Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Claude Nières

1re partie. Les villes bretonnes

Chapitre II. La hiérarchie par le nombre

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le classement des villes en fonction du nombre des habitants ne doit pas masquer l'existences d'autres systèmes hiérarchiques, politique, administratif, religieux, économique, fiscal chacun répondant à un type d'intérêt. Mais il est un signe de la vitalité urbaine.

Le poids du nombre

La relative faible croissance de la population bretonne

  • 1 BN. man. fr. 8153, fo 31 mémoire Babin.
  • 2 C.-P. de Robien, Histoire ancienne et naturelle…, 1756, éd.1974 p. 70.
  • 3 Voltaire, Oeuvres de…, 1883, TXLV p. 404, lettre du 14 oct.1567 à Moreau de la Rochette.
  • 4 BN. man. Fr., 8153 f°3.
  • 5 J. Bérenger et J. MEYER, La Bretagne de la fin du xviie siècle…, 1976.
  • 6 A. Croix, ibidem, p. 152-153. En 1696 de 1 769 000 à 1 891 000.
  • 7 J.-C. Toutain, La population de La France de 1700 à 1959, 1963. J. Dupâquier, « les caractères ori (...)
  • 8 J. Dupâquier, La population française aux xviie et xviiie siècles, 1979, p. 82. 117 dans la premiè (...)

2Les contemporains portaient des jugements assez pessimistes sur la population en Bretagne. Dès 1663, l'auteur du « Profil de la Bretagne1 » décrivait une province « presque déserte et couverte de landes affreuses ». Robien au milieu du xviiie siècle le déplorait : « cette province n'est pas aussi peuplée qu'elle devrait l'être [...] son centre est rempli de landes et de terres incultes [mais] à la vérité, les approches des côtes sont assez peuplées et très cultivées2. » En 1764, un rapport signalant l'augmentation des terres incultes et inhabitées là « où croissaient du temps de Sully les hommes et les épis. », en appelle au peuplement des villes par des étrangers, afin de ralentir l'émigration paysanne vers les cités qui ainsi « consommeraient d'autant moins d'habitants de la campagne ». Nous retrouvons cette vision d'une Bretagne pauvre, déséquilibrée dans son habitat, insuffisamment peuplée, chez Voltaire qui voudrait : « pouvoir en faire encore assez [d'enfants] pour peupler toutes les landes de Bordeaux et de Bretagne qui présentent un désert déplorable, quoique susceptible de bonne culture et de productions très fertiles3 ». Pour le xviiie siècle, au-delà des chiffres différents fournis par Gallois de la Tour en 17344, le contrôleur Orry et plus tard Mirabeau, le Tableau par généralité de la population ancienne de la France montre une stagnation de la population entre 1700 et 1762, 1 655 000 et 1 660 451, et une augmentation entre 1762 et 1784 (2 276 000). Le dernier chiffre calculé à partir du nombre moyen des naissances annuelles. Les enquêtes de 1781 à 1787, font apparaître 2 291 354 personnes et un comptage effectué de 1775 à 1784, 2 296 652 habitants. Résultat, il y eut en Bretagne, entre 1775-1784 et 1784-1787, des tassements du nombre des baptêmes et un excédent des décès. Alors que les contemporains estimaient à quelques à 1 700 000 personnes le nombre des Bretons et soulignaient déjà une opposition entre l'Armor et l'Ar-coat5, Alain Croix a démontré qu'ils sous-estimaient la population bretonne qui devait compter de 1,9 à 2 millions d'individus à l'apogée du xviie siècle, soit de 9,04 % à 9,52 % de la population française si l'on accepte pour celle-ci les 21 000 000 calculés « dans le cadre des frontières actuelles6 ». Si la Bretagne comptait 2 millions d'habitants vers 1680, 2,3 millions en 1770, pour atteindre 2 350 000 personnes dans les années quatre-vingt et 2, 2 en 1790, elle aurait alors perdu 3,5 % de sa population et ne représenterait seulement 9 % de la population française (8,36 % toujours en acceptant les chiffres de l'INED : 28 100 000 Français sur le territoire actuel7). Ainsi, la population bretonne se serait seulement accrue de 21,62 % au cours du xviiie siècle, augmentation inférieure à celle de l'ensemble de la population française (32 %8). Cette population était très irrégulièrement répartie, les cartes établies par Alain Croix et Neveu à partir des chiffres fournis par Ogée le montrent, avec des prédominances littorales inégales et des îlots intérieurs. La Bretagne faisait partie des généralités ayant une densité de population supérieure à 50 habitants au km2 à la fin de l'Ancien Régime contre 40 à 50 en 1700.

La densité de la population en Bretagne, d’après le dictionnaire d’Ogée (1770)

La densité de la population en Bretagne, d’après le dictionnaire d’Ogée (1770)

La part des villes

  • 9 A. Soboul, La France à la veille de la Révolution, 1969, p. 49.
  • 10 E. Le Roy-Ladurie, La ville classique…, 1981, p. 295 et suiv.
  • 11 P. Garden, Lyon et les lyonnais au xviiie siècle, 1970, Ch. III, p. 43.
  • 12 P. Chaunu, La civilisation de l’Europe classique, 1966, p. 314. Dans ses « Réflexions sur la démog (...)
  • 13 P. Goubert, L’ancien régime, t, 1, la société.
  • 14 P. Boissonnade, Essai sur la géographie historique, 1900.

3La hausse moyenne de 1725 à 1789, estimée à 41,8 %, aurait profité selon Albert Soboul « proportionnellement plus aux villes qu'aux campagnes9 ». Emmanuel Le Roy-Ladurie partage ce point de vue : « nos villes, au xviiie croissent [démographiquement] presque trois fois plus vite que nos campagnes10 ». Mais outre la place bien faible des villes dans la population française » soulignée par Pierre Garden11, Pierre Chaunu, observe à l'inverse que le fait urbain stagnait « tout au long du xviiie siècle, sauf en Angleterre12 », et Pierre Goubert considère que : « la croissance des villes généralement inférieure à celle des campagnes, tout au moins des campagnes les moins pauvres, n'est décidément pas un fait marquant au xviiie siècle13 ». Boissonnade constatait déjà en 1900 que : « la population rurale et la population urbaine [de l'Angoumois de 1700 à 1789] s'accroissent à peu près de la même proportion », et que Angoulême était « la seule ville à progresser plus vite14 ». Positions contradictoires qui obligent à regarder de plus près ce qui se passe en Bretagne.

