Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et Nation

 | 
Vincent Petit

Chapitre VI. Une querelle d’église

Texte intégral

  • 1 Mgr Xavier Barbier de Montault, archéologue, collaborateur des Analecta juris pontificii et caméri (...)
  • 2 « Ces luttes nous fortifient au lieu de nous affaiblir », M. du Lac, La liturgie romaine et les li (...)

1L’adoption de la liturgie romaine ressort d’une décision de l’évêque, dans laquelle intervient aussi, dans des proportions différentes selon les diocèses, l’action du clergé et les recommandations des Congrégations romaines1. La presse catholique animée par des laïcs s’érige dès lors en médiatrice de ces deux pôles, et acquiert par là même une influence considérable. La controverse publique répond donc à une entreprise délibérée, revendiquée2, destinée à vulgariser les thèses en faveur de l’unité liturgique et à mettre l’épiscopat dans l’obligation de se conformer aux prescriptions romaines. Elle exprime aussi, au-delà d’une culture juridico-ecclésiastique de l’appel plus traditionnelle, une conception plébiscitaire plus que démocratique jusqu’au sein du clergé, où se devine le résultat des mutations politiques que connaît alors la France.

  • 3 Ph. Boutry, « “Vertus d’état” et clergé intellectuel : la crise du modèle “sulpicien” dans la form (...)
  • 4 C. Langlois, « Le temps des séminaristes. La formation cléricale en France aux XIXe et XXe siècles (...)

2Telle qu’elle est exposée, dès le printemps 1830 par le jeune abbé Guéranger, dans une série d’articles publiés dans l’organe mennaisien, le Mémorial catholique, complétée et approfondie plus tard dans les Institutions liturgiques, l’adoption de la liturgie romaine en France, autrement dit la restauration de l’unité et de l’authenticité de la prière dans « son état social », fait figure de nouveau combat pour une nouvelle génération catholique. Une génération sacerdotale consciente de sa valeur3, qui ne craint ni le débat ni même la polémique et qui sait user des nouveautés qu’offre le siècle, que ce soit le développement des organes de presse ou l’influence que peut lui promettre le suffrage universel masculin. Une génération enfin qui ne demeure pas étrangère aux enjeux savants et participe aux progrès de la science historique naissante4.

  • 5 Ph. Boutry, « Paroisses et clergé paroissial en France », L’histoire religieuse en France et en Es (...)
  • 6 M. Launay, Les séminaires français aux XIXe et XXe siècles, Paris, Cerf, 2003, p. 75 ; L. Trichet,(...)
  • 7 M. Launay, op. cit., p. 87.
  • 8 Voir V. Petit, « Clergé romain, évêque gallican : la guérilla liturgique au sein du catholicisme f (...)
  • 9 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 253, lettre de l’abbé Cabanet, cu (...)
  • 10 Voir par exemple l’activisme développé par les collaborateurs de la Revue des Sciences ecclésiasti (...)
  • 11 Voir la synthèse de Ph. Boutry, dans J. Le Goff et R. Rémond (dir.), Histoire de la France religie (...)
  • 12 Voir le compte rendu d’E. Poulat, Archives des sciences sociales des religions, 1981, vol. 52, p.  (...)

3Toute l’habileté de dom Guéranger et de ses poursuivants est de situer le combat contre « l’hérésie antiliturgique », celle de la Réforme protestante à l’Église constitutionnelle, de Luther à l’abbé Grégoire, dans une perspective non seulement théologique et ecclésiale, mais éminemment sociale et politique. Car il ne s’agit pas seulement de venir à bout de la bigarrure, des rites particuliers que suivent alors la plupart des diocèses français et des bréviaires, missels, antiphonaires, hymnaires dont ils ont l’usage. Par les prières qu’elle ordonne, les dévotions qu’elle consacre, la calendrier qu’elle détermine, la liturgie induit une cohérence, celle du sacré en face du monde5, conçu de plus en plus comme profane. Elle fait partie des éléments qui constituent un habitus et une praxis, et qui organisent une collectivité, ou pour mieux dire encore une communauté : les progrès de la liturgie romaine s’accompagnent ainsi de l’uniformisation et de la généralisation d’attributs vestimentaires – soutane, surplis romain, barrette quadricorne, col romain – propres à l’état clérical6 ; la communion fréquente dans les séminaires se développe en parallèle avec l’unité liturgique7, en même temps que de nouvelles formes de dévotion8. Elle participe d’un modèle social à tel point que ses partisans les plus intransigeants se verront dans l’obligation de préciser la situation du plus emblématique des leurs, l’abbé Jean-Marie Vianney, prêtre du diocèse de Belley, diocèse tardivement rallié à l’unité en 1864 : « Le saint prêtre avait sur ces questions vitales tous les sentiments qu’on pouvait lui désirer, et que si des circonstances, qui ne dépendaient pas de sa volonté, l’ont fait vivre et mourir dans des formes gallicanes, son âme appartenait, sur ce point comme sur tous les autres, à la grande unité catholique. Son bréviaire romain même était acheté9. » Cette génération catholique des années du milieu du siècle, n’en excluons pas les laïcs au premier rang desquels Montalembert ou Louis Veuillot, a ainsi transformé, avec la liturgie, la théologie morale, l’ecclésiologie et la philosophie, pour les ordonner au service d’une nouvelle apologétique10. Cette révolution tropique, ce « mouvement vers Rome11 », emprunte une dialectique que pourtant elle réprouve, celle du changement et de la réforme12, celle d’une religion qui accompagne le siècle. Le refus de toute discursivité – comme en témoigne le vocabulaire, où l’on parle de rétablissement de la liturgie romaine et de restauration de l’unité liturgique – ne doit pas masquer qu’il y a ici changement sinon de liturgie, du moins dans la liturgie : renouvellement des livres liturgiques, modification du sanctoral, du chant, des couleurs liturgiques.

  • 13 Ph. Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, p. 649-651.
  • 14 A. Dupront, Genèses des temps modernes. Rome, les Réformes et le Nouveau Monde, Paris, Gallimard/S (...)

4Cette volonté unitaire, autour d’un centre témoigne aussi d’une religion qui a changé de nature : moins l’expression d’un terreau local et continuité d’usages plus anciens encore qu’affirmation d’une institution et d’une doctrine cohérente, deux instruments jugés nécessaires pour réagir à une religion devenue « somme des dévotions individuelles » ou « fait d’opinion13 ». La liturgie est l’expression de l’identité catholique, plus précisément d’une identité romaine, puisque à partir de Trente « toute orthodoxie sera désormais romaine14 », mais davantage encore si le catholicisme se charge d’une ambition politique et sociale, intégrale et universelle.

  • 15 En 1839, les frères Allignol demandaient pour le clergé amovible la liberté de la presse et le dro (...)

