Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État et l'enseignement privé

 | 
Bruno Poucet

Deuxième partie. Le caractère propre et les maîtres contractuels

La formation professionnelle des enseignants d’éducation physique des établissements catholiques

Tony Froissart

Texte intégral

  • 1 L’Union nationale pour la promotion pédagogique et professionnelle dans l’enseignement catholique (...)
  • 2 Voir table des sigles.
  • 3 Le rapport moral présenté à l’Assemblée générale de l’UGSEL en 1961 revient sur les enjeux de la l (...)

1Aujourd’hui, la formation des maîtres du second degré en éducation physique et sportive (EPS) jouit dans l’enseignement catholique d’un traitement particulier, différent des autres disciplines scolaires. En effet, afin d’en reconnaître la spécificité, une convention entre l’UNAPEC1 et le ministère de l’Éducation nationale a été signée le 26 mars 1993. Elle permet à l’EPS d’être considérée comme une filière de formation à « gestion nationale », contrôlée par un Conseil national de la formation en EPS qui réunit le SGEC, FORMIRIS, l’UDESCA2, les deux instituts nationaux : l’ILEPS et l’IFEPSA, et l’UGSEL. Si l’on comprend la nécessité d’encadrer une formation professionnelle d’enseignants par les instances administratives, par des organismes corporatifs ou par une représentation des écoles de formation, la présence d’une fédération sportive dans ce comité est en revanche plus surprenante. Il faut sans doute chercher dans l’histoire les raisons de cette particularité et s’interroger sur les incidences qu’elle a pu avoir quand, avec la loi Debré, une contractualisation entre l’État et les établissements privés s’est mise en place et quand la question de la qualification des enseignants s’est posée3.

  • 4 Gaston Roux est alors directeur général de la Jeunesse et des Sports.
  • 5 F. Hochepied, René Barbier de la Serre : (1880-1969) Un éducateur chrétien conservateur face à la (...)
  • 6 Circulaire interne UGSEL, avril 1978. Archives UGSEL 2009-005-069.

2La nécessité d’une formation supérieure spécifique pour les enseignants d’EPS de l’enseignement catholique trouve son origine en 1944, quand le décret du 15 octobre supprime l’autorisation tolérée aux professeurs d’éducation physique d’État d’enseigner dans les établissements privés. L’enseignement libre est alors contraint de former les enseignants d’éducation physique qui lui sont nécessaires. Au fil du temps, trois écoles vont principalement assurer cette formation l’École Normale d’Éducation Physique Féminine Catholique (ENEPFC) fondée en 1943, l’Institut Libre d’Éducation Physique Supérieure (ILEPS) fondé en 1944, puis l’IFEPSA créé en 1964. L’ILEPS, devient rapidement l’établissement phare, sa création relève de l’initiative d’Yves Bouvyer, un laïc, qui tente une démarche auprès de Gaston Roux4, et parvient à le convaincre de la nécessité de créer un institut de formation pour les enseignants d’éducation physiques de l’enseignement catholique. Mgr René Barbier de la Serre, président de l’UGSEL5, use alors de son influence auprès de l’Institut Catholique de Paris pour que l’école supérieure puisse voir le jour. La solution retenue articule les nouvelles missions de l’institut et celles que l’UGSEL assure depuis 1938 dans le cadre de la formation permanente en organisant des stages de recyclages pour les enseignants d’EPS de l’enseignement libre6. L’arrêté modifié du 30 juillet 1965 rend l’UGSEL responsable devant les pouvoirs publics des diplômes décernés, le 12 octobre 1972 une résolution du CNEC charge cette fédération sportive de « la formation première et continue des enseignants de l’enseignement catholique ». Elle s’organise en partenariat avec les deux instituts nationaux.

  • 7 Resté sous silence pendant trois décennies, ce statut est explicitement revendiqué dans le tract d (...)

3Cette chronologie apporte un premier enseignement : dès son origine la formation des enseignants d’EPS de l’enseignement catholique est marquée d’une ambiguïté car l’institut est conçu et dirigé comme un établissement d’enseignement supérieur juridiquement autonome7, mais son organisation et sa structuration sont placées sous la responsabilité d’une fédération sportive : l’Union Générale Sportive de l’Enseignement Libre (UGSEL). Au fil du temps avec les réformes scolaires, les rapports avec les institutions universitaires (publiques et catholiques) et les institutions rectorales n’en seront que plus délicats. Il faudra faire la part entre une formation sportive et une formation académique, et choisir entre des diplômes spécifiques assurant un emploi et des diplômes exigibles et reconnus déterminant une qualification. C’est cet itinéraire que nous proposons d’éclairer, au regard de la loi Debré, à travers trois périodes où, dans un premier temps, il s’agit de faire reconnaître les diplômes internes, puis, secondement, quand, en raison de la réforme de la formation des enseignants d’EPS instituée par la loi du 29 octobre 1975, vient le moment de modifier les équilibres antérieurs, pour enfin, dans les années 1980, déboucher sur une dernière période où l’on constate une véritable implantation universitaire des écoles de formation soumises alors à un contrôle plus strict des autorités universitaires de tutelle.

La difficile reconnaissance de diplômes en concurrence

  • 8 R. Barbier de la Serre, communication faite au congrès de l’Alliance des maisons d’éducation chrét (...)

« L’exemple du scoutisme, qui pour s’écarter en France du sport proprement dit, n’en table pas moins sur les ressources physiques et morales du grand air et du jeu, et qui, en dépit de toutes les critiques, a contribué à former des hommes, aidait ces supérieurs à chercher dans un sens positif d’aménagement et d’orientation, la réponse à la question des sports dans nos collèges, puisqu’il était trop simple de la trancher par la négative8. »

  • 9 Les mêmes principes se retrouvent en 1945 dans le projet d’ordonnance Capitant. À ce sujet lire : (...)

4Dans son propos, René Barbier de la Serre distingue l’enseignement de l’éducation. Il place le scoutisme comme moyen privilégié, et, de la sorte, il incorpore la question sportive à l’éducation en y intégrant les principes de l’école nouvelle9. Il jette ainsi les bases d’un cadre méthodologique de la formation des enseignants d’éducation physique des écoles libres qui va perdurer.

  • 10 G. Avanzini, « Y-a-t-il une vision chrétienne du sport ? », G. Cholvy et Y. Tranvouez (dir.), Spor (...)
  • 11 Arrêtés du 5 octobre et du 23 novembre 1959, définissant les épreuves d’EPS du baccalauréat 1960.
  • 12 M. Attali et J. Saint-Martin, L’Éducation physique de 1945 à nos jours Les étapes d’une démocratis (...)
  • 13 Pour tenter de résoudre cette difficulté, M. Herzog publie une circulaire le 17 novembre 1959 dans (...)

