Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Quatrième partie. Des gouvernements célèbres et bien documentés

Quintus Mucius Scaevola, un gouverneur modèle pour les Grecs de la province d’Asie ?

Marie-Claire Ferriès et Fabrice Delrieux

Texte intégral

  • 1 Cicéron, Diu., XVII, 57 (trad. H. de la Ville de Mirmont, Paris, CUF, 1960, modifiée). Voir égalem (...)
  • 2 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1. Cf. aussi XXXVII, 6, et XXXVIII, 17.
  • 3 Valère Maxime, VIII, 12, 1 (trad. P. Constant, Paris, Garnier frères, 1935). Cf. également, dans l (...)
  • 4 Cicéron, Nat., III, XXXII [80] ; Læ., I, 1 (trad. R. Combès, CUF, Paris, 1971). Cf. également, dan (...)
  • 5 Cicéron, 2Verr., II, 21 [51].

1Cicéron, dans le Contre Caecilius, relève un témoignage en faveur de C. Verrès qui a donné raison à une habitante de Lilybée contre son questeur. Et l’orateur de s’exclamer : « Ce n’est pas Verrès, c’est Q. Mucius. Que pouvait-il faire, en effet, de plus distingué pour établir sa réputation, de plus équitable…, de plus énergique1 … ? » Ce Mucius, mesure à l’aune duquel Cicéron juge tous les autres gouverneurs, est Q. Mucius Scaevola le Pontife qui, comme gouverneur de l’Asie au début du Ier siècle et malgré la brièveté de son passage dans la province (neuf mois), a laissé le souvenir impérissable de son équanimité et de son énergie en faveur des administrés. Les sources romaines et grecques dressent effectivement le portrait d’un homme d’une grande élévation morale. Diodore de Sicile le présente comme celui qui mit toute son ardeur à combattre la corruption par sa propre vertu et sa rigueur2. Valère Maxime voit en lui un « illustre et infaillible interprète des lois3 ». Cicéron, de loin le plus expansif, affirme notamment qu’il était sage, pondéré et intègre, « le plus remarquable pour le génie et son sens de la justice4 ». Mithridate VI Eupatôr en personne reconnaît indirectement ses mérites. Dans la seconde action contre Verrès, Cicéron révèle en effet que le roi du Pont, lorsqu’il s’empara de l’Asie après l’élimination sanglante des Romains, n’abolit pas les fêtes célébrées au nom de ce gouverneur5. Mais l’unanimité de cette célébration risque d’anesthésier quelque peu le sens critique : les gens vertueux, eux non plus, n’ont pas d’histoire.

  • 6 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1-4.
  • 7 Ces fêtes le sont également par Asconius dans ad Cic. div. in Caec., 17, 57 (p. 202 St.), et dans (...)
  • 8 Foucart P., « Les jeux en l’honneur du proconsul Q. Mucius Scaevola », RPh, no 24, 1901, p. 86 ; O (...)
  • 9 OGIS, no 438; Sherk R. K., Rome and the Greek East to the Death of Augustus, Cambridge, 1984 (rééd (...)
  • 10 Connu depuis longtemps (première édition dans IPergamon, no 268, frag. A et B, col. II), le docume (...)

2Quel fut donc l’impact réel de l’activité de Q. Mucius Scaevola en Asie ? D’une part, un long passage de Diodore de Sicile, éclairé par de nombreuses allusions dans les sources latines, décrit une partie de son activité6. D’autre part, sept textes épigraphiques au moins offrent le point de vue des administrés, sans médiation mais non sans diplomatie. Les Moukieia évoqués par Cicéron7 sont ainsi attestés par deux décrets : l’un trouvé à Olympie et dédié à Q. Mucius Scaevola par les communautés d’Asie8, l’autre honorant un certain Hérostratos fils de Dorkaliôn et voté par les citoyens de Poimanenon en Mysie9. Un troisième texte, lacunaire, mis au jour à Pergame, s’y réfère peut-être puisque, dans la partie conservée, sont indiqués le nom de Q. Mucius Scaevola et l’instauration de concours pentétériques10. En dehors de ces témoignages, les autres hommages paraissent quelque peu biaisés car ils s’adressent à son épouse et à son fils. L’analyse de ces deux types de documents constituera donc la trame de cette étude consacrée aux realia de l’anti-Verrès.

Un gouvernement désormais bien daté

  • 11 Hypothèse soutenue notamment par Dittenberger W., OGIS, no 437, n. 3 ; Balsdon J. P. V. D., « Q. M (...)
  • 12 Parmi les partisans d’une datation basse du gouvernement, cf. par exemple Reinach T., Mithridate E (...)
  • 13 Reinach T., op. cit., p. 107-108, n. 3 ; Badian E., op. cit., p. 104-112.
  • 14 Asconius, p. 14-15 Clark : « L. autem Crasso collega fuit Q. Scaeuola Pontifex. Qui cum animaduert (...)

3Nous ne reviendrons que brièvement sur ce qui a été longtemps le débat central, aujourd’hui tranché : la date du gouvernement de Q. Mucius Scaevola et son insertion dans sa carrière. Rappelons les éléments du dilemme : soit Q. Mucius Scaevola est venu en Asie après sa préture à une date comprise entre 98 et 9611, soit il l’a fait à l’occasion de son consulat ou juste après, à un moment compris entre 95 et 92, date supposée du procès de son légat P. Rutilius Rufus12. En faveur de la seconde hypothèse, la vraisemblance a longtemps prévalu : la condamnation du légat semblait logique au sortir de sa charge. De plus, Rutilius était de rang consulaire (il avait été consul en 105) et il paraissait étonnant qu’il fût subordonné à un prétorien. Enfin, Th. Reinach et E. Badian ont utilisé un texte d’Asconius supposé plaider pour un gouvernement en 95-9413. Dans son commentaire du Contre Pison, ce dernier auteur rappelle que, cette année-là, Q. Mucius Scaevola s’est opposé, pendant son consulat, à ce que l’on accordât le triomphe sur la Cisalpine à son collègue Licinius Crassus, et note que ce même Scaevola a évité la « prouinciae cupiditas » parce qu’il prouinciam… deposuerat14. L’expression prouinciam deponere a été comprise parfois comme le départ anticipé de la province d’Asie, hypothèse recoupée par la durée de neuf mois attestée par Cicéron.

  • 15 Balsdon J. P. V. D., op. cit. n. 11, p. 9-10 ; Nicolet C., L’ordre équestre à l’époque républicain (...)
  • 16 Ferrary J.-L., op. cit., p. 164.
  • 17 Ibid., p. 165.
  • 18 Ibid., p. 545.

4Trois raisons s’opposent à ce que l’on comprenne ainsi le texte. La première est la signification de prouinciam deponere qui est un terme technique que Cicéron et Tite-Live n’emploient que pour désigner le renoncement pur et simple à une province ou à un pouvoir, non le retrait anticipé qui se dirait plutôt discedere de prouincia. Cet argument avait été mis en lumière par J. P. V. D. Balsdon, longuement développé par C. Nicolet, puis repris par J.-L. Ferrary qui ajouta un deuxième élément à la démonstration : la chronologie15. Q. Mucius Scaevola n’aurait pas eu assez de l’année 95 pour promulguer la lex Licinia Mucia qui immortalisa le consulat, se rendre en Asie, y exercer ses neuf mois de gouvernement, en revenir pour finalement émettre un veto contre son collègue au consulat alors qu’ils exerçaient encore tous deux cette magistrature. Enfin, une troisième raison, avancée également par J.-L. Ferrary, interdit de penser que le commentaire d’Asconius pût concerner d’une manière ou d’une autre la province d’Asie. En effet, l’incidente qui, dans le texte, justifie le refus du consul, ne sumptui esset, soit aerario, soit ornatio, exclut l’identification de la province en question avec l’Asie16. Cette dernière était une province régulière, donc automatiquement pourvue d’un gouverneur et faisant l’objet d’une ornatio. Par conséquent, la décision de Q. Mucius Scaevola n’eût rien économisé. Pour qu’il épargnât les deniers de l’État, il fallait que ce dernier renonçât à une mission irrégulière motivée par la situation militaire, comme en Cisalpine, et non pourvue si l’on estimait que les circonstances ne l’exigeaient pas. Le commentaire prend alors tout son sens : Q. Mucius Scaevola reproche à son collègue d’avoir fait d’un incident négligeable un casus belli pour obtenir un triomphe injustifié et coûteux pour l’État alors que, de son côté, il a renoncé à une mission équivalente qui ne lui apparaissait pas justifiée. Pour cette raison, le texte d’Asconius, bien loin de prouver que Q. Mucius Scaevola a gouverné l’Asie durant son consulat, exclut toute gestion de sa part d’une province consulaire. Il ne fut donc gouverneur que de l’Asie, et cela dans le cadre de sa préture. À cette réfutation s’ajoutent des présomptions sérieuses. En effet, J.-L. Ferrary indique que la totalité des gouverneurs d’Asie connus jusqu’à la première guerre de Mithridate sont de rang prétorien17. Q. Mucius Scaevola aurait été alors une exception vraisemblablement relevée. En outre, selon C. Nicolet18, les titres d’ ἀνθύπατος Ῥωμαίων donnés par le texte de Pergame et celui de de στρατηγòς ἀνθύπατος Ρωμαίων de l’inscription d’Olympie désignent plus généralement un gouverneur de rang prétorien.

  • 19 Cicéron, Off., II, 13 [47].
  • 20 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1.

5Dans ce cadre, deux éléments doivent encore trouver leur place : la brièveté du mandat de Q. Mucius Scaevola et le rang de P. Rutilius Rufus. Le fait que le premier ait quitté rapidement sa province, laissant l’intérim à son légat, s’explique par les impératifs du cursus honorum. Il lui fallait rentrer à Rome pour entamer, dans les délais, la campagne pour le consulat et ainsi utiliser, comme un levier politique, les bénéfices de son excellent gouvernement. Quant à P. Rutilius Rufus, en dépit de son rang consulaire, il est un client des Scaevolae. Cicéron indique en effet qu’il acquit sa réputation d’intégrité par la fréquentation de leur maison19. Cependant, Rutilius jouait un rôle tout à fait inédit dans le consilium de Q. Mucius Scaevola. En effet, Diodore décrit ainsi leur collaboration : « Une fois envoyé comme gouverneur en Asie, ayant choisi comme conseiller le plus noble de ses amis, Quintus [sic] Rutilius, [Q. Mucius Scaevola] siégeait avec lui quand il tenait conseil, et c’est avec lui qu’il prenait toutes les décisions administratives et judiciaires concernant sa province20. » Rutilius était donc le guide du gouverneur et l’autorité de la fonction tempérait par conséquent celle du patronage. Pour sa part, l’écart chronologique assez long, quatre années au plus, entre la fin du mandat de Rutilius et son procès s’explique par le contexte politique romain sur lequel nous reviendrons plus loin.

Un gouverneur d’exception

  • 21 Sur ce second document, cf. désormais Laffi U., op. cit., p. 62.
  • 22 Pour l’inscription de Cos, cf. Eilers C. F. et Milner N. P., « Q. Mucius Scaevola and Oenoanda : a (...)
  • 23 IK, 13-Ephesos, no 630a ; Eilers C. F. et Milner N. P., op. cit., p. 80 ; Canali de Rossi F., op. (...)
  • 24 Robert L. et J., Claros I, Décrets hellénistiques, Paris, 1989, p. 65, col. II, l. 42-45.

6Pour analyser l’action de Q. Mucius Scaevola en Asie, il convient de partir des témoignages directs des provinciaux, donc des inscriptions, miroir flatteur dans lequel se reflète l’administration romaine. Le nom du gouverneur ou les fêtes en son honneur apparaissent, nous l’avons vu, dans sept inscriptions, et deux autres textes leur sont liés. Ces documents sont de deux natures. Tout d’abord, l’inscription de Pergame retranscrit une lettre adressée par le gouverneur à une communauté dont le nom s’est perdu. La missive a été gravée sur le même bloc qu’un texte dont il ne subsiste plus que quelques lettres mais que l’on sait lié à elle par un titre commun, lui aussi très lacunaire21. Pour leur part, les autres attestations sont des décrets dédiés à sa personne pour l’inscription d’Olympie, à son fils pour des textes de Cos, Nysa et Oinoanda22, à son épouse pour une base d’Éphèse23, à Hérostratos fils de Dorkaliôn pour la dédicace de Poimanenon, enfin à Ménippos fils d’Apollônidès pour un décret de Colophon dont l’association à Q. Mucius Scaevola le Pontife reste douteuse24.

  • 25 Comme le rappelle Sartre M., L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase, Paris, 2003, p. 215, l (...)
  • 26 Parmi ces privilégiés, nous citerons l’exemple de trois capitaines de navires qu’un sénatus-consul (...)
  • 27 L. 1-5 du texte de Poimanénon, mieux conservé que le décret d’Olympie. Selon Foucart P., op. cit., (...)
  • 28 Sur l’entrée de la Carie dans l’empire, sans doute après la première guerre mithridatique, cf. Bar (...)
  • 29 Sur le statut d’Éphèse et de Pergame au début du Ier siècle, cf. notamment Rigsby K. J., « The Era (...)

