Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rouen sous la IIIe République

 | 
Loïc Vadelorge

Première partie. L'affirmation du fait culturel

Chapitre II. Au croisement de l’offre et de la demande : la société culturelle locale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Il peut sembler paradoxal d’aborder l’histoire culturelle locale par les politiques et les institutions. La culture renvoie d’abord dans l’opinion commune aux œuvres capitales et aux créateurs. On parle de « gestes créatifs » et l’on considère qu’il s’agit d’une affaire d’individus visionnaires, isolés des contingences de leurs temps. La IIIe République les protégera justement à ce titre en codifiant, en 1902, la loi sur la propriété intellectuelle. À cette conception libérale de la culture fut très tôt associée une critique d’art centrée sur les auteurs. Pour Rouen même, des dizaines de monographies ont exploré la vie et l’œuvre des écrivains (Flaubert, Maupassant, Maurois), des musiciens (Saint-Saëns, Dupré, Duruflé), des artistes (Monet, Duchamp) ou des scientifiques (Nicolle) qui ont marqué d’une manière ou d’une autre la vie culturelle entre 1870 et 1940. Dans ce sillage biographique est bientôt apparue une histoire s’intéressant aux gloires d’intérêt local, peintres de l’École de Rouen (Delattre, Lebourg, Pinchon), écrivains cauchois (Jean Gaument, Camille Cé, Lucie Delarue-Mardrus, Francis Yard), architectes régionaux (Pierre Chirol), journalistes notoires (Georges Dubosc, René-Gustave Nobécourt) qui permit de différer l’oubli dans lequel seraient immanquablement tombés ces créateurs de l’avant-guerre.

2Reste que si ces gloses ont leur vertu, elles ont aussi leurs tares. Elles confortent en effet le mythe d’un geste promothéen, indifférent à tout environnement économique, politique, social et géographique. Après la sociologie de l’art, l’histoire culturelle s’est donc aussi intéressée à définir les conditions d’une création collective, c’est-à-dire à mieux situer les œuvres et les hommes dans des réseaux qui les éclairent. Il s’agira moins ici de réécrire une histoire sociale, économique ou politique de la culture, que de préciser ses modalités de réalisation à l’échelle d’une grande ville de province. Se faisant, loin d’infirmer l’irréductibilité des trajectoires et des productions des grands hommes, on espère contribuer à les nuancer en prenant en compte leur inscription dans un espace local souvent décisif.

3C’est ce déterminisme de l’espace local qu’on s’attachera ici à préciser au moyen de trois analyses complémentaires. On montrera tout d’abord en quoi l’espace local agit comme le lieu où la mémoire d’une création artistique trouve à s’ancrer. À partir d’une étude de cas on s’efforcera ensuite de démonter les rouages d’une carrière « locale ». Ces analyses révèlent qu’on ne peut séparer la création individuelle de l’existence d’un environnement social qui la médiatise. Cette « société culturelle » trouve sous la IIIe République, de nouveaux moyens d’expression et d’organisation à travers la liberté associative. C’est à cette vie associative, à la richesse insoupçonnée qu’on s’intéressera enfin.

La part du lieu : création, consécration et réseaux de sociabilité

4N’en déplaise au mythe de l’artiste maudit, l’œuvre ne peut exister pour elle-même. Elle ne gagne que d’être connue, c’est-à-dire présentée à un public, par le truchement d’intermédiaires qui la mettent en scène. Pas de culture sans médiation culturelle et, pour ce qui nous concerne, pas de reconnaissance culturelle locale sans intégration à et par la société rouennaise. Contre une histoire de l’art qui ne cesse de conforter l’idéal kantien d’une essence universaliste de l’art, il faut ici rappeler ce que doivent les grands hommes aux réseaux locaux. La notoriété n’est pas seulement affaire de talent, elle nécessite aussi l’entretien de relations avec ceux qui, par leurs positions sociales et culturelles, font ou défont le prestige des uns et des autres. Mais cette logique de reconnaissance n’est pas simplement une affaire de lieux, elle se déroule aussi dans le temps. Un panthéon local se construit et se déconstruit au gré des goûts donc des besoins de la société provinciale. Certains artistes sont durablement célébrés localement, d’autres font l’objet d’amnésies tenaces. Ces célébrations différenciées ne doivent souvent rien à la notoriété des artistes considérés. La mémoire culturelle locale n’est pas celle du dictionnaire.

De la mémoire aux lieux : la logique de territorialisation

5Parmi les nombreux artistes et les scientifiques célébrés à Rouen sous la IIIe République, six figures se détachent avec netteté. D’une part les musiciens François-Adrien Boieldieu et Marcel Dupré et le biologiste Charles Nicolle, qui entrent très tôt dans le panthéon culturel de la cité ; d’autre part, les Duchamp, Théodore Géricault et Gustave Flaubert, dont la célébration locale est différée voire évacuée. Dans chaque cas, le lien entre l’artiste, l’œuvre et la cité décide du degré de reconnaissance locale.

  • 1 Cf. Vadelorge Loïc, Les statues de Rouen xixe-xxe siècles, Rouen, Société des amis des monuments r (...)
  • 2 Cf. Yon Jean-Claude, « La Dame, Scribe et l’Opéra-Comique : Le début d’un long règne », L’Avant Sc (...)
  • 3 La Dépêche de Normandie, 8 décembre 1934.
  • 4 La ville, on s’en doute, applaudit à l’initiative de la Société des fêtes et accorde un crédit de (...)
  • 5 AMBAR, dossier « Maison Boieldieu ».

6Boieldieu, d’abord célébré à Paris, fait ainsi l’objet d’un véritable culte rouennais sous la IIIe République. Né à Rouen en 1775, ce musicien et compositeur est surtout connu au xixe siècle pour ses œuvres lyriques. Le lien avec la ville est ici métonymique. À travers Boieldieu, les Rouennais célèbrent leur propre théâtre lyrique et un certain type de programmation, axé sur le répertoire et les airs les plus fameux. C’est le sens de la statue en bronze qu’ils érigent en 1839 à sa gloire. Cette œuvre du sculpteur Dantan représente le musicien assis et composant, les partitions de ses opéras les plus célèbres étant accumulés sous sa chaise de travail1. Cette statue devient sous la IIIe République un symbole. Toucher à la statue de Boieldieu, érigée à proximité du Théâtre des arts, c’était un peu attenter au théâtre lui-même. Un vague projet de déplacement de la statue de quelques mètres en 1895 suscitera un tel tollé que les élus l’enterreront bien vite. À cette date, le nom de Boieldieu est devenu inséparable de Rouen. L’une des principales sociétés chorales locales, fondée en 1885 s’intitule même le Cercle orphéonique Boieldieu. L’entre-deux-guerres n’interrompt pas la vogue locale du compositeur. Le Théâtre des arts fonctionne à cette époque comme un « musée Boieldieu » virtuel, les opéras du compositeur rouennais, ailleurs passés de mode, continuant à remporter ici un franc succès. L’air de la Dame Blanche2 devient une sorte d’hymne officiel du Théâtre des arts. On célèbre le centenaire de cette œuvre au cours de la saison 1925-1926. Ce fétichisme culmine en 1934-1935 lors du centenaire de la mort du compositeur, présenté comme la plus grande gloire musicale rouennaise. Pour l’occasion, Marius Perrier, directeur de la Musique municipale compose un Hymne à Boieldieu, joué en ouverture d’une soirée de gala au Théâtre des arts3. La Société des fêtes de Rouen, organe fédérateur des différents comités de quartier de la cité, spécialement chargée de l’élection de la reine de Rouen, propose aussi à la municipalité de célébrer le centenaire. Son projet articule commémoration et fête populaire traditionnelle : « Un cortège avec chars allégoriques rappelant les principales œuvres du grand compositeur parcourra les rues de la ville ; le soir un grand festival sera organisé4. » Il est vrai que cet attachement s’appuie aussi sur le maintien d’une présence familiale de Boieldieu à Rouen, bien incarnée dans la fondation du même nom à Bihorel. Cette maison de retraite réservée aux artistes de la ville fut léguée à la ville de Rouen en 1906 par Mme Samson-Boieldieu, petite fille du compositeur rouennais. La ville y entretint la mémoire de l’artiste, à travers un petit musée de souvenirs et y organisa annuellement une grande fête commémorative de la Belle Époque jusqu’en 1920, laissant ensuite des associations subventionnées (Amicale des employés de mairie, Section rouennaise des Fêtes du Peuple de Paris) se charger de cette commémoration5.

  • 6 Cf. ABMR, 92N Marcel Dupré et Dupre Marcel, Marcel Dupré raconte, Paris, Borneman, 1972.

7Le même processus d’implantation familiale permet d’expliquer la ferveur dont jouit à Rouen Marcel Dupré (1886-1971). Parmi les « grands Rouennais », l’organiste fait à la fois figure d’enfant prodige et d’enfant béni. Sa carrière internationale, qui se déroule entre 1914 et 1970, est exemplaire des relations nécessaires entre le « génie » individuel et l’entregent familial. Du génie, Dupré en avait incontestablement, tant dans l’art de la composition que dans celui de l’improvisation. Mozart de l’orgue, il donne son premier concert à l’âge de 8 ans, devient titulaire de l’orgue de Saint-Vivien de Rouen à 11 et compose à 15, Le songe de Jacob, scène lyrique d’après une bible de Gustave Doré. Suit un cursus honorum des plus classiques. Admis au Conservatoire national en 1905, il remporte successivement les premiers prix de piano (1906), d’orgue (1907), de fugue (1909) puis le Grand Prix de Rome (1914). Dès cette époque, Dupré tient les orgues de Saint-Sulpice. Mais c’est avec l’entre-deux-guerres que s’affirme la dimension internationale de sa carrière qui le verra se produire régulièrement sur les toutes premières scènes anglaises et américaines6. L’après-guerre voit l’organiste accumuler les signes de la consécration avec la direction du Conservatoire national (1953-1955) et l’élection à l’Institut de France (1954).

  • 7 Menger Pierre-Michel, Le paradoxe du musicien ; le compositeur, le mélomane et l’état dans la soci (...)

8À y regarder de plus près cependant, la carrière fulgurante de Dupré ne doit rien au hasard. C’est moins le génie qui conduit un artiste né en province à se former à Paris puis à entamer une carrière « nationale » que la possibilité matérielle et intellectuelle de le faire. L’autobiographie de Dupré révèle – incidemment – tout ce que sa carrière comporte de « programmé ». En ce sens, si « l’acte créateur se meut dans l’espace des possibles où conduit le passé du musicien7 », c’est bien par rapport aux trajectoires et aux comportements familiaux que doit s’expliquer une carrière. Issu d’une famille de musiciens rouennais, Marcel Dupré ne pouvait guère s’affirmer sur la scène locale. Son père, organiste de Saint-Ouen, professeur de musique et directeur d’une des plus fameuses chorales de Rouen, l’Accord parfait (1897), occupait déjà l’espace musical local. Sa mère, sa tante, ses grands parents étaient des artistes connus à Rouen aux alentours de la Belle Époque. Le fils, élevé naturellement dans une atmosphère artistique et indéniablement doué, ne pouvait s’épanouir qu’en quittant un champ de consécration par trop saturé.

9Les parents de Marcel Dupré sauront parfaitement utiliser leur réseau de connaissances pour introduire le jeune prodige auprès des musiciens qui comptent. Dupré rapporte ainsi que parmi les amis de ses parents figuraient le facteur d’orgue Cavaillé-Coll, le pianiste Rubinstein et surtout les organistes Widor et Guilmant. Les Dupré, en dépit de moyens modestes attachaient, en bons bourgeois, un grand prix à l’art de recevoir. Leur maison rouennaise de la rue du Vert-Buisson ou leur résidence de vacances, la villa Julia-Marie à Saint-Valéry en Caux, virent défiler la plupart des grands artistes du moment. Telle rencontre avec les mécènes locaux, comme Mme Samson, petite fille de Bœildieu, permit ainsi l’achat d’un piano pour Marcel ou le financement des études au conservatoire.

  • 8 Dupre Marcel, Marcel Dupré raconte, op. cit., p. 62.

10Ces fréquentations précoces des milieux professionnels pèseront lourd dans le déroulement ultérieur de la carrière. Marcel Dupré explique bien que les liens d’amitié tissés très tôt avec Widor, qui vient inaugurer le grand orgue de Saint-Ouen en 1890, lui serviront, vingt ans plus tard, quand le maître l’emmènera avec lui au restaurant : « Nous arrivions chez Foyot où Widor connaissait tous les habitués, sénateurs, écrivains, peintres, toute l’élite artistique de Paris. Il me présentait aux uns et aux autres8. » Dès lors Dupré s’engageait sur un chemin qui l’éloignait progressivement de sa ville natale.

  • 9 Entretien avec Bernard Delaporte, vice-président de l’Association des anciens élèves de la maîtris (...)

11Mais si Dupré doit à ses parents d’avoir pu entamer rapidement une carrière exceptionnelle et non-rouennaise, il leur doit aussi d’avoir pu demeurer un enfant béni de la cité. En effet, bien que l’organiste exerce son art à Paris et demeure à Meudon, il n’en sait pas moins garder des liens privilégiés avec sa cité natale. Il revient périodiquement à Rouen, donner des concerts, seul, ou avec l’Accord parfait paternel, ou encore des cours d’orgue, ne négligeant pas de construire sa renommée locale. Rouen saura s’en souvenir qui l’appelle dans l’après-guerre pour le cinquantenaire de sa nomination aux orgues de Saint-Vivien (1948), et surtout pour l’inauguration de la cathédrale rendue au culte après dix ans de travaux, le 25 juin 1956. Les Rouennais présents racontent encore avec une certaine émotion son improvisation initiale lors de l’entrée dans la cathédrale du président de la République, l’organiste passant avec une aisance déconcertante du grégorien à La Marseillaise9. Dupré représente ainsi la figure idéale du génie rouennais. Formé à l’ombre des murs de la cité, consacré sur la scène parisienne, seule susceptible de lui ouvrir les portes de la renommée, il a su ne pas oublier sa « petite patrie ».

  • 10 Sur ce point, cf. Lecrocq Arnaud, Quelques grandes figures médicales rouennaises, Rouen, District (...)

12En cela il n’est pas sans rappeler l’exemple du bactériologiste Charles Nicolle. Né à Rouen le 21 septembre 1866, Charles Nicolle est issu, à l’instar de Flaubert, d’une famille de médecins. Tout comme son frère aîné Maurice, il suit cette voie familiale via le lycée Corneille puis l’École de médecine de Rouen. Il rejoint ensuite son frère à l’Institut Pasteur de Paris, où il prépare et soutient, en 1893, sa thèse sur le chancre mou. Il s’installe alors à Rouen et travaille au sein de l’Hôpital et du laboratoire de bactériologie qu’il dirige de 1895 à 1902. Sa rivalité avec une autre grande figure médicale rouennaise, Raoul Brunon, l’incite à accepter la direction de l’institut Pasteur de Tunis en 1902, qu’il conservera jusqu’à sa mort en 1936. Il y développe ses recherches sur le typhus exanthémique, dont il démontre le mode de transmission par le pou. À ce titre il obtient en 1928 le prix Nobel de médecine10. On le voit, tout prédisposait Charles Nicolle à devenir le Pasteur rouennais, c’est-à-dire le symbole du progrès médical, appuyé sur la rigueur scientifique et le dévouement à la chose publique. Mais pour que cette dimension républicaine soit intégrée à Rouen, il fallait aussi activer les vecteurs de la reconnaissance locale, d’autant plus qu’au sein du milieu médical rouennais, Charles Nicolle ne possédait pas que des amis.

13C’est dans cette optique que l’on comprend un peu mieux l’intérêt permanent du biologiste pour la littérature. De cet homme écrasé par son labeur de recherche, on sait en effet qu’il ne négligea jamais d’entretenir le lien avec sa ville natale, publiant des contes et nouvelles comme le Parler de Saint-Chresme dans le Journal de Rouen du 23 juillet 1930. Les nombreux romans qu’il publie de 1913 (Le Pâtissier de Bellone) à 1929 (Les deux larrons), ses essais comme L’étude sur la famille médicale de Gustave Flaubert, sont salués par la presse rouennaise et l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen dont il est membre correspondant dès 1920. En échange de cette fidélité, la ville inaugure un buste en son honneur dans les locaux de l’école de médecine le 6 décembre 1930, prélude à une reconnaissance posthume d’ampleur, puisque l’Hôpital général de Rouen prendra, en 1953, le nom de Charles Nicolle. C’est dire que la consécration relève avant tout d’une insertion locale réussie et cultivée. La démonstration peut en être apportée a contrario par trois autres commémorations ratées ou différées dans le temps. Les enfants maudits le sont d’abord localement.

  • 11 Il s’agit du 71, rue Jeanne-d’Arc, résidence familiale de M. et Mme Eugène Duchamp, parents des ar (...)

14Le cas le plus célèbre, du moins celui qui fait encore couler beaucoup d’encre à la fin du xxe siècle, est celui des frères Duchamp, et plus particulièrement de Marcel Duchamp, l’un des pères de l’art moderne. Doit-on considérer les Duchamp – Jacques Villon (1875-1963), Raymond Duchamp-Villon (1876-1918), Marcel Duchamp (1887-1968) et Suzanne Duchamp (1889-1963) – comme des artistes « rouennais » ? La question ne se poserait pas si la ville n’avait pas fait apposer, en avril 1967, une plaque commémorative sur la maison des parents des frères et sœurs Duchamp. À cette date Marcel Duchamp était encore vivant et accepta le texte. Sur cette plaque, on pouvait lire : « Ici a vécu/Entre 1905 et 1925/Une famille d’artistes normands/Jacques Villon/1875-1963/Raymond Duchamp-Villon/1876-1918/Marcel Duchamp/1887-/Et Suzanne Duchamp/1889-196311. »

  • 12 Nous suivons ici les biographies classiques fournies par CABANNE Pierre, Les trois Duchamps. Jacqu (...)

15La référence à la « normandité » a ici de quoi surprendre. Les Duchamp étaient certes originaires de la région rouennaise, nés respectivement à Damville dans l’Eure (Gaston Duchamp-Jacques Villon et Raymond Duchamp) et à Blainville en Seine-Inférieure (Marcel et Suzanne Duchamp). Ils avaient tous également suivi des études secondaires à Rouen entre 1885 et 190512. Leur vie familiale enfin, les rapprochait de Rouen où s’était établi le père, notaire, à partir de 1905. Suzanne Duchamp, la sœur cadette, négligée par la plupart des biographes, avait même épousé en 1911 un pharmacien rouennais. Mais elle s’en sépare en 1914 comme ses frères s’étaient séparés des attaches normandes.

16Car la carrière de ces non-conformistes de l’art contemporain prend le contre-pied des parcours classiques. Sans doute trop à l’étroit au sein du milieu artistique provincial, les Duchamp émigrent très tôt à Paris. Jacques Villon s’établit dans la capitale à l’âge de 20 ans (1895) et ouvre ainsi la voie à ses cadets. Raymond s’installe à Neuilly en 1903 (il a 27 ans), Marcel rejoint ses aînés l’année suivante, à 17 ans, bientôt suivi de Suzanne, qui épouse en 1919 le critique d’art Jean Crotti. Les Duchamp tentent alors d’investir les salons parisiens. Jacques, Raymond et Marcel participent au Salon d’automne entre 1904 et 1912. Mais l’espace de la création institutionnalisée, qui ne fait que prolonger les salons académiques de province, ne leur suffit pas. À l’image de leurs aînés impressionnistes, ils créent leur propre mouvement, le groupe de Puteaux, plus connu sous le nom de « Section d’Or ». La guerre suspend cette « effervescence » et leur ouvre de nouveaux horizons.

  • 13 Duchamp Marcel, « A complète reversal of art opinions by Marcel Duchamp, iconoclast », Art and Dec (...)
  • 14 Le Cheval Majeur, qui orna longtemps le hall de la préfecture de la Seine-Maritime et dont le musé (...)

17Les Duchamp comptent en effet parmi les premiers artistes français qui ont tenté l’aventure artistique outre-Atlantique. Marcel, le premier, part pour New York, en 1915. Il y vivra en alternance avec Paris dans l’entre-deux-guerres, avant de s’installer à Philadelphie. C’est aux États-Unis que son œuvre atypique (des premiers ready-made de 1915 au Grand Verre inachevé de 1915-1923, en passant par le Grand Nu de 1913) va s’imposer. On suit bien les jalons de la consécration : l’Armory Show de New York (1913), l’exposition du Brooklyn Museum (1926), l’exposition surréaliste de Londres-New York (1936), l’exposition de l’Arts Club of Chicago (1937). Ces expositions s’accompagnent d’un travail critique fondamental, qu’inaugure la célèbre interview au magazine Arts and Decoration, en septembre 191513. Dans son sillage, le cadet entraîne la consécration outre-Atlantique de ses aînés, Jacques Villon (Armory Show, 1913 ; New York, 1921 ; Brummer Gallery à New York, 1928 ; Arts Club of Chicago, 1933 ; Marie Harriman Gallery de New York, 1934)… et de Raymond-Duchamp Villon, dont on découvre l’œuvre de manière posthume14. Avant même les Surréalistes ou les architectes du Bauhaus, les Duchamp avaient senti que le destin de l’art du xxe siècle se jouait sur les rives du nouveau monde. Autant dire que les quais rouennais étaient bien éloignés de leurs préoccupations.

  • 15 Les Duchamps. Jacques Villon, Raymond Duchamp-Villon, Marcel Duchamp, Suzanne Duchamp, catalogue d (...)
  • 16 Cf. Paris-Normandie, 3 mai 1996, article signé F.H, « On achève la visite avec beaucoup moins de l (...)

18Les Duchamp sont-ils revenus à Rouen au début des années vingt, comme l’indiquent certains détails biographiques ? La question n’a aucun sens sous l’angle du culturel. Ils se tiennent en apparence à des années lumières de la vie artistique locale. La ville ne les découvrira que tardivement, bien après leur mort, à l’initiative d’Olga Popovitch, conservateur du musée des beaux-arts dans les années soixante. Il faut en effet attendre 1967 pour voir une exposition rétrospective officielle de ces « artistes normands15 », exposition sciemment montée pour bousculer les habitudes artistiques locales. La reconnaissance quant à elle, attend toujours comme en témoignent les propos recueillis en 1996 auprès des visiteurs d’une rétrospective de l’École de Rouen s’achevant sur deux ready-made de Marcel Duchamp16. Aujourd’hui encore, la mémoire rouennaise des Duchamp n’est guère entretenue que par une poignée de militants culturels. On a oublié d’indiquer sur la plaque commémorative la date du décès de Marcel Duchamp, depuis… 1968 !

  • 17 L’anecdote, que nous n’avons pu malheureusement vérifier, est rapportée par Mme Marthe Menuisement (...)
  • 18 Dans l’entre-deux-guerres Marcel Duchamp demeure sociétaire du Cercle rouennais des échecs et remp (...)

19Pourtant, même dans ce cas extrême, le lien avec Rouen ne paraît pas totalement évacué. Pour peu qu’on examine attentivement les biographies « officielles », pour peu surtout qu’on ne s’en tienne pas à ces clichés qu’une histoire de l’art mal comprise a pu accumuler sur la rupture introduite par la modernité, on pointera quelques failles significatives. Notons tout d’abord qu’à la Belle Époque, moment de structuration de l’œuvre des Duchamp, l’exposition locale n’est pas négligée. Si Jacques Villon expose ainsi ses premières œuvres au nouveau Salon d’automne en 1904, il réalise sa première exposition d’artiste à la galerie Legrip de Rouen en 1905. En 1911, Marcel Duchamp expose conjointement à Paris et à Rouen. On peut certes attribuer ces expositions de jeunesse à une hésitation légitime sur la stratégie de carrière. À l’inverse, la mention de Marcel Duchamp comme président d’honneur du très rouennais prix de la jeune peinture au début des années cinquante17, à un moment où l’artiste n’avait plus rien à démontrer, s’explique sans doute par un hommage, non dénué d’humour, de l’artiste à son lieu de naissance18. Le soin avec lequel Marcel Duchamp, âgé et éloigné de Rouen, participe aux rétrospectives rouennaises de son œuvre dans les années soixante témoigne là encore d’une conscience aiguë des voies réelles de consécration.

  • 19 Catalogue de la 25e exposition de la Société des artistes rouennais, 1934, p. 37 et Catalogue de l (...)

20Jacques Villon a sans doute préfiguré cette stratégie de reconnaissance locale dès l’entre-deux-guerres. Toutes les biographies présentent cette époque comme celle de la réussite. Villon se voit ainsi confier la gravure de 45 œuvres célèbres par la galerie Bernheim Jeune (1922) puis la décoration du pavillon de l’Aéronautique pour l’Exposition internationale de 1937. Les biographes ne disent rien pourtant de ses deux participations au salon des artistes rouennais en 1934 et 1935. En 1934, il expose deux peintures (Les présents et Portrait de G. Herbiet) et en 1935 à nouveau deux peintures (Figure dans un atelier et Paysage environ de Cannes) ainsi que deux gravures (Image de Mougins et Environs de Cannes)19. Les catalogues ne l’inscrivent pas au titre des artistes invités mais bel et bien dans la liste des sociétaires. Le premier catalogue le présente comme « Jacques Villon (G. Duchamp dit)/7, rue Lemaître à Puteaux » tandis que le second omet la parenthèse, comme si le pseudonyme était bien connu des éventuels lecteurs. Certes dès 1936, le nom de Villon disparaît du catalogue. Mais sa présence aux expositions rouennaises du milieu des années trente semble attester qu’il était membre de la Société des artistes rouennais en 1934-1935, soit dix ans après la mort de ses deux parents en 1925.

  • 20 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 21 octobre 1890.
  • 21 Cf. Vadelorge Loïc, « Entre l’impossible et le nécessaire ; les commémorations rouennaises de Géri (...)

21Faute d’avoir entretenu suffisamment cette filiation avec sa ville natale, le peintre Théodore Géricault fait au contraire réellement figure d’artiste maudit. Né à Rouen en 1791, Théodore Géricault est aujourd’hui considéré comme l’un des fondateurs de la peinture moderne. On redécouvre son œuvre à la Belle Époque, à la faveur des premières expositions rétrospectives, comme celle du Millénaire normand de 1911 (cliché 14) et de la constitution de premières collections en Allemagne comme en France (duc de Trévise). Pourtant Géricault ne dispose d’aucune statue à Rouen à l’aube des années vingt alors que se profile le centenaire de sa mort (1924). Un premier anniversaire, en 1891, qui aurait pu déboucher sur un projet monumental fut escamoté par une municipalité peu soucieuse de s’embarrasser d’un artiste jugé encore comme contestataire sinon subversif. De l’œuvre de Géricault, on ne retient à l’époque que Le Radeau de la Méduse, « peinture émue et compatissante, bien faite pour toucher les masses20 ». Pour de nombreux républicains « de gauche », Géricault est le peintre de l’égalité entre les races, de la solidarité entre les classes. Cette lecture engagée de l’œuvre n’était guère compatible avec le souci de neutralité politique des conseils municipaux rouennais de la fin du xixe siècle. Des personnalités modérées, Charles Dieudre, Alphonse Leteurtre, Achille Lefort, ont remplacé les radicaux des années quatre-vingt. La commémoration géricaldienne devient une obligation encombrante dans ce contexte politique. La greffe sera pourtant tentée à la Belle Époque, dans un contexte de résurgence du régionalisme, marqué par les Fêtes normandes de 1906 et la célébration du Millénaire de Normandie en 1911. On expose alors des toiles de Géricault à Rouen, présentant ses célèbres équidés comme des « chevaux normands ». La tentative de récupération de l’œuvre du peintre « rouennais » tournera cependant court21. En dépit de l’organisation d’une exposition commémorative en 1924 au musée des beaux-arts de Rouen, il faut attendre 1927 pour voir l’inauguration, rue de l’Avalasse, d’un buste de Géricault. Mais dans cette affaire, on le verra (chapitre III), ni la municipalité ni la société culturelle locale ne sont intervenues directement.

  • 22 Sur les jugements rouennais de Flaubert, cf. la mise au point historique dans Chaline Jean-Pierre, (...)

22Le cas de Flaubert est, en dernier lieu, le plus fascinant. Les relations entre l’écrivain et sa ville natale sont complexes, et la IIIe République ne fera que lever partiellement l’hypothèque. On se souvient de l’origine du différend. Peu après la mort de son ami Louis Bouilhet, Flaubert décida d’intervenir pour ériger à Rouen une fontaine commémorative. La ville déclina l’offre, prétextant un manque de place et le manque de liens entre Bouilhet, né à Cany-Barville et Rouen. En 1872, dans une lettre publique enflammée, Flaubert tonna contre le conseil municipal de Rouen, transformant ses modestes élus en symboles universels de la médiocrité culturelle provinciale. Ajoutons à cela la peinture peu flatteuse de la ville, dans Madame Bovary, et l’on comprend les réticences locales à célébrer Flaubert22. Si Flaubert, au contraire de Géricault, a bien représenté la ville dans son œuvre c’est semble-t-il, pour en faire le symbole du repoussoir urbain. Ville bourgeoise, Rouen forme pour Flaubert le cadre rêvé pour sa dénonciation en règle de la vile bourgeoisie. Rouen symbolise ainsi l’inculture et le taudis.

  • 23 Le 29 novembre 1918 le conseiller Léonce Fichet dépose une proposition d’initiative en faveur de l (...)

23Ces portraits au vitriol de la ville, orchestrés de plume de maître et savamment médiatisés, blessèrent foncièrement la société bourgeoise de la fin du xixe siècle. La ville accorda ainsi du bout des lèvres un emplacement au monument Bouilhet après une décennie de querelles. Rappelons aussi que la statue de Flaubert, bronze de Bernstamm, fut offerte à la cité en 1907, par un comité parisien et qu’en 1918 Rouen ne dispose d’aucune rue Flaubert23.

  • 24 Les cérémonies officielles se déroulent au Théâtre des arts (conférences, lectures, récitals). La (...)
  • 25 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 16 mars 1921.

24D’où l’intérêt et l’enjeu du centenaire de 1921. Organisé à l’initiative du Comité des amis de Flaubert, fondé en 1906, les cérémonies de 1921 qui célèbrent le centenaire de l’écrivain et de son ami Louis Bouilhet sont, et c’est une première, largement soutenues par la ville de Rouen24. Le discours de justification de la participation municipale se fonde sur la fracture familiale de 1872 qu’il s’agit désormais de réparer. Flaubert est qualifié par Louis Dubreuil de « bon géant de Croisset » et la municipalité affiche une volonté de rupture avec le silence gêné en matière de commémoration flaubertienne : « Nous espérons que l’ombre du maître sera apaisée et qu’elle reconnaîtra que la lettre à la municipalité de Rouen de 1872 ne s’applique plus à la municipalité de 192125. »

  • 26 Ce monument sera érigé au jardin du Luxembourg à l’initiative de la société des Gens de Lettres.

25Cette psychose flaubertienne est réactivée quelques mois plus tard quand la ville est appelée à donner son concours à l’érection d’un monument parisien à Flaubert26. Déboursant un millier de francs à cette occasion, la ville confirme son souci d’oublier la blessure. Dans un long rapport le docteur Brunon présente l’état de la question :

  • 27 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 14 décembre 1921. C’est n (...)

« Le nom de Gustave Flaubert est de ceux qu’un Rouennais ne peut pas prononcer du bout des lèvres et avec tiédeur… Flaubert avait raison : Rouen est trop oublieuse de ses poètes, de ses artistes et de ses inventeurs. Le bourgeois de Rouen considéra trop longtemps que l’entité Flaubert représentait deux chirurgiens, le père et le fils ; quand au saint-esprit, Gustave, on voulait l’ignorer… Rouen n’eut pas tous les torts. La légendaire cité avait le droit de déplorer l’indifférence de son fils devant l’histoire, les titres de noblesse des monuments de la ville d’art. Dans les querelles de famille, il y a toujours des torts des deux côtés. Mais le temps guérit tout. Ces vieilles histoires sont oubliées. Rouen (sauf peut être quelques bourgeois oscillants entre le oui et le non) se fait gloire d’honorer Flaubert27. »

26Ce témoignage, inouï par son aspect obsessionnel, révèle la complexité locale du processus de mémoire. Le souvenir n’est possible que si l’œuvre et l’artiste sont en phase avec les valeurs de la société culturelle dont ils sont issus. Dans le cas présent, seul le temps passé, la décantation nécessaire des injures proférées, permet cette mise en phase. Il est clair cependant que l’acceptation posthume du personnage Flaubertien est inséparable d’une neutralisation de la pensée subversive et anticonformiste de l’auteur. On aura aussi noté la mise en parallèle du patrimoine littéraire et du patrimoine monumental, âme culturelle de la cité. Il y a bien ici un jeu sur le temps patrimonial ou plus exactement élaboration d’une temporalité idéale, celle des vieilles pierres et des grandes œuvres de l’esprit, dissociées de leurs conditions historiques de production.

  • 28 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 22 août 1919. Proposition (...)
  • 29 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 20 avril 1921.
  • 30 AMR, 1M3. Cette pratique, attestée dans les années cinquante fut sans doute plus ponctuelle dans l (...)

27La gloire de Flaubert ne se limite d’ailleurs pas au centenaire de 1921. Soucieuse d’apporter son tribut à la gloire de l’écrivain, la municipalité radicale s’associe en 1930 au cinquantenaire de sa mort, organisé par la Ligue de l’enseignement et l’Université populaire. Plus ambitieuses que celles de 1921, ces cérémonies feront alterner discours officiels (le maire, l’adjoint aux Beaux-Arts), conférences, dépôt de palme au monument Flaubert et soirée musicale à l’hôtel de France. De gauche comme de droite les municipalités rouennaises se placent donc sous le signe de l’écrivain. En 1919, Rouen accepte, sur proposition d’un conseiller municipal, de nommer un conservateur du musée Flaubert, « non appointé, pris parmi les membres du Comité Flaubert pour veiller à la surveillance des collections du musée et pour solliciter l’accroissement de ses collections28 ». Dès 1921, la question d’une remise en état du pavillon se pose. Le conseil municipal n’hésite pas à allouer 7 000 francs et à décider l’envoi de « jardiniers de la ville » pour la réfection du parc29. Ce pavillon devient un lieu de pèlerinage annuel pour les Amis de Flaubert et la Ville s’associera aux manifestations en envoyant une délégation chaque 12 décembre, jour anniversaire de la naissance de l’écrivain30.

28On le voit la mémoire culturelle locale suit des cheminements complexes et doit peu aux critères de notoriété acceptés en général. Il est clair que la différence entre les artistes célébrés et les artistes oubliés localement se situe dans la qualité du lien au lieu. Les uns ont su, de leur vivant, entretenir la mémoire locale de leur nom. Les autres ont négligé leur filiation, au risque d’apparaître nés quelque part par hasard. Mais dans les deux cas, l’intervention de structures de sociabilité (associations artistiques ou scientifiques, sociétés savantes, sociétés d’amis, associations d’anciens élèves, comités d’érection statuaire) est décisive. C’est sans doute la raison pour laquelle Géricault reste le véritable enfant maudit de Rouen, faute d’avoir fait l’objet d’une appropriation dépassant le seul musée des beaux-arts. Il n’existe pas de territorialisation sans réseau porteur. C’est dire que le détour par l’espace des sociabilités est nécessaire à qui veut comprendre l’organisation de la vie culturelle locale.

