Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Troisième partie. Le gouverneur et les élites provinciales

Les relations du gouverneur avec les notables provinciaux : cérémonial et sociabilité

Agnès Bérenger

Texte intégral

1Lors de son séjour dans la province qui lui avait été confiée, tout gouverneur rencontrait diverses occasions au cours desquelles il était amené à entrer en relation avec les notables de sa province. Si les sources antiques insistent sur l’idée qu’un gouverneur doit être accessible à tous et en tout lieu, dans les faits ces contacts étaient davantage susceptibles de se produire avec les membres de l’élite des cités. C’est donc l’analyse des circonstances au cours desquelles ces rencontres se produisaient qui permettra, au long de cet article, d’envisager les modalités de ces rencontres et les formes de sociabilité qui ont alors pu se mettre progressivement en place. Si la première prise de contact avait lieu lors de l’entrée dans la province, qui marquait officiellement l’entrée en fonction, d’autres prenaient place lors des nombreux déplacements qui jalonnaient l’année, que ce soit à l’occasion de la cérémonie de l’aduentus (entrée solennelle) ou pendant les réceptions offertes par la cité ou par des notables. De même, le lieu de résidence du gouverneur était le théâtre de moments de sociabilité au cours desquels se côtoyaient divers groupes.

Les rapports avec les notables : problématiques et enjeux

2Malgré les pouvoirs très étendus dont il disposait, le gouverneur ne pouvait se comporter sans tenir compte des autres parties en présence dans sa province. Nous verrons dans quelles occasions pouvaient s’établir des contacts, qui restaient bien souvent dans des limites soigneusement encadrées. Il importe au préalable d’examiner plus précisément les rapports qu’entretenait le gouverneur avec les notables, pour autant qu’ils puissent être précisément cernés, ce que les sources ne permettent pas toujours.

  • 1 Plutarque, Praecepta rei publicae gerendae, 817 A : ἐν δὲ πράξεσιν ἀληθιναῖς καὶ πολιτείᾳ τòν πλού (...)

3Au préalable, une définition de la notion de notables telle que je l’ai retenue s’impose. Je m’intéresserai ici aux élites politiques, à savoir les hommes qui exerçaient le pouvoir dans les cités, par le biais de la gestion des magistratures, de la participation aux séances du conseil des décurions ou de la boulè, ou encore des missions qu’ils pouvaient remplir pour leur communauté, telles les ambassades. Ces élites ne sont pas nécessairement distinctes des élites économiques ou intellectuelles, mais elles ne se recoupent pas non plus obligatoirement : la richesse ne conduisait pas toujours à exercer un pouvoir politique, même si une fortune minimale était une condition nécessaire pour pouvoir briguer une magistrature et faire partie du sénat local. Plutarque, dans ses Préceptes politiques, a d’ailleurs établi une nette distinction entre l’homme riche et connu (πλούσιος καὶ ἔνδοξος) et le magistrat issu du commun et sans fortune (ἄρχών ἰδιώτης καὶ πένης) et rappelé que le premier se montrait parfois dédaigneux vis-à-vis du second1.

  • 2 Plutarque, Praec., 815 D : καὶ Θεσσαλοὺς πρότερον ἐπὶ τού Σεβαστοῦ Πετραῖον ζῶντα κατακαύσαντας.

4Ces élites politiques ne formaient pas un groupe homogène au sein des cités. Il convient donc de s’interroger sur les critères qui ont pu conduire à des scissions au sein des notables et à la constitution de groupes antagonistes, s’opposant en raison d’intérêts divergents. Malheureusement, les auteurs anciens se sont souvent contentés de signaler l’existence de dissensions intestines, sans préciser les données du conflit ou les parties en cause. Ces luttes étaient parfois acharnées et se terminaient dans les cas les plus graves de façon dramatique. Plutarque rapporte ainsi que sous Auguste, en Thessalie, un notable local, Petraeus, avait été brûlé vif durant une lutte entre factions2, sans que l’on sache exactement, là encore, quelles étaient les raisons du conflit.

5Les oppositions pouvaient aussi se structurer contre un concitoyen. Les relations avec l’assemblée du peuple constituaient aussi parfois un facteur de tensions, certains notables décidant de soutenir les revendications populaires, d’autres au contraire refusant d’en tenir compte. Dans certains cas, des notables pouvaient susciter la colère populaire contre un de leurs adversaires en l’accusant, à juste titre ou non, d’avoir œuvré contre le bien commun. Par exemple lors d’une disette de blé, on pouvait faire courir le bruit qu’un tel faisait partie des accapareurs qui stockaient le blé pour faire monter les prix.

  • 3 Par exemple Plutarque, Praec., 813 D.
  • 4 Cf. par exemple Bérenger A., « L’expression du témoignage dans l’Empire romain : la justice à l’ép (...)

6Enfin des éléments extérieurs étaient susceptibles d’influencer les relations entre les notables. On peut certes parler des autorités romaines en général, mais l’instance avec laquelle les relations étaient les plus courantes est sans aucun doute le gouverneur de province. Toute la puissance ne résidait cependant pas de son côté, contrairement à ce que laissent penser les affirmations de nombreux auteurs antiques3. En outre, son influence dépendait grandement du statut de chaque cité : il n’était pas fondé à intervenir dans les affaires intérieures des cités libres, ni dans celles des colonies romaines. Du point de vue du gouverneur, la capacité à gérer les relations avec les acteurs de la vie politique locale dépendait largement des connaissances précises qu’il pouvait avoir du milieu en question. Se pose d’abord la question des connaissances linguistiques : dans la partie hellénophone de l’empire, les gouverneurs devaient en théorie connaître le grec, mais dans la réalité il n’est pas sûr que tous l’aient maîtrisé parfaitement4.

7Dans le rapport de forces susceptible de se nouer entre les notables provinciaux et le gouverneur de la province, divers facteurs pouvaient jouer et introduire des variables dans la puissance respective des divers protagonistes. Ainsi, le niveau atteint dans la carrière des honneurs par le gouverneur constituait un aspect important : un ancien consul avait plus de poids qu’un ancien préteur. La « surface » sociale et politique d’un gouverneur rendait donc plus ou moins intéressant d’établir des liens avec lui. Encore convient-il de savoir quels avantages réciproques ces rapports éventuels pouvaient apporter aux protagonistes. Deux aspects différents sont à prendre en compte, les avantages collectifs pour la cité, et en particulier ses élites politiques, et les bienfaits individuels.

  • 5 Fernoux H.-L., Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine (IIIe(...)
  • 6 Cicéron, 2Verr., II, 83-94. Cf. Deniaux É., « Liens d’hospitalité, liens de clientèle et protectio (...)

8Des contacts privés s’établissaient entre gouverneur et notables, en particulier à l’occasion des déplacements du gouverneur. Comme nous le verrons plus en détail, son hébergement était assuré par les notables des cités où il passait. Les liens qui se tissaient éventuellement à ces occasions étaient susceptibles d’apporter par la suite des avantages aux notables, en particulier l’octroi de la citoyenneté romaine dans les premiers temps de la domination romaine. Ainsi, en Bithynie, H.-L. Fernoux a noté des traces épigraphiques, dans l’onomastique de notables, de l’octroi de la citoyenneté romaine par trois gouverneurs, M. Aurelius Cotta (73-71 av. J.-C.), C. Caecilius Cornutus (56-55 av. J.-C.) et P. Silius (51-50 av. J.-C.)5. Certains notables locaux ont pu chercher à instrumentaliser le gouverneur pour régler leurs conflits avec un de leurs pairs. Le gouverneur représentait alors celui grâce auquel l’élimination d’un rival pouvait devenir possible. Lors de la préture de Verrès en Sicile, deux notables de Thermae, Agathinus et Dorotheus, qui étaient les ennemis d’un dénommé Sthenius, l’un des plus puissants notables de cette cité, ont profité de la rupture du lien d’hospitalité de ce dernier avec le gouverneur pour se rapprocher de Verrès en lui proposant leurs services et en lui offrant l’hospitalité. Bien plus, tous trois se sont entendus pour intenter un procès contre Sthenius, accusé d’avoir commis un faux en écritures publiques6. Il est dommage que le plaidoyer de Cicéron n’explicite pas les raisons de cette violente inimitié, mais le mécanisme qui aboutit à tenter de nuire à un adversaire en nouant des liens avec le gouverneur romain apparaît on ne peut plus clairement dans cet épisode.

  • 7 Plutarque, Praec., 814 F ; 815 A.

