Version classiqueVersion mobile

Du bon usage des commémorations

 | 
Bernard Cottret
, 
Lauric Henneton

Deuxième partie. Actes fondateurs et identités nationales

1789-1989. Le bicentenaire de la Révolution française en République Démocratique Allemande

Jean-Numa Ducange

Texte intégral

  • 1 Une analyse de cette analogie dans la littérature allemande figure dans l’article de Wolfgang Essb (...)

1Évoquer le bicentenaire de la Révolution française en Allemagne renvoie spontanément, plus qu’aux célébrations elles-mêmes, à l’analogie devenue fréquente après le 9 novembre 1989 rapprochant la prise de la Bastille de la chute du mur de Berlin. L’effondrement précipité des régimes communistes à l’Est de l’Europe jugés dictatoriaux fut propice au développement de comparaisons mobilisant les valeurs portées par la Révolution française de « Liberté, Égalité, Fraternité » ; le fort retentissement des événements chinois de Tian An Men en juin 1989, quelques semaines avant l’apogée des commémorations, occupa dans ce cadre un rôle décisif1.

2Le présent article se placera d’un tout autre point de vue en se concentrant sur la préparation du bicentenaire dans l’une des deux Allemagne, la RDA, indépendamment, dans une certaine mesure, de ces bouleversements. En effet le bicentenaire de la « Grande Révolution française » (que l’on continuait à appeler ainsi officiellement dans les pays communistes) fut préparé et pensé pendant plusieurs années avant l’apogée du début de l’été 1989, et a fortiori avant l’effondrement du régime.

3Par ailleurs, les autorités de la RDA furent alors principalement préoccupées par la commémoration des quarante ans de leur règne (début octobre) ce qui n’excluait nullement une attention particulière portée à la Révolution française, les deux étant même, comme nous le verrons, envisagées communément.

  • 2 Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne, Göttingen, 1989.

4Dans le cadre imparti ici, comparer les deux Allemagne reviendrait à ne dresser qu’une liste de lieux communs historiographiques se résumant au succès de la vague « révisionniste » en RFA et à la vivacité d’une tradition « classique » en RDA. Qui plus est pour l’Allemagne de l’Ouest nous disposons déjà de la mise au point établie par la mission française à Göttingen à la fin de l’année 19892.

  • 3 Une collection complète se trouve à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (...)
  • 4 Sozialistische Einheits Partei Deutschland. Parti unique au pouvoir en RDA.
  • 5 Zentralkomitee der SED, Sekretariat – Beschlussauszüge, (DY 30/6267), bd. 1, 1988, SAPMO, Berlin B (...)
  • 6 Erika Hube (dir.) Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit Ausstellung im Museum für deutsche Geschich (...)
  • 7 Toutes les citations, sauf mention contraire, sont traduites par nos soins.

5Notre principal support sera la presse quotidienne et plus précisément le Neues Deutschland3, organe central du SED4 soit le regard officiel du parti-État. Nous montrerons ainsi comment le régime entendait promouvoir officiellement l’image de la Révolution française. Nous avons aussi utilisé certaines archives du SED au Bundesarchiv à Berlin Lichterfelde5, ainsi qu’une série de publications est-allemandes de l’époque notamment le catalogue de la principale exposition au musée historique allemand6 et enfin une série de publications relatives à ce sujet dont le Neues Deutschland se fait l’écho. Nous tenterons d’esquisser ainsi, à l’appui de ces divers documents, l’étude de la « popularisation » du bicentenaire en RDA7.

6Cette démarche, qui se veut être une première approche, n’aurait pas de sens sans un retour préalable sur les échanges entre la RDA et la France au niveau de la recherche historique relative à la Révolution française. Nous verrons ensuite comment la commémoration du bicentenaire constitue une sorte d’apogée historiographique d’une tradition d’étude, apogée d’autant plus intéressant qu’il connaîtra quelques semaines plus tard les bouleversements consécutifs à l’effondrement du régime. Nous terminerons sur les aspects plus « publics » de cette commémoration dont le ND se fait l’écho (concerts, rassemblements, inaugurations de noms de rues, etc.) et nous verrons en quoi la « Grande Révolution française » s’inscrivait au coeur même de l’identité est-allemande à l’heure du quarantième – et dernier – anniversaire de sa naissance.

Une tradition d’étude miroir de l’identité et de l’histoire de la RDA

  • 8 Pour reprendre le titre du vaste manuel édité à l’occasion du bicentenaire : Kurt Holzapfel, Walte (...)
  • 9 Mathias Middell, « Le séjour d’Albert Soboul à Leipzig en 1954 - point de départ d’une coopération (...)
  • 10 Albert Soboul, Walter Markov (dir.), Die Sansculotten von Paris, Dokumente zur Geschichte der Volk (...)
  • 11 La carrière de Walter Markov est retracée par Kurt Holzapfel et Mathias Middell, « 1789 : Ereignis (...)
  • 12 Archives Daniel Guérin (BDIC, F Delta 721, correspondance politique.), Archives Maurice Dommanget (...)