5Dans un contexte, où les établissements privés utilisent l’enseignement de l’EPS comme un adjuvant éducatif, formant le caractère, développant l’altruisme et la prise d’initiative, la loi Debré ne modifie pas véritablement la formation des enseignants d’EPS de l’enseignement libre, qui, dans la logique originelle mise en œuvre à l’ILEPS par Yves Bouvyer, reste fondée sur la pratique et est bercée d’un esprit de scoutisme. Dans le quotidien de leurs études, les futurs cadres de la gymnastique scolaire s’exercent aux rudiments d’une éducation physique utilitaire complétée par des jeux sportifs. Pour les jeunes filles de l’ENEPFC, les règles de moralité l’exigent, la formation est supervisée par les sœurs. Elle est assez comparable à celle proposée aux garçons tout en affichant cependant une prédilection pour l’éducation nouvelle, préférée à l’éducation sportive, et quelques références au guidisme. Dès lors, une expérience au sein des mouvements de jeunesse chrétiens suffit à légitimer l’aptitude pédagogique d’un éducateur. Il est vrai que la compétence des enseignants ne pèse guère sur leur recrutement, ils peuvent être engagés sur un profil sportif, religieux ou pédagogique, parfois même pour leurs qualités de surveillant, utiles dans les internats. Comme le montre Guy Avanzini10, la discipline éducation physique est en effet peu considérée au sein de l’enseignement libre, seules quelques congrégations en ont perçu l’importance. De même, au sein de l’enseignement secondaire public, l’EPS rattachée au ministère de la Jeunesse et des Sports reste marginale. Certes depuis 1959 les épreuves d’EPS sont devenues obligatoires pour le baccalauréat11 mais les occasions de s’y soustraire sont nombreuses et son importance toute relative12. Un certificat médical d’inaptitude physique, même partielle, permet à un élève d’être dispensé de cette épreuve13 et seuls les points obtenus au-dessus de la moyenne sont comptabilisés pour l’obtention du diplôme. De plus, dotée d’un faible coefficient la discipline n’est prise en compte qu’au second tour. En outre, le contenu des épreuves, calqué sur les compétitions sportives du monde fédéral laisse la possibilité de confondre professeur, animateur et entraîneur sportif. Aussi, dans l’enseignement privé, là où depuis 1944 les écoles de l’UGSEL assurent une mission de professionnalisation, Il apparaît légitime, d’employer des enseignants titulaires d’un brevet fédéral.

6À terme, la loi Debré pose tout de même la question de la qualification et celle de la reconnaissance des diplômes. C’est, un problème particulièrement délicat à traiter dans le champ de l’EPS de l’enseignement catholique où la formation délivrée est plurielle et organisée parallèlement par des écoles de cadres ou au sein de fédérations sportives qui possèdent par ailleurs leurs propres diplômes obtenus dans des stages fédéraux, à partir de pratiques sportives.

  • 14 Procès-verbal de l’Assemblée générale de l’UGSEL année 1960. Archives UGSEL. 2009-005-002.
  • 15 Note du 12 février 1962, de Robert Pringarbe, président de la FSF (future FSCF) à M. Olivier : « D (...)

7Comment des diplômes délivrés par une institution sportive peuvent-ils garantir les exigences contractuelles ? L’UGSEL perçoit immédiatement l’importance de cet enjeu. Lors de son assemblée générale de 1960, dans la perspective de l’application de la loi scolaire, elle émet une recommandation aux établissements recruteurs qui emploient des « professeurs diplômés ILEPS ou des moniteurs diplômés UGSEL, afin de ne pas exiger de certificat d’exercice. Une telle demande constituerait une sorte d’affirmation de non-valeur de nos diplômes14 ». Il est vrai que la qualification professionnelle, comme le niveau de formation académique des instructeurs des établissements de l’enseignement catholiques restent faibles. Et qu’il convient de ne pas éveiller les soupçons du recteur. Une statistique de l’enseignement catholique (1962) nous permet d’apprécier le niveau de recrutement des enseignants d’EPS dans les établissements privés, en dehors des diplômés ILEPS, les écoles libres comptent 64 moniteurs diplômés fédéraux15 seuls 7 d’entre eux sont titulaires du BEPC ou équivalent, 45 ont obtenus le CEP et 9 sont recrutés sur leurs seuls diplômes sportifs et ne font état aucun diplôme de formation générale. Yves Bouvyer a perçu l’importance de cette question et il entreprend des démarches auprès du haut commissariat à la Jeunesse et aux Sports pour obtenir des équivalences de diplômes. Son opiniâtreté est concrétisée par la publication de l’arrêté du 1er septembre 1961 : les diplômés ILEPS titulaires du baccalauréat ou faisant partie du « cadre national » chargé de la formation des professeurs ou moniteurs ont les professeurs certifiés pour cadre de référence, les autres anciens élèves de l’ILEPS se définissent par comparaison au Professorat adjoint ou à la maîtrise d’EPS, les titulaires du « second degré UGSEL » sont assimilés à des professeurs délégués première catégorie. Le tableau des équivalences est donc assez favorable et reconnaît la capacité des écoles de l’UGSEL à former des enseignants. Dans le même temps, l’UGSEL, qui a su prendre place dans les commissions du Haut commissariat à Jeunesse et des Sports bénéficie de la double investiture de l’État et de l’Enseignement catholique pour assurer la formation des cadres nécessaires à l’enseignement de l’éducation physique dans l’enseignement libre. Ainsi, les responsables de la formation des enseignants d’EPS de l’enseignement catholique, en raison de leur activité au sein des commissions créées par Maurice Herzog, parviennent-ils à préserver l’architecture de leur système d’instruction des éducateurs sportifs. Toutefois, alors que, depuis une décennie, ils s’efforçaient d’engager les enseignants non qualifiés dans un processus de professionnalisation, leurs encouragements sont restés peu entendus. Il leur faut attendre que la loi Debré réveille les consciences. Nombre d’enseignants, jusque-là réticents ressentent alors le besoin d’être diplômés de l’ILEPS.

  • 16 Assemblée générale de l’UGSEL 1960 : rapport moral. Archives UGSEL : 2009-005-002.

« Au moment où la loi scolaire est sur le point d’entrer en vigueur, nous sommes débordés par le nombre de demandes de professeurs diplômés de l’ILEPS. Il est trop tard ; nous avions prévenu depuis 10 ans qu’il fallait s’y prendre dès cette époque pour nous envoyer des candidats à former, faute de se trouver pris de court. Nous y sommes16. »

  • 17 L’intégration universitaire des STAPS est officialisée par l’article 6 de la loi Mazeaud. Le DEUG (...)

