Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Conclusions

Jean-Michel Roddaz

Texte intégral

1L’administration des provinces de la République romaine constitue un large sujet et la double rencontre de Nancy et de Nantes s’inscrit dans une longue série, inaugurée par les initiatives de Monique Clavel-Lévèque et d’Ella Hermon, cette dernière à l’université de Laval, autour des rapports entre gouvernants et gouvernés. Déjà, à ces différentes occasions, de nombreuses questions avaient été largement abordées qui portaient notamment sur les notions d’imperium et d’impérialisme, mais aussi sur la définition même du terme provincia.

2Cette thématique globale a été reprise, dans une autre perspective, lors du colloque de Nancy, dont les textes ont été publiés par les Presses universitaires de Rennes sous le titre Administrer les Provinces de la République romaine. La réflexion avait alors porté principalement sur la répartition des compétences entre le Sénat, le Peuple et le gouverneur, et était construite autour de l’articulation de deux grands axes. En ce qui concerne le gouverneur, il s’agissait de faire ce que F. Hurlet et A. Béranger ont bien mis en évidence dans leur mémoire d’habilitation, concernant l’Empire, et d’analyser les aspects législatifs de ses pouvoirs, les conditions de son départ de Rome, puis, dans l’exercice de ses fonctions, ses relations avec le peuple et le Sénat. En second lieu, cette première rencontre avait aussi pour objectif de mieux comprendre les modalités et le cadre de l’administration provinciale. L’intérêt pouvait se focaliser sur les textes législatifs à l’échelle de la province, sur la mise en place de la fiscalité et de la justice ou encore sur la difficile question des lois provinciales, concept inventé au XIXe siècle et qui désigne un règlement conçu et rédigé par les autorités romaines lors de la transformation d’un territoire en province, mais dont on est bien en peine de dire quelle forme il pouvait avoir, étant donné la rareté de la documentation.

3Le colloque de Nancy confortait bien des acquis, principalement au sujet des trois missions essentielles du gouverneur : le maintien de la paix, c’est-à-dire d’abord la conduite de la guerre, la justice et l’activité fiscale, avec le double souci de mesurer la sphère de compétences des gouverneurs, mais aussi de mettre en évidence certaines constantes, comme le pragmatisme de Rome et de ses représentants dont l’attitude pouvait varier en fonction des provinces, mais aussi du contexte politique de l’époque. À cet égard, le tournant représenté par l’époque syllanienne avait été judicieusement mis en exergue.

4Sur ces acquis pouvait se construire la réunion nantaise dont l’objectif était d’analyser les relations entre gouverneurs et provinciaux ; elle a donné lieu à ces treize communications riches et denses, regroupées autour de quatre chapitres et dont les conclusions peuvent être réunies autour de quelques thèmes.

5L’adhésion et la participation des populations autochtones, et notamment de leurs élites, au système romain, sont des faits bien connus et depuis longtemps rebattus. Il n’est cependant pas inutile de toujours rappeler que c’est ce qui fit la force et la réussite de la politique d’intégration de Rome sous l’Empire. Mais l’intérêt de la contribution de Jonathan Prag vient surtout du fait qu’elle aborde cette question sous un angle nouveau, peu étudié jusque-là, celui des forces militaires locales et de la création ou du renforcement, par ce biais, des liens de clientèle. Dans ce contexte, le rôle du gouverneur est essentiel parce qu’il est le maître d’œuvre d’un système qui organise les relations avec les élites. La démonstration repose surtout sur des exemples précis, tirés du corpus cicéronien et de l’épigraphie. La péninsule Ibérique constitue un champ privilégié d’étude quand on s’intéresse au clientélisme provincial : l’exemple le plus fameux, et l’un des plus précoces, est celui des Balbi de Gadès. À l’encontre de ce que E. Badian avait écrit sur les clientèles provinciales, Francisco Pina Polo revient avec pertinence sur la trajectoire de cette grande famille, liée à Rome, sans doute depuis quelques générations et qui, à l’image de la cité dont elle est originaire et dont elle conduisit quelque temps les destinées, fit de sa fidélité à l’Urbs, une des clés de sa fortune.

