Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Quatrième partie. Des gouvernements célèbres et bien documentés

Les Lettres grecques de Brutus : documents authentiques ou forgerie ?

Paul Goukowsky

Texte intégral

  • 1 Le Palatinus Heidelbergensis gr. 398, copié à la fin du IXe s. ou au début du xe s. Une dizaine d’ (...)
  • 2 Ce manuscrit nous a également conservé des textes géographiques d’une valeur inestimable, comme le (...)
  • 3 On trouvera ces textes dans Hercher R., Epistolographi Graeci, Collection Didot, Paris, 1873.

1Il me paraît utile pour tous de tirer de l’oubli, à l’occasion de ce colloque, un texte curieux, on pourrait dire presque dire sulfureux puisqu’il nous a été transmis par un manuscrit contenant1, entre autres2, des lettres apocryphes attribuées à Thémistocle, Diogène et Hippocrate3. Je veux parler de la correspondance échangée par Brutus avec un certain nombre de cités et de peuples d’Asie en 43-42 av. J.-C. Il me faut auparavant retracer brièvement les circonstances dans lesquelles ces lettres sont censées s’inscrire.

  • 4 Dion Cassius, XLVII, 30, 1, signale le passage de Dolabella à Tarse. Il fut ensuite bloqué dans La (...)
  • 5 Dion Cassius, XLVII, 33, 1, explique la résistance d’Ariobarzanès (ignoré d’Appien), des Rhodiens (...)
  • 6 Dion Cassius, XLVII, 33, 4, réduit à peu de chose la résistance des Rhodiens.
  • 7 La correspondance de Cicéron apporte elle aussi des informations, encore qu’elle s’interrompe au d (...)

2Le livre IV des Guerres Civiles d’Appien est, avec quelques chapitres du Brutus de Plutarque, la seule source détaillée dont nous disposions à propos de l’activité de Brutus et de Cassius en Asie. Appien évoque les « πάθη ... περιφανέστατα » (52, 225) qui frappèrent Laodicée, Tarse, Rhodes, Patara et Xanthos durant la guerre civile qui opposa Dolabella, investi par le peuple du gouvernement de la Syrie, aux deux proconsuls nommés ultérieurement par le Sénat, Cassius et Brutus. Il ressort dans la suite du texte (60, 258), que Dolabella, encore consul, s’empressa dès son arrivée en Ionie d’imposer des contributions de guerre aux cités grecques (ταῖς πόλεσιν ἐπιβα- ‘λλων εἱσφοράς) parce qu’il avait besoin d’argent pour se constituer une flotte stipendiée (ναυτικòν ἀ&γείρων ἐπὶ μίσθῳ). Cette flotte, commandée par Figulus et fournie par les Rhodiens, les Lyciens, les Pamphyliens et les Ciliciens4, devait se concentrer à Laodicée-sur-Mer, où Dolabella avait établi son quartier général. Cassius, arrivé en Syrie, demanda lui aussi des navires (60, 260) aux Rhodiens, aux Lyciens et aux Phéniciens. Les Sidoniens s’exécutèrent aussitôt, puis les Aradiens, suivis par les Tyriens, après quelques tergiversations (61, 261-262). En revanche, les Rhodiens et les Lyciens firent valoir qu’ils avaient déjà fourni des navires à Dolabella (61, 264). L’argument peut paraître maladroit, mais on comprend que ces loyaux sujets de Rome exprimaient simultanément le souci de respecter leurs obligations et aussi le refus de vider les caisses publiques deux fois de suite en soutenant dans une guerre civile un parti après l’autre5. Après la prise de Laodicée, Cassius traita la ville durement (61, 268). Il remonta ensuite vers l’Ionie. Sur sa route, Appien signale tout d’abord (64, 273) la stasis qui éclata à Tarse entre partisans de Dolabella et partisans de Cassius. Ces derniers eurent le dessus, mais Cassius n’en imposa pas moins à la ville une énorme contribution de guerre de 1 500 talents : Appien s’appesantit sur les difficultés rencontrées par les Tarsiens pour réunir cette somme. Ce fut ensuite le tour des Lyciens et des Rhodiens, Brutus se chargeant des premiers et Cassius des seconds (65, 277-278). Cassius fit connaître aux Rhodiens ses exigences, assorties de menaces (66, 281). Son vieux maître Archélaos tenta vainement de le fléchir (67, 284 sq.). Il fallut s’exécuter6 et Appien termine son exposé des actions de Cassius par la mention d’une contribution extraordinaire imposée aux peuples d’Asie (74, 313)7.

  • 8 L’activité de Brutus en Lycie est brièvement évoquée par Dion Cassius, XLVII, 34, 1-6.

3De son côté, Brutus8 provoqua le suicide collectif des habitants de Xanthos (80, 337). Il se rendit ensuite à Patara (81, 339) où il invita sans ménagements la population à payer (ἐσφέρενν ὑπò ζημίαις καὶ μηνύμασιν) : on comprendra que sa requête était accompagnée de la menace d’une sanction en cas de non-exécution. Ces pauvres gens, épouvantés par ce qui s’était passé à Xanthos, n’opposèrent pas de résistance. Dans le cas de Myra, l’apparition de Lentulus devant la station navale de la ville, Andriaké, suffit à provoquer la soumission des habitants (82, 344). Le κοινόν des Lyciens envoya alors une ambassade à Brutus, lequel imposa une contribution de guerre (ἐσφορὰς ... ἐπέβαλε) et se fit suivre par la flotte lycienne jusqu’à Abydos, d’où il passa à Sestos (82, 345) avant d’aller rencontrer son noir destin dans les champs de Philippes.

  • 9 Plutarque, Brut., 28, 3. Ce qui explique que la correspondance de Cicéron soit muette sur ces évén (...)
  • 10 Il n’est pas question de la Bithynie dans le récit d’Appien et on ne peut exclure que Plutarque ai (...)
  • 11 On apprend chez Appien, BC, IV, 75, 316, que Brutus avait confié à la cité de Cyzique le fils de l (...)
  • 12 Plutarque, Brut., 28, 3.
  • 13 Ibid., 30, 1.
  • 14 Ibid., 28, 6.
  • 15 Ibid., 30, 3 sq.
  • 16 Ibid., 31, 1 sq.
  • 17 Ibid., 32, 1-2.
  • 18 Ibid., 32, 3.
  • 19 Plutarque note au passage (Brut., 21, 6) que son héros ne jugeait pas convenable d’user de contrai (...)
  • 20 Plutarque, Brut., 32, 4.
  • 21 Ibid., 34, 1.

4On peut tirer de la Vie de Brutus de Plutarque quelques précisions supplémentaires. Il apparaît clairement que Brutus, qui opérait en Macédoine, ne passa en Asie qu’après la conclusion du Triumvirat9. Il commença par faire équiper une flotte en Bithynie10 et aux alentours de Cyzique11 (περί Κύζικον) et parcourut la région, prenant contact avec les uns et les autres12. L’équipement de cette flotte lui coûta d’ailleurs beaucoup d’argent13. Puis il descendit vers l’Ionie et rencontra Cassius à Smyrne14. Plutarque expose ensuite l’activité de Brutus en Lycie : il demanda au koinon de l’argent et des troupes, mais Naucratès poussa les villes à la révolte15. Le suicide collectif des Xanthiens constitue évidemment le morceau de bravoure16. Plutarque est plus bref à propos de Patara17, dont la soumission fut bientôt imitée par l’ensemble des Lyciens18. Le philosophe se plaît à souligner la modération de son héros19, qui se borna à exiger 150 talents des Lyciens20. Après ce succès, Brutus regagna la province d’Asie et retrouva Cassius à Sardes21. De là, les deux généraux firent route vers l’Hellespont. Voilà pour le contexte historique.