5Dom Guéranger, en faisant de l’unité liturgique un élément déterminant de l’identité catholique, introduit un coin pour dynamiter les spécificités de l’Église de France. La critique du droit liturgique des évêques et l’exaltation de la primauté pontificale, sur ce point comme sur d’autres, bouscule l’équilibre concordataire : dès lors, de simples desservants s’érigent en polémistes, publient articles de presse et brochures, signent des pétitions, prennent parti15… Cette dispute d’état qui prend les formes d’une controverse publique ne se sépare pas des mutations que connaît l’Église romaine, qui tend à se structurer en une institution centralisée, unitaire et supranationale, et la société française. La querelle liturgique et les enjeux ecclésiologiques qu’elle exprime relèvent d’une culture d’ordre : en s’inscrivant dans la mémoire des luttes précédentes qu’a connue l’Église de France, elle réactive les clivages antérieurs sur des points que le compromis concordataire n’a pas tranché.

  • 16 Ph. Boutry, « “Vertus d’état” et clergé intellectuel : la crise du modèle “sulpicien” dans la form (...)
  • 17 Voir V. Petit, « Dispute d’état et controverse publique. La querelle liturgique dans le diocèse de (...)

6Dispute cléricale, propre à une culture d’état – au sens où l’état recouvre « des attitudes et des comportements, des façons de penser, de dire et de faire, qui caractérisent le clerc et le différencient du reste de l’humanité16 » –, et qui en prend les formes particulières : celles du clergé français du XIXe siècle, soumis à l’autorité épiscopale en vertu du Concordat et des articles organiques, et en théorie, éloigné de la juridiction papale. Mais querelle d’état ne signifie en rien confidentialité : la dispute est publique, passe par le biais de brochures, d’articles de presse, d’actes d’éclat qui affectent le fonctionnement normal de la hiérarchie ecclésiastique jusqu’à remettre en cause l’autorité ordinaire, celle de l’évêque17.

  • 18 Instructions sur le rituel par L.-A. Joly de Choin évêque de Toulon. Nouvelle édition augmentée de (...)
  • 19 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arra (...)
  • 20 P. Huot-Pleuroux, Le recrutement sacerdotal dans le diocèse de Besançon de 1801 à 1960, Besançon, (...)
  • 21 M. Sacquin, Entre Bossuet et Maurras. L’antiprotestantisme en France de 1814 à 1870, avec un avant (...)
  • 22 C. Langlois, « Le temps des séminaristes. La formation cléricale en France aux XIXe et XXe siècles (...)

7Dispute publique, parce que la liturgie est l’expression de l’identité catholique. Elle est un marqueur d’identité d’un groupe social, d’un état, celui du clergé orans, astreint à la récitation quotidienne du bréviaire18. Elle est la justification autant que la manifestation d’un ordre, sanctifié par les liens de l’ordination et de la célébration du culte. Peut-être l’est-elle davantage au sein de l’Église concordataire, aux yeux d’un clergé salarié, fonctionnarisé, rendu dépendant de l’évêque19 et de l’État. Peut-être l’est-elle davantage encore pour un clergé issu désormais dans sa masse de la paysannerie20. Peut-être n’a-t-elle jamais été plus sensible dans un siècle où les clercs se différencient plus encore d’avec les fidèles et l’Église romaine des églises issues du protestantisme21. Le « renforcement de l’habitus sacerdotal » peut alors se concevoir comme la « contrepartie obligée d’une popularisation durable du recrutement mais aussi d’un lent déclassement social22 ». La question liturgique parce qu’elle se situe à l’articulation entre les églises diocésaines et Rome passe par une polémique à la fois historique et théologique qui vise à contrecarrer l’attentisme de l’évêque et de promouvoir, par la base, l’adoption du rite romain.

  • 23 L’Ami de la religion et du roi, 1830, t. 64, p. 97-102, p. 129-134, p. 241-245 ; J.-F. Bergier, Ét (...)
  • 24 P. Guéranger, Mémoires autobiographiques (1805-1833), Solesmes, éditions de Solesmes, 2005, p. 123
  • 25 L’Ami de la Religion, 1830, t. 65, p. 125-129, p. 220. Elle est attribuée au chanoine Malleville, (...)

8Dès 1830, le jeune abbé Guéranger a choisi d’exposer et de défendre ses convictions liturgiques dans la presse, que ce soit le Mémorial catholique ou la Revue catholique. Elles font l’objet d’une longue polémique23 dans L’Ami de la religion, du très gallican Picot, à laquelle participent plusieurs ecclésiastiques dont l’abbé de Solesmes lui-même, l’abbé Richaudeau, l’abbé Pascal, l’abbé Labbe du diocèse de Bourges, le jésuite Cahier, et du côté de ses adversaires, l’abbé Dassance de Paris, le chanoine Tresvaux24, et un anonyme qui signe L. T., ancien vicaire général. L’essentiel de la dispute porte sur la légitimité des bréviaires et missels français modifiés au cours du XVIIIe siècle et donc le droit liturgique des évêques. Les articles de l’abbé Guéranger dans la presse mennaisienne lui attirent ainsi une réplique, Dissertation sur la légitimité des bréviaires de France en général, et du bréviaire de Rouen en particulier (1830), saluée par L’Ami de la religion25.

  • 26 J.-B.-E. Pascal (1789-1859), ordonné en 1813 pour le diocèse de Mende, vicaire à Paris, auteur d’o (...)
  • 27 Voir col. 13 et 24, et les articles « bréviaire » col. 163-170, « missel » col. 818-830, et « litu (...)
  • 28 Correspondance générale de Lamennais, textes réunis, classés et annotés par L. Le Guillou, Paris, (...)
  • 29 P.-F. Richaudeau, Observations critiques sur le Bréviaire de Bourges imprimé en 1734, Paris-Lyon, (...)

9Les analyses de dom Guéranger reçoivent l’approbation d’autres liturgistes, L’abbé Jean-Baptiste Étienne Pascal26, catéchiste auteur d’Entretiens sur la liturgie : nouvelle explication des prières et cérémonies du saint sacrifice (1834) et d’un dictionnaire, Origines et raison de la liturgie catholique (1844), qui constitue le huitième tome de l’Encyclopédie théologique de l’abbé Migne, se montre favorable à l’unité liturgique, sans pour autant partager les imprécations de dom Guéranger sur le missel de Mgr de Harlay et en restant respectueux de l’épiscopat français27. Plus radicaux sont deux collaborateurs de La Voix de la Vérité. L’abbé Joseph Meslé28, curé de la cathédrale de Rennes, publie des Observations sur le retour à la liturgie romaine (1843) et un Examen respectueux, pacifique et religieux des objections et représentations contre le retour aux bréviaire et missel romains (1843-1844). L’abbé Pierre-François Richaudeau, directeur au grand séminaire de Blois, qui a rédigé une réfutation des thèses des frères Allignol en 1842, prend parti pour la liturgie romaine dans L’Ami de la Religion dès février 1843. En conflit avec son évêque, Mgr de Sausin, il fait paraître aussi des Observations critiques sur le Bréviaire de Bourges imprimé en 1734 (1849), dans lesquelles il affirme qu’en l’état actuel, « les trois-quarts des prêtres français sont privés journellement d’indulgences très précieuses29 », et un Nouveau Traité des Saints Mystères conforme aux règles de la liturgie romaine (1853).