Des lieux aux réseaux : la logique de l’insertion

29Être reconnu dans sa ville natale suppose d’abord de l’être par son élite cultivée. Mais que signifie au juste ce terme et comment l’insertion d’un individu dans la société culturelle locale se réalise-t-elle ? La réponse à ce type de questions suppose de croiser les données sociales et les données culturelles d’une époque donnée. Plutôt que de recourir à une sociologie préconçue, séparant les groupes sociaux et les pratiques culturelles, on a préféré ici partir d’une étude de cas. L’approche monographique, en l’occurrence celle de l’architecte Pierre Chirol, qui exerça entre 1910 et 1950 un réel magistère intellectuel à Rouen, permet de restituer l’entrecroisement de réseaux de sociabilité, mobilisés pour « faire carrière ».

  • 31 On ne trouvera bien entendu aucune trace de Pierre Chirol dans Ragon Michel, Histoire de l’archite (...)
  • 32 Ces deux derniers monuments ont été inscrits à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiqu (...)

30Architecte aujourd’hui contesté31, Pierre Chirol (1881-1953) réalisa dans l’entre-deux-guerres quelques constructions remarquées au niveau national telles le Clos normand de l’Exposition internationale des arts décoratifs (1925), la chapelle du Collège de Normandie à Clères (1930), la restauration de l’église Saint-Nicaise de Rouen (1936-1938)32. Nommé, en 1923, architecte régional des PTT, il sera le maître d’œuvre de très nombreux bureaux de postes couvrant l’ensemble de la Normandie. À Rouen même, il réalise le siège de la direction régionale entre avril 1931 et juin 1934. C’est pourtant moins l’architecte qui intéresse l’histoire culturelle que l’intellectuel influent. Désigné en 1939, président du Groupe normand des architectes diplômés par le gouvernement, Pierre Chirol est nommé un an plus tard à la tête du premier conseil régional de l’Ordre des architectes, créé par la loi du 31 décembre 1940. Il demeurera à ce poste prestigieux jusqu’en 1945. Cette consécration n’est que le fruit légitime d’une insertion locale et régionale orchestrée de main de maître. Si Pierre Chirol fait figure de notable culturel rouennais, c’est sans nul doute en raison de sa capacité à se situer au carrefour des sociétés locales influentes.

  • 33 Cf. ADSM, 97J1-4.

31L’ascension sociale de Pierre Chirol s’explique en premier lieu par la mise en œuvre de solidarités familiales. Les archives notariées du fonds privé Chirol, déposé aux archives départementales de la Seine-Maritime, permettent de remonter jusqu’au milieu du xviiie siècle, date à laquelle la branche paternelle, d’origine auvergnate, s’implante en Normandie33. Les Chirol, de colporteurs se font alors négociants. Mais l’essentiel de la fortune familiale se constitue plus tard, sous la Restauration au moment où les Chirol s’allient aux Bataille, propriétaires cultivateurs dans la région de Bacqueville. De l’union de Françoise Bataille et de Jean-François Chirol (1814) naîtront trois filles et un garçon, Louis Gustave, le père de Pierre Chirol. Héritier de son oncle Joseph Bataille, Gustave Chirol quitte la campagne pour la ville et devient fabricant de rouennerie, puis teinturier (1886). Entre-temps, il épouse Louise Baron, fille d’un riche entrepreneur de bâtiment à Déville lès Rouen. Cette nouvelle alliance entre des industriels du textile et des entrepreneurs de maçonnerie est déterminante pour l’accès à la bourgeoisie rouennaise. Les cousins Baron de Pierre Chirol sont des industriels renommés à Rouen. Albert Baron est manufacturier à Déville lès Rouen, Ernest Baron, entrepreneur de BTP, Jacques Baron, industriel à Rouen et conseiller municipal de la ville de 1922 à 1929.

  • 34 Cf. ADSM, 97J2.

32Il est difficile de mesurer le rôle exact des liens familiaux entre les Baron et les Chirol. Il est clair que dans la phase initiale de formation de l’architecte, le réseau familial a été peu sollicité. Les rares documents retrouvés semblent même attester de la précarité de la condition sociale de l’étudiant Pierre Chirol. Mais les liens familiaux sont entretenus jusqu’à la mort de l’architecte, comme en témoignent à la fois le faire-part de décès, indiquant les noms des neveux et cousins, les cartes de doléances et les nombreuses lettres de famille (Baron, Bluet) conservées34.

  • 35 Cf. ADSM, 97J29.
  • 36 Ibidem.
  • 37 Cf. nombreux témoignages jusqu’aux années cinquante dans 97J2.

33Comment dès lors ne pas relier cette cohésion de la famille souche et les fréquentes associations des entreprises de BTP Baron aux réalisations architecturales de Pierre Chirol ? Ainsi, quand en 1912 l’industriel Trévoux décide de construire une église à Petit-Quevilly et qu’il demande à son entrepreneur André baron à quel architecte s’adresser, celui ci lui conseille évidemment son jeune cousin, Pierre Chirol, tout juste installé à Rouen (1911). Voici pour la première église de Pierre Chirol35. Quelque temps plus tard, on retrouve la société Baron associée à la construction de la chapelle Jeanne-d’Arc à Eslette, conçue par Pierre Chirol36. En 1915, l’église de Fauville en Caux, également dessinée par l’architecte est réalisée en partie par l’entreprise Maurice Baron. Dans l’entre-deux-guerres c’est un Pierre Chirol, désormais installé et reconnu qui confiera régulièrement ses réalisations à l’entreprise Roger Baron37.

  • 38 Pierre Chirol a tout gardé, les lettres, les arrêtés de nomination comme les cartes de visite, les (...)
  • 39 Voir les généalogies des Curmer, Keittinger, Rondeaux, Hélot… détaillées dans Chaline Jean-Pierre, (...)

34Cette logique de la solidarité familiale ne saurait cependant être poussée plus avant. Le recours aux entreprises Baron n’est pas exclusif. Pierre Chirol travaille aussi avec d’autres entrepreneurs rouennais (Georges Lanfry, E. Lagnel). Par ailleurs, rien n’indique la présence des Baron dans les chantiers des bureaux de poste. De surcroît, la correspondance, vraisemblablement exhaustive38, ne révèle aucune pratique occulte (pots de vins, coulages, délits d’initiés, concours truqués…). Jamais la préférence familiale ne fait office de dogme. Le réseau familial, qui caractérise un grand nombre de familles rouennaises depuis le xixe siècle39, est activé quand l’opportunité se présente. Il ne peut en aucun cas expliquer à lui seul l’accès de Pierre Chirol à la notabilité locale.

35Les jalons de l’ascension sociale et culturelle de Pierre Chirol (fiançailles et mariage en 1913 entrée à l’Académie de Rouen en 1919, prix Lamaizière de l’Association provinciale des architectes en 1930, prix Ancelot de la Société Saint-Jean, prix Dejean de la Société centrale des architectes en 1933, Légion d’honneur en 1947) fournissent l’occasion de nombreuses cartes et lettres de félicitations qui dessinent un réseau d’interconnaissances et d’amitiés. On note tout d’abord la fréquence et le ton familier des messages provenant d’intellectuels rouennais, ayant suivi des études supérieures à Paris et appartenant à la même génération que Pierre Chirol. Cette génération des diplômés rouennais, née entre 1880 et 1890, va progressivement s’imposer dans la vie culturelle locale après la Première Guerre mondiale et demeurera active jusqu’aux années cinquante.

  • 40 ADSM, 97J1, dans une lettre de félicitations adressée par Marcel Dupré à Pierre Chirol à l’occasio (...)
  • 41 Chaline Nadine-Josette, Des catholiques normands sous la IIIe République, Roanne, Horvath, 1985. P (...)

36Ce groupe dont l’historien ne peut saisir la cohésion qu’au travers des sources privées, frappe tout d’abord par son hétérogénéité. On trouve là en effet des musiciens comme Marcel Dupré (né en 1886)40, des journalistes comme Jean et André Lafond, les directeurs du Journal de Rouen (respectivement nés en 1888 et 1890 et que Pierre Chirol fréquente régulièrement dans l’entre-deux-guerres), un directeur des douanes (Jules Lhôte), un chanoine de la cathédrale de Rouen (Edouard Coutan), un avocat à la cour d’appel (Pierre Macqueron)… Nadine-Josette Chaline a bien mis en évidence les liens religieux qui unissent la plupart des membres de ce groupe41. Il faut aussi explorer les pistes proprement intellectuelles de ce réseau.

37Le groupe semble s’être structuré au moment des études secondaires effectuées à Rouen au sein des deux établissements concurrents, le lycée Corneille (Lafond, Dupré) et l’institution Join-Lambert (Chirol, Coutan). Les associations d’anciens élèves, très actives dans l’entre-deux-guerres permettent d’entretenir cette sociabilité lycéenne. Cependant si ce groupe se distingue des nombreux bacheliers rouennais du premier xxe siècle, c’est bien par sa formation parisienne.

  • 42 ADSM, 97J13, Pierre Chirol rappelle dans son discours de réception de Jean Lafond, qu’ils se fréqu (...)

38De cette formation, qui commence vers 1900 et qui s’achève avant la Première Guerre mondiale par une pluie d’honneurs (Marcel Dupré remporte le 1er Grand Prix de Rome en 1914, Pierre Chirol une médaille de 3e classe au Salon des artistes français en 1911), on retiendra la fréquentation commune des meilleurs établissements d’enseignement supérieur de la capitale. Jean Lafond et Edouard Coutan suivent tous deux les cours d’Émile Male au lycée Louis le Grand vers 1904-190542. Pierre Chirol suit les cours de l’École du Louvre en 1906-1909 et ceux de l’École nationale des beaux-arts entre 1903 et 1911. De 1905 à 1909 Marcel Dupré est au Conservatoire national de musique pendant qu’Edouard Coutan est à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et Jean Lafond à la Sorbonne.

39Cette camaraderie ne résulte pas simplement d’une proximité institutionnelle, redécouverte sur le tard. Dès cette époque elle est orchestrée par de véritables sociétés d’ » originaires », à l’image des anciens collèges médiévaux. Pierre Chirol rappelle le fonctionnement de cette sociabilité spécifique dans son discours de réception du chanoine Coutan à l’Académie de Rouen :

  • 43 ADSM, 97J13, discours de Pierre Chirol lors de la réception à l’Académie de Rouen du chanoine Cout (...)

« Un séjour parisien fait toujours figure d’exil devant les jeunes provinciaux, externes habitués à la chaude atmosphère de la famille. Cependant vous n’avez guère connu la nostalgie de la cité rouennaise… grâce à ce groupe charmant d’anciens élèves de Join-Lambert… Quels Rouennais de notre génération n’ont pas alors fréquenté ce phalanstère de très bon aloi, et comment oublier jamais ces soirées où notre commun ami M.D noyait les aridités du droit romain dans les vaporeuses harmonies de Claude Debussy43… »

40Les liens tissés sont approfondis dans l’entre-deux-guerres. Au-delà des réceptions bourgeoises, cette génération intellectuelle veut occuper le terrain culturel et imposer localement la légitimité de sa formation. Ainsi Jean Lafond ouvre à Pierre Chirol les colonnes du Journal de Rouen. Certes les 35 articles qui paraîtront sous son nom de 1913 à 1940 ne peuvent légitimer une influence culturelle. Mais en dehors des articles, chaque conférence, chaque allocution du prodigieux orateur qu’était Pierre Chirol seront fidèlement retranscrites dans le quotidien rouennais qui contribue ainsi à faire de l’architecte un homme de plume autant qu’un homme d’équerre. Le véritable bastion à prendre c’est bien entendu l’Académie de Rouen, miroir de la culture savante locale. Petit à petit les diplômés parisiens vont conquérir la vieille compagnie. Pierre Chirol, admis dès 1914 mais reçu seulement en 1919 en raison de la guerre, sera le cheval de Troie de cette relève générationnelle. Il appuie très fortement les candidatures de ses amis Jean Lafond et Edouard Coutan, prononce lui-même les discours de réception de Jean Lafond (1925), Jules Lhôte (1928) et Edouard Coutan (1939) insistant au passage sur le cursus honorum et la légitimité scientifique des impétrants.

  • 44 ADSM, 97J13, Pierre Chirol/président de l’Académie de Rouen, 6 juin 1938 : « Il siège parmi nous d (...)

41C’est là une petite révolution au sein de la culture savante. En effet, entre 1880 et 1900 aucun universitaire n’avait franchi les portes de l’Académie de Rouen. L’arrivée des diplômés parisiens, renforcée par celle des conservateurs professionnels (Fernand Guey, Henri Labrosse et Robert Régnier, respectivement issus de l’École du Louvre, de l’École des Chartes et de la Sorbonne) la font entrer implicitement dans la nouvelle ère scientifique, issue de la Nouvelle Sorbonne : celle de la spécialisation disciplinaire. Ceci pose le problème de l’adéquation, au sein de l’Académie de Rouen, entre cette génération intellectuelle et la génération précédente, érudite et encyclopédique. N’imaginons pas pour autant une querelle entre les anciens et les modernes. Lors du discours de réception d’Edouard Coutan, Pierre Chirol rend un vibrant hommage à son père, le docteur Coutan, archétype de l’érudit local, entré à l’Académie de Rouen en… 189544 ! La réussite de Pierre Chirol ne pourrait en effet s’expliquer sans une stratégie délibérée d’intégration aux réseaux associatifs existants. Les sociétés savantes, les patronages, les sociétés artistiques ou les commissions consultatives sont les lieux où, derrière sa mondanité et son sens du bénévolat, va se construire sa légitimité sociale.

  • 45 ADSM, 97J2, cartes de visites lors des fiançailles en 1913, de la réception à l’Académie en 1919 e (...)

42Là encore les manifestations de sympathie lors des grands événements familiaux constituent un biais commode de repérage de l’intégration locale de l’architecte. On ne peut qu’être frappé de la notoriété du personnage puisque tout ce que la ville compte d’important dans l’entre-deux-guerres lui témoigne, à un moment où à un autre de sa carrière, de l’amitié. Énumérons : les dynasties industrielles (Baron, Lanfry, Fromage, Badin, Brière), les juristes (Chanoine-Davranche, Geispitz), les médecins (Payenneville, Cauchois, Brunon, Coutan), les artistes (Guilloux, Delaunay, Billard, Baudouin), les écrivains (Cé, Spalikowski, Herval), les musiciens (Dupré, Haumesser), les éditeurs (Dervois, Lestringant), les conservateurs de musées (Guey, Paulme, Régnier), les élus locaux (Lucien Valin, Louis Dubreuil)45. Comme l’érudit Georges Dubosc, autre figure dominante de la période, Pierre Chirol apparaît comme un pivot de la société culturelle locale. À l’inverse du dilettantisme d’un Dubosc refusant de lire son discours de réception à l’Académie de Rouen cependant, Pierre Chirol affiche une rigueur sociale qui ne fut sans doute pas étrangère à la rapidité de son ascension au sein du monde associatif local. Le cumul des charges ne semble pas l’avoir effrayé.

43Pierre Chirol cotise ainsi à l’Académie de Rouen, à la Société libre d’émulation, à la Société des amis des monuments rouennais, à la Commission départementale des antiquités, mais aussi au Photo-club ou au Rotary Club de Rouen dont il est un des membres fondateurs en 1936. Cette collection de cartes ne préjugeait nullement d’un investissement culturel réel. Mais Pierre Chirol ne se contentait généralement pas de payer ses cotisations. Il fut de ces membres actifs sur lesquels reposent à la fois le fonctionnement et les perspectives des sociétés savantes de la IIIe République, et plus largement du monde associatif.

  • 46 ADSM, 97J15, arrêté de nomination du 4 novembre 1926.

44Entré à la Société des amis des monuments rouennais en 1912, il en devient secrétaire en 1914 puis président de 1935 à 1938. De même à l’Académie où il suit une progression logique, secrétaire de la classe des lettres (1920-1922), vice-président (1923) puis président par deux fois (1926 et 1944). Il sera de même secrétaire de la Commission départementale des antiquités de 1915 jusqu’au milieu des années vingt. Cet investissement associatif précoce l’amène à participer activement aux activités culturelles de la cité. Dès 1911, alors qu’il vient juste de s’installer à Rouen, il fait office de secrétaire-adjoint du congrès du Millénaire de la Normandie. En 1926, il est encore membre du comité des fêtes Guillaume le Conquérant46.

45L’insertion locale de Pierre Chirol et son ascension professionnelle s’expliquent ainsi par la mobilisation successive de différents réseaux d’influence. S’y entremêlent les solidarités familiales ou générationnelles et le poids des sociétés savantes. C’est dire une fois encore la nécessité d’avoir recours aux effets de sociabilité pour rendre compte de la vie culturelle d’une époque.

Des réseaux aux associations : la logique d’organisation

46Le recours aux archives privées permet de mettre en évidence la densité sociale qui entoure la production et la diffusion d’une œuvre d’art. Alors que ni les institutions, ni les associations, ni la presse n’ont parfois gardé la mémoire des efforts des hommes de l’art pour se faire connaître, les correspondances révèlent le poids des sociabilités. Le monde littéraire servira ici de fil conducteur pour restituer ce poids et la manière dont il débouche parfois sur une structuration associative.

47En province comme à Paris, la critique d’un livre assure son existence, à défaut d’assurer sa diffusion. Un livre dont on ne parle pas, dans les pages spécialisées de la presse locale, dans les revues savantes ou dans les réunions d’association, n’existe pas. C’est la raison pour laquelle Rouen passera à côté du surréalisme dans l’entre-deux-guerres, malgré les liens qui unissaient le mouvement à la Normandie. Nul ou presque ne citait ici des livres d’André Breton, d’Aragon ou d’Eluard. On leur préférait des auteurs qui font aujourd’hui figures de classiques comme Bernanos, Giraudoux, Gide, Martin-du-Gard ou des écrivains catholiques qu’on a oubliés comme Massis ou Rops. On parlait en revanche régulièrement des écrivains régionalistes, comme en témoigne l’importante correspondance de René-Gustave Nobécourt, fondateur en 1922 de la Vie littéraire page hebdomadaire du Journal de Rouen.

  • 47 Cette correspondance nous a été gracieusement ouverte par la famille Nobécourt. Nos remerciements (...)
  • 48 Thiesse Anne-Marie, Écrire la France, Le mouvement littéraire régionaliste de langue française ent (...)
  • 49 En 1929 par exemple, la Vie littéraire de René-Gustave Nobécourt titre « Conteurs et poètes norman (...)
  • 50 Archives RGN, Jean de la Varende/René-Gustave Nobécourt, 2 mars 1940. En décembre 1948, Jean de la (...)

48Au sein de la correspondance de René-Gustave Nobécourt47 le réseau haut-normand n’apparaît pas, au premier abord, comme déterminant. Sur les 115 correspondants recensés, seuls 20 proviennent de Haute-Normandie. En fait, parmi les 64 correspondants « parisiens », 13 sont des écrivains originaires de Normandie, à l’image du plus célèbre d’entre eux, André Maurois. On vérifie ici encore que le régionalisme n’est pas synonyme d’implantation régionale pour les artistes ou les écrivains qui s’en réclament : Écrire ne signifie pas résider48. L’autre caractéristique de ce réseau littéraire est que René-Gustave Nobécourt n’entend pas se limiter à des connaissances rouennaises. Dans la Vie littéraire on présente aussi bien les écrivains « rouennais » (Jacques Carton, Jean des Vignes Rouges, René Trintzius, André Renaudin…) que les autres, ceux d’Elbeuf (André Maurois, Jean Gaument et Camille Cé) et du pays de Caux (Louis Fabulet, Francis Yard) mais aussi ceux du Havre, traditionnellement négligés par la culture rouennaise (Julien Guillemard, Armand Salacrou, Céline Lhotte, Henriette Charasson) voire ceux de l’Eure (Jean de la Varende)49. L’article le plus célèbre de René-Gustave Nobécourt est d’ailleurs celui où il révèle l’auteur de Nez de cuir, en août 1936. À la suite de cet article, le livre de Jean de la Varende, pré-édité à Rouen à 2000 exemplaires sera tiré par Plon à 100 000 exemplaires, lançant définitivement l’écrivain. Celui ci reconnaîtra très souvent sa dette envers René-Gustave Nobécourt : « Vous m’avez donné un bien bel et bien noble appui une fois de plus depuis cette étonnante page consacrée à Nez de cuir50. » Plus rares en revanche sont les échanges avec les milieux littéraires bas-normands, à l’exception notable de Raymond Postal (34 lettres).

49Parmi ces dizaines de noms d’écrivains, d’historiens ou de journalistes normands, il faut noter certaines correspondances plus suivies, comme celles avec Camille Cé (50 lettres), Jean des Vignes Rouges (42 lettres), Jean de la Varende (41 lettres) ou Jacques Carton (32 lettres) qui débouchent le plus souvent sur des relations amicales. En glissant ainsi des relations publiques aux pratiques privées (visites, dîners, faire-part…) le réseau littéraire haut-normand, constitué autour de l’intermédiaire René-Gustave Nobécourt gagne en densité et en efficacité. L’étude en révèle l’importance stratégique et symbolique.

  • 51 Né à Valenciennes en 1903, Jacques Carton sera nommé au 39e régiment d’infanterie à Rouen en 1923, (...)
  • 52 En décembre 1928, Henri Massis, de passage à Rouen déjeune chez les Nobécourt.
  • 53 Archives RGN, Jacques Carton/René-Gustave Nobécourt, 14 août 1930.

50Le patronage est le biais privilégié de l’intégration des nouveaux venus au champ littéraire régional. La correspondance avec Jacques Carton donne la mesure de ces pratiques de légitimation. Jacques Carton51 donne ainsi le manuscrit de son premier roman, Aït Lila, à René-Gustave Nobécourt pour qu’il le transmette à Henri Massis, qu’il connaît bien52. C’est grâce à l’intervention de ce dernier que Plon accepte de publier le roman en 1929. Ce coup de pouce en entraîne d’autres, expressions de la solidarité coutumière au champ littéraire local. Ainsi Jacques Carton rend compte de l’Armand Carrel de René-Gustave Nobécourt pour le Journal de Rouen et la France militaire53. Il fera de même pour les ouvrages des différents membres du groupe littéraire « Rouen 30 et la suite » dans lequel il a été admis à l’instigation de René-Gustave Nobécourt. En 1939 encore, alors qu’il s’est éloigné du champ littéraire rouennais depuis 8 ans, il commentera pour Choc le texte Jeunes fronts casqués, présenté par René-Gustave Nobécourt à l’Académie de Rouen. Parallèlement René-Gustave Nobécourt encense les romans de Carton comme Le chêne creux, publié chez Albin Michel en 1934 ou Edouard publié chez Plon en 1935.

  • 54 Cette école littéraire, fondée dans les années vingt par le Havrais Julien Guillemard et André Thé (...)

51Le processus de médiation littéraire apparaît ici singulièrement verrouillé. La marge de manœuvre du critique est bien étroite, coincé qu’il est entre la solidarité automatique du groupe littéraire régional et ses propres goûts qui l’amènent par exemple à rejeter l’esthétique prônée par le « Populisme54 ». Le principe de solidarité normande a des conséquences notables. Au nom de la défense de la production littéraire locale, le critique du Journal de Rouen est fréquemment contraint à amalgamer les idées politiques des différents auteurs. L’invention, purement formelle, d’une École littéraire haut-normande, à l’occasion de séries consacrées aux auteurs « rouennais » ou « normands » conduit René-Gustave Nobécourt à gommer les aspérités idéologiques du groupe. Quoi de commun en effet entre la vision du monde d’un Jean de la Varende, royaliste convaincu et future caution du régime de Vichy et celle des réseaux du radicalisme athée (Jean Gaument et Camille Cé, adeptes d’Alain et de la Libre pensée) voire de l’engagement plus à gauche (l’anarchiste Armand Salacrou, le populiste Julien Guillemard) ?

  • 55 Né à Blegny sur Beaune en Côte-d’Or, Jean Taboureau est nommé en 1922 commissaire du gouvernement (...)
  • 56 Archives RGN, Jean des Vignes Rouges/René-Gustave Nobécourt, 24 août 1929.
  • 57 Archives RGN, Jean des Vignes Rouges/René-Gustave Nobécourt, 28 août 1929.

52La critique n’est d’ailleurs pas le seul mode de neutralisation de la production littéraire. La cohésion de groupe, fabriquée artificiellement par le Journal de Rouen, fonctionne aussi comme un mythe que les écrivains eux-mêmes ont tout intérêt à entretenir. Le détour par le roman à clé est significatif. À Rouen, le spécialiste du genre est un autre militaire, le commandant Taboureau, entré en littérature sous le pseudonyme de Jean des Vignes Rouges55. Après avoir croqué dans Rouen l’orgueilleuse les personnages typiques de l’érudit local (Georges Dubosc) et de l’architecte régionaliste (Pierre Chirol), il s’attaque dans L’accusateur, publié à Rouen en 1929, au petit monde littéraire local. Dans une scène de ce roman judiciaire, il dépeint en quelques adjectifs les écrivains rouennais du moment. Ce qui frappe dans cet exemple, c’est moins l’auto-citation narcissique du groupe littéraire rouennais que le souci, révélé par la correspondance de tirer des portraits approuvés par les destinataires. Ainsi Jean des Vignes Rouges demande-t-il à René-Gustave Nobécourt son avis avant publication, espérant qu’ » il n’y a rien là-dedans de quoi vous déplaire56 ». Et il accepte ensuite de modifier son texte et de décrire René-Gustave Nobécourt non plus comme « prudent et réservé » mais comme « méditatif et réservé57 ».

  • 58 Archives RGN, Camille Cé/René-Gustave Nobécourt, 24 août 1929.
  • 59 Pseudonyme de Mme Léon Bussard.
  • 60 Archives RGN, Marion Gilbert/René-Gustave Nobécourt, 22 mai 1935.

53On pourrait voir derrière cette anecdote un cas limite d’auto-censure, lié à l’étroitesse du milieu littéraire local. Mais les écrivains normands de Paris (Lucie Delarue Mardrus, Marion Gilbert, Camille Cé) pour la plupart confirmés littérairement et donc n’ayant pas besoin de la plume de René-Gustave Nobécourt se gardent pourtant bien de la froisser. Leurs lettres aimables et lénifiantes traduisent leur souci de ne pas négliger, derrière René-Gustave Nobécourt, les lecteurs assidus du Journal de Rouen, public potentiel de leurs productions. Camille Cé le rappelle sans complexe : « Vous savez le prix que nous attachons à votre jugement et nous savons l’importance d’un article paru dans un journal admirablement dirigé et rédigé, son rayonnement dans toute notre chère province et même à Paris58. » L’argument économique n’est pourtant pas le seul en cause. Les articles de René-Gustave Nobécourt apparaissent rapidement aux écrivains hauts-normands comme une étape clé dans le processus de consécration littéraire. Aussi ne doit-on pas être surpris de voir les auteurs écrire à propos d’un article qui selon eux déforme leurs pensées ou n’insiste pas sur l’originalité de leur style. Ainsi de cette lettre de Marion Gilbert59, cauchoise de Paris défendant sa position d’écrivain régionaliste à la suite d’un article critique du Journal de Rouen : « Assurément la critique a tous les droits sauf toutefois celui de dire qu’un auteur ne connaît pas la langue qu’il parle. Et je sais le patois car je ne suis pas une dame de Paris qui écrit sur les Normands mais une vraie cauchoise qui a vécu 25 ans là-bas et peut soutenir une conversation en pur dialecte60. » Cette lettre témoigne de l’attention portée par les écrivains normands de Paris aux propos tenus par le Journal de Rouen. Non seulement ils le lisent mais encore ils considèrent sa page littéraire comme un lieu de reconnaissance symbolique. De fait, certains comme Camille Cé demandent à René-Gustave Nobécourt, à l’occasion d’articles moins élogieux, des compléments, des corrections et se prêtent volontiers au débat contradictoire.

  • 61 Ce qui en rend l’histoire délicate en l’absence d’archives. De fait le repérage des activités de R (...)

54Le Journal de Rouen ne suffisait pas à cependant à assurer la promotion d’une œuvre. Fort des amitiés nouées certains écrivains se décidèrent alors à créer un « groupe » littéraire original : « Rouen 30 et la suite… ». Formé à la fin des années vingt en réponse à la crise des lettres rouennaises, Rouen 30 et la suite ne se constituera pas, à la différence d’autres groupements d’artistes (Société des écrivains normands, Société des amis de Flaubert) en association déclarée. Le groupe n’éditera ni bulletin, ni charte-programme, ne produira aucune conférence savante, n’érigera aucun buste ou stèle à la gloire de ses membres61. Il atteste pourtant d’une certaine capacité d’organisation, d’un solide sens de l’humour sinon d’une réelle efficacité.

  • 62 L’évolution divergente de l’engagement des membres du groupe sous Vichy est ici éclairante. À un R (...)
  • 63 Sur Pierre-René Wolf, cf. la thèse de SIBOUT Cécile, Paris-Normandie au temps de Pierre-René Wolf, (...)

55Le groupe littéraire Rouen 30 et la suite pourrait être qualifié de « restaurant littéraire », à l’image des cafés littéraires de la fin du xixe siècle. Il se forme au cours de l’année 1929 autour d’écrivains locaux, pour la plupart liés au réseau radical-socialiste de La Dépêche de Normandie et de Rouen-Gazette son prolongement culturel. Certains membres comme René-Gustave Nobécourt, rédacteur en chef au Journal de Rouen viennent toutefois s’agréger au cercle. Mais la plupart des plumes du premier quotidien rouennais (Pierre Chirol, Jean Lafond) restent à l’écart. La sociabilité littéraire du groupe se fonde d’ailleurs moins sur les affinités politiques que sur la solidarité générationnelle62. Les membres de Rouen 30 et la suite ont tous environ trente ans en 1930, le groupe changeant de millésime tous les ans (Rouen 31 et la suite, etc.). À l’origine ils sont neufs, tous Rouennais et ayant publié dans les années vingt leurs premiers romans ou ouvrages historiques. On trouve là René Blech, Jacques Carton, Marcel Macé, Pierre Nebout, René-Gustave Nobécourt, André Renaudin, René Trintzius, Amédée Valentin, Pierre-René Wolf63.

  • 64 Entretien avec André Renaudin, 9 novembre 1990.

56Cette génération littéraire ne s’oppose pas pour autant aux valeurs établies qu’incarnent au début des années trente l’écrivain Jean des Vignes Rouges ou Edmond Spalikowski voire André Maurois. Les relations entre ces écrivains normands déjà célèbres et le groupe local Rouen 30 et la suite sont excellentes. Mais les jeunes talents ont incontestablement beaucoup de peine à percer dans un contexte de récession. Leurs livres, peu médiatisés, se vendent mal, voire sont inconnus du public local. Il s’agit ici de « fonder une union, une entraide, un faire-valoir64 » et aussi d’attirer l’attention sur l’existence d’une activité littéraire décentralisée. Pour ce faire le groupe monte de véritables événements littéraires.

57Comment se faire connaître quand on est inconnu ? Cette quadrature du cercle littéraire est résolue par le biais des soirées à thème, montées par Rouen 30 et la suite. L’idée de départ est ingénieuse. En utilisant les réseaux d’amitié des uns et des autres, on invite à Rouen un écrivain célèbre ou à la mode et on organise une réception burlesque dans un des meilleurs restaurants de la ville. La mise en scène de cette réception est primordiale. Des toasts de bienvenue à l’édition d’un menu travesti, tout est réglé pour créer l’événement avec un certain humour. L’affaire est ensuite largement médiatisée par des comptes rendus savoureux citant allégrement les noms des convives et de leurs œuvres.

  • 65 Artistes et écrivains normands, n° 17, 15 mars 1934, p. 116.

58L’origine locale de cette pratique de gastronomie littéraire remonte aux années 1870-1880. Une fois par an, à la Saint-Polycarpe, Gustave Flaubert et ses amis se réunissaient pour un dîner farce. Au menu de la dernière Saint-Polycarpe (27 avril 1880) on trouvait par exemple un potage velouté à la Bovary, un poulet Homais, des haricots verts Hamilcar, une glace Salammbô65. Le procédé est remployé, sans référence à l’original, par les jeunes écrivains rouennais des années trente.

  • 66 Cette seconde réception fit l’objet d’un tournage par Pathé-Journal. Le film est encore conservé a (...)

59Le repas qu’ils organisent en l’honneur du dramaturge René Fauchois en décembre 1930, quelque temps avant sa réception à l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen66 est un modèle du genre. Pour l’occasion, le groupe change d’appellation pour s’intituler Théâtre-Rouen 30 et la suite. Les membres du cercle ont commandé au cuisinier du Restaurant de la cathédrale un menu spécial, dont les appellations ont été soigneusement codées :

  • 67 Propriétaires du Restaurant de la cathédrale.
  • 68 Paraphrase de la Danse de mort de Strinberg que Fauchois fit connaître à Paris en 1920.
  • 69 Allusion à Beethoven, pièce en trois actes de René Fauchois, créée en 1909 à l’Odéon de Paris.
  • 70 René Fauchois fut le scénariste de Boudu sauvé des eaux en 1932 et une autre de ses pièces s’intit (...)

Théâtre Rouen 30
Salle de la cathédrale
Convert et Schwartz impresarii67
Le 4 décembre 1930
Rideau à 20 heures
La danse de vie, délassement en cinq plats68
La Grande marmite
L’Odéon 190969
Toute la Lyre et ses harmoniques
De Pilate à Boudu70
Farce tragi comique
Chœur final
Côté cour et côté jardin
Musique de scène : Saint-Martial, Gentil Bonnes côtes
Chef d’orchestre : Pommard 1921 de l’académie de Dijon

60Rouen-Gazette donne un long récit de cette soirée gastronomique et littéraire dans son numéro du 13 décembre 1930. C’est cependant la réception de l’écrivain à succès Daniel Rops, en juillet 1930 qui fut la plus révélatrice des stratégies publicitaires de Rouen 30 et la suite. Organisée par l’intermédiaire de René-Gustave Nobécourt, grand ami de l’écrivain catholique, la réception de Daniel Rops à l’hôtel de la Couronne fut le véritable acte de naissance du groupe. Les plats du menu travesti se décryptent entièrement à partir des œuvres des membres du groupe. L’ » âme obscure » renvoie au dernier ouvrage de Daniel Rops. L’ » Ingrid via Deutschland » au roman Deutschland de René Trintzius, l’ » Océanic Bar » au roman du même nom, le plus célèbre d’André Renaudin, la « collection Krobs » à l’un des héros de ce roman, pseudonyme d’Henri Le Secq des Tournelles, les « poulardes de l’Armand Carrel » à la Vie d’Armand Carrel récemment publiée par René-Gustave Nobécourt, l’ » Aït-Lila » à un roman du même nom de Jacques Carton, les pêches « Marfa » au roman Marfa de Pierre-René Wolf.

  • 71 Interprétation proposée par André Renaudin, 9 novembre 1990.
  • 72 Archives RGN, dossier A/Z, Pierre Mac Orlan/René Gustave Nobécourt, 19 octobre 1935.