  • 15 Collectif, Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, 3e par tie…, 1978, p. 180. et p. 156.
  • 16 LE Lannou, op. cit. 1950, t. I p. 183 et suiv. ; Ogée, op. cit.
  • 17 M. Reinhard, « La population des villes… », Population, 1954 p. 284 et suiv. soulignait que Moheau (...)
  • 18 C. Nières, La Reconstruction…, 1972.

4Un manuel reprend l'opinion d'Albert Soboul : « Le xviiie siècle est en Bretagne celui du brutal développement des villes », « la croissance urbaine continue absorbant une bonne partie des 200 000 habitants supplémentaires de 1690 à 1789 », unique ombre au tableau : « seul Saint-Malo décline15 ». Les conditions de calcul de la population d'alors grâce aux registres paroissiaux, obligent à préciser d'emblée que l'urbanisation tardive de la Bretagne dans un cadre paroissial préétabli explique soit la faible superficie des paroisses urbaines détachées par la suite des paroisses primitives, soit leur vaste étendue qui dépasse singulièrement les limites urbaines16. Combourg, Châteaubriant, Machecoul, Rennes et Vitré se trouvaient dans ce cas. La partie urbaine de Redon ne dépassait pas 11 ha, soit 22 % du territoire paroissial. Audierne, Concarneau, Hédé, Le Faou, Pont-Croix restaient encore de simples trèves et ne devinrent paroisses et communes qu'en 1791. Port-Louis fut succursale de Riantec jusqu'en 1662, Brest de Lambezellec jusqu'en 1686 et Lorient détachée de Ploërmel plus tardivement encore (entre 1717 et 1738). Quant au Croisic, elle resta sous la dépendance théorique de Bourg-de-Batz jusqu'en 1763. Dans ces conditions, isoler la population proprement urbaine de la population rurale présente bien des difficultés17. Délimiter les paroisses urbaines n'est pas non plus aisé, en effet rares sont les documents qui nous le permettent avec certitude ou au moins avec une marge d'erreur négligeable. Calonne s'en inquiéta pour Redon. Les chiffres de population qui nous sont parvenus et les calculs ultérieurs de bien des démographes s'appuient sur les dépouillements paroissiaux. Certes, ils permettent à partir d'une source identique et pertinente de déceler des évolutions mais isoler dans la paroisse la population strictement urbaine n'est pas toujours possible. La collecte de la capitation par paroisses devrait en donner les limites. Mais ce n'est pas possible pour toutes les villes. À Rennes, l'évêque dut, après l'incendie de 1720, procéder à une nouvelle délimitation des paroisses, mais cela ne concerne que la ville haute18. Tout ceci explique quelques anomalies dans les chiffres avancés par les auteurs. Audierne passe de 1 200 à 800 habitants en enlevant ceux qui vivaient à Esquibien. Douarnenez bénéficiait de l'ajout de la population de Plouaret et des deux trêves. Ogée crédite Guérande de 1 200 habitants mais avec la population de ses cinq trêves. On ne sait pas toujours si l'Abbaye est rattachée ou non à Dol. Seuls les dénombrements postérieurs distinguent entre population agglomérée et non agglomérée. Quant aux villes jumelles, Saint-Servan et Saint-Malo, ou Recouvrance et Brest, l'on additionnait le plus souvent leurs habitants. Si nous nous reportons aux premiers dénombrements du xixe siècle, qui distinguent entre la population agglomérée au chef-lieu des agglomérations de 1 000 ou 1 500 habitants, nous constatons de grandes disparités.

  • 19 F. Lebrun, les Hommes et la Mort en Anjou…, 1971, p. 161-162.
  • 20 Des Pommelles, Tableau de la population…, 1789. A. Corvisier, « Le chevalier des Pommelles », Sur l (...)
  • 21 Soit 25 et 30. Ces multiplicateurs paraissent convenables si l’on se reporte à l’enquête de l’INED
  • 22 J.-.P. Poussou, « La population de Bordeaux depuis le xvie siècle », ADH, 1968, p. 182 critique l’ (...)
  • 23 25, peut paraître un multiplicateur faible, mais il est raisonnable compte tenu de ce que nous avo (...)

5Bien sûr, il s'agit de communes et non plus de paroisses, néanmoins, le rapport entre population agglomérée et le reste doit être pris en compte et explique les anomalies que nous avons rencontrées dans le rapprochement entre population calculée sur les baptêmes de la ou des paroisses et fonctions en particulier pour Combourg ou Guérande. Il est donc vain d'espérer que les chiffres que nous fournissons à partir du nombre des baptisés, puissent être autre chose que des approximations plus ou moins satisfaisantes. Ils n'en sont pas moins fort utiles pour déceler les évolutions. Pour éviter les incidents ou les accidents annuels liés à la conjoncture, les moyennes décennales des baptêmes mettent en évidence les grandes tendances, procédé déjà employé par François Lebrun19 et par Alain Croix. Leur autorité justifie cette démarche à laquelle avait pensé le chevalier des Pommelles20 ou Necker. Pour chaque cité, j'ai en 1987 usé de deux coefficients, établissant ainsi une fourchette, un ordre de grandeur raisonnable et employé pour tout le siècle les mêmes multiplicateurs21 quoique, le rapport entre le nombre des naissances et celui des habitants dépende de la taille de la ville et varie dans le temps22. Étant donné le poids considérable des petites villes, je privilégie ici une estimation basse avec 25 comme multiplicateur, tout en utilisant 28 pour Nantes et Rennes23.

