Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Troisième partie. Le gouverneur et les élites provinciales

Les Cornelii Balbi de Gadès : un exemple de clientélisme provincial ?*

Francisco Pina Polo

Texte intégral

  • * Projet « Las clientelas provinciales en el Occidente del Imperio romano » (HAR2010-16449). Ministe (...)
  • Voir en espagnol Pina Polo F., « Los Cornelio Balbo : clientes en Roma, patronos en Gades », Ident (...)

1Cela fait maintenant un peu plus de cinquante ans que le livre d’Ernst Badian, Foreign clientelae (264-70 B. C.), Oxford 1958, a été publié. Il s’agit d’une monographie qui a eu tout au long de ces années une grande influence sur la question de la création des clientèles provinciales dans l’Empire romain et ses conséquences sur la structure du pouvoir à Rome, principalement durant la période républicaine, à laquelle le livre est consacré, mais également durant tout l’Empire.

  • 1 Badian E., Foreign clientelae (264-70 B. C.), Oxford, 1958, p. 262.
  • 2 Ibid., p. 272.
  • 3 Ibid., p. 278.

2Partant de l’idée que la relation d’inégalité entre un patronus, en position supérieure, et un cliens, en position inférieure, impliquait l’établissement d’une série d’obligations politiques entre eux, et ce de façon héréditaire, Badian parvenait à la conclusion que le contrôle romain sur les provinces de l’Empire reposait davantage sur la dimension personnelle que politique : « The Empire was based on the personal loyalty of leading men throughout the provinces to leading families at Rome, and this attachment proved to be independent of political vicissitudes and on the whole unaffected even by the fortunes of those families1. » Le pouvoir de Rome dans les provinces s’appuyait par conséquent probablement dans une large mesure sur les liens personnels noués, tout au long de la conquête et de la domination des divers territoires, entre les provinciaux et les généraux qui représentaient dans ces régions les intérêts romains. Ces liens furent par conséquent caractérisés, toujours d’après Badian, par leur durée et leur stabilité extraordinaires. Les provinciaux seraient en effet restés fidèlement unis aux familles desdits imperatores des générations durant, même lorsque ces familles avaient cessé d’avoir une influence politique à Rome et d’être présentes dans la province. À partir des années 80 av. J.-C., ces clientèles provinciales commencèrent à être davantage utilisées par des individus ambitieux comme des réserves militaires permettant d’aspirer au pouvoir à Rome2. Pour prendre un seul exemple, Pompée aurait hérité de son père Pompeius Strabo d’énormes clientèles et aurait étendu les clientèles provinciales de la famille sur d’autres territoires, en particulier l’Hispanie, par une politique délibérée d’acquisition de loyautés, qui se serait traduite par la fidélité permanente des populations hispaniques envers les pompéiens durant la guerre civile contre les césariens3.

  • 4 Voir toutefois le compte rendu critique de J. Bleicken dans Gnomon, no 36, 1964, p. 176-187.

3Il s’agissait donc sans doute d’un très large réseau de clientèles provinciales, maintenu durant une très longue période, qui aurait eu une double signification : d’une part, il aurait servi à affirmer la domination romaine dans les provinces et, d’autre part, il aurait été la clé de l’ascension politique à Rome de certaines personnes expertes dans la création de clientèles provinciales fidèles ; tel fut le cas de Pompée et de César. Ces prémisses et thèses de Badian, ainsi que sa méthodologie appliquée pour identifier les clientèles provinciales, ont, dans l’ensemble, été globalement acceptées durant plusieurs décennies4.

  • 5 Münzer F., Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, Stuttgart, 1920 ; Gelzer M., Die Nobilität de (...)

4Le livre de Badian doit être compris dans un certain contexte de l’historiographie de la Rome antique. L’œuvre tout aussi influente de Münzer et Gelzer avait donné lieu à un paradigme resté pertinent durant de nombreuses décennies5. Selon Münzer, Gelzer et les partisans de leur méthode prosopographique (parmi eux, Ronald Syme, dont le livre Roman Revolution s’avérera décisif dans la consolidation d’un certain point de vue), l’histoire de la Rome républicaine pouvait être écrite dans sa quasi-totalité en suivant exclusivement les vicissitudes des grandes familles. L’aristocratie aurait contrôlé totalement la politique romaine, se résumant à un grand jeu d’alliances exclusives fondées sur les liens de parenté, sur des mariages de convenance et, tout particulièrement, sur de puissantes clientèles. Tout cela aurait créé un carcan d’intérêts ne laissant que très peu de place au débat et à la confrontation idéologique. Dans ce contexte, le Foreign clientelae de Badian fournissait une pièce supplémentaire venant confirmer la véracité du paradigme, en l’étendant aux provinces.

  • 6 Voir le chapitre « Clientela » de Brunt P. A., The Fall of the Roman Republic, Oxford, 1988, p. 38 (...)

5La situation historiographique a changé au cours des trente dernières années. Différentes études6 ont relativisé l’importance politique des clientèles : un client pouvait avoir plusieurs patrons à la fois ; aucune donnée ne vient confirmer la thèse d’un lien patronus-cliens permanent et nécessairement héréditaire. En outre, aucune source ne démontre qu’un client avait l’obligation de voter pour son patron ou pour les idées qu’il défendait, d’autant plus que l’implantation à partir de la seconde moitié du iie s. av. J.-C. du scrutin secret rendait le contrôle du vote quasiment impossible. Par ailleurs, l’importance politique que les clientèles ont pu avoir durant les premiers siècles de l’histoire de Rome, lorsque le corps citoyen était limité en nombre, n’a en aucun cas pu être la même au cours des deux derniers siècles républicains, caractérisés par une situation historique totalement différente.

  • 7 Voir l’œuvre de F. Millar : « The Political Character of the Classical Roman Republic », JRS, no 7 (...)

6Aujourd’hui, on conçoit la politique à Rome dans une perspective plus ouverte : sans nier naturellement l’hégémonie d’une élite dirigeante, on souligne plutôt l’individualisme compétitif, dans un contexte d’alliances changeantes et de courants idéologiques en conflit. Une politique sur laquelle la plèbe tente d’influer, par des moyens irréguliers et souvent violents. Quoi qu’il en soit, l’historiographie tente de reconstituer l’histoire de Rome également du point de vue de la plèbe, du bas vers le haut et non plus seulement du haut vers le bas, surtout en ce qui concerne la période républicaine tardive7. Il suffit, en guise de synthèse, de reprendre cette citation de Millar, reflétant un courant historiographique qui tente de comprendre la société romaine au-delà du cercle étroit de son aristocratie :

  • 8 Millar F., Political Power, op. cit., p. 92. Une tout autre option est d’accepter la thèse de Mill (...)

« The alternate view argued here is that we could with profit abandon Gelzer’s view of a homogeneous élite (or ‘aristocracy’ or ‘nobility’?) controlling the mass of the people through a network of patronage relationships, and start all over again by looking at the Roman community and political system from the bottom up, that is starting from the broad mass of the people, settled in Rome and round about it, and progressively also further away8. »

  • 9 César souligne lui-même le nombre élevé de clients pompéiens en Hispanie, certainement pour faire (...)
  • 10 Cf. Pina Polo F., « Hispania of Caesar and Pompey : A conflict of clientelae ? », García-Bellido M(...)