  • 22 Plutarque, dans la Vie de Brutus, évoque des lettres où il était question du rhéteur Empylos (2, 4 (...)
  • 23 Cf. Flacelière R., Vie de Brutus (CUF, 1978), p. 35, renvoyant à 53, 6-7. C’est cette dernière let (...)
  • 24 C’est le codex 158 de la Bibliothèque.
  • 25 Ce Syrien paraît avoir vécu entre 130 et 200 apr. J.-C.
  • 26 Philostrate, Lettre, I, p. 257-258 Kayser.

5On sait par Plutarque que, de son temps, on conservait de nombreuses lettres de Brutus22, qu’il tient pour authentiques, sauf une à propos de laquelle il laisse percer un doute23. Ces lettres ont joui d’une réelle célébrité jusque sous les Sévères. Phrynichos l’Arabe, contemporain de Marc Aurèle et de Commode, auteur d’une Préparation à la Sophistique résumée par Photius24, citait Marcianus de Dolichè25, critique littéraire de quelque réputation, qui vantait en ces termes les lettres de Brutus : καὶ Μαρκιανόν ψησι, τὸν κριτικὸν συγγραφέα, ὑπερορᾶν μὲν Πλάτωνος καὶ Δημοσθένους, τὰς δὲ Βρούτου τοῦ Ιταλοῦ ἐπιστολὰς προκρίνειν. Ainsi, les lettres (grecques) attribuées à Brutus, jugées très au-dessus de celles que l’on pensait avoir été écrites par Platon et par Démosthène, étaient devenues des modèles proposés à l’imitation. Pour Philostrate26, orfèvre en matière d’épistolographie, Brutus est champion dans sa catégorie, celle des chefs d’armées :

  • 27 Pour le corpus des lettres attribuées à Apollonios de Tyane, voir Perrella R. J., Th e Lettrers of (...)
  • 28 Philostrate paraît penser que le secrétaire de Brutus était le véritable rédacteur de cette

6τὸν ἐπιστολικὸν χαρακτῆρα τοῦ λόγου μετὰ τοὺς παλαιοὺς ἄριστά μοι δοκοῦσι διεσκέφθαι φιλοσόφων μὲν ὁ Τυανεὺς27 καὶ ὁ Δίων, στρατηγῶν δὲ Βροῦτος ἢ ὅσῳ Βροῦτος ἐς τὸ ἐπιστέλλειν ἐχρῆτο28, βασιλέων δὲ ὁ θεσπέσιος Μάρκος, <...> ῥητόρων δὲ ἄριστα μὲν Ἡρώδης ὁ Ἀθηναῖος ἐπέστελλεν κ. τ. λ.

  • 29 Portalupi F., Bruto e i neo-atticisti, Turin, 1955, avait soutenu, avec de bons arguments, que l’o (...)

7À Hérode Atticus, Philostrate reproche toutefois un excès d’atticisme et une fâcheuse tendance au bavardage : ce sont des défauts qu’il ne trouvait certainement pas chez Brutus29.

  • 30 Hercher R., op. cit., p. 177 sq. Consulter cette édition suppose évidemment que l’on soit capable (...)
  • 31 Sur ces lettres, cf. Broughton T. R. S, Roman Magistrates, II, Oxford, 1952, p. 361, qui estime qu (...)
  • 32 Les deux mots sont platoniciens et se font écho. C’est un argument en faveur d’une datation haute (...)

8On possède d’autre part, en plus des lettres privées conservées dans le corpus cicéronien, dont quelques-unes sont jugées apocryphes, une συναγωγή de lettres officielles de Brutus rassemblée par un mystérieux « roi Mithridate » à l’intention d’un sien cousin30. Ce recueil contient 35 lettres de Brutus agrémentées chacune d’une réponse. La première et la dernière lettre de cette συναγωγή, ainsi que la lettre 25, adressée au koinon des Lyciens, sont citées par Plutarque dans la Vie de Brutus31, comme des exemples de βραχυλογία « Mithridate » vantant quant à lui la βραχυλογία de Brutus32. En voici le texte :

9Lettre 1, aux Pergaméniens = Plutarque, Brutus, 2, 6 :

Ἀκούω ὑμᾶς Δολοβέλλᾳ δεδωκέναι χρήματα· ἃ εἰ μὲν ἐκόντες ἔδοτε, ὁμολογεῖτε ἀδτκεῖν, εἰ δ' ἄκοντες, ἀποδείξατε τῷ ἐμοὶ ἑκόντες δοῦναι. « J’entends dire que vous avez bel et bien donné de l’argent à Dolabella. S’il est vrai que vous l’avez donné de votre plein gré, vous reconnaissez être en tort. Si vous l’avez fait malgré vous, montrez-le en m’adressant un don volontaire. »

10Lettres 25, au koinon des Lyciens = Plutarque, Brutus, 2, 8 :

  • 33 L’article, omis par les manuscrits de Plutarque, apparaît dans le texte du Pseudo-Mithridate. Sa p (...)

Ξάνθιοι τὴν ἐμὴν εὐεργεσίαν ὑπεριδόντες τάφον τῆς33 ἀπονοίας ἐσχήκασι τὴν πατρίδα, Παταρεῖς δὲ πιστεύσαντες ἑαυτοὺς ἐμοὶ οὐδὲν ἐλλείποῦσι διοικοῦντες τὰ καθ' ἕκαστα τῆς ἐλευθερίας. Ἐξὸν οὖν καὶ ὑμῖν ἤ τὴν Παταρέων κρίσιν ἤ τὴν Ξανθίων τύχην ἑλέσθαι. « Pour avoir dédaigné ma bienfaisance, les Xanthiens ont eu leur patrie pour tombeau de leur désespoir. Les Pataréens en revanche, pour m’avoir offert leur deditio, administrent tous les chapitres de leurs affaires sans aucune diminution de leur liberté. Qu’il vous soit donc permis à vous aussi de choisir soit l’option des Pataréens, soit le sort des Xanthiens. »

11Lettre 35, aux Samiens = Plutarque, Brut., 2, 7 :

Ai βουλαὶ ὑμῶν ὀλίγωροι, αἱ ὑπουργίαι βραδεῖαι. Τί τούτων τέλος ἐννοεῖσθε... « Vos délibérations traduisent votre négligence, vos secours traînent. Le résultat de cela, quel est-il dans votre tête ? »

  • 34 Plutarque, Brut., 2, 3.
  • 35 Le genre épistolaire était apprécié et les lettres fictives faisaient fureur dans ce milieu : voir (...)

12Le jugement porté par Plutarque34 sur le style de Brutus dans ses lettres grecques s’appuie évidemment sur le corpus qu’il avait sous les yeux : Ἐλληνιστὶ δὲ τὴν ἀποφθεγματικὴν καὶ Λακωνικὴν ἐπιτηδεύων βραχυλογίαν ἐν ταῖς ἐπιστολαῖς ἐνιαχοῦ παράσημός ἐστιν. Ce n’est pas un argument en faveur de l’authenticité du recueil. Mais il est certain que celui-ci fut connu trop précocement pour être le fruit de l’imagination de quelque ténor de la IIe sophistique soucieux de fabriquer des paradigmes d’imperatoria breuitas35.

*

  • 36 Ces remarques préliminaires témoignent en faveur de l’honnêteté de ce Mithridate.

