Version classiqueVersion mobile

Du bon usage des commémorations

 | 
Bernard Cottret
, 
Lauric Henneton

Deuxième partie. Actes fondateurs et identités nationales

1608-2008. La fondation du Québec et la mémoire canadienne

Fièvre commémorative et histoire des mémoires

Caroline Galland

Texte intégral

  • 1 Pour lire le texte de l’Appel du 12 décembre 2005, voir le site internet de l’association Liberté (...)
  • 2 La loi Gayssot, destinée en 1990 à lutter contre le négationnisme, a créé, à propos des crimes con (...)
  • 3 Pour connaître les dix-neuf signataires de l’appel du 12 décembre 2005, nous renvoyons au site int (...)

1Depuis l’Appel du 12 décembre 20051, les historiens français sont appelés à se mobiliser contre l’ingérence du pouvoir politique dans le domaine de la recherche et de l’enseignement historiques et à s’insurger contre la multiplication des lois criminalisant le passé, appelées lois mémorielles2. C’est dans ce contexte que naquit l’association Liberté pour l’Histoire, regroupant derrière René Rémond dix-huit historiens3, illustres, rapidement rejoints par plus d’un millier d’historiens et d’enseignants d’histoire. Ce combat prit en 2007 une dimension européenne et donna lieu à l’Appel de Blois du 11 octobre 2008 dont voici la principale raison d’être :

  • 4 Pour lire intégralement l’Appel de Blois, voir également www.lph.asso.fr.

« En avril 2007, une décision-cadre du Conseil des ministres européens a donné une extension internationale à un problème jusqu’alors français. Au nom de la répression, indiscutable et nécessaire, du racisme et de l’antisémitisme, cette décision institue dans toute l’Union européenne des délits nouveaux qui risquent de faire peser sur les historiens des interdits incompatibles avec leur métier4. »

  • 5 Nora Pierre, Les lieux de mémoire, t. 1, Paris, Gallimard, 1984, p. XIX.

2Pourtant, Pierre Nora l’avait déjà écrit depuis longtemps : la mémoire n’est pas l’histoire5. Il arrive même que mémoire et histoire divergent sérieusement. Si le rôle de l’historien n’est pas de commémorer, il peut en revanche s’interroger sur le sens et les enjeux que recouvrent les commémorations. Depuis les travaux pionniers de Pierre Nora, la mémoire est devenue objet d’étude pour les historiens.

3Le 400e anniversaire de la fondation de Québec par Samuel de Champlain, en 2008, et les nombreuses polémiques qui l’ont entouré rappellent que le débat sur les liens entre la mémoire et l’histoire dépasse largement les frontières de l’hexagone. Cet anniversaire a donné lieu dans l’ensemble du Canada à de nombreuses commémorations sous des formes très diverses : festivités, colloques scientifiques, création de monuments, expositions… À Québec plus particulièrement, on s’est préparé de longue date aux célébrations : colmatage des trous dans les rues, réaménagement des espaces laissés à l’abandon, restauration des édifices et des monuments qui rappellent des points forts de l’histoire – sans régler, toutefois, l’épineux dossier de la ruine de l’église Saint-Vincent-de-Paul sur la côte d’Abraham –, réalisations architecturales pour inscrire dans la pierre et le béton le souvenir de l’événement. On ne manqua pas non plus de convier les Québécois et l’ensemble des Canadiens à de nombreuses réjouissances populaires.

  • 6 Voir le site internet : www.quebec400.gc.ca.

4Mais se posait une question préalable et quelque peu dérangeante : que voulait-on fêter précisément ? L’interrogation prit, outre Atlantique, une forme particulière compte tenu de l’imbrication de trois paliers institutionnels dans la programmation des commémorations : la municipalité de Québec, le gouvernement provincial du Québec et le gouvernement fédéral canadien. Le gouvernement du Canada, à Ottawa, élabora un portail officiel sur la toile pour évoquer ces commémorations et expliciter surtout le sens qu’il leur donnait6. Sur la page d’accueil consultée au début de l’année 2008 apparaissait une photo du Premier ministre du Canada, Stephen Harper, flanqué, en gros plan, d’une mascotte aux couleurs du Canada – le rouge et le blanc. Le commentaire levait toute ambiguïté sur la position du gouvernement fédéral :

  • 7 Ibid. Nous soulignons.

« C’est une date historique pour le Canada tout entier. C’est à partir de cette date que nous avons véritablement commencé à devenir ce que nous sommes aujourd’hui, car la fondation de Québec marque aussi la fondation de l’État canadien. De Terre-Neuve-et-Labrador jusqu’à la Colombie-Britannique, les Canadiennes et les Canadiens célébreront cette grande fête et nous espérons que vous vous joindrez à nous. On dit chez nous que chaque être doit avoir deux villes dans son cœur, la sienne et Québec7. »

5L’enjeu pour Ottawa était clairement exprimé ici : comment donner une portée nationale à l’événement ? L’État voulut donc créer une communion dans la célébration à l’échelle du pays tout entier et éviter ainsi une récupération des commémorations par les seuls Québécois. Pari difficile que de vouloir faire de la fondation de l’habitation de Québec celle du Canada d’après la Confédération de 1867…

6Le gouvernement fédéral décida de faire retentir les clochers des églises dans toutes les capitales canadiennes à 11 heures, le 3 juillet 2008. La fête du Canada, le 1er Juillet, devait aussi avoir cette année-là comme thème principal la fondation de Québec. Enfin, la Monnaie royale canadienne émit une pièce de monnaie spéciale, et Postes Canada un timbre commun avec la France. On pourrait encore citer la Commission de la capitale nationale à Ottawa qui prépara une exposition extérieure d’une cinquantaine d’illustrations et de documents d’archives sur la Nouvelle-France. Ces panneaux devaient « mettre en valeur l’anniversaire de Québec dans le contexte historique de l’aventure francophone au Canada ». Dans la même perspective, l’Office national du film projeta de réaliser un coffret DVD de quatre nouvelles productions sur l’histoire du Canada. Autant d’initiatives du gouvernement fédéral qui rappelaient que la commémoration recouvrait un enjeu politique délicat, d’autant plus si l’on considérait le montant des investissements financiers.

7Mais avant d’analyser précisément les enjeux à la fois politiques et mémoriels qui entouraient le 400e anniversaire de la fondation de Québec, soulignons tout d’abord que la date même à commémorer, loin de faire l’unanimité, représenta un premier débat, en amont des célébrations de cette année 2008.

Quelle(s) date(s) commémorer ? La bataille des mémoires

8S’il était évident pour tous les Canadiens que l’aube du XXIe siècle célébrerait la naissance de l’Amérique française, le choix de la date à commémorer suscita de nombreux débats : fallait-il mettre en lumière 1603, 1604, 1605 ou encore 1608 ? Chacune de ces dates orientait la commémoration dans un sens plutôt qu’un autre et lui donnait un sens historique et politique différent.

  • 8 François de Pont-Gravé (1560-1629), capitaine de marine et marchand malouin, se rend presque chaqu (...)

9On s’accorda néanmoins assez vite pour écarter la première de ces dates. Célébrer 1603 aurait pourtant représenté un défi pour les Canadiens qui auraient ainsi accepté de situer à l’origine de leur histoire le contact entre Européens et Amérindiens. En effet, le 26 mai 1603, le sieur François de Pont-Gravé8, accompagné de Samuel de Champlain, jette l’ancre à Tadoussac. Dans son ouvrage intitulé des Sauvages et publié en 1603, Champlain relate les événements avec précision :

  • 9 Pour les citations de Champlain, nous avons choisi l’édition en cinq volumes établie par l’abbé La (...)

