Version classiqueVersion mobile

Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Claude Nières

1re partie. Les villes bretonnes

Chapitre V. Les mouvements de populations

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

L'émigration vers les villes

  • 1 Bien que ce déficit démographique ait été remis en cause, il semble cependant nettement établi par (...)
  • 2 Sur cette question, J.-C. Perrot, op. cit. Cet auteur parle de « phénomène de cristallisation mill (...)

1Les populations urbaines, plus âgées que celles des campagnes, aux mariages plus tardifs, aux taux de natalité plus faibles, ne pouvaient se maintenir et surtout s'accroître sans un apport extérieur1. D'évidence, les phénomènes migratoires n'avaient pas la même importance ici et là, selon l'évolution démographique des villes mais existaient partout, à des niveaux différents, reposant sur des habitudes de déplacements anciennes2. La création de villes nouvelles, la brusque expansion de villes anciennes, vint sinon bouleverser, tout au moins modifier ces cheminements, des bassins démographiques installés depuis des siècles.

  • 3 1192 en 1813, 1560 en 1831.
  • 4 Jarnoux, Registres paroissiaux - Guémené.
  • 5 Sur cette question, Maryse Rozat, « Les échanges de population entre villages voisins : le cas d’A (...)
  • 6 48,34 % des mariages entre Guémenois (38,28 % des hommes, 59,13 % des femmes) ; jusqu’à 10 km : 26 (...)

2Guémené, petite ville de l'intérieur, avait 1145 habitants en 1696, 1500 en 1770 (Ogée) et en 1790 seulement 12663. Ville stagnante comme beaucoup de cités bretonnes, elle s'accrut de 11 % pendant la première moitié du siècle, de 7,2 % de 1739 à 1777, et resta à peu près stable de 1777 à 1790, avec 1,4 % en 36 ans4. Les immigrants arrivaient de six paroisses proches : Locmalo, Ploërdut, Lignol, Séglien, Lan-goëlan et Persquen. Ensemble, elles fournissaient 24,33 % des arrivants, mais Locmalo et Ploërdut 60 % des six. En fait, la part de ces six villages s'accrut au cours du siècle de 15 à 20 % à 20-30 à la fin. Quelques Guémenois allaient se marier (1,79 %) à Locmalo, contre 5,88 % à l'inverse, 0,47 % à Ploërdut contre 6,54. Très peu s'y installaient (15 % des mariés à Locmalo, 20 % à Ploërdut). Ces mêmes paroisses puisaient elles-mêmes des migrants dans un rayon de 10 km : 25,95 % à Locmalo et 19,30 % à Ploërdut. Ces migrants proches constituaient l'immense majorité des étrangers, 90 à 95 %5. Au-delà des 10 km, Guémené connaissait la concurrence de trois autres villes : Rostrenen, Le Faouët et Pontivy, ainsi que d'un gros bourg : Gouarec. Au Nord, Rostrenen et Gouarec limitaient sérieusement l'influence de Guémené : Lescouët à 12 kilomètres n'envoya que peu de personnes, Plélauff, un homme en 50 ans. Faut-il voir ici l'influence de l'usement de Cornouaille plus avantageux que celui de Rohan ? Le Cointy, entre le Faouët et Guémené partage en deux parties égales cette région. À l'Est, se trouve Pontivy plus attractive, s'étendant jusqu'à Cléguérec, Malguénac et Guer. Guémené possédant des marchés et plusieurs juridictions, les marchands, les artisans et les officiers constituaient 60 % des migrants arrivant des régions plus lointaines. Au-delà des 30 kilomètres, peu de gens venaient s'y marier : 58 en provenance des autres régions bretonnes, 38 d'autres provinces, 5 étrangers tous militaires, venus là au hasard des déplacements de leurs régiments (59,61 % des régnicoles dont 12 % de Bretons étaient aussi des soldats). Un tiers d'entre eux s'y installa6. Guémené met en évidence deux caractéristiques reconnues des migrations urbaines : le déséquilibre entre emigrants et les immigrants et l'inégale origine géographique des nouveaux arrivants : inégale au fur et à mesure que l'on s'éloigne, inégale à l'intérieur des zones. Pourtant comparée à d'autres villes, Guémené semble avoir connu un fort mouvement migratoire en contradiction avec le caractère apparemment somnolent de cette agglomération. de 1700 à 1730, 72,62 % des époux de Saint-Sauveur de Rennes provenaient de cette paroisse et 69,78 % de la ville. Mais 69,12 % des mariages se faisaient au domicile de la conjointe. Sur10, 21 % de migrants, 79 % étaient des hommes. À Vitré, 87 % des époux y étaient domiciliés et 96 % des épouses : 91,5 % des Vitréens se mariaient entre eux.

Langues en Bretagne

Langues en Bretagne

Origine diocésaine des conjoints à Rennes (d’après Philippe Jarnoux)

Origine diocésaine des conjoints à Rennes (d’après Philippe Jarnoux)
  • 7 Taux de mortalité à Saint-Malo de 1701 à 1750 : 29,24 Saint-Servan de 1700 à 1744 : 24,91. de 1751 (...)

3Saint-Malo, ville maritime, nous présente une image différente entre 1751 et 17907.

