuc 1758-1760-1782 ; Saint-Aubin-du-Cormier 1788.

118 AD.35, C 630. Le percement autorisé le 20 août 1766 coûta plusieurs dizaines de milliers de livres.

119 AD. 35, C 4857. Projet de 1784.

120 AD.35, C 4807. PV. des commissaires des États assistés de l’ingénieur Bernard (14 mai 1783).

121 AD. 35, C 4857. Inondation du 14 septembre 1768.

122 AD. 35, C 507, 16F 145-146. Deux ponts de bois construits « provisionnellement » pour relier la ville au faubourg. Plans Aufray (28 septembre.1773). C 2389, Reconstruction d’un seul pont en pierre à trois arches.

123 AD. 35, C 4857. Inondation du 14 septembre 1768.

124 AN. H 578. Mémoire sur le pont du Pirmil et réponse du Sr Goubert (1724). AN. H 623 Projet de pont 24 juillet 1757. M. Rudon, « Les ponts de Nantes sur la Loire », BSANA, 1958, p. 316 ; J.-B. Husson, « Les ponts sur l’Erdre », idem, 1959, p. 13-30.

125 AD. 29, E 1517. 3 avril 1517. Compte des Miseurs. E 1596. La même année un pont de bois fit communiquer le quai et le parc Costy. Un pont promenade permit d’aller de Locmaria à la promenade de Penitry.

126 AD, C4791, Plan Perrot (27 janvier 1782).

127 Antrain (1734,1744,1746), Ancenis (1782), Carhaix (1756), Châteaulin (1762, 1782,1784), Châtelaudren (1692), Dinan (1692), Fougères (1720), Guingamp (1770, 1774, 1785), Hennebont (1784), Josselin (1772), La Guerche (1740, 1772), Landerneau (1762, 1784), Lannion (1768), Lamballe (1752,1782), La Roche-Derrien (1768,1775, 1777), Le Croisic (1758), Malestroit (1785), Montfort (1773,1775), Nantes (1725, 1727), Quimper (1688,1730, 1750, 1753), Quimperlé (1770), Quintin (1787), Redon (1770, 1776, 1786, 1787, 1789), Rennes (1759), Saint-Brieuc (1780).

128 Camillo Sitte, L’art de bâtir les villes, 1889, trad. C. Martin, 1918, p. 49. Nouvelle trad. D.Wieczorek, chez Vincent, 1980.

129 À Châteaugiron une place des Gâtes (gâte signifiant ‘terrain vague’) servait au marché. À Nantes, les cordiers occupaient la motte Saint-André in culte. Quatre foires annuelles s’y tenaient (Manceron, « Les anciennes foires de Nantes et de sa région », BSAHLA, 1961).

130 AD. 35, 5E9, Requête du 22 Déc. 1778. Projet 1785, travaux 1787.

131 AD. 35, 16 F 145-146. Bigot, Notes historiques sur La Guerche, 1912.

132 L’importance des places de marché frappait le visiteur des villes allemandes ou tchèques. Par exemple à Nüremberg, à Dresde, à Munich, ou encore à Cheb, à Jicin, à Kadaù.

133 AD. 35, C 388. PV B. Robin, 21 juillet.1710 ; délibération de la communauté du 21 mai 1710.

134 Le Lay, Pontivy, 1911, p. 238.

135 AD. 35, C 3389.

136 A. Young, Voyages en France, t. I p. 236. Opinion déjà émise par d’Argentré (Histoire de Bretagne, 1588), partagée par Desjobert (Notes d’un voyage en Bretagne effectué en 1780) et Jouvin de Rochefort, Le voyageur d’Europe, 1672. Le belvédère (détruit en 1839) s’éleva sur l’emplacement de l’ancien château. Une croix surmontait ses trois tours carrées.

137 AD. 35, C 730. Rapport du 10 avril 1764. Quelques années plus tard, l’ingénieur Monnier estima les travaux à 5 500 L (avril 1771).

138 AD. 29, D2 50. Projet Magin, 13 janvier 1764.

139 H.-F. Buffet, Le vieux Port-Louis, 1938. « Les promenades urbaines en Bretagne… », MSHAB, TXXXV, 1955.

140 AD. 35, C 514. Lettre de SAS. le comte de Penthièvre à la communauté de ville (29 juin 1759). Nous trouvons la même situation à Saint-Brieuc en 1758 (AD. 35, C 474) et surtout en 1783 (AD. 35, C 478). L’ingénieur pro jeta de faire du même espace une place de foire, une place d’armes, une promenade publique.