6En prenant en compte les chiffres en notre possession, 245 531 Bretons auraient vécu dans les villes en 1696, 389 557 en 1770, 318 621 en 1774 et seulement 228 542 en 1790. Le premier chiffre correspond à une estimation basse de la population

  • 24 A. Croix, ibid. p. 151. Dénombrement de 1696 : 197 407 habitants au lieu de 275 000.
  • 25 En multipliant par 30 : 389 160 (1774). 25 peut paraître un coefficient faible, mais il est raison (...)
  • 26 Ogée, ibid. 1843. En multipliant par 30 le nombre des naissances de 1774 on obtient 389 160, chiff (...)
  • 27 F. Lebrun, « Les épidémies en Haute Bretagne à la fin de l’Ancien Régi me (1770-1789) », ADH., 197 (...)

7urbaine, le chiffre réel doit donc être majoré. de combien ? Alain Croix travaillant sur 39 villes concluait à une sous-estimation de 37,5 % pour 169624. de plus, n'ont pas été prises en compte les populations d'un certain nombre de villes : Antrain, Bécherel, la Roche-Bernard, Pont-Croix et Rostrenen. L'addition de leurs habitants donne un chiffre qui ne devrait pas excéder 6 000. En 1770, nous sommes au sommet de la progression de la population urbaine bretonne. Pour 1774, il s'agit là d'une estimation obtenue en multipliant le nombre des naissances par 2525, les villes qui nous échappent sont moins nombreuses que dans le cas précédent : Jugon, Matignon, Rochefort, Rohan, Rosporden et Saint-Servan. Nous sommes en présence de deux possibilités : soit la population urbaine a augmenté de 144 026 personnes entre 1696 (chiffres non corrigés) et 1770, soit nous appliquons la correction sur le chiffre de 1696 et l'augmentation tombe à 51 952. Dans le premier cas nous avons un taux de progression de 58,65 %, dans le second de 15,38 %. Les mêmes calculs par rapport à 1774, donnent 29,76 et -5,63. En additionnant les populations supposées des villes manquantes, le total des populations urbaines en 1790 ne devrait pas dépasser 370 000 personnes et être inférieur à 350 000. Le nombre des citadins calculé à partir des chiffres fournis par Ogée (383 77026) paraît un peu fort, avant qu'une crise démographique ne vienne diminuer le nombre des Bretons, citadins et ruraux : « De 1770 à 1787, le nombre des décès pour l'ensemble de la Bretagne l'emporte sur les naissances d'un peu plus de 100 00027 », seule partie du royaume où la population diminue au cours du règne de Louis XVI.

Rapport entre population agglomérée et population de la commune

Rapport entre population agglomérée et population de la commune
  • 28 A. Croix, idem, F. Lebrun l’estimait à 15 % vers 1660, « La démographie de la France sous l’Ancien (...)
  • 29 P. Chaunu, idem, 1966 ; F. Braudel, Civilisation matérielle, 1979, t.1. J.-P. Poussou, A. Lottin, (...)
  • 30 J. Dupâquier, idem 1979. J. Meyer, Etudes sur les villes, France, 1983, ch. II, donne 18,8 % fin x (...)

8La population urbaine représentait pour Alain Croix 15,3 % de la population bretonne à la fin du xviie siècle, en prenant en compte 39 cités28. Si l'on se réfère aux 42 cités députant aux États, nous obtenons 14,34 % en 1780, soit une perte d'un point. Si nous calculons en tenant compte de l'ensemble des villes étudiées, nous obtenons en données non corrigées 342 132 urbains. Dans l'estimation haute de 1770, la part citadine est de 15,99 %, elle descend à 13,9 % en 1774. Pour 1790, elle varie entre 15,21 % (hypothèse basse raisonnable) et 16,30 % (375 000 urbains). Dans tous les cas, il y a baisse du nombre des citadins par rapport au nombre des ruraux au cours du xviiie siècle. Cela confirme l'évolution décelée en tenant compte d'un nombre restreint de cités. Or pendant la même période, Lorient naît et Brest se développe rapidement. de toutes ces données tirons trois constatations : l°/ Son poids urbain situe la Bretagne parmi les régions bien urbanisées d'Europe29. Il est peut-être au début du xviiie siècle égal ou supérieur à ce que nous rencontrons dans le royaume. À la fin de notre période, il a diminué au mieux de trois points, au pire de six. 2°/ Si nous nous reportons aux taux d'urbanisation fournis à titre d'hypothèse par J. Dupâquier30 : 18,26 % en 1675, 15,62 % en 1705, 18,03 % en 1735 avec une pointe de 20,4 % en 1725-1726, et 20 % à la veille de la Révolution, l'évolution urbaine bretonne serait atypique, inverse de l'évolution générale. 3°/ L'écart entre les villes les plus importantes et moyennes ou petites s'est accentué.

  • 31 J.-P. Goubert, ibid.
  • 32 F. Lebrun, L’Ille-et-Vilaine, 1984, p. 179 résume un ensemble d’études consacrées à ce problème. C (...)

9Les raisons expliquant la démographie bretonne au xviiie siècle, en particulier l'effondrement de la fin du siècle, sont à rechercher selon Jean-Pierre Goubert : « dans un régime démographique encore peu évolué, de type ancien dû à des structures socio-économiques [...] des mentalités et des attitudes restées très traditionalistes31 ». François Lebrun souligne avec force une conjoncture épidémique défavorable sur le long terme (1680-1770), catastrophique de 1770 à 179032 : « la répétition de ces épisodes meurtriers dans les deux dernières décennies de l'Ancien Régime suffit à expliquer que la population ait diminué d'une centaine de milliers d'habitants ». Situation due selon l'auteur au marasme économique, aggravée par un encadrement médical insuffisant, j'ajouterai par les conséquences des guerres. Dans ces conditions, les villes auraient moins souffert que les campagnes ainsi que l'ont démontré Jean-Pierre Goubert et François Lebrun. Elles auraient bénéficié à la fois d'une alimentation moins mauvaise pour les couches populaires et surtout de la présence de médecins.

Population des villes et hiérarchie urbaine

La hiérarchie des villes Population des villes bretonnes

La hiérarchie des villes Population des villes bretonnes

10Les chiffres précédents ne doivent pas cacher les évolutions fort différentes des villes bretonnes.