7Il est évident que les clientèles provinciales ont bel et bien existé, comme en attestent parfois expressément les sources antiques9. Mais le livre de Badian tombait aussi bien quantitativement que qualitativement dans l’excès, tout comme ceux qui adhéraient à ses conclusions. Autrement dit, je pars du fait que le nombre de clients provinciaux devait être proportionnellement réduit et que, par conséquent, les clientèles provinciales ne peuvent être considérées comme la base de la domination romaine, point de vue excessif défendu par Badian. De la même façon, il convient de relativiser considérablement l’influence que les clientèles provinciales ont pu avoir sur la scène politique romaine. Par exemple, ni Pompée ni César n’ont gouverné l’Hispanie, dans le cas de Pompée par l’intermédiaire de légats, dans l’optique d’acquérir de grandes clientèles hispaniques capables de les hisser au pouvoir à Rome10. La possession de clientèles provinciales ne fut pas non plus un facteur décisif dans le rôle prépondérant que ces deux politiciens, ou d’autres, ont joué à Rome au milieu du Ier s. av. J.-C. En somme, les provinces ne doivent pas être perçues comme de simples prolongements de la scène politique romaine, car cela s’éloigne, en dernière instance, de la réalité provinciale.

  • 11 Voir particulièrement Rubio L., « Los Balbos y el Imperio romano », Anales de Historia Antigua y M (...)

8Les Cornelii Balbi de Gadès sont un parfait exemple de clients provinciaux ayant joué un rôle majeur sur la scène politique romaine. Mon travail n’est pas voué à l’analyse de la biographie personnelle et publique de ces personnages, tâche déjà brillamment réalisée par d’autres collègues par le passé11, mais à l’analyse de leur trajectoire publique afin de voir s’il est possible de tirer à partir de cette étude de cas quelques conclusions sur le rôle des clientèles provinciales dans leurs territoires d’origine et au sein même de Rome.

  • 12 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 27-28.
  • 13 Badian E., op. cit., p. 257, cite des exemples de provinciaux hispaniques qui, selon lui, portaien (...)

9Il convient tout d’abord de s’intéresser à l’onomastique de nos protagonistes. L’origine sémitique du cognomen Balbus a plusieurs fois été avancée. Toutefois, le fait qu’il soit répandu dans diverses provinces de l’Empire rend cette hypothèse improbable. Il a également été avancé que le cognomen pourrait être en réalité d’origine latine et faire référence à un certain défaut de la parole12. Le nomen Cornelius, porté par les membres de cette famille gaditaine, semble encore plus intéressant. Selon Badian, les clients provinciaux d’un politicien romain et de sa famille seraient identifiables par leur onomastique. Partant de l’idée qu’un peregrinus adoptait le nomen de la personne qui lui avait octroyé la citoyenneté romaine, Badian considérait par exemple que les provinciaux qui portaient le nom de Pompée, retrouvés dans diverses inscriptions datant presque toutes de l’époque impériale (entre les ier et iiie s. apr. J.-C.), étaient probablement des descendants de ceux à qui la citoyenneté avait été octroyée par un Pompée ayant occupé un poste à responsabilités en Hispanie durant la conquête, Pompée le Grand étant le principal candidat. Ces provinciaux seraient dès lors devenus des clients de cette famille. Bien que Badian fasse lui-même mention de certains provinciaux citoyens dont les noms diffèrent de ceux dont on sait qu’ils leur ont octroyé la citoyenneté, cela n’invaliderait pas l’existence, selon lui, d’une règle générale, sur laquelle se fondent ses conclusions finales13.

  • 14 Knapp R. L., « The origins of provincial prosopography in the West », Anc. Soc., no 9, 1978, p. 18 (...)
  • 15 Knapp R. L., op. cit., p. 187 : « I hope to demonstrate that the prosopography of Iberia and south (...)
  • 16 Knapp R. L., op. cit., p. 193 ; Dyson S. L., op. cit., p. 298-299.

10Sa théorie a été admise dans l’ensemble par Knapp et Dyson dans leurs études des noms romains dans la péninsule Ibérique14. Selon ces deux chercheurs, l’analyse de la répartition des noms des principales familles romaines ayant joué un rôle majeur dans la conquête de l’Hispanie s’effectuerait parallèlement aux avancées militaires de cette même conquête. Bien que ces noms n’aient été relevés qu’à l’époque impériale, leur adoption daterait de l’époque républicaine. Dans la même ligne d’argumentation que Badian, aussi bien Knapp que Dyson ont soutenu que l’adoption par des indigènes de nomina romains témoignerait du lien et de la loyauté de ces provinciaux à ces familles dont ils tiraient leur nom et dont ils deviendraient les clients15. Toutefois, contrairement à Badian, ni Knapp ni Dyson ne pensaient que ces indigènes obtenaient nécessairement la citoyenneté dès lors qu’ils adoptaient l’onomastique romaine16. Ainsi, selon eux, la répartition en Hispanie de noms tels que Porcius, Cornelius, Sempronius, Fabius, Iunius, etc., témoignerait de la création d’un large réseau de clientèles provinciales durant la conquête, sans que cela n’implique forcément un large processus d’octroi de la citoyenneté romaine, qui semble d’ailleurs improbable à cette période, les sources n’en faisant qui plus est pas mention. Autrement dit, l’onomastique romanisée témoignerait bien de l’essor des clientèles provinciales, mais pas de l’extension de la citoyenneté romaine.

  • 17 Cicéron, Balb., 19 : « Nascitur, iudices, causa Corneli ex ea lege quam L. Gellius Cn. Cornelius e (...)
  • 18 Pour Amela Valverde L., Las clientelas de Cneo Pompeyo Magno en Hispania, Barcelone, 2002, p. 108, (...)

11Nous savons grâce à Cicéron que ce fut Pompée le Grand qui, autour de l’année 72, en sa qualité d’imperator et avec l’approbation de son consilium, octroya à Lucius Cornelius Balbus, connu comme Balbus l’Ancien, la citoyenneté romaine pour le récompenser de ses remarquables actes pendant la guerre contre Sertorius17. L’octroi fut confirmé par une loi promue par les consuls de l’an 72, Lucius Gellius Publicola et Cnaeus Cornelius Lentulus Clodianus, qui reconnaissait expressément tous les octrois de citoyenneté accordés aussi bien par Pompée que, très certainement, par son collègue Metellus à des indigènes d’Hispanie pendant et à la fin de la guerre. Le père, le frère et le neveu de Balbus l’Ancien obtinrent également la citoyenneté romaine. Logiquement, selon la thèse de Badian, la famille aurait dû adopter le nom de son bienfaiteur et ses membres auraient dû devenir clients de Pompée et de sa famille durant plusieurs générations18. Mais rien de tout cela n’arriva.

