Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Deuxième partie. Le sénat, le gouverneur et les cités provinciales

La Colonia Iulia Felix Sinope, un exemple de fondation coloniale au nord de l’Anatolie

Claire Barat

Texte intégral

  • 1 Strabon, XII, 3, 11 ; Pline, NH, VI, 1, 6 ; Pline le Jeune, Ep., X, 90-91.
  • 2 Leschorn W., Antike Ären. Zeitrechnung, Politik und Geschichte im Schwarzmeerraum und in Kleinasie (...)
  • 3 Waddington W. H., Babelon E. et Reinach T., Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, (...)

1Si les sources littéraires font état du statut colonial de Sinope (Strabon, Pline l’Ancien et Pline le Jeune qualifient la cité de colonia1), c’est à partir des légendes monétaires et des inscriptions que l’origine du fondateur de la colonie de Sinope et la date de la déduction ont été précisées : Jules César a fondé la Colonia Iulia Felix Sinope en 45 av. J.-C. ; cette date a été établie2 grâce à l’ère indiquée sur les monnaies émises par Sinope à partir de l’époque de Marc Antoine3.

  • 4 Recueil, I-1, p. 196, no 74 ; p. 198, nos 82-85, 87-90 ; p. 199, nos 91, 93-95 ; p. 200, 97-99, 10 (...)
  • 5 Recueil, I-1, p. 198, no 81 ; p. 201, no 109-110 ; p. 202, no 113.
  • 6 Recueil, I-1, p. 207, nos 150, 153 ; p. 208, nos 154, 155-158, 160, 161 ; p. 209, nos 162, 163, 16 (...)
  • 7 French D., The Inscriptions of Sinope, I, Inscriptions, Habelt R. (éd.), Die Inschriften griechisc (...)
  • 8 IK, 64-Sinope, no 91.
  • 9 IK, 64-Sinope, no 89.
  • 10 CIL, III1, no 783 ; CIRB, no 46.
  • 11 IK, 64-Sinope, no 121.
  • 12 IK, 64-Sinope, no 160.

2Les légendes monétaires présentent plusieurs variantes de la titulature de la colonie, mais les plus fréquentes sont les suivantes : C I F (Colonia Iulia Felix) dès l’époque de Jules César et jusqu’au règne d’Antonin le Pieux4, C I F S (Colonia Iulia Felix Sinope) dès le principat d’Auguste et jusqu’au règne de Gallien5 et enfin, à partir du règne de Maximin6, C R I F S (Colonia Romana Iulia Felix Sinope). Des titulatures similaires se retrouvent dans l’épigraphie de Sinope : une dédicace à Antonin le Pieux7 se termine par les lettres C I F, de même qu’une dédicace à Marc Aurèle8 ; l’abréviation C I F S fait partie des propositions de restitution dans des inscriptions honorifiques pour Marc Aurèle et Commode9. L’abréviation C I F S apparaît aussi dans une inscription pour un roi sauromate10, datée par les auteurs du CIL entre 92 et 124, bien qu’il soit possible de remonter la date de l’inscription sous Domitien : le nom de l’empereur n’est pas donné, car sa mémoire a été condamnée. Une inscription funéraire bilingue (datée des Ier-IIe s. apr. J.-C.), sur un sarcophage, contient une malédiction à l’encontre des profanateurs de sépulture et fixe une amende pour quiconque se rendrait coupable d’un tel crime. L’amende devrait être versée à la splendidissima colonia Sinope, λαμπρότατη κολωνεία Σινώπη11. Une autre malédiction (datée des Ier-IIe s. apr. J.-C.), également sur un sarcophage, reprend les mêmes termes grecs pour qualifier la colonie de Sinope, λαμπρότατη κολωνεία12.

3En revanche, les sources sont muettes sur les circonstances de la fondation d’une colonie à Sinope, donc sur la côte nord de l’Asie Mineure, sur les motivations de César et sur la mise en place matérielle de cette colonie à la fin de la République.

  • 13 Sartre M., « Les colonies romaines dans le monde grec. Essai de synthèse », Electrum, no 5, 2001, (...)

4S’intéresser à la colonie césarienne de Sinope implique de souligner qu’il ne s’agit pas d’une fondation coloniale isolée : d’après M. Sartre13, si Sinope fut la première colonie césarienne dans le monde grec, elle fut suivie de Corinthe et de Bouthrôtos en 44, puis de Dymé. D’autres colonies furent fondées après la mort de César, mais sur ses plans : il s’agit de Parion, Lampsaque, Héraclée du Pont, Cassandréia, Dion, Pella et Dyrrachium ; puis sous le second triumvirat : Alexandrie de Troade, Apamée-Myrléia, Philippes (42), Pella, Dyrrachium, Photiké et Cnossos ; et enfin, par Octave-Auguste après Actium : Byllis, Patras, Antioche de Pisidie, Olbasa, Cremna, Comama, Parlaïs, Lystra de Lycaonie, Germa, Iconion, Ninica et Bérytus. On peut aussi évoquer les assignations coloniales sans fondation de colonie à Tralles, Cyzique, Amisos, Néapolis de Phrygie, Attaléia, Apollonia et Emmaüs de Judée.

  • 14 Levick B., Roman colonies in Southern Asia Minor, Oxford, Clarendon Press, 1967, p. 29-41.

5Pour la période de la fin de la République, le cas de Sinope est donc loin d’être exceptionnel : les colonies césaro-augustéennes se situent soit dans le nord de l’Anatolie, soit dans la partie méridionale avec les colonies pisidiennes fondées par Auguste après l’annexion du royaume de Galatie du roi Amyntas14.

  • 15 Sartre M., « Les colonies romaines dans le monde grec : du corps étranger à l’assimilation », Salm (...)

6Reste à préciser pourquoi César a décidé de fonder une colonie à Sinope, comment ce projet s’est concrétisé, à quoi a pu servir une colonie romaine, et comment cette colonie a évolué. Notre propos est de montrer tout d’abord que cette fondation coloniale résulte d’un désir de sanctionner la cité de Sinope. Nous verrons ensuite sa mise en place à la fin de la République et sous le Principat. Enfin, pour reprendre l’expression de M. Sartre15, nous montrerons comment la colonie césarienne de Sinope est passée « du corps étranger à l’assimilation » dans son milieu grec.

La déduction d’une colonie césarienne à Sinope : une sanction pour une cité qui a doublement trahi

  • 16 Vittinghoff F., Römische Kolonisation und Bürgerrechtspolitik unter Caesar und Augustus, Wiesbaden (...)

7Dans sa synthèse sur les colonies dans le monde grec, M. Sartre a montré que les objectifs des fondateurs de colonies à la fin de la République étaient d’établir des vétérans et des Italiens sans terre, de créer des clientèles, de surveiller et de contrôler les territoires provinciaux et enfin d’honorer des cités16. Nous allons montrer que la fondation de la colonie de Sinope répondait au souci de César de lotir des prolétaires et des vétérans, ainsi que de se créer des clientèles dans un environnement favorable à son ancien ennemi, Pompée, mais surtout que le premier choix de César s’est porté sur Sinope parce qu’il fallait châtier une cité qui avait par deux fois ouvert ses portes à Pharnace II du Pont, fils de Mithridate VI Eupator.

Sinope, capitale déchue, favorisée par Lucullus

  • 17 Xénophon, Anabase, VI, 1, 15 ; Strabon, XII, 3, 11 ; Diodore de Sicile, BH, XIV, 31, 2 ; Arrien, P (...)
  • 18 Polybe, IV, 56.
  • 19 Polybe, XXIII, 9, 2 ; Tite-Live, XL, 2, 6.
  • 20 Strabon, XII, 3, 11.

8Si l’on veut bien comprendre les circonstances qui ont présidé à la déduction de la Colonia Iulia Felix à Sinope, il faut revenir sur l’histoire de cette cité. Sinope est en effet une fondation milésienne17 du VIIe s. av. J.-C., qui eut son heure de gloire, d’indépendance et de prospérité au IIIe s. av. J.-C. : existence d’un grand commerce attestée par le marqueur amphorique et alliance avec Rhodes. Sinope aiguisa les appétits de la jeune royauté du Pont, au nord de l’Anatolie. Elle fut assiégée en 220 par Mithridate II et ne dut son salut qu’à ses remparts et à l’aide matérielle de son allié rhodien18. Cependant, en 183, Pharnace Ier du Pont enleva la ville19 et dota ainsi son royaume de rivages. Sinope devint par la suite capitale du royaume du Pont : à une date indéterminée entre 183 et 120, elle remplaça la cité d’Amaséia dans ce rôle ; c’est là que Mithridate Eupator vit le jour et fut élevé comme le rapporte la notice de Strabon ; c’est pour cela qu’il l’honora particulièrement en l’élevant au rang de métropole de son royaume20 : διαφερόντως δ' ʼεπίμησεν αυτὴν μητρόπολιν τε τῆς βασιλείας ὑπέλαβεν.

  • 21 Appien, Mithr., 58 ; Plutarque, Syll., 22. 9-10 ; 24 ; Luc., 4. 1 ; Liebmann-Frankfort T., La fron (...)
  • 22 Memnon, FGrHist, 434, F26. 3 ; Appien Mithr., 65 ; Ballesteros Pastor L., Mitrídates Eupátor rey d (...)
  • 23 Memnon, FGrHist, 434, F26.3 ; Reinach T., Mithridate Eupator roi de Pont, Paris, Firmin-Didot, 189 (...)

9En tant que capitale du royaume du Pont et ville natale de Mithridate Eupator, Sinope joua un rôle particulier durant les guerres mithridatiques : elle fut tout d’abord épargnée, car les batailles de la première guerre eurent lieu dans la plaine bordant le fleuve Amnias, puis dans la province d’Asie. C’est seulement après la paix de Dardanos (86), qui mit fin à la première guerre mithridatique21, qu’elle fut menacée par L. Licinius Murena, gouverneur d’Asie. En effet, à l’été 83, ce dernier viola la paix entre Mithridate et les Romains, et attaqua le royaume du Pont. Son état-major lui avait conseillé de marcher sur Sinope et de prendre la ville, ce qui lui aurait permis de prendre ensuite les autres villes du royaume du Pont22. Les raids de pillage de Murena s’arrêtèrent car Mithridate le chassa de son royaume. Sinope était de toute façon protégée par une forte garnison que Mithridate y avait laissée23.

  • 24 Reinach T., op. cit., p. 334.
  • 25 Magie D., Roman Rule in Asia Minor to the end of the third century after Christ, Princeton, Prince (...)
  • 26 Appien, Mithr., 78 ; Salluste, Hist., IV, fr. 69. 14 M ; Per. Liu, 95 ; Florus, I, 40, 18-19 ; Oro (...)
  • 27 Memnon, FGrHist, 434, F28-29. 5 ; Will E., op. cit., p. 493.
  • 28 Strabon, XII, 3, 11.
  • 29 Plutarque, Luc., 23, 1-6.
  • 30 Appien, Mithr., 83.
  • 31 Memnon, FGrHist, 434, F37.