  • 30 Voir la lettre qu’il adresse à Louis Veuillot, le 22 janvier 1847 : R. Rancœur, « L’amitié de dom (...)
  • 31 J. Gadille, « Dom Guéranger et Montalembert dans le débat sur la liberté de l’enseignement (1849-1 (...)
  • 32 J.-B. Duroselle, « L’abbé Clavel et les revendications du bas-clergé sous Louis-Philippe », Études (...)
  • 33 P. Pierrard, « L’abbé Migne journaliste », A. Mandouze et J. Fouilheron (éd.), Migne et le renouve (...)
  • 34 J. H. R. Prompsault (1798-1858), prêtre du diocèse de Valence, chapelain des Quinze-Vingts à Paris (...)
  • 35 J.-F. Bergier, Études liturgiques. Deuxième partie, op. cit., p. 190.
  • 36 P. Pierrard, « L’abbé Migne journaliste », A. Mandouze et J. Fouilheron (éd.), op. cit., p. 107-10 (...)
  • 37 M. du Lac, La liturgie romaine et les liturgies françaises, op. cit., p. 70, p. 373 ; Le Journal d (...)

10Dom Guéranger est le premier à reconnaître l’utilité de la presse, L’Univers en premier lieu30, pour véhiculer ses thèses liturgiques auprès du clergé et des laïques. Une telle alliance et la dénonciation publique des évêques lui aliènent la sympathie de ses amis libéraux, comme Montalembert et Falloux31. Il reçoit le soutien des Annales de philosophie chrétienne de Bonnetty dans une série d’articles en 1843. Déjà en 1844-45, un périodique animé par le bouillant abbé Clavel32, Le Bien social, journal du clergé secondaire, encourage les progrès de l’unité liturgique et s’en prend à certains évêques – d’où sa condamnation par Mgr Affre. À partir de 1846, La Voix de la Vérité de l’abbé Migne, auquel collaborent les abbés Pascal33, Meslé, Richaudeau, Barranger, Bouix…, se montre favorable à l’unité liturgique – mais l’abbé Prompsault34 y consacre aussi une série d’articles hostiles en 185035. Le journal est d’ailleurs en délicatesse avec plusieurs évêques qu’il a malmenés, à tel point que Mgr Affre l’a frappé d’interdit dans un mandement du 20 août 184736. La presse libérale, Le Journal des débats, Le Constitutionnel, Le Siècle, Le National, La Gazette de France…, se montre plutôt défavorable à la liturgie romaine37.

  • 38 P. Droulers, Action pastorale et problèmes sociaux sous la monarchie de Juillet chez Mgr d’Astros, (...)
  • 39 Texte en annexe VI.
  • 40 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, 485 fascicule (...)
  • 41 Auteur par ailleurs, d’une brochure très hostile à l’égard de l’Univers, Lettre sur le journalisme (...)
  • 42 A. Gough, Paris et Rome. Les catholiques français et le Pape au XIXe siècle, Paris, éditions de l’ (...)
  • 43 Mgr d’Astros, L’Église de France injustement flétrie…, p. 69-86.

11Les Institutions liturgiques de dom Guéranger suscitent aussi de fortes oppositions au sein de l’épiscopat. Mgr d’Astros, archevêque de Toulouse et adversaire de Lamennais38, réplique avec L’Église de France injustement flétrie dans un ouvrage ayant pour titre : Institutions liturgiques, par le R. P. Dom Gueranger, abbé de Solesmes (1843). Mgr Affre, archevêque de Paris, recommande la lecture de l’ouvrage de son collègue de Toulouse dans une circulaire aux curés de son diocèse39 en date du 14 août 1843. Il reçoit les congratulations de Mgr de la Tour d’Auvergne, cardinal et évêque d’Arras, qui en fait distribuer une centaine d’exemplaires dans son propre diocèse40. Mgr Fayet, évêque d’Orléans, entre en lice avec un Examen des institutions liturgiques de Dom Guéranger, abbé de Solesmes et de sa lettre à Mgr l’archevêque de Reims (1846). L’abbé Bernier41, vicaire général d’Angers, publie une Humble remontrance au R. P. Dom Prosper Guéranger, abbé de Solesmes, sur sa troisième lettre à Mgr l’évêque d’Orléans (1847). En tout, plus de soixante évêques se prononcent contre les Institutions liturgiques42. En même temps, ceux d’entre eux qui se prononcent sur la question elle-même à leur collègue de Toulouse laissent paraître moins de détermination : quatre veulent la liturgie romaine, sept ne savent pas quel parti prendre et neuf expriment leur souhait de conserver le rite parisien43.

  • 44 P. Guéranger, Mémoires autobiographiques, p. 121, p. 239.
  • 45 Jean-Baptiste-Amand Auger (1784-1854), curé de Saint-Antoine de Compiègne, chanoine du chapitre de (...)
  • 46 M. du Lac, La liturgie romaine et les liturgies françaises, op. cit., p. 251 ; Y. Le Gallo, Clergé (...)
  • 47 Prêtre érudit, par ailleurs auteur d’un Éloge de Mgr le cardinal d’Astros, archevêque de Toulouse (...)
  • 48 Exemplaire conservé aux Archives diocésaines de Besançon, fds Mathieu, II C6, non daté, 236 fol.

12Dès 1840, l’abbé Lavau, prêtre du diocèse de Bordeaux, publie une Explication du bréviaire de Paris. Un prêtre originaire de Lectoure, l’abbé Jean-Joseph Laborde, prend à partie les thèses de dom Guéranger dans ses Lettres parisiennes. Discussion et connaissance exacte des deux liturgies pour éclairer la détermination de ceux qui ont à se prononcer entre le missel et le bréviaire romains et entre le missel et le bréviaire de Paris… (1848, réédité en 1855). L’abbé Jean-Henri-Romain Prompsault publie ses Lettres au R. P. Dom Guéranger, auteur des « Institutions liturgiques » (1852). Quant à l’abbé Caillau, de la Société des Missions de France, qui avait sollicité la collaboration du jeune abbé Guéranger pour sa collection des Pères de l’Église, il s’en prend vivement aux Institutions liturgiques dans la Bibliographie catholique44. Une brochure anonyme, due au chanoine Jean-Baptiste-Armand Auger45, La Question liturgique réduite à sa plus simple expression (1854), est saluée par l’ancien évêque de Chartres, Mgr Clausel de Montals, qui dans trois différents ouvrages en 1853-54 défend les usages propres à l’Église de France. Le chanoine Tresvaux, du chapitre de Paris, qui est le principal artisan du bréviaire de Quimper46, défend dans L’Ami de la Religion, la légitimité des bréviaires particuliers. Dans les diocèses, la défense des liturgies particulières passe par un effort d’érudition, voir le cas de l’abbé Adrien Salvan47 et ses Recherches historiques sur la liturgie en général et celle du diocèse de Toulouse en particulier (1850). De simples desservants s’improvisent liturgistes, comme l’abbé Jean-Baptiste-Louis de Gonzague Fontaine, desservant de Saint-Mesmin, qui publie une Agonie de la liturgie troyenne, par un prêtre qui lui fait ses adieux (1847). Circule aussi un nombre important de manuscrits favorables au maintien des liturgies diocésaines comme une Dissertation sur la légitimité des missels et bréviaires de France et sur le droit de liturgie (vers 1846) et des Observations sur la liturgie du diocèse de Rouen48 (1856). Le même abbé Fontaine laisse un manuscrit de soixante pages intitulé : Défense de l’Agonie de la liturgie troyenne au point de vue artistique et doctrinal.

