Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Quatrième partie. Des gouvernements célèbres et bien documentés

Servilius Isauricus proconsul d’Asie : un gouverneur populaire

François Kirbihler

Texte intégral

  • 1 Münzer F., RE, II, A, 2, 1923, s. v. Servilius, no 67, col. 1798-1802; Broughton T. R. S., The Mag (...)
  • 2 Piganiol A., La conquête romaine7, Paris, 1995, p. 559 ; Bertrand J.-M., « Rome et la Méditerranée (...)
  • 3 Magie D., Roman Rule in Asia Minor, Princeton, 1950, I, p. 416-417, et II, p. 1270-1271.

1Dans le cadre d’un travail collectif consacré aux relations entre gouverneurs et administrés, l’Asie Mineure pouvait laisser espérer un champ d’étude privilégié grâce à l’abondance des documents épigraphiques produits par ses cités. À l’époque tardo-républicaine, l’activité de P. Servilius Isauricus, proconsul d’Asie deux années durant, entre 46 et 44 av. J.-C., est attestée par un dossier d’inscriptions honorifiques ou en rapport avec le droit d’asylie des sanctuaires, mais aussi par des lettres de recommandation de Cicéron, et peut-être par une ou deux décisions rapportées par Flavius Josèphe1. Naguère commentée magistralement par L. Robert, en particulier pour les aspects concernant l’asylie des sanctuaires, l’œuvre du proconsul « semble avoir été considérable » selon A. Piganiol ; J.-M. Bertrand dans l’ouvrage collectif dirigé par Cl. Nicolet juge également qu’Isauricus s’est montré un « gouverneur particulièrement remarquable2 ». Un auteur anglophone comme D. Magie a inséré un passage plutôt élogieux sur l’œuvre du représentant de Rome et César en Asie Mineure3.

  • 4 Cf., dans le présent volume, l’article de M.-Cl. Ferriès et F. Delrieux.
  • 5 Harders A.-C., « Die Identität der Iunia, Δέκμου θυγάτη und Ehefrau des P. Servilius Isauricos (co (...)

2Cette image d’un bon administrateur est-elle pour autant justifiée ? Le dossier d’Isauricus est d’autant plus intéressant qu’il est un des rares ensembles documentaires de l’époque républicaine, avec celui de Mucius Scaevola4, à s’avérer relativement consistant ; on pourrait ajouter, mais avec une tout autre répartition du type de sources dans le dossier, celui de Cicéron pour la Cilicie. Les documents émanant d’Isauricus ou des communautés désireuses de lui rendre hommage ne manquent pas de susciter autant d’interrogations qu’ils n’apportent de renseignements : les bases honorifiques par exemple signifient la reconnaissance des provinciaux envers le proconsul et sa famille, mais on connaît très rarement la raison exacte de l’érection de la statue ; nous avons un certain nombre de lettres de recommandations que Cicéron lui envoie, mais nous ignorons ce qu’Isauricus a réellement accompli en faveur des commendati et s’il a satisfait les diverses demandes de Cicéron. Quant à Josèphe, il présente un ou deux documents susceptibles d’être reliés à des décisions d’époque césarienne dont Isauricus pourrait être le relais provincial, voire l’auteur, mais en raison de déformations onomastiques dues à une mauvaise transmission manuscrite l’identité des personnes à l’origine de ces décisions mérite discussion. Le dossier, quelque peu disparate, n’est par conséquent pas facile à étudier, mais il valait la peine d’essayer de le reprendre, en tenant compte de nouvelles publications parues depuis le travail ancien de L. Robert, en particulier un article de 2007 qui a donné une nouvelle épouse à Servilius Isauricus5.

3Le cadre de l’action de Servilius Isauricus ne se conçoit certes pas sans référence à Jules César : en effet, il passait pour être une de ses créatures ; derrière les mesures personnelles du gouverneur se profilerait l’ombre du dictateur, d’autant que la date du gouvernement du représentant de Rome et du dictateur correspond à la période d’application d’une nouvelle loi réorganisant l’administration des provinces. L’étude de ce cadre forme par conséquent le début de l’enquête ; le second point de la recherche concerne la politique suivie par le proconsul : si elle n’est pas niable en soi, le problème de l’originalité de l’œuvre du gouverneur par rapport à celle du dictateur reste posé ; enfin la réflexion se consacre aux honneurs reçus par l’ancien consul : ses décisions ont engendré une popularité et un souvenir durables, ce que ne contredit d’ailleurs pas la documentation postérieure à son proconsulat.

Les conditions d’exercice d’un proconsulat sous César

  • 6 Plutôt que P. Servilius (Vatia) Isauricus ; le surnom de Vatia ne paraît pas avoir été utilisé dan (...)
  • 7 Cicéron, Att., I, 19, 9 : le sénatus-consulte voté en faveur des cités libres gêne les affaires d’ (...)
  • 8 Cicéron, Att., IV, 15, 9 ; 18, 4.
  • 9 Plutarque, Pomp., 34, 8 : le commentaire de la CUF précise p. 207 qu’il s’agirait de son père, le (...)

4P. Servilius P. f. C. n. Isauricus6 est le descendant d’une grande famille aristocratique. Il est le fils de P. Servilius Vatia Isauricus, le consul de 79 et conquérant de l’Isaurie en 75. Né vers 94, il entame sans surprise une carrière sénatoriale : attesté comme questeur en 61 ou peu avant, il est membre du Sénat en mars 60 où il s’exprime en tant que questorien parmi les derniers sénateurs dans un débat en faveur des cités libres et contre les publicains7, durant lequel il s’est montré du même avis que Caton. Il atteint la préture en 548. L’identité du Servilius qui a commandé la flotte de Pompée dans le Pont-Euxin en 65 reste incertaine9. On a longtemps cru, sur la foi d’une hypothèse de Münzer dans la RE, qu’il avait épousé une fille du consul de 62 av. J.-C., D. Iunius Silanus ; un article récent de A. C. Harders démontre que ce ne peut être le cas et que son épouse Iunia est la fille du monétaire homonyme de 91, qui n’a pas d’autre fonction connue, ce qui a pour conséquence l’invalidation d’un certain nombre de spéculations au sujet du réseau social de l’intéressé et des liens de parenté, puisque Iunia n’est plus identifiée comme belle-sœur de Brutus.

  • 10 Il n’y a cependant pas de preuves que la questure d’Isauricus se soit déroulée en Hispanie ultérie (...)
  • 11 Cicéron, Q. fr., II, 3, 2 (56 av. J.-C.).
  • 12 Alors qu’on le dit conservateur, il aurait même détourné le dictateur d’une tentative de conciliat (...)
  • 13 César, BC, III, 1.
  • 14 César, BC, III, 21 ; Plutarque, Caes, 37, et Dion Cassius, XLII, 17, 1.
  • 15 César, BC, III, 21 ; Dion Cassius, XLII, 22-25 ; Cicéron, Fam., VIII, 17 ; Quintilien, VI, 3, 25.
  • 16 Quintilien, VI, 3, 25.
  • 17 Dion Cassius, XLII, 21, 1.

5Par la suite, ce sont ses liens sinon son amitié avec J. César qui attirent l’attention10. Il est l’un des rares grands aristocrates à prendre parti pour le conquérant des Gaules et à s’être montré parfois hostile à Pompée11 ; en effet il s’est dès 49 rallié à César12 et en est récompensé en devenant en 48 consul à ses côtés13. Il le représente sur place à Rome14, et lutte en Italie contre les activités illégales du préteur Caelius Rufus15, d’où l’anecdote célèbre qui le montre brisant le siège curule de ce dernier, alors que Rufus lui présente les lanières dont paraît-il le père d’Isauricus se servait pour le corriger encore adulte16. Il fait nommer César dictateur pour la deuxième fois après la nouvelle de victoire de Pharsale17.

  • 18 Quintilien, VI, 3, 48.
  • 19 Cicéron, Fam., XIII, 68, 2 (47 av. J.-C.).

6Il a gardé de ces épisodes la réputation d’avoir un caractère inconstant, ce qui en a peut-être fait quelqu’un de manipulable à l’échine souple18, et il passait pour être une créature de Jules César : nommé consul en même temps que lui, il garde Rome en son absence. Il en est récompensé par une nomination comme augure avant 46, ce qui lui vaut à plusieurs reprises d’être appelé par Cicéron son collègue19.

  • 20 Girardet K. M., « Die lex Iulia de provinciis (46 v. Chr.). Vorgeschichte – Inhalt – Wirkungen », (...)
  • 21 Une désignation directe par J. César paraît aller de soi selon l’historiographie ancienne : Pigani (...)
  • 22 Sur tout cela, cf. Girardet K. M., op. cit., p. 189-190, avec les références. Voir cependant les r (...)
  • 23 Wörrle M., op. cit., p. 439-442 ; une lettre du dossier césarien lui est adressée, il s’agit du tr (...)

7Enfin Isauricus devient proconsul d’Asie en vertu de la nouvelle loi sur les provinces appelée lex Iulia (Caesaris) de provinciis de 46 naguère étudiée par K. M. Girardet20 : la désignation au proconsulat s’effectuait par tirage au sort, pour un poste réservé désormais semble-t-il à des consulaires en fonction au maximum deux ans dans une province21. Néanmoins, le fait que ce soit justement un familier de César qui est envoyé en Asie conduit à se demander s’il n’a pas existé déjà à cette époque une procédure extra sortem : en tout cas, selon K. M. Girardet, le nouveau gouverneur Isauricus est parti pour l’Asie après le retour d’Afrique de César le 25 juillet, entre août et septembre-octobre, en tant que privatus pro consule muni d’un imperium extraordinarium22. Son questeur, ou du moins un possible candidat à ce poste, est un certain M. Appuleius, à qui s’adresse une lettre de César très fragmentaire23.

  • 24 Pour toute cette démonstration, cf. Coudry M. et Kirbihler F., « La lex Cornelia une lex provincia (...)
  • 25 IvEphesos, IV, 1387 (39/8); cf. Leschhorn W., Antike Ären. Zeitrechnung, Politik und Geschichte im (...)
  • 26 IvEphesos, II, 251 (César honoré par les cités et peuples d’Asie en tant que sauveur) ; Dion Cassi (...)

8Une recherche présentée au colloque de Nancy de 2009 et menée de concert avec M. Coudry a voulu démontrer l’importance de la césure syllanienne dans la province d’Asie : une ère syllanienne y était largement répandue et à la même époque, vers 85-84, un changement de capitale au profit d’Éphèse s’y était produit selon toute vraisemblance. Il est par ailleurs probable qu’il existait, dans une version sans doute moins ample et moins détaillée que la version voulue par Pompée pour la province de Bithynie-Pont, une loi provinciale dont le respect s’imposait au proconsul24. Cependant il a existé aussi régionalement en Asie une ère césarienne de Pharsale, qui n’est du reste documentée que dans une zone relativement restreinte : à Éphèse elle est attestée en 39-38, mais cette ère existe surtout à l’intérieur de la province en Lydie25. César prenait ainsi figure de sauveur, ce que les cités d’Asie avaient bien volontiers reconnu en lui dédiant une statue dans la capitale de la province : Dion Cassius explique de surcroît que César prit des mesures concernant l’Asie, mais il n’indique pas lesquelles26.

  • 27 L’allusion aux voyages maritimes de Servilius Isauricus (Cicéron, Fam., XIII, 68) serait l’indice (...)
  • 28 Ferrary J.-L., « Le statut des cités libres dans l’Empire romain à la lumière des inscriptions de (...)
  • 29 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 213-216 ; cf. la discussion infra. L’auteur de la lettre semble se trouv (...)

