Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et Nation

 | 
Vincent Petit

Chapitre V. La question liturgique en France

Texte intégral

  • 1 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 52, fol. 424-437.

1La question de l’unité liturgique ne peut que provoquer des troubles puisqu’elle se situe à l’articulation du centre du monde catholique et de l’Église de France, et qu’ainsi elle réactive des enjeux ecclésiologiques qui remettent en cause le Concordat et les articles organiques et le gallicanisme qui les ont inspirés. Avant même le début de la controverse liturgique, la renaissance de la congrégation bénédictine en 1837-1838 suscite de telles difficultés entre dom Guéranger et l’évêque du Mans qu’elles en laissent augurer de plus vives encore1.

2Le Concordat et les articles organiques dessinent une Église de France unitaire fondée sur des principes gallicans, mais ils concernent avant tout l’organisation matérielle et administrative du culte. Si les aspects théologiques et liturgiques de la reconstruction religieuse restent à l’état virtuel, c’est que les évêques, dont l’autorité sur leur diocèse a été grandement réévaluée, ne considèrent pas ces questions comme prioritaires : ceux acquis au gallicanisme ne songent ni ne désirent remettre en cause les livres liturgiques édités au siècle précédent, tandis que les plus romains refusent de donner un commencement d’application aux volontés impériales, en face du conflit de plus en plus aigu entre Napoléon et Pie VII. Dans les faits, la reconstruction post-révolutionnaire de l’Église catholique passe par la réaffirmation des traditions diocésaines d’Ancien Régime, comme en témoignent aussi les velléités du concordat de 1817, et donc la réactivation des particularismes.

  • 2 A. Gough, Paris et Rome. Les catholiques français et le Pape au XIXe siècle, Paris, éditions de l’ (...)
  • 3 Dissertation sur la légitimité des missels et bréviaires de France et sur le droit de liturgie, ve (...)
  • 4 A. Gough, op. cit., p. 152.
  • 5 Ph. Boutry, « “Vertus d’état” et clergé intellectuel : la crise du modèle “sulpicien” dans la form (...)
  • 6 Archives nationales, F/19/5434, lettres de Mgr Caffarelli, évêque de Saint-Brieuc, 24 novembre 180 (...)

3Les articles organiques, dans leur article 39, prévoyaient une liturgie uniforme pour toute l’Église de France, conformément aux vues de Napoléon Bonaparte pour qui « l’unité nationale requiert un modèle uniforme d’observance religieuse2 ». Une commission est nommée, le rituel, le calendrier du bréviaire et le recueil des hymnes sont rédigés par l’abbé Charlier, mais cette unité ne reçoit pas même un commencement d’application3. Les susceptibilités épiscopales, et sans doute la forte implication des anciens constitutionnels dans ce projet lors des conciles nationaux de 1797 et de 1801, ne permettent pas l’émergence d’une solution, que ce soit celle d’un ralliement au rite romain4 ou d’une généralisation du rite parisien. Faut-il aussi souligner l’importance de « l’expérience réfractaire » pour expliquer le refus de « toute controverse canonique5 » et partant de là, de toute innovation ? En conséquence, la raréfaction des bréviaires et rituels6 oblige les évêques à réimprimer les livres liturgiques qui étaient en usage dans leur diocèse avant la Révolution.

  • 7 L’Ami de la Religion et du Roi, 1814, t. 1, p. 260-263, t. 2, p. 177-184 ; Dictionnaire d’archéolo (...)
  • 8 R. A. Jackson, Vivat Rex. Histoire des sacres et couronnements en France 1364-1825, Association de (...)

4La fin de l’Empire et le début de la Restauration sont néanmoins marqués par les prémisses d’une polémique. En 1811, Alexandre-Étienne Choron publie ses Considérations sur la nécessité de rétablir dans toutes les églises de France le chant de l’Église romaine, et en 1814, une ordonnance de Louis xviii substitue le rite romain au parisien pour les offices de la chapelle royale. Cette décision entraîne un débat au sein de L’Ami de la religion et du roi au cours de l’année 1814. Mais l’affaire en reste là7 : le 29 mai 1825, le sacre de Charles x à Reims se fait selon l’antique cérémonial du lieu, mais modifié à la mode gallicane et constitutionnelle8.

  • 9 Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie op. cit., t. 9-2, col. 1718.
  • 10 C. Muller, Dieu est catholique et alsacien : la vitalité du diocèse de Strasbourg au XIXe siècle 1 (...)
  • 11 Mgr Parisis, De la question liturgique. État de la question au 1er janvier 1846, Paris, A. Sirou, (...)

5Aussi, en 1814, 22 diocèses suivent le rite romain, 20 le rite parisien et 18 des rites particuliers9 : par rapport à 1789, la situation du rite romain s’est donc encore affaiblie. La réalité est plus complexe encore, puisque la création des diocèses concordataires s’est inscrite dans le cadre des départements, donc en réunissant des paroisses parfois issues de plusieurs diocèses d’Ancien Régime et suivant des liturgies différentes. Ainsi en 1835, le diocèse de Langres compte 360 paroisses qui suivent le rite diocésain, 95 celui de Toul, 70 de Châlons-sur-Marne, 13 de Troyes et 13 de Besançon. Le diocèse de Beauvais ne compte pas moins de neuf rites différents : 387 églises célèbrent sous le rite diocésain, mais les 290 autres disposent de ceux de Noyon, Senlis, Amiens, Soissons, Évreux, Rouen et Meaux. Les paroisses du diocèse de Strasbourg suivent cinq rituels différents (Strasbourg, Spire, Bâle, Metz, Besançon10). Enfin, la rareté des livres liturgiques et l’insuffisance de la formation des ecclésiastiques sur le sujet aggravent encore cette bigarrure. À la pluralité des liturgies « s’étaient jointes toutes les variations et les diversités issues des goûts particuliers de tous les prêtres, qui depuis [1801], avaient successivement gouverné les paroisses, sans autre règle en fait de liturgie, que des traditions locales, souvent dégénérées, ou des usages livrés à des souvenirs de maîtres d’école et modifiés sans fin par un arbitraire sans contrôle11 ».

  • 12 M. du Lac, La liturgie romaine et les liturgies françaises, détails historiques et statistiques, L (...)

6En ce qui concerne le chant ecclésiastique, la situation est plus grave encore : absence ou rareté des livres de chant, insuffisance de l’étude et de la pratique du chant, désorganisation des maîtrises… La bigarrure tant dénoncée en ce qui concerne la liturgie l’affecte aussi : en 1847 dans le diocèse de Nevers, où presque toutes les paroisses suivent le rite parisien, 183 récitent le chant parisien, 45 l’auxerrois, 30 le nivernais, 18 l’autunois et 6 le romain12.

  • 13 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arra (...)
  • 14 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Francia, 400, (...)
  • 15 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Francia, 301, (...)
  • 16 Même s’ils ont été corrigés dans un sens plus romain, M. du Lac, op. cit., p. 252, et J.-B. E. Pas (...)
  • 17 J.-F. Bergier, Études liturgiques. Deuxième partie. Histoire de la controverse et de la réforme li (...)
  • 18 Y. Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne, de la fin de l’Ancien Régime à 1840, P (...)