61Là encore la caisse de résonance de la manifestation est assurée par la presse. Rouen-Gazette et La Dépêche de Normandie publient des comptes rendus précis, Comoedia, informée par le truchement de Daniel Rops relate la soirée par le menu ( !), tentant d’assurer une publicité nationale au groupe. L’impact réel de ces farces gastronomiques est cependant difficile à mesurer. D’une part, l’enthousiasme des débuts retombe rapidement après la réception de Pierre Mac Orlan en septembre 1931. Le groupe entre alors en léthargie relative. Cette hibernation, consécutive à la généralisation de la crise économique71, n’engendre pas pour autant de dissolution. La correspondance de René-Gustave Nobécourt signale une nouvelle réception farce, organisée le 19 octobre 1935 en faveur de Pierre Mac Orlan et de Jean Gabin, au moment de la sortie de La Bandera, tiré d’un roman du premier. Dans une lettre à Nobécourt, Mac Orlan évoque « Rouen 35 et la suite72 ». D’autre part, son impact sur la production et la diffusion littéraire de ses membres demeure problématique.

  • 73 Roman à clé, Borcher l’ermite du gratte-ciel dépeint la vie quotidienne des milieux locaux de pres (...)

62Si quelques romans paraissent bien dans le sillage de la fondation du groupe comme le Borcher l’ermite du gratte-ciel d’André Renaudin en 193173, d’autres auteurs comme René-Gustave Nobécourt renoncent à l’écriture romanesque à cette date. L’absence de bulletin de liaison comme de programme inaugural à l’image des deux Manifeste surréaliste d’André Breton (1924 et 1930) interdisaient tout succès à moyen terme. Nulle école littéraire locale ne se dégagera de Rouen 30 et la suite. L’assise géographique du groupe l’empêchait par ailleurs de s’ouvrir aux jeunes talents comme ceux du Havrais Jean le Povremoyne ou de son aîné Léon Lemonnier. Par son volontarisme et son originalité Rouen 30 et la suite dessinait cependant les contours d’une résistance culturelle locale à la crise économique des années trente. Il témoignait aussi de la vitalité de la sociabilité culturelle locale, vitalité qui ne demandait qu’à s’organiser.

63De fait, les « amitiés » plus ou moins spontanées, qui unissent artistes et écrivains à cette époque se formalisent souvent au sein d’associations qui adoptent parfois le cadre juridique de la loi de 1901. Après la création de la Société des amis de Flaubert en 1913, vient ainsi celle de deux nouvelles sociétés, les Amis du musée des beaux-arts de Rouen en 1925 et ceux du Théâtre des arts en 1927. Il faut ajouter à ce mouvement le projet d’une société d’Amis de la bibliothèque de Rouen en 1922. Dans l’exemple du musée et de la bibliothèque le rôle des professionnels est déterminant. Ils contribuent de cette manière à affirmer l’importance de la culture et l’identification de certains de ses secteurs moteurs. Ils réaffirment dans le même temps l’interdépendance entre les institutions et leurs publics, c’est-à-dire la nécessaire dimension sociale de la culture. Le Théâtre des arts en offre une preuve de taille.

  • 74 AMR, registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 11 juillet 1935.
  • 75 Henri Hie (1868-1939) était bâtonnier des avocats à la cour d’appel de Rouen. Henri Geispitz (1866 (...)

64La Société des amis du Théâtre des arts entend moins faire rayonner l’institution qu’infléchir sa programmation. C’est à l’initiative de deux amateurs passionnés, le juriste Henri Geispitz et le musicologue Paul-Louis Robert, qu’est fondée en 1927 cette association. Ces deux personnages sont loin d’être des inconnus. Membres de droit de la commission consultative du Théâtre des arts, « désignés pour leur compétence et l’intérêt qu’ils ont montré à ce qui concerne le Théâtre74 », ces spécialistes forment, avec Henri Hie, critique musical à La Dépêche de Rouen, un redoutable groupe de pression, situé stratégiquement entre la municipalité et la direction75. Ils incarnent la continuité de l’institution locale, au-delà des changements artistiques et politiques. Ce sont de surcroît les médiateurs officiels de la création lyrique locale, qu’ils couvrent dans les colonnes du Journal de Rouen ou de La Dépêche de Normandie. Leurs avis autorisés font et défont la réputation d’un spectacle ou d’une direction. Lignes après lignes, ils modèlent et reproduisent l’esthétique officielle du Théâtre et l’érigent en lieu de mémoire culturelle locale.

  • 76 Geispitz Henri, Histoire du Théâtre des arts, t. 2 : 1913-1940, Rouen, Lecerf, 1951, p. 164.
  • 77 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société des amis du Théâtre des arts de Rouen (...)
  • 78 Parsifal de Richard Wagner a été monté le 3 février 1928, Boris Godounov de Moussorgsky le 15 févr (...)

65C’est parce que le rang de « leur » théâtre leur semble menacé au début des années vingt, qu’ils fondent une Société d’amis. Le but est de « réunir un fonds de garantie pour permettre au directeur de créer chaque année un chef-d’œuvre ou d’appeler de grands artistes en représentation ou encore de maintenir de belles œuvres au répertoire76 ». Le tract, rédigé par Paul-Louis Robert à cette occasion se veut plus explicite encore. Il s’agit de « maintenir les glorieuses traditions du Théâtre des arts où furent créés Lohengrin, Samson et Dalila et Siegfried77 ». La Société proposait à ses membres des places pour la répétition générale et des invitations pour la première des chefs-d’œuvre financés par ses soins. L’idée semble avoir été assez bien accueillie par les habitués du Théâtre des arts, puisque l’association réunit à ses débuts près de 32 000 francs de souscription. Ces subsides permettront de monter Parsifal en 1928 et Boris Godounov en 192978.

  • 79 André Renaudin écrira dans Rouen-Gazette, « Tosca faisait salle comble, Siegfried se joue devant l (...)

66L’exigence de qualité manifestée relevait clairement d’une sociabilité élitiste. Le groupe de pression ainsi constitué en faveur du lyrique paraissait d’autant plus efficace que ses principaux protagonistes occupaient des positions clés au sein des instances de médiation et de décision politique. Paul-Louis Robert, critique musical au Journal de Rouen, put ainsi affirmer le succès des programmations wagnériennes du directeur de Loose, en dépit de l’évidence des banquettes vides79. De la même manière, Henri Geispitz, membre de la commission théâtrale, encensera de Loose dans son Histoire du Théâtre des arts de Rouen, rédigée à la fin des années trente, pour avoir su monter l’intégralité de la Tétralogie en 1927 sans céder aux sirènes de l’opérette.

  • 80 Sorlin Pierre, « Le mirage du public », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 19 (...)

67La sociabilité débouchait donc ici sur un véritable programme esthétique, proposé en modèle de politique culturelle locale. On verra plus loin que les édiles n’y restèrent pas insensibles. Retenons ici la capacité d’un public à devenir un « partenaire actif impliqué dans la diffusion et le renouvellement de la culture80 » et pour se faire à passer de la sociabilité informelle à l’organisation associative.

Le développement associatif : un vecteur déterminant pour la diffusion culturelle

  • 81 Vanier Georges, « La vie rouennaise à la fin du xixe siècle. Souvenirs d’enfance et de jeunesse », (...)
  • 82 ABMR, Musique et Théâtre à Rouen à la Belle Époque. Le président et Madame Chanoine-Davranches, ca (...)
  • 83 Cordier William et Dominique, Conversations avec, Rouen, Médianes, 1990, p. 163-178.
  • 84 Ibid., p. 167.
  • 85 Témoignages de Jacques Nobécourt et de Joseph Lafond.

68Les formes collectives de gestion de la culture ne sont pas nées avec la loi du 1er juillet 1901 sur la liberté associative. Dès l’époque moderne, la fréquentation de cercles ou l’ouverture de cabinets de curiosité, permettent de distinguer l’élite sociale du commun des mortels. Le modèle du salon, réunion mondaine littéraire ou musicale, ne disparaît cependant pas du jour au lendemain, même s’il est concurrencé, dès le début du xixe siècle par la création de nombreuses sociétés savantes. Sous le Second Empire et la IIIe République, le salon musical permet à la bourgeoisie locale de compter ses rangs, d’intégrer de nouvelles recrues, venues du monde culturel notamment. À Rouen même, l’existence de tels salons est attestée jusqu’à la guerre de 1914-1918. Les Verdurin locaux se nomment alors Chanoine-Davranches. À l’instar de leurs émules de la capitale ils institutionnalisent des rendez-vous musicaux où se presse le « super gratin de la ville81 ». Des témoignages comme ceux de Georges Vanier, Marthe Menuisement ou Jacques Nobécourt, décrivent l’atmosphère artistique et bourgeoise de ces salons. Les meilleurs artistes de la ville s’y produisent, certaines vedettes parisiennes (Cortot, Casals) y passent devant un parterre savamment ordonné82. La pratique ne disparaît pas avec l’entre-deux-guerres, même si les salons se font plus modestes socialement. On sait ainsi que les Dupré, famille d’organistes célèbres, les Hie ou les Perrineau, petits bourgeois cultivés, recevaient régulièrement, entre 1913 et 1930. Marthe Menuisement83 décrit ses réunions, montées par des « gens de condition moyenne84 ». On y chante des lieder de Schubert ou de Schumann, accompagnés du piano de la maison. Dans l’hôtel bourgeois des Chanoine-Davranches, racheté par les Lafond, propriétaires du Journal de Rouen, les soirées artistiques privées se perpétuent85, réunissant les principaux acteurs de la vie culturelle locale. Rien d’équivalent cependant avec les récréations musicales de la Belle Époque. La baisse structurelle de la rente conduit en effet une partie de l’élite sociale à rogner sur ses menus plaisirs et à investir d’autres lieux. Les associations artistiques servirent aussi à perpétuer un mode de loisir. On a dit plus haut que les amateurs de musique lyrique fondaient, justement au milieu des années vingt, une société d’Amis du Théâtre des arts. C’est dire que la stratégie associative leur semblait désormais nécessaire pour préserver leurs goûts culturels.

69Cette rupture franche des sociabilités culturelles occulte en réalité une cohabitation de longue durée. Dès le Second Empire, de nombreuses sociétés musicales, orphéons bourgeois ou fanfares populaires s’organisent à Rouen et dans certaines communes riveraines. Elles préfigurent un développement associatif que la loi du 1er juillet 1901 ne fera qu’entériner. Ce développement répond à deux besoins complémentaires. Il s’explique en premier lieu par la croissance des besoins culturels locaux : croissance quantitative, qui voit l’ensemble des communes de l’agglomération se doter d’une ou plusieurs sociétés (musicales et sportives notamment) ; croissance qualitative qui voit le secteur associatif prendre en charge, années après années, de nouveaux domaines de la culture. Le rôle des associations consiste ici à répondre à la carence des politiques culturelles pour chacun des secteurs concernés.

70Mais on doit aussi lire le développement des associations culturelles comme le signe d’une ouverture sociale. La culture n’est plus, sous la IIIe République, l’apanage des seules élites. Elle devient potentiellement l’affaire des classes moyennes (employés, fonctionnaires de la ville et de ses services publics, enseignants), voire des classes populaires (recrutement ouvrier des harmonies ou des clubs sportifs). L’élite bourgeoise elle-même se tourne vers les associations culturelles pour deux raisons. Elle y trouve le moyen de ressourcer le paternalisme traditionnel des notables, autour de projets culturels ou « socioculturels ». Elle y voit aussi un moyen commode d’élargir son cercle de connaissances. Alors que les sociabilités traditionnelles s’appuyaient sur un recrutement strictement local, les nouvelles associations, plus visibles et officielles, peuvent recruter au-delà, en profitant du développement des transports (automobile, tramways).

  • 86 Source : Annuaire de Rouen, 1879. On a ici comptabilisé aussi bien les sociétés musicales, littéra (...)

71Ces deux raisons expliquent le développement régulier des associations culturelles, malgré la césure due à la Première Guerre mondiale. Aux débuts de la IIIe République, dans un contexte alors peu favorable aux associations, on compte déjà à Rouen et dans son agglomération, 28 sociétés dont l’activité était liée à la culture86. En 1890, le nombre total d’associations culturelles passe à 44. À la veille de la Grande Guerre il atteint 98, attestant du boom associatif consécutif à la loi de 1901. L’entre-deux-guerres marque une rupture avec ce trend de croissance. Un certain nombre de sociétés disparaissent pendant la guerre et les associations entrent ensuite dans une période de fluctuations.

  • 87 Cf. Thion Kristina, Le phénomène associatif rouennais. 1914-1938, mémoire de maîtrise d’histoire, (...)

72Proportionnellement le nombre d’associations culturelles par rapport au nombre total d’associations décline. La part des associations culturelles s’élevait à 38 % en 1879, elle tombe à 27 % en 1890, 22 % en 1914. Il faut dire que les lois de 1884 sur les syndicats, 1898 sur les mutuelles et 1901 sur les associations ont généré un mouvement global dont les secteurs corporatistes et philanthropiques ont d’abord bénéficié. Là encore l’entre-deux-guerres est contrasté. Un sondage, effectué pour l’année 1930, révèle que le secteur culturel constitue à cette date 20 % du total des associations rouennaises. Sur les 429 sociétés créées à Rouen entre 1919 et 193887, 76 furent des associations artistiques ou intellectuelles soit 17,7 % du total des créations. Cette situation confortable est encore renforcée si l’on prend en compte l’élargissement de la culture aux loisirs. En 1930 par exemple, le secteur sportif regroupait à lui seul 16 % des sociétés locales. Mais sa place réelle s’affirmait plus nettement que celle du secteur des Beaux-Arts. De 1919 à 1938 on comptera en effet 128 créations de sociétés sportives.

  • 88 Citons pour l’exemple l’Harmonie et la Fanfare des pompiers à Darnétal, l’Union musicale de Bois-G (...)
  • 89 D’après Sueur Gabrielle et Morel Alfred, Du Bois Guillaume d’hier au Bihorel d’aujourd’hui. Une co (...)
  • 90 D’après les archives municipales de Mont-Saint-Aignan, qui sous-estiment sans doute le parc associ (...)

73Les communes de banlieue n’échappent pas à la règle même si le décompte précis de leurs associations culturelles est moins aisé que pour Rouen, où l’on dispose d’annuaires réguliers. Au début de la période les communes qui disposent d’une association musicale sont rares. En dehors de Oissel et Sotteville-lès-Rouen, les annuaires n’en mentionnent aucune. Les années 1880-1890 sont décisives pour l’essor associatif de la banlieue. Dès 1890, la plupart des cités industrielles (Darnétal, Petit-Quevilly, Saint-Étienne-du-Rouvray) ont rejoint Sotteville et alignent une ou deux sociétés culturelles88. En 1914, le mouvement est généralisé, certaines communes se distinguant par une offre associative considérable. À cette date par exemple, Darnétal offre une Société des courses, une Société de tir, une Société de gymnastique, quatre sociétés musicales (l’Harmonie, la Lyre darnétalaise, la Société de trompettes, l’Étendard), une société colombophile et un Football-Club. Autre exemple, dans une commune rurale et résidentielle, celle de Bihorel où douze sociétés culturelles seront créées entre 1885 et 1939, auxquelles s’ajoutent cinq groupements culturels catholiques89. Le taux d’équipement semble considérable pour cette petite commune, séparée de Bois-Guillaume en 1892. À Mont-Saint-Aignan, en revanche, village ancien mais dont le développement résidentiel est comparable à celui de Bihorel (quartier Saint-André notamment) on ne compte que quatre associations sur l’ensemble de la période90. À Notre-Dame-de-Bondeville, commune ouvrière de la vallée du Cailly, neuf sociétés culturelles sont créées entre 1880 et 1939. Sotteville-lès-Rouen représente une fois de plus un cas à part. Dès le Second Empire, quatre sociétés musicales y existent. Sous la IIIe République la ville voit naître 21 associations culturelles, couvrant un champ très large. Même si un certain nombre de ces associations ne dépassent pas une dizaine d’années d’existence, elles témoignent d’une vitalité qu’on ne saurait limiter au centre culturel de l’agglomération.

  • 91 Thion Kristina, Le phénomène associatif rouennais. 1914-1938, op. cit., p. 61. 33 % seulement des (...)
  • 92 Cf. ABMR, Norm m 1077, Annuaire du Photo-Club rouennais pour l’année 1925.

74Autre indice du dynamisme, la relative stabilité des groupements concernés. 60 % des associations culturelles rouennaises en activité avant la Seconde Guerre mondiale avaient été fondées avant la Première. Certaines, on le verra, justifiaient alors d’une existence séculaire. Cette stabilité fut favorisée par celle des dirigeants. 27 % des sociétés rouennaises fondées entre 1914 et 1938 conservent leurs bureaux entre 5 et 10 ans91. Les associations culturelles comptent parmi les plus stables, reflétant parfaitement la capacité de reproduction de la société culturelle locale. Les exemples de longévité associative ne manquent d’ailleurs pas. Ainsi Henri Gadeau de Kerville, entré à la Société des amis des sciences naturelles de Rouen en 1878, en occupera la présidence pendant plus de 25 ans. Albert Margery, président du Photo-Club rouennais au milieu des années vingt, avait été nommé en 190092. La même longévité s’observe dans les sociétés musicales. Si les présidents changent, les directeurs, qui sont les chevilles ouvrières des sociétés musicales sont relativement stables. Ainsi de Marius Perrier à la musique municipale (1928-1940) ou d’André Hatay au Cercle musical (1919-1939). Même chose en banlieue où Émile Morel préside de 1904 à 1939 aux destinées de la très active Société populaire d’études diverses de Sotteville-lès-Rouen.

75Ces chiffres et ces dates confondent cependant des situations associatives très différentes, à la fois quant à leur fonctionnement, leur recrutement et leur philosophie. À première vue, l’idée même d’envisager un secteur cohérent d’associations « culturelles » semble anachronique. Les archives ne nous renvoient pas cette cohérence, qui ne distinguent pas entre ce que nous appelons associations « culturelles » et les autres types de sociétés locales (philanthropiques, cultuelles, syndicales). Chaque sorte d’association paraît spécifique, adaptant ses statuts et son mode de fonctionnement au secteur (artistique, musical, sportif…) qu’elle couvre et au public qu’elle vise. Rien de commun donc entre la Société des artistes rouennais (1906) et le Cercle d’escrime de Sotteville (1899), la société de trompettes les Enfants de Bondeville (1905) ou le Sans Bruit, patronage catholique de Bihorel (1909), sociétés pourtant toutes fondées à la Belle Époque. L’élar­gissement de la culture aux loisirs, dans l’entre-deux-guerres, ne fera qu’accroître la complexité du secteur associatif. Aux sociétés artistiques et musicales traditionnelles s’ajoutent en effet les sociétés couvrant la culture technique (radiophoniques, cinématographiques), les loisirs populaires (sports, danses, comités des fêtes) et le tourisme (sociétés créées parfois dès la Belle Époque). Chacun de ces secteurs semble appeler une analyse particulière.

76Deux grands secteurs associatifs dominent cependant la société culturelle rouennaise. Elles servent de modèle implicite aux contemporains qui les identifient parfaitement dans leurs classements (annuaires, presse, budgets municipaux) : d’une part les sociétés savantes, ancêtres des associations culturelles de la cité et qui tiennent lieu de vitrine pour la culture « classique » des humanités ; d’autre part les sociétés musicales, de fondation plus récente (milieu du xixe siècle) et qui forment le creuset de la nouvelle culture républicaine.

Les sociétés savantes, entre élitisme et identité locale

77Décrivant l’Hôtel des sociétés savantes de Rouen en 1934, l’écrivain Edmond Spalikowski rappelait l’ancienneté de l’érudition rouennaise, tout en interrogeant implicitement sa nature réactionnaire :

  • 93 Spalikowski Edmond, Ame et aspects de Rouen, Rouen, Maugard, 1934, p. 74.

« Ainsi qu’il convenait à hauts magistrats, l’Hôtel est d’importance et de bon style. Pierres de taille avec bossages, clefs sculptées aux portes et fenêtres, grand escalier à frises et consoles, guidé par une rampe en fer forgé et des appartements à hautes baies et plafonds audacieux, frises, motifs décoratifs et armoiries, concourent à lui donner une allure d’Ancien Régime qui en impose aux manants comme aux plus farouches ennemis de la Monarchie93. »

78Le paysage savant rouennais de la IIIe République est en effet pour l’essentiel hérité de régimes monarchiques ou impériaux. Cependant, il faut distinguer au sein de ce passé, différentes générations de fondation qui sont autant de strates sociales et culturelles pour la cité.

  • 94 Pour une vue générale sur la province, cf. Roche Daniel, Le siècle des Lumières en province. Acadé (...)
  • 95 Chaline Jean-Pierre, Une élite urbaine au xixe s. : les bourgeois de Rouen, op. cit., p. 242.
  • 96 Sauf indication contraire, les dates figurant entre parenthèses désignent la date de fondation des (...)
  • 97 Archives Acad.R, 41P, 46P, 48P
  • 98 AMR, registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 22 août 1920.

79En premier lieu viennent les doyennes, sociétés vénérables dont la fondation remonte au xviiie siècle94. Ainsi de la prestigieuse Académie des sciences, belles-lettres et arts, fondée en 1744. Jean-Pierre Chaline a bien décrit l’évolution qui la voit apparaître, à la fin du xixe siècle comme un « microcosme socioculturel ne cachant pas ses sympathies conservatrices et cléricales95 ». À son image, sa rivale de la fin du siècle des Lumières, la Société d’émulation (1792)96, qui a fusionné en 1855 avec la Société libre pour concourir au progrès du commerce et de l’industrie (1796), et dans une moindre mesure la Société centrale d’agriculture (1761) participent d’un âge généraliste des sociétés savantes. Les membres de ces sociétés dites « polymathiques », se conduisent en plein xxe siècle, comme les dignes héritiers de l’ » honnête homme » de l’âge classique, érudits et « curieux » de toutes choses. Par son nom même, l’Académie de Rouen entend préserver cette tradition d’érudition. Dans l’entre-deux-guerres on la verra s’intéresser à des questions aussi diverses que la découverte du tombeau de « Tout-Ank-Amon » (1923), les progrès de la fabrication des soies artificielles (1934) ou l’hygiène urbaine rouennaise (1937)97. Cet héritage savant est loin de constituer une survivance désuète en voie d’extinction. La place de l’Académie de Rouen et de la Société d’émulation a même été renforcée au début de la IIIe République par le biais du testament d’Arcisse de Caumont. Ce Caennais d’adoption, père de l’archéologie française, lègue en effet en 1872 une rente à 3 % de 1200 francs aux deux villes de Caen et de Rouen, à charge pour elles d’organiser tous les cinq ans des assises décrivant le « mouvement scientifique, industriel et artistique de la Normandie et de la Mayenne98 ». Aux termes de ce testament, Arcisse de Caumont délègue à certaines sociétés savantes la tâche d’organisation de ces manifestations alternées à Caen et à Rouen. Les sociétés rouennaises désignées sont bien entendu l’Académie et l’Émulation. Les assises tenues régulièrement tous les cinq ans à la Belle Époque (Rouen en 1908, Caen en 1913) adopteront un rythme décennal après guerre (Rouen 1923, Caen 1934).

80À cette génération pluridisciplinaire a succédé une génération romantique née sous la Restauration ou sous la monarchie de Juillet. Ainsi de l’énigmatique (du moins pour notre période) Société des amis des arts (1834) et des Sociétés d’horticulture (1836) et de médecine (1821). À cette époque s’amorce le mouvement de spécialisation des activités des sociétés savantes. Ce mouvement ne fera que s’accentuer avec le second xixe siècle. Aux professions concernées se joindront en effet les architectes, les enseignants, les médecins « hygiénistes » (1884), les vétérinaires (1852). Dans l’entre-deux-guerres, ces sociétés seront étroitement contrôlées par les milieux professionnels. À la tête de la Société d’horticulture on trouve par exemple le directeur des jardins publics de Rouen, Eugène le Graverend.

81Sous le Second Empire apparaissent, avec un certain retard sur la Basse-Normandie, les sociétés s’intéressant plus exclusivement aux questions régionales, qu’elles soient historiques (Société de l’histoire de Normandie en 1869), architecturales (Société des architectes de la Seine-Inférieure et de l’Eure en 1869), littéraires (Société des bibliophiles normands en 1863) ou botaniques (Société des amis des sciences naturelles en 1865, Société populaire d’études diverses de Sotteville-lès-Rouen en 1879). Cette orientation s’accentuera nettement sous la IIIe République, l’entre-deux-guerres achevant le mouvement pour le domaine littéraire.

  • 99 AMR, registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 12 juillet 1922.
  • 100 Annuaire de Rouen, 1930, p. 324 ; la Société normande des amis du livre constitue la renaissance d (...)

82Vont également naître aux alentours de la Belle Époque, ces deux fleurons de la défense du patrimoine rouennais que sont la Société des amis des monuments rouennais (1886) et le Vieux Rouen (1910), société normande d’ethnographie et d’art populaire constituée derrière l’incontournable érudit Georges Dubosc. On pourrait leur adjoindre la Société des études locales dans l’enseignement public, émanation en 1912 de la société parisienne du même nom mais qui accède en 1919 à l’autonomie. Com­posée de « 560 membres dont 528 enseignants99 », elle édite des études à caractère géographique et historique. Mais ce sont surtout les sociétés littéraires et d’édition (gravure, fac-similés, lithographie) qui vont être le fait du premier xxe siècle. L’entre-deux-guerres rouennais en voit naître deux : la Société normande des amis du livre, fondée en 1928 par le docteur René Hélot et composée de 25 membres100, et la Société des XX bibliophiles normands fondée en 1927 autour de l’éditeur rouennais Defontaine. Une autre société, la Société des amis de la lithographie normande sera constituée en 1930, affinant et concurrençant la vocation de la Société normande de gravure (1892).

  • 101 Il faudra attendre l’après-guerre pour voir, dans le cadre de la maîtrise Saint-Evode de la cathéd (...)

83Le paysage savant, ainsi brossé apparaît bien équilibré. Deux secteurs se dégagent de l’ensemble : les sciences, entendues au sens large (des sciences naturelles à l’horticulture en passant par les différentes spécialités médicales), et les sociétés d’édition et de littérature (la bibliophilie faisant vivre au début des années trente, quatre sociétés !). Derrière, s’identifie nettement un pôle patrimonial sensible aux questions historiques et architecturales. On pourra s’étonner du peu de cas fait aux questions artistiques et musicales (Académie de Rouen et Société des amis des arts). En fait, les comptages classiques (relevés préfectoraux, annuaires) ignorent deux sociétés d’artistes, la Société des artistes rouennais et la Société des artistes normands, toutes deux s’occupant davantage des expositions de leurs membres que de travaux d’érudition. Il n’en reste pas moins surprenant que les milieux liés à la peinture et surtout à la musique ne soient pas partie prenante de l’élaboration de leur mémoire locale101. Car la première conclusion de ce rapide panorama est l’évidence du caractère professionnel de la plupart des sociétés savantes qui prolongent sur le terrain de l’érudition (désintéressée ?) les activités quotidiennes de leurs membres architectes, médecins, horticulteurs ou manufacturiers.

  • 102 ADSM, 4T22, liste des sociétés savantes de la Seine-Inférieure, 1931-1933.

84On aura aussi noté l’extrême concentration, à l’échelle de l’agglomération, du monde savant. À l’exception de la Société populaire d’études diverses de Sotteville, toutes les sociétés savantes sont rouennaises. Elles forment l’exemple le plus significatif de la centralisation exacerbée, qui caractérise la vie culturelle locale sous la IIIe République. Une enquête de 1933 révèle que sur les 25 sociétés recensées à cette époque, 23 ont leur siège social compris entre les boulevards qui ceinturent la rive droite. Parmi elles, 18 sont comprises dans le centre ville102. Cette concentration s’explique par l’existence d’un Hôtel des sociétés savantes, rue Saint-Lô, en plein cœur de la cité. Là sont regroupées selon les époques entre 13 et 15 sociétés savantes, soit près des deux tiers des sociétés savantes rouennaises.

85Cette localisation a d’abord un sens culturel. La culture savante rouennaise ne peut se passer du cadre monumental sur lequel elle disserte. L’Hôtel des sociétés savantes abrite naturellement, les sociétés d’histoire et d’archéologie, comme la prestigieuse Académie de Rouen, phare du monde savant local. En ce sens, il faut rapprocher cette adéquation entre le contenant et le contenu, avec la localisation des sociétés de bibliophiles (normands et rouennais), rue de la Pie, dans la maison-musée de Pierre Corneille. Les bibliophiles, se trouvent ici dans un cadre approprié à leurs activités, au cœur d’une des plus grandes collections locales de livres, celle qu’Edouard Pelay a léguée à la ville en 1917 (chapitre I). On pourrait également développer l’exemple des Amis de la lithographie normande, qui se réunissent dans les locaux de l’École régionale des beaux-arts, ou de la Société le Vieux Rouen, installée en 1921 dans une vieille maison à pans de bois de la rue Saint-Romain.

  • 103 Cf. PESSIOT Guy, Histoire de Rouen de 1900 à 1939 en 800 photographies, Rouen, Éd. du P’tit Norman (...)

86Mais, la localisation ne saurait être tenue pour un simple jeu métonymique. Elle peut aussi être lue comme une évidence sociale. Aux jeux de miroirs que proposent les localisations culturelles, répondent les jeux de société de ces mêmes situations. On a déjà mentionné la présence importante des juristes au sein des sociétés savantes. Ces héritiers des « capacités » de la monarchie de Juillet, pouvaient, jusqu’au milieu du xixe siècle, passer directement de leur lieu de travail (le Palais de justice) à leur lieu de loisir (l’Hôtel des sociétés savantes), puisqu’une galerie enjambait alors la rue Saint-Lô103. Depuis sa destruction en 1855, les érudits doivent traverser la rue… Cette imbrication du travail et des loisirs caractérise le dispositif culturel local, fondé sur la proximité de la culture et du patrimoine monumental.

  • 104 Rappelons que Bouvard et Pécuchet, dictionnaire flaubertien des clichés savants du Second Empire, (...)
  • 105 Dubuc André, « Activités et évolutions des sociétés savantes en Normandie », Actes du 100e Congrès (...)
  • 106 Berce Françoise, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », Nora Pierre (dir.), Les Lieux de (...)

87Le discours commun sur les sociétés savantes a longtemps été caractérisé par deux idées reçues. Depuis le Bouvard et Pécuchet de Flaubert, on a tout d’abord abondamment glosé sur des sociétés qui n’avaient de savantes que le nom104. On a ensuite stigmatisé leur déclin et leur sclérose irrémédiable au xxe siècle. Pour la plupart des historiens, la date de 1914 marque une charnière, sommet d’un apogée avant un déclin sans appel. André Dubuc, dressant lors du centième Congrès national des sociétés savantes, le bilan de l’activité séculaire des sociétés normandes écrivait : « L’âge d’or des sociétés savantes s’arrête en 1914105. » Françoise Bercé les décrit au xxe siècle comme des « sociétés traditionnelles et désuètes106 ». Ces formules lapidaires ne permettent pas d’expliquer la survie des sociétés savantes sur l’ensemble du xxe siècle, ni de surcroît leur regain contemporain. Elles ne résistent en tout cas pas longtemps à l’examen des activités de quelques-unes des sociétés savantes rouennaises sur l’ensemble de la IIIe République. Il convient tout d’abord de rappeler que dans une ville dépourvue d’établissements d’enseignement supérieur, les sociétés savantes disposent d’un monopole scientifique tacite, modelant le savoir aux dimensions du local. L’Académie de Rouen l’atteste parfaitement sous la IIIe République. Ses statuts sont explicites sur ce point :

88– Article 1 : « Les travaux de l’Académie ont pour objet tout ce qui dépend du domaine des sciences, belles-lettres et arts. »

89– Article 21 : « Nul ne peut être reçu dans l’Académie […] s’il ne présente, pour titre d’admission, quelqu’ouvrage d’une certaine importance, ou s’il ne remplit ou n’exerce, et avec distinction, des fonctions ou une profession qui exigent une aptitude incontestable pour les sciences, les belles-lettres et les arts. »

90– Article 26 : « L’Académie impose aux membres résidants l’obligation de lire ou de présenter chaque année un mémoire ou un travail relatif aux sciences, belles-lettres ou arts. »

91Si cette dernière clause n’est guère appliquée, l’exigence du « travail » érudit et savant – c’est-à-dire inédit – demeure une caractéristique d’intégration. Le président de l’Académie, dans son discours inaugural de janvier 1923, déplore ainsi l’apathie de la société :

  • 107 Archives Acad.R, 48P, discours du 12 janvier 1923.

« Notre Compagnie ne vit pas seulement de… cotisations mais aussi des savantes causeries qui peuvent faire l’agrément et le profit de ses hebdomadaires réunions… Est-il vraiment impossible à chacun de nous de préparer une communication, d’introduire une discussion, à l’occasion de recherches personnelles, à propos d’un livre nouveau, d’une question d’actualité, même si ces communications ne devaient pas être écrites ? Il importe pour l’honneur et la vie même de notre société de ne pas tendre vers la stérilité107. »

92En dépit du ton solennel employé, qui dit peut-être les difficultés de la société au sortir de la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres ne marque pas pour l’Académie – et pour la plupart des sociétés savantes rouennaises – une période de déclin. Les procès-verbaux des séances qui retracent l’activité réelle de l’Académie, au contraire des « précis » qui ne résument que les « temps forts » (réception, nécrologie, travaux de recherche), attestent de la densité des interventions et du souci de balayer largement la vie artistique et scientifique de son temps.

  • 108 Archives Acad.R, 48P, séance du 2 février 1923.

93On renoncera donc à l’image confortable de stérilité qui colle aux sociétés savantes. Trop souvent on a insisté sur le fameux décalage entre la culture officielle (c’est-à-dire parisienne) et la culture de ces « universités de province » que forment les sociétés savantes. Or, à bien examiner les procès-verbaux, on découvre des sociétés en phase avec la recherche contemporaine. En 1923 par exemple, on présente à l’Académie de Rouen L’Art chrétien au xiie siècle, récemment publié par Émile Mâle. Certes la ville disposait à cette époque de jeunes licenciés, diplômés de la Sorbonne ou de l’École des Chartes, comme l’archéologue Jean Lafond, disciple rouennais de l’historien d’art parisien. Ce n’est pourtant pas Lafond qui résume pour les académiciens l’œuvre d’Émile Mâle, mais une figure directement issue de l’érudition du xixe siècle, le docteur Coutan108.

94Cependant cette exigence de recherche ne peut plus se satisfaire du simple capital scolaire des érudits locaux, pour la plupart simples bacheliers. Pour maintenir le renom de leur publication, les sociétés savantes vont s’attacher les services de spécialistes qui vont progressivement remplacer les amateurs. L’évolution de l’Académie est caractéristique à cet égard. Alors qu’en 1919 la compagnie accueillait pour l’essentiel un public d’amateurs (31 % de juristes, 13 % de clercs contre seulement 13 % d’artistes et gens de lettres, 2 % de scientifiques), les chiffres de 1939 indiquent clairement le sens d’une mutation (4 % de juristes, 6 % de clercs mais 30 % d’artistes et gens de lettres et 15 % de scientifiques). Les nouveaux venus des années trente sont pour l’essentiel des critiques d’art (Paul-Louis Robert, Edmond Spalikowski), des éditeurs ou patrons de presse (Jean Lafond, Pierre-René Wolf), des artistes (Robert Pinchon, Marcel Lanquetuit, René Fauchois) et des naturalistes (Joseph Chevalier, Jean Delacour, Eugène le Graverend).

