Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et Nation

 | 
Vincent Petit

Chapitre IV. La polémique au service d’une mystique

Texte intégral

  • 1 C. Langlois et F. Laplanche (dir.), La science catholique. L’Encyclopédie théologique de Migne (18 (...)
  • 2 P. Guéranger, Mémoires autobiographiques (1805-1833), Solesmes, éditions de Solesmes, 2005, p. 135 (...)
  • 3 Défense des Institutions liturgiques, Le Mans, Fleuriot, 1844, p. 85 ; Institutions liturgiques, P (...)

1La pensée liturgique de dom Guéranger s’inscrit dans une progression téléologique, c’est-à-dire dans la méthode apologétique historique1 que prônent les mennaisiens : déjà comme il le dessine dans un écrit, De l’élection et de la nomination des évêques paru sans nom d’auteur en 1831, la phase de décadence qu’a connue la société à partir de la fin du Moyen Âge, avec l’asservissement de l’Église puis la négation de Dieu, constitue le préalable indispensable d’une nouvelle restauration catholique, puisque le catholicisme, sous la direction du Saint-Siège2, est la seule religion véritable. La relecture historique que dessine dom Guéranger obéit à une téléologie qui tend à lier unité liturgique et apogée civilisationnelle, autour de trois acmés : le règne de Charlemagne, le pontificat de Grégoire vii, et l’œuvre du concile de Trente3.

  • 4 Institutions liturgiques, Le Mans-Paris, Fleuriot/Débécourt, 1840, t. 1, p. xi ; Défense des Insti (...)
  • 5 Institutions liturgiques, t. 1, p. 95-146, et chap. vii, p. 162-183 ; Lettre à Mgr l’archevêque de (...)

2Il présente les progrès successifs de l’unité liturgique de l’Occident autour de Rome, comme une aspiration commune à tous les souverains pontifes4, particulièrement ceux du IVe au VIe siècle, saint Sylvestre, saint Innocent, saint Célestin, saint Léon le Grand, saint Gélase, et surtout saint Grégoire le Grand5 – préalable à l’unité liturgique qui s’opère sous le règne de Charlemagne et la consécration de l’indépendance de l’Église sous le pontificat de Grégoire VII. L’effondrement de l’empire byzantin et la disparition de l’Église d’Afrique démontrent a contrario la nécessité de cette union plus étroite avec Rome.

  • 6 Institutions liturgiques, t. 1, p. 244.
  • 7 Institutions liturgiques, t. 1, p. 275.
  • 8 Institutions liturgiques, t. 1, chap. xi.
  • 9 Institutions liturgiques, t. 1, p. 263.
  • 10 Institutions liturgiques, t. 1, p. 357.
  • 11 Institutions liturgiques, t. 1, p. 265.
  • 12 Institutions liturgiques, t. 1, p. 299.
  • 13 Institutions liturgiques, t. 1, p. 303-306.
  • 14 Institutions liturgiques, t. 1, chap. xii.
  • 15 Défense des Institutions liturgiques, p. 29.
  • 16 Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 1re partie, Le Mans, Fleuriot, 1846, p. 47.
  • 17 Institutions liturgiques, t. 1, p. 263, p. 344-345, p. 351-352.

3Cette relecture historique passe par une revalorisation du Moyen Âge dans son ensemble, surtout de la période carolingienne (« carlovingienne6 »), époque de haute civilisation chrétienne7 qui consacre l’unité liturgique de l’Europe, avec même l’abandon du rite mozarabe en Espagne8, et l’indépendance temporelle du pape. Même si s’affirment les « caractères des diverses nations de l’Occident9 », avec dans le domaine liturgique l’introduction des tropes et des séquences* par exemple, le Moyen Âge reste néanmoins une « époque de synthèse théologique10 ». Grâce à l’action d’Othon Ier11, des premiers capétiens12, du monachisme bénédictin13 et des ordres mendiants14, s’opère l’« union des provinces de la Catholicité, sous le Chef suprême dont l’autorité était alors reconnue de tous, en toutes choses et dans son entier15 » qui accouche de « l’unité européenne, l’un des plus grands résultats de l’action de la Papauté16 ». Cette unité de civilisation, unité de culte et de culture, se matérialise avec la construction des cathédrales17.

  • 18 Institutions liturgiques, t. 1, p. 362.
  • 19 Institutions liturgiques, t. 1, p. 363.
  • 20 Institutions liturgiques, t. 3, p. 369.
  • 21 Défense des Institutions liturgiques, p. 29 ; Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 3e pa (...)
  • 22 Institutions liturgiques, t. 1, p. 385.
  • 23 Institutions liturgiques, t. 1, p. 446 ; Mémorial catholique, 1er article.
  • 24 Institutions liturgiques, t. 1, p. 436-441 ; Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 59-64.
  • 25 Institutions liturgiques, t. 1, p. 442-445.

4À partir du XIVe siècle, l’abaissement de la papauté et le grand schisme exacerbent le morcellement de la chrétienté en nations et diocèses18, et corollaire de la décadence, l’introduction du « paganisme » dans les arts19 et jusque dans les enluminures des livres liturgiques20. Au XVIe siècle, « les souverainetés modernes se sont constituées, la politique a isolé les nations, et pendant que les frontières se tranchaient de plus en plus, les soit-disant libertés nationales sont venues donner à chaque Église une allure plus locale21 ». Le concile de Trente se lit comme la réaction réussie de l’Église, avec le travail de révision, de « régénération liturgique22 », qui a permis de se rapprocher « des sources les plus pures de l’antiquité23 », avec les bulles Quod a nobis, sur le bréviaire24 et Quo primum tempore, sur le missel25, dues au pape Pie v.