7La Révolution française – ou plutôt, selon la dénomination officielle en vigueur la « Grande Révolution française 1789-17958 » – a attiré très tôt l’intérêt des historiens est-allemands dont les présupposés marxistes rencontraient les préoccupations des historiens de l’école en France dite « classique » tels que Albert Soboul, directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française de 1967 à 1982. Dès les années 1950 existent d’importants contacts et l’on connaît par exemple les circonstances du séjour d’Albert Soboul à Leipzig en 19549, où il sera nommé honoris causa de l’université Karl Marx en 1974. Le même Soboul publiera, toujours à Leipzig avec le principal historien est-allemand de la Révolution française Walter Markov, un important recueil de sources sur les sans-culottes quelques mois avant la publication de sa thèse en 195710. Walter Markov s’intéressera dans ses recherches principalement à l’action des catégories populaires pendant la Révolution française notamment aux « Enragés » de Jacques Roux qu’il distinguera comme « extrême-gauche légitime » face à Robespierre, les différenciant ainsi des hébertistes, caractérisés comme « extrême-gauche illégitime »11. Cet intérêt soutenu s’accompagnera de contacts allant au-delà de la seule sphère des historiens « jacobins » ; il correspondit en effet avec Daniel Guérin et Maurice Dommanget, tous deux intéressés aussi aux groupes politiques à la gauche des Montagnards12.

  • 13 « Botschaft der DDR in Frankreich » Zentralkomitee der SED, Abteilung Wissenschaften, SAPMO, DY 30 (...)
  • 14 Mathias Middell, Konterrevolution in der Französischen Revolution von 1789 : Studien zu ihrer Kons (...)

8En 1983 fut fondé un groupe de travail « Histoire de la Révolution française » à l’Université de Leipzig où travaillera notamment un jeune historien, Mathias Middell, qui sera avec sa femme Katharina Middell un des principaux protagonistes de la commémoration en RDA. Mentionnons d’ailleurs qu’il écrira de nombreux articles dans le Neues Deutschland tout au long de l’année 1989. Parallèlement, les historiens français de l’école classique et en particulier Michel Vovelle, (directeur de l’IHRF après Albert Soboul) préparèrent en France le bicentenaire en établissant des contacts avec les autorités est-allemandes plusieurs années avant 198913. Des colloques eurent ainsi lieu dans cette dynamique à partir du milieu des années 1980. On peut ainsi citer « La Révolution française et le cycle des révolutions bourgeoises » (1985) ou encore parmi les plus importants « 1789, l’influence mondiale d’une grande révolution » (1988). Néanmoins on aurait tort de penser que les seuls sujets favorables à la révolution retenaient l’attention ; l’année du bicentenaire sera soutenue la thèse de Mathias Middell portant sur la contre-révolution14.

  • 15 Je renvoie ici dans le même recueil à l’article d’Yves Bizeul.
  • 16 Sandrine Kott, Bismarck, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 168.
  • 17 Geneviève Cimaz, « Le centre culturel de la RDA à Paris » Ulrich Pfeil, La RDA et l’occident, Asni (...)

9Il faut à cet égard rappeler le contexte historiographique et culturel particulier des années 1980. Soucieuse d’apparaître comme une Allemagne légitime fondée historiquement, la RDA se réapproprie certaines références nationales jusqu’alors en disgrâce. Un nouveau regard sur Martin Luther est proposé par les autorités du régime15 et de façon plus générale le SED entame une nouvelle politique culturelle qui amène même une réévaluation de certaines figures « réactionnaires » comme le chancelier Otto von Bismarck16. Avant la commémoration de la Révolution française, celle du 750e anniversaire de la ville de Berlin fut l’occasion de rapprochements avec la République fédérale. Plus près de notre sujet, la France fut le premier pays de l’OTAN en 1983 à ouvrir un centre culturel est-allemand qui offrit plusieurs conférences sur la Révolution française : en 1987 sur Marx et la Révolution française puis en 1988 sur les voyageurs allemands et la Révolution française, entre autres. Un colloque sur la Révolution eut lieu en mars 1989 qui précéda une conférence sur la fondation de la RDA et l’héritage de la Révolution française, le 11 octobre 198917.

10Cette attention portée à la Révolution française se retrouve dans divers manuels généraux d’histoire et de philosophie. Dans ceux-ci, les mentions à la « révolution bourgeoise » envisagée comme modèle impliquèrent non seulement l’importance des événements entre 1789 et 1799 mais aussi les prolongements de la période impériale, celle-ci étant vue comme une extension au-delà des frontières françaises des principes de la Révolution. En RDA, cette séquence qui s’étend de 1789 à 1815 est pensée comme une césure décisive dans l’histoire de l’Allemagne. Quelques exemples – non exclusifs – serviront d’appui à notre propos.

  • 18 Walter SCHMIDT (dir.), Die bürgerliche umwälzung von 1789 bis 1871, Berlin (RDA), Pahl-Rugenstein (...)
  • 19 idem, p. 14.
  • 20 Erhard Lange et Dietrich Alexander (dir.), Philosophenlexicon, Berlin (RDA), Dietz Verlag, 1983.
  • 21 Ibid., p. 279-280.
  • 22 Karl Kautsky, Die Klassengegensätze von 1789, Berlin, Dietz, 1889.
  • 23 La parution d’une biographie de Karl Kautsky en RDA est à cet égard remarquable. Hans-Jürgen Mende(...)

