Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et Nation

 | 
Vincent Petit

Chapitre VII. Trois diocèses retardataires : Paris, Lyon, Besançon

Texte intégral

1Bien que la législation concordataire ait fait du clergé une corporation administrative unitaire et hiérarchisée, les traditions diocésaines, portées par des usages plus ou moins particuliers hérités du passé, demeurent. Les sièges épiscopaux les plus anciens et les plus prestigieux peuvent se prévaloir d’une continuité historique qui légitime leur liturgie propre, et de leur rang de métropole qui en justifie l’usage. Il en va différemment dans les diocèses modestes, plus récents, restaurés en 1822 à la faveur du concordat de 1817.

  • 1 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arra (...)
  • 2 Statuts synodaux du diocèse de Saint-Claude, Saint-Claude, imprimerie Enard, 1855, p. 31.
  • 3 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, anno 1856, rubrica 248, fascicule 1, fol. 117-11 (...)
  • 4 O. Hubert, Sur la terre comme au ciel. La gestion des rites par l’Église catholique du Québec (fin (...)

2Forts de leurs convictions, les évêques les plus romains entreprennent une véritable « révolution ultramontaine1 » : tout autant que la précocité de la décision, la rapidité du processus exprime leur détermination. Mgr Parisis, transféré de Langres à Arras, y réitère son action. La liturgie romaine adoptée à la cathédrale à Noël 1851 est vite généralisée à toutes les églises jusqu’à Pâques ; le propre est obligatoire à partir de janvier 1854 et le rituel en avril 1855. À Saint-Claude, Mgr Mabile réunit un synode en août 1852, dans lequel il annonce sa volonté d’établir la liturgie romaine dans son diocèse, et le 11 novembre 1853, deux ans après sa consécration, fait paraître une lettre pastorale et mandement lue dans toutes les églises du diocèse qui rend cette décision effective. L’évêque se montre particulièrement rigoureux dans l’application de cette décision : « Nous voulons qu’aucune exception ou dérogation ne soit apportée à ces dispositions, nonobstant toute coutume, privilège ou titre contraires. Nous nous réservons d’accorder s’il y a lieu, des permissions particulières, pour conserver certains usages qu’une longue habitude aurait rendus en quelque sorte nécessaires2. » La liturgie romaine entre en vigueur le premier dimanche de l’avent 1853 dans la cathédrale et le 1er janvier 1854 dans toutes les autres paroisses du diocèse. Le propre est approuvé dès septembre 1853 et le supplément au rituel en septembre 18583. Le cérémonial* romain de Baldeschi, traduit par l’abbé Favrel et publié chez Lecoffre, est rendu obligatoire. Le changement implique donc le renouvellement complet des livres en usage par le clergé et les fidèles. Cette révolution relève d’une logique de rationalisation, d’une pensée systémique, comme le montre le cas des diocèses canadiens4, qui sans avoir eu jamais de bréviaire* et de missel* particuliers, adoptent le rituel* romain en 1851.

  • 5 Sur Paris voir Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 114, fol. 81-134, (...)
  • 6 J.-O. Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001.
  • 7 Nous renvoyons à V. Petit, Querelle liturgique et identité régionale. Le cas du diocèse de Besanço (...)

3D’autres évêques au contraire rechignent à opérer une transition brutale. L’évêque d’Orléans, Mgr Dupanloup, annonce le changement lors d’un synode diocésain en 1850, confirme l’adoption « prochaine » de la liturgie romaine dans une circulaire en date du 27 septembre 1854… mais ne l’impose qu’à partir du 1er dimanche de l’avent 1875 ! À Clermont-Ferrand, l’évêque établit la liturgie romaine en 1866 seulement : s’il rend obligatoire le rituel romain, il ordonne la conservation de certains usages contenus dans le rituel diocésain. À Séez, si les sous-diacres sont soumis à l’obligation de réciter le bréviaire romain dès 1852, il n’est obligatoire pour l’ensemble du clergé diocésain qu’à partir du 15 mai 1864. À Paris5, capitale politique et religieuse6 de la France, les prélats successifs – Affre, Sibour, Morlot, Darboy – dont la nomination a été l’objet des soins attentifs du gouvernement restent attachés à la liturgie élaborée au siècle précédent. Le diocèse de Lyon, primatie des Gaules, est fier de disposer d’une liturgie plus ancienne encore. Dans un diocèse périphérique, comme celui de Besançon7, la profonde romanité du clergé se heurte au gallicanisme de l’archevêque.

  • 8 A. Gough, Paris et Rome. Les catholiques français et le Pape au XIXe siècle, Paris, éditions de l’ (...)
  • 9 L’évêque gallican d’Arras, Mgr de la Tour d’Auvergne, avait encouragé en 1848 les chanoines de Par (...)
  • 10 L’auteur en serait le duc de…, ancien ambassadeur, selon le chanoine Auger, La question liturgique (...)
  • 11 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, anno 1856, 248, fascicule 1, lettres du 27 févri (...)
  • 12 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, anno 1855, 248, fascicule 1, lettre du nonce au (...)
  • 13 J.-O. Boudon, op. cit., p. 439-443.
  • 14 Texte en annexe XI.