95Cette capacité d’intégration des nouvelles élites culturelles de la cité n’est pas neuve. Les sociétés savantes locales se sont toujours tournées vers les grands médiateurs, qu’ils proviennent des institutions (bibliothèque, musées, archives…) ou qu’ils s’imposent dans la sphère privée. Le renouvellement académique de l’entre-deux-guerres signale cependant autre chose qu’une simple capacité d’ouverture. Il indique un besoin nouveau de vulgarisation culturelle, dont l’Académie assure sans doute le versant mondain, mais qui est pratiqué par l’ensemble des sociétés savantes. Les conférences, dispensées par les nouveaux membres lors de réunions publiques de réception, permettent d’informer le public cultivé rouennais, des derniers développements de la recherche. Avec la Belle Époque puis l’entre-deux-guerres, la dimension didactique tend à se renforcer et à reléguer l’activité de recherche pure aux oubliettes de l’histoire.

  • 109 Archives municipales de Sotteville-lès-Rouen, dossier « Société populaire d’études diverses », his (...)
  • 110 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société normande de géographie », programme de (...)
  • 111 Ibidem, séance du 29 novembre 1938.
  • 112 Beauregard Jean, « Un aspect de la sociabilité régionale. La Société normande de géographie (1879- (...)

96La qualité de cette diffusion culturelle ne doit pas être sous-estimée. Contemporaine du mouvement des universités populaires – certes nées dans un contexte idéologique très différent – elle préfigure le renouveau de l’encyclopédisme (Tout l’Univers, « Université de tous les savoirs »). Elle se manifeste aussi par une indéniable capacité à utiliser les nouveaux moyens de communication. Dès 1888, la Société populaire d’études diverses de Sotteville utilise la « lanterne magique » pour illustrer ses conférences de botanique109. Très souvent les « causeries » – terme le plus souvent employé dans les procès-verbaux pour désigner les communications – sont agrémentées de projections de diapositives. C’est le cas à la Société normande de géographie dont les cycles de conférences sont constitués essentiellement de récits de voyage. En 1937 par exemple, on peut y entendre le jeune Paul-Émile Victor, « le bras droit du regretté docteur Charcot » présenter « les expéditions françaises au Groenland110 ». Quelques mois plus tard c’est André Siegfried qui viendra animer une séance consacrée au canal de Suez111. En ce sens, l’activité de la Société normande de géographie à la fin des années trente, ne diffère guère de celle qu’elle menait à la Belle Époque quand elle recevait les explorateurs Savorgnan de Brazza (1886) ou Roald Amundsen (1912). Le déclin ou la « léthargie » décrits par Jean Beauregard ne sont imputables qu’aux difficultés éditoriales de la société112.

  • 113 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société industrielle de Rouen ».
  • 114 Ibidem.

97Cette maîtrise des techniques nouvelles passera dans les années trente par le film. De nombreuses conférences publiques des sociétés savantes (Académie, Émulation, Société normande de géographie) se dérouleront dans des salles de spectacle (Cirque) ou des cinémas (Cinédit, Ciné-Normandy). La Société industrielle de Rouen organise également des cycles de conférences scientifiques agrémentées de projections de documentaires (Les fouilles archéologiques en Iraq en 1931, L’œuvre de Georges Claude en 1931, Les grands travaux modernes en 1934, Le continent africain en 1938)113. Ces derniers exemples montrent nettement que les centres d’intérêts des sociétés savantes dépassent souvent les stricts intitulés des dites sociétés. Il arrive parfois que l’association amorce le développement de filiales spécialisées. La Société industrielle de Rouen crée ainsi en 1925 un comité d’action coloniale qui fêtera en 1938 sa centième conférence sous la présidence de Georges Spitz, gouverneur des colonies114.

  • 115 Lejeune Dominique, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle, P (...)

98Le souci de diffusion se marque également par l’organisation d’expositions prestigieuses ou de congrès qui sont la vitrine de l’activité savante locale. On a évoqué plus haut les Assises de Caumont organisées en 1923 par l’Académie de Rouen. Ce congrès qui réunit pendant trois jours les membres les plus influents des sociétés savantes normandes dresse le bilan de l’activité musicale, artistique, littéraire et scientifique de la province. L’ensemble du monde savant se mobilise aussi lors d’événements culturels locaux comme le Millénaire de Normandie en 1911 ou le cinquième centenaire de la mort de Jeanne d’Arc en 1931. Certaines commémorations internes aux sociétés sont l’occasion de travaux importants, à l’image de l’exposition sur La Normandie exploratrice et colonisatrice du xve au xviiie siècle, organisée par la Société normande de géographie au musée des beaux-arts en 1932 à l’occasion de son cinquantenaire. La question coloniale est encore dans l’entre-deux-guerres l’une des raisons d’être de la société à l’image des sociétés parisiennes115.

  • 116 Journal de Rouen, 2 octobre 1936.

99Ces anniversaires (cinquantenaires, centenaires) sont généralement l’occasion de manifestations publiques. Les sociétés se présentent alors au grand jour avec faste. Pour l’occasion de son centenaire en 1936, la Société centrale d’horticulture accueille une exposition nationale et organise le congrès de l’Association française pomologique. Elle invite le ministre de l’Agriculture à présider son assemblée générale le 11 octobre 1936. Le Journal de Rouen ne tarit pas d’éloges sur l’exposition horticole : « La décoration de ce hall sera une pure merveille. Pavoisé de grands oriflammes rouges sur lesquels se détachent en or les deux léopards de Normandie, ce hall a pour décor de fond une immense toile peinte figurant un espace aux vastes horizons116. »

  • 117 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société industrielle de Rouen », Société indus (...)
  • 118 Archives Acad.R, 48P, 1923.

100Au-delà de ces manifestations ponctuelles de prestige, un travail régulier et pointilleux caractérise l’activité des sociétés savantes. À cet effet, la plupart des sociétés entretiennent leur propre bibliothèque. Certaines nomment même, au sein de leur bureau, un archiviste-bibliothécaire. C’est le cas de l’Académie, de l’Émulation, de la Société normande de géographie, de la Société industrielle ou du Vieux Rouen. Dans ces bibliothèques privées, le chercheur ou l’amateur peuvent consulter des publications rares, souvent en langue étrangère et des revues en abondance. La Société industrielle propose ainsi à ses membres 129 revues ou périodiques d’ordre scientifique ou technique117. Cette qualité de diffusion de l’information repose aussi sur des réseaux d’échange entre les sociétés. Les archives, malheureusement lacunaires de l’Académie de Rouen, permettent d’évaluer ce type de relations scientifiques, qui ne sont pas sans évoquer les correspondances des humanistes européens de l’époque moderne. En 1923, l’Académie de Rouen échange ses publications avec les académies de Boston, Copenhague, Philadelphie, Glasgow et celle du Michigan118.

  • 119 Chaline Jean-Pierre, Une élite urbaine au xixe siècle, op. cit., p. 244.

101C’est dire que l’érudition locale se pense moins comme autarcie que comme microcosme, participant, dans l’esprit des Lumières, d’une conception universaliste de la culture. Cette vocation académique cède cependant du terrain au cours de la période, les sujets d’intérêt local l’emportant indéniablement à partir de la Belle Époque. Ainsi la Société d’émulation se partage depuis le milieu du xixe siècle entre les pratiques commémoratives (elle tient toujours sa séance publique le dimanche le plus rapproché du 6 juin, date anniversaire de la naissance de Pierre Corneille dont elle a financé la statue rouennaise), les délivrances de médailles aux « inventeurs » locaux ou les cours publics gratuits (dessin, droit, comptabilité, langues, etc.). Toutefois la Belle Époque marque pour cette association l’heure du déclin. Jean-Pierre Chaline la décrit « enfermée dans ses traditions…, repliée sur l’érudition et le discours119 » à la veille de 1914.

  • 120 Le Bourgeois M., Musée commercial de Rouen, Rouen, Lecerf, 1925, p. 7.

102L’entre-deux-guerres la voit à nouveau soucieuse de se mettre au service de l’industrie et du commerce local. Pour ce faire, elle réorganise une vieille structure tombée en désuétude : le musée industriel et commercial de Rouen. Fondé à son initiative en 1859, il comportait à son apogée vers 1880 plus de 650 000 échantillons de tissus et autres produits de l’industrie locale. Il est réorganisé en 1897 une première fois et transformé en salle de documentation à l’usage des industriels locaux. Mais l’avant-guerre le voit décliner peu à peu. Une brochure éditée en 1925 le présente comme une « nécropole où étaient laissés indifféremment à l’abandon et sous la même couche de poussière des collections de tissus éparses, des objets disparates accumulés par le temps et relevant plutôt du domaine de l’archéologie que de la production industrielle120 ».

  • 121 Pour une mise en perspective internationale du sujet, cf. Schroeder-Gudehus Brigitte (dir.), La so (...)
  • 122 Le Bourgeois M., Musée commercial de Rouen, op. cit., p. 10.

103Au début des années vingt, la Société d’émulation entreprend la rénovation du musée industriel, dans la lignée de créations équivalentes à Grenoble, Beauvais, Clermont-Ferrand ou Amiens121. Elle engage 38 000 francs pour rénover le local et 31000 francs par an pour l’entretien d’un gardien-directeur. Mais si le musée industriel témoigne de la volonté de participation de la Société d’émulation aux problèmes de reconversion de son époque, il n’en témoigne pas moins d’une conception étroitement régionaliste de la culture. La Société d’émulation assigne au musée une vocation de conservatoire et se révèle particulièrement frileuse aux échanges d’expériences. Selon le rapporteur du projet de rénovation, « il s’agit, en somme, de substituer au cadre mondial qu’on a voulu donner à nos musées commerciaux, le cadre plus modeste de la région. Au lieu de s’évertuer à recueillir au loin des éléments d’information et de comparaison toujours plus difficiles à se procurer, il s’agit, plus simplement, d’organiser chez soi la présentation des produits des industries locales122 ». Réflexe protectionniste conforme à son temps ou encore éloge d’un patrimoine industriel avant la lettre, cette injonction suggère que les sociétés savantes furent aussi des lieux d’expression privilégiés pour la pensée conservatrice.

104On sait que les sociétés savantes sont généralement tenues pour des conservatoires d’une noblesse terrienne voire des bastions de la contre-révolution au début du xixe siècle. Là encore, la vision comporte sa part d’a priori et de réduction abusive. Sociétés élitistes, les sociétés savantes ne sont pas pour autant des sociétés réservées aux élites. En fait d’une association à l’autre la sociologie du recrutement varie énormément.

  • 123 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société normande de gravure », statuts de la s (...)
  • 124 ABMR, Norm g 397, bulletin de la Société des amis de la lithographie normande, 13 juin 1932.
  • 125 Archives municipales de Sotteville-lès-Rouen, dossier « Société populaire d’études diverses », his (...)

105Un certain nombre de sociétés savantes rouennaises affichent encore, sous la IIIe République, leur caractère élitiste : ce sont les sociétés à quorum, dont les statuts prévoient de restreindre l’admission. Ainsi, à l’image des immortels parisiens, les membres « résidants » de l’Académie de Rouen, ne sont que quarante, tous habitant la ville ou ses environs immédiats. On retrouve une situation voisine dans la plupart des sociétés de bibliophilie ou d’édition. La Société normande de gravure est limitée à 250 membres123, la Société des amis de la lithographie normande à 150 membres124. D’autres, plus sélectives, restreignent encore le nombre d’adhérents. Par exemple, la Société populaire d’études diverses de Sotteville à ses débuts. Fondée en 1879 par cinq érudits locaux, passionnés de botaniques, elle reste limitée à 20 membres, soucieux d’herboriser et de constituer un musée. Il faudra attendre la Belle Époque pour que s’affirme sa vocation de « société populaire125 ».

  • 126 Bardet Jean-Pierre et Chaline Jean-Pierre (dir.), Églises, hôtels et vieilles maisons, Bulletin du (...)
  • 127 Bulletin mensuel de la Société centrale d’horticulture du département de la Seine-Inférieure, n° s (...)
  • 128 APSM, bureau des associations, statuts de la Société de médecine de Rouen, 1927, article 1.
  • 129 On pourrait en dire autant des architectes. Leur bulletin mensuel, L’Architecture et la constructi (...)

106Mais ces pratiques sélectives forment l’exception au sein des sociétés savantes locales sous la IIIe République. La plupart des groupements s’ouvrent sans réserves, proposant des cotisations modestes. Ainsi de la Société des amis des monuments rouennais qui réunit entre 303 et 402 membres entre 1919 et 1940126 et s’impose ici au premier rang par la taille des sociétés savantes rouennaises. La Société centrale d’horticulture présente un profil similaire, réunissant en 1936, 288 membres titulaires127. En règle générale, les sociétés savantes à forte composition professionnelle (Sociétés de médecine, d’agriculture, de vétérinaires, d’architectes ou de l’enseignement public) ne comportent pas de numerus clausus. Leur vocation les apparente au contraire à une sorte de syndicat, apolitique mais gérant au mieux les intérêts corporatifs. La Société de médecine de Rouen, se donnant pour objet « de concourir aux progrès des sciences médicales et de resserrer les liens de confraternité et de s’occuper des devoirs et des droits de la profession médicale128 », annonce de cette manière les attendus d’un Conseil de l’ordre des médecins129. Les cotisations sont alors en rapport avec la vocation consensuelle de la société. À la Société de médecine, les membres s’acquittent de 15 francs par an, à peine plus que dans un banal comité de quartier.

  • 130 ABMR, Norm m 1077, Annuaire du Photo-Club rouennais pour l’année 1925.

107Les sociétés à forte dominante technique et inscrivant l’objectif de vulgarisation au premier rang de leurs préoccupations, se rangent également avec les sociétés savantes « démocratiques ». Le Photo-Club de Rouen, fort de 84 membres en 1925130, se veut une association à l’atmosphère bon enfant :

  • 131 Ibidem, adresse du secrétaire, p. 2.

« Nous sommes un groupement d’amateurs. Tous ceux que la photographie intéresse, nous les attendons avec confiance, nous les accueillons de tout cœur ; aussi bien les grands techniciens mettant au service d’une science incontestable un outillage remarquablement perfectionné, que tous les autres, les obscurs, les débutants, les jeunes, qui essaient d’obtenir quelques jolis souvenirs avec des moyens de fortune et une installation bien défectueuse131. »

  • 132 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société des bibliophiles normands », liste des (...)

108Les compositions socioprofessionnelles des sociétés savantes confortent l’impression de diversité relevée dans leurs statuts. Trois types de société s’identifient assez nettement. Le premier type est réservé aux élites anciennes de la cité, héritières d’un fonctionnement culturel remontant à l’Ancien Régime. L’archétype est la Société des bibliophiles normands. On y trouve en effet 36 % de nobles et 6 % de rentiers132. Le recrutement est traditionnel et n’évolue guère au cours de la période. Ce type de société constitue une survivance du xixe siècle. On ne saurait cependant sous-estimer son pouvoir de séduction auprès des nouvelles élites, bourgeoises cette fois mais enrichie récemment par la manufacture, le commerce ou le développement des services. La création de sociétés d’édition de luxe, à accès nécessairement limité est à mettre en relation avec ce désir de distinction sociale et savante.

  • 133 Annuaire de Rouen, 1919.
  • 134 Annuaire de Rouen, 1930.

109Cependant la majeure partie des sociétés savantes rouennaises recrute plus largement dans la bourgeoisie moyenne et supérieure des professions libérales et des fonctionnaires. Au temps de la « République des professeurs » (Albert Thibaudet), les hommes de robe (avocat, juges), les médecins, les enseignants ou les conservateurs d’institutions culturelles peuplent l’essentiel des associations savantes locales. À la Société des bibliophiles normands même, on trouve 18 % de professions libérales et 20 % de fonctionnaires. Mais dans d’autres sociétés, la part de l’ » upper-middle-class » est plus conséquente. À l’Académie de Rouen, en 1919, les professions libérales représentent 55 % des membres et les fonctionnaires 13 %. Les juristes se taillent la part du lion en réunissant 31 % des membres en 1919133. À leurs côtés, les membres du clergé local (chanoines du chapitre de la cathédrale de Rouen pour la plupart) maintiennent leur rang comme au xixe siècle. Ils sont encore 13 % en 1930 à l’Académie de Rouen134. Société savante signifie alors société cultivée, où l’on est certain de se trouver en bonne « compagnie » pour reprendre le jargon académicien.

  • 135 ABMR, Norm m 1077, Annuaire du Photo-Club rouennais pour l’année 1925.

110Toutefois, un troisième type de société existe aux côtés des sociétés bourgeoises. Il s’agit de sociétés recrutant l’essentiel de leurs membres dans la petite bourgeoisie. L’exemple le plus achevé en est la Société centrale d’horticulture composée à 48 % d’artisans ou de petits commerçants (arboriculteurs, horticulteurs, maraîchers, jardiniers, fleuristes) et n’intégrant que de manière marginale les bourgeoisies traditionnelles (5 % d’ingénieurs, 3 % de rentiers, 3 % de fonctionnaires, 2 % de professions libérales). Plus surprenante en revanche est la composition du Photo-Club rouennais. En dépit de sa profession de foi « démocratique », il recrute pour l’essentiel dans la bourgeoisie industrielle. Aux 33 % d’industriels se joignent 19 % de professions libérales, 2 % de fonctionnaires et 8 % de rentiers face auxquels les 4 % d’employés font piètre mesure135. On se gardera toutefois de conclure que la photographie reste au début des années vingt, un loisir onéreux réservé à la bourgeoisie. Le lancement du Kodak, premier appareil photographique « bon marché » par George Eastman en 1888, avait permis aux classes moyennes de s’équiper dès la fin du xixe siècle. Les bulletins mensuels témoignent que dans ses activités (vulgarisation technique, cours gratuits pour les jeunes) le Photo-Club rouennais ne se comportait pas en caste culturelle. Sans doute faut-il voir dans la forte proportion d’industriels qui composent cette société, l’expression de « loisirs techniques », témoignant d’un goût – et donc d’un capital culturel – différent de celui de la bourgeoisie traditionnelle.

111Il n’en demeure pas moins que sur le long terme, les sociétés savantes rouennaises savent préserver leur spécificité sociologique. Ouvertes très largement aux élites cultivées de la cité et notamment aux avocats et aux médecins, qui demeurent les premières catégories représentées toutes sociétés confondues, elles acceptent encore peu les candidatures des classes plus modestes (rares présence des classes moyennes, absence totale d’ouvriers). En ce sens elles reproduisent dans l’entre-deux-guerres le processus de distinction qui leur avait permis, tout au long du xixe siècle de s’imposer comme la vitrine culturelle de la bourgeoisie.

112Si l’on voulait trouver un symbole de ce conservatisme, on citerait sans doute le processus d’admission. Nul n’entre ici s’il n’est déjà connu. Quel que soit le nombre de membres, on n’intègre une société savante que si l’on est parrainé par deux de ses membres. L’Académie de Rouen pousse le plaisir de cette cooptation jusqu’aux limites du ridicule par la coutume des « visites ». Chaque impétrant doit en effet effectuer un certain nombre de visites auprès de ses futurs confrères. La cérémonie paraît d’autant plus absurde que la plupart des membres se connaissent de longue date. Pourtant sa nécessité est maintes fois rappelée dans les correspondances. Témoin ce billet envoyé par le président au secrétaire de la classe des lettres à propos d’un candidat déjà reçu :

  • 136 ADSM, 97J15, commandant Quenedey/Pierre Chirol, 3 août 1920.

« Il est d’usage d’adresser à l’Académie une lettre de remerciements ; ceci dit entre nous, car il est certain que bien des petites formalités de ce genre ne sauraient être devinées si on ne le vous dit pas et d’autre part cela doit être suggéré sans provoquer de froissements. J’ignore si Mr X… a terminé les visites qu’il n’avait pas eu le temps de faire mais il y aurait lieu qu’il les fit136… »

113Raffinement, désuétude, ce type de propos indique que les usages se plaisent à entretenir les traditions du xixe siècle. Bourgeoises dans leur composition, les sociétés savantes le sont enfin par leurs pratiques.

114L’élite qui compose le monde savant aime à se tenir à l’avant-garde des affaires rouennaises. Les membres de l’Académie de Rouen auront ainsi le privilège d’être informés des dernières acquisitions des musées rouennais. L’Académie a su en effet s’attacher la présence d’Henri Paulme (conservateur du musée Le Secq des Tournelles, élu en 1900), d’Émile Minet (conservateur du musée des beaux-arts, élu en 1917) puis de son successeur, Fernand Guey (élu en 1926). Le Muséum d’histoire naturelle (Robert Régnier reçu en 1926), le musée départemental des Antiquités (Maurice Allinne, reçu en 1924), le Jardin des plantes (Eugène le Graverend, reçu en 1938), sans parler de la bibliothèque municipale (Henri Labrosse, reçu en 1919) sont également représentés. Tacitement, les directeurs des grandes institutions culturelles sont ainsi membres de droit de l’Académie.

  • 137 Archives Acad.R, 48P, procès-verbaux des assemblées des 11 et 25 mai 1923.

115Les membres de l’Académie savent régulièrement en tirer profit. Il est fréquent de voir un directeur présenter les dernières acquisitions de son musée ou organiser une visite privée à l’intention de ses confrères. Les comptes rendus des séances de l’Académie indiquent que l’information circule facilement entre les sociétés savantes, ce qui renforce leur hégémonie culturelle locale. Les érudits participent souvent à plusieurs associations, cumulant les mandats. Chacun sait donc, naturellement, ce qui se fait ou se dit dans la société voisine. Le commandant Quenedey, par exemple, archéologue confirmé, et membre à ce titre de plusieurs sociétés savantes (Académie de Rouen, Société des amis des monuments rouennais, Société d’études préhistoriques, Souvenir normand…) pourra inviter ses collègues académiciens aux excursions organisées par d’autres sociétés137.

116L’information peut être également d’ordre artistique, les artistes ou musiciens rendant compte, en guise de conférences, des concerts à venir ou des principales expositions. Un goût moyen des élites peut ici être approché et il n’est pas s’en révéler des surprises. Ainsi l’image des artistes maudits de l’École de Rouen doit être nuancée. Dans les procès-verbaux de l’Académie on trouve des comptes rendus d’expositions très favorables aux artistes comme Charles Fréchon ou de Robert Pinchon, tous deux peintres impressionnistes affiliés à l’École de Rouen. Robert Pinchon sera d’ailleurs reçu à l’Académie en 1932.

  • 138 Archives Acad.R, 48P, procès-verbaux des assemblées des 6 et 20 février 1925. SFIC = Section franç (...)
  • 139 Ibidem, avril 1925.
  • 140 Cf. Nourrisson Didier, Le Buveur au xixe siècle, Paris, Aubier, 1989.

117Certaines conférences tenues dans les réunions de travail des sociétés savantes, renvoient par ailleurs à une idéologie de classe explicite. Par exemple, à l’Académie de Rouen en 1925 où les sociétaires pourront entendre « une lecture très importante sur le péril communiste » au cours de laquelle Louis Deschamps présente une vue caricaturale des cellules de la SFIC : « La cellule se met en grève sans savoir pourquoi, exécute un mot d’ordre sans comprendre138. » Quelques mois plus tard, les académiciens assisteront à une conférence du docteur Boucher, secrétaire général de la Ligue rouennaise contre l’alcoolisme, sur « les similaires de l’absinthe et demandant l’interdiction de l’absinthe139 ». Anticommunisme, lutte contre l’alcoolisme, on reconnaît là des thèmes traditionnels à la culture bourgeoise du premier xxe siècle140.

  • 141 Archives Acad.R, 62P et ADSM, 97J12, prix de l’Académie de Rouen.

118Mais si l’on cherche une pratique qui assigne aux sociétés savantes une position culturelle de classe, on trouvera immanquablement le paternalisme. Les activités de bienfaisance ne sont certes pas propres aux sociétés savantes, mais elles constituent cependant une part importante de leur activité. Plus encore, elles sont l’occasion pour les sociétaires de préciser leur conception de l’encadrement social. La pratique atteint son apogée à l’Académie de Rouen qui dispose dans l’entre-deux-guerres d’une douzaine de prix, distribués tous les ans ou tous les deux ans. La gestion de ces prix est confiée à des commissions et absorbe plus de la moitié de l’activité des académiciens à en croire les procès-verbaux des séances. On trouve des prix destinés à encourager les artistes (prix Gossier et Guéroult pour la musique, prix Bouctot pour les arts plastiques) ou les scientifiques (prix Gossier et Houzeau) mais ce n’est pas l’essentiel. La plupart des prix et des fondations concernent l’aide sociale au sens large, qu’il s’agisse des familles nombreuses (prix Boulet-Lemoine, Octave Rouland et Rousselin-Mayot), des « jeunes gens méritants » et de « belles actions » (prix Pellecat, prix Dumanoir), ou des veuves de marin (prix La Reinty)141.

  • 142 ADSM, 97J12, prix de l’Académie de Rouen.

119Certains de ses prix ont été institués pendant l’entre-deux-guerres qui est paradoxalement une période de renforcement pour ce type d’activité. Le plus important est le prix Braquehais-Verdrel, du nom de la fille du grand maire de Rouen sous le Second Empire, Charles Verdrel. En janvier 1924, le testament de Mme Braquehais révèle le legs de l’intégralité de sa fortune à l’Académie afin de créer des prix et des secours en faveur des familles nombreuses de l’arrondissement de Rouen. Ce legs, habilement placé par l’Académie, fournira 48000 francs par an à la fin des années trente142. D’autres donations (legs de 20000 francs par Mme Rousselin Mayet en 1926, legs de 50 000 francs par Marie Lambert en 1939) attestent du prestige social et culturel de l’association auprès des classes aisées et notamment des rentiers. En acceptant la gestion de ces prix, l’Académie se présente autant comme une société d’utilité publique que comme une société savante, repliée sur sa tour d’ivoire.

  • 143 Archives Acad.R, 62P.
  • 144 Sur ce point cf. Corbin Alain, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviiie-(...)

120Cette faveur lui crée des devoirs. Progressivement l’Académie définit des principes à l’attribution et esquisse une politique d’aide sociale, fondée sur la pédagogie du don et sur l’exemple. Pierre Chirol, présentant en 1926, un rapport sur le prix Braquehais-Verdrel, déclare que l’Académie veut « éviter à tout prix une poussière de bienfaisance, insuffisante pour procurer une aide durable ou faire figure de récompense éclatante143 ». Les prix ne sont d’ailleurs accordés qu’après de minutieuses enquêtes. Ils seront décernés à l’issue d’un de ces discours solennels qui caractérisent le paternalisme de la société bourgeoise. Ce sont toujours les mêmes thèmes, issus du catholicisme social de Frédéric Leplay ou d’Albert de Mun, qui reviennent : nécessité éthique, valeur morale du travail, caractère « naturel » de la hiérarchie sociale, fascination pour l’hygiène144.

121Le devoir de patronage permet à la bourgeoisie rouennaise de se donner bonne conscience à moindre frais et de dessiner l’image d’un ouvrier idéal, respectueux de l’ordre social. Les descriptions de ces familles modèles sont autant de miroirs dans lesquels l’Académie contemple sa propre cohésion :

  • 145 Archives Acad.R, 62P, rapport de Pierre Chirol sur le prix Braquehais Verdrel de 1926.

« Pour connaître la famille Périer, montez à Bihorel, rue de Lestanville, un de ces coins de la banlieue rouennaise, escarpée, où les chemins bordés de haies ont une allure agreste, et les maisons un air étonné de n’être point plantées en des clos de pommiers. Une grande barrière à l’angle de deux rues solitaires : c’est là. Vous y trouverez sept filles et trois garçons, venus peupler ce foyer depuis 1903 : peupler est-il un mot exact, j’en doute ; il eut été plus normal d’écrire épanouir, et épanouir volontairement, “voluntate viri”, selon le texte évangélique, car les parents n’ont pas l’allure de gens encombrés par une tâche écrasante. Demandez plutôt au père, toujours alerte, toujours allant, maigre et vif à souhait. Son aspect n’évoque ni un hercule, ni un martyr, mais un homme énergique devant la tâche, souriant quand il en parle, légitimement fier d’en parler et ne s’en faisant point faute. Il circule sans arrêt, connaît le monde, le toise, et au lieu de s’en amuser et de s’en aigrir, ne cesse de perfectionner son expérience et d’asseoir chaque jour son jugement d’une manière plus logique et plus indestructible. En possession d’un système cohérent, vous ne sauriez le prendre en délit de pensée flottante, et il entend former en ses enfants des êtres éclairés, marchant délibérément dans les sentiers de la justice145. »

122Derrière le formidable exercice de style que constitue ce rapport, identique dans sa forme aux discours de réception, les intentions sociales sont manifestes. Cette peinture surprenante de l’ouvrier des Sapins en gentleman farmer, indique les sources leplaysiennes de son auteur. Gageons qu’elles étaient partagées par une grande partie de ses confrères. Au terme de l’analyse, on retiendra que les sociétés savantes, loin de constituer les musées d’une bourgeoisie fossile, sont l’un des biais privilégiés par la bourgeoisie urbaine pour asseoir son pouvoir et ses valeurs. L’entre-deux-guerres, avec son cortège de peines (veuves et orphelins de guerre, chômeurs des années trente), contribue à renforcer le rôle social des sociétés savantes, donc à légitimer leur statut culturel local.

123Elles ne sont cependant plus les seules à dominer la vie culturelle locale. Dès les premières années de la IIIe République, leur magistère culturel est contesté par la multiplication d’associations spécialisées, fondées sur la pratique beaucoup plus que sur le discours. Le secteur le plus développé est incontestablement celui des sociétés musicales.

Les sociétés musicales : un creuset culturel

  • 146 AN, F21-4586, maire de Rouen/préfet de la Seine-Inférieure, 9 janvier 1934.
  • 147 On obtient ce chiffre en croisant les principales sources disponibles (demandes de subventions mun (...)

124Les sociétés musicales constituent, à l’instar des sociétés savantes un secteur à part dans le paysage culturel local. Une enquête nationale sur les orphéons, commandée par le sous-secrétariat d’État aux Beaux-Arts en 1934, indique pour la ville de Rouen, deux écoles de musique (école de musique de Rouen et école de musique de Rouen-Saint-Sever) et trois sociétés musicales (Cercle Boieldieu, Harmonie de Rouen Saint-Sever et Musique municipale)146. Ce décompte sous-évalue nettement le microcosme musical local. On peut en effet estimer à 35 le nombre de sociétés musicales en activité à Rouen à cette époque si l’on suit les déclarations d’association et les annuaires de la ville de Rouen147. La presse rend très régulièrement compte des manifestations musicales de la cité et contribue ainsi à accentuer la visibilité de ces associations qui, à la différence des sociétés savantes, touchent l’ensemble des communes de l’agglomération.

  • 148 Cf. Gerbod Paul, « L’institution orphéonique en France du xixe au xxe siècle », Ethnologie françai (...)
  • 149 Cf. Menger Pierre-Michel, Le paradoxe du musicien; le compositeur, le mélomane et l’état dans la s (...)
  • 150 Cf. Gumplowicz Philippe, Les travaux d’Orphée (150 ans de vie musicale amateur en France, harmonie (...)
  • 151 Detree Jean-François, « Les orphéons de Normandie », op. cit., p. 1.

125Ce secteur, longtemps négligé par l’historiographie a fait l’objet d’études récentes qui ont mis l’accent sur son importance socioculturelle148. Ces travaux ont mis en évidence deux ruptures complémentaires. La première, sociologique, distingue un monde musical « populaire », improprement appelé « orphéonique », des pratiques musicales traditionnelles de la bourgeoisie (le piano, les salons, les concerts privés, le théâtre d’art lyrique)149. La seconde, chronologique, oppose un âge d’or orphéonique, situé entre le Second Empire et la Belle Époque et un déclin, caractéristique du premier xxe siècle et plus particulièrement de l’entre-deux-guerres150. L’orphéon normand, à en croire les premières études, semble s’inscrire dans ce schéma chronologique. Le musicologue Jean-Philippe Détrée note à son propos : « Il décline dès la fin du siècle et disparaît au cours de l’intervalle qui sépare les deux dernières guerres151. » L’exemple rouennais pourtant, ne se plie guère à ses schémas, brossés à grands traits. D’une part, il est difficile d’opposer sociétés musicales « populaires » et pratiques musicales « bourgeoises ». D’autre part, le déclin des sociétés musicales après 1914 ne se vérifie pas.

Orphéons et sociétés savantes à Rouen en 1930.

  • 152 ADSM, 4M463-487, déclaration des associations à la préfecture.
  • 153 ROBERT Paul-Louis, « Le mouvement musical en Normandie, Maine, Anjou et Blésois de 1913 à 1924 », (...)

126Contrairement aux sociétés savantes, les sociétés musicales se caractérisent par leur instabilité sur la longue durée. Rares sont les associations qui dépassent une vingtaine d’années d’existence. En revanche, le monde musical local fait preuve d’un indéniable dynamisme, en créant à toutes les époques un nombre important de sociétés. À Rouen même, on compte en moyenne 1 création par an entre 1900 et 1910, 2 entre 1920 et 1930, et 1,5 entre 1930 et 1940152. Après la parenthèse de la guerre (2 créations seulement entre 1910 et 1920), l’entre-deux-guerres apparaît donc, contrairement à ce qu’on avance généralement, comme une période faste pour les orphéons. On comptera ainsi 32 créations entre 1920 et 1940, le maximum étant atteint entre 1925 et 1932. Le rapport présenté aux Assises de Caumont en 1923 indique que, contrairement à d’autres cités normandes comme Cherbourg, Saint-Lô ou Louviers, « les effets de la guerre et de l’après-guerre ne se sont pas trop fait sentir dans la vie musicale rouennaise153 ».

  • 154 Cf. Assises artistiques, littéraires et scientifiques de Caumont, sessions de Caen, 1913, Rouen, 1 (...)
  • 155 Ibidem, Maurice Lenfant est lui aussi un ancien élève de la maîtrise de la cathédrale de Rouen.

127Cependant ce rythme soutenu de création doit être apprécié à sa juste valeur. Fréquemment des changements de dénomination occultent une parfaite continuité tant en ce qui concerne la composition de l’association (orchestre, direction artistique) qu’en ce qui concerne la programmation. Ainsi la Gamme, prestigieuse chorale fondée par l’organiste de la cathédrale, Jules Haelling en 1898, se transformera en Cantate en décembre 1926, après la mort de son fondateur. Mais celui qui reprend en main la Cantate, n’est autre que Jules Lambert, organiste de chœur à la cathédrale, élève de Haelling dont il s’attache à poursuivre l’œuvre154. Autre exemple caractéristique, les Cours populaires de musique, fondés en 1928 par Maurice Lenfant, le célèbre carillonneur de la cathédrale, se transformeront sous son égide en 1936 en école de musique Charles Gounod155. La longévité de certaines associations locales plaide aussi pour une continuité des pratiques. Sur les 27 sociétés musicales en activité en 1939, 7 avaient été fondées avant 1914 et 8 autres dataient de l’immédiat après-guerre (1920-1925).

128Toutefois, à la différence du monde savant, le monde orphéonique de la IIIe République est jeune. On sait que les premiers orphéons sont nés en province à partir des années 1840, sur le modèle de sociétés parisiennes, fondées par Guillaume-Louis Bocquillon, plus connu sous le pseudonyme de Wilhem, et d’Eugène Delaporte. Les premières sociétés rouennaises apparaissent sous la Seconde République (la Renaissance cécilienne en 1849, les Neustriens en 1850). En banlieue, les premières associations remontent au Second Empire (Société chorale et Fanfare de Saint-Étienne-du-Rouvray en 1866-1867, Société musicale de Sotteville en 1868, Société chorale à Oissel en 1869). Mais cette génération orphéonique a souvent disparu entre 1880 et 1914. Une autre génération, « républicaine », lui succède à partir des années 1880-1910. Ainsi de la Fanfare de Notre-Dame-de-Bondeville (1886), de l’Étoile lyrique de Malaunay (1894) ou de la Fanfare de Bihorel (1896), pris parmi des dizaines d’exemples. À Rouen même, cette époque est marquée par la fondation de sociétés majeures pour l’histoire musicale locale, comme le Cercle musical en 1885, le Cercle symphonique en 1886, la Musique municipale en 1894, l’Accord parfait en 1896. Le mouvement de créations ne se tarit pas avant l’immédiat avant-guerre comme en témoignent à Rouen les sociétés Melodia (1909) ou l’Étendard de Saint-Clément (1910).