9Pour sauvegarder l’autonomie des cités, leur liberté, il importait de limiter le plus possible les interventions des autorités romaines et il convenait d’éviter, autant que possible, de faire appel à elles. En effet les auteurs qui soulignent la nécessité de ne pas faire appel au gouverneur (ou tout au moins le moins possible) n’en ont pas fait pour autant un personnage hostile par principe et dangereux pour la cité et son autonomie. Le recours excessif au gouverneur constituait plutôt un péril interne, une tentation sournoise à laquelle devaient savoir résister les notables, comme l’a d’ailleurs souligné à plusieurs reprises Plutarque, qui insistait sur l’union nécessaire entre bouleutes, afin d’éviter l’intervention du gouverneur7.

  • 8 Sur cette question, voir Bérenger A., « L’impartialité du gouverneur de province dans l’empire rom (...)
  • 9 Digeste, I, 18, 18 ( = Modestin, Lib. V regularum) : Plebi scito continetur, ut ne quis praesidum (...)
  • 10 Marotta V., Mandata principum, Turin, Giappichelli, 1991, p. 140.
  • 11 Cicéron, 2Verr., IV, 9: « Videte maiorum diligentiam, qui nihildum etiam istiusmodi suspicabantur, (...)
  • 12 Marotta V., op. cit., p. 139-140.

10En ce qui concernait le gouverneur, les avantages qu’il pouvait retirer de ses contacts locaux ne sautent pas aux yeux. Au contraire, semble-t-il, favoriser un notable ou un groupe aux dépens des autres était le meilleur moyen de s’attirer des ennuis, en se faisant accuser de favoritisme ou de partialité, voire d’encourir au sortir de sa charge une accusation en bonne et due forme. Les juristes se font l’écho des préoccupations du pouvoir central à cet égard, puisque les recommandations de s’en tenir à une stricte impartialité étaient récurrentes. Des dispositions contraignantes visaient à garantir l’impartialité du gouverneur, tout en limitant les risques d’accusation de collusion avec tel ou tel provincial8. C’est ainsi que s’explique, par exemple, l’interdiction de recevoir des cadeaux. Certes un gouverneur n’était pas absolument obligé de refuser tous les cadeaux que les provinciaux voulaient lui offrir, mais il devait cependant savoir garder la mesure et ne surtout pas se montrer avide et intéressé. Un plébiscite rappelé par le Digeste précisait que les dons acceptables ne devaient pas dépasser ce qui pouvait se manger ou se boire pour un ou deux jours9. Or ce plébiscite, dont la datation est controversée, remonte au moins au Ier siècle av. J.-C., sinon au IIe siècle10. L’interdit ne se limitait pas aux cadeaux, mais concernait aussi les achats qui pouvaient être effectués dans la province. En outre, il existait une interdiction spécifique d’acheter des esclaves sur le sol provincial, qui était déjà en vigueur à l’époque de Cicéron. Ce dernier en fait mention dans son discours contre Verrès, où il affirme que les maiores avaient introduit une série de règles pour prévenir les abus des gouverneurs et avaient ainsi interdit l’achat d’esclaves sur le sol provincial. La seule exception prévue était la possibilité de remplacer un esclave décédé, et encore fallait-il que cet esclave fût décédé sur place11. La restriction imposée s’explique ainsi, selon Cicéron : les maiores n’avaient pas voulu laisser un gouverneur monter sa maison dans la province, mais seulement réparer la perte subie en province. L’emploi par Cicéron du terme de maiores laisse penser que cette interdiction remontait à une époque assez reculée et il semble qu’elle ait déjà été en vigueur au milieu du IIe siècle av. J.-C.12.

  • 13 Cicéron, 2Verr., III, 169 : « Si hercule te tuam pecuniam praetorem in prouincia faeneratum docere (...)

11Toute forme d’activité que nous pourrions qualifier d’« économique » était interdite aux gouverneurs à l’intérieur de leur province, et ce déjà à l’époque de Sylla, au début du Ier siècle av. J.-C. Cicéron, dans les Verrines, a clairement fait allusion à l’interdiction qui leur était faite de consentir des prêts à intérêt, puisqu’il affirmait que s’il prouvait que Verrès avait consenti des prêts sur ses fonds propres dans la province de Sicile, l’accusé ne pourrait échapper à la condamnation13.

  • 14 Cicéron, 2Verr., IV, 10 : « Quae fuit causa, cur tam diligenter nos in prouinciis ab emptionibus r (...)

12De telles interdictions s’expliquent par la nécessité de maintenir une distance nette entre le gouverneur et ses administrés, en particulier les notables locaux, afin de garantir son impartialité et d’éviter toute collusion qui aurait pu jeter le doute sur les décisions qu’il était amené à rendre lors des procès qui venaient devant sa juridiction. C’est ce que disait clairement Cicéron dans les Verrines, à la suite du passage déjà cité. Les maiores avaient interdit aux gouverneurs d’effectuer des achats dans leur province parce qu’ils estimaient que le vendeur n’aurait pas été libre de vendre selon ses désirs, en toute liberté, et en particulier qu’il n’aurait pas été à égalité avec l’acquéreur lors de la fixation du prix. Par conséquent il se serait agi d’une extorsion (ereptio), non d’une acquisition (emptio). Comme le soulignait l’orateur, ils avaient bien compris qu’un Romain exerçant le pouvoir administratif dans une province pourrait emporter tout ce qu’il voudrait, et cela au prix qu’il aurait lui-même fixé14.

  • 15 Bibliographie sur cette question : Dell’Oro A., « Mandata » e « Litterae ». Contributo allo studio (...)
  • 16 Il s’agit de Tacite, Ann., III, 33. Cf. Dell’Oro A., « Mandata » e « Litterae », op. cit., p. 46 ( (...)

13Des interdictions matrimoniales fort précises avaient également été édictées et visaient à éviter qu’un gouverneur ne parût excessivement lié à une famille de sa province. Le gouverneur n’avait en effet pas le droit de prendre épouse dans la province où il était en fonction15. Un passage de Tacite a été invoqué par certains auteurs qui en tirent argument pour conclure que cette interdiction remonterait à l’époque républicaine16, mais l’historien n’affirme rien de tel explicitement, même si cela ne peut être écarté. Il n’est donc pas possible de déterminer la période exacte à laquelle fut mis en place cet interdit.

14En sens inverse, s’attirer l’inimitié d’un notable pouvait avoir de graves conséquences et les gouverneurs en étaient conscients. Savoir quels étaient les divers clans qui luttaient pour le pouvoir et l’influence au sein des cités aurait pu permettre à un gouverneur d’éviter de mécontenter les plus puissants, mais il ne pouvait guère acquérir cette connaissance que par des contacts locaux et la question de leur fiabilité restait délicate.

15Nous avons ici envisagé la question des rapports entre un gouverneur et les élites des cités de sa province, élites qui apparaissaient au travers de nos sources comme un ensemble partagé en des groupes parfois antagonistes. L’intérêt pour ces hommes d’établir des relations avec le représentant de Rome était le plus souvent purement tactique et individuel, et visait à leur permettre d’obtenir des avantages, voire d’éliminer leurs rivaux. Quant au gouverneur, son intérêt était clairement de s’immiscer le moins possible dans ces histoires locales, afin d’éviter toute accusation de favoritisme.

16Nous allons maintenant nous pencher sur les occasions de contacts entre le gouverneur et les habitants de sa province, tout au long de son séjour. Les auteurs antiques insistent aussi sur l’accessibilité, qu’ils présentent souvent comme l’une des qualités nécessaires au bon gouverneur, tout en laissant transparaître des réserves puisque le gouverneur doit aussi ne pas se laisser influencer par ses administrés. Nous examinerons ensuite les différentes occasions au cours desquelles le gouverneur rencontrait les provinciaux, que ce soit dans la capitale ou au cours de ses déplacements.

L’idéal : un gouverneur accessible à tous et en tout lieu

  • 17 Cicéron, Q. fr., I, 1, 25 : « Facillimos esse aditus ad te, patere aures tuas querelis omnium […]. (...)
  • 18 Cicéron, Q. fr., I, 1. Sur cette lettre, Fallu E., « La première lettre de Cicéron à Quintus et la (...)

17Facillimos esse aditus ad te, affirmait Cicéron en parlant de son frère Quintus, alors gouverneur d’Asie17. Cette affirmation figurait dans une lettre de l’orateur à son frère, écrite à la fin de 60 ou au début de 59 av. J.-C.18. Quintus Tullius Cicero, préteur en 62, gouverna l’Asie pendant trois années, de 61 à 58, et reçut au cours de cette fonction deux longues lettres de conseils et de critiques de la part de Cicéron, resté à Rome. Celle que nous analysons ici fut écrite à l’occasion de la troisième année de proconsulat de Quintus et se présente comme une réponse à ce dernier qui se plaignait d’avoir été prorogé dans son gouvernement. Les paragraphes 7 à 19 sont particulièrement intéressants, car ils abordent la question des devoirs du gouverneur envers ses administrés. Notons d’ailleurs que le contexte immédiat n’est sans doute pas étranger aux affirmations de Cicéron. En effet, il écrivit cette lettre trois ans après la fin de la guerre contre Mithridate, qui fut vaincu par Pompée et se suicida en 63. Or ce conflit avait eu des effets dévastateurs pour l’Asie et il convenait de panser ces blessures et d’éviter tout rejet de la domination romaine.