  • 33 Peut-être deux avec Rennes et Nantes.
  • 34 R. Leprohon, J. Tanguy, « Naissance d’une ville », Histoire de Brest, 1976, p. 66. La « ville » av (...)
  • 35 F. Lebrun, « La démographie de la Bretagne sous l’Ancien Régime » Colloque Franco Québécois, 1982 (...)

11À la fin du xviie siècle33, une seule ville dépassait 30 000 habitants en Bretagne, une autre 20 000, une 10 000 et 21 avaient moins de 2 000 habitants. Au cours du xviiie siècle, 20 villes perdirent des habitants entre 1696 et 1789, soit 25,64 % des 78 cités pour lesquelles nous pouvons établir des comparaisons convenables. Onze restèrent à peu près stationnaires avec peut-être un léger accroissement. Les autres absorbèrent quelque 100 000 sur 200 000 des habitants supplémentaires. Les populations de Brest, Lorient et Nantes augmentèrent fortement. Brest passa de moins de 10 000 habitants en 169634 à plus de 33 000 en 1790. Nantes gagna 20 000 habitants pendant la même période et atteignit 64 994 habitants en 1790. Lorient dépassa 18 000 habitants, mais c'est, il est vrai, une ville neuve. À l'inverse, Rennes, capitale de la Bretagne, avait vers 1660 selon l'estimation Alain Croix « un peu plus » de 45 000 habitants à cette date ce qui en faisait la ville la plus peuplée. Nos comptages lui donnent, en acceptant le même taux de natalité, quelque 38 000 habitants à la fin du xviiie siècle. de son coté François Lebrun lui accordait en 1982, 45 000 habitants, puis calculs refaits 49 784 en 198635. La ville n'a donc sûrement pas progressé, au mieux elle aurait stagné, au pire décliné. Il en est de même pour Saint-Malo surtout si l'on enlève des décomptes Saint-Servan à l'existence fortement liée à celle de la grande cité mais qui se défendait avec vigueur d'appartenir à celle-ci. Les villes en régression sont aussi bien des villes de l'intérieur que des villes maritimes. En fait, les « pays » sont touchés. D'abord le nord du bocage breton : la région entre Rance et Couesnon, au sud les villes d'outre Loire (Clis-son et Machecoul), toutes les villes du golfe du Morbihan (Vannes, Auray, Rhuys), quatre villes sur cinq de Cornouaille (Quimper, Douarnenez, Audierne, Pont-L'Abbé) sans compter l'ancienne cité Penmarc'h, les trois villes du bassin de Châteaulin (Châ-teaulin, Châteauneuf-du-Faou et Carhaix), deux sur trois des anciennes villes du Léon (Lannion et Pontrieux dans le Trégorrois). Ajoutons des cités plus isolées : Château-briant, Josselin et Rohan. D'autres pays au contraire connurent progression nette ou légère : toutes les villes du bassin de Rennes sauf Rennes elle-même. Les villes de Penthièvre autour de Saint-Brieuc, les deux cités à l'embouchure du Scorff et du Blavet, Lorient et Port-Louis avec très proche Quimperlé. Les cités du Finistère, avec Brest (mais pas Landerneau), enfin toutes les agglomérations le long de la Loire.

Villes bretonnes à la fin du xviiie

Villes bretonnes à la fin du xviiie
  • 36 J. Dupaquier, op. cit.
  • 37 E. Le Roy Ladurie, idem. t. 3, p, 296.
  • 38 Audierne (-33), Carhaix (-39), Châteauneuf (-24,5), Clisson (-38), Douarnenez (-51,6), Hennebont ( (...)
  • 39 Ancenis (9), Bazouges (7,7), Bourgneuf (6,8), Châteaubriant (4,5), Château lin (5,3), Combourg 14, (...)
  • 40 Auray (30), Guémené (41,9), Guérande (25,9), Guingamp (43,68), Josselin (31,26). Le Croisic (23,86 (...)
  • 41 Brest (158), Châteaugiron (74,54), Châtelaudren (60), Concarneau (88,35), Dol (56,7), Fougères (54 (...)
  • 42 AN. D. IV bis 47. Nantes (64 999), Brest (33 852), Rennes qui a entre 35 000 et 42 000 habitants n (...)
  • 43 Messance, Nouvelles Recherches…, 1788, p. 49 et suiv.
  • 44 D. Roche, Le siècle des lumières en province, 1978.
  • 45 Levasseur, Population française : histoire de…, 1889-1892. D’après le recensement de 1801 qui mont (...)

12Si nous nous référons maintenant aux taux de progression de 61 villes et que nous les comparions d'une part à celui de la population bretonne (21 %) et d'autre part à celui des villes françaises (47,8 %)36, nous voyons une image plus contrastée37. Pour 16 villes, nous obtenons, entre 1696 et 1774, non une progression, mais une baisse des taux atténuée par la sous-estimation de 169638. Ensuite, 21 cités ont un taux positif mais inférieur à 21 %39, 10 se placent entre 21 % et 47,8 %, les autres au dessus40. Parmi ces dernières, de petites agglomérations à côté de Brest, Lorient et Nantes41. Ainsi vers les années 1780, deux cités allaient au-delà des 30 000 (Rennes et Nantes), cinq entre 10 000 et 20 000, tandis que 21 restaient au-dessous des 2 000. Nous possédons un état, non terminé, des villes en France dont la population serait au-dessus de 4 000 puis de 6 000 personnes, et un autre concernant celles de 6 000 et plus42. Dans le premier, il y aurait eu 278 cités dont 14 bretonnes (5,03 %). 52,27 % des villes françaises de plus de 4 000 habitants auraient eu plus de 10 000 habitants contre 36,36 % en Bretagne. Par contre les villes de plus de 25 000 habitants seraient respectivement de 18,79 % et de 18,18 %, chiffres somme toute très comparables. Cet état ne comprend pas la population parisienne dont l'ajout accroîtrait fortement le poids des villes les plus importantes. Le second état concernant les villes de plus de 6 000 habitants en compte 133 dont 11 bretonnes (8,27 %) pour un total de 2 017 877 personnes. Telle serait la situation de la Bretagne à la fin de l'Ancien Régime. Messance en 1788 ne retient pour la Bretagne que Nantes, Brest et Lorient, toutes de plus de 10 000 habitants43. Daniel Roche a dressé une carte des villes de France de 10 000 habitants, 69 dont cinq seulement en Bretagne ce qui nous conduit à 7,24 %44. L'importance numérique des villes bretonnes de plus de 6 000 ou de 10 000 habitants ne correspondrait donc pas à l'importance de sa population par rapport à celle du royaume. Levasseur ne partageait pas cet avis, il comptait seulement 78 villes de plus de 10 000 habitants en 1787 et en accordait neuf à la Bretagne soit 11,53 %45. Nous ne pouvons trancher dans la mesure où nous ne connaissons pas d'une manière suffisamment précise la population d'un certain nombre de villes en position charnière entre deux catégories, autour de 6 000 et autour de 10 000.