10Lors de la troisième guerre mithridatique qui débuta avec le legs par Nicomède IV de Bithynie de son royaume à Rome, Sinope servit de base de repli logistique à Mithridate : ainsi, lors de sa retraite dans le Pont24, en 72 av. J.-C., Mithridate eut à subir une tempête avec sa flotte et perdit dix mille hommes et soixante-dix navires d’après Appien. Pour se sauver du naufrage, Mithridate s’embarqua dans une chaloupe de pirates commandée par Séleucos25, et fut conduit sain et sauf à Sinope26. Memnon rapporte un passage analogue avec une tempête, mais relie cet événement avec la prise d’Héraclée Pontique27. Mithridate laissa une garnison de 4 000 hommes à Héraclée et appareilla pour Sinope. C’est le général romain Lucullus qui devait conquérir le royaume du Pont, et c’est ainsi qu’en 70, ce dernier vint mettre le siège devant Sinope. Quatre récits rapportent la prise de Sinope par Lucullus : Strabon y fait référence dans sa notice sur Sinope28, Plutarque l’évoque dans un paragraphe de sa Vie de Lucullus29, Appien l’insère dans son récit des guerres mithridatiques30 et Memnon d’Héraclée en donne une narration détaillée31. Nous ne reprendrons pas ici en détail les différentes étapes du siège, mais nous devons signaler que dans les textes de Plutarque et d’Appien, Lucullus arrive à prendre Sinope grâce à une apparition onirique du héros fondateur de Sinope, l’argonaute Autolycos. Du fait de ce rêve Lucullus rendit tous leurs biens aux habitants de Sinope et prit soin d’eux, d’après Plutarque. Appien nous donne une autre information : Lucullus accorda immédiatement la liberté à Sinope, toujours en raison du rêve qu’il avait fait, et rappela les habitants qui s’étaient enfuis pour repeupler la cité. Strabon, qui ne mentionnait pas le rêve, indique que Lucullus a laissé intacts les monuments de la ville, mais a enlevé la statue d’Autolycos. Enfin, Memnon d’Héraclée précise qu’il y eut un grand massacre à Sinope, mais que pris de pitié devant ce drame, Lucullus fit arrêter la tuerie.

  • 32 Memnon, FGrHist, 434, F37. 9.
  • 33 Memnon, FGrHist, 434, F34-36 ; récit du siège chez Reinach T., op. cit., p. 350-352.
  • 34 Reinach T., op. cit., p. 349-350.
  • 35 Callataÿ F. de, op. cit., p. 355.
  • 36 Memnon, FGrHist, 434, F30.

11À l’occasion de la prise de Sinope par Lucullus en 70, les sources se plaisent à évoquer la bienveillance et la clémence de Lucullus. Le sort des autres cités du royaume du Pont fut inégal : l’ancienne capitale du royaume du Pont, Amaseia, avait résisté comme Sinope, mais elle se rendit aux Romains peu de temps après la prise de Sinope32 en 70, et aucun récit ne fait état de pillage et de cruauté à son encontre. Héraclée Pontique, qui était restée indépendante et jalouse de son amitié avec Rome fut prise par Mithridate lors de sa campagne de repli en 72 av. J.-C. Ce fut Cotta qui fit son siège33. Le sac d’Héraclée fut extrêmement violent : les habitants furent massacrés, les trésors et le mobilier pillés. Amisos, cité pontique très importante d’un point de vue stratégique, fut l’objet d’assauts34 de la part des Romains et tomba en 71 av. J.-C., avant Sinope et Héraclée35. Bon nombre d’Amiséniens furent massacrés, puis Lucullus arrêta la tuerie, rendit la ville et son territoire aux survivants et les traita avec une certaine bonté36.

  • 37 Guerber E., Les cités grecques dans l’Empire romain : les privilèges et les titres des cités de l’ (...)

12Il convient de retenir que lorsque Sinope tombe aux mains de Rome, elle obtient le statut privilégié de cité libre37.

Une cité dans la clientèle de Pompée

  • 38 Cicéron, Pomp., 31-35 ; 44 ; Plutarque, Pomp., 24-30 ; Appien, Mithr., 90-97 ; Dion Cassius, XXXVI (...)
  • 39 Appien, Mithr., 97-101 ; Dion Cassius, XXXVI, 47-49 ; Callataÿ F. de, op. cit., p. 376.
  • 40 Plutarque, Pomp., 41, 7 ; Appien, Mithr., 108-112 ; Dion Cassius, XXXVII, 12-14 ; Per. Liu., 102 ; (...)
  • 41 Callataÿ F. de, op. cit., p. 378-386.
  • 42 Velleius Paterculus, II, 37 ; Plutarque, Pomp., 33 ; Appien, Mithr., 106 ; Dion Cassius, XXXVI, 51 (...)
  • 43 Plutarque, Pomp., 34-35 ; Appien, Mithr., 103 ; Dion Cassius, XXXVI, 54 ; 37. 1-5 ; Eutrope, VI, 1 (...)
  • 44 Velleius Paterculus, II, 37. 5 ; Plutarque, Pomp., 38-41 ; Appien, Mithr., 107 ; Syr. 49 ; 70 ; Di (...)
  • 45 Magie D., op. cit., p. 363.
  • 46 Plutarque, Pomp., 41 ; Appien, Mithr., 106 ; Dion Cassius, XXXVII, 15-16.
  • 47 Plutarque, Pomp., 42 ; Appien, Mithr., 113 ; Reinach T., op. cit., p. 411.
  • 48 Plutarque, Pomp., 42.
  • 49 Appien, Mithr., 113.
  • 50 Plutarque, Pomp., 38 ; Reinach T., op. cit., p. 400 ; Ballesteros Pastor L, op. cit., p. 282-286.

13Lucullus ne termina pas la troisième guerre mithridatique puisqu’en vertu de la lex Manilia de début 66, Pompée prit sa suite38. À l’été 66, Pompée était maître du royaume du Pont et Mithridate en fuite, non chez son gendre Tigrane, qui lui refusa l’asile, mais en Colchide39. Mithridate ne revint plus sur la côte sud de la mer Noire et se suicida en Crimée au printemps 63 av. J.-C.40. À l’été de la même année et après avoir fait campagne41 en Arménie42, dans le Caucase43 et en Syrie44, Pompée se trouvait en Judée45, prêt à marcher contre Petra46, quand il apprit la nouvelle de la mort de Mithridate, nouvelle qui fut accueillie avec beaucoup de joie et de soulagement par l’armée romaine qui sacrifia pour l’occasion47. Cet événement appelait un retour rapide de Pompée en Asie Mineure. Suivant les récits, c’est à Amisos48 ou bien à Sinope49 que Pompée reçut la dépouille de Mithridate, envoyée de Crimée avec une ambassade de son fils Pharnace. Ensuite Pompée réorganisa l’Anatolie et créa de nouvelles provinces romaines, dont la province double de Bithynie-Pont. Au préalable, durant un premier séjour à Amisos à l’hiver 65-6450, Pompée avait commencé à organiser les futures provinces et à distribuer des gratifications aux princes, chefs et particuliers qui l’avaient aidé. Les démarches de l’hiver 63-62 ne firent que compléter la provincialisation en cours.

  • 51 Strabon, XII, 3, 28 (Nicopolis) ; XII, 3, 30 (Magnopolis) ; XII, 3, 31 (Kabéira-Diospolis) ; XII, (...)
  • 52 Dion Cassius, XXXVII, 20, 2.
  • 53 Appien, Mithr., 117.
  • 54 Plutarque, Pomp., 45. 3.

14Si la réorganisation du nord de l’Anatolie passa par l’octroi de territoires à des princes-clients, Pompée s’intéressa aussi aux cités. Nous devons ici faire état d’une réputation qui fit de Pompée, dans l’Antiquité, l’archétype du fondateur de villes (κτίστης). Strabon51 le crédite de sept fondations de villes dans le Pont, Dion Cassius52 de huit, Appien53 de vingt-neuf fondations, dont huit en Cappadoce, vingt en Cilicie et en Cœlé-Syrie et une en Palestine, et Plutarque54 de trente-neuf.

  • 55 Magie D., op. cit., p. 369 ; Per. Liu., 102 (Pompée réduisit le Pont en province) ; Strabon, XII, (...)
  • 56 Pline le Jeune, Ep., X, 79-80 ; 112 ; 114-115 ; Dion Cassius, XXXVII, 20, 2 mentionne aussi cette (...)
  • 57 Sur cette loi, on trouve une abondante bibliographie : Vitucci G., « Gli ordinamenti costituvi di (...)
  • 58 Strabon, XII, 3, 1 ; Appien, Mithr., 117.
  • 59 Fletcher W. G., « The Pontic cities of Pompey the Great », TAPhA, no 70, 1939, p. 21-23 ; Jones A. (...)

15La nouvelle province de Bithynie-Pont était placée sous l’autorité du gouverneur de Bithynie55 dont elle dépendait de fait depuis 65-64 av. J.-C. On sait, grâce à des mentions dans la correspondance de Pline à Trajan56, deux siècles plus tard, que Pompée avait réorganisé les communautés par une loi, la lex Pompeia57. Le système mis en place par Pompée révolutionna totalement la partie pontique de la nouvelle province, tant il rompait avec les habitudes qui avaient prévalu dans ce territoire durant des siècles. En effet, à une organisation binaire de l’ancien royaume du Pont, avec, pour l’intérieur, le vieux système asiatique, une juxtaposition des domaines royaux ou sacrés et des centres villageois, et, pour le littoral, un système de cités grecques ayant eu une longue tradition d’autonomie, se substitua un système beaucoup plus uniforme. Strabon nous indique que le territoire de la province fut divisé entre onze centres urbains (πολιτεῖαι58) dont les territoires étaient contigus : c’est sûrement dans le but de mettre en place cette contiguïté que Pompée avait augmenté le territoire de certains centres déjà existants, dotant ainsi les nouvelles cités de territoires conséquents59.

  • 60 Magie D., op. cit., p. 370 et 1232, n. 35.
  • 61 Sartre M. L’Anatolie hellénistique, op. cit., p. 239.
  • 62 Marek C., Städt, Ära un Territorium in Pontus-Bithynia und Nord-Galatia, Tübingen, E. Wasmuth, 199 (...)
  • 63 Mitchell S., op. cit., p. 31-32.

16Un premier problème se pose : établir la liste de ces onze πολιτεῖαι. D. Magie estime que les trois cités portuaires d’Amisos, de Sinope et d’Amastris en faisaient partie, ainsi que l’ancienne capitale Amaseia, qui avait reçu le statut de cité grecque. Il faut donc trouver quelles sont les sept autres. Nous savons que Pompée avait restauré Mazaka et qu’il avait fondé des cités dont sept sont connues : Nicopolis, Magnopolis, Diospolis, Neapolis, Zéla, Pompeiopolis et Megalopolis60. D. Magie indique que la présence de Sinope, d’Amisos et d’Amastris n’est jamais remise en cause dans cette liste, contrairement à celle de Nicopolis ou d’Amaseia. M. Sartre, reprend cette liste, mais sans y inclure Mazaka61. C. Marek s’appuie sur deux critères pour déterminer sa propre liste : d’une part l’attribution de territoires et/ou une nouvelle fondation par Pompée ; d’autre part le critère de l’ère lucullienne sur les monnaies des cités et/ou des frappes monétaires sous Papirius Carbo, gouverneur de Bithynie de ca. 61-59/8 av. J.-C. La liste de C. Marek est donc la suivante : Amastris, Sinope, Amisos, Pompeiopolis, Neapolis, Magnoplis, Diospolis, Nicopolis, Zéla, Megalopolis et il hésite entre Abonouteichos et Amaseia62. S. Mitchell reprend la même liste et se prononce quant à lui pour Amaseia63.

  • 64 Plutarque, Luc., 19, 6 : le territoire d’Amisos avait été agrandi d’un territoire de 120 stades de (...)

17Appartenant à la province de Pont-Bithynie, Sinope fut touchée par cette organisation territoriale et politique. Même si la liste des onze communautés mises en place par Pompée pour gérer la nouvelle province varie d’un historien à l’autre, le nom de Sinope est une constante. Il faut donc la considérer comme un centre urbain important, à la tête d’un territoire civique probablement élargi. Lucullus avait largement agrandi le territoire civique d’Amisos64, mais nous n’avons pas de chiffres pour Sinope, car nous ne savons pas quel était son territoire sous la dynastie pontique.