  • 26 Y. Congar, « L’ecclésiologie de la Révolution française au concile du Vatican sous le signe de l’a (...)
  • 27 Voir E. Préclin, Les jansénistes du XVIIIe siècle et la Constitution civile du clergé. Le développ (...)
  • 28 Défense des Institutions liturgiques, p. 24, p. 56-65.
  • 29 Institutions liturgiques, Le Mans-Paris, Fleuriot/Sagnier et Bray, 1841, t. 2, p. 114-126, p. 769- (...)
  • 30 Institutions liturgiques, t. 2, p. 434-435, où il cite le cas de l’abbé Lebeuf d’Auxerre ; Institu (...)
  • 31 Institutions liturgiques, t. 2, p. 125.
  • 32 Institutions liturgiques, t. 2, p. 331.
  • 33 Institutions liturgiques, t. 2, p. 585.
  • 34 Institutions liturgiques, t. 2, p. 303.
  • 35 Défense des Institutions liturgiques, p. 31.
  • 36 Mémorial catholique, 1er article ; il définit l’Encyclopédie « comme une Babel superbe », Défense (...)
  • 37 Institutions liturgiques, t. 3, p. lvii-lviii ; Institutions liturgiques, t. 3, p. lix-lxiii.
  • 38 Institutions liturgiques, t. 3, p. 471 ; Défense des Institutions liturgiques, p. 34-42, p. 77.
  • 39 Institutions liturgiques, t. 2, p. 652.
  • 40 Institutions liturgiques, t. 2, p. 272, p. 654.
  • 41 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 69 ; Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 3e par (...)

5Reprenant un des thèmes fondateurs de la pensée contre-révolutionnaire et traditionaliste, de Burke à de Maistre26, qui lie Réforme et Révolution, pour Guéranger le terme ultime et logique de cette rupture des nations chrétiennes avec Rome se manifeste avec la Révolution française et le siècle qui l’annonce, qui inscrivent dans la société les principes de « l’hérésie antiliturgique » : égalité des individus, abandon de la tradition, rationalisme, souveraineté nationale, contrôle de l’Église par l’État. L’analyse de dom Guéranger passe d’abord par la disqualification des livres liturgiques des XVIIe et XVIIIe siècles27, particulièrement le bréviaire édité par Mgr de Vintimille, archevêque de Paris, en 173628 et l’œuvre des hymnographes Santeul et Coffin29. Ces bréviaires et missels, présentés souvent comme l’œuvre d’un seul30, sont marqués par l’introduction de pièces nouvelles, hymnes* et oraisons*, composées pour l’occasion et qui ne sont que le produit d’une « école littéraire31 ». Cette prégnance de la raison individuelle et de l’esprit critique se lit aussi dans l’« art des réticences32 » qui préside à la rédaction des légendes* des saints33. À ce titre, elles sont le produit d’un siècle où s’affirme le « laïcisme34 », le scepticisme et le panthéisme35. Parce que nouvelles, issues d’initiatives individuelles, elles sont frappées d’illégitimité d’autant plus qu’elles abolissent l’unité liturgique par leur « bigarrure » et qu’elles accouchent d’une « multitude de dialectes » qui rappelle la « confusion de l’antique Babel36 ». Surtout, elles sont l’expression d’une Église de France tombée sous la dépendance du pouvoir temporel37 – comme l’atteste selon lui la Déclaration de 168238. Le terme de cette décadence se lit avec la Constitution civile du clergé, pénultième œuvre des légistes, et les projets de l’église constitutionnelle, de l’intervention de Mgr Le Coz lors du concile national de 1797 et le rapport de l’abbé Grégoire à celui de 1801, projets qui souhaitent mettre la liturgie au service du projet révolutionnaire d’unification nationale. Les entreprises des jansénistes et celles du clergé constitutionnel, qui sont poursuivies par les articles organiques présentés comme un « décret tyrannique39 », cherchent à donner à l’Église de France une « liturgie nationale40 », et donc à consommer sa rupture avec le Saint-Siège41.

  • 42 Institutions liturgiques, t. 2, p. 668.
  • 43 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 69.
  • 44 Défense des Institutions liturgiques, p. xiii.
  • 45 Institutions liturgiques, t. 2, p. 668 ; Institutions liturgiques, t. 3, p. lxx-lxxiii. Les moines (...)
  • 46 Défense des Institutions liturgiques, p. 135.
  • 47 Institutions liturgiques, t. 2, p. 587.
  • 48 Institutions liturgiques, t. 2, p. 723-739.
  • 49 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 46-47 ; « En vertu des libertés gallicanes, l’État gouvern (...)
  • 50 Thème cher aux mennaisiens : L. Le Guillou, L’évolution de la pensée religieuse de Félicité Lamenn (...)

6Le combat en faveur de l’unité liturgique passe par la dénonciation des « entraves imposées à la liberté de l’Église42 » et celle de toute Église nationale43, présidée par un « pape civil44 ». Les protestations à l’encontre d’une quelconque « liturgie nationale » expriment le refus de l’immixtion du pouvoir séculier dans les choses sacrées – il regrette jusqu’à l’inscription du nom du souverain dans le canon de la messe et dans la prière du Domine salvum, dite à la fin de la messe et lors des saluts au Saint-Sacrement45 – qu’elle obéisse à l’absolutisme d’un Louis XIV46, au despotisme éclairé d’un Joseph ii47, d’un Bonaparte, ou pire encore de l’autocratie tsariste48. L’inscription de la liturgie dans un cadre strictement national, fût-ce au nom des prétendues libertés particulières d’une Église, n’est que le préalable de son asservissement par son gouvernement49 et donc une marque de la « protestantisation50 » du catholicisme.

