Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Quatrième partie. Des gouvernements célèbres et bien documentés

Verrès et le « blé réquisitionné » des Siciliens

Jérôme France

Texte intégral

Je remercie François Cadiou et Jean-Louis Ferrary d’avoir relu ce texte et de m’avoir suggéré de judicieuses corrections. Errors are mine.

  • 1 Je remercie François Cadiou et Jean-Louis Ferrary d’avoir relu ce texte et de m’avoir suggéré de j (...)
  • 2 Gouverneur de Sicile de 73 à 71 av. J.-C., cf. Prag J. R. W., « Roman Magistrates in Sicily, 227-4 (...)
  • 3 Seconde action contre Verrès, livre troisième : Le froment (De frumento).
  • 4 Steel C., « The Rhetoric of the De frumento », Prag J. R. W. (dir.), Sicilia nutrix plebis romanae (...)
  • 5 Marinone N., Quaestiones Verrinae. Cronologia del processo di Verre, Università di Torino, pubblic (...)
  • 6 Voir les remarques de Dubouloz J. et Pittia S., « La Sicile romaine, de la disparition du royaume (...)

1Du discours1 fleuve composé en 70 av. J.-C. par Cicéron contre l’ancien gouverneur de Sicile C. Verrès2, la partie la plus technique, et la plus ardue, est le De frumento, le troisième livre de la seconde action, consacré comme son titre l’indique aux accusations de concussion et d’abus de pouvoir dans le cadre de la perception des impôts sur les grains3. Plongé dans la lecture de cet ouvrage, le lecteur attentif pourra certes déplorer qu’il soit, avec ses 228 paragraphes, le plus long non seulement des Verrines, mais de tous les discours conservés de Cicéron, mais il ne manquera pas de remarquer que c’est aussi l’un de ceux où la rhétorique de l’avocat se déploie avec le plus d’efficacité et de savoir faire4. Cette stratégie oratoire avait évidemment d’abord pour but de défendre ses clients et de persuader le jury de la quaestio de repetundis de la culpabilité de l’accusé. On devine sans peine qu’elle devait également montrer au public toute l’étendue du talent de Cicéron, capable de briller sur un sujet aussi austère que la fiscalité sur les grains, et cela malgré le fait que le discours n’a probablement jamais été prononcé devant la cour en raison de la fuite de Verrès à l’issue de la première action, en août 705. Il faut surtout bien admettre que cette dimension rhétorique, qui plus est appliquée à un dossier qui ne reflète que les arguments de l’accusation, complique singulièrement la tâche de l’historien soucieux d’en approcher la réalité judiciaire et de retracer à partir de là l’organisation fiscale de la Sicile romaine, et le contraint à suivre une voie étroite entre l’approche positive du texte et le souci critique auquel il doit être soumis6.

  • 7 Les paragraphes indiqués entre parenthèses dans le texte renvoient au texte du De frumento.
  • 8 Selon Carcopino J., La loi de Hiéron et les Romains, Paris, 1914 (réimpr. anast., Paris, 1965), p. (...)

2La structure interne du discours, telle qu’elle est annoncée par Cicéron lui-même (§ 127) s’avère assez simple. La première partie, qui ne comporte pas moins de 150 paragraphes (§ 12-162), porte sur le grain perçu dans le cadre de la dîme (frumentum decumanum). Ensuite, dans les 62 paragraphes de la deuxième et de la troisième partie (§ 163-225), Cicéron s’intéresse à d’autres prélèvements qui prenaient la forme d’achats forcés, et à prix fixés, de céréales par l’État romain. Deux catégories sont successivement examinées. La première recouvre le frumentum emptum, le blé8 acheté en vertu de la loi Terentia Cassia, votée en 73 av. J.-C., et qui se répartit lui-même en deux ensembles (§ 163-187) :

  • le frumentum decumanum qualifié aussi d’alterae decumae, dont le montant équivaut à celui des (premières) dîmes, raison pour laquelle on parle couramment de « secondes dîmes » (l’expression duae ou binae decumae elle-même ne figure pas dans Cicéron mais se trouve chez Tite-Live9) ;
  • le frumentum imperatum, ou « blé réquisitionné », qui apparaît comme un achat complémentaire (Rostovtzeffestimait que l’achat du frumentum imperatum n’était engagé que lorsque le frumentum emptum était insuffisant10).
  • 11 Sur le frumentum in cellam, voir en dernier lieu Pinzone A., « Rileggendo la De frumento : Ciceron (...)

3La deuxième catégorie, qui se retrouve dans toutes les provinces (§ 209), est le frumentum aestimatum, le grain destiné au grenier privé du gouverneur, que l’on qualifie aussi, et pour cette raison, de frumentum in cellam (§ 188-225). L’expression frumentum aestimatum elle-même vient de ce que ce blé faisait couramment l’objet d’une conversion en valeur monétaire (aestimatio) et d’un versement en espèces11.

4Dans cet exposé, nous allons nous attacher à la première de ces deux catégories, mais seulement à travers les accusations de péculat concernant le frumentum imperatum, parce que Cicéron ne dit pratiquement rien du frumentum (emptum) decumanum. On a du mal à penser que cette absence soit le résultat d’un choix tactique de l’avocat, car il paraît clair, considérant l’argumentation détaillée qu’il consacre à chaque dossier, qu’il n’aurait pas hésité à ajouter celui-ci à son réquisitoire si la matière lui en avait semblé suffisamment accablante. Il faut donc peut-être admettre que ce prélèvement, qui devait pourtant porter sur de grandes quantités de grains, n’avait pas donné lieu à des plaintes aussi graves que dans le cas de la dîme ou des autres contributions qui nous intéressent ici.

  • 12 Cf. Cicéron, 2Verr., III, 14 et III, 42 : id emi non auferri putetur, et aussi V, 52 à propos du c (...)
  • 13 Carcopino J., op. cit., p. 174-175.

5Il serait beaucoup trop long de résumer les accusations portées par un certain nombre de cités siciliennes et la nature précise des faits reprochés à Verrès concernant la perception de la (première) dîme. On précisera seulement, parce qu’il en sera question plus loin, qu’elle a apparemment donné lieu à des excès massifs, nombre de décimateurs ayant, avec la complicité du gouverneur, extorqué des quantités bien supérieures à celles qui étaient déterminées par la loi de Hiéron. En ce qui concerne cette autre forme de prélèvement que sont les achats forcés de grains, la première question qui se pose est de savoir si on peut les définir comme des impôts. Cicéron, fidèle au tableau lénifiant qu’il dresse d’une fiscalité sicilienne à laquelle les Romains n’auraient ajouté aucun nouvel impôt agraire, se garde bien de les définir comme tels et les présente comme des achats12. Mais dans son livre La loi de Hiéron et les Romains, J. Carcopino n’a pas eu de mal à en démontrer le caractère fiscal tant par leur nature et leur origine que par les verbes qui, dans le texte même de Cicéron, désignent leur recouvrement (imperare, exigere, sumere)13. On peut donc parler ici d’une manière de fiscalité secondaire, ou supplémentaire, dont l’intérêt était de dépasser le caractère peu élastique des premières dîmes théoriquement limitées par la loi de Hiéron à un dixième du produit agricole (§ 20).

  • 14 Tite-Live, XXIII, 21, 5 ; 38, 12-13 ; 41, 6-7 ; XXVI, 39, 1-2, XXVII, 8, 19 ; XXIX, 1, 14 ; 35, 8  (...)
  • 15 Tite-Live, XXXVI, 2, 12-13 ; XXXVII, 2, 12 ; 50, 9-10 et XLII, 31, 8.
  • 16 Cf. la monnaie Ad frumentum emundum de Caepio et Pison, questeurs en 100 (Crawford, RRC, 330/1a), (...)
  • 17 Cicéron, 2Verr., V, 55 et III, 182 ; Planc. 64-65 ; Cicéron a été questeur en Sicile en 75, Prag J (...)
  • 18 Sur les problèmes annonaires : Virlouvet C., Famines et émeutes à Rome des origines de la Républiq (...)