  • 156 Définition retenue par Detree Jean-François, « Les orphéons de Normandie », op. cit., p. 1.

129Encore faut-il s’entendre sur ce qu’on entend par « sociétés musicales ». Les bases artistiques de l’orphéon sont en effet singulièrement floues. Une définition stricte de l’orphéon ne devrait d’ailleurs retenir que les « sociétés chorales de voix d’hommes recrutés dans les milieux populaires156 ». Cette définition paraît cependant difficile à exploiter pour deux raisons. Sous l’angle artistique en premier lieu, l’orphéon rouennais dépasse la définition musicologique stricte. S’il existe en effet localement des chorales bien identifiées, quoique souvent mixtes (Cercle Boieldieu, Accord parfait, Cantate), d’autres pratiquent en même temps l’activité orchestrale et chorale (Chorale Haumesser). D’autres encore associent des pratiques théâtrales ou folkloriques à leurs activités musicales (Œuvre de la chanson française, Groupe artistique des concerts de Normandie, Bigophones normands) (cliché 21). Les sociétés instrumentales elles-mêmes présentent des profils divers. On y trouve en effet les fanfares et les batteries fanfares (le Rappel de Rouen, la Populaire, les Amis réunis), les harmonies c’est-à-dire les orchestres de cuivres, bois et percussions (Musique municipale, Harmonie de Rouen Saint-Sever), les estudiantinas soit des orchestres à cordes (Mandoline-orchestre), les symphonies (la Symphonie, Cercle musical, Société philharmonique…) et les chorales (Accord parfait, Gamme, Cantate…), pour se limiter à Rouen. Même au sein d’une petite commune de banlieue, il n’est pas rare de voir coexister une société chorale, une école de musique et une fanfare. Ainsi à Notre-Dame de Bondeville dans les années 1880-1890.

130Sous l’angle social en second lieu, il est bien difficile de qualifier les sociétés musicales locales de sociétés « populaires ». À première vue on pourrait opposer des sociétés à recrutement populaire (fanfares des banlieues ouvrières) et des sociétés à recrutement bourgeois (orchestres symphoniques rouennais, chorales masculines). Il est plus difficile en revanche d’assigner socialement les harmonies et les cercles musicaux. Cependant, l’orphéon rouennais renvoie le plus souvent aux pratiques établies de la culture, qui le rattachent à la bourgeoisie et aux classes moyennes. La preuve en est le soin avec lequel les musiciens amateurs se présentent au public. Facteur de reconnaissance et d’affirmation du groupe, marque de l’ordre social qu’il incarne, l’uniforme atteste du sérieux de l’orphéon. Les bailleurs de fonds ne s’y trompent pas qui subventionnent très largement les sociétés musicales à la fois parce qu’elles proposent des « loisirs sains » aux populations laborieuses mais aussi parce qu’elles signifient presque physiquement les valeurs d’ordre, de discipline, de travail. Ainsi les membres honoraires et bienfaiteurs, généralement des entrepreneurs du coton ou du port fournissent 41 % des recettes de la Symphonie, 38 % de celles du Cercle musical, 29 % de celles de l’Harmonie de Rouen-Saint-Sever. Face à eux les pouvoirs publics (municipalité et département) font piètre figure, hésitant entre un saupoudrage symbolique (6 % des recettes de la Symphonie) ou ciblé (76 % des recettes de la Musique municipale). Soutenu par les élites économiques de la cité, l’orphéon n’est pas pour autant une émanation directe de la société bourgeoise. La distinction entre membres honoraires et membres actifs est ici essentielle.

  • 157 Archives CMR-Hatay, Cercle musical de Rouen, programme d’un concert, 21 juin 1931. Sur les 73 memb (...)

131Ces derniers sont hélas difficiles à connaître. Les listes de membres des orphéons sont rares, contrairement aux listes des sociétés savantes. L’orphéon n’a guère d’utilité à les publier, pas plus qu’il ne consacre du temps et de l’argent à conserver ses archives (partitions mises à part). Deux exemples permettent d’avancer des hypothèses de travail, celui du Cercle musical de Rouen et celui de la Musique municipale. Le Cercle musical de Rouen est une petite société symphonique fondée en 1885. Dirigée par l’ébéniste André Hatay dans l’entre-deux-guerres, elle réunit des membres de la petite bourgeoisie artisanale ou commerçante. Une liste de musiciens du Cercle musical, imprimée au dos d’un programme en 1926 permet une approche sociologique157. Sur les vingt membres identifiés, sept sont des commerçants (cafetier, charcutier, représentants, voyageurs de commerce), cinq sont des artisans, le plus souvent liés aux métiers d’art (ébéniste, graveur, luthier), le reste se partageant entre le milieu de la petite industrie (confection, bâtiment) et la rente. On notera également la participation de six femmes (violons, altos) fait rare dans un monde orphéonique très largement masculin. Ces caractéristiques, même partielles renseignent sur la fonction sociale du Cercle musical, passerelle sociale aussi bien que culturelle.

  • 158 42 % de la population active au recensement de 1906 à en croire l’étude de Serge Berstein. Cf. Ber (...)

132La Musique municipale confirme cette destination moyenne. Une liste des 98 membres, publiée au début des années trente a pu être approchée à hauteur de 24 % de l’effectif. Les commerçants arrivent en tête (34 %) suivis des représentants de commerce (30 %) et des employés municipaux ou départementaux (17 %). On ne trouvera guère au sein de la nation orphéonique de représentants des « capacités », qui peuplent les sociétés savantes. On y trouve par contre les nouveaux fonctionnaires des administrations de l’État et des communes, le monde de l’artisanat et de la boutique dont l’apogée se situe à la Belle Époque158. Les commerçants de l’alimentation et de la confection trouvent là le moyen d’un délassement et d’une intégration sociale. L’orphéon est pour eux à la fois un lieu de promotion sociale et un lieu de légitimation de leur influence sur la vie de la cité. Ainsi dans une large mesure l’orphéon représente bien l’univers culturel des classes moyennes en expansion.

  • 159 Le club des Vikings, fondé en 1936 s’enorgueillit d’avoir lancé le champion olympique Stéphane Car (...)

133La mobilisation récurrente de l’ensemble des associations musicales pour des actions civiques (concerts de bienfaisance, cérémonies, commémorations) indique combien elles imprègnent la société. Sous la IIIe République, la musique est partout, même là où on l’attendrait le moins. Aucune manifestation, dans la ville centre comme dans les communes de banlieue, ne peut se dérouler sans un « programme musical ». Exemple parmi d’autres, la célébration du premier anniversaire du fameux club de natation de Rouen, les Vikings159, en 1937 :

  • 160 Journal de Rouen, 11 avril 1937.

« La soirée débuta par une baignade générale de tous les sociétaires présents ; après cet “apéritif”, un banquet des plus cordiaux réunit les convives au bar de la piscine, et là certains membres rivalisèrent d’ardeur pour agrémenter la soirée. On eut d’abord un concerto de violon de M. Robert Contremoulin, prix d’honneur de l’école de musique de Paris, lauréat du Conservatoire, puis M. Duhamel interpréta la Marche des Vikings160… »

134Reste qu’au-delà de ce paysage sonore dont la composition peut sembler « bon enfant », le monde orphéonique reflète un certain nombre de normes sociales. Si ses manifestations sont franches et le plus souvent « populaires », au sens de publiques, son fonctionnement ne doit rien au hasard. Les codes orphéoniques établis à la fin du xixe siècle sont encore en vigueur à la veille de la Seconde Guerre mondiale et balisent un fonctionnement spécifique.

  • 161 Gumplowicz Philippe, Les travaux d’Orphée (150 ans de vie musicale amateur en France, harmonies, c (...)
  • 162 ADSM, 4T61, Cercle orphéonique Boieldieu, statuts du 3 juillet 1900, articles 6 et 7.

135Philippe Gumplowicz qualifie très justement l’orphéon d’ » armée musicienne161 ». En effet, à l’image de l’armée dont elles récupèrent les chefs d’harmonie, les sociétés musicales arborent l’uniforme, l’insigne et la bannière tout en respectant scrupuleusement des règlements draconiens. Ainsi, le Cercle orphéonique Boieldieu, société chorale rouennaise fondée en 1885, suit encore dans les années trente, un règlement établi en 1900. Celui ci stipule notamment que les membres « devront porter l’insigne de la société » et « assister aux répétitions ordinaires deux fois par semaine162 ». À l’instar de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, le Cercle Boieldieu institue des jetons de présence qui sont remis aux sociétaires à chaque réunion et qui doivent, en cas d’absence être rachetés par le fautif. Quand le Cercle Boieldieu est en déplacement (exécutions publiques, concours), le règlement se fait encore plus coercitif :

  • « La tenue en noir, avec cravate blanche, ainsi que l’insigne, est de rigueur à toutes les exécutions musicales publiques » ;
  • « Tout membre actif ayant négligé de suivre régulièrement les répétitions faites en vue d’un concours devra chanter sa partie devant le comité musical » ;
  • « Si quelqu’un fait défaut au moment de l’exécution, soit par son absence ou son inconduite, et expose par ce fait la Société à une non réussite, il doit rembourser, les débours que la Société a faits pour lui à l’occasion de ce concours ; son billet de retour ne lui sera délivré que contre remise de la somme due » ;
  • « Durant le trajet d’aller, les membres prenant part au concours doivent s’abstenir de chanter ou de tout excès de quelque nature qu’ils soient163 ».
  • 164 AMR, registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 12 juillet 1922.

136Ce type de contraintes témoigne d’un âge où les sociétés musicales formaient le complément naturel des sociétés de gymnastique afin de préparer la « revanche » sur la Prusse. Les valeurs militaires (ordre, discipline, hiérarchie) sont loin d’avoir disparu au début des années vingt. Un pouvoir municipal en phase avec la chambre Bleu-Horizon, l’actualité nationale (traité de Versailles, occupation de la Ruhr), justifient, aux yeux de nombreux dirigeants d’associations musicales, la poursuite des idéaux de la Belle Époque. Ainsi la société dite les Volontaires de Rouen, fondée en 1911, se présente en 1922 comme « une société d’instruction militaire, tambours et clairons, ayant pour but de former les jeunes gens et de leur donner une instruction musicale préparatoire en vue de leur incorporation dans l’armée164 ». L’achat des seules « casquettes de musiciens » obère 35 % du budget ordinaire de la société au début des années vingt.

  • 165 Archives municipales de Notre-Dame-de-Bondeville, registre de délibérations du conseil municipal d (...)
  • 166 Idem, voeu adopté à l’unanimité et rappelé en 1936.

137La Musique municipale de Rouen, dirigée entre 1928 et 1948 de main de maître par un ancien chef de musique du 31e régiment d’infanterie, Marius Perrier, fonctionne dans les années trente de manière comparable. La « Cipale » impose, depuis 1894, le port de l’uniforme et du képi et consacre 15 % de ses dépenses annuelles à l’entretien des uniformes. Ces exigences sont parfaitement admises par les contemporains, comme en témoigne a contrario l’affaire des Enfants de Bondeville en 1928. Cette petite société de trompettes, dirigée par un opposant notoire au maire de la cité, multiplie les provocations à la veille des élections (insultes publiques au maire, affiches placardées dans la commune, refus de participer aux cortèges officiels de la Fête nationale). Ces actes suscitent d’abord une réaction interne à la société les membres du bureau contraignant le président à la démission et se désolidarisant de « son attitude incorrecte165 ». Mais ils déclenchent aussi une réaction municipale qui indique que les sociétés musicales ne sauraient se départir d’une certaine rigueur : « Il faut que les sociétés musicales subventionnées sachent bien que la subvention qui leur est accordée les met dans l’obligation d’assurer leurs concours aux deux fêtes locales et aux deux fêtes nationales166. »

  • 167 Archives CMR-Hatay, Cercle musical de Rouen, compte rendu de la réunion du conseil d’administratio (...)

138L’amateurisme des orphéons locaux ne saurait donc être confondu avec un dilettantisme bon enfant. D’aucuns suggéreront qu’entre les statuts affichés et les pratiques quotidiennes, l’écart était souvent de taille. Sans doute, mais on ne peut qu’être surpris de l’insistance des présidents et surtout des directeurs à perpétuer les traditions. À l’issue d’une réunion de son conseil d’administration en janvier 1939, le Cercle musical envoie une circulaire à ses « sociétaires » leur enjoignant « de bien vouloir suivre assidûment les répétitions nécessaires à la bonne exécution des concerts167 ».

  • 168 Journal de Rouen, 1er mai 1913.
  • 169 La Dépêche de Normandie, 15 août 1932.

139Ce culte de la discipline ne s’exprime nulle part mieux qu’à l’occasion des concours, vastes rassemblements orphéoniques où se mesurent les meilleures des sociétés. La tradition des concours remonte pour Rouen à la grande exposition coloniale de 1896. Des manifestations plus modestes ont lieu en banlieue à la même époque. En 1913, la Musique municipale de Rouen organise un vaste concours réunissant, sous la présidence d’honneur de Camille Saint-Saëns, 162 sociétés et 12 000 exécutants pour la plupart haut-normands168. La ville reprend cette tradition de festival de musique en 1929. À compter de cette date un comité se constitue, principalement à l’initiative de la Musique municipale de Rouen, pour organiser un concours annuel national et international. Celui ci a lieu au mois d’août et réunit dès sa première édition en 1929, 60 orphéons. C’est en 1932 que la fête sera la plus imposante. Placé sous le haut patronage de Gustave Charpentier, organisé par un comité réunissant la plupart des présidents des orphéons rouennais et quelques conseillers municipaux, le festival entend renouer avec la monumentalité de 1913. Au total, 75 sociétés et 3000 exécutants se produiront dans les rues de Rouen le 14 août 1932. Le succès populaire est au rendez-vous : « La foule [15 000 personnes] s’était entassée sur la place de l’hôtel de ville, étagée dans la rue Louis Ricard ou grimpée dans les arbres et sur les toits des tramways. Elle débordait dans la rue Thiers, refoulait dans la rue de l’Hôpital169. »

  • 170 D’après Sueur Gabrielle et Morel Alfred, Du Bois Guillaume d’hier au Bihorel d’aujourd’hui. Une co (...)

140À ces concours publics, que prolongent dans les années trente les fêtes de la jeunesse et la commémoration du 150e anniversaire de la Révolution française, il faut associer les concerts d’exception, donnés par les sociétés musicales les plus célèbres de la cité. Les piliers de la vie musicale rouennaise que sont la Gamme ou l’Accord parfait, reprennent après la Première Guerre mondiale la tradition de grandes exécutions, aussi prestigieuses que coûteuses. L’Accord parfait, dirigé par l’organiste de Saint-Ouen, Albert Dupré, père de Marcel Dupré, monte avant guerre les deux Passions et le Magnificat de Bach, organise en 1922 un festival Cesar Franck et rejoue des œuvres de Bach au début des années vingt. Dans les années trente, la Cantate reprend au Cirque de Rouen des oratorio de Gounod, Dubois ou Paray, montés un quart de siècle plus tôt par la Gamme ou l’Accord parfait. Ces pratiques musicales élitistes ne semblent d’ailleurs pas limitées à la ville centre. L’urbanisation bourgeoise des pentes nord de la cité (Mont-Saint-Aignan, Bihorel, Bois-Guillaume) devait naturellement déboucher sur des pratiques culturelles distinctives. La Société des amis de la musique, fondée en 1936 à Bihorel traduit ce mouvement, en se vouant à l’organisation de concerts de qualité autour d’invités prestigieux170.

  • 171 « À propos d’une histoire de la “lyre havraise” », Musiciens et musique en Normandie, 3, 1977, p. (...)
  • 172 83 pour l’Harmonie de Rouen-Saint-Sever au début des années vingt.

141Festivals de rue d’un côté, concerts de prestige au Cirque, au Théâtre des arts ou à la cathédrale de Rouen de l’autre, les voies empruntées par les quêteurs de gloire musicale divergeaient sensiblement. Derrière l’homologie des codes et des intentions, de claires hiérarchies se font jour, selon la taille, la direction artistique, l’assise sociale ou le répertoire. Si les fanfares sont généralement réduites à quelques dizaines de membres (entre 20 et 40), les harmonies, les chorales et surtout les symphonies se situent généralement autour de la centaine. Le Cercle musical de Rouen, qui réunit fréquemment une soixantaine de membres, fait ainsi figure de petite symphonie aux côtés des 90 exécutants de l’Association philharmonique de Rouen dirigée par le maîtrisien Georges Fayard. Les puissantes sociétés chorales s’équilibrent autour d’une centaine de membres – 100 pour la Gamme-Cantate, 120 pour l’Accord parfait – ne laissant pas une société prendre le pas sur l’autre et dominer la vie artistique locale, à l’image de la Lyre havraise par exemple171. Les deux grandes harmonies rouennaises, la Musique municipale et l’Harmonie de Saint-Sever, alignent chacune une centaine de musiciens172. Les écoles de musique connaissent des situations très diverses. Certaines sont limitées à quelques dizaines de places, 32 au Cercle Boieldieu, 50 à l’Œuvre de la chanson française, d’autres atteignent des proportions qui les situent au rang régional, en concurrence avec les écoles caennaises ; ainsi des Cours populaires de musique de Rouen (120 élèves) et des écoles de la Musique municipale et de l’Harmonie de Rouen Saint-Sever (entre 200 et 400 membres).

  • 173 Cf. VADELORGE Loïc, « Des rossignols dans la cité. Les sociabilités maîtrisiennes rouennaises 1905 (...)
  • 174 ROBERT Paul-Louis, « Le mouvement musical en Normandie, Maine, Anjou et Blésois de 1913 à 1924 », (...)

142L’amateurisme de l’orphéon local ne doit donc pas faire illusion, surtout pour la ville centre. Le terme ne saurait convenir qu’aux plus petites sociétés musicales (fanfares, petites symphonies). Ailleurs, on a affaire à des musiciens dont la formation musicale est souvent conséquente. Ils ont fréquemment été formés par les cours de la maîtrise Saint-Evode de la cathédrale de Rouen ou des écoles de musique locales, certains sont même allés au-delà, poursuivant leur formation dans les écoles ou conservatoires parisiens. Les chefs d’orchestre et de chœurs sont quasi professionnels à l’exemple d’André Haumesser. Marchand de musique, né à Rouen en 1885, il a d’abord suivi les cours de Jules Haelling, professeur d’orgue à la maîtrise Saint-Evode puis ceux de Vincent d’Indy à la Schola Cantorum de Paris de 1905 à 1914. Dans l’entre-deux-guerres on le retrouve à la tête de diverses sociétés musicales (Orchestre symphonique de Rouen, Chorale mixte de Rouen). C’est lui que choisira la section rouennaise de l’Union nationale des combattants pour diriger la série des Requiem qui ponctuent les 11 novembre de l’entre-deux-guerres173. D’autres chefs d’orchestre rouennais sont des musiciens professionnels, organistes comme Albert Dupré (l’Accord parfait), Jules Haelling puis Jules Lambert (la Gamme, la Cantate), ou Marcel Lanquetuit (la Symphonie), carillonneur comme Maurice Lenfant (Cours populaires de musique), ou pianistes comme Georges Fayard (Association philharmonique). La professionnalisation est d’ailleurs complète dans le cas de l’Association des concerts symphoniques rouennais, composée exclusivement des musiciens du Théâtre des arts. Entre ce type d’association et les « bons amateurs » du Cercle musical174 il y avait sans doute un écart et des rapports de préséance.

  • 175 La Dépêche de Normandie, 12 octobre 1930. Tous ces morceaux ont été joués lors d’un concert donné (...)

143Le répertoire des sociétés musicales contribue également à les hiérarchiser aux yeux des contemporains. À la base est le répertoire « troupier » des fanfares. Les assises de Caumont n’en rendent même pas compte. La presse mentionne les participations des sociétés aux réjouissances civiques mais n’évoque jamais les morceaux qu’elles ont joués. Aux yeux des commentateurs cultivés, les batteries et les fanfares ne participent donc pas de la vie culturelle locale. De fait, leurs activités sont souvent limitées à l’animation des fêtes de quartier. Ensuite viennent les harmonies, dont l’activité rayonne sur toute la ville. Le répertoire est alors digne du regard des observateurs. Le Journal de Rouen détaille ainsi systématiquement les programmes des concerts de la Musique municipale, classée en division d’excellence. On y trouve mélangés des airs martiaux (Le Grognard de Paris, Retraite tartare de Sellenick) et des mélodies du répertoire classique (Iphigénie en Aulide de Glück, Suite marocaine de Marc Delmas)175. Au-delà, les chorales et les symphonies programment des pièces allant du répertoire baroque aux œuvres les plus contemporaines. La Symphonie par exemple, programme dans l’entre-deux-guerres des symphonies de Beethoven, Mozart, Haydn, mais aussi des ouvertures d’opéras wagnériens, voire des œuvres plus récentes comme la Petite Suite de Debussy. La hiérarchisation se fait alors en fonction de l’expérience, les sociétés les plus anciennes s’attaquant plus fréquemment aux gros morceaux du répertoire ou se spécialisant dans tel type de programmation. L’Accord parfait est ainsi réputé pour monter les messes et les passions de Bach.

  • 176 Archives CMR-Hatay, Cercle musical de Rouen, programmes des concerts de 1926.

144Derrière ces différences toutefois, les sociétés musicales locales s’accordent à privilégier un répertoire à la fois classique, français et régional. Au Cercle musical par exemple, on joue dans les années vingt, un large répertoire classique allant de Lulli (Menuet du bourgeois gentilhomme) à Grieg (Chanson de Solvejg) en passant par les grands symphonistes du xixe siècle (Beethoven, Schubert, Weber)176. Les programmes distribués lors des concerts comportent généralement des notices présentant les œuvres et les compositeurs. Les concerts sont caractérisés par l’éclectisme de la programmation. Les auditions d’œuvres intégrales sont en effet très rares. L’orphéon pratique une culture par échantillon, ne retenant des opéras que les ouvertures ou les airs et des symphonies que les mouvements les plus prestigieux. Le mélange des genres est aussi très fréquent. On passe allégrement des genres nobles (symphonique, religieux, lyrique) aux divertissements (comédie, opérette, chanson provinciale).

  • 177 Ibidem, concert du 29 avril 1926.
  • 178 ADSM, 4T61, OEuvre de la chanson française/préfet de la Seine-Inférieure, 24 septembre 1926.

145Cependant, le répertoire n’est jamais imposé aux sociétés musicales. Il résulte de choix précis et d’une volonté de participer à la diffusion d’œuvres respectables. Caractéristique de cette époque est aussi le souci de promouvoir la musique française du second xixe siècle. Les auteurs fétiches du Cercle musical sont ainsi Gounod, Duparcq, Massenet, Rabaud et surtout Saint Saëns. Au dos d’un programme de concert du 29 avril 1926, on peut lire à propos du 4e concerto pour piano et orchestre de Saint Saëns : « On peut le considérer comme un modèle du genre étant donné son mouvement lyrique et exalté qui s’accompagne d’un équilibre de formes parfait177. » Derrière l’éloge musicologique, pointe un véritable patriotisme culturel, qui érige en modèle la « composition française », en réaction aux influences verdiennes ou wagnériennes. Les orphéons locaux se font ici les relais de sociétés cocardières comme la Société nationale de musique, fondée au lendemain de Sedan pour défendre l’ » Ars gallica » et les valeurs d’harmonie et d’équilibre du « style français ». L’Œuvre de la chanson française tiendra le même discours à propos des mélodies de Gounod, Chaminade, Massenet voire de Reynaldo Hahn ou Frédéric Bérat (J’irai revoir ma Normandie) qu’elle inscrit à son répertoire : « Œuvre de la chanson ! Ces deux mots réunis ne peuvent signifier qu’une chose : amélioration, régénération, diffusion de la chanson. Enfin ce mot : Français, synthèse de ce qui pour nous incarne le beau, le grand, le sacré suffit à indiquer qu’il ne peut s’agir exclusivement que de la bonne, belle et saine chanson178. »

  • 179 Archives CMR-Hatay, Cercle musical de Rouen, Raoul de Montalent/André Hatay, 17 avril 1931.
  • 180 La Dépêche de Normandie, 8 décembre 1934.
  • 181 Journal de Rouen, 27 mars 1933.

146Mais Bérat ou Saint Saëns sont aussi des Normands. Les sociétés musicales rouennaises ne dérogent pas à la règle de la préférence régionale en les inscrivant à leur programme. L’orphéon se révèle ici comme l’un des vecteurs privilégiés de la diffusion de la musique locale. L’un des auteurs fétiches des sociétés rouennaises est Raoul de Montalent, compositeur de Forges-les-Eaux dont les œuvres sont régulièrement montées à Rouen, à la cathédrale (Missa pro defunctis en 1934) ou au Théâtre des arts. Les archives du Cercle musical révèlent que le compositeur ne dédaignait pas de faire jouer ses œuvres par un orchestre amateur. Ainsi cette lettre de De Montalent à André Hatay, directeur du Cercle : « Mon cher ami/Je tiens à vous remercier aujourd’hui de votre amabilité à mon égard et de l’effort que vous avez fait pour mener à bien l’exécution de ma Marche gauloise qui je le reconnais n’est pas très facile, ce qui fait le plus grand honneur à l’excellent chef que vous êtes./Veuillez aussi être mon interprète auprès de tous vos exécutants pour leur adresse179… » À la Musique municipale de Rouen, on joue dans les années trente des œuvres du directeur, Marius Perrier, mais aussi de Robert Bréard, musicien rouennais formé à la maîtrise Saint-Evode. Le localisme culmine en 1934 lors du centenaire de la mort de Boieldieu, la plus grande gloire musicale rouennaise. Pour l’occasion, Marius Perrier compose, on l’a dit, un Hymne à Boieldieu, joué en ouverture d’une soirée de gala par la Musique municipale au Théâtre des arts de Rouen180. La presse rouennaise peut alors y aller de son couplet chauvin : « Si M. Marius Perrier, directeur de l’école de musique et de la Musique municipale n’est pas né à Rouen, il est certainement devenu l’un de ses fils adoptifs et l’un de nos concitoyens les plus justement populaires181. »

147On le voit, les sociétés musicales constituent bien un secteur clé de la vie culturelle locale. Elles irriguent l’ensemble de la société, depuis les milieux populaires jusqu’aux sphères bourgeoises qui délaissent le salon pour l’Association des amis de la musique. Elles contribuent aussi à diffuser en profondeur des normes et des goûts, dont l’imprégnation explique en grande partie le rejet dont la musique sérielle fera l’objet dans l’après-guerre. Par le biais du répertoire de l’orphéon on a aussi pu observer l’importance de la diffusion d’œuvres locales ou régionales, optique qui disparaîtra en grande partie avec la guerre. Cet esprit de clocher n’est pas, on s’en doute l’apanage des pratiques musicales ou savantes. Il rayonne au-delà sur un grand nombre de sociétés liées à la découverte de la fonction patrimoniale.

Un fil conducteur des sociabilités rouennaises : le patrimoine

148L’archéologie et l’histoire sont des passions avérées en Normandie dès l’Ancien Régime. La Restauration et la monarchie de Juillet sauront s’appuyer sur ce potentiel et convaincre les élites culturelles locales de s’associer à la promotion d’une conception longue de l’histoire, gommant la césure révolutionnaire. En ce sens, le patrimoine ne peut être considéré à Rouen comme une invention de la IIIe République, même si le fleuron des associations de sauvegarde locale, la Société des amis des monuments rouennais, remonte à 1886. Le régime républicain forme pourtant un jalon essentiel de cette histoire locale du patrimoine, et permet d’expliquer la profondeur de l’attachement des Rouennais à leur ville et à leur passé. Ce que réussit en effet la ville sous la IIIe Répu­blique, c’est le partage social du passé, ou en d’autres termes la popularisation du goût pour l’ancien, jusqu’alors apanage des seules classes supérieures. À partir de la Belle Époque, on peut considérer que le patrimoine fait office de culture locale.

149L’explication de cet attachement local au patrimoine est complexe. Elle résulte de la conjonction de cinq facteurs complémentaires. Le premier, on l’a vu, est le volontarisme manifesté par l’État, à partir des années 1880 et jusqu’au milieu des années trente. Le second est qu’à cette époque correspond l’affirmation d’un régionalisme littéraire et artistique, qui lui non plus n’est pas propre à Rouen. Le troisième tient dans l’existence objective d’un fort capital patrimonial, en partie préservé des malheurs du temps (Révolution française, révolution de 1848, guerre de 1870). Le quatrième tient dans la capacité de la ville à intégrer des hommes qui vont consacrer l’essentiel de leur énergie à chanter ses louanges ; on pense ici aussi bien à l’architecte Pierre Chirol, au journaliste Georges Dubosc, à l’historien Raymond Quenedey qu’à l’entrepreneur de bâtiment et restauration de monuments historiques Georges Lanfry. Le cinquième enfin, qui va nous occuper ici plus particulièrement, est le profond renouvellement du tissu associatif lié à ces questions.

150Trois sortes d’associations vont s’intéresser au patrimoine local sous la IIIe Répu­blique, chacune étant parfaitement identifiable par son recrutement, son but et ses méthodes. Un premier groupe est constitué par les sociétés savantes, qui prolongent ici l’intérêt particulier de l’élite cultivée pour l’étude littéraire du patrimoine ; la Commis­sion départementale des antiquités en est le meilleur exemple. Un second groupe, de formation plus récente, représente l’intérêt des classes moyennes pour les questions patrimoniales. Il se fonde sur la vulgarisation et apparaît rapidement comme un groupe de pression efficace. Un troisième groupe enfin, davantage centré sur les classes moyennes commerçantes, conçoit la promotion du patrimoine local, en vue de son exploitation touristique. Il touche par ses manifestations les classes populaires de la cité, diffusant largement l’esprit de clocher.

Une appropriation savante en perte de vitesse : la Commission départementale des antiquités

151À l’échelle locale, les sociétés savantes ont été les premières à s’intéresser au patrimoine, au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Leur objectif ne consistait cependant pas à s’occuper de protection des objets mobiliers ou immobiliers, mais davantage à se pencher sur l’étude des monuments. Le terme même de monument est alors pris dans son sens premier de document servant à se souvenir.

  • 182 Cf. Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, Table générale des procès-ver (...)

152Fondée par arrêté préfectoral le 21 février 1818, la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure est la plus ancienne des commissions historiques françaises. À la différence des sociétés savantes classiques, elle est étroitement liée à l’institution préfectorale, qui lui assigne explicitement une mission de repérage et de classement, ainsi qu’au conseil général, qui finance ses publications et certaines des fouilles archéologiques qu’elle conduit. Mais en dehors de ces attaches administratives, son fonctionnement, fondé sur des réunions d’experts où sont lues des notices érudites, la rapproche de l’Académie ou de la Société d’émulation. Comme elles, elle connaît des heures de gloire au milieu du xixe siècle. À l’époque, les travaux de l’archiviste Charles Robillard de Beaurepaire (1854) et des historiens Eustache de la Quérière et de l’abbé Cochet (1834)182 sont reconnus à l’échelle nationale. Les fouilles du Limes de Dieppe, des tombes mérovingiennes du Pays de Caux et surtout du site gallo-romain de Lille­bonne portent l’archéologie haut-normande au sommet de sa gloire. Sous la IIIe Répu­blique cependant, la Commission entre dans une semi-léthargie, qui contraste fort avec l’effervescence que suscite à cette époque le vote des lois de protection des monuments historiques (1887 et 1913) ou des sites naturels (1906 puis 1930). Paradoxalement, cette léthargie n’est pas imputable au recrutement de la Commission. Comme par le passé, elle sait intégrer les élites culturelles et assurer ainsi sa longévité.

153Parmi les 29 membres nommés entre 1919 et 1940, on trouve ainsi deux pharmaciens, quatre médecins et quelques élus locaux. La Commission agrège également les nouvelles élites culturelles, spécialisées dans la gestion du patrimoine. D’abord les architectes des Monuments historiques (3), ensuite les conservateurs et bibliothécaires de la cité (4). Autant de nouveaux médiateurs de la culture qui n’appartiennent pas, à la différence des collectionneurs élus avant 1914 (Deglatigny, Costa de Beauregard) au monde des notables. Signe des temps, la Commission accueille en 1940 en son sein Jeanne Dupic, bibliothécaire de la ville de Rouen. C’est la première femme à accéder à cette distinction. On notera également le souci de s’entourer de diplômés de l’Université. Dès la fin des années 1910, la Commission élit le commandant Quenedey qui achève alors sa thèse d’archéologie sur les maisons rouennaises. Même principe lors de l’élection de Le Parquier, agrégé d’histoire (1929) et surtout, à la fin des années trente de celles de l’abbé Pelay (licencié d’histoire) et de Barbier de la Serre (conservateur des Eaux et Forêts).

  • 183 Annuaire de Rouen, 1930, p. 153-154.
  • 184 ADSM, 4T252, liste des membres et des arrêtés de nomination.

154La substitution du capital scolaire au capital social (aucune élection de rentier dans l’entre-deux-guerres) n’engendre pas pour autant de dynamisme au sein de la Commis­sion, qui apparaît singulièrement repliée sur Rouen. Le siège rouennais prévu par les statuts impose la distinction entre les membres « résidants » (les titulaires) et membres correspondants (les non-Rouennais). En 1930 par exemple, sur les 37 membres que compte la Commission, 26 sont Rouennais et 2 viennent de la proche banlieue. Les sous-préfectures (Le Havre, Dieppe) ne sont généralement représentées que par un ou deux membres. Le reste du département se contente de membres correspondants, au nombre de 10 en 1930183. D’une manière plus générale, sur 63 membres participant aux travaux de la Commission comme titulaires dans l’entre-deux-guerres, 46 soit 73 % demeurent à Rouen184. La domination rouennaise ne fléchit d’ailleurs pas dans l’entre-deux-guerres, à l’heure où la diffusion de l’automobile en milieu bourgeois aurait pu justifier un autre type de recrutement géographique. Entre 1920 et 1940, sur les 29 nouveaux membres désignés, 21 sont rouennais. Les cautions données au reste du département, comme l’élection d’un pharmacien du Trait en 1939 ou encore celle du Havrais René Coty, ne sauraient tenir compte de rééquilibrage. La domination rouennaise sur la Commission départementale des antiquités resta sans partage.

  • 185 Annuaire de Rouen, 1930, p. 34-35. Les annuaires départementaux sont, il est vrai, édités par les (...)

