Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Première partie. L'exercice de l'imperium et du droit d'auspices des gouverneurs au cœur des sociétés provinciales

Réelles présences ? Approche matérielle et symbolique des relations entre la Grèce balkanique et les officiels romains, de Mummius Achaïcus à Antoine1

Richard Bouchon

Texte intégral

Je souhaite, dans le cadre hélas modeste de cette note liminaire, remercier le plus chaleureusement qui soit Nathalie Barrandon et François Kirbihler, qui ont accepté d’intégrer au volume imprimé le texte d’une communication qui, pour des raisons de santé, n’a pas pu être prononcée lors des journées de travail à Nantes.

  • 1 Je souhaite, dans le cadre hélas modeste de cette note liminaire, remercier le plus chaleureusemen (...)
  • 2 Sur les fastes de la province de Macédoine à l’époque républicaine, voir Sarikakis Th., Oἱ Ῥωμαῖοι (...)
  • 3 Allamani-Souri V., Ἀρχαία Μακεδονία V, p. 77-107. Sur les kynegoi d’Héraklès, voir Hatzopoulos M. (...)
  • 4 Syll.3, 700.
  • 5 Athènes, Syll.3, 701 (voir Kallet-Marx R. M., Hegemony to Empire : The Development of the Roman Im (...)
  • 6 Pour l’heure, trois documents macédoniens sont datés par la mention du gouverneur en place : outre (...)
  • 7 On laissera de côté volontairement les questions liées à la justice, qui ont été traitées récemmen (...)

1Sextus Pompeius perdit la vie au combat dans les plaines macédoniennes, lors d’une attaque des tribus scordisques. L’infortuné propréteur a assumé la direction des affaires de Macédoine pendant trois années au moins, de 122-121 à la fin du printemps 119. Trois documents issus de cités grecques de la région se font l’écho plus ou moins direct de la diversité des facettes que revêtait le magistrat porteur de l’imperium de Rome aux yeux des populations locales2. Sextus Pompeius a servi de magistrat éponyme dans une dédicace collective à Héraklès Kynagidas des kynégoi de Béroia, équivalents macédoniens des éphèbes3 ; le document est triplement daté par le collège civique des 5 politarques, par la 27e année de l’ère de la province, plus communément appelée « ère nationale », commémorant la victoire sur Andriskos, ainsi que par le gouverneur en place στρατηγοῦντος Σέξστου Πομπηίου. Plus connu est le décret de la cité macédonienne de Lètè rendant des honneurs importants à son second, le questeur M. Annius, qui a pu organiser une résistance héroïque face aux raids galates4 : il est daté du mois de Panémos et de la 29e année de l’ère « nationale ». À l’occasion de son mandat, Sextus Pompeius a noué des relations avec la cité de Thasos et sans doute d’Athènes, puisque des effigies de sa personne ou de ses descendants ont été exposées en place publique, du moins son souvenir a-t-il pu être, plus tard, rappelé à l’occasion de la mission extraordinaire en Orient de son descendant Pompée le Grand, dans l’une et l’autre cité5. Pompeius se retrouve tour à tour dans le rôle du magistrat suprême représentant de l’autorité de Rome, par sa fonction d’éponyme6, de l’interlocuteur pouvant garantir l’octroi de privilèges et reconnu pour sa position d’arbitre, enfin de chef militaire par excellence : avant l’abaissement de la monarchie macédonienne, ces trois fonctions incombaient au roi lui-même dans les limites de son royaume7. Mais la place laissée vacante par la royauté est un habit mal taillé pour l’émissaire de Rome.

Hellade et Macédoine : si loin, si proches

  • 8 Voir le premier chapitre de Accame S, Il dominio romano in Grecia della guerra Acaica ad Augusto, (...)
  • 9 Pour leurs contemporains hellénophones, les magistrats (ἡγεμόνες) envoyés pour s’occuper de la zon (...)
  • 10 Elle explique mal, entre autres choses, pourquoi certaines cités du Péloponnèse ou de Grèce centra (...)