  • 19 Voir également un résumé des différentes hypothèses posées dans Rubio L., op. cit., p. 92-93 et Ro (...)
  • 20 Nauze Mr. de la, « Lucius Cornelius Balbus », Mémoires de Littérature de l’Académie royale des ins (...)
  • 21 Rodríguez Mohedano R. et P., Historia literaria de España, Madrid, 1772, IV 26. Cf. Cicéron, Balb.(...)
  • 22 Schulten A., Fontes Hispaniae Antiquae, Barcelone, 1940, V, p. 17. Tite-Live se réfère à lui une p (...)

12La raison de l’adoption du nom de Cornelius par ces nouveaux citoyens romains fut l’objet d’une controverse des siècles durant19. Au XVIIIe siècle, De la Nauze avança la thèse suivante : Balbus l’Ancien aurait pris le nom des auteurs de la loi qui avait reconnu sa citoyenneté, le praenomen de Gellius Publicola et le nomen de Lentulus Clodianus20. Il s’agit d’une option peu vraisemblable, d’autant que ce ne furent pas réellement les consuls qui leur octroyèrent la citoyenneté, mais Pompée. Au cours du même siècle, les Rodríguez Mohedano ont quant à eux pensé que le nom de Cornelius venait de Cornelius Sylla, le dictateur avec qui Pompée avait entretenu une étroite relation au début de sa carrière militaire et politique et qui avait préalablement octroyé la citoyenneté romaine à divers Gaditains21. Une autre hypothèse émise évoque une possible admiration des Balbi envers la famille des Scipions, qui fut à l’origine de la conquête romaine de l’Hispanie et dont Balbus l’Ancien aurait pris le praenomen Lucius et son frère le praenomen Publius. Pour sa part, Schulten pensait que le nomen venait de L. Cornelius Lentulus, proconsul d’Hispanie en 206 avec qui Gadès avait signé un hospitium22. Quoi qu’il en soit cela relèverait d’un choix personnel de Balbus lors de la romanisation de son nom. Toutes ces théories ne restent selon moi que de pures spéculations ne reposant sur aucune preuve.

  • 23 Rodríguez Neila J. F., op. cit., 45. Cette thèse est partagée par une longue liste de chercheurs, (...)
  • 24 Cicéron, Att., VIII, 15A 2 : « Quod Lentulum consulem meum voluisti hic remanere, Caesari gratum, (...)

13Toutefois, nombreux sont ceux qui soutiennent que Balbus aurait tiré son nomen de Lucius Cornelius Lentulus Crus, thèse déjà avancée par l’humaniste Paulus Manutius. Lentulus Crus, préteur en 58 et consul en 49, aurait participé aux côtés de Pompée à la guerre contre Sertorius et aurait connu Balbus à ce moment-là ; il n’existe cependant aucune preuve venant conforter cette théorie. Cela implique que Lentulus Crus serait intervenu pour que Pompée octroie la citoyenneté romaine à Balbus, qui, en signe de gratitude, aurait adopté son praenomen et son nomen23. Cette thèse se fonde exclusivement sur deux lettres adressées par Balbus à Cicéron en 49, desquelles ressort son étroite amitié avec Lentulus, qu’il appelle « Lentulum meum » ; il y affirme également qu’il a envers celui-ci et envers Pompée une dette importante, sans préciser de quoi il s’agit24. Il n’y a selon moi pas de raison suffisante pour affirmer que cette amitié entre les deux hommes au début de la guerre civile remonte à la guerre contre Sertorius, dans laquelle l’intervention de Lentulus reste incertaine. Le texte de la lettre ne permet pas non plus de conclure que la dette contractée envers Lentulus soit liée à l’octroi de la citoyenneté. Il n’est pas non plus expliqué comment Lentulus, alors encore jeune, aurait pu convaincre Pompée du bien-fondé d’octroyer la citoyenneté à Balbus. En somme, bien que cette hypothèse ait largement été acceptée, elle n’en demeure pas moins, au même titre que les précédentes, une simple conjecture sans véritable fondement.

  • 25 Knapp R. L., op. cit., p. 189 et 192 : les Balbi auraient adopté leur nomen de Cornelius avant de (...)
  • 26 ILS, 8888 ; Cicéron, Balb., 50-51.

14Par conséquent, nous supposons que Balbus a changé son nom pour un autre de racine romaine lorsque la citoyenneté romaine lui a été octroyée car cela devait être le comportement habituel, mais nous ne savons en réalité pas pourquoi Balbus a choisi d’adopter le nom de Cornelius. La théorie que les nouveaux citoyens adoptaient le nom de leur bienfaiteur est si étendue dans l’historiographie que chercher un illustre personnage dont ils auraient tiré leur nom serait une tâche on ne peut plus ardue. Toutefois, était-ce vraiment toujours la coutume ? Ou le nouveau citoyen avait-il une marge d’autonomie pour adopter le nom de son choix ? C’est ce que suggèrent finalement toutes les hypothèses rappelées ci-dessus. Présent ou pas durant la guerre contre Sertorius en Hispanie, Lentulus Crus n’avait le pouvoir d’octroyer la citoyenneté romaine à aucun hispanique. Seuls Pompée et Metellus étaient aptes à le faire, et la lex Gellia Cornelia de l’an 72 était précisément exclusivement destinée à confirmer leurs décisions sur le plan légal. Autrement dit, Balbus ne s’est pas appelé Cornelius du fait qu’il se serait vu octroyer la citoyenneté romaine par un Cornelius, et il ne s’est pas appelé Pompée, bien que cela aurait dû être son nomen conformément à ce que l’on croyait être la norme existante, car c’est Pompée le Grand qui le fit citoyen romain. Tout ce que nous savons, c’est que Balbus, pour des raisons qui demeurent inconnues, a choisi de s’appeler Cornelius au lieu de Pompeius. Et ce, en supposant toujours que ce changement de nom ait eu lieu au moment où il est devenu citoyen romain, et non avant, car il n’est pas impossible qu’il portât déjà ce nom lorsque la citoyenneté romaine lui fut octroyée, comme l’avait signalé Knapp25, fait qui s’est également produit dans le cas des chevaliers d’Ilerda du bronze d’Ascoli et qui, de la même façon, a très bien pu se produire avec Q. Fabius, habitant de Sagonte, mentionné par Cicéron26.

15Aussi l’exemple des Balbi ne vient-il pas soutenir la thèse de Badian selon laquelle les nomina d’imperatores romains portés par des provinciaux permettent de savoir par qui la citoyenneté romaine fut octroyée aux aïeux de ces familles à l’époque républicaine, et par là même, comment les clientèles provinciales furent créées à cette période. Il illustre au contraire qu’elle n’est pas systématiquement applicable et ébranle les conclusions tirées par Badian et ses partisans en leur temps. Si nous n’avions en notre possession aucune autre donnée sur les Balbi, suivre uniquement la méthodologie de Badian ne permettrait pas de déduire qu’un membre de la famille avait reçu à un moment donné la citoyenneté romaine sur décision d’un Pompée, et bien moins encore de Pompée le Grand. On supposerait au contraire que le bienfaiteur avait été un Cornelius et que la famille avait ainsi directement rejoint les clientèles provinciales d’un imperator de ce nom. Or nous savons que cela ne correspond en aucun cas à la réalité. Si nous optons au contraire pour la thèse de Knapp et Dyson selon laquelle l’onomastique serait indicative de la clientèle et non pas de la citoyenneté, nous devrions supposer que les Balbi furent clients de la famille Cornelia, dont ils auraient tiré leur nom. Or la trajectoire ultérieure des Balbi que nous connaissons ne permet pas non plus de parvenir à cette conclusion.

