Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Deuxième partie. Le sénat, le gouverneur et les cités provinciales

Les colonies latines d’Hispanie (IIe siècle av. n. È.1) : émigration italique et intégration politique

Francisco Beltrán Lloris

Texte intégral

  • 1 Proyecto de investigación FFI2009-13292-C03-03. Sauf indication en sens contraire toutes les dates (...)
  • 2 Sur cette question, mais en rapport avec une colonie d’époque augustéenne, Caesar Augusta, voir Be (...)

1Un examen attentif du dossier relatif aux colonies latines créées en Hispanie pendant le IIe siècle permet de nuancer l’idée traditionnelle de colonie comme synonyme d’une ville fondée avec une population romaine transférée de l’Italie dans ce but2, et met en relief leur potentiel comme instrument à la fois de réorganisation de la population italique préalablement émigrée dans la province et d’intégration politique de la population pérégrine, sans minimiser naturellement ses objectifs stratégiques.

2Le caractère extrêmement lacunaire et quelquefois contradictoire de la documentation, la surestimation des sources littéraires par rapport aux documents numismatiques et archéologiques ainsi qu’un champ trop limité du terme « colonie » ont favorisé une vision restrictive de ce phénomène dans l’Hispanie du IIe siècle, à tel point que des spécialistes réputés comme Salmon ou Bandelli le limitent exclusivement au cas de Carteia.

  • 3 Sur la politique de colonisation pendant l’époque républicaine, en plus des articles de Kornemann (...)

31. La politique de colonisation, que la République romaine avait appliquée avec de très bons résultats dans la Péninsule italique depuis la fin du IVe siècle, a connu de profondes transformations au début du IIe siècle : après un temps d’arrêt presque total jusqu’à la période des Gracques, elle a alors été reprise avec un caractère plus social que stratégique3.

  • 4 Tite-Live, XXXIX, 55, 6-8 ; Bandelli G., « Politica romana e colonizzazione cisalpina. I triumvira (...)
  • 5 Asconius, 3 (Clark, C., Q. Asconii Pediani orationum Ciceronis quinque enarratio, Oxford 1962) ; S (...)

4Les principales nouveautés apparues pendant ces années ont été l’installation de colonies dans un territoire provincial – concrètement en Gaule Cisalpine – et la faveur des colonies romaines au détriment des colonies latines, jusqu’alors instrument privilégié de l’expansion romaine dans l’Italie : de cette façon, Aquileia, en 181, fut la dernière des colonies latines établies en Italie4, si on exclut naturellement les colonies latines titulaires créées par Pompée en Cisalpine5.

  • 6 Salmon E. T., op. cit., p. 119 sq.
  • 7 Pline, NH, III, 80 y 81 ; Salmon E. T., op. cit., p. 129.

5La colonie latine de Carteia fut créée au sud de l’Hispanie dix années après seulement (171) et cette fondation fut sûrement suivie par d’autres comme on le verra. Il s’agit sans doute d’une mesure anormale, car jusqu’aux Gracques Rome n’a pas fondé de colonies outre-mer – Iunonia Carthago en Afrique (122) et Narbo Martius au sud de la France (118), toutes deux de citoyens romains6 – ; en fait on ne connaît aucune colonie pré-césarienne en Sicile et seulement deux en Corse, Mariana et Aleria7, fondées au début du premier siècle par Marius et Sulla : l’exemple hispanique constitue donc une exception notable qui mérite d’être étudiée attentivement.

  • 8 Tite-Live, XXXIII, 24, 8-9.
  • 9 Tite-Live, XXXIV, 42, 5-6.
  • 10 Tite-Live, XXXIX, 23, 3-4 ; Laffi U., « La colonizzazione romana tra la guerra latina e l’età dei (...)
  • 11 Salmon E. T., op. cit., p. 95 sqq. ; Bandelli G., Politica romana e colonizzazione …, op. cit., p. (...)

6La conjoncture au début du IIe siècle n’était certainement pas très favorable au développement d’une politique coloniale qui, par ailleurs, ne semblait pas nécessaire dans une Italie solidement contrôlée par Rome. En fait, après la guerre d’Hannibal la fondation de colonies dans l’Italie centro-méridionale avait rencontré bien des difficultés pour l’obtention de colons en nombre suffisant, au point qu’il avait fallu admettre des Italiques dans les colonies latines – par exemple à Cosa8 – et des Latins dans les colonies romaines9 : malgré tout, peu après, quelques-unes des fondations plus récentes étaient presque abandonnées comme les coloniae maritimae de Sipontum et Buxentum qui avaient eu besoin de recevoir des nouveaux colons en 18610. La République a développé simultanément un ambitieux programme de fondation de colonies dans la province voisine de Gaule Cisalpine : de nouveaux suppléments de population furent envoyés aux colonies latines de Placentia et Cremona, créées en 218 mais très réduites pendant la guerre d’Hannibal ; d’époque républicaine datent aussi Bononia (189) et Aquileia (181) : ces fondations ne se firent pas sans difficultés car Aquileia dut recevoir un supplément de 1 500 familles en 169, tandis que la colonie qui devait être couplée à Bononia ne put être établie. C’est précisément la difficulté de trouver des citoyens romains disposés à renoncer à leur condition civique en s’installant dans des colonies latines qui a favorisé la création de deux colonies romaines d’un nouveau genre dans la région, Mutina et Parma (183), qui au contraire des petites coloniae maritimae traditionnelles ont été placées à l’intérieur des terres et dotées de lots de terre plus vastes et d’un nombre de colons plus élevé – 2 000 –, nécessaire pour remplir sa fonction qui était d’assurer avec Bononia le contrôle de la région11.

  • 12 Tite-Live, XXXI, 4, 1-2 ; 49, 5 ; XXXII 1, 6 ; Pina F., Deportation, op. cit., p. 171 sqq., spéc. (...)

7En outre, les vétérans de la guerre d’Hannibal qui avaient combattu sous les ordres de Scipion en Afrique, Hispanie, Sicile et Sardaigne ont reçu des terres en Apulie et dans le Samnium, confisquées aux communautés qui avaient prêté leur aide aux Carthaginois12.

8Vues les circonstances, l’absence de bonnes perspectives pour développer un programme colonial dans la lointaine et belliqueuse Hispanie est évidente.

  • 13 Appien, Ib., 38.
  • 14 Bandelli G., « La colonizzazione romana della Penisola Iberica da Scipione Africano a Bruto Callai (...)
  • 15 Per. Liu., 41, 2.
  • 16 Festus, 86 (Lidsay) ; sur le site voir Hernández Vera J. A., « La fundación de Graccurris », Jimén (...)
  • 17 Appien, Ib., 43.
  • 18 CIL, I2, 2927= II2 /7, 32. Sur les fondations de Tiberius Sempronius Gracchus voir la synthèse de (...)
  • 19 Galsterer H., Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel, Berlin, 1971, (...)

92. Rome a fondé des villes en Hispanie dès le début de la conquête. Dans la première, Italica (Santiponce), Publius Cornelius Scipion a installé en 206 des soldats blessés à la bataille d’Ilipa13, d’origine italique à en juger par le nom de la ville, à côté des habitants turdetans, en constituant une communauté probablement pérégrine14. En 179 Tiberius Sempronius Gracchus a établi dans la vallée de l’Èbre, dans l’actuelle Rioja, Gracchurris (Alfaro), comme monimentum operum suorum15 – elle fut la première ville à recevoir le nom d’un général romain – sur le site d’une Ilurcis16 ; il a de surcroît installé des indigènes auxquels il a distribué des terres dans l’inconnue Complega17, sûrement en Celtibérie ; et il a fondé aussi Iliturgi (Mengíbar, Jaén), si l’on en croit une inscription de l’époque impériale18. Il n’y a pas de raisons dirimantes pour supposer que des Romains faisaient partie de la population de ces villes – bien que ce soit possible – ou qu’elles jouissaient d’une condition politique privilégiée. En fait la plupart des chercheurs estiment qu’elles étaient des communautés pérégrines19.