7La Restauration signifie le retour aux traditions diocésaines et l’affirmation des prérogatives épiscopales : la réaction post-révolutionnaire passe par le refus de l’unité nationale au nom de la légitimité historique des Églises locales. Ainsi, pour les diocèses concernés, spécialement ceux qui ont été restaurés en vertu du concordat de 1817, l’homogénéité en matière de liturgie passe par l’adoption du rite parisien (Angers, Autun, Arras13, Digne, Verdun et Quimper), du rite lyonnais (Belley), la confection d’un rite propre (Versailles, Meaux, Nîmes) ou l’extension du rite diocésain en vigueur. À Nîmes, terre romaine, l’évêque nouvellement nommé, Mgr Petitbenoît de Chaffoy d’origine comtoise, donne à son diocèse de nouveaux missel, bréviaire et rituel, construits sur le modèle bisontin, ce qui provoque l’opposition d’une partie du clergé local14. Le diocèse de Meaux acquiert une unité avec la publication d’un bréviaire en 1834, d’un missel et d’un rituel en 1836 et d’un processionnal en 1837. Dans les diocèses où coexistent un rite particulier et le rite romain, celui-ci n’est plus utilisé que par des prêtres vieillissants dans des paroisses rurales et ne suscite que de rares ralliements individuels15. À Rennes, où Mgr de Maillé engage le clergé à réciter le parisien dans une ordonnance datée du 1er août 1803, le romain se réduit à un quart des paroisses en une génération. La réimpression des livres liturgiques du XVIIIe siècle à Clermont en 1820 et 1821, à Nancy en 1821, à Paris16 en 1822, au Mans en 1823, à Besançon en 1824 et 1831, à Lyon et Saint-Brieuc en 1825, à La Rochelle en 1826, à Beauvais en 1828, à Troyes en 1829, à Reims en 1830… explique le recul de l’usage de la liturgie romaine dans le clergé. En 1830, sur 80 diocèses, seules douze cathédrales célèbrent l’office romain (Aix, Avignon, Bordeaux, Cambrai, Ajaccio, Marseille, Montpellier, Perpignan, Quimper, Rodez, Saint-Flour, Strasbourg17) – mais Quimper se dote d’un bréviaire parisien en 183818.

  • 19 L’Ami de la Religion, 1845, t. 126, p. 529.
  • 20 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 90, fol. 724-741.

8En 1845 encore, Mgr Dufêtre donne un rituel à son diocèse de Nevers sur le modèle romain mais avec la volonté de ne « rien changer aux usages établis » et d’éviter « avec soin toute nouveauté de sentiment et de paroles19 ». À Amiens en 1849, Mgr Mioland réédite à l’identique le bréviaire de 1746 et le missel de 1752. L’évêque de Coutances, Mgr Robiou de la Tréhonnais, dresse une défense de la liturgie diocésaine, dans sa lettre pastorale du 4 décembre 185020.

  • 21 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Francia, 400, (...)

9C’est l’affaire de Nîmes, à savoir l’uniformisation liturgique par l’édition de nouveaux livres composés par l’évêque, et les protestations du clergé qui en résultent, qui semble induire une inflexion des autorités romaines, qui dès lors, exigent que ces nouveaux livres soient soumis à leur approbation21. En 1843, le nonce intervient pour dissuader l’évêque de Blois, Mgr de Sausin, de rééditer le bréviaire diocésain.

  • 22 Sur les évêques et le livre, voir C. Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle. Le témoigna (...)
  • 23 Arrêt du 9 juin 1843, cité dans C. Savart, op. cit., p. 301.
  • 24 Procès à l’occasion du Bréviaire parisien : moyens de défense des Srs Gauthier frères et cie, impr (...)
  • 25 La Vérité. Journal des faits religieux, politiques, scientifiques et littéraires, 10 février 1847.
  • 26 L’Ami de la Religion et du Roi, 1826, t. 50, p. 260 et 1827, t. 54, p. 88.
  • 27 L’Ami de la Religion et du Roi, 1830, t. 63, p. 79-80.
  • 28 Le catalogue en ligne de la BNF mentionne 39 éditions du bréviaire romain entre 1846 et 1859.
  • 29 Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 261, p. 493.
  • 30 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 166, 14 mai 1856, fol. 49-55.
  • 31 L’argument avait déjà été employé par dom Guéranger, Lettre à Mgr de Rheims, p. 28, et Mgr Gousset (...)

10Les progrès de l’unité liturgique sont soumis à la disponibilité des livres en question : le changement de liturgie prend prétexte du renouvellement de livres devenus trop rares ou trop vétustes. La législation française, par le décret du 7 germinal an XIII (28 mars 1805) confirmé par des arrêts de la Cour de cassation en 1836, 1843 et 1847, affirme là aussi l’autorité épiscopale22. Il stipule dans son premier article que « les livres d’église, les heures et prières ne pourront être imprimés ou réimprimés que d’après la permission donnée par les évêques diocésains, laquelle permission sera textuellement rapportée et imprimée en tête de chaque exemplaire ». La jurisprudence leur reconnaît ainsi un droit d’examen, pour préserver « la pureté du dogme, l’unité de la liturgie et de la discipline23 ». Or, de nombreux procès opposent les imprimeurs qui bénéficient de l’autorisation à ceux qui ne l’ont pas. Ainsi en 1829, l’imprimeur du bréviaire parisien, Le Clère, poursuit Gauthier, un concurrent bisontin, qui se défend en arguant que l’ouvrage en question est à l’usage des « trente diocèses » qui le suivent24 et non du seul diocèse de Paris. Le maintien de la permission de l’évêque entrave la diffusion du rite romain mais plus encore renferme la liturgie dans les limites d’un diocèse. Il rend donc difficile la réimpression des livres liturgiques diocésains : « Si les antiphonaires, les graduels coûtent si cher, et rapportent peu même aux éditeurs, c’est la faute du gallicanisme qui a multiplié les liturgies particulières25. » Rusand, imprimeur à Paris et Lyon, publie un missel romain en 1827, et un bréviaire l’année suivante26. Hanicq à Malines propose un bréviaire romain en 183027. Chaque année, à partir de 1846, au moins une édition du bréviaire romain sort des presses des principaux imprimeurs religieux : Périsse et Pélagaud à Lyon, Mame à Tours28 … L’abbé Favrel, vicaire général de Mgr Parisis, adapte le cérémonial romain à la France en 184729. L’abbé Gonel, qui agit pour Lecoffre, Le Clère et Gaume, consulte les autorités romaines pour l’édition d’un bréviaire30. Dans l’adoption de la liturgie romaine, l’argument financier ne manque jamais d’être rappelé : parce que plus répandus, les livres romains sont moins chers à acquérir pour les fabriques31. L’apparition d’un marché national favorise là aussi les desseins unitaires. Les partisans de la liturgie romaine expliquent qu’il faut vingt francs pour un missel romain mais cent cinquante francs pour un missel bisontin. Néanmoins, le renouvellement de la totalité des livres liturgiques, parfois récents, impose une dépense que les prêtres doivent faire admettre à la fabrique et à la commune – cent cinquante francs à Meaux.

  • 32 Sur Mgr Parisis voir Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 256-266.
  • 33 P. Guéranger, Institutions liturgiques, t. 2, p. 689-692. Cette date correspond avec celle de la r (...)
  • 34 C. Johnson, Prosper Guéranger (1805-1875), a liturgical theologian. An introduction to his liturgi (...)
  • 35 R. Epp, Le mouvement ultramontain dans l’église catholique en Alsace au XIXe siècle (1802-1870), L (...)