  • 49 Esprit-Gustave Jouve (1805-1872), auteur d’ouvrages érudits sur la Drôme et d’études sur le chant (...)
  • 50 C. Langlois et F. Laplanche (dir.), La science catholique. L’Encyclopédie théologique de Migne (18 (...)

13Néanmoins, dom Guéranger peut compter sur le soutien d’évêques, comme Mgr Parisis, avec son livre De la Question liturgique (1846), Mgr Gousset et Mgr Doney. Pour répondre à l’archevêque de Toulouse, l’abbé de Solesmes publie une Défense des Institutions liturgiques (1844), à laquelle Mgr d’Astros rétorque dans un nouvel ouvrage, Examen de la Défense de Dom Guéranger, et courte réfutation de sa lettre à Mgr l’archevêque de Reims (1846). Dom Guéranger s’attache ensuite à répondre à l’évêque d’Orléans dans une Nouvelle défense des Institutions liturgiques, en trois volumes (1846-1847). La brochure du chanoine Auger est réfutée par l’abbé Augustin Bourdin, Des liturgies françaises en général et de la liturgie normande en particulier, suivi d’un Examen de l’écrit intitulé « La question liturgique réduite à sa plus simple expression » (1856). L’abbé Esprit-Gustave Jouve49, collaborateur des Annales archéologiques et auteur d’un Dictionnaire d’esthétique chrétienne ou théorie du beau dans l’art chrétien, l’architecture, la musique, la peinture, la scuplture et leurs dérivés (1856) dans l’Encyclopédie théologique de l’abbé Migne50, résume l’œuvre de dom Guéranger dans Du Mouvement liturgique en France durant le XIXe siècle (1860).

  • 51 Ch. de Montalembert, Journal intime inédit, texte établi par L. Le Guillou et N. Roger-Taillade, P (...)

14La controverse est aussi marquée par les prises de position des laïcs, que ce soit pour soutenir l’adoption de la liturgie romaine, comme Philippe Guignard, membre de l’École des chartes et correspondant de dom Guéranger, avec ses Réflexions d’un laïque présentées à Mgr l’évêque d’Orléans, sur son Examen des institutions liturgiques du R. P. dom Prosper Guéranger (1846), ou pour défendre les rites locaux, comme P. C. Vitrey qui publie des Observations sur les Institutions liturgiques de Dom Guéranger ou Défense des liturgies gallicanes, et particulièrement des usages de Toul et de Besançon, contre les attaques de M. l’abbé de Solesmes (1851). Montalembert, adversaire du gallicanisme épiscopal et proche de ses anciens camarades mennaisiens Guéranger, Gerbet, Parisis, Gousset, Combalot…, peut alors se ranger lui aussi parmi les partisans de l’unité liturgique51, avant de déchanter.

Les publications concernant la question liturgique en France (1830-1870).

  • 52 J.-F. Bergier, Études liturgiques. Deuxième partie, op. cit., p. 189 ; H. Wolf (éd.), Grundlagenfo (...)
  • 53 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 90, fol. 724-741 ; Archives secrè (...)
  • 54 H. Wolf (éd.), op. cit., p. 303.
  • 55 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 87, fol. 3, fol. 28 et Archives s (...)
  • 56 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 87, fol. 241-257.
  • 57 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 104, fol. 147-184 et Segreteria d (...)
  • 58 J. H. R. Prompsault, op. cit., p. 53.

15Enfin, puisque la liturgie est l’un des instruments du magistère et que les prêtres français font appel à elles, la querelle publique voit l’intervention des autorités romaines. L’Humble remontrance au R. P. Dom Prosper Guéranger de l’abbé Bernier est mise à l’index par un décret du 27 juin 185052. La lettre pastorale, par laquelle l’évêque de Coutances, le 4 décembre 1850, rappelait son clergé à réciter le bréviaire en usage dans le diocèse et à en suivre la liturgie53, est condamnée par un décret du 27 septembre 185154. Il renonce à sa charge dès l’année suivante. Six des ouvrages de l’abbé Laborde, en particulier celui dans lequel il s’attache à réfuter le mémoire de Mgr Parisis sur l’Immaculée-Conception, sont condamnés entre 1850 et 185555. Ce pourfendeur de la liturgie romaine, de la théologie liguorienne et adversaire de Montalembert, fait paraître un plaidoyer : De l’Autorité de l’index en France, mémoire pour un prêtre persécuté à propos de cette question (1853)56. Quant à l’abbé Prompsault, ses Observations sur l’Encyclique du 21 mars, qu’il a rédigées à la demande de Mgr Sibour pour répondre à l’encyclique Inter Multiplices et défendre les libertés et coutumes de l’Église gallicane, suscitent les commentaires acides du pape en personne. Son Dictionnaire raisonné de droit et de jurisprudence en matière civile ecclésiastique paru dans l’Encyclopédie théologique de l’abbé Migne en 1849-50, et sa brochure, Du siège du pouvoir ecclésiastique dans l’Église de Jésus-Christ (1853) sont dénoncés à l’Index57. Pour lui, cela ne fait pas de doute : il s’agit d’une mesure de rétorsion de la part de dom Guéranger, de l’abbé Bouix et des « autres écrivains d’un zèle aussi peu éclairé58 ». À l’inverse le très romain évêque de Moulins, Mgr de Dreux-Brézé, frappe d’interdit plusieurs prêtres qui s’étaient plaints de l’introduction de la liturgie romaine.

  • 59 J.-P. Chantin, Les marges du christianisme. Sectes, dissidences et ésotérisme, t. 10 du Dictionnai (...)
  • 60 Réforme radicale. Nouvel eucologe à l’usage de l’Église catholique française (1839) ; Liturgie pro (...)

16L’âpreté et la durée de cette querelle d’Église illustrent l’importance de la question liturgique en France. Comme au temps de la Réforme, la liturgie constitue un moyen d’affirmation de la dissidence catholique59, que ce soit celle de l’abbé Chatel, celle du P. Hyacinthe ou des vieux-catholiques, hostile à l’intransigeance doctrinale, à l’infaillibilité pontificale ou à la centralité romaine, qui se dote d’une liturgie propre souvent en langue vernaculaire60.

  • 61 C’est le sens des réponses données par la Congrégation des rites aux questions du chanoine Lottin, (...)
  • 62 Ch. Maire, La liturgie romaine et la conscience, Besançon, 1861, p. 24 ; Ch. Maire, Réponse aux Ob (...)
  • 63 Bref de Grégoire XVI à Mgr Gousset, 6 août 1842, annexe V.
  • 64 Observations sur la liturgie parisienne, fol. 2.
  • 65 P. Batiffol, Histoire du bréviaire romain, 3e éd., Paris, Picard, 1911, p. 425-426.
  • 66 J. Lacour, Livres liturgiques de Mgr de Lubersac, évêque de Chartres (1780-1791), Bulletin de la s (...)