  • 8 J. Delumeau, « La démographie de Saint-Malo entre 1651 et 1800 », ASM, 1969 et Démographie d’un po (...)

4D'une part, nous constatons une immigration masculine largement supérieure à la féminine, et d'autre part le nombre faible de mariages entre Malouins. Il y a dans cette ville un accroissement naturel alors que la population diminue et que nombre d'étrangers s'installent. Il exista donc une émigration malouine importante8.

  • 9 Le Prohon, Histoire de Brest, ch. IV p. 65 et suiv.

5La croissance très rapide de Brest à la fin du xviie siècle ne put se faire sans un fort apport étranger. Rappelons que la population passa entre 1640 et 167, de quelque 1 500 à 15 000 à la fin du règne de Louis XIV. Jean Leprohon a étudié l'origine de ces citadins, dans la période de forte expansion, c'est-à-dire jusqu'en 1697, puis dans celle plus calme allant jusqu'en 17209. Partant des actes de mariage, il trouvait en 1669-1670, 47,33 % des conjoints originaires de la ville, 38,46 % arrivant de Bretagne, 13,38 du reste de la France et 0,34 % d'étrangers (en particulier des Britanniques). Les Finistériens, les plus nombreux, provenaient de Léon et de Cornouaille. Des hommes arrivaient du littoral nord (2,78 % de l'évêché de Saint-Brieuc, 3,32 % de celui de Tréguier, 1,30 % de Saint-Malo) et même de la lointaine région doloise (0,40 %). Les régions méridionales fournissaient moins d'immigrants : Nantes, 0,46 %, Vannes, 1,38 %. La création de l'arsenal fit venir pour y travailler des cadres et des travailleurs qualifiés, les activités maritimes militaires y attiraient des marins de toutes origines. Dans la mesure où les migrants arrivaient de toutes les régions de la Bretagne, la situation des villes voisines mérite d'être rappelée : Pont-l'Abbé perdit des habitants, Landerneau stagna, mais les populations de le Faouët, de Pont-Croix, et de Lesneven augmentèrent, ainsi que celles de le Faou et Châteaulin, à des niveaux très différents, le Faouët et Châteaulin au-dessus de la moyenne de croissance des villes, les autres au-dessous.

  • 10 G. Le Bouëdec, Les mutations d’une ville maritime du xviiie au xixe siècle Lorient, Thèse pour le (...)
  • 11 A.M. Lorient, 2 E 31 (B.M.), 2 E 32 (S.)

6En ce qui concernait Lorient, Gérard le Bouëdec nous fournit des résultats précis10. Une majorité de Bretons venus des paroisses et pays avoisinants peupla la ville, des immigrants complétèrent en provenance (comme pour Brest) des autres généralités et des pays étrangers. En 1752, l'on dénombrait 183 mariages11. Sur 348 mariés dont nous connaissons l'origine, 314 étaient originaires de Bretagne (90,22 %) dont 151 de Lorient (48.08 %) et 83 (26.43 %) du Morbihan. Les autres provinces fournissaient, 8,63 %, et les pays étrangers, 1,24 %. Très peu de mariés provenaient des autres grandes villes : 7 hommes et 5 femmes de Saint-Malo, 4 H. et 1 F. de Nantes, 3 H. et 1 F. de Rennes. Remarquable aussi, l'origine sur une bande Sud/Nord de la plupart des mariés, il convient d'ajouter le Finistère, région d'apparence paradoxale étant donné la présence de Brest si l'on ne se souvenait des relations étroites des deux villes en matière militaire.

7L'on peut comparer avec les villes proches : Port-Louis et Hennebont.

  • 12 Marie Bérengère Jeannes, Études sociale et démographique de Concarneau et de deux paroisses voisin (...)

8Dans une ville comme Concarneau, la part des mariages locaux crût de 1720/1729 à 1780/1789, passant de 68 % à 85 % pour un nombre de mariages déclinant, de 199 à 137. Dans cette ville où l'on parlait français on se mariait peu avec des habitants des paroisses avoisinantes : à Lanriec paroisse proche sur 117 mariages, 4 seulement avec des Concarnois, même situation à Melgven. La part de la sénéchaussée passa de 6 % à 1 % entre le début et la fin du siècle12.

Les migrations temporaires

Les migrations accidentelles

9Il s'agit ici de mouvements de populations plus ou moins importants liés à une catastrophe. Ce fut le cas à Rennes après l'incendie de 1720 et concerna des milliers de personnes. Partout ailleurs, les mouvements de population furent réduits aux habitants d'un quartier, (Fougères), voire d'une rue.

Les migrations forcées

  • 13 A. Corvisier, « Service militaire et mobilité géographique au xviiie siècle », ADH, 1970, p. 185-2 (...)
  • 14 AN. Marine, 3 P 3 / 10, Par exemple les ouvriers de Locmaria servant à Brest (1776-1785).
  • 15 de 1756 à 1764, 2 500 matelots du Quartier de Saint-Malo, 1 000 de celui de Vannes, 3 000 des autr (...)