  • 51 Défense des Institutions liturgiques, p. vii-viii ; il revendique les bénéfices de la charte de 18 (...)
  • 52 Institutions liturgiques, t. 3, p. iv ; Défense des Institutions liturgiques, p. 33 ; Nouvelle déf (...)
  • 53 Institutions liturgiques, t. 2, p. 441 ; Institutions liturgiques, t. 3, p. xv-xvi ; Défense des I (...)
  • 54 Institutions liturgiques, t. 2, p. 694-696 ; Défense des Institutions liturgiques, p. 90.
  • 55 Institutions liturgiques, t. 3, p. 71-74.
  • 56 Institutions liturgiques, t. 1, chap. ii.
  • 57 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 28.
  • 58 Défense des Institutions liturgiques, p. 111 ; Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 1re (...)
  • 59 Institutions liturgiques, t. 2, p. 430.
  • 60 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 22.
  • 61 Institutions liturgiques, t. 2, p. 723-739 ; Institutions liturgiques, t. 3, p. 75. Voir aussi le (...)
  • 62 Institutions liturgiques, t. 2, p. 718.
  • 63 Institutions liturgiques, t. 2, p. 679-692.
  • 64 Institutions liturgiques, t. 2, p. 716.

7La question liturgique participe au contraire de « l’affranchissement de l’Église51 », et ce au nom d’une vision universelle, ou pour mieux dire supranationale : « De toutes parts, l’Église par qui Dieu sauvera le monde, ressent les effets de cette miséricorde qui veut enfin l’affranchissement de tant de chaînes de nationalité qui captivaient son action52. » Dom Guéranger dessine une identité catholique qui se lit par exemple à l’importance qu’il accorde aux habits sacerdotaux53 jusqu’au couvre-chef : il promeut ainsi la barrette contre le bonnet carré54 – ce qui induit, avec la distinction renouvelée entre la langue de l’autel et la langue de la chaire, une nouvelle différenciation du clergé par rapport aux fidèles55. Si l’étude de la liturgie catholique relève d’une si haute importance56, c’est qu’elle constitue un « lien social autant que religieux57 » et qu’elle jouit d’un « caractère populaire58 » qu’il importe de lui conserver. Elle contribue ainsi à déterminer l’identité des peuples grâce à l’importance du culte divin59 qui est « la plus sacrée des formes sociales60 » : lituaniens, uniates, polonais dans l’Empire russe61, comme elle accompagne les progrès du catholicisme en Angleterre62 et marque le réveil du catholicisme en France63 et en Allemagne64.

  • 65 Institutions liturgiques, t. 3, p. 450-451.
  • 66 Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 1re partie, p. 35 ; Institutions liturgiques, t. 3, (...)
  • 67 Institutions liturgiques, t. 3, p. iv ; Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims p. 29, 121 ; Défense d (...)
  • 68 Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 2e partie, p. 3.
  • 69 Institutions liturgiques, t. 3, p. i.
  • 70 Institutions liturgiques, t. 3, p. ii.
  • 71 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 136-137.
  • 72 Institutions liturgiques, t. 3, p. 74.
  • 73 Institutions liturgiques, t. 3, p. 76.
  • 74 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 137 ; Défense des Institutions liturgiques, p. xiii. L’ima (...)
  • 75 Circulaire de Mgr Parisis, évêque de Langres, 15 octobre 1839, voir annexe IV.

8Dans une période d’« attiédissement », où la « foi s’est assoupie65 », l’unité liturgique constituera une source d’édification et inspirera le respect aux ennemis de l’Église66 : « L’unité seule, acceptée dans toutes ses applications, fera notre force et assurera notre triomphe67. » Toute « scission liturgique » ruine donc « l’unité catholique68 ». Dans l’espoir de « ranimer et sauver les provinces de la chrétienté69 », la restauration de l’unité liturgique en constitue le préalable vu « le lien qui unit le sort de la Liturgie aux premiers intérêts de l’Église et de la société70 ». Il en appelle à la refondation d’une nouvelle chrétienté, avec la liturgie « le lien le plus magnifique de tous le peuples en un seul, le moyen sublime de communication de toutes les races et de tous les siècles71 », le « lien d’association des peuples chrétiens72 » et l’« instrument de la fraternité des nations73 ». L’unité liturgique mettra fin à la malédiction de Babel (Genèse, 11,174), c’est-à-dire aux clivages induits par les Etats modernes : le Christ cessera ainsi d’être « divisé dans l’opinion des nations75 ».

  • 76 Sur ce point, voir M.-H. Deloffre, Confesser l’Église. Introduction à l’ecclésiologie de dom Guéra (...)
  • 77 Voir l’exemple de la Bretagne, restée fidèle à la liturgie romaine au XVIIIe siècle, Institutions (...)
  • 78 J.-Y. Hameline, « Le son de l’histoire. Chant et musique dans la restauration catholique », La Mai (...)
  • 79 J.-B. E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire, tome 8 de (...)