13Dans la préface qu’il adresse à ce cousin, appelé lui aussi Mithridate, l’auteur du recueil explique que, trouvant dans la correspondance de Brutus un exemple de concision et aussi de grandeur d’âme (μεγαλοψυχία), il s’est livré à un exercice de style (γύμνασμα) en fabriquant des réponses vraisemblables (λόγους οἵους εἰκὸς ἦν ἕκαστον ἀποκρίνασθαι). Pour ce faire, il a puisé dans les ouvrages historiques (τὰ μὲν ἐξ ιστοριῶν ἐπιλεςάμενος) : le moyen ἐπιλέγομαι n’étant pas normalement construit avec ἐκ, le sens se déduit du nom technique ἐπίλεγμα, qui s’applique à un extrait de document. Quand Mithridate se trouvait en présence d’une correspondance suivie, ce qui est souvent le cas, il reconnaît qu’il lui était possible de reconstituer par conjecture, à partir de la seconde ou de la troisième lettre de Brutus, la teneur des réponses perdues36.

  • 37 Le choix d’un tel pseudonyme aurait toutefois de quoi surprendre, car on imagine mal un lettré gre (...)
  • 38 Il ressort d’une lecture rapide que la langue des lettres attribuées à Brutus n’est pas marquée pa (...)
  • 39 Plutarque, Ant., 61, 1. Sur ce personnage, voir Facella M., La dinastia degli Orontidi nella Comma (...)
  • 40 Dion Cassius, LII, 43, 1.
  • 41 Dion Cassius, LIV, 9, 3. On ignore pour quelle raison la discorde avait éclaté entre Mithridate II (...)
  • 42 Chantraine, DELG, s. v. ἀνεψιός, rappelle que, selon Benveniste, le terme s’appliquait stricto sen (...)

14Le recueil transmis par le manuscrit d’Heidelberg n’est donc pas négligeable, puisqu’il paraît dériver de celui qu’utilisait Plutarque, les réponses – dont, s’il les connaissait, ne faisait évidemment pas état l’auteur de la Vie de Brutus puisqu’il les savait apocryphes – ayant été rédigées par un homme instruit, capable de chercher chez les historiens les données dont il avait besoin pour composer les lettres des peuples et cités d’Asie Mineure impliqués bien malgré eux dans une guerre civile qui ne les concernait pas. S’il ne s’agit pas d’un pseudonyme37 dissimulant un grammairien ou un sophiste, contemporain de Trajan ou d’Hadrien38, composant, pour son divertissement, non sans ironie, une correspondance fictive, quel pourrait être ce « roi Mithridate » ? En fait, le seul prince répondant à la définition de l’intitulé me paraît Mithridate II de Commagène, qui, monté sur le trône en 36 av. J.-C., combattit à Actium dans le camp d’Antoine39. Auquel cas le « cousin » dont il est question serait le futur Mithridate III. Antiochos, frère de Mithridate II, fut exécuté sous Auguste, en 29 av. J.-C., après avoir été condamné par le Sénat pour meurtre40. Cet Antiochos ne saurait être le père de Mithridate III, qui, encore adolescent, monta sur le trône41, sans doute en 20 av. J.-C., et ne régna que peu de temps. Le jeune souverain désigné par Auguste appartenait probablement à une branche collatérale des Orontides42, car Dion Cassius ne fournit aucune indication précise sur sa généalogie.

  • 43 L’existence de telles correspondances est bien attestée. Au moment de sa rupture avec César, Pompé (...)
  • 44 Sullivan R. D., Near Eastern Royalty and Rome 100-30 B. C., Toronto, 1989, p. 197-198.

15Il faudrait alors supposer que Mithridate II rassembla ou fit rassembler, entre 30 et 20 av. J.-C., les lettres de Brutus conservées dans les archives de diverses cités d’Asie43, en forma le recueil et composa les réponses appropriées. Ce n’est pas impossible, les rois de Commagène ayant été des hellénophones et des philhellènes amis des Romains44. Mais pourquoi ? Certainement pas pour déconsidérer Brutus, dont la μεγαλοψυχία est célébrée dans la Préface. Si l’on avance l’hypothèse qu’il s’agissait d’une sorte de manuel rédigé pour l’éducation d’un jeune prince, on peut admettre que les lettres de Brutus, par leur laconisme, constituaient d’excellents modèles, et aussi que les considérations morales formulées par un gouverneur romain se piquant de philosophie, considéré après sa mort comme un personnage admirable, étaient censées contribuer à la formation d’une « âme royale ».

16Plutarque ne paraît pas avoir nourri de doutes sur l’authenticité du recueil et il faut reconnaître que les propos de Brutus sonnent vrai. Voici quelques détails susceptibles de donner confiance à un lecteur instruit :

  1. Brutus déclare avoir envoyé en Bithynie l’un de ses amis, Aquila, pour veiller à l’équipement d’une flotte. Il ne peut évidemment s’agir de Pontius Aquila, légat de Decimus Brutus, mort durant le siège de Modène45. Mais on connaît aussi un Quintus Aquila, qui commanda une partie de la flotte de Jules César en 46, lors du Bellum Africum46. Si l’on pouvait être sûr que ce Quintus Aquila s’était rangé en 43 aux côtés de Brutus, on tiendrait une preuve de poids. La lettre où apparaît ce personnage ne comporte malheureusement pas l’indication du praenomen ;
  2. Les habitants de Tralles invoquent comme excuse l’influence exercée au sein de leur cité par un certain Ménodôros, ami de Dolabella. Or un décret hellénistique de Tralles mentionne précisément un personnage de ce nom, qui exerça les fonctions de stéphanophore47. Cette inscription n’est pas datée. Mais l’anthroponyme n’est pas fréquent. Il vient à l’esprit que le Ménodôros dénoncé par les Tralliens pourrait être soit le stéphanophore lui-même, soit un membre de sa famille ;
  3. La mention des carrières de marbre de Proconnèse sonne également vrai : la qualité de la pierre extraite était connue des Romains48 et le produit de sa vente pouvait effectivement renflouer les finances de Cyzique ;
  4. Enfin, si l’on veut bien considérer que l’anthroponyme Damasippos n’est pas fréquent, il n’est pas négligeable qu’un Damasippos fils de Sôkratès apparaisse dans une liste49 de Rhodiens datée de circa 70 av. J.-C.
  • 50 Rühl F., « Die griechischen Briefe des Brutus », Rhein. Mus., no 70, 1915, p. 315-325, plaida en f (...)
  • 51 Ce qui avait été bien vu par Rühl.
  • 52 Ou par son secrétaire. Rühl F., op. cit., p. 316-317, suppose que la collection utilisée par Pluta (...)
  • 53 Le désarmement des cités à partir du règne d’Auguste est soigneusement étudié par Brélaz C., « L’a (...)
  • 54 De la même manière que, dans les campagnes françaises, les maires et autres responsables s’employè (...)

17On ne pourra sans doute jamais prouver entièrement l’authenticité des lettres grecques de Brutus50. Plutarque croyait pouvoir en tirer parti et l’on serait enclin à partager sa confiance, étant entendu que le philosophe de Chéronée avait jeté une gaze pudique sur tout ce qui, dans cette correspondance, pouvait ternir l’image de son héros51. Quant aux réponses, si elles ont été fabriquées par Mithridate II de Commagène52 dans le dernier quart du Ier siècle av. J.-C., elles ont le mérite de donner, à partir de sources historiques perdues, une image vraisemblable de l’état d’esprit des habitants de l’Asie à l’époque des guerres civiles. Être sans ressources, ou faire semblant de l’être, préférer les paroles aux actes, lanterner les éphémères détenteurs de l’autorité et adopter, comme on dit, un profil bas en se disant désarmé53, autant de moyens de survie mis en pratique presque partout par les représentants des élites locales, gens habitués depuis des générations à éluder, dans toute la mesure du possible, les requêtes des maîtres du moment54.

  • 55 On trouvera en annexe un tableau analytique de cette correspondance.