10Les mariages ne garantissent pas l'installation définitive dans une ville, mais il est des déplacements dont l'on sait qu'ils sont par nature provisoires, même s'ils peuvent entraîner un attachement plus important. Il en était ainsi des soldats qui, tous les ans, par des routes bien connues, venaient prendre leurs quartiers. Ils traversaient les mêmes bourgs, s'installaient dans les mêmes régions. Responsables de quelques enfants illégitimes, il leur arrivait aussi d'y contracter des mariages. Les registres paroissiaux des villes et bourgs concernés nous en laissent des traces multiples13. Nous pouvons aussi rapprocher ces déplacements de ceux qu'entraînait le service des classes. Depuis la fin du xviie siècle des milliers de travailleurs et de matelots allaient, en plus ou moins grand nombre selon les besoins, dans les ports de la Royale, à Brest bien sûr, mais pas seulement14. À Lorient, les emplois à l'arsenal oscillaient de 1000 à 2500 personnes. En 1752, 2780 s'y embarquèrent sans compter les soldats15.

  • 16 AD. 35, C 1278. F. Lebrun, Les enfants trouvés en Anjou au xviiie siècle.
  • 17 En 1775, 9,52 % des enfants furent placés en nourrice, 19,18 %. en 1777, 33,82 % en 1778, 15,42 % (...)
  • 18 En 1785, l’on transféra 34 filles vénériennes de Brest à Rennes où l’on expérimentait les méthodes (...)
  • 19 AD. 35, 1 F 297.

11Tous ces gens se déplaçaient contraints par l'armée de terre ou la Royale. Beaucoup moins importants, les concentrations des enfants trouvés, des prisonniers, des galériens dans la seconde moitié du siècle. Certes, il ne s'agissait que de quelques centaines de personnes, mais Rennes devint au cours du xviiie siècle, le lieu de placement des enfants trouvés et des pauvres, Brest, le bagne que l'on sait. Depuis 1650, tous les enfants de moins de 10 ans de Haute-Bretagne étaient envoyés à l'hôpital de la Santé, plus âgés ils allaient à Saint-Yves. Il y avait en permanence dans ce dernier établissement, 140 enfants installés dans deux salles. Ce ne fut qu'en 1750, que l'on construisit grâce à une donation particulière, l'hôpital des enfants trouvés16, alors le seul en Bretagne. En fait, il n'ouvrit totalement qu'en 1773. Rennes devint alors un lieu de concentration : « la majeure partie des habitants de la province a fait de Rennes le rendez-vous de presque tous les pauvres de la Bretagne et surtout des évêchés de Saint-Malo, de Saint-Brieuc et de Tréguier [...] d'où on amène les enfants17 ». Il y en avait 160 à cette date, 645 en 1786 dont 236 à l'hôpital général. de là, on les redistribuait en partie à la campagne surtout les enfants en nourrice. La part de ces enfants crût très fortement de 1775 à 1786. Les femmes débauchées, ou malades, en particulier les vénériennes, se retrouvaient dans les hôpitaux18 ou les couvents spécialisés, tel celui de La Trinité de Rennes qui s'occupait des filles débauchées mais aussi de celles enfermées par voie de justice ou sur ordre du Roi. Quelques-unes, une soixantaine, pouvaient trouver un refuge « volontaire » au Bon Pasteur19.

Les migrations professionnelles

  • 20 AD. 35, Amirauté Saint-Malo, 9 B.

12Les activités de la pêche, du commerce drainaient vers les ports bretons tous ceux qui allaient s'embarquer ou cherchaient à le faire. Nous l'avons vu, dans la plupart des villes maritimes, le nombre de personnes exerçant des métiers de la mer n'était pas considérable, qu'il s'agisse de ports de pêche ou de villes plus tournées vers le commerce telles Morlaix, Vannes ou Quimper. Il fallait donc que les marins vinssent d'ailleurs et d'abord de paroisses avoisinantes : le fait se constate aisément d'après les registres des rôles, de l'Amirauté de Saint-Brieuc, ou de Saint-Malo20.

Embarquements morutiers à Saint-Malo (1730)

Embarquements morutiers à Saint-Malo (1730)

Embarquements malouins

Embarquements malouins

13Nous constatons de fortes variations aussi bien dans le nombre des hommes embarqués que dans les secteurs d'emplois. Il en était de même à Lorient, sur 2780 hommes embarqués en 1752, 21 % habitaient la ville, nous connaissons l'origine d'une partie des autres.

  • 21 A. Marine, Lorient, 1 P 253, 308.

Origine des matelots embarqués à Lorient (175221)

Origine des matelots embarqués à Lorient (175221)
  • 22 J. Meyer, L’armement nantais au xviiie s., p. 145, 446.
  • 23 Bâtiment de 300 tx, 42 c., équipage de 210 hommes.
  • 24 0. Veron, Le commerce de Saint-Malo dans les mers du Sud en 1715, DES. 1964, Rennes. A. Lespagnol, (...)