9La restauration d’une société chrétienne se prévaut au contraire d’une assise authentiquement populaire, celle du sensus fidelium76 et celle des langues natives77 inspirées par Dieu. Reprenant à son compte les théories bonaldiennes, exposées dès 1817-18 dans La législation primitive, considérée dans les derniers temps par les seules lumières de la raison et dans les Recherches philosophiques sur les premiers objets des connaissances morales, qui font du langage le principe organisationnel de toute société, dom Guéranger fait de la liturgie romaine celui de l’Église – d’où l’emploi exclusif du latin, langue de l’Église et langue céleste, contre le français, instrument de domination de la société laïque et bourgeoise78, de la monarchie absolue à la Révolution. Le latin seul peut porter la Tradition : « La corruption du siècle s’empare tous les jours de certains mots et les gâte pour se divertir. Si l’Église parlait notre langue, il pourrait dépendre d’un bel esprit effronté de rendre le mot le plus sacré de la liturgie, ou ridicule, ou indécent. Sous tous les rapports imaginables, la langue religieuse doit être mise hors du domaine de l’homme » écrit Joseph de Maistre, dans Du Pape. Contrairement aux Ecritures, la prière catholique dans son état social exclut toute langue nationale79.

  • 80 L. Le Guillou, op. cit., p. 102.
  • 81 P. Guéranger, Mémoire sur la question de l’Immaculée-Conception de la très Sainte Vierge, Paris, L (...)
  • 82 O. Rousseau, Histoire du mouvement liturgique. Esquisse historique depuis le début du XIXe siècle (...)
  • 83 « L’Église de Jésus ressuscité organise en ces jours, et qui doit s’étendre dans le monde entier, (...)
  • 84 Y. Congar, art. cit., p. 90.
  • 85 « L’Église, ou l’ensemble des fidèles qui professent la vraie Religion, est une société visible », (...)
  • 86 S. H. de Franceschi, « Approches de la romanité ecclésiale du Concile de Trente au Syllabus. L’idé (...)
  • 87 Cet aspect a été étudié par H. Multon, « Les temps sont proches ». Prophétisme politique et cultur (...)

10La description d’un Moyen Âge mythifié80, préféré à l’âge classique et au siècle des Lumières, qui est aussi celle du romantisme dans son ensemble, vise, en creux, l’époque post-révolutionnaire. Elle justifie la construction symbolique d’une identité catholique – sensible aussi avec la communion fréquente et le culte marial81, la restauration monastique82… qui vise à la refondation d’une chrétienté latine, et la définition de l’Église en tant que monarchie pontificale, pour atteindre l’unanimité en son sein83. Elle s’inscrit dans un processus de temps long, commencé au moment de la réforme grégorienne, relancé par le concile de Trente, qui cherche à « définir l’Église comme étant, non pas seulement un collège spirituel, mais une société proprement dite, visible, institutionnellement inégale et hiérarchique, indépendante, ayant, de par Dieu, un ordre propre, non seulement de finalités spirituelles, mais de moyens visibles, extérieurs, bref une société parfaite84 ». Cette société visible, comme le disait déjà Lamennais dans l’Essai sur l’indifférence85 …, se définit par sa romanité comme seule garante de l’unitas doctrinæ et du depositum fidei86. La liturgie romaine devient dès lors l’expression de l’identité catholique romaine, le marqueur d’un groupe social, d’un état, dans une société civile de plus en plus indifférenciée. Elle est la justification autant que la manifestation d’un ordre, sanctifié par les liens de l’ordination et de la célébration du culte : les progrès de l’unité liturgique s’accompagnent ainsi de l’uniformisation et de la généralisation d’attributs vestimentaires propres à l’état clérical. Par les prières qu’elle ordonne, les dévotions qu’elle consacre, la calendrier qu’elle détermine, la liturgie induit une cohérence, celle du sacré en face d’un monde en voie de sécularisation, dominé par le rationalisme et l’individualisme et conçu, dans une perception qui a pu verser dans des tonalités apocalyptiques87, comme une nouvelle Babel.

  • 88 Notions empruntées à Ph. Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, p. (...)
  • 89 C. Savart, « Vie spirituelle et liturgie au XIXe siècle », La Maison-Dieu, no 69, 1962, p. 72.

11À ce titre, l’unité de liturgie pose la question centrale dans la France post-révolutionnaire : celle de l’identité catholique dans une société en voie de sécularisation. Cette volonté unitaire, autour d’un centre témoigne aussi d’une religion qui a changé de nature : moins l’expression d’un terreau local et continuité d’usages plus anciens encore qu’affirmation d’une institution et d’une théologie cohérente, deux instruments jugés nécessaires pour réagir à une religion devenue somme des dévotions individuelles ou fait d’opinion88. La liturgie est l’expression de l’identité catholique donc, mais davantage encore si le catholicisme se charge d’une ambition politique et sociale, intégrale et universelle – c’est parce qu’il procède de présupposés théologiques et ecclésiologiques globaux, unitaires et intransigeants, que le mouvement liturgique ne fonde pas, dans l’immédiat, une nouvelle piété89. C’est donc comme partie intégrante d’un projet intégraliste et intransigeant qu’il faut comprendre le point de fixation qu’est le processus d’unité liturgique à l’œuvre dans le monde catholique du XIXe siècle – et que parachèvent la proclamation du dogme de l’Immaculée-Conception en 1854 et celui de l’infaillibilité pontificale en 1870.

  • 90 D’où le recours à l’argument majoritaire : sur les 900 diocèses de la catholicité, au moins 750 su (...)
  • 91 Dom Guéranger dans L’Année liturgique, cité par M.-H. Deloffre, op. cit., p. 101.
  • 92 Discours synodal de Nevers, 26 juillet 1843, cité dans Dissertation sur la légitimité des missels (...)
  • 93 A. des Mazis, « La vocation monastique de dom Guéranger. Milieu et influences », Mélanges dom Guér (...)
  • 94 Il est significatif à cet égard que dom Guéranger, dans ses Mémoires autobiographiques rédigées à (...)