7À la lecture de cette liste, on est frappé par la pluralité des communautés, la diversité de leurs statuts et leur dispersion géographique. En effet, à Olympie et à Poimanenon, les responsables de la gravure sont « les dèmoi et les ethnè d’Asie25, les particuliers jugés comme Amis des Romains26, ainsi que, parmi les autres, les personnes désignées pour participer aux Sôteria et aux Moukieia27 ». À Colophon, Cos, Éphèse, Nysa et Oinoanda, il s’agit de la communauté civique. À Pergame, l’auteur du seul texte assuré est Q. Mucius Scaevola lui-même. Pour leur part, Cos de Carie et Oinoanda de Lycie sont à cette époque à l’extérieur du territoire provincial28, à l’inverse des autres cités. Cependant, Colophon, Éphèse et Pergame ont le statut de cités libres tandis que Nysa et Poimanenon, autant que nous le sachions, sont intégrées à la province (voir la carte)29. Cela traduit l’ampleur de l’action de Mucius Scaevola.

  • 30 « Comme étaient venus dans la cité, et plus d’une fois, le gouverneur romain Quintus Mucius avec l (...)
  • 31 Robert L. et J., op. cit., p. 69 : texte p. 63, col. I, l. 16-17.
  • 32 Sur Q. Mucius Scaevola l’Augure, cf. notamment Münzer F., RE 16.1 (1933), col. 430-436, s. v. Muci (...)
  • 33 Canali de Rossi G., Iscrizioni storiche ellenistiche. Decreti per ambasciatore greci al senato. Te (...)
  • 34 « Je ne vois pas comment la mention des ambassades […] pourrait “être liquidée ( ?) comme une dési (...)
  • 35 Eilers C. F., op. cit., p. 127 (d’après Robert L. et J., op. cit., p. 64, col. II, l. 9-11).
  • 36 Cf. Cicéron, De Or., II, 70 [281], et Brut., 26 [102].
  • 37 Une satire de Lucilius (Sat., II, 88-94 Marx) immortalise son passage à Athènes à son retour de l’ (...)
  • 38 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1.

8Cependant, en dépit d’une attribution récente par G. Canali de Rossi, suivi par C. F. Eilers, il nous paraît préférable de retirer Colophon de la liste. En effet, la cité a exprimé sa gratitude envers un de ses concitoyens, Ménippos fils d’Apollônidès, qui, entre autres mérites, a reçu plusieurs gouverneurs romains dont « Quintus Mucius », accompagné d’une suite composée d’un questeur et de tribuns militaires, et a remboursé la cité des fonds qu’elle lui avait alloués pour cette occasion30. L. et J. Robert, premiers éditeurs du texte, ont daté cette visite au plus tard des années 120 selon deux critères : d’abord la paléographie, ensuite et surtout l’allusion à des ambassades « auprès de la royauté attalide » (εἰς τὴν Ἀτταλικὴν βασιλείαν) qui replacent forcément le début de l’activité diplomatique de Ménippos avant 13331. Par conséquent, il faut identifier le gouverneur accueilli par Ménippos avec Q. Mucius Scaevola l’Augure, à la tête de l’Asie vers 120, cousin plus âgé de Q. Mucius Scaevola le Pontife32. G. Canali de Rossi a contesté cette hypothèse en arguant que l’allusion aux Attalides ne se référait pas à la dynastie elle-même mais métaphoriquement à Pergame, ancien siège de leur pouvoir33. Cependant, les arguments allégués à l’appui de cette interprétation ont été rejetés sans détour par Ph. Gauthier34. De son côté, C. F. Eilers avait souligné que la mention explicite du nom du gouverneur s’expliquait par sa célébrité35. Or, du gouvernement de Q. Mucius Scaevola l’Augure nous ne savons presque rien sinon qu’il fut accusé de concussion à son retour36. Toutefois, ces poursuites résultent moins de l’attitude du personnage que des oppositions suscitées à Rome par la nouvelle législation sur la province d’Asie. À notre avis, rien ne s’oppose donc à ce que l’Augure ait été également un gouverneur digne d’être rappelé au souvenir des administrés37. Enfin, si l’intéressé avait été le Pontife, son traitement n’eût rien coûté à Colophon puisque, selon Diodore de Sicile, il réglait toutes ses dépenses sur ses fonds propres38. Ménippos n’aurait eu par conséquent aucun mérite à rendre l’argent de la cité.

  • 39 « Traditional and stereotypical expressions » (Kajava M., « Roman Senatorial Women and the Greek E (...)
  • 40 Eilers C. F. et Milner N. P., op. cit., p. 83.
  • 41 Ibid., p. 83, n. 49; Eilers C. F., op. cit., C90. Les premiers lecteurs de l’inscription ont pu dé (...)
  • 42 Cf. Eilers C. F. et Milner N. P., op. cit., p. 83 et n. 50, avec la bibliographie afférente.
  • 43 La statue est, à la fin de la République et au début de l’Empire, le moyen courant par lequel les (...)
  • 44 Kajava M., op. cit., p. 107-108, et Ferrary J.-L., Les gouverneurs, op. cit., p. 163, soulignent q (...)

9Les inscriptions qui mentionnent la femme et le fils de Q. Mucius Scaevola ne constituent en fait que des hommages indirects au gouverneur. En effet, les honneurs qui leur sont attribués sont d’ordre relativement courant39. L’épouse Caelia doit sans doute être identifiée avec une Caecilia suivant l’hypothèse de C. F. Eilers et N. P. Milner40. Ces derniers se sont demandé si le texte avait été gravé correctement et ont supposé une confusion du lapicide qui aurait abrégé Κα<ικ>ιλίαν ou [Και]κ{α}ιλίαν41. Caecilia fille de M. (Caecilius) pourrait être l’enfant de Metellus, consul ordinaire en 115 et membre d’une famille très liée à celle de Q. Mucius Scaevola42. L’épouse est gratifiée d’une statue par les Éphésiens, sans plus de détails sur la nature de ses bienfaits43. Il n’est pas certain qu’elle soit même venue dans la province. Ainsi, d’autres épouses de magistrats se sont vu attribuer des statues alors qu’elles étaient restées en Italie, ce qui leur a évité dans certains cas de constater qu’il s’agissait de recyclage de statues antérieures44.

  • 45 M. Tullius Cicero fils suivit son père quand il fut nommé gouverneur de Cilicie en 51 (Cicéron, At (...)
  • 46 Sur le métal réellement utilisé pour la fonte des statues en or, cf. Robert L., « Cours 1952-1953 (...)
  • 47 Sur le sens et l’usage de cette couronne, cf. notamment Gauthier P., Les cités grecques et leurs b (...)
  • 48 La proédrie accordée en 39-37 par les Stratonicéens de Carie au consul désigné M. Cocceius Nerva ((...)

10Le fils homonyme du gouverneur est plus souvent attesté que sa mère puisqu’il est mentionné à Nysa, à Cos et à Oinoanda, et sa présence dans le consilium de son père est très probable. C’était une habitude souvent attestée par ailleurs45, mais s’ajoute à cela une raison : la nature particulière des honneurs qu’il reçut à Oinoanda de Lycie. En effet, la cité lui offrit une proédrie aux concours qu’elle organisait, ce qui suggère qu’il fut amené à se rendre sur place. Enfin, les autres honneurs qu’il reçut là ne sont pas un songe creux. La statue en or, c’est-à-dire en bronze doré46, la couronne aristeia, « pour prix de sa valeur47 », ne constituent pas des récompenses ordinaires48. C’est un niveau supérieur dans la hiérarchie des hommages qui traduit des mérites particuliers.

  • 49 Blümel W., op. cit., p. 47 ( = Rasselnberg A. L., op. cit., p. 52), l. 4-5.
  • 50 Canali de Rossi F., Il ruolo dei patroni, op. cit., no 8 ( = Eilers C. F., op. cit., C90), l. 4.
  • 51 Canali de Rossi F., Il ruolo dei patroni, op. cit., no 10, l. 5. L’expression est restituée dans u (...)
  • 52 Canali de Rossi F., Il ruolo dei patroni, op. cit., no 9 ( = Eilers C. F., op. cit., C131), l. 3.
  • 53 Foucart P., op. cit., p. 86 (= OGIS, no 439), l. 7-8.
  • 54 Habicht C., « Die Augusteische Zeit und das erste Jahrhundert nach Christi Geburt », Boer W. den ( (...)
  • 55 Cf. Ferriès M.-C. et Delrieux F., op. cit. n. 48.
  • 56 Kirbihler F., « Les émissions de monnaies d’homonoia et les crises alimentaires en Asie sous Marc- (...)

11Le véritable destinataire de la reconnaissance des provinciaux est le gouverneur Scaevola lui-même. Son titre de proconsul est rappelé dans l’inscription de Nysa49. Les autres textes précisent que celui-ci est « patron » à Éphèse50, « patron de la cité » peut-être à Cos51, « patron et bienfaiteur de la cité » à Oinoanda52. Dans le décret déposé à Olympie par les communautés d’Asie, le gouverneur est qualifié de « homme très brillant, proconsul des Romains, sauveur et bienfaiteur, qui s’est distingué dans les domaines du mérite, de la justice et de la mesure53 ». Le qualificatif de « sauveur » est, à notre connaissance, toujours accordé à la suite de circonstances difficiles, voire dramatiques54. Entre autres exemples, nous retiendrons celui du consul désigné et imperator M. Cocceius Nerva, « sauveur de la province » d’Asie après avoir libéré la région de la menace de Q. Labienus et des Parthes en 3955, ou bien encore celui de M. Nonius Macrinus, gouverneur d’Asie en 170-171 apr. J.-C., qui, selon Fr. Kirbihler56, mérita de porter le même titre après avoir sauvé sa province de la famine. L’hommage unanime des dèmoi et des ethnè trouvé à Olympie répond donc à des services extraordinaires à l’échelle de la province. Leur association à des concours nommés Moukieia nous ramène vers les textes de Pergame, dont au moins une lettre, les seuls documents produits (plus ou moins sûrement) par Q. Mucius Scaevola au cours de son gouvernement et dont on a conservé aujourd’hui le souvenir.

  • 57 Sur le texte de la convention entre Éphèse et Sardes, cf. maintenant Laffi U., op. cit., p. 66-68.
  • 58 Nous remercions vivement F. Kayser pour son aide précieuse dans cette entreprise.

12Parvenue jusqu’à nous sous l’aspect de trois fragments de tailles différentes et cassés de tous côtés, l’inscription évoque, dans les morceaux A et B, le nom du gouverneur et la création de jeux pentétériques musicaux et gymniques (ou théâtraux). Elle porte également un titre commun aux deux fragments et aux deux textes et dont on ne lit plus que les lettres [---] NΩNK[---]ΩN. Dans le fragment C, il est question d’une crise qui affecta Sardes et une autre cité. Or, dans l’état où il nous est parvenu, ce dernier document ne permet pas de conclure sur la raison du conflit ayant impliqué les Sardiens et la communauté adverse, ni sur l’identité de celle-ci. Toutefois, la découverte, toujours à Pergame, d’un long texte de convention réglant un différend entre Sardes et Éphèse éclaire notre document car celui-ci et le fragment C donnent la même liste d’ambassadeurs, ce qui atteste le lien direct entre les deux inscriptions57. En les recoupant, on est parvenu à restituer et à traduire58 de la manière suivante la lettre de Q. Mucius Scaevola ( = fragment A ;  = fragment B ; ~~~ = fragment C) :

  • 59 L. 4-5 : θυμ[ε]/λικοὺς καὶ [σκηνικοὺς ἀγῶ] ṿα<ς> ou θυμ[ε]/λικοὺς καὶ [μουσικοὺς ἀγῶ]να<ς> selon R (...)
  • 60 L. 7-8 : peut-être προτρεψό [μενοι (« in order to urge ») selon Rigsby K. J., op. cit., p. 145.