9Ajoutons que le dossier même d’Isauricus, dans lequel plusieurs îles, Lesbos, Samos, Cos, Ténos, peut-être Paros, sont bien représentées, constitue une des pièces maîtresses en faveur de la thèse de l’incorporation à date précoce d’une partie des îles de la mer Égée dans la province d’Asie, en particulier les îles possédant une pérée sur la côte asiatique, ainsi que la majorité, sinon la totalité, des Cyclades27. Cette inclusion est à nuancer en raison de la possible existence de quelques exceptions dues au statut juridique de cité libre réévalué par les travaux de J.-L. Ferrary28. Par ailleurs, si l’on accepte l’authenticité d’un document cité par Flavius Josèphe, à savoir une lettre officielle adressée aux Pariens, authenticité en laquelle certains chercheurs croient29, c’est un indice possible de la tournée des proconsuls dans leur province, y compris peut-être les îles, dès le Ier siècle av. J.-C., mais là encore par conséquent une preuve de l’inclusion à haute époque des Cyclades dans la province relevant de l’autorité du proconsul d’Asie. En revanche l’éventuelle attribution de cette lettre à P. Servilius Isauricus mérite ci-après discussion.

  • 30 César, BC, III, 105.
  • 31 Pour un bilan de l’action de César en Asie Mineure, voir Dobesch G., « Caesar und Kleinasien », Ty (...)
  • 32 Par exemple une décision mal conservée concernant Pergame : Sherk R. K., Roman Documents of the Gr (...)
  • 33 Cf. diverses décisions sous le nom de César dans Flavius Josèphe, AJ, XIV. Sur les décisions de Cé (...)
  • 34 Cf. infra, II, pour sa possible mention dans le dossier des lettres envoyées par César à Aizanoi.
  • 35 « Istam partem rei p. male adfectam » (Cicéron, Fam., XIII, 68, 2). La province avait connu après (...)

10Le proconsulat s’inscrit dans un contexte particulier puisqu’il prolonge la politique de César durant la guerre civile : César était déjà intervenu dans la province, car il avait sauvé en 48 l’Artémision d’un pillage de la part de T. Ampius Balbus30. Le nouveau maître de Rome avait par ailleurs ôté aux sociétés de publicains la perception des impôts directs comme la dîme, ce qui lui valut l’érection de diverses statues, expression de la reconnaissance des provinciaux31. Il avait rendu diverses décisions en faveur des cités32 et aussi légiféré et rendu des décisions au sujet des Juifs33. Quant à P. Servilius Isauricus, il allait devoir veiller aux tâches traditionnelles du gouverneur : rendre la justice dans le cadre des conventus, s’occuper de la sécurité de la province, surveiller la rentrée des impôts, mais également passer en revue le statut et les privilèges de certains sanctuaires et communautés, sans oublier la correspondance administrative avec César sur divers points34. La province avait sans doute besoin d’une réorganisation dans certains domaines, puisque Cicéron appelle dans une de ses lettres l’Asie « cette partie malade de la République35 ». C’est aussi ce que suggère le dossier documentaire tel qu’il nous est parvenu, tout incomplet qu’il soit, après les affres du temps et la négligence des hommes.

Le proconsul en action : une activité multiforme

  • 36 Citation extraite de Sherk R. K., op. cit., no 55, p. 286.
  • 37 Robert L., Documents d’Asie Mineure, Paris, 1987, p. 328-329, a encore une fois été sensible à la (...)

11Le dossier documentaire offre une consistance certaine, puisqu’il comprend des lettres de recommandation, un rappel émanant de l’historien Tacite, des documents épigraphiques et peut-être une ou deux décisions conservées grâce à des documents repris dans un ouvrage de Flavius Josèphe ; selon R. K. Sherk « les inscriptions en son honneur ont été trouvées en plus grand nombre que pour n’importe quel autre gouverneur d’Asie sous la République36 ». Les inscriptions relèvent de plusieurs catégories : commémorations de restitutions d’œuvres d’art accomplies sous l’égide du gouverneur, décisions prises dans le cadre de ses fonctions en rapport avec l’exercice du droit d’asylie, lettres envoyées à diverses cités et communautés, enfin statues élevées au gouverneur ou à des membres de sa famille par des provinciaux reconnaissants37. Cependant le laconisme des textes laisse dans l’inconnu la nature des évergésies ou des décisions favorables. De toute manière la nécessité d’une réorganisation de la province après les troubles des années 49-47 av. J.-C. et la campagne éclair de César en Asie se faisait sentir : le dossier épigraphique montre un proconsul bienfaiteur envers les cités. Quant au dossier épistolaire de Cicéron, il fait connaître des demandes de faveurs personnelles dans le cadre du système des recommandations et montre encore en la personne d’Isauricus une source de bienfaits.

12Voici la liste des attestations connues, certaines ou possibles de Servilius Isauricus :

  • 38 Sur la présence des femmes de gouverneurs dans les provinces à la fin de l’époque républicaine, cf (...)

Personne

Ville

Source

Date

Fait (précisé ou non précisé)

Iunia fille de Decimus Iunius Silanus, épouse de P. Servilius Isauricus38

Mytilène (Lesbos)

IG, XII, Suppl., 60

46-44

le proconsul honoré au travers de sa femme Iunia

P. Servilius Isauricus père du proconsul

Samos

IG, XII, 6, 1, 357

46-44

le proconsul honoré au travers de son père P. Servilius Vatia Isauricus

P. Servilius Isauricus

Ténos

IG, XII, 5, 917

46-44

– restitution d’un groupe statuaire d’Agasias d’Éphèse au sanctuaire d’Amphitrite (Victoires, Éros, Antéros)

IG, XII, 5, p. xx?

58 ou 46-44

– inscription latine fragmentaire relative au sanctuaire de Poséidon/Neptune et Amphitrite et à ses droits

[P. Servilius Isauricus] ?

Paros ( ?) et non Parium

Fl. Josèphe, AJ, XIV, 213-216

46-44

décision en faveur des Juifs de Paros, tournée provinciale ( ?), séjour à Délos ( ?)

Iunia fille de Decimus [Iunius] Silanus, épouse de P. Servilius Isauricus

Cos

AE, 1934, 84

46-44

– le proconsul honoré au travers de sa femme

IvCos 206

– sa femme Iunia a dédié une inscription à Asclépios

P. Servilius Isauricus

Calymnos

AE, 1940, 129

46-44

restitution de cinq statues au sanctuaire d’Apollon

P. Servilius Isauricus

cité inconnue (Aigai ? Smyrne ?)

CIL, I2, 786

46-44

sanctuaire d’Apollon

P. Servilius Isauricus

Aigai (Éolide/Mysie)

CIL, I2, 784-785 = CIL, III, 7098-7099

46-44

– restauration d’un sanctuaire d’Apollon ; les gens de la cité ont été sauvés par Isauricus– restitution par Isauricus de statues

P. Servilius Isauricus

Hiérocésarée

Tacite, Annales, III, 62

46-44 av. J.-C. et 22 apr. J.-C.

rappel de l’asylie du sanctuaire d’Artémis Persique confirmée par Isauricus

Personne

Ville

Source

Date

Fait (précisé ou non précisé)

P. Servilius Isauricus

Pergame

IvPergamon, 413

– sauveur et évergète restaurateur de la démocratie ( = la liberté)

III, 1 (= Asklepeion, no 1)

– décision dans le cadre d’un conflit entre la cité et l’Asklepieion, et un Romain negotiator, M. Fannius N. f. Teretina

IGR IV, 301

– début de lettre (s) de Servilius Isauricus

Servilia fille d’Isauricus

IGR IV, 434

– honorée d’une statue en tant que fille de Servilius Isauricus sauveur et évergète de la cité

P. Servilius Isauricus

Éphèse

IvEphesos, 702 (T. Peducaeus Canax, prytane et évergète)

Néron

prêtrise de Rome et de Servilius Isauricus attestée deux fois = bienfait(s) par le passé (asylie ? restitution ? constructions ?)

3066 (C. Licinius Maximus Iulianus, prytane et évergète)

Trajan

445 et 454 b existence d’un portique de Servilius

– financement d’un bâtiment ?

P. Servilius Vatia Isauricus le père

Magnésie du Méandre

I. Magnesia, 142

46-44

– le proconsul honoré au travers de son père
– évergète d’Artémis Leukophrynè et de la cité

P. Servilius [Galba (sic) = Isauricus ?]

Tralles

Josèphe, AJ, XIV, 244-246

46-44

décision dans le cadre du conventus de Tralles pour les Juifs, envoyée à Milet concernant le respect du Sabbat et des coutumes juives

Publius (Πόπλιος) [Servilius Isauricus ?]

Aizanoi

Chiron, no 39, 2009, p. 410-411

46

deux lettres de César envoyées à Aizanoi, évocation dans la première (de l’opinion ?) de Publius […] ; dans la seconde adresse à un certain [ἀντι] στρατηγός, sans doute à propos des droits fonciers du sanctuaire de Zeus

  • 39 Magie D., op. cit., p. 406 et p. 1260, n. 8 ; c’est en tout cas la somme qui apparaît dans Sartre M (...)

13Le dossier documentaire mentionnant explicitement le proconsul a des insuffisances : il ne précise pas certains points de la politique des gouvernants du moment. En effet, si P. Servilius a certainement traduit dans les faits la politique césarienne de soulagement fiscal des provinciaux, le dossier ne contient pas d’allusion explicite à ce sujet. La dîme d’Asie, allégée, est passée peut-être de 2 400 à 1 600 talents ; la perception de cet impôt par les sociétés fermières a cessé. Cependant les publicains restaient compétents pour le recouvrement des autres taxes39. On sait qu’en 60 déjà Isauricus était intervenu contre les publicains et le surendettement dans le cadre d’une affaire qui visait également l’activité financière de l’ami de Cicéron, Atticus. Il est permis de supposer qu’en sa personne il y avait un surveillant particulièrement vigilant de l’activité des publicains.

  • 40 Cicéron, Flac., 27-32 (levée d’une flotte répartie en deux escadres au nord et au sud d’Éphèse en (...)

14Par ailleurs, dans le cadre du nécessaire maintien de l’ordre et de la sécurité de l’espace provincial à contrôler, on ne sait, dans le contexte pacifié qui était celui de l’Asie après la campagne de César contre Pharnace du Pont, si le proconsul disposait encore à cette époque de la flotte ou des flottilles qui naviguaient près d’Éphèse à l’époque de Flaccus40.

15La restitution des statues au sanctuaire de Poséidon et Amphitrite à Ténos, à Aegae ou au sanctuaire d’Apollon à Calymna est difficile à interpréter, mais pourrait être liée à l’activité des sociétés fermières. S’agissait-il d’objets indûment prélevés ou les statues et groupes statuaires rendus pourraient-ils aussi, suite à une hypothèse de R. Étienne, correspondre à un souci de ménager les cités et à forcer les publicains à restituer des prises de gage envers des poleis momentanément endettées et empêchées de rembourser leurs dettes ? Quelle que soit la vérité, les décisions prises ont donné raison aux Grecs.

  • 41 Freber P.-S., op. cit., p. 108-109.
  • 42 Il s’agit d’inscriptions en rapport avec Fulvius Publicianus Nicephorus, magistrat et évergète d’é (...)
  • 43 Ainsi connaît-on depuis quelques années un P. Servilius Capito qui cotise avec sa femme [10 ?] den (...)