  • 20 Il faut souligner qu’à cette date était encore ouvert le procès de constitution d’Aquileia, la der (...)

10Par conséquent, la première fondation privilégiée de l’Hispanie, la première aussi à être établie dans une province outre-mer, fut Carteia (près d’Algésiras), créée en 171 par décision du Sénat20.

11Le passage dans lequel Tite-Live raconte l’épisode, objet d’interminables polémiques, relate l’épisode en ces termes :

  • 21 Tite-Live, XLIII, 3, 1-4, éd. Briscoe J., Titi Livi ab urbe condita libri XLI-XLV, Stuttgart, 1986 (...)

« Et alia noui generis hominum ex Hispania legatio uenit. Ex militibus Romanis et ex Hispanis mulieribus, cum quibus conubium non esset, natos se memorantes, supra quattuor milia hominum, orabant ut oppidum in quo habitarent daretur. Senatus decreuit uti nomina sua apud L. Canuleium profiterentur, eorumque, si quos manumisissent*, eos Carteiam ad Oceanum deduci placere ; qui Carteiensium domi manere uellent, potestatem fieri uti numero colonorum essent, agro adsignato. Latinam eam coloniam esse libertinorumque appellari21. »

  • 22 Voir la note précédente.
  • 23 Cette interprétation est partagée par Galsterer H., op. cit., p. 7-8, qui se demande pourtant, « w (...)
  • 24 En plus de Schulten A., op. cit., p. 228, l’ont ainsi suggéré divers savants comme Saumagne Ch., L (...)
  • 25 Dans ce sens Saumagne Ch., op. cit., ou López Melero R., « Observaciones sobre la condición de los (...)
  • 26 En fait, il y avait des colons latins qui, pour pouvoir transmettre la citoyenneté à leurs fils, c (...)

12Tite-Live exprime clairement que plus de quatre mille hommes nés de l’union entre des soldats romains et des femmes hispaniques, avec lesquelles ils n’avaient pas de conubium, ont envoyé une ambassade au Sénat pour demander une ville dans laquelle vivre. Le Sénat a décidé de donner à ce nouum genus hominum la ville de Carteia, où les habitants originels ont reçu la permission de rester et de s’intégrer au nombre des colons. La ville fut constituée comme colonie latine et reçut le surnom de libertinorum. Le texte paraît jusque-là clair : les problèmes commencent ensuite avec la ponctuation et surtout avec le mot corrompu manumissent, qui dans la plupart des éditions est corrigé par manumisissent22, c’est-à-dire en comprenant que les fils des soldats auraient affranchi des esclaves qui pourraient également s’intégrer dans la cité et qui étonnamment lui auraient donné son surnom bien qu’ils fussent un élément minoritaire de la population23. Il est plus simple à mon avis de corriger le verbe par manumisisset, comme il a été suggéré dans l’editio princeps de Frobenius, et de comprendre que les hommes installés à Carteia seraient ceux du nouum genus hominum que Canuleius aurait affranchis24 : cela naturellement implique de les identifier comme esclaves, qui auraient suivi la condition de leur mère, esclaves aussi25, une supposition qui a trouvé une forte opposition dans l’historiographie, bien qu’elle soit l’interprétation la plus économique et qu’elle permette d’expliquer le curieux surnom de la ville : libertinorum. En tout cas il convient de rappeler que l’esclave d’un Romain se trouvait assez proche de la citoyenneté qu’il pouvait obtenir avec l’affranchissement26.

  • 27 CIL, I2, 614 = CIL, II, 5041. Sur l’épigraphie latine républicaine de l’Hispanie voir Díaz B., Epi (...)
  • 28 Sur les conditions dans lesquelles auraient grandi les enfants des soldats, Knapp R. C., op. cit., (...)
  • 29 Tite-Live, XXVIII, 30-31.

13Si en 189, d’après le bronze de Alcalá de los Gazules27, L. Aemilius Paulus avait octroyé la liberté aux serui des Hastenses habitant à la Turris Lascutana – à seulement cinquante kilomètres de Carteia – et leur avait permis de s’autogouverner, pourquoi les fils de soldats romains, qui avaient probablement grandi autour des camps légionnaires, n’auraient-ils pas pu jouir de semblables privilèges vingt ans après28 ? Cette origine militaire, en outre, faisait d’eux une population appropriée pour une colonie latine, notamment parce qu’elle occupait une position si stratégique dans la baie d’Algesiras, dominant le détroit de Gibraltar, bien connue de l’armée romaine qui l’avait déjà employée comme port en 206 pendant la guerre d’Hannibal29.

  • 30 Salmon E. T., op. cit., p. 169 enregistre – ou suppose – plusieurs exemples ; p. 75-76 : Antium, c (...)
  • 31 Comme l’a souligné, parmi d’autres, Knapp R. C., op cit., p. 117.
  • 32 Mela, II, 5, 96 : « in eoque Carteia, ut quidam putant aliquando Tartesos, et quam transuecti ex A (...)
  • 33 Sur l’archéologie de la ville, Roldán L., Bendala M., Blánquez J. et Martínez S. (dir.), Estudio h (...)
  • 34 Sur ce sujet, Gargola D. J., Lands, laws and gods. Magistrates and ceremony in the regulation of p (...)
  • 35 Salmon E. T., op. cit., p. 19.

14L’intégration d’une population non romaine dans une colonie latine – ou même romaine – n’était bien sûr pas une nouveauté30. Mais ce qui constituait un fait absolument inédit était qu’aucun habitant ne possédait un statut romain comme ce fut le cas à Carteia31, un précédent des colonies titulaires du premier siècle. Avec l’existence d’hybridae de soldats romains et de femmes hispaniques, sans doute des captives, l’autre élément fondamental de la nouvelle colonie fut la population locale, punique si l’on en croit les témoignages littéraires32 et le toponyme qui est fondé sur le terme phénicien qrt, ville : c’est ainsi que paradoxalement la première ville privilégiée d’Hispanie a accueilli des gens de la même culture que les Carthaginois chassés trente années auparavant par les Romains. La ville ne paraît pas avoir connu de grands changements dans son tissu urbain jusqu’à la fin du IIe siècle, moment pendant lequel on peut observer quelques transformations urbanistiques et particulièrement la construction d’un temple monumental33 : tout cela fait penser que la colonie ne fut pas refondée comme une ville ex novo comme l’aurait exigé le rituel traditionnel34 ; en outre elle n’a pas été fondée par des triumvirs mais par le gouverneur lui-même35.

  • 36 Chaves F., Las monedas hispano-romanas de Carteia, Barcelone, 1979, p. 93 sqq. (chronologie), p. 4 (...)
  • 37 Sans exclure, bien sûr, la possibilité que quelques-unes de ces représentations auraient pu être i (...)
  • 38 Chaves F., op. cit., p. 36-37.

15En tout cas, quand à un moment incertain du IIe siècle, en 130 au plus tard36, l’atelier local a commencé ses activités, les abondantes monnaies émises proclament la romanité de la ville à travers les types – Jupiter, Mercure, Hercule, faisceau de foudres, proue de bateau37 –, l’emploi de l’écriture et de la langue latines, les noms – Atinius, Curuius, Falcidius, Iulius, Maius, Marcius, Minius, Opsilius, Pedecaius… – et les charges de ses magistrats : ces derniers apparaissent dans les séries du IIe siècle comme q(uaestor) et occasionnellement comme ce(n)s(or) et, après, dans celles du premier siècle comme aed(ilis) et IIIIuir38.