  • 19 Cicéron, Q. fr., I, 1, 25 : « Facillimos esse aditus ad te, patere aures tuas querelis omnium, nul (...)

18Tout au long de cette lettre, Cicéron insiste donc sur l’importance du comportement individuel du gouverneur, sur son tact et son bon sens, indispensables afin de limiter les conflits entre les publicains et les provinciaux, par exemple. Il louait ainsi son frère Quintus pour la facilité avec laquelle les provinciaux avaient accès à lui, y compris dans sa maison et jusque dans son cubiculum19. Or ce passage fait en premier lieu allusion à la réception des plaignants, car la mention du tribunal amène inévitablement à penser aux plaignants qui voulaient présenter leur requête au gouverneur. Cependant, fait intéressant, cet accès à la personne du gouverneur est envisagé non seulement dans les lieux où il était censé accomplir ses fonctions, mais aussi dans sa propre demeure, comme le montre la gradation introduite entre les lieux cités, le tribunal, la domus proconsulis et enfin le cubiculum.

  • 20 Cicéron, Att., VI, 2, 5 : « Aditus autem ad me minime prouinciales. » Cf. Schulz R., Herrschaft un (...)
  • 21 Cf. Pottier E., DAGR, III, 1, p. 602-603, s. v. Janitor; Schneider K., RE, IX, 1916, col. 692-693, (...)
  • 22 Plutarque, Cic., 36, 4: Ἠ δ' οἰκία θυρωρòν οὐκ ἐχεν..
  • 23 CIL, X, 7127 (Syracuse). Sur Éros, seruus cubicularius du proconsul, cf. Bivona L., « La documenta (...)
  • 24 Cicéron, Att., VI, 2, 5 : « Aditus autem ad me minime prouinciales. Nihil per cubicularium […]. »

19Si l’orateur louait son frère pour avoir ainsi permis aux provinciaux d’avoir aisément accès à lui, il se vanta aussi, quelques années plus tard, auprès d’Atticus d’avoir fait preuve des mêmes qualités lors de son propre proconsulat de Cilicie20. Faut-il voir dans l’affirmation de Cicéron une exagération rhétorique ? En effet, d’autres sources laissent plutôt penser qu’un contrôle était exercé par plusieurs personnes qui filtraient les visiteurs. La première étape était le franchissement du seuil, surveillé par un portier, de statut servile dans les maisons aristocratiques21. Dès lors, l’absence de portier symbolisait la facilité d’accès au gouverneur, si l’on en croit Plutarque, qui, lorsqu’il soulignait l’excellence du proconsulat de Cicéron en Cilicie, précisait que sa maison n’avait pas de θυρωρός22. Le deuxième barrage était opéré par le cubicularius, chargé d’introduire les visiteurs, qui pouvait être un esclave, comme le montre le cas, un peu plus tardif, d’Éros, cubicularius du proconsul de Sicile Iunius Iunianus23. Là encore, son absence vaut déclaration d’accessibilité. Cicéron lui-même, quand il se vantait de l’accès facile qu’il offrait à ses administrés ciliciens, précisait que rien ne se faisait par l’intermédiaire du cubicularius24.

20Si nous examinons à nouveau les déclarations de Cicéron, nous pouvons donc percevoir une apparente contradiction entre le faste de la résidence du gouverneur, qui comprenait du personnel chargé de filtrer les visiteurs, et la possibilité offerte à chacun, y compris aux plus humbles plaignants, de venir lui porter leurs doléances. Cela implique que, d’une certaine façon, la simplicité proclamée du gouverneur est mise en valeur par l’existence même d’instances de contrôle qui restent visibles mais ne fonctionnent plus. En d’autres termes, un provincial ressentait mieux l’honneur que lui faisait le gouverneur en le recevant, s’il passait devant un portier qui le laissait accéder au cubiculum.

21Ce n’est que plus tard, sous l’Empire, au fur et à mesure de l’évolution de la fonction de gouverneur, que le personnel s’est étoffé et que les contrôles se sont multipliés, rendant à première vue l’accès direct à la personne du gouverneur plus difficile.

  • 25 Cf. Marotta V., op. cit., p. 95 ; Meyer-Zwiffelhoffer E., Πολιτικῶς ἄρχειν. Zum Regierungsstil der (...)
  • 26 Cicéron, Q. fr., I, 1, 15: « […] nullum genus in familiaritate cauendum magis […] »; 16: « Quos eg (...)

22Néanmoins, être accessible pour les provinciaux ne signifiait pas pour autant avoir des relations de proximité avec eux. Au contraire, une des règles que l’on retrouve affirmées à maintes reprises est celle d’éviter toute familiarité excessive25. Cette idée est énoncée clairement par Cicéron dans la lettre à son frère Quintus que nous avons déjà largement évoquée. Il y précisait qu’une grande méfiance à l’égard des provinciaux, et en particulier des Grecs, était nécessaire, parce qu’ils pouvaient être conduits par l’avidité, et que leur comportement s’avérait souvent trompeur, tandis que leurs protestations d’amitié étaient en général intéressées26.

23La dignitas ne pouvait se maintenir qu’à condition de garder ses distances. Le gouverneur devait donc réussir à maintenir un délicat équilibre, en se montrant accessible mais non influençable.

À travers la province : les rencontres entre provinciaux et gouverneur

24Les occasions les plus fréquentes de contacts entre le gouverneur et ses administrés avaient lieu dans des espaces publics, au cours de cérémonies qui mettaient en scène le gouverneur en tant que représentant du pouvoir romain. Les nombreux déplacements qu’il était amené à effectuer au cours de son séjour le conduisaient dans des cités qui organisaient avec faste sa réception.

  • 27 Cf. Marshall A. J., « Governors on the Move », Phoenix, no 20, 1966, p. 231-246. Pour le Haut-Empi (...)
  • 28 Par exemple Austin N. J. E. et Rankov N. B., Exploratio. Military and Political Intelligence in th (...)
  • 29 Haensch R., Capita provinciarum. Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiser (...)
  • 30 Marshall A. J., op. cit., p. 233-234 ; Haensch R., op. cit., p. 307-312, 748-751 ; Heller A., « Le (...)

25Tout gouverneur était amené, par sa fonction, à effectuer de nombreux déplacements, à la nature et aux finalités diverses27. Certains historiens ont postulé l’existence d’un « voyage inaugural » dans la province, sorte de voyage d’inspection qui aurait permis au gouverneur d’établir un premier contact avec les provinciaux et de prendre connaissance des problèmes spécifiques qui pouvaient se poser28. Toutefois, cette hypothèse cadre mal avec le calendrier resserré de l’année du gouverneur et en particulier avec la partie considérable de l’année qu’il consacrait déjà à la tournée dans les chefs-lieux de conuentus. Sans entrer ici dans la question fort compliquée de l’organisation des conuentus, sur laquelle je renvoie à l’ouvrage magistral de Rudolf Haensch29, notons à titre d’exemple que la province d’Asie, qui est celle pour laquelle nous disposons des renseignements les plus précis, comptait au milieu du Ier siècle av. J.-C. neuf conuentus, à savoir Éphèse, Tralles, Alabanda, Mylasa, Smyrne, Pergame, Sardes, Adramyttium et Milet, auxquels il convient d’ajouter les centres phrygiens, Laodicée, Apamée et Synnada, rattachés temporairement à la Cilicie entre 56 et 50 av. J.-C.30. Ce deuxième type de déplacement avait lieu tous les ans, selon un calendrier préétabli, plus ou moins souple selon les provinces. D’autres voyages de gouverneurs revêtaient un caractère plus exceptionnel, prenant par exemple la forme de tournées d’inspection à travers leur province, le long d’une côte ou de la frontière. Des déplacements plus personnels, qu’on pourrait qualifier de voyages d’agrément, sont aussi attestés. Les gouverneurs pouvaient profiter simplement d’un déplacement lié à leur charge pour faire une étape ou un détour afin de visiter un site célèbre.