8Si le problème de la qualification est réel et se pose avec de plus en plus d’acuité, force est de constater qu’au début des années 1960, la loi Debré ne modifie ni les habitudes de formation ni les principes de recrutement des enseignants EPS du privé. La première rupture importante vient de la loi Mazeaud et de la création des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS17). La mise en place d’une filière universitaire impose en effet un contrôle externe des formations et scelle la distinction entre les formations d’origine fédérale sportive et celle dispensée dans les écoles de cadres, mieux à même de s’engager dans le processus de mise en conformité universitaire. Les formations sont alors soumises à d’importants conflits internes et externes.

Turbulences endogènes ou exogènes et quête de légitimité

9À partir de 1974, la mise à l’étude, par le secrétariat d’État auprès du ministre chargé de la Qualité de la vie, chargé de la Jeunesse et des Sports, de projets de transformation de la formation des enseignants d’EPS stimule une intense activité réflexive au sein de l’UGSEL. Dans la mesure où, en application de l’arrêté du 11 avril 1975 créant le DEUG STAPS, le processus de formation universitaire est engagé, les formateurs des écoles de l’UGSEL s’interrogent, pour déterminer comment conserver le privilège de former leurs propres enseignants pour le privé, selon leurs orientations spécifiques pour mener le projet d’éducation catholique, tout en s’accommodant des exigences de l’État :

  • 18 Correspondance, en date du 3 mai 1976, d’Y. Marchasson, Doyen de la faculté des Lettres de l’ICP, (...)

« Il convient de se demander en interrogeant les autorités compétentes (l’Inspection générale officielle par exemple) si les étudiants de nos écoles sont considérés comme des étudiants à pleine qualification18. »

10Pour s’engager dans la voie universitaire, il est impératif de s’affranchir de la tutelle fédérale, donc de se mettre à distance de l’UGSEL dont le statut d’institution sportive est encombrant. Dès lors, il n’y a d’autre choix que de se tourner vers les institutions de l’enseignement supérieur catholique.

  • 19 Protocole entre l’ICP et l’ILEPS signé le 10 novembre 1969. Archives UGSEL 2009-005-072.
  • 20 Ce fait a été confirmé par plusieurs témoignages concordants.
  • 21 D. Jovis, entretien réalisé le 18 novembre 2009.

11Les prémisses d’un tel rapprochement remontent à 1969 quand un protocole d’accord est signé entre l’ILEPS et l’Institut Catholique de Paris19 (ICP). Dans les faits l’accord reste assez souple et laisse à l’ILEPS une grande autonomie, et, finalement, ce n’est qu’en 1974 que se réactive un désir d’émancipation et qu’une aspiration à se démarquer du monde sportif se manifeste. L’IFEPSA, école d’Angers, dont les relations avec l’UGSEL ont toujours été difficiles20 opte dès 1975 pour une préparation au DEUG STAPS. Pour l’ILEPS qui pouvait jusque-là être considéré comme « le bras armé » de l’UGSEL21 la réorientation universitaire est délicate. Deux années de turbulences entre traditionalistes et modernistes vont conduire vers la création de formations visant l’obtention conjointe d’un diplôme de l’école et la possibilité d’obtenir un DEUG STAPS. L’ILEPS sans se préoccuper de l’UGSEL obtient ainsi une caution, prudente, de l’ICP.

  • 22 Correspondance entre Mgr Paul Poupard, recteur de l’ICP, et l’abbé Joseph GROS, directeur de l’ILE (...)

« Comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire ; le recteur de l’Institut Catholique de Paris n’entend pas se substituer aux responsables de nos Grandes Ecoles Professionnelles, mais leur apporter, le cas échéant, l’appui de sa caution universitaire22. »

  • 23 Archives UGSEL 2009-005-072.
  • 24 Document dactylographié, édité par le Comité de Sauvegarde de l’ILEPS et de son diplôme, le 2 avri (...)

12À l’ICP on s’interroge également sur l’opportunité de la convention et d’une rupture entre l’ILEPS et l’UGSEL23. Le débat de la filiation sportive n’est donc toujours pas tranché, même si, à cette époque, les étudiants de l’ILEPS se mobilisent pour préserver le diplôme « maison », car l’institut « ne saurait être assimilé à une école fédérale24 ». La référence aux principes originels traduit les échanges toujours très vifs entre l’orientation sportive ou académique de la formation.

  • 25 L’UGSEL est créée en 1908 par la Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France (FGSP (...)
  • 26 Circulaire no 73.366, commune au ministère de l’Éducation Nationale et au secrétariat d’État auprè (...)

13La Fédération Sportive et Culturelle de France, fédération sportive catholique à l’origine de la création de l’UGSEL25 va s’inviter dans le débat. La FSCF défend, bien évidemment l’orientation sportive plutôt qu’une orientation académique. En effet elle décerne des diplômes fédéraux de gymnastique depuis de nombreuses années, ils permettent à ses adhérents d’exercer dans les établissements privés après avoir suivi trois stages de trois semaines et après avoir œuvré pendant deux saisons sportives à l’encadrement des clubs. La circulaire du 10 septembre 197326 traitant du recrutement des enseignants d’EPS exerçant dans les établissements privés sous contrat du second degré remet en cause cette possibilité :

  • 27 Voir note 26.

« Notre attention a été appelée sur les cas trop nombreux où des enseignants d’éducation physique et sportive privée obtiennent des contrats ou des agréments définitifs sans avoir de titres suffisants concernant cet enseignement27. »

  • 28 Les diplômes FSCF se trouvent alors exclus de la liste des titres pouvant « donner lieu à recrutem (...)
  • 29 J-M. Jouaret, Petite histoire partielle et partiale de la Fédération Sportive et Culturelle de Fra (...)

14La circulaire vise particulièrement les diplômes de la FSCF qui se trouvent relégués dans les groupes III et IV28, alors que le Diplôme de moniteur de l’enseignement libre 2e degré (UGSEL) est inscrit dans le groupe II, ce qui le place au même niveau que le diplôme de professeur adjoint d’EPS de l’enseignement public. Voyant ses diplômes de moniteurs déclassés la FSCF engage, le 16 mai 1974, un recours en conseil d’État29, et le gagne en 1976. L’effet secondaire de cette décision est la remise en cause des équivalences des diplômes délivrés par l’ILEPS. En effet l’Institut de formation reste sous la tutelle de l’UGSEL, donc sous l’égide d’une fédération sportive, ce qui impose une égalité de traitement. Alors qu’initialement les bacheliers, lauréats du diplôme de professeur ILEPS pouvaient bénéficier de l’équivalence du CAPEPS, désormais leur traitement est assimilé à la grille indiciaire des maîtres auxiliaires de deuxième catégorie ! Ainsi, au sein même de la famille catholique les conflits internes sont fort rudes et la concurrence, très vive.