16En conséquence, la colonie établie pour résoudre un problème social concret devenait anormale par rapport à la tradition : installée dans un territoire provincial outre-mer, sans habitants romains d’origine et sans fondation au sens strict. Cependant elle a joué une fonction stratégique claire comme les colonies latines de l’Italie le firent ; et comme pour la majorité de ces dernières, elle fit preuve d’une orientation culturelle clairement romaine, au moins si l’on en juge par ses monnaies qui s’éloignent complètement de la plupart des autres pièces produites dans l’Hispanie ultérieure.

  • 39 Salmon E. T., op. cit., p. 108 et p. 187 note 191 ; cependant l’intervention du Sénat et la caract (...)
  • 40 Salmon E. T., op. cit., p. 190, note 214.
  • 41 Ibid., p. 133 et p. 193, note 257.
  • 42 Bandelli G., La colonizzazione romana…, op. cit., p. 105-142, spéc. 121, n’étudie pas les cas de P (...)

173. D’après certains chercheurs, Carteia serait un cas exceptionnel : la seule colonie fondée en Hispanie avant le milieu du premier siècle. C’est par exemple l’opinion d’un grand spécialiste comme Salmon, selon qui Aquileia, en 181, marquerait la fin absolue de la colonisation latine ; Carteia constituerait une exception relative, car elle ne serait pas une colonie latine au sens strict du terme, mais une fondation semblable à celle d’Italica39 ; de même, il refuse d’attribuer le statut colonial à Palma et Pollentia, « a Roman garrison, not a true colonia40 » ; en ce qui concerne Corduba et Valentia, il doute que « ought properly to be styled coloniae41 », sans pour autant apporter des arguments détaillés. Gino Bandelli, un autre savant de la colonisation latine, en particulier de la Cisalpine, s’est exprimé récemment d’une façon semblable : Carteia serait la seule colonie latine fondée par Rome en Hispanie42.

  • 43 García y Bellido A., « Las colonias romanas de Hispania », AHDE, no 29, 1959, p. 447-512, p. 450 s (...)
  • 44 Galsterer H., op. cit., spéc. p. 7-16 attribue la condition de colonie latine à Carteia, Corduba, (...)
  • 45 Alföldy G., « In omnes provincias exemplum : Hispanien und das Imperium Romanum », Urso G. (dir.), (...)
  • 46 Le Roux P., La péninsule Ibérique aux époques romaines, Paris, 2010, p. 76-77.

18Ce courant historiographique s’oppose vivement à un autre, bien enraciné en Espagne, qui remonte à García y Bellido43 ; il fut renforcé par des travaux élaborés à l’école de F. Vittinghoff, comme par ceux de H. Galsterer de 197144. G. Alföldy, qui appartient aussi à ce courant, a récemment accepté comme colonies latines Valentia, Corduba, Palma et Pollentia45, comme l’a fait aussi récemment P. Le Roux46.

19Cette disparité de positions reflète la condition fragmentaire et contradictoire des sources disponibles et exige un examen détaillé de ces quatre cités.

  • 47 Strabon, III, 2, 1.
  • 48 Il semble très improbable que ce Marcellus fût le neveu et gendre d’Auguste, comme l’a suggéré Can (...)
  • 49 Au contraire Appien fait référence à Italica comme une πόλις (Ib., 38) ; comme Bandelli G., La col (...)
  • 50 Bandelli G., La colonizzazione romana…, op. cit., p. 117 et note 69 à propos de César, BC, II 19, (...)
  • 51 Cn. Iuli Cn. L. f. q. et L. Furius ; Chaves F., La Córdoba hispano-romana y sus monedas, Séville, (...)

20a) D’après Strabon, principale source sur ce sujet, Corduba fut fondée par Marcellus et eut comme premiers habitants des Romains et des indigènes choisis – άνδρες ἐπίλεκτοι –, constituant ainsi la première ἀποικία de la région, c’est-à-dire de la vallée du Guadalquivir47. Le Marcellus mentionné par le géographe grec est normalement identifié à M. Claudius Marcellus, consul en 166, 155 et 152, qui a gouverné les Hispanies en 169 et la Citérieure en 15248. Comme Bandelli l’a souligné ἀποικία est le terme technique pour une colonie49 ; le seul fait que César parle d’elle comme d’un oppidum ne semble pas un argument suffisant contre son identification comme telle50. La ville, résidence habituelle du gouverneur de l’Ultérieure, frappa depuis la moitié du IIe siècle de la monnaie fractionnaire avec des types romains – Vénus et Éros – et mentionnant des magistrats avec des noms latins, dont un au moins porte le titre de q(uaestor) comme ceux de Carteia51.

21Les trois autres cas possibles de colonies latines fondées à la fin du IIe siècle – Valentia, 138, et Palma et Pollentia, vers 123, toutes en Hispanie citérieure – partagent les mêmes zone géographique et type de dénomination latine, qui s’expliquent sûrement par leur condition de fondation ex novo, contrairement à Corduba et Carteia – qui ont conservé leur nom vernaculaire – et d’autres fondations romaines de l’époque républicaine : Italica, Gracchuris, Iliturgi… qui se sont superposées à des villes déjà existantes.

  • 52 Salmon E. T., op. cit., p. 112 ; Knapp R. C., Aspects of the Roman, op. cit., p. 126, note 75.
  • 53 Dolç M., El meu segon ofici, Palma, 1996, p. 74, 80, etc. ; Pena M. J., « La tribu Velina en Mallo (...)

22Les noms des trois villes ne révèlent pas seulement leur origine romaine, mais font partie d’une tradition de noms de bon augure, caractéristique des colonies latines, qui remonte au IIIe siècle – Beneuentum, 268, Firmum, 264, Placentia, 218 –, et qui fut utilisée jusqu’aux premières décennies du IIe siècle – Copia Thurii, 193, Vibo Valentia, 192, Bononia, 189 –, voire peut-être plus tard si Auximum – 157 ou 128 – dérive de augere52. L’emploi en a été beaucoup moins fréquent pour désigner des colonies romaines, comme Potentia (184). À partir de la reprise des fondations, avec les Gracques, elles ont eu tendance à être dotées de noms de divinités : Neptunia Tarentum (122), Scolacium Mineruia (122), Carthago Iunonia (122), Narbo Martius (118)… En outre, les mots ualentia et pollentia sont des termes dont l’emploi littéraire est attesté surtout chez des auteurs du IIe siècle ou bien d’époque tardive53.

23b) Le cas de Valentia (Valencia) est à mon avis transparent et ne devrait pas poser de problèmes, bien que le résumé de Tite-Live dans les periochae présente des difficultés insolubles, comme on l’a souligné plusieurs fois :

  • 54 Per. Liu., 55, 4.

« Iunius Brutus cos. in Hispania iis qui sub Viriatho militauerant agros et oppidum dedit, quod uocatum est Valentia54. »

  • 55 Une synthèse des diverses positions et de la bibliographie dans Galsterer H., op. cit., p. 12 ; Kn (...)
  • 56 C’est pourtant l’opinion de Galsterer H., op. cit., p. 12, pour qui la ville, d’abord pérégrine, a (...)
  • 57 Stéphane de Byzance, 187 : Brutobria ; García-Bellido M. P. et Blázquez C., op. cit., p. 69. À pro (...)
  • 58 Wiegels R., Liv. per. 55, op. cit., p. 193-217; Knapp R. C., Aspects of the Roman, op. cit., p. 12 (...)