  • 31 Laronde A., « La Cyrénaïque romaine, des origines à la fin des Sévères (96 av. J.-C.-235 apr. J.-C (...)
  • 32 Cicéron, Att., V, 17, 1 : « Hanc epistulam dictaui sedens in reda. » Cf. aussi Pline, Ep., X, 15.
  • 33 Cicéron, 2Verr., V, 27 : « Nam, ut mos fuit Bithyniae regibus, lectica octaphoro ferebatur, in qua (...)
  • 34 Par exemple Suétone, Cal., 43 ; Apulée, Apol., 76, 5. Cf. André J.-M. et Baslez M.-F., Voyager dan (...)
  • 35 Prérogative royale : Cicéron, Q. fr., II, 8, 2.

26Les nombreux déplacements des gouverneurs s’effectuaient le plus souvent par voie de terre, mais le proconsul de Crète-Cyrénaïque, pour ne citer que lui, devait effectuer une traversée de près de 300 km pour aller d’une partie de sa province à l’autre31. Les voyages terrestres s’effectuaient le plus souvent en voiture (raeda) et certains, comme Cicéron, mettaient à profit les longs trajets pour dicter leur courrier32. Le recours à la litière reste plus anecdotique. Selon Cicéron, Verrès partait au début du printemps pour faire le tour des cités de Sicile et se déplaçait en litière portée par huit hommes, sur laquelle était disposé un coussin en étoffe de Malte, rempli de pétales de roses33. Le goût pour la litière, surtout celle à huit porteurs, était vu comme un signe de mollesse et a fait l’objet de critiques chez de nombreux auteurs antiques34. L’orateur ajoutait incidemment que cette pratique était habituelle pour les rois de Bithynie, notation qui équivalait évidemment à une condamnation sans appel de l’hybris de Verrès35. Le gouverneur voyageait avec une escorte, qui le prémunissait contre les éventuelles attaques de brigands.

  • 36 Cicéron, Att., V, 16, 3 : « Scito non modo nos foenum aut quod e lege Iulia dari solet non acciper (...)
  • 37 Cicéron, Att., V, 16, 3 : « […] nec praeter quattuor lectos et tectum quemquam accipere quicquam, (...)
  • 38 Cicéron, Ad Q. fr., I, 1, 9 : « Non itineribus tuis perterreri homines, non sumptu exhauriri, non (...)
  • 39 Mitchell S., « Requisitioned Transport in the Roman Empire: A New Inscription from Pisidia », JRS, (...)

27Lors des étapes dans des cités, les provinciaux devaient pourvoir au logement du gouverneur. La lex Iulia de repetundis de 59 av. J.-C. avait fixé des normes pour la fourniture de l’hospitium aux gouverneurs et à leur entourage. Cicéron indiquait dans sa Correspondance que le gouverneur, ses légats et son questeur avaient le droit de demander abri, lits, nourriture à titre gratuit, durant leur voyage vers la province et dans leurs déplacements à l’intérieur de celle-ci36. Cette obligation légale dut donner lieu à des abus, et Cicéron fit allusion, de manière plus ou moins voilée, aux charges imposées aux cités de Cilicie par son prédécesseur Appius Claudius, tout en se vantant de sa propre modération en la matière, lui qui n’avait accepté que quatre lits et un toit, se contentant même parfois de dormir sous la tente37. Dans la première lettre adressée à Quintus sur son proconsulat d’Asie, il le louait pareillement de ne pas avoir épuisé les provinciaux par les dépenses à l’occasion de ses voyages et soulignait l’allégresse générale qui accompagnait partout son arrivée, parce que les cités pensaient recevoir un protecteur et non un tyran, les maisons un hôte et non un pillard38. Le problème était toutefois récurrent. Au tout début de l’Empire, Sex. Sotidius Strabo Libuscidianus, légat de Galatie en 14-15 apr. J.-C., promulgua un édit qui fixait les limites des réquisitions, tout en rappelant que l’hospitalité devait être fournie gratuitement, entre autres, aux membres de son entourage (comitatus)39.

  • 40 Cicéron, 2Verr., I, 63 : « Deducitur iste ad Ianitorem quendam hospitem, comitesque eius item apud (...)
  • 41 Cicéron, 2Verr., I, 64 : « […] statim ad Philodamum migrare se diceret uelle. Hospes Ianitor, qui (...)

28Ces nombreux rappels à l’ordre laissent entendre l’existence d’abus, mais leur pratique ne devait pas pour autant être généralisée. Les indices sur l’application concrète de ce système restent ténus, mais il semble que les gouverneurs aient été logés dans la maison d’un notable local. L’hospitium devait en effet être compatible avec la dignitas du haut personnage qui était ainsi reçu et il est très vraisemblable que des règles précises aient été édictées dans certaines cités à ce sujet. C’est ce qui ressort en tout cas d’un épisode rapporté par Cicéron, qui se serait produit alors que Verrès était légat de Cn. Cornelius Dolabella en Cilicie. Il se fit confier une mission auprès du roi Nicomède IV de Bithynie et fit étape, au cours de son voyage, à Lampsaque, dans la province d’Asie, où il fut logé dans la demeure d’un certain Ianitor, tandis que ses comites étaient accueillis chez d’autres hôtes40. Mais, comme il convoitait la fille d’un certain Philodamos, il déclara vouloir aussitôt se transférer dans la maison de ce dernier. Ianitor, craignant de l’avoir offensé de quelque manière, fit alors tout pour le retenir41. Ne pouvant trouver de motif plausible pour justifier son changement de résidence, Verrès déclara alors que Rubrius, son complice, n’était pas bien logé et ordonna qu’il soit conduit chez Philodamos.

  • 42 Cicéron, 2Verr., I, 64 : « Is ad eum rem istam refert, Philodamum esse quendam, genere, honore, co (...)
  • 43 Cicéron, 2Verr., I, 65 : « Ostendit munus illud suum non esse ; se, cum suae partes essent hospitu (...)

29Cet épisode présente plusieurs points intéressants pour notre propos. Il atteste d’abord la pratique de répartir chez plusieurs personnes les Romains qu’il fallait héberger. Ensuite, on remarque le fait que Philodamos, présenté par Cicéron comme le premier citoyen de Lampsaque en raison de sa famille, de son importance, de sa richesse et de son prestige42, n’avait pas, au moins dans un premier temps, été chargé de loger le légat du proconsul. La suite du récit en explique les raisons : pour justifier son refus d’héberger Rubrius, Philodamos s’était rendu auprès de Verrès, auquel il avait expliqué que cette charge (munus) ne lui incombait pas. En effet, quand c’était à son tour d’offrir l’hospitalité, il avait l’habitude d’accueillir chez lui les préteurs et les consuls, et non les membres de la suite des légats43. Si l’on suit le récit de Cicéron, les citoyens de Lampsaque avaient donc mis en place une organisation assez précise pour l’hébergement des officiels romains. Le « premier citoyen » accueillait dans sa demeure les plus hauts représentants de l’État romain, à savoir les magistrats supérieurs et promagistrats, tandis que les membres de leur suite étaient répartis chez d’autres habitants, en fonction de leur rang, selon des critères qui ne sont pas autrement précisés. Enfin, le premier hôte de Verrès, Ianitor, chercha désespérément à le retenir, parce qu’il craignait que son départ précipité ne fût dû à une maladresse de sa part. Pour le provincial qui recevait en sa demeure, avoir un hôte qui manifestait sa volonté de changer d’hébergement devait représenter un déshonneur.

30Nous ne sommes donc au total guère renseignés sur l’accueil que les provinciaux réservaient au gouverneur durant ses déplacements eux-mêmes. En revanche, les entrées dans les cités sont mieux connues, essentiellement parce qu’elles faisaient l’objet d’un cérémonial relativement ritualisé qui mettait en présence les différents acteurs. Plusieurs occasions pouvaient donner lieu à ces rituels plus ou moins codifiés, qui mettaient en scène la puissance du plus éminent représentant de Rome dans la province ; les entrées des gouverneurs dans les villes de leur province, les séances du tribunal qu’ils présidaient, ainsi que les rituels liés à leur présence aux jeux et représentations. Le pouvoir central semble d’ailleurs avoir prêté une grande attention aux modalités des contacts entre le gouverneur et ses administrés et les visites qu’il allait effectuer dans les cités faisaient l’objet d’instructions précises.

  • 44 Sur cet aspect, voir Schulz R., op. cit., p. 99-103. Pour l’ensemble du cérémonial, je renvoie à m (...)
  • 45 Sur l’entourage de Verrès, Pittia S., « La cohorte du gouverneur Verrès », Dubouloz J. et Pittia S (...)
  • 46 Cicéron, 2Verr., V, 27 : « Eo ueniebant Siculorum magistratus […]. »
  • 47 Cicéron, Att., V, 15, 1 : « Laodiceam ueni pridie Kal. Sextiles. Ex hoc die clauom anni mouebis. N (...)
  • 48 Cicéron, Att., V, 20, 1 : « Ephesum ut uenerim nosti, qui etiam mihi gratulatus es illius diei cel (...)
  • 49 Cicéron, Ad Q. fr., I, 1, 9: « Esse quocumque ueneris et publice et priuatim maximam laetitiam, cu (...)
  • 50 Eck W., « Die religiösen und kultischen Aufgaben der römischen Statthalter in der hohen Kaiserzeit  (...)

