Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État et l'enseignement privé

 | 
Bruno Poucet

Première partie. Le moment Debré et son devenir

Des témoins ont la parole I1

Edmond Vandermeersch, Nicole Fontaine, Louis Mexandeau et Jean Battut

Texte intégral

Edmond Vandermeersch, ancien secrétaire général adjoint de l’enseignement catholique

  • 1 Les interventions, revues, s’ils l’ont estimé nécessaire, par leurs auteurs, ont été retranscrites (...)

1Il ne s’agit pas de commenter la perspective, que Bruno Poucet a tracée dans le chapitre précédent, de toute l’histoire de la loi Debré, et de la place de l’enseignement privé dans le pays. Je voudrais seulement, pour ma part, apporter une réflexion qui concerne davantage les débuts de la loi Debré et sa réception difficile, par le monde catholique. Dès 1960, j’ai observé des attitudes différentes à l’égard de la loi entre l’accueil des écoles dépendant de l’enseignement diocésain et celui des congrégations enseignantes surtout masculines. Cela s’explique. Les premières ont une responsabilité liée à des communautés catholiques pratiquantes, les secondes répondent à des appels et comme par contrat dans une perspective quasi professionnelle. C’est l’attitude qui s’impose dans « les pays de mission » où les écoles catholiques accueillent une majorité de non-chrétiens. Les frères des écoles chrétiennes, les lasalliens, dans la revue Orientations ont été à la pointe de ce mouvement. C’est ma première remarque.

2Ma deuxième remarque, est que la loi Debré a eu un effet assez étonnant dans l’opinion catholique et dans la vie de l’église de France, en opérant ce que j’appellerai la sécularisation des savoirs. En 1905 on a sécularisé les immeubles destinés aux cultes et les moyens matériels pour le culte. La loi Debré, dans sa fameuse distinction entre la transmission des connaissances, l’enseignement qui est laïc, donné à tous, et la vie de l’établissement, a opéré une dissociation du même genre : le savoir ne peut pas être confessionnel – il appartient à tout le monde. La formation des enseignants et la dispensation des savoirs dans les classes doivent être exactement les mêmes dans leur distance avec la croyance qu’il s’agisse d’un établissement public et d’un établissement privé. C’est l’effet de la fameuse formule sur le « caractère propre ».

3Je voudrais achever cette intervention en disant que mes amis laïques, et ce courant laïque si fort en France, doivent se trouver heureux et fiers d’avoir fait bouger la mentalité, non pas seulement de l’église de France, mais de l’Église universelle, sur ce point-là. Car finalement, la loi Debré élabore, en 1959-1960, cette notion de « caractère propre ». Son application concrète a pris bien du temps parce qu’elle dissocie l’enseignement de la vie de l’établissement. C’est exactement cette notion qui a été reprise par le Concile en 1965 dans La Déclaration conciliaire sur l’éducation : « Ce qui leur appartient en propre, c’est développer dans les écoles un esprit évangélique de liberté et de charité, de telle sorte que la connaissance progressive que les élèves acquièrent du monde, de la vie, et d’eux-mêmes soit illuminée par la foi ». Le texte n’a pas utilisé le mot « caractère propre », mais une formule voisine qui dit la même chose : « ce qui leur appartient en propre ». Ce concept est maintenant acquis dans tous les textes, non seulement dans le texte conciliaire, mais dans tous les documents de l’Église qui ont une valeur universelle pour l’ensemble des écoles catholiques. Il me semble que nous avons là un effet imprévu. L’histoire est surprenante. Au début du concile, on a présenté un texte très institutionnel pour la défense des écoles catholiques comme telles. Ce texte a été repoussé par l’ensemble des évêques. De petites équipes se sont mises au travail, c’est un Français, le frère Sauvage, frère des écoles chrétiennes, lui-même frère de l’évêque de Tarentaise, qui a lancé l’idée de cette dissociation. Cela me ramène au début de mon propos. Les frères lasalliens comme les maristes, comme les jésuites et d’autres sont des congrégations qui ont un autre rapport à l’activité enseignante, notamment parce qu’ils travaillent non seulement en pays catholique comme la France, l’Italie et l’Espagne, mais aussi dans des pays dans lesquels la majorité des gens ne sont pas chrétiens : ils ont donc une autre approche de leur fonction, de leur mission d’enseignants chrétiens. Ils favorisent ainsi cette dissociation entre ce qui appartient aux croyances et ce qui relève de la transmission des savoirs. Cela a été un des éléments de compréhension et d’évolution de la loi Debré en France.

Nicole Fontaine, ancienne secrétaire générale adjointe de l’enseignement catholique, ancienne présidente du Parlement européen

4Bruno Poucet nous a invités à faire un retour sur le sens de notre action durant cette période qui a suivi l’adoption de la loi Debré dont nous fêtons en ce moment le cinquantième anniversaire. Je m’en tiendrai donc à ce qui nous a été demandé, dans cette première intervention, et vous me permettrez, cher Père Vandermeersch, de vous dire que je n’ai jamais oublié que c’est grâce à vous, grâce à notre rencontre que j’ai participé à cette formidable aventure, puisque, lorsque nous nous étions rencontrés à cette époque, vous aviez l’idée de créer, au secrétariat général de l’enseignement catholique, un service juridique, pour, justement, suivre l’application de la loi Debré dans les provinces, dans les régions. J’ai été tout de suite tout à fait passionnée et c’est quelque chose que je n’oublierai jamais. Le sujet, en effet, était tellement fascinant que j’y ai consacré ma thèse de doctorat en droit, qui a donné le livre L’Enseignement privé associé à l’État par contrat. Je salue également tous les participants à cette table ronde, et tous ceux qui sont ici et je leur dis que c’est avec beaucoup d’émotion que je retrouve des visages connus, même si nous nous sommes affrontés. Je dois dire que, dans mes fonctions européennes, j’ai été fort heureuse d’être invitée par la Ligue de l’enseignement à des colloques sur des réflexions européennes et d’y avoir été accueillie, il faut bien le dire, avec beaucoup de tolérance, voire même d’amitié.

5La loi Debré avait des motivations multiples et complexes, mais il faut quand même revenir aux sources, telles que je les ai vécues. D’abord, il y avait une situation extrêmement délicate, de la part des établissements d’enseignement privé qui connaissaient une asphyxie financière, lente et progressive, et qui se trouvaient condamnés à une sorte de ghetto social, parce qu’une liberté qui n’a pas les moyens réels de s’exprimer n’est pas une liberté. Et vous aviez de l’autre côté une Éducation nationale qui était en peine d’accueillir la vague démographique importante des années 1945-1946 : ce sont les motivations circonstancielles.