17Mais la vivacité de la controverse à l’intérieur du clergé s’explique aussi par les différences d’appréciation portées à l’égard du bréviaire romain. La stratégie des partisans de l’unité liturgique consiste à convaincre les prêtres de prendre le bréviaire romain en leur particulier, sans attendre que l’évêque l’ait décidé, en insistant sur l’obligation qu’ils ont de réciter un bréviaire légitime, c’est-à-dire approuvé et reconnu par l’Église61. Selon eux, la récitation de l’office divin a été imposée par le sacrement de l’ordination, par l’Église catholique, apostolique et romaine, et non par une Église particulière : de ce point de vue, les prêtres sont donc soumis au Saint-Siège et non à l’évêque. S’ils ne satisfont pas à cette obligation qui relève de leur « devoir d’état62 », ils commettent un péché mortel et compromettent les fruits de leur bénéfice. À cette mise en demeure canonique, les partisans des bréviaires diocésains répliquent par une expertise pratique. Le concile provincial de Paris en 1849 demande une nouvelle révision du bréviaire romain – comme Mgr Sibour dans son mandement de 1856. Un autre prêtre publie des Lettres sur le bréviaire romain adressées à un religieux par un curé de campagne (1864), dans lesquelles, s’il se montre favorable à l’unité liturgique, il appelle à la réduction du nombre de fêtes de saints pour assurer un meilleur respect de l’office du dimanche et du temps de Carême. Ainsi, même parmi les évêques et les prêtres français les plus favorables à l’unité liturgique perce le reproche le plus communément porté à l’encontre du bréviaire romain, celui de la longueur excessive de ses offices. Reproche admis par les évêques les plus romains et le souverain pontife en personne63, qui accorde l’autorisation de réciter des offices votifs pour réduire le nombre de ceux de la férie*, et donc libérer un temps précieux au ministère paroissial ou indispensable à une santé défaillante. Les défenseurs de la liturgie parisienne expliquent aussi par de savants calculs que les 150 psaumes sont récités chaque semaine à Paris, tandis que dans le bréviaire romain 55 psaumes sont répétés très souvent et 95 presque jamais64. Lors du concile de 1870, certains évêques français pointent une dernière fois ces défauts : une distribution des psaumes qui amène à réciter trop souvent les mêmes, des translations des fêtes de saints trop fréquentes et excessivement dispersées, et un office des dimanches et des fêtes trop long et insuffisamment adapté au statut présent du clergé séculier65. Enfin, le changement de l’office public implique une rupture visuelle d’importance : les rubriques* du missel romain excluent les usages parisiens en ce qui concerne les couleurs liturgiques des ornements comme le cendré, cinericium ou le jaune, flavum66. L’unité liturgique induit donc une transformation des vêtements sacerdotaux : voile huméral, chape, chasubles, surplis, camail. Dans le diocèse d’Arras, les prêtres adoptent même l’ombrellino pour se protéger du soleil lors des processions du Saint Sacrement… Mgr Féron, évêque de Clermont-Ferrand, recommande aux prêtres de changer une partie du mobilier de l’église, banquette et sièges.

18C’est ce qui explique la nécessité de disposer de manuels pratiques pour le changement de liturgie, recommandés par les évêques qui le décident, comme le Manuel des cérémonies selon le rit romain publié en 1855 sur ordre de l’évêque de Saint-Flour, le Livret de liturgie romaine ou méthode pour apprendre à réciter l’office divin selon le rite romain paru à Castres en 1857, le Livret de la liturgie romaine, ou méthode courte et facile pour apprendre à réciter l’office divin, selon le rit romain, à l’usage des ecclésiastiques habitués à la la liturgie dite parisienne de J. P. A. Bonnet en 1859, ou l’Exposé des différences entre les rubriques romaines et les rubriques lyonnaises du chanoine Girard en 1866.

  • 67 M. Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au XIXe siècle. Le diocèse de Rennes (...)
  • 68 B. Delpal, op. cit., p. 223. On trouvera aussi quelques notations utiles dans La vie musicale dans (...)
  • 69 Voir S.-A. Leterrier, « L’archéologie musicale. La “restauration du chant grégorien” entre liturgi (...)
  • 70 J. Cheyronnaud, Musique, politique, religion. De quelques menus objets de culture, p. 30-31, p. 53 (...)
  • 71 La Congrégation des Rites avait rappelé cette obligation à l’évêque de Troyes, le 3 septembre 1850 (...)
  • 72 Observations sur la liturgie parisienne, fol. 12.

19Si le processus d’unité liturgique affecte la communauté ecclésiale et génère un clivage qui peut se mesurer, concerne-t-il, et de quelle manière, aussi les fidèles ? Les incertitudes liturgiques ne paraissent pas avoir d’incidences perceptibles67 : seuls les prêtres se font l’interprète de leurs ouailles sans qu’il soit possible d’infirmer ou de confirmer leurs dires. Les mandements qui prescrivent la liturgie romaine sont lus au prône de la messe. Le remplacement des antiphonaires et paroissiens concerne directement la vie paroissiale68. La substitution du chant religieux traditionnel au profit d’un chant grégorien restauré, que la création d’écoles de plain-chant dans les paroisses (Arras, Gap, Saint-Claude) doit populariser, constitue une mutation plus difficile à appréhender, que complique encore la concurrence commerciale et technique de six versions laissées au choix des prélats : les éditions dites de Dijon, de Digne et de Rennes, dérivées des antiphonaires et graduels romains publiés en France à partir de la fin du XVIIe siècle, et qui conservent quelques usages gallicans ; les livres publiés à Malines à partir de livres de chants italiens ; et enfin, les deux tentatives de restauration « archéologique », à partir de vénérables manuscrits médiévaux, celle du jésuite Louis Lambillotte contre celle élaborée sous la direction des archevêques de Reims et de Cambrai69. Mais ce changement affecte avant tout les chantres70 et donne aux prêtres un rôle encore plus déterminant. L’attachement des fidèles ne manque pas d’être appelé à l’appui de ceux qui cherchent à conserver certains usages, comme la communion des fidèles dans la nuit de Noël, l’usage du voile pour les mariages, la bénédiction du prêtre à haute voix à la grand’messe et celle du saint sacrement à Vêpres – alors qu’au romain, cette bénédiction est silencieuse71. D’autres lacunes paraissent lourdes de conséquences, comme l’absence de messe pour l’enterrement des jeunes enfants dans la liturgie romaine72. Les partisans du changement admettent eux aussi qu’un changement trop brutal dans les habitudes des fidèles pourrait provoquer des réactions négatives.

  • 73 M. Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne op. cit., p. 132-133, p. 138.
  • 74 Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 273-274.