« Le 27. iour, nous fusmes trouvé les Sauvages à la poincte de Sainct Matthieu, qui est à une lieuë de Tadoussac, avec les deux Sauvages que mena le sieur du Pont, pour faire le rapport de ce qu’ils avoient veu en France, et de la bonne reception de ce que leur avoit fait le Roy. Ayans mis pied à terre, nous fusmes à la cabanne de leur grand Sagamo [chef], qui s’appelle Anadabijou, où nous le trouvasmes avec quelque quatre-vingts ou cent de ses compagnons qui faisoient tabagie (qui veut dire festin), lequel nous receut fort bien selon la coustume du païs, et nous feit asseoir auprès de luy9. »

  • 10 Sur la « tabagie de 1603 », voir Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’amérique française, (...)

10Les Français se retrouvent en présence d’un rassemblement d’une centaine d’autochtones montagnais, et chemins et algonquins qui célèbrent une victoire sur leurs ennemis iroquois. En compagnie d’Anadabijou, chef des Montagnais, Pont-Gravé et Champlain fument le pétun (tabac), mangent de la viande d’orignal, d’ours et de castor10.

  • 11 Gilles Havard et Cécile Vidal, op. cit., p. 48.
  • 12 Voir par exemple la commission de Jacques Noël de 1588 où il est question de « rendre ledit pays e (...)

11Par ces cérémonies, les Français nouent des alliances durables avec les Montagnais et les Algonquins. « L’année 1603, de fait, inaugura de façon officielle une forme de colonisation marquée par l’alliance avec les peuples autochtones », écrivent Gilles Havard et Cécile Vidal, plaidant ainsi pour une mise en valeur de l’année 1603 dans les origines de la Nouvelle-France11. Cette vision de l’histoire s’appuie en outre sur les commissions délivrées au début du XVIIe siècle qui définissent plus explicitement l’obligation de s’allier avec les Amérindiens, contrairement à celles de la fin du XVIe siècle qui se limitaient souvent aux questions de conquête de territoires12.

12Célébrer la « tabagie de Tadoussac » de 1603 aurait donc souligné combien les alliances avec les tribus amérindiennes étaient au fondement même de la colonisation française en Amérique. Or, il faut croire que la société canadienne, malgré de réels progrès en la matière, n’était pas encore prête à redonner aux Amérindiens la place originelle et centrale qui leur revient dans l’histoire de la Nouvelle-France, preuve s’il en faut que la mémoire n’est pas l’histoire. De leur côté, les historiens canadiens et plus précisément québécois n’ont pas non plus plaidé pour 1603. Rares sont les voix à avoir proposé des alternatives à celle de 1608.

  • 13 Denys Delâge est professeur retraité et associé au Département de sociologie de l’Université Laval (...)
  • 14 Docteur en histoire de l’Université Laval, Denis Vaugeois joue, à partir de 1962, un rôle actif da (...)
  • 15 Voir l’article de Renée Larochelle, « Québec, une invention amérindienne », au fil des Événements, (...)

13Ce n’est pas un hasard si Denys Delâge13 préfère 1603 à 1608. Sociologue et historien, il a passé une grande partie de sa vie de chercheur à étudier les Amérindiens. Particulièrement concerné par la problématique du contact, il rejette assez nettement l’européano-centrisme des historiens de sa génération qui privilégient une histoire blanche de l’Amérique française. À l’heure des commémorations de la fondation de Québec par Champlain, les travaux de Denys Delâge contribuent à revisiter radicalement l’histoire de la Nouvelle-France en introduisant le point de vue de l’Autre : l’autochtone. Porte-parole de la vision des vaincus, l’historien cherche à faire entendre la voix des « sans voix ». Car les Amérindiens, il faut bien le reconnaître, demeurent les oubliés de l’histoire comme de la mémoire. Pourtant, comme le précise Denis Vaugeois14, « lorsque les Européens arrivent au Québec au début des années 1600, la population amérindienne est organisée, ayant créé un important réseau d’alliances économiques avec d’autres tribus et nations. On est très loin de l’image de l’Indien passif et innocent qui attend la lumière venue d’Europe. Quatre siècles plus tard, comment se fait-il que le rôle des peuples autochtones dans la fondation de Québec ne soit pas davantage mis en évidence15 ? » La question reste posée. Quoi qu’il en soit, force est de constater que les autorités provinciales et fédérales se sont, pour une fois, assez vite accordées pour écarter des commémorations l’année 1603.

  • 16 Pierre du Gua de Monts (1568-1630) est très tôt impliqué dans les affaires de la Nouvelle-France. (...)
  • 17 Jean de Biencourt, baron de Saint-Just (1557-1615) revendique pour lui le nom de Poutrincourt qui (...)
  • 18 Sur l’établissement de Sainte-Croix, voir Marcel Trudel, Histoire de la nouvelle-france, t. 2 : Le (...)

14On s’interrogea en revanche plus longuement sur les années 1604 et 1605, dates des deux premiers établissements de Français en Amérique, à Sainte-Croix puis Port-Royal. Rappelons brièvement les faits. À partir de 1603-1604, les efforts de colonisation se concentrent sur l’Acadie où l’on espère découvrir des mines susceptibles de susciter un nouvel intérêt. On n’abandonne pas non plus l’idée de trouver le fameux passage vers la Chine. En 1604, Pierre du Gua de Monts16, accompagné de Champlain et de Jean de Biencourt de Poutrincourt17, parcourt la baie de Fundy. En juin, il établit son « habitation » dans une île située à l’embouchure de la rivière Sainte-Croix18. Si l’on en croit Champlain, témoin direct, l’hivernement de Sainte-Croix en 1604-1605 est un véritable désastre :

  • 19 Samuel de Champlain, Œuvres, t. 3, Voyages [1613], op. cit., p. 188-190.

« Comme nous arrivasmes à l’île S. Croix chacun achevoit de se loger. L’yver nous surprit plustost que n’esperions, et nous empescha de faire beaucoup de choses que nous nous estions proposées. […] Les neges commencerent le 6 du mois d’octobre. Le 3 de Decembre nous vismes passer des glasses qui venoyent de quelque riviere qui estoit gellée. Les froidures furent aspres et plus excessives qu’en France, et beaucoup plus de durée : et n’y pleust presque point cet yver. […] Durant l’yver, il se mit une certaine maladie entre plusieurs de nos gens, appelée mal de terre, autrement Scurbut. […] De façon que de 79. que nous estions, ils en mourent 35. et plus de 20. qui en furent bien près : La plupart de ceux qui resterent sains, se plaignoient de quelques douleurs et de courte haleine. Nous ne pusmes trouver aucun remede pour la curation de ces maladies19. »

  • 20 Les habitations de Sainte-Croix et de Port-Royal sont bien connues grâce aux descriptions de Champ (...)
  • 21 Sur l’établissement de Port-Royal, voir Marcel Trudel, Histoire de la nouvelle-france, t. 2, op. c (...)
  • 22 L’expression, devenue classique pour qualifier les tentatives avortées de colonisation en Nouvelle (...)