  • 30 « La situation de l’éducation physique et sportive dans les établissements de l’enseignement privé (...)

15Toutes ces difficultés vont amener l’administration centrale à diligenter une inspection générale en 1976. La première impression de l’inspecteur Jean Meheust30, est un sentiment de rigueur et de sérieux, mais il constate une certaine « pauvreté matérielle et théorique » et il déplore que la technique soit le refuge d’un enseignement au fondement mal assuré : « Comment pourrait-il en être autrement puisque cet enseignement est une mosaïque d’interventions successives ? » Dans son rapport, l’inspecteur relève une des conséquences négatives de la loi Debré, car pour limiter les frais de gestion, les écoles de formation engagent des enseignants déjà affectés dans des établissements privés. Une telle juxtaposition d’intervenants nuit à la cohérence du projet d’ensemble.

16Finalement, il ressort de l’ensemble de ces difficultés internes la nécessité de s’engager dans une formation combinant le caractère propre de l’établissement formateur et une orientation plus académique ouvrant la voie pour l’obtention d’un DEUG. Dès lors, les difficultés vont se déplacer, et se porter sur le choix entre un conventionnement universitaire ou la mise en place d’un jury ministériel afin d’attester la qualité des contenus et de pouvoir délivrer un diplôme d’État.

  • 31 Correspondance du 19 janvier 1976, de Mgr Paul Poupard, recteur de l’ICP adressée au président de (...)
  • 32 Correspondance du 10 novembre 1975, de Mgr Paul Poupard, adressée au Pr Jean Frezal, président de (...)
  • 33 On constate les mêmes difficultés pour l’IFEPSA qui n’arrive pas à obtenir une convention avec l’u (...)
  • 34 Compte rendu de la réunion du 24 octobre 1979 : « Examen de la convention passée entre l’universit (...)
  • 35 J-L. Martin, La Politique de l’Éducation Physique sous la VeRépublique (Enseignement secondaire), (...)
  • 36 Correspondance du 27 décembre 1979, de F. Delbarre, président de l’université René Descartes, à Mg (...)

17Si l’ICP apporte sa caution universitaire et une référence ecclésiale31, la mise en place du DEUG impose de nouer des relations avec les UER STAPS de l’université publique32. Pour l’ILEPS c’est un « chemin de croix » et très rapidement, les relations se tendent entre l’université Paris V René Descartes et l’ILEPS33. L’opposition entre l’UGSEL qui cherche à défendre ses diplômes et les écoles de formation (ILEPS, IFEPSA) qui négocient le DEUG est alors très marquée. Une fois encore les fédérations sportives catholiques tentent de préserver leur potentiel de formation et leur pouvoir de certification. Cependant, de leur côté, les enseignants de l’UER EPS de Paris V34, pour majorité militants du SNEP, syndicat d’obédience communiste35, rejettent l’idée d’une convention. Le 23 novembre 1979, F. Delbarre, président de l’université Paris V arbitre et adresse un courrier au recteur de l’ICP36 et, s’il se déclare prêt à établir une convention, il reste néanmoins prudent :

  • 37 Correspondance du 27 décembre 1979, entre le président de l’université Paris-V et le recteur de l’ (...)

« L’autonomie des universités ne va pas jusqu’à leur permettre de valider des enseignements parallèles à ceux dispensés par les établissements publics, particulièrement dans le domaine de l’enseignement physique et sportif. À l’évidence le ministère jeunesse et sports ne souhaite pas voir s’ériger de nouvelles UER37. »

18Finalement, après une mise en place difficile, c’est à partir de l’argument du numerus clausus que la convention est dénoncée, il y avait, il est vrai, cinq inscrits de l’ILEPS au DEUG-STAPS de l’université Paris Descartes. L’UER voisine de l’université Paris X-Nanterre est alors chargée par le recteur d’académie de constituer le jury ministériel, il est intégralement composé par les enseignants de Nanterre. Le contrôle du caractère universitaire de la formation délivrée à l’ILEPS reste très strict et les universités n’entendent pas le partager. Dans un contexte où le ministre Jean-Pierre Soisson déclare ne pas vouloir créer de nouvelles unités d’enseignement, les retenues universitaires à l’égard d’un conventionnement avec le privé traduisent aussi les craintes de voir s’ériger une UER voisine. Cette peur est fondée au regard des déclarations ministérielles :

  • 38 Compte rendu de la rencontre entre les directeurs d’UEREPS et le ministre J.-P. Soisson. Lille, 22 (...)

« La recherche n’est pas nécessaire ni fondamentale dans les UEREPS. […] Il ne faut pas de savant qui élabore des thèses. La formation scientifique n’a pas besoin d’être approfondie. Il faut surtout de l’intuition et des capacités de contacts humains38. »

  • 39 Directeur de l’ILEPS et favorable à l’obtention d’un DEUG STAPS pour ses étudiants.

19Au-delà des difficultés décrites, le contrôle public de la formation privée se heurte également à la résistance du secteur fédéral et à la timide caution de l’université catholique. Comme l’écrit le père Maucorps39, au moment de sa démission :

« Les universitaires pensaient que l’ILEPS jouirait de l’autonomie lui permettant de devenir l’UEREPS de l’ICP. Jamais ils n’auraient signé pareille convention s’ils avaient supposé l’institut sous la coupe d’une fédération ! »

Déclin de la voie fédérale et développement universitaire

  • 40 Entretien réalisé le 18 novembre 2009.

20L’année 1981 marque encore une évolution. En effet à cette époque les modifications de l’EPS et le développement de la formation professionnelle modifient le regard porté par les acteurs sur la discipline et sur ses enseignants. La politique de la nouvelle majorité de gauche est favorable à l’EPS. Cette discipline rejoint le ministère de l’Éducation nationale. Un processus de revalorisation des enseignants et de résorption de l’auxiliariat se met en place. Les STAPS bénéficient d’une meilleure écoute avec la création de diplômes universitaires de 3e cycle. Ces dispositions vont influencer la formation. Daniel Jovis40, nouveau directeur, est chargé de porter le projet de l’ILEPS. II s’applique construire l’autonomie de l’institut (qui désormais regroupe les écoles masculines et féminines) et, même si les difficultés demeurent, il cherche à développer un partenariat avec l’Université.

  • 41 Décret no 83-369 du 4 mai 1983.
  • 42 Arrêté du 17 juin 1983, et circulaire no 83-266 du 11 juillet 1983.
  • 43 Dès 1938, l’UGSEL assure cette mission. La loi du 25 novembre 1977 fixe la délégation de responsab (...)
  • 44 Compte rendu de stage de formation continuée d’enseignants d’EPS des établissements privés : « Don (...)