2Le statut de la Grèce au lendemain de la guerre d’Achaïe présente un problème que les modernes n’arrivent pas à résoudre avec certitude : quelle est la nature de la relation officielle qui lie le gouverneur de la province de Macédoine aux cités et confédérations de la Grèce balkanique ? Longtemps a prévalu la position de S. Accame, qui supposait que les cités de Grèce propre coalisées contre Rome avaient fait l’objet d’une annexion et d’une provincialisation sinon directe – c’est l’avis de Pausanias qui affirme que l’Achaïe a eu dès lors un gouverneur qui lui était propre, confondant la situation de 145 avec celle de 27 –, en tout cas par transfert au gouverneur de Macédoine de la capacité d’action sur ces territoires8. Mais dans le sillage de R. M. Kallet-Marx, les historiens ont tendance, plus récemment, à estimer que le statut de la Grèce n’a pas changé en 145, qu’elle n’était pas soumise formellement à l’imperium du gouverneur de Macédoine, dont il lui arrivait malgré tout de solliciter de temps à autre l’arbitrage ou qui, dans des cas de force majeure, pouvait être appelé à y intervenir de son propre chef9. Ce n’est qu’à l’issue de la première guerre contre Mithridate que Rome a commencé à exercer un contrôle régulier et formel sur la Grèce. Cette opinion a pour elle de rendre compte de la présence très discrète des autorités romaines dans les sources de la région pour cette époque, au point même que l’on peut lui reprocher de proposer un scénario qui ne prendrait pas en compte les silences d’une documentation peu nombreuse et, parfois, mal datée10.

  • 11 RDGE, 44, l. 110, notamment.
  • 12 Pour le cas de la Thessalie dans les guerres mithridatiques, je me permets de renvoyer à Bouchon R (...)
  • 13 La correspondance de Cicéron met en lumière le fait qu’entre 46 et 44, un magistrat spécifique s’e (...)
  • 14 Le nom même que les Romains utilisaient pour désigner ce territoire pose problème. L’Hellade désig (...)

3Il est vrai que la première trace certaine de la responsabilité directe d’un magistrat romain sur la Grèce remonte à l’année 81 : le sénatus-consulte de Stratonicée de Carie, daté par la dictature de Sylla, partage le monde hellénophone qui s’est révolté contre Rome en deux groupes, l’Asie et l’Hellade, eparcheiai dévolues à des magistrats11. Si l’on suit R. M. Kallet-Marx, il faut supposer que c’est à ce moment-là qu’est organisée l’administration de ce territoire composite, toutes les cités de l’Hellade n’ayant pas pris part aux menées antiromaines aux côtés des armées pontiques12. Mais un tel mandat assigné à un promagistrat ne semble pas avoir été reconduit puisque très peu de temps plus tard, l’octroi par Rome d’honneurs extraordinaires à des officiers grecs ayant participé à la guerre sociale auprès des Romains doit être annoncé par le biais des gouverneurs des provinces de Macédoine et d’Asie (RDGE, 22 ; 80-78 av. J.-C.) : parmi ces généraux, Polystratos de Carystos, qui dépend donc du gouverneur de Macédoine. Pourtant, dans le deuxième tiers du Ier s. av. J.-C., les tentatives de créer une province séparée deviennent plus nombreuses13 et le partage de 27 av. J.-C. consacrera, pour cette nouvelle province, le nom d’Achaïe, dans un emploi métonymique, qu’il étend à une zone plus vaste encore que la plus grande extension du koinon des Achéens14.

4L’ensemble de la Grèce balkanique entre la création de la province de Macédoine et les temps des guerres civiles romaines se présente donc comme une mosaïque de statuts divers et mal connus, en partie provincialisé, en très grande partie jouissant d’une autonomie de droit. La présence de l’autorité romaine y est discontinue. En outre, les sources attestant les modalités de cette présence ne sont pas nombreuses et très inégalement réparties. On a donc fait le choix, faute de mieux, de traiter ces territoires ensemble, dans leur relation avec le gouverneur en place chargé des affaires macédoniennes, mais aussi avec les émissaires de passage, en route vers le territoire qui leur était échu.

5On insistera tout d’abord sur l’inadéquation des cadres de relation entre les populations locales et le représentant d’un pouvoir presque toujours absent, puis sur son rôle de chef de guerre, à la fois vainqueur et garant du maintien de la paix, enfin et par conséquent, sur la façon dont les populations locales ont envisagé le partage de l’espace symbolique avec cette nouvelle figure du pouvoir.

Grecs et gouverneurs : une « indifférence polie » ?

Une grammaire des honneurs inadaptée

  • 15 Le recensement est fait par Ferrary J.-L., « De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain (...)