11Le premier évêque de France à adopter la liturgie romaine est Mgr Parisis32, évêque de Langres, le 15 octobre 183933. L’événement constitue une réelle rupture : l’évêque avait adopté le bréviaire romain pour son usage personnel dès 183634, mais par un mandement il l’impose à l’ensemble du clergé diocésain qui, pour partie, ne l’avait jamais suivi – le diocèse usait déjà du missel romain. Mgr Ræss, évêque de Strasbourg, instaure l’unité des livres liturgiques par une lettre pastorale du 12 janvier 1843, et invite les clercs qui récitent l’office canonial à le faire selon le rite romain35.

  • 36 P. Guéranger, Institutions liturgiques, t. 1, p. lxxi ; C. Johnson, op. cit., p. 221.
  • 37 C. Johnson, op. cit., p. 208-209.
  • 38 C. Johnson, op. cit., p. 212-221. Sur les empiètements du nonce sur les affaires de l’Église de Fr (...)
  • 39 Liste des articles publiés sur le sujet dans ces deux journaux entre 1841 et 1849, dans C. Johnson (...)
  • 40 Outre l’abbé Pascal, voir le Cours alphabétique et méthodique de droit canon mis en rapport avec l (...)

12La parution des deux premiers volumes des Institutions liturgiques en 1840 et 1841, conçues par leur auteur pour préparer le retour des diocèses français à la liturgie romaine36, marque le début d’une offensive de grande ampleur, même si le pape Grégoire XVI estime, lui, que l’analyse historique de l’abbé de Solesmes est trop sévère à l’égard de l’épiscopat du XVIIIe siècle37. Le succès des thèses unitaires s’explique par l’appui que leur donne le nonce, Mgr Fornari38, et par leur diffusion par la presse, en particulier L’Ami de la religion et La Voix de la vérité39, et dans différents volumes de l’Encyclopédie théologique de l’abbé Migne40. Dom Guéranger peut aussi compter sur le soutien d’une partie de l’épiscopat, en premier lieu Mgr Parisis et Mgr Gousset.

  • 41 P. Guéranger, Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 122-125, et Défense des Institutions liturgi (...)
  • 42 J.-F. Bergier, op. cit., p. 65.

13Dans un premier temps, Mgr Gousset, archevêque de Reims, saisit directement le Saint-Siège sur la question pour en précipiter la résolution. La lettre Studium Pio par laquelle le pape Grégoire xvi lui répond le 6 août 1842 est publiée dans L’Ami de la religion le 1er août 1843. Grégoire xvi déplore la grande variété des livres liturgiques en usage en France et rappelle à se conformer aux bulles de saint Pie v. Mais, même s’il souhaite l’introduction des usages romains, il appelle les évêques à la prudence en précisant que c’est une « œuvre difficile et embarrassante » que « de déraciner cette coutume » et refuse de « presser la chose avec plus d’étendue41 ». En même temps, Mgr Gousset sollicite dom Guéranger42, dont les réponses sont publiées dans la Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims sur le droit de la liturgie (1843).

  • 43 Lettre de Louis Veuillot à Melchior du Lac, 1er octobre 1846, Correspondance de Louis Veuillot, t. (...)
  • 44 R. Rancœur, « L’amitié de dom Guéranger et de Louis Veuillot », Mélanges dom Guéranger, p. 620.
  • 45 Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 235. Voir aussi p. 153 et p. 161.
  • 46 A. Gough, op. cit., p. 157.
  • 47 A. Gough, op. cit., p. 159.

14En novembre 1846, à la demande de Louis Veuillot43, Melchior du Lac44, postulant à Solesmes, publie le premier article sur le sujet dans L’Univers – il les réunira dans un volume intitulé La liturgie romaine et les liturgies françaises, détails historiques et statistiques (1849). Dès lors, le journal devient une tribune pour populariser la liturgie romaine, faire connaître les décisions de la Congrégation des Rites, dénoncer les évêques récalcitrants. La publicité de la question entraîne une profonde agitation dans les diocèses. Dans celui d’Arras, issu pour partie de ceux de Boulogne, d’Arras et de Cambrai où la liturgie romaine était en cours avant la Révolution, les thèses de dom Guéranger suscitent l’adhésion de prêtres dès 1844, et même un laïc porte plainte à Rome contre le très gallican Mgr de La Tour d’Auvergne45. À Tarbes, Nevers, Évreux, Pamiers, Digne, des prêtres appellent leur évêque à adopter la liturgie romaine par des pétitions, alors qu’à Montauban (Mgr Doney), Tulle (Mgr Berteaud), Poitiers (Mgr Pie) et Moulins (Mgr de Dreux-Brézé), ce changement suscite l’opposition d’une partie du clergé46. Le Saint-Siège se cantonne dans une attitude prudente. Dans un rapport confidentiel adressé à Pie IX au début de l’année 1850, Mgr Corboli-Bussi incline à laisser les évêques français choisir le moment adéquat47, et le nouveau nonce, Mgr Garibaldi, se montre plus circonspect sur le processus au point de vue de la discipline ecclésiastique.

  • 48 A. Gough, op. cit., p. 102-104, p. 161 ; J.-O. Boudon, « Le Saint Siège et les nominations épiscop (...)
  • 49 D. Bouix, Tractatus de Concilio provinciali, qui fait partie de son Cursus juri canonicis : voir D (...)
  • 50 B. Delpal, Entre paroisse et commune. Les catholiques de la Drôme au milieu du XIXe siècle, Valenc (...)
  • 51 Archives nationales F19/5591 ; J.-F. Bergier, op. cit., p. 167-175 ; A. Gough, op. cit., p. 139 ; (...)
  • 52 I. Gousset, Le cardinal Gousset. Sa vie, ses œuvres, son influence, p. 221-232. Dom Guéranger se d (...)

15La Deuxième République et le relatif desserrement du carcan concordataire favorisent les plans des intransigeants. La présence du vicomte de Falloux au ministère des cultes assure la nomination ou la promotion d’évêques franchement romains, comme Mgr Pie à Poitiers, Mgr de Dreux-Brézé à Moulins ou Mgr de Salinis à Amiens48. Rome ayant refusé la réunion d’un concile national accorde à chaque archevêque le droit de tenir un concile provincial avec ses suffragants. Cependant, comme le premier prévu est celui de la province de Paris où dominent les prélats gallicans, le nonce prend soin d’encadrer l’entreprise en faisant publier par L’Univers une série d’articles pour rappeler aux évêques les procédures prévues par le droit canon et les prérogatives de la Curie romaine49. Entre 1849 et 1851 se tiennent treize conciles : sept décrètent l’adoption de la liturgie romaine (Reims, Avignon50, Albi, Bordeaux, Sens, Aix, Bourges), deux émettent un vœu dans ce sens (Paris, Auch) et quatre gardent le silence sur le sujet (Lyon, Tours, Rouen, Toulouse). Deux provinces ecclésiastiques, Besançon et Cambrai, n’en ont pas vraiment organisé51. Les décrets du concile de Reims rédigés, sous les auspices de Mgr Gousset52, par l’abbé Gerbet nommé vicaire général d’Amiens et expert théologique, sont chaudement approuvés par Rome. Les synodes diocésains organisés aux mêmes dates sont aussi l’occasion pour les évêques de proclamer leur adhésion à la liturgie romaine, ainsi à Valence en 1850, Viviers et Quimper en 1851, Saint-Claude, Dijon, Bayeux, Nevers, Montauban en 1852… Il faut souligner l’importance des conciles et synodes, puisque grâce à eux, le clergé dit inférieur se trouve, si ce n’est associé, du moins reconnu au sein de l’Église concordataire, et informé, la presse s’en faisant l’écho, des décisions et des débats auxquels ils donnent lieu.