14186 personnes de qualification différente demandèrent à embarquer en 1751-1752 et 1753 : 37 originaires de Lorient, 102 du Morbihan (54,83 %) dont 82 de la zone côtière proche, et 20 de l'intérieur (10,75), 36 des autres régions bretonnes (19,35), du reste du royaume, 4 de l'étranger ; l'origine des autres est inconnue. À Nantes, 47 774 hommes embarquèrent de 1735 à 174522. Il est inutile d'insister sur les longues absences des marins partis pour l'Orient ; ils ne retournaient chez eux qu'au bout d'un an au minimum. Ceux qui se lancèrent dans l'aventure des Mers du Sud purent être amenés à faire le tour du monde. Tel l'équipage de La Princesse qui, parti de Brest le 22 mars 1708, ne rentra à La Rochelle que le 7 septembre 171523. Durée exceptionnelle, habituellement les bâtiments revenaient au bout de deux ou trois ans24. Les terre-neuvas, les pêcheurs sur les bancs étaient retenus loin de chez eux quelques mois, plus longtemps ceux qui faisaient le détour espagnol ou méditerranéen : 15 bâtiments s'en allèrent le 15 avril 1769 du Légué, de Pontrieux et Le Binic, quatre ne revinrent que le 27 novembre 1770 et deux plus tard encore, sans que nous connaissions la date exacte de leur retour. En 1770, 17 terre-neuviers quittèrent ces ports (entre le 3 et le 6 avril) ; les désarmements s'échelonnèrent jusqu'au 20 avril 1773. Ce qui semble prouver d'une part qu'ils s'adonnèrent à d'autres activités que la pêche et d'autre part que le temps moyen théorique recouvre des réalités bien différentes.

15Même la pratique du cabotage pouvait entraîner de longues absences. Le Saint-Louis, 40 tx, armé à Saint-Brieuc pour le petit cabotage à la part, partit de Bréhat (sur lest) pour Bordeaux le 23 mars 1768. Il en revint pour repartir à La Rochelle, le 7 avril, d'où il se rendit à Marennes (15 mai) pour charger du sel à destination de Caen. Il s'arrêta à Port-Louis et en sortit le 19 mai pour la côte normande, d'où il cingla le 10 juin (sur lest) vers La Rochelle. On le retrouve à Port-Louis le 4 juillet, puis à Fécamp le 30 août, enfin à Rouen où il prit du salpêtre. Il repasse à Bréhat en allant à nouveau à Port-Louis et de là à Rouen, le 22 novembre. Il resta dans ce port jusqu'au 1er janvier 1769 et après de courtes escales à Pontrieux et Pouliguen ne revint à Bréhat que le 30 janvier. Armé à Saint-Brieuc le 12 janvier 1768, désarmé le 15 février 1769, sa campagne avait duré 13 mois et 3 jours. Nous pourrions multiplier les exemples ; sur 15 caboteurs armés en 1768 au Légué, un seul fut désarmé la même année au bout de 10 mois et 9 jours, tous les autres dépassèrent l'année. Il est vrai, nous l'avons constaté avec le Saint-Louis, ces longs armements n'empêchaient pas au hasard des chargements le retour au pays.

  • 25 A. Marine, Brest, P. 6000, 6001 Etaples (10), Paimpol (16), Plouhon (11), Plou Bannalec (7), Ploué (...)

16Quelquefois les hommes se regroupaient sur le même bâtiment selon leur origine géographique. Ainsi les Granvillais se retrouvaient souvent sur le même navire. Par contre, La Providence, 150 tx, armé à Paimpol, comprenait 7 officiers et 44 officiers mariniers et matelots, plus 15 novices et 7 mousses originaires de 12 agglomérations et paroisses différentes25.

  • 26 AD. 35, 1 F 17.
  • 27 Lorient, marine, 1 P 277.

17Tous ces départs concernaient des hommes dans la force de l'âge. Les plus jeunes avaient 13 ans, les plus âgés 70 ans sur le Thémis26. A Lorient, sur 4 équipages, c'est-à-dire sur 183 personnes 14 avaient moins de 15 ans, 34 de 15 à 18, 38 de 18 à 20, 53 de 20 à 25, 28 de 25 à 30, 14 de 30 à 35 et 2 plus de 35. Les capitaines étaient en moyenne plus âgés, 85 avaient donc de 30 à 49 ans (35,3 %), 75 de 40 à 49 (34 %), 54 de 50 à 59 (24 %), 15, 60 et au dessus (6,7 %27).

  • 28 Brest, marine, 3 P 3/10.

18Les migrations des ouvriers des classes ressortaient à des migrations forcées et à des migrations occasionnelles selon la conjoncture. En cas de besoin les responsables des arsenaux s'adressaient aux commis des classes. Ainsi, les registres matricules des ouvriers des classes de Locmaria, Poullan, Plouaret, Douarnenez, Esquibien, Audierne, Cléden, Cap-Sizun, Plogoff, Plouhinec, Quimperlé, Trégunc, Nizon, Beuzec, et Concarneau contenaient, 235 noms (de 1776 à 178628), dont 96 charpentiers, 25 calfats, 24 tonneliers, 21 cordiers, 15 voiliers, 9 charpentiers, 4 perceurs, 2 tisserands, 2 forgerons un armurier et un menuisier. Il n'y avait à Cap-Sizun et à Cléden que les charpentiers de concernés, à Concarneau, les tonneliers, Locmaria fournissait presque tous les scieurs (20 sur 21).

  • 29 Brest, marine, 1E 505, En même temps, l’intendant demanda une rallonge de 120 000 livres sur le fo (...)
  • 30 Brest, marine, 3P 3/10.