18Je résumerai rapidement la teneur de ces dossiers, en soulignant que l’ironie de certaines réponses est soutenue par l’élégance d’un style qui frôle parfois la préciosité55.

Brutus et les Pergaméniens

19Brutus s’adresse aux Pergaméniens pour leur reprocher d’avoir donné à Dolabella de l’argent – on apprendra plus loin que la somme s’élevait à cinquante talents – et pour en réclamer à son tour. Les Pergaméniens répondent qu’ils ont été contraints de satisfaire aux demandes de Dolabella, et qu’ils avaient de l’argent à ce moment-là. Maintenant, ils n’en ont plus pour satisfaire Brutus. Celui-ci se fâche et fait savoir à ses interlocuteurs qu’ils devront payer de gré ou de force, et que dans ce dernier cas il ne leur en sera su aucune reconnaissance (χάρις). Les Pergaméniens s’excusent. On apprend dans la troisième lettre de Brutus que les ambassadeurs de Pergame ont certes apporté de l’argent, mais pas assez. Brutus les invite donc à faire encore un effort. Mais ils répondent qu’ils ne peuvent donner plus en raison de leur ἀσθένεια. Brutus les accuse alors de soutenir Dolabella et les menace de les traiter en ennemis. Ils répondent que, si Brutus s’était dépêché de prendre contact avec eux, ils n’auraient pas fourni de subsides à Dolabella : qu’il leur soit donc permis de réparer leur erreur. On apprend dans la cinquième lettre que les ambassadeurs de Pergame sont venus à Abdère apporter un décret voté par leur cité et une contribution de 200 talents, dont Brutus les félicite. En réponse, les Pergaméniens soulignent que, malgré leur dénuement, ils ont donné à Brutus quatre fois plus d’argent qu’à Dolabella, ce qui prouve leur loyauté.

Brutus et les Rhodiens

20Brutus oppose le traitement infligé à Xanthos, qui avait résisté, à celui dont venait de bénéficier Patara, cité obéissante. Les Rhodiens sont priés de choisir. Ils répondent avec fierté que rien ne compte plus pour eux que la liberté.

Brutus et Cos

21Brutus fait savoir aux habitants de Cos que Cassius a réduit les Rhodiens en esclavage et que toute la Lycie s’est soumise. Ils ont donc le choix entre le statut de douloi et celui de philoi. Ils affirment dans leur réponse avoir depuis longtemps choisi le camp républicain, de telle sorte que les menaces sont hors de propos. Brutus réclame alors des navires et reçoit une réponse empressée. On apprend toutefois un peu plus loin que, si des émissaires romains se trouvaient dans l’île pour obtenir de l’aide, Brutus avait à se plaindre de la lenteur avec laquelle la cité mettait sa flotte en état d’appareiller. La cité répond que la lenteur des préparatifs ne sera pas préjudiciable à Brutus et qu’il disposera en heure et en temps des navires qu’il réclame.

Brutus et Patara

22Le navarque rhodien Damasippos s’étant réfugié à Patara avec deux navires pontés, Brutus ordonne à la cité de l’empêcher de reprendre la mer. La réponse prend la forme d’une lettre d’excuses : le courrier de Brutus est arrivé alors que Damasippos était déjà reparti pour une destination inconnue.

Brutus et Caunos

23Brutus accuse les Cauniens de ne le soutenir qu’en paroles. Ils répondent que leurs moyens ne sont pas à la hauteur de leur zèle.

Brutus et les Lyciens

24Dans une première lettre accompagnée de menaces, Brutus envoie aux Lyciens l’ordre de faire parvenir sous trente jours à Cassius, qui vient de commencer le siège de Rhodes, toutes les machines dont ils disposent pour un siège ou un combat naval. Les Lyciens mettent en avant leur empressement, mais préviennent que leur matériel est vétuste. De la seconde lettre de Brutus, il ressort que les Lyciens avaient effectivement envoyé du matériel à Cassius, en respectant les délais, et qu’on ne saurait leur reprocher le fait que les secours n’arrivèrent qu’après la prise de Rhodes. Les Lyciens expriment en retour leur satisfaction. La troisième lettre suit le désastre de Xanthos. Les Lyciens sont invités à choisir entre le sort de Xanthos et celui de Patara. Ils font évidemment preuve de la sagesse attendue. Suit l’interdiction d’accueillir les fugitifs échappés de Xanthos, sauf à Patara, Myra, Kôrikos et Phaselis. En voyant ainsi la misère des Xanthiens rescapés, les Lyciens mesureront l’excellence du choix qu’ils ont fait. Les Lyciens remercient Brutus de sa bonté de cœur.

Brutus et Caunos

25Cette correspondance est l’une des plus intéressantes du recueil, car Brutus y définit – je reviendrai plus loin là-dessus – une sorte de code de bonne conduite à l’usage des sujets des Romains. Il en ressort que les Cauniens doivent manifester leur bon vouloir en fournissant les prestations demandées. Ils répondent que Brutus peut être assuré de leur zèle.

Brutus et Damas ( ?)

26C’est la seule lettre du recueil qui soit adressée à un personnage isolé, au demeurant inconnu. Brutus réclame armes et argent. La réponse est brève et évasive.

Brutus et Cyzique

27Brutus invite les habitants de Cyzique à transporter au plus vite jusqu’à l’Hellespont, soit par terre, soit par mer, le matériel de guerre fourni par la province de Bithynie. Ils répondent qu’ils feront de leur mieux malgré la présence de forces ennemies sur terre et de tempêtes sur mer. Dans une seconde lettre, Brutus remercie les citoyens de leur zèle et leur accorde en récompense l’exploitation de carrières de marbre. La cité se confond en remerciements, tout en faisant observer que son zèle n’était pas dicté par l’appât des récompenses. Les bonnes relations paraissent s’être quelque peu détériorées ensuite. Dans une troisième lettre, Brutus déclare en effet avoir reçu une ambassade de Cyzique venue lui annoncer que, le trésor public étant vide, la cité demandait à être exemptée de l’eisphora. Faute d’argent, le magistrat romain réquisitionnera donc les hommes. Dans sa réponse, la cité assure Brutus de sa loyauté.

Brutus et Smyrne

28Brutus se plaint du manque de zèle des habitants, les invite fermement à ne plus se comporter en κάκοι et les presse de fournir les prestations imposées. Les gens de Smyrne se plaignent de leur côté de la συνέχεια τῶν ἐπιταγῶν et opposent à Brutus un refus justifié par leur manque de moyens.

Brutus et Myra

  • 56 Il s’agit là de topoi qui reviennent fréquemment chez Diodore.

29Dans une première lettre, Brutus menace les habitants de cette ville de les traiter comme ceux de Xanthos, s’ils ne lui ouvrent pas leurs portes. Les habitants répondent par une dissertation sur la clémence, digne de Diodore : la bonté manifestée par le vainqueur à l’égard des vaincus provoque leur εὐνοία alors que les menaces produisent la haine, les effets de l’espoir s’opposant à ceux du désespoir56. On peut déduire d’une seconde lettre que Myra se soumit sans grand enthousiasme : Brutus reproche en effet à la cité la lenteur avec laquelle elle avait fourni les secours demandés. Les citoyens s’en tirent par une élégante pirouette : la célérité de Brutus les a pris de vitesse.

Brutus et Milet

30Brutus adresse une lettre méprisante aux Milésiens, qui ne méritent même pas le nom de « cité » puisqu’ils ne peuvent fournir ni hommes ni argent, ce qu’ils reconnaissent humblement. On voit ici comment une ville ionienne démilitarisée et prétendument sans ressources parvenait à tirer son épingle du jeu et, sous une autre forme, l’esquive pourrait figurer dans une collection de stratagèmes.