31En ce qui concerne le déroulement même de la cérémonie, nous ne disposons malheureusement pas d’un récit continu, comme c’est le cas pour certaines entrées impériales, même si plusieurs éléments apparaissent à la lecture des sources44. Ainsi, lorsque le gouverneur faisait son entrée dans la cité, il était accompagné par une escorte, parmi laquelle figuraient ses licteurs, qui témoignaient de son rang et de son imperium, ainsi que les membres de sa cohors amicorum, groupe dont la composition n’est que rarement précisée45. À son entrée, il était accueilli par les notables46 et la foule des habitants, dans une atmosphère qui se devait de souligner la joie et le plaisir ressentis par la cité, par le gouverneur et par l’orateur. Cicéron soulignait la joie unanime suscitée par son entrée dans toutes les cités d’Asie, puis de Cilicie, où il était passé et il décrivit de façon extrêmement élogieuse ses entrées successives à Laodicée, Apamée, Synnada, Philomelium et Iconium, qui furent accompagnées d’honneurs éclatants47, tout en déclarant à son correspondant qu’il n’avait jamais éprouvé de joie plus grande qu’à cette occasion48. De même, Cicéron peint un tableau idyllique des rapports entre son frère et les provinciaux, en soulignant que l’allégresse se déchaîne partout où Quintus se rend49. Un rhéteur prononçait un discours d’éloge en l’honneur du prestigieux visiteur, puis le gouverneur procédait à un sacrifice à la divinité protectrice de la cité qui le recevait50 et un banquet en son honneur terminait la cérémonie.

32Les entrées de gouverneurs dans les cités de leur province représentaient donc un moment fort, pour lequel des préparatifs minutieux étaient engagés. Les habitants et les autorités locales venaient à la rencontre du plus haut représentant du pouvoir romain. Même si cette cérémonie pouvait revêtir un caractère presque routinier, puisque certaines cités, en particulier les chefs-lieux de conuentus, recevaient très régulièrement la visite du gouverneur, la solennité de l’occasion demeurait, accentuée par l’apparat de l’entrée, soigneusement mise en scène.

  • 51 Bernardi-Ferrero D. de, Teatri classici in Asia Minore, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1966-1974, (...)

33Parmi les autres occasions qu’avaient les provinciaux de voir le gouverneur, on peut citer les séances durant lesquelles il rendait la justice, mais les descriptions de séances du tribunal du gouverneur restent souvent peu précises et se contentent de situer rapidement les faits. Le lieu peut varier, mais est en général découvert et bien en vue, ce qui permet à une foule de spectateurs de venir assister au procès. Quoique plus rare que dans les tribunaux, la présence du gouverneur dans des théâtres, amphithéâtres et autres lieux de spectacle est bien attestée. L’étude de plusieurs théâtres d’Asie Mineure a montré que des sièges spécifiques avaient été réalisés pour des personnages de haut rang, peut-être le gouverneur. Des sièges honorifiques ont été trouvés dans deux théâtres, à Priène et Tralles, datés respectivement des années 50-25 av. J.-C. et de l’époque augustéenne51. À Priène, le siège d’honneur était placé au centre de la cauea, dans la cinquième rangée de sièges. Une telle démarche pouvait signifier, soit que la cité avait déjà reçu à plusieurs reprises une visite du proconsul d’Asie, soit qu’elle espérait l’accueillir à l’avenir et voulait ainsi démontrer sa capacité à le recevoir avec tous les honneurs dus à son rang.

34Dans les lieux publics où il apparaissait dans tout l’éclat de sa fonction, en particulier pour rendre la justice, le gouverneur n’avait, la plupart du temps, que des relations indirectes avec les provinciaux, qui s’exprimaient, au mieux, dans les acclamations que ces derniers lui adressaient, au pire, dans des mouvements de mécontentement. La place exacte des notables n’y est guère détaillée.

35C’est dans un autre cadre qu’il est davantage possible d’entrevoir un type de relations personnelles entre notables et gouverneur. Nous avons vu que l’idéal du gouverneur le décrivait comme quelqu’un d’accessible à tous ses administrés, y compris dans sa demeure. Un certain nombre de cérémonies qui se déroulaient dans la résidence, provisoire ou permanente, du gouverneur, étaient l’occasion de contacts avec les provinciaux. Les plus intéressantes, de ce point de vue, sont l’audience quotidienne (salutatio) et les banquets, qui permettent de voir selon quelles modalités le gouverneur décidait d’instaurer une plus ou moins grande proximité et d’admettre à sa table ou dans son cubiculum les provinciaux, en tenant compte des hiérarchies sociales.

  • 52 Plutarque, Cic., 36, 4 : Οὐδ' αὐτὸς ὤφθη κατακείμένος ὑπ' οὐδενός, ἀλλ' ἕωθεν ἑστὼς ἢ περίπατῶν πρ (...)

36Plutarque, dans la Vie de Cicéron, souligne la simplicité du mode de vie adopté par l’orateur lors de son proconsulat en Cilicie. Il s’intéresse ainsi au rituel de la salutatio : Cicéron ne recevait pas ses visiteurs couché et accueillait ceux qui venaient le saluer debout, au point du jour52. Cette description correspond à la salutatio idéale, dans laquelle le sénateur qui recevait ses clients leur témoignait un certain respect en les traitant sur un pied d’égalité. À vrai dire, les témoignages les plus précis que nous ayons sur cette pratique sont plus tardifs et présentent la salutatio en pleine époque impériale, à la fin du Ier et au début du IIe siècle.

  • 53 Cicéron, Att., VI, 2, 5 : « Aditus autem ad me minime prouinciales. Nihil per cubicularium ; ante (...)
  • 54 Sur l’horaire matinal, cf. aussi par ex. Pline le Jeune, Ep., III, 12, 2 ; Martial, Épigr., IV, 8, (...)
  • 55 Cf. Musurillo H., The Acts of the Pagan Martyrs. Acta Alexandrinorum, Oxford, Clarendon Press, 195 (...)

37Mais Plutarque fait ici écho à ce qu’affirmait Cicéron lui-même, écrivant à Atticus qu’il se promenait chez lui avant le jour, dans un passage qui fait certainement allusion au rituel de la salutatio matinale53. En effet, le parallélisme entre les deux textes est frappant, avec la mention de l’heure très matinale, et ceux-ci renvoient visiblement à la même pratique54. Même si Cicéron n’emploie pas explicitement le terme salutatio, Plutarque, lui, a recours pour désigner les visiteurs au participe présent άσπάζομαι, du verbe ἀσπάζομαι, couramment usité dans les documents grecs pour désigner la salutatio, ainsi que le substantif ἀσπασμός55.

  • 56 Cicéron, 2Verr., III, 23: Ille erat in tribunali proximus, in cubiculo solus, in conuiuio dominus.
  • 57 Cf. Wallace-Hadrill A., Houses and Society in Pompeii and Herculaneum, Princeton, Princeton Univer (...)

38En ce qui concerne le lieu même de la salutatio, il est notable que Plutarque et Cicéron restent peu précis quant à l’espace exact dans lequel le proconsul de Cilicie Cicéron recevait au matin. Une notation plus précise apparaît chez Cicéron à propos de Verrès : il souligne que ce dernier recevait dans son cubiculum, mais cette notation n’intervient qu’afin de souligner que cet accès n’était permis qu’au seul Apronius, son compagnon de débauche56. Là encore, il s’agissait de souligner combien Verrès avait perverti les usages, réservant cette marque d’intimité, non à quelqu’un qui se signalait par sa vertu, mais à un homme que tous fuyaient en raison de ses mœurs dissolues. Verrès est ainsi stigmatisé pour avoir réservé son intimité à un compagnon qui n’en était pas digne, mais le fait de recevoir dans un espace privé n’était pas en soi problématique, car nos sources attestent par ailleurs qu’à Rome même, nombreux étaient les sénateurs qui recevaient leurs clients dans leur cubiculum57.

  • 58 Sénèque, De Benef., VI, 34, 2 : « Aput nos primi omnium G. Gracchus et mox Liuius Drusus instituer (...)
  • 59 Espaces réservés à la salutatio dans la domus aristocratique: Zaccaria Ruggiu A., op. cit., p. 319 (...)