  • 65 Bernhardt R., Imperium und Eleutheria. Die römische Politik gegenüber dem freien Städten des gries (...)
  • 66 Pline le Jeune, Ep., X. 92 (Amisos) : civitas libera et foederata ; Appien, Mithr., 83 (Sinope): Λ (...)
  • 67 Jones A. H. M., « Civitates liberae et immunes in the East », Calder W. M. et Keil J. (éd.), Anato (...)
  • 68 Marek C., op. cit., 44.
  • 69 Plutarque, Pomp., 46, 6 ; Luc., 36, 4.
  • 70 Strabon, XII, 3, 14.

18Nous devons enfin nous intéresser au statut de Sinope dans cette nouvelle organisation provinciale. En effet, depuis sa prise par Lucullus65, Sinope avait reçu le statut de ville libre (πόλις ʼελεύθερα) tout comme Amisos66. Ce statut la rendait exempte de taxes67, car elle n’appartenait théoriquement pas à la province68, ce qui était un privilège très appréciable. On peut se demander si ce statut fut conservé par Sinope. En effet, Pompée est connu pour avoir annulé les décisions prises par Lucullus69. On peut penser que la liberté accordée aux cités fut ainsi suspendue. Pourtant, dans son texte de présentation d’Amisos, Strabon indique que la cité fut libérée de Pharnace par César, qu’elle perdit sa liberté sous Antoine, qui la donna à des rois, et qu’elle la retrouva sous Auguste après Actium70 : elle ne perdit donc pas sa liberté sous Pompée. On peut penser qu’il en fut de même pour Sinope, d’autant plus que ce privilège lui avait été accordé à la suite d’un prodige, l’apparition de la statue d’Autolycos en songe à Lucullus. Pouvait-on revenir sur un privilège accordé après une intervention divine ?

  • 71 Sartre M., Essai de synthèse, op. cit., p. 111-152.

19On peut donc supposer que Sinope est ainsi entrée dans la clientèle de Pompée71, comme toute la province de Bithynie-Pont. Le cœur des combats de la guerre civile se situa loin de l’Asie Mineure et c’est après la mort de Pompée que César dut intervenir dans la région de Sinope.

La double trahison de Sinope en 47 av. J.-C.

  • 72 Dion Cassius, XLII, 9, 2.
  • 73 Magie D., op. cit., p. 407 ; Mc Ging B. C., op. cit., p. 166 ; Will E., op. cit., p. 531 ; David J (...)
  • 74 Dion Cassius, XLII, 9, 2 ; XLII, 45, 2 : Pharnace avait profité des différends entre César et Pomp (...)

20C’est lorsqu’il était en Égypte au printemps 47, que César reçut un appel urgent du proconsul d’Asie Cn. Domitius Calvinus, qu’il avait laissé chargé de toutes les provinces romaines à l’est de l’Égée : Pharnace, le fils de Mithridate Eupator, qui avait trahi son père et qui avait été confiné par Pompée dans son royaume de Crimée, profitant des luttes entre César et Pompée72, venait d’envahir le nord de l’Asie Mineure afin de reconstituer le royaume de son père73. Pharnace avait tout d’abord envahi la Colchide, possession du dynaste Aristarchos, puis l’Arménie Mineure, le royaume du Galate Deiotaros et le royaume de Cappadoce d’Ariobarzane III, deux rois qui devaient leur restauration à Pompée74. Pharnace menaçait les provinces romaines d’Asie Mineure.

  • 75 Bell. Alex., 39-40 ; Per. Liu., 112 ; Suétone, Cæs., 36 ; Plutarque, Cæs, 50, 1 ; Appien, BC, II. (...)
  • 76 Bell. Alex., 41 ; Magie D., op. cit., p. 409.
  • 77 Bell. Alex., 70 ; Plutarque, Cæs., 50, 1.

21Cn. Domitius Calvinus, appelé à l’aide par Deiotaros, avait tenté de s’opposer à Pharnace et, à l’automne 48, l’affrontement eut lieu à Nicopolis, et Calvinus fut vaincu75. Il dut fuir dans la province d’Asie, laissant le Pont abandonné à la brutalité de Pharnace76. Celui-ci pilla les propriétés des Grecs du Pont comme celles des Romains ; il saisit même les esclaves des publicains77.

  • 78 Appien, Mithr., 120.
  • 79 Strabon, XII, 3, 14 ; Appien, BC, II, 91 ; Mithr., 120 ; Dion Cassius, XLII, 46, 3.

22C’est dans ce contexte que Pharnace s’empara de Sinope78 et voulut se rendre maître d’Amisos79. Sinope revenait donc par la force au fils de Mithridate Eupator. Se montra-t-il clément envers ses citoyens ou bien uniformément cruel envers les Grecs et les Romains qui s’y trouvaient ? Pourquoi Pharnace reconquit-il Sinope ? Parce qu’elle avait été la capitale du royaume de son défunt père et qu’à ce titre elle était le joyau de sa reconquête dynastique et territoriale ? Ou bien parce que Sinope était une cité riche, dotée du meilleur port de la côte sud de la mer Noire et donc, à ce titre, une place stratégique pour servir de base navale et conquérir d’autres possessions plus à l’ouest ? On ne sait pas au juste comment se passèrent les quelques mois d’occupation du Pont par Pharnace, car les sources sont essentiellement romaines et se focalisent sur la personne de César qui, au moment des cruautés subies par le Pont, se trouvait en Égypte.

  • 80 Per. Liu., 113 ; Dion Cassius, XLII, 47 ; Appien, BC, II, 91 ; Mithr., 120 ; Suétone, Cæs., 35, 2  (...)
  • 81 Bell. Alex., 72-75.
  • 82 Bell. Alex., 78 ; Dion Cassius, XLII, 49, 1 ; Magie D., op. cit., p. 1266-1267, n. 29 et 30.
  • 83 Bell. Alex., 77.
  • 84 La Trente-Sixième Légion et la Pontique.
  • 85 Appien, Mithr., 120 ; Dion Cassius, XLVII, 5 ; Bell. Alex., 77 : Calvinus n’est pas mentionné : c’ (...)

23Dès qu’il fut informé de ce qui se passait en Asie, César quitta l’Égypte et se hâta de regagner le nord afin de récupérer les possessions perdues par Rome et, après un rapide voyage, il fut face à Pharnace à Zéla en 47 av. J.-C.80. Il le vainquit avec beaucoup de rapidité81 et quitta ensuite assez vite le Pont. César passa ensuite en Galatie et resta dans les deux forteresses de Deiotaros, Bloucion et Péion, avant de faire de nouveaux arrangements pour l’administration de la province de Pont-Bithynie lors de son passage à Nicée82. Le Pont fut reconquis par Calvinus ou par M. Coelius Vinicianus83 et Pharnace s’enfuit vers Sinope avec mille cavaliers. Là, il fut assiégé par Calvinus, car César n’avait pas le temps de le poursuivre. Il capitula finalement devant les deux légions romaines84 et fut autorisé à regagner la Crimée par bateau85.

  • 86 Mitchell S., op. cit., p. 36-37.
  • 87 Sartre M., L’Anatolie hellénistique, op. cit., p. 241.

24C’est après sa victoire sur Pharnace à Zéla et sur le chemin de Rome que César s’occupa du futur statut des cités du Pont-Euxin. La province de Pont-Bithynie fut renforcée par des colons86 à Sinope, à Héraclée Pontique ainsi qu’à Amisos. Il y eut également d’autres colonies césariennes en Asie Mineure : Apamée-Myrléa et les colonies jumelles de Lampsaque et de Parion87.

  • 88 Magie D., op. cit., p. 414.
  • 89 Bernhardt R., op. cit., p. 158-159.
  • 90 Strabon, XII, 3, 14 ; Dion Cassius, XLII, 48, 4.
  • 91 Mitchell S., op. cit., p. 37 et n. 118.

25Les cas de Sinope et d’Amisos offrent de l’intérêt, car les deux cités grecques avaient obtenu le statut de ville libre lors de leur prise par Lucullus et Pompée, dans son organisation de la province de Bithynie-Pont n’était apparemment pas revenu sur ce privilège. Or les deux cités avaient capitulé devant Pharnace, elles étaient donc coupables d’être passées à l’ennemi et donc passibles de sanctions, comme la perte de leur liberté par exemple88. Or R. Bernhardt estime qu’il n’en fut rien89, car César fut généreux et conserva à Amisos, qui ne s’était rendue qu’après un long siège et qui avait souffert des cruautés de Pharnace, sa liberté et son autonomie90. Cependant des colons romains furent intégrés dans la constitution de la cité grecque91, ce qui était tout de même une forme de sanction.

  • 92 Premières monnaies avec l’ère de la cité sur des monnaies de l’époque de Marc Antoine, Recueil, I- (...)
  • 93 Pline, NH., VI, 6 ; Pline le Jeune, Ep., X, 91 ; Ulpien, Digeste, L, 15, 1. 10.
  • 94 Sartre M., Essai de synthèse, op. cit., p. 121 contra Magie D., op. cit., p. 414.
  • 95 Sartre M., Essai de synthèse, op. cit., p. 121.
  • 96 Ibid., p. 121 contraMagie D., op. cit., p. 414.

26Sinope, qui avait été prise par Pharnace et où il s’était réfugié après sa défaite à Zéla reçut en 4592 une colonie de citoyens romains93. L’installation d’une colonie romaine avait pour objectif de sanctionner94 et de surveiller une ville qui avait été pompéienne, qui n’avait pas résisté à Pharnace et dont on pouvait mettre en doute la loyauté. Outre l’idée de contrebalancer l’influence de Pompée95, elle permettait aussi de lotir des vétérans ou des prolétaires. Ce nouveau statut de colonie ne peut être considéré comme un statut privilégié comme D. Magie l’avait interprété96, du moins pas en 45 av. J.-C.

  • 97 IK, 64-Sinope, no 86.
  • 98 IK, 64-Sinope, no 98.
  • 99 IK, 64-Sinope, no 143.
  • 100 IK, 64-Sinope, no 100.
  • 101 IK, 64-Sinope, no 124.
  • 102 IK, 64-Sinope, no 123.

27Cette fondation/sanction n’a pas été préjudiciable pour l’avenir de Sinope : le titre de la colonie est abrégé dans les monnaies au moins jusqu’au règne de Gallien. Les sources ne font pas état de massacres ou de persécution de la population grecque de Sinope. La situation s’est peut-être retournée assez rapidement et le statut colonial a pu apparaître comme favorable. Sur l’histoire de Sinope à la fin de la République et sous le Principat, les sources sont fragmentaires, on ne dispose que de la notice de Strabon et de six inscriptions : trois inscriptions en grec, respectivement une dédicace à Agrippine l’Aînée en 18 apr. J.-C.97, une inscription honorant Censorinus, légat d’Auguste en 14-13 ou 13-12 av. J.-C.98, enfin une inscription funéraire dédiée à Statia Aphrodisia99 ; deux inscriptions en latin : une inscription honorifique dédiée à Numisius Primus, notable de la colonie de Sinope100 et le texte funéraire de C. Octavius, soldat de la Cohorte Augusta101. Enfin, la seule inscription bilingue est une inscription funéraire honorant un soldat de cohorte, Sex. Egnatius (en grec), et son épouse, Publilia Urbana (en latin)102. Ces inscriptions prouvent le caractère mixte des citoyens de Sinope et l’usage concomitant des deux langues de culture de l’Empire.

  • 103 Recueil, I-1, p. 196, no 74 (Jules César/Marc Antoine) ; p. 197, no 76 (Lépide), no 77 (Appius Cla (...)
  • 104 Recueil, I-1, p. 197, no 75.