4Déjà en 1822, les corrections apportées au bréviaire par Mgr de Quélen, ainsi qu’au missel en 1830, avaient provoqué un certain émoi dans le clergé parisien, attaché à sa liturgie. Le concile provincial de Paris, tenu en 1849, a émis le vœu de voir adoptée la liturgie romaine, une fois que les « obstacles encore insurmontables » auront été levés. Même si les pères conciliaires, sous la direction de Mgr Sibour, ont été particulièrement prudents8, cette inclination provoque l’opposition du chapitre9 et l’intervention de laïcs, avec la publication d’Observations sur la liturgie parisienne10. Cependant, après un voyage à Rome et deux audiences privées avec Pie IX fin 1854-début 1855, l’archevêque de Paris reçoit du pape, le 19 janvier 1855, un bref qui lui enjoint d’opérer le changement de liturgie. Après en avoir sollicité une version plus édulcorée11, et après avoir obtenu l’accord du chapitre, il s’y résoud par un mandement daté du 1er mai 1856, en même temps que le séminaire de Saint-Sulpice – décision saluée par un bref pontifical du 13 novembre 1856. Soumis à la pression du nonce, pour qui le ralliement du diocèse de Paris est le prélude à celui de tous les autres diocèses retardataires12, le prélat en délicatesse avec le Saint-Siège cède avant tout en vertu de motivations tactiques13. Son mandement est particulièrement peu enthousiaste : il n’a émis que l’adoption « en principe » de la liturgie romaine et attend les conclusions d’une commission pour en décider, sans fixer de date, l’application. Cette position suscite l’hostilité, comme ces Observations touchant le mandement de Mgr l’archevêque de Paris sur le retour à la liturgie romaine, extraites de l’Observateur catholique du 1er juin 1856, qui y voient une concession faite aux ultramontains. Encore en 1859, paraît une Requête adressée à S. E. le cardinal Morlot archevêque de Paris par les catholiques de son diocèse pour la conservation de la liturgie parisienne. Le renouveau néogallican autour de Mgr Maret, doyen de la faculté de théologie de la Sorbonne, et de Mgr Darboy explique que son application ne sera définitive qu’avec Mgr Guibert, le 1er novembre 187314.

  • 15 Simon Cattet (1788-1858), ordonné en 1811 dans le diocèse de Grenoble. Professeur à la faculté de (...)
  • 16 Circulaire de Mgr le cardinal de Bonald archevêque de Lyon adressée au clergé de son diocèse à l’o (...)
  • 17 M. du Lac, La liturgie romaine et les liturgies françaises, détails historiques et statistiques, L (...)
  • 18 G. Collomb y voit l’œuvre du chanoine Meslé, de Rennes, op. cit., p. 2/68-69.
  • 19 G. Collomb, op. cit., p. 2/73-77.

5La question se pose avec une acuité toute particulière dans la métropole des Gaules. Après que la suggestion d’une adoption pure et simple du bréviaire romain a été écartée, Mgr de Bonald décide en 1843 la réédition du bréviaire diocésain de 1755, mais en y introduisant des corrections dans un sens plus romain. Une telle entreprise se heurte à l’opposition de certains chanoines, comme l’abbé Cattet15, qui publie des Lettres à M. l’abbé de Rony ou Observations raisonnés sur les inconvénients et les erreurs d’un nouveau bréviaire de Lyon (1843)16. Si cette nouvelle édition publiée en 1844, suivie d’une nouvelle édition du missel en 1846, rencontre le soutien nuancé de dom Guéranger17, le compromis ne tarde pas à être contesté : en 1853, des prêtres du diocèse écrivent à Mgr de Bonald pour lui demander le maintien de la liturgie lyonnaise alors que l’année suivante, une brochure anonyme intitulée Coup-d’œil sur la liturgie en général et sur celle de Lyon en particulier appelle à l’abandon de tout particularisme18. L’annonce de l’adoption de la liturgie romaine en 1859 depuis Rome par un cardinal de Bonald malade suscite une première manifestation d’envergure du clergé du diocèse19.

  • 20 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 114, lettre et exposé (fol. 254-2 (...)

6Dans le diocèse de Belley, qui suit le rite lyonnais, des prêtres s’engagent en faveur de l’unité liturgique, comme le chanoine Claude Girard20, qui publie dans le Journal de l’Ain du 30 mai 1856 un article publié ensuite en fascicule. Le particularisme historique de la liturgie lyonnaise est contesté par Mgr Jean-Adrien de Conny, protonotaire apostolique et doyen de la cathédrale de Moulins, dans ses Recherches sur l’abolition de la liturgie antique dans l’église de Lyon (1859), qui reçoivent un accueil enthousiaste de Léon Gautier dans les colonnes du Monde et de l’abbé Jacquenet, dans ses Observations critiques sur l’ouvrage intitulé « Compendiosae institutiones theologicae ad usum seminarii tolosani » (1861). La thèse selon laquelle la liturgie lyonnaise antérieure au VIIIe siècle correspond en fait à la liturgie romaine sera confirmée par l’abbé Luigi Marchesi, dans un ouvrage de 1867, traduit en français deux ans plus tard sous le titre La Liturgie gallicane dans les huit premiers siècles de l’Église, observations historiques et critiques publiées à l’occasion du retour de l’église de Lyon à son antique liturgie.