6Certes, des contributions de ce genre avaient déjà été exigées bien avant le gouvernement de Verrès. Durant la deuxième guerre punique, du blé, des vivres et des vêtements furent livrés à plusieurs reprises par les communautés de Sardaigne et de Sicile14. Ensuite, le Sénat ordonna à plusieurs reprises, entre 191 et 17115, le prélèvement d’une deuxième dîme en Sicile et en Sardaigne. La perte du récit livien après 167 nous empêche d’avoir connaissance d’autres réquisitions exceptionnelles de ce genre au IIe siècle puis au début du Ier siècle, mais nous savons que des magistrats ont eu recours à des achats extraordinaires de blé destiné à des distributions16. Enfin, Cicéron évoque les réquisitions des prédécesseurs de Verrès en Sicile ainsi que celles auxquelles il a lui-même procédé en tant que questeur17. Il est important de souligner que les achats forcés dont il est question dans le De frumento s’inscrivent pour l’État romain dans un contexte particulier de difficultés financières et annonaires. Vers la fin des années 70, en effet, Rome semble avoir éprouvé une crise de ravitaillement particulièrement aiguë. Les causes en étaient l’action des pirates, la sécession de Sertorius en Espagne, le début de la troisième guerre contre Mithridate et, à partir de 73, la révolte servile de Spartacus. Tous ces événements ont dû perturber les circuits d’approvisionnement et retentir sur le ravitaillement de Rome, où des phénomènes de pénurie et de cherté, accompagnés de troubles, sont attestés en 75, 74 et 7318.

  • 19 Cicéron, 2Verr., III, 227 : « Alterae (decumae) nouis institutis propter annonae rationem imperent (...)
  • 20 Virlouvet C., Les lois frumentaires, op. cit., p. 17-23.
  • 21 Cicéron, 2Verr. III, 163, et aussi III, 42, 173, 227 ; V, 52.
  • 22 Rickman G., The Corn Supply of Ancient Rome, Oxford, 1980, p. 45 et 166, et Soraci C., « Sicilia f (...)

7Comme le dit Cicéron, c’est donc bien « pour des raisons tenant à l’approvisionnement19 », que la loi Terentia Cassia fut votée, en 73 av. J.-C., à la suite d’un sénatus-consulte. Les grandes lignes de son contenu sont relativement bien connues20. Elle contribuait d’abord à rétablir, après une première proposition de Lépide en 78, les distributions frumentaires qui avaient été supprimées par Sylla. Plus largement, elle comprenait aussi des dispositions générales pour l’approvisionnement de la Ville dont précisément l’organisation d’achats forcés de blé en Sicile pour le compte du peuple romain21, qui nous intéresse ici, et que Verrès fut visiblement chargé, en tant que gouverneur, de mettre en application dans l’île. En revanche, il est impossible de dire si cette loi avait pour but de pérenniser ces prélèvements ou s’il ne s’agissait que d’une mesure ponctuelle mise en place pour remédier à une situation de crise22. De même, il est possible, mais nullement prouvé, qu’elle se soit appliquée à d’autres provinces, et spécialement à la Sardaigne.

  • 23 Prag J. R. W., Roman Magistrates, op. cit., p. 307.
  • 24 Degenkolb H., Die lex Hieronica und das Pfändungsrecht der Steuerpächter. Beitrag zur Erklärung de (...)

8Dans tout ce contexte, le grand problème soulevé dans l’historiographie à propos de l’action et de la personnalité de Verrès ne peut manquer de ressurgir. On peut le résumer ainsi : Verrès n’était-il qu’une sombre canaille, ayant planifié et organisé, avec un réseau de complices, la mise en coupe réglée de la province ou s’agissait-il d’un gestionnaire zélé et particulièrement efficace, auquel Rome aurait dû d’avoir bien défendu ses intérêts dans un moment difficile ? Malgré le désaveu de Metellus, son successeur23, et la fuite de Verrès lui-même qui semble peser comme un aveu de culpabilité, on ne peut balayer cette question d’un revers de main. En effet, dans une veine qui remonte à H. Degenkolb, plusieurs historiens et non des moindres ont tenté de relativiser les accusations portées contre lui, notamment en présentant certaines des mesures qui lui sont attribuées, telle que la déclaration par le cultivateur des surfaces ensemencées (§ 38), comme des innovations administratives visant à un meilleur rendement fiscal24. Et l’enjeu dépasse le cas presque désespéré de Verrès car il ne saurait être tenu à l’écart du jugement que l’on porte sur l’ensemble des magistrats romains placés à la tête des provinces, et sur la nature comme le style des relations qu’ils entretenaient avec leurs administrés. C’est donc dans cette perspective que nous allons examiner au plus près le texte de Cicéron afin, d’une part, de définir le plus précisément possible la nature des faits incriminés dans la gestion du frumentum imperatum par Verrès et, d’autre part, d’évaluer au plus juste le degré de culpabilité présenté par l’accusé en fonction des arguments de Cicéron.

  • 25 Carcopino J., op. cit., p. 177-192 ; voir p. 177, n. 1, le rappel de la bibliographie antérieure.

9J. Carcopino a donné une analyse du frumentum emptum dont les principaux éléments peuvent être repris25. Les deux contributions qui le composent entretiennent des différences qui tiennent à leur origine et aussi à leurs modes de perception respectifs :

  • elles n’ont pas tout à fait la même assiette. Le texte de Cicéron donne l’impression que l’achat du frumentum imperatum était réparti également entre l’ensemble des cités mais plusieurs historiens ont estimé cependant qu’il ne pesait que sur les cités fédérées, libres et immunes26 ;
  • elles ne concernent pas les mêmes quantités de grain : le montant des secondes dîmes varie en fonction de la récolte tandis que celui du frumentum imperatum est fixe (800 000 modii par an) ;
  • elles ont des tarifs différents : 3 HS le modius pour les secondes dîmes, et 3,5 HS pour le frumentum imperatum (blé réquisitionné).
  • 27 Cicéron, 2Verr., III, 181 ; 171 ; 202.

10À côté de ces différences, elles procèdent des mêmes règlements et fonctionnent sur la base d’un même mode opératoire. Le gouverneur est responsable des achats, tâche dans laquelle il est secondé par un scribe qui effectue un certain nombre de retenues sur les sommes versées en rétribution du grain. Il doit contrôler le blé qui est livré et peut le refuser en bloc pour une cité. Enfin, il est responsable de l’envoi du grain à Rome27.

11Venons-en sans plus tarder à la façon dont se passent les choses. Il faut d’abord rappeler que pour procéder à l’achat de ces grains, Verrès s’était vu attribuer par le Sénat pour chaque année un budget d’environ neuf millions de sesterces pour les secondes dîmes, plus deux millions huit cent mille sesterces pour le blé réquisitionné. Sur les trois ans du gouvernement de Verrès, la somme totale allouée par le Sénat atteignait donc presque douze millions de sesterces par an, soit trente-six millions au total (§ 163). Sur le contingent de ces fonds publics destiné au frumentum imperatum, Cicéron accuse Verrès d’avoir commis trois sortes de vol (tria genera furtorum, § 165).

Premier vol : l’argent des publicains

  • 28 Cf. Cicéron, Fam., III, 4, 5 ; Att., XI, 1, 2 et XI, 2, 3 ; et Andreau J., La banque et les affair (...)
  • 29 Cicéron, 2Verr., III, 168 : « Cum senatus usura publicanos saepe iuuisset. »
  • 30 Cicéron, 2Verr., III, 168 ; Andreau J., op. cit., p. 173-174.

12Le premier de ces trois vols est lié au transfert de ces fonds pour lequel, à cette époque, l’État romain utilisait les services des sociétés de publicains. Cette opération portait en latin le nom de permutatio28 et, en Sicile, c’était la société des pâturages (pascua) et des douanes (portoria) qui s’en occupait. S’il est possible que Rome ait pu percevoir des intérêts en rétribution de l’argent qui était confié à ces sociétés, le taux ne devait pas en être très élevé, et il semble à entendre Cicéron que le Sénat devait souvent leur en faire remise29. C’est la pratique qu’il juge la plus convenable et à laquelle il oppose la conduite de Verrès qui a carrément exigé des publicains un intérêt de 2 % par mois soit 24 % par an, le double de l’intérêt considéré comme normal, un taux franchement usuraire30.

  • 31 Cicéron, 2Verr., II, 169 ; l’impôt du pacage (scriptura) et la douane (portus) étaient affermés à (...)
  • 32 Sur cet épisode, Cicéron, 2Verr., II, 171-172.
  • 33 Cicéron, 2Verr., II, 173.