28Nous constatons également qu’il existe des monnaies coloniales de Sinope dès l’époque de Marc Antoine103, la première à être datée de l’ère de la colonie est de 35-34 av. J.-C.104. Le statut de colonie romaine est conservé pendant tout le Haut Empire comme le confirment les monnaies présentées dans l’introduction. Comment Sinope est-elle devenue une cité romaine stratégique de la province du Pont-Bithynie ?

Mise en place et utilité de la Colonia Iulia Felix Sinope

La déduction de la colonie

  • 105 Strabon, XII, 3, 11 ; traduction F. Lassère (CUF), qui indique (sans justifier) n. 4, p. 160, que (...)
  • 106 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 310.
  • 107 Recueil, I-1, p. 196, no 74 (Jules César et charrue) ; p. 199, no 93 (Caligula), no 94 (Claude) ; (...)

29La mise en place de la colonie césarienne de Sinope s’est effectuée de manière classique, par une déduction. Le texte de Strabon qui fait état de la colonie de Sinope à son époque est le suivant : « De nos jours, Sinope a accueilli une colonie romaine, à laquelle appartient une partie de la ville et de son territoire105 » (Νυνὶ δὲ καὶ Ῥωμαιων ʼαποικίαν δέδεκται καὶ μέρος τῆς πόλεως καὶ τῆς χώρας ʼεκείνων ʼεστί). Ce passage montre bien qu’il y a eu un partage du centre urbain et de la chôra entre les habitants de Sinope et les colons. Les habitants de Sinope furent privés de leurs terres, publiques et sans doute aussi privées, qui furent rachetées à bas prix ou plus ou moins confisquées. D’une manière ou d’une autre, il y a eu spoliation des anciens occupants106. Les Sinopéens furent donc considérés comme étrangers chez eux, des incolae. La déduction coloniale fut symboliquement représentée sur des monnaies coloniales au moyen de bœufs et de colons en train de labourer la terre107. Des agrimensores et des augures procédèrent très certainement aux travaux de délimitation du territoire, mais nous n’avons pas de sources nous permettant d’établir dans quelles conditions ce partage fut effectué pour les nouveaux venus, ni quelle était la superficie ou l’orientation des lots de terres.

  • 108 Ibid., p. 309-319.
  • 109 Doonan O. P., Sinope lanscapes : exploring connection in a Black Sea hinterland, Philadephie, Univ (...)

30Dans son article conclusif dans l’ouvrage Colonie romane nel mondo greco108, M. Sartre appelle de ses souhaits les prospections dans les territoires des colonies romaines du monde grec en citant les travaux déjà effectués par A. Rizakis. Ce travail reste à faire pour le territoire de Sinope. Les prospections menées par O. P. Doonan dans la chôra de Sinope n’ont pas permis de mettre en évidence dans le paysage les traces d’un cadastre d’origine romaine109.

Les témoignages des institutions de la colonie et d’un mode de vie à la romaine

  • 110 Aullu Gelle, XVI, 13, 8-9.
  • 111 Jacques F. et Scheid J., Rome et l’intégration de l’Empire. 44 av. J.-C.-260 apr. J.-C., t. 1 : Le (...)
  • 112 IK, 64-Sinope, nos 99 et 102.
  • 113 Recueil, I-1, p. 197, no 75 ; p. 198, no 81-82 (Auguste et Jules César), no 84 (Auguste et Jules C (...)

31Chaque colonie romaine était considérée comme une petite Rome, une sorte de reproduction qui avait les mêmes lois et les mêmes institutions que le peuple romain110. Bien que séparée géographiquement de Rome, les institutions civiques et religieuses de la colonie étaient constituées sur le même modèle111. Des institutions et magistratures typiquement romaines apparaissent dans les inscriptions et monnaies de Sinope. Le conseil supérieur de Sinope, comme de toute colonie, était l’ordre des décurions et les décisions politiques étaient prises ex decreto decurionum, abrégé en ex dd : ainsi deux inscriptions honorifiques de Sinope se terminent par cette abréviation (une inscription honorifique pour un legatus consularis des Ier-IIe s. apr. J.-C. et une inscription honorifique pour T. Veturius Campester datée du règne d’Antonin le Pieux)112, que l’on retrouve également sur des monnaies de la colonie113.

  • 114 Levick B., op. cit., p. 78.
  • 115 IK, 64-Sinope, no 101.
  • 116 IK, 64-Sinope, no 172.
  • 117 IK, 64-Sinope, nos 105 et 106.
  • 118 IK, 64-Sinope, no 173.

32Lorsque dans des inscriptions de Sinope d’époque impériale, on trouve le terme de βουλή, il s’agit de la traduction en grec de l’institution romaine du conseil des décurions ou sénat114 : le terme se retrouve ainsi dans des inscriptions honorifiques rédigées en grec pour honorer un notable (C. Sestullius Maximus Ier-IIe s. apr. J.-C.)115 ou sa fille (Reipané Ier-IIe s. apr. J.-C.)116, des athlètes (M. Iutius Marcianus Maximus Ier-IIe s. apr. J.-C. ; Tib. Claudius [- - ] ? IIe s. apr. J.-C.)117 ou un étranger dévoué à Sinope (Sossios Ier-IIe s. apr. J.-C.)118.

  • 119 IK, 64-Sinope, nos 98 et 101.
  • 120 IK, 64-Sinope, no 86.
  • 121 Levick B., op. cit., p. 79.
  • 122 IK, 64-Sinope, nos 100 et 102.
  • 123 IK, 64-Sinope, no 102.

33De même, le populus, n’est pas nommé avec son nom latin, mais dans sa traduction grecque de δῆμος, dans des décrets honorifiques pour C. Marcius Censorinus, légat d’Auguste en 14-13 ou 13-12, et pour C. Sestullius Maximus des Ier-IIe s. apr. J.-C.119, ou dans des dédicaces impériales comme celle pour Agrippine en 18 apr. J.-C.120. C’est au sein du conseil décurionnal qu’étaient élus les deux magistrats principaux121, les duouiri, chargés de la juridiction et du pouvoir exécutif : à Sinope on recense deux décrets honorifiques en latin faisant état de notables ayant exercé la fonction de duumuir122 : C. Numisius Primus au début du Ier s. apr. J.-C. et T. Veturius Campester, sous le règne d’Antonin le Pieux ; le décret honorifique pour T. Veturius Campester révèle aussi l’existence d’un tresuir123.

  • 124 Recueil, I-1, p. 197, no 77-80.
  • 125 IK, 64-Sinope, no 100.
  • 126 Levick B., op. cit., p. 79.
  • 127 IK, 64-Sinope, no 100.
  • 128 IK, 64-Sinope, no 102 ; Levick B., op. cit., p. 84.

34C’est sous l’autorité des duouiri qu’étaient frappées les monnaies coloniales : leur nom et leur fonction apparaissaient sur les monnaies, car ils jouaient le rôle de magistrats éponymes : à Sinope, sous Antoine, Auguste et Agrippa, le duumuir éponyme est C. Cassius124, ce qui est surprenant car le duumvir ne devait rester en charge qu’un an. Cela peut s’expliquer par les difficultés de recrutement des magistrats municipaux en raison d’un petit nombre de colons au début de la période coloniale. On trouve aussi dans l’épigraphie la mention d’un duumuir quinquenalis125, qui remplissait les fonctions du censeur romain126 Les duouiri étaient assistés par deux édiles, chargés de la police, de la voirie, des bâtiments. Nous retrouvons ce titre dans le cursus des magistratures exercées par un Sinopéen127. On trouve à Sinope la mention d’un curateur de l’annone128 qui a dû exercer une mission spéciale de cura annonae, car celui qui est habituellement chargé de cela est l’édile, dans ses missions de surveillance des marchés et des rues et d’approvisionnements.

  • 129 IK, 64-Sinope, no 102.
  • 130 IK, 64-Sinope, nos 100 et 102.
  • 131 IK, 64-Sinope, no 102.
  • 132 Recueil, I-1, p. 197, no 75.

35Le culte public était organisé selon des principes semblables à ceux de Rome, c’est pourquoi nous retrouvons dans les inscriptions les mentions d’un augure129, de prêtres du culte impérial130 et du dieu Mercure131, ainsi que la présence des instruments pontificaux sur une monnaie de l’époque de Marc Antoine132.

  • 133 En prenant comme point de départ les travaux suivants : Akurgal E. et Budde L., Vorlaüfiger Berich (...)

36Un travail archéologique approfondi sur la ville turque de Sinope133 et un inventaire in situ des inscriptions d’époque romaine permettraient, à terme, de proposer un plan de la Sinope romaine avec les localisations du cardo et du decumanus, du forum, de l’aqueduc et des thermes, qui matérialisaient certainement son statut de colonie romaine. Elle avait tout pour devenir un « pôle de romanité », mais Sinope a-t-elle eu une utilité plus directe pour le pouvoir romain ?

Sinope : une base logistique

  • 134 Brélaz C., « Les colonies romaines et la sécurité publique en Asie Mineure », Salmeri G., Raggi A. (...)
  • 135 Ibid., p. 195.
  • 136 Ibid., p. 195-196.
  • 137 Ibid., p. 198.

37Dans son analyse sur le rôle des colonies romaines dans la sécurité publique en Asie Mineure, C. Brélaz a montré qu’aucune colonie césaro-augusténne n’avait joué de rôle militaire actif dans l’annexion de nouveaux territoires en Anatolie, ni n’avait servi de garnison134. Rien en effet n’imposait une vocation militaire à une colonie de vétérans. En outre, aucune organisation militaire ne survivait à l’intérieur d’une colonie135. Le seul avantage militaire qui pouvait être escompté d’une colonie concernait le recrutement des soldats, car les colons étaient citoyens romains. De la première génération de colons vétérans, on pouvait attendre une tradition du maniement des armes136, mais cela devait se perdre dès la génération suivante. Toutefois si les colonies n’abritaient pas forcément des camps légionnaires ou des troupes auxiliaires, elles pouvaient servir à l’occasion de lieu d’hébergement et de base opérationnelle pour les soldats137.

  • 138 Flavius Josèphe, XVI, 21 ; Dion Cassius, LIV, 24, 6.
  • 139 Minns E. H., Scythians and Greeks. A survey of ancient history and archaeology on the north coast (...)
  • 140 Roddaz J.-M., op. cit., p. 464.
  • 141 Dion Cassius, LIV, 24, 4-5.
  • 142 Roddaz J.-M., op. cit., p. 464.
  • 143 Flavius Josèphe, XVI, 17-21.
  • 144 Dion Cassius, LIV, 24, 6.
  • 145 Roddaz J.-M., op. cit., p. 464.