  • 21 Sur Joseph Bard (1803-1861), auteur d’un Nouveau programme d’un liturgiste (1846) qui comptera au (...)

7Ces travaux suscitent l’opposition des érudits, le baron Morel de Voleine et le chevalier Joseph Bard dans la Gazette de Lyon. Le baron Morel de Voleine a écrit des Recherches historiques sur la liturgie lyonnaise (1856), et Quelques aperçus sur le chant dans ses rapports avec la liturgie, particulièrement dans l’église de Lyon (1858). Le chevalier Joseph Bard21, s’engage davantage encore avec un Simple exposé et défense de la liturgie lyonnaise (1855), développé dans un volume intitulé De la Question liturgique par rapport à la sainte église de Lyon (1860), où il se montre autant un chaud partisan de la liturgie lyonnaise et un admirateur de la liturgie romaine qu’un farouche adversaire de l’influence parisienne. D’autres prêtres du diocèse se mêlent à la dispute en publiant une Défense de la liturgie de Lyon. Réponse à M. de Conny (1859), auquel l’abbé de Conny répond par un nouveau livre, Remarques sur une prétendue défense de la liturgie de Lyon, pour faire suite aux « Recherches sur l’abolition de la liturgie antique dans l’église de Lyon » (1859).

  • 22 Sur ce neveu et secrétaire du cardinal de Bonald, voir Archives départementales du Rhône, 1 V5, le (...)
  • 23 Voir les lettres très violentes qu’il adresse à la nonciature en 1867 pour empêcher la nomination (...)

8La situation se précipite lorsqu’en novembre 1862, le cardinal de Bonald nomme une commission chargée de rédiger un propre, selon le rite romain, destiné aux prêtres étrangers au diocèse. Cette décision provoque le mécontentement de 28 curés de la ville, qui écrivent aux membres du chapitre le 10 décembre pour défendre la liturgie lyonnaise. Seuls deux chanoines, de Serres22 et Garnier-Desgarets, prennent parti pour le rite romain. Cette protestation, expédiée à Rome, est relayée par une brochure, À propos d’un pamphlet contre MM. les curés de Lyon. Quelques mots publiés par plusieurs membres des conseils de fabrique de Lyon, et dans le journal Le Salut public. Le cardinal Patrizi, dans une lettre adressée à Mgr de Bonald le 23 janvier 1863, qui est reproduite dans La Revue des Sciences ecclésiastiques, Le Monde et les Analecta juris pontificii, blâme la démarche des curés et les presse de prendre la liturgie romaine – comme le montre aussi la lettre qu’il envoie à un simple vicaire rallié au romain, l’abbé Bridet, le 12 mars 1863. La démarche des curés lyonnais provoque aussi la colère de Mgr de Bonnechose, archevêque de Rouen, et du vicomte Maurice de Bonald, neveu du cardinal, qui écrit une Relation intéressante, par laquelle on juge du désagrément advenu à MM. les curés de Lyon, en l’an de grâce 1863, et surtout un Commentaire sur la lettre des curés de Lyon au chapitre de Saint-Jean23.

  • 24 L’administration l’attribue à cinq auteurs : Archives nationales, F19/5435.
  • 25 Il avait fait paraître un Dictionnaire universel, historique et comparatif de toutes les religions (...)

9Les abbés Joseph-Antoine Vincent, curé de Saint-Pierre à Vaise, Jean-Antoine Bissardon, curé de Saint-Bruno de Lyon et Jean Boué, livrent à leur tour, sans nom d’auteurs24, une Défense de la liturgie de Lyon (1864) pour répondre à Mgr de Bonnechose. Il paraît aussi La liturgie de la Sainte Eglise de Lyon d’après les Monuments (15 mars 1864), attribuée à l’abbé Roux, et une brochure au titre particulièrement acerbe, Les trompeurs, les trompés et les trompettes romanistes ou histoire morale et financière du changement de la liturgie lyonnaise (1864). Un prêtre du diocèse de Versailles, l’abbé François-Marie Bertrand25, publie cinq Lettres de Sophronius (1864) d’inspiration gallicane, pour défendre la liturgie lyonnaise.

  • 26 D. Moulinet, « Un réseau ultramontain en France au milieu du XIXe siècle », Revue d’Histoire Ecclé (...)
  • 27 J.-B. Jacquenet, Observations critiques sur l’ouvrage intitulé Compendiosæ institutiones theologic (...)
  • 28 Archives nationales, F/19/5435, lettre du procureur général, 22 août 1864. La brochure, imprimée à (...)