6Il y avait aussi, une volonté profonde de mettre un terme à cette querelle scolaire que d’aucuns jugeaient archaïque, et une volonté de trouver un équilibre entre le fait que l’enseignement public avait mission d’éduquer les jeunes, mais que la liberté d’enseignement devait être respectée, et l’équilibre est assuré dans ce fameux article 1 qui stipule que les établissements d’enseignement privés doivent appliquer la liberté de conscience tout en conservant leur caractère propre. Le point de départ du débat de fond est le grand débat autour du caractère propre.

7D’abord, Père Vandermeersch, j’ai eu le sentiment que la loi Debré avait été globalement assez bien accueillie dans les milieux de l’enseignement catholique. Certes, une partie de l’épiscopat a estimé que le contrat d’association était un « tapis roulant » vers l’intégration. On aura sans doute l’occasion d’y revenir. Mais pratiquement la quasi-totalité des écoles privées catholiques ont choisi le contrat simple ou le contrat d’association, et ont souhaité ainsi coopérer. Ce n’était pas facile parce qu’il y avait en face une administration qui découvrait un monde nouveau avec circonspection, parfois méfiance, voire même hostilité. Mon action consistait à apporter mon concours et mon aide aux membres de la communauté éducative. En tant que responsables de ces établissements, il s’agissait de mettre en œuvre l’application du contrat d’association : le calcul du forfait d’externat a entraîné de violents affrontements par rapport à un pouvoir qui n’était pas de gauche car, nous le disions toujours, la liberté d’enseignement n’est ni de droite ni de gauche. Nous avons engagé une action « musclée » : le dépôt de quelques mille recours en plein contentieux, pour obtenir ce qui était dû et faire en sorte que le forfait d’externat soit calculé correctement conformément aux dépenses réelles des établissements concernés.

8Il y a eu également le problème de la nomination des maîtres : ceci me conduit à dire qu’il y avait une ambiguïté. Bien sûr, les maîtres sous contrat d’association étaient devenus des agents contractuels de l’État, juridiquement la nomination revenait au recteur d’académie, mais le chef d’établissement devait conserver un rôle important dans la composition de son équipe pédagogique, et nous avions constaté sur le terrain, qu’il pouvait y avoir une déviance dans la mise en œuvre de cette disposition. Il y avait enfin le statut des professeurs de l’enseignement privé sous contrat dont la situation sociale était tout à fait discriminatoire, par rapport aux maîtres de l’enseignement public.

9C’est la raison pour laquelle nous avons mené une action très forte et très énergique (l’Union nationale des parents d’élèves, les chefs d’établissement, les syndicats de maîtres), nous avons demandé une loi complémentaire à la loi Debré, qui a abouti en 1977, à la fameuse loi Guermeur. Cette loi a fait couler beaucoup d’encre, elle a été l’objet d’un affrontement très violent, puisqu’elle a été votée le dernier jour de la session parlementaire, la session d’automne à six heures du matin, Edgar Faure avait dit : « Je resterai jusqu’à ce que la loi soit votée… » Cette loi avait deux avantages : premier principe, mettre les choses au point en ce qui concernait le rôle du chef d’établissement dans la nomination des maîtres, dans le respect du caractère propre, et deuxième principe, extrêmement important, un principe d’égalité des maîtres sous contrat avec les maîtres de l’enseignement public, notamment dans tous les aspects de leur vie professionnelle (retraites, formation, etc.). Cette loi a été soumise au Conseil constitutionnel, par un certain nombre de députés, que l’on peut d’ailleurs remercier, parce que la décision du Conseil constitutionnel a été tout à fait extraordinaire : elle a consacré le principe de la liberté de l’enseignement en des termes qui gravaient dans le marbre la reconnaissance de cette liberté fondamentale,

« considérant que les maîtres auxquels est confiée la mission d’enseignement dans un établissement privé lié à l’État par contrat d’association sont tenus de respecter le caractère propre de cet établissement, que la sauvegarde du caractère propre d’un établissement lié à l’État par contrat n’est que la mise en œuvre du principe de la liberté d’enseignement, que ce principe constitue l’un des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République auxquels la constitution de 1958 a conféré valeur constitutionnelle, considérant que l’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État, ne saurait exclure l’existence de l’enseignement privé, non plus que l’octroi d’une aide de l’État à cet enseignement, dans des conditions définies par la loi ».

10Je dirai pour terminer que c’est toujours un bonheur pour moi de rencontrer, notamment au Parlement européen, mes collègues qui sont d’une sensibilité différente de la mienne, mes collègues de gauche, qui me disent qu’aujourd’hui, en tout cas, dans leur parti, personne ne songerait à remettre en cause les équilibres si laborieusement acquis, grâce à la loi Debré, et grâce à toutes les années qui ont suivi et au cours desquelles nous avons cheminé ensemble.

Louis Mexandeau, ancien ministre, ancien délégué du parti socialiste à l’éducation

11Je replacerai ce débat dans la période où, vraiment, il s’est aiguisé et m’a permis, en quelque sorte, de connaître Madame Fontaine, comme adversaire, lorsque j’étais en charge de l’Éducation nationale au parti socialiste, avant 1981. Monsieur Poucet, on y reviendra, écrit, dans son livre La Liberté sous contrat à propos de la formation du gouvernement, après le 10 mai 1981 : « On attendait Louis Mexandeau. Ce fut Alain Savary. » J’en dirai un mot.

12Plus je réfléchis aujourd’hui à la question, plus je pense que ce débat aurait pu être évité, s’il n’avait pas interféré avec des conflits internes, qui, pour être internes et souterrains, n’en existaient pas moins au sein du parti socialiste. Dans un certain sens, le plan socialiste pour l’éducation y a gagné une notoriété dont il se serait bien passé. Il est devenu d’ailleurs, pendant des semaines et des mois objet du débat, mais Madame Fontaine me disait tout à l’heure que cela lui avait beaucoup profité et qu’elle m’en remerciait. Mais ce n’était pas pour cela qu’on avait rédigé le plan socialiste pour l’éducation ! Vous savez que le parti socialiste a été refondé en 1971 au congrès d’Épinay. Mais il n’englobait pas tous les socialistes. Et en 1974, après l’élection présidentielle qui a été manquée de peu par François Mitterrand contre Valéry Giscard d’Estaing, sont entrés, à l’automne, des socialistes qui étaient restés à la porte, dont des gens du PSU qui n’avaient pas rejoint le parti à Epinay, comme Michel Rocard. C’est ce qu’on appelle les « Assises du socialisme ». Cela se passe en octobre 1974. Il y avait également Edmond Maire, la CFDT en particulier, qui apportait un élément différent : c’était des socialistes souvent d’orientation chrétienne, et si après le congrès de Pau, en 1975, j’ai été appelé par François Mitterrand comme délégué national, je pense qu’il y avait une sorte de volonté de compensation. Vous savez, François Mitterrand était réticent pour ces Assises du socialisme. Il les a qualifiés d’erreur : il a failli perdre sa prééminence au sein du parti socialiste dans la période qui va jusqu’en 1979-1980, et sa candidature à l’élection présidentielle. Mais Pierre Mauroy y poussait beaucoup. Alors nous nous sommes mis tout de suite au travail et commençons la préparation du plan socialiste pour l’éducation, avec une forte équipe, avec des gens comme Jean-Louis Piednoir, Jules Catoire, Christian Join-Lambert, François Aron, Jean-Pierre Moulage, Jacques Guyard… Il y avait vraiment, un désir ardent de fournir au parti socialiste, qui n’avait pas de projet, des orientations. En effet, l’ancien parti socialiste d’avant 1971 et même, au début, était un peu les sous-traitants de la fédération de l’Éducation nationale d’orientation réformiste socialiste. La volonté du parti socialiste, et de François Mitterrand, a été de se doter d’un projet qui soit bien celui du parti.