38C’est ce qui se passe au début du principat : la cité de Sinope fut le théâtre de la rencontre entre Marcus Agrippa et le roi Hérode, au printemps 14 av. J.-C.138. Lors de sa seconde mission en Orient, le gendre d’Auguste avait dû quitter Jérusalem à la fin de l’année 15 av. J.-C. afin de se rendre dans le nord de l’Anatolie, à la suite de troubles survenus dans le royaume du Bosphore139. En effet, Scribonius, qui prétendait être le petit-fils de Mithridate Eupator et avoir reçu le royaume du Bosphore Cimmérien du défunt roi Asandre, avait épousé la veuve de ce dernier, Dynamis, fille de Pharnace et petite-fille de Mithridate Eupator, pour conforter son usurpation. Agrippa avait envoyé le roi du Pont, Polémon, chasser ce prétendant indésirable, certainement dès son arrivée en Orient au début de l’année 15 av. J.-C.140. Arrivé dans le Bosphore Cimmérien, Polémon trouva Scribonius assassiné, mais se heurta à la résistance des habitants du royaume141. Agrippa dut se déplacer personnellement jusqu’à Sinope avec pour objectif de lancer une expédition militaire sur la rive opposée, dans le royaume du Bosphore Cimmérien. L’objectif d’Agrippa était d’étendre l’influence de Rome sur l’autre rive de la mer Noire et d’établir un prince-client qui bloquerait toute expansion parthe vers le pays scythe et qui permettrait de lutter efficacement contre la piraterie142. Lorsque Agrippa arriva à Sinope, la rébellion avait cessé, et les vaisseaux que lui amenait son ami Hérode143 ne lui étaient plus d’aucune utilité. La simple présence d’Agrippa à Sinope, prêt à lancer une campagne militaire contre le Bosphore Cimmérien, avait suffi pour que les insurgés déposent les armes. De Sinope, Agrippa se contenta de réorganiser le royaume du Bosphore Cimmérien, en l’associant au royaume du Pont, par le mariage de la reine Dynamis avec le roi Polémon144. La cité de Sinope a donc été, pendant un court moment, le quartier général du « co-régent145 », parce que sa mission en Orient le contraignait à s’occuper de la situation d’outre-mer Noire. Le fait que la flotte romaine, prête à partir pour une expédition dans le Bosphore Cimmérien, se soit concentrée à Sinope, et qu’elle y ait reçu l’appui des vaisseaux du roi Hérode, se comprend tout d’abord d’un point de vue géographique, car Sinope est la cité de la province de Bithynie-Pont à l’exact opposé du royaume du Bosphore Cimmérien. Si l’installation d’une colonie césarienne depuis 45 av. J.-C. ne faisait pas forcément de Sinope un élément de la défense romaine en mer Noire, chargé de surveiller la rive opposée, elle permettait au moins à Agrippa d’être sûr d’y trouver un bon accueil et de pouvoir recruter des volontaires pour l’expédition du Pont. Agrippa utilisait ainsi une structure portuaire préexistante et rendue fiable par la présence de la colonie.

  • 146 IK, 64-Sinope, no 98.
  • 147 PIR2 M 222 ; Thomasson B. E., Laterculi Praesidum, vol. I, Göteborg, Radius, 1984, p. 209 [26, no (...)
  • 148 Memnon, FGrHist, 434, F37. 2.
  • 149 Mason J., Greek Terms for Roman Institutions, Toronto, Hakkert, 1974, p. 60-61.
  • 150 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 314.

39Au moment de la rencontre de M. Agrippa et du roi Hérode à Sinope, l’épigraphie fournit le premier texte faisant état des relations entre la cité de Sinope et le pouvoir provincial romain. Il s’agit d’une inscription grecque146 en l’honneur de C. Marcius Censorinus147, descendant du M. Marcius Censorinus qui avait commandé une partie de la flotte romaine à Sinope lors de la guerre contre Mithridate148. Le titre de πρεσβευτὴς Καίσαρος dont il est honoré à Sinope pourrait laisser entendre qu’il était un des lieutenants d’Agrippa et qu’il gouvernait le Pont-Bithynie par délégation. Le fait que C. Marcius Censorinus soit honoré à Sinope montre que celle-ci cherchait à obtenir les grâces du légat et peut-être à travers lui, celles d’Agrippa. Le terme employé pour qualifier son action à Sinope est κηδεμών, que D. French traduit par bienfaiteur. Dans un contexte de guerre contre le royaume du Bosphore Cimmérien nous lui préférerons la traduction de protecteur ou de défenseur. Ce texte témoigne du soin apporté par les Sinopéens aux bonnes relations avec le gouverneur provincial et surtout de la présence de ce dernier à Sinope, en relation avec les préparatifs de l’expédition cimmérienne de Marcus Agrippa. H. J. Mason a rapproché l’expression κηδεμών πόλεως de la fonction de curator ou de patronus149. Ce texte confirme donc que la cité de Sinope n’avait nullement une position négligeable au sein de la province pendant la période augustéenne, bien qu’elle n’en soit pas la capitale. Pour reprendre une expression de M. Sartre150, la colonie de Sinope a pu servir de « pôle de loyauté » au nord de l’Asie Mineure, avant de devenir un « pôle de romanité », comme nous allons le voir maintenant.

« Du corps étranger à l’assimilation151 »

Le statut juridique des personnes

40Au sein des colons romains arrivés à Sinope lors de la fondation, pouvaient se trouver des Italiens pauvres que César avait lotis après la spoliation de leurs biens durant la guerre civile, des vétérans des armées césariennes et des Italiens qui se trouvaient déjà en place dans la province de Bithynie-Pont et qui avaient pu venir grossir les rangs des colons et occuper des positions élevées dans l’administration coloniale.

  • 152 IK, 39-Prusa ad Olympum, no 170.
  • 153 Fernoux H.-L., op. cit., p. 159, 161.
  • 154 IK, 64-Sinope, no 156.
  • 155 IK, 64-Sinope, no 102.

41Ainsi, on retrouve à Sinope des membres de la famille des Veturii, connue en Bithynie à la fin du Ier s. av. J.-C. et au début du Ier s. apr. J.-C. par une inscription de Prousa de l’Olympe152, où elle possédait un domaine foncier et constituait un milieu de notables italiens enrichis par le commerce153 : Veturia Alexandra et son époux Veturius Callineicos154 ainsi que T. Veturius Campester155. On peut donc supposer qu’il y avait à Sinope des descendants de familles de negotiatores italiens, installés en Anatolie avant la déduction de Sinope en colonie.

  • 156 Hasenohr C. et Müller C., « Gentilices et circulation des Italiens : quelques réflexions méthodolo (...)
  • 157 IK, 64-Sinope, nos 86, 98, 100, 123, 124 et 143.

42Nous allons tenter de faire quelques remarques sur les Italiens présents à Sinope en soulignant la difficulté que la présence d’un gentilice italien peut faire naître, tant la circulation des Italiens dans le monde méditerranéen est complexe à appréhender156. Il est difficile de retrouver la trace des premiers colons romains à Sinope, car nous ne disposons que de quelques inscriptions datant de la fin du Ier s. av. J.-C. et du début du Ier s. apr. J.-C.157. Toutes les autres inscriptions que nous allons étudier pour déterminer le statut des personnes datent des Ier-IIe s. voire IIIe s. apr. J.-C. À cette époque, il est difficile de savoir qui, parmi les personnes aux noms romains, descend des negotiatores italiens installés dans la province de Bithynie-Pont avant même la fondation, des vétérans de César ou des Italiens pauvres. Les distinctions sont à établir entre les citoyens romains d’origine italienne (peut-on encore parler de colons deux siècles après la déduction de la colonie ?), les citoyens romains d’origine grecque, ayant bénéficié de la naturalisation, et les Grecs, qui restent des pérégrins.

  • 158 Fernoux H.-L., op. cit., p. 193.

43Les inscriptions de Sinope datant de l’époque de la domination romaine offrent quatre-vingt-treize noms de personnes qui se subdivisent de la manière suivante : dix-neuf noms grecs ou indigènes, cinquante-trois noms romains (dix-huit avec les tria nomina, trente et un avec des duo nomina et quatre avec un seul nom) et vingt et un noms avec des gentilices impériaux (neuf) ou italiens (douze) et majoritairement un cognomen grec, lequel concerne soit des naturalisés, soit des affranchis. Les noms grecs ne représentent même pas un quart des noms recensés, ce qui contraste avec la situation d’une autre colonie romaine de la province de Bithynie-Pont, Apamée-Myrléa, où les noms grecs représentent plus de 65 % des noms recensés158 : est-ce à dire que l’effectif civique s’était davantage ouvert aux notables pérégrins à Sinope ou bien sommes-nous en présence d’un déficit d’inscriptions en grec trouvées à Sinope ou dans sa chôra ?

  • 159 Ibid., p. 195 ; 197.
  • 160 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 317-318.

44Il est très difficile de dire s’il y a eu ou non une politique d’incorporation des élites grecques de Sinope par l’octroi de la citoyenneté romaine159 : les gentilices impériaux ou ceux des gouverneurs peuvent témoigner d’une naturalisation comme de l’appartenance à une famille d’affranchis. Les inscriptions qui portent ces noms, qui sont généralement funéraires ou des dédicaces religieuses, ne détaillent pas les magistratures exercées par les individus ni les actes de gloire de leur famille : on peut donc supposer qu’il s’agissait de personnes modestes. La citoyenneté romaine offrait un statut enviable et tout un chacun essayait de l’obtenir, soit par la naturalisation, soit par l’affranchissement. Les naturalisés ou affranchis sont en nombre presque équivalent aux Grecs, et constituent avec eux presque la moitié des noms recensés dans les inscriptions de Sinope. Il faut voir dans cette situation l’attrait qu’exerçait la citoyenneté romaine sur les Grecs, qui pouvaient conserver la citoyenneté grecque de Sinope, et être intégrés à l’Empire sans renoncer à leur identité160. Beaucoup de nouveaux citoyens romains ou descendants de nouveaux citoyens romains ont ainsi pu conserver leur langue maternelle et leurs habitudes culturelles, s’assimilant au corps étranger que représentait la colonie césarienne déduite à Sinope et assimilant celui-ci à l’environnement grec par le biais de la culture, de la langue et de la vie quotidienne.

Les usages linguistiques à Sinope

45Même si l’arrivée des colons italiens et des vétérans des armées césariennes a entraîné l’usage du latin dans une colonie, la pratique du grec n’a pas disparu, car les anciens habitants de Sinope, même ceux réduits au rang d’incolae, n’ont pas cessé de l’utiliser. En outre, parmi les premiers colons de Sinope nombreux étaient sûrement les Orientaux qui parlaient grec. À travers le corpus des inscriptions d’époque romaine de Sinope, nous pouvons analyser le comportement linguistique des habitants de Sinope. Nous disposons de quatre-vingt-douze inscriptions, de la fin du Ier s. av. J.-C. au règne de Constantin. Dans ce corpus, vingt-trois inscriptions sont en latin, soixante-cinq en grec et quatre sont bilingues.

  • 161 IK, 64-Sinope, no 86.
  • 162 IK, 64-Sinope, no 98.
  • 163 IK, 64-Sinope, no 143.
  • 164 IK, 64-Sinope, no 100.
  • 165 IK, 64-Sinope, no 124.
  • 166 IK, 64-Sinope, no 123.

46Si l’on présente ces résultats en suivant la chronologie, on constate que le début de la période est assez pauvre en inscriptions et que la prépondérance d’une langue sur l’autre n’est pas frappante. Pour le Ier s. av. J.-C. et le Ier s. apr. J.-C. il y a six inscriptions, soit trois inscriptions en grec : une dédicace à Agrippine de 18 apr. J.-C.161, une inscription honorant Censorinus, légat d’Auguste en 14-13 ou 13-12 av. J.-C.162, enfin une épitaphe dédiée à Statia Aphrodisia163 ; deux textes sont en latin, une inscription honorifique dédiée à Numisius Primus, notable de la colonie de Sinope164 ainsi que l’inscription funéraire de C. Octavius, soldat de la Cohorte Augusta165. Enfin, la seule inscription bilingue est funéraire : elle honore un soldat de cohorte, Sex. Egnatius (en grec) et son épouse, Publilia Urbana (en latin)166.

47Pour le début de la période romaine, ces six inscriptions, un chiffre beaucoup trop faible, ne nous permettent pas de conclure à propos de la prépondérance d’une langue sur l’autre ou de l’usage précis d’une langue dans un contexte particulier.

48La majorité des inscriptions d’époque romaine découvertes à Sinope datent du Haut-Empire (Ier et IIe s. apr. J.-C.). Soixante-dix-neuf inscriptions se répartissent de la manière suivante, à savoir cinquante-huit en grec, dix-huit en latin et trois bilingues. Le grec semble vraiment prépondérant sur le latin, mais avant une étude d’ensemble sur toute la période, contentons-nous de souligner que sur les cinquante-huit inscriptions en grec, quarante sont funéraires et l’intégralité des dédicaces religieuses, à savoir onze inscriptions, sont aussi en grec.