13Mais Cicéron n’accuse pas seulement Verrès de ne pas avoir respecté les usages vis-à-vis des publicains, ce qui pourrait à la rigueur trouver une justification dans la situation très critique des finances publiques à ce moment-là. S’adressant à lui, il l’interroge ainsi, en déguisant à peine sous une fausse question une accusation de péculat : « Et tout d’abord voici ce que je te demande : as-tu, toi à qui les publicains, d’après des lettres de Carpinatius, ont adressé leurs remerciements, as-tu, sur les fonds publics prélevés sur le Trésor, sur les contributions du peuple romain affectées à l’achat de grain, as-tu perçu un profit, as-tu compté pour toi deux pour cent mensuels ? » (§ 165). À l’appui de cette accusation, Cicéron déclare ne pouvoir produire ni le témoignage des publicains ni la correspondance échangée entre les responsables de la société. Comment cela se fait-il ? Pour les publicains, ils semblent avoir été habilement circonvenus par Verrès avec la complicité de l’un d’entre eux, le dénommé Carpinatius, dont le rôle a été apparemment déterminant. Il était le promagister, c’est-à-dire le représentant à Syracuse de la société de la scriptura Siciliae et du portus de Syracuse31. En tant que tel, il avait envoyé à sa société, dont le siège se trouvait à Rome, quelques lettres dans lesquelles il se plaignait des agissements de Verrès ; mais ensuite il avait changé son fusil d’épaule et s’était acoquiné avec lui. Pour complaire à son nouvel ami et corriger l’effet que ses premières lettres avaient pu produire à Rome, il en avait envoyé une série d’autres où il insistait au contraire sur les mérites du gouverneur et sur les services qu’il avait rendus à la société (ces lettres-là furent certainement produites par la défense). Et lorsque Verrès quitta la Sicile, il invita, comme c’était l’usage, les publicains à venir lui faire leurs remerciements, ce à quoi ils se plièrent autant par prudence que par intérêt32. C’est pour cette raison certainement que Cicéron dit ne pas pouvoir compter sur leur témoignage au moment du procès. Quant à la correspondance qu’il ne peut présenter, il s’agit certainement des premières lettres de Carpinatius, et d’autres, envoyées par un nommé Canuleius, employé des douanes au port de Syracuse, qui s’était plaint de ce que Verrès avait expédié des objets volés sans acquitter de droits de douane, et que ce dernier s’était employé à faire disparaître des archives de la société par l’intermédiaire d’un de ses amis, alors magister, c’est-à-dire l’un des présidents, de la société33.

14Cicéron avait cependant pu retrouver, sans doute lors de son enquête, une précieuse lettre envoyée à Carpinatius par P. Vettius Chilo. Ce personnage, l’un des magistri de la société de la scriptura et du portus, est aussi le seul témoin qu’il peut citer à ce moment du procès. La lettre en question a été trouvée à Syracuse dans la correspondance de Carpinatius, et aussi à Rome dans celle de son collègue L. Tullius où elle se trouvait vraisemblablement à titre de copie. Cette lettre figure dans le dossier d’accusation sous une cote qui indique qu’elle émane en fait non seulement de P. Vettius mais aussi des deux autres présidents : litterae missae p. vetti, p. servili, c. antisti magistrorvm. On peut supposer qu’il s’agissait d’une réponse aux premiers courriers de Carpinatius (ceux qui dénonçaient les méfaits de Verrès) et Vettius y écrit qu’il examinera de près la manière dont Verrès rendra ses comptes au Trésor, afin que si l’argent produit par les intérêts exigés n’est pas versé au peuple, il soit rendu à la société. Il paraît donc extrêmement probable que c’était bien là un des abus dénoncés par Carpinatius dont, comme on le voit, les responsables de la société avaient été prévenus et pour lesquels ils voulaient s’assurer qu’il ne donnait pas lieu à un profit personnel (§ 167).

15Cela a-t-il été le cas ? Cicéron lui-même pose la question :

« Est-ce que nous pouvons donc avec ce témoin, est-ce que nous pouvons avec la lettre des directeurs P. Servilius et C. Antistius, hommes de premier plan et des plus honorables, est-ce que nous pouvons en nous fondant sur le prestige de cette société dont nous utilisons la correspondance, tenir pour établi ce que nous disons, ou bien faut-il rechercher quelques preuves plus solides et plus convaincantes ? » (§ 168).

  • 34 Homo equestris ordinis honestissimus atque ornatissimus d’après Cicéron, 2Verr., III, 166.
  • 35 Cicéron, 2Verr., III, 166 et 169 ; sur P. Vettius, Nicolet Cl., L’Ordre équestre à l’époque républ (...)
  • 36 Il est possible qu’il ait été renseigné par son frère sur les agissements de Verrès ; Cicéron, 2Ve (...)

16Vettius est présent au procès ou, en tout cas, si l’on suppose que la seconde action des Verrines n’a pas été prononcée à cause de la fuite de l’accusé, il était prévu qu’il le soit. En lui-même, et jusque-là, le contenu de sa lettre ne prouve rien à l’encontre de Verrès mais permet d’admirer l’art consommé avec lequel cet éminent chevalier34 ouvre le parapluie, pour employer une expression familière à tous ceux qui pratiquent un peu la vie administrative. Il faut savoir, en effet, que ce P. Vettius ne devait pas se trouver dans une situation des plus confortables puisqu’il était selon les termes de Cicéron l’amicus et le necessarius de Verrès, son beau-frère (frère de sa femme) et le frère du T. Vettius qui fut son questeur en l’année 7135. On peut comprendre qu’il a dû jouer serré entre des exigences contradictoires : respecter un minimum de solidarité familiale et, dans le même temps, ne pas paraître mêlé aux possibles malversations du mari de sa sœur et gouverneur de Sicile36. Qu’a-t-il dit au juste, ou plutôt que Cicéron lui fait-il dire, dans ce témoignage qui n’a vraisemblablement pas eu lieu ? En fait pas grand-chose puisque, de manière révélatrice, il ne fait que revenir au contenu de la lettre.

  • 37 Je suis ici le texte de Cicéron, 2Verr., III, 168.

17Il déclare en effet que Vettius a attesté par celle-ci le vol et le péculat commis par Verrès : testatur litteris impudentissimum tuum furtum certissimumque peculatum37, mais on ne peut s’empêcher de penser que le poids des superlatifs dissimule mal la légèreté de l’argument : en effet, le passage mentionné plus haut ne dit pas qu’il y a eu péculat mais seulement qu’en un tel cas l’argent détourné devrait être rendu à la société. Ensuite, Cicéron fait lire le reste de la lettre où il est déclaré que c’est le scribe de Verrès qui a consigné par écrit cette opération (il utilise ici le mot perscriptor dont c’est la seule occurrence connue et qui a très précisément ce sens). L’emploi d’un scribe confère à l’opération un caractère officiel et semble assurer qu’elle était faite au profit de Rome. Il peut s’agir bien sûr d’une manœuvre avec un comparse destinée à donner le change, et c’est bien ce que Cicéron semble sous-entendre, mais sans le dire explicitement, de même qu’il n’affirme pas vraiment non plus que cet argent a fini par se retrouver dans les poches de Verrès. La raison en est simple, et l’avocat en a fait l’aveu plus haut : Mihi autem hoc perarduum est demonstrare, « c’est une tâche très ardue à démontrer » (§ 166).

  • 38 J. Andreau dans les travaux du programme de réédition du De frumento, voir infra.

18De fait, en lisant attentivement les paragraphes 165-169, et en particulier 168, on voit que le reproche essentiel fait à Verrès n’est pas tant d’avoir pratiqué un taux usuraire (§ 165), que d’avoir fait payer un intérêt aux publicains. Et cela a constitué une circonstance aggravante de le faire enregistrer par un scribe, spécialement aux yeux des magistri de la société, parmi lesquels P. Servilius et C. Antistius qui se trouvaient eux-mêmes appartenir à l’ordre des scribes et qui ont dans leur lettre menacé pour cela le scribe de Verrès : ei quoque magistri minantur in litteris (§ 168). Sur cette question de l’intérêt exigé des publicains, le passage clé est le dernier tiers du paragraphe 168 dans lequel J. Andreau a bien montré que le mot usura, qui apparaît dans deux phrases différentes, ne désigne pas les intérêts mais plutôt l’usage, la faculté d’user de quelque chose, qui est le sens premier du terme et que Cicéron emploie d’ailleurs comme cela à plusieurs reprises38. Ainsi faudrait-il traduire la première phrase cum senatus usura publicanos saepe iuuisset par « le Sénat est souvent venu en aide aux publicains en leur laissant l’usage de l’argent », et la seconde magistratus a publicanis pecuniam pro usura auderat auferre par « un magistrat osait, en dédommagement de la libre utilisation de l’argent, arracher de l’argent aux publicains ». Ces deux phrases illustrent deux façons de faire, celle du Sénat dont Cicéron laisse entendre qu’il laissait souvent (saepe) les publicains utiliser ces sommes sans leur demander d’intérêts, ou un intérêt minime, et celle de Verrès qui a exigé d’eux de l’argent pour cela.