  • 2 Allusion au projet de concordat de 1952-1958, voir B. Poucet, La Liberté sous contrat, une histoir (...)

13Pourquoi n’avons-nous pas compris la violence du procès qui nous a été fait ? Premièrement, c’est parce qu’il y a eu un travail réel. Il y a eu sept groupes, il y a eu des commissions, il y a eu des travaux décentralisés en province, dans six villes : bref, un gros travail de préparation. Et deuxièmement, la question des rapports de l’enseignement public et de l’enseignement privé ne nous a pas posé vraiment de problèmes, parce que, pour nous, elle allait de soi ; elle faisait partie déjà du projet socialiste de 1971, du programme commun de gouvernement de 1972. Cela allait de soi que nous allions vers ce qui était appelé un « service unifié de l’Éducation nationale », rassemblant progressivement les deux branches de l’enseignement, le problème étant celui du rythme, des procédures, des étapes, le cas échéant, mais pas du fond, sur lequel on peut dire que tous les socialistes étaient d’accord. Et puis, je crois qu’aussi une partie de l’épiscopat, une partie de la mouvance catholique et chrétienne était également finalement d’accord pour cette démarche. Mais on avait le souvenir des longues discussions2 du temps de Guy Mollet, qui n’avaient pas abouti. Il y a eu la loi Debré, objet de ce colloque. Je suis admiratif vis-à-vis de notre œuvre, parce que, s’agissant de problèmes tels que l’éducation à l’environnement, il y a des pages que je trouve admirables, mais également sur les langues régionales et les cultures régionales, sur le handicap, sur la formation toute au long de la vie… D’ailleurs, une partie de ce projet, de ce plan, a été adoptée ultérieurement, et Michel Rocard lui-même, et aussi ses ministres, comme Jean-Pierre Sueur, ont rendu hommage à ce projet. En définitive, la question du public-privé était bien secondaire jusqu’au moment où, fin 1976, une véritable explosion médiatique s’est produite : à la radio, à la télévision, on n’a plus parlé que de l’enseignement privé. C’était devenu le rapport Mexandeau sur la nationalisation de l’enseignement privé. C’est ainsi que Nicole Fontaine a émergé de l’anonymat, et a été, avec quelques autres, portée sur le devant de la scène.

14Dans ma région, j’avais le président national des parents d’élèves des écoles libres, il s’appelait Monsieur Lefebvre, c’était un dur, il était à droite. J’étais député de Caen depuis 1973. J’ai encore des coupures de presse : « Deux Caennais au cœur du problème » ; il y a d’un côté Louis Mexandeau, et de l’autre côté Henri Lefebvre. Je dois dire qu’au début je ne comprenais pas, et j’ai été confronté avec ces explosions médiatiques où on ne contrôle plus rien. Je me souviens que je me comparais à un chauffeur qui est sur la glace, qui tourne à droite, la voiture va à gauche, et vice versa. Mais en fait, la vérité, je pense qu’il s’agissait plus encore, c’est normal, plus que de l’enseignement catholique, du débat qui s’annonçait au sein du parti socialiste, pour savoir qui allait être candidat à l’élection présidentielle en 1981 : François Mitterrand, ou Michel Rocard ?

15Je continue de penser qu’en 1981, sitôt la victoire acquise à l’élection présidentielle et aux élections législatives, nous aurions dû aller vers un service unifié de l’Éducation nationale, sauf que, bien sûr, nous n’aurions certainement pas aujourd’hui l’avantage et le privilège de nous rencontrer !

Jean Battut, ancien secrétaire national du SNI-PEGC

16Je vais revenir sur ces moments avec un petit peu moins de truculence que Louis Mexandeau, et je vais répondre à la sollicitation de Bruno Poucet qui demande que l’on témoigne sur notre action. Je me revois en juillet 1971, au congrès d’Epinay du parti socialiste, arrivant de la Nièvre, compagnon de François Mitterrand, participant à sa victoire, syndicaliste enseignant de la majorité fédérale de la FEN, je suis face à une mutation politique que j’ai contribué à créer. Alain Savary, vaincu, une SFIO bien morte, une majorité fédérale de mon organisation syndicale menacée de changer de main par une offensive du parti communiste, forte, soutenue par un certain nombre de socialistes proches de Mitterrand, emportés sur les ailes de l’union de la gauche. Je participe, depuis 1960, et le serment de Vincennes des laïques, aux actions menées pour l’abrogation de la loi Debré. Or, en 1971, au fil des années l’intensité de la revendication laïque s’est érodée. Les campagnes annuelles du CNAL portent essentiellement sur l’amélioration des besoins quantitatifs de l’école publique. À peine remarque-t-on l’hétérogénéité de ces milieux touchés par la transformation de la France rurale et l’urbanisation croissante, ainsi que par la participation de nouveaux parents de 1968 qui aspirent au choix de leur école et que ne gêne pas le subventionnement par l’État d’une école privée qui peut être pour eux un recours. Comment va réagir cette grande force laïque rassemblée au sein du Comité national d’action laïque, le CNAL, à cette évolution sociologique où joue l’influence de deux mouvances politiques, socialistes et communistes, dans une transformation politique qui s’opère à gauche, depuis l’élection présidentielle de 1965 jusqu’à ce moment fondamental de la tenue du congrès socialiste d’Epinay en 1971 ? Elle se tait, et organise seulement, en 1972, un colloque qui a pour objectif de rappeler aux forces de gauche leur engagement quant à la nationalisation de l’enseignement en traçant les lignes générales de transformation sur lesquelles elle peut s’établir.