  • 167 IK, 64-Sinope, nos 139, 163, 169 et 176.
  • 168 IK, 64-Sinope, no 94.
  • 169 IK, 64-Sinope, no 95-96.

49Enfin, les inscriptions datant de la période postérieure au règne des Antonins sont beaucoup moins nombreuses : quatre inscriptions sont recensées pour le IIIe s. et ce sont des inscriptions funéraires rédigées en grec167, alors que les trois inscriptions datant du IVe s. sont des inscriptions officielles en latin (un édit des Tétrarques daté de 310168 et deux fragments du De accusationibus de Constantin, datés de 320169).

  • 170 IK, 64-Sinope, no 125.
  • 171 IK, 64-Sinope, nos 121, 123, 145 et 152.
  • 172 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 315.

50Après avoir présenté les différentes occurrences du latin et du grec dans les inscriptions d’un point de vue chronologique, intéressons-nous à la nature des inscriptions. Durant toute la période romaine, au sein du corpus de Sinope, il y a quinze inscriptions publiques en latin et neuf en grec, tandis que pour les inscriptions d’ordre privé, il y a huit inscriptions en latin (qui sont toutes des funéraires sauf une inscription votive170), cinquante-six inscriptions en grec (dont onze dédicaces religieuses et quarante-quatre funéraires) et quatre inscriptions bilingues (qui sont toutes des funéraires171). Les remarques de M. Sartre sur les différents usages linguistiques en fonction du contexte privé ou public des inscriptions172 s’appliquent au corpus de Sinope. Le latin et le grec sont quasiment à égalité pour les usages publics, alors que le grec est la langue quasi exclusive des usages privés et correspond en majorité à des inscriptions funéraires.

  • 173 Recueil, I-1, p. 197, no 78-79 (Auguste et Agrippa), no 80 (Auguste et Jules César).
  • 174 Recueil, I-1, p. 199, no 92 (Caligula et Agrippine Mère).
  • 175 Recueil, I-1, p. 203, no 119 (Faustine la Jeune).
  • 176 Recueil, I-1, p. 206, no 144 (Diadumenien).
  • 177 Recueil, I-1, p. 205, no 137 (Geta).
  • 178 Recueil, I-1, p. 209, no 164 (Valérien le Père).

51Enfin, l’usage prépondérant du grec se voit aussi dans les légendes monétaires des monnaies coloniales où lettres grecques (sigma lunaire) et lettres latines se mélangent étonnamment et où les fautes montrent que le graveur fait référence au grec : C I C F C (Colonia Iulia Caesarea Felix Cinope)173, C I F C (Colonia Iulia Felix Cinope)174, C I F CINOPE (Colonia Iulia Felix Cinope)175 ; C I F CINOP176 ; C I F GINOPE177, C R I F C178.

  • 179 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 315.

52Nous pouvons donc reprendre à notre compte les remarques de M. Sartre : ce qui est étonnant, ce n’est pas que les colons de Sinope parlent grec, mais que le latin ait résisté si longtemps179.

La permanence de la culture grecque

  • 180 IK, 64-Sinope, no 101.
  • 181 IK, 64-Sinope, no 103.
  • 182 Fernoux H.-L., op. cit., p. 331 ; Sartre M., L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales e (...)
  • 183 IK, 64-Sinope, no 102.

53De nombreuses liturgies grecques subsistent dans des inscriptions en grec, mais aussi en latin, qui honorent des citoyens romains. Des liturgies comme l’agonothétie, la panégyriarchie, la gymnasiarchie et la xystarchie sont attestées dans des inscriptions honorant des notables sinopéens qui sont citoyens romains de la colonie : ainsi l’évergète C. Sestullius Maximus est-il honoré en grec après avoir été gymnasiarque, xystarque et agonothète180, comme un notable anonyme de Sinope, lié à une famille sénatoriale, qui a lui aussi exercé la fonction de gymnasiarque181 et T. Veturius Campester, qui a été panégyriarque, fonction souvent étroitement liée à celle d’agonothète182 mais son titre est noté en latin dans l’inscription qui l’honore183.

54L’examen des magistratures, charges et liturgies exercées à Sinope montre que les notables de la cité de Sinope connus dans les inscriptions ont exercé les magistratures coloniales tout en s’impliquant dans l’animation de la vie publique par l’exercice des charges et liturgies grecques, qui avaient leur importance et leur prestige. Les notables les plus importants ont aussi pu exercer des fonctions à l’extérieur de la cité, pontarque comme l’ancien gymnasiarque lié à une famille sénatoriale, fondateur ou patron d’un uicus, comme T. Veturius Campester. Le fait que toutes ces fonctions, grecques ou romaines, soient exercées par des individus dont les tria nomina ne font apparaître aucun cognomen d’origine grecque montre qu’il n’y a peut-être pas forcément eu un gros effort d’assimilation des anciennes élites grecques à la colonie de Sinope : même si les Romains se sont adaptés au niveau linguistique et culturel en allant jusqu’à exercer des charges d’origine grecque pour l’organisation de concours et de fêtes, ils ont conservé l’intégralité du pouvoir et de la visibilité dans la vie publique.

  • 184 IK, 64-Sinope, no 102.
  • 185 Pline le Jeune, Ep., X, 43.
  • 186 Rougé J., Recherches sur l’organisation du commerce en Méditerranée sous l’Empire romain, Société (...)
  • 187 Ibid., p. 369-373.

55Les notables romains de la colonie de Sinope se chargeaient d’évergésies comme les habitants grecs, mais la conduite d’une ambassade auprès de l’Empereur revenait au plus prestigieux d’entre eux. T. Veturius Campester est le seul Sinopéen connu dans les inscriptions à avoir effectué cette évergésie, une fois auprès d’Hadrien et trois fois auprès d’Antonin le Pieux184 : IIII misso legato a Colonia in urbem sine uiatico semel quidem ad Diuom Hadrianum III autem ad optimum maximumque bis Imp Caesar(em) T. Aelius Hadrianum Antoninum Aug Pium. T. Veturius Campester est donc un évergète très prestigieux car il est allé en ambassade sine viatico, c’est-à-dire qu’il a payé quatre fois son voyage jusqu’à Rome pour faire part du message de la colonie à l’Empereur. Lors de sa légation en Bithynie-Pont, Pline le Jeune donne le chiffre de douze mille sesterces allouées au député de Byzance chargé de porter le décret d’hommage de la cité auprès de l’Empereur185. Cette somme devait correspondre au prix du voyage en bateau de Byzance à Rome, à la nourriture, au logement de l’ambassadeur à Rome, ainsi qu’aux frais afférents à sa suite. Il devait exister des tarifs pour le transport des voyageurs par navire186 mais nous n’avons pas d’inscription comme l’édit du maximum de Dioclétien, valable pour les marchandises187 qui nous permettrait de connaître le prix du transport des passagers. Si l’on considère que le voyage Byzance-Rome correspondait à 2/3 ou à 3/4 du trajet Sinope-Rome, la dépense engagée par T. Veturius Campester à chaque ambassade se situait peut-être entre seize mille et dix-huit mille sesterces, et T. Veturius Campester avait été quatre fois ambassadeur à Rome, ce qui signifie qu’il aurait dépensé entre soixante-quatre mille et soixante-douze mille sesterces sur une période allant du début du règne d’Hadrien en 117 à la fin du règne d’Antonin le Pieux en 161. T. Veturius Campester était vraiment un notable très riche et très soucieux de défendre les intérêts de sa cité à Rome.

  • 188 IK, 64-Sinope, no 102.
  • 189 IK, 64-Sinope, no 103.

56La colonie de Sinope est donc pourvue de notables assez riches. Même si du point de vue de la politique générale de l’Empire romain, aucun Sinopéen d’origine ne s’est distingué dans l’entourage d’un empereur, la gestion provinciale ou l’armée, la colonie de Sinope a disposé d’une élite locale lui permettant d’avoir une vie municipale conforme à son statut de colonie romaine où les activités de loisir grecques étaient appréciées et organisées. Deux notables se distinguent par le cumul de leurs magistratures et charges et par le niveau de fortune qu’ils devaient avoir pour les assumer : T. Veturius Campester188, qui descendait sans doute de la famille des negotiatores installés en Anatolie depuis le Ier s. av. J.-C. et le notable anonyme lié à une famille sénatoriale189.

Conclusion

  • 190 Magie D., op. cit., p. 414.
  • 191 Sartre M., Essai de synthèse, op. cit., p. 121.

57Il est assez frustrant de manquer de sources littéraires et archéologiques pour étudier le contexte et la mise en place de la colonie romaine de Sinope en 45 av. J.-C. Contrairement à ce que D. Magie avait indiqué dans Roman Rule in Asia Minor190, le statut de colonie romaine n’était pas une promotion au moment de la déduction, et la mise au point de M. Sartre sur le statut de colonie-sanction191 nous paraît essentielle.

58En fait, une fois la colonie déduite, le peuplement et la mise en place des institutions coloniales ont eu lieu de manière tout à fait classique, comme dans toute colonie romaine de la fin de la République. Comme les autres fondations césaro-augustéennes en Orient, Sinope n’avait pas une vocation militaire de défense de l’Empire, mais elle pouvait en revanche être une base logistique très utile à l’occasion, comme ce fut le cas en 14 av. J.-C. avec la mission de Marcus Agrippa en mer Noire.

59C’est à travers les monnaies coloniales et surtout l’épigraphie sinopéenne datant du Haut-Empire qu’il est possible de voir que la colonie de Sinope s’est complètement assimilée à son environnement grec par la langue et les habitudes culturelles. La gestion par des descendants d’Italiens de magistratures grecques et la pratique de l’évergétisme complètent le tableau.

  • 192 Sengebuch M., Sinopicarum quaestionum specimen, Berlin, Gustav Shadk, 1846 ; Streuber W. T., Sinope (...)

60Les synthèses produites au XIXe s. et au début du XXe sur Sinope192 abordaient peu l’histoire de Sinope après sa prise par Lucullus en 70 av. J.-C., car aucun événement violent à l’échelle de l’Empire romain ne s’y était produit. Or, les sources épigraphiques et archéologiques les plus abondantes datent de l’époque romaine et laissent présager de multiples travaux sur la Sinope romaine.

Notes

1 Strabon, XII, 3, 11 ; Pline, NH, VI, 1, 6 ; Pline le Jeune, Ep., X, 90-91.

2 Leschorn W., Antike Ären. Zeitrechnung, Politik und Geschichte im Schwarzmeerraum und in Kleinasien nördlich des Taurus, Stuttgart, Historia Einzelschriften, 81, 1993, p. 150-162.

3 Waddington W. H., Babelon E. et Reinach T., Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, Tome Premier, Premier fascule, Pont et Paphlagonie, Paris, Leroux, 1904 (désormais abrégé en Recueil, I-1) p. 197, no 75 (Marc Antoine) ; p. 198, no 81-90 (Auguste) ; p. 199, no 92-93 (Caligula), no 94-95 (Claude) ; p. 199, no 96 (Néron) ; p. 200, nos 97, 99-100 (Néron), no 101-102 (Vespasien), no 103 (Domitien) ; p. 201, no 104 (Nerva), no 105-107 (Trajan), no 108-110 (Hadrien) ; p. 202, no 111 (Hadrien), no 112-113 (Antonin le Pieux), no 114-117 (Marc Aurèle) ; p. 203, no 118-121 (Marc Aurèle).

4 Recueil, I-1, p. 196, no 74 ; p. 198, nos 82-85, 87-90 ; p. 199, nos 91, 93-95 ; p. 200, 97-99, 101-103 ; p. 201, nos 104, 106, 108 ; p. 202, no 111-112 ; Sylloge Nummorum Graecorum Deutschland. Sammlung von Aulock, 1-3 Pontus, Paphlagonien, Bithynien, Berlin, Gebr. Man., 1957, nos 232-234, 236.