155Même constat en ce qui concerne la teneur de ses travaux. Les questions patrimoniales rouennaises l’emportent presque toujours sur les autres. Prenons par exemple la séance du 11 février 1920. Douze questions y furent abordées dont huit concernaient la ville de Rouen. Seize ans plus tard, lors de la réunion du 16 juin 1936, trois des cinq thèmes évoqués sont rouennais. Certes l’histoire monumentale de Rouen, et son histoire tout court, la prédisposent à des découvertes archéologiques récurrentes ; mais d’autres sites archéologiques étaient connus en Seine-Maritime, depuis les travaux de l’abbé Cochet, et d’autres cités (Le Havre, Dieppe, Neufchâtel-en-Bray, Eu) regorgeaient de monuments exemplaires. La surreprésentation des questions rouennaises procède donc moins d’un état des lieux privilégiant Rouen que d’un état de fait, assurant à Rouen l’hégémonie culturelle régionale. Cette domination rouennaise sur le département ne semblait d’ailleurs guère scandaliser les contemporains. L’Annuaire de Rouen mentionne 49 « monuments remarquables » à Rouen pour seulement 26 dans le reste du département185.

156Au demeurant, on peut douter de la capacité de la Commission départementale des antiquités à s’occuper des trésors monumentaux locaux. En ce sens, il ne faut guère se laisser abuser par le volontarisme qu’elle semble manifester au moment de son centenaire, en 1918 :

  • 186 ABMR, Chirol Pierre, Introduction historique au Centenaire de la Commission départementale des ant (...)

« Plus que jamais, dans notre département, auquel la guerre a dévolu un rôle industriel insoupçonné, on ressent le besoin impérieux d’une société d’archéologie officielle… Désormais, la capitale normande, comme le Havre de Grâce, sera enserrée dans le réseau d’une formidable agglomération industrielle, où les métaux en ignition perpétuelle lui feront une ceinture flamboyante. Mais à tout jamais, la grâce ancienne sera envolée, et dans l’enfantement du monde nouveau, les restes et le culte du passé auront sombré. De ci de là quelques vestiges subsisteront sous un aspect sporadique et avec une échelle misérable, comme rapetissée auprès des conceptions nouvelles gigantesques et sans âme. Si l’on n’y prend garde, le discrédit résultant de la comparaison fatale déterminera la mutilation de ces témoins, sinon leur anéantissement total. Voilà où apparaît le rôle moderne de la Commission des antiquités, rôle d’arbitre, sinon de défenseur, de plus en plus indispensable pour sauver les monuments, dont la vie fiévreuse de demain risque de faire bon marché186. »

  • 187 Sur ce point, cf. Ory Pascal et Sirinelli Jean-François, Histoire des intellectuels en France de l (...)
  • 188 ADSM, 4T252. Crédit de 4 000 francs, versés sur deux exercices (1938-1939).

157Cette profession de foi traduit bien l’esprit de la Commission au sortir de la Grande Guerre. Nostalgique par essence et par mémoire littéraire, la Commission affiche un volontarisme qui veut participer d’une guerre de défense (« arbitre », « défenseurs », « sauver »). Cette attitude reflète, au niveau local, les préoccupations des milieux conservateurs, lecteurs d’Oswald Spengler puis d’Henri Massis187. Cette guerre de tranchées culturelles s’appuie sur quelques principes simples (maintien sur place, reconstitution à l’identique, rejet du pastiche) et sur une obsession de la description monumentale. À la fin des années trente, la Commission des antiquités obtient un crédit pour réaliser un « inventaire bibliographique et photographique des objets d’art de la Seine-Inférieure188 », version moderne d’un projet identique d’inventaire par le dessin, qui lui avait été confié un siècle plus tôt. En dépit de la fréquence des réunions de la Commission (jusqu’à quatre fois par an dans les années trente), son rôle reste purement symbolique. Il y a à cela plusieurs raisons.

  • 189 ADSM, 4T252.

158La première est d’ordre budgétaire. Le budget de fonctionnement de la Commission des antiquités ne lui permet pas d’impulser des campagnes de restaurations – qui au demeurant sont du ressort de l’État – ni même de jouer le rôle d’arbitre auquel aspirait Pierre Chirol. Le travail d’inventaire du patrimoine local ne peut pas davantage être mené à bien. Maintenues à 2200 francs par an jusqu’en 1937, les dépenses de la Commission s’élèvent ensuite à 4600 francs. Cette somme est entièrement absorbée par l’édition d’un « bulletin annuel », imprimé à 300 exemplaires à Rouen chez Maugard189. La crise économique et l’inflation aidant, ce bulletin ne pourra même pas paraître de façon régulière. Dès 1934, sa périodicité annuelle est remise en cause. De fait, il ne sortira pas de 1934 à 1939. Au prix d’un effort important, la Commission publiera en 1939 un bulletin récapitulatif des années 1932-1937. Le coût même des frais d’impression (1850 francs dans les années vingt, 4 000 francs à la fin des années trente) laisse entrevoir l’étroitesse de sa marge de manœuvre. À l’image de leurs collègues des sociétés savantes de l’entre-deux-guerres, les membres de la Commission des antiquités sont entièrement accaparés par le travail de publication, symbolique, mais aussi vital car identitaire.

  • 190 ADSM, 4T259.
  • 191 C’est-à-dire président de fait puisque le président en titre était le préfet.
  • 192 ADSM, 4T252, arrêté du 13 janvier 1940. Le docteur Coutan (1850-1950) est un modèle d’érudit local (...)
  • 193 ADSM, 4T252, composition au 1er janvier 1960.

159L’incapacité ne relève cependant pas uniquement d’un verrou financier. Par nature en effet, la Commission des antiquités est une instance consultative. Elle fonctionne comme un cercle mondain, où l’on discute, où l’on s’informe mais où l’on ne décide jamais. La formule consacrée qui clôt toutes ces discussions savantes, « la Commission émet le vœu suivant… » indique assez le degré de réserve dans lequel elle doit se tenir. Les dossiers eux-mêmes ne contribuent guère à élaborer une ligne politique cohérente en matière de protection monumentale. Les procès-verbaux rendent compte du caractère anecdotique des travaux de la Commission. Ici s’accumulent en effet les « notes sur190… », descriptions érudites qui prennent soin d’éviter de poser les questions cruciales de la propriété juridique, de l’insertion spatiale ou du remploi possible des monuments. Cette logique d’accumulation, qui renvoie sans doute à l’imaginaire des cabinets de curiosité cerne les limites de la Commission des antiquités. C’est une simple société savante qui se réunit quatre fois l’an, sous la caution bienveillante de la préfecture. On retrouvera logiquement ici rentiers ou retraités qui disposent du temps nécessaire à l’érudition. Ainsi le patrimoine départemental est-il laissé en pâture à de vénérables « savants », nommés à vie dans une institution dont ils espèrent finir président d’honneur. Au début des années vingt certains des membres de la Commission y siègent depuis plus d’un demi-siècle comme Edouard Pelay (1873), Gaston le Breton (1875) ou Barbier de la Serre (1871). On mentionnera encore le cas du « docteur Coutan », entré à la Commission en 1891, vice-président191 de 1919 à 1940, date à laquelle il fut nommé président d’honneur192. Le profil démographique de la Commission départementale des antiquités n’est d’ailleurs pas propre à l’entre-deux-guerres. En 1960 encore, 7 membres sur 32 avaient été élus avant 1940 dont 2 (Guey et Lanfry) avant 1930193.

  • 194 ADSM, procès-verbaux des séances du 22 avril et 19 octobre 1920.
  • 195 ADSM, procès-verbal de la séance du 19 octobre 1920.

160L’incapacité politique de la Commission des antiquités tient enfin dans le faible écho que rencontrent ses propositions auprès des pouvoirs compétents (maire de Rouen, préfet, sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts). Les procès-verbaux de l’année 1920 révèlent ainsi que la Direction des beaux-arts ne tient aucun compte des avis émis. La Commission réclame en effet à plusieurs reprises le retour d’un retable de saint Romain dans une chapelle de la cathédrale de Rouen. Elle appuie sa requête sur l’ » unité de l’ensemble iconographique » initial194. Le sous-secrétaire d’État reste muet à ses injonctions « formelles ». À propos d’un autre cas d’espèce, l’enlèvement des statues de Saint-Pierre du Châtel, la Commission reconnaît elle-même son impuissance. Le secrétaire de séance note laconique : « Il semble difficile à la commission d’intervenir efficacement195. » De fait les pouvoirs publics font la sourde oreille, bien conscients du peu de poids des travaux de cette petite trentaine de savants.

161La Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure apparaît donc bien comme une société sans influence. Société savante rouennaise, entretenue modestement par le département, elle semble servir à distinguer, sur le tard, quelques érudits locaux et à neutraliser le potentiel politique des nouveaux médiateurs du patrimoine. Elle n’a aucun poids sur la mise en œuvre des politiques locales ou départementales du patrimoine. On aurait tort toutefois de lire dans cet exemple spécifique la faillite de l’intérêt rouennais pour le patrimoine.

Vers une démocratisation patrimoniale : la Société des amis des monuments rouennais

162Entre les années 1880 et 1910, la connaissance et la défense du patrimoine vont susciter à Rouen de nouvelles créations associatives. Au premier rang d’entre elles on trouve la célèbre Société des amis des monuments rouennais, mais elle n’est pas isolée.

  • 196 Annuaire de Rouen, 1928, p. 305.
  • 197 Georgel Chantal, La jeunesse des musées, catalogue de l’exposition du musée d’Orsay, 7 février-8 m (...)
  • 198 ABMR, fichier correspondance, dossier « Société le Vieux Rouen », 1927-1928.

163En 1910 en effet, est fondée par quelques-uns de ses meilleurs éléments, la Société normande d’ethnographie et d’art populaire, plus connue sous le vocable « le Vieux Rouen ». Cette société de promotion des arts et traditions populaires locales s’organise autour de sections folkloriques spécifiques. Dans l’entre-deux-guerres on en comptera huit : Art décoratif, Bibliographie, Costume, Iconographie, Légendes et traditions, Littérature, Métiers, Musique196. Cette conception large du folklore n’est certes pas propre à Rouen. À Grenoble par exemple, on connaît l’intense activité déployée en faveur de l’ethnographie alpine par Hippolyte Müller, fondateur du musée dauphinois en 1906197. Mais elle signale néanmoins l’attachement local au passé sous toutes ses formes, attachement qui place la ville de Rouen dans le peloton de têtes des capitales patrimoniales. Dans ses locaux de la vieille maison de la rue Saint-Romain, qui devient la Maison du vieux Rouen, la société installe ses collections en vue d’ouvrir un petit musée folklorique. Ce projet ne verra en fait jamais le jour. Néanmoins la sociabilité du Vieux Rouen est bien attestée dans l’entre-deux-guerres. En 1927-1928 par exemple, la société organise des « journées des aguignettes », à l’occasion de la galette des rois et fait rééditer pour l’occasion de vieux menus normands198. La société, étroitement liée à la personnalité de son fondateur Georges Dubosc semble toutefois tomber en désuétude après sa mort en 1927.

  • 199 Annuaire de Rouen, 1928, p. 305.
  • 200 ABMR, fichier correspondance, dossier « Société normande d’études préhistoriques », président de l (...)

164Parallèlement au folklore, l’archéologie, autre pilier du patrimoine, connaît également un regain d’intérêt. C’est en 1924 en effet que la Société normande d’études préhistoriques, fondée à Évreux, est transférée à Rouen, à l’Hôtel des sociétés savantes. Contrairement à ce que laisse croire son titre, la société ne se voue pas exclusivement à l’étude de la préhistoire mais plus largement à celle de « l’archéologie souterraine de la Normandie199 ». Sa bibliothèque, d’intérêt régional et surtout la présence en son sein de membres influents de la Commission départementale des antiquités (Deglatigny, Coutan, Quenedey) justifiait une installation rouennaise. Dès 1925, les collections (volumes, archives) sont déposées à la bibliothèque municipale de Rouen et mises à la disposition du grand public200. La formule restait cependant en ce cas une gageure et le « grand public » rouennais n’était guère concerné par les travaux austères de la Société normande d’études préhistoriques. Les amateurs de vieilles pierres préféraient se diriger vers une autre société, véritable pivot de la vie patrimoniale locale : la Société des amis des monuments rouennais.

  • 201 Les statuts ne datent cependant que du 8 juillet 1886.
  • 202 APSM, Bureau des associations de la préfecture de Seine-Maritime, dossier « Société des amis des m (...)

165La Société des amis des monuments rouennais est née le 14 mai 1886201 du désir de quelques érudits locaux de « veiller à la conservation et à la restauration de monuments et œuvres d’art et au développement de la physionomie artistique de Rouen202 ». Sous la houlette de ses présidents successifs, Gaston le Breton, Georges Dubosc, Edouard Pelay, le chanoine Jouen, le docteur Coutan… pour la plupart membres de la Commission départementale des antiquités, la Société des amis des monuments rouennais accède rapidement à la notoriété. Dès la Belle Époque, elle est directement à l’origine du sauvetage de la chapelle du lycée Corneille, de l’église Saint-Laurent et de la vieille maison de la rue Saint-Romain. Cette maison à pans de bois remontant au xve siècle, orgueil aujourd’hui des parcours touristiques rouennais, était promise à la démolition au nom de l’alignement. Elle fut sauvée à l’issue d’une vaste campagne médiatique orchestrée par les Amis des monuments rouennais et quelques-uns des fondateurs de la Société le Vieux Rouen, le docteur Brunon et le journaliste Georges Dubosc en tête. On peut considérer cet épisode comme l’acte de naissance d’une conscience de masse du patrimoine.

  • 203 Ibidem, article 10.
  • 204 Bardet Jean-Pierre et Chaline Jean-Pierre (dir.), Églises, hôtels et vieilles maisons, op. cit., p (...)
  • 205 On se démarquera ici du bilan proposé par Jean-Pierre Chaline et Jean-Pierre Bardet, pour qui l’en (...)

166Aux termes de ses statuts, la Société des amis des monuments rouennais se présente clairement comme une société savante. L’article 10 énonce que « les moyens d’action de la Compagnie sont : la recherche et la réunion des renseignements et des documents propres à éclairer sur l’existence des monuments, leur conservation et leur restauration, la correspondance avec les sociétés s’occupant des monuments historiques, les publications de la société203 ». L’instrument privilégié de cette action est le bulletin annuel, régulièrement édité de 1899 à 1913. La pratique distingue assez nettement cependant la Société des amis des monuments rouennais du reste du parc savant local. Dès la Belle Époque, la société sait mobiliser l’opinion publique au-delà des cercles traditionnels d’amateurs éclairés. Au moment du sauvetage de la vieille maison de la rue Saint-Romain en 1900, elle ne compte encore que 140 membres. Mais le dénouement favorable de cette affaire fera gonfler régulièrement ses effectifs jusqu’à la guerre : 222 membres en 1904, 406 membres en 1913204. L’entre-deux-guerres qui sonne le glas de toute une génération de sociétés savantes en France, voit la Société des amis des monuments rouennais montrer une certaine vitalité et une capacité à inventer de nouvelles stratégies associatives qui assureront sa survie205. Les gigantesques mains protectrices enserrant la ville, que Juliette Billard dessine pour le banquet du cinquantenaire de la société (cliché 11), symbolisent une action patrimoniale qui veut s’étendre à la ville dans sa globalité. Cette vitalité associative tient pour l’essentiel dans trois facteurs complémentaires : la mise en place d’une panoplie nouvelle d’actions patrimoniales, l’accentuation de la démocratisation culturelle au sein de l’association, le rôle déterminant de certains de ses militants.

  • 206 APSM, Bureau des associations de la préfecture de Seine-Maritime, dossier « Société des amis des m (...)
  • 207 Journal de Rouen, 1er mai 1927.

167Les statuts de 1886 prévoyaient que « la société pouvait décerner des récompenses, soit pour des œuvres exécutées, complétées ou restaurées, soit pour des travaux artistiques ou archéologiques206 ». Ce moyen d’action présentait l’avantage de pouvoir médiatiser, périodiquement, l’association et ses principes esthétiques. Dès le début des années vingt, le collectionneur Edouard Pelay, ex-président de la société, réclame la création d’un casier archéologique municipal. La fondation, en 1925 de la Commission du vieux Rouen répond aux vœux de la Société des amis des monuments rouennais, qui saluera également l’attribution d’aides municipales – sous forme de prix après travaux – aux propriétaires restaurant leurs édifices anciens. C’est pourtant par une autre innovation, la création d’un corps d’ » inspecteurs des monuments de Rouen » que la société révèle en 1927 ses véritables capacités de pression. En avril 1927 en effet, la Société des amis des monuments rouennais décide de « répartir la ville en un certain nombre de secteurs confiés à des inspecteurs bénévoles207 ». Quinze secteurs sont déterminés, proportionnellement à la densité de l’espace bâti. Le rôle des inspecteurs est défini très clairement par la société qui affiche par là même son désir de renouer avec le militantisme des années 1900 :

  • 208 Ibidem.

« Surveiller les édifices, monuments, logis, sites, etc. intéressant le passé rouennais. Signaler tous actes de vandalisme, déprédations et recueillir tous renseignements permettant une intervention efficace et rapide. Surveiller tous travaux, démolitions, transformations, etc., ainsi que les découvertes, fouilles et trouvailles… Surveiller l’affichage sous toutes ses formes, dans les zones protégées et sur les édifices classés. Reconnaître dans chaque secteur les monuments, édifices ou vestiges, connus ou non. Prendre toutes initiatives nécessaires en vue d’une action rapide et décisive, chaque fois qu’une relique du passé monumental est en péril. Signaler les restaurations, réparations, sauvetages d’édifices anciens, en vue de récompenses pour les propriétaires ou occupants208. »

  • 209 Ibidem. G.D signifie Georges Dubosc.

168La formation de ce corps d’inspecteurs bénévoles ne va évidemment pas de soi. La société empiète ici sur le domaine de compétences des architectes en chefs des Monuments historiques (recrutés par concours d’État), sur celui des membres de la commission municipale d’urbanisme, fondée en 1919 mais aussi sur celui de la Commission départementale des antiquités. Il faut voir ici un défi à l’inertie et aux atermoiements des pouvoirs publics en matière de protection du patrimoine. L’article du Journal de Rouen annonçant la création des inspecteurs des Amis des monuments rouennais et signé G.D se veut tranchant : « La société ne doit pas être exclusivement une académie archéologique… Avant tout elle doit être une société militante, une société d’action, de défense et de protection des monuments anciens… La Société des amis des monuments rouennais doit être vigilante et ne pas craindre de se prononcer vis-à-vis des pouvoirs publics209. » On peut toutefois s’interroger sur la portée réelle de cette déclaration. La Société des amis des monuments rouennais n’avait à cette époque ni les moyens ni le désir de s’opposer aux pouvoirs locaux. L’entrée dans la crise des années trente aura raison du projet des inspecteurs des monuments rouennais.

  • 210 Bardet Jean-Pierre et Chaline Jean-Pierre (dir.), Églises, hôtels et vieilles maisons, op. cit., p (...)

169Bien plus ambitieuse et décisive pour la pérennité de l’association fut en revanche la poursuite et l’accélération du processus de démocratisation interne. Jean-Pierre Chaline a bien souligné l’écart qui séparait le recrutement élitiste des sociétés savantes traditionnelles et celui, « à l’éventail ouvert, des classes moyennes à la bonne bourgeoisie210 » de la Société des amis des monuments rouennais. Cette ouverture sociologique se renforce à partir des années vingt à l’heure où la société entend favoriser l’accès des classes moyennes au patrimoine.

  • 211 Bulletin de la Société des amis des monuments rouennais, 1900-1939.

170Pour ce faire, on propose tout d’abord des excursions, biais commode de vulgarisation à une époque où se diffusent conjointement le temps libre et l’automobile. La pratique remonte à la Belle Époque et semble s’être développée à partir de 1906. La société organise alors jusqu’à quatre sorties annuelles (1911). Interrompues pendant la guerre ces visites « archéologiques » reprennent dès 1921 à raison d’une ou deux par an. Les destinations concernent exclusivement les départements de l’Eure et de la Seine-Maritime. Il faudra attendre la fin des années trente pour voir les Amis des monuments rouennais étendre leur curiosité au-delà de la Haute-Normandie et se rendre à Caen (1937), Lisieux (1938), Abbeville (1939)211.

  • 212 Lafond Jean, « Rapport annuel de la société, 1914-1920 », Bulletin de la Société des amis des monu (...)
  • 213 ADSM, 97J16, Brisson Charles, Comptes rendus des cours d’archéologie, année 1926-1927, Rouen, Impr (...)

171Parallèlement aux sorties touristiques se mettent en place à la fin des années vingt, des cours d’initiation « archéologique », c’est-à-dire d’archéologie, d’histoire de l’art et de l’architecture. Ils ont constitué de toute évidence un moyen efficace de revitalisation de l’association. Ce tournant démocratique ne se fit cependant pas sans discussion, comme en témoigne le rapport de 1920 : « Nous ne pouvons guère convier nos sociétaires à des cours proprement dits. Il faut leur laisser le mérite et le plaisir de s’initier eux-mêmes à l’archéologie par la lecture des ouvrages récents des Brutails, des Enlart, des Lasteyrie, des Émile Mâle et des Louis Bréhier212. » Cette réflexion élitiste, propre au savant désireux de conserver son avantage culturel comparatif, donc ses capacités de distinction sociale, ne devait pas résister longtemps. C’est en 1927 qu’apparurent pour la première fois les cours d’archéologie de la Société des amis des monuments rouennais. Ils furent ouverts aux adhérents mais aussi aux non-adhérents. Dix cours furent présentés dès la première année, dispensés dans une salle de l’Hôtel des sociétés savantes par quatre spécialistes de l’archéologie locale : le commandant Quenedey (archéologie gothique, archéologie monumentale, archéologie générale), Pierre Chirol (archéologie romane), le docteur Coutan (archéologie chrétienne) et le chanoine Jouen (flamboyant, baroque)213.

  • 214 Ibidem, p. 9.
  • 215 ADSM, 97J16.

172D’emblée les cours connurent un grand succès auprès du public rouennais. Charles Brisson, secrétaire de la société rapporte que « la grande salle du rez-de-chaussée de l’Hôtel des sociétés savantes était absolument comble214 ». De fait les cycles de conférences seront renouvelés en 1928 et même complétés par des séances sur la ferronnerie (Pierre Dubois), l’art chrétien (Mme Lefrançois Pillien), les vitraux (Jean Lafond). Le principe sera reconduit de 1929 à 1932 puis de 1935 à 1938, signe du succès durable de l’initiative. On jugera d’ailleurs de ce succès public en mettant en parallèle l’institution des cours et les données disponibles sur le recrutement des Amis des monuments rouennais. Les années de lancement des cours (1927, 1935) voient la société accueillir respectivement 89 et 40 nouveaux membres. On notera au passage l’utilisation régulière de techniques nouvelles de la diffusion culturelle. Les cours d’archéologie s’appuient ainsi sur des projections diapositives ou cinématographiques215. On ne saurait toutefois interpréter cette vague de démocratisation de l’archéologie et du patrimoine comme un mouvement « naturel ». Elle provient aussi de la passion des élites qui contrôlent la vie de l’association.

  • 216 Pour des compléments d’informations sur ce personnage essentiel, cf. Soyeux Stéphanie, Raymond Que (...)
  • 217 Brisson Charles, Comptes rendus des cours d’archéologie, année 1926-1927, op. cit., p. 10. Raymond (...)

173Au premier rang de ces ardents défenseurs du patrimoine local vient sans hésitation le commandant Quenedey (1868-1938), docteur ès lettres (1926) et président de la Société des amis des monuments rouennais de 1926 à 1928216. Il impulse le renouveau de l’association en en garantissant la caution scientifique auprès des autorités locales tout en l’orientant nettement vers la vulgarisation scientifique. C’est à lui qu’on doit l’institution des cours d’archéologie. Dans sa conférence inaugurale du 21 février 1927 il rappelle « à quel point il est paradoxal de ne voir aucun cours d’archéologie monumentale professé en la ville-musée… Se défendant de toute tentative ou tendance littéraire, il s’en tiendra à un enseignement qu’il espère profitable217 ».

  • 218 ADSM, 97J16, allocution du 15 mars 1935, ms.
  • 219 ADSM, 97J16.

174L’arrivée de Pierre Chirol à la présidence de la société (1935) lui redonne un nouvel élan. Dans son allocution d’investiture le nouveau président déplore « l’anémie financière qui succède à une lassitude morale, les adhérents tendent à se raréfier puisqu’ils ne voient rien venir et un cercle fatal se noue. Notre bureau a la ferme intention de le rompre et, dans ce but, il vous convie à une vigoureuse campagne pour trouver des adhésions218 ». Comme son ami Quenedey, Pierre Chirol tente de réactiver la sociabilité qui est la condition du dynamisme de l’association. Après avoir relancé les cours d’archéologie, il fonde un bulletin mensuel, véritable lien paroissial du patrimoine rouennais. Ce bulletin d’informations internes (procès-verbaux des séances, annonces des assemblées générales et des excursions) sera édité de janvier 1935 à janvier 1938, permettant à la société de ne pas succomber à l’asphyxie consécutive à la crise économique. Les archives de Pierre Chirol révèlent que ce bulletin, entièrement financé par les annonceurs, fut bien accueilli par les sociétaires, certains n’hésitant pas à réclamer son extension à des questions externes (actualité archéologique ou touristique)219.

  • 220 ADSM, 97J16, 28 mai 1936. Journal de Rouen, 31 mai 1936.
  • 221 Bulletin de la Société des amis des monuments rouennais 1920-1921, Rouen, Lecerf, 1923, p. 29.

175En 1936, la société fête son cinquantenaire de manière officielle, en organisant une conférence au cinéma Omnia et un banquet d’honneur de 58 convives à l’hôtel de la Poste220. Cette manifestation de sociabilité signale l’incontestable institutionnalisation de l’association au sein de la cité. À cette date, elle compte 300 membres et a intégré de nombreux élus locaux. Dès 1921, Jean Lafond reconnaît que « les relations sont excellentes221 » entre la société et l’administration municipale. Ce rapprochement s’illustrera à la fin des années vingt par la nomination à présidence de l’association de deux anciens élus de la ville, Louis Dubreuil, ex-maire de la cité (1929-1931) et René Morin, ancien adjoint aux Beaux-Arts (1931-1932). L’arrivée à la tête de la municipalité des radicaux-socialistes en 1929 ne modifie pas en profondeur le consensus culturel sur le patrimoine architectural. Au cinquantenaire de la société en 1936, René Millot, adjoint aux Beaux-Arts, représentera officiellement la municipalité.

176À cette date cependant la SAMR ne constitue plus le seul vecteur de diffusion d’une conscience patrimoniale locale. Les sociétés savantes ont été sur ce terrain rejointes et complétées par les comités de quartier et le Syndicat d’initiative, qui proposent une nouvelle approche du patrimoine.

Tourisme et patrimoine : comités de quartier et Syndicat d’initiative

  • 222 Boyer Marc, L’invention du tourisme, Paris, Gallimard, Découvertes, 1996 ; Bertho-Lavenir Catherin (...)

177Longtemps considéré comme une marge honteuse de la culture, et dédaigné en ce sens par une société culturelle bien pensante, le tourisme a fait depuis une dizaine d’années l’objet d’investigations historiques poussées. Ces travaux mettent l’accent sur la diffusion de masse des normes (monuments, sites) et des parcours du patrimoine qu’a permis l’essor du tourisme moderne222. Dans la perspective d’une histoire sociale de la culture, on insistera ici sur les acteurs de cette expansion du tourisme, à savoir les classes moyennes commerçantes. La IIIe République est le moment où elles découvrent l’intérêt de contribuer à la construction du patrimoine local. Elles fondent à cette époque leurs propres associations, elles savent plaider leur cause au sein du conseil municipal et fournissent de nouveaux arguments aux défenseurs traditionnels des vieilles pierres. Ce faisant, elles contribuent à redéfinir le patrimoine, en l’étendant aux secteurs dans lesquels elles excellent (gastronomie régionale, costumes folkloriques, artisanat local, produits du terroir). Elles assurent également une nouvelle forme de promotion de la ville-musée, en la mettant en scène à l’occasion de fêtes urbaines régulières.

  • 223 Annuaire de Rouen, 1914.

178Le lien entre le secteur commercial rouennais et le passé de la cité apparu dans les années 1890 se renforce nettement à partir de 1900. À cette époque se constituent en effet des comités chargés d’organiser des fêtes locales, à l’origine commerciales et foraines, mais qui bientôt s’accompagnent de manifestations artistiques (concerts, expositions, théâtre). Ainsi du comité des fêtes normandes, fondé en 1904 pour « organiser et favoriser des fêtes à Rouen, ou dans toutes autres localités de la Normandie afin de faire prospérer le commerce223 ». Ses membres fondateurs appartiennent aux métiers d’art de la cité. On y trouve le ferronnier Marrou, le directeur de L’Écho de Rouen (Dillard) ainsi qu’un peintre-décorateur et un graveur de timbres sur caoutchouc. C’est à l’initiative de ce comité que sera érigé, dans le square Solférino, le monument aux frères Bérat, à l’esthétique régionaliste prononcée.

  • 224 ABMR, dossier A/Z « Fêtes de Rouen ». Le Grand sénéchal, Louis de Brészé entre à Rouen en 1526 pou (...)
  • 225 Journal de Rouen, 12-13 juin 1892.
  • 226 Cf. Chaline Jean-Pierre, « Les fêtes du millénaire de la Normandie, Rouen 1911 », Études normandes(...)
  • 227 D’une certaine manière, les grands rassemblements de navires de guerre et de voiliers, initiés en (...)

179Il faut généralement un prétexte culturel à l’organisation régulière de fêtes à finalité commerciale. En 1892, un comité organise la reconstitution de l’entrée de Louis de Brészé à Rouen224. Cette grande commémoration historique, dont le clou est constitué par un cortège de corporations du xvie siècle225 est la première d’une longue série. Suivent en 1901, une cavalcade historique sur le thème « Rouen à travers les âges », de 1904 à 1909 des fêtes normandes annuelles, en 1911, le Millénaire normand, qui s’accompagne de reconstitutions historiques (costumes, drakkars) et de manifestations populaires226. Dès cette époque sont mises en place les modalités d’organisation (comités de patronage et d’organisation, subvention municipale conséquente) et de protocole du déroulement des fêtes (discours officiels, gala au Théâtre des arts, cortèges populaires historiques ou folkloriques). Ils ne changeront plus jusqu’à la fin des années trente227. Au début des années vingt, l’organisation annuelle de « cavalcades de la mi-carême » rappelle cette tradition festive, lointaine héritière des carnavals d’Ancien Régime, réinventée de fraîche date à l’initiative du lobby commerçant ou de la dynamique Association générale des étudiants de Rouen (l’AGER).

  • 228 ADSM, 4T147, président du Comité Guillaume le Conquérant/secrétaire général de la FNSI, 4 décembre (...)
  • 229 ADSM, 4T147, président du Comité Guillaume le Conquérant/Léon de Montluc, 8 février 1927.

180En dépit d’une conjoncture économique moins porteuse, l’entre-deux-guerres ne demeure pas en reste. C’est en 1926 que se constitue à Rouen, un comité des fêtes de Guillaume le Conquérant. L’idée initiale du comité, en fait une émanation du Syndicat d’initiative de Rouen, est de renouer avec les fêtes internationales de 1911. Aussi décide-t-on d’élaborer un programme commun de célébrations (défilés, expositions, conférences, manifestations théâtrales et littéraires) avec les villes de Caen, Le Havre, Falaise, Dives et Deauville. La Fédération normande des syndicats d’initiatives réclame une subvention de 50 000 francs à la ville de Rouen. Elle en accepte le principe228. Curieusement, l’entente cordiale Rouen-Caen se rompt au début de 1927 : « Pour ce qui concerne la ville de Rouen, il a été décidé d’organiser simplement une journée Guillaume le Conquérant229. » Un accord de dernière minute permettra d’éviter le chevauchement des célébrations hautes et bas-normandes.

  • 230 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 24 février 1927. La ville (...)
  • 231 Sur ce problème fondateur de l’ethnologie contemporaine, cf. Levi-Strauss Claude, Race et histoire(...)
  • 232 ABMR, casier correspondance, Association Guillaume le Conquérant, statuts, article 1.
  • 233 La date fait figure d’événement, Maurras n’étant pas venu à Rouen depuis 1911.

181En dépit de cet échec de la collaboration culturelle normande c’est bien l’idée régionale qui fournit le thème essentiel de la commémoration de Guillaume le Conquérant. C’est la « race » normande qui est célébrée, dans son rayonnement international (Canada, Scandinavie, Sicile), réactivée par la collaboration alliée de 1914-1918230. De cette exaltation normande à l’adhésion à un système de représentation raciste, il n’y avait – peut-être ? – qu’un pas que les années trente aidèrent à franchir231. En 1938 en effet, est fondée à Rouen une association Guillaume le Conquérant se donnant pour but d’ » étudier et de propager les idées politiques, économiques et sociales capables d’assurer d’une façon stable le redressement du pays232 ». Placé ouvertement sous le patronage maurrassien, l’Association organise le 3 avril 1938, un banquet politique au Cirque qui réunit 550 personnes. Charles Maurras y prononce une conférence et dénonce « le régime démocratique233 ».

  • 234 Dans le cas rouennais on peut mentionner la fête des Fous (xive-xve siècle), la fête de l’Ane (xiv(...)

182La politisation ne s’exerce cependant que très rarement à ce niveau. À l’échelle rouennaise, les querelles sont moins de chapelle que de quartiers, opposant quelques commerçants au pouvoir municipal en place. Les fêtes de quartier contemporaines ne sont pas, comme on le prétend trop rapidement, les héritières des fêtes médiévales (carnaval, charivari, fêtes patronales)234. Entre le Moyen Âge et le premier xxe siècle, l’histoire des fêtes urbaines est faite de ruptures, de décrochages et de réinventions. Rares sont les pratiques attestées sans discontinuité depuis plusieurs siècles. De là vient sans doute le caractère patrimonial de certaines d’entre elles.

  • 235 La source principale d’information est constituée par les dossiers de la série municipale 1I4 (arr (...)
  • 236 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 25 novembre 1926.
  • 237 Alexandre Alain, Saint Romain : De la légende à la foire, Rouen, District de l’agglomération rouen (...)

183À l’heure où les municipalités conservatrices rouennaises refusent la création de nouvelles fêtes de quartier et encouragent la fusion des comités existants235, certains conseillers municipaux reconnaissent la pérennité d’autres manifestations comme la fête de la place Saint-Vivien « en raison de l’antiquité de la tradition » ou la fête de la Saint-Fiacre de l’avenue du Mont Riboudet, « au solide titre traditionnel236 ». À ces fêtes séculaires il faut ajouter la foire Saint-Romain, fête foraine traditionnelle de la cité se déroulant en octobre-novembre237. Dans certaines villes de banlieue, on trouve aussi des quartiers à forte personnalité, organisant depuis l’époque moderne au moins des fêtes significatives ; ainsi du quartier de la place Voltaire à Sotteville-lès-Rouen. Les comités de quartier qui se forment ou sont rétablis sous la IIIe République vont développer, à partir de leurs pratiques festives, une approche spécifique et originale de la mémoire locale.

  • 238 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 29 août 1935.