16Si la politique à l’égard des cités n’est guère connue dans ses détails, Servilius Isauricus a certainement dû appliquer les mesures de liberté prises par César pour Pergame et Cnide, et probablement aussi celles pour Éphèse et Aegae41. Il a vraisemblablement existé un évergétisme du gouverneur au sujet d’un certain nombre de constructions : on connaît en tout cas la dédicace de constructions à Aegae. Peut-être faut-il lui attribuer à Éphèse l’existence d’un portique dit de Servilius, que l’on situe sur la voie processionnelle entre le théâtre et le stade, attesté par des documents postérieurs42. Il reste difficile de dire si le gouverneur s’est montré particulièrement généreux en la matière, car une de ses tâches est la dédicace ou l’inauguration des bâtiments, mais il reste possible qu’une meilleure gestion financière des ressources de la province a pu fournir les fonds nécessaires pour faire figure d’évergète, ce qu’attesterait également l’inscription de Magnésie du Méandre, puisque l’on distingue explicitement les bienfaits accomplis à l’égard du sanctuaire de ceux accordés à la cité. Il convient cependant de rester prudent à propos de l’attribution du monument éphésien, car si un chercheur éminent comme H. Halfmann attribue ce portique à Servilius (Isauricus) et semble considérer cette simple possibilité comme une quasicertitude, la preuve décisive manque : la conjoncture économique et fiscale de la fin de l’époque républicaine ne paraît pas très favorable à l’équipement monumental des cités, et on pourrait tout aussi bien songer à un Servilius notable local et évergète comme il y en eut sûrement dans la capitale de l’Asie. Un contexte de construction au début de l’époque de l’époque impériale constitue une alternative qu’il convient de ne pas balayer d’un simple revers de main43.

  • 44 Étienne R., « Introduction », Müller Ch. et Hasenohr Cl. (éd.), Les Italiens dans le monde grec : I (...)
  • 45 IvEphesos, I, 9, liste des agonothètes et prêtres de Rome.

17Un autre problème historique d’importance est celui de la date d’accès des citoyens romains aux magistratures et liturgies des cités grecques : R. Étienne avait naguère défendu l’idée, dans l’introduction au volume consacré aux Italiens en vieille Grèce et dans les îles, qu’à l’époque de César avait existé une évolution de l’accès à la propriété de la terre, et que la condition de citoyen romain suffisait pour l’enktèsis : la possibilité d’acheter de la terre dans les cités grecques se serait donc généralisée pour les Romains44. Vers la même époque, soit la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. pour R. Étienne, une évolution permettant l’accès des Italiens à certaines fonctions publiques se serait produite également dans les cités : j’observe que dans la liste des prytanes éponymes et agonothètes des Dionysia conservée à Ephèse entre 51-50 et 18-17 av. J.-C., le premier agonothète romain connu, L. Iunius Salvius, est daté de 45-44 av. J.-C.45. Cette date correspond au proconsulat de l’ami de César et Salvius est par ailleurs prêtre de Rome. Or le prêtre de Rome est connu par la suite sous le nom de prêtre de Rome et de Servilius Isauricus. Nul doute en tout cas que les mesures diminuant le nombre d’impôts pris à ferme et la possibilité d’accéder à des fonctions coûteuses pour les Italiens résultait d’une politique visant à soulager les finances des Grecs, à terme moins souvent et moins systématiquement sollicités à titre exclusif pour le financement des grandes dépenses publiques locales.

  • 46 Fournier J., Entre tutelle romaine et autonomie civique. L’administration judiciaire dans les prov (...)
  • 47 Des périodes d’assises judiciaires se tiennent par exemple à Laodicée, Apamée et Synnada ; sur les (...)
  • 48 Cicéron, Fam., XIII, 68 ; Flavius Josèphe, AJ, XIV, 213-216.
  • 49 Diodore, XXXVII, 5, 1. Cf. dans le même volume l’article de M.-C. Ferriès et F. Delrieux.

18L’exercice de la justice et le règlement des contentieux constituaient certainement l’essentiel de l’activité des proconsuls ; J. Fournier a récemment étudié cet aspect de l’activité des gouverneurs dans le monde grec46. Le gouverneur effectuait déjà à cette époque des tournées dans les cités chefs-lieux de conventus, comme la correspondance de Cicéron l’atteste pour son gouvernement de Cilicie47 : Servilius Isauricus a certainement aussi tenu des assises en tant que gouverneur et une allusion à ses voyages maritimes dans une lettre que lui adresse l’orateur pourrait renvoyer à une tournée dans les îles ; une autre lettre, cette fois citée par l’historien Flavius Josèphe, si l’on accepte la correction tentante du toponyme de Parion par Paros, s’insérerait bien dans ce cadre, puisque cette lettre cite César et émane en principe d’un représentant qui ne peut guère être qu’Isauricus, qui rend ses droits à chacun48. Les provinciaux attendaient un traitement équitable de la part des gouvernants envoyés par Rome, mais l’expérience en la matière avait montré que l’on pouvait parfois craindre le pire, à savoir un grand aristocrate soucieux de procurer avant tout certains avantages à des compatriotes ; parfois même une entente tacite s’était établie avec les milieux financiers, en particulier dans les années précédant la guerre mithridatique, pour exploiter au maximum la province49. La situation des années 85 à 70-65 avait déjà été très difficile en Asie et les années de guerre civile entre 49 et 47 y avaient sans doute laissé aussi des séquelles.

19Pourtant en tant que gouverneur Isauricus était en position de procurer des avantages à des Romains et des Italiens et l’installation en nombre de ces derniers dans la province d’Asie fournit le contexte des recommandations de Cicéron. É. Deniaux a étudié les réseaux d’amitié et de clientèle révélés par la correspondance de Cicéron, en particulier le livre XIII des lettres aux amis.

Les recommandations de Cicéron

20La correspondance fait connaître un ensemble de sept lettres destinées à Servilius Isauricus durant son proconsulat d’Asie (cf. tableau page suivante).

  • 50 Travaux anciens de Hatzfeld J., « Les Italiens résidant à Délos mentionnés dans les inscriptions d (...)
  • 51 Deniaux É., op. cit., p. 443.

21Certes Cicéron tente d’influencer le gouverneur en faveur de plusieurs de ses relations. Il y a une majorité d’Italiens, parmi lesquels un exilé pour raisons politiques (A. Caecina) et un citoyen romain installé pour affaires (T. Agusius), ou encore un propriétaire absent (Caerellia). Des affranchis d’Italiens installés dans la province (T. Ampius Menander, C. Curtius Mithrès), et un notable pérégrin (Andron) complètent la liste. Ces recommandations prennent place dans un contexte qui voit une redistribution de la population italienne après le conflit mithridatique. Les années 80-40 correspondent en effet à un nouveau développement d’une importante colonie italienne en Asie, alors que l’on assiste au déclin de Délos et au départ sans doute progressif des survivants vers d’autres cieux, dans la mesure où l’île sacrée cesse quasiment vers 57-50 av. J.-C. de produire des témoignages en rapport avec la présence des Romaioi50. Le cas de T. Agusius se rapporte sans doute à ce contexte de réinstallation des Italiens venus en Asie pour affaires51.

  • 52 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 229 ; 238 : il était à cette époque praefectus fabrum sans doute.

Personne recommandée

Source et date

Raison de la recommandation

Autres renseignements concernant le commendatus

Qualité(s) de Servilius Isauricus

Fam. XIII, 68 (sept.-oct. 46 ?)

pas une lettre de recommandation : Cicéron se reconnaît dans la lettre ami d’Isauricus

– collègue de Cicéron (augure)
pro tua claritate (« étant donné l’éclat de ta personne »)
– bienveillant envers les provinciaux

C. Curtius Mithrès

Fam., XIII, 67 (46-44)

– hôte de Cicéron lors de ses passages à Éphèse– rendu services à Cicéron et à ses amis ; loyal et considéré comme ami intime (homine intimo)

– affranchi de Postumus (C. Curtius puis C. Rabirius Postumus)– possessionné à Éphèse et dans la chôra, où il a un fundus, en conflit avec un Colophonien– ancêtre probable de Curtius Proclus ambassadeur en 12-13 pour les privilèges de la gérousie (SEG 43 [1993], 759) et Curtia Postuma prytane éponyme (vers 41-68 = IvEphesos, IV, 1004)

ta loyauté (fides tua)

T. Ampius Menander affranchi de T. Ampius Balbus

Fam., XIII, 70 (46-44)

homme sérieux et réservé apprécié de Balbus et de Cicéron

T. Ampius Balbus en tant que légat propréteur et T. Ampius Menander tous deux dans le consilium de L. Cornelius Lentulus Crus (49 av. J.-C.)52

dévouement (benevolentia) envers Cicéron

T. Agusius

Fam., XIII, 71 (46-44)

comes de Cicéron (au temps de Pharsale ?)

dévouement envers Cicéron

Caerellia

Fam. XIII, 72 (46-44)

– relation (necesseria) de Cicéron – amante ? – souci de profiter de la succession de C. Vennonius, un negotiator, dont elle serait une des héritières

– possède du bien, des créances, des bien-fonds en Asie (rem, nomina, possessiones asiaticas)
– des procurateurs la représentent en Asie autres renseignements :
– prêt d’argent à Cicéron (Att., XII, 51, 3)
– intérêt pour la philosophie (Att., XIII, 21-22)

– obligeance envers Cicéron (consuetudo)
– grand respect envers l’autorité du Sénat

Andron de Laodicée fils d’Artémon

Fam., XIII, 67 (46-44)

- client et hôte de Cicéron depuis gouvernement de Cilicie (51-50)
– souhait qu’il devienne hôte d’Isauricus
– reconnaissant
– conserve le souvenir de Cicéron

ambassadeur de sa cité à Rome pour plaider la liberté de Laodicée (v. 48-46 ?)

« toi qui a rendu service à une foule de gens de ta province » « qui plurimis in ista provincia benigne fecisti »

A. Caecina (chevalier romain)

– déjà client des Servilii
– Cicéron ami de son père
– exilé par César (besoin de protection)

– de Volterra
– famille connue par l’épigraphie locale

« ta justice… ta province étant pour lui le port le plus sûr » (tuam iustitiam… tutissimum sibi portum provinciam istam duxit esse)

  • 53 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 238 ; Deniaux É., op. cit., p. 443-5. La composition de ce conseil a été (...)
  • 54 Il est noté comme Τίτος ’ Ἀμπιος Τίτου Μένανδρος. Deniaux É., op. cit., p. 444, relève la possibil (...)

22Des affranchis comme T. Ampius Menander font également l’objet d’une recommandation : Menander fait partie du consilium de L. Cornelius Lentulus Crus en 49 av. J.-C. avec son patron T. Ampius Balbus53 et s’est trouvé ainsi être proche conseiller d’un consul pompéien. La filiation de citoyen romain donnée pour lui dans Flavius Josèphe fait problème puisque notre personnage était un affranchi : peut-être y a-t-il là une transposition du latin T(iti) (l[ibertus]) ? Il n’est pas exclu qu’en ces temps de guerre civile un affranchi devenu riche et avec un fort réseau relationnel ait pu accéder exceptionnellement à l’ordre équestre54. P. Servilius Isauricus était supposé rendre service à quelqu’un qui était probablement originaire de la province, puisque T. Ampius Balbus avait été gouverneur en 58. Ce dernier avait pu acquérir Menander et l’affranchir très vite. Menander illustre un cas fréquent de Grecs qui par l’esclavage avaient pu se familiariser avec les catégories mentales des Romains ; après l’affranchissement il a pu être un homme assez important en province pour être recommandé par Cicéron. Ce groupe de personnes, représentatif de l’époque entre Sylla et l’empereur Tibère, est à l’origine d’un certain nombre de familles de notables d’époque impériale.