15Après cet épisode malheureux, du Gua de Monts transporte la colonie vers un site jugé plus favorable où l’on érige une seconde habitation baptisée Port-Royal20. Du Gua de Monts, contraint de repartir en France pour défendre son monopole contesté par les marchands bretons et normands, confie le commandement de l’habitation, au cours de l’hiver 1605-1606, à François de Pont-Gravé. À l’instar de celui de Sainte-Croix, l’établissement de Port-Royal n’est jamais devenu permanent et fut sans cesse soumis aux raids anglais21. La fondation de Québec, en 1608, souligne les « vaines tentatives22 » de la colonisation acadienne durant les toutes premières années du XVIIe siècle et la volonté de se recentrer sur la vallée laurentienne.

16Si l’on peut comprendre le refus unanime de célébrer l’année 1605, on peut en revanche s’étonner de la volonté de commémorer l’histoire tout aussi éphémère et peu glorieuse de l’habitation de Sainte-Croix, fondée un an plus tôt. L’étonnement s’accroît quand on sait que ce lieu historique se situe aujourd’hui en territoire américain, à la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Maine. Comment expliquer ce choix de célébrer les origines du Canada en braquant les projecteurs sur un établissement si fragile, situé hors du Canada ? À la rigueur, l’établissement de Port-Royal, aujourd’hui sis près d’Annapolis-Royal dans le Nouveau-Brunswick, demeure, lui, en territoire canadien. En un mot, pourquoi préférer 1604 à 1605 ? Qui avait intérêt à célébrer 1604 ?

  • 23 Pour le programme des commémorations 1604-2004, voir notamment le site internet : http://www.canad (...)

17En 2004, le gouvernement fédéral et les Acadiens s’associèrent pour commémorer les 400 ans de la fondation de l’habitation de Sainte-Croix23. Pour les Acadiens, il est certain que célébrer 1604, c’était commémorer l’acte de naissance de l’Acadie et faire reconnaître du même coup un territoire malmené par l’histoire. C’était aussi pour la minorité acadienne d’aujourd’hui, longtemps écrasée par la majorité anglophone, l’occasion d’affirmer son renouveau. Voici ce qu’on pouvait d’ailleurs lire, l’année de la commémoration, sur le site de la fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (Fane) :

  • 24 Voir le site internet de la Fane : http://www.fane.ns.ca/LAcadiedelaN%C3%89/Unpeudhistoire/tabid/8 (...)

« En 2004, les célébrations et les commémorations du 400e anniversaire de l’Acadie et le Congrès mondial acadien ont contribué au regain de fierté, à l’épanouissement et au développement des communautés acadiennes et francophones de la province. Chaque année, des centaines d’activités culturelles célèbrent le riche patrimoine de l’Acadie24 ! »

  • 25 Le Congrès mondial acadien est un festival de culture acadienne, organisé tous les cinq ans depuis (...)
  • 26 Voir Jean-Michel Demetz, « Quand l’Amérique était française », L’express, 4 octobre 2004.

18En effet, au congrès mondial des Acadiens25 qui s’est tenu en 2004 autour de la baie Sainte-Marie, dans l’est de la Nouvelle-Écosse, se sont retrouvés Cajuns de la Louisiane, Acadiens des banlieues de Montréal, de Boston ou encore des petits ports de la baie des Chaleurs, tous venus célébrer la fondation, quatre cents ans plus tôt, du « premier établissement permanent français en Amérique du Nord »26. Le congrès prit, cette année-là, une ampleur particulière.

19De son côté, le gouvernement fédéral célébra-t-il, en 2004, la même chose que les Acadiens ? La question est en réalité politique. Dans un article paru au moment de ces commémorations, le magazine L’express pointait le triple intérêt du gouvernement fédéral à soutenir les Acadiens :

  • 27 Ibid.

« D’abord, pour souligner le caractère bilingue du pays. Parce que Pierre Elliott Trudeau a fait du Canada un État multiculturel et que les nouveaux Canadiens (plus de 200 000 immigrants arrivent chaque année) ignorent cette histoire, il est nécessaire de rappeler le compromis passé au XIXe siècle qui veut que la création du Canada moderne repose sur « deux peuples fondateurs », les Français et les Anglais. Ensuite, parce que l’occasion est belle de signifier au grand voisin états-unien, dont les Canadiens craignent à juste titre l’emprise, cette singularité. Nombre de Canadiens anglais de l’Ontario restent attachés à ce particularisme parce qu’ils y voient justement le meilleur rempart contre le risque d’annexion rampante qu’implique le formidable pouvoir d’attraction de l’hyperpuissance. “La résistance de la culture acadienne est source de fierté nationale et de reconnaissance internationale”, a ainsi déclaré le Premier ministre Paul Martin. Comme, en somme, une reproduction, à un échelon local, de cette même aspiration canadienne à continuer à exister à côté des États-Unis. Le troisième objectif des autorités fédérales, à Ottawa, enfin, est de convaincre les nationalistes québécois qu’ils ne détiennent pas le monopole de l’aventure française au Canada, mais que celle-ci s’identifie à l’ensemble du pays27. »

20Ce dernier point est sans conteste le plus évident : pour les autorités politiques canadiennes, célébrer 1604 était avant tout une façon de dire que l’Acadie précède le Québec et de contester les prétentions de Québec qui se présente comme la plus vieille capitale d’Amérique. Situer les prémices de la colonisation française en territoire américain permettait également à Ottawa de s’imposer face aux États-Unis dans la bataille mémorielle. L’un des enjeux des commémorations de 2004 était donc bien de freiner les élans du nationalisme québécois. Preuve en fut le programme officiel 1604-2004 édité pour expliquer les commémorations de 2004 :

  • 28 Extrait d’un prospectus édité par le gouvernement fédéral en 2004 pour présenter les commémoration (...)

« L’aventure moderne du Canada a commencé lors de la première installation permanente française à l’Île-Ste-Croix en 1604 et à Port-Royal en 1605. L’île Sainte-Croix, ainsi nommée par Pierre Dugua de Mons, a été la première habitation européenne en Amérique du Nord. On y construisit des maisons, des entrepôts, une chapelle et une palissade fortifiée et on y sema le premier blé d’Amérique du Nord28. »

  • 29 Les travaux de Gervais Carpin et de Leslie Choquette ont pourtant bien montré que les migrants de (...)

21Cette brève présentation officielle n’est pas si anodine qu’elle en a l’air. Elle traduit la volonté du gouvernement fédéral de souligner que tout a commencé à Sainte-Croix : le peuplement avec la référence aux « maisons », le commerce des fourrures avec les « entrepôts », la religion avec la « chapelle ». La « palissade fortifiée » n’est pas sans rappeler ce qui se fera à Québec quatre ans plus tard, de manière autrement plus durable. Enfin, en soulignant qu’« on y sema le premier blé d’Amérique du Nord », est réactivé le mythe des premiers migrants agriculteurs29.

  • 30 Voir à ce sujet, le récent et passionnant article de Gilles Havard, « 1608. La fondation de Québec (...)