20Il semble bien que l’adoption de la liturgie romaine n’ait provoqué aucune manifestation d’hostilité majeure chez les fidèles. Cette absence de réaction peut s’expliquer par la cléricalisation plus poussée encore des fonctions liturgiques, déjà très engagée depuis le début du XIXe siècle, et la spécialisation érudite du clergé qui a accaparé cet objet d’étude et de polémique. Surtout, l’unité liturgique n’affecte pas ou si peu le conformisme, voir le ritualisme73, auquel les fidèles sont attachés dans leur pratique religieuse : la dévotion mariale que renforce la romanisation du catholicisme correspond au dispositif mental des catholiques français. L’italianisation des usages liturgiques74 n’a pas été un phénomène brutal, mais ancien, largement amorcé au cours de la Réforme catholique, l’épisode contrerévolutionnaire et la Restauration.

21De plus, l’adoption de la liturgie romaine s’est inscrite dans le processus de modernisation de la société française. Elle consacre définitivement l’adéquation entre diocèse et département et relève aussi de cette façon d’une certaine forme de rationalisation. En réservant au prêtre une stricte exclusivité de la chose religieuse, elle se fait aussi l’instrument d’une uniformisation culturelle, avec l’élimination des chants en langue vulgaire dans l’église paroissiale :

  • 75 Statuts synodaux du diocèse de Saint-Claude, p. 32-33.

« Aucune pièce de chant ne pourra être intercalée à la messe, à vêpres et au salut du Saint-Sacrement, si elle n’est pas uniquement composée de paroles liturgiques. Ainsi sont interdits, pendant la durée de ces offices, les chants en langue vulgaire ou cantiques, qui cependant pourront être chantés avant ou après. Sont tolérés les cantiques, pendant les offices, dans les communautés, congrégations et établissements d’éducation. Ils sont également permis, pendant les exercices des missions, des jubilés, des retraites, du carême, et du mois de Marie, et aussi le jour de la première communion75. »

  • 76 M. Launay, Le ciel et la terre. L’Église au village (XIXe siècle), Paris, Cerf, 2009, p. 66.

22Dans le même souci de « normaliser le culte », l’évêque de Valence publie une ordonnance pour écarter les musiciens populaires du sanctuaire76. L’expurgation du sanctoral aboutit à l’abandon de cultes locaux comme l’adoption du rituel romain au renoncement d’usages particuliers.

  • 77 E. Larkin, « The devotional revolution in Ireland 1850-1875 », American Historical Review, no 77, (...)

23Plus que d’une « révolution dévotionnelle77 », générale à la catholicité du XIXe siècle sur laquelle elle influe peu, la querelle liturgique relève avant tout d’une culture d’ordre, c’est-à-dire d’une querelle propre à une corporation, celle des clercs, dans ses aspects ecclésiologiques et érudits.

Notes

1 Mgr Xavier Barbier de Montault, archéologue, collaborateur des Analecta juris pontificii et camérier secret du pape, fera paraître une collection des décrets authentiques des Congrégations romaines, en 10 vol. en 1868-70.

2 « Ces luttes nous fortifient au lieu de nous affaiblir », M. du Lac, La liturgie romaine et les liturgies françaises, détails historiques et statistiques, Le Mans, Julien, Lanier et Cie, 1849, p. 7.

3 Ph. Boutry, « “Vertus d’état” et clergé intellectuel : la crise du modèle “sulpicien” dans la formation des prêtres français au XIXe siècle », Problèmes d’histoire de l’éducation, actes des séminaires de l’École française de Rome et l’Università di Roma La Sapienza, Rome, Collection de l’École française de Rome 104, 1988, p. 223-225.

4 C. Langlois, « Le temps des séminaristes. La formation cléricale en France aux XIXe et XXe siècles », Problèmes d’histoire de l’éducation, op. cit., p. 245.

5 Ph. Boutry, « Paroisses et clergé paroissial en France », L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Collection de la Casa de Velàzquez 87, 2004, p. 181-182.

6 M. Launay, Les séminaires français aux XIXe et XXe siècles, Paris, Cerf, 2003, p. 75 ; L. Trichet, Le costume du clergé. Ses origines et son évolution en France d’après les règlements de l’Église, Paris, Cerf, 1986, p. 167-192 ; O. Hubert, Sur la terre comme au ciel. La gestion des rites par l’Église catholique du Québec (finXVIIe-mi XIXe siècle), Sainte-Foy, Presses de l’Université de Laval, 2000, p. 142.

7 M. Launay, op. cit., p. 87.

8 Voir V. Petit, « Clergé romain, évêque gallican : la guérilla liturgique au sein du catholicisme français au milieu du XIXe siècle », Mélanges de l’École française de Rome Italie-Méditerranée, t. 120/1, 2008, p. 223-234.

9 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 253, lettre de l’abbé Cabanet, curé de Salavre, au nonce, 13 mars 1865.

10 Voir par exemple l’activisme développé par les collaborateurs de la Revue des Sciences ecclésiastiques de l’abbé Bouix : D. Moulinet, « Un réseau ultramontain en France au milieu du XIXe siècle », Revue d’Histoire Ecclésiastique, t. xcii/1, 1997, p. 89-124.

11 Voir la synthèse de Ph. Boutry, dans J. Le Goff et R. Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse. Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine (XVIIIe-XIXe siècle), Paris, Seuil, 1991, t. 3, p. 423-445.

12 Voir le compte rendu d’E. Poulat, Archives des sciences sociales des religions, 1981, vol. 52, p. 233-234.

13 Ph. Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, p. 649-651.

14 A. Dupront, Genèses des temps modernes. Rome, les Réformes et le Nouveau Monde, Paris, Gallimard/Seuil, 2001, p. 197. Voir S. H. de Franceschi, « Bruno Neveu et la romanité. Sources historiographiques et méthode », Chrétiens et Sociétés XVIe-XXe siècles, no 14, 2007.

15 En 1839, les frères Allignol demandaient pour le clergé amovible la liberté de la presse et le droit de pétition pour obtenir l’abrogation des articles organiques, De l’état actuel du clergé en France et en particulier des curés ruraux appelés desservans, Paris, Debécourt, 1839, p. 316-320. Liste des publications concernant la question liturgique en annexe XV.

16 Ph. Boutry, « “Vertus d’état” et clergé intellectuel : la crise du modèle “sulpicien” dans la formation des prêtres français au XIXe siècle », Problèmes d’histoire de l’éducation, op. cit., p. 216-221.

17 Voir V. Petit, « Dispute d’état et controverse publique. La querelle liturgique dans le diocèse de Besançon (milieu du XIXe siècle) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 93, 2007, p. 461-487.

18 Instructions sur le rituel par L.-A. Joly de Choin évêque de Toulon. Nouvelle édition augmentée de notes nombreuses et intéressantes par M. Gousset, Paris, Gauthier frères, 1826, t. 3, p. 354 ; André, Cours alphabétique et méthodique de droit canon mis en rapport avec le droit civil ecclésiastique ancien et moderne, dans l’Encyclopédie théologique publiée par l’abbé J.-P. Migne, Petit-Montrouge, t. 2, 1845, col. 649-659 ; T. Bernard, Cours de liturgie romaine. Le bréviaire, Paris, Berche et Tralin, 1887, t. 1, p. 31-32, p. 59-62 ; Dictionnaire de théologie catholique, Paris, Letouzey et Ané, t. 11-1, col. 955-960 ; Dictionnaire de droit canonique, Paris, Letouzey et Ané, t. 2, col. 1081-1090.