17Le CNAL se taira jusqu’en 1981, pendant dix ans. Les partis politiques, en 1972 et 1973 prennent le relais. Les programmes des deux partis de gauche et le programme commun, Louis Mexandeau l’a dit, intègrent en gros les propositions des colloques du CNAL, de 1972, sans que soient avancées des propositions opérationnelles pour leur réalisation. Avec l’impulsion donnée par François Mitterrand en 1975, le parti socialiste, sous la direction de Louis Mexandeau, travaille à l’élaboration d’un programme socialiste pour l’éducation à laquelle participent de nombreux chrétiens. Déjà à Epinay, ils s’étaient manifestés autour, en particulier de Robert Buron et de Vie nouvelle. Les éléments du chapitre du projet socialiste concernant la nationalisation de l’enseignement privé sortent dans la presse fin 1976, et déclenchent une réaction politique violente de l’enseignement catholique, et des partis de droite, que clôt l’article de François Mitterrand dans le journal du parti, L’Unité, le 10 janvier 1977. Quoi qu’il en soit, le débat devient totalement politique. C’est un affrontement entre la gauche et la droite. Devant les échéances électorales des législatives de mars 1978, qui risquent d’amener une majorité de gauche susceptible de mettre en œuvre ces dispositions, Guy Guermeur présente, en juillet 1977, des mesures modifiant la définition du caractère propre des établissements privés, bloquant, par ce verrou, le processus d’intégration que permettait la loi Debré. Sa loi est définitivement adoptée au Sénat, le 23 novembre 1977. Trois jours après, le 26 novembre 1977, se tient le colloque de la revue Brèche. François Mitterrand déclare dans le débat avec Nicole Fontaine :

« Le problème de l’enseignement privé est devenu une arme du pouvoir conservateur. Les dirigeants de cet enseignement s’y prêtent. Ce sont des adversaires irréductibles dont nous n’avons rien à attendre. La hiérarchie catholique intervient toujours les dernières semaines qui précèdent les consultations électorales, au moment où elle laisse percer l’oreille, et ce n’est pas en notre faveur. Tout ce que nous dirons dans ce colloque ou ailleurs ne servira à rien. Il y a identification de l’enseignement catholique avec les partis conservateurs. »

18François Mitterrand tiendra jusqu’au bout le contenu de cette appréciation et malgré les accommodements qu’il a dû, par, pragmatisme apporter, il tenait la loi Guermeur comme une loi politique dont il me disait qu’il faudrait contre elle une intervention politique. Cette appréciation est confirmée par de nombreux biographes, dont Pierre Favier et Michel Martin-Roland : « Nous sommes persuadés que si François Mitterrand ne voulait pas la disparition de l’enseignement catholique, il tenait à modifier la loi Guermeur de 1977. Il ne voulait pas que l’école privée, qui avait sa place dans la nation, existe aux dépens de l’école publique » ce que confirmera Pierre Daniel, président des APEL, un peu plus tard. Le 12 décembre 1977, François Mitterrand présente, à Créteil, le plan socialiste pour l’éducation ; les propositions sur la mise en place d’un grand service public de l’éducation amènent le déclenchement d’une violente campagne de presse de l’enseignement catholique et de la droite, de décembre 1977 à mars 1978. Remarquons, là encore, que c’est le PS qui est attaqué, pas le Comité national d’action laïque. Le 19 mars 1978, aux élections législatives, la droite l’emporte, la campagne de presse ayant beaucoup aidé pour ce succès.

19J’entre au secrétariat national du Syndicat national des instituteurs et professeurs des collèges, en mars 1969, comme responsable des affaires laïques. Mes tentatives pour poser au congrès de mon organisation, qui se tient du 8 au 13 juillet 1981, le problème tel que les sections départementales l’ont souhaité, débouchent sur un libellé de la motion d’une grande clarté : « L’abrogation de la loi Guermeur est un préalable à la mise en place d’un plan d’intégration. » Je découvre, par une modification subreptice, que la phrase est devenue dans la motion sur la table des congressistes, le lendemain : « L’abrogation, en particulier de la loi Guermeur… » Tout est dans l’expression « en particulier ». Cette adjonction, passée vraisemblablement inaperçue pour la plupart des congressistes, fait de la loi Guermeur une mesure, parmi d’autres, posée en préalable à la réalisation d’un plan d’intégration. Ainsi, modifié, le texte revendique l’abrogation de toutes les lois antilaïques, disait-on, y compris la loi Debré. La rédaction, par l’adjonction du terme « en particulier », est rendue maximaliste. Elle prive de portée opérationnelle la revendication d’abrogation séparée. Considérant que la stratégie maximaliste conduit droit dans le mur, je démissionne de mes responsabilités et vais ailleurs essayer de convaincre quant à la nécessité d’adopter une stratégie progressive permettant d’aboutir à une solution raisonnable.

  • 3 B. Poucet, La Liberté sous contrat, op. cit., p. 141-172.

20J’interroge les acteurs ici présents sur la nécessité qu’il y aurait eu de mettre en place une telle stratégie d’abrogation préalable des dispositions de la loi Guermeur qui, comme l’écrivait François Mitterrand, dans une lettre à Pierre Daniel, le 9 avril 1981, s’engageait à en demander l’abrogation par une proposition de loi soumise au Parlement. Et je n’ai pas lu sa lettre du 1er mai comme en contradiction avec celle du 9 avril 1981. Elle appelait à la négociation, mais celle-ci devait s’engager sur des bases claires, dans la logique de la loi Debré originelle, en supprimant les adjonctions des lois Pompidou et Guermeur. Pourquoi cela n’a-t-il pas été tenté par les députés : j’interroge Louis Mexandeau, peut-être sera-t-il en mesure de répondre ? L’enseignement catholique s’attendait, semble-t-il à une telle intervention. Quant à Alain Savary, il s’est trouvé bien seul pour proposer une stratégie qui a mis beaucoup de temps à se dessiner. Le champ a été abandonné aux maximalistes. Je pense qu’on aurait pu faire l’économie de cet affrontement, en cédant un peu moins aux adjonctions de la rue, et je suis d’accord avec ce qu’a dit Bruno Poucet, l’échec de la loi Savary s’est déroulé entre juin 1981 et septembre 19813.

Débat

21Louis Mexandeau :

22Je suis d’accord avec la dernière phrase de Jean Battut, à savoir qu’une autre voie était possible. Je dirais même qu’elle était en route, qu’elle cheminait dans les esprits, c’est-à-dire la voie vers une intégration progressive, et que cette voie a été manquée à partir de mai 1981. C’est la signification de la boutade que j’ai adressée un jour à François Mitterrand, je lui ai dit : « Vous ne m’avez pas nommé ministre de l’Éducation nationale ; vous auriez eu cent mille personnes dans la rue. Vous avez nommé Savary ; vous en avez eu un million. » Il est évident qu’il fallait amorcer le processus du service unifié, justement parce que c’était une question historique, la question de la laïcité, question qui était revenue de façon récurrente, qui avait modifié l’évolution de la Quatrième République, et de la Cinquième : cela a empoisonné les rapports entre ce qu’on a appelé la troisième force, qui était cette force républicaine SFIO-MRP notamment, pris entre, d’un côté le bloc communiste, et de l’autre côté le bloc gaulliste. Mais c’est aussi la question laïque qui a empêché, avant 1965, la constitution de la grande fédération, au moment où Gaston Deferre était devenu Monsieur X, candidat de l’opposition au général de Gaulle, lorsque surviendrait l’application du référendum de 1962 sur l’élection au suffrage universel du président de la République.