12De ce point de vue, ce processus unitaire interne au catholicisme peut s’interpréter comme une innovation destinée à introduire davantage de rationalisation dans une assise territoriale disparate90 et un appareil de gouvernement jusque-là plutôt lâche. Comme les Etats contemporains qui se sont fondés sur l’ordre social issu de la Révolution, l’Église se pense à son tour comme un ensemble unitaire et cohérent, d’un point de vue doctrinal et identitaire : « Nous sommes un vaste État ; nous avons notre monarque, nos magistrats, nos concitoyens, et nous devons être prêts à donner notre vie pour cette patrie surnaturelle […]91. » D’où le rapprochement entre ecclésiologie et politique : « La liturgie est le langage des peuples pour parler à Dieu ; et de même qu’au point de vue politique, un des obstacles les plus insurmontables à l’affermissement d’un empire formé par la conquête, c’est lorsque les provinces dont il se compose conservent une langue et des usages différents de ceux de la métropole ; de même, au point de vue religieux, on peut dire que le gouvernement de l’Église fut devenu bientôt impossible, sans l’unité de la langue et des formes liturgiques92. » Cette conception toute moderne est à bien des égards elle aussi un produit de l’ordre postrévolutionnaire dans laquelle elle s’inscrit avec sa revendication de liberté pour l’Église93, sa séparation d’avec la société civile dont elle se pose en rivale et son aspiration à jouir d’une assise et d’une légitimité populaire, conforme à sa mission apostolique et condition indispensable de son indépendance – il n’y a donc pas de rupture entre la pensée liturgique de dom Guéranger et son passé mennaisien94.

  • 95 Encore que l’Église romaine serait davantage une « matrie », puisqu’elle est l’Épouse du Christ, l (...)
  • 96 J.-P. Duteil, « La “querelle des rites” au cœur des disputes religieuses des XVIIe et XVIIIe siècl (...)
  • 97 Cité dans Institutions liturgiques, t. 3, p. 131.
  • 98 Un seul exemple, la lettre de l’abbé Bresselle, desservant de Mazinghem (Pas-de-Calais), du 13 jan (...)
  • 99 J.-B. E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire, col. 827.
  • 100 Circulaire de Mgr Parisis, évêque de Langres, 15 octobre 1839, annexe IV ; « Les changements si fr (...)
  • 101 Mandement de Mgr l’évêque de Bayeux et Lisieux sur la liturgie romaine, imprimerie Delarue, 1862, (...)
  • 102 Instruction et mandement de Mgr l’évêque de Blois pour le rétablissement de la liturgie romaine da (...)
  • 103 Voir J.-Ph. Lemaire, « Des quatre essais inachevés de dom Guéranger sur l’Église », Mélanges dom G (...)
  • 104 Corollaire de l’importance de la notion de magistère au XIXe siècle : Ph. Boutry, « Papauté et cul (...)
  • 105 Idée reprise d’un auteur goûté par les mennaisiens : « Il n’est aucune preuve plus convaincante de (...)

13Enfin, cette modernité se lit aussi avec l’insistance à doter l’Église d’un langage unique et d’une symbolique uniforme à l’image des États-nations, et à faire de l’Église une patrie95 où la liturgie romaine tient lieu de langue maternelle. La pensée de dom Guéranger relève du contexte post-révolutionnaire : l’Église catholique, confrontée à la montée de l’anticléricalisme et exclue progressivement de la sphère étatique, atteint alors une dimension véritablement mondialisée. L’unité liturgique autour de Rome évite la tentation de l’inculturation et toute nouvelle « querelle des rites96 » : « C’est à la Chine de se faire latine97. » L’écriture de dom Guéranger obéit avant tout à des fins polémiques, afin de donner aux membres du clergé une opinion claire sur la nécessité d’aboutir à l’unité98 – ainsi un liturgiste, favorable au romain, ne voit pas les intentions jansénistes dans les livres de Mgr de Vintimille99. Elle s’ancre dans la réalité post-révolutionnaire pour y apporter la contradiction, elle part de la réalité sociale et institutionnelle à laquelle l’Église est confrontée : l’unité seule met à l’abri la foi « contre les vagues de la diversité et les tentations du changement100 » et ses formes du « désir malentendu de perfectionnement101 ». En les qualifiant de liturgies néo-gallicanes, dom Guéranger les assigne à une ecclésiologie politique, celle d’une Église soumise à l’absolutisme de l’État qu’il ait forme monarchique, impériale ou républicaine. Mgr Pallu du Parc écrira que le XVIIIe siècle, où l’Église était « captive, exilée au milieu d’une génération incrédule102 », ne pouvait être un siècle liturgique. L’unité de liturgie, autrement l’unité de l’Église d’Occident, est le pendant de la diffraction des nations, solidifiées en Etats rivaux au nom de la raison politique. Cette ecclésiologie se fonde sur une mystique, qui donne à l’Église, instituée par Jésus-Christ et perpétuée par Lui dans les successeurs de Pierre, les caractères d’unité et d’universalité. Si l’Église est ainsi définie comme un « lieu théologique103 », construit à partir du mystère de l’Incarnation, la liturgie est donc son enseignement104 et jouit d’une valeur dogmatique105. Ainsi, par elle, se retrouve unis les deux définitions de l’Église, en tant que structure visible, hiérarchique et sainte, et en tant que corps mystique et Épouse du Christ.

Notes

1 C. Langlois et F. Laplanche (dir.), La science catholique. L’Encyclopédie théologique de Migne (1844-1873) entre apologétique et vulgarisation, Paris, Cerf, 1992, p. 22.