13Le nombre des habitants crée une hiérarchie des villes. Les contemporains divisaient les cités en deux grands ensembles : celui des petites villes et celui des villes autres, c'est-à-dire moyennes et grandes. En recoupant nos sources, nous constatons que, en Bretagne, l'on qualifiait de « petites » les agglomérations de moins de 6 000 habitants. Il n'y aurait donc que 13 villes moyennes ou grandes. S'il est impossible de s'appuyer sur le nombre des habitants pour différencier les bourgs des villes, notons cependant que la perte de cette dernière qualification ne se trouve que pour des agglomérations de 2000 habitants et moins : Lanmeur, « jadis ville », avait encore 2 000 habitants à la fin du xviiie siècle. Saint-Renan, maintenant « gros bourg », 1000, Rieux, 1800, la Chèze, 1500, Marcillé-Robert, 1 500.

14En prenant en compte les fonctions assurées dans les villes (36 attributions), en les rapprochant du nombre de leurs habitants et en classant les villes dans un ordre de population décroissant, nous constatons une diminution des entrées au fur et à mesure que la population elle-même décroît, ensuite, la présence dans toutes les cités des fonctions les plus anciennement installées : justices seigneuriales, organismes de charité, foires et marchés. Les cités qui ont perdu le titre, ou la reconnaissance de villes, les gardent plus ou moins et dans certains cas semblent les avoir perdus (Aubigné, Avangour, Corseul, Carquefou...). À l'inverse, les attributions récentes n'apparaissent que dans les cités les plus peuplées. Seules les villes au-dessus de 6 000 habitants possédaient un éventail largement ouvert et surtout recevaient toutes les institutions municipales et celles liées à l'autorité royale. Sans qu'il y ait un lien mécanique entre chiffre de la population et fonctions urbaines, le rapport ne peut être nié. Nous en avons pour preuve supplémentaire le cas de Combourg dont le classement laissait apparaître une anomalie dans ma thèse. Les travaux entrepris depuis montrent qu'il s'agissait d'une surestimation de sa population par Ogée.

Les fonctions urbaines

Les caractères spécifiques aux villes modernes46

  • 46 Nous ne parlons pas ici des définitions de la ville données par J. Flach (1899), Sombart (1907), A (...)
  • 47 P. Chaunu, op. cit, 1966, chap. VIII ; aussi A. Toynbee, Les villes dans l’histoire, 1972, Emrys J (...)
  • 48 G. Sjoberg, The city preindustrial… 1959. D’autres parlent de villes protoindustrielles (Fr. Mende (...)
  • 49 J.-P. Leguay, op. cit, 1981, p. 3 « toutes les cités, des plus grandes aux plus petites vivent en (...)

15La ville de la période moderne ne se confond pas avec les secteurs secondaire et tertiaire47, le secteur primaire était loin d'y être négligeable, posant ainsi la question du travail de la terre dans la ville et ses faubourgs. Quant au secteur tertiaire, la ville en était le siège de plus en plus prépondérant. Tout ceci pose la question de la pertinence d'une division de ce type pour cette période. Dans la ville se concentraient les administrations civile et religieuse, les instruments de la justice royale et en partie seigneuriale dont nombre de tribunaux siégeaient encore à la campagne. Cette spécificité de la ville moderne correspond pour maints auteurs dont Gideon Sjoberg, à une société préindustrielle48, ou à une période de pré-industrialisme (Coleman), ou protoindustrielle, aux villes en majorité, au-delà des diversités locales, « en symbiose avec leur milieu rural49 », dans une société où la majeure partie des habitants vivait à et de la terre, où la rente foncière était prépondérante. Les villes dépendaient des campagnes à plusieurs titres. Elles en tiraient leur approvisionnement, une partie de leur richesse. Les paysans, les regrattiers, les propriétaires fonciers, les receveurs de la dîme, des droits seigneuriaux y apportaient et y vendaient les produits de la terre. Une partie plus ou moins importante des profits de ce marché, des rentes, était investie ailleurs que dans la terre et les citadins et les propriétaires fonciers pouvaient réinvestir dans la terre les bénéfices accumulés dans le commerce et la finance. D'évidence, plus la ville est importante, moins elle dépend directement des campagnes qui l'entourent mais plus celles-ci sont sous sa mouvance. Une petite capitale régionale, une petite cité n'échappaient pas facilement à leur environnement immédiat. Enfin, les paroisses rurales fournissaient les migrants qui venaient combler les déficits démographiques et accroître la population.

  • 50 G. Sjoberg, idem éd. 1965 p. 87.J.Remy, La ville phénomène économique, 1966, p. 108-118.
  • 51 A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, I, technique et langage, éd.1975, p. 249-297.
  • 52 R. Maunier, op. cit., 1910, p. 361, quoique jugeant cette définition plus sérieuse que les autres, (...)
  • 53 E. Jones, ibid., éd. 1973.
  • 54 G. Gurwich, Traité de sociologie, souligne la lourdeur et la lenteur des transformations (ch. III, (...)