Κόϊντος Μού[κιος Ποπλίου υ]ἱὸς Σκαιό[λας], (sic)
ἀνθύπατος Ῥω[μαίων, Ἐφεσί]ων τῆι βουλ[ῆι καὶ]
τῶι δήυωί χαὶ [ρειν τῶν ἐν τῆ]ι φιλίαν κριθέν [των]
δήυων τε καὶ ε[θνῶν, τῶν ἐλομέ]νων τιθέναι θυμ[ε]-
5 λικος καί [γυμνικοὺς vel σκηνικοὺς ἀγῶνας] διὰ59 πενταετηρί-
[δος ἀχθησομένους, ἀποστειλάντω]ν περὶ τού-
[των πρεσβευτὰς πρὸς ἡμᾶς τοὺς π]ροτρεψο-60
[μένους ἡμᾶς πασᾶν σπουδὴν καὶ πρόνοιαν]
[ποιεισθαι ὅπως ὁ ὑμέτερος δῆμος καὶ ὁ τῶν]
---
(lacune de longueur indéterminée)
---
[---τὴν]
[γενηθεῖσαν περὶ τῶν διαμφισβητουμένων δια]-
[φορὰν βουλόμ]ενος ἄ[ραι, ἵνα ὅσοι μὲν τῶν]
10 [δήμων τὲ καὶ ἐθ]νῶν ὑπάρ[χουσιν ἐν τῆι φιλίαν],
[διά τό] ἔχθραν και διαφοράν κα[τεθήναι, θυσίας]
ἐπιφανεστέρἀς καὶ ἐνδοξ<ο>τ[έρας ἄγοιεν, οἱ δ' ἀφ]-
εστηκότες αὑτῶν δῆμοι μετ[ὰ πάσης εὑνοι-
ας εις τὸ αὑτο{υ} συμπορεύοιντο, ἐπέμ[ψα---]
15 σον Φυλοτίμον (sic) Ἀθηναῖον τῶν ἐ[μῶν φίλων],
ἄνδρα κ[αλ]όν καὶ ἀγαθὸ[ν] καὶ τῆς [μεγίστης ἀξι]-
ούμενον πίστεως παρ' [ἡμ]ῖν, πρός [τε τὸν ὑμέ]-
τερον δῆμον καὶ τὸν Σαρδιανῶ[ν, τὸν παρακα]-
λέσοντα δοῦναι τὰς χεῖρας ἡμῖν εἰ [ς σύλλυσιν]
20 συγκαταθεμένων δὲ τῶν δήμων [ἑκατέρων]
τοῖς παρακαλουμένοις καὶ πεμψάντω[ν πρεσ]-
βευτὰς ὑμῶν μὲν Ἰκέσιον Ἀρτεμιδώρο[υ, Ποσει]-
δώνιον Ποσειδωνίου τοῦ Διονυσίου, Ἀ[ριστο]-
γείτονα Πάτρωνος, Ἀρτεμίδωρον Ἀρτ[εμιδώ] -
25 ρου, Mενεκάτην Mένε[κρά] το[υ] του Ἀρτ[εμι]-
δώρου, Ἀπολλόδ[ωρον Ἐρμο]κρ[ά]τ[ου, Ἔρμιπ]-
πον Μενοίτου, Σα[ρδιανῶν δὲ τοὺς στρατη]-
γοὺς Μενεκράτη[ν Διοδώρου, Φοίνικα Φοίνικος],
Ἀρχέλαον Θεο [φίλου ---]
30 κῆσαι τα πρ [---]
τε μεσιτε[υ ---]
συμφέρε[ιν ---]
---

Quintus Mucius Scaevola, fils de Publius, proconsul des Romains, au conseil et au peuple des Éphésiens, salut ! Comme lesdèmoi et les éthnè, reconnus comme amis, qui ont choisi d’organiser des concours musicaux et gymniques (ou dramatiques) tous les quatre ans, nous ont envoyé des ambassadeurs pour nous exhorter à faire preuve d’un zèle et d’un soin absolus afin que votre peuple et celui des Sardiens soient réconciliés… voulant mettre fin à la discorde portant sur l’objet de la contestation, afin que ceux des dèmoi et des éthnè qui sont nos amis, grâce à la disparition de l’inimitié et de la discorde, accomplissent des sacrifices plus fastueux et solennels, et que les dèmoi qui se sont désolidarisés de ceux-là puissent, avec beaucoup de bonne volonté, converger vers le même endroit, nous avons (j’ai ?) envoyé… sos, fils de Phylotimos, Athénien de mes amis, homme de bien et que nous jugeons digne de la plus grande confiance, auprès de votre peuple et de celui des Sardiens, pour les inviter à collaborer avec nous en vue d’une réconciliation… ; l’un et l’autre dèmoi ayant accédé à ces demandes et vous, ayant envoyé comme ambassadeurs Hikésios fils d’Artémidôros, Poseidônios fils de Poseidônios fils de Dionysios, Aristogeitôn fils de Patrôn, Artémidôros fils d’Artémidôros, Ménékratès fils de Ménékratès fils d’Artémidôros, Apollodôros fils d’Hermokratès, Hermippos fils de Ménoitès, les Sardiens (ayant envoyé) les stratèges Ménékratès fils de Diodôros, Phoinix fils de Phoinix, Archélaos fils de Théophilos,… pour servir d’intermédiaire… être avantageux…

  • 61 Rigsby K. J., op. cit., p. 141-149, d’après IPergamon, p. 197 et 198.
  • 62 Si ce n’est le nom des destinataires, le texte de gauche, tel que reconstitué par les épigraphiste (...)
  • 63 Rigsby K. J., op. cit., p. 145: « Other guesses may be better ».

13Contre l’avis général, K. J. Rigsby a mis en doute le rôle de Q. Mucius Scaevola dans ce règlement61. En effet, se fondant sur la forme des lettres et le style de la gravure, celui-ci a suggéré de distinguer les fragments A et B du morceau C. Or, le nom du gouverneur n’apparaît que dans les deux premiers et cette partie du texte ne traite que des concours. En ce cas, puisqu’il n’est plus question d’arbitrage, à quel type de document avons-nous affaire et comment faut-il compléter le titre évoqué plus haut ? Toujours d’après K. J. Rigsby, la lettre du fragment A serait une réponse au texte très endommagé placé à gauche et que l’on interprète traditionnellement comme une lettre de Q. Mucius Scaevola aux Sardiens62. Ce dernier document transcrirait en réalité un décret du koinon d’Asie fixant le contexte dans lequel il a été voté, ou bien serait une lettre du même koinon au gouverneur l’informant des concours instaurés en son honneur. Dans cette hypothèse, l’en-tête [συνθῆκαι Σαρδια]νῶν κ[αὶ Ἐφεσί]ων d’abord envisagé ne conviendrait plus du tout et devrait être remplacé par des formules telles que [Μουκιείων τῶν ἀγώ]νων κ[αὶ θυσι]ῶν ou [Σωτηρίων τῶν ἀγώ]νων κ[αὶ Μουκιεί]ῶν63. De plus, le destinataire de la lettre de Q. Mucius Scaevola ne serait plus alors Éphèse mais Pergame (Περγαμην]ῶν au lieu de Ἐφεσί]ων, l. 2), et les ambassadeurs cités en fin de texte viendraient hâter en réalité la mise en place de ces cérémonies.

  • 64 Ager S. L., Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 B. C., Berkeley/Los Angeles/Londres (...)

14Curieusement, une relecture aussi radicale des documents ne paraît pas avoir suscité l’abondante littérature qu’elle aurait dû mériter. Reprise et résumée simplement dans BE, 1989, no 279, et dans SEG, 38 (1988), no 1267, elle n’est évoquée à notre connaissance que par S. L. Ager et U. Laffi qui ne la retiennent pas et qui rééditent les textes dans leur version traditionnelle64. Il semble en effet plus prudent de s’en tenir à la première reconstitution qui, nous le verrons plus loin, trouve un écho dans le témoignage de Cicéron sur l’activité de Q. Mucius Scaevola en Asie. D’une part, les motifs de la critique de K. J. Rigsby sont d’ordre uniquement paléographique. D’autre part, étant donné la brièveté des fragments sollicités pour l’argumentation, cet auteur en est réduit à des conjectures fondées sur des réalités extrêmement ténues. Or, la critique paléographique appliquée à l’ensemble des documents mentionnés ici, c’est-à-dire les fragments A, B et C ainsi que la convention entre les cités d’Éphèse et de Sardes, apporte un résultat mitigé : il y a autant de différences dans le style et la forme des lettres entre le fragment C et la convention, pourtant liés, qu’entre celui-ci et les fragments A et B. La lettre de Q. Mucius Scaevola paraît donc devoir être interprétée comme un élément constitutif d’une stèle portant trois textes : la lettre conservée du gouverneur aux Éphésiens sur la création de concours et le règlement d’une crise entre Éphèse et Sardes ; à sa gauche, le même document adressé aux Sardiens ; puis le texte de la convention entre les deux cités.

  • 65 S. L. Ager fait jouer aussi un rôle important à Pergame, lieu de découverte des textes, parmi les (...)
  • 66 Sur l’identité éventuelle de ce personnage, cf. Laffi U., op. cit., p. 58.
  • 67 Sur le statut d’Éphèse et de Sardes après la création de la province d’Asie, cf. Rigsby K. J., The (...)
  • 68 Cicéron, Att., VI, 1 [245], 15 (trad. L.-A. Constant et J. Bayet, Paris, CUF, 1950).
  • 69 E. Badian présente encore l’édit d’entrée en charge de Q. Mucius Scaevola dans la province d’Asie (...)

15Dans le règlement de ce conflit, le rôle de Q. Mucius Scaevola, alors qu’il était saisi de l’affaire, a consisté semble-t-il à proposer, dans la tradition et selon le droit grecs, un arbitre originaire d’une autre cité sans lien avec le contentieux, en l’occurrence l’Athénien… sos fils de Phylotimos65, et à patronner les négociations sans intervenir directement dans celles-ci66. En agissant ainsi, il respectait la liberté d’Éphèse et de Sardes qui, tout comme Pergame où l’inscription a été trouvée, étaient en dehors de la province depuis l’organisation de celle-ci67. Ce comportement est conforme à ce que Cicéron nous apprend de Q. Mucius Scaevola. En effet, dans son édit d’entrée en charge, le nouveau gouverneur d’Asie a invité ses administrés à s’accorder selon leurs propres lois, ce qui entraîne le commentaire suivant de l’orateur : « (Les Grecs) considèrent qu’ils y ont gagné la liberté68. » Pourtant, cette pratique de laisser les tribunaux à des pérégrins pour régler des litiges locaux est très critiquée par certains Romains. De fait, Cicéron se sent obligé de se défendre auprès d’Atticus de l’accusation d’avoir institué des jurys de nugatores69. Les Moukieia sont-ils donc la conséquence de ce libre-arbitre ? Cela paraît à première vue disproportionné.

  • 70 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 6 (τιμαὶ ἰσόθεοι). Selon Virgilio B., op. cit., p. 71, ces festi (...)
  • 71 Les honneurs cultuels à l’intention de Romains de la fin de la République sont postérieurs surtout (...)
  • 72 Gauthier P., op. cit., p. 46 ; Thériault G., op. cit., p. 92.
  • 73 Daux G., « Concours des Titeia dans un décret d’Argos », BCH, no 88, 1964, p. 570, l. 14 (« concou (...)
  • 74 Plutarque, Flam., 16, 5-7. M’Acilius Glabrio reprochait aux Chalcidiens leur soutien à Antiochos I (...)
  • 75 Cf. Knoepfler D., « L. Mummius Achaicus et les cités du golfe euboïque : à propos d’une nouvelle i (...)
  • 76 Canali de Rossi F., Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Roma, 1997, no 347a, (...)
  • 77 Syll.3, no 700, l. 38-39. La course avait lieu « lorsque les concours sont célébrés pour les autre (...)

16En effet, les Moukieia ont été accompagnés d’un culte dans lequel il faut sans doute reconnaître les « honneurs divins » évoqués par Diodore de Sicile70. Or, jusqu’au début du Ier siècle, un tel privilège n’est réservé qu’à de rares magistrats romains71 qui ont aidé les cités à sortir de situations périlleuses72. Ainsi, au début du IIe siècle, T. Quinctus Flamininus fut gratifié de concours et d’un jour de fêtes par les Argiens et les habitants de Gytheion, qu’il avait délivrés de la menace du Spartiate Nabis73, et reçut un culte public (avec prêtre, sacrifices et péan) ainsi que la dédicace de monuments importants, parmi lesquels un Delphinion, de la part des Chalcidiens que son intervention avait sauvés de la colère dévastatrice de M’Acilius Glabrio74. De même, après la guerre d’Achaïe en 146, L. Mummius Achaicus fut lui aussi honoré d’un culte et de concours chez les Érétriens qu’il avait favorisés au moment de l’organisation de la nouvelle province75. Dans des circonstances semblables en Asie, M’Aquilius fut l’objet d’un culte à Pergame, sans doute pour avoir confirmé la liberté de la cité en vertu des dispositions testamentaires d’Attale III76. Quelques années plus tard, Lété de Macédoine organisa un concours hippique annuel en l’honneur du questeur M. Annius qui, en 119, avait sauvé la cité d’une invasion des Gaulois scordisques77. À l’évidence, les honneurs comparables accordés à Q. Mucius Scaevola ne sauraient s’expliquer seulement par le rétablissement de la paix entre deux cités.

17En effet, cet honneur ne peut résulter que d’une action à l’échelle de la province entière, tous statuts confondus. L’épigraphie ne nous permet pas de savoir de quoi il s’agit, mais les témoignages de Cicéron, de Diodore de Sicile et de Valère Maxime permettent de s’en faire une idée. Si l’on suit Diodore :

« [1] Quintus Scaevola mit beaucoup d’ardeur à corriger, par ses propres mérites, la dépravation des mœurs. Une fois envoyé comme gouverneur en Asie, […] il décida que toutes les dépenses concernant sa personne et son entourage seraient réglées sur ses propres fonds. Par sa simplicité et sa frugalité, par la pratique d’une justice sans faille, il permit à la province de se relever de ses malheurs passés. En effet, les publicains qui étaient précédemment en Asie, alliés à ceux qui, à Rome, jugeaient les causes publiques, avaient rempli la province de leurs crimes. [2] En pratiquant une justice impartiale et scrupuleuse, Quintus Scaevola, non seulement débarrassa la province de tous les sycophantes, mais réprima les injustices des publicains.

  • 78 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1-4 (trad. pour partie de Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit.(...)