39Si nous revenons à présent sur l’organisation matérielle de la salutatio, il serait intéressant de déterminer si les gouverneurs avaient repris le système des audiences à plusieurs niveaux attesté pour les sénateurs. Dans un passage du traité Des Bienfaits, Sénèque décrivait la modification instaurée au tournant des IIe et Ier siècles av. J.-C. par C. Sempronius Gracchus et M. Livius Drusus, qui avaient établi l’usage de cloisonner en groupes leurs amis et clients et de recevoir les plus prestigieux en audience privée, les amis de second rang en petit groupe, et enfin les autres en masse58. Il ne serait pas impensable qu’une hiérarchie se fût établie pour les salutations des gouverneurs, ceux-ci recevant d’abord, en petit groupe, les membres des élites locales, puis la foule des visiteurs de rang inférieur. On peut supposer qu’un vaste espace, sur le modèle des vestibules des maisons aristocratiques, ait accueilli l’ensemble des visiteurs dans un premier temps59, puis que l’accès au gouverneur ait été régulé par le cubicularius. Toutefois, cette salutatio s’avère d’une fondamentale ambiguïté : les visiteurs venaient-ils et étaient-ils reçus en tant que clients, ce qui reviendrait à donner à ces audiences un caractère privé, ou en tant qu’administrés, s’adressant au tenant de la fonction et non à l’individu en tant que tel ? Les sources n’apportent malheureusement guère d’indices à ce sujet.

  • 60 Cicéron, Fam., III, 8, 2 (nonnullis in conuiuiis).
  • 61 Plutarque, Cic., 36, 3 : Αὐτòς δὲ τοὺς χαρίεντας ἀνελάμβανε καθ' ἡμέραν ἑστιάσεσιν οὐ πολυτελῶς, ἀ (...)
  • 62 Suétone, Caes., 48 : « Conuiuatum assidue per prouincias duobus tricliniis, uno quo sagati palliat (...)

40Autre occasion de contact entre les notables et le gouverneur, les banquets étaient réservés à des provinciaux privilégiés et choisis. Cicéron fait allusion à des banquets en Cilicie, dans une lettre à Appius Claudius où il se défendait d’avoir tenu des propos désobligeants à son égard en de telles occasions60. Toutefois, il ne donne pas de précision sur l’identité des provinciaux malveillants qui auraient fait circuler cette information erronée, ce qui est logique, puisque son correspondant savait de qui il s’agissait. Tout au plus peut-on supposer qu’il s’agissait de personnes qui auraient assisté aux banquets en question ou auraient été en contact avec des invités. Tout ceci nous invite à situer l’épisode dans le milieu des notables locaux qui avaient noué des liens avec l’ancien gouverneur et étaient aussi accueillis par le nouveau ou le recevaient. Cette hypothèse semble corroborée par un passage de Plutarque relatant que Cicéron recevait chaque jour à sa table les Ciliciens « distingués », oἱ χαρίεντες61. Suétone souligne que César, durant ses séjours dans les provinces, recevait les provinciaux dans deux salles (triclinia) distinctes : l’une était réservée à ceux qui portaient une tenue militaire ou un manteau grec, l’autre à ceux qui portaient la toge et aux plus illustres des provinciaux62. Le deuxième groupe comprenait donc les notables les plus en vue de la province, qui étaient ainsi mêlés aux Romains en fonction dans la province.

  • 63 Cicéron, 2Verr., V, 29-30.
  • 64 Cicéron, 2Verr., III, 23 : « […] ac tum maxime cum accubante praetextato praetoris filio saltare i (...)
  • 65 Cicéron, 2Verr., V, 31 : « Ac per eos dies cum iste cum pallio purpureo talarique tunica uersaretu (...)
  • 66 Cf. Dupont F., « Plaute “fils du bouffeur de bouillie” », Dupont F. et Valette-Cagnac E. (éd.), Fa (...)

41Le luxe pouvait évidemment faire l’objet de vives critiques s’il dépassait la mesure. Cicéron déplore que Verrès, durant l’été, au lieu de voyager à travers la Sicile comme ses prédécesseurs, s’installait dans la plus belle zone de Syracuse, à l’entrée du port, dans des tabernacula (pavillons) recouverts de lin, où il donnait des banquets somptueux63. L’orateur ne se priva pas de décrire les banquets donnés par Verrès comme le théâtre de scènes de débauche inacceptables, auxquelles prenait part le fils du préteur, qui portait encore la toge prétexte64. Il ne manqua pas de critiquer les tenues de Verrès, qui revêtait durant les banquets un manteau à la grecque (pallium) de pourpre et une tunique qui lui tombait jusqu’aux chevilles65, habillement indigne d’un gouverneur, puisque le pallium était associé en général au luxe et était la marque d’un caractère efféminé66. Il faut bien évidemment faire ici la part des artifices rhétoriques de l’orateur à l’égard de l’adversaire qu’il attaquait, mais on peut tout au moins supposer que cette description reposait sur des éléments concrets.

Conclusion

42Dans le discours sur le gouverneur idéal, le plus haut représentant de Rome dans la province devait se montrer d’un accès facile à tous, y compris aux plus humbles des justiciables. Les occasions de voir le gouverneur existaient certes, elles faisaient même l’objet d’une mise en scène bien orchestrée pour montrer sa prééminence. Néanmoins, lors de cérémonies telles que les entrées, les spectateurs ne faisaient qu’apercevoir le gouverneur, qu’ils pouvaient aussi admirer lorsqu’il trônait sur son tribunal ou sur le siège qui lui était réservé au théâtre, dans une attitude pleine de majesté. En revanche, avoir accès à la personne du gouverneur, en sa résidence, n’était pas chose aisée et on peut supposer qu’il reproduisait, dans sa province, un comportement similaire à celui des sénateurs à Rome : les plus puissants étaient mieux traités que les humbles et tous les provinciaux n’étaient pas traités sur un pied d’égalité.

Notes

1 Plutarque, Praecepta rei publicae gerendae, 817 A : ἐν δὲ πράξεσιν ἀληθιναῖς καὶ πολιτείᾳ τòν πλούσιον καὶ ἔνδοξον ὀλιγωρεῖ ν καὶ καταφρονεῖν ἄρχοντος ἰδιώτου καὶ πένητος.

2 Plutarque, Praec., 815 D : καὶ Θεσσαλοὺς πρότερον ἐπὶ τού Σεβαστοῦ Πετραῖον ζῶντα κατακαύσαντας.

3 Par exemple Plutarque, Praec., 813 D.

4 Cf. par exemple Bérenger A., « L’expression du témoignage dans l’Empire romain : la justice à l’épreuve de la diversité linguistique », Garnot B. (dir.), Les témoins devant la justice. Une histoire des statuts et des comportements, Rennes, PUR, 2003, p. 284-285 ; Brélaz C., « Le recours au latin dans les documents officiels émis par les cités d’Asie Mineure », Biville F., Decourt J.-C. et Rougemont G. (éd.), Bilinguisme gréco-latin et épigraphie, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2008, p. 171-172.

5 Fernoux H.-L., Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine (IIIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C.). Essai d’histoire sociale, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2004, p. 166-167.

6 Cicéron, 2Verr., II, 83-94. Cf. Deniaux É., « Liens d’hospitalité, liens de clientèle et protection des notables de Sicile à l’époque du gouvernement de Verrès », Dubouloz J. et Pittia S. (dir.), La Sicile de Cicéron. Lectures des Verrines. Actes du colloque de Paris, 19-20 mai 2006, organisé par l’UMR 8585, Centre Gustave Glotz, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 234-239.

7 Plutarque, Praec., 814 F ; 815 A.

8 Sur cette question, voir Bérenger A., « L’impartialité du gouverneur de province dans l’empire romain : entre affirmations théoriques et réalité », Bock F., Bührer-Thierry G. et Alexandre S. (coord.), L’échec en politique, objet d’histoire, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 179-189.

9 Digeste, I, 18, 18 ( = Modestin, Lib. V regularum) : Plebi scito continetur, ut ne quis praesidum munus donum caperet nisi esculentum potulentumue, quod intra dies proximos prodigatur.