19En 1748, la construction de huit navires créa un fort appel, de 1748 à 1750 douze bâtiments furent lancés, six Brest et six à Toulon, les commandes affluèrent jusqu'en 1752, Mais dès1751, l'on envisagea de réduire la main d'œuvre. de 1752 à 1755, il y eut débauchage à Brest : on n'employa plus d'apprentis dans la corderie et l'on renvoya 80 ouvriers en 1753. L'on prévit début 1754, d'en expédier de Brest à Lorient et le transfert de 100 ouvriers fut accepté le 23 mars tandis que 200 autres étaient réformés. Pourtant, en même temps, la mise en chantier du Terrible obligea à demander le renfort d'une trentaine puis d'une cinquantaine de charpentiers. Venus de Saint-Malo, ils restèrent à Brest jusqu'en novembre29. Les 3 500 ouvriers encore à Brest en juin 1755, étaient trop nombreux et il fallut encore licencier. Tous les inscrits n'étaient pas appelés mais quelques-uns se déplacèrent plusieurs fois, tel ce calfat de 36 ans inscrit en 1776, présent à Brest en janvier et février 1778, en mai et juin 1781, encore en février 1783. François Marie Bécamp, cordier âgé de 30 ans en 1776, fut à Brest en 1777, en 1780 et en 1782, Citons encore ce charpentier de 51 ans qui servit 9 mois en 1777, 3 mois en 1778 et mourut loin de chez lui en 1781. Malgré la proximité de Brest, les ouvriers pouvaient être envoyés ailleurs : Louis Calvez, cordier de Locmaria, âgé de 18 ans en 1776, alla à Toulon en 1778, y repartit en 1780, se retrouva à Pont-l'Abbé en 1783, Un autre travailla à Bordeaux en 1775 et 177830. Il n'y avait pas que le service à terre, ces hommes embarquaient comme ouvriers sur les bâtiments. Par exemple Nicolas Corentin Merin qui partit à 18 ans sur la Dauphine et y resta 8 mois et 18 jours en 1778. Il passa l'année 1780 à Lorient, embarqué il fut pris par les Anglais en 1781 et revint sans doute après la guerre à moins qu'il ait péri sur les pontons. On appelait la plupart de ceux qui servaient deux fois, quelquefois trois. Dans ces registres pas de trace de déserteurs, sauf peut-être ce charpentier de Plouaret qui à 44 ans fut requis en 1776, en 1778, en 1780, encore en 1782, mais cette année-là on ne le trouva pas chez lui.

Les migrations occasionnelles

20Les villes offraient quelquefois du travail à des spécialistes qu'elles faisaient venir pour exécuter des travaux particuliers. Des architectes, des ingénieurs, des fonteniers, des horlogers vinrent à Rennes au moment de la reconstruction. D'une manière générale, ces gens hautement qualifiés n'auraient pas dans la ville suffisamment de travail pour s'y installer à demeure, il s'agissait d'un faible nombre d'individus. À l'inverse, l'ouverture des grands chantiers à Rennes, à Brest, à Saint-Malo, à Lorient, fit affluer dans ces villes pour une période plus ou moins longue, des artisans du bâtiment et des centaines de simples journaliers, de pauvres gens venus là porter de l'eau, des outils, remuer la terre. Dans une certaine mesure, les ateliers de charité donnaient du travail aux gens de la ville, mais aussi à ceux des paroisses alentours. Nous connaissons ces flux de population qui accouraient en périodes de disettes et repartaient ensuite. Ils ne venaient pas pour s'y établir définitivement, simplement y chercher un secours. Quelques uns, il est vrai, séduits par la vie citadine restaient. S'ils avaient trouvé un travail satisfaisant.

Embarquements pour l’Amérique

Embarquements pour l’Amérique

Répartition des 2376 hommes pour l’Amérique (Fonds Langeron 251)

  • 31 A. Marine, Lorient, 1.P.277. En plus grand nombre, les professions maritimes ou para-maritimes : m (...)

21L'on peut rapprocher ceci du passage dans quelques villes, Nantes en particulier, de ceux qui venaient de gré ou de force s'embarquer pour les colonies, les comptoirs lointains. Les archives de Lorient conservent la liste établie le 14 novembre 1716 des engagements d'ouvriers pour l'outre mer. 488 personnes réparties en 64 métiers31.

Les migrations étrangères

  • 32 Sur cette émigration lire Jean Meyer et la thèse très récente de Patrick Clarke de Dromentin, La n (...)