6Les liens de la péninsule Ibérique et de Rome remontent à une histoire lointaine et aux temps de la lutte contre le royaume barcide. Ils se sont fondés sur des épisodes de guerre pénibles et qui ont marqué les consciences collectives, tant à Rome que dans l’Hispania, mais ces guerres ont également cimenté les alliances, fidélités et clientèles. En ce sens, l’action des militaires a été déterminante. Les exemples ne manquent pas qui renseignent sur les communautés fondées par les gouverneurs à l’issue de campagnes plus ou moins décisives. Nathalie Barrandon a étudié avec précision le cas des cités pérégrines de la péninsule Ibérique : les exemples d’Italica, de Gracchuris ou de Pompaelo sont liés à des personnages qui ont marqué l’histoire de Rome et de l’Hispania, mais on pourrait en citer d’autres, comme Calagurris Nas(s)ica ou Metellinum. Il était nécessaire de satisfaire ceux qui avaient servi par des récompenses en nature, argent et surtout terres, mais aussi en leur octroyant, parfois, la citoyenneté. L’inscription d’Asculum révèle la profondeur du phénomène : il est tentant de faire le rapprochement entre la grande famille des Fabii avec l’un des cavaliers de la turma salluitana, P. Fabius, fils d’Enasagin qui reçut à Asculum la citoyenneté de Pompeius Strabo. Sans revenir sur la question du statut de ce personnage avant son accès à la citoyenneté, virtutis causa, on notera que les trente Espagnols concernés par la disposition de Strabo ne devaient pas être les seuls à servir sous ses ordres. On peut également se demander comment des contingents militaires dont on ignore tout de l’importance et provenant des régions les plus reculées de la péninsule se retrouvaient dans l’armée du père de Pompée. Quoi qu’il en soit des réponses à ces interrogations, les nouvelles installations jouèrent un rôle essentiel dans la romanisation de la péninsule qui connut une impulsion décisive à l’époque césaro-augustéenne. Cela conduisait naturellement à réexaminer à la fois le rôle des guerres civiles et la part de l’immigration italienne, question récurrente et jamais définitivement réglée.

7Il convient, néanmoins, de réévaluer la place des populations autochtones et des Italiens arrivés depuis peu de temps, dans la création de nouvelles cités. On insistera notamment sur le fait que les exemples de transferts massifs de populations italiennes ou de familles romaines sont relativement rares si l’on excepte ce que nous dit Suétone de l’initiative de César concernant les 60 000 familles romaines dispersées dans les provinces, ce qui lui permit de régler en partie la question sociale et celle des distributions gratuites de blé, ou encore de ces groupes d’Italiens que César nous dit errer dans la vallée de l’Èbre à la recherche d’un lieu d’accueil pendant la campagne qu’il conduit contre les forces pompéiennes dans les alentours d’Ilerda. On ne doit cependant pas se leurrer sur les objectifs de ces fondations : il s’agissait avant tout de régler des problèmes ponctuels et cela explique que le Sénat n’ait pas toujours été consulté quand il fallait installer des colons. Qu’ils aient été de statut romain ou latin, le rôle du gouverneur fut donc déterminant et ce fut rarement un avantage pour les habitants du lieu. À cet égard, la fondation de la Colonia Iulia Felix Sinope, objet de la communication de Claire Barat montre bien que l’Occident n’eut pas l’exclusive de ces décisions, et que cette initiative fut, là aussi, davantage le résultat d’une sanction que du souci d’assurer la défense du littoral pontique ; cette fonction fut d’ailleurs très vite et très largement dépassée, comme l’indique le rôle que la cité fut destinée à jouer dans la région.

8Un autre axe de réflexion concerne la position du gouverneur comme intermédiaire – on dirait aujourd’hui plus volontiers interface – entre les provinciaux et Rome. La question des relations entre les gouverneurs et les notables, au travers du cérémonial, du protocole, de la prise de contact, est essentielle si l’on veut comprendre le degré d’acceptation du pouvoir central par les provinciaux. Comme l’a bien démontré Agnès Béranger qui a largement puisé les éléments de sa démonstration dans le corpus cicéronien, ces relations sont réglementées par le protocole, les cérémonies publiques, les salutations et les banquets. Les situations devaient varier en fonction de la personnalité du gouverneur, mais aussi de l’histoire des cités et de la province. On comprend aussi le besoin de se connaître, d’instaurer des liens – qui sont souvent de clientèle, mais pas toujours –, mais aussi de respecter certaines traditions familiales.

9Il ressort aussi de cette analyse la difficulté à définir le notable, parce que l’ensemble de ce monde, n’est, à l’évidence, pas homogène. À partir de là, la question demeure de savoir si le partenariat demeure un privilège réservé à quelques grandes familles qui ont l’exclusivité de la relation avec le gouverneur. Cela peut être le cas des cités de l’Occident, Tarraco, Gades, Cordoue ou Olisippo parce qu’il y a des imbrications économiques dans les relations entre Hispani, Hispanienses et les grandes familles romaines. La question se pose en des termes différents en ce qui concerne le monde grec : la souveraineté de la cité grecque demeure une réalité quand il s’agit de définir sa politique extérieure ou sa diplomatie, et cela est encore particulièrement vrai à la fin de la République ou au début de l’Empire. Henri-Louis Fernoux revient avec beaucoup d’à-propos sur l’idée d’une dépossession de l’assemblée de la cité de sa politique de relations avec Rome, et, d’une manière générale, de ses prérogatives institutionnelles : l’outil diplomatique conserve dans les cités une valeur politique éminente.