11L’histoire de référence (Deutsche Geschichte) éditée en RDA en 12 tomes dans les années 1980 en comprend un quatrième intitulé Le bouleversement bourgeois de 1789 à 187118. La première partie de l’ouvrage s’attarde longuement sur la « signification historique de la Révolution française de 178919 ». Si l’histoire contemporaine de l’Allemagne démarre symboliquement avec l’éclosion de la Révolution française, c’est en raison de l’influence bénéfique de celle-ci sur tout le déroulement du XIXe siècle. Le Dictionnaire de philosophie20 contemporain de cette histoire de l’Allemagne témoigne de l’importance accordée à la Révolution française pour l’évolution de la pensée allemande. Si peu d’acteurs français sont classés comme philosophes (les deux exceptions étant Babeuf et Condorcet, l’un pour être un précurseur majeur du communisme, l’autre pour la rédaction de la Constitution de 1793) de nombreuses figures majeures de l’histoire allemande voient leur itinéraire évoqué selon leur attitude envers la Révolution française (parmi les plus célèbres Kant, Goethe, Schelling, Schiller, Hegel). Plus spécifique au contexte est-allemand, la valorisation de l’oeuvre et l’action de Georg Forster – classé pour l’occasion comme « philosophe » - qui fut un admirateur de l’oeuvre jacobine. Il est salué dans le dictionnaire comme le fondateur de la République de Mayence, la « première république bourgeoise sur le sol allemand » et comme « défenseur de la dictature jacobine se situant politiquement proche de la sans-culotterie »21. On pourra également relever l’attention portée aux écrits de Karl Kautsky qui, lorsqu’il était le principal théoricien de la social-démocratie d’avant 1914, écrivit à l’occasion du centenaire de la Révolution française une brochure sur les « contradictions de classes pendant la Révolution française22 ». Longtemps en disgrâce pour avoir été le « renégat » face à Lénine, la valeur de ses écrits est désormais signalée pour sa période d’avant 1917, signe que la réhabilitation de figures « nationales » traverse aussi l’historiographie du mouvement ouvrier23, sujet pourtant le plus difficile à remettre en cause en RDA, le parti au pouvoir s’en présentant comme l’héritier légitime.

  • 24 Geschichte der SED, Berlin (RDA), Dietz, 1988.

12À ce sujet on peut évoquer le manuel d’Histoire du SED24 édité à la fin de l’année 1988 dont le ND fit d’ailleurs la promotion en même temps que paraissent les premiers articles importants consacrés à la Révolution au début de l’année 1989. Il s’agit d’une histoire officielle du parti-État qui puisait, à l’image de la téléologie du parti soviétique, dans l’histoire passée des événements fondateurs légitimant la place ancienne du parti communiste afin de l’ancrer dans l’histoire du pays.

13À quelques mois des deux événements majeurs que sont le bicentenaire de la Révolution française et les quarante ans de la RDA, la façon dont ce manuel remonte plusieurs siècles en arrière est significatif. Il se veut être une histoire du « développement du parti révolutionnaire des années 1840 du XIXe siècle à aujourd’hui ». Néanmoins une première partie introductive rappelle les « bases de la société pour (…) le développement de la classe ouvrière allemande » et introduit en les célébrants deux événements marquant une rupture historique.

  • 25 Ibid., p. 8-9.
  • 26 Ibid., p. 10.

14Le premier est la « révolution allemande pré-bourgeoise (frühbürgerliche) de 1517 à 152625 » avec comme figure centrale Thomas Münzer considéré comme « l’aile gauche » de la réforme protestante. D’importantes recherches furent menées en RDA sur ce personnage et le mouvement des paysans de son époque : Münzer était perçu comme un véritable « héros national », précurseur du socialisme, faisant office de « révolutionnaire » de l’époque moderne pour contrebalancer l’absence de « révolution bourgeoise » à la française au XVIIIe siècle. Le second événement, « extra-national » celui-ci, est la Révolution française présentée comme la rupture majeure marquant la fin de la période du féodalisme tandis que l’occupation napoléonienne en Allemagne est décrite pour ses conséquences positives, principalement en raison de ses actes hostiles aux nobles26.

15Cette articulation entre les deux événements – réforme protestante « radicale » et période révolutionnaire de 1789 – se retrouvera nettement en 1989 par une coïncidence de date. Il s’agira en effet de commémorer les cinq cents ans de la naissance de Thomas Münzer et le bicentenaire de 1789. Si l’on ajoute à cela les commémorations officielles classiques telles celles liées à la mémoire du dirigeant du KPD (Parti communiste allemand) sous la République de Weimar, Ernst Thälmann, on aura compris à quel point la commémoration de la Révolution française s’inscrit dans une tradition de célébration du passé légitimant l’histoire présente.

16Si durant l’année 1989 elle-même, l’événement dont le Neues Deutschland se fait largement écho est le quarantième anniversaire de la RDA, les commémorations sont ainsi multiples et significatives car elles mettent en cause l’identité même d’un pays en concurrence avec la RFA pour la « récupération » et la construction de l’histoire allemande. Il convient désormais d’étudier quelle place occupa précisément la « Grande Révolution » dans ce cadre.

La commémoration est-allemande de la période révolutionnaire

  • 27 Anlage Nr. 1 zum Protokoll Nr. 113/88 der Sitzung des Sekretariats des ZK der SED, 12/10/1988 cité (...)

17En premier lieu il est remarquable de constater que les deux commémorations (1949 et 1789) sont pensées ou tout du moins liées par le dirigeant du régime en personne, Erich Honecker. Lors de sa visite à Paris en 1988 celui-ci déclarait aux représentants de l’association France – RDA que le bicentenaire était un « moment essentiel dans la vie de nos deux pays » et annonçait que « cet événement de l’histoire de France, qui eut aussi dans ses développements une influence positive sur l’Allemagne, sera marqué aussi en RDA par de multiples manifestations27 ».

18Les valeurs portées par la Révolution française sont présentées comme une des sources d’inspiration du régime : « La rencontre de deux jubilés en 1989 nous donne l’occasion (…) d’exposer le développement socialiste de la RDA dans ses progrès pour l’abolition de l’exploitation de l’homme par l’homme et pour la réalisation d’un véritable humanisme qui puise ses fondements dans la Révolution bourgeoise française. »

  • 28 Ulrich Pfeil, ibid.

19Ce rapprochement, s’il est lié à des considérations diplomatiques entre la France et la RDA (je n’entrerai pas dans les détails sur ce point, mais il faut relever l’importance du « réchauffement » des relations entre la RDA et la France28) est néanmoins significatif de la tradition dans laquelle souhaitait s’inscrire « l’autre » Allemagne. Au-delà de ces déclarations de principes du dirigeant du régime la commémoration est soigneusement organisée comme en témoignent les archives du SED.