Fournissant des tribunaux consciencieux à toutes les victimes d’injustices, il fit condamner à chaque fois les publicains et amena ces derniers à rendre les sommes injustement prélevées, les accusations capitales étant passibles de la peine de mort. [3] Ainsi, après avoir empêché la transaction, il fit condamner à mort et crucifier l’administrateur en chef de ces derniers, qui avait donné beaucoup d’argent pour obtenir sa liberté et qui avait agi en accord avec ses maîtres. [4] Le même [Quintus Scaevola] condamnait les publicains et les livrait à leurs victimes. Et il advint que ceux qui, peu de temps auparavant, commettaient mille méfaits en raison de leur dédain et de leur rapacité, furent emmenés par leurs victimes rejoindre les condamnés. Réglant sur ses propres fonds les dépenses courantes des légats et de leur entourage, il rétablit bien vite le dévouement des alliés envers Rome78. »

  • 79 Sherk R. K., Roman Documents from the Greek East. Senatus Consulta and Epistulae to the Age of Aug (...)
  • 80 IPriene, no 111, l. 112-119. Pour la datation du texte, cf. Ferrary J.-L., Les gouverneurs, op. ci (...)
  • 81 Strabon, XIV, 1, 26 ; Canali de Rossi F., Le ambascerie dal mondo greco, op. cit., p. 281-282, no (...)
  • 82 OGIS, no 440 ( = IK, 3-Ilion, no 71 ; Canali de Rossi F., Le ambascerie dal mondo greco, op. cit., (...)
  • 83 Diodore de Sicile, XXXVI, 3, 1 (trad. Fernoux H.-L., Notables et élites des cités de Bithynie aux (...)
  • 84 Le recours à des ambassadeurs est au moins attesté à Pergame et Éphèse. G. Canali de Rossi en supp (...)
  • 85 Comme le fait remarquer Sartre M., op. cit., p. 249, n. 5 : « Les provinciaux n’avaient aucune rai (...)

18À première vue, le ton de Diodore paraît outrageusement pathétique lorsqu’il décrit les ravages exercés par les publicains dans la province. Toutefois, un certain nombre d’inscriptions atteste les tentatives de détournement des richesses provinciales par les compagnies financières. Ainsi, en Asie et dans la décennie qui précéda le gouvernement de Q. Mucius Scaevola, rien, qu’il fût sacré ou profane, intégré à l’empire ou non, ne paraissait à l’abri. Nous retiendrons par exemple les tentatives des sociétés fermières contre le territoire libre de Pergame à la fin du IIe siècle79, contre les terres sacrées et les salines d’Athéna Polias à Priène en 10280, contre les pêcheries d’Artémis à Éphèse vers 10081, ou bien encore contre le territoire sacré d’Athéna Ilias à Ilion en 8982. De même, en 104, au-delà de la province d’Asie, le roi de Bithynie Nicomède III fit savoir à C. Marius, qui lui demandait des troupes auxiliaires pour faire la guerre aux Cimbres, qu’il n’était pas en mesure de répondre à son attente parce que « la plupart des Bithyniens avaient été emportés de force par les publicains et qu’ils étaient réduits en esclavage dans les provinces83 ». Certes, dans tous ces cas de figure, le dernier mot resta aux Asiatiques, mais, pour cela, il avait fallu le plus souvent, sinon toujours, envoyer des ambassades à Rome pour plaider devant le Sénat84. En outre, dans ce genre de situation, l’épigraphie des cités (d’où nous tirons l’essentiel de nos exemples) ne garde, en général, que le souvenir des conflits réglés en leur faveur85. Les quelques exemples donnés ici ne sont donc que la partie émergée de l’iceberg et suggèrent l’ampleur de la pression exercée sur les particuliers, comme sur toutes les collectivités, par ces sociétés financières auxquelles la lex Sempronia avait donné de grands pouvoirs dans la province.

  • 86 Cicéron, Att., VI, 1 [245], 15 (trad. L.-A. Constant et J. Bayet, Paris, CUF, 1950). Dans le comme (...)
  • 87 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 4.

19La guerre que le gouverneur fit aux abus des publicains et le fait qu’il trancha systématiquement en faveur des provinciaux rompaient nettement avec la politique menée jusqu’alors et apportaient un répit inespéré aux populations opprimées. La politique de Q. Mucius Scaevola était inscrite, dès le début, dans son édit provincial. Cicéron cite en effet un extrait de celui-ci : « Sauf dans le cas où une affaire a été menée de sorte que la bonne foi s’oppose à ce que l’on respecte ce qui avait été convenu86. » L’orateur a repris textuellement cet article dans son propre édit et, d’après lui, son contenu équivaut à une réserve émise au même moment par L. Calpurnius Bibulus et qui inquiète beaucoup en 54 les publicains à Rome. Pourquoi ? En fait, la disposition de Scaevola permet de casser l’exécution d’un contrat, notamment dans les actions en recouvrement entreprises par des créanciers à l’encontre de leurs débiteurs, en alléguant des abus lors de la conclusion de l’accord ou dans la suite en raison de pressions et d’abus d’autorité. Il s’agit donc ici de l’arme grâce à laquelle le gouverneur d’Asie a libéré ses administrés du piège légal dans lequel le système des intérêts composés et des taux usuraires imposés sans contestation possible les avait plongés. De son côté, Diodore de Sicile nous apprend que Q. Mucius Scaevola alla encore plus loin en condamnant les auteurs des extorsions, non seulement à des peines financières, mais, dans le cas d’un des supérieurs hiérarchiques de la société, à la peine de mort87. Il est vrai qu’il ne court pas grand risque en faisant crucifier un esclave car il condamne l’instrument et non ceux qui décident. Cependant, il prive son propriétaire d’un de ses biens, substituant le droit public à la punition qui relève normalement du « droit familial ». Il désavoue ainsi publiquement les sociétés fermières.

  • 88 Robert L. et J., op. cit., p. 13, col. II, l. 46-51. Sur la date de ce texte, aussi discutée que c (...)
  • 89 Ainsi le questeur M. Aurelius Scaurus qui, juste après le gouvernement de Q. Mucius Scaevola, tent (...)
  • 90 Comme le souligne Ferrary J.-L., Rome et les cités grecques, op. cit., p. 101 : « En confiant aux (...)
  • 91 Robert L. et J., op. cit., p. 64, col. I, l. 37-39 (trad., légèrement modifiée, p. 86).
  • 92 Ibid., p. 64, col. II, l. 4-5 (trad. p. 90).

20Le Sénat semble avoir encouragé également, au moins dans certains cas, une politique de protection des provinciaux à l’égard des publicains. Ainsi, un décret de Colophon, voté dans la seconde moitié du IIe siècle en l’honneur de Polémaios fils de Pantagnôtos, rappelle que le Sénat a ordonné que l’on ne causât plus de tort à la cité et que les gouverneurs se rendant dans la province d’Asie veillassent à cela et s’y tinssent fermement88. Il s’agissait donc de lutter ici contre les magistrats qui fermaient les yeux sur les abus de leurs compatriotes89 ou qui participaient eux-mêmes au pillage90. L’autre péril que craignaient les administrés était les abus de pouvoir des gouverneurs. Or le décret de Colophon en l’honneur de Ménippos, que nous avons évoqué à propos du cousin de Q. Mucius Scaevola, souligne que ces abus sont monnaie courante. Ainsi, Ménippos est loué d’avoir « libéré les habitants de la cité […] de l’hégémonie du gouverneur » (le texte ne dit pas de qui il s’agit)91. En effet, « en dehors de la province, il ne convient au gouverneur ni de juger, ni de se mêler de tout92 ».

  • 93 Cicéron, Att., VI, 1 [245], 15. C’était peut-être aussi une façon de s’affranchir de la tendance d (...)
  • 94 Pour la base d’Olympie, cf. OGIS, no 439 (« fragmenta quattuor magnae basis lapidis calcarii flavi(...)

21Malgré l’insistance de Diodore de Sicile, et même si l’on admet qu’il consacra beaucoup de temps à lutter contre les abus des sociétés fermières, Q. Mucius Scaevola ne travailla donc pas seulement au règlement de ce problème. Grâce à Cicéron, nous savons qu’il a systématiquement recouru à des juges locaux pour les affaires judiciaires internes à la province93. Comme nous l’avons vu plus haut, ce sont ces principes qu’il appliqua dans l’arbitrage opposant Éphèse à Sardes. La conduite des magistrats romains en Asie au début du Ier siècle se devait d’emprunter une voie étroite car il leur fallait s’interposer entre les administrés et leurs puissants compatriotes sans se mettre en défaut vis-à-vis des seconds, sans abuser de leur autorité à l’égard des premiers. Mais la tentation était forte de s’allier aux sociétés fermières au mépris des garanties consenties par le Sénat afin de bénéficier, de retour à Rome, du soutien de leurs réseaux. Q. Mucius Scaevola a su lutter courageusement contre cette facilité. C’est ce qui justifie pleinement les honneurs divins, les Moukieia, l’appellation de sauveur et l’ampleur du monument que lui érigèrent à Olympie les communautés asiatiques unanimes. La taille des inscriptions d’Olympie et de Nysa permet en effet de deviner que la dimension de ces monuments sortait de l’ordinaire, dépassant les mesures de bases de statues conventionnelles. Celles-ci désignaient sûrement, selon les éditeurs des textes94, de plus vastes compositions, soit une statue équestre, soit un groupe statuaire.

  • 95 L’existence de liens privilégiés, en particulier de patronage, entre un gouverneur de province et (...)
  • 96 Ferrary J.-L., Les gouverneurs, op. cit., p. 192. Sur la datation, très discutée, de ce gouverneme (...)
  • 97 IK, 34-Mylasa, no 109, l. 14-18.

22Cependant, il reste à expliquer pourquoi il a lié des relations de patronage à l’extérieur du territoire provincial95. L’initiative en vient des Coiens et des Oinoandiens. Pourquoi ? L’exemple de M. Junius Silanus à Mylasa en Carie éclaire cette question. Vers 10096, les Mylasiens désignèrent un de leurs compatriotes, Iatroklès fils de Dionysios, pour qu’il se rendît auprès du gouverneur de l’Asie, M. Junius Silanus, patron de la cité, et qu’il le persuadât de venir à Mylasa afin d’être témoin du zèle des citoyens envers lui et envers les Romains pour renforcer sa bienveillance97. La démarche des Mylasiens consistait à réactiver le patronage formel qui unissait antérieurement le Romain à leur communauté, sans doute pour obtenir une protection efficace contre un péril imminent. Il serait tentant de penser que leurs soucis étaient romains et financiers. Même en dehors de l’Empire, la Carie n’était pas davantage à l’abri de cette menace. L’exemple de Caunos suffira à le montrer.

  • 98 Cf. Polybe, XXX, 21, 3, et Appien, Mith., 23, 89.
  • 99 Bresson A., « Italiens et Romains à Rhodes et à Caunos », Müller Chr. et Hasenohr Cl. (éd.), Les I (...)
  • 100 Bresson A., op. cit., p. 161.
  • 101 Appien, Mithr., 23, 89.
  • 102 Cf. Marek C., Die Inschriften von Kaunos, Munich, 2006, no 109 à 114, 120, 122 et 129 (le plus anc (...)

23Cette cité libre depuis 16798 puisait son opulence dans sa situation de débouché maritime pour les marchandises de l’arrière-pays lycien et de la Phrygie, sur lesquelles elle percevait des droits de douane99. Des trafiquants italiens s’installèrent là plusieurs années avant la guerre mithridatique. Comme l’écrit A. Bresson, « profitant du rapport de force écrasant en faveur de Rome, [ils] durent essayer de s’emparer des trafics […], mais aussi des terres et des biens100 ». C’est la raison alléguée pour expliquer la férocité toute particulière avec laquelle les Cauniens massacrèrent ces étrangers envahissants en 88101. Or, on ne connaît pour Caunos aucun patron avant cette date alors que la ville sut se doter par la suite d’un grand nombre de protecteurs romains très influents102. Faute d’être protégés par l’intervention potentielle d’un sénateur ou d’un magistrat romain, les Cauniens avaient été livrés sans recours à l’avidité des trafiquants. Cos et Oinoanda de Lycie se trouvaient confrontées au même danger que Mylasa et Caunos. Leur démarche fut semblable. Ils se sont rendus auprès du gouverneur pour obtenir sa visite, mais Oinoanda était plus éloignée que Cos du ressort de Q. Mucius Scaevola et celui-ci n’entendait pas rester très longtemps en Asie. Aussi envoya-t-il son fils à sa place, ce qui explique les honneurs particuliers mentionnés plus haut.

Un modèle de vertu ou la vertu comme une arme

  • 103 Valère Maxime, VIII, 15, 6 (trad. P. Constant, Garnier frères, Paris, 1935).
  • 104 Cicéron, Att., VI, 1 [245], 15. En outre Cicéron, durant sa formation, se mit à l’école des Scaevo (...)
  • 105 Ferrary J.-L., Les inscriptions du sanctuaire de Claros, op. cit., p. 334-338.
  • 106 Cicéron, Flac., 23 [55]. Nous ignorons si Colophon faisait partie des contributeurs. Cela étant, l (...)
  • 107 OGIS, no 440. Sur le gouvernement de la province d’Asie par C. Julius Caesar, honoré par les Prién (...)
  • 108 Diodore de Sicile, XXXVII, 8, 1-4.
  • 109 Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 546; Brennan T. E., The Praetorship in the Roman Republ (...)
  • 110 Cicéron, 2Verr., II, 5 [7] ; Valère Maxime, VI, 3, 5 ; Quintilien, IV, 2, 17.