10 Marotta V., Mandata principum, Turin, Giappichelli, 1991, p. 140.

11 Cicéron, 2Verr., IV, 9: « Videte maiorum diligentiam, qui nihildum etiam istiusmodi suspicabantur, uerum tamen ea quae priuatis in rebus accidere poterant prouidebant. Neminem qui cum potestate aut legatione in prouinciam esset profectus tam amentem fore putauerunt ut emeret argentum (dabatur enim de publico), ut uestem (praebebatur enim legibus); mancipium putarunt, quo et omnes utimur et non praebetur a populo; sanxerunt ne quis emeret nisi in demortui locum. Si qui Romae esset demortuus ? Immo si quis ibidem. Non enim te instruere domum tuam uoluerunt in prouincia, sed illum usum prouinciae supplere. »

12 Marotta V., op. cit., p. 139-140.

13 Cicéron, 2Verr., III, 169 : « Si hercule te tuam pecuniam praetorem in prouincia faeneratum docerem, tamen effugere non posses. »

14 Cicéron, 2Verr., IV, 10 : « Quae fuit causa, cur tam diligenter nos in prouinciis ab emptionibus remouerent ? Haec, iudices, quod putabant ereptionem esse, non emptionem, cum uenditori suo arbitratu uendere non liceret. In prouinciis intellegebant, si is qui esset cum imperio ac potestate, quod apud quemque esset, emere uellet idque ei liceret, fore uti quod quisque uellet, siue esset uenale siue non esset, quanti uellet auferret. »

15 Bibliographie sur cette question : Dell’Oro A., « Mandata » e « Litterae ». Contributo allo studio degli atti giuridici del « princeps », Bologne, Zanichelli, 1960, p. 39-49 ; Id., « Il divieto del matrimonio fra funzionario romano e donna della provincia », Studi in onore di Biondo Biondi, II, Milan, Giuffrè, 1965, p. 525-540.

16 Il s’agit de Tacite, Ann., III, 33. Cf. Dell’Oro A., « Mandata » e « Litterae », op. cit., p. 46 (avec prudence) ; Id., Il divieto del matrimonio, op. cit., p. 530-531.

17 Cicéron, Q. fr., I, 1, 25 : « Facillimos esse aditus ad te, patere aures tuas querelis omnium […]. »

18 Cicéron, Q. fr., I, 1. Sur cette lettre, Fallu E., « La première lettre de Cicéron à Quintus et la lex Julia de repetundis », REL, no 48, 1970, p. 180-204 ; Shackleton Bailey D. R., Cicero : Epistulae ad Quintum fratrem et M. Brutum, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 147-159 ; Grimal P., Cicéron, Paris, Fayard, 1986, p. 177-179 ; Mitchell S., « The Administration of Roman Asia from 133 BC to AD 250 », Eck W. (éd.), Lokale Autonomie und römische Ordnungsmacht in den kaiserzeitlichen Provinzen vom 1. bis 3. Jahrhundert, Munich, R. Oldenbourg, 1999, p. 25-26; Steel C. E. W., Cicero, Rhetoric, and Empire, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 195-197, 201-202.

19 Cicéron, Q. fr., I, 1, 25 : « Facillimos esse aditus ad te, patere aures tuas querelis omnium, nullius inopiam ac solitudinem non modo illo populari accessu ac tribunali sed ne domo quidem et cubiculo esse exclusam tuo. »

20 Cicéron, Att., VI, 2, 5 : « Aditus autem ad me minime prouinciales. » Cf. Schulz R., Herrschaft und Regierung. Roms Regiment in den Provinzen in der Zeit der Republik, Paderborn, Schöningh, 1997, p. 108-109.

21 Cf. Pottier E., DAGR, III, 1, p. 602-603, s. v. Janitor; Schneider K., RE, IX, 1916, col. 692-693, s. v. Ianitor; Schnayder G., « « Θυρωρός – ianitor », Eos, no 57, 1967-1968, p. 51-68. Synonymes: ianuarius, ostiarius, πυλώρος, θυρωρός.

22 Plutarque, Cic., 36, 4: Ἠ δ' οἰκία θυρωρòν οὐκ ἐχεν..

23 CIL, X, 7127 (Syracuse). Sur Éros, seruus cubicularius du proconsul, cf. Bivona L., « La documentazione epigrafica latina in area elima », Terze giornate internazionali di studi sull’area elima, Atti, I, Pise, Gibellina, 2000, p. 157. Cf. Saglio E., DAGR, I, 2, p. 1577, s. v. Cubicularius. Pour la distinction entre les ianitores et les cubicularii, cf. Cicéron, 2Verr., III, 8.

24 Cicéron, Att., VI, 2, 5 : « Aditus autem ad me minime prouinciales. Nihil per cubicularium […]. »

25 Cf. Marotta V., op. cit., p. 95 ; Meyer-Zwiffelhoffer E., Πολιτικῶς ἄρχειν. Zum Regierungsstil der senatorischen Statthalter in den kaiserzeitlichen griechischen Provinzen, Stuttgart, Franz Steiner, 2002, p. 257-259.

26 Cicéron, Q. fr., I, 1, 15: « […] nullum genus in familiaritate cauendum magis […] »; 16: « Quos ego uniuersos adhiberi liberaliter, optimum quemque hospitio amicitiaque coniungi dico oportere: nimiae familiaritates eorum neque <honestae neque> iam fideles sunt. » Cf. Shackleton Bailey D. R., op. cit., p. 151-152. Autres critiques de Cicéron contre les Grecs d’Asie dans le Pro Flacco, 9-12.

27 Cf. Marshall A. J., « Governors on the Move », Phoenix, no 20, 1966, p. 231-246. Pour le Haut-Empire, cf. Bérenger A., « Le voyage des gouverneurs à l’époque impériale », Duchêne H. (dir.), Voyageurs et Antiquité classique, Dijon, EUD, 2003, p. 73-86.

28 Par exemple Austin N. J. E. et Rankov N. B., Exploratio. Military and Political Intelligence in the Roman World from the Second Punic War to the Battle of Adrianople, Londres/New York, Routledge, 1995, p. 143 ; Amarelli F., « Il conventus come forma di partecipazione alle attività giudiziarie nelle città del mondo provinciale romano », Amarelli F. (éd.), Politica e partecipazione nelle città dell’Impero romano, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2005, p. 1-12, spéc. p. 4.

29 Haensch R., Capita provinciarum. Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiserzeit, Mainz, Ph. von Zabern, 1997; Id., « Zur Konventsordnung in Aegyptus und den übrigen Provinzen des römischen Reiches », Akten des 21. Internationalen Papyrologenkongresses, Berlin, 13.-19. 8. 1995, Band I, Stuttgart/Leipzig, Teubner, 1997, p. 320-391.

30 Marshall A. J., op. cit., p. 233-234 ; Haensch R., op. cit., p. 307-312, 748-751 ; Heller A., « Les bêtises des Grecs ». Conflits et rivalités entre cités d’Asie et de Bithynie à l’époque romaine (129 a. C.-235 p. C.), Bordeaux, Ausonius, 2006, p. 125-126 ; cf. aussi Fournier J., Entre tutelle romaine et autonomie civique. L’administration judiciaire dans les provinces hellénophones de l’Empire romain (129 av. J.-C.-235 apr. J.-C.), Athènes, École française d’Athènes, 2010, p. 62-87.

31 Laronde A., « La Cyrénaïque romaine, des origines à la fin des Sévères (96 av. J.-C.-235 apr. J.-C.) », ANRW, II, 10, 1, 1988, p. 1006-1064, spéc. p. 1014 ; Id., « Les rivalités entre les cités de la Cyrénaïque à l’époque impériale », Follet S. (éd.), L’hellénisme d’époque romaine : nouveaux documents, nouvelles approches (Ier s. a. C.-IIIe s. p. C.), Paris, De Boccard, 2004, p. 187-193, spéc. p. 187.

32 Cicéron, Att., V, 17, 1 : « Hanc epistulam dictaui sedens in reda. » Cf. aussi Pline, Ep., X, 15.

33 Cicéron, 2Verr., V, 27 : « Nam, ut mos fuit Bithyniae regibus, lectica octaphoro ferebatur, in qua puluinus erat perlucidus Melitensis, rosa fartus. »

34 Par exemple Suétone, Cal., 43 ; Apulée, Apol., 76, 5. Cf. André J.-M. et Baslez M.-F., Voyager dans l’Antiquité, Paris, Fayard, 1993, p. 416. Pour une critique des équipages voyants, voir Sénèque, Ep., XX, 123, 7.

35 Prérogative royale : Cicéron, Q. fr., II, 8, 2.

36 Cicéron, Att., V, 16, 3 : « Scito non modo nos foenum aut quod e lege Iulia dari solet non accipere sed ne ligna quidem […]. »

37 Cicéron, Att., V, 16, 3 : « […] nec praeter quattuor lectos et tectum quemquam accipere quicquam, multis locis ne tectum quidem et in tabernaculo manere plerumque ».

38 Cicéron, Ad Q. fr., I, 1, 9 : « Non itineribus tuis perterreri homines, non sumptu exhauriri, non aduentu commoueri ? Esse quocumque ueneris et publice et priuatim maximam laetitiam, cum urbs custodem non tyrannum, domus hospitem non expilatorem recepisse uideatur ? »

39 Mitchell S., « Requisitioned Transport in the Roman Empire: A New Inscription from Pisidia », JRS, no 66, 1976, p. 106-131. Cf. Bull. ép., 1977, 510 = SEG, XXVI, 1392, l. 23-25 : « Mansionem omnibus qui erunt ex / comitatu nostro et militantibus ex omnibus prouincis et principis optimi libertis et seruis et iumentis / eorum gratuitam praestari oportet. » L. 49-51 : σταθμὸν πᾶσιν τοῖς τε μεθ ἡμῶν […].