141 AD. 35, C 514. Un tilleul coûtait 3 L au lieu de 15 s, un ormeau de Hollande.

142 AM. Landerneau, 30 déc.1785, 17 sept.1786, 30 oct.1786 (rive droite de l’Elorn).

143 D. Bernard, « Quimper au xviiie siècle », SAF. 1922, p. 105 -116.

144 AD.35, C 3389. Plan et devis Bernard.

145 AD.35, C 711. Devis d’aménagement et rapports divers.

146 Morlaix, Rennes, Landerneau, Lamballe, Guingamp, Quimper. La définition du Littré, Dictionnaire, la place d’armes est « un terrain libre et spa cieux où s’assemble la garnison d’une ville de guerre… », est trop restrictive comme le montre l’exemple de bien des villes.

147 AD. 56, 2E 1502. Bernard, devis du 21 août 1781, 3961 L 13 s. C 619, achat du terrain le 17 mars 1784.

148 P. Lelièvre, L’urbanisme à Nantes…, 1942.

149 P. Lavedan, Les villes françaises, 1960. Idée déjà défendue aussi dans Géographie des villes, 1938.

150 P. Lelièvre, idem p. 150. Cette place qui rem plaçait un bastion rasé, n’était qu’une place carrefour.

151 AD. 35, C 593, Mémoire sur l’emplacement le plus propre à recevoir la statue du Roi à Brest, 6 nov.1786. D’Ajot traça en 1768, un cours qui porta son nom. Les États ne se décidèrent que sur les instances de l’intendant Caze de la Bove, du commandant en chef, le Marquis d’Aubeterre qui, après le départ de Necker et l’arrivée de Calonne, remplaçaient respectivement Bertrand de Molleville et le Comte de Montmorin.

152 P. Lelièvre, ibid., 1942, p. 234.

153 Desjobert, notes…, éd. 1909. A. Young, op. cit, t.1, p. 237.

154 AM. Pontivy, RCV, 19 juin 1719, 21 juin 1719, 14 et 22 mai 1722.

155 Travaux importants de pavage. Ancenis, 1761,62, 69, 80. Auray, 48, 61. Carhaix, 42, 44, 45. Dinan, 61, 62, 87. Fougères, 83. Guingamp, 55, 66, 71, 83. Hédé, 70. La Guerche, 70. Lamballe, 50, 72, 73, 82, 86, 89. Landerneau, 60, 62, 72, 76, 74. Lannion 83. Lorient 37. La Roche-Bernard, 66. Moncontour 23, 82. Malestroit 45, 68, 69, 70,72, 81, 85. Morlaix 32, 42, 51. Nantes 28,78. Pontivy 22, 23, 66, 84. Port-Louis, 17, 66, 69, 70, 72. Quimper, 16, 61,64, 68, 69. Quimperlé, 84, 87, 89 ; Quintin, 17, 33, 67,87 ; Rennes, 24, 28, 51, 54 ; Saint Brieuc, 60, 61, 87.

156 Voir plus loin partie IV.

157 Système utilisé par Louis Beron à Rennes en 1737. Il établit au-dessous, un gros empierrement d’un pied de haut posé en carreaux et boutisses. Au- dessus, une couche de sable bien granuleux de un pied au centre et de six pouces en bordures.

158 AD. 29, 2 E 517, mémoire du 17 janvier 1768 sur le pavage de la rue Obscure.

159 Idem, à Port-Louis, la rue de la Citadelle n’aura son pavage bombé entre deux sillons et deux banquettes, sortes de trottoirs, qu’entre 1769 et 1772 (H. Buffet, Le vieux…, 1938, p. 55).

160 AM. DD. 290. P. Lelièvre, idem. 1942, p. 227-228.

161 AM. Redon, travaux (non classés).

162 Josselin, 88 E S.

163 M.-E. Monier, Dinan…, 1968, p. 189. AD. 35, C 498. La communauté insiste encore en 1775 sur « la démolition de l’ancien et très inutile bastion » afin d’éviter des accidents dus à des murs mal entretenus. C 496. Reprise de ce type d’argument pour la démolition des portes dites de Saint-Malo, de l’Hôtellerie ainsi qu’une espèce de bastion et quelques barrages construits entre deux portes. À Fougères, la communauté demandait en 1717 la démolition de la porte de Rillé, ce qui ne fut accompli qu’en 1767. Cf. Col. Gillot, « Fougères, la porte et le boulevard de Rillé », in SAHAF, 1959 p. 49-60.