24Évidemment, comme il est difficile d’admettre que D. Junius Brutus a distribué des terres et installé dans une ville des soldats ennemis du chef lusitanien Viriathe, on a suggéré différentes solutions, en adoptant l’hypothèse d’une synthèse inexacte de la part de l’épitomateur de Tite-Live55 : en excluant la possibilité invraisemblable que les soldats installés fussent lusitaniens56, la plus vraisemblable est de supposer une fusion dans les periochae de deux informations différentes : l’installation, d’un côté, de Lusitaniens par Brutus dans la ville non encore localisée de Brutobriga – qui porte son nom et qu’on connaît seulement à travers les monnaies et une référence littéraire57 – et, de l’autre, l’installation d’Italiens dans la colonie latine de Valentia58.

  • 59 Martín C. et Ribera A., « La realidad arqueológica de la fundación de Valencia : magia, basureros y (...)
  • 60 Ripollés P. P., La ceca de Valentia, Valence, 1988, spéc. p. 5 sqq. (types), 63 sqq. (chronologie)
  • 61 Crawford M. H., Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974, no 265 ; sur cette question voir les co (...)
  • 62 Pena M. J., Los magistrados monetales…, op. cit., p. 154 sq., souligne que Ahius est seulement att (...)

25Ce qui est sûr c’est que la ville fut fondée ex novo et avec une population italique. On peut le déduire grâce à l’archéologie qui révèle un camp militaire comme plan initial de la ville ainsi que par la présence de matériaux et rituels italiques dans les couches les plus anciennes, du IIe siècle59. On peut déduire la même chose des monnaies frappées par l’atelier local depuis c. 12660, les seules de l’Hispanie citérieure à employer à cette époque la langue et l’écriture latines, avec des types très romains – tête féminine portant un casque et corne d’abondance –, copiés des deniers frappés en 127 par Q. Fabius Maximus, le consul de 11661 : ils montrent des magistrats avec des noms italiques, dont certains très rares – Ahius, Coranius, Lucienus, Munius, Numius, Trinius62 –, qui portent le titre de q(uaestor) attesté aussi, de manière significative, à Carteia et Corduba.

  • 63 Salmon E. T., op. cit., p. 86, mentionne des collèges de sept quaestores à Beneuentum, cinq à Paes (...)
  • 64 Sur ce sujet, Rodríguez Neila F. J., « Organización administrativa de las comunidades hispanas y m (...)

26Il est très révélateur que, pendant le IIe siècle, cette magistrature, parfaitement attestée dans les colonies latines de l’Italie63, n’apparaisse avec certitude que dans les trois villes hispaniques auxquelles nous attribuons la condition de colonies latines – Carteia, Corduba, Valentia64 –, un fait qui n’a pas été suffisamment remarqué, mais qui cependant permet de considérer cette magistrature comme un indicateur du statut colonial.

  • 65 Il me semble très improbable que si Palma et Pollentia furent fondées comme des colonies latines, (...)
  • 66 Strabon, III, 5, 1.
  • 67 Sur l’insécurité provoquée par les pirates comme raison de l’intervention romaine, García Riaza E. (...)
  • 68 Mela, II 124 ; Pline parle d’elles comme des oppida ciuium Romanorum (NH, III, 77) : cela est dû p (...)
  • 69 Sur ce sujet, Galsterer H., op. cit., p. 10 ; Knapp R. C., Aspects of the Roman, op. cit., p. 131- (...)
  • 70 Palma en référence a la palme du triomphe et Pollentia, de polleo « être très puissant, riche » ; (...)
  • 71 Salmon E. T., op. cit., p. 53.

27c) À part leur nom, très significatif65, les références sur la condition coloniale de Palma (Palma de Mallorca) et Pollentia (La Alcudia) dérivent, d’une part, de Strabon66, qui signale que Metellus installa aux Baléares trois mille … έποίκοι... ἐκ τῆς Ἰβηρίας Ῥωμαίων après la conquête de l’archipel, en 12367, et, d’autre part, de Mela68 qui se réfère à ces cités comme in maioribus Palma et Pollentia coloniae69. Les noms des deux villes, dont on a commenté auparavant le caractère archaïque et qui sont traditionnellement associés au triomphe grâce auquel Q. Caecilius Metellus a reçu le surnom de Balearicus en 12170, et la fondation en couple, typique des colonies – latines et romaines71 –, incitent à les considérer comme des fondations latines et à les dater de la fin du IIe siècle.

  • 72 Orfila M. et Arribas A., « Pollentia a través de l’arqueologia », Orfila M. (dir.), El forum de Po (...)
  • 73 Mattingly H. B., « Roman Pollentia: Coinage and History », Arribas A. (dir.), Pollentia. 3. Estudi (...)
  • 74 Salmon E. T., op. cit., p. 190, note 214.
  • 75 L’épitomateur de Tite-Live (Per. Liu., 61) la considère pourtant comme une colonie : « C. Sextius (...)
  • 76 García Riaza E. et Sánchez León M. L., Roma y la municipalización de las Baleares, Palma, 2000, p. (...)
  • 77 Orfila M. et Cardell J., « Pollentia i les fonts escrites », Orfila M. (dir.), El forum de Pollent (...)
  • 78 Voir la critique de Pena M. J., La tribu Velina…, op. cit., p. 76, face aux arguments de Mattingly (...)
  • 79 Voir les commentaires de Pena M. J., La tribu Velina…, op. cit., p. 76, sur les pourcentages de cé (...)
  • 80 Estarellas Ma M., Merino J., López Mullor A., Martín A. et Torres F., « Materiales del nivel funda (...)

28Néanmoins Palma et Pollentia offrent quelques différences par rapport aux trois villes examinées précédemment, comme l’absence d’émissions monétaires, et surtout le manque de traces archéologiques correspondant à la fin du IIe siècle72, ainsi que d’un patron de circulation monétaire qui puisse s’accorder à cette chronologie. Ce fait a incité Mattingly73, suivant Salmon74, à supposer que Palma et Pollentia seraient en réalité de simples castella – comme celui établi par C. Sextius Caluinus à Aquae Sextiae, Aix en Provence75 – ayant reçu leur nom et le supplément de trois mille colons seulement dans les années 70, après la défaite de Sertorius par Metellus Pius, une proposition bien accueillie par divers archéologues et historiens des Baléares76, y compris par les fouilleurs de Pollentia77 : cette hypothèse reste cependant très peu convaincante à mon avis78. Tant les noms des villes, que leur création en couple ou l’installation de trois mille Romains de l’Ibérie – une expression qui peut se référer tant à des Romains qu’à des Italiques – semblent mieux s’adapter au moment de la conquête des Baléares qu’à la phase post-sertorienne, bien que, évidement, le manque de structures de la fin du IIe siècle – mais peut-être pas de matériaux céramiques de cette époque79 – pose un problème difficile à résoudre dans l’état actuel de nos connaissances et, par conséquent, ne permette pas de trancher la question. Très récemment, néanmoins, les fouilleurs du gisement de Son Espases, à Palma, viennent d’annoncer la découverte de restes d’époque républicaine et de type italique qui pourraient s’accorder avec une fondation de Palma à la fin du IIe siècle après la conquête des Baléares80.