21L’influence de l’UGSEL commence alors à décliner. En effet à cette époque, tout en gardant la majorité au sein du comité directeur, elle délègue à une nouvelle association de gestion (l’AGIFEC) les responsabilités des affaires administratives et financières. Désormais il convient de dissocier l’engagement de fonds pour la formation initiale de ceux affectés à la formation continue des enseignants. Cette dernière prend une importance nouvelle car les réformes institutionnelles de l’EPS placent la discipline dans le premier groupe des épreuves du baccalauréat41, et instaurent le contrôle en cours de formation42. La responsabilité des enseignants est donc directement engagée dans le processus de certification et la demande en formation est réelle et souhaitée par l’inspection pédagogique. L’UGSEL dispose d’un savoir faire43, elle se positionne alors sur le terrain de la formation continue. Le contenu des stages témoigne d’une réflexion didactique élaborée, des thèmes très innovants comme l’évaluation ou la pédagogie du sens sont traités44. Ainsi une conjonction de facteurs, liés aux transformations du statut de l’EPS, ou associés à une meilleure reconnaissance universitaire, conduit à une partition des fonctions de formation. L’ILEPS et l’IFPSA se chargent d’une formation initiale de plus en plus universitaire alors que l’UGSEL organise la formation continue des enseignants. Le processus de revalorisation des enseignants, va dans la décennie suivante développer un autre axe de formation professionnelle. Il s’agit comme l’a défini l’UGSEL d’une « formation promotionnelle » dont l’objectif est d’augmenter la qualification des enseignants.

  • 45 Engagement du candidat Mitterrand.
  • 46 J. Honore, La Grâce d’être né, Paris, Presse de la Renaissance, 2006, p. 391.
  • 47 B. Poucet, La Liberté sous contrat…, op. cit. p. 173.

22Les progrès disciplinaires et les perspectives de revalorisation ne sauraient masquer les séquelles générées par le projet de « grand service public, unifié et laïque de l’Éducation nationale45 ». Si la « farandole de la liberté46 » des défenseurs de l’école privée a permis de faire reculer le gouvernement Mauroy, le projet d’Alain Savary a marqué une nouvelle étape de la guerre scolaire. Le conflit laisse des traces, et la vigilance reste de mise. Elle impose à l’enseignement libre d’adopter une attitude plus combative, si bien que ses plus extrémistes défenseurs tentent, les années suivantes, de gagner encore plus de terrain47. Un activisme que l’on retrouve euphémisé dans les projets de rénovation de la formation des enseignants d’EPS alors que, la dimension axiologique y est, en revanche, très explicitement revendiquée.

23Dès 1988 le père Max Cloupet, secrétaire général de l’enseignement catholique, recommande à l’UGSEL d’ajuster les projets à la demande sociale sans pour autant s’enfermer dans le repli sur soi. Il rappelle la nécessité d’annoncer un sens chrétien de l’homme et en particulier du corps, pour les professeurs d’EPS Ce propos humaniste, parfaitement inscrit dans l’esprit de la loi Debré, rappelle le caractère propre de l’enseignement privé, toutefois le père Cloupet choisit de le compléter par quelques recommandations, plus politiques :

  • 48 Procès-verbal de l’Assemblée générale de l’UGSEL 1988. Archives UGSEL 2009-005-072.

« Avant 1959, prévalaient l’artisanat et le dévouement. Aujourd’hui, […] le développement de la profession ne doit pas occulter ce qui fait la raison d’être de l’Enseignement Catholique. Engager une réflexion sur les rapports de la puissance spirituelle et de l’État devient très important. On ne peut rester comme deux forces en présence l’une de l’autre, à l’image de ce qui s’est passé pendant la période 1981-1986. C’est une tâche proprement politique qui s’offre à nos efforts, et elle est extrêmement importante à réaliser48. »

24Cette harangue, prononcée devant les délégués de l’UGSEL, reste sans effet réel sur la formation des enseignants car cette dernière échappe à la fédération. L’Université catholique regarde désormais du côté de l’ILEPS. En effet, au cours de la décennie 1990, le développement de l’ILEPS est intégré dans le vaste projet de création d’un nouveau campus pour l’enseignement catholique : l’Institut polytechnique Saint-Louis. La décentralisation de « la catho » à Cergy se fait alors sans que l’UGSEL ne soit de quelconque manière (notamment financière) associée. L’intégration de l’ILEPS sur le campus catholique de Cergy sonne le glas de la formation assurée sous les auspices de l’UGSEL. La nouvelle perspective de développement écarte définitivement la fédération sportive de l’enseignement libre de tout contrôle sur la formation initiale des enseignants d’EPS.

  • 49 Cf. Les plans de formations de l’ILEPS. Archives de l’ILEPS, documents non cotés.
  • 50 Sur cette question se référer à G. Avanzini, « Y-a-t-il une vision chrétienne du Sport », 2e versi (...)

25Le projet polytechnique du campus Saint-Louis a cependant du mal à se mettre en œuvre, les écoles restent très indépendantes les unes des autres et l’interdisciplinarité qui devait renforcer l’éducation chrétienne reste illusoire. Au sein de l’ILEPS, bercés dans le bien être et le confort que procurent les nouvelles installations, les enseignants, comme les étudiants, s’accommodent fort bien de leur isolement. La formation des enseignants d’EPS de l’enseignement catholique semble alors se diluer dans l’enthousiasme de cette installation nouvelle. Si bien que les plans de formations, à défaut d’intégrer la dimension polytechnique espérée par l’ICP, restent très techniques49. Ainsi dans les années 1990 l’identité d’un ILEPS universitaire et chrétien peine à émerger. Contraint, depuis 1959 avec la loi Debré, de ne pas développer auprès de ses étudiants l’enseignement une éducation physique catholique, l’institut parvient tout aussi difficilement à promouvoir une vision chrétienne de la formation des enseignants, sans doute parce que l’aptitude de l’institut à favoriser cette pratique reste en débat50.

  • 51 C. Harzo et F. Couty, Le Système de formation des enseignants en EPS de l’Enseignement catholique  (...)

26Pendant cette même décennie, la signature des accords Lang-Cloupet conduit les centres nationaux à revoir la formation car le problème des débouchés devient central. Signés en 1993 les accords ont eu sur le recrutement et l’attractivité un impact considérable. Avant cette date, 80 % des étudiants d’une promotion sortaient avec une licence STAPS et un diplôme ILEPS51, assurés d’un débouché au sein de l’enseignement catholique. Après 1993, seuls les lauréats du CAFEP, passé en 4e année, sont assurés d’obtenir un emploi, compte-tenu de la difficulté du concours, ce ne sont plus 80 %, mais 20 % environ d’une promotion qui accèdent a un emploi d’enseignant à la sortie de l’Institut.