24Quel fut l’écho à Rome de ce gouvernement d’Asie ? On est tenté de ne voir que le procès intenté à Rutilius son légat, qui le força à l’exil, mais cela serait oublier que ce gouvernement laissa surtout un souvenir extrêmement positif. Il fut donné en modèle par le Sénat aux autres gouverneurs comme nous l’apprend Valère Maxime : « Il gouverna l’Asie avec tant de conscience et d’énergie que, par la suite, toutes les fois que des magistrats devaient aller dans cette province, le Sénat, dans le décret par lequel il les nommait, leur proposait la conduite de Scaevola comme modèle et comme règle à suivre dans l’exercice de leur fonction103. » Parmi ses émules figura Cicéron lui-même qui, placé à la tête de la Cilicie en 51, inséra dans son édit plusieurs des dispositions prises par Q. Mucius Scaevola, comme nous l’avons déjà vu104. Il ne fut pas le seul à s’inspirer d’une semblable démarche car, parmi les successeurs directs de Scaevola en Asie, se trouvent C. et L. Valerius Flaccus, gouverneurs, en 95 au plus tard pour le premier, entre 96 et 89 pour le second. Patrons de Colophon, tous deux furent honorés par les habitants de cette cité, en raison de leur mérite et de leur dévouement envers eux105, et reçurent, en témoignage de reconnaissance, l’hommage de statues réalisées à leur effigie. À cela s’ajouta, en faveur de Lucius au moins, l’organisation de fêtes et de concours financés par plusieurs cités et sans doute célébrés à Tralles106. De leur côté, les Iliens élevèrent en 89 une statue au censeur L. Iulius Caesar qui avait rendu son territoire sacré à Athéna Ilias et l’avait exempté des redevances perçues auparavant par les publicains107. Hors d’Asie, en Sicile, en 96, le préteur L. (Sempronius ?) Asellio108 fut aussi un émule de Q. Mucius Scaevola selon C. Nicolet et T. C. Brennan109, et, avant lui, vers 96, L. Domitius Ahenobarbus avait été un modèle de rigueur dans l’application de la législation en 97110. Que l’impulsion fût ou non donnée par Quintus Scaevola, il apparaît qu’un mouvement prônant une administration plus vertueuse des provinces s’est dessiné dans la décennie 90, soutenu par les magistrats qui les gouvernaient ou, à Rome, par les adjudicataires de contrats publics qu’étaient les censeurs.

  • 111 Les liens qui unissent les Metelli aux Mucii ont été patiemment reconstitués dans Gruen E. S., « T (...)
  • 112 Salluste, BJ, 31-32.
  • 113 Plutarque, Mar., 28, 8.
  • 114 Cicéron, Rép., I, 8-9 [13-14]. Cf. également Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 547.

25Cette nouvelle attitude n’était pas exempte d’esprit partisan. Les gouverneurs mentionnés sont issus de familles qui sont imbriquées par de multiples alliances : les Mucii sont parents des Valerii Flacci et des Caecillii Metelli, comme les Ahenobarbi sont des soutiens directs de Metellus Numidicus et des cognati des Lutatii Catulli, et Sempronius Asellio, si c’est son nom, est proche de Scipion Émilien111. Leurs noms figurent, entre 110 et 90, parmi les plus représentatifs de la puissante nobilitas vitupérée par le tribun Memmius dans La guerre de Jugurtha112. Ils se sont opposés, entre autres, à leurs parents jugés démagogues, comme à Saturninus et Glaucia et aux Marianistes. Rutilius, le légat de Mucius, est connu du reste pour être un opposant farouche à Marius113. L’autorité de cette aristocratie dépassait le cadre politique car dans le domaine philosophique, littéraire et juridique, Q. Mucius Scaevola et P. Rutilius, disciples du stoïcisme, animaient des débats et inspiraient des émules. Leur exemple est souvent évoqué dans les traités de Cicéron, comme, pour la génération précédente, celui de Scipion Émilien114.

  • 115 Mais qui peut être antérieur. En effet, la datation repose sur l’abrégé de Tite-Live 70 qui place (...)
  • 116 Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 543-549. Cf. également Ferrary J.-L., « Recherches sur (...)
  • 117 Ferrary J.-L., Les débuts oratoires d’Hortensius, op. cit., p. 107-112.
  • 118 Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 529-554.
  • 119 Cicéron, De Or., II, 47-50 [197-203]. Cf. également Ferrary J.-L., Recherches sur la législation, (...)
  • 120 Balsdon J. P. V. D., op. cit., p. 10.
  • 121 Plutarque, Pomp., 37, 4.
  • 122 Sur la partialité de Cicéron, cf. Kallet-Marx R., op. cit., p. 123. Il est vrai que Rutilius écriv (...)
  • 123 Ferrary J.-L., Recherches sur la législation, op. cit., p. 131-134.

26Le procès intenté à Rutilius en 92115 pour extorsion de fonds en tant que légat de Mucius Scaevola apparaît comme l’épilogue de cette histoire. Cette affaire a toujours été considérée, à juste titre, comme un règlement de comptes politiques romains et il a été fort précisément analysé par C. Nicolet116. La condamnation, qui a provoqué la mort politique du légat, apparaît bien comme la réponse du berger à la bergère : Scaevola a condamné le fondé de pouvoir des publicains en Asie ; à leur tour, ils ont condamné son principal conseiller. La cause essentielle de ce procès réside dans l’hostilité des publicains à l’égard de Scaevola et de Rutilius qui, à deux reprises, en 97 et vraisemblablement aussi en 95, firent condamner des fermiers de ces puissantes sociétés en Asie puis en Afrique117. Cependant, derrière la rancœur des publicains à l’égard de l’administration de Q. Mucius Scaevola, se manifestait en tout premier lieu la rivalité opposant, au début du Ier siècle, certains magistrats et sénateurs attachés au rôle central du Sénat dans la gestion des provinces, à une fraction agissante de l’ordre équestre, étroitement liée aux sociétés fermières et aux trafiquants italiens en Méditerranée, et aux membres des jurys du tribunal de repetundis à Rome. Les premiers, cherchant à recouvrer les droits, notamment judiciaires, dont les réformes gracchiennes, puis la récente lex de repetundis de Servilius Glaucia en 104, les avaient privés, travaillaient à montrer la justesse de leur cause par une action publique irréprochable, à l’inverse des dérives de leurs adversaires118. Dans ce conflit d’intérêts, la province d’Asie joua un rôle central et Q. Mucius Scaevola apparut comme une pièce maîtresse. Dans les jurys à l’inverse, l’esprit de revanche et un sentiment hostile à l’oligarchie représentée par Mucius se sont déjà manifestés, notamment en 95, avec l’acquittement de C. Norbanus119. Il ne faut pas simplifier comme le fait Diodore de Sicile en imaginant que les jurys étaient peuplés de publicains, mais, dans le contexte politique des années 100 à 90, la solidarité de l’ordre équestre joua en défaveur de l’accusé. Il faut ajouter que Rutilius n’était pas un simple instrument et avait des ennemis personnels. En effet, à l’antagonisme chevaliers-sénateurs s’ajoutait l’arrière-plan marianiste. Rutilius a peut-être été victime également de son opposition à Marius et du contexte politique pré-mithridatique120. Le consul aurait utilisé la rancœur suscitée par la sévérité des conseils de Rutilius pour éliminer par les tribunaux un personnage qui s’opposait à ses ambitions militaires contre le royaume du Pont. Rutilius fut l’objet de mises en causes très violentes. On en fit même un traître : selon Théophane, cité par Plutarque121, Pompée aurait trouvé des papiers compromettants dans les archives de Mithridate, une harangue incitant le roi à attaquer les Romains d’Asie. Cette accusation passa, Plutarque l’atteste, pour une invention malveillante des Pompeii qui avaient été très hostiles à Rutilius. En fait, cette allégation procédait sans doute du fait que Mithridate avait respecté les Moukieia et aussi que Rutilius en exil en Asie avait échappé au massacre. Cette controverse doit nous rappeler que nos sources sur cette question sont sujettes à caution et que l’action de Scaevola en Asie n’était pas un simple exercice de vertu romaine122. L’intervalle entre la fin du gouvernement et la mise en accusation montre bien, en effet, que le sujet dépassait la simple vengeance et que ce qui était au centre de cette question, outre les luttes de pouvoir mises en évidence, était l’administration des provinces. Nous l’avons dit plus haut, Scaevola trancha volontairement avec les pratiques précédentes et se présenta comme le parangon de toutes les vertus administratives. Pis, il fit école et incita par ce précédent dangereux des collègues dans les années suivantes à systématiser la défense des administrés contre les abus romains, qu’ils vinssent des milieux d’affaires ou, plus haut, des magistrats. Cette politique n’était pas originale. Elle procédait d’une part de l’obligation d’exemplarité que la nobilitas ancienne s’imposait dans les périodes de crise. Elle reprenait d’autre part des thèmes des populares qui étaient d’actualité. En effet, la défense des administrés était au cœur de la lex Servilia de repetundis, votée en 104, qui avait introduit plusieurs garanties en leur faveur : le durcissement des peines encourues par les accusés, mais aussi la clause quo ea pecunia peruenit, qui poursuivait certes les gouverneurs indélicats, mais qui permettait, en outre, dans une certaine mesure de mettre en cause des sociétés fermières. J.-L. Ferrary a montré que cette législation était en faveur exclusive des victimes et que l’efficacité de la législation sur la concussion était un thème populaire123. La législation et l’action de Scaevola en Asie s’alignent sur ces positions. Ce n’est pas une conversion aux raisons des ennemis les plus acharnés de la nobilitas mais une tactique qui, dans le vocabulaire politique actuel, se nomme la triangulation : s’approprier les idéaux de l’adversaire pour le battre sur son propre terrain. À ce titre, la vertu de Scaevola et le fait qu’elle devint un modèle avaient de quoi inquiéter bien plus que les publicains. La condamnation de Rutilius était un coup de semonce pour rappeler que la noblesse ne devait pas empiéter ainsi sur les positions de l’adversaire.

Conclusion

27Pour les Grecs d’Asie, Q. Mucius Scaevola a été un excellent gouverneur parce que, avant tout, il a respecté leur liberté. Il l’a fait d’abord dans son édit en rappelant les traités antérieurs, en prévoyant des recours aux abus exercés, puis dans son action en évitant d’intervenir directement dans la vie et les relations des cités et en ne vivant pas aux dépens de sa province. Cette stricte observance des règles et des privilèges a eu d’immédiates retombées financières : il n’a engendré aucune dépense ni suscité aucune ponction fiscale susceptible d’accroître le déficit déjà très creusé de certaines communautés.

  • 124 Comme l’a malicieusement suggéré Balsdon J. P. V. D., op. cit., p. 10.

28À l’inverse, que représenta le gouvernement d’Asie dans la carrière de Scaevola ? La querelle qui l’opposa à son collègue Crassus montre qu’il envisageait les honores comme des devoirs à accomplir au détriment des intérêts privés et non des occasions de capitaliser argent et popularité. En s’attaquant à la question de la bonne administration des provinces, Scaevola avait certainement pour but de donner une leçon aux autres gouverneurs, mais surtout aux concurrents et aux détracteurs de la nobilitas. Par l’application de leurs principes au détriment de leurs soutiens politiques, il révélait une contradiction des populares, leur soutien des provinciaux opprimés s’arrêtait où commençaient les intérêts romains en province. Dans cette critique, les extrêmes se rejoignent et la conception du droit de Mucius n’est pas opposée à l’esprit de la lex Glaucia. Le « martyre » de Rutilius, en vertu de cette même loi, bien loin de le condamner, acheva de prouver l’exemplarité de son action. Convient-il cependant de relativiser l’importance de ce gouvernement ? Il ne fut qu’un épisode très bref, de moins d’un an, dans une longue carrière et une des occasions d’appliquer ses spéculations juridiques et morales dans le domaine pratique. Mais Mucius n’entendait pas faire de l’administration provinciale le thème majeur de son action : quand l’occasion se représenta, il refusa cette mission, car il n’était pas, d’après Asconius, atteint de la cupiditas prouinciae. Ne faut-il pas conclure tout simplement que ce gouverneur modèle n’aimait pas administrer les provinces124 ?

Notes

1 Cicéron, Diu., XVII, 57 (trad. H. de la Ville de Mirmont, Paris, CUF, 1960, modifiée). Voir également Asconius, ad Cic. div. in Caec., 17, 57 (p. 202 St.). Toutes les dates données dans cette étude s’entendent avant J.-C., sauf indication contraire.

2 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1. Cf. aussi XXXVII, 6, et XXXVIII, 17.

3 Valère Maxime, VIII, 12, 1 (trad. P. Constant, Paris, Garnier frères, 1935). Cf. également, dans le même esprit, Valère Maxime, IV, 1, 11.

4 Cicéron, Nat., III, XXXII [80] ; Læ., I, 1 (trad. R. Combès, CUF, Paris, 1971). Cf. également, dans le même sens, Id., Off., II, 16 [57] ; de Or., I, XXXIX [180] ; I, LIII [229] ; I, LVII [244] ; Brut., XXXIX [145] ; XLIV [163] ; 52 [194 et 197] ; 54 [198] ; Amer., 12 [33] ; 2Verr., II, 10 [27] ; Planc., 13 [33].

5 Cicéron, 2Verr., II, 21 [51].

6 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1-4.