  • 29 Voir dans le présent recueil les analyses de Julien Louvrier.

20Dans un contexte qui voit la crise de l’historiographie « classique » et de la valorisation des années 1793-1794, les commémorations françaises n’avaient laissé délibérément que peu de place à d’autres événements que les grandes dates de l’année 1789 ; la victoire de Valmy de 1792 fut la seule réelle extension chronologique rappelée en 1989. Le volet républicain et populaire fut largement délaissé29. Du côté de la RDA, les traditions spécifiques d’études de la Révolution française que l’on a brièvement rappelées telles que les mouvements populaires et la « dictature » jacobine sontelles à l’honneur ? S’agit-il d’un bicentenaire « pro-1793 » opposé à son équivalent français ?

21La lecture du Neues Deutschland permet de déterminer les choix commémoratifs est-allemands. S’il est clair que la Révolution française prend moins de place quantitativement que les quarante ans du régime, la cinquantaine d’articles qui lui est consacrée est néanmoins qualitativement non négligeable et couvre une palette très variée allant des annonces de colloques universitaires à diverses manifestations culturelles.

  • 30 « Gruss der DDR zum 200. Jahrestag der Französischen Revolution », ND, 14 juillet 1989.
  • 31 « Frankreich feiert seine Revolution », ND, 13 juillet 1989. « Paris feiert 200. Jahrestag der Fra (...)

22Remarquons en premier lieu, dans la lignée des déclarations d’Honecker, que toute une série d’articles sont soit des messages diplomatiques30, soit de simples descriptions des événements français du bicentenaire31. Dans ce cas on n’a pas trace ni d’une commémoration spécifique d’une période de la Révolution française, ni d’échos d’un quelconque débat avec les courants « révisionnistes ». On trouve néanmoins des articles d’une autre nature mobilisant la tradition historiographique évoquée ci-dessus. L’année 1789 fut ainsi l’occasion de plusieurs contributions écrites par des historiens de la RDA tels que Matthias Middell ou Kurt Holzapfel. À partir du début de l’année 1989 plusieurs articles reviennent sur les principaux événements qui eurent lieu deux siècles plus tôt, des cahiers de doléances à la prise de la Bastille.

  • 32 Katharina Middell, « Bauern forderten vom König die Abschaffung des Zehnten », ND, 21-22 janvier.
  • 33 Kurt Holzapfel, « Sie nannten sich nach einem Kloster », ND, 24 juin 1989.
  • 34 Kurt Holzapfel « Als Réveillon und Henriot das Fürchten lernten… », ND, 22-23 avril.
  • 35 Matthias et Katharina Middell, Babeuf. Märtyrer der Gleichheit, Berlin, Verlag Neues Leben, 1988.

23En RDA cependant, à l’inverse de ce qui se passe dans d’autres pays, 1789 a été saisie pour célébrer d’une part la période ultérieure « radicale » c’est-à-dire celle de la domination jacobine de 1793-1794 et d’autre part pour valoriser le rôle des masses populaires dans la Révolution, notamment celui de la paysannerie et de ses revendications32. Par exemple l’article de Kurt Holzapfel sur les Jacobins, s’il décrit au départ la constitution du club en 1789, s’achève par une explication du rôle du club entre 1792 et 1794 comme « fondateur de la démocratie politique moderne » et comme « organisateur des différentes victoires sur la contre-révolution intérieure et extérieure33 ». Dans le même esprit, l’évocation de la révolte des ouvriers de la manufacture Réveillon34 est l’occasion de mentionner le « Cercle social » ainsi que les noms de Babeuf, auquel Matthias et Katharina Middell consacrent une biographie éditée à l’occasion du bicentenaire35, et de Jacques Roux dont Walter Markov s’était fait le spécialiste.

24Si cette valorisation de groupes ou d’individus révolutionnaires spécifiques n’a rien d’étonnant dans le contexte d’un pays communiste, celle-ci ne peut néanmoins se résumer à un calque des lectures soviétiques ou françaises de l’école « classique ». Certains aspects de l’histoire nationale, dont on sait combien ils avaient d’importance dans le contexte de la rivalité RFA – RDA, singularisent en effet le bicentenaire dans sa lecture est-allemande.

25Le catalogue de l’exposition du Musée historique allemand à Berlin-Est, dont l’ouverture et le succès sont signalés à plusieurs reprises par le ND, est à cet égard instructif. Il présente une vision « progressiste » traditionnelle de la Révolution française que l’on pourrait en grande partie trouver dans une publication française proche du parti communiste. Néanmoins deux événements absents du bicentenaire français sont nettement mis en valeur. Le premier est la création de la République de Mayence par Georg Forster – on a souligné son statut de « philosophe » en RDA – dont le portrait est accompagné du commentaire suivant : « À Mayence les jacobins allemands érigent la première république bourgeoise en 1793 sur le sol allemand. » Évoquer ainsi Mayence – situé en Allemagne de l’Ouest – est symptomatique de la construction de l’historiographie est-allemande qui se voulait être la véritable Allemagne. Le second est plus surprenant pour un lecteur français : il s’agit du lien établi avec la commémoration de l’épisode napoléonien, d’autant que, là encore, le territoire est-allemand est historiquement largement exclu de ces bouleversements. L’occupation française est ainsi mise en avant en 1989. Dans le catalogue de l’exposition une peinture de la bataille de Iéna est appuyée par une citation de Friedrich Engels de 1885 : « Les paysans prussiens ont toutes les raisons de commémorer ce jour avec celui du 18 mars 1848, plus que les victoires prussiennes de Mollwitz (1741) à Sedan (1870). »

26La défaite allemande et la victoire française sont ainsi commémorées ; outre le fait que cette inversion soit indéniablement rare dans le cadre de commémorations officielles d’un pays, le lien établi entre la séquence révolutionnaire 1789-1799 et la période impériale différencie le bicentenaire est-allemand. À l’instar du condensé historique du manuel du SED, l’année 1989 est l’occasion en RDA de rappeler la période d’occupation française en Allemagne de 1807 à 1812 perçue comme une ère de réformes positives contre la « noblesse réactionnaire » marquant le début du « bouleversement bourgeois » (bürgerliche umwälzung).