164 Le plan Ollivault montre qu’une partie des douves seulement est comblée (entre la porte de Rennes et la porte donnant sur le moulin de la ville).

165 Les afféagements des douves ou des murs commencent d’autant plus tôt que la ville perd son caractère de ville forte. Moncontour dès 1551, en 1553, 1556, 1576, puis en 1640, 1648, 1650, 1651, 1652 et 1656.

166 Ogée, idem 1843, t. II p. 429 : « Depuis cette démolition, la partie de cette ville qui a été close a été imposée aux fouages qu’ils ne supportaient pas précédemment ». BN. Man. Fr. 8290. Greffe des États (26 oct. 1594). Le Roi déchargea alors les villes closes des aréages des deniers et aides comme elles l’avaient été en 1593.

167 AD. 29, 2 E 1517 Rapport du subdélégué à l’Intendant (26 oct.1761).

168 Y. Garlan, C. Nières, La révolte des bonnets rouges et du papier timbré…, 1975.

169 Le Mené, Histoire archéologiques p. 143. Le Roi avait donné ces matériaux à la ville (mars 1697).

170 AD. 35, C 492. En 1711, les murs de la contrescarpe du fossé intérieur de la ville s’étaient effondrés. La situation resta en état 1759 date à laquelle les fers furent vendus.

171 AD.35, C 492, permission accordée le 25 mai 1787.

172 AD. 35, C 3389. La banlieue de Rennes à Fougères comprenait 1155T. On en aménagea 875 (en 1784). Elle passait par le faubourg du Gast : « qui [était] aussi étroit que rapide » et aboutissait au village de Bliche « par un chemin très étroit pavé autrefois ».

173 AD. 35, C 431. Adj. en 1763 et 1764. C 4906, Supplique des habitants de Redon aux États de 1767.

174 AD.35, C 4906. Demande d’aide aux États. AG. St-Malo, art.8, sect.1 carton 3.

175 L. Vignols, « Les améliorations anciennes », AB. 1932-1933 p.420 442. Tempêtes du 15 février 1733, des 8, 9,10 janvier 1735. AD. 35, C 438.

176 AG, St-Malo, art.8, sect.1, carton 3 (1724-1779). Un seul moulin en 1720.

177 AM. St-Malo, DD 1 d 9, nd, supplique aux États ; AD. 35, C 4 946 demandes d’aide aux États (10.000 L) ; AD. 35, C 3162, la tempête souffla le 2 mars 1763.

178 AD. 35 C 514. Lamballe (21 avril 1773) fait apparaître 383 t de simple empierrement à 7 L la T2 contre 8 L 15 s le pavement ordinaire. À Port-Louis, jusque vers les années 1760-1770, les rues principales restèrent empierrées.

179 AD. 35, C 3170.

180 AD.35, C 4857. La lieue = 2 400 toises.

181 AD. 35, C 2367.

182 AD. 35, C 730, 4857. Un arpenteur mesura les banlieues à 1/4 de lieue (vers Baud) et de la porte et non plus à 1/8, à partir de la Porte Noyal de Dinan.

183 Mairie de Hennebont, RCV. BB. 16, 8 avril 1740.

184 AD.35, C 546.

185 M. Reinhard, Paris pendant la Révolution, CDU. 1966.

186 Cambry, Voyage dans le Finistère…, 1794.

187 P. Lavedan, Les villes françaises, 1960, p. 126 ; Jouvin de Rochefort, Le Voyageur en Europe, 1670.

188 L’abbaye Ste Croix de Guingamp occupait 34 cordes (20 ares 672).

189 Cambry, Voyage dans le Finistère…, 1794.

190 P. Lavedan, idem, p. 126. Rien qu’à Dol en 1784, la communauté acheta 600 tuyaux de terre à la manufacture de Guer en Normandie (AD. 35, C 3389). Les comptes des miseurs nous donnent les preuves du souci constant des municipalités.