23Il fallait donc régler la question en 1981, dans un seul élan. Malheureusement, on a attendu. Alain Savary était un homme de dialogue. On a attendu, et puis les conversations, les consultations se sont échelonnées… Deux ans après il était trop tard. Il eût fallu que le débat sur l’école remplaçât le débat et la loi sur la décentralisation. Mais Gaston Deferre a aussi imposé, d’une certaine façon son calendrier.

24Nicole Fontaine :

25Il y a quelque chose qui a été très important et qui n’a été évoqué par aucun d’entre vous, et je dois vous dire franchement que cela me peine. C’est tout le formidable écho que ces propositions ont eu auprès des citoyens. Vous avez dit, Louis Mexandeau, que c’était grâce à vous que j’étais passée de l’ombre à la lumière. Oui, tout à fait : la gentille juriste directrice du service juridique du secrétariat général de l’enseignement catholique, a été propulsée, et là aussi, ce n’est pas une indiscrétion de vous révéler que les évêques disaient à l’époque : « La laïque au charbon ! » Absolument. C’est ce qu’on m’a dit. La laïque a été au charbon, et elle a commencé à faire des interventions, des réunions, et là, la grande surprise, et je dirais, l’erreur de ceux qui entouraient François Mitterrand a été de ne pas répercuter ce qui se passait. Quand on attendait cent personnes, on en avait cinq cents. Quand on attendait cinq cents personnes, on en avait mille. Je me suis trouvée, je me rappelle, c’était à Grenoble, devant cinq mille personnes. Je n’avais jamais parlé devant cinq mille personnes ; j’avais un trac épouvantable, et d’ailleurs, je me suis aperçue, que parler devant cinq mille personnes, c’est une échelle tout à fait différente, c’est très effrayant… Mais ce n’était pas les médias qui avaient provoqué cela. La grande erreur a été de penser que l’enseignement privé n’intéressait que ses utilisateurs immédiats, et de ne pas penser qu’un enfant sur trois, à un moment de sa vie scolaire, a été dans un établissement privé, parce que cette liberté, pour les parents, de choisir l’école où l’enfant pourra s’épanouir, où leur enfant, en raison de son itinéraire, des difficultés qu’il peut rencontrer, sera mieux dans telle ou telle école qui peut être une école publique ou qui peut être une école privée.

26En mon âme et conscience, et je voudrais vraiment le dire très solennellement, au nom de tous ceux qui, avec moi ont porté bien plus que moi cette période, nous n’avions qu’un seul désir, c’était de trouver une entente avec les socialistes. Ce n’était pas un combat de la droite contre la gauche, en tout cas pas au niveau du secrétariat général de l’enseignement catholique, du comité national de l’enseignement catholique, ce n’était absolument pas cela, c’était le sentiment qu’il s’agissait d’une liberté fondamentale, que toutes les libertés sont solidaires, et que nous avions vraiment une responsabilité. Je vous le dis très sincèrement, et nous ne demandions qu’à trouver les voies. Mais, vous me dites « une intégration progressive » : c’est la mort lente, en réalité. Qu’elle soit progressive ou qu’elle soit immédiate, c’est la même chose. Ce que nous voulions, c’était ce que Michel Debré disait en 1977 à l’Assemblée nationale :

« Lorsque, il y a quelques années s’est posé le grave problème des rapports de l’État et de l’enseignement privé, catholique et laïque, il y avait deux thèses en présence. L’une consistait à dire que l’aide de l’État à l’enseignement privé devait précéder l’intégration de l’enseignement privé, dans l’enseignement public, que ce dernier devait, en définitive, jouir d’un véritable monopole. La seconde consistait au contraire à affirmer que l’enseignement privé devait subsister avec l’aide de l’État sans que l’État fût autorisé à exercer le moindre contrôle sur lui. Ni l’une, ni l’autre de ces deux thèses n’a été retenue par le gouvernement et par le législateur, tous deux ont voulu maintenir les deux types d’enseignement, placés l’un et l’autre sous le contrôle du ministre de l’Éducation nationale, et sous l’autorité des lois de la République. »

27Et nous demandions que d’une façon sereine et équilibrée, ces principes, cette volonté soient mis en œuvre, et je regrette que la loi Guermeur n’ait été évoquée, jusqu’à maintenant, qu’en ce qui concernait la disposition qui en effet précisait le caractère propre, et qu’on n’ait pas évoqué la situation vraiment intolérable et totalement discriminatoire dans laquelle se trouvaient les maîtres de l’enseignement privé, et il y avait la réparation d’une injustice. Pour moi, la loi Guermeur, c’est essentiellement cela.

28Edmond Vandermeersch :

29Quand ils vous ont mis au premier plan, je n’étais plus ni au secrétariat général, ni dans l’enseignement catholique, mais je m’étais orienté vers le journalisme universitaire, et à ce moment-là je militais aussi au sein d’une Association professionnelle de journalistes universitaires (AJU) : je me souviens très bien que, avec mes confrères journalistes, nous étions très sensibles à cette évolution de l’opinion. Ce que vous avez dit, Nicole Fontaine, est très vrai : on avait l’impression qu’une partie de la gauche était aveugle, ou plutôt sourde, à la demande profonde des parents d’élèves ; en revanche, on était aussi étonné de l’agressivité de certaines réactions, telles celles d’Henri Lefebvre, président de l’UNAPEL. Personnellement, j’ai regretté que l’épiscopat, à ce moment-là, envoie les laïcs au charbon : j’aurais souhaité qu’il se désolidarise de certaines expressions, de caricatures, de ces autocollants simplificateurs. Quant au fond, Nicole Fontaine, il me semble qu’il y avait eu une interprétation restrictive d’un élément très important de la pensée de Michel Debré. Le rapprochement des deux enseignements, parce que c’était cela sa grande visée politique, qui était celle de de Gaulle, de rapprocher les deux France, Michel Debré pensait que c’était à travers le corps enseignant que cela pouvait se faire. Rappelez-vous, les dispositions pour le contrat d’association offraient une large possibilité pour des enseignants du privé, restant dans le privé, d’avoir le statut de fonctionnaires. Or, vous savez comme moi, que cette perspective a suscité la méfiance des dirigeants de l’enseignement privé à tous les niveaux, par crainte de ne pas avoir la même autorité sur un enseignant qui était fonctionnaire affecté dans le privé que sur un enseignant sous contrat.