  • 55 Deniaux É., op. cit., p. 490-492, avec d’intéressantes remarques sur l’exercice du commerce du vin (...)
  • 56 Cf. les éléments rassemblés par Broughton T. R. S., op. cit., III, p. 181.
  • 57 Plutôt qu’avec un individu prénommé Colophonios, ce qui est la traduction de J. Beaujeu dans la Co (...)
  • 58 Curtius Proclus ambassadeur et sa fille Curtia Postuma (cf. tableau).

23Curtius Mithrès55 est l’affranchi d’un Postumus dans lequel on voit Rabirius Postumus, lui-même un adopté : (Curtius) Rabirius Postumus a probablement été gouverneur de l’Asie en 48-47 av. J.-C. et en tant que banquier capable d’être en relations d’affaires avec le roi d’Égypte Ptolémée Aulète conservait certainement des relations avec le milieu des publicains avec lequel il avait construit sa fortune56. Curtius Mithrès, en conflit avec un Colophonien57, est recommandé à Isauricus, car il a été l’hôte de Cicéron à Éphèse. L’intervention sollicitée du proconsul n’a certainement pas été de nature à pénaliser Mithrès. En tout cas Curtius Mithrès est très probablement à l’origine d’une des grandes familles attestées à l’époque impériale, de la fin du règne d’Auguste à Claude-Néron58 : un descendant, Curtius Proclus, est connu comme ambassadeur et prytane éponyme sous Tibère, et sa fille, Curtia Postuma, dont le surnom rappelle l’ancien maître de Mithrès, est également une prytane éponyme, une des premières, sinon la première, femme connue dans cette fonction publique coûteuse. Cicéron recommande quelqu’un qui probablement représentait sur place les intérêts financiers et peut-être viticoles de Rabirius Postumus. Ce Grec romanisé possédait également d’importants biens fonciers et avait accueilli Cicéron chez lui pendant ses passages dans la capitale de province et représentait les grands hommes d’affaires romains. Il était en train de faire souche dans cette grande ville et sa famille allait perdurer jusqu’à la fin de la dynastie julio-claudienne. Il paraît difficile de croire que Servilius Isauricus ne l’a pas rencontré durant ses deux années passées en grande partie à Éphèse.

  • 59 Deniaux É., op. cit., p. 473-474.

24De même le soin demandé à veiller aux intérêts de Caerellia59 dont des procurateurs se trouvaient sur place pour gérer ses domaines atteste-t-il sans doute l’importance de la quantité de terres contrôlée par les citoyens romains en Asie. Il s’agissait d’une femme de tête, fort cultivée, possédant d’importants capitaux, capable de prêter à Cicéron tout en possédant d’importants bien fonciers en province. L’héritage provenant du richissime C. Vennonius mort en Asie où il possédait lui aussi d’amples propriétés la rend également représentative d’un groupe de personnes propriétaires résidant ou non, qui en raison des recommandations, de demandes, de l’application du droit, ou du jeu des simples relations sociales entre Grands, occupent une partie du temps des gouverneurs. Ainsi Isauricus a-t-il dû intervenir dans le cadre de règlement d’héritages de droit romain. Une des lettres de Cicéron montre qu’Isauricus doit s’occuper d’une succession importante et appliquer et interpréter la teneur d’un sénatus-consulte en rapport avec l’héritage laissé par C. Vennonius. La recommandation consiste à demander en l’état à veiller avec soin aux intérêts de Caerellia dans cette affaire en cours.

  • 60 Ibid., p. 471-473.

25Apparemment Cicéron était également confiant dans la clémence et par conséquent la bienveillance d’Isauricus envers A. Caecina60 exilé en raison d’un pamphlet écrit contre César. Son pardon se faisant attendre, contrairement à Cicéron à qui César avait déjà accordé sa clémence, il avait choisi l’Asie comme lieu de séjour, sans doute en raison de la présence d’une importante communauté romaine.

  • 61 Ibid., p. 446. Pour le contexte des ambassades du Ier siècle av. J.-C., voir l’article dans ce vol (...)

26Nous ne connaissons pas les réactions de Servilius Isauricus dans chaque cas de figure évoqué, mais on peut penser qu’il s’agit de personnes qui ont pu continuer à figurer dans les notabilités locales, faire des affaires ; les affranchis sont représentés et l’un d’eux au moins est à l’origine d’une grande famille locale attestée postérieurement. Par ailleurs, la possibilité d’une faveur à l’encontre d’un notable grec comme Andron de Laodicée participe à la fois du souci de prendre en compte les grands notables grecs et de ne pas être uniformément favorable aux seuls citoyens romains. Andron, en effectuant une ambassade à Rome, fait évidemment partie de ces élites grecques soucieuses par le jeu des relations et des ambassades d’obtenir le meilleur pour leur cité61. Le dossier de recommandations rend assez bien compte des divers groupes humains qui coexistaient en Asie en ces temps troublés : citoyens romains en exil, affairistes en voyage, propriétaires fonciers d’origine italienne, notables pérégrins soucieux des meilleures relations possibles avec les maîtres d’un Empire, et des affranchis au confluent des deux cultures grecque et latine, en pleine ascension sociale dans une province propice aux affaires pour des gens entreprenants. Le gouverneur avait ainsi du mérite à tenter de tenir la balance égale entre des provinciaux habitués à être exploités et des Italiens installés ou ayant des représentants ingénus ou affranchis sur place, dont les souhaits étaient souvent suivis d’effets grâce aux représentants envoyés par Rome.

  • 62 D. Servilius fils de Sextus (IvEphesos, III, 904 A, v. 70-40).
  • 63 Respectivement IvEphesos, VII, 2, 4337 ; V, 1687, fr. 2, col. I, et ÖJh, 69, 2000, p. 79 (= SEG, 5 (...)

27Cela étant, Servilius Isauricus a lui-même contribué et participé à une évolution en cours en concédant sans doute le droit de cité romaine à divers individus : la capitale provinciale offre quelques cas méritant discussion. Si un éphèbe paraît bien être issu d’une famille d’immigrants62, d’autres Servilii, attestés sous Tibère, pourraient avoir bénéficié de la concession de la citoyenneté romaine par l’intermédiaire d’Isauricus : il s’agit en 19-20 des Servilii Bassus, Proclus et Secunda ; d’une Servilia et surtout de P. Servilius Capito, tous deux souscripteurs vers 23-3063.

  • 64 Robert L., « Inscriptions d’Aphrodisias », AC, 1966, p. 416 (= OMS, VI, 1989, p. 40).
  • 65 Cicéron, Fam., XIII, 68 ; cf. déjà Magie D., op. cit., I, p. 416-417 ; II, 1270-1271.

28L. Robert a démontré le rôle de Servilius Isauricus dans la réorganisation de la province, en particulier en matière d’asylie64. Le spécialiste est bien obligé de constater que nous en avons peu d’attestations concrètes en dehors de ce dernier domaine, mais l’affirmation de Cicéron qu’il était un réorganisateur d’importance pour la province devrait suffire pour donner foi à cette idée65. Il semble d’ailleurs que le gouverneur ait tenté dans le cadre de son administration quotidienne de ne pas uniquement avantager les résidents citoyens romains, ce qui est confirmé par le document suivant.

29L’affichage d’une inscription incomplètement conservée en rapport avec l’asylie de l’Asclépeion de Pergame est de nature à conforter la réputation officielle du gouverneur. Suffisamment de texte y est conservé pour révéler un conflit avec un homme d’affaires italien, M. Fannius N. f. Teretina (tribu) : l’existence d’une copie épigraphique de la décision retrouvée dans le sanctuaire prouve en soi une décision favorable aux intérêts du sanctuaire pergaménien au détriment de la partie italienne du procès, sans que l’on connaisse les détails de la sentence.

  • 66 Sur l’asylie des sanctuaires, avec renvoi à la bibliographie antérieure, voir un rapide survol gén (...)
  • 67 Robert L., Hellenika, VI, 1948, p. 38-42.
  • 68 Robert L., ibid. ; Herrmann P., « Rom und die Asylie griechischer Heiligtümer : Eine Urkunde des D (...)
  • 69 Ces décisions ne sont pas les seules, car César est intervenu personnellement dans le dossier de P (...)
  • 70 Etienne R., op. cit., p. 143-5 et 261 ; à moins que ce texte n’émane du dictateur César en personn (...)
  • 71 Strabon, XIV, 641.

30Le dossier des asylies des sanctuaires constitue une des principales attestations du travail de réorganisation d’Isauricus66. Les quelques propos qui suivent ne rendent qu’imparfaitement compte de la variété des sources antiques et de l’intérêt des remarques des commentateurs successifs de ce petit corpus documentaire. Tacite mentionne à propos du sanctuaire en Lydie la confirmation d’asylie par un certain Servilius : L. Robert pensait déjà au proconsul d’Asie du temps de César67. Mais les découvertes épigraphiques successives constituent un dossier ayant suscité une étude de L. Robert et des remarques complémentaires de P. Herrmann : si le premier auteur a rassemblé le dossier des asylies à mettre en rapport avec l’activité du proconsul, l’épigraphiste allemand a publié et commenté une nouvelle inscription en rapport avec l’asylie de l’Artémis de Sardes confirmée par César peu de temps avant sa mort68. La décision d’Isauricus à propos de l’asylie d’Asclépios à Pergame donne raison à la cité et au sanctuaire contre la partie italienne du conflit69 ; d’ailleurs à Magnésie du Méandre aussi Isauricus est bienfaiteur de la cité et de la déesse Artémis Leukophrynè, ce qui suggère également une confirmation et éventuellement une redéfinition de l’asylie. Pour l’île de Ténos R. Étienne a pu montrer dans sa synthèse historique et son commentaire des inscriptions de l’île que si P. Servilius Isauricus a fait rendre des statues prélevées au sanctuaire de Neptune/Poséidon, il est peutêtre aussi l’auteur d’un texte fragmentaire en latin en rapport avec les droits de ce sanctuaire70. Ces éléments rendent vraisemblable une intervention du proconsul dans le cadre de l’asylie du temple d’Artémis à Éphèse, au moins en tant qu’exécutant de la volonté du dictateur. Strabon rappelle différentes mesures prises successivement au sujet de l’asylie du sanctuaire71.

  • 72 Appien, BC, III, 1, 5 (16).
  • 73 Herrmann P., op. cit. ; Rigsby K. J., op. cit., p. 432-437 (Sardes) ; 428-432 (Aphrodisias) ; 172- (...)

31La décision du même César pour Sardes est datée du 4 mars 44, soit 10 jours avant son assassinat : elle a sans doute été affichée après sa mort, en application de la validation de ses actes conformément à la décision en ce sens prise par le Sénat72. On sait par ailleurs qu’à Aphrodisias et à Milet, en 44 encore, César a aussi confirmé les asylies73. Le proconsul n’a par conséquent guère fait preuve d’originalité, car en la matière il a sans doute suivi des instructions de César. L. Robert pensait à une mission générale sur les asylies, et Isauricus a certainement agi en raison de l’existence de mandata de César en rapport avec cela, car la question a manifestement suscité son intérêt.