191 AD.35, C 546. ND. Saint-Jean, Chaude, rue de la Miserie, des Forges, les puits du Marché au blé. À l’extérieur les puits de Messan, du Pié, de Saint-Fiacre, aux Chiens. AD. 22, C 3, devis 26 février 1787.

192 AD. 29, 2E 151, AD. 35, C 567.

193 AN. Fonds man., D2 28, 1733. D2 29, Mémoire pour la fontaine de la ville (1770).

194 AG. St-Malo, art.8, cart.2. AD. 35 C 440. AM. St-Malo, DD1. Dès 1671, Chaulnes prévit une citerne sous le parvis de la cathédrale. Vauban reprit l’idée et Garengeau dressa les plans le 27 nov.1719, les modifia le 10 juin 1721. Terminée en 1724, elle donna peu satisfaction et fut réparée en 1737 et 1739. Il existait deux fontaines : l’une à la Croix du fief (1719), l’autre à la Grande Porte (1725).

195 L. Rouand, « L’aqueduc romain de Carhaix », BSAF, 1900, p. 55-96.

196 G. Thomas, « Brest… », BSAF, 1963, comptait pour 1776, 27 puits et 3 fontaines publiques.

197 AD.35, C 610. Adjudication des travaux le 31 Mai1785, procès-verbal de réception : 22 juillet 1788. Sur l’état des conduites rapport et devis de Bernard (2 novembre 1780 et 10 juillet 1783).

198 Dubuisson-Aubenay, Itinéraire…, éd.1898.

199 AM. Rennes, 227, 229, AD. 35 C 326-330.

200 AD.35, C 4904.

201 P. Lelièvre, op. cit, 1942.

202 AM. Hennebont, BB.16, 5 décembre 1738.

203 L. Even, La vie municipale…, 1927 ; AD. 35, C 460.

204 L.-S. Mercier, Le tableau de Paris, 1781-1788.

205 AM. Rennes, 220.

206 P. Levot, Histoire, AD.29, 2 E 1501, achat de deux tombereaux en 1682, de quatre en 1684, de six en 1692.

207 AM. Landerneau, 8/40. 31 mars 1764.

208 Encyclopédie méthodique, éd.1789, art. « Boue », p. 435.

209 AD.35, C 565. Règlement du 9 février (an II), 89 articles dont les 8 et 9 concernaient la propreté de la ville.

210 A. Dupuy, Etudes sur l’administration…, 1891, 2e partie p. 6 en donne peu d’exemples.

211 AD. 29, 2 E1501. Les chaises percées continuaient à être utilisées, de même que les pots de chambre qui trouvèrent un meuble pour les cacher en 1720. Lors de la fête de la dédicace, la communauté de ville loua 50 pots, ensuite, il fallait bien les vider.

212 C. Nières, op. cit, 1972. À la différence de Blondel qui continuait à les placer le plus haut possible dans les greniers par exemple, Charles Daviler les plaçait près la remise des carrosses.

213 M. Sauvageau, Coutumes de Bretagne, 1771.

214 AD. 35, 2Eb 24, famille Berrouette. À Tarbes, les latrines des maisons des Bourgs vieux et neuf se vidaient directement dans le fossé. Dans cette ville, les propriétaires devaient creuser des fosses et employer des vidangeurs qui travaillaient la nuit et transportaient les matières dans des tonneaux bien clos « à l’occident de l’Adour », (Histoire de Tarbes, 1975 p. 162). À Caen, les latrines avaient soit des issues directes sur la rivière, soit s’y déversaient par quelques canaux couverts (J.-C. Perrot, Genèse…, 1975, p. 909).

215 M. Sauvageau, idem p. 356.

216 AD.22, C 2, Lamballe, Supplique des habitants de la rue Courbe (7 sept. 1785).

217 AD. 29, 2 E 1518.

218 AM. Rennes, comptes des miseurs.

219 Caze de la Bove fut intendant de 1774 à 1783. Sur sa politique : H. Fréville, L’intendance de Bretagne, 1953, t. III, p. 86 et suiv. AD. 35 C 511.