*

29En conclusion, il existe de solides indices pour avancer que pendant le IIe siècle Rome a installé au moins trois colonies latines en Hispanie : Carteia en 171, Corduba c. 169-152 et Valentia en 138, auxquelles on peut ajouter sans certitude Palma et Pollentia vers 123. Les traits plus caractéristiques de ces fondations sont l’absence apparente de contingents venus exprès d’Italie, une population qui pouvait être composée de Romains ou d’Italiques installés préalablement en Hispanie – comme les Romains choisis pour fonder Corduba ou les trois mille Romains d’Ibérie installés aux Baléares –, ainsi que de vétérans de l’armée qui avaient choisi de rester en Hispanie – comme probablement à Valentia – et d’importants contingents hispaniques – comme les fils des soldats romains et des femmes indigènes et les Puniques de Carteia ou les Turdetans choisis de Corduba. Dans cette perspective la politique de colonisation latine développée par Rome en Hispanie pendant le IIe siècle, en sus de ses objectifs stratégiques – le port de Carteia au détroit de Gibraltar ; le triangle Valentia, Palma, Polentia pour contrôler le trafic méditerranéen ; Corduba dans la vallée du Guadalquivir –, fut employée non pour déplacer des populations d’Italie à un moment pendant lequel il n’était pas facile pour des raisons sociales et politiques de trouver des gens disposés à une telle mobilité, mais comme un instrument de réorganisation de la population romaine installée préalablement en Hispanie et aussi comme un processus d’intégration politique de la population hispanique qui annonce le modèle des colonies titulaires du premier siècle en Cisalpine.

  • 81 Velaza J., « Las inscripciones monetales », Ripollés P. P. et Llorens M. del M., Arse-Saguntum. Hi (...)
  • 82 Abascal J. M., « La fecha de la promoción colonial de Carthago y sus repercusiones edilicias », Ma (...)
  • 83 Ramallo S. F. et Murcia A. J., « Aqua et lacus en Carthago Nova. Aportaciones al estudio del aprov (...)

30En fait quelques découvertes récentes permettent de supposer que ce procédé a pu être employé par Pompée à Saguntum et Carthago Noua : dans le cas de la première ville, ancienne alliée de Rome et martyr de la guerre d’Hannibal, la récente relecture d’une légende monétaire incite à croire qu’elle était devenue une colonie vers l’année 5081, en parallèle avec la promotion proposée pour Carthago Noua, d’après des études numismatiques82. Une nouvelle découverte épigraphique dans laquelle apparaît Cn. Pompeius Magnus en rapport avec le financement d’une canalisation d’eau et d’un lacus, semble le confirmer83. Ainsi vers les années 50 av. J.-C. les Hispanies auraient abrité une demi-douzaine de colonies latines, un nombre notable par rapport aux autres provinces et un précédent qui ne peut pas être ignoré pour comprendre la très ambitieuse politique d’intégration promue par César et Auguste.

31Finalement les témoignages disponibles sont unanimes en désignant le gouverneur provincial comme la personne chargée de la déduction coloniale, vraisemblablement après un sénatus-consulte comme c’est attesté pour la fondation de Carteia par L. Canuleius (171). Ont suivi les fondations de Corduba par M. Claudius Marcelus (169-152), de Valentia par D. Junius Brutus Galaicus (138) et, probablement, de Palma et Pollentia par Q. Caecilius Metellus Balearicus (c. 123). L’existence d’un magistrat avec imperium dans la province ainsi que l’absence d’un transfert de population d’Italie ont rendu inutile la désignation d’un collège de triumvirs bien que les travaux d’installation d’un nombre élevé de colons – plus de 4 000 à Carteia et au moins 3 000 à Palma et Pollentia – aient dû s’avérer laborieux, surtout s’ils ont inclu, comme c’est habituel dans les fondations coloniales d’après des textes de Tite-Live pour Carteia et Vallentiaagro adsignato, agros dedit –, la distribution des terres ou la délimitation d’une nouvelle ville : il a dû en être ainsi au moins à Valentia.

Notes

1 Proyecto de investigación FFI2009-13292-C03-03. Sauf indication en sens contraire toutes les dates sont avant notre Ère.

2 Sur cette question, mais en rapport avec une colonie d’époque augustéenne, Caesar Augusta, voir Beltrán Lloris F., « Le territoire de Colonia Caesar Augusta (Saragosse) et ses premiers habitants », Callegarin L. et Rechin F. (dir.), Espaces et sociétés à l’époque romaine : entre Garonne et Èbre. Hommages à Georges Fabre, Pau, 2009, p. 55-67, spéc. p. 61 sq.

3 Sur la politique de colonisation pendant l’époque républicaine, en plus des articles de Kornemann E., RE, IV. 1, 1900, col. 510-588, s. v. colonia, et de Galsterer H., Der neue Pauly 3, 1997, col. 76-86, s. v. coloniae, Salmon E. T., Roman colonization under the Republic, Londres, 1969, spéc. p. 95 sq. demeure fondamental pour la période du début du IIe siècle ; en outre, Pina F., « La colonización romana en el siglo II a. C. », Actas del 1er Congreso peninsular de Historia antigua, Santiago, 1988, p. 107-125 et, plus récemment, Id., « Deportation, Kolonisation, Migration : Bevölkerungsverschiebungen im republikanischen Italien und Formen der Identitätsbildung », Jehne M. et Pfeilschifter R. (dir.), Herrschaft ohne Integration ? Rom und Italien in republikanischer Zeit, Francfort, 2006, p. 171-206, avec une vaste bibliographie.

4 Tite-Live, XXXIX, 55, 6-8 ; Bandelli G., « Politica romana e colonizzazione cisalpina. I triumvirati di Aquileia (181 e 169 a. C.) », Antichità Altoadriatiche, no 30, 1987, p. 63-76, spéc. p. 63-67 ; Id., Ricerche sulla colonizzazione romana della Gallia Cisalpina. Le fasi iniziali e il caso aquileiese, Rome, 1988.

5 Asconius, 3 (Clark, C., Q. Asconii Pediani orationum Ciceronis quinque enarratio, Oxford 1962) ; Salmon E. T., op. cit., p. 125.

6 Salmon E. T., op. cit., p. 119 sq.

7 Pline, NH, III, 80 y 81 ; Salmon E. T., op. cit., p. 129.

8 Tite-Live, XXXIII, 24, 8-9.

9 Tite-Live, XXXIV, 42, 5-6.

10 Tite-Live, XXXIX, 23, 3-4 ; Laffi U., « La colonizzazione romana tra la guerra latina e l’età dei Gracchi », Studi di storia romana e di diritto, Rome, 2001, p. 85-111 ; Id., « La colonización romana desde el final de la Guerra de Aníbal a los Gracos », Jiménez J. L. et Ribera A. (dir.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, 2002, p. 19-26, spéc. p. 21-22.

11 Salmon E. T., op. cit., p. 95 sqq. ; Bandelli G., Politica romana e colonizzazione …, op. cit., p. 63 sqq. ; Laffi U., La colonización romana…, op. cit., p. 22-24.

12 Tite-Live, XXXI, 4, 1-2 ; 49, 5 ; XXXII 1, 6 ; Pina F., Deportation, op. cit., p. 171 sqq., spéc. note 11.

13 Appien, Ib., 38.

14 Bandelli G., « La colonizzazione romana della Penisola Iberica da Scipione Africano a Bruto Callaico », Urso G. (dir.), Hispania terris omnibus felicior. Premesse ed esiti di un processo di integrazione, Pise, 2002, p. 105-142, spéc. p. 106-107 ; Marín M. A., Emigración, colonización y municipalización en la Hispania republicana, Grenade, 1988, p. 119-123 ; Corzo R., « La fundación de Italica y su desarrollo urbanístico », Jiménez J. L. et Ribera A. (dir.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, 2002, p. 123-135 ; Caballos A., « Hitos de la historia de Itálica », Caballos A. (dir.), Italica – Santiponce, Rome, 2010, p. 1.