  • 52 Cf. Tableau 1 : Comparaison des deux formules de préparation au CAFEP.

27Dans le prolongement des accords Lang-Cloupet, des procédures sont mises en place pour que le futur professeur, candidat ou lauréat du CAFEP, et l’institution se rencontrent. Les commissions tentent d’articuler la catholicité ou le caractère propre avec le cadre réglementé du travail (il ne peut y avoir de discrimination au recrutement). Comment gérer cette double exigence dans le respect de la loi Debré et de la liberté de conscience de l’enseignement catholique ? Les chefs d’établissements privés se montrent très partagés, en effet le CAFEP devenant une garantie d’emploi, ils ne veulent pas qu’on leur force la main et souhaitent conserver la maitrise de la constitution de leur équipe. Les centres nationaux de formation (ce qu’on dénomme « la formule 1 » de préparation au CAFEP) entendent alors montrer qu’ils peuvent apporter une plus value par rapport à la « formule 2 » (celle où le CAFEP se prépare en région dans les IUFM). L’enjeu est important dans la mesure où les lauréats de la formule 2 sont plus nombreux52 que ceux de la formule 1 le projet de l’ILEPS déclare allier la construction d’une meilleure professionnalité par la scientificité des contenus (c’est aussi l’ambition des IUFM) et l’inculcation de valeurs humaines inscrites dans une démarche chrétienne.

  • 53 C. Harzo et F. Couty, Le Système de formation des enseignants en EPS de l’Enseignement catholique  (...)

28L’entrée dans le XXIe siècle inaugure donc une période de crise53 à laquelle la nouvelle directrice, d’une culture étrangère à l’ILEPS, doit faire face. L’engorgement des débouchés entraine une défection des inscriptions et prive l’institut d’une partie de ses ressources. Un audit spécifique est commandé par le SGEC. L’étude analyse les raisons de la baisse des effectifs, de la baisse du niveau de recrutement de la baisse des résultats au concours. Elle s’intéresse aussi à l’augmentation des charges consécutives à l’implantation sur le site de l’IPSL. Le Louvain français coute cher, et particulièrement le bijou sportif dont les équipements s’avèrent fort onéreux à entretenir. L’audit conclu cependant à la pérennisation des centres nationaux (Cergy et Angers) qui doivent désormais concourir à développer un projet universitaire catholique :

« Il est reconnu qu’ils [les instituts nationaux de l’Enseignement catholique] proposent une formation différente : des pratiques sportives beaucoup plus diversifiées que dans les UFR STAPS et surtout une préprofessionnalisation dès le DEUG (stages en école, collège, lycée). Cette pratique permet d’une part une meilleure orientation des étudiants qui, grâce aux stages peuvent confirmer ou infirmer leur choix professionnel ; elle permet d’autre part à certains (venant de l’Enseignement public) de découvrir l’Enseignement catholique et de choisir en connaissance de cause de préparer le CAFEP ce qui n’était pas nécessairement leur intention au départ. »

  • 54 E. Mounier, Le Personnalisme, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1e éd. 1949.
  • 55 Entretien avec F. Helaine, directrice de l’ILEPS, 20 novembre 2009.

29Le nouveau projet est en cohérence avec le passé, il repose sur les fondements théoriques du personnalisme communautaire d’Emmanuel Mounier54. Il s’agit de regarder et de former l’individu dans sa globalité en tant que personne située55. L’ambition est d’amener les étudiants à construire des communautés éducatives, par exemple à travers l’animation des associations sportives où sont mobilisés des membres du corps enseignant, de l’équipe administrative d’établissement et des parents. Le projet de l’ILEPS, tout en respectant les exigences académiques d’une formation universitaire, tente ainsi d’articuler une formation de la personnalité des individus et un projet d’éducation chrétienne.

Conclusion

  • 56 E. Vandermeersch, École : Église et Laïcité Souvenirs autour de la loi Debré, Paris, L’Harmattan, (...)

30Au cours de son évolution contemporaine la formation des enseignants EPS de l’enseignement catholique répond à des injonctions paradoxales où les logiques de l’institut catholique et de l’université et des rectorats s’entrecroisent et parfois même s’entrechoquent. Elle se situe sur une ligne de crête entre l’abîme du fonctionnement identitaire et celui du fonctionnement public et doit conduire un projet d’éducation non confessionnelle, d’inspiration chrétienne, compatible avec la laïcité56. L’équilibre est d’autant plus difficile à tenir que la formation proposée est inscrite dans un projet de développement spirituel alors qu’elle s’appuie sur l’éducation physique et les choses du corps. De surcroît, elle se construit dans le cadre fragile d’une discipline universitaire relativement récente et encore peu stabilisée.

31À l’image de L’Institut libre d’Éducation physique supérieure, son école emblématique, la formation des enseignants d’EPS de l’enseignement catholique est dans une première période : libre et autonome, les conséquences de la loi Debré sont alors une quête de reconnaissance des diplômes, puis elle cherche, non sans conflits, à devenir Supérieure : universitaire, il convient alors d’articuler les contenus de formation entre formation initiale académique et formation continue professionnelle. La signature des accords Lang-Cloupet réactualise les enjeux de la loi Debré, la question de la catholicité interpelle celle du sens de la formation. Ce parcours traduit la mise à distance de la tutelle fédérale, un contrôle de plus en plus affirmé de l’État et un regard de plus en plus aiguisé de l’Université catholique. Si la loi Debré impose d’articuler le caractère propre et les exigences de l’État, la loi Mazeaud a conduit à dépasser la voie sportive pour développer le caractère universitaire de la formation.

Tableau 1 : Comparaison des deux formules de préparation au CAFEP

Année

Admis

Année

Admis

1995

1999

62

Total

46

Total

37

Formule 2

21

Formule 2

25

Formule 1

25

Formule 1

(IFEPSA + ILEPS)

(IFEPSA + ILEPS)

1996

2000

Total

55

Total

82

Formule 2

31

Formule 2

45

Formule 1

24

Formule 1

37

(IFEPSA + ILEPS)

(IFEPSA + ILEPS)

1997

2001

Total

66

Total

98

Formule 2

42

Formule 2

60

Formule 1

24

Formule 1

38

(IFEPSA + ILEPS)

(IFEPSA + ILEPS)

1998

2002

Total

52

Total

123

Formule 2

36

Formule 2

65

Formule 1

16

Formule 1

58

(IFEPSA + ILEPS)

(IFEPSA + ILEPS)

Sources : C. Harzo et F. Couty, Le système de formation des enseignants en EPS de l’Enseignement Catholique : État et préconisations, Paris, SGEC, 2003. Archives ILEPS

Débat

32Antoine Prost :

33Dans l’enseignement public, il y a eu un mouvement très progressif pour la mixité de l’éducation physique et sportive, qui actuellement en est autour de 80-90 % des cours d’éducation physique et sportive où les filles et les garçons sont ensemble. Je voudrais savoir si l’enseignement privé a connu la même évolution. Cela a une certaine importance par rapport à la thèse qui est celle de notre ami Bruno Poucet d’un rapprochement et d’une sorte de laïcisation de l’enseignement privé grâce aux effets de la loi Debré.