184On peut ainsi voir certains quartiers participer aux commémorations historiques de la cité de manière plus ou moins spontanée. Les comités de la rive gauche s’associent par exemple aux cérémonies du 150e anniversaire de la statue de Jean-Baptiste de la Salle en 1925. Plus anecdotique mais au combien révélatrice de la perméabilité des cultures, l’organisation en 1928 d’une manifestation en l’honneur de Géricault par le quartier Saint-Romain où se trouve la maison natale du peintre, rue de l’Avalasse. Dans ce dernier cas l’hommage part du quartier lui-même sans que les institutions prestigieuses du centre (musée des beaux-arts, bibliothèque municipale, sociétés savantes) n’interviennent. Ailleurs le comité propose lui-même sa contribution à l’histoire locale. À l’occasion de l’inauguration du groupe scolaire du Mont Gargan, quartier est de Rouen, le comité des fêtes projette la fondation d’un « musée historique du Mont Gargan238 ». Le projet, resté en l’état, aurait pu donner naissance au premier musée rouennais décentralisé. Il témoigne, sinon du volontarisme des comités de quartier, du moins de leur désir de participer à la vie culturelle de la cité. L’exemple le plus abouti de cette démarche est celui du comité de la place du Vieux-Marché, organisateur des célèbres « fêtes du ventre ».

  • 239 Les fêtes du Ventre de Rouen ont été rétablies en 1999.
  • 240 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 18 mai 1935 et 1I4, fêtes (...)
  • 241 Ibidem.
  • 242 Les VIe fêtes gastronomiques du Ventre de Rouen au Vieux-Marché. 5-13 octobre 1935, Rouen, Imprime (...)

185Les fêtes du Ventre de Rouen239 furent fondées en 1929. Elles tirent leur nom du lieu qu’elles investissent, une semaine par an, « la place du Vieux-Marché étant celle où se tiennent, trois fois par semaines, les approvisionneurs en légumes et en fruits240 ». Le titre joue aussi sur les mots puisque la raison première des fêtes du Ventre de Rouen est d’ordre gastronomique. Patronnées par les commerçants et les restaurateurs de la place du Vieux-Marché, les fêtes du Ventre de Rouen se veulent « une manifestation gastronomique et régionale241 ». Il s’agit d’exposer les produits du terroir haut-normand et d’organiser des dégustations à destination du public local ou touristique. D’emblée cette « ripaille » est considérée comme une composante essentielle de l’image de la ville donc de son patrimoine : « Rouen n’est pas seulement la “ville-musée” où les amateurs d’art et d’histoire peuvent séjourner pendant plusieurs semaines sans jamais se fatiguer. Elle est aussi la capitale de la riche et plantureuse Normandie, où l’on sait rire, boire et manger242. »

  • 243 ABMR, dossier A/Z, fête du Ventre de Rouen.

186Pour mieux souligner ce lien entre les arts et l’art de vivre, le comité d’organisation fait réaliser un pavillon gastronomique où s’insèrent des expositions thématiques (menus de différentes époques, philatélie alimentaire, instruments anciens de cuisine). En 1933, le restaurateur Lucien Dorin organise un « concours d’odes aux vingt et un fromages de Normandie ». Les meilleurs écrivains haut-normands (Edmond Spalikowski, Thanase Péqueu, Francis Yard) y participent. Les menus de la Couronne – le restaurant des frères Dorin, alors considéré comme la première table de Rouen – se mettent à l’heure régionaliste proposant un menu spécial : « Poulet du pays de Caux/Trou normand/Pâté de canard de la Couronne/Salade cauchoise/Trésors de Normandie/Crème fraîche de Corneville » et étant illustrés par l’humoriste rouennais Will sous le titre : « Gastronomie… en sole majeure243 ».

  • 244 Ibidem.
  • 245 Journal de Rouen, 5 mai 1934.
  • 246 AMR, 1I4, comité des fêtes et du commerce du quartier Saint-Marc, M. LeMoal/maire de Rouen, 26 mar (...)

187À cette célébration du patrimoine culinaire normand on adjoint les inévitables cavalcades et autres défilés folkloriques. En 1933, le « cinéma parlant porta partout la renommée gastronomique de notre province244 » en immortalisant la confrontation en plein air du « roi d’Yvetôt et du comique Thanase Péqueu » ! Extrêmement populaires, les fêtes du Ventre de Rouen suscitèrent des imitations. Et d’abord au Vieux-Marché lui-même où l’on lance la « fête du lait de mai » en 1934. Là encore on mêle promotion agricole et régionalisme bon enfant, « les vendeuses de lait, plus charmantes les unes que les autres ont revêtu le joli costume normand, portant de hauts bonnets de dentelle et de vieilles croix d’argent245 ». L’année suivante c’est au tour du quartier Saint-Marc d’organiser dans le cadre de sa « fête du printemps », un stand de « dégustation de cidre, vin, bière246 ». À leur apogée, entre 1933 et 1936, les fêtes du Ventre de Rouen ne se contentent plus de célébrations gastronomiques et folkloriques. Transformée en vaste exposition régionale la place du Vieux-Marché devient un haut lieu de la vie culturelle locale pendant une semaine.

188Le premier secteur artistique associé aux fêtes du Ventre est la musique. Aux défilés folkloriques de 1930 (Bigophonistes les Bons Enfants, Normands et Normandes 1830) se substituent bientôt des concerts plus classiques au Théâtre français de la place du Vieux-Marché voire en dehors du quartier (concert de carillon de 1935). Les Beaux-Arts ne demeurent pas en reste. Dès 1933, le directeur du musée des beaux-arts est appelé en renfort pour orchestrer une exposition de peintures, de livres et de menus. En 1935, des peintres de l’École de Rouen (Pinchon, Guilbert, Segers) exposent au Vieux-Marché et les deux sociétés artistiques locales (Société des artistes normands, Société des artistes rouennais) organisent une présentation d’œuvres dont le clou est le buste de Pantagruel par Richard Dufour. Les Belles-Lettres s’associent en 1935 à la célébration. Les écrivains normands dédicacent des livres, parallèlement aux expositions de livres de cuisine. On pourra ainsi voir à la fête du Ventre de Rouen André Maurois, André Marie, Roland Dorgelès et même le Lyonnais Edouard Herriot, auteur d’un essai sur les forêts normandes.

  • 247 Les VIe fêtes gastronomiques du Ventre de Rouen au Vieux-Marché. 5-13 octobre 1935, op. cit., p. 2
  • 248 ABMR, dossier A/Z, fêtes du Ventre de Rouen, texte d’un toast, s. n., s. d., 1935.

189Par une pirouette hautement symbolique, les fêtes du Ventre entrent même dans le pré-carré de la ville-musée. En 1934, le pavillon gastronomique présente en effet une « Tour de beurre géante… en beurre247 ». Les commerçants du quartier du Vieux-Marché prennent en charge la promotion et la popularisation du patrimoine local (la cathédrale de Rouen) et transforment l’objet architectural en objet touristique. L’intention commerciale est d’ailleurs très claire. Lors d’un toast porté au moment de la visite du haut commissaire au Tourisme, venu aux fêtes du Ventre de Rouen en 1935, le restaurateur Dorin déclare : « Puissions nous voir aussi ces touristes étrangers prisonniers de leur change, cherchant dans leur pays une Normandie introuvable, reprendre leur place abandonnée chez la nourrice qui peut désormais les recevoir à beaucoup moins cher248. » Il fait ici allusion à la dévaluation de la livre (1931), qui interdit à la clientèle britannique habituelle de franchir les portes du Bloc Or et donc de son restaurant.

  • 249 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 20 octobre 1922. Il s’agi (...)
  • 250 Cf. Choay Françoise, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1992 (...)

190Le lobby commerçant local, porté par quelques personnes dynamiques, se structure donc sous la IIIe République, autour de quelques revendications précises, qui apparaissent comme autant de visages possibles d’une politique du patrimoine. En août 1922 par exemple, les « commerçants et habitants de la rue du Gros-Horloge » demandent l’éclairage électrique de la rue « à l’aide de consoles artistiques en fer forgé et lampes intensives249 ». Ils forment pour l’occasion un comité et s’engagent à régler 3 500 francs sur les 8000 que coûtera l’installation. Ce souci de mise en valeur de la rue, donc du patrimoine urbain qu’elle constitue, semble traduire une prise de conscience précoce chez les usagers. Ce n’est en effet qu’au cours des années trente que l’éclairage des monuments et sites historiques se généralise250.

  • 251 Dictionnaire biographique, industriel et commercial de la Seine-Inférieure, op. cit., p. 46.
  • 252 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 27 novembre 1933.

191Si l’on retrouve au sein de chaque comité de quartier les commerçants riverains (épicier, restaurateur, bistrotier), quelques-uns d’entre eux tiennent un rôle à l’échelle de la cité. Parmi eux on retiendra la personnalité de Métellus Brabant. Né à Rouen en 1882, ce négociant en soierie participe, dans l’entre-deux-guerres, d’une nébuleuse associative à l’interface du commercial (Ligue des commerçants rouennais, chambre syndicale de la Nouveauté de Rouen, Banque populaire de la Seine-Inférieure, Société du parc des expositions, Crédit hôtelier, Confédération des groupements commerciaux et industriels de France) et du touristique (Automobile Club normand, Syndicat d’initiative de Rouen, Société des fêtes de Rouen)251. Élu conseiller municipal de Rouen au début des années vingt, il défend les intérêts du commerce local avant de servir d’interlocuteur aux radicaux en tant que président de la Société des fêtes de Rouen. Alors que son engagement politique laissait augurer des rapports difficiles avec les radicaux, l’administration Métayer lui accorde fréquemment les subsides réclamés, convenant avec lui de la nécessité « d’attirer beaucoup de visiteurs et surtout de favoriser le commerce de notre belle cité252 ».

  • 253 L’hôtel de la Couronne de Rouen a la réputation d’être la plus ancienne hôtellerie de France dans (...)

192Derrière ce grand commerçant viennent deux restaurateurs de légende, Lucien Dorin et Eugène Guéret. Le premier, né à Rouen en 1889 dirige avec son frère l’hôtel de la Couronne, place du Vieux-Marché253. On a déjà souligné son rôle déterminant dans l’organisation des fêtes du Ventre de Rouen. La fréquente tenue de soirées (Rouen 30 et la suite, gala de la presse, remise de légions d’honneurs à des membres de la société culturelle rouennaise) à l’hôtel de la Couronne associe de facto Lucien Dorin à la vie culturelle locale.

193Né en 1877 à Bourville, Eugène Guéret, propriétaire de l’hôtel de Dieppe et fondateur d’une dynastie de restaurateurs, sait allier investissement professionnel et engagement culturel. Président fondateur de l’Association des hôteliers-restaurateurs de Rouen (1906), il milite activement au Syndicat d’initiative comme au sein d’associations touristiques nationales (Touring Club de France, Exposition internationale de la Houille blanche et du tourisme de Grenoble en 1925). En 1925, il préside le Comité d’exploitation du Clos normand à l’Exposition internationale des Arts décoratifs de Paris. On comprend dès lors qu’une nouvelle logique de prise en charge du patrimoine local se met en place. Pour les ténors du commerce rouennais, il s’agit moins de promouvoir la connaissance des monuments du passé que leur mise en scène, destinée à attirer à Rouen et dans sa région, une manne touristique importante. Un tel programme supposait un autre cadre que celui, restreint des comités de quartier.

  • 254 APSM, Bureau des associations, dossier « Syndicat d’initiative de Rouen », déclaration du 13 févri (...)
  • 255 Jamot Christian, « Le tourisme culturel à Clermont Ferrand, mythe ou réalité ? », Revue de géograp (...)
  • 256 APSM, Bureau des associations, dossier « Syndicat d’initiative de Rouen », statuts du 25 janvier 1 (...)
  • 257 Ibidem, article 1.
  • 258 ABMR, casier correspondance, chemise « Syndicat d’initiative », compte rendu d’un conseil d’admini (...)

194Le Syndicat d’initiative de Rouen est fondé en 1908, sous le nom de « Syndicat d’initiative de Rouen et de la Haute-Normandie254 ». Cette création apparaît comme relativement tardive par rapport à d’autres villes comme Grenoble (1889), la doyenne, mais elle est contemporaine de la création du Syndicat d’initiative de Lyon (1905). D’autres villes comme Clermont Ferrand prennent également conscience de leur potentiel touristique à la Belle Époque255. En 1921, le Syndicat d’initiative change de dénomination pour s’intituler simplement Syndicat d’initiative de Rouen256. Au terme de ses statuts l’association se donne pour but « d’étudier et de réaliser les mesures tendant à accroître d’une manière générale la renommée et la prospérité de Rouen et de sa région257 ». L’intention première n’est donc pas d’ordre culturel, mais d’ordre économique et commercial. La préface d’un guide touristique des environs de Rouen, édité par le Syndicat d’initiative en 1932, rappelle d’ailleurs cette vocation. Pour le Syndicat d’initiative il s’agit – alors que la crise économique se précise à Rouen – « d’attirer un nombre croissant de touristes, non seulement pour leur faire connaître les beautés de notre cité, mais également son industrie, son port, son commerce, les multiples manifestations de son activité258 ». L’argumentaire développe quelques idées aujourd’hui classiques comme :

195– La publicité : « Faire connaître aux touristes par toutes formes de publicité attrayante et productive les richesses monumentales et artistiques de la ville et la beauté de ses environs… » « de se tenir au contact avec les organisations générales de tourisme et les syndicats voisins poursuivant le même but » ;

196– L’accessibilité : « Rendre à Rouen le séjour agréable et facile en mettant à la disposition des visiteurs étrangers tous les renseignements et l’assistance qui peuvent leur être utiles… De provoquer l’amélioration ou la création de tous les moyens de locomotion et de transports » ;

  • 259 AMR, 3R2, statuts du Syndicat d’initiative de Rouen, 1921.

197– La physionomie urbaine : « De concourir à la sauvegarde des sites, monuments et souvenirs historiques, à l’augmentation de l’aspect extérieur des constructions modernes259 ».

198Par ce dernier aspect le Syndicat d’initiative dépasse sa vocation touristique pour se positionner comme acteur du développement patrimonial local. Ce faisant, il en fonde une nouvelle logique de gestion, d’essence libérale. On ne s’intéressera au patrimoine local de manière durable qu’en fonction de sa rentabilité indirecte, c’est-à-dire de son impact sur le commerce rouennais. Le patrimoine n’est qu’une attraction touristique parmi d’autres, tout en étant susceptible de fonctionner comme un cliché, un slogan, un résumé commode de la culture locale. D’où la nécessité d’en assurer la promotion.

  • 260 Dubosc Georges, À travers Rouen ancien et moderne, Rouen, Henri Defontaine, 1920. Cette « Histoire (...)
  • 261 ADSM, JPL 148, Rouen. Bulletin du Syndicat d’initiative, 1, janvier 1929.

199Au crédit du Syndicat d’initiative de Rouen on peut incontestablement citer la propagande patrimoniale. Celle ci vaut à la fois par son caractère incisif et par les moyens originaux de sa mise en œuvre. Déjà les statuts de 1908 préconisaient l’emploi d’ » affi­ches, guides, brochures touristiques, cartes postales et tous genres de réclame ». L’entre-deux-guerres rouennais ira sensiblement plus loin. Dès les années vingt, le Syndicat d’initiative reprend un travail d’édition de guides et de brochures confiés pour les trois quarts à Georges Dubosc, l’un de ses animateurs infatigables260. Le Syndicat d’initiative édite également à cette époque le premier guide touristique rouennais en anglais. La cible étrangère est en effet privilégiée, les Anglais et les Belges bien sûr (publicités rouennaises dans les quotidiens) mais aussi les Suisses (action publicitaire en Suisse), voire les Américains (production du « film cinématographique de la ville-musée »)261.

  • 262 Cf. Parment Roger, « Les 60 ans du Syndicat d’initiative », Syndicat d'initiative de rouen et de s (...)

200Dans les années vingt également, le Syndicat d’initiative s’illustre par sa participation à l’organisation du Clos normand à l’Exposition internationale des Arts décoratifs, l’organisation d’un concours de balcons fleuris (1925) et par la création du diplôme d’honneur des vieilles façades de Rouen. En 1928 encore, 36 panneaux de 6 m2 sont apposés le long des voies ferrées et 10 panneaux de 10 m2 placés sur la route de Paris entre Nanterre et Bonnières, pour inciter les touristes à passer par Rouen pour se rendre à Deauville262.

  • 263 Journal de Rouen, 7 mars 1937.
  • 264 ABMR, casier correspondance, chemise « Syndicat d’initiative », Syndicat d’initiative de Rouen/Hen (...)
  • 265 AMR, 3R2, Syndicat d’initiative de Rouen/maire de Rouen, 18 mai 1939.

201À la fin des années trente, l’inventivité publicitaire ne faiblit pas comme en témoigne la mise en place d’une « signalisation touristique par flèches indicatrices263 ». Au moment de l’Exposition de 1937, le Syndicat d’initiative de Rouen organise pour les touristes des « voyages à forfait durant la durée de l’exposition264 ». En 1939 encore, il s’associe à la diffusion d’un court métrage de Charles Cuny, Naissance d’une cité : Rouen, film de 25 minutes représentant le port, les quartiers pittoresques, ainsi que les souvenirs de Corneille et Jeanne d’Arc et une table normande265. Le coût annuel de ses prestations touristiques était estimé à 30 000 francs par an à la fin des années trente, somme considérable pour une association culturelle.

  • 266 Cité par Parment Roger, « Les 60 ans du Syndicat d’initiative », op. cit., p. 79.
  • 267 On notera au passage la tradition d’investissement de certains enseignants du lycée Corneille dans (...)

202On ne peut également qu’être surpris du ton employé par le Syndicat d’initiative qui tranche avec la modération de la société culturelle. En 1928, Eugène Guéret, son président, se réjouit ainsi de la campagne des panneaux : « Nous sommes persuadés que cette publicité a porté car Évreux a protesté266. » La création en 1929 d’un bulletin mensuel du Syndicat d’initiative de Rouen s’inscrit dans cette logique offensive. Le rédacteur en chef, Georges Diard, professeur de lettres au lycée Corneille267 et président du conseil d’administration du Syndicat d’initiative accuse l’attentisme local :

  • 268 Diard Georges, « Pourquoi ? Pourquoi Rouen? Pour une action de niveau régional », Rouen, Bulletin (...)

« Une poussière de tracts ne vaut pas une publicité régionale ; nous ne savons pas faire notre publicité, voilà ce qui nous handicape fâcheusement. Qui dit aujourd’hui individualisme dit faillite… Quand donc toutes ces bonnes volontés ou tous ces intérêts, quand donc toutes ces initiatives feront-elles faisceau pour tirer à 150 000 ou 200 000 ? Quand ces associations, ces firmes, ces organismes ne s’ignoreront plus, quand il y aura selon notre jargon moderne “interpénétration pour une action unique, la seule puissante”… Résumons-nous : deux tâches sont urgentes : 1° De nos poussières de velléités, faire un bloc de volontés. 2° À nos volontés actuellement agissantes, inspirer une unité d’action qui garantisse le succès268. »

203Cette mise en commun des efforts demeurera un vœu pieux. Les entrepreneurs des années vingt sont davantage préoccupés de leur survie que du développement du Syndicat d’initiative. Celui-ci résista cependant, tant son existence semblait désormais inséparable de celle de la cité.

204En 1911, le Syndicat d’initiative est associé aux célébrations du Millénaire de Normandie. C’est vraisemblablement à cette date qu’il popularisera le slogan de « ville-musée » qui va devenir dans l’entre-deux-guerres le logo officiel de Rouen, reproduit à des millions d’exemplaires sur des supports variés (brochures, affiches, tracts, timbres…). L’après-guerre fournira au Syndicat d’initiative d’autres occasions de s’approprier le patrimoine local, tout en se démarquant du discours lettré. Deux exemples permettent d’en prendre la mesure.

  • 269 AMR, 1M3, dossier « Cavelier de la Salle », projet de 1931.
  • 270 AMR, 1M3, dossier « Cavelier de la Salle », projet de 1931, maire de Rouen/M. Delabarre, architect (...)

205Le premier concerne un projet de monument commémoratif à l’explorateur rouennais Robert Cavelier de la Salle. Le projet fut porté en partie par le Syndicat d’initiative dont il porta les valeurs. On ne s’étonnera pas en effet du choix d’un explorateur, symbole d’une Normandie volontariste et tournée vers l’extérieur. Dans un texte de 1931, le Syndicat rappelle que « l’épopée personnifiée attend encore, dans le premier port de France, un témoignage du souvenir admiratif et reconnaissant du pays269 ». À travers ce projet, le Syndicat d’initiative de Rouen tente d’imposer sa propre vision patrimoniale de la cité. Contrairement aux traditions culturelles, le Syndicat d’initiative propose de dresser le monument à Cavelier de la Salle au bord de la Seine, sur la pointe aval de l’île Lacroix270. La situation apparaît somme toute logique. Quel meilleur endroit pouvait-on trouver pour honorer un navigateur sinon les berges d’un fleuve ? Mais au-delà de cette logique de localisation – Il existe dès cette époque un quai Cavelier de la Salle – c’est bien le port, symbole de l’activité marchande de la ville, poumon économique de sa modernité, qu’on veut célébrer.

206Le Syndicat d’initiative ne se contente pas de souligner la dimension commerciale de la commémoration. Il veut aussi profiter de l’occasion pour ressourcer le sentiment américanophile des Normands, source éventuelle de débouchés pour les produits locaux. Les membres du Syndicat d’initiative font le lien entre Rouen et la section rouennaise de l’American Legion, les associations canadiennes, l’Association France-Amérique ou l’Alliance française. On retrouve ici la personnalité singulière de Georges Diard, à la fois président du comité d’administration du Syndicat d’initiative, président du Souvenir normand, secrétaire général de la section rouennaise de l’Alliance française et secrétaire général du Comité Cavelier de la Salle. L’américanophilie culmine lors de l’organisation d’une soirée de conférences en juin 1934 à l’hôtel de ville de Rouen, à l’instigation du Comité Cavelier de la Salle. Plusieurs conférenciers anglo-saxons viennent rendre hommage à l’explorateur rouennais. L’affaire tournera court, en raison de l’inertie municipale. Mais le Syndicat d’initiative s’était dépensé sans compter, s’appuyant au passage sur des réseaux nouveaux, au profit d’une conception active du patrimoine. Quelques années plus tard, une affaire strictement rouennaise lui donna l’occasion de passer à l’acte.

207Installé initialement dans l’Hôtel des sociétés savantes rue Saint-Lô, le Syndicat d’initiative se déplaça par deux fois dans l’entre-deux-guerres. En 1918, il s’installe place des Arts, puis déménage en 1932 pour s’installer jusqu’en 1945 au square Saint-André. Les implantations, on s’en doute, ne relèvent pas uniquement des opportunités immobilières. Dans chaque cas, la proximité d’un monument historique justifie l’implantation : le palais de Justice en 1908, le logis des Caradas en 1918, la tour Saint-André en 1932. Cette proximité monumentale ne devait pourtant pas être jugée satisfaisante puisqu’en 1932 le Syndicat d’initiative se lance dans un projet original : réinstaller autour du square Saint-André des façades rouennaises du bas Moyen Âge. En 1932, on fait ainsi remonter la façade du « logis de Diane de Poitiers » auparavant sise rue de la Grosse-Horloge. Cette façade à pans de bois sera suivie de deux autres (xve, xvie siècle) provenant du jardin du musée départemental des Antiquités. Le transfert sera réalisé sous la direction d’Eugène Delabarre, déjà désigné pour le projet Cavelier de la Salle.

208Cette récupération du patrimoine local, qui consiste à recréer un décor factice à partir de pièces authentiques, reçoit l’aval de la classe politique locale (le préfet Desmars, le maire Georges Métayer, le conseiller général Leblond, l’ancien maire Louis Dubreuil) mais aussi de la société culturelle (Pierre Chirol, Jean Lafond, Henri Labrosse, Edmond Spalikowski, Robert Quenedey, Victorien Lelong, René Herval, Edouard Coutan, René Rouault de la Vigne). C’est dire que l’alchimie patrimoniale proposée par le Syndicat d’initiative rencontre l’écho nécessaire auprès des acteurs traditionnels du patrimoine, au point qu’on peut s’interroger sur la fusion culturelle des deux classes moyennes, l’intellectuelle et la commerçante.

  • 271 Nous ne disposons que du nom (sans le prénom) des membres du Comité d’action, ce qui rend délicate (...)

209On ne dispose pas, hélas, de liste fiable des membres du Syndicat d’initiative271. Les bribes d’information permettent toutefois de relever certaines caractéristiques, comme la permanence des décideurs et la surreprésentation des classes moyennes commerçantes. Le Syndicat d’initiative de Rouen est l’affaire de quelques individus. De 1908 à 1945 il ne connaît ainsi que quatre présidents. À l’avocat Georges Lormier (1908-1920) succèdent l’industriel Maurice Lemarchand (1921-1931) puis l’hôtelier Eugène Guéret (1932-1937) et le docteur Petitclerc (1937-1945). À la tête du Comité d’action on retrouve Eugène Guéret (1920-1928) suivi de Georges Diard (1928-1939). Ce dernier est président honoraire dans les années trente et rédacteur en chef du bulletin du Syndicat d’initiative. Il n’est cependant pas représentatif de la sociologie de l’association.

210Au sein du bureau du Syndicat d’initiative de Rouen on ne trouve, par exemple en 1932, que 5 hommes de lettres (journalistes, éditeurs, écrivains) sur 23 membres. Parmi les professions identifiées on retiendra bien sûr l’hôtellerie, la restauration et les compagnies de transport, directement intéressées à l’action du Syndicat, mais aussi des professions moins bénéficiaires en apparence de cette action (quincaillier, employés de commerce de soierie, agent de compagnies d’assurances, fonctionnaire des postes et télégraphes). C’est dire que le Syndicat d’initiative fonctionne aussi comme un lieu d’intégration des classes moyennes à la société culturelle locale. La présence de quelques-uns des pivots de cette société culturelle au sein du Bureau (Jean Lafond, le chanoine Jouen, René Herval, René Millot, Pierre René Wolf) atteste cette fonction de passage sinon de fusion.

  • 272 Journal de Rouen, 7 mars 1937.

211Contrairement aux sociétés savantes et autres commissions patrimoniales dont l’action décline dans les années trente, celle du Syndicat d’initiative, vecteur de « l’optimisme local » se renforce. À la fin des années trente le Syndicat intègre les nouvelles élites de la culture locale comme le directeur de l’hebdomadaire Rouen Gazette, André Renaudin, nommé secrétaire-adjoint. De même, on élargit le Comité d’action à trente membres et le bureau à douze membres en 1937272.

  • 273 AMR, 3R2. Tout au long de l’entre-deux-guerres le Syndicat d’initiative s’insurgera contre la faib (...)

212À la fin des années trente, le Syndicat d’initiative de Rouen dispose de huit commissions et se réunit plus de trente fois par an ! Son budget explique également son importance. Dépensant annuellement près de 75 000 francs dans les années trente, le Syndicat d’initiative compte sur 40 000 francs de cotisations commerciales, le reste étant fourni par des subventions départementales et surtout municipales péniblement arrachées273. On comprend dès lors sa prétention à produire l’image culturelle de la cité et à outrepasser ses simples fonctions publicitaires.

  • 274 Rouen Ville Musée, Rouen, Syndicat d’initiative-Lucien Wolf, s. d.

213On ne s’étonnera donc pas de voir la société culturelle se mettre au service du Syndicat d’initiative. On a déjà souligné le rôle d’un Georges Dubosc, rédacteur de chroniques et de brochures et de guide touristiques dans les années vingt. Dans la brochure Rouen Ville Musée éditée au début de la décennie, on note entre autres les signatures de Georges Dubosc, Jean Lafond, Fernand Destin, Louis Deschamps, Henri Geispitz et René-Gustave Nobécourt274. Le flambeau sera repris dans les années trente par Edmond Spalikowski. Lors de la fondation du bulletin du Syndicat d’initiative en 1929, les talents de la société culturelle sont mis à contribution. Au sein du comité de rédaction on trouvera ainsi René Herval, Henri Geispitz et Pierre René Wolf.

214L’échange de bons procédés va parfois plus loin. Dans le contexte de crise, caractéristique des années trente, les écrivains et les artistes ne peuvent négliger aucune voie de promotion. Du 7 février au 6 mars 1936, le Syndicat d’initiative organise ainsi une exposition de quatre peintres (Juliette Savalle-Lemarchand, Robert Fouquereau, André Clastot et Raphaël Brault) ainsi que de cinq écrivains (Spalikowski, Jehan le Povre­moyne, Jean de la Varende, Julien Guillemard et Camille Cé). C’est dire sa capacité à intégrer les élites traditionnelles au service de ses propres projets culturels.

215On le voit la vie culturelle locale dépend, dès la IIIe République, d’un réseau complexe d’acteurs et d’associations, qui ont progressivement émergé en fonction des besoins pour couvrir dès avant la Seconde Guerre mondiale la quasi totalité de ce que nous entendons aujourd’hui par culture. Aujourd’hui comme hier, les activités culturelles ne peuvent se déployer sans supports et sans relais. Le monde des associations culturelles, antérieur à la structuration des politiques locales et nationales de la culture, ne disparaît pas au moment où l’État et les communes prennent conscience de la nécessité d’investir ce champ. Il se conforte au contraire, jouant à la fois un rôle d’aiguillon et contribuant à repousser sans cesse les frontières épistémologiques et sociales de la culture. Reste que le politique et le social ne sont pas les seules parties prenantes de cette invention locale de la culture. L’évolution de la prise en charge associative du patrimoine a démontré que la culture s’inscrivait pleinement dans l’histoire économique de son temps.

Notes

1 Cf. Vadelorge Loïc, Les statues de Rouen xixe-xxe siècles, Rouen, Société des amis des monuments rouennais, Connaître Rouen-VII, 1999.

2 Cf. Yon Jean-Claude, « La Dame, Scribe et l’Opéra-Comique : Le début d’un long règne », L’Avant Scène Opéra, 176, mars-avril 1997, p. 66-73.

3 La Dépêche de Normandie, 8 décembre 1934.

4 La ville, on s’en doute, applaudit à l’initiative de la Société des fêtes et accorde un crédit de 25 000 francs en mars, suivi de 5 000 nouveaux francs en décembre, pour combler le déficit de la société. AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 29 mars 1934.

5 AMBAR, dossier « Maison Boieldieu ».

6 Cf. ABMR, 92N Marcel Dupré et Dupre Marcel, Marcel Dupré raconte, Paris, Borneman, 1972.

7 Menger Pierre-Michel, Le paradoxe du musicien ; le compositeur, le mélomane et l’état dans la société contemporaine, Paris, Flammarion, Harmoniques, 1983, p. 23.

8 Dupre Marcel, Marcel Dupré raconte, op. cit., p. 62.

9 Entretien avec Bernard Delaporte, vice-président de l’Association des anciens élèves de la maîtrise Saint-Evode de Rouen. Rappelons que Marcel Dupré a composé pour l’occasion un oratorio pour soli, choeurs, orgue et orchestre, La France au calvaire. L’improvisation sur le grégorien et l’hymne national fut pratiquée, un demi-siècle avant Dupré par le chanoine Bourdon, supérieur de la maîtrise de la cathédrale de Rouen. Elle formait donc une tradition locale.

10 Sur ce point, cf. Lecrocq Arnaud, Quelques grandes figures médicales rouennaises, Rouen, District de l’agglomération rouennaise, Histoire(s) d’agglo, 2000.

11 Il s’agit du 71, rue Jeanne-d’Arc, résidence familiale de M. et Mme Eugène Duchamp, parents des artistes.

12 Nous suivons ici les biographies classiques fournies par CABANNE Pierre, Les trois Duchamps. Jacques Villon, Raymond Duchamp-Villon, Marcel Duchamp, Paris, La Bibliothèque des arts, 1975.

13 Duchamp Marcel, « A complète reversal of art opinions by Marcel Duchamp, iconoclast », Art and Decoration, septembre 1915.

14 Le Cheval Majeur, qui orna longtemps le hall de la préfecture de la Seine-Maritime et dont le musée des beaux-arts de Rouen, possède le plâtre original depuis 1985, n’a été présenté au public qu’en 1966 à la galerie Louis Carré de Paris !

15 Les Duchamps. Jacques Villon, Raymond Duchamp-Villon, Marcel Duchamp, Suzanne Duchamp, catalogue de l’exposition du musée des beaux-arts de Rouen, 15 avril-1er juin 1967, Rouen, Laîné, 1967.

16 Cf. Paris-Normandie, 3 mai 1996, article signé F.H, « On achève la visite avec beaucoup moins de lumière, sur Marcel Duchamp et sa Roue de bicyclette aux très actifs défenseurs. À chacun de juger. Isabelle, 24 ans : « J’ai aimé Lemaître, surtout, et en général, ce qui était proche de l’impressionnisme. La fin, avec les objets de Duchamp, c’est vraiment se moquer des gens ! » Il s’agissait de Porte-bouteille et Roue de bicyclette (1913-1964).

17 L’anecdote, que nous n’avons pu malheureusement vérifier, est rapportée par Mme Marthe Menuisement, épouse du libraire rouennais Gaston Menuisement, grand amateur d’art de l’après-Seconde Guerre mondiale, et fondateur du prix de la jeune peinture en 1948 ; cf. Cordier Williams et Dominique, Conversation avec, Rouen, Médiane, 1991, interview de Marthe Menuisement, p. 172.

18 Dans l’entre-deux-guerres Marcel Duchamp demeure sociétaire du Cercle rouennais des échecs et remporte même en 1924 le championnat d’échecs de Haute-Normandie.

19 Catalogue de la 25e exposition de la Société des artistes rouennais, 1934, p. 37 et Catalogue de la 26e exposition de la Société des artistes rouennais, 1935.

20 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 21 octobre 1890.

21 Cf. Vadelorge Loïc, « Entre l’impossible et le nécessaire ; les commémorations rouennaises de Géricault (1891-1927) », Géricault, actes du colloque international Géricault, t. II, Paris, La Documentation française, 1996, p. 961-1003.

22 Sur les jugements rouennais de Flaubert, cf. la mise au point historique dans Chaline Jean-Pierre, Une élite urbaine au xixe s. : les bourgeois de Rouen, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1982, p. 375-377.

23 Le 29 novembre 1918 le conseiller Léonce Fichet dépose une proposition d’initiative en faveur de la création d’une rue Gustave-Flaubert pour honorer « notre grand citoyen ». AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 29 novembre 1918. Si Rouen dispose aujourd’hui d’un « lycée Flaubert », la proposition d’initiative, déposée par l’historien Claude Mazauric en 1991, de donner le nom de Flaubert à l’université de Rouen fut rejetée.

24 Les cérémonies officielles se déroulent au Théâtre des arts (conférences, lectures, récitals). La ville accorde 7000 francs de subvention soit dix fois plus qu’en moyenne pour des manifestations de ce type. Cf. AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 16 mars 1921.

25 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 16 mars 1921.

26 Ce monument sera érigé au jardin du Luxembourg à l’initiative de la société des Gens de Lettres.

27 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 14 décembre 1921. C’est nous qui soulignons.

28 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 22 août 1919. Proposition de Gustave Robert.

29 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 20 avril 1921.

30 AMR, 1M3. Cette pratique, attestée dans les années cinquante fut sans doute plus ponctuelle dans les années 1920-1940.

31 On ne trouvera bien entendu aucune trace de Pierre Chirol dans Ragon Michel, Histoire de l’architecture et de l’urbanisme modernes, Paris, Seuil, 1991, 3 tomes. Les réalisations de Pierre Chirol sont également négligées dans l’excellent catalogue de l’exposition organisée en 1990 par l’Association Paquebot Gambetta 1900-1960, Architectures à Rouen et dans l’Agglomération, Rouen, brochure, 1990. On citera sur Pierre Chirol, l’article d’un autre architecte rouennais, GASPERINI Alain, « Pierre Chirol (1884-1953), architecte et professeur », Monuments historiques, 165, septembre-octobre 1989, p. 27-31.