30Nicole Fontaine :

31Ce n’était pas un problème d’autorité. C’était un problème de composition harmonieuse de l’équipe éducative. Je crois vraiment que c’était structurel.

32Edmond Vandermeersch :

33De fait, c’était perçu comme cela. En même temps, j’avais le sentiment qu’il y avait une possibilité, à condition d’avoir de bonnes relations avec le rectorat d’académie, me semble-t-il, de constituer des équipes. Dans l’Éducation nationale, à ce moment-là, en tant que journaliste universitaire, j’ai été faire des reportages avec mes confrères sur des initiatives pédagogiques où se constituaient des équipes en accord avec un chef d’établissement et avec un certain nombre d’enseignants qui venaient se rallier à une initiative pédagogique portée par l’Éducation nationale.

34Nicole Fontaine :

35Cela n’était pas généralisable, mais seulement pour quelques établissements.

36Edmond Vandermeersch :

37Oui. Mais alors nous retrouvons le clivage que j’ai essayé d’analyser tout à l’heure. Je pense qu’il s’agit de certains établissements tenus par des congrégations religieuses…

38Nicole Fontaine

39 Oui, tout à fait, c’est à cela que je pense…

40Edmond Vandermeersch :

41Et avec une tension que vous avez évoquée, que j’ai ressentie, entre ces établissements qui pouvaient apparaître, au sein de l’Église, et aussi du pays, comme des établissements élitistes, avec davantage de moyens, et avec des solutions qui ne fonctionnaient pas pour l’ensemble. Vous êtes d’accord sur ce point ?

42Nicole Fontaine :

43Tout à fait.

44Edmond Vandermeersch :

45Nicole Fontaine, tout à l’heure vous disiez, à propos de la réception de la loi que vous l’aviez ressentie de façon beaucoup plus positive. Je pensais aux années 1960-1965. Ce n’est pas pour rien que Monseigneur Descamps n’avait plus l’oreille du ministre Debré. C’est Monseigneur Gouet, directeur du secrétariat général de l’épiscopat, qui l’a remplacé, parce que le ministre avait dit : « Nous ne pouvons pas parler avec quelqu’un qui refuse la loi. » De fait, Édouard Lizop, et Michel Descamps étaient complètement opposés à la loi. En cinq ans, les choses ont beaucoup bougé.

46Jean Battut :

47Je voudrais répondre brièvement à ce qu’a dit Mme Nicole Fontaine. Effectivement, nous pensions aussi aux maîtres du privé. Parce que, quand nous proposions l’abrogation de certaines dispositions de la loi Guermeur, cette abrogation n’aurait pas touché, justement, aux avantages qui avaient été obtenus grâce à la loi Guermeur pour les maîtres du privé. Et les maîtres du privé étaient avec nous, tout au moins ceux de la FEP-CFDT. Vous parlez du succès des manifestations publiques. C’est incontestable. Mais les responsables dont vous étiez ont été un peu débordés par l’opposition politique à la gauche. Vous avez été, d’une certaine manière, entraînés, et les revendications que vous avez rappelées, tout de suite, qui sont valables, pour ce qui concerne votre secteur, ont été d’une certaine manière dénaturées, de sorte que le débat est devenu un débat politique général, opposition contre majorité. Je pense que cela a été ressenti après coup, peut-être, mais, les Français aiment s’affronter, aiment ces problèmes d’affrontement : cela venait du fond profond de la France. Tout s’est réveillé. La guerre scolaire, c’était ça.

48Nicole Fontaine :

49Juste un mot. J’en garde le souvenir, cela a fait l’admiration générale : il n’y a eu aucun débordement, dans aucune des manifestations. Or, faire défiler trois cent mille personnes, cinq cent mille, puisque ces manifestations étaient régionales, voire un million à la Bastille, sans aucun débordement, il faut le faire et ce n‘était pas facile. Mais, ça ne peut se faire que parce que, dans les manifestants, il y avait des gens de gauche et des gens de droite. Il y avait ceux qui y croyaient et ceux qui n’y croyaient pas. Et vraiment mêlés au coude à coude. Tous ceux qui ont vécu ces manifestations, pourraient le dire objectivement : ça veut dire quelque chose.

50Un intervenant non identifié :

51C’est un peu récupéré.

52Jean Gasol :

53Très brièvement, sur le caractère propre, puisqu’il en a été question à plusieurs reprises, je voudrais dire à Madame Fontaine, qu’elle est la première juriste à avoir écrit noir sur blanc que ce n’était pas un concept « creux », mais un concept « en creux ». On ne sait pas trop ce qu’il y a dedans. Je ne pense pas que la loi Guermeur en ait précisé le contenu. Elle lui a donné un effet supplémentaire relatif aux maîtres, mais elle n’a pas donné un contenu. Le projet de loi Savary avait pour effet de donner un contenu, en droit positif, à ce qu’est le caractère propre, donc ce qui est compatible avec les lois de la République, et notamment celles relatives à la laïcité constitutionnellement garantie, elle aussi. Cette phase-là, l’écriture d’un contenu au caractère propre, a été particulièrement difficile. Nous l’avons entièrement fait : nous ne disposions d’aucune référence ailleurs. C’est un non-dit, le caractère propre. J’ai toujours beaucoup apprécié les appels de Monseigneur Vilnet aux différentes manifestations, car il s’agissait disait-il et écrivait-il, de la défense du caractère propre. Vous avez ainsi quand même fait défiler un million huit cent mille personnes pour un concept creux. Cela m’a toujours beaucoup frappé.

54Nicole Fontaine :

55Je n’ai jamais écrit que le caractère propre était en « creux ». En revanche, j’ai pu écrire, et je le pense toujours, que chaque école, publique ou privée, a un caractère propre, et que ce caractère propre est porté par une équipe pédagogique, et que le chef d’établissement doit avoir la possibilité de constituer son équipe pédagogique, en harmonie, bien sûr, avec les éléments juridiques qui font que c’est le recteur qui est garant de l’ensemble. C’est cette équipe pédagogique qui porte un projet fort, et les parents choisissent ou une école publique, ou une école privée, en fonction du caractère propre de l’école. Ma propre fille a été dans une école publique. Je m’en étais naturellement ouvert avant, auprès du père Foiret, secrétaire général de l’enseignement catholique. Je lui avais dit : « Est-ce que cela vous pose problème ? » La réponse avait été : « Absolument pas. Je comprends très bien. Personne ne vous le reprochera. C’est votre liberté de choix de famille. » Autre chose, vous avez évoqué les divisions au sein de l’UNR au moment de la loi Debré et les divisions des socialistes, au moment de la loi Savary, mais j ‘ aurais aimé qu’on évoque aussi, parce que je crois que c’est une réalité historique et politique très forte, les tribulations de la relation entre le MRP et les socialistes, qui ont été très polluées, par le positionnement des socialistes à l’égard de la liberté scolaire. La question scolaire a été la pomme qui a empêché un éventuel rapprochement entre les deux partis. Je ne sais pas si cela se serait fait, on ne peut pas refaire l’histoire, mais je l’ai quand même vécu comme une réalité et ensuite j’ai rejoint les démocrates chrétiens. J’ai toujours entendu des témoignages de démocrates chrétiens qui regrettaient que cette question ait été une pomme discorde avec les socialistes.