16L'organisation militaire, judiciaire, politique de l'état monarchique, lui permettait de dominer les sujets, de contrôler les institutions et favorisait un certain nombre de cités par rapport à d'autres. L'État plaçait ses « fonctionnaires », ses représentants les plus importants de préférence dans les villes qui déjà, s'étaient dégagées des autres pour des raisons historiques. Selon les possibilités de travail, d'ascension sociale, d'enrichissement, les immigrants y affluaient plus ou moins espérant aussi trouver des protections fort utiles dans une société où les liens de dépendance des uns par rapport aux autres restaient très vivaces. Ainsi, à la période préindustrielle correspond un type de ville assumant un ensemble d'activités, de fonctions « politiques [administratives et militaires], économiques, religieuses et éducatives » sans qu'aucune cité ne serve « une seule fonction à l'exclusion de toutes les autres », même si une ville particulière joue un rôle spécial50. Sur ce point, il n'y a pas, semble-t-il, d'opposition de pensée entre Sjoberg et André Leroi-Gourhan qui conçut un schéma fonctionnel urbain de caractère très général renfermant le cas particulier de la ville préindustrielle51. Les auteurs qui prennent en considération le critère fonctionnel, proposent deux définitions fort différentes. Pour la première, la ville est : « toute agglomération qui est le siège de fonctions spéciales52 ». Voir les choses ainsi conduit à une impasse. Se poser la question y a t'il une fonction exercée par la ville et par la ville seule ? Entraîne une réponse négative. Pour la seconde, la ville est le siège d'une ou plusieurs fonctions qui s'y exercent d'une façon prépondérante. Cette façon de voir les choses semble plus réaliste pour la période moderne. Elle correspond à l'état inachevé de la division du travail qui caractérise cette époque. Emrys Jones tenta de déterminer les signes distinctifs d'une telle ville et les regroupa en trois ensembles : physique, fonctionnel et social53. En ce qui concerne les fonctions, il écrivait : « les échanges et le commerce y tiennent la première place, le marché représente le centre de la ville et de la vie urbaine. La production reste au niveau de l'artisanat et se trouve généralement éparpillée dans toute la ville ». Enfin, il remarquait que socialement « la société est hétérogène et se caractérise par une structure de classe fondée sur la profession. Cette structure se reflète dans les maisons » et aussi dans la répartition des riches et des pauvres dans les quartiers. La plupart des villes bretonnes répondent bien à toutes ces caractéristiques dans une province qui n'a pas plus que le reste du royaume, connu sa révolution industrielle au xviiie siècle et où toutes ne sont pas directement parties prenantes des transformations économiques liées au développement du grand commerce international même si elles sont toutes plus ou moins concernées par ce phénomène. de ce fait, il convient à la fois d'étudier l'ensemble urbain comme tel et d'en détacher des éléments constitutifs judicieusement choisis pour rendre compte de sa totalité dans sa diversité. Nous sommes en présence de trois types de villes qui existaient simultanément : 1/Des villes de création récente ou ancienne, qui végétaient ou qui périclitaient parce qu'elles ne correspondaient plus au stade de développement économique, politique, religieux. 2/Des villes qui au contraire s'épanouissaient pour des raisons inverses. 3/Des villes qui naissaient pour répondre à l'évolution des forces productives et des rapports de production, pour répondre aussi à l'évolution des structures administratives, politiques, religieuses, aux besoins de l'État. Une agglomération possède des moyens qui lui permettent de s'adapter à la nouvelle situation ou tout au moins de résister à la désagrégation rapide : le nombre des habitants, leur expérience, leurs richesses ou leurs capacités, la pertinence de leurs choix, les relations avec le plat pays, avec les autres cités54. Rares sont les villes qui du xiie au xixe siècle, ne montrèrent pas leur capacité d'adaptation. Une ville, comme tout autre organisme, naît, se développe et meurt. L'histoire de l'humanité est un vaste cimetière de cités disparues quelquefois ressuscitées d'Alet en Saint-Malo, de Blavet en Port-Louis.

Aires, armatures, réseaux

  • 55 Sur ce problème de nombreux travaux depuis les ouvrages de W.-J. Reilly, « Methods of the study of (...)

17Les villes ne sont pas isolées les unes des autres, elles ont entre elles des relations d'interdépendances (des échanges) et d'interaction (influence réciproque) que l'on ne doit pas confondre avec les aires d'influence qui concernent les espaces nourriciers, la conquête foncière, les échanges, industriels et commerciaux variables selon les produits. de ce fait, la notion d'armature urbaine est plus souple que celle de hiérarchie ou de réseaux. En Bretagne, les villes participèrent à des réseaux différents, de type religieux d'abord, administratif et surtout judiciaire qui s'inscrivaient dans les limites de la province sauf en ce qui concernait la métropole religieuse. Par contre les réseaux économiques correspondaient soit à un espace limité, proche de la vie rurale, soit dépassaient très largement ce cadre et atteignaient une échelle régionale, interrégionale, voire mondiale. Les réseaux des villes portuaires principales correspondent à cette logique. Sur le plan culturel, universitaire, les villes possédaient des aires d'influence, plus ou moins limitées pour le recrutement des collégiens et beaucoup plus vastes quand il s'agissait des Universités. Les réseaux de formation des médecins pouvaient comprendre Paris et Montpellier où allaient des étudiants bretons. Ces réseaux permettaient la diffusion non seulement de produits marchands matériels, mais aussi d'idées, d'innovations. de même, il existait des rapports de dépendance ou d'interdépendance de types horizontal ou vertical. Dans le premier cas, soit ils avaient une faible amplitude s'il s'agissait d'un problème occasionnel, lié par exemple à un accident d'approvisionnement, soit ils remettraient en cause les autres types de relations. Ils reposaient à la fois sur la subordination et la complémentarité (pensons à Lorient, Hennebont, Port-Louis). Dans le second cas, nous nous trouvons devant des situations semblables à celles étudiés pour l'Angleterre, avec des villes sujettes (toujours dépendantes), relais (maîtresses et sujettes), capitales pour la fonction envisagée voire pour un ensemble de fonctions. Peut-on en inférer une organisation urbaine, où les distances d'une cité à une autre, le volume de la population seraient régis par des lois mathématiques laborieusement élaborées55. Dans la Bretagne de l'époque moderne de telles analyses se heurtent au simple examen des localisations urbaines. Le réseau urbain est un réseau historiquement hérité et non mathématiquement conçu, mais, il peut être mathématiquement analysable. Il est fonction des conditions économiques, politiques et sociales des temps de son élaboration. Quand nous arrivons au xviiie siècle, le système urbain avait été bouleversé par les ducs de Bretagne, puis par le rattachement de la Bretagne au royaume de France et par la découverte des nouveaux mondes. Les rééquilibrages n'étaient pas terminés.