22La Bretagne connut à la fin du xviie siècle deux grandes migrations, celle dite « vol des oies sauvages » liées à la répression anticatholique et celle des Jacobites. Surtout après la deuxième bataille de Limerick et les défaites de Preston en 1715 et de Culloden en 1746, ils s'installèrent sur le littoral atlantique et dans le reste du Royaume. Ces migrants en majorité aristocrates mais aussi hommes de talents, entrepreneurs, médecins, tout en gardant de forts liens entre eux marqués par des mariages endogamiques 2/3), s'intégrèrent à la société bretonne et contractèrent de riches mariages. Dés 1693, nous en trouvons à Lesneven, Josselin et Lorient, quelques uns s'installèrent à Quimperlé, tel Guillaume White médecin, à Brest, à Port-Louis, à Lorient où ils servaient la Compagnie, le plus célèbre étant Lally Tolendal, mais surtout à Saint-Malo, 14 familles (8,2 % de l'ensemble des immigrants) et à Nantes 18 (21,4 %). Ayant obtenu des lettres de naturalité et fait reconnaître avec difficultés leur appartenance au second ordre, ils contactèrent de riches mariages et des alliances solides ainsi Marie Stapledon épousa Pierre le Meheust Président de la chambre des comptes, et Edmond baron de Stapleton, la fille du comte de Lannion, En 1780, Anne Stapleton convola avec un Montaudouin à Saint-Malo. Le contrat de mariage de Anne O'Neill avec Guillaume Gros armateur Nantais stipule 100 000L et 1 M L d'apports des futurs conjoints. C'est dire que ces migrants, nombreux (100 000 pour la France, 66 % sur la façade atlantique), apportèrent aux villes où ils s'installèrent leur richesse, leurs capacités et aussi, il ne faut pas le négliger, les relations qu'ils avaient gardé avec leur pays d'origine et qui leur permirent de contourner (à quel niveau ?) les interdictions de commerce pris par les Anglais sur les laines en particulier32.

  • 33 AD. 35, C. 3300. Registre de la capitation. Registres paroissiaux de Quimper, ex. dactylographiés.
  • 34 AN. Marine, D2 22, État des Hollandais, Anglais et Écossais établis en Bretagne, J. Le Prohon, op. (...)

23La présence des non régnicoles dans les villes n'a pas été suffisamment abordée, bien qu'elle mérite quelque attention. Les travaux réalisés ne permettent pas de répondre d'une façon globale à la question concernant leur nombre et leur qualité sauf en en ce qui concerne les Jacobites. À Nantes, Jeulin souligne une tradition ancienne de relations avec les pays étrangers, Espagne, pays allemands, Hollande qui a conduit à l'installation de colonies puissantes. Nous trouvons des étrangers à Brest, à Roscoff, à Quimper33. La liste des Anglais dressée nous fournit une indication qui nous parait incomplète34. La demande des Malouins de suppression du droit d'Aubaine, montre les limites de ces installations. La Bretagne fut une terre d'accueil. Elle reçut nombre de réfugiés venus des îles britanniques, et surtout les Acadiens que nous trouvons en grand nombre à Saint-Malo et Morlaix avant qu'on ne les installât à Belle-Île. La situation de ces étrangers dépendaient de leur statut, lettres de naturalité, aubains et de circonstances politiques qui firent chasser les Anglais du Royaume en 1756.

Les migrations internes aux villes

24Faute de moyens importants, il est impossible de mesurer avec exactitude les mouvements de population qui se produisaient à l'intérieur des cités. Les registres paroissiaux ne le permettraient que pour les gens changeant de paroisse, mais pas pour ceux qui déménageaient d'un étage à un autre, d'une maison à une autre, d'une rue à une autre, dans la même paroisse, par habitude on changeait de domicile à la Saint Michel.

  • 35 T. LE GOFF, idem, 1981, p. 57.

25Seuls encore, les registres de la capitation, nous donnent les moyens de le faire. Tous les sondages, les indices les plus divers, nous conduisent à penser qu'il existait un mouvement non négligeable. Déjà T. Le Goff a montré qu'un certain nombre de citadins changeaient de domicile à Vannes35. Il a établi des moyennes annuelles par cinq années : 3,1 % de 1704 à 709 ; 1,7 % de 1733 à 1738 ; 2,7 % de 1760 à 1765 ; 1,2 % de 1783 à 1788. Sur 10000 habitants, cela parait peu de choses mais ne saurait être délaissé. Quelques exemples pris Rennes nous le confirment.

Personnes s'installant :

Personnes s'installant :

26Dans la petite rue des Fossés, nous savons que de 1777 à 1789, une famille a quitté la ville, quatre ont déménagé dans la rue même où sept familles arrivèrent (sur un total de 45) Or, parmi les arrivantes, une vint de la rue Nantaise, une de la rue Saint-Georges, deux des Douves de la Visitation, deux de la Place Saint-François, une de la Place Sainte-Anne, donc de Rennes et des rues proches. Quoique la rue des Douves fût de peu d'importance, six familles la quittèrent, quatre familles sortirent de la ville, deux y restèrent, l'une alla paroisse Saint-Georges, l'autre Bourg l'Évêque. Au même moment, treize personnes changèrent de domicile dans la rue et quinze arrivèrent des rues voisines. Bourg l'Évêque vit peu de départs : trois familles dont deux pour la ville (R. Neuve et R. de Clisson), 34 s'y installèrent, dont 20 arrivant de l'intra-muros. On peut difficilement nier l'importance du phénomène ; l'on peut certes arguer qu'il s'agissait de rues et de quartiers populaires à la population instable, mais rue d'Orléans à la population aisée, 28 familles s'installèrent, dont 27 de Rennes, venant de la vieille ville (seize), de la rue Royale (deux) et de la basse ville (neuf). À la date où, nous nous plaçons, il ne s'agit pas d'installation première dans des immeubles nouvellement construits.