56Louis Astre, ancien secrétaire général du SNES :

57On nous présente la Loi Debré comme une initiative pacifique visant au dépassement consensuel de la guerre scolaire. Rappelons donc que cette guerre fut obstinément menée par l’Église et ses soutiens conservateurs, contre les lois scolaires laïques de la IIIe République dès leur adoption, puis résolument relancée après le sombre intermède de Vichy, non pour défendre une liberté d’enseignement que la République ne contestait pas, mais pour obtenir le financement public de ses écoles catholiques conservant leur caractère propre et demeurant sous sa tutelle.

58André Bouloche, ministre de De Gaulle et de Debré, ayant cru en leur ambition consensuelle, avait accepté de prendre en charge le projet d’aide aux établissements privés. Or, au dernier moment, le Vatican et la Hiérarchie imposent le respect du caractère propre de l’école catholique. Face à ce reniement de l’ambition consensuelle initiale, le ministre démissionne, refusant d’être complice d’un acte qu’il qualifie lui-même dans sa lettre à Debré, « d’acte de combat ».

59Se lève alors dans le pays, à l’appel du CNAL, une immense riposte républicaine contre cette loi qui fait instituer et financer par la République la ségrégation scolaire et sociale de la jeunesse. Notre Pétition laïque nationale recueille près de onze millions de signatures. Riposte populaire considérable donc, mais, comme on le sait, riposte vaine. Depuis lors l’exigence cléricale s’est trouvée considérablement renforcée par l’offensive du libéralisme contre le service public. Ces dernières années s’accentuent leurs dégâts conjoints et naissent des germes de communautarisme.

60Simultanément s’accentue, me semble-t-il, la prise de conscience des périls croissants qu’engendre à la longue, l’abandon par la République de sa responsabilité en matière d’éducation de la jeunesse et du droit de tous ses enfants à l’égalité et la fraternité. On dit que s’atténue le caractère propre. Certes il s’adapte mais demeure. Et l’Église y veille qui tient son École sous tutelle. Et que dire des écoles juives et musulmanes ?

61Avec ceux qu’anime le souci de libérer la nation et sa jeunesse du piège ségrégationniste et inégalitaire dans lequel elle s’enlise, je demeure fidèle à l’ambition de refonder l’École publique et de dépasser la guerre scolaire en unissant les efforts de tous, en leur diversité, grâce à la gestion tripartite d’un grand service public unifié et laïque de l’Éducation.

62Contrairement à l’image que ses adversaires donnent d’elle, l’éthique laïque, et elle seule, est exigence pour chacune et chacun, de liberté et d’émancipation, de dialogue et de fraternité. C’est la République qui a imposé, avec la liberté de conscience, la liberté religieuse. L’ouverture des laïques au dialogue n’est pas une vue de l’esprit. Sous la droite à la fin des années 1960, c’est l’Église et non les laïques, on l’a dit au précédent colloque, qui a cassé le dialogue entre des responsables du CNAL et des interlocuteurs liés à la hiérarchie. Puis c’est Pompidou qui a pérennisé le contrat simple pour fermer la voie à une issue consensuelle. Dès lors le règlement du problème scolaire exigeait un changement politique. Du moins alors l’espérons-nous… Mais en 1981, le retour à la laïcité scolaire n’est pas au rendez-vous. Louis Mexandeau disait tout à l’heure qu’il aurait fallu décider immédiatement du principe de l’unification du service public. Telle était la position du CNAL et des congrès de la FEN. Pour conclure, s’imposent deux mises au point sur les provocations de Jean Battut.

63Je suis stupéfait du procès qu’il fait au CNAL, aujourd’hui, l’accusant d’immobilisme tout au long des dix années 1971 à 1981. Un immobilisme auquel il oppose le vif impact médiatique du projet éducatif du parti socialiste. Il confond le rôle des partis en quête du Pouvoir et la responsabilité du CNAL : œuvrer au plus large rassemblement civique pour la refondation laïque de l’École de la République. Il occulte les faits et réécrit l’histoire de la décennie 1971-1981. Car le CNAL loin d’être inerte, a du constamment réagir contre les multiples atteintes à l’école publique et les obstacles à son développement, perpétrés notamment par les lois Pompidou, Haby, Royer puis Guermeur, alors que nous appelions à dépasser la guerre scolaire par un effort national commun.

64C’est à ce sujet que me surprend le plus la dérive de Jean Battut. Comment peut-il occulter l’initiative majeure, hautement politique, du colloque de mai 1972 qui réalisa l’accord de l’ensemble des forces de progrès sur les principes porteurs d’une refondation démocratique d’un grand Service public laïque nationalisé, à la gestion tripartite duquel seraient associés, dans leur diversité, tous les acteurs concernés par l’Éducation de la Jeunesse ? Cet accord, on le sait, était alors indispensable à l’émergence de l’Union de la Gauche. Et durant ces années préludant au changement politique, le CNAL, s’est en outre attelé à des problèmes majeurs de société : la décentralisation, la formation permanente, et une réflexion approfondie en plusieurs colloques sur la question essentielle du Droit de l’Enfant, dans tous les domaines et pour tous les enjeux de sa vie, de son éducation et de son émancipation.

65Certes et heureusement, après la présidentielle de 1974, avec François Mitterrand comme leader de la Gauche et la perspective d’une victoire politique, il importait au Parti socialiste de se doter d’un projet éducatif global et qu’il sache sur ce terrain tenir l’avant-scène médiatique. Mais cela, objectivement, ne saurait constituer une raison de venir ici médire du CNAL.

66Quant à l’agression dont me gratifie Jean Battut au sujet du congrès du SNI de 1981, elle impose une ferme mise au point, d’autant que lui-même et l’ancien secrétaire du SNI, Guy Georges ont publié sur cet épisode en 1994, 2002 et 2008, trois versions contradictoires de l’histoire.