22Si le programme mentionne tout de même l’établissement de Port-Royal, il est néanmoins centré sur celui de Sainte-Croix. D’ailleurs, les commémorations se déroulèrent en 2004 et non en 2005. La question religieuse explique très vraisemblablement pourquoi on préféra 1604 à 1605. À Sainte-Croix, c’est le protestant du Gua de Monts qui dirige les opérations et fonde l’habitation. L’année suivante, François de Pont-Gravé, catholique, prend le commandement de Port-Royal. Mettre en lumière 1604 plutôt que 1605 et 1608, c’était aussi rappeler l’importance des protestants dans les toutes premières heures de la colonisation française en Amérique. Cette lecture de l’histoire n’a rien de choquante tant il est vrai que l’historiographie québécoise traditionnelle a largement contribué à gommer le rôle des entrepreneurs huguenots dans l’aventure américaine. Pour Marcel Trudel, qui depuis plusieurs décennies s’est employé à déconstruire les grands mythes fondateurs de l’histoire nationale canadienne et surtout québécoise, la figure du catholique Champlain fut sans nul doute survalorisée par rapport à celle de Pierre du Gua de Monts, à l’origine pourtant de la fondation des habitations de Sainte-Croix, Port-Royal et même Québec30. Malgré tout, force est de reconnaître que les différentes manifestations organisées en 2004, largement boycottées par les Québécois, connurent un écho relativement faible. Ce sont surtout les Acadiens qui participèrent aux festivités.

  • 31 Pour prendre connaissance du programme des commémorations, voir le site officiel du gouvernement d (...)

23En revanche, les commémorations de 2008 prirent une toute autre dimension. Preuve en fut l’impressionnant programme des festivités31. Le concert de Céline Dion, sur les plaines d’Abraham, le 22 août dernier, fut considéré comme le clou du spectacle. Durant toute l’année, c’est bien la fondation de l’habitation de Québec qu’on célébra, insinuant ainsi que l’histoire de la colonisation française en Amérique commençait en 1608, à Québec, avec le très catholique Samuel de Champlain. Du côté des gouvernements provincial et fédéral, il s’agissait bien de commémorations et non d’histoire. Les programmes en témoignèrent d’ailleurs largement. Précisons en outre que ces commémorations relevèrent d’une entreprise de très grande envergure, à nulle autre pareille pour le Québec. On peut à ce titre établir une comparaison avec les commémorations du bicentenaire de la Révolution française, d’autant qu’en 2008 comme en 1989, le débat historique et mémoriel porta sur un enjeu de taille, à savoir comment définir la nation.

Les commémorations du 400e anniversaire de la fondation de Québec : enjeux mémoriels et politiques

  • 32 Les 70 employés ou encore les 14 membres de son Conseil d’administration donnent une idée de la me (...)

24Pour comprendre les enjeux à la fois mémoriels et politiques que recouvrait le 400e anniversaire, il est nécessaire de cerner qui organisait et finançait les célébrations. Il existait en réalité un seul organisme officiel chargé de mettre en œuvre l’ensemble des événements : la Société du 400e anniversaire de Québec32. On préféra donc centraliser l’organisation pour éviter la dispersion et sans doute garder un contrôle sur la programmation.

  • 33 Patrimoine canadien est responsable des politiques et des programmes nationaux qui font la promoti (...)

25Officiellement, le budget de la Société du 400eanniversaire de Québec s’éleva à quatre-vingt-dix millions de dollars canadiens. Trois institutions contribuèrent au financement : le gouvernement du Canada – et plus précisément Patrimoine canadien33 pour la programmation commémorative – avec quarante millions de dollars ; le gouvernement du Québec, lui aussi à hauteur de quarante millions de dollars ; la Ville de Québec avec dix millions de dollars. Le financement de la société fut donc, à première vue, assuré à part égale par les gouvernements provincial et fédéral. Mais ces chiffres sont quelque peu trompeurs puisque l’État canadien versa en outre soixante-dix millions de dollars dans des projets d’infrastructure liés aux commémorations. La participation financière d’Ottawa atteignit au final cent dix millions de dollars et dépassa largement celle du gouvernement provincial, sans même parler bien sûr de la ville de Québec. On comprend alors mieux que le gouvernement fédéral ait cherché à faire entendre sa voix dans le programme des commémorations.

  • 34 L’édifice Marie Guyart, dédiée à la célèbre ursuline plus connue sous son nom de religion Marie de (...)

26La question du financement amène inévitablement à s’interroger sur celle de la collaboration entre les deux paliers de gouvernement dans l’organisation des festivités. Au colloque du Sénat, qui s’est tenu à Paris les 7 et 8 mars 2008, des représentants du gouvernement fédéral et du gouvernement provincial se félicitèrent mutuellement de leur bonne entente et de leur collaboration dans l’organisation des commémorations. Pourtant, la presse canadienne révéla, au fil des mois, un certain nombre de couacs révélateurs des enjeux nationaux, ou plutôt nationalistes, qui entouraient ces commémorations. N’en retenons que deux exemples : la polémique autour de la fresque du bâtiment Marie Guyart34 et l’embarrassante question de l’invitation de la Reine aux festivités.

  • 35 La fresque devait donc représenter la capitale fédérale, les dix capitales provinciales et les tro (...)

27Le gouvernement canadien fut à l’origine de la gigantesque fresque qui devait orner l’édifice Marie Guyart. Au départ, cette œuvre s’inscrivait dans un projet pancanadien : elle devait être la première d’une série de fresques peintes dans chaque capitale des provinces et territoires du Canada d’ici 2017. À Québec, on saisit l’occasion du 400e anniversaire pour lancer le projet qui consistait à recouvrir la tour du complexe Marie Guyart d’une peinture censée évoquer et représenter les quatorze capitales canadiennes35. Cofinancé par la Banque de Montréal (BMO), l’entreprise s’élevait à 300 000 dollars canadiens et s’intitulait Les fresques des capitales BMO. Chaque œuvre devait comprendre une représentation de chacun des quatorze parlements du Canada, dont celui d’Ottawa, ainsi que les écus des armoiries de chacune des capitales.

  • 36 En 2008, Danielle Gagné était présidente de la Conférence régionale des présidents du Parti québéc (...)
  • 37 Antoine Robitaille, « Une fresque sème la controverse à Québec », Le devoir, samedi 15 et du diman (...)
  • 38 Réélue en 2003, Agnès Maltais était en 2008 députée péquiste de Taschereau.
  • 39 Antoine Robitaille, « Une fresque… », art. cit.

28Mais, à l’automne dernier, l’idée même de la fresque souleva à Québec une controverse qui prit de court le gouvernement fédéral. Le mouvement souverainiste vit dans le projet une tentative de récupération du gouvernement fédéral à l’occasion des fêtes du 400e anniversaire de Québec. Danielle Gagné36, éminente représentante du Parti québécois, déclara à ce sujet : « C’est un affront, carrément. Ce n’est pas un geste malheureux, c’est conscient et c’est voulu, il n’y a pas d’erreur là-dessus37 ». Une autre députée péquiste, Agnès Maltais38, ancienne ministre de la Culture, affirma quant à elle : « On détourne le sens historique de la fête de la fondation de Québec39. » Selon elle, la fondation de Québec ne correspond pas à la fondation du Canada. Or, avec ce projet de fresque, c’est ce que le Premier ministre fédéral Stephen Harper et les députés conservateurs du Québec tendent à faire croire.

29Face à cette levée de boucliers qui dépassa le simple cercle des souverainistes, le gouvernement fédéral recula sur deux points symboliques : le dessin désormais retenu élimine complètement les références aux autres capitales du pays et l’œuvre s’appelle La fresque de la capitale plutôt que La fresque des capitales.