  • 74 Ils sont nommément cités dans le rescrit de Sardes dans un passage très mutilé à la l. 62 sous le (...)
  • 75 Wörrle M., op. cit.

32L. Robert se demandait aussi si le proconsul n’avait pas effectué un inventaire général des biens pris indûment, ordonnant ensuite la restitution des œuvres d’art volées ou prises en gage. De toute manière la politique romaine en faveur des sanctuaires paraît avoir été généreuse : il n’est pas exclu que la cité inconnue attestée par une inscription actuellement à Londres, Calymna, enfin Ténos comme il a été vu, aient pu aussi faire l’objet d’instructions de César et/ou d’Isauricus en la matière. Associée à la redéfinition et à la délimitation des asylies, cette politique de restitution participe assurément de la volonté de limiter l’ampleur des prélèvements des publicains74, ce qui ne pouvait que soulager les finances des cités et de leurs habitants. Les actes du proconsul n’ont d’ailleurs pas seulement concerné l’asylie des sanctuaires, mais également le bien-fondé de leurs possessions foncières, comme semblent le suggérer les restes de lettres de César à la cité d’Aezanoi : le dictateur paraît avoir pris en compte l’avis d’un Publius dans lequel le contexte invite encore à voir Isauricus75.

33Il est certain que ce travail de vérification et de redéfinition des privilèges des zones sacrées des communautés civiques, associé à la politique suivie à l’encontre des cités dont l’objectif était la diminution des charges pesant sur elles, devait faire mieux apprécier la présence romaine. La transmission de dossiers, la communication entre César et Isauricus décelable vraisemblablement dans le dossier d’Aezanoi, ont donné lieu à tout un échange de courrier dont on note avec intérêt l’évolution des destinataires : au lieu de parvenir en priorité au Sénat, pour autant que nous sachions, certains écrits ont directement été envoyés au maître de Rome. Il y a là l’amorce d’une évolution historique conduisant à la pratique de l’Empire et aux échanges réguliers entre les empereurs et les gouverneurs nommés par eux. De même les lettres envoyées aux cités ont dû être nombreuses. Il n’en reste qu’un en-tête retrouvé à Pergame.

  • 76 Flavius Josèphe, AJ, XIV et XVI, passim ; les références ont été pour une large part authentifiées (...)
  • 77 Si la majorité de ces textes concerne bien l’époque de César et les deux dernières décennies de la (...)

34Enfin cette notion d’inventaire correspond peut-être aussi à un souci de mieux connaître les privilèges des communautés et associations en général : les mesures prises dans ce cadre ont concerné aussi les Juifs d’Asie Mineure, dont Flavius Josèphe a conservé un imposant dossier dans le livre XIV des Antiquités judaïques76. Plusieurs d’entre elles sont globalement attribuées à César dans le cadre de sa politique générale en faveur des communautés juives77. Une ou deux décisions ont parfois été attribuées à Servilius Isauricus, mais la transmission de ces documents au départ primaires par l’intermédiaire de copies insérées dans une œuvre littéraire a entraîné plusieurs déformations onomastiques dans les manuscrits, jusqu’à rendre parfois méconnaissables les auteurs de certains décrets ou certaines lettres. Les auteurs de ces décisions présentés comme d’époque césarienne (quand il ne s’agit pas de César lui-même) sont soucieux de maintenir les droits des communautés, en l’occurrence les communautés juives, et cela s’accorde bien avec une remise en ordre générale et un examen des droits de chaque cité ou groupe tels que l’époque de César en vit tant.

  • 78 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 210-213. La correction de Parion par Paros semble indispensable et reste (...)
  • 79 Wörrle M., op. cit., p. 420-423 ; il faudrait cependant voir si une formule comme στρατηγὸς καὶ ἀν (...)
  • 80 Sans oublier l’allusion possible de Cicéron, Fam., XIII, 68, à un passage d’Isauricus dans les île (...)
  • 81 Contra Pucci Ben Zeev M., op. cit., p. 107-118, qui accepte l’identification avec l’île de Paros, (...)

35Il en est ainsi d’une lettre adressée à des Juifs de Paros78. L’auteur de la lettre, fidèle à la politique césarienne de contrôle ou d’interdiction des collèges, entend surveiller les associations religieuses, tout en veillant à laisser les Juifs libres de suivre leurs coutumes et rites en tant qu’amis et alliés des Romains. Dans les manuscrits le document a comme auteur César, Ἰούλιος Γάιος στρατηγὸς ὕπατος : cette tournure est attestée et signifierait dans ce cas un consul doté d’un pouvoir de commandement suprême. Cependant il semble de toute façon qu’il y ait une impossibilité à reconnaître César comme l’auteur de la décision, car dans le corps du texte il est fait référence à César en tant qu’exemple à suivre. Une solution alternative tentante est en effet de penser que la mention du consul, ὕπατος, est une forme corrompue de ce qui initialement se présentait dans le texte sous la forme ἀνθύπατος, le proconsul. Peut-être y avait-il en haut de l’archétype recopié un dispositif témoignant d’une correspondance entre César et Isauricus qui expliquerait la corruption survenue dans la tradition manuscrite, ou encore le scribe a-t-il simplement repris du corps du texte l’allusion à César. La lettre fait sens dans le cadre d’une tournée proconsulaire sous un ἀνθύπατος de César qui applique la politique de ce dernier, y fait allusion et la traduit en actes, en l’occurrence P. Servilius Isauricus : or le terme de στρατηγός est aussi employé dans un sens générique signifiant gouverneur. Ainsi pourrait-on reconnaître une formule comme gouverneur (pro) consul. M. Wörrle envisage pour Servilius Isauricus le titre de στρατηγός79. S’il est compréhensible qu’un certain nombre d’historiens persistent à penser que la restitution du nom du proconsul au début du texte reste une solution audacieuse, il demeure néanmoins incontestable qu’il s’agit de la résolution la plus économique et la plus séduisante des difficultés de compréhension et d’interprétation de la lettre. La présence constatée des Juifs dans les Cyclades, la tenue vraisemblable d’assises dans une île abritant un sanctuaire panhellénique80, la politique de réforme de César qui s’est traduite par une série de mesures en faveur des Juifs, rendent également la mise en relation de la lettre exigeant le respect des privilèges religieux des Juifs avec Isauricus très probable81.

  • 82 Πόπλιος Σερουίλτος Ποπλίου υἱος Γἀλβας ἀνθύπατος Le document est commenté dans Pucci Ben Zeev M., (...)
  • 83 Cf. ibid. M. Pucci Ben Zeev commente plusieurs extraits fragmentés d’un grand sénatus-consulte d’é (...)

36Quant à la seconde lettre adressée depuis le siège de conventus de Tralles aux Milésiens, elle porte comme auteur P. Servilius Galba82. Malgré la présence d’un surnom aberrant (Galba), la plupart des chercheurs s’accorde à voir dans ce proconsul envoyant une lettre aux Milésiens dans le cadre d’un séjour dans un centre d’assises judiciaires le gouverneur P. Servilius Isauricus. Là encore l’autorité romaine veille au travers de son représentant au respect des privilèges et coutumes religieuses des Juifs de Milet, cette fois en demandant à la cité de respecter le Sabbat et les autres coutumes religieuses des Juifs. Ce texte cadre bien avec le contexte général césarien de droits accordés aux Juifs de Palestine et de la diaspora à cette époque et, s’il respecte les droits des communautés, il vise surtout à assurer une logique de paix dans les cités, alors même que certaines d’entre elles prenaient parfois des mesures anti-juives83.

37L’identification avec le proconsul paraît dans les deux documents la plus logique et s’accorde bien avec le reste de la documentation conservée. L’ensemble du dossier rend finalement assez bien compte des différentes tâches du gouverneur et annonce quelque peu la teneur des actes de la pratique administrative conservés du Principat. On notera le moindre nombre de dédicaces en rapport avec des bâtiments nouvellement construits, sans que l’on puisse réellement choisir entre la gêne financière persistante des communautés ou le fait que les reconstructions postérieures d’époque impériale ont été suffisamment nombreuses en Asie pour avoir parfois oblitéré l’héritage monumental d’époque hellénistico-républicaine.

38Le proconsul s’est ainsi montré fort actif dans bien des domaines ; reste à savoir comment les habitants de la province ont ressenti son administration et jugé l’homme. Il subsiste assez de textes épigraphiques conservés pour donner une idée du ressenti des Grecs à l’égard de l’envoyé de Jules César.

Un proconsul aimé des provinciaux

  • 84 Cicéron, Fam., XIII, 67.
  • 85 Cicéron, Fam., XIII, 66-72 ; cf. les termes qualifiant Isauricus dans le tableau résumant les lett (...)

39Cicéron rappelle dans sa correspondance le caractère bienveillant des interventions du gouverneur Isauricus : « Toi qui as rendu service à une foule de gens dans ta province84. » L’orateur épistolier mentionne dans ses lettres de recommandation, outre son éclat, sa célébrité (claritas), qui renvoie à l’illustration de sa famille et à la célébrité du personnage, diverses qualités : équité (iustitia tutissima), clémence (clementia), bonne foi (fides). Selon toute apparence, même s’il faut faire la part de la courtoisie élémentaire entre ces hommes politiques éminents et les conventions de la lettre de recommandation, P. Servilius était un personnage généreux, sensible à l’équité85.

40Ces qualités ne relevaient pas uniquement d’une simple convention rhétorique : elles ont dû être ressenties comme une réalité tangible par les administrés en Asie. Il reste en tout cas incontestable qu’il s’agit du proconsul le plus honoré dans la province, mais la réalité de sa popularité sera d’autant plus probante qu’un faisceau d’indicateurs différents ira dans le même sens. Il importe de rappeler que derrière toute inscription publique se profile une décision favorable ou une série de bienfaits : autrement dit, les cités dans lesquelles on connaît simplement des dédicaces en l’honneur du proconsul ou de membres de sa famille ont certainement elles aussi fait l’objet de faveurs particulières.

  • 86 Certains de ces monuments figurent déjà dans Tuchelt K., Frühe Denkmäler Roms in Kleinasien, I. Ro (...)
  • 87 Il est par ailleurs possible que le hasard ait dans un certain nombre de cas fait disparaître la s (...)

41Les attestations de la reconnaissance des provinciaux sont nombreuses. Des honneurs lui ont été attribués à Pergame, Aegae, Hiérocésarée, Ténos, Calymnos, et Éphèse86. Il est nécessaire d’ajouter les hommages à d’autres membres de la famille, qui avaient pour but ultime la personne du proconsul d’Asie : son père Vatia a été honoré à Samos et à Magnésie du Méandre, sa femme Iunia à Mytilène et à Cos, sa fille à Pergame encore87. Il existe une réelle dispersion géographique des inscriptions, puisqu’elles ont été retrouvées sur des îles de la mer Égée, dans l’ancienne, mais aussi la nouvelle capitale de province, et dans des cités de Mysie et d’Ionie. La thèse d’une popularité réelle se trouve confortée par l’aire couverte par les témoignages de reconnaissance des communautés administrées.

  • 88 Robert L., op. cit., p. 40 ; Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme, Paris/Rome, 1988, p. 1 (...)
  • 89 Cf. Rigsby K. J., op. cit., p. 394-396.