10Du côté romain, l’abbé Dominique Bouix aborde la question dans sa Revue des sciences ecclésiastiques26 qu’il édite à partir de 1860 : après un premier travail, La liturgie de Lyon au point de vue de l’histoire et du droit paru en 1862, il récidive avec La Question liturgique à Lyon (1864). La défense du missel lyonnais dans la Théologie de Toulouse, pourtant corrigée dans un sens romain, fournit une occasion supplémentaire à l’abbé Jacquenet pour dénoncer cet ouvrage27. Une brochure anonyme favorable au rite romain, Les vrais principes sur la question liturgique (1864) est même interdite par le gouvernement28.

  • 29 Archives nationales, F/19/5435, rapport du procureur général, 5 mars 1864 ; J. Maurain, La politiq (...)

11Pour en assurer le succès, et avec le soutien équivoque de Mgr de Bonald, les curés lyonnais rendent publiques leurs démarches auprès des autorités pontificales : la supplique du clergé de Lyon au pape, datée du 20 décembre 1863, est signée par 1420 sur les 1463 prêtres du diocèse29 et publiée par l’abbé Vincent dans Liturgie lyonnaise, résumé analytique des débats, suivi du texte de la supplique du clergé, par un catholique lyonnais. Le 4 février 1864, une délégation du clergé lyonnais est reçue en audience par le pape et Mgr de Bonald en publie le récit dans une lettre à son clergé – cette version suscite d’ailleurs une polémique avec le Moniteur –, tout comme l’abbé Vincent dans un Compte rendu de la députation envoyée à Rome par le clergé du diocèse de Lyon, au sujet de la liturgie.

  • 30 Les enseignements pontificaux. La liturgie, présentation et tables par les moines de Solesmes, Tou (...)
  • 31 Archives nationales, F/19/5435.
  • 32 Archives nationales, F/19/5434, Le Salut Public, 9 avril 1864. Voir G. Collomb, op. cit., p. 2/115 (...)
  • 33 C. Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, Beau (...)
  • 34 P. Mabile, Mgr Mabile, évêque de Versailles, d’après son livre-journal et ses œuvres pastorales, t (...)

12Confirmant un décret de la Congrégation des Rites du 5 mars, le 17 mars 1864 par le bref Non mediocri30 le pape fait connaître sa décision d’imposer l’usage du bréviaire et du missel romain – non sans stigmatiser les altérations de « l’antique liturgie de l’Église de Lyon » opérées au mépris de la bulle de 1568. Le texte pontifical est abondamment diffusé, entre autres dans un opuscule, Douze paroles de Sa Sainteté le pape Pie IX pour rétablir dans le diocèse de Lyon l’observation de la règle du pape Saint Pie V en matière de liturgie (1865) et dans la lettre pastorale du cardinal de Bonald datée du 8 mai 1864. Le bref est en outre publié dans un journal, La Paroisse, ce qui vaut à son gérant, Jean-Baptiste-Étienne Repos, un procès devant le tribunal correctionnel31. Le Salut Public assure quant à lui que les fabriques ne peuvent reconnaître un texte « qui n’a en France qu’un caractère clandestin32 ». Corollaire du bref, trois publications sont mises à l’index le 25 avril 1864 : la Défense de la liturgie lyonnaise, À propos d’un pamphlet contre MM. les curés de Lyon. Quelques mots publiés par plusieurs membres des conseils de fabrique de Lyon33, et les Lettres de Sophronius, qui avaient déjà été condamnées par Mgr Mabile34.

  • 35 Archives nationales, F/19/5434, lettre du préfet de l’Ain, 16 mai 1864, qui souligne le profond at (...)
  • 36 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 253, lettres adressées au nonce p (...)

13Autre conséquence directe, la publication du bref entraîne le ralliement mécanique du diocèse de Belley à l’unité liturgique, par une lettre-circulaire en date du 5 mai 1864, malgré les réticences du préfet35. Les modalités, dans la composition de la commission, la confection du propre, le choix de l’édition de chant, suscitent cependant les réserves des prêtres les plus romains36. De son côté, Mgr de Bonald, dans trois lettres adressées à son clergé et aux fidèles de son diocèse entre février et mai 1864, fait connaître les décisions pontificales tout en se défendant d’avoir voulu abolir la liturgie lyonnaise. Une commission est réunie pour assurer les modalités pratiques du changement, un Missale romano-lugdunense paraît en 1866 et le 16 mai 1869, Mgr de Bonald publie une Lettre pastorale pour prescrire la liturgie romano-lyonnaise dans les séminaires et dans les communautés religieuses de son diocèse, qui fixe l’usage des nouveaux livres édités par Le Clère dans les séminaires, mais dans les offices publics au 1er janvier 1875 seulement. L’abbé Chabert publiera en 1867 encore une Thèse pour prouver le droit de l’Église de Lyon à l’autonomie liturgique.

  • 37 C. Langlois, « Choix imposé, choix accepté : le département comme diocèse », G. Chaix (dir.), Le d (...)