  • 36 Manfred Kossok, « Die universale Wirkung der Französischen Revolution », ND, 9 juillet 1989.
  • 37 Un ouvrage important est édité en 1989 sur ce sujet: Manfred Kossok, In tyrannos: Revolution der W (...)
  • 38 Voir pour le discours français François Hincker, « La lecture de la Révolution française par le pa (...)

27Au-delà même du prolongement napoléonien, la Révolution française est aussi inscrite dans un contexte plus large d’histoire comparative des révolutions. Au moment fort de la commémoration l’historien Manfred Kossok écrit dans le ND un article sur l’influence universelle de la Révolution française qui condense cette vision loin de se circonscrire à la seule année 178936. Outre la réaffirmation de la nécessité de la coexistence pacifique, montrant un volet diplomatique indéniable, l’article est surtout intéressant pour le résumé historiographique qu’il propose. L’épisode de la domination jacobine est très valorisé, tandis que le thermidor est décrit classiquement comme la victoire d’une partie de la bourgeoisie contre les « masses paysannes et plébéiennes ». Tout en signalant la spécificité de l’épisode français dans son contexte national, il montre qu’il eut une plus grande résonance en dépassant les frontières. Surtout il la situe dans un cadre « bourgeois » allant du XVIe au XVIIIe siècle, s’inscrivant ainsi dans le contexte historiographique estallemand de l’histoire comparative des révolutions37. Par ailleurs, le rapprochement entre les deux « grandes » révolutions, 1789 et la Révolution russe de 1917, ne surprendra pas dans le cadre d’un pays de l’Est et on sait que l’analogie fut une constante du discours communiste38.

28Moins connu et étroitement lié au contexte national est le rôle de médiation qu’occupe l’histoire du mouvement ouvrier allemand pour la commémoration du bicentenaire de la Révolution française en RDA. Des sources différentes témoignent de la même insistance au sujet de la grande commémoration précédente du centenaire de 1889, à commencer par Manfred Kossok dans l’article mentionné ci-dessus. Un détour s’impose sur ce centenaire.

  • 39 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Le centenaire de la Révolution française et l’opinion publique al (...)
  • 40 Jutta Seidel, « Nicht nur eine Bastille – alle Bastillen gilt es zu stürmen », ND, 15 juillet 1989
  • 41 Kurt Holzapfel, Walter Markov (dir.), Die Grosse Französische Revolution 1789-1795. Illustrierte G (...)
  • 42 Walter Schmidt (dir.), Grosse Französische Revolution und revolutionäre Arbeiterbewegung, Berlin ( (...)

29Le 14 juillet 1889 avait été créée à Paris la deuxième Internationale réunissant la plupart des partis socialistes, se situant ainsi symboliquement dans la postérité et l’héritage de la « Grande Révolution ». Or, à l’époque la socialdémocratie allemande – qui prendra le nom de SPD en 1890 – est le parti dominant dans l’Internationale et son influence, qui sera particulièrement forte dans l’Est de l’Europe, est celle d’un parti non encore réformiste se réclamant, au moins en parole, du marxisme. Alors que la France républicaine célébrait officiellement sa révolution, en Allemagne Bismarck prit l’initiative de vraies contre-commémorations39. Le SPD, qui vivait dans l’illégalité depuis 1878, prenant le contre-pied de son gouvernement, avait célébré la Révolution française et ses aspects positifs pour l’Allemagne. Ce qui symbolise le mieux cette commémoration est incontestablement une affiche parue début 1890 dans Die Wahre Jacob, l’hebdomadaire illustré satirique du parti. Elle montre une Marianne tenant dans la main la bannière de la deuxième Internationale avec en arrière-plan la tour Eiffel, symbole du centenaire français. Agrémentée de commentaires, elle est reproduite au moins à trois reprises dans la littérature de la RDA dans les années 1988-1989 : dans le manuel du SED où elle figure comme illustration de la création de l’Internationale, dans le catalogue d’exposition du Musée historique allemand en 1989 elle est un symbole fort car il s’agit de la dernière image du catalogue et enfin dans un article du ND en plein apogée de la commémoration40 portant le titre d’une « une » du Sozialdemokrat (journal clandestin de la social-démocratie de 1889) de l’époque : « Pas seulement une Bastille – Toutes les Bastille sont à prendre d’assaut ! » Cet article est écrit par un spécialiste des questions du mouvement ouvrier allemand, Jutta Seidel, et met l’accent sur la médiation social-démocrate pour la commémoration de 1989. Là où cette image ne figure pas en tant que telle, la filiation décisive de 1889 via la social-démocratie allemande apparaît tout de même et est rappelée par exemple dans le grand livre illustré de W. Markov et K. Holzapfel41. Dans la bibliographie de ce manuel figurent d’ailleurs deux ouvrages sur la Révolution française écrits par des sociaux-démocrates : outre celui de Karl Kautsky déjà mentionné, celui de Wilhelm Blos qui fut en 1889 un des ouvrages les plus diffusés par le parti à l’époque, est mentionné. Signalons à cet égard qu’un des ouvrages du bicentenaire fut consacré au « mouvement ouvrier révolutionnaire et la Révolution française » avec plusieurs contributions détaillées sur la social-démocratie42.