2 P. Guéranger, Mémoires autobiographiques (1805-1833), Solesmes, éditions de Solesmes, 2005, p. 135-136 ; J.-Y. Hameline, « Le son de l’histoire. Chant et musique dans la restauration catholique », La Maison-Dieu, no 131, p. 14-15.

3 Défense des Institutions liturgiques, Le Mans, Fleuriot, 1844, p. 85 ; Institutions liturgiques, Paris, Lanier/Lecoffre, 1851, t. 3, p. ii-iii.

4 Institutions liturgiques, Le Mans-Paris, Fleuriot/Débécourt, 1840, t. 1, p. xi ; Défense des Institutions liturgiques, p. 11 ; Mémorial catholique, 2e article.

5 Institutions liturgiques, t. 1, p. 95-146, et chap. vii, p. 162-183 ; Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, sur le droit de liturgie, Le Mans, Fleuriot, 1843, p. 34-36.

6 Institutions liturgiques, t. 1, p. 244.

7 Institutions liturgiques, t. 1, p. 275.

8 Institutions liturgiques, t. 1, chap. xi.

9 Institutions liturgiques, t. 1, p. 263.

10 Institutions liturgiques, t. 1, p. 357.

11 Institutions liturgiques, t. 1, p. 265.

12 Institutions liturgiques, t. 1, p. 299.

13 Institutions liturgiques, t. 1, p. 303-306.

14 Institutions liturgiques, t. 1, chap. xii.

15 Défense des Institutions liturgiques, p. 29.

16 Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 1re partie, Le Mans, Fleuriot, 1846, p. 47.

17 Institutions liturgiques, t. 1, p. 263, p. 344-345, p. 351-352.

18 Institutions liturgiques, t. 1, p. 362.

19 Institutions liturgiques, t. 1, p. 363.

20 Institutions liturgiques, t. 3, p. 369.

21 Défense des Institutions liturgiques, p. 29 ; Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 3e partie, Le Mans, Fleuriot, 1847, p. 41.

22 Institutions liturgiques, t. 1, p. 385.

23 Institutions liturgiques, t. 1, p. 446 ; Mémorial catholique, 1er article.

24 Institutions liturgiques, t. 1, p. 436-441 ; Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 59-64.

25 Institutions liturgiques, t. 1, p. 442-445.

26 Y. Congar, « L’ecclésiologie de la Révolution française au concile du Vatican sous le signe de l’affirmation de l’autorité », M. Nédoncelle (éd.), L’ecclésiologie au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1960, p. 79.

27 Voir E. Préclin, Les jansénistes du XVIIIe siècle et la Constitution civile du clergé. Le développement du richérisme. Sa propagation dans le bas-clergé 1718-1791, Paris, Librairie universitaire Gamber, 1929, p. 186-197.

28 Défense des Institutions liturgiques, p. 24, p. 56-65.

29 Institutions liturgiques, Le Mans-Paris, Fleuriot/Sagnier et Bray, 1841, t. 2, p. 114-126, p. 769-784 ; Mémorial catholique, 3e article et 4e article. Sur Santeul, voir J. Duron, « Les “paroles de musique” : quelques réflexions sur la poésie religieuse néo-latine en France sous le règne de Louis xiv », J. Duron (éd.), Plain-chant et liturgie en France au XVIIe siècle, Paris, Centre de musique baroque de Versailles, Klincksieck, 1997, p. 125-184.

30 Institutions liturgiques, t. 2, p. 434-435, où il cite le cas de l’abbé Lebeuf d’Auxerre ; Institutions liturgiques, t. 3, p. 261-262.

31 Institutions liturgiques, t. 2, p. 125.

32 Institutions liturgiques, t. 2, p. 331.

33 Institutions liturgiques, t. 2, p. 585.

34 Institutions liturgiques, t. 2, p. 303.

35 Défense des Institutions liturgiques, p. 31.

36 Mémorial catholique, 1er article ; il définit l’Encyclopédie « comme une Babel superbe », Défense des Institutions liturgiques, p. 31.

37 Institutions liturgiques, t. 3, p. lvii-lviii ; Institutions liturgiques, t. 3, p. lix-lxiii.

38 Institutions liturgiques, t. 3, p. 471 ; Défense des Institutions liturgiques, p. 34-42, p. 77.

39 Institutions liturgiques, t. 2, p. 652.

40 Institutions liturgiques, t. 2, p. 272, p. 654.

41 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 69 ; Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 3e partie, p. 42.

42 Institutions liturgiques, t. 2, p. 668.

43 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 69.

44 Défense des Institutions liturgiques, p. xiii.

45 Institutions liturgiques, t. 2, p. 668 ; Institutions liturgiques, t. 3, p. lxx-lxxiii. Les moines de Solesmes ni ne récitent le Pro rege nostro au canon de la messe ni ne chantent le Domine salvum, P. Guéranger, Mémoires autobiographiques, p. 278.

46 Défense des Institutions liturgiques, p. 135.

47 Institutions liturgiques, t. 2, p. 587.

48 Institutions liturgiques, t. 2, p. 723-739.

49 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 46-47 ; « En vertu des libertés gallicanes, l’État gouverne l’Église ; les évêques et les prêtres sont des fonctionnaires comme les gardes champêtres », Coup d’œil sur la liturgie et sur celle de Lyon en particulier, 1854, p. 22.

50 Thème cher aux mennaisiens : L. Le Guillou, L’évolution de la pensée religieuse de Félicité Lamennais, Paris, Armand Colin, 1966, p. 109, p. 116, p. 344.

51 Défense des Institutions liturgiques, p. vii-viii ; il revendique les bénéfices de la charte de 1830 dans Défense des Institutions liturgiques, p. xii.