19 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), publications de l’université de Lille III, 1977, t. 1, p. 191-192.

20 P. Huot-Pleuroux, Le recrutement sacerdotal dans le diocèse de Besançon de 1801 à 1960, Besançon, imprimerie Néo-Typo, 1966, p. 260.

21 M. Sacquin, Entre Bossuet et Maurras. L’antiprotestantisme en France de 1814 à 1870, avec un avant-propos de Philippe Boutry, Paris, École des Chartes, 1999.

22 C. Langlois, « Le temps des séminaristes. La formation cléricale en France aux XIXe et XXe siècles », Problèmes d’histoire de l’éducation, op. cit., p. 255.

23 L’Ami de la religion et du roi, 1830, t. 64, p. 97-102, p. 129-134, p. 241-245 ; J.-F. Bergier, Études liturgiques. Deuxième partie, Histoire de la controverse et de la réforme liturgiques en France au XIXe siècle, Besançon, Bonvalot, 1861, p. 58-74 ; C. Johnson, Prosper Guéranger (1805-1875), a liturgical theologian. An introduction to his liturgical writings and work, Rome, Studia Anselmiana, Analecta liturgica 9, 1984, p. 469-473.

24 P. Guéranger, Mémoires autobiographiques (1805-1833), Solesmes, éditions de Solesmes, 2005, p. 123.

25 L’Ami de la Religion, 1830, t. 65, p. 125-129, p. 220. Elle est attribuée au chanoine Malleville, dans [ Auger], La question liturgique réduite à sa plus simple expression, Paris, veuve Thériot, 1854, p. 5, et J.-F. Bergier, Études liturgiques. Deuxième partie, op. cit., p. 51.

26 J.-B.-E. Pascal (1789-1859), ordonné en 1813 pour le diocèse de Mende, vicaire à Paris, auteur d’ouvrages de piété et d’érudition ; J.-F. Bergier, Études liturgiques. Deuxième partie, op. cit., p. 60-61.

27 Voir col. 13 et 24, et les articles « bréviaire » col. 163-170, « missel » col. 818-830, et « liturgie » col. 724-735.

28 Correspondance générale de Lamennais, textes réunis, classés et annotés par L. Le Guillou, Paris, Armand Colin, 1977, t. 6, lettre du chanoine Meslé à Lamennais, 11 juin 1834, p. 648-649, et lettre de Jean-Marie de La Mennais au chanoine Meslé, 3 août 1834, L. Le Guillou, Les Lamennais, Deux frères, deux destins, Paris, éditions ouvrières, 1990, p. 101-102.

29 P.-F. Richaudeau, Observations critiques sur le Bréviaire de Bourges imprimé en 1734, Paris-Lyon, Perisse frères, 1849, p. 67.

30 Voir la lettre qu’il adresse à Louis Veuillot, le 22 janvier 1847 : R. Rancœur, « L’amitié de dom Guéranger et de Louis Veuillot », Mélanges dom Guéranger, Histoire, liturgie, spiritualité, Solesmes, éditions de Solesmes, 2005, p. 622.

31 J. Gadille, « Dom Guéranger et Montalembert dans le débat sur la liberté de l’enseignement (1849-1850) », Mélanges dom Guéranger op. cit., p. 576 et L. Soltner, « Falloux et dom Guéranger. Un exemple de courtoisie dans la controverse », ibid., p. 598.

32 J.-B. Duroselle, « L’abbé Clavel et les revendications du bas-clergé sous Louis-Philippe », Études d’histoire moderne et contemporaine, I, 1947, p. 116, p. 119.

33 P. Pierrard, « L’abbé Migne journaliste », A. Mandouze et J. Fouilheron (éd.), Migne et le renouveau des études patristiques. Actes du colloque de Saint-Flour 7-8 juillet 1975, Paris, Beauchesne, collection Théologie politique 66, 1985, p. 106.

34 J. H. R. Prompsault (1798-1858), prêtre du diocèse de Valence, chapelain des Quinze-Vingts à Paris, canoniste, se constitua une bibliothèque de 25000 volumes, voir P. Pierrard, art. cit., p. 106.

35 J.-F. Bergier, Études liturgiques. Deuxième partie, op. cit., p. 190.

36 P. Pierrard, « L’abbé Migne journaliste », A. Mandouze et J. Fouilheron (éd.), op. cit., p. 107-108. Voir aussi C. Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, Beauchesne, collection Théologie politique 73, 1985, p. 165-170.

37 M. du Lac, La liturgie romaine et les liturgies françaises, op. cit., p. 70, p. 373 ; Le Journal des Débats, article de Prévost-Paradol, cité dans L’Union franc-comtoise, 16 avril 1857 ; G. Collomb, La liturgie lyonnaise et le mouvement liturgique à Lyon, sous le pontificat du cardinal de Bonald, 1840-1870, mémoire de maîtrise, Lyon, 1961, dactyl., p. 2/100-101.

38 P. Droulers, Action pastorale et problèmes sociaux sous la monarchie de Juillet chez Mgr d’Astros, archevêque de Toulouse, censeur de La Mennais, Paris, Vrin, 1954, p. 168-173 ; J. Lecler, « La spiritualité des catholiques libéraux », Les catholiques libéraux au XIXe siècle, Actes du colloque international d’histoire religieuse de Grenoble 1971, Presses universitaires de Grenoble, 1974, p. 379. Voir Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Francia, 485, fascicule 286, correspondance du nonce avec le Saint-Siège à propos de la polémique entre dom Guéranger et Mgr d’Astros.

39 Texte en annexe VI.

40 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, 485 fascicule 286, lettre du nonce au cardinal secrétaire d’État Lambruschini, 26 août 1843, fol. 86-87.

41 Auteur par ailleurs, d’une brochure très hostile à l’égard de l’Univers, Lettre sur le journalisme religieux (1845) et à l’apparition de la Salette, voir Le Doute légitime sur l’apparition miraculeuse de la très Sainte Vierge à deux bergers de La Salette (1859).

42 A. Gough, Paris et Rome. Les catholiques français et le Pape au XIXe siècle, Paris, éditions de l’atelier, 1996, p. 157.

43 Mgr d’Astros, L’Église de France injustement flétrie…, p. 69-86.

44 P. Guéranger, Mémoires autobiographiques, p. 121, p. 239.

45 Jean-Baptiste-Amand Auger (1784-1854), curé de Saint-Antoine de Compiègne, chanoine du chapitre de Saint-Denis, membre, puis vice-président de l’Institut historique (1837-1854). Voir sa lettre au nonce, 2 mai 1854, Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 114, fol. 81-82 : « On a dit et répété cent fois que le clergé désirait voir s’établir en France la liturgie romaine. Or c’est une erreur, et il est certain au contraire que l’immense majorité regarde cette introduction comme un grave inconvénient […]. »

46 M. du Lac, La liturgie romaine et les liturgies françaises, op. cit., p. 251 ; Y. Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne, de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Paris, éditions ouvrières, 1991, p. 1083.