42À Pergame il est appelé restaurateur de la dèmokratia, donc certainement celui qui a rétabli la liberté de la cité et lui a permis de retrouver son ancien statut : c’est ainsi que se comprennent aussi la restauration des patrioi nomoi de l’eleutheria88. Il réalise concrètement la mesure de César de restitution à Pergame de sa liberté suite à la demande de Mithridate de Pergame. Il a procuré au temple d’Asclépios l’asylie. Sans doute faut-il voir dans le document retrouvé à Samos l’indication de la confirmation de l’asylie de l’Héraion89.

  • 90 IvEphesos, V, 1547. Son beau-père était un Fonteius.
  • 91 On peut citer un L. Valerius Flaccus et sa famille (IvMagnesia, 144-146).

43Isauricus était par ailleurs entouré d’un personnel de qualité. Le questeur M. Appuleius a lui aussi fait l’objet d’honneurs dans la capitale de la province ; sans doute y avait-il plusieurs statues d’un groupe familial, mais il ne s’est conservé que celles pour sa femme et son beau-père90. Les honneurs envers le questeur d’Asie, rares en Asie Mineure91, constituent également, de façon indirecte certes, un blanc-seing pour la gestion du proconsul.

44Les qualificatifs d’évergète et de sauveur qui apparaissent à Pergame et Aigai rendent compte d’une popularité qui, si elle n’est pas indépendante de celle de César, doit certainement comporter aussi des éléments personnels d’explication. Le dossier des recommandations, qui a par chance permis de voir à Éphèse l’ascension en cours de la famille des Curtii dans le sillage de la communauté italienne, peut laisser penser que le proconsul ne s’opposait en rien à la montée de ces nouvelles figures locales. Probablement leur témoignait-il sa bienveillance si elles étaient en mesure de l’aider à ramener la stabilité et une relative prospérité dans les diverses communautés civiques au sein desquelles ils étaient des citoyens importants.

  • 92 IvEphesos, III, 702 ; VII, 1, 3066 ; cf. Oster R., « Ephesus as a Religious Center under the Princ (...)

45Les deux inscriptions d’Éphèse montrant un prêtre d’Isauricus encore en activité à l’époque de Néron et au IIe siècle y attestent l’existence d’un culte héroïque pour un bienfaiteur dont le souvenir était célébré plus de 150 ans après son départ92. Les prêtres de Rome et Servilius Isauricus, T. Peducaeus Canax et C. Licinius Maximus Iulianus ont été de grands notables locaux assumant la prestigieuse et coûteuse prytanie éponyme ; ils n’ont cependant pas exercé le secrétariat du peuple, la première magistrature en terme de puissance ; en revanche, plus encore que des magistrats, ils ont été tous deux de grands évergètes, ce qui les rapprochait certainement du proconsul aux yeux de leurs contemporains. L. Robert a rappelé que le proconsul était également lié au culte de Rome à Pergame. Le philhellénisme de Servilius Isauricus, avec un père qui avait déjà opéré en Asie Mineure, il est vrai pas précisément dans des régions phares de l’hellénisme, a sans doute contribué à sa popularité auprès de ses administrés.

  • 93 Thériault G., « Remarques sur le culte des magistrats romains en Orient », CEA, 38, 2001 (= Mélang (...)
  • 94 IGR, IV, 192 (M. Aquilius) ; pour Scaevola voir l’article de M.-C. Ferriès et F. Delrieux dans ce (...)
  • 95 Halfmann H., op. cit., p. 37.
  • 96 Cf. le tableau plus haut. On connaît aussi plus tard pour L. Munatius Plancus un culte à Mylasa ou (...)

46Le culte rendu à Isauricus s’appuie sur des précédents. L’héroïsation du gouverneur s’inscrit en effet dans une tradition relevée et étudiée naguère par G. Thériault93 : les cas de M. Aquilius à Pergame94 et de Scaevola en Asie sont bien connus ; il existe donc une tradition propre à l’Asie Mineure d’honorer les bons gouverneurs, et on est en droit de présumer là encore que ce culte n’est pas uniquement dû à la popularité des mesures de César, mais aussi à des mesures personnelles du proconsul. Les deux exemples épigraphiques cités sont tardifs, ce qui est d’autant plus remarquable : la prêtrise de Maximus est d’après la prosopographie datée vers 100-105, sous le règne de Trajan, ce qui donne bien la mesure de la popularité du gouverneur. En tout cas la cause de ce succès dans la mémoire collective d’une province, ou du moins le souvenir laissé à certaines cités, est à chercher selon H. Halfmann dans l’évergétisme de P. Servilius Isauricus à Éphèse95 ; cette mention d’évergète figure explicitement dans une des inscriptions de Pergame96.

Conclusion

  • 97 Cicéron, Fam., XII, 2, 1.
  • 98 Cf. le Publius mentionné dans Nicolas de Damas, Vit. Caes. 28 (= FGrHist, 2A 413) ; Girardet K. M. (...)
  • 99 Cicéron, Phil., XI, 16-20 ; Girardet K. M., op. cit., p. 196, et n. 196.
  • 100 Suétone, Tib., 5. Sans doute s’agissait-il d’une compensation pour la rupture voulue par Octavien (...)
  • 101 Dion Cassius, XLVIII, 13, 4.
  • 102 Cicéron, ad. Br., I, 15, 7 ; Fam., XII, 2, 1.

47P. Servilius Isauricus rentre à Rome avant septembre 44 puisqu’il fait en effet partie de ceux qui, avec L. Calpurnius Piso Caesoninus et Cicéron, dénoncent à la fin de l’été l’attitude d’Antoine97. Son proconsulat s’était probablement achevé vers la fin du mois de juin, alors que C. Trebonius avait été désigné pour prendre sa succession98. Cicéron ne veut pas qu’en 43 il reprenne du service en Asie ou en Syrie contre P. Cornelius Dolabella99. Sa fille Servilia est mariée un temps à Octavien de 44-43 jusqu’à l’époque triumvirale et il est à nouveau consul en 41100, année de lutte entre L. Antonius et Octavien101 dans laquelle il prend position en faveur du fils adoptif de César102, mais son action reste assez discrète semble-t-il. On ignore la date de sa mort qui a dû cependant se produire peu de temps après.

  • 103 Sartre M., L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase, Paris, 2004, p. 257-258.
  • 104 Kirbihler F., op. cit., t. I, p. 96-101 ; néanmoins la quantité d’itérations reste un problème en (...)

48L’Asie a sans aucun doute bénéficié de l’œuvre du proconsul et la situation financière des cités est meilleure au moment de son départ. Déjà la baisse d’impôts opérée par César, qui libéra les Asiatiques de la perception du tribut par les publicains tout en le diminuant d’un tiers103, avait été de nature à contribuer, après le relèvement opéré durant les années 70-50 av. J.-C. compromis par la guerre civile, à une meilleure santé financière de la province en général et des notables en particulier. Par la suite, et malgré les énormes ponctions de Brutus et Cassius puis Antoine, il n’y a plus eu d’interruption dans les listes de magistrats au profit de divinités, contrairement à ce qui s’était parfois passé au lendemain de la première guerre mithridatique. Quelques itérations de magistrats attestées à Éphèse par exemple104 ont suffi pour ne pas se retrouver dans une situation aussi tragique où des dieux avaient revêtu l’éponymie. Il s’agit là d’une preuve indirecte de son bilan « globalement positif ».

49L’action de P. Servilius Isauricus s’est inscrite dans le cadre de la restructuration commencée de l’État romain et brutalement interrompue par la mort de César. Sans doute dépendait-elle étroitement de la volonté de ce dernier et correspondait-elle à une nouvelle réflexion sur la place des provinces et des provinciaux, qui visait à un début de réflexion d’intégra tion, ou au moins d’acceptation consentie de la domination romaine de la part des populations conquises. Par là même, Isauricus annonce les gouverneurs d’époque impériale et cet aspect des choses, relativement nouveau à l’époque de César, sera encore bien plus visible dans le cadre de politique voulue par Auguste.

Notes

1 Münzer F., RE, II, A, 2, 1923, s. v. Servilius, no 67, col. 1798-1802; Broughton T. R. S., The Magistrates of the Roman Republic, II, New York, 1952, p. 298 et 619; Id., ibid., III, 1986, p. 196; Bartels J., DNP 11, 2001, s. v. S. Isauricus [I 24], col. 467.

2 Piganiol A., La conquête romaine7, Paris, 1995, p. 559 ; Bertrand J.-M., « Rome et la Méditerranée orientale au Ier siècle avant J.-C. », Nicolet Cl. (dir.), Rome et la conquête du monde méditerranéen, Paris, 1978, t. 2 : La genèse d’un empire, chap. viii, p. 789-845 (p. 842).

3 Magie D., Roman Rule in Asia Minor, Princeton, 1950, I, p. 416-417, et II, p. 1270-1271.

4 Cf., dans le présent volume, l’article de M.-Cl. Ferriès et F. Delrieux.

5 Harders A.-C., « Die Identität der Iunia, Δέκμου θυγάτη und Ehefrau des P. Servilius Isauricos (cos. 48) : Überlegungen zu BMusImp 3 : 3, 1 PH 206 und IG XII Suppl. 60 », Klio, no 89, 2, 2007, p. 403-416.

6 Plutôt que P. Servilius (Vatia) Isauricus ; le surnom de Vatia ne paraît pas avoir été utilisé dans les documents dont nous disposons si ce n’est peut-être une décision rapportée par Flavius Josèphe, cf. infra.

7 Cicéron, Att., I, 19, 9 : le sénatus-consulte voté en faveur des cités libres gêne les affaires d’Atticus, en particulier avec la cité de Sicyone : cf. Att., II, 1, 10.

8 Cicéron, Att., IV, 15, 9 ; 18, 4.

9 Plutarque, Pomp., 34, 8 : le commentaire de la CUF précise p. 207 qu’il s’agirait de son père, le consul de 79 ; Dion Cassius, XXXVII, 3, 2-3.

10 Il n’y a cependant pas de preuves que la questure d’Isauricus se soit déroulée en Hispanie ultérieure au moment où César en était le gouverneur.

11 Cicéron, Q. fr., II, 3, 2 (56 av. J.-C.).

12 Alors qu’on le dit conservateur, il aurait même détourné le dictateur d’une tentative de conciliation avec Pompée en la faisant rejeter au Sénat (Plutarque, Pomp., 37, 1).

13 César, BC, III, 1.

14 César, BC, III, 21 ; Plutarque, Caes, 37, et Dion Cassius, XLII, 17, 1.

15 César, BC, III, 21 ; Dion Cassius, XLII, 22-25 ; Cicéron, Fam., VIII, 17 ; Quintilien, VI, 3, 25.

16 Quintilien, VI, 3, 25.

17 Dion Cassius, XLII, 21, 1.

18 Quintilien, VI, 3, 48.

19 Cicéron, Fam., XIII, 68, 2 (47 av. J.-C.).

20 Girardet K. M., « Die lex Iulia de provinciis (46 v. Chr.). Vorgeschichte – Inhalt – Wirkungen », RhM, no 130, 1987, p. 291-329 (= Id., Rom auf dem Weg von der Republik zum Prinzipat, Bonn, 2007, p. 159-197) ; analyse intéressante de l’œuvre de l’auteur dans Hurlet F., « Le passage de la République à l’Empire : questions anciennes, nouvelles réponses. À propos du livre de K. M. Girardet, Rom auf dem Weg von der Republik zum Prinzipat », REA, no 110, 2008, p. 215-236. Résumé commode des dispositions de la lex Iulia de provinciis dans Hurlet F. et Barrandon N., « Les gouverneurs et l’Occident romain (IIe siècle av. J.-C.-IIe siècle apr. J.-C.) », Hurlet F. (dir.), Rome et l’Occident (IIe siècle av. J.-C.-IIe siècle apr. J.-C.). Gouverner l’Empire, Rennes, 2009, p. 35-75 (p. 42).