52 Institutions liturgiques, t. 3, p. iv ; Défense des Institutions liturgiques, p. 33 ; Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 3e partie, p. 94-101.

53 Institutions liturgiques, t. 2, p. 441 ; Institutions liturgiques, t. 3, p. xv-xvi ; Défense des Institutions liturgiques, p. 88-91.

54 Institutions liturgiques, t. 2, p. 694-696 ; Défense des Institutions liturgiques, p. 90.

55 Institutions liturgiques, t. 3, p. 71-74.

56 Institutions liturgiques, t. 1, chap. ii.

57 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 28.

58 Défense des Institutions liturgiques, p. 111 ; Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 1re partie, p. 66.

59 Institutions liturgiques, t. 2, p. 430.

60 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 22.

61 Institutions liturgiques, t. 2, p. 723-739 ; Institutions liturgiques, t. 3, p. 75. Voir aussi le sermon prononcé en 1831 par le jeune abbé, dans lequel il mentionne allusivement les révoltes belge et polonaise : P. Guéranger, Mémoires autobiographiques, p. 143. Le sulpicien Pierre-Denis Boyer dans son Histoire de l’hérésie constitutionnelle qui soumet la religion au magistrat, depuis Luther jusqu’en 1830 (1840) s’attarde longuement sur la situation des catholiques dans l’empire russe. Voir aussi l’Histoire, dogmes, traditions et liturgie de l’Église arménienne orientale, Paris, Frank, 1855, qui semble relever d’une commande du gouvernement russe.

62 Institutions liturgiques, t. 2, p. 718.

63 Institutions liturgiques, t. 2, p. 679-692.

64 Institutions liturgiques, t. 2, p. 716.

65 Institutions liturgiques, t. 3, p. 450-451.

66 Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 1re partie, p. 35 ; Institutions liturgiques, t. 3, p. iii.

67 Institutions liturgiques, t. 3, p. iv ; Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims p. 29, 121 ; Défense des Institutions liturgiques, p. viii. Elle est « comme un rempart puissant de l’unité catholique », écrira Mgr Parisis, De la question liturgique. État de la question au 1er janvier 1846, Paris, A. Sirou, 1846, p. 48.

68 Nouvelle défense des Institutions liturgiques, 2e partie, p. 3.

69 Institutions liturgiques, t. 3, p. i.

70 Institutions liturgiques, t. 3, p. ii.

71 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 136-137.

72 Institutions liturgiques, t. 3, p. 74.

73 Institutions liturgiques, t. 3, p. 76.

74 Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p. 137 ; Défense des Institutions liturgiques, p. xiii. L’image des exilés de Babel qui retrouvent à Saint-Pierre de Rome « l’unité de langage et de pensée » se trouve aussi dans l’Histoire universelle de l’Église catholique de l’abbé Rohrbacher, cité dans R. F. Costigan, Rohrbacher and the Ecclesiology of Ultramontanism, Rome, Università Gregoriana, 1980, p. 185.

75 Circulaire de Mgr Parisis, évêque de Langres, 15 octobre 1839, voir annexe IV.

76 Sur ce point, voir M.-H. Deloffre, Confesser l’Église. Introduction à l’ecclésiologie de dom Guéranger, Solesmes, éditions de Solesmes, 2006, p. 81-85 et p. 188-190.

77 Voir l’exemple de la Bretagne, restée fidèle à la liturgie romaine au XVIIIe siècle, Institutions liturgiques, t. 2, p. 670-674 et Lettre à Mgr l’archevêque de Rheims, p 25-26. Voir M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 236 et « Langue céleste et langue régionale au XIXe siècle », Religion et modernité, France XIXe-XXe siècles, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 221-230.

78 J.-Y. Hameline, « Le son de l’histoire. Chant et musique dans la restauration catholique », La Maison-Dieu, no 131, p. 22. B. Anderson, dans L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte/Poche, 2002, p. 52, souligne la caractère universaliste mais spécifiquement religieux du latin dans l’Europe moderne.

79 J.-B. E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire, tome 8 de l’Encyclopédie théologique publiée par Jacques Paul Migne, Petit-Montrouge, 1844, col. 700-704.

80 L. Le Guillou, op. cit., p. 102.

81 P. Guéranger, Mémoire sur la question de l’Immaculée-Conception de la très Sainte Vierge, Paris, Lanier/Lecoffre, 1850.

82 O. Rousseau, Histoire du mouvement liturgique. Esquisse historique depuis le début du XIXe siècle jusqu’au pontificat de Pie x, Paris, Cerf, 1945, p. 7.

83 « L’Église de Jésus ressuscité organise en ces jours, et qui doit s’étendre dans le monde entier, est une société véritable et complète. Elle doit donc renfermer en son sein un pouvoir qui la régisse, et qui, par l’obéissance des sujets, maintiennent l’ordre et la paix », explique dom Guéranger dans L’Année liturgique, cité par M.-H. Deloffre, op. cit., p. 101. Dom Guéranger est nommé consulteur de la sacrée Congrégation du Saint-Office en 1852, et de la Congrégation des Rites.

84 Y. Congar, art. cit., p. 90.

85 « L’Église, ou l’ensemble des fidèles qui professent la vraie Religion, est une société visible », cité dans Ph. Boutry, « Une théologie de la visibilité. Le projet zelante de resacralisation de Rome et son échec (1823-1829) », M.-A. Visceglia et C. Brice (dir.), Cérémonial et rituel à Rome (XVIe-XIXe siècle), Rome, École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 231, 1997, p. 349. Voir aussi M.-H. Deloffre, op. cit., p. 185-188.