15 Per. Liu., 41, 2.

16 Festus, 86 (Lidsay) ; sur le site voir Hernández Vera J. A., « La fundación de Graccurris », Jiménez J. L. et Ribera A. (dir.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, 2002, p. 173-182.

17 Appien, Ib., 43.

18 CIL, I2, 2927= II2 /7, 32. Sur les fondations de Tiberius Sempronius Gracchus voir la synthèse de Bandelli G., La colonizzazione romana…, op. cit., p. 107-108 avec bibliographie.

19 Galsterer H., Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel, Berlin, 1971, p. 7, 12-13 ; Marín M. A., op. cit., p. 119-126 et 253 ; Bandelli G., La colonizzazione romana, op. cit., p. 106-108, bien que García E., « Reflexiones sobre la latinización de Hispania en época republicana », Andreu J., Cabrero J. et Rodà I. (dir.), Hispaniae : las provincias hispanas en el mundo romano, Tarragone, 2009, p. 379-390, spéc. p. 379, compte Italica parmi les colonies latines.

20 Il faut souligner qu’à cette date était encore ouvert le procès de constitution d’Aquileia, la dernière colonie latine de l’Italie, fondée en 181, mais qui a reçu des nouveaux colons en 169 (Tite-Live, XLII, 17).

21 Tite-Live, XLIII, 3, 1-4, éd. Briscoe J., Titi Livi ab urbe condita libri XLI-XLV, Stuttgart, 1986. Le codex Vindobonensis (Bibl. Nat. Lat. 15) atteste manumissent eos, mots qui à l’editio princeps de Frobenius ont été corrigés par manumisisset eos (1531) et que J. N. Madvig a corrigé par manumisissent ; eos (1860), une proposition qui est généralement acceptée dans les éditions de Tite-Live, mais qu’a rejetée Schulten A., Las guerras de 237-154 a. de J. C. Fontes Hispaniae Antiquae, III, Barcelone, 1935, p. 228 qui a préféré lire manumisisset. Penche également pour la forme au singulier Pena M. J., « Nota sobre Livio, XLIII, 3. La fundación de la colonia de Carteia », Espacio, Tiempo y Forma, no 1, 1988, p. 267-276, qui, néanmoins, distingue les fils des soldats – pérégrins à son avis – des gens qui auraient été affranchis par Canuleius et seraient par conséquent des personnes différentes, indéterminées dans le texte de Tite-Live.

22 Voir la note précédente.

23 Cette interprétation est partagée par Galsterer H., op. cit., p. 7-8, qui se demande pourtant, « warum auch die möglichen Freigelassenen dieser Leute als Bürger der neuen Kolonie eingeschrieben werden sollten, bleibt ungewiß » ; aussi Knapp R. C., Aspects of the Roman experience in Iberia, 206-100 B. C., Valladolid et Vitoria, 1977, p. 118 penche pour considérer pérégrines les femmes hispaniques et leurs enfants ; sur ce sujet, Marín M. A., op. cit., p. 126-129 qui ne tranche pas la question.

24 En plus de Schulten A., op. cit., p. 228, l’ont ainsi suggéré divers savants comme Saumagne Ch., Le droit latin et les cités romaines sour l’Empire, Paris, 1965, p. 60-71 ou López Barja P., Historia de la manumisión en Roma. De los orígenes a los Severos, Madrid, 2007, p. 97-100 qui considère le cas comme une manumissio mutandae ciuitatis causa ; d’autres explications dans Humbert M., « Libertas id est ciuitas : autour d’un conflit négatif de citoyennetés au IIe siècle avant J.-C. », MEFRA, 88, 1976, p. 221-242, d’après qui ils auraient été transformés en serui publici avant d’être affranchis, ou Fear A. T., « Carteia, from colonia latina to municipium ciuium Romanorum », Actas del II Congreso de Historia de Andalucía, Cordoue, 1994, p. 295-301, qui suppose, successivement, une deditio, une réduction en esclavage et l’affranchissement.

25 Dans ce sens Saumagne Ch., op. cit., ou López Melero R., « Observaciones sobre la condición de los primeros colonos de Carteia », Studia historica, no 9, 1991, p. 43-49.

26 En fait, il y avait des colons latins qui, pour pouvoir transmettre la citoyenneté à leurs fils, cherchaient la coopération d’un Romain : ce dernier les prenait comme esclaves pour les affranchir ensuite, Salmon E. T., op. cit., p. 102.

27 CIL, I2, 614 = CIL, II, 5041. Sur l’épigraphie latine républicaine de l’Hispanie voir Díaz B., Epigrafía latina republicana de Hispania, Barcelone, 2008.

28 Sur les conditions dans lesquelles auraient grandi les enfants des soldats, Knapp R. C., op. cit., p. 118. Vu que le gouverneur devait vérifier la véracité de la paternité que ces gens avouaient, il semble qu’il devait être possible de trouver dans la région des témoins romains ou italiques, sans doute des soldats restés en Hispanie après leur congé, pour confirmer ces déclarations.

29 Tite-Live, XXVIII, 30-31.

30 Salmon E. T., op. cit., p. 169 enregistre – ou suppose – plusieurs exemples ; p. 75-76 : Antium, colonie romaine établie en 338 sur un site Volsque, dont les habitants ont obtenu la permission de se joindre aux colons, Tite-Live, VIII, 14, 8 ; p. 96 : Venusia semble subir un processus d’« osquisation » vers 200 ; p. 101 : Cosa a reçu des suppléments de population italique en 197, Tite-Live, XXXIII, 24, 8 ; p. 172 note 53 : Ardea comptait parmi ses habitants plus de Rutules que de Romains, Tite-Live, IV, 11, 4 ; p. 174, note 65 : indique la présence de possibles colons osques à Paestum, des gens avec des noms non latins à Brundisium (Polybe, III 69, 1 ; Tite-Live, XXI 48, 9), des Gaulois à Placentia (Cicéron, Pis., 53) etc.

31 Comme l’a souligné, parmi d’autres, Knapp R. C., op cit., p. 117.

32 Mela, II, 5, 96 : « in eoque Carteia, ut quidam putant aliquando Tartesos, et quam transuecti ex Africa Phoenices habitant » ; Pline, NH, III, 38.

33 Sur l’archéologie de la ville, Roldán L., Bendala M., Blánquez J. et Martínez S. (dir.), Estudio histórico-arqueológico de la ciudad de Carteia (San Roque, Cádiz) 1994-1999, 2 vol. , Madrid, 2006 ; Bendala M., Roldán L. et Blánquez J., « Carteia : de ciudad púnica a colonia latina », Jiménez J. L. et Ribera A. (dir.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, 2002, p. 157-172.

34 Sur ce sujet, Gargola D. J., Lands, laws and gods. Magistrates and ceremony in the regulation of public lands in Republican Rome, New Chapel/Londres, 1995; Kremer D., Ius Latinum. Le concept de droit latin sous la République et l’Empire, Paris, 2006, p. 46 sqq.

35 Salmon E. T., op. cit., p. 19.

36 Chaves F., Las monedas hispano-romanas de Carteia, Barcelone, 1979, p. 93 sqq. (chronologie), p. 40 sqq. (magistrats), p. 105 sqq. (circulation : sur toute l’Andalousie occidentale et le littoral portugais) ; García-Bellido M. P. et Blázquez C., Diccionario de cecas y pueblos hispánicos, Madrid, 2001, vol. 2, p. 87 placent le début de l’activité de l’atelier dans la première moitié du IIe siècle.

37 Sans exclure, bien sûr, la possibilité que quelques-unes de ces représentations auraient pu être interprétées à la punique, comme l’ont suggéré, peut-être excessivement, García-Bellido M. P. et Blázquez C., op. cit., p. 87.