7 Ces fêtes le sont également par Asconius dans ad Cic. div. in Caec., 17, 57 (p. 202 St.), et dans ad Cic. Verr., 2, 10, 27 (p. 262 St.).

8 Foucart P., « Les jeux en l’honneur du proconsul Q. Mucius Scaevola », RPh, no 24, 1901, p. 86 ; OGIS, no 439.

9 OGIS, no 438; Sherk R. K., Rome and the Greek East to the Death of Augustus, Cambridge, 1984 (rééd., Cambridge, 1993), no 58 (trad. en anglais seulement) ; Kaufmann F. M. et Stauber J., « Poimanenon bei Eski Manyas ? Zeugnisse und Lokalisierung einer kaum bekannten Stadt », Studien zum antiken Kleinasien, II, Asia Minor Studien, no 8, 1992, p. 58-60, n. 1.

10 Connu depuis longtemps (première édition dans IPergamon, no 268, frag. A et B, col. II), le document a été revu et étudié en profondeur par Laffi U., Il trattato fra Sardi ed Efeso degli anni 90 a. C., Pise et Rome, 2010. C’est à cette version que nous nous tiendrons ici.

11 Hypothèse soutenue notamment par Dittenberger W., OGIS, no 437, n. 3 ; Balsdon J. P. V. D., « Q. Mucius Scaevola the Pontifex and Ornatio Provinciae », CR, no 51, 1937, p. 9 ; Broughton T. R. S., The Magistrates of the Roman Republic, II, 99 B. C.-31 B. C., New York, 1952, p. 5-6, n. 2 ; Marshall B. A., « The Date of Q. Mucius Scaevola’s Governorship of Asia », Athenaeum, no 54, 1976, p. 117-130 ; Kallet-marx R. M., « Asconius 14-15 Clark and the Date of Q. Mucius Scaevola’s Command in Asia », CPh, no 84, 1989, p. 305-312 ; Ferrary J.-L., « De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain », Christol M. et Masson O. (éd.), Actes du Xe congrès international d’épigraphie grecque et latine, Nîmes, 4-9 octobre 1992, Paris, 1997, p. 217 ; et De Michele L., « Note prosopografiche sui governatori d’Asia tra il 98 e l’88 a. C. », Acme, no 51, 1998, p. 211 sq. Bibliographie complémentaire dans Sherk R. K., 1969, p. 258.

12 Parmi les partisans d’une datation basse du gouvernement, cf. par exemple Reinach T., Mithridate Eupator, roi du Pont, Paris, 1890, p. 107-108, n. 3 ; Magie D., Roman Rule in Asia Minor to the End of the third Century after Christ, Princeton, 1950, p. 1064, n. 47 ; et Badian E., « Q. Mucius Scaevola and the Province of Asia », Athenaeum, no 34, 1956, p. 104-112. La datation du procès de Rutilius en 92 n’est pas assurée (cf. ici n. 115).

13 Reinach T., op. cit., p. 107-108, n. 3 ; Badian E., op. cit., p. 104-112.

14 Asconius, p. 14-15 Clark : « L. autem Crasso collega fuit Q. Scaeuola Pontifex. Qui cum animaduerteret Crasso propter summam eius in re publica potentiam ac dignitatem senatum in decernendo triumpho gratificari, non dubitauit rei publicae magis quam collegae habere rationem ac ne fieret senatus consultum intercessit. Sed idem prouinciam, cuius cupiditate plerique etiam boni uiri deliquerant, deposuerat ne sumptui esset <ae> ra<r> io (codd. : oratio). »

15 Balsdon J. P. V. D., op. cit. n. 11, p. 9-10 ; Nicolet C., L’ordre équestre à l’époque républicaine (313-43 av. J.-C.), Paris, 1966, p. 545-546 ; Ferrary J.-L., « Les gouverneurs des provinces romaines d’Asie Mineure (Asie et Cilicie), depuis l’organisation de la province d’Asie jusqu’à la première guerre de Mithridate (126-88 av. J.-C.) », Chiron, no 30, 2000, p. 163-165.

16 Ferrary J.-L., op. cit., p. 164.

17 Ibid., p. 165.

18 Ibid., p. 545.

19 Cicéron, Off., II, 13 [47].

20 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1.

21 Sur ce second document, cf. désormais Laffi U., op. cit., p. 62.

22 Pour l’inscription de Cos, cf. Eilers C. F. et Milner N. P., « Q. Mucius Scaevola and Oenoanda : a New Inscription », AS, no 45, 1995, p. 78-79, et Canali de Rossi F., Il ruolo dei patroni nelle relazioni politiche fra il mondo greco e Roma in età repubblicana ed augustea, Munich et Leipzig, 2001, no 10. Pour celle de Nysa, cf. Blümel W., « Neue Inschriften aus Karien III », EA, no 40, 2007, p. 47, et Rasselnberg A. L., « Ehrung für einen Q. Mucius Scaevola in Nysa », EA, no 40, 2007, p. 52. Pour le texte d’Oinoanda, cf. Eilers C. F. et Milner N. P., ibid., p. 76 ; Canali de Rossi F., ibid., no 9 ; et Eilers C. F., Roman Patrons of Greek Cities, Oxford, 2002, C131.

23 IK, 13-Ephesos, no 630a ; Eilers C. F. et Milner N. P., op. cit., p. 80 ; Canali de Rossi F., op. cit., no 8 ; Eilers C. F., op. cit., C90.

24 Robert L. et J., Claros I, Décrets hellénistiques, Paris, 1989, p. 65, col. II, l. 42-45.

25 Comme le rappelle Sartre M., L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase, Paris, 2003, p. 215, les dèmoi semblent correspondre aux cités grecques autres que les cités libres et les ethnè à des communautés locales, dépourvues du statut civique, organisées en villages et possédant une forte identité ethnique. Plus généralement sur le sujet, cf. Merola G. D., Autonomia locale. Governo imperiale. Fiscalità e amministratzione nelle province asiane, Bari, 2001, p. 186-191.

26 Parmi ces privilégiés, nous citerons l’exemple de trois capitaines de navires qu’un sénatus-consulte de 74 ordonna aux consuls du moment referre in ameicorum formulam (IG XIV, no 951 = Sherk R. K., RDGE 22 ; voir la réédition de l’inscription dans Raggi E., « Senatus consultum de Asclepiade Clazomenio sociisque », ZPE, no 135, 2001, p. 73-115).

27 L. 1-5 du texte de Poimanénon, mieux conservé que le décret d’Olympie. Selon Foucart P., op. cit., p. 86, les μἑτέχει]ν ἑλόμενοι τῆς [ἀγ]ομέν[ης πεντετηρίδὀς τῶν Σω]τηρίων καὶ Μουκιείων ; Moukieivwn seraient des Grecs « qui voulurent personnellement prendre part aux dépenses qu’entraînait la célébration de la fête ».

28 Sur l’entrée de la Carie dans l’empire, sans doute après la première guerre mithridatique, cf. Baronowski D. W., « Caria and the Roman Province of Asia », Hermon E. (éd.), Pouvoir et « Imperium » (IIIe av. J.-C.-Ier apr. J.-C.), Actes du colloque tenu dans le cadre du Congrès de la Fédération internationale des études classiques du 24 au 26 août 1994, à l’université Laval, Québec, 1996, p. 241-248, et Buraselis K., Kos between Hellenism and Rome. Studies on the Political Institutional and Social History of Kos from ca. the Middle Second Century B. C. until Late Antiquity, Philadelphie, 2000, p. 5 sq. Sur le statut de Cos à l’époque de Q. Mucius Scaevola, cf. Buraselis K., ibid., p. 5 sq. Sur le rattachement d’Oinoanda à la province de Lycie-Pamphylie, créée sous le principat de Claude cf. Rémy B., L’évolution administrative de l’Anatolie aux trois premiers siècles de notre ère, Paris, 1986, p. 34-37.

29 Sur le statut d’Éphèse et de Pergame au début du Ier siècle, cf. notamment Rigsby K. J., « The Era of the Province of Asia », Phoenix, no 33, 1979, p. 41-47, et Virgilio B., Gli Attalidi di Pergamo, Pise, 1993, p. 70-71. Sur celui de Colophon à la même époque, cf. Ferrary J.-L., « Les inscriptions du sanctuaire de Claros en l’honneur de Romains », BCH, no 124, 2000, p. 332-334.

30 « Comme étaient venus dans la cité, et plus d’une fois, le gouverneur romain Quintus Mucius avec le questeur et des tribuns militaires, il les a tous reçus et il a rendu à la cité les sommes qu’elle lui avait versées pour les dépenses » (Robert L. et J., op. cit., p. 65, col. II, l. 42-45, trad. p. 98).

31 Robert L. et J., op. cit., p. 69 : texte p. 63, col. I, l. 16-17.

32 Sur Q. Mucius Scaevola l’Augure, cf. notamment Münzer F., RE 16.1 (1933), col. 430-436, s. v. Mucius 21, et Broughton T. R. S., The Magistrates of the Roman Republic, 509 B. C.-100 B. C., New York, 1951, I, p. 523-524.

33 Canali de Rossi G., Iscrizioni storiche ellenistiche. Decreti per ambasciatore greci al senato. Testo critico, traduzioni e commento, Rome, 2002, p. 145.

34 « Je ne vois pas comment la mention des ambassades […] pourrait “être liquidée ( ?) comme une désignation nostalgique de Pergame en tant que sanctuaire où étaient conservés les vestiges de la dynastie disparue : on désignait du nom de βασιλεία un monument encore appelé ainsi au temps de Tite-Live (42, 42, 6)”. Si l’on se reporte au texte de l’historien, on constate qu’il s’agit de paroles mises dans la bouche du roi Persée en 172 » (Bull. ép., 2002, p. 625).

35 Eilers C. F., op. cit., p. 127 (d’après Robert L. et J., op. cit., p. 64, col. II, l. 9-11).

36 Cf. Cicéron, De Or., II, 70 [281], et Brut., 26 [102].

37 Une satire de Lucilius (Sat., II, 88-94 Marx) immortalise son passage à Athènes à son retour de l’Asie et donne une explication de son procès l’année suivante : T. Albucius, dont il s’était moqué alors, le mit en accusation pour se venger. Sur le sujet, cf. Habicht C., Athènes hellénistique. Histoire de la cité d’Alexandre le Grand à Marc Antoine, Paris, 2000, p. 323.

38 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1.

39 « Traditional and stereotypical expressions » (Kajava M., « Roman Senatorial Women and the Greek East. Epigraphic Evidence from the Republican and Augustan Period », Solin H. et Kajava M. (éd.), Roman Eastern Policy and Other Studies in Roman History, Proceedings of a Colloquium at Tvärminne, 2-3 October 1987, Helsinki, 1990, p. 108). Par certains côtés, le cas de Q. Mucius Scaevola fils et de Caelia/Caecilia rappelle, au début du Ier siècle, celui de Polla Terentia et de son fils A. Terentius Varro, légat du gouverneur d’Asie L. Licinius Murena en 82, l’un et l’autre honorés à Eurômos de Carie notamment en raison du mérite et du dévouement de Polla Terentia envers le peuple (ILS, no 8773).

40 Eilers C. F. et Milner N. P., op. cit., p. 83.

41 Ibid., p. 83, n. 49; Eilers C. F., op. cit., C90. Les premiers lecteurs de l’inscription ont pu déchiffrer les lettres HBOϒΛHKAIOD [---]/KAIΛIAN κτλ (IK, 13-Ephesos, no 630a). On ne lit plus aujourd’hui que HBOϒΛHKA/[--- / ---] ΛIAN κτλ. Cette inscription a été gravée une premier fois dans les années 100-90 semble-t-il d’après la forme des lettres. Elle paraît avoir été regravée à l’époque impériale (sans doute au Ier siècle apr. J.-C.). C’est à ce moment que l’erreur pourrait avoir été commise.

42 Cf. Eilers C. F. et Milner N. P., op. cit., p. 83 et n. 50, avec la bibliographie afférente.

43 La statue est, à la fin de la République et au début de l’Empire, le moyen courant par lequel les cités grecques rendent hommage aux femmes de la haute société romaine (Kajava M., op. cit., p. 110-118).

44 Kajava M., op. cit., p. 107-108, et Ferrary J.-L., Les gouverneurs, op. cit., p. 163, soulignent que la dédicace d’une statue n’implique pas la présence de l’épouse du gouverneur dans la province. Par exemple, Pomponia, épouse de Q. Tullius Cicero, gouverneur d’Asie en 61-58, a été honorée d’une statue à l’Héraion de Samos alors que nous savons pertinemment qu’elle ne quitta pas l’Italie : Herrmann P., « Die Inschriften römischer Zeit aus dem Heraion von Samos », MDAI(A), no 75, 1960, p. 128-130, no 29 ; Kajava M., op. cit., p. 91-92. De même, la mère, l’épouse et la fille de L. Valerius Flaccus, un des successeurs directs de Q. Mucius Scaevola au gouvernement de l’Asie, furent gratifiées de statues qui n’étaient que des remplois, indélicatesse que les Magnètes du Méandre, à l’origine de l’hommage, n’auraient pas commise si les intéressées avaient été témoins de ce recyclage (IMagnesia, no 144-146 ; Kajava M., op. cit., p. 96-98). La pratique était donc courante et ne soulignait que la volonté des provinciaux d’entourer d’égards le gouverneur par le biais de sa famille.