19Au bout du compte, si les questions concernant la culpabilité de Verrès nous étaient posées, on ne pourrait, au vu des arguments de Cicéron, qu’y apporter les réponses suivantes : Verrès a-t-il fait payer un intérêt aux publicains de la société des pâturages (pascua) et des douanes (portoria) de Sicile ? Oui, selon toute apparence. Cet intérêt était-il usuraire ? Sans doute. Verrès a-t-il détourné cet argent ? Peut-être. Mais force est de constater que Cicéron n’en apporte pas la preuve. Et force est aussi d’admettre que si tel n’est pas le cas, l’argent en question a représenté une rentrée supplémentaire pour le Trésor du peuple romain.

Deuxième et troisième vols : l’argent public

  • 39 Cf. l’emploi du pluriel ciuitatibus en Cicéron, 2Verr., III, 171, et en III, 172 la désignation gé (...)

20Les deuxième et troisième vols sont plus directement en rapport avec le grain. En ce qui les concerne, l’accusation est exposée dans la suite du texte, entre les paragraphes 170 et 180, et elle s’appuie pour l’essentiel sur l’exemple de la cité d’Halaesa. Ce dossier avait visiblement été particulièrement bien établi et un citoyen éminent de la cité, Aeneas, l’avait personnellement présenté à Cicéron au moment de sa tournée en Sicile (§ 170). Cependant, la façon dont Verrès a procédé ne concerne pas que cette seule cité mais une large part, si ce n’est l’ensemble, de celles qui étaient concernées par le frumentum imperatum39.

  • 40 Pour la probatio du gouverneur, cf. Cicéron, 2Verr., III, 172-175 et 180.
  • 41 Le poids spécifique désigne la masse volumique du grain pour une unité de mesure donnée ; pour le (...)

21On sait qu’aux termes de la loi Terentia Cassia le gouverneur devait procéder à l’achat de 800 000 modii par an et qu’il disposait pour cela d’un budget alloué annuellement par le Sénat de deux millions huit cent mille sesterces (3,5 HS le modius) (§ 163). C’est ainsi qu’à Halèse, Verrès aurait exigé chaque année une livraison de 60 000 modii de blé. Il aurait ensuite refusé ce blé (improbare) et réclamé en contrepartie une somme d’argent au cours du blé en Sicile. En avait-il le droit ? Rappelons d’abord que cette question de la probatio du gouverneur s’est aussi posée pour les premières dîmes où l’on peut penser qu’elle intervenait à la suite du recouvrement effectué par les décimateurs et après que ceux-ci eurent effectué un premier contrôle de qualité et de quantité (§ 73). Pour en revenir au frumentum imperatum, Cicéron ne condamne la probatio à aucun moment en tant que telle et il est clair, d’après plusieurs passages du texte lui-même, que le gouverneur, ou les personnes qu’il désignait pour le représenter, pouvait tout à fait refuser le blé qui lui était fourni40. Par rapport aux premières dîmes, un examen était d’ailleurs d’autant plus justifié pour le frumentum emptum qu’il s’agissait d’un blé que Rome payait. De plus, comme on procédait à ce paiement sur la base d’une unité de contenance, il fallait que le blé ait un poids spécifique satisfaisant41. Si, en théorie, cet examen devait pouvoir se faire à l’échelle du grain livré par chaque cultivateur, il est probable que la cité rassemblait elle-même ce blé pour faire une livraison globale et, de fait, on voit que Verrès le refuse en bloc à plusieurs reprises (§ 172).

  • 42 Mazzarino S., op. cit., p. 112-113 ; Calderone S., « Problemi dell’organizzazione della provincia (...)

22Que se passait-il alors ? D’après Cicéron, il ne devait rien se passer : le gouverneur achetait le blé d’une autre cité et ne s’occupait pas davantage de celle dont il l’avait refusé (§ 173). Mais, toujours selon l’avocat, Verrès ne l’a pas entendu ainsi, et il a imposé aux cités refusées le paiement d’une somme d’argent calculée sur la base d’une aestimatio du prix du blé (§ 174). La question se pose de savoir s’il ne faisait qu’appliquer une disposition prévue par la loi ou s’il abusait de son pouvoir en se livrant à une extorsion et nous nous trouvons encore une fois confrontés ici au jugement porté sur son action, entre les historiens qui la condamnent et ceux qui veulent la réhabiliter. Parmi ceux-ci, S. Mazzarino suivi par S. Calderone et d’autres42, estiment que cette pratique, qu’ils rapprochent de l’adaeratio en usage sous l’Empire, était courante et s’intégrait à une politique globale d’exploitation impérialiste de la Sicile qu’exprime bien la loi Terentia Cassia.

  • 43 Le jury de la quaestio qui a jugé l’affaire Verrès a été formé sur des bases antérieures au vote d (...)

23Si l’on s’en tient cependant à la présentation qu’en fait Cicéron lui-même, le texte de la loi semble bien n’avoir pas du tout prévu la possibilité de convertir l’achat de blé en versement d’espèces. Au paragraphe 172, Cicéron dit : « Cum senatus decernit ut ematur in Sicilia frumentum, aut cum populus iubet, hoc, ut opinor, intellegit, ex Sicilia Siculum frumentum apportari oportere » ; au paragraphe 173, il ajoute, à propos du blé d’Halèse : « Quae est ergo ista ratio aut quae potius amentia, frumentum improbare id quod ex eo loco sit ex quo senatus et populus Romanus emi uoluerit, et plus loin : deinde a ciuitatibus pecuniam ad emendum frumentum cogere, cum ex aerario acceperis ? Vtrum enim te lex Terentia Siculorum pecunia frumentum emere an populi Romani pecunia frumentum a Siculis emere iussit ? » Les références à la loi sont explicites : il faut acheter (emere) du blé et non pas percevoir de l’argent ni même acheter du blé avec de l’argent qui serait ainsi tiré des Siciliens, et c’est précisément pour cela qu’un budget est mis à la disposition du gouverneur. On doit bien admettre que Cicéron aurait difficilement pu dans le cadre d’un procès devant la quaestio de pecuniis repetundis et devant un jury composé de sénateurs43, travestir le texte et l’esprit d’une loi votée trois ans auparavant à la suite d’un sénatus-consulte. Et cela vaut tout aussi bien si la seconde action n’a pas été prononcée.

  • 44 Sur les registres des comptes d’Halèse : Cicéron, 2Verr., III, 171 (au moment de l’enquête de Cicé (...)

24Pour étayer son accusation, il est notable que Cicéron produit ici un élément que l’on peut juger plus probant que le témoignage de Vettius examiné plus haut. Ce sont les registres (litteras) des comptes officiels de la cité d’Halèse (rationes Haleasinorum) qui gardent la trace des versements d’argent faits à des agents de Verrès, Volcatius et Timarchide et à son scribe, Maevius. Il paraît difficile de récuser de telles pièces à conviction, dont l’exactitude, la précision et l’excellente tenue sont vantées par Cicéron, il est vrai pour les opposer au comportement de Verrès. C’est sans aucun doute pour cette raison que l’on sent l’avocat beaucoup plus à l’aise sur cette partie du dossier où il se paie même le luxe de railler son adversaire et de souligner l’impasse judiciaire dans laquelle il s’est lui-même fourré (§ 175-176)44.

  • 45 Citons notamment la phrase : « Sed ab iis quos repudias exigis tantum pecuniae quantum ad eum nume (...)