27La faible capacité d'accueil des deux premières rues explique ces chiffres. L'extension connue du Bourg l'Évêque trouve ici son illustration. Si nous regardons les professions, nous constatons qu'il arrivait rarement qu'un artisan d'un métier fût remplacé par un artisan du métier. Nous ne trouvons cela que dans neuf cas sur 52 de 1760 à 1789 rue des Fossés, huit sur 82 rue du Point du Jour, davantage faubourg L'Évêque 37 sur 152 et 16 sur 113 rue d'Orléans. Par contre, des migrations dues à des changements de situations expliquent certains déménagements, de veuves en particulier dans des logis moins onéreux. Ces quelques exemples ne nous autorisent pas à généraliser mais ils montrent des mouvements que l'on a pu déceler ailleurs sans avoir la possibilité de les vérifier. Ils me semblent correspondre à une réalité urbaine indéniable.

28Nous avons examiné des déplacements de population de natures diverses, différentes, sans nous poser systématiquement la question d'une opposition entre les migrations masculines et féminines, si ce n'est à propos des migrations féminines à partir des mariages. Il s'avère qu'une grande partie de la domesticité est féminine et célibataire. Nous savons aussi qu'une partie des migrants se destinait à cet état, sans pouvoir pour autant la mesurer. Il ne me semble pas hasardeux d'imaginer une immigration féminine plus forte que celle montrée par les registres paroissiaux dans la mesure où elles retournaient dans leur village pour se marier et y mourir.

29Les déracinés du monde rural, chassés ou attirés, fournissaient des migrants peu qualifiés, pauvres, ils constituaient le monde des journaliers, des domestiques. Étaient-ils pour autant coupés de leur monde ? Beaucoup de travaux montrent le contraire, pour nombre d'entre eux (combien ?), ils trouvaient en ville une structure d'accueil, constituée d'amis, de parents, de « pays », qui favorisaient leur intégration. Certes, en Bretagne, l'obstacle de la langue la rendait plus difficile. En pays gallo, le gallèse français populaire n'était pas le parler citadin, encore moins le breton qui obligeait les communautés à faire les bannies en deux langues au moins dans les banlieues. Ce qui nous conduit à rappeler que les villes constituaient un milieu culturel privilégié et particulier.

Conclusion

30Dans le cadre politique de la Bretagne, nous constatons l'existence d'un réseau urbain dense mais dont les villes ont eu des évolutions différentes marquées par l'accroissement de la population de Nantes, Brest et Lorient, le tassement de celle de Rennes, par un taux d'accroissement urbain inférieur à celui du royaume, par une baisse de la part des villes dans la population de la Bretagne. L'étude des différentes couches de la société nous a permis de préciser leur place au sein des sociétés urbaines, celle prise par les élites de fonctions ou du négoce en concurrence, celle de groupes sociaux particuliers. Enfin, il apparaît clairement que le processus qui fait de la Bretagne littorale une région plus riche économiquement, plus peuplée, trouve ses conséquences dans les équipements sanitaires et culturels alors que la Bretagne centrale continue sa régression mais garde une présence certaine dans le domaine de l'administration. L'examen des moyens de communication (routier, fluvial, maritime) nous a montré les efforts des Bretons pour posséder des liaisons, fiables, adaptées aux besoins et complémentaires.

31Avant de chercher les raisons de ces situations, il paraît indispensable d'en trouver l'illustration et les conséquences dans l'étude physique des villes bretonnes.

Notes

1 Bien que ce déficit démographique ait été remis en cause, il semble cependant nettement établi par l’ensemble des recherches démographiques. En Bretagne, le taux de fécondité urbain était de 3,95 contre 4,30 en milieu rural

2 Sur cette question, J.-C. Perrot, op. cit. Cet auteur parle de « phénomène de cristallisation millénaire » d’origine rurale et proche. F. Lebrun, « Mobilité de la population en Anjou au xviiie siècle », ADH. 1970, p. 223-227. A.-M. Piuz, Les relations économiques entre les villes et les campagnes…, 1977, et J.-P. Poussou, « Les mouvements migratoires en France et à partir de la France de la fin du xve au début du xixe siècle… » ADH, 1970, p. 1-78 et surtout, L’immigration bordelaise 1737-1791…, 1978.

3 1192 en 1813, 1560 en 1831.

4 Jarnoux, Registres paroissiaux - Guémené.

5 Sur cette question, Maryse Rozat, « Les échanges de population entre villages voisins : le cas d’Antony et de sa couronne », ADH. 1977, p. 21-49.

6 48,34 % des mariages entre Guémenois (38,28 % des hommes, 59,13 % des femmes) ; jusqu’à 10 km : 26,89 et 21,92 (moyenne 24,33) ; de 10 à 20 km : 12,70 et 8,47 ; de 20 à 30 km : 8,08 à 6,1 ; de Bretagne : 7,25 et 3,38 (5,91) ; du reste du royaume 3,47 ; de l’étranger, 0,49 et 0,33 (0,41) ; indéterminés 13,02.

7 Taux de mortalité à Saint-Malo de 1701 à 1750 : 29,24 Saint-Servan de 1700 à 1744 : 24,91. de 1751-1760 à 1761-1770, le taux de natalité passe à St-Malo de 31,83 à 29,75 et à St-Servan de 29,45 à 28,92.