5 Recueil, I-1, p. 198, no 81 ; p. 201, no 109-110 ; p. 202, no 113.

6 Recueil, I-1, p. 207, nos 150, 153 ; p. 208, nos 154, 155-158, 160, 161 ; p. 209, nos 162, 163, 165 ; p. 210, no 170.

7 French D., The Inscriptions of Sinope, I, Inscriptions, Habelt R. (éd.), Die Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, 64, Bonn, 2004 (désormais abrégé en IK, 64-Sinope), no 87.

8 IK, 64-Sinope, no 91.

9 IK, 64-Sinope, no 89.

10 CIL, III1, no 783 ; CIRB, no 46.

11 IK, 64-Sinope, no 121.

12 IK, 64-Sinope, no 160.

13 Sartre M., « Les colonies romaines dans le monde grec. Essai de synthèse », Electrum, no 5, 2001, p. 112-119.

14 Levick B., Roman colonies in Southern Asia Minor, Oxford, Clarendon Press, 1967, p. 29-41.

15 Sartre M., « Les colonies romaines dans le monde grec : du corps étranger à l’assimilation », Salmeri G., Raggi A. et Baroni A. (éd.), Colonie romane nel mondo greco, Rome, L’Erma di Bretescheider, 2004, p. 309-319.

16 Vittinghoff F., Römische Kolonisation und Bürgerrechtspolitik unter Caesar und Augustus, Wiesbaden, Verlag des Akademie der Wissenschaften und der Litteratur in Mainz, 1952, p. 23-33 ; Sartre M., Essai de synthèse, op. cit., p. 119-126.

17 Xénophon, Anabase, VI, 1, 15 ; Strabon, XII, 3, 11 ; Diodore de Sicile, BH, XIV, 31, 2 ; Arrien, Per., 14.

18 Polybe, IV, 56.

19 Polybe, XXIII, 9, 2 ; Tite-Live, XL, 2, 6.

20 Strabon, XII, 3, 11.

21 Appien, Mithr., 58 ; Plutarque, Syll., 22. 9-10 ; 24 ; Luc., 4. 1 ; Liebmann-Frankfort T., La frontière orientale dans la politique extérieure de la République romaine depuis le traité d’Apamée jusqu’à la fin des conquêtes asiatiques de Pompée (189/8-63), Bruxelles, Palais des Académies, Mémoires de l’Académie royale de Belgique, classe de Lettres, 59/5, 1969, p. 182-185 ; Will E., Histoire politique du monde hellénistique : 323-30 av. J.-C., II : des avènements d’Antiochos III et de Philippe V à la fin des Lagides, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1982, p. 484-485 ; Callataÿ F. de, L’histoire des guerres mithridatiques vue par les monnaies, Louvain-la-Neuve, Publications d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université catholique de Louvain, 1997, p. 324 ; Sartre M., L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase : 334-31 av. J.-C., Paris, Armand Colin, 2003, p. 228.

22 Memnon, FGrHist, 434, F26. 3 ; Appien Mithr., 65 ; Ballesteros Pastor L., Mitrídates Eupátor rey del Ponto, Grenade, Servicios de Publicaciones de la Universidad de Granada, 1996, p. 194, n. 14, se demande néanmoins si c’est lors de cette seconde campagne ou bien de la suivante qu’il s’agissait pour les Romains de conquérir Sinope.

23 Memnon, FGrHist, 434, F26.3 ; Reinach T., Mithridate Eupator roi de Pont, Paris, Firmin-Didot, 1890, p. 303.

24 Reinach T., op. cit., p. 334.

25 Magie D., Roman Rule in Asia Minor to the end of the third century after Christ, Princeton, Princeton University Press, 1950, p. 331 ; Ormerod H. A., Piracy in the Ancient World : an Essay in Mediterranean History, Liverpool, Liverpool University Press, 1969, p. 211 ; Ballesteros Pastor L., op. cit., p. 231.

26 Appien, Mithr., 78 ; Salluste, Hist., IV, fr. 69. 14 M ; Per. Liu, 95 ; Florus, I, 40, 18-19 ; Orose, VI, 2, 23-24 ; Plutarque, Luc., 13. 3, fait quant à lui débarquer Mithridate à Héraclée ; sur la présence d’un bateau de pirates aux côtés d’Eupator et la défiance pontique à leur égard, voir Mc Ging B. C., The foreign policy of Mithridates VI King of Pontus, Leyde, Brill, 1986, p. 139.

27 Memnon, FGrHist, 434, F28-29. 5 ; Will E., op. cit., p. 493.

28 Strabon, XII, 3, 11.

29 Plutarque, Luc., 23, 1-6.

30 Appien, Mithr., 83.

31 Memnon, FGrHist, 434, F37.

32 Memnon, FGrHist, 434, F37. 9.

33 Memnon, FGrHist, 434, F34-36 ; récit du siège chez Reinach T., op. cit., p. 350-352.

34 Reinach T., op. cit., p. 349-350.

35 Callataÿ F. de, op. cit., p. 355.

36 Memnon, FGrHist, 434, F30.

37 Guerber E., Les cités grecques dans l’Empire romain : les privilèges et les titres des cités de l’Orient hellénophone d’Octave Auguste à Dioclétien, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

38 Cicéron, Pomp., 31-35 ; 44 ; Plutarque, Pomp., 24-30 ; Appien, Mithr., 90-97 ; Dion Cassius, XXXVI, 42-43 ; 45-49 ; Per. Liu., 99 ; Velleius Paterculus, II, 31-32 ; Florus, I, 41 ; Callataÿ F. de, op. cit., p. 375-376.

39 Appien, Mithr., 97-101 ; Dion Cassius, XXXVI, 47-49 ; Callataÿ F. de, op. cit., p. 376.

40 Plutarque, Pomp., 41, 7 ; Appien, Mithr., 108-112 ; Dion Cassius, XXXVII, 12-14 ; Per. Liu., 102 ; Velleius Paterculus, II, 40, 1 ; Florus, I, 40, 25-26 ; Eutrope, VI, 12, 3 ; Orose, VI, 5, 4-6 ; Reinach T., op. cit., p. 409-410.

41 Callataÿ F. de, op. cit., p. 378-386.

42 Velleius Paterculus, II, 37 ; Plutarque, Pomp., 33 ; Appien, Mithr., 106 ; Dion Cassius, XXXVI, 51-53.

43 Plutarque, Pomp., 34-35 ; Appien, Mithr., 103 ; Dion Cassius, XXXVI, 54 ; 37. 1-5 ; Eutrope, VI, 14, 1.

44 Velleius Paterculus, II, 37. 5 ; Plutarque, Pomp., 38-41 ; Appien, Mithr., 107 ; Syr. 49 ; 70 ; Dion Cassius, XXXVII, 6. 5 ; Justin, 40, 2, 5 ; Eutrope, VI, 14, 2.

45 Magie D., op. cit., p. 363.

46 Plutarque, Pomp., 41 ; Appien, Mithr., 106 ; Dion Cassius, XXXVII, 15-16.

47 Plutarque, Pomp., 42 ; Appien, Mithr., 113 ; Reinach T., op. cit., p. 411.

48 Plutarque, Pomp., 42.

49 Appien, Mithr., 113.

50 Plutarque, Pomp., 38 ; Reinach T., op. cit., p. 400 ; Ballesteros Pastor L, op. cit., p. 282-286.

51 Strabon, XII, 3, 28 (Nicopolis) ; XII, 3, 30 (Magnopolis) ; XII, 3, 31 (Kabéira-Diospolis) ; XII, 3, 37 (Zéla et Mégalopolis) ; XII, 3, 38 (Neapolis) ; XII, 3, 40 (Pompéiopolis).

52 Dion Cassius, XXXVII, 20, 2.

53 Appien, Mithr., 117.

54 Plutarque, Pomp., 45. 3.

55 Magie D., op. cit., p. 369 ; Per. Liu., 102 (Pompée réduisit le Pont en province) ; Strabon, XII, 3, 1.

56 Pline le Jeune, Ep., X, 79-80 ; 112 ; 114-115 ; Dion Cassius, XXXVII, 20, 2 mentionne aussi cette réorganisation.

57 Sur cette loi, on trouve une abondante bibliographie : Vitucci G., « Gli ordinamenti costituvi di Pompeo in terra d’Asia », RAL, no 344, 1947, p. 441-442 ; Magie D., op. cit., p. 369-370 ; Van Ooteghem J., Pompée le Grand, bâtisseur d’empire, Bruxelles, Palais des Académies, 1954, p. 249 ; Marek C., op. cit., p. 42-45 ; Murphy J., « Pompey’s Eastern Acta », AHB, 7-4, 1993, p. 136-142 ; Ballesteros Pastor L., op. cit., p. 282-283 ; Sartre M., L’Anatolie hellénistique, op. cit., p. 246-248 ; Fernoux H.-L., Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine (IIIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C.). Essai d’histoire sociale, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2004, p. 129-146.

58 Strabon, XII, 3, 1 ; Appien, Mithr., 117.

59 Fletcher W. G., « The Pontic cities of Pompey the Great », TAPhA, no 70, 1939, p. 21-23 ; Jones A. H. M., The Cities of the Eastern Roman Provinces, Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 159 ; Mitchell S., Anatolia. Land, men and gods in Asia Minor, vol. I : The Celts in Anatolia and the Impact of Roman Rule, Oxford, Clarendon Press, 1993, p. 32, qui s’appuie sur les remarques de Strabon en ce qui concerne les territoires de Magnopolis, Megalopolis, Zéla et Néapolis.

60 Magie D., op. cit., p. 370 et 1232, n. 35.

61 Sartre M. L’Anatolie hellénistique, op. cit., p. 239.

62 Marek C., Städt, Ära un Territorium in Pontus-Bithynia und Nord-Galatia, Tübingen, E. Wasmuth, 1993, p. 39.

63 Mitchell S., op. cit., p. 31-32.

64 Plutarque, Luc., 19, 6 : le territoire d’Amisos avait été agrandi d’un territoire de 120 stades de long (environ 24 km).

65 Bernhardt R., Imperium und Eleutheria. Die römische Politik gegenüber dem freien Städten des grieschichen Ostens, Dissertation, Hambourg, 1971, p. 134-143.

66 Pline le Jeune, Ep., X. 92 (Amisos) : civitas libera et foederata ; Appien, Mithr., 83 (Sinope): Λούκουλλος δὲ την πόλιν ευθύς ʼελευθέραν ʼηφίει.

67 Jones A. H. M., « Civitates liberae et immunes in the East », Calder W. M. et Keil J. (éd.), Anatolian Studies presented to William Hepburn Buckler, Manchester, Manchester University Press, 1939, p. 115-117 ; Bernhardt R., « Die Immunitas der Freistädte », Historia, no 29, 1980, p. 190-207.

68 Marek C., op. cit., 44.

69 Plutarque, Pomp., 46, 6 ; Luc., 36, 4.

70 Strabon, XII, 3, 14.

71 Sartre M., Essai de synthèse, op. cit., p. 111-152.

72 Dion Cassius, XLII, 9, 2.

73 Magie D., op. cit., p. 407 ; Mc Ging B. C., op. cit., p. 166 ; Will E., op. cit., p. 531 ; David J.-M., La République romaine, Paris, Le Seuil, 2000, p. 230 ; Sartre M., L’Anatolie hellénistique, op. cit., p. 233.

74 Dion Cassius, XLII, 9, 2 ; XLII, 45, 2 : Pharnace avait profité des différends entre César et Pompée et de la présence de César en Égypte pour passer à l’attaque ; Florus, II, 13, 62.