10Enfin, et cela constitue une autre thématique d’importance, le gouverneur remplit ses fonctions dans des domaines aussi essentiels que les finances et la religion et cela pèse aussi sur la vie quotidienne des provinciaux. Son activité fiscale est essentielle, comme le démontre Jérôme France qui met en évidence le partage des rôles. Le gouverneur n’intervient pas directement pour tout ce qui concerne les vectigalia, c’est-à-dire les impôts indirects, même s’il arbitre parfois les conflits entre les sociétés de publicains et les cités ou particuliers. En revanche, le rôle des autorités provinciales est beaucoup plus important quand il s’agit de la fiscalité directe, le tributum soli ou le tributum capitis. Par ailleurs, l’inscription de Contrebia Belaisca (Botorrita) montre que le gouverneur peut être appelé à régler des différends entre les cités comme il peut aider à surmonter leurs difficultés financières. Ce document invite aussi à dire quelques mots sur la fonction judiciaire : les cités demeurent aptes à exercer leur propre autorité, mais, dans ce cas précis, le gouverneur intervint en confiant le jugement au Sénat d’une cité tierce. Se dessine l’articulation complexe entre la juridiction du gouverneur et celle des collectivités locales. Pourtant, la cohabitation entre le droit romain et les coutumes locales ne se perpétua pas, et dans la péninsule Ibérique, notamment, l’extension du droit romain aux communautés comme aux individus, conduisit peu à peu à la romanisation juridique. Si la fonction religieuse ne figure pas au premier plan des responsabilités des gouverneurs, ceux-ci agissent sous le patronage des dieux et leur attitude varie selon leur personnalité. Il veille surtout, comme l’a montré Laurent Guichard, au respect des cultes et des calendriers romains.

11Le corpus cicéronien nous propose quelques exemples de figure de gouverneur et le cas de Verres, à lui seul, pourrait faire l’objet d’un colloque ; il a d’ailleurs beaucoup été question du personnage. Précisément, Q. Mucius Scaevola offre le contre-exemple du gouverneur vénal, brutal et ambitieux ; les textes épigraphiques présentent un gouverneur modèle pour les Grecs des provinces d’Asie, tout en laissant deviner le conflit latent, qui s’exprime d’ailleurs dans les procès, opposant publicains et ordre équestre avec l’ordre sénatorial. De même, la figure du patricien Servilius Isauricus, installé par César comme proconsul d’Asie entre 46 et 44, est hautement représentative de la respectabilité de la fonction, mais aussi de l’indépendance du gouverneur par rapport à un pouvoir central, de plus en plus incarné par un seul homme. Isauricus fut notamment impliqué directement dans la question de l’asylie des sanctuaires. Il reste cependant à déterminer l’originalité de sa démarche et la part de latitude par rapport aux décisions du dictateur. Cette question se pose avec de plus en plus d’acuité au fur et à mesure que l’on s’avance vers l’Empire.

12L’administration de l’Empire romain résulte d’une mise en place progressive et la période républicaine fut le théâtre de longues et parfois difficiles expérimentations dans lesquelles la personnalité des gouverneurs tout autant que leurs fonctions et rôle constitua un facteur déterminant. Le contrôle de la haute assemblée varia en fonction des priorités de la politique de Rome et n’eut pas toujours le même impact, mais le Sénat fut toujours soucieux, et plus que l’on a généralement cru, d’éviter ou de corriger les dérives. Il ne fait aucun doute qu’avec la période césaro-augustéenne, les rapports entre les gouverneurs et le pouvoir central, mais aussi entre les provinciaux et l’administration romaine, évoluèrent parce que se mit en place une véritable administration qui reposait sur la parfaite maîtrise de l’espace impérial que l’on s’était appliqué à mieux connaître. La discussion peut porter sur l’importance de cette réforme et sur le degré de continuité entre République et Empire et cela pourra, peut-être, faire l’objet d’une nouvelle rencontre.

13On ne saurait conclure sans féliciter les acteurs, et plus particulièrement, les organisateurs de ces deux rencontres. La haute tenue des communications et des discussions, la rigueur de l’organisation, la convivialité de l’accueil, la qualité de la publication – et on ne remerciera jamais assez le service des Publications de l’université de Rennes qu’il faut à nouveau louer pour son sérieux dans la présentation et dans les délais de parution – firent de ces deux réunions des réussites à tout point de vue et laissent bien augurer d’initiatives nouvelles. Nul doute que les colloques de Nancy et de Nantes auront contribué à faire avancer les réflexions sur un sujet essentiel pour qui veut comprendre comment Rome forgea son Empire.

Auteur

Université de Bordeaux – Institut Ausonius

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540