14La question liturgique telle qu’elle s’est conclue à Lyon montre l’impossibilité d’imposer une solution diocésaine. L’alliance entre la masse du clergé paroissial et de la Société des prêtres de Saint-Irénée, le soutien des milieux érudits et d’une partie de la presse, ne peut rien contre l’appareil et les réseaux romains, relayés dans le diocèse par quelques chanoines et jésuites. Elle montre enfin la fragilisation des spécificités liturgiques gallicanes due à la départementalisation des diocèses et à la crainte d’un « excessif localisme » de l’espace catholique37.

  • 38 L’abbé Guéranger fait état de la reculade épiscopale lors de son voyage à Besançon en août 1828 : (...)
  • 39 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, 248, anno 1854, fascicule 2, rapport du nonce au (...)
  • 40 Archives du grand séminaire de Besançon, fonds du chapitre, 44-15, Séance capitulaire tenue à l’ar (...)
  • 41 Archives diocésaines de Besançon, fonds Mathieu, II C1, voyage de Rome, fol. 35.

15Le cas de Besançon présente une situation inverse de la lyonnaise, puisqu’ici le clergé est très largement sympathique à la cause de la liturgie romaine. Le diocèse, de tradition romaine, a été marqué par l’épanouissement des thèses mennaisiennes. Ainsi dès 1826, lorsque l’archevêque, Mgr de Villefrancon signe avec treize autres prélats une adhésion au premier des quatre articles, dirigé contre le livre de Lamennais, De la religion considérée dans ses rapports avec l’ordre politique et civil, une partie du clergé, dont l’abbé Gerbet dans les colonnes du Mémorial catholique, proteste si bien qu’il doit se rétracter38. Le bref épiscopat de Mgr de Rohan (1829-1833) est marqué par l’introduction d’usages romains. Seulement, en 1834 est nommé sur le siège archiépiscopal le jeune Mgr Césaire Mathieu qui l’occupera plus de quarante années. Gallican modéré issu de Saint-Sulpice, prélat plus politicante que zelante, l’homme se méfie des mennaisiens qu’il écarte systématiquement de l’administration du diocèse. Créé cardinal en 1850 à la grande satisfaction des autorités françaises, il s’attire l’hostilité du nonce qui voit en lui le plus « habile » des évêques rétifs à l’interventionnisme romain39. Aussi lorsque la question liturgique commence à diviser son clergé en 1854, l’archevêque de Besançon entend lui apporter sa réponse propre : soumettre au souverain pontife « une combinaison liturgique que j’ai longtemps méditée, laquelle si elle était adoptée nous donnerait le rite romain et conserverait nos usages et nos rites bisontins40 ». Éconduit par la Congrégation des rites le 28 août 1856, Mgr Mathieu formule de nouvelles exigences en soulignant les difficultés qu’offre le changement de liturgie et qu’il « est bon pour les adoucir d’accorder quelque chose41 » : le maintien d’un chant diocésain, un propre* volumineux approuvé en 1862, l’édition de livres de chant spécifiques au diocèse…

  • 42 Liste en annexe XIV.
  • 43 Voir V. Petit, « Dispute d’état et controverse publique. La querelle liturgique dans le diocèse de (...)

16Cette attitude provoque l’opposition ouverte d’un groupe de prêtres d’ores et déjà ralliés au rite romain qui, contrairement à Lyon, s’engagent dans une controverse ouverte : vingt-sept brochures plus ou moins conséquentes seront ainsi publiées entre 1856 et 1874. Le plus implacable de ces polémistes, le chanoine Victor Joseph Thiébaud, accable l’archevêque de reproches dans des opuscules aux titres suggestifs : Crise nouvelle du bisontinisme agonisant ou analyse critique d’un document apocryphe destiné à prolonger l’existence de l’irrégularité liturgique dans le diocèse de Besançon (1861) ou des Réflexions sur les problèmes du bisontinisme en déménagement (1864). L’homme avait marqué sa conversion au rite romain en brûlant son bréviaire bisontin dans le poêle de la sacristie… Alimentée par des conflits antérieurs et épaulée par les évêques d’origine comtoise (Gousset, Doney, Mabile, Gerbet), tous anciens mennaisiens, la contestation s’organise à partir de trois foyers principaux, le chapitre, la mission diocésaine et surtout les séminaires. Elle se déploie grâce à des réseaux verticaux, qui remontent jusqu’à Paris et Rome et qui associent l’opposition romaine de Lyon et de Belley, et à une capillarité horizontale qui emprunte les liens familiaux, les relations de voisinage, les lieux de la sociabilité cléricale. En 1854, 82 prêtres qui ont adopté le bréviaire romain ou qui s’apprêtent à le faire sollicitent du nonce l’autorisation de réciter certains offices privilégiés42, que les évêques les plus romains ont intégrés, au moins en partie, à leur propre diocésain au moment du passage à l’unité liturgique (ainsi à Moulins, Arras, Reims, Versailles, Saint-Claude…). Le début de la controverse ouverte, avec la publication des premières brochures des polémistes romains, provoque un changement d’échelle : la diffusion du rite romain se fait moins en fonction de relations centralisées que d’une contamination générationnelle (les ordinands par exemple) et spatiale (dans le cadre des conférences ecclésiastiques). Dès lors, elle suit une courbe exponentielle jusqu’à devenir majoritaire au sein du clergé diocésain : plus de la moitié en 1861, les trois-quarts en 187443.