6L’étude en série des décrets de proxénie a bien montré que l’octroi de cet honneur à des magistrats romains avait très tôt cessé d’être considéré comme un moyen adapté et efficace. La proxénie forme le cœur des relations internationales des États grecs : elle marque l’espoir que celui qui reçoit le titre de proxène puisse agir, de retour dans sa cité, de la manière la plus favorable qui soit à la cité qui le lui donne. En Grèce propre, les rares cas disparaissent peu après le règlement de la guerre antiochique15. Le nombre important de statues pour des gouverneurs montre que les récompenses accordées relevaient d’un degré supérieur des honneurs, les megistai timai, et non de la banale proxénie. Pourtant, nous n’avons récupéré que peu de décrets pour des gouverneurs ou autres magistrats romains : les cités et confédérations grecques ne jugeaient pas nécessaire d’afficher les textes approuvés par leurs assemblées par lesquels les émissaires officiels de Rome étaient honorés. La raison est sans doute à chercher du côté des pratiques de gravure : les décrets de proxénie formaient le tout-venant des inscriptions gravées sur les murs des cités et semblent, notamment à Delphes, avoir été gravés de façon systématique, peut-être à la charge de l’honorandus, sous une forme abrégée. La dédicace de la statue suffisait manifestement.

  • 16 Erskine A., « Greekness and Uniqueness : The Cult of the Senate in the Greek East », Phoenix, no 5 (...)
  • 17 Plassart A., RA, 1948, p. 830-832, no 11 ; IThespies, 34.

7Les exceptions sont rares et montrent qu’il n’est pas question d’honorer le gouverneur ès qualités mais pour des bienfaits précis, au premier rang desquels se trouvent la σωτηρία ou le bon usage du pouvoir coercitif16 : le gouverneur est avant tout un chef de guerre, et la chose n’est pas sans importance, notamment dans le rapport tendu entretenu entre la région et les populations thraces. Le décret de Lètè est significatif à ce propos : c’est bien le général victorieux qui a épargné à la cité de lourdes réquisitions, en l’occurrence le questeur M. Annius et non le gouverneur décédé, qui a droit aux honneurs suprêmes de la cité : éloge, couronne de feuillage, stèle consacrée sur l’agora et épreuves dédiées à sa personne lors du concours organisé chaque année en l’honneur des grands évergètes de la cité. Un texte très fragmentaire de Thespies forme le seul autre décret conservé pour un officiel : la cité honore le légat de Sulla Q. Braetius Sura, sans doute d’une statue de bronze qui sera exposée sur l’agora, ainsi que d’une couronne d’or, tandis que ces honneurs exceptionnels devaient être annoncés au théâtre à l’occasion des concours pour Éros et les Muses17. Malheureusement, les attendus du décret n’ont pas été conservés.

  • 18 FD, III, 4, 45. On identifie le préteur à M. Plaetorius Cestianus, connu par le Pro Cluentio pour (...)
  • 19 CID, IV, 130.
  • 20 Voir à Thasos, les décrets d’Assos, de Rhodes et de Lampsaque pour Dionysodôros fils de Pempidès : (...)

8En revanche, nombreux sont les décrets honorant des particuliers, Romains ou Grecs, qui se sont fait l’intermédiaire entre une communauté et le gouverneur, que l’autorité romaine soit désignée sous le seul terme de ἡγεμονες ou que le gouverneur soit nommé explicitement. On peut lire entre les lignes d’un décret de Delphes que la cité a réussi à approcher le préteur ( ?) Plaetorius, personnage mal identifié par ailleurs, par le truchement d’un certain T. Varius ou Varienus18 Sabinus qui a séjourné dans la cité en compagnie du stratègos et qui a réussi à infléchir le dévouement de ce dernier : ἐπιδάμησας ἐν τὰν πόλιν ἁμῶν μετὰ τοῦ στρατηγοῦ Πλαιτωρίου, τόν τε στρατη[γὸν Πλαιτώ]ριον εὐνούστατον παρέσχε.. Aux yeux des communautés grecques, la qualité que manifeste le Romain Sabinus est sa ῥοπὴ παρὰ τοῖς ἡγουμένοις, « son poids auprès des dirigeants », pour reprendre une expression utilisée dans un décret de l’Amphictionie remerciant Kallistos de Cnide d’avoir intercédé en sa faveur auprès de César19. La bonne relation avec les autorités peut même devenir affaire familiale et pose les premières pierres d’un remodelage social de la Grèce pré-impériale20. La forme abrégée de nombreux documents est une entrave importante à l’interprétation historique, empêchant de se rendre bien compte de la récurrence du phénomène et de son importance pour les communautés de Grèce propre. La plupart du temps, rien ne les distingue des autres décrets. En outre, les longs décrets honorifiques circonstanciés exposant les aléas d’une cité sur le temps de la carrière d’un notable, connus pour l’Asie, manquent en Grèce propre comme en Macédoine.