30L’idée d’inviter la reine Élisabeth II aux festivités du 400e anniversaire, lancée au cours de l’année 2007, constitue un autre couac révélateur des tensions que cristallisèrent les commémorations de la fondation de la ville de Québec. L’affaire est d’autant plus intéressante que les partisans de cette invitation ne furent pas ceux qu’on aurait a priori cru. Le gouvernement provincial du Québec et la ville de Québec par la voix de son conseil municipal furent, en effet, à l’origine de cette initiative. Le chef du protocole du gouvernement du Québec fit donc parvenir une lettre en ce sens au ministère canadien du Patrimoine, le 7 août 2006. Comme on pouvait s’y attendre, les réactions furent très vives dans le camp des souverainistes québécois. Preuve en fut ce discours de Mathieu Jeanneau, président du Comité national des jeunes du Parti québécois :

  • 40 Mathieu Jeanneau, « Pas de reine à Québec », La tribune (Sherbrooke, Québec), dimanche 22 avril 20 (...)

« Une génération plus tard, certaines personnes proposent d’inviter la reine du Canada aux festivités du 400e anniversaire de la fondation de Québec. Le Comité national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ) s’oppose à cette invitation. La monarque anglaise n’a aucunement sa place dans la Fête de la fondation de la nation québécoise. Les Anglais n’étaient pas présents à la fondation de notre capitale nationale. Ils sont arrivés plus d’un siècle plus tard, en descendant le fleuve Saint-Laurent pour se battre sur les plaines d’Abraham. Inviter la représentante d’aujourd’hui de l’hégémonie d’hier est un déshonneur pour le Québec. C’est un affront aux multiples générations de Canadiens, Canadiens-français et Québécois qui se sont battus et se battent toujours contre l’impérialisme anglais pour protéger la langue française. C’est une honte pour les nombreux adversaires de la monarchie, qui désirent fêter la naissance de notre nation et non le colonialisme monarchique. Québec est la plus vieille ville francophone d’Amérique. La Reine, même du Canada, n’a aucunement sa place dans les festivités de sa naissance. Nous sommes fiers d’être Québécois. Nous sommes fiers d’avoir notre capitale nationale à Québec. Toute intrusion anglaise serait une confusion historique totale. Ce serait fêter en même temps la naissance d’un pays francophone en Amérique et ses assimilateurs anglais des derniers siècles. Un peu de respect pour le peuple québécois et ses aïeux40. »

  • 41 Notons toutefois que certains intellectuels canadiens tentent une approche nouvelle de la question (...)

31Le ton pour le moins virulent et la nature des propos révèlent qu’une partie des Québécois oppose la nation québécoise à la nation canadienne. On retrouve ici toute la complexité de la question du nationalisme au Canada qui s’élabore à deux niveaux, le plus souvent concurrents41. Le gouvernement fédéral joua, dans cette histoire, le rôle d’arbitre. Contre toute attente, ce fut lui qui s’opposa à ce projet. La première raison de ce refus fut sans doute la crainte du gouvernement Harper de voir naître, à l’occasion d’une telle visite, une polémique opposant les souverainistes aux fédéralistes qui aurait porté sérieusement ombrage aux célébrations. Soulignons que le gouvernement Harper œuvra non seulement pour que ces célébrations fussent un succès au Québec, mais aussi pour qu’elles eussent des échos dans le reste du pays et à l’échelle internationale, comme en témoigne ce document du ministère du Patrimoine, daté du 15 janvier 2008, expliquant la stratégie de communication du gouvernement :

« Un des objectifs du gouvernement du Canada est de donner au 400e anniversaire de Québec une portée nationale. Le gouvernement misera sur des partenariats avec tous les agences et ministères fédéraux, ainsi qu’avec les autres paliers de gouvernement (provinciaux, territoriaux, municipaux, comme par exemple avec Calgary, ville jumelée avec la ville de Québec) pour accroître la visibilité de cet événement historique et inviter tous les Canadiens et les Canadiennes à participer aux célébrations […] Le gouvernement fédéral, qui a investi 110 millions de dollars dans les fêtes, compte notamment faire valoir auprès de la population canadienne “que célébrer le 400e anniversaire de Québec, c’est célébrer la fondation du Canada”. »

  • 42 Rappelons qu’au référendum du 30 octobre 1995, 50,58 % des Québécois rejetèrent la souveraineté du (...)

32Cette affaire permet de rappeler que du côté québécois, tout le monde n’est pas souverainiste42. La situation politique canadienne est très complexe et il ne faudrait pas la rendre plus monolithique qu’elle n’est.

La France et les commémorations du 400e : « non-ingérence, non-indifférence »

33Du côté français, on ne manqua pas de saluer le 400e anniversaire de la fondation de Québec par des rencontres franco-québécoises, des colloques scientifiques, et chaque grand magazine consacra un numéro spécial à l’événement… Mais, dans l’ensemble, ces manifestations restèrent tout de même plutôt discrètes : sans passer complètement inaperçu, le 400e anniversaire connut, en France, une fortune toute relative. Faut-il voir dans cette situation une indifférence des cousins français ou alors une ignorance du passé de ce premier empire colonial ? Sans doute un peu des deux comme en témoignent la position de l’État à l’égard des commémorations et le traitement de l’événement par la presse.

  • 43 Gilles Havard, « 1608. La fondation de Québec… », art. cit.
  • 44 Voir le site : www.francequebec400.fr.
  • 45 Stephen Harper, conservateur, fut réélu le 14 octobre 2008 pour un deuxième mandat.
  • 46 Cette politique « Non-ingérence et non-indifférence » fut énoncée en 1977 par le ministre de la Ju (...)

34Du côté des pouvoirs publics français, la commémoration du quadri-centenaire de Québec fut annoncée de façon plutôt discrète, comme le souligne justement Gilles Havard dans un article récent43. Le site officiel créé par le gouvernement français pour l’occasion reflète assez nettement la volonté des autorités françaises de ne pas s’immiscer dans les enjeux politiques et mémoriels que recouvre l’anniversaire44. Cela se traduisit par une absence étonnante des plus hauts représentants de la République dans les moments clés des célébrations. Ainsi le Président de la République française s’est-il rendu au Québec les 17 et 18 octobre 2008 pour participer au Sommet Canada-Union Européenne et au XIIe Sommet de la Francophonie. Ce fut donc une visite éclair de 26 heures – au lieu des quatre jours initialement prévus – qui se déroulait alors même que la fièvre commémorative était largement dépassée. Nicolas Sarkozy s’est tout d’abord entretenu avec le Premier ministre du Canada, Stephen Harper45, lors d’un rapide Sommet Canada-Europe destiné à jeter les bases d’un ambitieux partenariat économique. Il s’est ensuite rendu à l’Assemblée nationale du Québec pour un discours très attendu. Il était, en effet, le premier Président français à s’adresser aux députés du Québec. Dans son allocution, Nicolas Sarkozy devait redéfinir les liens entre le Québec et la France. Après le « Vive le Québec libre » de Charles de Gaulle qui, en 1967, avait froissé le gouvernement fédéral, les relations franco-québécoises ont été régies par le principe de « non-ingérence, non-indifférence »46. Une formule qui était notamment en vigueur lors des deux derniers référendums sur la souveraineté du Québec.

  • 47 Sur la visite de Nicolas Sarkozy au Québec, voir notamment Isabelle Grégoire, « Sarkozy à Québec : (...)