  • 44 Archives diocésaines de Besançon, fonds Mathieu, II C2, lettre de l’abbé Fleury, curé de Saint-Hil (...)

17La pression qu’exerce cette majorité grandissante et la controverse publique contraignent l’archevêque à s’adresser à son clergé, par une circulaire datée du 27 janvier 1857, intitulée Epistola ad clerum Vesuntionensem circa liturgiam, appelée en raison de sa couverture « le cahier bleu ». Elle est immédiatement traduite en français puis éditée en volume. La circulaire représente donc un moyen d’affirmer la validité de la situation du diocèse au point de vue canonique et de rassurer son clergé sur les objections de conscience que soulèvent les premières publications des partisans de l’unité liturgique. Mais elle est aussi conçue par Mgr Mathieu comme une justification de son action qui s’adresse de manière indirecte à Rome et à ses collègues de l’épiscopat à qui il en envoie un exemplaire. La méthode même qui consiste à prendre à témoin le clergé dans son ensemble est celle de ses adversaires, et tend à prouver que l’argument d’autorité, pourtant sans cesse invoqué comme le fondement de son action, ne suffit plus. De plus, là aussi se calant sur les méthodes de leurs adversaires, les prêtres hostiles à l’unité liturgique, ou plutôt à ses modalités, entreprennent d’écrire des lettres collectives pour remercier Mgr Mathieu d’avoir obtenu la conservation des particularismes diocésains : « Chaque jour ces messieurs se comptent, serait-ce donc un si grand mal si nous nous comptions à notre tour44 ? » Entre 1856 et 1861, elles rassemblent 297 signataires différents, auxquels s’ajoutent 56 adhésions individuelles, soit un total de 353 prêtres (un tiers du clergé diocésain en activité).

  • 45 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, 248, anno 1854, fascicule 2, rapport du nonce au (...)

18La guérilla liturgique aboutit en fin de compte à la division de la communauté ecclésiale : le nonce parle même de « quasi rivoluzione45 » dans les diocèses retardataires. Il y a discordance par rapport à la liturgie en usage dans le diocèse, par rapport aux offices publics – puisque certains prêtres ont adopté le bréviaire romain mais ont conservé l’usage du missel diocésain, et par rapport à l’autorité immédiate de l’évêque. Contre l’ordinaire s’est organisé un groupe, qui tend à se constituer sinon en hiérarchie parallèle – à partir de titres romains, protonotaire apostolique ou assistant du trône pontifical, ou de charges honorifiques, vicaire général ou chanoine d’autres diocèses, du moins à s’arroger une mission d’enseignement et une forme d’autorité sur le clergé, jouant à la fois de la thématique unitaire mais aussi du choix individuel.

  • 46 Texte en annexe XII.
  • 47 Texte en annexe XIII.

19L’acrimonie d’une partie du clergé et l’âpreté de la querelle s’expliquent par la longueur du processus : l’adoption de la liturgie romaine officialisée par la circulaire du 27 janvier 1857 n’est effective que le 1er dimanche de l’avent 1874, et encore les termes employés de l’archevêque pour le faire suscitent la colère de ses opposants46 … Mais elle procède surtout d’un antagonisme ecclésiologique fondamental entre des prêtres totalement dévoués à Rome et un prélat soucieux de ménager une certaine autonomie à l’Église de France et de s’entendre avec le pouvoir civil. La présence du cardinal Mathieu au sein de la minorité inopportuniste lors du Concile de 1870 permet à ses opposants de relier sa défense de la liturgie particulière avec son insuffisante fidélité à l’égard du pape. Attitude que l’on peut rapprocher de celle de son collègue d’Orléans, Mgr Dupanloup, qui est le dernier évêque français à adopter la liturgie romaine dans son diocèse en 187547.

  • 48 G. Cholvy, « Enseignement religieux et langues maternelles en France au XIXe siècle », Revue des l (...)
  • 49 Nouveau programme d’un liturgiste, 1846, p. 3. Texte en annexe VII.