30Il y a ainsi une véritable « commémoration de la commémoration » s’inscrivant dans la construction de l’identité de l’Allemagne de l’Est qui se voulait être la légitime héritière des traditions révolutionnaires et de ceux qui les avaient portées avant elle. Cette médiation est d’autant plus significative que l’histoire du SPD de cette époque fut un enjeu historiographique majeur entre les historiens des deux Allemagne, le SED s’inscrivant dans la continuité de l’époque « héroïque » du SPD clandestin des années 1878-1890 puis de ses tendances de gauche d’avant 1914.

Une commémoration « populaire » ?

31Une étude précise serait nécessaire – à l’instar de ce qui a été fait pour le bicentenaire français – pour saisir s’il y eut au-delà des déclarations du parti-État et de ses manifestations un réel intérêt de la population. Néanmoins quelques éléments nous indiquent que cette commémoration va au-delà de la seule sphère académique et étatique. La Révolution française est en effet aussi mise en scène dans des manifestations destinées au public, comme l’atteste une lecture du Neues Deutschland, que nous avons croisée avec les archives du SED.

  • 43 « 200. Jahrestag der Französischen Revolution (Bisherige Aktivitäten) 11. Juli 1989 », Zentralkomi (...)

32Sans faire une liste exhaustive, citons de nombreuses manifestations – à l’appui d’un document interne de la section scientifique du secrétariat du comité central du SED daté du 11 juillet43 – et qui vise à dresser un bilan quelques jours avant la grande date du 14 juillet. Outre le rappel des manifestations scientifiques et une liste des publications les plus importantes, le document nous détaille les événements culturels destinés à un public plus large que les seuls colloques scientifiques. On peut ainsi y trouver une série d’expositions dont le Neues Deutschland assure la promotion. C’est le cas de celle déjà mentionnée du musée historique de Berlin mais aussi d’une autre à Potsdam au château Sans-souci sur « l’art au temps de la Révolution française » dont la coordination est assurée par l’ambassadeur de France. Deux concerts en l’honneur des deux cents ans de la Révolution ont lieu au Schauspielhaus de Berlin le 28 avril et le 2 juillet avec des interprétations de Mehul, Cherubini et Berlioz. Signalons aussi, et le ND s’en fait l’écho avec photographies à l’appui, un important concert militaire avec la Volksarmee le 13 juillet sur la grande place de l’Académie. Un opéra écrit pour le bicentenaire intitulé sobrement le « Comte de Mirabeau » est joué le 14 Juillet au Deutsche Staatsoper ; le ND en fait la promotion. Plusieurs représentations théâtrales de Schiller et Beaumarchais ont aussi lieu.

  • 44 Mathias Middell, « Les recherches sur la Révolution française en R.D.A. à l’occasion du bicentenai (...)

33Ainsi la commémoration de la Révolution française en RDA n’est pas circonscrite aux seuls spécialistes mais s’inscrit dans un contexte culturel plus large. On célèbre cette Révolution comme un événement de portée nationale, dont témoignent les multiples manifestations et expositions au moins dans toutes les grandes villes de l’Allemagne de l’Est. Outre Potsdam, Dresde, Leipzig, des villes de moindre importance connaissent des événements liés à la commémoration de la « Grande Révolution ». Au total l’ambassade de France en RDA a relevé pour le bicentenaire plus de six cents manifestations diverses44.

34Un exemple de retranscription publique de ce bicentenaire nous paraît particulièrement significatif, le nom d’une rue inaugurée en l’honneur de Gracchus Babeuf, personnage à l’honneur en RDA en 1989. Le 20 juin un long article du Neues Deutschland en dernière page (consacrée à la ville de Berlin) mentionne une cérémonie importante rassemblant des centaines de personnes avec la présence de personnalités communistes françaises. Il y est question notamment d’inaugurer une Babeufstrasse.

  • 45 « Eine Strasse für Robespierre ? », ND, 15 février 1989.

35Il est symboliquement fort de choisir ce nom de rue car le nom de Babeuf est absent – tout comme Robespierre – du nom des rues de la capitale de la Révolution, Paris. On ne trouve des rues de ce nom que dans quelques villes tenues de longue date par le PCF comme Montreuil. Il est remarquable de relever par ailleurs que le quotidien du SED s’était fait l’écho quelques mois plus tôt de la bataille pour donner un nom de rue Robespierre à Paris45 signe de l’importance accordée à cet enjeu de marquer l’espace public.

36Surtout l’inauguration de cette Babeufstrasse est liée à une autre, celle d’une rue Jean-Pierre Timbaud, dirigeant de la CGT fusillé en octobre 1941 par les nazis. Ici on célébrait l’antifascisme, principale valeur fondatrice d’une Allemagne qui se voulait être l’héritière des résistants à Hitler face à l’adversaire de l’ouest jugé ambigu à l’égard du passé nazi. La RDA dès 1949 prétendait représenter l’Allemagne débarrassée du national-socialisme, ce que le régime ne cessera de répéter pour ses quarante ans d’existence. Pour le quarante-cinquième anniversaire de la libération en 1990 le centre culturel est-allemand à Paris prévoyait d’ailleurs d’importantes cérémonies franco-allemandes sur la résistance au fascisme. Ainsi associée à l’héritage anti-fasciste la « Grande Révolution » montrait toute son importance dans le panthéon est-allemand.

