Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État et l'enseignement privé

 | 
Bruno Poucet

Préface. Cinquante ans après, quelle loi Debré ?

Olivier Lazzarotti

Texte intégral

  • 1 B. Poucet (dir.), La Loi Debré, paradoxes de l’État éducateur, Amiens, CRDP, 2001, épuisé en libra (...)

1Il y a dix ans, le Centre de recherche universitaire en sciences de l’éducation et en psychologie (CURSEP) proposait un premier colloque à l’initiative de Bruno Poucet : « La loi Debré, paradoxe de l’État éducateur ». Cette manifestation faisait dialoguer chercheurs et acteurs passés et présents, permettait aux participants, comme le rappelait Jacky Beillerot dans la préface des actes « de se construire une culture commune1 ». Ce dispositif a été repris pour l’essentiel dans le cadre du présent colloque. Dix ans plus tard, fallait-il, au-delà de l’acte commémoratif, revenir sur le sujet ?

2Il a semblé à l’équipe d’accueil Habiter-PIPS que la réponse devait être favorable. Le colloque de 1999 était centré sur la loi elle-même. Nous avions, en revanche, ignoré tout ce qui ne ressortait pas de l’univers de l’enseignement catholique. Dix ans plus tard, ce n’était plus possible. Il s’agissait de considérer désormais la loi Debré dans sa pluralité, d’examiner ce qu’elle était devenue. Un certain optimisme prévalait à l’issue du précédent colloque. Nous concluions que la loi Debré était faite pour rapprocher deux écoles que tout, en apparence, opposait. Dix ans après qu’en est-il ?

3Cinquante ans d’une loi auront-ils suffit, pour faire une paix, a fortiori quand les protagonistes d’un des plus anciens conflits français semblent aussi éloignés que l’État et le privé, à propos d’un enjeu qui ne laisse personne indifférent, l’école, et dans un champ, la religion, qui, pour chacun, fait foi ?

4Le colloque qui a eu lieu à Amiens les 10 et 11 décembre 2009 ne fit pas que poser la question, rappelant à l’occasion la date anniversaire de la loi du 31 décembre 1959, dite loi Debré. En ouvrant, sous l’autorité scientifique de Bruno Poucet un débat et des discussions, provisoirement conclues par Antoine Prost, il participe à leurs résolutions. À côté des scientifiques spécialistes de ces questions, s’y exprimèrent des responsables politiques dont Louis Mexandeau ou Jean Gasol, des leaders syndicaux ou associatifs du passé aussi bien que du présent, comme, Philippe Vrand, Christiane Allain, Yves Georges et Pierre Tournemire et des acteurs institutionnels, Nicole Fontaine, André Blandin et Édmond Vandermeersch s. j., entre autres. L’histoire ou la sociologie, comme la plupart des autres sciences sociales et humaines, sont plus souvent habituées aux dialogues internes qu’à l’écoute de ceux qui, ayant participé aux événements, devisent entre eux et parlent avec elles. Sciences et sociétés se rencontrèrent donc et, deux jours durant, le temps passé s’est ainsi rapproché du temps présent.

5La querelle scolaire qui, à plusieurs reprises, opposa des millions de nos concitoyens en les mobilisant serait-elle donc désormais dépassée ? La différence entre enseignement privé et enseignement public, implicitement comprise comme différence entre enseignement religieux, essentiellement catholique en fait, et enseignement qui ne l’est pas, s’estompe-t-elle ? Le nombre croissant d’élèves passant de l’enseignement privé à l’enseignement public et réciproquement en serait le meilleur révélateur. On ne dira pourtant pas que les différences entre privé et public disparaissent mais, plutôt, qu’elles se déplacent pour renvoyer au changement implicite du contenu de l’un et de l’autre et aux transformations de leurs relations.

6L’argent et la quête du profit, en effet, ne sont-ils pas en train de s’imposer comme clivage principal ? L’enjeu essentiel serait ainsi devenu économique. Mais ce qui est aussi remarquable est qu’une part de l’enseignement privé, des entreprises comme Acadomia par exemple, ne cherche désormais plus à remplacer purement et simplement un enseignement public en raison de ses faiblesses, réelles ou supposées. Ce qui est encore posé à travers ces tendances contemporaines implique, jusque dans les pratiques pédagogiques, les relations entre maître et élèves. On peut imaginer que, de près ou de loin, la rétribution, voire la position du maître, dépende de ses élèves et, plus précisément, de leur nombre…

7On comprend dès lors la portée des sciences sociales et humaines, ici l’histoire de l’éducation, voire celle des politiques éducatives, comme poste d’observation des grandes dynamiques sociales mais aussi, comme lieu de dialogue entre tous. On en saisit encore mieux les enjeux, cognitifs, certes, donc sociaux et politiques, quand on comprend à quel point ce qui se passe dans l’école réfléchit les dynamiques sociales et que ces sciences les influencent. Ainsi, c’est bien une manière de bilan que nous avons tenté de dresser, bilan provisoire de l’état de la recherche, bilan historique et sociopolitique.

Notes

1 B. Poucet (dir.), La Loi Debré, paradoxes de l’État éducateur, Amiens, CRDP, 2001, épuisé en librairie, disponible au centre de recherche.

Auteur

Professeur de géographie, université de Picardie Jules Verne, directeur-fondateur du laboratoire Habiter-PIPS, secrétaire de rédaction des Annales de géographie. Ouvrages : Les Loisirs à la conquête des espaces périurbains, L’Harmattan, 1995. Habiter, La Condition géographique, Belin, 2006. L’Identité, entre l’ineffable et l’effroyable (dir.), Colin, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540