20Paris, Lyon, Besançon. Trois études de cas qui attestent des différences qu’entretient le clergé diocésain par rapport à Rome. Trois études de cas qui témoignent des voies différentes vers une issue obligée. Si la tentation gallicane est condamnée d’avance dans le raidissement doctrinal du catholicisme romain, la défense des liturgies particulières a pu s’intercaler entre l’affirmation d’une unité nationale et celle d’une unité catholique. En effet, entre ces deux pôles se ménage un espace où s’exprime un patriotisme liturgique, un régionalisme qui entend se dissocier de la cause nationale, et politique, pour affirmer une fidélité religieuse – comme en témoigne l’importance reconnue au patois48 et aux langues populaires. C’est ainsi que l’érudit lyonnais Joseph Bard défend sa liturgie contre celle de la capitale : « Qu’est-ce donc que la liturgie dite de Paris ? Une misérable innovation, complice d’une idée d’église nationale, où la vanité de Louis xiv faillit nous mener49. » En réalité, toute exception diocésaine, a fortiori toute unification de la liturgie au niveau métropolitain, était à exclure au sens où elle maintenait une bigarrure tant décriée, et surtout elle heurtait le désir, mieux le besoin, d’unité et d’immédiateté qu’exprimait la masse du clergé français.

Notes

1 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), publications de l’université de Lille III, 1977, p. 272-274, p. 409-416.

2 Statuts synodaux du diocèse de Saint-Claude, Saint-Claude, imprimerie Enard, 1855, p. 31.

3 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, anno 1856, rubrica 248, fascicule 1, fol. 117-119 ; J.-F. Bergier, Entretien sur la nécessité d’adopter le rit romain, faisant suite à la première partie des “Études liturgiques”, Paris, Giraud, 1861, p. 1.

4 O. Hubert, Sur la terre comme au ciel. La gestion des rites par l’Église catholique du Québec (fin XVIIe-mi XIXe siècle), Sainte-Foy, Presses de l’Université de Laval, 2000, p. 137-153. Voir la recension d’A. Cabantous, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. 52/2, 2005, p. 207-209.

5 Sur Paris voir Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 114, fol. 81-134, sur Lyon et Belley, fol. 252-307. La situation parisienne est analysée par X. Bisaro, Une nation de fidèles. L’Église et la liturgie parisienne au XVIIIe siècle, Tournai, Brepols, 2006, p. 61-64. p. 75-78.

6 J.-O. Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001.

7 Nous renvoyons à V. Petit, Querelle liturgique et identité régionale. Le cas du diocèse de Besançon (milieu du XIXe siècle), universités de Paris-I et de Fribourg, 2008, 954 p. dactyl.

8 A. Gough, Paris et Rome. Les catholiques français et le Pape au XIXe siècle, Paris, éditions de l’atelier, 1996, p. 143.

9 L’évêque gallican d’Arras, Mgr de la Tour d’Auvergne, avait encouragé en 1848 les chanoines de Paris à ne pas abandonner leur bréviaire, Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 486.

10 L’auteur en serait le duc de…, ancien ambassadeur, selon le chanoine Auger, La question liturgique réduite à sa plus simple expression, Paris, veuve Thériot, 1854, p. 77.

11 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, anno 1856, 248, fascicule 1, lettres du 27 février, du 14 avril, et du 17 mai 1855.

12 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, anno 1855, 248, fascicule 1, lettre du nonce au cardinal secrétaire d’État, 19 décembre 1855.

13 J.-O. Boudon, op. cit., p. 439-443.

14 Texte en annexe XI.

15 Simon Cattet (1788-1858), ordonné en 1811 dans le diocèse de Grenoble. Professeur à la faculté de théologie, vicaire général de Viviers (1823), puis de Lyon (1825), chanoine titulaire (1840). Sur l’abbé Cattet, brouillé avec Mgr de Bonald, Archives nationales, F/19/5591, lettre de ministre de la justice, 10 novembre 1846.

16 Circulaire de Mgr le cardinal de Bonald archevêque de Lyon adressée au clergé de son diocèse à l’occasion de la réimpression du bréviaire, 18 novembre 1843. G. Collomb, La liturgie lyonnaise et le mouvement liturgique à Lyon, sous le pontificat du cardinal de Bonald, 1840-1870, mémoire de maîtrise, Lyon, 1961, dactyl., p. 2/49-55.

17 M. du Lac, La liturgie romaine et les liturgies françaises, détails historiques et statistiques, Le Mans, Julien, Lanier et Cie, 1849, p. 21.

18 G. Collomb y voit l’œuvre du chanoine Meslé, de Rennes, op. cit., p. 2/68-69.

19 G. Collomb, op. cit., p. 2/73-77.

20 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 114, lettre et exposé (fol. 254-258) du chanoine Girard au nonce, 3 août 1856. Un premier article paru le 23 mai 1856 et signé J.-B. C. (Cabanet ?) prenait à partie les bréviaires de Paris et Lyon.

21 Sur Joseph Bard (1803-1861), auteur d’un Nouveau programme d’un liturgiste (1846) qui comptera au moins trois éditions, voir G. Collomb, op. cit., p. 2/64-65 et annexe VII.

22 Sur ce neveu et secrétaire du cardinal de Bonald, voir Archives départementales du Rhône, 1 V5, lettres de Mgr de Bonald au ministre des cultes, 27 mai 1844, 25 juin 1844.