47 Prêtre érudit, par ailleurs auteur d’un Éloge de Mgr le cardinal d’Astros, archevêque de Toulouse (1852) et ardent promoteur du culte de Germaine Cousin, voir son Histoire de la bienheureuse Germaine, de Pibrac, publiée en 1854 et rééditée à de nombreuses reprises.

48 Exemplaire conservé aux Archives diocésaines de Besançon, fds Mathieu, II C6, non daté, 236 fol.

49 Esprit-Gustave Jouve (1805-1872), auteur d’ouvrages érudits sur la Drôme et d’études sur le chant liturgique. Voir B. Delpal, Entre paroisse et commune. Les catholiques de la Drôme au milieu du XIXe siècle, Valence, Editions Peuple libre, 1989, p. 213-214, p. 223-225.

50 C. Langlois et F. Laplanche (dir.), La science catholique. L’Encyclopédie théologique de Migne (1844-1873) entre apologétique et vulgarisation, Paris, Cerf, 1992, p. 17-61 et p. 245-252.

51 Ch. de Montalembert, Journal intime inédit, texte établi par L. Le Guillou et N. Roger-Taillade, Paris, Champion, 2004, t. 4, p. 83-84, p. 91, p. 183 (sur la réponse de dom Guéranger à Mgr d’Astros, p. 188, p. 313, p. 393).

52 J.-F. Bergier, Études liturgiques. Deuxième partie, op. cit., p. 189 ; H. Wolf (éd.), Grundlagenforschung ii. Systematisches Repertorium zur Buchzensur 1814-1917, Paderborn, Schöning, 2005, p. 285.

53 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 90, fol. 724-741 ; Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, anno 1856, rubrica 248, fascicule 1, fol. 65-68.

54 H. Wolf (éd.), op. cit., p. 303.

55 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 87, fol. 3, fol. 28 et Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, 248, anno 1854, fascicule 2, lettre du nonce au cardinal secrétaire d’État, 26 septembre 1854 ; C. Savart, op. cit., p. 284-285 ; H. Wolf (éd.), op. cit., p. 313, p. 347.

56 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 87, fol. 241-257.

57 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 104, fol. 147-184 et Segreteria di Stato, 248, anno 1854, fascicule 2, fol. 95-175 ; A. Gough, op. cit., p. 264-266 ; H. Wolf (éd.), op. cit., p. 346.

58 J. H. R. Prompsault, op. cit., p. 53.

59 J.-P. Chantin, Les marges du christianisme. Sectes, dissidences et ésotérisme, t. 10 du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, 2001, et du même, une intervention au colloque Liturgie et pratiques cultuelles dans les églises chrétiennes, des origines à nos jours, organisé par la CIHEC en juillet 2007 ; J. Lalouette, « Pierre des Pilliers. Un fils de saint Benoît devenu enfant de la Veuve », C. Sorrel (dir.), L’anticléricalisme croyant (1860-1914). Jalons pour une histoire, Chambéry, Université de Savoie, 2004, p. 59 ; J.-P. Chantin, « Les dissidences de l’Église catholique. Anticléricalisme ou antiromanisme ? », C. Sorrel (dir.), op. cit., p. 131-145 ; Ph. Boutry, « Théologie de l’air du temps et ecclésiologie de circonstance : l’abbé Chatel et l’Église catholique française (1830-1848) », P. Harismendy (dir.) La France des années 1830 et l’esprit de réforme, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 85-110.

60 Réforme radicale. Nouvel eucologe à l’usage de l’Église catholique française (1839) ; Liturgie provisoire de l’Église catholique-gallicane, suivie d’un abrégé du catéchisme et d’un programme de la réforme catholique… (1879).

61 C’est le sens des réponses données par la Congrégation des rites aux questions du chanoine Lottin, du diocèse du Mans, début 1852, qui constituent un cinglant désaveu de l’évêque et qui sont publiées en mai-juillet 1852 dans La Correspondance de Rome, puis L’Univers : A. Gough, op. cit., p. 210-216. Voir annexe VIII.

62 Ch. Maire, La liturgie romaine et la conscience, Besançon, 1861, p. 24 ; Ch. Maire, Réponse aux Observations anonymes sur l’opuscule intitulé « La liturgie romaine et la conscience », Besançon, 1861, p. 25.

63 Bref de Grégoire XVI à Mgr Gousset, 6 août 1842, annexe V.

64 Observations sur la liturgie parisienne, fol. 2.

65 P. Batiffol, Histoire du bréviaire romain, 3e éd., Paris, Picard, 1911, p. 425-426.

66 J. Lacour, Livres liturgiques de Mgr de Lubersac, évêque de Chartres (1780-1791), Bulletin de la société archéologique d’Eure-et-Loir, 1983, no 100, p. 204-208. Voir l’article Couleur dans J.-B. E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire, tome 8 de l’Encyclopédie théologique publiée par J.-P. Migne, Petit-Montrouge, 1844, col. 440-444.

67 M. Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au XIXe siècle. Le diocèse de Rennes (1815-1848), Paris, Klincksieck, 1977, p. 299 ; F. Python, Mgr Étienne Marilley et son clergé à Fribourg au temps du Sonderbund 1846-1856, éditions universitaires de Fribourg, 1987, p. 410-412.

68 B. Delpal, op. cit., p. 223. On trouvera aussi quelques notations utiles dans La vie musicale dans le diocèse de Rennes au XXe siècle. Un témoin-acteur : Mgr Legrand, Rennes, Association des Amis des Archives historiques du Diocèse/Association pour la Promotion de l’orgue en Ille-et-Vilaine, 2005.

69 Voir S.-A. Leterrier, « L’archéologie musicale. La “restauration du chant grégorien” entre liturgie et histoire », Le chant, acteur de l’histoire, Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 253-263, et X. Bisaro, « La plume ou le goupillon ? Le manuscrit H 159 de Montpellier entre érudition et restauration grégorienne », Musicologues et musiciens au XIXe siècle, Genève, Droz, 2010.

70 J. Cheyronnaud, Musique, politique, religion. De quelques menus objets de culture, p. 30-31, p. 53-56.

71 La Congrégation des Rites avait rappelé cette obligation à l’évêque de Troyes, le 3 septembre 1850 : J.-B. Jacquenet, Observations critiques sur l’ouvrage intitulé Compendiosæ institutiones theologicæ ad usum seminarii tolosani, Paris, Palmé, 1861, p. 175-176. Cette disposition suscite des difficultés chez les fidèles : Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 113, lettre de l’abbé Heymes, curé de Insming, diocèse de Nancy.

72 Observations sur la liturgie parisienne, fol. 12.

73 M. Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne op. cit., p. 132-133, p. 138.

74 Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 273-274.

75 Statuts synodaux du diocèse de Saint-Claude, p. 32-33.

76 M. Launay, Le ciel et la terre. L’Église au village (XIXe siècle), Paris, Cerf, 2009, p. 66.

77 E. Larkin, « The devotional revolution in Ireland 1850-1875 », American Historical Review, no 77, 1972, p. 625-652 ; M. Caffiero, La fabrique d’un saint à l’époque des Lumières, Paris, éditions de l’EHESS, 2006, p. 145.

Table des illustrations

Légende Les publications concernant la question liturgique en France (1830-1870).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/110195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540