  • 53 Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie op. cit., t. 9-2, col. 1727.
  • 54 A. Gough, op. cit., p. 206.
  • 55 Mémoire du P. d’Alzon à Mgr Fornari, octobre 1851, cité dans G. Cholvy et Y.-M. Hilaire, Histoire (...)
  • 56 Sur ce chanoine, professeur d’Ecriture Sainte au grand séminaire du Mans et mennaisien, dont le je (...)
  • 57 D. Moulinet, Les classiques païens dans les collèges catholiques ? Monseigneur Gaume (1802-1879), (...)
  • 58 Archives nationales, F/19/5435, La Voix de la Vérité, 25 décembre 1852, article de l’abbé Pascal. (...)
  • 59 Archives diocésaines de Besançon, fds Mathieu, VII C3, lettre du vicaire général Surgis, Rouen, 30 (...)
  • 60 Circulaire du 27 septembre 1854.

16À partir de 1850, la pression du Saint-Siège en faveur de l’unité liturgique s’accentue, relayée en France par la presse catholique qui s’immisce davantage encore dans les diocèses. Un autre journal, La Correspondance de Rome repris par La Voix de la Vérité, publie ainsi une censure de l’évêque de Troyes, en mars 1851. Un rescrit de la Congrégation des Rites du 22 août 1851 invite l’évêque de Beauvais à renoncer à la liturgie particulière qu’il demandait à conserver et à adopter le rite romain53. Dès lors, les journalistes de L’Univers « appellent les membres du bas clergé à prendre l’initiative d’introduire la liturgie romaine dans leurs propres diocèses54 » – ce qu’ils font, comme en témoigne le P. d’Alzon à propos des diocèses de Nîmes et de Valence55. Significatif est à cet égard le cas du diocèse du Mans d’où est originaire dom Guéranger : le chanoine Lottin56, adversaire intime de Mgr Bouvier, saisit la Congrégation des Rites, dont les réponses qui constituent un cinglant désaveu de l’évêque sont publiées en mai-juillet 1852 dans La Correspondance de Rome, puis L’Univers57. Dans la seule année 1852, quatorze diocèses passent à la liturgie romaine, ce qui porte leur nombre à quarante-huit58, et Louis Veuillot laisse accroire que le pape a enjoint formellement aux évêques retardataires l’ordre de l’adopter59. Rien de tel même si l’encyclique Inter Multiplices du 21 mars 1853 en salue explicitement les progrès. Le principal représentant du gallicanisme au sein de l’épiscopat français, Mgr Dupanloup, peut stigmatiser « ces misérables et contentieuses disputes, dans lesquelles, à propos d’unité liturgique, l’importante union des esprits et des cœurs a été souvent et tristement altérée60 ».

  • 61 Voir tableau en annexe I et cartes en annexe II.
  • 62 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, anno 1856, 248, fascicule 1, fol. 75-80, fol. 12 (...)
  • 63 Circulaire du 27 septembre 1854 : voir Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, 248, anno (...)
  • 64 Ph. Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, p. 502.

17Entre 1845 et 1860, c’est 51 diocèses qui rejoignent l’unité liturgique autour de Rome61 auxquels il faut ajouter différentes sociétés de prêtres séculiers : congrégation de la mission en 1851, société des prêtres de la Miséricorde en 185362. En 1864, seuls dix diocèses ne sont pas à la liturgie romaine : deux en préparent le rétablissement (Dijon, Séez), six en ont accepté le principe (Paris, Besançon, Grenoble, Tulle, Chartres, Orléans63) tandis que deux (Belley, Lyon) persistent dans leur refus64.

  • 65 F. Python, Mgr Étienne Marilley et son clergé à Fribourg au temps du Sonderbund 1846-1856, édition (...)

18En moins de quinze années, les liturgies diocésaines françaises ont disparu : rupture cultuelle et culturelle méconnue qui implique une redéfinition complète des rapports avec Rome, mais aussi avec les autorités civiles. En effet, à une Église médiatisée par les communautés locales – diocèses et congrégations religieuses – succède une Église unitaire, qui ne se considère plus en situation de subordination à l’égard de l’État. L’unité de liturgie est l’instrument de cette affirmation. En Suisse, le ralliement à la liturgie romaine dans le diocèse de Genève et Lausanne, annoncé en 1846, officialisé en 1854 et achevé en 186865, apparaît comme un défi lancé aux radicaux au pouvoir depuis 1848.

  • 66 Archives nationales, F/19/5434, lettre du préfet des Ardennes au ministre de cultes, 28 juillet 18 (...)
  • 67 Archives nationales, F/19/5434, lettre du ministre des cultes à Mgr Gousset, 2 septembre 1848, et (...)
  • 68 « Tout le bas clergé est consterné de cette mesure qu’il blâme tout bas, mais il est tellement cou (...)
  • 69 Archives nationales, F/19/5434, note de Tardif, 1856.

19Alors que les articles organiques prévoyaient l’établissement d’une liturgie unique, l’extension du rite romain parce qu’il s’opère par des modalités contraires à l’esprit concordataire suscite l’inquiétude du gouvernement. Les autorités civiles s’alarment d’abord des conséquences financières du changement de liturgie : au moment du passage du diocèse de Reims à la liturgie romaine, le préfet des Ardennes estime la dépense à plus de 105 000 francs pour les communes de son département, sans compter la perte que subissent les libraires exclus du monopole66. Pour ces raisons, le ministre, Vaulabelle, demande l’ajournement de la décision, ce que Mgr Gousset refuse67. En définitive, et tout en regrettant l’atonie du clergé68, l’administration des cultes ne peut qu’invoquer la non-intervention dans un domaine qui relève du ministère pastoral des évêques69.

  • 70 Archives nationales, F/19/5434, lettre de l’abbé Capelle au ministre de cultes, 5 mai 1856.
  • 71 Archives nationales, F/19/5434, lettre de l’abbé J. J. Laborde au ministre de cultes, 28 août 1848
  • 72 P. Guéranger, Mémoires autobiographiques, p. 278. Voir la lettre de l’évêque d’Evreux au nonce, 12 (...)
  • 73 Archives diocésaines de Besançon, fds Mathieu, II C3, circulaire du ministère de l’instruction pub (...)
  • 74 Constitutions et instructions synodales publiées dans le synode de 1853, p. 239.
  • 75 Archives nationales, F/19/5434.
  • 76 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Francia, 485 f (...)