45 M. Tullius Cicero fils suivit son père quand il fut nommé gouverneur de Cilicie en 51 (Cicéron, Att., V, 17 [208], 3).

46 Sur le métal réellement utilisé pour la fonte des statues en or, cf. Robert L., « Cours 1952-1953 Collège de France », OMS, no 4, 1974, p. 124-125, et Tuchelt K., Frühe Denkmäler Roms in Kleinasien, I : Roma und Promagistrate, Tübingen, 1979, p. 75, n. 40. Scaevola fils a reçu également l’hommage d’une statue (nous en ignorons la matière) à Cos où le texte qui l’accompagnait a été gravé sur une base en marbre blanc cassée à gauche (0,63 × 0,46 × 0,36 m).

47 Sur le sens et l’usage de cette couronne, cf. notamment Gauthier P., Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IV-Ier siècle avant J.-C.). Contribution à l’histoire des institutions, Athènes/Paris, 1985, p. 45.

48 La proédrie accordée en 39-37 par les Stratonicéens de Carie au consul désigné M. Cocceius Nerva (IK, 22.1-Stratonikeia, no 509 ; Eilers C. F., op. cit., C122) entre dans ce cas de figure (cf. Ferriès M.-C. et Delrieux F., « Stratonicée de Carie et M. Cocceius Nerva, “sauveur de l’Asie” », à paraître).

49 Blümel W., op. cit., p. 47 ( = Rasselnberg A. L., op. cit., p. 52), l. 4-5.

50 Canali de Rossi F., Il ruolo dei patroni, op. cit., no 8 ( = Eilers C. F., op. cit., C90), l. 4.

51 Canali de Rossi F., Il ruolo dei patroni, op. cit., no 10, l. 5. L’expression est restituée dans un texte très mutilé (extrémité droite des lignes seule conservée). Selon C. F. Eilers et N. P. Milner (op. cit., p. 79), les mots εὑεργέτου et σωτῆρος pourraient tout aussi bien convenir que πάτρωνος dans la lacune. C’est ce qui explique pourquoi le décret de Cos n’apparaît pas dans le catalogue des inscriptions nommant les patrons des cités grecques publié par Eilers C. F., op. cit., C131 : « [The] text is too fragmentary to establish whether Scaevola was patron. »

52 Canali de Rossi F., Il ruolo dei patroni, op. cit., no 9 ( = Eilers C. F., op. cit., C131), l. 3.

53 Foucart P., op. cit., p. 86 (= OGIS, no 439), l. 7-8.

54 Habicht C., « Die Augusteische Zeit und das erste Jahrhundert nach Christi Geburt », Boer W. den (éd.), Le culte des souverains dans l’Empire romain, Vendœuvre/Genève, 1973, p. 39-99, spéc. 96-97; Meyer-Zwiffelhoffer E., Πολιτικώς ἄρχειν. Zum Regierungsstil der senatorischen Statthalter in den kaiserzeitlichen griechischen Provinzen, Stuttgart, 2002, p. 215-217.

55 Cf. Ferriès M.-C. et Delrieux F., op. cit. n. 48.

56 Kirbihler F., « Les émissions de monnaies d’homonoia et les crises alimentaires en Asie sous Marc-Aurèle », REA, no 108, no 2, 2006, p. 613-640, spéc. 630-631.

57 Sur le texte de la convention entre Éphèse et Sardes, cf. maintenant Laffi U., op. cit., p. 66-68.

58 Nous remercions vivement F. Kayser pour son aide précieuse dans cette entreprise.

59 L. 4-5 : θυμ[ε]/λικοὺς καὶ [σκηνικοὺς ἀγῶ] ṿα<ς> ou θυμ[ε]/λικοὺς καὶ [μουσικοὺς ἀγῶ]να<ς> selon Rigsby K. J., « Provincia Asia », TAPhA, no 118, 1988, p. 145.

60 L. 7-8 : peut-être προτρεψό [μενοι (« in order to urge ») selon Rigsby K. J., op. cit., p. 145.

61 Rigsby K. J., op. cit., p. 141-149, d’après IPergamon, p. 197 et 198.

62 Si ce n’est le nom des destinataires, le texte de gauche, tel que reconstitué par les épigraphistes (cf. en dernier lieu Laffi U. op. cit., p. 62), serait une copie, mot pour mot, du texte de droite.

63 Rigsby K. J., op. cit., p. 145: « Other guesses may be better ».

64 Ager S. L., Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 B. C., Berkeley/Los Angeles/Londres, 1996, p. 501, n. 1 et no 170; Laffi U., op. cit., p. 62.

65 S. L. Ager fait jouer aussi un rôle important à Pergame, lieu de découverte des textes, parmi les intermédiaires cherchant à rapprocher les parties en conflit (op. cit., p. 501-502).

66 Sur l’identité éventuelle de ce personnage, cf. Laffi U., op. cit., p. 58.

67 Sur le statut d’Éphèse et de Sardes après la création de la province d’Asie, cf. Rigsby K. J., The Era of the Province of Asia, op. cit., p. 41-47, et Sartre M., op. cit., p. 211.

68 Cicéron, Att., VI, 1 [245], 15 (trad. L.-A. Constant et J. Bayet, Paris, CUF, 1950).

69 E. Badian présente encore l’édit d’entrée en charge de Q. Mucius Scaevola dans la province d’Asie comme « careful and accurate » (op. cit., p. 114).

70 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 6 (τιμαὶ ἰσόθεοι). Selon Virgilio B., op. cit., p. 71, ces festivités avaient certainement lieu à Pergame et, à la suite de K. J. Rigsby (Provincia Asia, op. cit., p. 148), pourraient avoir changé de nom en devenant les Εὑεργέσιαι cités, seize ans après leur fondation, dans Foucart P., op. cit., p. 88, l. 5. Hostile à cette thèse, Ferrary J.-L., De l’évergétisme, op. cit., p. 217, n. 46, fait remarquer que « des fêtes, normalement, reçoivent des noms nouveaux par addition […], non par substitution ».

71 Les honneurs cultuels à l’intention de Romains de la fin de la République sont postérieurs surtout à la première guerre mithridatique (cf. Bowersock G. W., Augustus and the Greek World, Oxford, 1965 [rééd., Westport, 1981], p. 150-151 ; Ferrary J.-L., De l’évergétisme, op. cit., p. 216-218 ; et Thériault G., « Remarques sur le culte des magistrats romains en Orient », CEA, no 37, 2001, p. 89). Auparavant, ce genre d’hommage s’adressait surtout aux rois et aux particuliers très méritants (Gauthier P., op. cit., p. 46 sq. ; Thériault G., ibid., p. 90-91).

72 Gauthier P., op. cit., p. 46 ; Thériault G., op. cit., p. 92.

73 Daux G., « Concours des Titeia dans un décret d’Argos », BCH, no 88, 1964, p. 570, l. 14 (« concours des Titeia ») ; Seyrig H., « Inscriptions de Gythion », RA, no 29, 1929, p. 85, l. 11-12. Sur les relations tendues de Nabis avec Argos et Gytheion, cf. Texier J.-G., Nabis, Paris, 1975, p. 43 sq.

74 Plutarque, Flam., 16, 5-7. M’Acilius Glabrio reprochait aux Chalcidiens leur soutien à Antiochos III durant la guerre antiochique. L’intervention de Flamininus en leur faveur permit d’éviter le pire (Plutarque, Flam., 16, 1, 4).

75 Cf. Knoepfler D., « L. Mummius Achaicus et les cités du golfe euboïque : à propos d’une nouvelle inscription d’Érétrie », MH, no 48, 1991, p. 252 sq. Les cérémonies pour L. Mummius Achaicus étaient associées à celles en l’honneur d’Artémis Amarysia.

76 Canali de Rossi F., Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Roma, 1997, no 347a, l. 39-40, et no 347b, col. II, l. 23-24. Sur le statut de Pergame après 133, cité libre et fédérée, cf. Virgilio B., op. cit., p. 70-71, et Le Guen B., Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique, Nancy, 2001, p. 271, l. 19-22 et 44-48.

77 Syll.3, no 700, l. 38-39. La course avait lieu « lorsque les concours sont célébrés pour les autres bienfaiteurs » (ibid., l. 39-40 ; trad. Bertrand J.-M., Inscriptions historiques grecques, Paris, 1992, p. 242).

78 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 1-4 (trad. pour partie de Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 546, et de Goukowsky P., « L’administration des provinces romaines à travers quelques textes grecs », Barrandon N. et Kirbihler F. [dir.], Administrer les provinces de la République romaine, Actes du colloque de l’université de Nancy II, 4-5 juin 2009, Rennes, 2010, p. 128, modifiée par endroits).

79 Sherk R. K., Roman Documents from the Greek East. Senatus Consulta and Epistulae to the Age of Augustus, Baltimore, 1969, no 12; IK, 24,1-Smyrna, no 589; Canali de Rossi F., Le ambascerie dal mondo greco, op. cit., p. 279-281, no 324. Sur le traitement des cités libres par les publicains, cf. Delrieux F., « La crise financière des cités grecques d’Asie Mineure au Ier siècle av. J.-C. et la lettre de Cicéron à Q. Minucius Thermus (Fam., XIII, 56) », Bremen R. van et Carbon I.-M. (éd.), Hellenistic Karia, Bordeaux, 2010, p. 508-513. La date de l’ambassade envoyée à Rome pour défendre les intérêts des Pergaméniens a été diversement appréciée. Selon Sherk R. K., ibid., p. 72 (cf. p. 71, n. 4, pour une liste de chercheurs partageant le même avis), 1984, p. 45, Delplace Chr., « Publicains, trafiquants et financiers dans les provinces d’Asie Mineure sous la République », Ktéma, no 2, 1977, p. 243, Badian E., « Two Notes on a Senatus Consultum Concerning Pergamum », LCM, no 11, 1986, p. 15-16, ou bien encore Merola G. D., op. cit., p. 33 et Sartre M., op. cit., p. 248, elle aurait eu lieu en 129. Pour Magie D., op. cit., p. 1055-1056, suivi notamment par Mattingly H. B., « The Date of the Senatus Consultum de Agro Pergameno », AJPh, no 93, 1972, p. 419, Martino F. de, « Il Senatusconsultum de agro Pergameno », PP, no 38, 1983, p. 163-172, Canali de Rossi F., Le ambascerie dal mondo greco, op. cit., p. 281, Stefano G. di, « Una nuova edizione del senatus consultum de agro pergameno », RAL, série 9, no 4, 1998, p. 733-740 et Ferrary J.-L., « Rome et les cités grecques d’Asie Mineure au IIe siècle », Bresson A. et Descat R. (éd.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au IIe siècle av. J.-C., Bordeaux, 2001, p. 101, n. 45, il faudrait la situer plus tard, aux environs de 100, peut-être en 101. Cf. une mise au point sur le sujet dans IK, 24,1-Smyrna, p. 58-61. Ehrhardt N., « Strategien römischer Publicani gegenüber griechischen Städten in der Zeit der Republik », Ehrhardt N. et Günther L. M. (éd.), Widerstand, Anpassung, Integration. Die griechische Staatenwelt und Rom. Festschrift für J. Deininger zum 65. Geburtstag, Stuttgart, 2002, p. 135-153, non uidi.

80 IPriene, no 111, l. 112-119. Pour la datation du texte, cf. Ferrary J.-L., Les gouverneurs, op. cit., p. 178-179.

81 Strabon, XIV, 1, 26 ; Canali de Rossi F., Le ambascerie dal mondo greco, op. cit., p. 281-282, no 325.

82 OGIS, no 440 ( = IK, 3-Ilion, no 71 ; Canali de Rossi F., Le ambascerie dal mondo greco, op. cit., p. 294, no 338).

83 Diodore de Sicile, XXXVI, 3, 1 (trad. Fernoux H.-L., Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine (IIIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C.), Lyon, 2004, p. 115, modifiée). Sur l’interprétation de ce passage et l’identité des ravisseurs, cf. la mise au point de Fernoux H.-L., ibid., p. 115-116.

84 Le recours à des ambassadeurs est au moins attesté à Pergame et Éphèse. G. Canali de Rossi en suppose également à Ilion (Le ambascerie dal mondo greco, op. cit., p. 288). Sur une ambassade, bien documentée, du koinon d’Asie à Rome dans les années 70, cf. Drew-Bear T., « Deux inscriptions à Aphrodisias », ZPE, no 8, 1971, p. 286-288, et Id., « Deux décrets hellénistiques d’Asie Mineure », BCH, no 96, 1972, p. 443-471, Canali de Rossi F., Iscrizioni storiche ellenistiche, op. cit., p. 100-104, no 166, et Delrieux F., op. cit..

85 Comme le fait remarquer Sartre M., op. cit., p. 249, n. 5 : « Les provinciaux n’avaient aucune raison de faire afficher les décisions qui leur étaient défavorables » (dans le même sens, cf. Ferrary J.-L., Rome et les cités grecques, op. cit., p. 104). Aussi connaissons-nous très peu d’inscriptions dans lesquelles sont exposées des décisions romaines hostiles aux cités. Un cas célèbre est la lex Antonia de Termessibus, en vertu de laquelle le Sénat de Rome, vers 70, accorda d’un côté la liberté et reconnut la pleine jouissance de ses biens à Termessos de Pisidie, mais qui, de l’autre, épargna à la cité les réquisitions, sauf si les circonstances l’exigeaient, et qui dispensa les publicains et leurs marchandises de payer les taxes levées par les Termessiens. Sur ce document, cf. Ferrary J.-L., « La Lex Antonia de Termessibus », Athenaeum, no 63, 1985, p. 419-457, et Crawford M. H. (éd.), Roman Statutes, I, Londres, 1996, p. 331-340.