34Tony Froissart :

35Je ne connais pas bien les établissements secondaires : je me suis intéressé aux établissements de formation, donc j’ai un peu de difficulté pour répondre, mais il y a peut-être dans la salle quelqu’un qui peut m’aider.

36Joseph Davion, directeur régional de l’enseignement catholique du Nord-Pas de Calais :

37Cette question me semble être du même niveau qu’un certain nombre de fantasmes que j’entends depuis tout à l’heure. On a une vision de l’enseignement catholique et de l’Église, j’ai vraiment l’impression que c’est Gulliver au pays des Lilliputiens. En ce qui concerne les cours d’éducation physique, ma réponse sera toute simple. Est-ce qu’aux Jeux olympiques on mélange les hommes et les femmes ? Est-ce que dans un match de baskett, il y a des hommes et des femmes ? Est-ce que dans un match de l’équipe de France de foot, est-ce qu’à côté de Thierry Henry, il y a également des femmes ? Non. Pourquoi ? Tout simplement pour des raisons physiques…

38Antoine Prost :

39Je vous prie de bien vouloir m’excuser. Ce n’est pas une réponse à ma question. Je sais comme vous que dans les compétitions sportives, les normes ne sont pas les mêmes. Il y a un fait, c’est que dans l’enseignement public, les classes d’éducation physique étaient séparées. Les classes d’éducation physique se sont mélangées. Vous avez, actuellement, dans les gymnases, dans 85 à 90 % des cas, les filles et les garçons de sixième, de cinquième, de quatrième et de troisième sont ensemble. Ma question c’est de savoir si c’est aussi comme cela dans l’enseignement privé. C’est une question de fait. Ce n’est pas une question de fantasme ou d’idéologie. Il y a une évolution qui s’est produite dans l’enseignement public ; je demande si elle s’est passée également dans l’enseignement privé. Je vous serai reconnaissant de me répondre à cette question.

40Joseph Davion :

41Je n’imaginais pas que le débat sur la loi Debré allait porter sur des questions aussi pratico-pratiques. Je peux vous dire que dans un établissement, dans la mesure où il y a plusieurs classes, on fait ce qu’on appelle une organisation en barrette, c’est-à-dire que plusieurs classes ont cours en même temps, et que dans ce cas-là, il y a des enseignants qui font travailler les filles d’un côté, et les garçons de l’autre, ne serait-ce que pour des questions d’organisation du cours et de compétences particulières. Si jamais il y a telle discipline sportive qui peut se pratiquer de façon mixte, elle est pratiquée de façon mixte.

42Tony Froissart :

43Quelques éléments de réponse pour Antoine Prost. Effectivement la mixité, en l’éducation physique, est établie dans le public, et c’est même une revendication de la part des enseignants qui y voient un « caractère propre », si on peut dire, de la discipline, qui devrait se démarquer, justement, d’autres pratiques qui pourraient être discriminantes. Maintenant, je n’ai pas d’éléments objectifs pour répondre à votre question réellement pour ce qui est de l’enseignement privé. J’ai une expérience d’ancien professeur où je ne voyais pas énormément de différences, mais ce n’est qu’un témoignage. En revanche, comme formateur à l’IUFM, nous avons aussi environ dix pour cent de nos étudiants qui préparent le CAFEP, formule deux, et qui sont donc en stage dans des établissements secondaires privés, et tous nos étudiants, depuis six ans que je fais cette formation, ont des classes mixtes en EPS, y compris au lycée. C’est tout ce que je puis dire.

44Jean-Marie Mayeur :

45Cette question m’amène à proposer une suggestion de recherche. Parce que j’espérais un peu de toutes ces interventions avoir une idée de la réalité de l’enseignement privé. Et en fait je pense que les situations sont extrêmement diverses, comme par exemple en éducation physique. Nous n’allions pas, en ces quelques pages, en donner une vision d’ensemble. Cela incite, en revanche, à de véritables recherches comparatives sur le terrain.

Notes

1 L’Union nationale pour la promotion pédagogique et professionnelle dans l’enseignement catholique (UNAPEC) a été transformée en FORMIRIS par la charte de la formation en 2005.

2 Voir table des sigles.

3 Le rapport moral présenté à l’Assemblée générale de l’UGSEL en 1961 revient sur les enjeux de la loi scolaire et les événements importants de l’année 1960-1961. La représentation de l’UGSEL au sein du Haut comité des sports et la signature d’un arrêté d’équivalence, reconnaissant la valeur des diplômés ILEPS et des moniteurs 1er et 2e degré UGSEL sont considérés comme les signes d’une reconnaissance et comme un facteur d’équité. Archive UGSEL 2009-005-002

4 Gaston Roux est alors directeur général de la Jeunesse et des Sports.

5 F. Hochepied, René Barbier de la Serre : (1880-1969) Un éducateur chrétien conservateur face à la modernité, Thèse pour le doctorat en Sciences de l’Éducation, Université Victor Segalen Bordeaux 2, 2005, p. 68.

6 Circulaire interne UGSEL, avril 1978. Archives UGSEL 2009-005-069.

7 Resté sous silence pendant trois décennies, ce statut est explicitement revendiqué dans le tract du comité de sauvegarde de l’ILEPS édité le 2 avril 1976. Archives UGSEL.

8 R. Barbier de la Serre, communication faite au congrès de l’Alliance des maisons d’éducation chrétienne Bordeaux, 26 juillet 1949, Archives UGSEL 2009-005-001.

9 Les mêmes principes se retrouvent en 1945 dans le projet d’ordonnance Capitant. À ce sujet lire : B. Poucet, La Liberté sous contrat une histoire de l’enseignement privé, éd. Fabert, 2009, p. 36.

10 G. Avanzini, « Y-a-t-il une vision chrétienne du sport ? », G. Cholvy et Y. Tranvouez (dir.), Sport, culture et religion : Les patronages catholiques (1898-1998), Brest, Université de Bretagne Occidentale – Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 1999, p. 337.

11 Arrêtés du 5 octobre et du 23 novembre 1959, définissant les épreuves d’EPS du baccalauréat 1960.

12 M. Attali et J. Saint-Martin, L’Éducation physique de 1945 à nos jours Les étapes d’une démocratisation, Paris, Armand Colin, 2004, p. 109.