20La disparition des liturgies diocésaines suscite aussi les préoccupations patrimoniales du ministère de l’instruction publique et des cultes qui, par la circulaire du 26 novembre 1856, demandent aux évêques de faire parvenir à la bibliothèque impériale des exemplaires de missels et de bréviaires « gallicans ». L’abbé Capelle, curé de Sainte-Foi (Haute-Garonne), s’étonne ainsi qu’un régime qui a tant fait pour l’histoire et le patrimoine français laisse disparaître les liturgies et « les chants religieux nationaux70 ». L’abbé Laborde va même jusqu’à supplier le gouvernement de s’opposer à la destruction des liturgies françaises « dont la magnifique beauté honore tout à la fois la science des deux derniers siècles et la supériorité de notre Nation71 ». Un autre point sensible est que les progrès de la liturgie romaine provoque la diversité dans la prière publique pour l’empereur, ou même sa disparition pure et simple – puisque le canon romain ne la prévoit pas72, à tel point que l’administration des cultes sollicite et obtient du Saint-Siège une formule uniforme73. L’unité liturgique marque donc une rupture d’avec la sphère politique, comme l’évêque de Gap qui interdit « qu’on chante des cantiques sur des airs patriotiques qui rappellent des faits et des époques lamentables74 ». Ce changement nourrit le regret d’une alliance du trône et de l’autel. Une des têtes de la résistance lyonnaise, l’abbé Vincent, implore ainsi Napoléon III en mars 1863 : « Soyez donc, Sire, comme Charles X, Napoléon le Grand, Louis xiv, François Ier, saint Louis et Charles-Magne, le protecteur de nos libertés gallicanes et empêchez la coterie Veuillot et compagnie de faire disparaître nos vieux et antiques privilèges75. » Le gallicanisme qui s’exprime ainsi est bien une manifestation d’un « amour-propre national76 » si redouté par les autorités romaines.

  • 77 B. Delpal, op. cit., p. 271.
  • 78 Commission de critique historique. Rapport présenté à Mgr l’évêque de Séez, 1860, 117 fol., manusc (...)
  • 79 Cette substitution réalisée à Lyon en 1844 avait suscité des critiques : G. Collomb, La liturgie l (...)
  • 80 S. Milbach, Prêtres historiens et pèlerinages du diocèse de Dijon (1860-1914), éditions universita (...)
  • 81 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 253, lettre de l’abbé Cabanet, cu (...)
  • 82 V. J. Thiébaud, Réflexions sur les colères du bisontinisme en déménagement, Besançon, imprimerie B (...)

21Un des traits du catholicisme français du XIXe siècle est celui de l’importance donnée au culte des saints, comme réaffirmation de l’identité chrétienne au sortir des épreuves révolutionnaires et conséquence de la romanisation progressive des formes de piété. L’œuvre de dom Guéranger, et plus particulièrement L’Année liturgique, publiée à partir de 1841, est elle aussi une invitation à susciter la prière à partir du sanctoral. L’apologie de la liturgie romaine est celle d’une liturgie où les fêtes des saints sont nombreuses et sont célébrées sous des rites élevés, au détriment de l’office du dimanche. Autre indice de centralisation, le milieu du XIXe siècle est remarquable par le développement d’une piété mariale et christique universelle, consacrée par la bulle Ineffabilis Deus de 1854 et l’élévation de la fête du Sacré-Cœur en 1856. Un tel processus concomitant de la querelle liturgique sous-tend « une ecclésiologie de l’universel77 », destructrice des habitudes régionales et des dévotions locales. Le ralliement à la liturgie romaine impose en effet la rédaction d’un supplément des offices particuliers à chaque diocèse – le propre – qui doit être soumis à la Congrégation des rites. Cette question des dévotions locales se pose même dans les diocèses où le bréviaire romain n’a jamais cessé d’être employé, comme en témoigne l’adjonction d’un propre par l’archevêque d’Aix, en 1810. Au moment du changement, les évêques réunissent des commissions historiques pour justifier le culte de saints locaux, absents du martyrologe romain (Euverte, Aignan, Eucher, Euspice, Mesmin, Avite… à Orléans, Latuin, Révérien, Passif, Maillard, Alnobert, Loyer, Sigisbold, Landry, Godegrand, Adelin… à Séez78). Pris entre l’exigence de la rigueur hagiographique, que représente la société des Bollandistes reformée en 1838, et la nécessaire sanction canonique, c’est à une véritable expurgation du sanctoral qu’aboutit le processus d’unité liturgique. La réduction du sanctoral à un supplément diocésain amène ainsi la suppression des offices consacrés à saint Mansuy, Gérard, Jacob, Alpin, Gand, Léger… dans le diocèse de Langres. À Blois, seuls douze saints régionaux sont conservés et disparaît l’office consacré à sainte Angarême. La Saint-Ignace-de-Loyola, placée le 30 juillet, supplante la Saint-Germain, évêque d’Auxerre, une des gloires de l’église gallicane79. À Dijon, l’abbé Denizot auteur d’une hagiographie diocésaine restée à l’état de manuscrit déplore la méconnaissance des traditions locales : leur juste reconnaissance aurait donné un propre « moins pauvre et plus raisonné80 ». Au contraire, les prêtres romains du diocèse de Belley81 ou de celui de Besançon s’offusquent de la surcharge du supplément diocésain lors du passage à l’unité liturgique : pour eux, un propre volumineux est un arsenal de « fêtes purement françaises82 »…

  • 83 J.-B. Pitra, Études sur la collection des Actes des saints par les RR. PP. Jésuites Bollandistes…,(...)
  • 84 Voir la légende de saint Grégoire VII, Institutions liturgiques, t. 2, p. 450-522 ; A. Houtin, La (...)
  • 85 Institutions liturgiques, t. 2, p. 603.
  • 86 J.-B. E. Pascal, op. cit., col. 711.
  • 87 D. Moulinet, art. cit., p. 95.

22La modification du calendrier nourrit les études hagiographiques, expression d’un patriotisme diocésain mais indissociable d’une historiographie catholique hostile aux innovations des hagiographes gallicans des Lumières83. En effet, la critique des légendes* des bréviaires réformés au XVIIIe siècle a marqué pour les partisans de l’unité liturgique autour de Rome un des aspects de la disqualification des liturgies néo-gallicanes84 : pour dom Guéranger, le jansénisme s’est rendu coupable du crime de « pyrrhonisme historique », c’est-à-dire d’avoir expurgé « la plupart des miracles et des dons merveilleux accordés aux saints, sous le vain prétexte des droits de la critique85 ». Avec davantage de nuance, l’abbé Pascal exprime les mêmes réserves : « L’Église de Paris a mis le plus grand zèle à supprimer ce qui ne portait pas le cachet de la vérité, et c’est ce qui a concilié à son bréviaire une si grande faveur, sous ce rapport ; mais la critique a-t-elle été toujours bien impartiale et parfaitement rationnelle86 ? » Encouragés dans ce sens par dom Guéranger, Rohrbacher ou l’abbé Bouix dans sa Revue des sciences ecclésiastiques87, des prêtres érudits autant par renchérissement d’une fidélité romaine que par un orgueil local qui n’a plus d’autre exutoire, renouent avec la thèse de l’apostolicité des églises de France qui constitue le sujet des congrès archéologiques en 1855-57 : saint Front à Périgueux, saint Clair à Nantes, saint Julien au Mans, saint Martial à Limoges se voient reconnus comme disciples des apôtres ; le culte de saint Bénigne, déclaré patron du diocèse de Dijon en 1839, est porté par l’érudition cléricale. Qualifié de « fable » par Mgr Fayet, le censeur de dom Guéranger, l’épiscopat marseillais de saint Lazare, le ressuscité, réapparaît dans le propre d’Autun, où sont localisées une partie de ses reliques, en 1851 et 1858. Les propres diocésains se calent sur l’opinion du bréviaire romain, défendue par dom Guéranger, de la confusion entre saint Denys l’Aréopagite et saint Denis, premier évêque de Paris.