25Cicéron feint de s’étonner de l’incohérence du gouverneur qui refuse le blé présenté par les cités au titre du frumentum imperatum, alors qu’il avait accepté celui qu’elles avaient fourni pour les premières dîmes : « Quid acciderat ut ex eodem horreo decumanum probaretur, emptum improbaretur ? » (§172) ; « Quae est ergo ista ratio aut quae potius amentia, frumentum improbare id quod ex eo loco sit ex quo senatus et populus Romanus emi uoluerit, et ex eo aceruo ex quo partem tu idem decumarum nomine probaris » (§ 173). Mais, bien entendu, cette incohérence obéit à une rationalité propre qui est celle du système et de la pratique (consuetudo ac ratio, § 171) qu’il reproche à Verrès d’avoir mis en place. En effet, l’improbatio du frumentum imperatum est le prétexte qui permet au gouverneur d’exiger des cités concernées un versement d’argent en contrepartie de ce blé refusé, en justifiant cela par le fait que cet argent doit servir à acheter ailleurs ce blé pour qu’il puisse être envoyé à Rome (§ 172-17345). Ce blé est-il acheté ? D’où vient-il ? Eh bien tout simplement des énormes stocks que Verrès a constitués grâce aux abus effectués dans la perception des premières dîmes. Comme le dit Cicéron, c’est là sa Sicile à lui (§ 172), qu’il serre dans ses entrepôts et qu’il vient revendre aux Siciliens pour que ceux-ci puissent satisfaire aux exigences qu’il leur commande (§ 178-179).

  • 46 Sur les agissements d’Apronius, voir par exemple le cas de la cité d’Agyrium, Cicéron, 2Verr., III (...)

26Le réquisitoire cite ainsi le cas de nombreux cultivateurs qui ne disposant pas de suffisamment de blé pour satisfaire aux réquisitions ont dû se rédimer en en rachetant auprès d’un revendeur qui n’est autre que le fameux Apronius (§ 178), le « procurateur » de Verrès, à qui ce dernier avait adjugé la perception des premières dîmes pour plusieurs cités et qui se trouvait donc très bien placé pour renégocier le blé qu’il avait lui-même pris à ce titre46. Cicéron ne manque pas d’ajouter que cela prouve à quel point la perception des premières dîmes avait dans bien des cas épuisé les capacités contributives des cultivateurs (§ 178). Il admet par ailleurs que certaines cités, Centuripe et Agrigente notamment, ont vu leur blé être accepté par le gouverneur et faire l’objet d’un paiement conforme à la loi Terentia Cassia (§ 180). Mais dans ces cas-là, toutefois, Cicéron sous-entend que Verrès a payé des sommes très inférieures à ce qu’il aurait dû (§ 180-187). C’est le troisième genre de vol qu’il a commis, mais dans le détail duquel nous n’entrerons pas ici.

  • 47 Cicéron, 2Verr., III, 173 et 189.
  • 48 Bilan établi par Cicéron lui-même : 2Verr., III, 163, 174 et 179.

27Pour revenir au cas des cités « refusées », la conversion en espèces monétaires à laquelle le gouverneur les a contraintes lui a aussi permis d’opérer une manipulation sur les prix. Verrès a prétendu fixer le prix imposé aux cités en fonction de celui du marché, c’est-à-dire le prix pratiqué dans le cadre du commerce privé en Sicile (§ 174). D’après lui, ce prix était de 2 sesterces le modius et il en a demandé 2,5 aux cités (ibid.) ; on peut donc considérer qu’à ce moment, le blé devait se vendre sur les marchés entre ces deux prix, ce que confirme Cicéron en disant, d’après les témoignages et les registres des plus riches cultivateurs, que personne en Sicile, dans cette période, n’en vendait à un prix plus élevé ; un peu plus loin, cependant, sur la base des mêmes éléments, il évoque un maximum de 3 sesterces47. D’un autre côté, le prix légal, c’est-à-dire le prix fixé par le Sénat et la loi Terentia Cassia, était de 3,5 sesterces le modius de blé. Les cités concernées étaient par conséquent doublement pénalisées : d’abord parce qu’elles étaient privées de l’opportunité de vendre ce blé au prix légal de 3,5 HS le modius, qui se trouvait être à ce moment-là supérieur au prix du marché (§ 174) ; ensuite parce qu’elles devaient effectuer sans contrepartie un versement calculé sur la base de ce prix. Toutes ces opérations ont été portées avec les chiffres concernés dans les comptes des cités, notamment ceux d’Halèse que Cicéron produit comme pièce à conviction (§ 175). Quant à Verrès, il empoche 2,5 sesterces par modius, soit 15 par médimne, auxquels s’ajoutent les 3,5 sesterces par modius, 21 par médimne, alloués par le Trésor pour couvrir l’achat du frumentum imperatum, et qu’il a détournés (§ 171, 174). On peut chiffrer le bénéfice théorique de l’opération : 36 sesterces le médimne, soit, sur la base de 800 000 modii par an, deux millions huit cent mille sesterces par an, et huit millions quatre cent mille sesterces en trois ans48, desquels on doit déduire les paiements qui ont été faits à un certain nombre de cités.

28Voilà donc les deux autres vols dont, selon Cicéron et en ce qui concerne le frumentum imperatum, Verrès se serait rendu coupable vis-à-vis des cités siciliennes : soit il n’a rien payé pour ce blé et il a reçu de l’argent à la place, soit il a payé beaucoup moins que ce qui était dû. Plus même que de simples vols, il s’agit pour Cicéron de monstruosités et de calamités (monstrum ac prodigium, § 171), qui renferment une multiplicité infinie de délits (§ 172). Si sa culpabilité est avérée, il faut effectivement admettre que nous sommes ici en présence d’une opération de grand style, d’un véritable modèle du genre, dont le génie a été de combiner et d’amortir entre eux les détournements opérés sur les différents prélèvements du blé, afin d’organiser un système concussionnaire aussi inventif que tortueux.

Bilan : le cas Verrès

29Si justement nous revenons maintenant à cette question de la culpabilité, le dossier de Cicéron paraît plus solide pour ces deux derniers vols que pour celui qui aurait été commis au préjudice des publicains. Les registres de comptes des cités siciliennes, en particulier, qui sont des documents publics, semblent constituer une preuve extrêmement forte contre l’accusé. Premièrement, ils établissent que les agents de Verrès ont reçu des sommes d’argent en lieu et place du blé que la loi Terentia Cassia commandait d’acheter. Deuxièmement, ils indiquent le montant précis de ces sommes et donc les prix sur la base desquels elles ont été fixées par le gouverneur. Troisièmement, ils devaient aussi montrer que les sommes allouées par le Sénat pour ces achats n’avaient pas été versées aux cités en question. Or, si elles n’avaient pas été ainsi liquidées, et si elles n’étaient pas pour autant revenues au Trésor du peuple romain, il y avait de fortes présomptions qu’elles se soient évanouies dans les poches de Verrès.

  • 49 Tite-Live, XLIII, 2, 12.
  • 50 Cicéron, Pis., 50.
  • 51 Texte de Cnide de la Lex de prouinciis praetoriis : Crawford M. (dir.), Roman Statutes, I, no 12 C (...)
  • 52 Cicéron, Pis., 90; cf. Lintott A., Imperium Romanum. Politics and Administration, Londres/New York (...)
  • 53 Ferrary J.-L., « Paragraphes tralatices et références à des lois antérieures dans les lois romaines (...)