86 S. H. de Franceschi, « Approches de la romanité ecclésiale du Concile de Trente au Syllabus. L’idée romaine dans la définition de l’Église : parcours d’une interrogation critique », H. Multon et C. Sorrel (dir.), L’idée de Rome : pouvoirs, représentations, conflits, collection Sociétés, religions, politiques, Université de Savoie, 2006, p. 55-59.

87 Cet aspect a été étudié par H. Multon, « Les temps sont proches ». Prophétisme politique et culture apocalyptique dans le catholicisme français et italien (1859-1878), université Paris 12, 2002, 3 volumes et J. Marx, Le Péché de la France. Surnaturel et politique au XIXe siècle, Bruxelles, Espace de libertés, coll. « Laïcité », 2005, 441 p.

88 Notions empruntées à Ph. Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, p. 641-649.

89 C. Savart, « Vie spirituelle et liturgie au XIXe siècle », La Maison-Dieu, no 69, 1962, p. 72.

90 D’où le recours à l’argument majoritaire : sur les 900 diocèses de la catholicité, au moins 750 suivent la liturgie romaine, selon P. Guéranger, Nouvelle Défense des Institutions liturgiques, 2e partie, p. 28.

91 Dom Guéranger dans L’Année liturgique, cité par M.-H. Deloffre, op. cit., p. 101.

92 Discours synodal de Nevers, 26 juillet 1843, cité dans Dissertation sur la légitimité des missels et bréviaires de France et sur le droit de liturgie, fol. 70-71.

93 A. des Mazis, « La vocation monastique de dom Guéranger. Milieu et influences », Mélanges dom Guéranger. Histoire, liturgie, spiritualité, Solesmes, éditions de Solesmes, 2005, p. 60 ; A. Schilson, « Rinnovamento dallo spirito della restaurazione. Uno sguardo all’origine del movimento liturgico in Prosper Guéranger », Cristianesimo nella storia, vol. xii/3, 1991, p. 594-598 ; M.-H. Deloffre, op. cit., p. 157-174.

94 Il est significatif à cet égard que dom Guéranger, dans ses Mémoires autobiographiques rédigées à partir de 1860 et destinées à la communauté de Solesmes, reproduisent intégralement les quatre lettres que Lamennais lui a adressées entre février et décembre 1829, op. cit., p. 101-105, p. 119-120. Nous rejoignons sur ce point l’analyse d’E. Sevrin, Dom Guéranger et La Mennais. Essai de critique historique sur la jeunesse de dom Guéranger, Paris, Vrin, 1933, p. 7 et sq.

95 Encore que l’Église romaine serait davantage une « matrie », puisqu’elle est l’Épouse du Christ, la Mère et Maîtresse de toutes les autres Églises. Cette conception est très présente dans l’œuvre de dom Guéranger : J.-Ph. Lemaire, « Des quatre essais inachevés de dom Guéranger sur l’Église », Mélanges dom Guéranger, op. cit., p. 468, et M.-H. Deloffre, op. cit., p. 1, p. 52.

96 J.-P. Duteil, « La “querelle des rites” au cœur des disputes religieuses des XVIIe et XVIIIe siècles », Mélanges de Sciences religieuses, université catholique de Lille, 2004, vol. 61, p. 59-73.

97 Cité dans Institutions liturgiques, t. 3, p. 131.

98 Un seul exemple, la lettre de l’abbé Bresselle, desservant de Mazinghem (Pas-de-Calais), du 13 janvier 1844, reproduite dans M. Launay, Le ciel et la terre. L’Église au village (XIXe siècle), Paris, Cerf, 2009, p. 197-198.

99 J.-B. E. Pascal, Origines et raison de la liturgie catholique en forme de dictionnaire, col. 827.

100 Circulaire de Mgr Parisis, évêque de Langres, 15 octobre 1839, annexe IV ; « Les changements si fréquents dans notre siècle nous inspirent ordinairement d’anxiété et de tristesse, malgré les beaux noms de réforme et de progrès sous lesquels on cherche à dissimuler leurs périls » : Mgr Caverot, dans sa Lettre pastorale et mandement pour l’établissement de la liturige romaine dans son diocèse de Saint-Dié, 1854, p. 4.

101 Mandement de Mgr l’évêque de Bayeux et Lisieux sur la liturgie romaine, imprimerie Delarue, 1862, p. 7

102 Instruction et mandement de Mgr l’évêque de Blois pour le rétablissement de la liturgie romaine dans son diocèse, Paris, Lecoffre, 1853, p. 70.

103 Voir J.-Ph. Lemaire, « Des quatre essais inachevés de dom Guéranger sur l’Église », Mélanges dom Guéranger, p. 445-504, ce qui fait dire à M.-H. Deloffre, op. cit., p. 195 que pour dom Guéranger, la liturgie exprime une ecclésiologie.

104 Corollaire de l’importance de la notion de magistère au XIXe siècle : Ph. Boutry, « Papauté et culture au XIXe siècle : magistère, orthodoxie et tradition », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 28, 2004/1, p. 32.

105 Idée reprise d’un auteur goûté par les mennaisiens : « Il n’est aucune preuve plus convaincante de l’antiquité, de la perpétuité, de l’immutabilité de la foi catholique, non seulement touchant les dogmes contestés par les protestants, mais à l’égard de tout autre point de croyance », Dictionnaire de théologie par l’abbé Bergier, édition enrichie […] par Mgr Gousset et augmentée d’articles nouveaux par Mgr Doney, Besançon, Outhenin-Chalandre, 1844, t. 4, p. 78.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540