Brutus et Tralles

31Le dossier est complexe, car les Tralliens insistent sur le fait qu’ils observent scrupuleusement les termes de la symmachia conclue avec les Romains. Brutus leur reproche d’avoir accueilli Dolabella chez eux et les presse de le chasser. Dans leur réponse, les Tralliens lui expliquent leur embarras : c’est Ménodôros, l’un des principaux citoyens, qui a proposé d’accueillir Dolabella. Brutus leur intime l’ordre d’exiler ce Ménodôros et d’expulser Dolabella. Les Tralliens répondent que Ménodôros est parti de lui-même avec Dolabella. Brutus réclame alors l’argent de Ménodôros et les fonds que Dolabella aurait déposés chez celui-ci. La réponse est qu’il n’y a plus d’argent. L’affaire s’arrête là.

Brutus et les Bithyniens

32Brutus demande beaucoup d’argent aux Bithyniens, au motif que ses besoins sont importants. Les Bithyniens se plaignent dans leur réponse de to ; τὸ τῶν εἰσφορῶν πλῆθος Brutus répond par des considérations philosophiques : celui qui dépense l’argent pour faire la guerre se donne plus de mal que celui qui simplement le fournit. Dans la lettre suivante, on apprend que Brutus avait envoyé aux Bithyniens l’un de ses officiers, Aquila, chargé de leur faire construire cinquante navires de charge et deux cents navires de guerre, soit l’équivalent de ce qu’ils avaient déjà fourni à Dolabella. Les Bithyniens devront fournir les équipages et le σιτήρεσιον pour une campagne de quatre mois. Il leur faudra également transporter le bois de construction jusqu’à la côte et fournir la main-d’œuvre. Les Bithyniens objectent qu’ils n’ont rien fourni à Dolabella, faute de moyens adéquats, et qu’ils ne peuvent pas non plus satisfaire à ses exigences. Brutus fait alors état d’une lettre d’Aquila les accusant de ῥαθυμία. Les Bithyniens répliquent qu’ils ne sont pas en proie à la ῥαθυμία, mais à l’ ἀσθενεία. Les menaces resteront donc sans effet. Brutus réitère ses demandes en termes pressants mais s’attire la même réponse. Il change alors de tactique. Puisque les Macédoniens, les Lesbiens et les Phéniciens lui ont fourni les navires dont il avait besoin, il exige seulement des Bithyniens 400 talents εἰς τò ἐπιβατικόν : cette fois, les Bithyniens ne pourront invoquer l’excuse du mauvais temps. La réponse des Bithyniens témoigne d’une grande habileté dans l’art d’éluder les requêtes. Le mauvais temps les a certes empêchés de faire partir les navires demandés mais ils ont dépensé tout l’argent disponible à les construire. Or, si l’on peut transformer de l’argent en navires, l’opération inverse s’avère impossible. Brutus se retrouve le bec cloué.

Brutus et les Samiens

33Dans cette lettre très brève, Brutus dénonce leur mauvaise volonté. Ils répondent en invoquant eux aussi leur ἀσθενεία.

*

34Quel enseignement tirer des lettres attribuées à Brutus, sinon que l’on y voit à l’œuvre une dialectique fondée sur un type de relation entre gouvernants et gouvernés comparable à celle qui existe entre le maître et l’esclave ?

  • 57 L’expression est rare. Le LSJ ne donne pas d’autre exemple que le papyrus de Théadelphie édité par (...)

35Commençons par les gouvernants. La doctrine exposée par Brutus paraphrase le fameux parcere uictis / debellare superbos. Dans la lettre 11, destinée à intimider les Rhodiens, Brutus oppose en effet la punition impitoyable infligée aux Xanthiens au traitement généreux réservé aux habitants de Patara : dans le premier cas, tous les hommes adultes ont été égorgés (ἡβηδὸν ἀπεσφάξαμεν) et la ville incendiée (τὴν πόλιν...κατεπρήσαμεν) ; dans le second cas, diverses charites ont récompensé une prompte soumission : une a ἄφεσις φόρων ; la reconduction du statut de cité libre et autonome (ἐλευθέρους αὐτοὺς καὶ αὐτονόμους συγχωρήσαντες) ; enfin un don de cinquante talents pour restaurer des bâtiments tombés en ruine. La leçon se tire aisément : les Rhodiens préfèrent-ils que Brutus se comporte en ennemi ou en ami et en évergète ? Dans la lettre 13, adressée à Cos, Rhodes est d’ailleurs accusée d’arrogance excessive (αὐθάδης = superbus). Les Lyciens, en cédant à la nécessité, ont obtenu quant à eux de ne pas subir les effets du recours à la force (τὸ ἀβίαστον)57. Dans la lettre 25 (citée par Plutarque), Brutus oppose de nouveau le sort de Xanthos à celui de Patara. Il y vante même son εὐεργεσία : on comprend que Plutarque, voulant donner de Brutus l’image d’un philosophe, ait tiré parti de cette lettre et fait silence sur la lettre 11. Dans la lettre 27, adressée aux Lyciens, Brutus insiste encore sur l’exemplarité du châtiment infligé aux Xanthiens. S’ils offrent asile aux fugitifs, οὐδὲν μετριώτεροv πείσονται Ξανθίων. En matière de châtiment, le philosophe Brutus se soucie peu de mesure ! Il revient encore dans la lettre 43, adressée à Myra, sur la punition infligée à Xanthos. Les habitants vaincus imploraient sa pitié (ἐλεεῖσθαι ὑφ' ἡμῶν ἱκέτευον), mais il a rejeté leurs prières parce qu’ils avaient placé leurs espoirs dans l’usage des armes. Il a donc considéré que ces gens méritaient une destruction totale (τούτους οὖν ἐπιτηδείους παντελοῦς ἀπωλείας ἐθέμεθα). Ceux qui résisteraient ne le trouveraient pas dans des dispositions d’esprit plus indulgentes. D’ailleurs, dans la mesure où il détient ses pouvoirs du Sénat, Brutus estime avoir le droit de son côté, de telle sorte que les sujets de Rome ne peuvent invoquer comme excuse la situation de guerre civile. Il semble en effet ressortir de la lettre 51, adressée à Tralles, que les habitants de cette ville estimaient ne rien faire de répréhensible en accueillant Dolabella sur leur territoire. Brutus les détrompe : s’ils ne chassent pas Dolabella, ils seront considérés comme des ennemis et s’exposeront à perdre tout ou partie de leur territoire, considéré comme prise de guerre en cas de victoire. Brutus revient sur la question dans la lettre 53 et précise qu’il ne considérera jamais les Tralliens comme des ἀκούσιοι πολέμιοι, méritant son indulgence, s’ils ne prennent pas nettement parti contre Dolabella. Le repentir (μετάνοια) offre certes une porte de sortie. Mais ceux qui ont fait le mauvais choix doivent savoir se repentir à temps. La lettre 5, aux Pergaméniens, est limpide sur ce point : « on ne doit pas en effet accorder le pardon à ceux qui ne se repentent pas avant d’avoir complètement perdu courage ».