30Extorsion et détournement d’argent public au préjudice, respectivement, des cités de Sicile et du peuple romain : le crime de repetundis paraît donc caractérisé. Mais il y a également forfaiture. Ce que dénonce Cicéron, en effet, est aussi un refus ou en tout cas un manquement envers l’obligation de suivre les instructions du Sénat et d’appliquer la loi. Il s’agit donc ici d’une accusation de maiestate, mais qui recoupe le crime de repetundis puisque Verrès aurait exigé de l’argent à la place du grain et qu’il n’a pas non plus respecté les prix fixés pour cela par la loi Terentia Cassia, mais imposé aux contribuables, cités et particuliers, des prix fixés de sa propre autorité. Quoi qu’il en soit, ces accusations doivent être replacées dans le contexte de toute une jurisprudence concernant les réquisitions de grain. Dès 171 av. J.-C., à la suite des plaintes d’un certain nombre de peuples des deux Hispanies, le Sénat avait interdit aux gouverneurs d’obliger les Hispaniques à vendre les vingtièmes de blé au prix qu’ils avaient fixé, estimant sans aucun doute que cette prérogative lui revenait49. Cicéron lui-même dans son invective au Sénat contre Pison évoque des plurimae leges ueteres50 qui formaient le cadre de l’action d’un gouverneur, et dont l’une est très certainement une lex Porcia que nous connaissons par les allusions qui y sont faites dans deux documents épigraphiques postérieurs, le texte de Cnide de la Lex de prouinciis praetoriis (100 av. J.-C.), et la lex Antonia de Termessibus (68 av. J.-C.), qui nous intéresse plus particulièrement ici. Dans cette loi qui accordait la liberté à la cité de Termessus Maior en Pisidie et définissait les garanties qui lui étaient reconnues par Rome, une clause stipulait en effet qu’un magistrat ou promagistrat romain n’y pouvait effectuer aucune réquisition au-delà de ce qui était prévu par la loi Porcia51. On suppose d’autre part que les restrictions apportées aux réquisitions de grain dans la lex Iulia de repetundis de 59 av. J.-C., et que nous connaissons par Cicéron, reprenaient sans doute également des dispositions de cette lex Porcia52. Il est donc permis de supposer que cette loi fournissait un cadre de référence général en vue de réglementer et de limiter ces réquisitions, en termes de quantités, mais aussi peut-être pour réaffirmer la nécessité de respecter les prescriptions du Sénat. La date de cette loi prétorienne, traditionnellement placée en 100, a été récemment révisée par J.-L. Ferrary qui suggère de l’attribuer au M. Porcius consul en 118, ce qui la mettrait donc vers 121, et qui la replace, avec les lois Semproniae, dans un ensemble législatif visant à mieux contrôler les magistrats et à protéger les alliés et les provinciaux, et auquel aurait donc contrevenu cet aspect de l’action de Verrès en Sicile53.

  • 54 Sur la questure de 84-83 : Cicéron, Verr. 11 ; 2Verr., I, 34-42, 77 et 92 ; III, 6, 177-178 et V, (...)

31Il est vrai par ailleurs que les antécédents de ce dernier, que Cicéron évoque à plusieurs reprises, ne semblent guère de nature à avoir pu plaider en sa faveur. En 84-83, il avait été questeur auprès du consul Cn. Papirius Carbo qui était à la tête d’une armée marianiste en Cisalpine. Flairant sans doute le vent, il l’avait bientôt abandonné pour rejoindre Sylla, en emportant les 600 000 sesterces de sa caisse militaire. Il fut ensuite légat proquestorien en 80-79, dans la province de Cilicie, après que le gouverneur Cn. Cornelius Dolabella l’eût désigné comme faisant fonction (procuratio quaestoria) pour remplacer le titulaire, Malleolus, qui venait de décéder. Selon Cicéron, il en profita pour se livrer à toute une série de méfaits, et en prime s’appropria l’héritage du fils de Malleolus dont il était devenu le tuteur54. Or, Verrès avait réussi à ne jamais être mis en cause pour toutes ces malversations, et Cicéron se réjouit que le dossier du blé de Sicile permette enfin de tenir contre lui une solide accusation de péculat (§ 177-178).

  • 55 Dubouloz J. et Pittia S. (dir.), op. cit. ; Prag J. R. W. (dir.), Sicilia nutrix plebis romanae, o (...)

32Ce n’est pas le lieu de reprendre ici l’ensemble des chefs d’accusation accumulés contre Verrès dans tout le réquisitoire de Cicéron. Plusieurs colloques récents sont revenus sur cette question et le programme en cours de réédition des Verrines dans la Collection des Universités de France devrait permettre de la travailler à fond55. Si l’on en retient uniquement ce qui touche à cette partie des réquisitions de blé à prix fixé que constitue le frumentum imperatum, le bilan semble déjà lourd, tant vis-à-vis de son autorité de tutelle, le Sénat et le peuple romain, que par rapport à ses administrés, les cités et les contribuables siciliens, et aux partenaires contractuels de l’État, c’est-à-dire les publicains. Récapitulons :

  • en exigeant de l’argent à la place du blé, et en fixant le prix sur la base duquel ce paiement devait être fait de sa propre autorité et non au tarif déterminé par le Sénat et le peuple, Verrès a contrevenu à des décisions du Sénat et à la loi Terentia Cassia ;
  • ce faisant, Verrès a volé Rome ; il a détourné des fonds publics ; cette accusation de péculat porte sur une large part du budget alloué pour le frumentum imperatum ;
  • il a aussi spolié les contribuables siciliens, cités et/ou individus en exigeant d’eux des paiements en espèces à la place du frumentum imperatum ;
  • enfin, il lui est reproché de n’avoir pas respecté la consuetudo qui présidait aux rapports entre l’État et les publicains.

33On le voit, le champ couvert par les crimes imputés à Verrès était très large et relevait autant de la législation de maiestate que de celle de repetundis. Il revenait aux jurés de la quaestio de démêler le tout mais l’accusé, en s’enfuyant, ne leur en a sans doute pas laissé le loisir. Cette fuite est peut-être le signe que la législation et les tribunaux mis en place uolens nolens par la République romaine, depuis la fin du IIe siècle av. J.-C., pour juger les magistrats ou promagistrats qui tombaient sous le coup de ce type d’accusation revêtaient désormais une certaine efficacité. Ou bien, et les deux propositions ne sont pas incompatibles, Verrès avait décidément été trop loin et était devenu un accusé trop indéfendable et un ami trop compromettant.

  • 56 Cf. Lintott A., Imperium Romanum, op. cit., p. 97-107.

34On connaît certes d’autres exemples de gouverneurs accusés de crimes de ce genre et à la même époque, dont certains, tels Fonteius en Gaule ou L. Valerius Flaccus en Asie, furent d’ailleurs défendus par Cicéron56. Cependant, le dossier réuni contre Verrès et la rhétorique cicéronienne en ont fait à la fois l’accusé le plus célèbre, le coupable par excellence et la figure la plus représentative des dérives de l’administration provinciale sous la République. De fait, bien des éléments militent pour sa culpabilité et font qu’il est sans doute vain de vouloir réhabiliter Verrès, soit parce qu’il était forcément coupable, soit parce que, de toute façon, le caractère exclusivement à charge du dossier réuni contre lui rend impossible de démontrer le contraire. Mais, au bout du compte, sa culpabilité en elle-même n’a que peu d’importance car la seule question qui vaille est bien d’évaluer son cas par rapport à la moyenne des gouverneurs. Et sur ce point, un argument revient souvent : Verrès, après tout n’aurait fait qu’agir comme le faisaient la plupart des autres gouverneurs, mais il a eu la malchance de tomber sur des Siciliens retors et le malheur d’avoir Cicéron en face de lui.

  • 57 Voir aussi Cicéron, Pomp., 65-67.

35Avant d’être invoqué par les historiens, cet argument a dû être utilisé par la défense, et Cicéron l’évoque à la fin du discours, à propos du frumentum aestimatum (in cellam), afin de le réfuter à l’avance. Loin de nier les abus perpétrés dans les provinces, il brosse, au contraire, un tableau fort sombre de l’administration de l’Empire, livré à la cupidité et à l’injustice des magistrats romains ; il déplore l’attitude des tribunaux, et admet que d’autres que Verrès se sont livrés à toutes sortes de crimes et de forfaitures (§ 205-208, 210)57. Mais tout cela ne dédouane pas l’accusé et si, à ce moment du réquisitoire, Cicéron ne met pas spécialement en avant le caractère monstrueux de ses crimes (il l’a fait bien avant !), il insiste en revanche sur la nécessité de le condamner afin de ne pas diminuer la gravité des faits commis par lui et par d’autres (§ 206) et de faire un exemple pour dissuader la répétition de tels actes (§ 207-208). Ensuite, Cicéron examine la gestion du frumentum aestimatum par un certain nombre de gouverneurs, en Sicile et ailleurs, pour montrer que pour leur part ils ont agi justement (§ 209-217). À travers cette galerie de portraits où défilent quelques anciennes gloires de la République et des acteurs majeurs de la vie politique des décennies précédentes, Cicéron a évidemment pour but de montrer que Verrès est un cas à part. Toutefois, au détour d’une phrase, il doit bien concéder que d’autres aussi ont réalisé des abus à l’occasion de la perception du frumentum aestimatum (§ 218) mais, comme il le déclare presque cyniquement, c’est lui qui se trouve à présent devant le tribunal : in hoc homine rem adductam in iudicium uidetis.

  • 58 Cicéron, 2Verr., II, 155 ; voir aussi III, 64.