  • 88 Mandement du 21 novembre 1853, cité dans J.-F. Bergier, Études liturgiques. Première partie. Etude (...)
  • 89 Liste des offices privilégiés dans annexe XIV.
  • 90 P. Jounel, Le renouveau du culte des saints dans la liturgie romaine, Rome, C.L.V. Edizioni liturg (...)

23Ainsi parce que produit d’un savoir reconnu par l’autorité de l’Église, le bréviaire romain est paré de toutes les vertus catholiques : son immutabilité, théologique plus que formelle, qui est celle du siège de Pierre, en même temps que son éloignement de toute influence néfaste, comme les bréviaires diocésains de France ont pu en connaître, expliquent la supériorité des légendes qu’il contient. Les prélats les plus romains, comme Mgr de Dreux-Brézé à Moulins, ne retiennent qu’un petit nombre de légendes particulières « par amour pour l’unité et par principe d’économie88 », et au contraire empruntent au bréviaire romain les fêtes de nouveaux saints : Catherine Ricci (canonisée par Benoît XIV), Jacinthe de Mariscotti (canonisée par Pie VII), François de Geronimo, Véronique Giuliani (canonisée par Grégoire XVI), Philomène qui bénéficie d’une fête propre à partir de 1837, ou le bienheureux Léonard de Port-Maurice (béatifié par Pie VI)89. Le calendrier s’ouvre à de nouvelles fêtes christiques et mariales, mais aussi des célébrations qui témoignent d’une piété plus ecclésiologique. Sont introduites dans les diocèses français outre les offices consacrés aux papes, comme saint Pie V et saint Grégoire VII, la fête des Sept Douleurs, voulue en 1815 par Pie VII pour remercier la Vierge d’avoir protégé l’Église romaine durant la période révolutionnaire et la fête du Précieux Sang de Jésus (1er dimanche de juillet), instituée par Pie IX en 1849 en action de grâce pour la victoire de l’armée française sur la République romaine90. En plus de la saint Joseph (19 mars) est célébré le patronage de saint Joseph (3e dimanche après Pâques) – déclaré patron de l’Église en 1870.

  • 91 P. C. Vitrey de Bourmont, Observations sur les institutions liturgiques de dom Guéranger, ou défen (...)
  • 92 Dissertation sur la légitimité des missels et bréviaires de France et sur le droit de liturgie, ve (...)
  • 93 P. Batiffol, Histoire du bréviaire romain, 3e éd., Paris, Picard, 1911, p. 425-426.

24L’importation de saints italiens heurte le patriotisme de certains catholiques : « Voulez-vous faire dire avec raison aux ennemis du catholicisme que notre clergé, en devenant ultramontain, a cessé d’être français91 ? » De plus, la piété contenue dans le bréviaire romain apparaît comme étrangère aux traditions nationales et fait naître des revendications particularistes : « Légendes d’une critique plus sévère parce que les Français sont peu portés à croire aux choses extraordinaires, à moins qu’elles ne soient très solidement prouvées. Composition littéraire plus soignée parce que le goût y est plus délicat et s’accommoderait difficilement de la simplicité et de l’incorrection un peu trop grande des compositions de la basse latinité92. » Lors du concile de 1870, onze évêques de la minorité française, reprenant tout ou partie des arguments de collègues d’Allemagne, d’Italie du Nord et du Canada, reprochent au bréviaire romain des leçons historiques qui sont trop largement issues de sources apocryphes, des hymnes composées en un style obscur et presque barbare (stylo obscuro et prope barbaro compositos) et des saints honorés dont beaucoup sont propres à Rome et peu connus en dehors93. Derrière ces arguments techniques, il faut lire moins une revendication gallicane qu’une forme de résistance à l’acculturation. Une susceptibilité nationale qui, au nom d’une conception de la foi qui se veut plus éclairée, plus conforme aux besoins du temps, juge la piété baroque exprimée par le bréviaire romain avec une certaine condescendance.

  • 94 Ph. Boutry, « Les saints des catacombes. Itinéraires français d’une piété ultramontaine (1800-1881 (...)
  • 95 Archives diocésaines de Besançon, fds Mathieu, II C5, lettre de l’abbé Demandre à Mgr Mathieu, 14 (...)

25Le ralliement des diocèses français à l’unité liturgique constitue une rupture culturelle, puisque la liturgie romaine c’est-à-dire pour ses promoteurs une liturgie universelle minore les susceptibilités nationales. Dans le même temps, les églises de France s’attachent à recueillir des reliques venues de Rome94. Le sanctoral est riche d’offices voués aux anges, aux saints italiens et aux papes, moins aux gloires de l’Église gallicane et au dépositaire de la puissance politique. La piété et l’ecclésiologie qu’il exprime respirent davantage « d’italianismes » ou « d’habitudes espagnoles » et moins de « bon sens français95 ». C’est cet aspect à la fois religieux et national qui explique l’âpreté de la querelle au sein du clergé français.

Notes

1 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 52, fol. 424-437.

2 A. Gough, Paris et Rome. Les catholiques français et le Pape au XIXe siècle, Paris, éditions de l’atelier, 1996, p. 152. Voir la synthèse de X. Bisaro, Une nation de fidèles. L’Église et la liturgie parisienne au XVIIIe siècle, Tournai, Brepols, 2006, p. 27-36.

3 Dissertation sur la légitimité des missels et bréviaires de France et sur le droit de liturgie, vers 1846, fol. 45.

4 A. Gough, op. cit., p. 152.

5 Ph. Boutry, « “Vertus d’état” et clergé intellectuel : la crise du modèle “sulpicien” dans la formation des prêtres français au XIXe siècle », Problèmes d’histoire de l’éducation, actes des séminaires de l’École française de Rome et l’Università di Roma La Sapienza, Rome, Collection de l’École française de Rome 104, 1988, p. 210.

6 Archives nationales, F/19/5434, lettres de Mgr Caffarelli, évêque de Saint-Brieuc, 24 novembre 1807, de Mgr Le Coz, archevêque de Besançon, 3 avril 1810.

7 L’Ami de la Religion et du Roi, 1814, t. 1, p. 260-263, t. 2, p. 177-184 ; Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, publié par dom Cabrol et dom Leclercq, Paris, Letouzey et Ané, t. 9-2, col. 1718.

8 R. A. Jackson, Vivat Rex. Histoire des sacres et couronnements en France 1364-1825, Association des Publications près les Universités de Strasbourg, 1984, p. 182 qui s’appuie sur J.-Ph. Garnier, Le sacre de Charles X et l’opinion publique, thèse de doctorat en droit, 1927.

9 Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie op. cit., t. 9-2, col. 1718.

10 C. Muller, Dieu est catholique et alsacien : la vitalité du diocèse de Strasbourg au XIXe siècle 1802-1914, Haguenau, Société d’histoire de l’Église d’Alsace, 1987, p. 38.