35S’il a affirmé sa préférence pour l’unité canadienne, et souligné que « le monde n’a pas besoin d’une division supplémentaire », Nicolas Sarkozy n’a pas remis en cause « la relation unique » qui unit la France et le Québec. « Les Canadiens sont nos amis et les Québécois notre famille », a-t-il dit. « Je ne vois pas au nom de quoi une preuve d’amour pour le Québec devrait se nourrir d’une preuve de défiance à l’endroit du Canada. » Son discours a par ailleurs été très élogieux pour les Québécois, dont il a vanté la « rapidité à adapter leur société et à moderniser leur économie », ainsi que « l’ouverture aux autres et le refus du repliement sur soi ». À l’issue de ce discours, les chefs des partis souverainistes, qui craignaient un changement de la politique française dans un sens procanadien, semblaient soulagés et même satisfaits des propos du Président français et de sa volonté de traiter le Québec « d’égal à égal »47.

  • 48 Sur la visite de François Fillon au Québec, voir Martine Jacot, « François Fillon fait toussoter O (...)

36La visite du Président français fut donc très nettement dissociée des commémorations du 400e anniversaire de la fondation de Québec et Nicolas Sarkozy œuvra, au cours de ses allocutions, à ménager les susceptibilités d’Ottawa comme de Québec. Ce fut le Premier ministre, François Fillon qui, du 2 au 4 juillet 2008, représenta la France pour fêter la fondation de Québec le 3 juillet 200848. Malgré tous les discours officiels cherchant à confirmer l’importance du 400e anniversaire pour la France, il est évident que le gouvernement français a gardé ses distances.

  • 49 Paris Match, 27 juin 2008 (numéro consacré au 400e anniversaire de Québec).

37En revanche, nombreux sont les magazines français grand public à avoir célébré l’événement en lui consacrant un numéro spécial. Mais ce concert de louanges de la presse française révéla lui aussi de sérieuses lacunes pour expliquer le sens des commémorations. Ce fut le cas par exemple de Paris-Match, qui s’illustra par un impair qui ne pouvait être ressenti que comme un affront par les Québécois49. Le magazine choc réussit, en effet, l’exploit de célébrer les 400 ans de Québec sans évoquer la Ville : « On ne parle que de Montréal ! Montréal ! c’est très décevant d’une publication de ce calibre, ils ne nous ont pas parlé à nous, ni au gouvernement du Québec » déplora Luci Tremblay, directrice des communications du 400e, estomaquée par le numéro spécial de Paris Match.

38Le rédacteur en chef du magazine, Gilles Martin-Chauffier, avoua qu’on s’était trompé de Québec : on croyait, à Paris, que c’était la Province qui fêtait ses 400 ans. C’est pourquoi, dans les dix-huit pages spéciales du magazine, on parlait beaucoup de Montréal, des Inuits, des filles du Roi, de Garou et de Lori mais pas du tout de Québec.

  • 50 Gilles Havard, « L’historiographie de la Nouvelle-France en France au cours du XXe siècle : nostal (...)
  • 51 Comme le dit si justement Gilles Havard, « pays multiculturel qui refuse le multiculturalisme et r (...)

39Si l’anecdote peut aujourd’hui faire sourire, elle prit des airs d’impairs diplomatiques au moment de la publication. Elle révélait au grand jour l’ignorance des Français et le manque d’intérêt pour ce qui, de l’autre côté de l’Atlantique, était un réel événement. Toutefois, pour l’historien français qui s’intéresse à la Nouvelle-France, une telle erreur n’est pas si difficile à comprendre. Malgré un récent regain d’intérêt pour l’histoire de l’Amérique française, la contribution directe des historiens français à l’histoire de la Nouvelle-France fut, pour l’ensemble du XXe siècle, globalement faible. Dans l’un de ses articles consacré à cette historiographie, Gilles Havard parle de « nostalgie, d’oubli et de renouveau »50 pour qualifier cette contribution. Nostalgie, si l’on prend en compte la première moitié du XXe siècle où l’historiographie de la Nouvelle-France s’intègre dans un mouvement de glorification nationaliste et colonialiste qui vise à effacer deux traumatismes proprement français : la défaite de Sedan et la Commune de Paris. Oubli, si l’on considère la période qui s’étend de l’après-guerre aux années 1980-1990 pendant laquelle l’histoire de la Nouvelle-France est devenue un no man’s land de la recherche française. Cette désaffection pendant la seconde moitié du XXe siècle s’explique aussi bien par le désintérêt pour l’histoire coloniale en pleine période de décolonisation que par certains blocages de la société française vis à vis du fait colonial51. Renouveau enfin si l’on considère l’historiographie récente. Nous assistons, en effet, depuis quelques années à un « frémissement de la recherche française ». Entre 1990 et 2000, on compte ainsi une douzaine de thèses d’histoire consacrées au Canada français, contre trois pour les deux décennies précédentes. On ne peut que souhaiter le renforcement de cette tendance. La récente publicité dont a bénéficié l’histoire de la Nouvelle-France déclanchera-t-elle de nouvelles vocations ? L’avenir nous le dira.

Conclusion

40Malgré tous les enjeux historiques et politiques que le 400e anniversaire de la fondation de Québec recouvraient, on assista au cours du premier semestre de l’année 2008, au fur et à mesure qu’approchait le cœur des commémorations prévu pour juillet et août, à une volonté assez nette de la part de la ville de Québec comme des gouvernements fédéral et provincial de dépolitiser le débat pour éviter toute forme de contestation politique ou de revendication souverainiste. La situation politique était, il est vrai, plutôt favorable à la mise en œuvre d’une telle politique puisque au niveau national les conservateurs étaient au pouvoir depuis les élections législatives de 2006 tandis qu’au niveau provincial le parti libéral dominait depuis les élections de 2007. Du côté français, on peut se demander si l’absence d’une mémoire collective concernant les racines françaises de l’Amérique n’est pas le résultat d’un long désintérêt des historiens pour ce premier empire colonial. À croire que l’ignorance de l’histoire mène à l’amnésie.

Notes

1 Pour lire le texte de l’Appel du 12 décembre 2005, voir le site internet de l’association Liberté pour l’Histoire : www.lph.asso.fr. Ce site constitue une source d’information essentielle concernant le débat autour des lois mémorielles.

2 La loi Gayssot, destinée en 1990 à lutter contre le négationnisme, a créé, à propos des crimes contre l’humanité tels que définis au procès de Nuremberg, un délit de « contestation ». Comme l’écrit Pierre Nora, « cette loi n’était nullement dirigée contre les historiens, mais, au contraire, contre les militants du mensonge historique. Elle a eu cependant un effet pervers : en déclenchant une émulation des groupes particuliers de mémoire qui revendiquaient pour eux-mêmes les protections que la loi Gayssot garantissait aux juifs, elle ouvrait la porte à une concurrence législative qui, elle, visait directement les historiens ». Il y eut, en 1992, une réforme du code pénal introduisant deux nouvelles catégories de crimes, le « génocide » et le « crime contre l’humanité » autres que le crime nazi défini en 1945. Cette réforme rendit possible les lois mémorielles ultérieures : celle de 2001 reconnaissant le « génocide » arménien de 1915 et, la même année, la loi Taubira qualifiant de crime contre l’humanité la traite et l’esclavage perpétrés à partir du XVe siècle par les nations occidentales. Sans parler de la loi Mekachera de 2005, portant « reconnaissance de la nation en faveur des Français rapatriés » et flanquée du fameux article sur « le rôle positif de la présence française outre-mer », disposition finalement annulée en 2006 devant la levée de boucliers et l’intervention du président de la République. Sur ces différentes lois, voir NORA Pierre, « Liberté pour l’Histoire ! », Le Monde, 11 octobre 2008. Cet article – comme de nombreux autres relatifs aux lois mémorielles – est disponible en ligne sur le site www.lph.asso.fr

3 Pour connaître les dix-neuf signataires de l’appel du 12 décembre 2005, nous renvoyons au site internet de l’association Liberté pour l’Histoire.