23 Voir les lettres très violentes qu’il adresse à la nonciature en 1867 pour empêcher la nomination épiscopale de l’abbé Callot, un des curés lyonnais, Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 161, fol. 60-94, fol. 326-369. Voir aussi la lettre de l’abbé Combalot à Mgr de Bonald, 4 janvier 1868, dans laquelle il fustige le gallicanisme du clergé lyonnais, id., fol. 452-453.

24 L’administration l’attribue à cinq auteurs : Archives nationales, F19/5435.

25 Il avait fait paraître un Dictionnaire universel, historique et comparatif de toutes les religions du monde en quatre volumes dans L’Encyclopédie théologique de J.-P. Migne : C. Langlois et F. Laplanche (dir.), La science catholique. L’Encyclopédie théologique de Migne (1844-1873) entre apologétique et vulgarisation, Paris, Cerf, 1992, p. 247, et F. Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique. XVIe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, p. 124.

26 D. Moulinet, « Un réseau ultramontain en France au milieu du XIXe siècle », Revue d’Histoire Ecclésiastique, t. xcii/1, 1997, p. 79, p. 107-108.

27 J.-B. Jacquenet, Observations critiques sur l’ouvrage intitulé Compendiosæ institutiones theologicæ ad usum seminarii tolosani, Paris, Palmé, 1861, p. 173-174.

28 Archives nationales, F/19/5435, lettre du procureur général, 22 août 1864. La brochure, imprimée à 1500 exemplaires, est de l’abbé Lucquet, seul membre de la Société de Saint-Irénée à professer des doctrines romaines.

29 Archives nationales, F/19/5435, rapport du procureur général, 5 mars 1864 ; J. Maurain, La politique ecclésiastique du Second Empire de 1852 à 1869, Paris, Félix Alcan, 1930, p. 696.

30 Les enseignements pontificaux. La liturgie, présentation et tables par les moines de Solesmes, Tournai, Desclée, 1954, p. 126-127.

31 Archives nationales, F/19/5435.

32 Archives nationales, F/19/5434, Le Salut Public, 9 avril 1864. Voir G. Collomb, op. cit., p. 2/115-116.

33 C. Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, Beauchesne, collection Théologie politique 73, 1985, p. 283, p. 286 ; J. M. de Bujanda, Index librorum prohibitorum 1600-1966, Genève-Montréal, Droz/Mediaspaul, 2002, p. 273.

34 P. Mabile, Mgr Mabile, évêque de Versailles, d’après son livre-journal et ses œuvres pastorales, t. 2, p. 131-134 ; J. Maurain, op. cit., p. 697 ; J. M. de Bujanda, op. cit., p. 273 ; Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 161, fol. 27-106. Le chanoine Bertrand se soumettra plus tard, voir Le Monde, 26 janvier 1868, cité dans Archives nationales, F/19/5435.

35 Archives nationales, F/19/5434, lettre du préfet de l’Ain, 16 mai 1864, qui souligne le profond attachement du clergé local au gallicanisme, depuis l’épiscopat de Mgr Devie.

36 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 253, lettres adressées au nonce par l’abbé Cabanet, curé de Salavre, 13 mars 1865, et par le chanoine Girard, 24 février 1873.

37 C. Langlois, « Choix imposé, choix accepté : le département comme diocèse », G. Chaix (dir.), Le diocèse. Espaces, représentations, pouvoirs (France, XVe-XXe siècle), p. 85-86.

38 L’abbé Guéranger fait état de la reculade épiscopale lors de son voyage à Besançon en août 1828 : P. Guéranger, Mémoires autobiographiques, p. 93-94.

39 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, 248, anno 1854, fascicule 2, rapport du nonce au cardinal Antonelli, 5 octobre 1854.

40 Archives du grand séminaire de Besançon, fonds du chapitre, 44-15, Séance capitulaire tenue à l’archevêché le 9 décembre 1854 au sujet du retour à la liturgie romaine, fol. 130.

41 Archives diocésaines de Besançon, fonds Mathieu, II C1, voyage de Rome, fol. 35.

42 Liste en annexe XIV.

43 Voir V. Petit, « Dispute d’état et controverse publique. La querelle liturgique dans le diocèse de Besançon (milieu du XIXe siècle) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 93, 2007, p. 461-487.

44 Archives diocésaines de Besançon, fonds Mathieu, II C2, lettre de l’abbé Fleury, curé de Saint-Hilaire, à Mgr Mathieu, 13 mars 1855.

45 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, 248, anno 1854, fascicule 2, rapport du nonce au cardinal Antonelli, 5 octobre 1854.

46 Texte en annexe XII.

47 Texte en annexe XIII.

48 G. Cholvy, « Enseignement religieux et langues maternelles en France au XIXe siècle », Revue des langues romanes, t. LXXII, 1976, p. 27-52, et « Régionalisme et clergé catholique au XIXe siècle », C. Gras et G. Livet (éd.), Régions et régionalisme en France du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, PUF, 1977, p. 187-201 ; M. Lagrée (dir.), Les parlers de la foi. Religion et langues régionales, Presses universitaires de Rennes, 1998.

49 Nouveau programme d’un liturgiste, 1846, p. 3. Texte en annexe VII.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540