36Dans La préture de Sicile, le discours qui précède le De frumento dans la seconde action, Cicéron avait précisé que Verrès n’était pas le premier gouverneur de Sicile à être traduit en justice, et que parmi ceux qui le furent avant lui, deux seulement avaient été acquittés58. On ignore en revanche combien furent condamnés, et d’une manière générale, nous ne disposons pas dans notre documentation d’affaire similaire qui permette d’étalonner le cas Verrès. Les Verrines constituent à cet égard un témoignage certes irremplaçable mais qui, par son ampleur et le luxe de son argumentation, risque de donner une image peut-être surdimensionnée du personnage et de son action.

37Surtout, Verrès est un cas que l’on doit apprécier par rapport au milieu qui l’a généré et laissé prospérer jusqu’à la limite du supportable. Il a pu agir ainsi parce que l’État romain se trouvait dans une situation de difficultés financières et d’urgence annonaire, avec un système fiscal relativement inadapté. Il n’a pas cherché à défendre les intérêts de cet État, mais il a profité plutôt des mesures légales adoptées afin d’en couvrir les besoins pour enchâsser sa petite entreprise de concussion dans le grand conglomérat de la fiscalité romaine en Sicile. Et c’est précisément la multiplicité même des prélèvements, leur complexité, et la façon dont ils s’ajoutaient et s’empilaient les uns sur les autres qui rendaient possible de les manipuler les uns par rapport aux autres. De ce fait, on peut penser qu’il a ourdi la trame de son plan en livrant à l’annone, au titre des secondes dîmes, les substantiels « bénéfices » réalisés sur le blé perçu pour les premières dîmes, pour détourner ensuite l’argent du frumentum imperatum, et récupérer en sus celui qu’il extorquait aux Siciliens. Et puis, dans le désordre qui régnait alors, ne pouvait-il espérer que tout se perde comme le dit Cicéron, in illa caligine ac tenebris quae totam rem publicam tum occuparant, « dans l’obscurité et les ténèbres qui avaient alors envahi la République tout entière » (§ 177) ?

Notes

1 Je remercie François Cadiou et Jean-Louis Ferrary d’avoir relu ce texte et de m’avoir suggéré de judicieuses corrections. Errors are mine.

2 Gouverneur de Sicile de 73 à 71 av. J.-C., cf. Prag J. R. W., « Roman Magistrates in Sicily, 227-49 BC », Dubouloz J. et Pittia S. (dir.), La Sicile de Cicéron. Lectures des Verrines, Besançon, 2007, p. 287-310, voir p. 305.

3 Seconde action contre Verrès, livre troisième : Le froment (De frumento).

4 Steel C., « The Rhetoric of the De frumento », Prag J. R. W. (dir.), Sicilia nutrix plebis romanae. Rhetoric, Law, and Taxation in Cicero’s Verrines, BICS supp. 97, Londres, 2007, p. 37-48.

5 Marinone N., Quaestiones Verrinae. Cronologia del processo di Verre, Università di Torino, pubblicazioni della facoltà di lettere e filosofia, 2, fasc. 3, Turin, 1950, p. 10-14; Lintott A. W., The citadel of the allies, Prag J. R. W. (dir.), op. cit., p. 5-18, voir p. 10-11.

6 Voir les remarques de Dubouloz J. et Pittia S., « La Sicile romaine, de la disparition du royaume de Hiéron II à la réorganisation augustéenne des provinces », Pallas, no 80, 2009, p. 85-125, cf. p. 98, n. 61, et p. 102, n. 89 et 90. Pour une tentative réussie de reconstitution de la réalité fiscale romaine en Sicile à travers les stratégies rhétoriques de Cicéron, voir Dubouloz J., « Autorité romaine, fermiers de l’impôt et contribuables en Sicile dans les années 70 av. J.-C. », Dubouloz J. et Pittia S. (dir.), op. cit., p. 147-168.

7 Les paragraphes indiqués entre parenthèses dans le texte renvoient au texte du De frumento.

8 Selon Carcopino J., La loi de Hiéron et les Romains, Paris, 1914 (réimpr. anast., Paris, 1965), p. 173-174, le frumentum emptum ne porte que sur le blé, à l’exclusion de l’orge, tandis que le frumentum aestimatum concerne ces deux variétés de céréales.

9 Tite-Live, XXXVI, 2, 12-13; XXXVII, 2, 12.

10 Rostovtzeff M., RE, VII-1, 1910, s. u. Frumentum, col. 165.

11 Sur le frumentum in cellam, voir en dernier lieu Pinzone A., « Rileggendo la De frumento : Cicerone, Verre e il frumentum in cellam », Monumenta Humanitatis. Studi in onore di Gianvito Resta, Messine, 2000, p. 275-293.

12 Cf. Cicéron, 2Verr., III, 14 et III, 42 : id emi non auferri putetur, et aussi V, 52 à propos du cas des Mamertins.

13 Carcopino J., op. cit., p. 174-175.

14 Tite-Live, XXIII, 21, 5 ; 38, 12-13 ; 41, 6-7 ; XXVI, 39, 1-2, XXVII, 8, 19 ; XXIX, 1, 14 ; 35, 8 ; 36, 1-2, XXXII, 27, 2 ; cf. Genovese M., « Condizioni delle civitates della Sicilia ed assetti administrativo-contributivi delle altre provincie nella prospettazione ciceroniana delle Verrine », Iura, no 44, 1993, p. 171-243, voir p. 178, n. 9.

15 Tite-Live, XXXVI, 2, 12-13 ; XXXVII, 2, 12 ; 50, 9-10 et XLII, 31, 8.

16 Cf. la monnaie Ad frumentum emundum de Caepio et Pison, questeurs en 100 (Crawford, RRC, 330/1a), et aussi les cornes d’abondance figurant sur des monnaies frappées sous la dictature de Sylla ; voir Virlouvet C., « Les lois frumentaires d’époque républicaine », Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire, Naples/Rome, CCJ, no 11, CEFR, no 196, 1994, p. 11-29, voir p. 14 et n. 17, et p. 16.

17 Cicéron, 2Verr., V, 55 et III, 182 ; Planc. 64-65 ; Cicéron a été questeur en Sicile en 75, Prag J. R. W., Roman Magistrates, op. cit., p. 304-305.

18 Sur les problèmes annonaires : Virlouvet C., Famines et émeutes à Rome des origines de la République à la mort de Néron, Rome, CEFR, no 87, 1985, p. 15 donne une chronologie et l’ensemble des références aux sources ; voir aussi : ibid., p. 110-111 ; et Virlouvet C., Les lois frumentaires, op. cit., p. 16 ; Garnsey P., Famines et approvisionnement dans le monde gréco-romain : réactions aux risques et aux crises, Paris, 1996, p. 263 et 266-274 ; Seager R., Pompey, A Political Biography, Oxford, 1979, et Id., « The Rise of Pompey » Crook J. 1., Lintott A. et Rawson E. (éd.), The Last Age of the Roman Republic, 146-43, CAH2, IX, Cambridge, 1994, p. 208-228 ; Pinzone A., op. cit., p. 275, n. 5. Sur les difficultés financières : Cicéron, 2Verr., III, 164 et 182 ; cf. aussi le discours du consul C. Cotta au peuple romain, Salluste, Hist., II, 47 M., et la lettre de Pompée au Sénat, Salluste, Hist., II, 98 M. On ne négligera pas le fait que, comme le rappelle Virlouvet C., Les lois frumentaires, op. cit., p. 18, l’argument de l’épuisement des finances publiques, en particulier lorsqu’il est employé dans le contexte de l’approvisionnement et des lois frumentaires, peut facilement prendre un tour polémique pour insister sur le coût pour l’État des frumentationes, cf. Cicéron, Off., II, 72 : C. Gracchi frumentaria magna largitio exhauriebat igitur aerarium.

19 Cicéron, 2Verr., III, 227 : « Alterae (decumae) nouis institutis propter annonae rationem imperentur. »

20 Virlouvet C., Les lois frumentaires, op. cit., p. 17-23.

21 Cicéron, 2Verr. III, 163, et aussi III, 42, 173, 227 ; V, 52.

22 Rickman G., The Corn Supply of Ancient Rome, Oxford, 1980, p. 45 et 166, et Soraci C., « Sicilia frumentaria : contributi allo studio della Sicilia in epoca repubblicana », Quaderni Catanesi di studi antichi e medievali, n. s. no 2, 2003, p. 289-401, voir p. 308, inscrivent les effets de cette loi dans la durée et envisagent un système régulier ; contra Garnsey P., op. cit., p. 389, n. 11, qui relève avec raison que Cicéron ne parle pas de dispositions permanentes.