8 J. Delumeau, « La démographie de Saint-Malo entre 1651 et 1800 », ASM, 1969 et Démographie d’un port français sous l’Ancien Régime : l’exemple de Saint- Malo au 18e siècle, 1966.

9 Le Prohon, Histoire de Brest, ch. IV p. 65 et suiv.

10 G. Le Bouëdec, Les mutations d’une ville maritime du xviiie au xixe siècle Lorient, Thèse pour le doctorat d’État, 1993.

11 A.M. Lorient, 2 E 31 (B.M.), 2 E 32 (S.)

12 Marie Bérengère Jeannes, Études sociale et démographique de Concarneau et de deux paroisses voisines au xviiie siècle, Maîtrise, 1971.

13 A. Corvisier, « Service militaire et mobilité géographique au xviiie siècle », ADH, 1970, p. 185-205.

14 AN. Marine, 3 P 3 / 10, Par exemple les ouvriers de Locmaria servant à Brest (1776-1785).

15 de 1756 à 1764, 2 500 matelots du Quartier de Saint-Malo, 1 000 de celui de Vannes, 3 000 des autres quartiers bretons allèrent à Lorient.

16 AD. 35, C 1278. F. Lebrun, Les enfants trouvés en Anjou au xviiie siècle.

17 En 1775, 9,52 % des enfants furent placés en nourrice, 19,18 %. en 1777, 33,82 % en 1778, 15,42 % en 1779, 25,80 % en 1780, 71,25 % en 1786, 69,63 % en 1786. Iffendic, Talensac, Saint-Thurial, Monterfil fournissaient 1/6 des nourrices. Les autres étaient réparties dans toutes les paroisses. En 1786, 406 enfants furent placés.

18 En 1785, l’on transféra 34 filles vénériennes de Brest à Rennes où l’on expérimentait les méthodes du Sr. Keyser (BN.2365, 1758).

19 AD. 35, 1 F 297.

20 AD. 35, Amirauté Saint-Malo, 9 B.

21 A. Marine, Lorient, 1 P 253, 308.

22 J. Meyer, L’armement nantais au xviiie s., p. 145, 446.

23 Bâtiment de 300 tx, 42 c., équipage de 210 hommes.

24 0. Veron, Le commerce de Saint-Malo dans les mers du Sud en 1715, DES. 1964, Rennes. A. Lespagnol, Histoire de Saint-Malo, 1984, p. 124. 26 mois de 1701-1709, 3 ans après 1720.

25 A. Marine, Brest, P. 6000, 6001 Etaples (10), Paimpol (16), Plouhon (11), Plou Bannalec (7), Plouézec (5), Saint-Quay (5), Kity (3), Plouber et Plouenez (2 chacune), Plouguer, Guingamp, Bordeaux (1 chacune).

26 AD. 35, 1 F 17.

27 Lorient, marine, 1 P 277.

28 Brest, marine, 3 P 3/10.

29 Brest, marine, 1E 505, En même temps, l’intendant demanda une rallonge de 120 000 livres sur le fonds des ouvriers.

30 Brest, marine, 3P 3/10.

31 A. Marine, Lorient, 1.P.277. En plus grand nombre, les professions maritimes ou para-maritimes : matelots, 16 pilotes, 19 calfats, 31 maîtres canonniers, 74 charpentiers marine, 14 scieurs de long, 22 chirurgiens et celles du bâtiment, 57 maçons, 16 tailleurs de pierre, 12 charpentiers de maison, 12 menuisiers, 11 serruriers.

32 Sur cette émigration lire Jean Meyer et la thèse très récente de Patrick Clarke de Dromentin, La noblesse jacobite au service de la France au xviiie siècle, soutenue en mars 2003, à Bordeaux III.

33 AD. 35, C. 3300. Registre de la capitation. Registres paroissiaux de Quimper, ex. dactylographiés.

34 AN. Marine, D2 22, État des Hollandais, Anglais et Écossais établis en Bretagne, J. Le Prohon, op. cit. Registre des Sept-Saints : 9 mariages britanniques et 90 sépultures d’individus venus d’Outre-Manche entre 1669 et 1710.

35 T. LE GOFF, idem, 1981, p. 57.

Table des illustrations

Titre Langues en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-1.png
Fichier image/png, 11M
Titre Origine diocésaine des conjoints à Rennes (d’après Philippe Jarnoux)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-2.png
Fichier image/png, 5,1M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-3.png
Fichier image/png, 200k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-4.png
Fichier image/png, 232k
Titre Embarquements morutiers à Saint-Malo (1730)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-5.png
Fichier image/png, 839k
Titre Embarquements malouins
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-6.png
Fichier image/png, 269k
Titre Origine des matelots embarqués à Lorient (175221)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-7.png
Fichier image/png, 92k
Titre Embarquements pour l’Amérique
Légende Répartition des 2376 hommes pour l’Amérique (Fonds Langeron 251)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-8.png
Fichier image/png, 5,1M
Titre Personnes s'installant :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-9.png
Fichier image/png, 140k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11018/img-10.png
Fichier image/png, 108k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search