Conclusion : quelques éléments de la spécificité est-allemande

37Il est incontestable que la commémoration de la Révolution française eût son importance et sa spécificité en RDA. Bien que les directions de recherche se soient détournées des paradigmes est-allemands pour des raisons politiques évidentes, on ne saurait éluder un bicentenaire qui fut une sorte de point d’orgue d’une trentaine d’années de recherches sur la Révolution française. En RDA on accorda en effet en 1989 une place toute particulière à la commémoration de la « Grande Révolution française », moins celle de l’année 1789 que de la séquence ouverte par elle, dans le contexte d’une réflexion comparative sur les révolutions. En cette année de commémoration majeure (quarante ans du régime, cinq cents ans de la naissance de Thomas Münzer) le bicentenaire fut plus qu’une simple célébration « jacobine » inscrite dans l’héritage communiste.

38Il constituait une occasion de rappeler que des médiations nationales avaient aussi joué dans le chemin qui mène à 1989. Le centenaire social-démocrate offrait une légitimation ancienne ; à l’image d’un Jaurès en France, il permettait de fixer l’origine d’une tradition d’études. Dans les deux cas des personnalités de la deuxième internationale servaient de référence. Certes c’est ici plus l’œuvre d’un homme que l’on célèbre – Jaurès – et là plus la création d’un parti de classe – le mouvement social-démocrate combattant le régime de Bismarck. Et si l’on consacra quelques études en RDA au SPD et la Révolution française, on ne trouve nulle équivalence aux entreprises françaises telles que la réédition de l’Histoire socialiste de Jaurès aux Éditions sociales, les histoires du SPD d’avant 1914 n’ayant jamais été rééditées en Allemagne après 1945, à l’Ouest comme à l’Est. Plus généralement l’héritage de l’école française « classique » s’est toujours situé dans un héritage jaurésien nettement prononcé depuis les années 1920 alors qu’en RDA les références « marxistes-léninistes » furent longtemps quelques textes classiques de Marx, Engels, Lénine et les manuels soviétiques, les ouvrages des membres du SPD étant signalés à nouveau dans les années 1980 dans un contexte de détente historiographique que l’on a souligné.

39Si Jaurès n’avait pas le droit de cité en RDA – contrairement à l’URSS il ne fut pas traduit en allemand – les grandes études de l’école « jacobine », dont on sait combien elles furent critiquées à l’occasion du bicentenaire français, demeuraient une référence à l’Est. On pourra citer à cet égard la brève appréciation de la mission française à Göttingen en 1989 sur l’historiographie est-allemande :

  • 46 Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne, Göttingen, 1989, p. 83.

« Les titulaires de la chaire d’histoire de la Révolution Française à la Sorbonne, du moins les trois derniers, continuent de jouir d’un prestige presque intact en RDA, plus contesté en RFA à la suite du raz-de-marée “révisionniste”. (…) Les sans-culottes sont eux aussi désormais accessibles au public allemand, grâce à l’historien de Leipzig W. Markov, très attaché à la mémoire d’A. Soboul46

40Au-delà des spécificités nationales, le caractère figé par le parti-État d’un certain nombre de préceptes indépassables, qu’aucun historien ne pouvait alors remettre en cause (ce qui n’excluait pas, comme nous l’avons signalé, une certaine diversité historiographique), assurait in fine une certaine pérennité à des historiens français qui, dans leur propres pays, n’étaient guère plus à l’honneur.

41Ainsi ce bicentenaire, s’il peut paraître a priori marginal par rapport à la France et décalé du contexte politique de l’époque, permet de comprendre à quelques semaines de la chute du régime, la façon dont le SED s’était approprié un certain nombre de traditions révolutionnaires, parmi lesquelles la « Grande Révolution » occupait une place primordiale et fondatrice.

Notes

1 Une analyse de cette analogie dans la littérature allemande figure dans l’article de Wolfgang Essbach et Christa Karpenstein-Essbach, « Zweimal ‘89. Bicentenaire und Mauerfall in der deutschen Literatur » in Michael Einfalt, Ursula Erzgräber, Ottmar Ette, Franziska Sick (dir.) Intellektuelle Redlichkeit - Intégrité intellectuelle. Literatur - Geschichte - Kultur. Festschrift für Joseph Jurt, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2005, p. 703-712.

2 Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne, Göttingen, 1989.

3 Une collection complète se trouve à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC, Université Paris X-Nanterre). Nous abrègerons dans cet article Neues Deutschland en ND.

4 Sozialistische Einheits Partei Deutschland. Parti unique au pouvoir en RDA.

5 Zentralkomitee der SED, Sekretariat – Beschlussauszüge, (DY 30/6267), bd. 1, 1988, SAPMO, Berlin Bundesarchiv Lichterfelde. Zentralkomitee der SED, Abteilung Wissenschaften, DY 30 / 7328, 1984-1989, idem.

6 Erika Hube (dir.) Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit Ausstellung im Museum für deutsche Geschichte, Berlin, RDA, 1989.

7 Toutes les citations, sauf mention contraire, sont traduites par nos soins.

8 Pour reprendre le titre du vaste manuel édité à l’occasion du bicentenaire : Kurt Holzapfel, Walter Markov (dir.), Die Grosse Französische Revolution 1789-1795. Illustrierte Geschichte, Berlin (RDA), Dietz Verlag, 1989.

9 Mathias Middell, « Le séjour d’Albert Soboul à Leipzig en 1954 - point de départ d’une coopération fructueuse », Études babouvistes, no 1, 2002, p. 80-90.

10 Albert Soboul, Walter Markov (dir.), Die Sansculotten von Paris, Dokumente zur Geschichte der Volksbewegung, 1793-1794, Berlin, Akademie-Verlage, 1957.