16Étant donné que nous savons de façon certaine grâce à Cicéron que Lucius Cornelius Balbus fut gratifié de la citoyenneté romaine sur décision de Pompée le Grand, nous devrions penser que lui et les autres membres de sa famille ont probablement dû demeurer clients, non seulement de leur bienfaiteur, mais également de sa famille, durant des générations. Les faits viennent toutefois démentir clairement cette fidélité clientélaire.

  • 27 Hurlet F., « Recherches sur la profectio de la dictature de Sylla à la lex Pompeia (82-52). Le cas (...)
  • 28 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 51-63.
  • 29 Cicéron, Att., II, 3, 3 : « Nam fuit apud me Cornelius, hunc dico Balbum, Caesaris familiarem. is (...)
  • 30 Cicéron, Balb., 63.
  • 31 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 90-91.

17Balbus l’Ancien est resté à Gadès au retour de Pompée à Rome après sa victoire sur les Sertoriens. Rien ne laisse supposer que Balbus ait, durant les années qui suivirent, rendu un quelconque service à Pompée en Hispanie, ni qu’il ait entretenu une quelconque relation avec lui. En revanche, Balbus a alors commencé à nouer des liens avec César, ce qui s’avérera déterminant pour la suite. En l’an 69, César fut questeur en Hispanie ultérieure, avant de rentrer l’année suivante à Rome. Durant cette période, César séjourna dans diverses villes hispaniques pour y rendre justice, dont Gadès. C’est donc probablement à ce moment-là qu’il y rencontra Balbus, avec qui il noua rapidement une amitié qui se renforcerait lorsque César deviendrait gouverneur de l’Hispanie ultérieure à partir de février-mars 6127. C’est à cette époque que Balbus, alors devenu intime de César, partit vivre à Rome28. De fait, nous savons qu’il a activement pris part aux négociations d’un accord entre César, Pompée et Crassus, accord plus connu sous le nom de « premier triumvirat ». Dans une lettre envoyée à Atticus, Cicéron dit avoir reçu la visite de Balbus, qui souhaitait le convaincre de s’unir à l’alliance entre ceux qui allaient devenir les trois hommes forts du moment à Rome. Cicéron se réfère à Balbus comme Caesaris familiaris, ce qui témoigne de l’étroite amitié qui unissait le Gaditain et César29. Au terme du consulat de César, Balbus accompagna ce dernier en Gaule en l’an 58 en qualité de praefectus fabrum30, multipliant ses allers et retours entre l’Urbs et le territoire gaulois, comme en atteste la correspondance de Cicéron. Au cours des années suivantes, Balbus apparaît constamment comme l’une des grandes figures de Rome, en tant que représentant de César en son absence, aussi bien sur le terrain politique que financier31.

  • 32 Cicéron, Att., VII, 7, 6. Rubio L., op. cit., p. 104 ; Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 77.
  • 33 Cicéron, Arch., 10 ; Valère Maxime, VIII, 14, 3.
  • 34 Balbus est toujours appelé L. Cornelius Balbus, tel qu’il apparaît dans les fastes consulaires. To (...)

18Probablement en l’an 59, Balbus fut adopté par Théophane de Mytilène32, historien et ami intime de Pompée, qui avait octroyé la citoyenneté romaine à ce dernier, et narrateur des exploits de l’imperator en Orient dans une œuvre perdue33. L’adoption n’altéra pas le nom de Balbus, qui ne prit ni le nom de Théophane, ni celui de Pompée, en supposant que Théophane eût adopté ce nom en recevant la citoyenneté romaine, ce dont il n’existe aucune preuve. On sait en revanche qu’il eut un fils nommé M. Pompeius Théophanès34.

  • 35 Cicéron, Balb., 1. Cf. Rubio L., op. cit., p. 113 ; Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 95-118.

19Quoi qu’il en soit, Balbus a su évoluer de façon intelligente sur la scène politique romaine en entretenant de bonnes relations avec les personnages les plus influents, comme il ressort du jugement à son encontre en l’an 56, en raison de la présumée illégalité de sa citoyenneté romaine, lors duquel Pompée, Crassus et Cicéron ont plaidé en sa faveur35. Si César ne s’est pas uni à eux, c’est tout simplement parce qu’il se trouvait alors en Gaule. Le poids politique et social que ses défenseurs avaient à Rome fut sans doute un facteur clé qui contribua à son absolution.

  • 36 César, BC, III, 18, 3.
  • 37 Balbus l’Ancien écrivit au début de la guerre civile plusieurs lettres à Cicéron pour essayer de r (...)

20Lorsque des déconvenues sont apparues entre Pompée et César, Balbus n’a, à notre connaissance, mené aucune action en faveur de la cause pompéienne. Bien au contraire, le Gaditain est devenu l’un des principaux hommes de confiance de César, bien qu’il ait apparemment également joué le rôle de médiateur entre les deux camps au début du conflit. D’une part, le fait que Théophane, son père adoptif, ait été un pompéien convaincu ayant toujours soutenu Pompée pendant la guerre civile, jusqu’à sa fin même36, n’a pas poussé Balbus à prendre le même chemin. D’autre part, on ignore si l’on attendait de lui qu’il suive aveuglément le camp pompéien sous prétexte qu’il était devenu citoyen romain grâce à Pompée, mais il ne s’avéra probablement pas spécialement surprenant qu’il agît conformément à ses propres idées politiques et non selon les présumées règles de conduite clientélaire. Dans l’une des lettres adressées à Cicéron en l’an 49, auparavant citées, Balbus exprime sa gratitude éternelle envers Pompée, sans que cela ne l’empêche d’être un césarien convaincu et sans sentir le besoin de justifier cette contradiction apparente37. De nombreuses lettres de Cicéron contiennent des références à Balbus l’Ancien, et dans certaines d’entre elles, Cicéron émet des critiques à son encontre, par exemple, en ce qui concerne son enrichissement croissant, mais il ne l’accuse jamais d’une présumée trahison envers le camp pompéien.

  • 38 Cf. Tacite, Ann., XII, 60 ; Rubio L., op. cit., p. 163-171 ; Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 1 (...)
  • 39 CIL, X, 3854 ; ILS 888 ; Pline, NH, VII, 136 ; Dion Cassius, XLVIII, 32, 2.

21Aussi bien durant la guerre civile que durant la période pendant laquelle César fut consul ou dictateur, Balbus fut l’un de ses principaux soutiens politiques, en qualité de confident, ainsi que de représentant et de porteparole en l’absence de César à Rome38. Lorsque César fut assassiné, Balbus suivit son propre chemin politique. Il se rapprocha d’Octavien et devint finalement le premier provincial à atteindre le consulat en étant désigné en l’an 40 consul suffectus39.