38 Chaves F., op. cit., p. 36-37.

39 Salmon E. T., op. cit., p. 108 et p. 187 note 191 ; cependant l’intervention du Sénat et la caractérisation explicite de la ville comme une colonie latine éloignent complètement Carteia du cas d’Italica, fondée par un général et jamais attestée comme ville privilégiée avant Auguste Caballos Á., op. cit., p. 1 sq.

40 Salmon E. T., op. cit., p. 190, note 214.

41 Ibid., p. 133 et p. 193, note 257.

42 Bandelli G., La colonizzazione romana…, op. cit., p. 105-142, spéc. 121, n’étudie pas les cas de Palma et Pollentia qui dépassent son cadre chronologique ; Laffi U., La colonización romana…, op. cit., p. 24-25 est aussi restrictif ; de son côté, Le Roux P., Romains d’Espagne. Cités et politique dans les provinces, IIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C., Paris, 1995, p. 54 sq. s’occupe seulement du cas de Carteia.

43 García y Bellido A., « Las colonias romanas de Hispania », AHDE, no 29, 1959, p. 447-512, p. 450 sqq., accepte comme des colonies latines sûres, en plus de Carteia, Corduba, fondée à un moment inconnu avant 45, et Valentia, établie en 138, et avec des doutes Palma et Pollentia ; il repousse le cas de Gracchurris ; Marín M. A., op. cit., p. 126-143, pour sa part, accepte sans doutes Valentia, Palma et Pollentia, et attribue la condition pérégrine à Corduba, Italica, Gracchurris, Iliturgi et Brutobriga, bien que dans Ead., « Observaciones sobre las colonias latinas en la Hispania meridional », González C. et Padilla Á. (dir.), Estudios sobre las ciudades de la Bética, Grenade, 2002, p. 278-287, elle penche pour accepter les cas de Corduba et Iliturgi comme possibles colonies latines ; Knapp R. C., op. cit., p. 111-139 attribue à Corduba une incertaine condition initiale d’oppidum c. R. et considère colonies latines Valentia, Palma et Pollentia ; García E., op. cit., p. 378 sq. admet aussi comme colonies latines Italica et Corduba.

44 Galsterer H., op. cit., spéc. p. 7-16 attribue la condition de colonie latine à Carteia, Corduba, Palma et Pollentia, et Ilerda, et de colonie romaine à Valentia ; cf. aussi Wiegels R., Die Tribusinschriften des römischen Hispanien. Ein Katalog, Berlin, 1985, qui repousse le cas d’Ilerda et présente Valentia comme colonie latine (à ce propos, Wiegels R., « Liv. per. 55 y la fundación de Valencia », APL, no 14, 1975, p. 193-218 = Chiron, no 4, 1974, p. 153-176).

45 Alföldy G., « In omnes provincias exemplum : Hispanien und das Imperium Romanum », Urso G. (dir.), Hispania terris omnibus felicior. Premesse ed esiti di un processo di integrazione, Pise, 2002, p. 183-199, spéc. p. 187.

46 Le Roux P., La péninsule Ibérique aux époques romaines, Paris, 2010, p. 76-77.

47 Strabon, III, 2, 1.

48 Il semble très improbable que ce Marcellus fût le neveu et gendre d’Auguste, comme l’a suggéré Canto A. M., « Colonia Patricia Corduba. Nuevas hipótesis sobre su fundación y nombre », Latomus, no 50, 1991, p. 846-854 ; sur ce sujet, Stylow A. U., « De Corduba a Colonia Patricia. La fundación de Corduba romana », León P. (dir.), Colonia Patricia Corduba. Una reflexión arqueológica, Séville, 1996, p. 77-85, spéc. p. 78 ; Bandelli G., La colonizzazione romana…, op. cit., p. 110 ; García E., « Observaciones jurídicas sobre la fundación de Corduba y la tribus Sergia », Crespo S. et Alonso Á. (dir.), Scripta antiqua in honorem Ángel Montenegro Duque et José María Blázquez Martínez, Valladolid, 2002, p. 265-272, spéc. p. 268-269.

49 Au contraire Appien fait référence à Italica comme une πόλις (Ib., 38) ; comme Bandelli G., La colonizzazione romana…, op. cit., p. 110 note 25 l’a souligné, Polybe (II, 19, 2) présente Sena Gallica, une colonie romaine, aussi comme une άποικία.

50 Bandelli G., La colonizzazione romana…, op. cit., p. 117 et note 69 à propos de César, BC, II 19, 4 et 21, 1.

51 Cn. Iuli Cn. L. f. q. et L. Furius ; Chaves F., La Córdoba hispano-romana y sus monedas, Séville, 1977 ; Knapp R. C., « The Coinage of Corduba, Colonia Patricia », Annali dell’Istituto Italiano di Numismatica, no 29, 1982, p. 183-202 ; Villaronga L., Corpus nummum Hispaniae ante Augusti aetatem, Madrid, 1994, p. 401-402 ; García-Bellido M. P. et Blázquez C., op. cit., p. 108-109.

52 Salmon E. T., op. cit., p. 112 ; Knapp R. C., Aspects of the Roman, op. cit., p. 126, note 75.

53 Dolç M., El meu segon ofici, Palma, 1996, p. 74, 80, etc. ; Pena M. J., « La tribu Velina en Mallorca y los nombres de Palma y Pollentia », Faventia, no 26, 2004, p. 69-90, spéc. p. 71-72.

54 Per. Liu., 55, 4.

55 Une synthèse des diverses positions et de la bibliographie dans Galsterer H., op. cit., p. 12 ; Knapp R. C., Aspects of the Roman, op. cit., p. 125-131 ; Bandelli G., La colonizzazione romana…, op. cit., p. 108-109 et p. 118-119. En outre Pena M. J., « Los magistrados monetales de Valentia », Saguntum, no 20, 1986, p. 151-164 ; Ead., « Consideraciones sobre el estatuto jurídico de Valentia », Saguntum, no 22, 1989, p. 303-317 ; Ead., « Problemas históricos en torno a la fundación de Valentia », Jiménez J. L. et Ribera A. (dir.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, 2002, p. 267-278.

56 C’est pourtant l’opinion de Galsterer H., op. cit., p. 12, pour qui la ville, d’abord pérégrine, aurait été transformée après en colonie.

57 Stéphane de Byzance, 187 : Brutobria ; García-Bellido M. P. et Blázquez C., op. cit., p. 69. À propos des monnaies de Brutobriga en rapport avec les émissions bilingues, assez suspectes, de Tamusia, voir maintenant Estarán M. J., « La émission bilingüe de Tamusia », Actas del XIV Congreso Nacional de Numismática, sous presse.

58 Wiegels R., Liv. per. 55, op. cit., p. 193-217; Knapp R. C., Aspects of the Roman, op. cit., p. 125-131.

59 Martín C. et Ribera A., « La realidad arqueológica de la fundación de Valencia : magia, basureros y cabañas », Jiménez J. L. et Ribera A. (dir.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, 2002, p. 287-298.

60 Ripollés P. P., La ceca de Valentia, Valence, 1988, spéc. p. 5 sqq. (types), 63 sqq. (chronologie).

61 Crawford M. H., Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974, no 265 ; sur cette question voir les commentaires suggestifs de Pena M. J., Problemas históricos…, op. cit., p. 270 sq. en soulignant les rapports de Valentia avec les Fabii.

62 Pena M. J., Los magistrados monetales…, op. cit., p. 154 sq., souligne que Ahius est seulement attesté dans la Campanie et le Samnium, une région dans laquelle on trouve aussi le très rare nom Trinius.