11 Mgr Parisis, De la question liturgique. État de la question au 1er janvier 1846, Paris, A. Sirou, 1846, p. 10-11.

12 M. du Lac, La liturgie romaine et les liturgies françaises, détails historiques et statistiques, Le Mans, Julien, Lanier et Cie, 1849, p. 345.

13 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), publications de l’université de Lille III, 1977, p. 153, p. 161-162.

14 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Francia, 400, fascicule 262.

15 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Francia, 301, fascicule 229, lettre de l’abbé Teyssier, desservant de Saint-Ferréol en Dauphiné, diocèse de Valence, au pape, 29 février 1824.

16 Même s’ils ont été corrigés dans un sens plus romain, M. du Lac, op. cit., p. 252, et J.-B. E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire, tome 8 de l’Encyclopédie théologique publiée par J. P. Migne, Petit-Montrouge, 1844, col. 868.

17 J.-F. Bergier, Études liturgiques. Deuxième partie. Histoire de la controverse et de la réforme liturgiques en France au XIXe siècle, Besançon, Bonvalot, 1861, p. 31-33 ; P. Guéranger, Institutions liturgiques, Le Mans-Paris, Fleuriot/Débécourt, 1840, t. 1, p. xiii, et Le Mans-Paris, Fleuriot/Sagnier et Bray, 1841, t. 2, p. 583 et 653, et Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims sur le droit de liturgie, Le Mans, Fleuriot, 1843, p. 3 ; J.-B.-E. Pascal, op. cit., col. 732.

18 Y. Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne, de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Paris, éditions ouvrières, 1991, p. 1079-1087.

19 L’Ami de la Religion, 1845, t. 126, p. 529.

20 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 90, fol. 724-741.

21 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Francia, 400, fascicule 262, note de Mgr Mario Nattini, assesseur de la Congrégation des Rites, [1833], fol. 73-81.

22 Sur les évêques et le livre, voir C. Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, Beauchesne, collection Théologie politique 73, 1985, p. 296-313.

23 Arrêt du 9 juin 1843, cité dans C. Savart, op. cit., p. 301.

24 Procès à l’occasion du Bréviaire parisien : moyens de défense des Srs Gauthier frères et cie, imprimeurs- libraires à Besançon, sur l’action à eux intentée par les Srs Adrien Le Clère et cie et leurs consorts de Paris, Besançon, imprimerie Gauthier, 31 octobre 1829, p. 2.

25 La Vérité. Journal des faits religieux, politiques, scientifiques et littéraires, 10 février 1847.

26 L’Ami de la Religion et du Roi, 1826, t. 50, p. 260 et 1827, t. 54, p. 88.

27 L’Ami de la Religion et du Roi, 1830, t. 63, p. 79-80.

28 Le catalogue en ligne de la BNF mentionne 39 éditions du bréviaire romain entre 1846 et 1859.

29 Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 261, p. 493.

30 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 166, 14 mai 1856, fol. 49-55.

31 L’argument avait déjà été employé par dom Guéranger, Lettre à Mgr de Rheims, p. 28, et Mgr Gousset, Archives nationales, F/19/5434, lettre adressée au ministre des cultes, 30 septembre 1848.

32 Sur Mgr Parisis voir Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 256-266.

33 P. Guéranger, Institutions liturgiques, t. 2, p. 689-692. Cette date correspond avec celle de la reprise par les évêques français de l’obligation d’envoyer un rapport quadriennal à la Congrégation du concile : J. Coste et Ph. Boutry, « Les visites ad limina des évêques français durant la période concordataire », Les Chemins de Rome. Les visites ad limina à l’époque moderne dans l’Europe méridionale et le monde hispano-américain (XVIe -XIXe siècle), p. 256.

34 C. Johnson, Prosper Guéranger (1805-1875), a liturgical theologian. An introduction to his liturgical writings and work, Rome, Studia Anselmiana, Analecta liturgica 9, 1984, p. 201.

35 R. Epp, Le mouvement ultramontain dans l’église catholique en Alsace au XIXe siècle (1802-1870), Lille, atelier de reproduction de thèses, 1975, p. 295.

36 P. Guéranger, Institutions liturgiques, t. 1, p. lxxi ; C. Johnson, op. cit., p. 221.

37 C. Johnson, op. cit., p. 208-209.

38 C. Johnson, op. cit., p. 212-221. Sur les empiètements du nonce sur les affaires de l’Église de France, Archives nationales, F/19/1924 et F/19/1947, note non datée, et J.-O. Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001, p. 446-451.

39 Liste des articles publiés sur le sujet dans ces deux journaux entre 1841 et 1849, dans C. Johnson, op. cit., p. 469-473.

40 Outre l’abbé Pascal, voir le Cours alphabétique et méthodique de droit canon mis en rapport avec le droit civil ecclésiastique ancien et moderne de l’abbé André, tomes 9 et 10 de l’Encyclopédie théologique, 1845, t. 2, col. 659-660, col. 666, et le Dictionnaire alphabético-méthodique des cérémonies et des rites sacrés […], dû à l’abbé Boissonnet, tomes 15, 16 et 17 de l’Encyclopédie théologique, 1846-47, 3 vol., 1376 col, 1312 col. et 1284 col.

41 P. Guéranger, Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 122-125, et Défense des Institutions liturgiques, p. 269-271 ; J.-B. E. Pascal, op. cit., col. 186-188. Voir aussi Les enseignements pontificaux. La liturgie, présentation et tables par les moines de Solesmes, Tournai, Desclée, 1954, p. 116-117. Texte en annexe V.

42 J.-F. Bergier, op. cit., p. 65.

43 Lettre de Louis Veuillot à Melchior du Lac, 1er octobre 1846, Correspondance de Louis Veuillot, t. 4, p. 55. Voir P. Pierrard, Louis Veuillot, Paris, Beauchesne, 1998.

44 R. Rancœur, « L’amitié de dom Guéranger et de Louis Veuillot », Mélanges dom Guéranger, p. 620.

45 Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 235. Voir aussi p. 153 et p. 161.

46 A. Gough, op. cit., p. 157.

47 A. Gough, op. cit., p. 159.

48 A. Gough, op. cit., p. 102-104, p. 161 ; J.-O. Boudon, « Le Saint Siège et les nominations épiscopales en France au XIXe siècle, à partir des sources romaines », Mélanges de l’École française de Rome Italie-Méditerranée, t. 102/1, 1990, p. 111-161, et du même, L’épiscopat français à l’époque concordataire 1802-1905. Origines, formation, nomination, Paris, Cerf, 1996, p. 254, p. 453.

49 D. Bouix, Tractatus de Concilio provinciali, qui fait partie de son Cursus juri canonicis : voir D. Moulinet, « Un réseau ultramontain en France au milieu du XIXe siècle », Revue d’Histoire Ecclésiastique, t. xcii/1, 1997, p. 76-82.

50 B. Delpal, Entre paroisse et commune. Les catholiques de la Drôme au milieu du XIXe siècle, Valence, Éditions Peuple libre, 1989, p. 177-181.

51 Archives nationales F19/5591 ; J.-F. Bergier, op. cit., p. 167-175 ; A. Gough, op. cit., p. 139 ; X. Bisaro, op. cit., p. 58.