  • 40 On ignore tout des premières années de vie de Balbus le Jeune. Fils de Publius, qui était le frère (...)
  • 41 Cicéron, Att., VIII, 9, 4 ; VIII, 11, 5 ; IX, 6, 1. Cf. Broughton T. R. S., The magistrates of the (...)
  • 42 Velleius Paterculus, II, 51, 3. Cf. Broughton T. R. S., op. cit., II p. 279 ; Rodríguez Neila J. F (...)
  • 43 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 179.
  • 44 Cicéron, Att., XII, 38, 2 ; XIII, 37, 1 ; XIII, 49, 2.
  • 45 Cicéron, Fam., X, 32.
  • 46 La nouvelle provient de pièces de monnaie d’origine incertaine et prétendument frappées en Hispani (...)
  • 47 CIL, I2, p. 50.
  • 48 Velleius Paterculus, II, 51, 3. Il n’existe aucune certitude que L. Cornelius, qui fut consul suff (...)

22On pourrait penser que Balbus l’Ancien s’était démarqué par sa conduite de celle des autres membres de sa famille, restés fidèles à Pompée. Or ce ne fut pas le cas. Son neveu, connu sous le nom de Balbus le Jeune, rejoignit lui aussi le camp césarien avec enthousiasme40. Pendant la guerre civile, il combattit dans les rangs de César, qui, en qualité de légat, lui confia en l’an 49 la mission de s’entretenir secrètement avec le consul Lentulus Crus41. L’année suivante, il pénétra dans le campement des pompéiens à Dyrrachium pour faire, au nom de César, plusieurs offres à Lentulus Crus lui-même42. Son action attira fort l’attention par son audace, bien qu’il ne soit apparemment pas parvenu à détourner Lentulus Crus des rangs pompéiens. Au lendemain de la bataille de Pharsale, Balbus le Jeune accompagna César en Égypte et participa activement aux affrontements belliqueux livrés en Orient43. Ensuite, il suivit César en Hispanie et collabora avec lui pour mettre un terme à la guerre civile en l’an 4544. Après la mort de César, il accompagna en qualité de questeur Asinius Pollio en Hispanie ultérieure en l’an 4345, et, en l’an 40, il se pourrait qu’il soit devenu propréteur dans la même province46. En l’an 19, il vainquit les Garamantes dans le nord de l’Afrique et reçut un triomphe et, par là même, un double honneur du fait de l’attribution de ce triomphe à un général qui n’était pas citoyen romain de naissance47. Balbus le Jeune devint aussi pontifex48.

23Les trajectoires politiques de l’oncle et du neveu à Rome ne témoignent donc d’aucune fidélité de leur part envers celui qui avait octroyé la citoyenneté romaine à la famille des Balbi. Leur authentique gratitude envers Pompée ne les a pas déterminés à défendre les thèses des pompéiens, et encore moins à rejoindre leurs rangs. Ils ont à tout moment agi conformément à leurs idées et à leurs propres intérêts, comme cela était d’ailleurs la coutume en politique romaine, ce qui les a conduits à de grandes réussites, jusqu’alors inédites pour des provinciaux.

  • 49 Nous savons avec certitude que Balbus fut patronus de Capoue : CIL, X, 3854 ; ILS, 888.
  • 50 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 235, situe la désignation de Balbus comme patronus au moment o (...)
  • 51 Cicéron, Balb., 42.
  • 52 Cicéron, Balb., 43.
  • 53 Dion Cassius, XLI, 24, 1.

24Il est un autre aspect des Balbi à considérer : leur relation avec leur territoire d’origine et, en particulier, avec leur cité natale, qui est toujours demeurée très forte malgré la distance. Les habitants de Gadès firent probablement de Balbus l’Ancien un patronus49, et ce certainement avant son départ à Rome ou peu après50. Il est évident que les Gaditains voulaient ainsi profiter du privilège que pouvait supposer pour eux le soutien de l’un des citoyens les plus notables des cercles du pouvoir de Rome afin qu’il exerce son influence en leur faveur si besoin : Balbus était le patronus idéal à Rome. Et l’illustre Gaditain exerça probablement cette influence chaque fois que possible, ce qui expliquerait le fait que les Gaditains aient envoyé à Rome certains de leurs plus illustres citoyens en vue de défendre Balbus pendant son jugement en l’an 56, en signe de remerciement pour les services rendus51. Dans son discours de défense, Cicéron fit allusion aux beneficia accordés par César aux Gaditains à la demande de Balbus52. Il est très probable que Balbus a fait usage de son amitié avec César pour influencer sa décision d’octroyer le statut de municipium à la cité de Gadès en l’an 49, entraînant par là même l’octroi de la citoyenneté romaine à l’ensemble de ses habitants53.

  • 54 César, BC, II, 18-20.
  • 55 César, BC, II, 21.
  • 56 Bell. Hisp., 37 et 40.
  • 57 Bell. Hisp., 39, 3 et 40, 6.

25En contrepartie, Gadès se montra toujours fidèle au camp césarien. Au début de la guerre civile, le pompéien Varron voulut faire de Gadès son bastion, mais les Gaditains les plus influents (« Gaditanos principes ») se chargèrent d’expulser son légat Gallonius de la cité et se rallièrent au camp des césariens54. Lors d’un discours à Cordoue, César remercia vivement les Gaditains pour leur soutien décisif envers sa cause55. Plus tard, durant le bellum Hispaniense, la flotte de César se concentra dans le port de Gadès, qui se révéla ainsi d’un grand soutien face à la rébellion d’une bonne partie des cités d’Ultérieure56. César séjourna par la suite quelque temps à Gadès après sa victoire à Munda57.

  • 58 Dion Cassius, XLVIII, 32, 2.

26Le rôle exercé par Balbus l’Ancien fut celui d’un intermédiaire privilégié entre Rome et Gadès en raison de sa double condition de Gaditain et de citoyen romain. En tant que représentant de sa ville natale, il lui apporta des bénéfices sur le plan légal, mais peut-être également sur le plan économique. En césarien fidèle, il dut œuvrer pour que Gadès ne s’allie pas aux pompéiens en l’an 46, alors que d’autres cités d’Hispanie ultérieure l’avaient fait. Par ailleurs, ses agissements à Rome furent à l’image de ceux des Romains de souche : il se consacra aux affaires avec succès, évolua dans les coulisses de la scène politique et écrivit des œuvres littéraires. Il se montra également généreux avec les citoyens romains étant donné que, selon Dion Cassius, il légua à sa mort cent sesterces à chacun d’entre eux58.

  • 59 Suétone, Aug., 29, 8.
  • 60 Cicéron, Fam., X, 32.

27La voie ouverte par son oncle fut suivie et élargie par Balbus le Jeune, dont l’activité édilitaire fut intense, à Rome comme à Gadès. À Rome, il parraina la construction d’un nouveau théâtre59. Mais sa facette de bienfaiteur fut encore plus visible à Gadès. Bien qu’il eût à peine vécu dans sa ville natale, Balbus le Jeune fut élu en l’an 44 quattuorvir de Gadès, la magistrature supérieure de la ville, poste auquel il fut reconduit par la suite. Balbus exerça cette magistrature locale en même temps qu’il occupait le poste de questeur en Hispanie ultérieure, au service d’Asinius Pollio. Une lettre envoyée précisément par Asinius Pollio à Cicéron, datée du mois de juin de l’an 43, relate les actions menées par Balbus60. Asinius Pollio y narre les abus de Balbus, qui serait parti de Gadès en emportant une grande quantité d’argent public après s’être prononcé en faveur de l’exécution de citoyens romains.