13 Pour tenter de résoudre cette difficulté, M. Herzog publie une circulaire le 17 novembre 1959 dans laquelle il envisage des épreuves de substitution en cas de dispense.

14 Procès-verbal de l’Assemblée générale de l’UGSEL année 1960. Archives UGSEL. 2009-005-002.

15 Note du 12 février 1962, de Robert Pringarbe, président de la FSF (future FSCF) à M. Olivier : « Diplômés FSF enseignant dans les écoles privées ». Archives UGSEL : 2009-005-021.

16 Assemblée générale de l’UGSEL 1960 : rapport moral. Archives UGSEL : 2009-005-002.

17 L’intégration universitaire des STAPS est officialisée par l’article 6 de la loi Mazeaud. Le DEUG STAPS est créé par l’arrêté du 11 avril 1975.

18 Correspondance, en date du 3 mai 1976, d’Y. Marchasson, Doyen de la faculté des Lettres de l’ICP, adressée aux directeurs de l’ILEPS et à la directrice de l’ENEPFC. Archives UGSEL 2009-005-072.

19 Protocole entre l’ICP et l’ILEPS signé le 10 novembre 1969. Archives UGSEL 2009-005-072.

20 Ce fait a été confirmé par plusieurs témoignages concordants.

21 D. Jovis, entretien réalisé le 18 novembre 2009.

22 Correspondance entre Mgr Paul Poupard, recteur de l’ICP, et l’abbé Joseph GROS, directeur de l’ILEPS, le 5 novembre 1976. Archives UGSEL, 2009-005-072.

23 Archives UGSEL 2009-005-072.

24 Document dactylographié, édité par le Comité de Sauvegarde de l’ILEPS et de son diplôme, le 2 avril 1976. Archives privées D. Jovis.

25 L’UGSEL est créée en 1908 par la Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France (FGSPF) afin d’organiser l’animation des jeunes élèves des établissements scolaires parisiens de l’Enseignement libre. La FGSPF, fédération mère, prendra plusieurs dénominations successives, elle devient Fédération Sportive de France (FST) en 1947, puis Fédération Sportive et Culturelle de France en 1968.

26 Circulaire no 73.366, commune au ministère de l’Éducation Nationale et au secrétariat d’État auprès du premier ministre chargé de la Jeunesse, des sports et des loisirs. AN-CAC Fontainebleau Versement no 19940261, Art. 2-3.

27 Voir note 26.

28 Les diplômes FSCF se trouvent alors exclus de la liste des titres pouvant « donner lieu à recrutement d’enseignants d’EPS à dater de la rentrée scolaire 1973 ».

29 J-M. Jouaret, Petite histoire partielle et partiale de la Fédération Sportive et Culturelle de France (1948-1998), Paris, Éd. FSCF, vol. 1, p. 222.

30 « La situation de l’éducation physique et sportive dans les établissements de l’enseignement privé du second degré. » Rapport établit par Jean MEHEUST, inspecteur général de la Jeunesse et des Sports. Archives UGSEL 2009-005-362.

31 Correspondance du 19 janvier 1976, de Mgr Paul Poupard, recteur de l’ICP adressée au président de l’UGSEL. Archives UGSEL, 2009-005-072.

32 Correspondance du 10 novembre 1975, de Mgr Paul Poupard, adressée au Pr Jean Frezal, président de l’université de Paris-V. Archives UGSEL, 2009-005-072.

33 On constate les mêmes difficultés pour l’IFEPSA qui n’arrive pas à obtenir une convention avec l’université de Rennes.

34 Compte rendu de la réunion du 24 octobre 1979 : « Examen de la convention passée entre l’université Paris-V René Descartes et l’Institut catholique pour le contrôle des connaissances en éducation physique et sportive. » Archives UGSEL, 2009-005-072.

35 J-L. Martin, La Politique de l’Éducation Physique sous la Ve République (Enseignement secondaire), Thèse, 1998, IEP Paris, p. 160-162, 187, 198.

36 Correspondance du 27 décembre 1979, de F. Delbarre, président de l’université René Descartes, à Mgr Paul Poupard. Archives UGSEL, 2009-005-072.

37 Correspondance du 27 décembre 1979, entre le président de l’université Paris-V et le recteur de l’ICP. Archives UGSEL, 2009-005-072.

38 Compte rendu de la rencontre entre les directeurs d’UEREPS et le ministre J.-P. Soisson. Lille, 22 avril 1980. Archives UGSEL, 2009-005-072.

39 Directeur de l’ILEPS et favorable à l’obtention d’un DEUG STAPS pour ses étudiants.

40 Entretien réalisé le 18 novembre 2009.

41 Décret no 83-369 du 4 mai 1983.

42 Arrêté du 17 juin 1983, et circulaire no 83-266 du 11 juillet 1983.

43 Dès 1938, l’UGSEL assure cette mission. La loi du 25 novembre 1977 fixe la délégation de responsabilité donnée par l’État aux associations qui assurent la formation dans le respect du caractère propre et de l’organisation de l’emploi, et de la formation professionnelle dans l’enseignement privé sous contrat.

44 Compte rendu de stage de formation continuée d’enseignants d’EPS des établissements privés : « Donner du sens aux apprentissages en EPS », s. d. Archives UGSEL 2009-005-002.

45 Engagement du candidat Mitterrand.

46 J. Honore, La Grâce d’être né, Paris, Presse de la Renaissance, 2006, p. 391.

47 B. Poucet, La Liberté sous contrat…, op. cit. p. 173.

48 Procès-verbal de l’Assemblée générale de l’UGSEL 1988. Archives UGSEL 2009-005-072.

49 Cf. Les plans de formations de l’ILEPS. Archives de l’ILEPS, documents non cotés.

50 Sur cette question se référer à G. Avanzini, « Y-a-t-il une vision chrétienne du Sport », 2e version, L. Munoz et G. Lecocq, Des patronages aux associations. La fédération Sportive et Culturelle de France face aux mutations socioculturelles, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 48-49.

51 C. Harzo et F. Couty, Le Système de formation des enseignants en EPS de l’Enseignement catholique : État et préconisations, Paris, SGEC, 2003, p. 9. Archives ILEPS.

52 Cf. Tableau 1 : Comparaison des deux formules de préparation au CAFEP.

53 C. Harzo et F. Couty, Le Système de formation des enseignants en EPS de l’Enseignement catholique : État et préconisations, op. cit, p. 10.

54 E. Mounier, Le Personnalisme, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1e éd. 1949.

55 Entretien avec F. Helaine, directrice de l’ILEPS, 20 novembre 2009.

56 E. Vandermeersch, École : Église et Laïcité Souvenirs autour de la loi Debré, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 159.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540