32 Ces deux derniers monuments ont été inscrits à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, le premier en 1975, le second en 1981.

33 Cf. ADSM, 97J1-4.

34 Cf. ADSM, 97J2.

35 Cf. ADSM, 97J29.

36 Ibidem.

37 Cf. nombreux témoignages jusqu’aux années cinquante dans 97J2.

38 Pierre Chirol a tout gardé, les lettres, les arrêtés de nomination comme les cartes de visite, les billets de fortune, les notes de lecture, les bulletins de vote, les lettres anonymes, les tickets de rationnement, etc. Il est donc peu probable qu’il ait éliminé des lettres « professionnelles ».

39 Voir les généalogies des Curmer, Keittinger, Rondeaux, Hélot… détaillées dans Chaline Jean-Pierre, Une élite urbaine au xixe s. : les bourgeois de Rouen, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1982, annexes.

40 ADSM, 97J1, dans une lettre de félicitations adressée par Marcel Dupré à Pierre Chirol à l’occasion de ses fiançailles en 1913, on trouve la trace d’une camaraderie de bon aloi : « Mon bon Pierre […] Tu sais aussi la profonde affection qui nous unit ensemble… »

41 Chaline Nadine-Josette, Des catholiques normands sous la IIIe République, Roanne, Horvath, 1985. Pierre Chirol, Edouard Coutan et leur cadet l’entrepreneur Georges Lanfry (né en 1894) militaient au sein de l’Action catholique et au Sillon.

42 ADSM, 97J13, Pierre Chirol rappelle dans son discours de réception de Jean Lafond, qu’ils se fréquentaient « sur un banc de pierre » du lycée alors que lui suivait des études à l’École des beaux-arts.

43 ADSM, 97J13, discours de Pierre Chirol lors de la réception à l’Académie de Rouen du chanoine Coutan. M.D désigne, on l’aura compris l’organiste Marcel Dupré.

44 ADSM, 97J13, Pierre Chirol/président de l’Académie de Rouen, 6 juin 1938 : « Il siège parmi nous depuis plus de 40 ans. Son assiduité, ses écrits méthodiques et choisis, la noblesse de son caractère, l’ont mis, malgré l’extrême modestie de son attitude, au premier rang de toutes les sociétés locales. »

45 ADSM, 97J2, cartes de visites lors des fiançailles en 1913, de la réception à l’Académie en 1919 et de la nomination à l’Ordre de la Légion d’honneur en 1947. Notons que dans cette liste qui balaye assez bien le champ culturel rouennais de l’entre-deux-guerres, il manque les personnalités classées à gauche et liées à la franc-maçonnerie (Métayer, Marie, Millot…).

46 ADSM, 97J15, arrêté de nomination du 4 novembre 1926.

47 Cette correspondance nous a été gracieusement ouverte par la famille Nobécourt. Nos remerciements vont en particulier à Jacques Nobécourt qui a suivi avec beaucoup d’intérêt et d’attention l’évolution de notre réflexion.

48 Thiesse Anne-Marie, Écrire la France, Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses universitaires de France, ethnologie, 1991.

49 En 1929 par exemple, la Vie littéraire de René-Gustave Nobécourt titre « Conteurs et poètes normands » (29 janvier), « Auteurs normands » (20 août), « Auteurs normands » (27 août).

50 Archives RGN, Jean de la Varende/René-Gustave Nobécourt, 2 mars 1940. En décembre 1948, Jean de la Varende préfacera Le Rouen désolée de René-Gustave Nobécourt.

51 Né à Valenciennes en 1903, Jacques Carton sera nommé au 39e régiment d’infanterie à Rouen en 1923, au sortir de Saint-Cyr. En 1925 il se marie à Rouen. Après une campagne au Maroc en 1926, il regagne Rouen et commence, sous son nom, une carrière parallèle d’écrivain. Nommé en 1931 professeur à Saint-Cyr, il quitte Rouen et poursuit une carrière d’écrivain et d’enseignant (École polytechnique, École nationale des beaux-arts) jusqu’à sa retraite en 1960. Il meurt en 1967.

52 En décembre 1928, Henri Massis, de passage à Rouen déjeune chez les Nobécourt.

53 Archives RGN, Jacques Carton/René-Gustave Nobécourt, 14 août 1930.

54 Cette école littéraire, fondée dans les années vingt par le Havrais Julien Guillemard et André Thérive, prétendait rénover le naturalisme de gauche façon Émile Zola. Il s’agissait de décrire donc de défendre les milieux populaires.

55 Né à Blegny sur Beaune en Côte-d’Or, Jean Taboureau est nommé en 1922 commissaire du gouvernement à Rouen, après avoir exercé différentes fonctions de commandement militaire à Saint-Maixent, Saint-Cyr et Rennes. Il publie en 1916 Bourru soldat de Vauquois qui le classe comme écrivain combattant. Dans les années vingt il publie une série de livres consacrés à Rouen et à la Bourgogne. Il quitte Rouen au début des années trente et s’installe à Paris.

56 Archives RGN, Jean des Vignes Rouges/René-Gustave Nobécourt, 24 août 1929.

57 Archives RGN, Jean des Vignes Rouges/René-Gustave Nobécourt, 28 août 1929.

58 Archives RGN, Camille Cé/René-Gustave Nobécourt, 24 août 1929.

59 Pseudonyme de Mme Léon Bussard.

60 Archives RGN, Marion Gilbert/René-Gustave Nobécourt, 22 mai 1935.

61 Ce qui en rend l’histoire délicate en l’absence d’archives. De fait le repérage des activités de Rouen 30 et la suite, effectué dans la presse (Rouen Gazette pour l’essentiel) sera complété au détour des sources orales (entretien avec M. André Renaudin, membre du groupe et Mme Nobécourt, épouse d’un des membres et des sources privées, archives de René-Gustave Nobécourt notamment).

62 L’évolution divergente de l’engagement des membres du groupe sous Vichy est ici éclairante. À un René Blech entré en résistance aux côtés du parti communiste, répondent les collaborations plus ou moins ouvertes de René Trintzius ou de Marcel Macé et le soutien de René-Gustave Nobécourt au régime de Vichy.

63 Sur Pierre-René Wolf, cf. la thèse de SIBOUT Cécile, Paris-Normandie au temps de Pierre-René Wolf, un grand patron de la presse régionale, Paris, université Paris IV, dir. Jean-Pierre Chaline, 1999, 3 tomes, dactyl.

64 Entretien avec André Renaudin, 9 novembre 1990.

65 Artistes et écrivains normands, n° 17, 15 mars 1934, p. 116.

66 Cette seconde réception fit l’objet d’un tournage par Pathé-Journal. Le film est encore conservé aujourd’hui à l’Académie de Rouen.

67 Propriétaires du Restaurant de la cathédrale.

68 Paraphrase de la Danse de mort de Strinberg que Fauchois fit connaître à Paris en 1920.

69 Allusion à Beethoven, pièce en trois actes de René Fauchois, créée en 1909 à l’Odéon de Paris.

70 René Fauchois fut le scénariste de Boudu sauvé des eaux en 1932 et une autre de ses pièces s’intitule La Fille de Pilate.

71 Interprétation proposée par André Renaudin, 9 novembre 1990.

72 Archives RGN, dossier A/Z, Pierre Mac Orlan/René Gustave Nobécourt, 19 octobre 1935.

73 Roman à clé, Borcher l’ermite du gratte-ciel dépeint la vie quotidienne des milieux locaux de presse et plus particulièrement l’équipe de La Dépêche de Normandie bien connue d’André Renaudin.

74 AMR, registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 11 juillet 1935.

75 Henri Hie (1868-1939) était bâtonnier des avocats à la cour d’appel de Rouen. Henri Geispitz (1866-1944) était secrétaire général de la chambre de commerce de Rouen. Paul-Louis Robert (1877-1943) était critique musical au Journal de Rouen.

76 Geispitz Henri, Histoire du Théâtre des arts, t. 2 : 1913-1940, Rouen, Lecerf, 1951, p. 164.

77 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société des amis du Théâtre des arts de Rouen », tract pour la saison 1927-1928.

78 Parsifal de Richard Wagner a été monté le 3 février 1928, Boris Godounov de Moussorgsky le 15 février 1929.

79 André Renaudin écrira dans Rouen-Gazette, « Tosca faisait salle comble, Siegfried se joue devant les banquettes… ou presque » ; cité par ROSE Cécile, Le théâtre lyrique en Normandie entre les deux guerres : 1918-1939, thèse de doctorat de musicologie, université Paris IV-Sorbonne, 1989, 3 tomes, multigr., p. 229-230.

80 Sorlin Pierre, « Le mirage du public », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1992, p. 86.

81 Vanier Georges, « La vie rouennaise à la fin du xixe siècle. Souvenirs d’enfance et de jeunesse », Bulletin de la Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, 1983, p. 1.

82 ABMR, Musique et Théâtre à Rouen à la Belle Époque. Le président et Madame Chanoine-Davranches, catalogue d’exposition, s. d.

83 Cordier William et Dominique, Conversations avec, Rouen, Médianes, 1990, p. 163-178.

84 Ibid., p. 167.

85 Témoignages de Jacques Nobécourt et de Joseph Lafond.

86 Source : Annuaire de Rouen, 1879. On a ici comptabilisé aussi bien les sociétés musicales, littéraires et artistiques que les sociétés savantes, les sociétés sportives, les comités des fêtes ou les cercles récréatifs.

87 Cf. Thion Kristina, Le phénomène associatif rouennais. 1914-1938, mémoire de maîtrise d’histoire, dir. Alain Leménorel, université de Rouen, 1992, multigr., p. 23-35.

88 Citons pour l’exemple l’Harmonie et la Fanfare des pompiers à Darnétal, l’Union musicale de Bois-Guillaume, l’Harmonie et la Société de gymnastique du Petit-Quevilly, la Renaissance de Grand Quevilly, la Société musicale de Saint-Étienne-du-Rouvray.

89 D’après Sueur Gabrielle et Morel Alfred, Du Bois Guillaume d’hier au Bihorel d’aujourd’hui. Une commune centenaire au passé millénaire, Luneray, Bertout, 1991.

90 D’après les archives municipales de Mont-Saint-Aignan, qui sous-estiment sans doute le parc associatif et ignorent les patronages religieux.

91 Thion Kristina, Le phénomène associatif rouennais. 1914-1938, op. cit., p. 61. 33 % seulement des bureaux ont pu être reconstitués. Le chiffre tombe cependant à 13 % pour une longévité des bureaux supérieure à 10 ans.

92 Cf. ABMR, Norm m 1077, Annuaire du Photo-Club rouennais pour l’année 1925.

93 Spalikowski Edmond, Ame et aspects de Rouen, Rouen, Maugard, 1934, p. 74.

94 Pour une vue générale sur la province, cf. Roche Daniel, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1978, 2 vol.

95 Chaline Jean-Pierre, Une élite urbaine au xixe s. : les bourgeois de Rouen, op. cit., p. 242.

96 Sauf indication contraire, les dates figurant entre parenthèses désignent la date de fondation des sociétés.

97 Archives Acad.R, 41P, 46P, 48P

98 AMR, registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 22 août 1920.

99 AMR, registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 12 juillet 1922.

100 Annuaire de Rouen, 1930, p. 324 ; la Société normande des amis du livre constitue la renaissance d’une Société normande du livre illustré, fondée en 1894 mais tombée en désuétude dans les années vingt. Cf. ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société normande des amis du livre ».

101 Il faudra attendre l’après-guerre pour voir, dans le cadre de la maîtrise Saint-Evode de la cathédrale de Rouen, la fondation d’un Institut Titelouze, seule structure savante liée au secteur musical rouennais.

102 ADSM, 4T22, liste des sociétés savantes de la Seine-Inférieure, 1931-1933.

103 Cf. PESSIOT Guy, Histoire de Rouen de 1900 à 1939 en 800 photographies, Rouen, Éd. du P’tit Normand, 1982, p. 193.

104 Rappelons que Bouvard et Pécuchet, dictionnaire flaubertien des clichés savants du Second Empire, se déroule en grande partie en Basse-Normandie. Pour une étude complète des clichés véhiculés sur les sociétés savantes, voir l’excellente mise au point de CHALINE Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France xixe-xxe siècles, Paris, Éd. du CTHS, 1995, p. 13-26.

105 Dubuc André, « Activités et évolutions des sociétés savantes en Normandie », Actes du 100e Congrès national des sociétés savantes, Section d’histoire moderne et contemporaine et commission d’histoire des sciences et techniques, Paris, Bibliothèque nationale, 1975, p. 106.

106 Berce Françoise, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », Nora Pierre (dir.), Les Lieux de Mémoire, II, La Nation, Paris, Gallimard, 198, t. 2, p. 533.

107 Archives Acad.R, 48P, discours du 12 janvier 1923.

108 Archives Acad.R, 48P, séance du 2 février 1923.

109 Archives municipales de Sotteville-lès-Rouen, dossier « Société populaire d’études diverses », historique de M. Serge Bénard, dactyl., 1982.

110 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société normande de géographie », programme de conférence 1937-1938, séance du 9 décembre 1937.

111 Ibidem, séance du 29 novembre 1938.

112 Beauregard Jean, « Un aspect de la sociabilité régionale. La Société normande de géographie (1879-1939) », Études normandes, 4, 1986, p. 71-74.

113 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société industrielle de Rouen ».

114 Ibidem.

115 Lejeune Dominique, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

116 Journal de Rouen, 2 octobre 1936.

117 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société industrielle de Rouen », Société industrielle/Henri Labrosse, s. d., 1934.

118 Archives Acad.R, 48P, 1923.

119 Chaline Jean-Pierre, Une élite urbaine au xixe siècle, op. cit., p. 244.

120 Le Bourgeois M., Musée commercial de Rouen, Rouen, Lecerf, 1925, p. 7.

121 Pour une mise en perspective internationale du sujet, cf. Schroeder-Gudehus Brigitte (dir.), La société industrielle et ses musées. Demande sociale et choix politiques 1890-1990, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1992.

122 Le Bourgeois M., Musée commercial de Rouen, op. cit., p. 10.

123 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société normande de gravure », statuts de la société, édition de 1921, article 3.

124 ABMR, Norm g 397, bulletin de la Société des amis de la lithographie normande, 13 juin 1932.

125 Archives municipales de Sotteville-lès-Rouen, dossier « Société populaire d’études diverses », historique de M. Serge Bénard, dactyl., 1982.

126 Bardet Jean-Pierre et Chaline Jean-Pierre (dir.), Églises, hôtels et vieilles maisons, Bulletin du centenaire de la Société des amis des monuments rouennais, Rouen, Éd. Société des amis des monuments rouennais, 1986, p. 58.

127 Bulletin mensuel de la Société centrale d’horticulture du département de la Seine-Inférieure, n° spécial du centenaire, 1937.

128 APSM, bureau des associations, statuts de la Société de médecine de Rouen, 1927, article 1.

129 On pourrait en dire autant des architectes. Leur bulletin mensuel, L’Architecture et la construction dans l’Ouest, s’ouvre largement aux informations professionnelles (législation du bâtiment, protection et statuts des différents architectes, information sur les concours administratifs).

130 ABMR, Norm m 1077, Annuaire du Photo-Club rouennais pour l’année 1925.

131 Ibidem, adresse du secrétaire, p. 2.

132 ABMR, casier correspondance-associations, dossier « Société des bibliophiles normands », liste des membres en juillet 1922. On a considéré comme nobles, tous les noms à particule présents dans la liste.

133 Annuaire de Rouen, 1919.

134 Annuaire de Rouen, 1930.

135 ABMR, Norm m 1077, Annuaire du Photo-Club rouennais pour l’année 1925.

136 ADSM, 97J15, commandant Quenedey/Pierre Chirol, 3 août 1920.

137 Archives Acad.R, 48P, procès-verbaux des assemblées des 11 et 25 mai 1923.

138 Archives Acad.R, 48P, procès-verbaux des assemblées des 6 et 20 février 1925. SFIC = Section française de l’Internationale communiste.

139 Ibidem, avril 1925.

140 Cf. Nourrisson Didier, Le Buveur au xixe siècle, Paris, Aubier, 1989.

141 Archives Acad.R, 62P et ADSM, 97J12, prix de l’Académie de Rouen.

142 ADSM, 97J12, prix de l’Académie de Rouen.

143 Archives Acad.R, 62P.

144 Sur ce point cf. Corbin Alain, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviiie-xixe siècle, Paris, Aubier, 1982.

145 Archives Acad.R, 62P, rapport de Pierre Chirol sur le prix Braquehais Verdrel de 1926.

146 AN, F21-4586, maire de Rouen/préfet de la Seine-Inférieure, 9 janvier 1934.

147 On obtient ce chiffre en croisant les principales sources disponibles (demandes de subventions municipales ou départementales, annuaires et almanachs, déclaration de statuts).

148 Cf. Gerbod Paul, « L’institution orphéonique en France du xixe au xxe siècle », Ethnologie française, 10, 1980, p. 27-40. Pour la Normandie, cf. Detree Jean-François, « Les orphéons de Normandie », Musiciens et musique en Normandie, 7, 1981, p. 1-20. On pourra également se référer aux pages consacrées à la musique dans LEGOY Jean, Cultures havraises, 1895-1961, Saint-Étienne du Rouvray, EDIP, 1986. Plus récemment voir « Les sociabilités musicales à travers les âges », textes réunis et introduits par Loïc Vadelorge et Ludovic Tournès, Sociabilité, Culture et Patrimoine, Cahiers du GRHIS, 6, 1997 et TOURNES Ludovic (dir.), De l’acculturation du politique au multiculturalisme. Sociabilités musicales contemporaines, Paris, Champion, 1999.

149 Cf. Menger Pierre-Michel, Le paradoxe du musicien; le compositeur, le mélomane et l’état dans la société contemporaine, Paris, Flammarion, harmoniques, 1983.

150 Cf. Gumplowicz Philippe, Les travaux d’Orphée (150 ans de vie musicale amateur en France, harmonies, chorales, fanfares), Paris, Aubier, collection historique, 1987.

151 Detree Jean-François, « Les orphéons de Normandie », op. cit., p. 1.

152 ADSM, 4M463-487, déclaration des associations à la préfecture.

153 ROBERT Paul-Louis, « Le mouvement musical en Normandie, Maine, Anjou et Blésois de 1913 à 1924 », Assises artistiques, littéraires et scientifiques de Caumont, session de Rouen, 1923, p. 219.

154 Cf. Assises artistiques, littéraires et scientifiques de Caumont, sessions de Caen, 1913, Rouen, 1923 et Caen, 1934.

Cf. archives MSE, registre des années vingt. Jules Lambert et Jules Haelling ont tous les deux été élèves de la maîtrise Saint-Evode.

155 Ibidem, Maurice Lenfant est lui aussi un ancien élève de la maîtrise de la cathédrale de Rouen.

156 Définition retenue par Detree Jean-François, « Les orphéons de Normandie », op. cit., p. 1.

157 Archives CMR-Hatay, Cercle musical de Rouen, programme d’un concert, 21 juin 1931. Sur les 73 membres inscrits sur cette liste, nous n’avons pu identifier, à l’aide de l’Annuaire de Rouen, que 20 professions car les noms sont indiqués sans le prénom. Des entretiens avec Michel Hatay, le fils du directeur confirment cependant l’orientation petite bourgeoise de la société musicale. Nous remercions vivement M. Hatay de nous avoir communiqué ces précieux documents.

158 42 % de la population active au recensement de 1906 à en croire l’étude de Serge Berstein. Cf. Berstein Serge (dir.), « Les classes moyennes », Vingtième siècle, revue d’histoire, 37, janvier-mars 1993, p. 9.

159 Le club des Vikings, fondé en 1936 s’enorgueillit d’avoir lancé le champion olympique Stéphane Caron dans les années 1980-1990.

160 Journal de Rouen, 11 avril 1937.

161 Gumplowicz Philippe, Les travaux d’Orphée (150 ans de vie musicale amateur en France, harmonies, chorales, fanfares), op. cit., p. 220.

162 ADSM, 4T61, Cercle orphéonique Boieldieu, statuts du 3 juillet 1900, articles 6 et 7.

163 Ibidem, articles 35, 38, 42, 43.

164 AMR, registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 12 juillet 1922.

165 Archives municipales de Notre-Dame-de-Bondeville, registre de délibérations du conseil municipal de Notre-Dame-de-Bondeville, séance du 22 novembre 1928.

166 Idem, voeu adopté à l’unanimité et rappelé en 1936.

167 Archives CMR-Hatay, Cercle musical de Rouen, compte rendu de la réunion du conseil d’administration du 23 janvier 1939.

168 Journal de Rouen, 1er mai 1913.

169 La Dépêche de Normandie, 15 août 1932.

170 D’après Sueur Gabrielle et Morel Alfred, Du Bois Guillaume d’hier au Bihorel d’aujourd’hui. Une commune centenaire au passé millénaire, Luneray, Bertout, 1991.

171 « À propos d’une histoire de la “lyre havraise” », Musiciens et musique en Normandie, 3, 1977, p. 27.

172 83 pour l’Harmonie de Rouen-Saint-Sever au début des années vingt.

173 Cf. VADELORGE Loïc, « Des rossignols dans la cité. Les sociabilités maîtrisiennes rouennaises 1905-1940 », Études normandes, 2, 1991, p. 103.

174 ROBERT Paul-Louis, « Le mouvement musical en Normandie, Maine, Anjou et Blésois de 1913 à 1924 », Assises artistiques, littéraires et scientifiques de Caumont, session de Rouen, 1923, p. 219.

175 La Dépêche de Normandie, 12 octobre 1930. Tous ces morceaux ont été joués lors d’un concert donné dans le jardin de l’hôtel de ville de Rouen le 11 octobre 1930.

176 Archives CMR-Hatay, Cercle musical de Rouen, programmes des concerts de 1926.

177 Ibidem, concert du 29 avril 1926.

178 ADSM, 4T61, OEuvre de la chanson française/préfet de la Seine-Inférieure, 24 septembre 1926.

179 Archives CMR-Hatay, Cercle musical de Rouen, Raoul de Montalent/André Hatay, 17 avril 1931.

180 La Dépêche de Normandie, 8 décembre 1934.

181 Journal de Rouen, 27 mars 1933.

182 Cf. Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, Table générale des procès-verbaux et des bulletins 1818-1919, Rouen, Imprimerie des Petites Affiches, 1924.

183 Annuaire de Rouen, 1930, p. 153-154.

184 ADSM, 4T252, liste des membres et des arrêtés de nomination.

185 Annuaire de Rouen, 1930, p. 34-35. Les annuaires départementaux sont, il est vrai, édités par les services du Journal de Rouen, autre signe de l’hégémonie culturelle locale.

186 ABMR, Chirol Pierre, Introduction historique au Centenaire de la Commission départementale des antiquités, Rouen, br., 1918, p. 29.

187 Sur ce point, cf. Ory Pascal et Sirinelli Jean-François, Histoire des intellectuels en France de l’affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, 1986, p. 263.

188 ADSM, 4T252. Crédit de 4 000 francs, versés sur deux exercices (1938-1939).

189 ADSM, 4T252.

190 ADSM, 4T259.

191 C’est-à-dire président de fait puisque le président en titre était le préfet.

192 ADSM, 4T252, arrêté du 13 janvier 1940. Le docteur Coutan (1850-1950) est un modèle d’érudit local. Membre de plusieurs sociétés savantes locales (Société des amis des monuments rouennais, Académie de Rouen) il fut également nommé inspecteur de la Société française d’archéologie (1920) puis inspecteur général de cette même société (1937), signe que la notoriété de ces travaux dépassait le cadre de la cité. Sa bibliographie monumentale comporte 35 titres composés de livres, brochures, notices et articles composés entre 1891 et 1939.

193 ADSM, 4T252, composition au 1er janvier 1960.

194 ADSM, procès-verbaux des séances du 22 avril et 19 octobre 1920.

195 ADSM, procès-verbal de la séance du 19 octobre 1920.

196 Annuaire de Rouen, 1928, p. 305.

197 Georgel Chantal, La jeunesse des musées, catalogue de l’exposition du musée d’Orsay, 7 février-8 mai 1994, Paris, Réunion des musées nationaux, 1994, p. 296.

198 ABMR, fichier correspondance, dossier « Société le Vieux Rouen », 1927-1928.

199 Annuaire de Rouen, 1928, p. 305.

200 ABMR, fichier correspondance, dossier « Société normande d’études préhistoriques », président de la société/maire de Rouen, janvier 1926.

201 Les statuts ne datent cependant que du 8 juillet 1886.

202 APSM, Bureau des associations de la préfecture de Seine-Maritime, dossier « Société des amis des monuments rouennais », statuts de 1899, article 1.

203 Ibidem, article 10.

204 Bardet Jean-Pierre et Chaline Jean-Pierre (dir.), Églises, hôtels et vieilles maisons, op. cit., p. 58.

205 On se démarquera ici du bilan proposé par Jean-Pierre Chaline et Jean-Pierre Bardet, pour qui l’entre-deux-guerres de la société marque le temps du « déclin…, un certain assoupissement, un certain oubli de la vocation initiale » (op. cit., p. 28). Ce déclin, effectivement attesté à la fin des années trente ne caractérise pas l’ensemble de la période.

206 APSM, Bureau des associations de la préfecture de Seine-Maritime, dossier « Société des amis des monuments rouennais », statuts de 1899, article 11.

207 Journal de Rouen, 1er mai 1927.

208 Ibidem.

209 Ibidem. G.D signifie Georges Dubosc.

210 Bardet Jean-Pierre et Chaline Jean-Pierre (dir.), Églises, hôtels et vieilles maisons, op. cit., p. 28.

211 Bulletin de la Société des amis des monuments rouennais, 1900-1939.

212 Lafond Jean, « Rapport annuel de la société, 1914-1920 », Bulletin de la Société des amis des monuments rouennais 1914-1920, Rouen, Lecerf, 1921, p. 29.

213 ADSM, 97J16, Brisson Charles, Comptes rendus des cours d’archéologie, année 1926-1927, Rouen, Imprimerie du Journal de Rouen, 1928, p. 61.

214 Ibidem, p. 9.

215 ADSM, 97J16.

216 Pour des compléments d’informations sur ce personnage essentiel, cf. Soyeux Stéphanie, Raymond Quenedey. Un militaire au service du patrimoine rouennais, 1868-1938, Rouen, mémoire de maîtrise, dir. Olivier Dumoulin et Loïc Vadelorge, université de Rouen, 2000, p. 155.

217 Brisson Charles, Comptes rendus des cours d’archéologie, année 1926-1927, op. cit., p. 10. Raymond Quenedey fait implicitement allusion aux cours d’archéologie professés à l’université de Caen depuis la Restauration (abbé de La Rue, Arcisse de Caumont).

218 ADSM, 97J16, allocution du 15 mars 1935, ms.

219 ADSM, 97J16.

220 ADSM, 97J16, 28 mai 1936. Journal de Rouen, 31 mai 1936.

221 Bulletin de la Société des amis des monuments rouennais 1920-1921, Rouen, Lecerf, 1923, p. 29.

222 Boyer Marc, L’invention du tourisme, Paris, Gallimard, Découvertes, 1996 ; Bertho-Lavenir Catherine, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999. Voir aussi Corbin Alain, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Paris, Aubier, 1988 ; Lejeune Dominique, Les alpinistes en France à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle (vers 1875-vers 1919). Étude d’histoire sociale ; étude de mentalités, Paris, CTHS, 1988 et Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993; Fontaines Gérard, « Le voyage : significations et sources d’une pratique culturelle à Lyon de 1820 à 1930 », Cahiers d’histoire. Lyon, Grenoble, Clermont, Saint-Étienne, Chambéry, 1992, t. XXXVII, 2, p. 137-149.

223 Annuaire de Rouen, 1914.

224 ABMR, dossier A/Z « Fêtes de Rouen ». Le Grand sénéchal, Louis de Brészé entre à Rouen en 1526 pour y prendre ses fonctions de gouverneur de Normandie.

225 Journal de Rouen, 12-13 juin 1892.

226 Cf. Chaline Jean-Pierre, « Les fêtes du millénaire de la Normandie, Rouen 1911 », Études normandes, 3, 1989, p. 49-68.

227 D’une certaine manière, les grands rassemblements de navires de guerre et de voiliers, initiés en 1989 avec les Voiles de la Liberté, fonctionnent sur le même principe.

228 ADSM, 4T147, président du Comité Guillaume le Conquérant/secrétaire général de la FNSI, 4 décembre 1926.

229 ADSM, 4T147, président du Comité Guillaume le Conquérant/Léon de Montluc, 8 février 1927.

230 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 24 février 1927. La ville accorde une subvention de 5 000 francs et prête le Théâtre des arts pour une soirée de gala le 12 février 1927.

231 Sur ce problème fondateur de l’ethnologie contemporaine, cf. Levi-Strauss Claude, Race et histoire, Paris, Gonthier, 1952.

232 ABMR, casier correspondance, Association Guillaume le Conquérant, statuts, article 1.

233 La date fait figure d’événement, Maurras n’étant pas venu à Rouen depuis 1911.

234 Dans le cas rouennais on peut mentionner la fête des Fous (xive-xve siècle), la fête de l’Ane (xive-xve siècle) ou les Conards de Rouen (xve-xvie siècle).

235 La source principale d’information est constituée par les dossiers de la série municipale 1I4 (arrêtés municipaux, dossiers de subvention, comptes rendus d’activité, dossiers de presse).

236 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 25 novembre 1926.

237 Alexandre Alain, Saint Romain : De la légende à la foire, Rouen, District de l’agglomération rouennaise, Histoire(s) d’agglo, n° 4, 1999.

238 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 29 août 1935.

239 Les fêtes du Ventre de Rouen ont été rétablies en 1999.

240 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 18 mai 1935 et 1I4, fêtes gastronomiques du Ventre de Rouen.

241 Ibidem.

242 Les VIe fêtes gastronomiques du Ventre de Rouen au Vieux-Marché. 5-13 octobre 1935, Rouen, Imprimerie du Journal de Rouen, 1935, p. 2.

243 ABMR, dossier A/Z, fête du Ventre de Rouen.

244 Ibidem.

245 Journal de Rouen, 5 mai 1934.

246 AMR, 1I4, comité des fêtes et du commerce du quartier Saint-Marc, M. LeMoal/maire de Rouen, 26 mars 1935.

247 Les VIe fêtes gastronomiques du Ventre de Rouen au Vieux-Marché. 5-13 octobre 1935, op. cit., p. 2.

248 ABMR, dossier A/Z, fêtes du Ventre de Rouen, texte d’un toast, s. n., s. d., 1935.

249 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 20 octobre 1922. Il s’agit en fait de l’éclairage de la seconde partie de la rue du Gros-Horloge, comprise entre la rue Jeanne-d’Arc et la place du Vieux-Marché. L’autre partie, la partie proprement historique (Beffroi, arcade de l’horloge, fontaine) est déjà éclairée à cette date.

250 Cf. Choay Françoise, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1992, p. 166. L’embrasement électrique des grands monuments rouennais (cathédrale, grosse horloge) remonte cependant à la Belle Époque, à l’occasion des fêtes nautiques et commerciales.

251 Dictionnaire biographique, industriel et commercial de la Seine-Inférieure, op. cit., p. 46.

252 AMR, registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 27 novembre 1933.

253 L’hôtel de la Couronne de Rouen a la réputation d’être la plus ancienne hôtellerie de France dans la mesure où il n’a pas changé d’affectation depuis le xve siècle. Les frères Dorin en font l’acquisition en 1919.

254 APSM, Bureau des associations, dossier « Syndicat d’initiative de Rouen », déclaration du 13 février 1908.

255 Jamot Christian, « Le tourisme culturel à Clermont Ferrand, mythe ou réalité ? », Revue de géographie de Lyon, vol. 67, 1, 1992, p. 50.

256 APSM, Bureau des associations, dossier « Syndicat d’initiative de Rouen », statuts du 25 janvier 1921.

257 Ibidem, article 1.

258 ABMR, casier correspondance, chemise « Syndicat d’initiative », compte rendu d’un conseil d’administration par Henri Labrosse.

259 AMR, 3R2, statuts du Syndicat d’initiative de Rouen, 1921.

260 Dubosc Georges, À travers Rouen ancien et moderne, Rouen, Henri Defontaine, 1920. Cette « Histoire et description de la ville de Rouen » comprend au-delà des chapitres classiques sur « la beauté de Rouen », « les célébrités rouennaises », « les maisons natales des grands hommes » ou les « vieilles maisons et vieux logis », un long « appendice économique » (144 pages) détaillant le trafic portuaire, les types d’industrie et de commerce ainsi que les centres de formation (enseignement et sociétés savantes). En ce sens l’ouvrage rompt avec la tradition des promenades, récits ou essais littéraires sur la ville. L’utilisation d’une iconographie photographique et non des habituelles gravures ou eaux-fortes renforce cette impression.

261 ADSM, JPL 148, Rouen. Bulletin du Syndicat d’initiative, 1, janvier 1929.

262 Cf. Parment Roger, « Les 60 ans du Syndicat d’initiative », Syndicat d'initiative de rouen et de sa region, Livre d’or du soixantième anniversaire, Rouen-Tourcoing, d’Haussy, 1968, p. 79.

263 Journal de Rouen, 7 mars 1937.

264 ABMR, casier correspondance, chemise « Syndicat d’initiative », Syndicat d’initiative de Rouen/Henri Labrosse, 13 février 1937.

265 AMR, 3R2, Syndicat d’initiative de Rouen/maire de Rouen, 18 mai 1939.

266 Cité par Parment Roger, « Les 60 ans du Syndicat d’initiative », op. cit., p. 79.

267 On notera au passage la tradition d’investissement de certains enseignants du lycée Corneille dans la vie culturelle locale au xxe siècle. À ce titre Georges Diard constitue un intermédiaire entre l’investissement d’un Émile Chartier (Alain) à la Belle Époque et celui d’un Daniel Lavallée dans les années cinquante.

268 Diard Georges, « Pourquoi ? Pourquoi Rouen? Pour une action de niveau régional », Rouen, Bulletin du Syndicat d’initiative de Rouen, 1, janvier 1929, p. 6-7.

269 AMR, 1M3, dossier « Cavelier de la Salle », projet de 1931.

270 AMR, 1M3, dossier « Cavelier de la Salle », projet de 1931, maire de Rouen/M. Delabarre, architecte pressenti, 8 juillet 1931.

271 Nous ne disposons que du nom (sans le prénom) des membres du Comité d’action, ce qui rend délicate toute recherche d’ordre sociologique.

272 Journal de Rouen, 7 mars 1937.

273 AMR, 3R2. Tout au long de l’entre-deux-guerres le Syndicat d’initiative s’insurgera contre la faiblesse de la subvention municipale, 1 000 francs au début des années vingt, 5 000 francs à partir de 1929 soit cent fois moins qu’à Grenoble et 25 fois moins qu’au Havre à la même époque. Malgré l’organisation à Rouen en 1923 du Congrès des fédérations de syndicats d’initiatives de France et la présence de nombreux conseillers municipaux au sein du Syndicat de Rouen (Brabant, Millot, Morin…) l’institutionnalisation du Syndicat d’initiative de Rouen demeure précaire dans une ville affaiblie par la crise.

274 Rouen Ville Musée, Rouen, Syndicat d’initiative-Lucien Wolf, s. d.

Table des illustrations

Légende Orphéons et sociétés savantes à Rouen en 1930.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/10995/img-1.png
Fichier image/png, 106k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540