  • 61 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 258-259, soutient qu’il y aurait eu au sein de la société gadi (...)
  • 62 Strabon, III, 5, 3. Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 261-263 et p. 289-297.
  • 63 AE 1962, 71 : [L(ucio)] CORNELIO/ BALBO IMP(eratori)/ C(olonia) NORB(a) CAESA(rina)/ PATRONO. Cf. (...)

28Pour les Gaditains, la présence de Balbus en sa qualité de magistrat de leur cité représentait l’occasion d’obtenir des avantages, tel que cela avait été le cas par le passé avec son oncle61. Durant son séjour à Gadès, Balbus le Jeune organisa des ludi théâtraux, fit réserver les quatorze premiers bancs du théâtre local pour les equites et, plus spécialement, promut un agrandissement et une rénovation ambitieux de la cité, donnant ainsi naissance à une « Nova Gades62 ». Balbus contribua probablement à toutes ces activités avec son propre argent, s’affichant ainsi en bienfaiteur de sa cité. Balbus le Jeune fut patronus de la colonie hispano-romaine Norba Caesarina, comme en témoigne une inscription63.

*

  • 64 Tacite, Ann., XI, 24, 3.

29En résumé, les Balbi furent des provinciaux d’exception dans le contexte du Ier siècle av. J.-C., comme le montre le fait que Balbus l’Ancien devint le premier provincial à accéder, ne fût-ce que temporairement, au poste de consul, et Balbus le Jeune le premier provincial à fêter un triomphe à Rome. C’est à ce caractère exceptionnel que l’empereur Claude faisait implicitement allusion dans son discours prononcé devant le sénat en l’an 48, lorsqu’il cita les Cornelii Balbi comme un exemple de provinciaux intégrés dans la société romaine64. Il convient bien entendu de tenir compte de ce caractère extraordinaire lors de l’évaluation de leur trajectoire pour comprendre comment fonctionnaient les clientèles provinciales en phase finale de la Rome républicaine. Il est toutefois possible de tirer certaines conclusions à ce sujet.

  • 65 Voir cependant les observations de Badian E., op. cit., p. 257, soulignant lui-même l’existence d’ (...)
  • 66 Badian E., op. cit., p. 278, tient pour preuve de l’extension des clientèles pompéiennes en Hispan (...)

30Tout d’abord, et leur nom et leur activité publique remettent tous deux en question la méthodologie suivie par Badian pour identifier les clients provinciaux ainsi que ses principales conclusions sur les engagements politiques que le statut de client impliquait prétendument. Selon Badian, les provinciaux qui obtenaient la citoyenneté romaine des mains d’un imperator adoptaient en général son nom65 et lui restaient fidèles ainsi qu’à sa famille durant le reste de leurs jours, générant ainsi des liens solides qui pouvaient durer des générations et qui constituaient la base de la domination romaine dans les provinces. Suivant cette thèse, cela signifierait qu’un provincial portant le nomen Cornelius aurait reçu – lui-même ou l’un de ses aïeux – la citoyenneté d’un imperator romain de ce nom et serait venu grossir la liste des clients de la famille du bienfaiteur. Or nous savons que les Cornelii Balbi ont obtenu la citoyenneté de Pompée le Grand sans pour autant adopter son nomen, pour des raisons inconnues. Si nous n’en avions pas la preuve, nos conclusions seraient totalement erronées. Et il faut garder à l’esprit que tel a pu être le cas d’autres provinciaux, hispaniques ou autres, auxquels nous avons attribué, sans doute à tort, un patronus en fonction de leur onomastique66.

31En ce qui concerne la présumée fidélité clientélaire de celui qui obtient la citoyenneté, les Balbi prouvent encore une fois que cette équation doit être remise en question car elle ne fonctionne pas toujours. Les Balbi ne se sont pas pliés à de prétendues règles clientélaires rigides dans leurs agissements politiques. Ils ne sont pas restés fidèles à la personne leur ayant octroyé la citoyenneté romaine – Balbus l’Ancien ne fut pas non plus fidèle à son père adoptif Théophane, un pompéien endurci jusqu’au bout –, et ont décidé de réserver cette fidélité à Rome et à l’idée de ce que devait être Rome à leurs yeux. Ils ont agi dans l’Urbs comme tout autre politicien, tandis qu’ils se sont comportés en Hispanie avant tout comme des citoyens romains. À Rome, ils sont demeurés partisans de César jusqu’à sa mort, reportant ensuite cette fidélité sur son fils adoptif Auguste. Leur condition de clients provinciaux n’a pas en elle-même aidé César ou Auguste à accéder au pouvoir, mais ils y ont contribué, à l’instar de nombreux autres Romains convaincus qu’il s’agissait là de la meilleure option politique pour Rome. Peut-être serait-il plus juste de se référer aux Balbi comme à des « amis » de César plutôt que comme à des clients vu que leur origine provinciale ne les relègue pas nécessairement dans une position subordonnée.

32En tant que citoyens romains, les Balbi ont toujours œuvré pour que Gadès demeure fidèle à Rome et, en particulier, à César, ce à quoi ils sont parvenus d’après ce que nous pouvons en juger sur la base des informations en notre possession. En tant que Gaditains, ils ont, pour leur cité d’origine, toujours tenté d’obtenir de Rome les plus grands avantages possibles, tout en devenant de généreux bienfaiteurs de Gadès. Leur importance reconnue au sein de la société de l’Urbs a fait d’eux les parfaits patrons pour les habitants d’Hispanie, ce qui explique la possible désignation de Balbus l’Ancien comme patronus à Gades – son neveu le fut peut-être aussi – et de Balbus le Jeune à Norba. Les Balbi se sont ainsi distingués à Rome pour être des Hispaniques totalement intégrés et impliqués dans la société et la politique romaines de leur époque, et en Hispanie, en particulier à Gadès, pour être un symbole de ce que Rome offrait aux provinciaux qui lui étaient fidèles, tout en s’érigeant en exemple de Romanité pour eux.

Notes

1 Badian E., Foreign clientelae (264-70 B. C.), Oxford, 1958, p. 262.

2 Ibid., p. 272.

3 Ibid., p. 278.

4 Voir toutefois le compte rendu critique de J. Bleicken dans Gnomon, no 36, 1964, p. 176-187.

5 Münzer F., Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, Stuttgart, 1920 ; Gelzer M., Die Nobilität der römischen Republik, Leipzig, 1912.

6 Voir le chapitre « Clientela » de Brunt P. A., The Fall of the Roman Republic, Oxford, 1988, p. 382-442, à l’instar des travaux de Rouland N., Pouvoir politique et dépendance personnelle dans l’antiquité romaine, Bruxelles, 1979 ; David J.-M., « La clientèle, d’une forme de l’analyse à l’autre », Bruhns H., David J.-M. et Nippel W. (éd.), Die späte Republik / La fin de la république romaine. Un débat franco-allemand d’histoire et d’historiographie, Rome, 1997, p. 196-216 ; Nippel W., « Klientel, Gesellschaftsstruktur und politisches System in der römischen Republik », Humanistische Bildung, no 21-22, 2000, p. 137-151.