21 Une désignation directe par J. César paraît aller de soi selon l’historiographie ancienne : Piganiol A., op. cit., p. 559.

22 Sur tout cela, cf. Girardet K. M., op. cit., p. 189-190, avec les références. Voir cependant les réflexions de Wörrle M., « Neue Inschriftenfunde aus Aizanoi V : Aizanoi und Rom I », Chiron, no 39, 2009, p. 409-444 (p. 420-422) en raison de la présence du titre d’[ἀντι] στράτηγός dans la seconde lettre de César à la cité d’Aezanoi.

23 Wörrle M., op. cit., p. 439-442 ; une lettre du dossier césarien lui est adressée, il s’agit du troisième fragment. Il a été nommé en principe pour une année seulement, qui reste en théorie incertaine (46-45 ou 45-44) ; il faut sans doute songer à 45-44 en raison d’un épisode narré par Appien, BC, IV, 75, dans lequel il remet 16 000 talents à Brutus ; peut-être s’est-il encore un peu attardé en Asie. Deux questeurs d’Asie se sont sans doute succédé durant le proconsulat d’Isauricus.

24 Pour toute cette démonstration, cf. Coudry M. et Kirbihler F., « La lex Cornelia une lex provinciae de Sylla pour l’Asie », Barrandon N. et Kirbihler F. (dir.), Administrer les provinces de la République Romaine, Rennes, 2010, p. 133-169 ; à titre de comparaison, pour la loi de Bithynie-Pont, mieux connue, Fernoux H.-L., Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine (IIIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C.). Essai d’histoire sociale, Lyon, 2004, p. 129-146 et 184-185.

25 IvEphesos, IV, 1387 (39/8); cf. Leschhorn W., Antike Ären. Zeitrechnung, Politik und Geschichte im Schwarzmeerraum und in Kleinasien nördlich des Tauros, Stuttgart, 1993, p. 221-225 (délimitation de l’aire d’utilisation de l’ère de Pharsale), qui rappelle p. 222 que le décompte commence dans l’année qui suit la bataille de Pharsale, soit 48-47 : l’an 10 correspond donc bien à 39-38. Les villages de la chôra éphésienne s’enfonçaient 40 à 50 km à l’intérieur des terres et relevaient de la Lydie (cf. Kirbihler F., « Territoire civique et population d’Éphèse, Ve s. av. J.-C.-IIIe s. apr. J.-C. », Bru H., Kirbihler F. et Lebreton S. [éd.], L’Asie Mineure, du territoire civique au territoire régional, Actes du colloque de Tours 21-22 octobre 2005, Rennes, 2009, p. 299-331, avec la carte p. 331) ; le reste de la vallée du Caÿstre comportait par exemple Hypaipa et Dios Hieron, ou encore la cité d’Apollonis : toutes utilisaient l’ère césarienne.

26 IvEphesos, II, 251 (César honoré par les cités et peuples d’Asie en tant que sauveur) ; Dion Cassius, XLII, 6, 3.

27 L’allusion aux voyages maritimes de Servilius Isauricus (Cicéron, Fam., XIII, 68) serait l’indice d’un récit du voyage de l’ami de César vers sa province dans une lettre envoyée auparavant à Cicéron ; cette remarque ne peut-elle renvoyer aussi aux tournées du gouverneur, y compris à des décisions de justice pendant le voyage dès son arrivée dans le territoire de son ressort ? (cf. infra). Cicéron à peine arrivé dans sa province s’était mis à juger et à tenir des assises. Par ailleurs Etienne R., Ténos II. Ténos et les Cyclades du milieu du IVe siècle av. J.-C. au milieu du IIIe siècle apr. J.-C., Athènes, BEFAR 263 bis, 1990, p. 128-129, se montre même partisan d’une incorporation des îles dans la zone relevant du gouverneur d’Asie à une date située avant la guerre de Mithridate, par conséquent antérieure à 89-88 av. J.-C.

28 Ferrary J.-L., « Le statut des cités libres dans l’Empire romain à la lumière des inscriptions de Claros », CRAI, 1991, p. 557-577 ; Id., « La liberté des cités et ses limites à l’époque républicaine », MéditerrAnt., no 2, 1997, p. 69-84. La liste de cités libres a subi des évolutions mal connues entre Sylla et les époques de César puis Auguste : une liste suite aux mesures de Sylla dans Santangelo F., Sulla, the Elites and the Empire. A Study of Roman Policies in Italy and the Greak East, Leyde/Boston, 2007, p. 122-123.

29 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 213-216 ; cf. la discussion infra. L’auteur de la lettre semble se trouver à Délos.

30 César, BC, III, 105.

31 Pour un bilan de l’action de César en Asie Mineure, voir Dobesch G., « Caesar und Kleinasien », Tychè, no 11, 1996, p. 51-77 ; un ouvrage envisage globalement l’œuvre de César en Orient : Freber P.-S., Der hellenistische Osten und das Illyricum unter Caesar, Stuttgart, 1993, dont les pages 189-194 renferment la liste des inscriptions élevées par les cités grecques en l’honneur de César.

32 Par exemple une décision mal conservée concernant Pergame : Sherk R. K., Roman Documents of the Greek East, Baltimore, 1969, no 54, p. 280-284 ; récemment un dossier de lettres, malheureusement également très fragmentaire, retrouvé à Aezanoi : Wörrle M., op. cit.

33 Cf. diverses décisions sous le nom de César dans Flavius Josèphe, AJ, XIV. Sur les décisions de César dans un contexte plus large car comparées à celles d’Auguste, voir aussi Kirbihler F., « César et Auguste en Asie : permanences et évolutions de deux politiques », Sion K. (éd.), César sous Auguste, Bordeaux, à paraître aux éditions Ausonius.

34 Cf. infra, II, pour sa possible mention dans le dossier des lettres envoyées par César à Aizanoi.

35 « Istam partem rei p. male adfectam » (Cicéron, Fam., XIII, 68, 2). La province avait connu après la loi de Pompée de 52 sur l’administration des provinces une année durant laquelle un simple questeur pro praetore, L. Antonius, avait géré les affaires de la province (à partir sans doute de la fin du printemps ou du début de l’été 50 av. J.-C.) ; par la suite il y eut la tension croissante entre César et le Sénat, les opérations et conséquences des guerres civiles (cf. Girardet K. M., op. cit., p. 165, avec la n. 18 ; les pages suivantes montrent la gestion variable des provinces, en raison des circonstances).

36 Citation extraite de Sherk R. K., op. cit., no 55, p. 286.

37 Robert L., Documents d’Asie Mineure, Paris, 1987, p. 328-329, a encore une fois été sensible à la popularité du proconsul.

38 Sur la présence des femmes de gouverneurs dans les provinces à la fin de l’époque républicaine, cf. Kajava M., « Roman Senatorial Women and the Greek East. Epigraphic Evidence from the Republican and Augustan Period », Solin H. et Kajava M. (éd.), Roman Eastern Policy and other Studies in Roman History, Helsinki, 1990, p. 59-124.

39 Magie D., op. cit., p. 406 et p. 1260, n. 8 ; c’est en tout cas la somme qui apparaît dans Sartre M., L’Asie Mineure et l’Anatolie, Paris, 2004, p. 235 ; 257-258.

40 Cicéron, Flac., 27-32 (levée d’une flotte répartie en deux escadres au nord et au sud d’Éphèse en 62 av. J.-C.).

41 Freber P.-S., op. cit., p. 108-109.

42 Il s’agit d’inscriptions en rapport avec Fulvius Publicianus Nicephorus, magistrat et évergète d’époque sévérienne avancée (IvEphesos, II, 445) ou des collèges professionnels (II, 454 b) : le portique de Servilius existe encore à cette époque tardive ; cf. déjà Halfmann H., Éphèse et Pergame. Urbanisme et commanditaires en Asie Mineure romaine, Bordeaux, 2004, p. 37 (trad. de Städtebau und Bauherren im römischen Kleinasien. Ein Vergleich zwischen Ephesos und Pergamon, Tübingen, 2001). Le monument circulaire situé sur le Panayırdağ lui est également attribué par H. Halfmann qui suit J. Keil : Halfmann H., ibid., avec référence.

43 Ainsi connaît-on depuis quelques années un P. Servilius Capito qui cotise avec sa femme [10 ?] deniers dans le cadre de la grande souscription de l’Artémision (ÖJh, 69, 2000, p. 79, complément à IvEphesos, V, 1687, du règne de Tibère, entre 23 et 30, sans doute en 29-30) : si la modicité de la somme interdit sans doute de voir en lui un autre candidat pour la construction du portique, l’inscription atteste qu’il existait des P. Servilii au début du Ier siècle ; les inscriptions postérieures peuvent par conséquent renvoyer aussi à des évergètes Servilii locaux.

44 Étienne R., « Introduction », Müller Ch. et Hasenohr Cl. (éd.), Les Italiens dans le monde grec : IIe siècle av. J.-C.-Ier siècle apr. J.-C. : circulation, activités, intégration : actes de la table ronde, École normale supérieure, Paris, 14-16 mai 1998, Athènes/Paris, Bulletin de correspondance hellénique. Supplément, 41, 2002, p. 5-8.

45 IvEphesos, I, 9, liste des agonothètes et prêtres de Rome.

46 Fournier J., Entre tutelle romaine et autonomie civique. L’administration judiciaire dans les provinces hellénophones de l’Empire romain (129 av. J.-C.-235 apr. J.-C.), Athènes, 2010, p. 62-66 (en part. p. 64-65).

47 Des périodes d’assises judiciaires se tiennent par exemple à Laodicée, Apamée et Synnada ; sur les circonstances du voyage et de l’arrivée de Cicéron dans sa province, voir Kirbihler F., « Cicéron, d’Italie en Cilicie. Conditions, vitesse et impressions de voyage d’un futur gouverneur », RANT, no 5, 2008, p. 349-364.

48 Cicéron, Fam., XIII, 68 ; Flavius Josèphe, AJ, XIV, 213-216.

49 Diodore, XXXVII, 5, 1. Cf. dans le même volume l’article de M.-C. Ferriès et F. Delrieux.

50 Travaux anciens de Hatzfeld J., « Les Italiens résidant à Délos mentionnés dans les inscriptions de l’île », BCH, no 36, 1912, p. 5-218 ; Id., Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénistique, Paris, 1919 ; voir désormais Müller Ch. et Hasenohr Cl., op. cit. ; Kirbihler F., « Die Italiker in Kleinasien, mit besonderer Berücksichtigung von Ephesos (129 v. Chr.-1. Jh. n. Chr.) », Meyer M. (éd.), Neue Zeiten-Neue Sitten. Zu Rezeption und Integration römischen und italischen Kulturguts in Kleinasien, Vienne, 2007, p. 19-35.

51 Deniaux É., op. cit., p. 443.

52 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 229 ; 238 : il était à cette époque praefectus fabrum sans doute.

53 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 238 ; Deniaux É., op. cit., p. 443-5. La composition de ce conseil a été analysée par Suolahti J., « The council of L. Cornelius P. f. Lentulus Crus in the Year 49 B. C. », Arctos, no 2, 1958, p. 152-164.