36Les lettres 55 et 57 traitent un cas particulier en matière de μετάνοια, car elles opposent la responsabilité collective à la responsabilité individuelle. Elles mettent en effet en lumière le rôle joué par l’un des principaux citoyens de Tralles, Ménodôros, ξένος καὶ φίλος de Dolabella. La cité paraît avoir rejeté sur ce personnage la responsabilité de l’accueil empressé réservé à Dolabella, lui trouvant semble-t-il une excuse dans le fait qu’il était le client du consul. Brutus répond qu’il examinera de façon plus approfondie les responsabilités des uns et des autres mais que, pour l’heure, les gens de Tralles doivent exiler Ménodôros, accusé de « vendre sa patrie » (τὴν πατρίδα πωλοῦντι) et d’avoir recherché son intérêt personnel (τοῦ ἰδίου λυσιτελοῦς ἕνεκα). Ils doivent également repousser Dolabella et, s’ils ne le font pas, il les jugera de connivence avec Mènodôros. On apprend dans la lettre 57 que Dolabella avait déposé de l’argent chez son hôte, d’autres dépôts étant évoqués en termes trop allusifs pour que l’on sache exactement de quoi il s’agissait. Cet argent doit être récupéré auprès des fils de Mènodôros et envoyé à Brutus, qui fixe à ce propos les limites de son indulgence (ἐπιείκεια) : les hôtes et amis de ses ennemis n’ont rien de plus à attendre « que de ne rien subir eux-mêmes ».

37Les sujets sont tenus en suspicion par le détenteur du pouvoir qui possède son réseau d’informateurs. La lettre 17 nous apprend ainsi que le marchand Hermodôros de Samos avait informé Brutus de la présence du Rhodien Damasippos dans le grand port de Patara. En Bithynie, c’est un ami de Brutus, Aquila, qui le tient au courant de l’avancement des travaux de construction. Ainsi surveillés, les sujets sont fréquemment accusés de simuler (προσποιεῖσθαι). Dans la lettre 5, par exemple, les Pergaméniens sont accusés de faire semblant de manquer de moyens. Dans la lettre 19, reproche est adressé pareillement aux habitants de Caunos d’avoir envoyé une ambassade exprimer une εὔvoια qui ne s’est pas encore traduite dans les faits. Brutus oppose à cette occasion deux catégories de sujets : ceux qui manifestent de la bonne volonté (εὔvoια) et ceux qui font preuve de mauvaise volonté ou de malveillance (δυσμένεια). Dans la lettre 67, il rejette ironiquement, comme une fausse excuse, le mauvais temps qui aurait empêché les Bithyniens de lui faire parvenir les navires réquisitionnés.

38Les reproches les plus fréquents sont ceux de lenteur et de lâcheté. Dans la lettre 29, Brutus réprimande par exemple les habitants de Cos pour la lenteur avec laquelle ils équipent leur flotte. Dans la lettre 35, à Cyzique, il précise que si les armes qui doivent être livrées lui parvenaient trop lentement ou tombaient entre les mains des ennemis, il en tiendrait la cité responsable. Dans la lettre 45, à Myra, il reproche à cette ville sa lenteur : arriver quand tout est fini équivaut à n’avoir rien fait. Il ressort de la lettre 63 que les Bithyniens, qui avaient reçu l’ordre de construire 250 navires, faisaient preuve d’une si grande insouciance (πολλὴ ῥαθυμία) qu’Aquila baissa les bras. Brutus reproche d’ailleurs à celui-ci sa « résignation » (ἀνεξικακία – un terme de la langue philosophique qui ne paraît pas attesté avant Plutarque) et rappelle que les Bithyniens doivent agir ἐκόντες et non pas ἄκοντες. Dans la lettre 69, les Samiens sont accusés de lenteur et de négligence. Dans la lettre 17, enfin, les habitants de Patara sont avertis qu’ils commettraient une ἀδικία et feraient preuve d’ἀνανδρία s’ils laissaient repartir le navarque rhodien Damasippos.

  • 58 Brutus paraît avoir lu Thucydide. Je ne puis développer ici ce point.

39Venons-en aux devoirs des sujets. La lettre 31, adressée à Caunos, oppose deux types de comportement. Brutus évoque d’abord les services accomplis de façon ostentatoire (κατ' ὄψιν) qui, estime-t-il, sont affectés par la flatterie (κολακεία) ou par la peur (φόβος) ou encore résultent de la nécessité (δι' ἀνάγκης). La vraie fidélité (βεβαιότης) consiste pour une cité à exécuter avec empressement (προθύμως) tous les ordres des Romains et à persévérer dans une constante disponibilité (τò διηνεκῶς ἕτοιμον). La défaillance n’était donc point tolérée. Une doctrine similaire est exposée dans la lettre 41, adressée à Smyrne : « Quand il est constant, le zèle des sujets est signe de fidélité envers les gouverneurs » (τò πρόθυμον τῶν ὑπηκόων διηνεκὲς μὲν ὂν βεβαιότητα δηλοῖ πρὸς τοὺς ἡγεμόνας). Si ce zèle fait défaut, les services accomplis résultent de l’άσθένεια des sujets et non de leur γνώμη. Il est clair que, pour Brutus, le comportement des sujets doit être dicté par la raison58 et non par le sentiment de leur impuissance.

  • 59 C’est l’expression attendue : cf. OGIS, 444, 15 (Ilion, Ier s. av. J.-C.) παρεῖσθαι τὰς πόλεις τῶν (...)

40Les sujets ne peuvent en aucune façon se soustraire à leurs obligations et la lettre 39 clarifie ce point. Cyzique, par la voix de ses ambassadeurs, avait demandé à être libérée de ses obligations militaires (παρεῖσθαι τῆς συμμαχίας)59. La ville invoquait son ἀσθένεια et le fait que le trésor public était vide (ἀπορεῖν τὰ κοινά). Brutus rejette la requête, accuse Cyzique de spéculer sur une issue malheureuse de la guerre et profère deux menaces : obligés de servir contre leur gré, les citoyens de Cyzique ne seront plus traités comme des alliés, mais comme de la main-d’œuvre (ὑπουργοί). De plus, en cas de victoire, ils n’auront droit à aucune récompense. La question du manque de ressources est encore abordée dans la lettre 47, adressée à Milet. On ne peut pardonner à une cité la pénurie d’argent, car elle doit se prémunir de longue date contre le manque de ressources. Ne disposant ni d’argent ni de combattants aguerris, Milet ne mérite même pas le nom de « cité ». Le thème est repris dans la lettre 49, elle aussi adressée à Milet. Les Milésiens ont des armes dans les arsenaux publics, mais ils ne s’en servent pas : or la force des armes réside dans le fait que l’on s’en sert.

  • 60 Pompée le Grand et son fils Sextus entretinrent des relations privilégiées avec Mitylène et l’on s (...)

41Ce que les Romains attendent en effet de leurs sujets, c’est qu’ils contribuent sans regimber à l’effort de guerre. Il ressort de la lettre 59, adressée aux Bithyniens, que ceux-ci étaient mécontents du grand nombre de contributions de guerre imposées par Brutus (εἰ τò τῶν εἰσφορῶν πλῆθος βαρύνεσθε). Celui-ci s’excuse en invoquant l’ampleur de ses besoins : polla ; πολλὰ εἰσπράττομεν πολλῶν δεόμενοι. La lettre 61 permet de mesurer l’énormité des fournitures réclamées. Les Bithyniens doivent fournir 50 navires de transport et 200 navires de guerre, avec les marins et les rameurs, ainsi que le σιτηρέσιον pour quatre mois. Ils doivent aussi fournir le bois d’œuvre et assurer son transport jusqu’à la mer. Il leur incombe enfin de recruter et bien évidemment de payer les ouvriers employés sur ces chantiers. Les Bithyniens trouveront divers subterfuges pour ne pas fournir les navires demandés si bien que, dans la lettre 67, Brutus, excédé, leur demande seulement de fournir 400 talents εἰς τὸ ἐπιβατικόν, sans doute la solde des équipages des navires fournis par les Macédoniens, les Phéniciens et Lesbos – une île dont la correspondance avec Brutus est absente du recueil, ce qui ne laisse pas de surprendre60.