  • 21 Habicht Chr., « Roman Citizens in Athens (228-31 B. C.) », Hoff M. C. et Rotroff S. I. (éd), The R (...)
  • 22 IG, II2, 1006, l. 21, décret éphébique de l’année 123-122, complété par SEG, 19, 108, et cité dans (...)
  • 23 IG, II2, 1011, l. 18-19, décret de 107-106.
  • 24 West A. B., Corinth, VIII, 2, p. 1-4 (CIL, I2, 2662); cf. Dow S., HSCP, no 60, 1951, p. 81-91. Pour (...)
  • 25 Sur cette expression, voir Robert L., « Théophane de Mytilène à Constantinople », CRAI, 1969, p. 4 (...)

9Athènes, cité libre, présente la seule série documentaire où l’on peut se faire une idée de l’accueil des Romains mandatés officiellement, gouverneurs se rendant dans leur province ou en revenant21 : ce sont ces « Romains, amis, alliés et bienfaiteurs du peuple », », ἀπήντων διὰ παντὸς τοῖς παραγεινομένοις φίλοις καὶ εὐεργέταις Ῥωμαίοις22 ou ὑπαπήντησαν δὲ καὶ τοῖς φίλοις καὶ σύμμάχοις τοῦ δήμου Ῥωμαίοις23, débarqués au Pirée, au-devant desquels les éphèbes, accompagnés du cosmète, sont chargés de se porter afin de les escorter jusqu’au cœur de la cité. Parmi ces visiteurs occasionnels a sans doute figuré le propréteur forcé de faire une halte à Athènes, mentionné dans l’épigramme consacrée à l’Isthme par Marcus Antonius, et qui traversa le diolcos avec sa flotte chargée de réduire la piraterie cilicienne en 102 ou 10124. La nature de la documentation – les décrets éphébiques – ne permet pas de savoir si d’autres magistrats prenaient part à cette escorte officielle ou apantèsis, qui débouchait sur les réceptions d’usage ou ἀποδοχή, laquelle comprenait une invitation à prendre la parole devant le peuple réuni pour cette occasion, et ce point n’est pas encore attesté pour un magistrat romain. E. Perrin a montré combien la cérémonie d’accueil formait une des manifestations de l’indépendance d’Athènes, prenant place parmi une politique graduée d’octroi des honneurs, puisque ce protocole n’était pas réservé aux souverains, mais concernait les bienfaiteurs exceptionnels, qui étaient pris en charge par un magistrat « élu à main levée et préposé à la réception des amis et alliés », qu’ils fussent rois ou simples représentants officiels de cités étrangères amies. Pourtant, la mention des seuls bienfaiteurs romains dans les décrets éphébiques, « communs évergètes » du monde grec depuis trois quarts de siècle25, donne à penser que, par ce cérémoniel, Athènes hésite, dans sa relation à Rome, entre la mise à distance et la soumission.

10Les documents qui permettraient de reconstruire les relations officielles entre les communautés grecques et les émissaires de Rome manquent ; pourtant le court laps de temps de présence de ces derniers sur place ne saurait avoir formé une nouveauté pour des cités habituées au système de rotation des charges politiques. Le gouverneur occupe une place intermédiaire entre le simple ambassadeur d’une cité et le souverain hellénistique. Mais l’amicitia du peuple romain qu’il représente auprès des cités grecques remplace très mal l’évergétisme royal, au point même, a-t-on dit, qu’il a souvent méconnu les usages grecs.

La « méconnaissance des sanctuaires26 » ?