52 I. Gousset, Le cardinal Gousset. Sa vie, ses œuvres, son influence, p. 221-232. Dom Guéranger se déclare « ravi » des décisions du concile provincial de Reims et du discours de l’abbé Gerbet.

53 Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie op. cit., t. 9-2, col. 1727.

54 A. Gough, op. cit., p. 206.

55 Mémoire du P. d’Alzon à Mgr Fornari, octobre 1851, cité dans G. Cholvy et Y.-M. Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine 1800-1880, Toulouse, Privat, 1985, p. 160. Voir aussi B. Delpal, op. cit., p. 223.

56 Sur ce chanoine, professeur d’Ecriture Sainte au grand séminaire du Mans et mennaisien, dont le jeune Guéranger a été l’élève, voir P. Guéranger, Mémoires autobiographiques, p. 38. Voir annexe VIII.

57 D. Moulinet, Les classiques païens dans les collèges catholiques ? Monseigneur Gaume (1802-1879), Paris, Cerf, 1995, p. 139 ; A. Gough, op. cit., p. 210-216.

58 Archives nationales, F/19/5435, La Voix de la Vérité, 25 décembre 1852, article de l’abbé Pascal. Voir aussi Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 124, la lettre de l’archevêque de Tours, qui se déclare en faveur de l’unité liturgique et qui annonce qu’il en prépare le rétablissement, 10 juin 1852, à la grande satisfaction du nonce.

59 Archives diocésaines de Besançon, fds Mathieu, VII C3, lettre du vicaire général Surgis, Rouen, 30 novembre 1853.

60 Circulaire du 27 septembre 1854.

61 Voir tableau en annexe I et cartes en annexe II.

62 Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, anno 1856, 248, fascicule 1, fol. 75-80, fol. 125-143.

63 Circulaire du 27 septembre 1854 : voir Archives secrètes vaticanes, Segreteria di Stato, 248, anno 1854, fascicule 2, lettre du nonce au cardinal secrétaire d’État, 2 octobre 1854.

64 Ph. Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, p. 502.

65 F. Python, Mgr Étienne Marilley et son clergé à Fribourg au temps du Sonderbund 1846-1856, éditions universitaires de Fribourg, 1987, p. 217, p. 409-416.

66 Archives nationales, F/19/5434, lettre du préfet des Ardennes au ministre de cultes, 28 juillet 1848. Voir aussi la lettre du préfet de l’Yonne, 15 juillet 1852, celle du maire de Chalabre (Aude), 2 juin 1854.

67 Archives nationales, F/19/5434, lettre du ministre des cultes à Mgr Gousset, 2 septembre 1848, et réponse de Mgr Gousset, 30 septembre 1848.

68 « Tout le bas clergé est consterné de cette mesure qu’il blâme tout bas, mais il est tellement courbé sous la discipline ecclésiastique, qu’il se résigne et n’ose se plaindre ouvertement », Archives nationales, F/19/5434, lettre du préfet des Ardennes au ministre de cultes, 28 juillet 1848.

69 Archives nationales, F/19/5434, note de Tardif, 1856.

70 Archives nationales, F/19/5434, lettre de l’abbé Capelle au ministre de cultes, 5 mai 1856.

71 Archives nationales, F/19/5434, lettre de l’abbé J. J. Laborde au ministre de cultes, 28 août 1848.

72 P. Guéranger, Mémoires autobiographiques, p. 278. Voir la lettre de l’évêque d’Evreux au nonce, 12 février 1856, Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 114, fol. 142.

73 Archives diocésaines de Besançon, fds Mathieu, II C3, circulaire du ministère de l’instruction publique et des cultes, 10 novembre 1857, circulaire du ministère de l’instruction publique et des cultes, 28 novembre 1857, 21 décembre 1857, 26 décembre 1857, et circulaires de la Congrégation des Rites, Imperii galliarum, 10 septembre et 17 décembre 1857. Voir aussi Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 103, fol. 144-155.

74 Constitutions et instructions synodales publiées dans le synode de 1853, p. 239.

75 Archives nationales, F/19/5434.

76 Archives secrètes vaticanes, Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Francia, 485 fascicule 286, lettre du cardinal Lambruschini au nonce, 9 novembre 1843.

77 B. Delpal, op. cit., p. 271.

78 Commission de critique historique. Rapport présenté à Mgr l’évêque de Séez, 1860, 117 fol., manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Besançon, ms 1996.

79 Cette substitution réalisée à Lyon en 1844 avait suscité des critiques : G. Collomb, La liturgie lyonnaise et le mouvement liturgique à Lyon, sous le pontificat du cardinal de Bonald, 1840-1870, mémoire de maîtrise, Lyon, 1961, dactyl., p. 2/39.

80 S. Milbach, Prêtres historiens et pèlerinages du diocèse de Dijon (1860-1914), éditions universitaires de Dijon, 2000, p. 295.

81 Archives secrètes vaticanes, archives de la nonciature de Paris, 253, lettre de l’abbé Cabanet, curé de Salavre, au nonce, 13 mars 1865.

82 V. J. Thiébaud, Réflexions sur les colères du bisontinisme en déménagement, Besançon, imprimerie Bonvalot, 1864, p. 23.

83 J.-B. Pitra, Études sur la collection des Actes des saints par les RR. PP. Jésuites Bollandistes…, p. 69-70. Voir annexe XVI. Ernest Renan rend hommage aux bollandistes dans Etudes d’histoire religieuse, Paris, Michel Lévy, 1864, 7e éd., p. 301-315.

84 Voir la légende de saint Grégoire VII, Institutions liturgiques, t. 2, p. 450-522 ; A. Houtin, La controverse de l’apostolicité des églises au XIXe siècle, Paris, Picard, 3e éd., 1903, p. 25-37 ; Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. 8-2, col. 2405-2407.

85 Institutions liturgiques, t. 2, p. 603.

86 J.-B. E. Pascal, op. cit., col. 711.

87 D. Moulinet, art. cit., p. 95.

88 Mandement du 21 novembre 1853, cité dans J.-F. Bergier, Études liturgiques. Première partie. Etude préliminaire du Droit liturgique et de ses rapports avec les plus importantes questions ecclésiastiques, Besançon, Dodivers, 1860, p. 166

89 Liste des offices privilégiés dans annexe XIV.

90 P. Jounel, Le renouveau du culte des saints dans la liturgie romaine, Rome, C.L.V. Edizioni liturgiche, Bibliotheca “Ephemerides liturgicae”. Subsidia 36, 1986, p. 33.

91 P. C. Vitrey de Bourmont, Observations sur les institutions liturgiques de dom Guéranger, ou défense des liturgies gallicanes et particulièrement des usages de Toul et de Besançon, contre les attaques de M. l’abbé de Solesmes, Mirecourt, Humbert, 1851, p. 27.

92 Dissertation sur la légitimité des missels et bréviaires de France et sur le droit de liturgie, vers 1846, fol. 80.

93 P. Batiffol, Histoire du bréviaire romain, 3e éd., Paris, Picard, 1911, p. 425-426.

94 Ph. Boutry, « Les saints des catacombes. Itinéraires français d’une piété ultramontaine (1800-1881) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps Modernes, t. 91/1, 1979, p. 875-930.

95 Archives diocésaines de Besançon, fds Mathieu, II C5, lettre de l’abbé Demandre à Mgr Mathieu, 14 mars 1857.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540