63 Salmon E. T., op. cit., p. 86, mentionne des collèges de sept quaestores à Beneuentum, cinq à Paestum, Firmum et Aquileia, et trois peut-être à Venusia.

64 Sur ce sujet, Rodríguez Neila F. J., « Organización administrativa de las comunidades hispanas y magistraturas monetales », García-Bellido M. P. et Sobral Centeno R. M. (dir.), La moneda hispánica. Ciudad y territorio. Anejos de AespA 14, Madrid, 1995, p. 261-273, spéc. p. 269-271, et García-Bellido M. P. et Blázquez C., « Formas y usos de las magistraturas en las monedas hispánicas », ibid., p. 381-428 qui recueillent de possibles quaestores aussi au début du Ier siècle à ikalesken (p. 395) et Onuba (p. 398), et, avant, à Urso (p. 401), ce qui est très douteux à mon avis : la légende plus claire d’Urso dit L. AP. DEC. Q. F., qui pourrait très bien présenter à la fin la filiation. Bandelli G., La colonizzazione romana…, op. cit., p. 118 juge cet argument faible parce qu’il y a aussi des quaestores à Emporiae et des magistrats de type romain dans des villes pérégrines comme Saguntum ; pourtant les quaestores d’Emporiae datent d’une époque beaucoup plus récente, césarienne et augustéenne, quand la ville fédérée s’était déjà transformée en municipe romain, tandis que Sagonte, ville aussi fédérée, où il y a, en effet, deux mentions d’aed(ilis) vers 125-70 (García-Bellido M. P. et Blázquez C., Formas y usos…, op. cit., p. 388), constitue un cas exceptionnel ; hors de Sagonte on trouve des mentions d’aediles seulement à Obulco vers 120-100 (García-Bellido M. P. et Blázquez C., Formas y usos…, op. cit., p. 398).

65 Il me semble très improbable que si Palma et Pollentia furent fondées comme des colonies latines, comme l’admet Pena M. J., La tribu Velina…, op. cit., ces villes aient reçu leur nom en raison de l’origine picentine de ses colons – dans le Picenum est attesté un ager Palmensis ainsi que le gentilice Pollentini en rapport avec Vrbs Saluia (Pline, NH, III, 110-112) – comme le veut cette chercheuse. Sur le toponyme, Mayer M. et Rodà I., « Consideraciones sobre el topónimo Pollentia y el asentamiento romano en la bahía de Pollensa », Symposium de Arqueología. Pollentia y la romanización de las Baleares, Majorque, 1983, p. 23-34.

66 Strabon, III, 5, 1.

67 Sur l’insécurité provoquée par les pirates comme raison de l’intervention romaine, García Riaza E., « El carácter militar de los primeros asentamientos romanos en Baleares : los casos de Palma y Pollentia », Morillo Á. (dir.), Arqueología militar romana en Hispania, Madrid, 2002, p. 511-518.

68 Mela, II 124 ; Pline parle d’elles comme des oppida ciuium Romanorum (NH, III, 77) : cela est dû probablement à leur transformation en municipes à l’époque augustéenne.

69 Sur ce sujet, Galsterer H., op. cit., p. 10 ; Knapp R. C., Aspects of the Roman, op. cit., p. 131-139 ; Zucca R., Insulae Baleares. Le isole Baliari sotto il dominio romano, Rome, 1998, p. 147-151 : tous ces auteurs attribuent à Metellus vers 122 l’établissement des deux villes comme colonies latines. García Riaza E., « Ciudades romanas de Baleares : estatutos jurídicos », L’Antiguitat clàssica i la seva pervivència a les illes Balears, Palma, 2005, p. 83-97, spéc. p. 84-85, se montre plus sceptique.

70 Palma en référence a la palme du triomphe et Pollentia, de polleo « être très puissant, riche » ; Mayer M. et Rodà I., op. cit. ; Pena M. J., La tribu Velina…, op. cit., p. 71.

71 Salmon E. T., op. cit., p. 53.

72 Orfila M. et Arribas A., « Pollentia a través de l’arqueologia », Orfila M. (dir.), El forum de Pollentia. Memòria de les campanyes d’excavacions realitzades entre els anys 1996 i 1999, Alcùdia, 2000, p. 33-50, spéc. p. 35, datent vers 75 les matériaux récupérés dans les structures clairement romaines.

73 Mattingly H. B., « Roman Pollentia: Coinage and History », Arribas A. (dir.), Pollentia. 3. Estudio de los materiales. I. Sa Portella, excavaciones 1957-1963, Palma, 1983, p. 245-301, spéc. p. 245-246.

74 Salmon E. T., op. cit., p. 190, note 214.

75 L’épitomateur de Tite-Live (Per. Liu., 61) la considère pourtant comme une colonie : « C. Sextius procos. uicta Salluuiorum gente coloniam Aquas Sextias condidit, ob aquarum copiam e caldis frigidisque fontibus atque a nomine suo ita appellatas. »

76 García Riaza E. et Sánchez León M. L., Roma y la municipalización de las Baleares, Palma, 2000, p. 55 sq., avec un état complet de la question.

77 Orfila M. et Cardell J., « Pollentia i les fonts escrites », Orfila M. (dir.), El forum de Pollentia. Memòria de les campanyes d’excavacions realitzades entre els anys 1996 i 1999, Alcùdia, 2000, p. 25-32, spéc. p. 29.

78 Voir la critique de Pena M. J., La tribu Velina…, op. cit., p. 76, face aux arguments de Mattingly (op. cit., note 72).

79 Voir les commentaires de Pena M. J., La tribu Velina…, op. cit., p. 76, sur les pourcentages de céramique campanienne A et B.

80 Estarellas Ma M., Merino J., López Mullor A., Martín A. et Torres F., « Materiales del nivel fundacional del sitio itálico de Son Espases, Palma (Mallorca) », I Congreso internacional de la Sociedad de estudios de la cerámica Antigua en Hispania (Cádiz, 3-4 marzo de 2011). Il s’agit d’un site, appelé Palma Alta, abandonné vers 50-40, qui présente des restes qui semblent appartenir à un rituel de fondation italique ; la chronologie précise des matériaux est en train d’être établie. Je remercie J. Merino de ces informations provisoires.

81 Velaza J., « Las inscripciones monetales », Ripollés P. P. et Llorens M. del M., Arse-Saguntum. Historia monetaria de la ciudad y su territorio, Sagonte, 2003, p. 121-148, spéc. 141 sqq., et Ripollés P. P. et Velaza J., « Saguntum, colonia latina », ZPE, no 141, 2002, p. 285-294 : là où on lisait avant L. Ae(milius), M. Aem(ilius) Ercol(anus), ces auteurs proposent de développer L. Aem(ilius) [---] E aed(ilis) col(oniae) (no. cat. 388) ; cela permet aussi d’interpréter une autre légende comme Cn. Baebi(us) Glab(rio), L. Calpurn(ius) aed(iles) c(oloniae) S(aguntinae) (no 391-397). La date dépend de la datation de cette série entre 72 et 40/30 et du témoignage de Cicéron qui en 56 se réfère encore à la ville comme ciuitas foederata (Cicéron, Balb., 23).

82 Abascal J. M., « La fecha de la promoción colonial de Carthago y sus repercusiones edilicias », Mastia, no 1, 2002, p. 21-44, à partir de l’étude des couples de magistrats quinquennaux, suggère une date de promotion en 56 ou même avant.

83 Ramallo S. F. et Murcia A. J., « Aqua et lacus en Carthago Nova. Aportaciones al estudio del aprovisionamiento hídrico en época romana », ZPE, no 172, 2010, p. 249-258.

Auteur

Université de Saragosse – Groupe de recherche Hiberus

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540