4 Pour lire intégralement l’Appel de Blois, voir également www.lph.asso.fr.

5 Nora Pierre, Les lieux de mémoire, t. 1, Paris, Gallimard, 1984, p. XIX.

6 Voir le site internet : www.quebec400.gc.ca.

7 Ibid. Nous soulignons.

8 François de Pont-Gravé (1560-1629), capitaine de marine et marchand malouin, se rend presque chaque année en Nouvelle-France, au moins depuis 1598, pour faire la traite. En 1603, au service du sieur de Monts, il accompagne Samuel de Champlain dans une nouvelle expédition de reconnaissance des rives de la Grande Rivière de Canada, en barque depuis Tadoussac jusqu’au très grand saut infranchissable – le Sault Saint Louis – près du Mont Royal.

9 Pour les citations de Champlain, nous avons choisi l’édition en cinq volumes établie par l’abbé Laverdière à la fin du XIXe siècle : Champlain Samuel de, Œuvres, t. 2, des Sauvages, G.-E. Desbarats, Québec, 1870, p. 70. Souligné dans le texte.

10 Sur la « tabagie de 1603 », voir Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’amérique française, Paris, Flammarion, 2003, p. 47-49. Voir aussi Alain Beaulieu, « La naissance de l’alliance francoamérindienne », in Raymonde Litalien et Denis Vaugeois (dir.), champlain. La naissance de l’amérique française, Paris/Sillery, Nouveau Monde éditions/Septentrion, 2004, p. 153-162.

11 Gilles Havard et Cécile Vidal, op. cit., p. 48.

12 Voir par exemple la commission de Jacques Noël de 1588 où il est question de « rendre ledit pays en notre obéissance » citée ibid.

13 Denys Delâge est professeur retraité et associé au Département de sociologie de l’Université Laval. Parmi ses nombreuses publications, voir surtout Denys Delâge, Le pays renversé. amérindiens et européens en amérique du nord-est, 1600-1660, Montréal, Boréal Express, 1985. Il a également publié de nombreux articles dans diverses revues dont l’excellente recherches amérindiennes au Québec.

14 Docteur en histoire de l’Université Laval, Denis Vaugeois joue, à partir de 1962, un rôle actif dans l’édition avec Boréal Express. Aux côtés de Jacques Lacoursière et de Jean Provencher, il est l’un des trois auteurs de canada - Québec, synthèse historique, un ouvrage qui a initié des centaines de milliers d’élèves du secondaire à leur histoire nationale. De 1976 à 1985, il s’implique activement en politique au sein du Parti québécois. À partir de 1985, il poursuit sa carrière dans l’édition en collaborant avec Jean Provencher et Jacques Lacoursière pour écrire l’histoire du Québec.

15 Voir l’article de Renée Larochelle, « Québec, une invention amérindienne », au fil des Événements, 19 juin 2008, volume 43, no 34, en ligne : http://www.aufil.ulaval.ca.

16 Pierre du Gua de Monts (1568-1630) est très tôt impliqué dans les affaires de la Nouvelle-France. En 1603, il obtient des patentes de lieutenant général de la Nouvelle-France avec le monopole du commerce des fourrures, à condition de fonder une colonie. Après un premier échec avec l’établissement de Sainte-Croix, il fonde Port-Royal en 1605. Il perd son monopole en 1607, mais obtient le renouvellement de son privilège en 1608 pour une durée d’un an. Il envoie alors trois vaisseaux dans le Saint-Laurent, conduits par son lieutenant Champlain, pour fonder un comptoir à Québec. Voir dictionnaire biographique du canada, t. 1 : de l’an 1000 à 1700, Toronto / Sainte-Foy, University of Toronto Press / Les Presses de l’Université Laval, 1966 (édit. corr. en 1986) (désormais dbc). Ce dictionnaire est également disponible en ligne : http://www.biographi.ca/.

17 Jean de Biencourt, baron de Saint-Just (1557-1615) revendique pour lui le nom de Poutrincourt qui devient son appellation ordinaire. Dans sa jeunesse, il prend parti pour les Guise et la Ligue. Rallié à Henri IV en 1593, il décide de faire le voyage en Amérique avec le sieur de Monts, en 1604, dans le dessein de s’y tailler un domaine. Il se fait concéder le havre de Port-Royal, puis retourne en France la même année. En 1606, de Monts l’envoie en Acadie comme lieutenant. Après une année de traite et d’exploration, il doit rapatrier tous les Français de Port-Royal. Voir dbc.

18 Sur l’établissement de Sainte-Croix, voir Marcel Trudel, Histoire de la nouvelle-france, t. 2 : Le comptoir 1604-1627, Montréal, Fides, 1966, chap. 1 : « À la recherche du lieu idéal : la demeure temporaire de Sainte-Croix, 1604-1605 », p. 17-44.

19 Samuel de Champlain, Œuvres, t. 3, Voyages [1613], op. cit., p. 188-190.

20 Les habitations de Sainte-Croix et de Port-Royal sont bien connues grâce aux descriptions de Champlain et à ses dessins. Voir ibid., p. 174 et 176.

21 Sur l’établissement de Port-Royal, voir Marcel Trudel, Histoire de la nouvelle-france, t. 2, op. cit., chap. 2 : « À la recherche du lieu idéal : la demeure temporaire de Port-Royal, 1605-1607 », p. 45-79.

22 L’expression, devenue classique pour qualifier les tentatives avortées de colonisation en Nouvelle-France au XVIe siècle, revient à Marcel Trudel. Voir Marcel Trudel, Histoire de la nouvelle-france, t. 1 : Les vaines tentatives : 1524-1603, Montréal, Fides, 1963.

23 Pour le programme des commémorations 1604-2004, voir notamment le site internet : http://www.canada-2004.org.

24 Voir le site internet de la Fane : http://www.fane.ns.ca/LAcadiedelaN%C3%89/Unpeudhistoire/tabid/85/Default.aspx

25 Le Congrès mondial acadien est un festival de culture acadienne, organisé tous les cinq ans depuis 1994. Il a pour objectif de rassembler la « diaspora » acadienne répartie aux quatre coins du monde et donne lieu à une série de rassemblements familiaux, de conférences et de spectacles qui durent pendant une dizaine de jours. En 2004, il s’agissait de la troisième édition du Congrès mondial acadien.

26 Voir Jean-Michel Demetz, « Quand l’Amérique était française », L’express, 4 octobre 2004.

27 Ibid.

28 Extrait d’un prospectus édité par le gouvernement fédéral en 2004 pour présenter les commémorations liées aux 400 ans de l’établissement de Sainte-Croix.