11 La carrière de Walter Markov est retracée par Kurt Holzapfel et Mathias Middell, « 1789 : Ereignis – Wirkung – Rezeption. Ein Forschungsbericht » in idem, Die Französische Revolution 1789 – Geschichte und Wirkung, Berlin, Akademie-Verlag, 1989 p. 17-26.

12 Archives Daniel Guérin (BDIC, F Delta 721, correspondance politique.), Archives Maurice Dommanget (Archives nationales, Institut français d’Histoire sociale, correspondance personnelle de Maurice Dommanget 14 AS 378).

13 « Botschaft der DDR in Frankreich » Zentralkomitee der SED, Abteilung Wissenschaften, SAPMO, DY 30/7328, 1984-1989.

14 Mathias Middell, Konterrevolution in der Französischen Revolution von 1789 : Studien zu ihrer Konstituierung und Formierung 1788 bis 1791/92, Leipzig, Dissertation, 1989.

15 Je renvoie ici dans le même recueil à l’article d’Yves Bizeul.

16 Sandrine Kott, Bismarck, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 168.

17 Geneviève Cimaz, « Le centre culturel de la RDA à Paris » Ulrich Pfeil, La RDA et l’occident, Asnières, Publications de l’Institut allemand, 2000, p. 470.

18 Walter SCHMIDT (dir.), Die bürgerliche umwälzung von 1789 bis 1871, Berlin (RDA), Pahl-Rugenstein Verlag, 1984.

19 idem, p. 14.

20 Erhard Lange et Dietrich Alexander (dir.), Philosophenlexicon, Berlin (RDA), Dietz Verlag, 1983.

21 Ibid., p. 279-280.

22 Karl Kautsky, Die Klassengegensätze von 1789, Berlin, Dietz, 1889.

23 La parution d’une biographie de Karl Kautsky en RDA est à cet égard remarquable. Hans-Jürgen Mende, Karl Kautsky – vom Marxisten zum Opportunistion. Studie zue Geschichte des historischen Materialismus, Berlin (RDA), Dietz Verlag, 1985.

24 Geschichte der SED, Berlin (RDA), Dietz, 1988.

25 Ibid., p. 8-9.

26 Ibid., p. 10.

27 Anlage Nr. 1 zum Protokoll Nr. 113/88 der Sitzung des Sekretariats des ZK der SED, 12/10/1988 cité dans Ulrich Pfeil, Die « anderen » deutsch-französichen Beziehungen, Böhlau Köln, Zentrum für Zeithistorische Forschung Potsdam, 2004, p. 542.

28 Ulrich Pfeil, ibid.

29 Voir dans le présent recueil les analyses de Julien Louvrier.

30 « Gruss der DDR zum 200. Jahrestag der Französischen Revolution », ND, 14 juillet 1989.

31 « Frankreich feiert seine Revolution », ND, 13 juillet 1989. « Paris feiert 200. Jahrestag der Französischen Revolution », ND, 14 Juillet 1989.

32 Katharina Middell, « Bauern forderten vom König die Abschaffung des Zehnten », ND, 21-22 janvier.

33 Kurt Holzapfel, « Sie nannten sich nach einem Kloster », ND, 24 juin 1989.

34 Kurt Holzapfel « Als Réveillon und Henriot das Fürchten lernten… », ND, 22-23 avril.

35 Matthias et Katharina Middell, Babeuf. Märtyrer der Gleichheit, Berlin, Verlag Neues Leben, 1988.

36 Manfred Kossok, « Die universale Wirkung der Französischen Revolution », ND, 9 juillet 1989.

37 Un ouvrage important est édité en 1989 sur ce sujet: Manfred Kossok, In tyrannos: Revolution der Weltgeschichte: von den Hussiten bis zur commune, Leipzig, Leipzig Verlag, 1989.

38 Voir pour le discours français François Hincker, « La lecture de la Révolution française par le parti communiste français », communisme, no 20-21, 1988-1989, p. 101-110 et pour l’analogie en URSS Tamara Kondratieva, Bolcheviks et Jacobins : itinéraire des analogies, Paris, Payot, 1989.

39 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Le centenaire de la Révolution française et l’opinion publique allemande : l’Allemagne face à son histoire », in 1889 : centenaire de la Révolution française. Réactions et Représentations politiques en Europe, Berne, Peter Lang, 1992, p. 39-52.

40 Jutta Seidel, « Nicht nur eine Bastille – alle Bastillen gilt es zu stürmen », ND, 15 juillet 1989.

41 Kurt Holzapfel, Walter Markov (dir.), Die Grosse Französische Revolution 1789-1795. Illustrierte Geschichte, p. 460.

42 Walter Schmidt (dir.), Grosse Französische Revolution und revolutionäre Arbeiterbewegung, Berlin (RDA), Akademie Verlag, 1989.

43 « 200. Jahrestag der Französischen Revolution (Bisherige Aktivitäten) 11. Juli 1989 », Zentralkomitee der SED, Abteilung Wissenschaften, DY 30 / 7328.

44 Mathias Middell, « Les recherches sur la Révolution française en R.D.A. à l’occasion du bicentenaire », Annales Historique de la Révoloution Française (AHRF), 1990, p. 495.

45 « Eine Strasse für Robespierre ? », ND, 15 février 1989.

46 Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne, Göttingen, 1989, p. 83.

Auteur

Docteur en histoire et ATER à l’Université du Rouen. Il travaille sur l’héritage de la Révolution française dans les social-démocratie allemande et autrichienne de 1889 à 1934 et a publié sur ce thème plusieurs articles, notamment dans les revues Siècles et Annales Historiques de la Révolution française. En collaboration avec Sonia Dayan-Herzbrun, il est l’auteur de l’appareil critique de la nouvelle édition et traduction de la Critique du programme de Gotha de Karl Marx (Éditions Sociales, 2008).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search