42Il va de soi que des récompenses peuvent être octroyées en contrepartie, ainsi qu’il ressort de la lettre 37, adressée à Cyzique. La ville ayant livré en heure et en temps les fournitures demandées, Brutus lui octroie les carrières de marbre de Proconnèse. Inversement, dans la lettre 65, Brutus rappelle aux Bithyniens que tous ceux qui agissent contraints et forcés (ἄκοντες) perdent le bénéfice de la χάρις que leur vaudrait une conduite empressée. En termes voilés, il les menace de sanctions, puisque, dit-il, « ils pourront le remercier de ce qu’il leur laissera ». On ne peut exprimer plus clairement la précarité de la condition de sujet et le caractère volatile des fortunes privées.

43Même la liberté d’expression (παρρησία) est chichement mesurée. Brutus dit en effet ceci dans la lettre 3 : « Il ne faut pas en effet que bénéficient de la liberté d’expression des sujets zélés (ἡ τῶν προθύμων ὑπηκόων παρρησία) ceux qui ne nous auraient pas fourni cet argent sans la contrainte. » Bref, l’usage de la παρρησία est réservé à une catégorie particulière de sujets, ceux qui ont payé avec empressement, et c’est à eux, et à eux seuls, que les gouverneurs consentent à prêter l’oreille.

*

  • 61 Ainsi que je crois l’avoir montré à l’occasion de notre première rencontre, cf. Goukowsky P., « L’ (...)

44Si l’on tente de dresser le bilan de la partie la moins suspecte de cette correspondance, il apparaît que la cité sujette idéale agit de son plein gré, avec un empressement sans défaillance. Sa conduite est dictée par la raison. Les cités réelles se conduisent tout autrement. Certaines, poussées soit par la kolakeia, soit par la peur, répondent avec plus ou moins de zèle aux requêtes des gouverneurs. Les autres traînent les pieds, cherchent des excuses ou parfois résistent. Même philosophe, le gouverneur en est alors réduit à brandir tantôt la carotte, tantôt le bâton et, dans le cas de Xanthos, il apparaît que Brutus, en bon Romain, cassait de l’indigène sans le moindre état d’âme. L’enseignement le plus important, pour tous ceux qui font métier d’interpréter la chose écrite en langue grecque, me paraît que le langage de la κολακεία était plus répandu que celui de la παρρησία, cette liberté d’expression que, selon Diodore61, les Romains avaient précisément ôtée aux Hellènes, ce qui rangeait implicitement les premiers dans la catégorie des τύραννοι. Il me semble en tout cas que les auteurs grecs, ou du moins certains d’entre eux, réutilisèrent des topiques qui avaient défini les relations de leurs ancêtres avec l’empire des Perses, et aussi avec les puissances hégémoniques qui se succédèrent ensuite en Grèce. C’est une piste qu’il faudra sans doute explorer le jour où l’on se décidera à rééditer cette correspondance, qui ne mérite pas l’oubli (même s’il faut un jour se résigner à admettre qu’elle n’est pas authentique) et à l’étudier de près – en particulier le vocabulaire exprimant les relations entre gouvernants et gouvernés.

Notes

1 Le Palatinus Heidelbergensis gr. 398, copié à la fin du IXe s. ou au début du xe s. Une dizaine d’autres manuscrits, plus tardifs, nous ont également transmis ce texte.

2 Ce manuscrit nous a également conservé des textes géographiques d’une valeur inestimable, comme le Périple d’Hannon ou le Périple du Pont Euxin composé par Arrien. On peut donc se reporter à Marcotte D., Les Géographes Grecs, 1 (CUF, 2002), Introduction générale, p. LXXXVIII sq.

3 On trouvera ces textes dans Hercher R., Epistolographi Graeci, Collection Didot, Paris, 1873.

4 Dion Cassius, XLVII, 30, 1, signale le passage de Dolabella à Tarse. Il fut ensuite bloqué dans Laodicée.

5 Dion Cassius, XLVII, 33, 1, explique la résistance d’Ariobarzanès (ignoré d’Appien), des Rhodiens et des Lyciens par leur reconnaissance envers Jules César.

6 Dion Cassius, XLVII, 33, 4, réduit à peu de chose la résistance des Rhodiens.

7 La correspondance de Cicéron apporte elle aussi des informations, encore qu’elle s’interrompe au début de l’été 43 : le 5 mai 43, Cicéron écrit à Marcus Brutus que le Sénat souhaite que Cassius engage des opérations contre Dolabella, ut sceleris poenas persoluat. Brutus doit s’y associer (ad Br., I, 5). Le 7 mai, Cassius fait savoir à Cicéron qu’il est désormais à la tête de toutes les forces stationnées en Syrie, y compris les légions d’Allienus. La présence de Dolabella est signalée en Cilicie (Fam., XII, 12). Le 19 mai, Marcus Brutus fait savoir à Cicéron que Tillius Cimber et le roi Déjotarus ont vaincu et mis en fuite Dolabella, sans autre précision (ad Br., I, 6). Le 13 mai, une lettre envoyée de Chypre par Cassius de Parme apprend à Cicéron que L. Figulus, préfet de la flotte de Dolabella, s’est retranché à Corycos, et que Dolabella est toujours à Laodicée. Cassius campe pour sa part à Paltos. Le 29 mai, Cornelius Lentulus annonce qu’Antioche n’a pas ouvert ses portes à Dolabella et que celui-ci s’est retiré à Laodicée (Fam., XII, 4).

8 L’activité de Brutus en Lycie est brièvement évoquée par Dion Cassius, XLVII, 34, 1-6.

9 Plutarque, Brut., 28, 3. Ce qui explique que la correspondance de Cicéron soit muette sur ces événements.

10 Il n’est pas question de la Bithynie dans le récit d’Appien et on ne peut exclure que Plutarque ait tiré ses informations des lettres attribuées à Brutus. On ne peut donc pas soutenir, ce me semble, que Plutarque corrobore sur ce point la correspondance de Brutus.

11 On apprend chez Appien, BC, IV, 75, 316, que Brutus avait confié à la cité de Cyzique le fils de la reine thrace Polemokratia.

12 Plutarque, Brut., 28, 3.

13 Ibid., 30, 1.

14 Ibid., 28, 6.

15 Ibid., 30, 3 sq.

16 Ibid., 31, 1 sq.

17 Ibid., 32, 1-2.

18 Ibid., 32, 3.

19 Plutarque note au passage (Brut., 21, 6) que son héros ne jugeait pas convenable d’user de contrainte avec les Grecs.

20 Plutarque, Brut., 32, 4.

21 Ibid., 34, 1.

22 Plutarque, dans la Vie de Brutus, évoque des lettres où il était question du rhéteur Empylos (2, 4) ; des lettres adressées à Cicéron (22, 4-6) ; une lettre de Brutus à Cassius (28, 4) ; une lettre de Brutus à Atticus (29, 9).

23 Cf. Flacelière R., Vie de Brutus (CUF, 1978), p. 35, renvoyant à 53, 6-7. C’est cette dernière lettre, adressée avant de mourir par Brutus à ses amis pour leur recommander son épouse, qui éveille des doutes dans l’esprit de Plutarque.

24 C’est le codex 158 de la Bibliothèque.

25 Ce Syrien paraît avoir vécu entre 130 et 200 apr. J.-C.

26 Philostrate, Lettre, I, p. 257-258 Kayser.

27 Pour le corpus des lettres attribuées à Apollonios de Tyane, voir Perrella R. J., Th e Lettrers of Apollonius of Tyana. A critical text, Mnemosyne, Suppl. 56, Leyde, 1979. L’édition de Jones C. P., Philostratus, III. Apollonius of Tyana. Letters of Apollonius, Londres, Loeb, 2006, s’appuie sur celle de Perrella.

28 Philostrate paraît penser que le secrétaire de Brutus était le véritable rédacteur de cette

correspondance.