54 Il est noté comme Τίτος ’ Ἀμπιος Τίτου Μένανδρος. Deniaux É., op. cit., p. 444, relève la possibilité de cette promotion hors normes d’affranchis comme praefectus fabrum ou tribun militaire ; cf. Eck W., « Freigelassene und ihre Nachkommen im römischen Ritterstand », Demougin S., Devijver H. et Raepset-Charlier M.-Th. (éd.), L’ordre équestre. Histoire d’une aristocratie (IIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C.), Paris/Rome, 1999, p. 5-29, qui relève plusieurs exemples d’affranchis parvenus à l’ordre équestre.

55 Deniaux É., op. cit., p. 490-492, avec d’intéressantes remarques sur l’exercice du commerce du vin par ce personnage : ce commerce est attesté surtout à Cos, Éphèse, et en Égypte, où il avait manifestement des intérêts. Ces aires géographiques recoupent en grande partie les zones où les Vedii père et fils vendaient eux aussi leur vin ou en produisaient : cf. Kirbihler F., « P. Vedius Rufus, père de P. Vedius Pollio », ZPE, no 160, 2007, p. 261-271.

56 Cf. les éléments rassemblés par Broughton T. R. S., op. cit., III, p. 181.

57 Plutôt qu’avec un individu prénommé Colophonios, ce qui est la traduction de J. Beaujeu dans la Collection universitaire de France.

58 Curtius Proclus ambassadeur et sa fille Curtia Postuma (cf. tableau).

59 Deniaux É., op. cit., p. 473-474.

60 Ibid., p. 471-473.

61 Ibid., p. 446. Pour le contexte des ambassades du Ier siècle av. J.-C., voir l’article dans ce volume d’H.-L. Fernoux.

62 D. Servilius fils de Sextus (IvEphesos, III, 904 A, v. 70-40).

63 Respectivement IvEphesos, VII, 2, 4337 ; V, 1687, fr. 2, col. I, et ÖJh, 69, 2000, p. 79 (= SEG, 50 [2000], 1133, col. II), complément de IvEphesos, V, 1687. Notons enfin qu’un P. Servilius P. f. Strabo était membre du consilium de Lentulus Crus, et que par conséquent un autre P. Servilius a été présent sur le sol de l’Asie en 49 av. J.-C., ce qui doit rendre prudent (Flavius Josèphe, AJ, XIV, 239 : Πόπλιος Σερουίλιος Ποπλίου υἱός Στράβων). Il n’en demeure pas moins que Servilius Isauricus est la personne qui en tant que gouverneur est la mieux qualifiée pour conférer le droit de cité de Rome.

64 Robert L., « Inscriptions d’Aphrodisias », AC, 1966, p. 416 (= OMS, VI, 1989, p. 40).

65 Cicéron, Fam., XIII, 68 ; cf. déjà Magie D., op. cit., I, p. 416-417 ; II, 1270-1271.

66 Sur l’asylie des sanctuaires, avec renvoi à la bibliographie antérieure, voir un rapide survol général dans Dreher M., « Das Asyl in der Antike von seinen Ursprüngen bis zur christlichen Spätantike », Tychè, no 11, 1996, p. 79-96, et surtout, pour l’époque qui nous intéresse, Rigsby K. J., Asylia. Territorial Inviolability in the Hellenistic World, Berkeley/Los Angeles/Londres, 1996; cf. encore Dreher M. (éd.), Das antike Asyl. Kultische Grundlagen, rechtliche Ausgestaltung und politische Funktion, Cologne, 2003 (non vidi).

67 Robert L., Hellenika, VI, 1948, p. 38-42.

68 Robert L., ibid. ; Herrmann P., « Rom und die Asylie griechischer Heiligtümer : Eine Urkunde des Diktators Caesar aus Sardeis », Chiron, no 19, 1989, p. 127-164 (AE, 1989, 684).

69 Ces décisions ne sont pas les seules, car César est intervenu personnellement dans le dossier de Pergame, partiellement conservé sous forme fragmentaire : IvSmyrna, II, 1, 589-590 ( = Sherk R. K., op. cit., no 54) ; cf. Heller A., « Les bêtises des Grecs ». Conflits et rivalités entre cités d’Asie et de Bithynie à l’époque romaine (129 a. C.-235 p. C.), Bordeaux, 2006, p. 77-78.

70 Etienne R., op. cit., p. 143-5 et 261 ; à moins que ce texte n’émane du dictateur César en personne.

71 Strabon, XIV, 641.

72 Appien, BC, III, 1, 5 (16).

73 Herrmann P., op. cit. ; Rigsby K. J., op. cit., p. 432-437 (Sardes) ; 428-432 (Aphrodisias) ; 172-178 (Milet). Voir aussi les p. 362-384 (Pergame) ; 385-393 (Éphèse) ; 394-396 (Samos).

74 Ils sont nommément cités dans le rescrit de Sardes dans un passage très mutilé à la l. 62 sous le terme grec de δημοσιών[ας].

75 Wörrle M., op. cit.

76 Flavius Josèphe, AJ, XIV et XVI, passim ; les références ont été pour une large part authentifiées par Saulnier Chr., « Lois romaines sur les Juifs selon Flavius Josèphe », RB, no 88, 1981, p. 161-198 ; bilan général dans l’ouvrage de Pucci ben Zeev M., Jewish Rights in the Roman World. The Greek and Roman documents quoted by Josephus Flavius, Tübingen, 1998.

77 Si la majorité de ces textes concerne bien l’époque de César et les deux dernières décennies de la République, il me paraît également incontestable que certains décrets par leur formulaire remontent à une époque antérieure : ainsi Flavius Josèphe, AJ, XIV, 262-264, un décret éphésien prétendument pris au temps d’un proconsul Brutus de 48 qui en fait n’a jamais existé, de même à la même date l’éponyme Ménophilos, inconnu dans une liste à peu près complète entre 51-50 et 18-17 av. J.-C. : en attendant la publication de la partie de ma thèse consacrée à la période tardo-hellénistique, voir Kirbihler F., Les notables d’Éphèse. Essai d’histoire sociale, thèse, université Tours, 2003, 4 vol., I, p. 117-119, où je conclus sur deux dates possibles : vraisemblablement la fin du IIe siècle av. J.-C. ou à la rigueur 74 av. J.-C., le nom de M. Iunius Brutus étant peut-être une déformation de M. Iuncus, gouverneur vers 74 av. J.-C.

78 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 210-213. La correction de Parion par Paros semble indispensable et reste économique.

79 Wörrle M., op. cit., p. 420-423 ; il faudrait cependant voir si une formule comme στρατηγὸς καὶ ἀνθύπατος correspond à un usage diplomatique. Etienne R., op. cit., II, p. 261, est lui aussi convaincu de cette identification : le contexte qui implique la proximité de Délos exclut la tradition manuscrite de Parion au profit de Paros.

80 Sans oublier l’allusion possible de Cicéron, Fam., XIII, 68, à un passage d’Isauricus dans les îles. Cela explique peut-être aussi les dédicaces de son épouse à Mytilène et à Cos (cf. tableau).

81 Contra Pucci Ben Zeev M., op. cit., p. 107-118, qui accepte l’identification avec l’île de Paros, mais estime que l’auteur de la lettre est Octavien « César le Jeune ». Il me semble cependant que le contexte du document renvoie plutôt à la présence de l’autorité romaine dans les îles et à une tournée proconsulaire. Il faut cependant convenir que l’identification de la titulature césarienne de départ au nominatif avec Octavien reste aussi une solution économique. La vérité correspond certainement à l’une des deux identifications proposées, mais la preuve ultime manque.

82 Πόπλιος Σερουίλτος Ποπλίου υἱος Γἀλβας ἀνθύπατος Le document est commenté dans Pucci Ben Zeev M., op. cit., p. 199-205.

83 Cf. ibid. M. Pucci Ben Zeev commente plusieurs extraits fragmentés d’un grand sénatus-consulte d’époque césarienne (octobre 47 av. J.-C. ?) reconnaissant les droits d’Hyrcan et des Juifs en Palestine (p. 55-73 et 80-101, documents 2-3 et 5 cités par Flavius Josèphe) ; un autre sénatus-consulte pris en février 44 (le 9 ?) correspond aux documents 4 et 6 (p. 74-79 et 102-106).

84 Cicéron, Fam., XIII, 67.

85 Cicéron, Fam., XIII, 66-72 ; cf. les termes qualifiant Isauricus dans le tableau résumant les lettres de Cicéron.

86 Certains de ces monuments figurent déjà dans Tuchelt K., Frühe Denkmäler Roms in Kleinasien, I. Roma und Promagistrate, Tübingen, 1980, avec des indications de forme et dimensions.

87 Il est par ailleurs possible que le hasard ait dans un certain nombre de cas fait disparaître la statue et l’inscription en rapport direct avec le proconsul, alors que d’autres honneurs pour son père, sa femme, sa fille, seuls survivaient.

88 Robert L., op. cit., p. 40 ; Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme, Paris/Rome, 1988, p. 198-199 (sens de liberté) ; dans le même sens, Bertrand J.-M., Inscriptions historiques grecques, Paris, 1992, p. 262. Une formule voisine à propos de Milet dans I. Milet, I, 3, 124 (Delphinion, listes de stéphanèphores : la liberté est concédée en 39-38).

89 Cf. Rigsby K. J., op. cit., p. 394-396.

90 IvEphesos, V, 1547. Son beau-père était un Fonteius.

91 On peut citer un L. Valerius Flaccus et sa famille (IvMagnesia, 144-146).

92 IvEphesos, III, 702 ; VII, 1, 3066 ; cf. Oster R., « Ephesus as a Religious Center under the Principate, I. Paganisme before Constantine », ANRW, II, 18, 3, New York, 1990, p. 1661-1728 (p. 1686-1687).

93 Thériault G., « Remarques sur le culte des magistrats romains en Orient », CEA, 38, 2001 (= Mélanges Pierre Rodrigue Brind’Amour 2), p. 85-95.

94 IGR, IV, 192 (M. Aquilius) ; pour Scaevola voir l’article de M.-C. Ferriès et F. Delrieux dans ce même volume.

95 Halfmann H., op. cit., p. 37.

96 Cf. le tableau plus haut. On connaît aussi plus tard pour L. Munatius Plancus un culte à Mylasa ou pour Sex. Appuleius à Alexandrie de Troade. Cependant Auguste mettra fin au culte envers desgouverneurs en fonction, d’autant qu’à la même époque, et dès 29 en Asie Mineure, commence à se mettre en place le culte impérial (Dion Cassius, LVI, 25, 6).

97 Cicéron, Fam., XII, 2, 1.

98 Cf. le Publius mentionné dans Nicolas de Damas, Vit. Caes. 28 (= FGrHist, 2A 413) ; Girardet K. M., op. cit., p. 192 et 195.

99 Cicéron, Phil., XI, 16-20 ; Girardet K. M., op. cit., p. 196, et n. 196.

100 Suétone, Tib., 5. Sans doute s’agissait-il d’une compensation pour la rupture voulue par Octavien de cette union.

101 Dion Cassius, XLVIII, 13, 4.

102 Cicéron, ad. Br., I, 15, 7 ; Fam., XII, 2, 1.

103 Sartre M., L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase, Paris, 2004, p. 257-258.

104 Kirbihler F., op. cit., t. I, p. 96-101 ; néanmoins la quantité d’itérations reste un problème en raison de la fréquence de certains noms, ce qui rend difficile l’identification des titulaires en l’absence de la mention de la filiation.

Auteur

Université Nancy 2 – EA 1132/UMR 5189 HISOMA

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540