86 Cicéron, Att., VI, 1 [245], 15 (trad. L.-A. Constant et J. Bayet, Paris, CUF, 1950). Dans le commentaire de ce passage, L.-A. Constant et J. Bayet soulignent, p. 148, n. 1, que Cicéron, qui reprend l’extrait tel quel dans son propre édit, parle « évidemment du respect des contrats privés et de mesures analogues à celles que note Ulpien, Dig., II, 14, 7, 7 ».

87 Diodore de Sicile, BH, XXXVII, 5, 4.

88 Robert L. et J., op. cit., p. 13, col. II, l. 46-51. Sur la date de ce texte, aussi discutée que celle du décret en l’honneur de Ménippos, cf. notamment Robert L. et J., op. cit., p. 9 (dernier tiers du IIe siècle), et Canali de Rossi F., Iscrizioni storiche ellenistiche, op. cit., p. 150 et 158 (époque de Pompée).

89 Ainsi le questeur M. Aurelius Scaurus qui, juste après le gouvernement de Q. Mucius Scaevola, tenta de récupérer, au mépris du droit d’asile, un de ses esclaves réfugié dans l’Artémision d’Éphèse. Ayant été empêché de mettre son projet à exécution, le magistrat lésé obtint que l’on convoqua à Rome « l’Éphésien Périclès, homme de grande noblesse […] parce qu’il était accusé d’avoir été l’auteur de cet acte injurieux » (Cicéron, 2Verr., I, 33 [85] ; trad. H. de la Ville de Mirmont, Paris, CUF, 1960).

90 Comme le souligne Ferrary J.-L., Rome et les cités grecques, op. cit., p. 101 : « En confiant aux chevaliers la quaestio de repetundis et en contribuant à renforcer le poids des publicains au sein de l’ordre équestre, les réformes gracchiennes risquaient de rendre les magistrats timorés envers les publicains, voire d’en faire leurs complices aux dépens des provinciaux » ; à compléter avec Badian E., Q. Mucius Scaevola, op. cit., p. 113-114, et Ferrary J.-L., « Pline, N. H., XXXIII, 34, et les chevaliers romains sous la République », REL, no 58, 1980, p. 320-327. Un exemple de cette dérive peut être relevé en Sicile à la fin du IIe siècle. Ainsi, les magistrats chargés de mettre fin aux actes de brigandage perpétrés dans l’île par des esclaves, n’osant pas châtier les coupables « à cause de la puissance et de l’autorité de ceux qui possédaient les pillards, étaient forcés de laisser piller la province. En effet, la plupart des ces maîtres étant des chevaliers romains et les juges des gouverneurs faisant l’objet d’accusations par les provinces, ces derniers étaient craints des magistrats » (Diodore de Sicile, BH, XXXIV-XXXV, 2).

91 Robert L. et J., op. cit., p. 64, col. I, l. 37-39 (trad., légèrement modifiée, p. 86).

92 Ibid., p. 64, col. II, l. 4-5 (trad. p. 90).

93 Cicéron, Att., VI, 1 [245], 15. C’était peut-être aussi une façon de s’affranchir de la tendance des Grecs de recourir excessivement à la juridiction romaine (Fournier J., Entre droit romain et droit grec : la pratique judiciaire dans les provinces hellénophones de l’empire romain, IIe s. av. J.-C.-IIIe s. apr. J.-C. [excepté l’Égypte], 2010, p. 308 sq.). Le recours à des provinciaux signifie vraisemblablement qu’il a ouvert l’album des juges à des provinciaux (ibid., p. 179-182).

94 Pour la base d’Olympie, cf. OGIS, no 439 (« fragmenta quattuor magnae basis lapidis calcarii flavi » ; la taille de tous les morceaux n’est pas connue). Pour celle de Nysa (0,68 × 1,16 × 0,28 m), cf. Blümel W., op. cit., p. 47 (suivi par Rasselnberg A. L., op. cit., p. 52) : « Der Inschriftstein war vermutlich Teil einer größeren Baustruktur. »

95 L’existence de liens privilégiés, en particulier de patronage, entre un gouverneur de province et une cité grecque ne relevant pas de sa juridiction n’est pas exceptionnelle en Asie Mineure. Au gré de nos lectures, nous citerons le cas de Plarasa-Aphrodisias en Carie entrée en 85-84 dans la clientèle du gouverneur de Cilicie Q. Oppius (Reynolds J., Aphrodisias and Rome, Londres, 1982, no 3 ; Canali de Rossi F., Il ruolo dei patroni, op. cit., no 2 ; Eilers C. F., op. cit., C107), ou bien celui de Myra en Lycie qui choisit semble-t-il comme patron M’Aemilius Lepidus, gouverneur la province d’Asie sous Tibère (Eilers C. F., « A Patron of Myra in Ephesus », Tyche, no 10, 1995, p. 9-12 ; Canali de Rossi F., Il ruolo dei patroni, op. cit., no 117 ; Eilers C. F., Roman Patrons, op. cit., C129). Comme le fait remarquer Eilers C. F., Roman Patrons, op. cit., p. 30, ces hommes pouvaient ne pas (ou plus) être en fonction lorsqu’ils sont devenus patrons (cf. par exemple le cas, présenté plus loin, de M. Iunius Silanus à Mylasa). Cela étant, l’administration d’une province, ou plus généralement l’exercice d’une charge officielle, « created an occasion for becoming a patron because it provided the context in which (Q. Oppius) and Aphrodisias [pris ici comme exemple] had their initial dealings and brought about the circumstances that justified his accepting them as clients ».

96 Ferrary J.-L., Les gouverneurs, op. cit., p. 192. Sur la datation, très discutée, de ce gouvernement, cf. la mise au point de Ferrary J.-L., Les gouverneurs, op. cit., p. 172-174. Un M. Iunius Silanus, patron et bienfaiteur dia ; progovnwn des Stratonicéens de Carie est mentionné dans une inscription mutilée des premiers temps de l’Empire (Gregory A. P., « A New and Some Overlooked Patrons of Greek Cities in the Early Principate », Tyche, no 12, 1997, p. 89, no 3 ; Eilers C. F., « M. Silanus, Stratoniceia, and the Governors of Asia under Augustus », Tyche, no 14, 1999, p. 77-86 ; Id., Roman Patrons, op. cit., C124). Selon Nicols J., « Patrons of Greek Cities in the Early Principate », ZPE, no 80, 1990, p. 81-100 spéc. p. 98, cet homme serait le même que celui de Mylasa. Pour Eilers C. F., ibid., p. 90, n. 21 ; 2002, p. 251, on aurait plutôt affaire à un père (celui de Mylasa, premier Silanus patron et bienfaiteur de Stratonicée) et son fils (celui de Stratonicée). D’après Ferrary J.-L., Les gouverneurs, op. cit., p. 173, compte tenu de leur datation, les textes pourraient tout aussi bien faire allusion à un oncle et son petit-neveu.

97 IK, 34-Mylasa, no 109, l. 14-18.

98 Cf. Polybe, XXX, 21, 3, et Appien, Mith., 23, 89.

99 Bresson A., « Italiens et Romains à Rhodes et à Caunos », Müller Chr. et Hasenohr Cl. (éd.), Les Italiens dans le monde grec, IIe siècle av. J.-C.-Ier siècle apr. J.-C., Actes de la Table Ronde, Paris, École normale supérieure, 14-16 mai 1998, Athènes/Paris, 2002, p. 158-160 ; Delrieux F., op. cit..

100 Bresson A., op. cit., p. 161.

101 Appien, Mithr., 23, 89.

102 Cf. Marek C., Die Inschriften von Kaunos, Munich, 2006, no 109 à 114, 120, 122 et 129 (le plus ancien patron actuellement connu est P. Cornelius Sylla, neveu du dictateur et gouverneur d’Asie mentionné dans un texte voté en son honneur en 67 [ibid., no 109]). Doit-on voir dans cette démarche le souhait des Cauniens de ne plus revivre les dérives du passé ?

103 Valère Maxime, VIII, 15, 6 (trad. P. Constant, Garnier frères, Paris, 1935).

104 Cicéron, Att., VI, 1 [245], 15. En outre Cicéron, durant sa formation, se mit à l’école des Scaevolae, l’Augure et le Pontife (Lae., I, 1), et se rendit à Smyrne où il rencontra Rutilius (Cicéron, Rep., I, 8, 13 ; Q. fr., III, 5, 1).

105 Ferrary J.-L., Les inscriptions du sanctuaire de Claros, op. cit., p. 334-338.

106 Cicéron, Flac., 23 [55]. Nous ignorons si Colophon faisait partie des contributeurs. Cela étant, l’implication de plusieurs cités dans une cérémonie en l’honneur d’un même individu, qui plus est magistrat romain, amène à se demander si la raison les ayant poussé à se réunir ne voisine pas celle ayant conduit les Grecs d’Asie à agir de même vis-à-vis de Q. Mucius Scaevola. Sur le financement des fêtes en l’honneur de L. Valerius Flaccus, cf. Erkelenz D., « Cicero, pro Flacco 55-59. Zur Finanzierung von Statthalterfesten in der Frühphase des Koinon von Asia », Chiron, no 29, 1999, p. 43-57, qui leur donne le nom de Φλάκκεια, non attesté cependant.

107 OGIS, no 440. Sur le gouvernement de la province d’Asie par C. Julius Caesar, honoré par les Priéniens, en 102 plutôt qu’à la fin des années 90, cf. Ferrary J.-L., Les gouverneurs, op. cit., p. 179.

108 Diodore de Sicile, XXXVII, 8, 1-4.

109 Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 546; Brennan T. E., The Praetorship in the Roman Republic, New York, 2000, p. 480.

110 Cicéron, 2Verr., II, 5 [7] ; Valère Maxime, VI, 3, 5 ; Quintilien, IV, 2, 17.

111 Les liens qui unissent les Metelli aux Mucii ont été patiemment reconstitués dans Gruen E. S., « The Political Allegeance of P. Mucius Scaevola », Athenaeum, no 43, 1965, p. 329-331. Les Ahenobarbi de cette génération ont soutenu Metellus Numidicus au moment de son exil, contre Saturninus, Glaucia et Marius (Aulu-Gelle, XV, 13, 6). Les liens entre les Ahenobarbi et les Lutatii Catuli sont connus par Cicéron, Corn., frag. II. Il ne faut cependant pas faire de ce groupe une faction strictement organisée autour d’un chef car des divisions se font sentir au sein de cet ensemble. Le fait que P. Rutilius ait pu être considéré comme une figure centrale de ce groupe a été fort justement critiqué par Kallet-Marx R., « The Trial of Rutilius Rufus », Phoenix, no 44, 1990, p. 129-132, qui souligne la solitude de Rutilius au cours de son procès.

112 Salluste, BJ, 31-32.

113 Plutarque, Mar., 28, 8.

114 Cicéron, Rép., I, 8-9 [13-14]. Cf. également Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 547.

115 Mais qui peut être antérieur. En effet, la datation repose sur l’abrégé de Tite-Live 70 qui place le procès avant la défaite de C. Sentius en Thrace, bien datée en 92 grâce à Obsequens 53, et après l’intervention de Sylla en Cappadoce, moins précisément située puisque Badian E., Studies in Greek and Roman History, Oxford, 1964, p. 157-178, l’a fait remonter en 96 et Sherwin-White A. N., « Ariobarzanes, Mithridates, and Sulla », CQ, no 27, 1977, p. 173-183, en 94. Le procès peut s’être déroulé entre 95 et 92. Il s’insère d’ailleurs dans une série de passes d’armes entre Q. Mucius Scaevola et les publicains (cf. Ferrary J.-L., « Les débuts oratoires d’Hortensius. Un nouvel épisode du conflit entre publicains et optimates en 95 a. C. », Hommages à la mémoire de Pierre Wuillemier, Paris, 1980, p. 111-112 et n. 21).

116 Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 543-549. Cf. également Ferrary J.-L., « Recherches sur la législation de Saturninus et de Glaucia », MÉFRA, no 91.1, 1979, p. 85-134.

117 Ferrary J.-L., Les débuts oratoires d’Hortensius, op. cit., p. 107-112.

118 Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 529-554.

119 Cicéron, De Or., II, 47-50 [197-203]. Cf. également Ferrary J.-L., Recherches sur la législation, op. cit., p. 132.

120 Balsdon J. P. V. D., op. cit., p. 10.

121 Plutarque, Pomp., 37, 4.

122 Sur la partialité de Cicéron, cf. Kallet-Marx R., op. cit., p. 123. Il est vrai que Rutilius écrivit son apologie et qu’elle inspira Diodore de Sicile et Tite Live (Nicolet C., L’ordre équestre, op. cit., p. 547).

123 Ferrary J.-L., Recherches sur la législation, op. cit., p. 131-134.

124 Comme l’a malicieusement suggéré Balsdon J. P. V. D., op. cit., p. 10.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

Auteurs

Université de Grenoble – CRHIPA
Université de Savoie – LLS

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540