  • 26 Jacquemin A., « De la méconnaissance à l’abus du sanctuaire : l’apprentissage de la Grèce par les (...)
  • 27 L’affirmation de Pausanias est démentie, notamment pas la série des couronnes d’or offertes par de (...)
  • 28 L’hypothèse a été formulée par Guarducci M., Epigrafia Greca, II, Rome 1969, p. 142, fig. 29. Voir (...)
  • 29 Knoepfler D., op. cit., p. 262. Selon Polybe, XXXIX, 6, 1, il fit aussi des offrandes au sanctuair (...)
  • 30 Polybe, XXXIX, 6, 1.
  • 31 Voir les remarques de Jacquemin A., De la méconnaissance, op. cit, p. 162-163, rappelant combien c (...)

11Parmi les exceptions, il y a Flamininus ou Paul Émile effectuant le tour des grands sanctuaires de Grèce. Mais une tradition fait de Mummius Achaïcus le premier des Romains à avoir fait des offrandes dans un sanctuaire des Grecs (Pausanias, V, 24, 4)27. Le butin pris sur Corinthe lui permit de se montrer généreux à l’endroit du sanctuaire d’Olympie, où il consacra à Zeus 21 boucliers dorés, toujours visibles à l’époque de Pausanias (V, 10, 5), une ou deux statues de Zeus (V, 24, 4 et 8), ainsi que des bases de statues jumelles (IvO, 278-279 et 280-281), dont on a pu supposer qu’elles supportaient une représentation des Dioscures28. Ayant laissé des marques tangibles de son philhellénisme et désireux de rappeler que « le vainqueur est un membre à part entière de la communauté hellénique29 », il fit le tour des cités, où il fut, selon Polybe, accueilli avec honneur30. La victoire sur Corinthe avait permis au consul de s’insérer dans une tradition ancienne de l’hellénisme, tradition tombée en désuétude : l’offrande à un sanctuaire d’une statue de la divinité maîtresse des lieux à l’occasion d’une victoire31.

  • 32 Jacquemin A., Offrandes monumentales à Delphes, Athènes, 1999, no 420 : offrande de P. Cornelius C (...)
  • 33 Jacquemin A., Offrandes monumentales, op. cit., no 422.
  • 34 Ibid., p. 91 et no 77.
  • 35 Il s’agit de la liste chronologique des naopes : la dédicace de Minucius Rufus est essentiellement (...)
  • 36 Une victoire sur des tribus barbares, qui plus est des Galates, s’inscrit parfaitement dans la con (...)

12Pourtant, le cas de Mummius resterait marginal : à Delphes, une modeste dédicace est attribuée à Scipion l’Africain, lors d’un passage au moment de la guerre antiochique32, et il faut attendre la fin du IIe siècle pour retrouver la manifestation de l’évergétisme d’un officiel romain à Delphes. Il s’agit des offrandes des deux frères M. et Q. Minucius Rufus. Le premier rejoint la Macédoine en 110 en tant que consul, pour mettre un terme aux opérations des Galates et des Thraces qui ne cessent de perturber la péninsule balkanique depuis une vingtaine d’années déjà ; son frère Quintus l’accompagne en qualité de légat. Au lendemain d’une victoire que l’on a pu croire un temps décisive, les deux frères consacrent dans le sanctuaire d’Apollon chacun une offrande : celle de Marcus se présente comme un χαριστήριον en l’honneur du dieu ; le texte de la dédicace de Quintus est rédigé en latin (Q. Minucius Q. f. /Rufus leg. Apollinei/Phutio merito)33. A. Jacquemin a remarqué que le mot charistèrion correspondait souvent à une offrande faite dans un contexte militaire : « Dans une dédicace publique, il s’agit d’un remerciement pour une victoire qui apporte le salut ou pour une expédition difficile34. » Les deux supports de ces offrandes sont trop fragmentaires – leur couronnement manque – pour que l’on puisse reconstituer ce qu’elles étaient exactement : il ne reste de l’offrande de Marcus qu’une plaque de marbre, qui porte la dédicace, remploi d’une stèle sur laquelle est gravé un document lié aux comptes de reconstruction du temple au IVe s.35. Celle de Quintus est une base de calcaire en remploi36.

13Pourtant, la série des couronnes d’or offertes durant le premier tiers du IIe s. av. J.-C. par des généraux romains à l’Apollon de Délos, connue seulement pour la période où ont été gravés les inventaires du sanctuaire, nous montre combien sont lacunaires les séries sur lesquelles nous raisonnons. Les stèles déliennes enregistrent les offrandes de Flamininus, d’A. Attilius Serranus, préteur en 192, C. Livius Salinator, préteur l’année suivante, P. et L. Cornelius Scipio, Q. Fabius Labeo, L. Aemilius Regillus, Cn. Octavius et Q. Marcius Philippus.