7 Voir l’œuvre de F. Millar : « The Political Character of the Classical Roman Republic », JRS, no 74, 1984, p. 1-19 ; « Politics, Persuasion, and the People before the Social War (150-90 B. C.) », JRS, no 76, 1986, p. 1-11 ; « Political Power in the Mid-Republican Rome : Curia or Comitium ? », JRS, no 79, 1989, p. 138-150 ; The Crowd in the Late Republic, Ann Arbor, 1998. Cf. Mouritsen H., Plebs and Politics in the Late Roman Republic, Cambridge, 2001 ; Morstein-Marx R., Mass Oratory and Political Power in the Late Republic, Cambridge, 2004.

8 Millar F., Political Power, op. cit., p. 92. Une tout autre option est d’accepter la thèse de Millar selon laquelle la Rome républicaine doit être perçue comme une démocratie. Voir les critiques de Hölkeskamp K.-J., Reconstruire la République, trad. F. Hurlet et Cl. Layre, Nantes, 2008.

9 César souligne lui-même le nombre élevé de clients pompéiens en Hispanie, certainement pour faire indirectement peser davantage le poids de sa victoire finale contre les forces de son rival : César, BC, I, 29, 3 ; I, 61, 2-3 ; II, 18, 7.

10 Cf. Pina Polo F., « Hispania of Caesar and Pompey : A conflict of clientelae ? », García-Bellido Ma P., Mostalac A. et Jiménez A. (éd.), Del Imperium de Pompeyo a la Auctoritas de Augusto. Homenaje a Michael Grant, Anejos de Archivo Español de Arqueología, 47, Madrid, 2008, p. 41-48.

11 Voir particulièrement Rubio L., « Los Balbos y el Imperio romano », Anales de Historia Antigua y Medieval, 1949, p. 67-119 et 1951, p. 142-199 ; Rodríguez Neila J. F., Confidentes de César. Los Balbos de Cádiz, Madrid, 1992.

12 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 27-28.

13 Badian E., op. cit., p. 257, cite des exemples de provinciaux hispaniques qui, selon lui, portaient déjà des noms romains au moment d’obtenir la citoyenneté, comme les Fabii de Saguntum ou ceux de la turma Salluitana, d’Ilerda, cités sur le bronze d’Ascoli (ILS, 8888), et conclut que cela indique qu’un provincial pouvait garder son nomen lorsque la citoyenneté lui était octroyée, sans adopter le nom de son bienfaiteur, ou même qu’un provincial pouvait avoir un nom romain sans être citoyen romain.

14 Knapp R. L., « The origins of provincial prosopography in the West », Anc. Soc., no 9, 1978, p. 187-222 ; Dyson S. L., « The distribution of Roman Republican family names in the Iberian Peninsula », Anc. Soc., no 11-12, 1980-1981, p. 257-299.

15 Knapp R. L., op. cit., p. 187 : « I hope to demonstrate that the prosopography of Iberia and southern Gaul is a direct outgrowth of patronage extended by prominent Romans to non-Romans ; the native clients took the name of the Roman patron, and so the local prosopography reflects the Roman patronage. » Cf. Dyson S. L., op. cit., p. 294-297.

16 Knapp R. L., op. cit., p. 193 ; Dyson S. L., op. cit., p. 298-299.

17 Cicéron, Balb., 19 : « Nascitur, iudices, causa Corneli ex ea lege quam L. Gellius Cn. Cornelius ex senatus sententia tulerunt ; qua lege uidemus <rite> esse sanctum ut ciues Romani sint ii quos Cn. Pompeius de consili sententia singillatim ciuitate donauerit. Donatum esse L. Cornelium praesens Pompeius dicit, indicant publicae tabulae. »

18 Pour Amela Valverde L., Las clientelas de Cneo Pompeyo Magno en Hispania, Barcelone, 2002, p. 108, bien que Pompée ait étendu ses clientèles principalement en Hispanie citérieure pendant son séjour dans la Péninsule, « la concesión de ciudadanía a los Balbos de Gades demuestra claramente su intención de extender su radio de influencia sobre la Ulterior ».

19 Voir également un résumé des différentes hypothèses posées dans Rubio L., op. cit., p. 92-93 et Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 26-27 et 44-45.

20 Nauze Mr. de la, « Lucius Cornelius Balbus », Mémoires de Littérature de l’Académie royale des inscriptions et belles lettres, no 19, 1753, p. 329.

21 Rodríguez Mohedano R. et P., Historia literaria de España, Madrid, 1772, IV 26. Cf. Cicéron, Balb., 50.

22 Schulten A., Fontes Hispaniae Antiquae, Barcelone, 1940, V, p. 17. Tite-Live se réfère à lui une première fois comme étant propréteur (XXVIII, 38,1), et une seconde comme proconsul (XXIX, 13,7).

23 Rodríguez Neila J. F., op. cit., 45. Cette thèse est partagée par une longue liste de chercheurs, dont Münzer F., s. v. Balbus (Cornelius), RE, IV, 1261 et 1382. Badian E., op. cit., p. 303 : parmi les diverses possibilités avancées, sans jamais qu’aucune ne soit privilégiée, il est émis que ses praenomen et nomen dérivent des consuls de l’an 72, ou bien de L. Lentulus Crus, qui aurait servi en Hispanie sous les ordres de Pompée.

24 Cicéron, Att., VIII, 15A 2 : « Quod Lentulum consulem meum voluisti hic remanere, Caesari gratum, mihi vero gratissimum medius fidius fecisti. Nam illum tanti facio ut non Caesarem magis diligam » ; Cicéron, Att., IX, 7B 2 : « Sed etiam mihi ipse sua concessit voluntate ne in iis castris essem quae contra Lentulum aut Pompeium futura essent quorum beneficia maxima haberem, sibique satis esse dixit si togatus urbana officia sibi praestitissem quae etiam illis, si vellem, praestare possem. »

25 Knapp R. L., op. cit., p. 189 et 192 : les Balbi auraient adopté leur nomen de Cornelius avant de recevoir la citoyenneté. Ces Cornelii seraient les patrons des Balbi. Les hypothèses de Dyson S. L., op. cit., p. 289, vont dans le même sens.

26 ILS, 8888 ; Cicéron, Balb., 50-51.

27 Hurlet F., « Recherches sur la profectio de la dictature de Sylla à la lex Pompeia (82-52). Le cas des gouverneurs de rang prétorien », Barrandon N. et Kirbhiler F. (dir.), Administrer les provinces de la République romaine, Rennes, 2010, p. 45-72, spéc. p. 57.

28 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 51-63.