220 AM. Rennes, 220, bail 1772.

221 M. Forest, Chroniques…, 1980. À Valence des « maladies furent occasionnées par les trop grandes chaleurs et par l’abondance des eaux […] qui n’ayant pas d’écoulement suffisant, croupissaient et infestaient l’air. »

222 A. Dupuy, Études de l’administration municipale, 1891, 2e partie, p. 5 cite en particulier Quimperlé en 1786.

223 AM, Redon, RCV. 1766-1770, f°43 v°, la ruelle d’Enfer.

224 AD.35, C 474. Saint-Brieuc, sentence des juges de police, 4 août 1780, rappel de la sentence du 11 septembre 1779, C 565.

225 AD. 35, C474.

226 AD. 35, C 565.

227 AD. 35, C 565, mémoire 1766.

228 M.E. Monier, Dinan, éd. 1977.

229 AD. J 29, 100 J, 98.

230 Par exemple à Nantes, paroisse Sainte Croix (AD.44, Sainte-Croix, 1765-1780), ou encore à Brest où la terre était « rassasiée de funérailles » (AD. 35, C 573). Même problème à Lorient, Moncontour, Rennes, Vannes…

231 À Hédé, Pont-Croix, Hennebont, Gourin où il occupait un grand espace, Rennes autour de Saint- Étienne, les deux d’Auray, Guérande proche le rempart au nord-est intra muros, Châteaulin, Dinan. Il se devine à Malestroit.

232 AM. St-Malo, DD1, cimetière du « Dieu de Pitié », dit aussi « du milieu ». Plan (1698), il fut détruit le 19 Février 1675. F. Tuloup, Saint-Malo…, 1965.

233 AD.135, C 1711 (1737).

234 Encyclopédie…, éd. 1789. Hales posait le problème en 1741 et l’abbé Porée en 1745 (Corbin, op. cit., p. 38).

235 H. Buffet, Vie et Société…, 1972.

236 Jarry, Essai d’histoire…, 1964.

237 P. Levot, idem, T III, la ville.

238 AM. St-Malo, DD 1/33. Mais, Brest consacra son crédit éclairage aux casernes. À St-Malo la dépenses d’éclairage fut suspendue pendant douze ans (15.35, C 445).

239 P Lelièvre, idem, 1942. Dépense de 115 760 L 19 s. 6 d. L’édit de janvier 1716, fixa la dépense annuelle à 4 209 L.9 s 9 d, et en 1776. Pierre Tourtille Saugrain passa un contrat de vingt ans.

240 J. Dauménil, A. Allier, Histoire de Morlaix, p. 133.

241 AD. 44, C 149, lettre du 25 mars 1764.

242 AD, 35, C 3933, lettre de la communauté aux États de Bretagne.

243 J.-P. Bardet nous permet de suivre l’établissement de l’éclairage à Rouen depuis 1697 et nous fournit l’emplacement des lanternes (t. I p. 125 et suiv. t.2 p. 82.).

244 L’urbanisme de Saulieu à travers les ages, 1980, bulletin n° 3.

245 Histoire de Tarbes, 1975, p. 156 et suiv.

246 M. Forest, Chroniques d’un bourgeois de Valence, 1980, p. 116.

247 C. Fonssagrives, « Notices historiques », BSPM, 1924, p. 142-190.

248 AD. 35, C 515.

249 AD. 29, 2 E, RCV. Quimper (1763-1776), 17 juillet 1766.

250 Mairie Quimperlé, RCV. N°10, 1765-1775.

251 C. Nières, in Les Malheurs des temps…, de J. Delumeau et Y. Lequin, 1987.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-1.png
Fichier image/png, 851k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-2.png
Fichier image/png, 223k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-3.png
Fichier image/png, 389k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-4.png
Fichier image/png, 720k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-5.png
Fichier image/png, 752k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-6.png
Fichier image/png, 598k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-7.png
Fichier image/png, 1,6M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-8.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-10.png
Fichier image/png, 529k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-11.png
Fichier image/png, 751k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-12.png
Fichier image/png, 1,5M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-13.png
Fichier image/png, 261k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-14.png
Fichier image/png, 366k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-15.png
Fichier image/png, 548k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-16.png
Fichier image/png, 470k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-17.png
Fichier image/png, 453k
Titre Nantes au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-18.png
Fichier image/png, 2,0M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-19.png
Fichier image/png, 247k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-20.png
Fichier image/png, 993k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-21.png
Fichier image/png, 286k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-22.png
Fichier image/png, 496k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-23.png
Fichier image/png, 529k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-24.png
Fichier image/png, 339k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11020/img-25.png
Fichier image/png, 1,8M

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search