40 Cicéron, 2Verr., I, 63 : « Deducitur iste ad Ianitorem quendam hospitem, comitesque eius item apud ceteros hospites collocantur. »

41 Cicéron, 2Verr., I, 64 : « […] statim ad Philodamum migrare se diceret uelle. Hospes Ianitor, qui nihil suspicaretur, ueritus ne quid in ipso se offenderetur, hominem summa ui retinere coepit ».

42 Cicéron, 2Verr., I, 64 : « Is ad eum rem istam refert, Philodamum esse quendam, genere, honore, copiis, existimatione facile principem Lampsacenorum. »

43 Cicéron, 2Verr., I, 65 : « Ostendit munus illud suum non esse ; se, cum suae partes essent hospitum recipiendorum, tum ipsos tamen praetores et consules, non legatorum adseculas, recipere solere. »

44 Sur cet aspect, voir Schulz R., op. cit., p. 99-103. Pour l’ensemble du cérémonial, je renvoie à mon étude : Bérenger A., « L’adventus des gouverneurs de province », Bérenger A. et Perrin-Saminadayar E. (éd.), Les entrées royales et impériales. Histoire, représentation et diffusion d’une cérémonie publique, de l’Orient ancien à Byzance, Paris, De Boccard, 2009, p. 123-138.

45 Sur l’entourage de Verrès, Pittia S., « La cohorte du gouverneur Verrès », Dubouloz J. et Pittia S. (dir.), La Sicile de Cicéron. Lectures des Verrines. Actes du colloque de Paris, 19-20 mai 2006, organisé par l’UMR 8585, Centre Gustave Glotz, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 57-87.

46 Cicéron, 2Verr., V, 27 : « Eo ueniebant Siculorum magistratus […]. »

47 Cicéron, Att., V, 15, 1 : « Laodiceam ueni pridie Kal. Sextiles. Ex hoc die clauom anni mouebis. Nihil exoptatius aduentu meo, nihil carius. » Id., V, 20, 1 : « Inde oppidis iis quae erant mirabiliter accepti Laodiceam pridie Kal. Sextiles uenimus. Ibi morati biduum perillustres fuimus honorificisque uerbis omnis iniurias reuellimus superiores ; quod idem dein Apameae quinque dies morati et Synnadis triduum, Philomeli quinque dies, Iconi decem fecimus. » Sur l’itinéraire suivi par Cicéron lors de son voyage vers sa province en 51 av. J.-C., cf. Hunter L. W., « Cicero’s Journey to his Province of Cilicia in 51 B. C. », JRS, no 3, 1913, p. 73-97; Kirbihler F., « Cicéron, d’Italie en Cilicie. Conditions, vitesse et impressions de voyage d’un futur gouverneur », Res Antiquae, no 5, 2008, p. 349-364.

48 Cicéron, Att., V, 20, 1 : « Ephesum ut uenerim nosti, qui etiam mihi gratulatus es illius diei celebritatem, qua nihil me umquam delectauit magis. » Cf. Cristofori A., « Il giudizio della società provinciale sugli amministratori romani in età repubblicana : considerazioni sulla documentazione », Mooren L. (éd), Politics, Administration and Society in the Hellenistic and Roman World. Proceedings of the International Colloquium, Bertinoro 19-24 July 1997, Louvain, Peeters, 2000, p. 60, 69-70.

49 Cicéron, Ad Q. fr., I, 1, 9: « Esse quocumque ueneris et publice et priuatim maximam laetitiam, cum urbs custodem non tyrannum, domus hospitem non expilatorem recepisse uideatur? »

50 Eck W., « Die religiösen und kultischen Aufgaben der römischen Statthalter in der hohen Kaiserzeit », Mayer M. (éd.), Religio deorum. Actas del coloquio internacional de epigrafía “Culto y sociedad en Occidente”, Sabadell, Editorial AUSA, 1992, p. 151-160, spéc. p. 156 ; Lehnen J., Adventus principis. Untersuchungen zu Sinngehalt und Zeremoniell der Kaiserankunft in den Städten des Imperium Romanum, Francfort/Berlin, Peter Lang, 1997, p. 335-336.

51 Bernardi-Ferrero D. de, Teatri classici in Asia Minore, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1966-1974, III, p. 9-20, en part. p. 14 et 18 (Priène) ; p. 109-112 (Tralles) ; IV, p. 131.

52 Plutarque, Cic., 36, 4 : Οὐδ' αὐτὸς ὤφθη κατακείμένος ὑπ' οὐδενός, ἀλλ' ἕωθεν ἑστὼς ἢ περίπατῶν πρὸ τοῦ δωματίου τοὑς ἀσπαζομένους ἐδεξιοῦτο.

53 Cicéron, Att., VI, 2, 5 : « Aditus autem ad me minime prouinciales. Nihil per cubicularium ; ante lucem inambulabam domi ut olim candidatus. » Commentaire sur le sens ici du terme prouincialis dans Campanile D., « Provincialis molestia. Note su Cicerone proconsole », Virgilio B. (éd.), Studi ellenistici, XIII, Pise/Rome, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2001, p. 249-250.

54 Sur l’horaire matinal, cf. aussi par ex. Pline le Jeune, Ep., III, 12, 2 ; Martial, Épigr., IV, 8, 1 ; X, 70, 5 ; Fronton, Ad Marc. Caes., I, 3, 4; Sénèque, De Breu. Vitae, 14, 4.

55 Cf. Musurillo H., The Acts of the Pagan Martyrs. Acta Alexandrinorum, Oxford, Clarendon Press, 1954, p. 158. Autre exemple : P. Oxy, III, 471, col. III, l. 63-64 et col. IV, l. 87-88.

56 Cicéron, 2Verr., III, 23: Ille erat in tribunali proximus, in cubiculo solus, in conuiuio dominus.

57 Cf. Wallace-Hadrill A., Houses and Society in Pompeii and Herculaneum, Princeton, Princeton University Press, 1994, p. 17 et 219, note 2 ; Zaccaria Ruggiu A., Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, Rome, École française de Rome, 1995, p. 407-408.

58 Sénèque, De Benef., VI, 34, 2 : « Aput nos primi omnium G. Gracchus et mox Liuius Drusus instituerunt segregare turbam suam et alios in secretum recipere, alios cum pluribus, alios uniuersos. Habuerunt itaque isti amicos primos, habuerunt secundos, numquam ueros. » Cf. Zaccaria Ruggiu A., op. cit., p. 374.

59 Espaces réservés à la salutatio dans la domus aristocratique: Zaccaria Ruggiu A., op. cit., p. 319-325, 372-375.

60 Cicéron, Fam., III, 8, 2 (nonnullis in conuiuiis).

61 Plutarque, Cic., 36, 3 : Αὐτòς δὲ τοὺς χαρίεντας ἀνελάμβανε καθ' ἡμέραν ἑστιάσεσιν οὐ πολυτελῶς, ἀλλ' ἐλευθερίως

62 Suétone, Caes., 48 : « Conuiuatum assidue per prouincias duobus tricliniis, uno quo sagati palliatiue, altero quo togati cum inlustrioribus prouinciarum discumberent. » Cf. Schulz R., op. cit., p. 111-112.

63 Cicéron, 2Verr., V, 29-30.

64 Cicéron, 2Verr., III, 23 : « […] ac tum maxime cum accubante praetextato praetoris filio saltare in conuiuio nudus coeperat ». Cf. aussi 2Verr., V, 137.

65 Cicéron, 2Verr., V, 31 : « Ac per eos dies cum iste cum pallio purpureo talarique tunica uersaretur in conuiuiis muliebribus […]. »

66 Cf. Dupont F., « Plaute “fils du bouffeur de bouillie” », Dupont F. et Valette-Cagnac E. (éd.), Façons de parler grec à Rome, Paris, Belin, 2005, p. 178-182 ; Robert R., « Ambiguïté du collectionnisme de Verrès », Dubouloz J. et Pittia S. (dir.), La Sicile de Cicéron. Lectures des Verrines. Actes du colloque de Paris, 19-20 mai 2006, organisé par l’UMR 8585, Centre Gustave Glotz, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 15-34, spéc. p. 19. Cicéron a souligné à plusieurs reprises le goût de Verrès pour le pallium (Cicéron, 2Verr., IV, 55 ; V, 86 ; 137).

Auteur

Université Paul-Verlaine, Metz – EA 3945 CRULH

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540