23 Prag J. R. W., Roman Magistrates, op. cit., p. 307.

24 Degenkolb H., Die lex Hieronica und das Pfändungsrecht der Steuerpächter. Beitrag zur Erklärung der Verrinen, Berlin, 1861 ; parmi ces historiens on citera surtout Mazzarino S., In margine alle Verrine per un giudizio storico sull’orazione De Frumento, Atti del I congresso Internazionale di Studi Ciceroniani, 2, Rome, 1959, p. 99-118 ; plus récemment : Pinzone A., op. cit. et Id., « Cicerone e l’iniquitas nouorum edictorum di Verre », Dubouloz J. et Pittia S. (dir.), op. cit., p. 91-109.

25 Carcopino J., op. cit., p. 177-192 ; voir p. 177, n. 1, le rappel de la bibliographie antérieure.

26 Voir le résumé du débat dans Genovese M., op. cit., p. 199-200, n. 52, et 237, n. 115.

27 Cicéron, 2Verr., III, 181 ; 171 ; 202.

28 Cf. Cicéron, Fam., III, 4, 5 ; Att., XI, 1, 2 et XI, 2, 3 ; et Andreau J., La banque et les affaires dans le monde romain (IVe siècle av. J.-C.-IIIe s. apr. J.-C.), Paris, 2001, p. 48-50 et 213-214.

29 Cicéron, 2Verr., III, 168 : « Cum senatus usura publicanos saepe iuuisset. »

30 Cicéron, 2Verr., III, 168 ; Andreau J., op. cit., p. 173-174.

31 Cicéron, 2Verr., II, 169 ; l’impôt du pacage (scriptura) et la douane (portus) étaient affermés à la même société : Cicéron, 2Verr., II, 171.

32 Sur cet épisode, Cicéron, 2Verr., II, 171-172.

33 Cicéron, 2Verr., II, 173.

34 Homo equestris ordinis honestissimus atque ornatissimus d’après Cicéron, 2Verr., III, 166.

35 Cicéron, 2Verr., III, 166 et 169 ; sur P. Vettius, Nicolet Cl., L’Ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.), 2, Prosopographie des chevaliers romains, Paris, BEFAR, no 207, 1974, p. 1072-1073 ; sur T. Vettius le questeur, ibid. ; Prag J. R. W., Roman Magistrates, op. cit., p. 306 ; voir aussi Marinone N., « I questori e i legati di Verre », AAT, 1964-1965, p. 219-251, voir p. 229-231.

36 Il est possible qu’il ait été renseigné par son frère sur les agissements de Verrès ; Cicéron, 2Verr., V, 114, semble montrer en tout cas que le gouverneur et son questeur ne s’entendaient guère.

37 Je suis ici le texte de Cicéron, 2Verr., III, 168.

38 J. Andreau dans les travaux du programme de réédition du De frumento, voir infra.

39 Cf. l’emploi du pluriel ciuitatibus en Cicéron, 2Verr., III, 171, et en III, 172 la désignation générale des cités de Sicile et l’énumération de plusieurs d’entre elles ; cf. aussi Cicéron, 2Verr., V, 52 : « Denique cum ex senatus consulto itemque ex lege Terentia et Cassia frumentum aequabiliter emi ab omnibus Siciliae civitatibus oporteret » ; sur la question de la répartition du frumentum imperatum entre les cités, voir supra note 26.

40 Pour la probatio du gouverneur, cf. Cicéron, 2Verr., III, 172-175 et 180.

41 Le poids spécifique désigne la masse volumique du grain pour une unité de mesure donnée ; pour le blé tendre d’aujourd’hui, par exemple, il oscille entre 70 et 80 kg à l’hectolitre.

42 Mazzarino S., op. cit., p. 112-113 ; Calderone S., « Problemi dell’organizzazione della provincia di Sicilia », Kokalos, no 10-11, 1964-1965, p. 63-98, voir p. 83-84 ; voir les remarques de Manganaro G., « La provincia romana », Gabba E. et Vallet G. (dir.), La Sicilia antica, Naples, 1980, 2, 2, p. 415-461, voir p. 444 et n. 177 et 178 et aussi Pinzone A., Rileggendo la De frumento, op. cit., p. 276.

43 Le jury de la quaestio qui a jugé l’affaire Verrès a été formé sur des bases antérieures au vote de la lex Aurelia et il est donc encore entièrement composé de sénateurs, Marinone, Quaestiones Verrinae, op. cit., p. 15-16 ; Ferrary J.-L., Cicéron et la loi judiciaire de Cotta (70 av. J.-C.), MEFRA, no 87, 1975, p. 321-348, voir p. 335-336.

44 Sur les registres des comptes d’Halèse : Cicéron, 2Verr., III, 171 (au moment de l’enquête de Cicéron en Sicile) et 173 et 175 (présentation des comptes devant la quaestio) ; pour les railleries de Cicéron : ibid., 175-176.

45 Citons notamment la phrase : « Sed ab iis quos repudias exigis tantum pecuniae quantum ad eum numerum frumenti satis sit quem ei civitati imperas emendum » (Cicéron, 2Verr., III, 173).

46 Sur les agissements d’Apronius, voir par exemple le cas de la cité d’Agyrium, Cicéron, 2Verr., III, 67-74 ; sur les cultivateurs obligés de racheter du blé pour satisfaire aux secondes dîmes et au frumentum imperatum : Cicéron, 2Verr., III, 178 ; signalons un cas tout à fait similaire en Bretagne romaine, Tacite, Agr., 19.

47 Cicéron, 2Verr., III, 173 et 189.

48 Bilan établi par Cicéron lui-même : 2Verr., III, 163, 174 et 179.

49 Tite-Live, XLIII, 2, 12.

50 Cicéron, Pis., 50.

51 Texte de Cnide de la Lex de prouinciis praetoriis : Crawford M. (dir.), Roman Statutes, I, no 12 Cnide, III, l. 3-5 ; lex Antonia de Termessibus, ibid., no 19, col. 2, l. 13-17.

52 Cicéron, Pis., 90; cf. Lintott A., Imperium Romanum. Politics and Administration, Londres/New York, 1993, p. 105.

53 Ferrary J.-L., « Paragraphes tralatices et références à des lois antérieures dans les lois romaines », Humbert M. et Thomas Y. (dir.), Mélanges à la mémoire d’André Magdelain, Paris, 1998, p. 151-167, voir p. 153-157 ; Id., « La législation comitiale en matière de création, d’assignation et de gouvernement des provinces », Barrandon N. et Kirbihler F. (dir.), Administrer les provinces de la République romaine, Rennes, 2010, p. 33-44, voir p. 42-44.

54 Sur la questure de 84-83 : Cicéron, Verr. 11 ; 2Verr., I, 34-42, 77 et 92 ; III, 6, 177-178 et V, 152 ; Broughton T. R. S., The Magistrates of Roman Republic, New York, 1951-1952 (2e éd. : 1984-1986), II, p. 84 ; Habermehl H., RE, 8 A, 1958, s. v. Verres, col. 1563-1564. Sur la proquesture de 80-79 : Cicéron, 2Verr., I, 90-94 ; III, 177. Sur les méfaits en Asie : ibid., I, 49 (Chios, Érythrées, Halicarnasse, Ténédos), 63 (Lampsaque), 86 (Milet) ; en Pamphylie, ibid., I, 53 (Aspendos) et 54 (Pergè) ; Broughton T. R. S., ibid., p. 81 et 85 ; Habermehl H., ibid., col. 1564-1569.

55 Dubouloz J. et Pittia S. (dir.), op. cit. ; Prag J. R. W. (dir.), Sicilia nutrix plebis romanae, op. cit. ; Programme Verrines de l’UMR 8585 – Centre Glotz (CNRS, Paris 1, Paris 4, EPHE 4e section), dirigé par S. Pittia et J. Dubouloz.

56 Cf. Lintott A., Imperium Romanum, op. cit., p. 97-107.

57 Voir aussi Cicéron, Pomp., 65-67.

58 Cicéron, 2Verr., II, 155 ; voir aussi III, 64.

Auteur

Université de Bordeaux – Institut Ausonius

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540