18L'organisation des villes d'une région donnée tend néanmoins à une certaine rigueur. Complexe, elle est la juxtaposition de systèmes différents dont les logiques ne sont pas identiques et peuvent quelquefois être contradictoires mais qui doivent tenir compte des moyens et des temps de déplacement. Si nous nous reportons encore aux si nombreuses petites villes, elles s'expliquent aisément si l'on admet que tout point du territoire doit être à une heure de marche d'un centre urbain élémentaire soit cinq kilomètres étendus par beaucoup à dix kilomètres.

Notes

1 BN. man. fr. 8153, fo 31 mémoire Babin.

2 C.-P. de Robien, Histoire ancienne et naturelle…, 1756, éd.1974 p. 70.

3 Voltaire, Oeuvres de…, 1883, TXLV p. 404, lettre du 14 oct.1567 à Moreau de la Rochette.

4 BN. man. Fr., 8153 f°3.

5 J. Bérenger et J. MEYER, La Bretagne de la fin du xviie siècle…, 1976.

6 A. Croix, ibidem, p. 152-153. En 1696 de 1 769 000 à 1 891 000.

7 J.-C. Toutain, La population de La France de 1700 à 1959, 1963. J. Dupâquier, « les caractères originaux de l’histoire démographique française au xviiie siècle », Bull. de la Sté Hist. Mod., 1976 n°1 p. 17. 24 600 000 au 1er janvier 1640, 27 880 000 en 1785-89, 28 100 000 en 1790-94.

8 J. Dupâquier, La population française aux xviie et xviiie siècles, 1979, p. 82. 117 dans la première moitié du siècle.

9 A. Soboul, La France à la veille de la Révolution, 1969, p. 49.

10 E. Le Roy-Ladurie, La ville classique…, 1981, p. 295 et suiv.

11 P. Garden, Lyon et les lyonnais au xviiie siècle, 1970, Ch. III, p. 43.

12 P. Chaunu, La civilisation de l’Europe classique, 1966, p. 314. Dans ses « Réflexions sur la démographie normande », Hommage à Marcel Reinhard, Sur la population française., 1973, P. Chaunu voit une Normandie qui paraît grise sur une France qui fait tâche grise sur les teintes vives d’une Europe qui invente si généreusement la vie (p. 105).

13 P. Goubert, L’ancien régime, t, 1, la société.

14 P. Boissonnade, Essai sur la géographie historique, 1900.

15 Collectif, Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, 3e par tie…, 1978, p. 180. et p. 156.

16 LE Lannou, op. cit. 1950, t. I p. 183 et suiv. ; Ogée, op. cit.

17 M. Reinhard, « La population des villes… », Population, 1954 p. 284 et suiv. soulignait que Moheau avait été un des premiers à s’attaquer au problème.

18 C. Nières, La Reconstruction…, 1972.

19 F. Lebrun, les Hommes et la Mort en Anjou…, 1971, p. 161-162.

20 Des Pommelles, Tableau de la population…, 1789. A. Corvisier, « Le chevalier des Pommelles », Sur la population française…, 1973 p. 161 et suiv.

21 Soit 25 et 30. Ces multiplicateurs paraissent convenables si l’on se reporte à l’enquête de l’INED.

22 J.-.P. Poussou, « La population de Bordeaux depuis le xvie siècle », ADH, 1968, p. 182 critique l’emploi par B. Saint-Jours d’un multiplicateur unique sur une longue période. J.-P. Bardet, Rouen, 1983 souligne les variations importantes que l’on trouve dans cette ville.

23 25, peut paraître un multiplicateur faible, mais il est raisonnable compte tenu de ce que nous avons dit plus haut.

24 A. Croix, ibid. p. 151. Dénombrement de 1696 : 197 407 habitants au lieu de 275 000.

25 En multipliant par 30 : 389 160 (1774). 25 peut paraître un coefficient faible, mais il est raisonnable compte tenu de ce que nous avons dit plus haut.

26 Ogée, ibid. 1843. En multipliant par 30 le nombre des naissances de 1774 on obtient 389 160, chiffre assez proche, par 25 : 324 300.

27 F. Lebrun, « Les épidémies en Haute Bretagne à la fin de l’Ancien Régi me (1770-1789) », ADH., 1977. p. 181. « Les grandes épidémies en France au xviiie siècle, la dysenterie de 1779 », Hommage à Marcel Reinhard…, 1973 p. 403-415.

28 A. Croix, idem, F. Lebrun l’estimait à 15 % vers 1660, « La démographie de la France sous l’Ancien Régime », Colloque Franco-Québécois, 1982, p. 27-35.

29 P. Chaunu, idem, 1966 ; F. Braudel, Civilisation matérielle, 1979, t.1. J.-P. Poussou, A. Lottin, Etudes sur les villes en Europe Occidentale, 1983, t.2.

30 J. Dupâquier, idem 1979. J. Meyer, Etudes sur les villes, France, 1983, ch. II, donne 18,8 % fin xviie et près de 20 % à la veille de la Révolution.

31 J.-P. Goubert, ibid.

32 F. Lebrun, L’Ille-et-Vilaine, 1984, p. 179 résume un ensemble d’études consacrées à ce problème. Ces épidémies frappèrent la Haute Bretagne entre 1740 et 1790, surtout entre 1770 et 1790 avec les dysenteries de 1741 et 1779, les surmortalités de 1773, 1775-1779, 1783-1783, 1785. Sur la géographie des épidémies, J.-P. Goubert, ibid.

33 Peut-être deux avec Rennes et Nantes.

34 R. Leprohon, J. Tanguy, « Naissance d’une ville », Histoire de Brest, 1976, p. 66. La « ville » avait 1 500 habitants fins xvie, le décollage s’est produit en 1670, elle atteignait quelque 15 000 habitants en 1715. En 1789, elle abritait 30 000 habitants.