  • 37 Sur Samothrace, voir Cole S. G., Theoi Megaloi : the Cult of the Great Gods at Samothrace, Leyde, (...)
  • 38 La plus ancienne attestation est controversée : Cole S. G., op. cit., p. 134-135, n. 697, fait réf (...)
  • 39 Le texte n’est connu que par une copie de Cyriaque d’Ancône qui porte C. AARCELLUS.
  • 40 Cicéron, Pis., 89 : sur ce passage, voir Cole S. G., Theoi Megaloi, op. cit., p. 91. Le fait que l (...)

14Une quinzaine d’années après les offrandes de Delphes, c’est au tour de Samothrace d’être destinataire d’une offrande par un gouverneur de Macédoine, en l’occurrence L. Iulius Caesar, le père du dictateur37. L’offrande résulte d’un vœu du gouverneur : [Λ.] Ἰούλιος [ἀνθύπα] τος Μακεδονίας Θε[οῖς] Μεγάλοις εὐξάμενος (IG, XII, 8, 232). Sa présence dans le sanctuaire des grands Dieux en 93-92 s’explique sans doute par sa volonté d’être initié aux Mystères locaux. Plusieurs officiels romains sont mentionnés parmi les listes de mystes gravées et affichées dans le sanctuaire de Samothrace : certains posent des problèmes d’identification, parfois de datation, malgré le recours dans ces documents à l’éponymie consulaire. La série ne commence pas avec L. Iulius Caesar38 : sont attestés un C. Marcellus39 proquesteur en 113 av. J.-C. (Dimitrova, no 65) ; L. Lucceius M. f. légat ? en 92 av. (Dimitrova, no 70) ; Furius Crassupes, peut-être légat de 73 av. J.-C. (Dimitrova no 73) ; Cornelius L. f. Lentulus, légat, après 67 (Dimitrova, no 67) ; enfin on a pu supposer que Sulla, présent sur place en 84, avait pu être initié (Appien, Mithr., 63), tout comme Pison lors de sa promagistrature extraordinaire des années 57-55, selon une interprétation d’un passage de Cicéron40.

  • 41 Les anecdotes mettant en scène des officiels romains initiés à Éleusis ne manquent pas (L. Liciniu (...)
  • 42 Kreiler B. M., Zur Datierung, op. cit., p. 109-112.
  • 43 Voir, en dernier lieu, Ferrary J.-L., « Retour sur la loi des inscriptions de Delphes et de Cnide (...)
  • 44 L’idée est développée par Cole S. G., Theoi Megaloi, op. cit., p. 110-113.

15La grande fortune de l’initiation aux mystères du Nord de l’Égée41 – pour ce que l’on en connaît par la documentation conservée du moins – s’explique non tant par la proximité de Samothrace avec les lieux de résidence connus des gouverneurs en Macédoine, Amphipolis42, Thessalonique et l’ancienne capitale royale Pella, ainsi qu’avec les zones de stationnement des troupes occupées à repousser les incursions thraces, qu’en raison peut-être de l’injonction faite au gouverneur de Macédoine, à partir de 100, de résider deux mois par an en Chersonèse Cénique43. Le penchant qu’ont connu certains représentants de la vieille aristocratie romaine pour Samothrace a aussi pu prendre racine dans les récits liant Rome au monde troyen et l’interprétation qu’ils pouvaient faire des Grands Dieux comme leurs dieux Pénates44.

  • 45 Voir Roux G., Delphes, son oracle et ses dieux, Paris, 1976, p. 73-74.

16Pour le cas de Delphes même, le stratègos Plaetorius est présent dans la cité pour une raison qui n’est pas expliquée, mais qui peut relever de l’usage du sanctuaire. Le décret par lequel les Delphiens honorent celui qui était vraisemblablement un de ses subalternes, T. Vari(en)us Sabinus, daté du mois de Bysios, premier mois du printemps, laisse penser que le préteur s’était déplacé pour assister à l’une des fêtes principales de la cité, l’anniversaire du dieu Apollon : elle donnait lieu, le 7 du mois, à la consultation oraculaire la plus importante, puisque le dieu, de retour de son séjour hivernal auprès des Hyperboréens, manifestait une puissance renouvelée, à l’instar de la nature renaissante45. L’hypothèse peut sembler gratuite : elle ne contrebalance pas pour autant l’impression d’une relative discrétion des autorités romaines à Delphes.