29 Cicéron, Att., II, 3, 3 : « Nam fuit apud me Cornelius, hunc dico Balbum, Caesaris familiarem. is adfirmabat illum omnibus in rebus meo et Pompei consilio usurum daturumque operam ut cum Pompeio Crassum coniungeret. » Pour sa part, Suétone (Caes., 81, 3) se réfère à Balbus comme « familiarissimus Caesaris ». Nous sommes en droit de penser que Balbus fut l’une des nombreuses figures ayant agi en coulisses sur la scène politique romaine, pour favoriser l’accord entre César, Pompée et Crassus, mais il est sans doute excessif de le considérer comme l’auteur du pacte étant donné qu’il venait en fin de compte d’arriver à l’Urbs. Cf. Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 71.

30 Cicéron, Balb., 63.

31 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 90-91.

32 Cicéron, Att., VII, 7, 6. Rubio L., op. cit., p. 104 ; Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 77.

33 Cicéron, Arch., 10 ; Valère Maxime, VIII, 14, 3.

34 Balbus est toujours appelé L. Cornelius Balbus, tel qu’il apparaît dans les fastes consulaires. Toutefois, dans l’Historia Augusta Balbinus disait descendre de Balbus Cornelius Théophane (Histoire Auguste, Balbin., 7, 3), unique occasion où le nom de Balbus apparaît altéré. Il peut tout simplement s’agir d’une mauvaise interprétation de l’écrivain. Cf. Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 78.

35 Cicéron, Balb., 1. Cf. Rubio L., op. cit., p. 113 ; Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 95-118.

36 César, BC, III, 18, 3.

37 Balbus l’Ancien écrivit au début de la guerre civile plusieurs lettres à Cicéron pour essayer de rallier l’ancien consul à la cause césarienne : Cicéron, Att., VIII, 15A ; IX, 7A ; IX, 7B ; IX, 13A. Cf. Rubio L., op. cit., p. 147-149.

38 Cf. Tacite, Ann., XII, 60 ; Rubio L., op. cit., p. 163-171 ; Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 189-202.

39 CIL, X, 3854 ; ILS 888 ; Pline, NH, VII, 136 ; Dion Cassius, XLVIII, 32, 2.

40 On ignore tout des premières années de vie de Balbus le Jeune. Fils de Publius, qui était le frère de Balbus l’Ancien, il reçut la citoyenneté romaine en même temps que son oncle (Pline, NH, V, 36). Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 153 suppose qu’il dut accompagner son oncle lorsque celui-ci partit à Rome, où il aurait reçu une éducation destinée au développement d’une carrière politique.

41 Cicéron, Att., VIII, 9, 4 ; VIII, 11, 5 ; IX, 6, 1. Cf. Broughton T. R. S., The magistrates of the Roman Republic, 3 vol. , Atlanta, 1951-1986, II, p. 265 ; Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 152.

42 Velleius Paterculus, II, 51, 3. Cf. Broughton T. R. S., op. cit., II p. 279 ; Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 178.

43 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 179.

44 Cicéron, Att., XII, 38, 2 ; XIII, 37, 1 ; XIII, 49, 2.

45 Cicéron, Fam., X, 32.

46 La nouvelle provient de pièces de monnaie d’origine incertaine et prétendument frappées en Hispanie. De fait, Crawford M., Roman republican coinage, Cambridge, 1974, I, p. 526-527, rejette la possibilité que ces pièces aient pu être frappées en Hispanie. Broughton T. R. S., op. cit., II, p. 381 et III p. 63 doute quant à lui sur l’attribution de la promagistrature à l’un des Balbi. Rubio L., op. cit., p. 188, considère qu’il s’agit de Balbus le Jeune. Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 265-267, est du même avis que ce dernier, mais il souligne le manque d’informations en notre possession à ce sujet.

47 CIL, I2, p. 50.

48 Velleius Paterculus, II, 51, 3. Il n’existe aucune certitude que L. Cornelius, qui fut consul suffectus en l’an 32, pût être Balbus le Jeune, comme cela a été spéculé par Rubio L., op. cit., p. 188-189. Cf. Broughton T. R. S., op. cit., III, p. 63 ; Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 268.

49 Nous savons avec certitude que Balbus fut patronus de Capoue : CIL, X, 3854 ; ILS, 888.

50 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 235, situe la désignation de Balbus comme patronus au moment où la citoyenneté romaine lui fut octroyée. Bien que l’opinion générale est que Balbus fut en effet patron de Gadès, le fait est qu’aucune source littéraire ni épigraphique n’en témoigne de façon certaine. Cicéron confirme bien l’étroite relation entre Balbus et sa ville d’origine en affirmant lors de son discours de défense en faveur du Gaditain en l’an 56 qu’il avait reçu quelques années auparavant le titre d’hospes de la ville, avec tessera à l’appui, attestant de la condition de Balbus (Cicéron, Balb., 41 : « Hospitium multis annis ante hoc tempus cum L. Cornelio Gaditanos fecisse publice dico »). Cf. Beltrán Lloris F., « Hospitium fecit », Rome (e.p.).

51 Cicéron, Balb., 42.

52 Cicéron, Balb., 43.

53 Dion Cassius, XLI, 24, 1.

54 César, BC, II, 18-20.

55 César, BC, II, 21.

56 Bell. Hisp., 37 et 40.

57 Bell. Hisp., 39, 3 et 40, 6.

58 Dion Cassius, XLVIII, 32, 2.

59 Suétone, Aug., 29, 8.

60 Cicéron, Fam., X, 32.

61 Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 258-259, soutient qu’il y aurait eu au sein de la société gaditaine une confrontation entre les partisans de César et ceux de Pompée. Balbus se serait heurté à l’opposition de ces derniers, comme en attestent les remarques figurant dans la lettre d’Asinius Pollio.

62 Strabon, III, 5, 3. Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 261-263 et p. 289-297.

63 AE 1962, 71 : [L(ucio)] CORNELIO/ BALBO IMP(eratori)/ C(olonia) NORB(a) CAESA(rina)/ PATRONO. Cf. Rodríguez Neila J. F., op. cit., p. 281-283.

64 Tacite, Ann., XI, 24, 3.

65 Voir cependant les observations de Badian E., op. cit., p. 257, soulignant lui-même l’existence d’exceptions. Cf. Amela Valverde L., op. cit., p. 295 : tous les habitants d’Hispanie nommés Pompée ne doivent pas forcément être considérés comme des clients de la gens Pompeia, et tous les clients de Pompée ne portaient pas nécessairement son gentilice. Amela conclut : « Es imposible conocer cuál fue la amplitud de la clientela pompeyana (o de cualquier familia romana de la República) a través del estudio de la prosopografía provincial. »

66 Badian E., op. cit., p. 278, tient pour preuve de l’extension des clientèles pompéiennes en Hispanie l’existence connue d’un bon nombre d’Hispaniques appelés Pompée et cite, de façon surprenante, l’exemple des Cornelii Balbi.

Notes de fin

* Projet « Las clientelas provinciales en el Occidente del Imperio romano » (HAR2010-16449). Ministerio de Ciencia e Innovación, Gobierno de España (ministère de la Science et de l’Innovation d’Espagne).

Voir en espagnol Pina Polo F., « Los Cornelio Balbo : clientes en Roma, patronos en Gades », Identità e autonomie nel mondo romano occidentale. Italia-Iberia 3 (Epigrafia e Antichità, 29), Faenza, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540