35 F. Lebrun, « La démographie de la Bretagne sous l’Ancien Régime » Colloque Franco Québécois, 1982 publication en. 1986 et « l’évolution de la population de Rennes au xviie siècle » ABPO, 1986, n° 3, p. 253.

36 J. Dupaquier, op. cit.

37 E. Le Roy Ladurie, idem. t. 3, p, 296.

38 Audierne (-33), Carhaix (-39), Châteauneuf (-24,5), Clisson (-38), Douarnenez (-51,6), Hennebont (-52,21), Lamballe (-2,06), Landerneau (-0,59), Machecoul (-16,37), Malestroit (-2,71), Moncontour (-1,49), Pontivy (-6.98), Pont l’Abbé (-21,5), Rhuys (Sarzeau) (-4,35), Saint-Malo (-60,38).

39 Ancenis (9), Bazouges (7,7), Bourgneuf (6,8), Châteaubriant (4,5), Château lin (5,3), Combourg 14,25), Corlay (20), Dinan (8,9), La Guerche (10,06) Lannion (1,9), Le Faou (3,85), Morlaix (19,03), Ploërmel (8,57), Quintin (7,14), Rennes (9,46), Rostrenen (15,62), Saint-Brieuc (20,35), Saint-Renan (2,58), Tréguier (3,75), Uzel (12,2).

40 Auray (30), Guémené (41,9), Guérande (25,9), Guingamp (43,68), Josselin (31,26). Le Croisic (23,86), Le Port-Louis (21,4), Lesneven (24,08), Montfort (25,5), Vitré (44,36).

41 Brest (158), Châteaugiron (74,54), Châtelaudren (60), Concarneau (88,35), Dol (56,7), Fougères (54,3), Gourin (61,55), Hédé (84,04), Le Faouët (60,80), Lorient (460), Nantes (123), Quimper (52,16), Quimperlé (52,16), Redon (50,14).

42 AN. D. IV bis 47. Nantes (64 999), Brest (33 852), Rennes qui a entre 35 000 et 42 000 habitants n’apparaît pas à ce niveau. Elle est comptabilisée parmi les villes entre 15 000 et 25 000 avec 19 302. Lorient aurait 18 460 habitants ce qui est à peu près exact. Nous trouvons aussi Saint- Malo (9 828, donc sans Saint-Servan), Quimper (6 344), Guérande (6 032), Saint-Brieuc (6 500).

43 Messance, Nouvelles Recherches…, 1788, p. 49 et suiv.

44 D. Roche, Le siècle des lumières en province, 1978.

45 Levasseur, Population française : histoire de…, 1889-1892. D’après le recensement de 1801 qui montre une désurbanisation, il y avait alors : 9 très grandes villes dont Nantes (77 226 habitants) concentrant 21,5 % de la population urbaine, 29 grandes villes (20 000 à 49 999} 14,4 %, 58 moyennes (10 000 à 19 999) 14, %, 717 et 645 petites villes (2 000 à 9 999) 50 %. Le seuil urbain était fixé à 2 000 habitants.

46 Nous ne parlons pas ici des définitions de la ville données par J. Flach (1899), Sombart (1907), A. Maunier (1910), Pirenne (1939), toujours utiles à relire.

47 P. Chaunu, op. cit, 1966, chap. VIII ; aussi A. Toynbee, Les villes dans l’histoire, 1972, Emrys Jones, La ville et la cité, 1974.

48 G. Sjoberg, The city preindustrial… 1959. D’autres parlent de villes protoindustrielles (Fr. Mendels, « Proto-industrialisation the first phase of the industrialisation process », Journal of Economic History, mars 1972. P. Jeannin, « la protoindustrialisation développement ou impasse ? », Annales ESC, 1980, n°l, p. 52 et suiv.

49 J.-P. Leguay, op. cit, 1981, p. 3 « toutes les cités, des plus grandes aux plus petites vivent en symbiose avec leur milieu rural ». Voir en particulier, C. Roupnel, La ville et la campagne…, 1955 ; P. Bois, Paysans de l’Ouest, 1970 p. 146. Dans Villes et campagnes xve-xxe, 1977, A.M. Piuz, « Les relations économiques, » p. 1 à 54, et S. Dontenwill, Rapports villes-campagne, p. 145-174, M. Vovelle, Ville et campagne au xviiie siècle, 1980.

50 G. Sjoberg, idem éd. 1965 p. 87.J.Remy, La ville phénomène économique, 1966, p. 108-118.

51 A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, I, technique et langage, éd.1975, p. 249-297.

52 R. Maunier, op. cit., 1910, p. 361, quoique jugeant cette définition plus sérieuse que les autres, considèrent que le caractère fonctionnel n’ayant ni constance, ni fixité, doit être remplacé par le caractère morphologique.

53 E. Jones, ibid., éd. 1973.

54 G. Gurwich, Traité de sociologie, souligne la lourdeur et la lenteur des transformations (ch. III, Louis Chevalier).

55 Sur ce problème de nombreux travaux depuis les ouvrages de W.-J. Reilly, « Methods of the study of retail relationships », Bulletin de l’Université du Texas, 1929 et W. Christaller, Rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et les campagnes, 1938. Par exemple sous la direction de L.-S. Bourne, J.-W. Simmons, Systems of cities, readings on structure growth and policy, 1978. L’Enciclopedia urbanistica Italiana étudie cette question en présentant l’exemple des villes orientales bretonnes, art. « Aggregazione », t. I p. 47.

Table des illustrations

Titre La densité de la population en Bretagne, d’après le dictionnaire d’Ogée (1770)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11015/img-1.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Rapport entre population agglomérée et population de la commune
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11015/img-2.png
Fichier image/png, 367k
Titre La hiérarchie des villes Population des villes bretonnes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11015/img-3.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Villes bretonnes à la fin du xviiie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11015/img-4.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Concarneau
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11015/img-5.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Josselin
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11015/img-6.png
Fichier image/png, 1,9M

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540