29 Portalupi F., Bruto e i neo-atticisti, Turin, 1955, avait soutenu, avec de bons arguments, que l’on rangeait à tort Brutus dans le groupe des orateurs latins de la tendance néo-attique. Les goûts de Brutus en matière d’éloquence laisseraient supposer qu’il ne se sentait pas obligé d’écrire dans un attique artificiel.

30 Hercher R., op. cit., p. 177 sq. Consulter cette édition suppose évidemment que l’on soit capable de lire le latin « à livre ouvert », capacité de plus en plus rare. Des trésors d’érudition se perdent ainsi. L’édition de Westermann (Leipzig, 1856) n’est pas d’un accès facile. Pour les travaux des anciens philologues, voir Fabricius, Bibliotheca Graeca, I4, p. 678 sq. Westermann avait utilisé trois manuscrits (Palatinus, 356, Parisinus gr. Suppl. 352, Mazarinus 611 A) en plus du Palatinus gr. 398. Hercher en ajouta quatre autres (Monacensis 490, Laurentianus XXXII, 32, Marcianus, 521, Vaticanus 622), sans toutefois proposer de classement. Le travail est à reprendre.

31 Sur ces lettres, cf. Broughton T. R. S, Roman Magistrates, II, Oxford, 1952, p. 361, qui estime qu’une partie d’entre elles furent écrites à la fin de 43, les autres au début de 42. Aucune lettre ne comporte de date, mais le fait que les correspondances soient tantôt groupées, tantôt disjointes, laisse supposer que l’ordre chronologique avait été respecté. Gelzer, RE, X1 (1918) s. v. Iunius (Brutus)57, 1004-1010, ne paraît pas avoir nourri de doutes sur l’authenticité des lettres grecques.

32 Les deux mots sont platoniciens et se font écho. C’est un argument en faveur d’une datation haute de « Mithridate » : Plutarque aura cherché, dans le même champ lexical, un synonyme du mot employé par sa source.

33 L’article, omis par les manuscrits de Plutarque, apparaît dans le texte du Pseudo-Mithridate. Sa présence se justifi e pleinement.

34 Plutarque, Brut., 2, 3.

35 Le genre épistolaire était apprécié et les lettres fictives faisaient fureur dans ce milieu : voir Lesky A., Geschichte Der griechischen Literatur2, Berne, 1957/8, p. 925.

36 Ces remarques préliminaires témoignent en faveur de l’honnêteté de ce Mithridate.

37 Le choix d’un tel pseudonyme aurait toutefois de quoi surprendre, car on imagine mal un lettré grec attribuant à un roi du Pont une collection forcément postérieure à l’extinction de la dynastie.

38 Il ressort d’une lecture rapide que la langue des lettres attribuées à Brutus n’est pas marquée par l’atticisme. Voir par exemple la lettre 7 où on trouve εἰς τὸ παντελές au lieu de παντελῶς ; voir aussi lettre 31 où κατ' ὄψιν au sens de « ouvertement » se retrouve dans Ox. Pap. 1154, 4 (1er s. apr. J.-C.) ; ibid., μεμοιράμενος + G au sens de « être affecté par » apparaît chez Apollonios Dyscole ; en revanche, l’adverbe διηνεκῶς est poétique. Il faudrait procéder à une enquête approfondie, hors de propos dans le cadre de notre rencontre.

39 Plutarque, Ant., 61, 1. Sur ce personnage, voir Facella M., La dinastia degli Orontidi nella Commagene Ellenistico-Romana, Studi Ellenistici, XVII, Pise, 2006, p. 299-309.

40 Dion Cassius, LII, 43, 1.

41 Dion Cassius, LIV, 9, 3. On ignore pour quelle raison la discorde avait éclaté entre Mithridate II et son frère Antiochos, le premier ayant, semble-t-il, demandé l’aide des Romains.

42 Chantraine, DELG, s. v. ἀνεψιός, rappelle que, selon Benveniste, le terme s’appliquait stricto sensu au fils de la sœur du père. Mithridate III descendrait donc d’une fille d’Antiochos I.

43 L’existence de telles correspondances est bien attestée. Au moment de sa rupture avec César, Pompée, investi par le Sénat des pleins pouvoirs écrivit, selon Appien (BC, II, 38, 151) ἔθνεσί τε πᾶσι καί βασιλεῦσι καί πόλεσι καί στρατήγοις καί δυνάσταις. Il leur demandait de κατὰ σπουδὴν ὅ τι δύναιτο ἔκαστος ἐς τὸν πόλεμον συμφέρειν Après son succès à Dyrrachium, il écrivit de nouveau « aux rois et à toutes les cités » (Appien, BC, II, 63, 261). Personne ne se donna la peine de recueillir ce qui pouvait subsister de cette correspondance, qui serait évidemment du plus grand intérêt.

44 Sullivan R. D., Near Eastern Royalty and Rome 100-30 B. C., Toronto, 1989, p. 197-198.

45 Münzer, RE 22 1 (1953); 34-35, s. v. Pontius17.

46 Bell. Afr., 62, 2; 63, 2; 67, 1. Son gentilice n’est pas connu.

47 Poliakov F., Die Inschriften von Tralleis und Nysa, 1, Bonn, 1989, no 26, l. 1.

48 Vitruve, De architectura, II, 8, 10 ; Pline, NH, XXXVI, 47.

49 IG, XII, 1, 46, l. 185

50 Rühl F., « Die griechischen Briefe des Brutus », Rhein. Mus., no 70, 1915, p. 315-325, plaida en faveur de l’authenticité, mais sans avancer d’argument décisif.

51 Ce qui avait été bien vu par Rühl.

52 Ou par son secrétaire. Rühl F., op. cit., p. 316-317, suppose que la collection utilisée par Plutarque ne comportait pas les réponses composées par Mithridate. Il me semble au contraire que l’honnêteté de ce dernier plaidait en faveur de l’authenticité des lettres attribuées à Brutus.

53 Le désarmement des cités à partir du règne d’Auguste est soigneusement étudié par Brélaz C., « L’adieu aux armes. La défense de la cité grecque dans l’empire romain pacifié », Entretiens Hardt, no 54, 2007, p. 155-196. Encore faut-il remarquer que l’ ἀσθενεία fut d’abord invoquée comme un moyen d’échapper aux réquisitions.

54 De la même manière que, dans les campagnes françaises, les maires et autres responsables s’employèrent, entre 1940 et 1944, à lanterner l’occupant allemand et ses « réquisitions ».

55 On trouvera en annexe un tableau analytique de cette correspondance.

56 Il s’agit là de topoi qui reviennent fréquemment chez Diodore.

57 L’expression est rare. Le LSJ ne donne pas d’autre exemple que le papyrus de Théadelphie édité par P. Jouguet.

58 Brutus paraît avoir lu Thucydide. Je ne puis développer ici ce point.

59 C’est l’expression attendue : cf. OGIS, 444, 15 (Ilion, Ier s. av. J.-C.) παρεῖσθαι τὰς πόλεις τῶν τόκων.…

60 Pompée le Grand et son fils Sextus entretinrent des relations privilégiées avec Mitylène et l’on sait quel rôle Théophane joua auprès de Magnus. Brutus usa probablement de ménagements avec une île dont la sympathie lui était acquise.

61 Ainsi que je crois l’avoir montré à l’occasion de notre première rencontre, cf. Goukowsky P., « L’administration des provinces romaines à travers quelques textes grecs », Barrandon N. et Kirbihler Fr. (dir.), Administrer les provinces de la république (Actes du colloque de l’Université de Nancy II, 4-5 juin 2009), Rennes, 2010, p. 113-130.

Auteur

Membre de l’Institut

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540