75 Bell. Alex., 39-40 ; Per. Liu., 112 ; Suétone, Cæs., 36 ; Plutarque, Cæs, 50, 1 ; Appien, BC, II. 91 ; Mithr., 120 ; Dion Cassius, XLII, 46.

76 Bell. Alex., 41 ; Magie D., op. cit., p. 409.

77 Bell. Alex., 70 ; Plutarque, Cæs., 50, 1.

78 Appien, Mithr., 120.

79 Strabon, XII, 3, 14 ; Appien, BC, II, 91 ; Mithr., 120 ; Dion Cassius, XLII, 46, 3.

80 Per. Liu., 113 ; Dion Cassius, XLII, 47 ; Appien, BC, II, 91 ; Mithr., 120 ; Suétone, Cæs., 35, 2 ; Plutarque, Cæs, 50, 2 ; Florus, II, 13, 63 ; Orose, Hist., VI, 16. 3 ; Eutrope, VI, 22, 3.

81 Bell. Alex., 72-75.

82 Bell. Alex., 78 ; Dion Cassius, XLII, 49, 1 ; Magie D., op. cit., p. 1266-1267, n. 29 et 30.

83 Bell. Alex., 77.

84 La Trente-Sixième Légion et la Pontique.

85 Appien, Mithr., 120 ; Dion Cassius, XLVII, 5 ; Bell. Alex., 77 : Calvinus n’est pas mentionné : c’est Coelius Vinicianus qui fut laissé dans le Pont avec deux légions après la victoire de César.

86 Mitchell S., op. cit., p. 36-37.

87 Sartre M., L’Anatolie hellénistique, op. cit., p. 241.

88 Magie D., op. cit., p. 414.

89 Bernhardt R., op. cit., p. 158-159.

90 Strabon, XII, 3, 14 ; Dion Cassius, XLII, 48, 4.

91 Mitchell S., op. cit., p. 37 et n. 118.

92 Premières monnaies avec l’ère de la cité sur des monnaies de l’époque de Marc Antoine, Recueil, I-1, p. 197 ; no 75 (Marc Antoine) ; p. 198, no 81-90 (Auguste) ; p. 199, no 92-93 (Caligula), no 94-95 (Claude), no 96 (Néron) ; p. 200, nos 97, 99-100 (Néron), no 101-102 (Vespasien), no 103 (Domitien) ; p. 201, no 104 (Nerva), no 105-107 (Trajan) ; 108-110 (Hadrien) ; p. 202, no 111 (Hadrien), no 112-113 (Antonin le Pieux), no 114-117 (Marc Aurèle) ; p. 203, no 118-121 (Marc Aurèle).

93 Pline, NH., VI, 6 ; Pline le Jeune, Ep., X, 91 ; Ulpien, Digeste, L, 15, 1. 10.

94 Sartre M., Essai de synthèse, op. cit., p. 121 contra Magie D., op. cit., p. 414.

95 Sartre M., Essai de synthèse, op. cit., p. 121.

96 Ibid., p. 121 contraMagie D., op. cit., p. 414.

97 IK, 64-Sinope, no 86.

98 IK, 64-Sinope, no 98.

99 IK, 64-Sinope, no 143.

100 IK, 64-Sinope, no 100.

101 IK, 64-Sinope, no 124.

102 IK, 64-Sinope, no 123.

103 Recueil, I-1, p. 196, no 74 (Jules César/Marc Antoine) ; p. 197, no 76 (Lépide), no 77 (Appius Claudius Pulcher), no 78-79 (Auguste et Agrippa), no 80 (Auguste et Jules César), p. 198, no 81-84 (Auguste et Jules César), no 85-90 (Auguste avec Caius et Lucius Césars) ; p. 199, no 91 (Auguste avec Caius et Lucius Césars).

104 Recueil, I-1, p. 197, no 75.

105 Strabon, XII, 3, 11 ; traduction F. Lassère (CUF), qui indique (sans justifier) n. 4, p. 160, que la colonie fut implantée par Pompée en 63.

106 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 310.

107 Recueil, I-1, p. 196, no 74 (Jules César et charrue) ; p. 199, no 93 (Caligula), no 94 (Claude) ; p. 200, no 98 (Néron), no 103 (Domitien et bœufs au labour).

108 Ibid., p. 309-319.

109 Doonan O. P., Sinope lanscapes : exploring connection in a Black Sea hinterland, Philadephie, University of Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropolgy, 2004.

110 Aullu Gelle, XVI, 13, 8-9.

111 Jacques F. et Scheid J., Rome et l’intégration de l’Empire. 44 av. J.-C.-260 apr. J.-C., t. 1 : Les structures de l’empire romain, Paris, Presses universitaires de France, 1990, p. 238.

112 IK, 64-Sinope, nos 99 et 102.

113 Recueil, I-1, p. 197, no 75 ; p. 198, no 81-82 (Auguste et Jules César), no 84 (Auguste et Jules César) ; no 85 (Auguste avec Caius et Lucius Césars), no 89-90 (Auguste avec Caius et Lucius Césars) ; p. 199, no 91 (Auguste avec Caius et Lucius Césars), no 92 (Caligula et Agrippine Mère), no 93 (Caligula), no 95 (Claude et Agrippine la Jeune) ; SNG Deutschland. Sammlung von Aulock 1-3 Pontus, Paphlagonien, Bithynien, Berlin, Gebr. Man., 1957, no 232-233.

114 Levick B., op. cit., p. 78.

115 IK, 64-Sinope, no 101.

116 IK, 64-Sinope, no 172.

117 IK, 64-Sinope, nos 105 et 106.

118 IK, 64-Sinope, no 173.

119 IK, 64-Sinope, nos 98 et 101.

120 IK, 64-Sinope, no 86.

121 Levick B., op. cit., p. 79.

122 IK, 64-Sinope, nos 100 et 102.

123 IK, 64-Sinope, no 102.

124 Recueil, I-1, p. 197, no 77-80.

125 IK, 64-Sinope, no 100.

126 Levick B., op. cit., p. 79.

127 IK, 64-Sinope, no 100.

128 IK, 64-Sinope, no 102 ; Levick B., op. cit., p. 84.

129 IK, 64-Sinope, no 102.

130 IK, 64-Sinope, nos 100 et 102.

131 IK, 64-Sinope, no 102.

132 Recueil, I-1, p. 197, no 75.

133 En prenant comme point de départ les travaux suivants : Akurgal E. et Budde L., Vorlaüfiger Bericht über die Ausgrabungen in Sinope, Ankara, Türk Tarih Kurumu Basimevi, 1956 ; Bryer A. et Winfield D., The Byzantine monuments and topography of the Pontos, Washington D.C., Dumbarton Oaks Papers, 1985.

134 Brélaz C., « Les colonies romaines et la sécurité publique en Asie Mineure », Salmeri G., Raggi A. et Baroni A. (éd.), Colonie romane nel mondo greco, Rome, l’Erma di Breteschneider, 2004, p. 187-209, spéc. p. 190.

135 Ibid., p. 195.

136 Ibid., p. 195-196.

137 Ibid., p. 198.

138 Flavius Josèphe, XVI, 21 ; Dion Cassius, LIV, 24, 6.

139 Minns E. H., Scythians and Greeks. A survey of ancient history and archaeology on the north coast of the Euxine from the Danube to the Caucasus, Cambridge, University Press, 1913, p. 591-594 ; Gajdukevič V. F., Das Bosporamische Reich, Berlin, Akademie Verlag, 1971, p. 326-328 ; Roddaz J.-M., Marcus Agrippa, Rome, École française de Rome, 1984, p. 463-468.

140 Roddaz J.-M., op. cit., p. 464.

141 Dion Cassius, LIV, 24, 4-5.

142 Roddaz J.-M., op. cit., p. 464.

143 Flavius Josèphe, XVI, 17-21.

144 Dion Cassius, LIV, 24, 6.

145 Roddaz J.-M., op. cit., p. 464.

146 IK, 64-Sinope, no 98.

147 PIR2 M 222 ; Thomasson B. E., Laterculi Praesidum, vol. I, Göteborg, Radius, 1984, p. 209 [26, no 21] ; Magie D., op. cit., p. 1581.

148 Memnon, FGrHist, 434, F37. 2.

149 Mason J., Greek Terms for Roman Institutions, Toronto, Hakkert, 1974, p. 60-61.

150 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 314.

151 Ibid., p. 309-319.

152 IK, 39-Prusa ad Olympum, no 170.

153 Fernoux H.-L., op. cit., p. 159, 161.

154 IK, 64-Sinope, no 156.

155 IK, 64-Sinope, no 102.

156 Hasenohr C. et Müller C., « Gentilices et circulation des Italiens : quelques réflexions méthodologiques », Hasenohr C. et Müller C. (éd.), Les Italiens dans le monde grec. IIe siècle av. J.-C.- Ier siècle apr. J.-C. Actes de la Table Ronde, Paris, École normale supérieure, 14-16 mai 1998, BCH, supplément 41, 2002, p. 11-20, spéc. p. 11-13.

157 IK, 64-Sinope, nos 86, 98, 100, 123, 124 et 143.

158 Fernoux H.-L., op. cit., p. 193.

159 Ibid., p. 195 ; 197.

160 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 317-318.

161 IK, 64-Sinope, no 86.

162 IK, 64-Sinope, no 98.

163 IK, 64-Sinope, no 143.

164 IK, 64-Sinope, no 100.

165 IK, 64-Sinope, no 124.

166 IK, 64-Sinope, no 123.

167 IK, 64-Sinope, nos 139, 163, 169 et 176.

168 IK, 64-Sinope, no 94.

169 IK, 64-Sinope, no 95-96.

170 IK, 64-Sinope, no 125.

171 IK, 64-Sinope, nos 121, 123, 145 et 152.

172 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 315.

173 Recueil, I-1, p. 197, no 78-79 (Auguste et Agrippa), no 80 (Auguste et Jules César).

174 Recueil, I-1, p. 199, no 92 (Caligula et Agrippine Mère).

175 Recueil, I-1, p. 203, no 119 (Faustine la Jeune).

176 Recueil, I-1, p. 206, no 144 (Diadumenien).

177 Recueil, I-1, p. 205, no 137 (Geta).

178 Recueil, I-1, p. 209, no 164 (Valérien le Père).

179 Sartre M., Du corps étranger à l’assimilation, op. cit., p. 315.

180 IK, 64-Sinope, no 101.

181 IK, 64-Sinope, no 103.

182 Fernoux H.-L., op. cit., p. 331 ; Sartre M., L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères (31 avant J.-C.-235 après J.-C.), Paris, Le Seuil, 1991, p. 132.

183 IK, 64-Sinope, no 102.

184 IK, 64-Sinope, no 102.

185 Pline le Jeune, Ep., X, 43.

186 Rougé J., Recherches sur l’organisation du commerce en Méditerranée sous l’Empire romain, Société d’édition et de vente des publications de l’Éducation nationale, Paris, 1966, p. 362-366.

187 Ibid., p. 369-373.

188 IK, 64-Sinope, no 102.

189 IK, 64-Sinope, no 103.

190 Magie D., op. cit., p. 414.

191 Sartre M., Essai de synthèse, op. cit., p. 121.

192 Sengebuch M., Sinopicarum quaestionum specimen, Berlin, Gustav Shadk, 1846 ; Streuber W. T., Sinope. Ein historisch-antiquarischer Umriss, Bâle, Schweighausersche Verlagsbuchhandlung, 1855 ; Robinson D. M., « Ancient Sinope », AJPh, no 27-2, 106, p. 125-153 ; Id., « Ancient Sinope », AJPh, no 27-3, 107, p. 245-279.

Auteur

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis – EA 4343 CALHISTE

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540