67Ils m’imputent la suggestion d’adjoindre au projet de motion laïque du congrès les deux mots « en particulier » dans la phrase demandant l’abrogation de la seule Loi Guermeur comme préalable à une négociation sur l’Unification. Cette responsabilité initiale m’incombe effectivement, et je l’ai donc « revendiquée » et certes pas camouflée, dès 1981 dans la FEN, enfin en 2003 en assurant Guy Brucy, l’auteur de l’Histoire de la FEN, de l’exactitude de la relation qu’en donnent en 1995, Edmond Vandermeersch, Christian Join-Lambert et Jean Battut dans La Guerre scolaire a bien eu lieu. Ces trois auteurs précisent : « L’expression “en particulier” avait été introduite à l’issue des discussions en commission de congrès. Elle était inspirée par Louis Astre qui pourtant ne participait pas au Congrès. »

68C’est que demander l’abrogation de la seule loi Guermeur contrevenait radicalement à la position du CNAL et de la FEN selon qui il importait de voter en priorité le principe même de l’Unification, après quoi seraient ménagées toutes les étapes utiles à la négociation. À l’issue de la commission donc, à laquelle trois invités du CNAL avions assisté muets, nous avons reproché à Jean Battut et à Michel Bouchareissas cette contradiction radicale. Et, j’ai bien demandé qu’elle soit, pour le moins assouplie, en ajoutant « en particulier ».

69Mais voici qu’en 2002, surgit une nouvelle version de l’histoire : Guy Georges dans sa Chronique (aigre-douce) d’un hussard de la République contredit les auteurs de 1994 et délivre une délirante affabulation racontant en détails ma participation directe au débat de la commission ou j’aurais fait battre Jean Battut. Et il prend même à témoin Edmond Vandermeersch et ses co-auteurs bien qu’ils aient écrit le contraire !

70Enfin, en 2008, troisième livre, troisième version : Guy Georges reniant son précédent ouvrage, prétend que les mots litigieux furent ajoutés à l’insu de Jean Battut. Le coupable majeur étant cette fois Michel Bouchareissas, responsable du CNAL et des publications du SNI. Et Jean Battut, oubliant son propre écrit de 1994, s’applique dans sa thèse à étayer celle de Guy Georges.

71Face à ces trois versions contradictoires, je demeure pour ma part fidèle à celle rapportée dans leur livre de 1994, par Battut, Christian Join-Lambert et Edmond Vandermeersch.

72Jean Battut :

73Je suis habitué à ces interpellations de Louis Astre, parce qu’il réécrit effectivement l’histoire du CNAL, et c’est très bien : il faut que tout le monde la connaisse. Mais il reste quand même que l’action du CNAL n’a pas été tellement efficiente pour faire en sorte de réaliser les objectifs qu’il s’était fixés, et que, je l’ai dit dans mon intervention, ce sont les forces politiques qui ont pris le relais, et quand l’enseignement catholique et la droite attaquaient sur ce problème-là, ils n’attaquaient pas le CNAL, ils attaquaient le parti socialiste. Il y a eu un basculement complet de la responsabilité, de ce point de vue, du CNAL sur le parti socialiste pendant dix ans.

74Et ceux qui se sont retrouvés effectivement en 1981, c’était l’Assemblée nationale et les députés, et ils ont dit, effectivement, qu’ils ne pouvaient pas appliquer les décisions qui avaient été élaborées même par le parti socialiste. Voilà les choses en sont là.

  • 4 Pour une retranscription intégrale des échanges entre les protagonistes, voir B. Poucet, « Notes d (...)

75Par rapport à l’appréciation de ces contacts secrets qui avaient eu lieu en 1969-1970, c’est vrai que moi, militant à la base dans la Nièvre, j’ai complètement ignoré cela. Personne ne m’a dit qu’il y avait eu ces contacts4. On dit que Jean Cornec, Michel Lasserre, etc. étaient là pour présenter une orientation beaucoup plus libérale. Or, nous, à la base, on n’a pas senti ça du tout, et la base continuait de vivre sur un anticléricalisme traditionnel. Et si je reprends une citation de Jean Cornec du 29 mai 1977, au congrès de la fédération des conseils de parents d’élèves, il critique la hiérarchie catholique qui « depuis deux millénaires, n’a cessé de réduire l’homme à l’état d’esclave » ! Alors, je veux bien, parler de ce grand libéralisme de ces responsables laïques, mais il n’empêche aussi qu’en 1981, Jean Cornec a considéré aussi, avec Michel Bouchareissas que « L’heure laïque » avait sonné, pour reprendre partiellement le titre de l’ouvrage qu’ils publièrent en 1982. L’assistance de ce colloque voit que dans le camp laïque aussi, il pouvait y avoir des divergences, et il est très bien d’une certaine manière, que des colloques comme celui-là puissent les faire apparaître.

Notes

1 Les interventions, revues, s’ils l’ont estimé nécessaire, par leurs auteurs, ont été retranscrites par François Marquis et Bruno Poucet.

2 Allusion au projet de concordat de 1952-1958, voir B. Poucet, La Liberté sous contrat, une histoire de l’enseignement privé, Paris Fabert, 2009, p. 43-55.

3 B. Poucet, La Liberté sous contrat, op. cit., p. 141-172.

4 Pour une retranscription intégrale des échanges entre les protagonistes, voir B. Poucet, « Notes de Jean Cornec lors des discussions entre le CNAL et l’enseignement catholique », Visages du Mouvements enseignants : syndicats et associations, Revue du Nord, hors série, no 20, p. 113-140, 2005.

Auteurs

Ancien chef d’établissement, ancien secrétaire général adjoint de l’enseignement catholique, 1964-1970. Derniers ouvrages : avec, J. Battut, Ch. Join-Lambert, 1984, la guerre scolaire a bien eu lieu, DDB, 1995. École : Église et laïcité, L’Harmattan, 2008.
Avocat, ancienne secrétaire générale adjointe de l’enseignement catholique, ancienne secrétaire de l’association parlementaire pour la liberté de l’enseignement, ancienne ministre, ancienne présidente du Parlement européen. Derniers ouvrages : L’enseignement associé à l’État par contrat rééd. 1980. Mes combats à la Présidence du Parlement européen, 2002.
Professeur agrégé d’histoire, ancien délégué national à l’éducation du parti socialiste de 1975 à 1981, ancien député, ancien ministre. Derniers ouvrages : Petite histoire du parti socialiste, 1990. Nous, nous ne verrons pas la fin. Un enfant dans la guerre 1939-1945, 2003.
Ancien animateur du bulletin et de la revue École et socialisme, membre de délégation nationale à l’éducation du parti socialiste 1981-1982 – Dernier ouvrage : « Itinéraire militant d’un instituteur socialiste nivernais », thèse d’histoire (Jacques Girault dir.), université de Paris XIII, 2009. François Mitterrand, le nivernais, L'Harmattan, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540