29 Les travaux de Gervais Carpin et de Leslie Choquette ont pourtant bien montré que les migrants de France partis vers le Canada – et non les seuls pionniers – sont en majorité des artisans qui se sont attachés à la terre et qui ont fondé une société rurale traditionnelle, moins par leur volonté propre que parce que l’évolution économique générale des siècles suivants les y a contraints. Voir Gervais Carpin, Le réseau du canada : étude du mode migratoire de la france vers la nouvelle-france, 1628-1662, Paris/Sillery, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne / Septentrion, 2001 et Leslie Choquette, de français à paysans : modernité et tradition dans le peuplement du canada français, Paris / Sillery, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne / Septentrion, 2001 (1ère éd. en anglais : 1997).

30 Voir à ce sujet, le récent et passionnant article de Gilles Havard, « 1608. La fondation de Québec : Champlain, les huguenots et les Indiens », Bernard Cottret, Lauric Henneton, Jacques Pothier et Bertrand Van Ruymbeke (dir.), naissance de l’amérique du nord : Les actes fondateurs 1607-1776, Paris, Les Indes Savantes, 2008.

31 Pour prendre connaissance du programme des commémorations, voir le site officiel du gouvernement du Canada : http://www.quebec400.gc.ca/ et celui de la société en charge des événements : http://monquebec2008.sympatico.msn.ca/MonQuebec2008/

32 Les 70 employés ou encore les 14 membres de son Conseil d’administration donnent une idée de la mesure de cette société, véritable entreprise. Jean Leclerc était le président de ce Conseil d’administration. Daniel Gélinas, à la tête du Festival d’été de Québec, devint, le 2 janvier 2008, le P.-D.G. de la société en remplacement de Pierre Boulanger. La cause profonde de ce changement de direction, au moment même où débutaient les festivités, reste relativement obscure : s’agissait-il du spectacle du coup d’envoi des fêtes, très critiqué ? Ou encore des conflits d’intérêt liés à l’organisation de l’opéra urbain ? On invoqua aussi les difficiles relations de l’ancien P.-D. G. avec les media.

33 Patrimoine canadien est responsable des politiques et des programmes nationaux qui font la promotion d’un contenu canadien, encouragent la participation à la vie culturelle et communautaire, favorisent la citoyenneté active et appuient et consolident les liens qui unissent les Canadiens et les Canadiennes. Voir le site officiel de Patrimoine canadien : http://www.pch.gc.ca.

34 L’édifice Marie Guyart, dédiée à la célèbre ursuline plus connue sous son nom de religion Marie de l’Incarnation, est un complexe immobilier terminé en 1972 qui comporte une tour de 33 étages, 3 bâtiments de 5 étages et un stationnement souterrain de 4 niveaux. Le toit de l’édifice est le point le plus élevé de la ville de Québec. Ce complexe, situé sur la rue de la Chevretière, est le lieu de travail d’environ 4 500 fonctionnaires provinciaux. L’édifice Marie-Guyart – longtemps appelé l’édifice G – est relié par des tunnels à toute la colline parlementaire y compris à l’hôtel du parlement et à l’édifice H par un tunnel sous la Grande Allée. Il est aussi relié directement au centre des congrès et à Place-Québec par un tunnel sous le boulevard René-Lévesque.

35 La fresque devait donc représenter la capitale fédérale, les dix capitales provinciales et les trois capitales territoriales.

36 En 2008, Danielle Gagné était présidente de la Conférence régionale des présidents du Parti québécois.

37 Antoine Robitaille, « Une fresque sème la controverse à Québec », Le devoir, samedi 15 et du dimanche 16 septembre 2007.

38 Réélue en 2003, Agnès Maltais était en 2008 députée péquiste de Taschereau.

39 Antoine Robitaille, « Une fresque… », art. cit.

40 Mathieu Jeanneau, « Pas de reine à Québec », La tribune (Sherbrooke, Québec), dimanche 22 avril 2007.

41 Notons toutefois que certains intellectuels canadiens tentent une approche nouvelle de la question du nationalisme dans le contexte si particulier du Canada. C’est le cas par exemple de l’essayiste et romancier John Ralston Saul qui, dans son ouvrage réflexions d’un frère siamois. Le canada à l’aube du XXIe siècle, se propose de révolutionner la façon dont les Canadiens se perçoivent eux-mêmes et dont ils perçoivent leur pays. Saul met en lumière les mythes fondateurs du Canada — les vrais, les faux et ceux que l’on voudrait taire — et cherche à les réconcilier avec la réalité contemporaine. Surtout, il trace la frontière entre un nationalisme négatif et un nationalisme positif. Loin de rejeter le nationalisme en bloc, il cherche à démontrer que le nationalisme peut retrouver une nouvelle vigueur s’il intègre un des éléments clés de l’État canadien : la diversité. Autrement dit, le fondement du nationalisme de Saul, c’est, paradoxalement, son ouverture et sa capacité à intégrer dans l’État Nation la plus grandepart possible de nouveaux citoyens.

42 Rappelons qu’au référendum du 30 octobre 1995, 50,58 % des Québécois rejetèrent la souveraineté du Québec. Le référendum québécois de 1980 et le référendum pancanadien de 1992 (portant sur l’accord de Charlottetown) traitaient tous deux de sujets similaires et furent également rejetés.

43 Gilles Havard, « 1608. La fondation de Québec… », art. cit.

44 Voir le site : www.francequebec400.fr.

45 Stephen Harper, conservateur, fut réélu le 14 octobre 2008 pour un deuxième mandat.

46 Cette politique « Non-ingérence et non-indifférence » fut énoncée en 1977 par le ministre de la Justice, Alain Peyrefitte.

47 Sur la visite de Nicolas Sarkozy au Québec, voir notamment Isabelle Grégoire, « Sarkozy à Québec : l’unité et la fraternité », L’express.fr, le 20 octobre 2008. Voir aussi l’article de Beaudouin Louise, « Quelle mouche aurait piqué Nicolas Sarkozy ? », Le devoir.com, mardi 1er avril 2008. Cet article, écrit plusieurs mois avant la venue du Président français, s’interroge sur les raisons d’un éventuel changement, dans un sens procanadien, de la politique française à l’égard du Québec.

48 Sur la visite de François Fillon au Québec, voir Martine Jacot, « François Fillon fait toussoter Ottawa et les Québécois », Le Monde, 8 juillet 2008.

49 Paris Match, 27 juin 2008 (numéro consacré au 400e anniversaire de Québec).

50 Gilles Havard, « L’historiographie de la Nouvelle-France en France au cours du XXe siècle : nostalgie, oubli et renouveau », Thomas Wien, Cécile Vidal, Yves Frenette (dir.), De Québec à l’Amérique française. Histoire et mémoire, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 2006, p. 95-124.

51 Comme le dit si justement Gilles Havard, « pays multiculturel qui refuse le multiculturalisme et rejette toute forme de particularisme, pays d’immigrants qui ne s’assume pas comme tel, la France peine d’autant plus à observer ses racines coloniales que celles-ci renvoient insidieusement à des métissages et à une diversité culturelle qui font obstacles aux idéaux républicains », Gilles Havard, « L’historiographie de la Nouvelle-France. », art. cit.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Paris X-Nanterre, a soutenu une thèse intitulée « Pour le service de Dieu, du Roi et du Bien public. L’apostolat des récollets en Nouvelle-France aux XVIIe et XVIIIe siècles » (à paraître). Elle est l’auteur de divers articles sur l’histoire de la Nouvelle-France dont « “Dame sainte pauvreté” chez les récollets de la Nouvelle-France (1615-1849) : d’une règle de vie à un idéal perdu », in Monique Cottret, (dir.), Normes et déviances, Paris, Les Éditions de Paris, pp. 107-135.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search