  • 46 Ferrary J.-L., De l’évergétisme hellénistique., op. cit., p. 199-225.
  • 47 Plutarque, Pomp., 42.
  • 48 Kallet-Marx R. M., Hegemony to Empire, op. cit., p. 52. Voir aussi Hoff M., « Athens and Pompey », (...)

17Les offrandes, peu nombreuses, des gouverneurs, leur présence discrète dans les lieux de l’hellénisme, relèvent pourtant bien d’une politique d’échange et d’insertion dans le monde grec par un filtre romain : offrandes de la victoire, même sur des armées grecques, quête et construction des origines, motifs propres à insérer Rome dans une tradition grecque. Ce n’est que dans le deuxième tiers du Ier s. av. J.-C. que les émissaires officiels de Rome deviennent des évergètes à proprement parler, à un moment où leur pouvoir sort des normes établies jusque-là, et encore leur sollicitude ne se porte-t-elle, pour la Grèce propre et la Macédoine, que sur la seule cité d’Athènes46 : cela donne lieu à une compétition entre Pompée et César, qui versent chacun 50 talents, le premier pour que la prestigieuse ville puisse se relever du désastre de 8647, ce qui explique peut-être les statues de trois générations de Pompée érigées à Athènes48, et le second en 50, pour la construction d’une nouvelle agora, achevée sous Auguste ; on peut aussi signaler le financement des nouveaux propylées d’Éleusis par Appius Claudius Pulcher la même année.

  • 49 Perrin-Saminadayar E., op. cit., p. 591.

18Jusque très tard, le gouverneur ne prend pas la place de l’évergète royal, il reste un étranger en mal d’intégration ou engagé dans un mécanisme de distinction. Sa relation avec les cités prend la forme – je reprends l’expression d’E. Perrin-Saminadayar – d’une « indifférence polie49 », laquelle finit par se faire, les circonstances aidant, plus contraignante.

Expression et reconnaissance d’un rapport de force

Le droit du vainqueur

  • 50 Cicéron, 2Verr., IV, 2, 4. Sur le pillage des œuvres d’art grecques par Rome, voir Pape M., Griech (...)
  • 51 Épidaure (IG, IV2, 1, 306) ; Thespies (IG, VII, 1807-1808 = IThespies, 396) ; Thèbes (IG, VII, 247 (...)
  • 52 Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme, op. cit., p. 580 et n. 28 pour références.
  • 53 Knoepfler D., op. cit.
  • 54 P. Thémélis, PAE, 1976, I (AnnéeEp, 1979, 589) : mention d’un vainqueur à cette épreuve sur un fra (...)
  • 55 IG, XII, 9, 233.

19L’acte fondateur, dans les esprits sinon dans les faits, de la présence romaine en Hellade est bien la victoire de Mummius sur la coalition achéenne en 146. Si celui-ci a bien cherché, par ses offrandes aux sanctuaires de Delphes ou d’Olympie, à s’insérer, peut-être maladroitement, dans une tradition hellénique, Cicéron rappelle que, dans le même moment, Thespies fut dépouillée par Mummius de toutes ses statues profanes, y compris celles des Muses50. L’existence, dans diverses cités du Péloponnèse et de Grèce centrale, dont la plupart avaient pris part à la révolte contre Rome, d’offrandes portant le nom du même Mummius51 a été interprétée comme une volonté d’apaisement à l’égard de ces cités et comme un gage de bienveillance, dont il conviendrait de ne pas être dupe52. Mais plus récemment, analysant le cas des cités eubéennes, D. Knoepfler a démontré que loin d’être les manifestations d’un pilleur cherchant à se faire passer pour un bienfaiteur de la Grèce, lesdits monuments sont dans la plupart des cas des bases existant déjà, non des offrandes élevées par le consul, sur lesquelles il a fait graver en petits caractères son propre nom. Mummius « devenu propriétaire, en vertu du droit de la guerre, de toutes les statues, sacrées et profanes, des villes soumises par lui, […] met sa marque sur les piédestaux de celles qu’il n’emporte pas53 ». Les deux versants de cette politique ne s’opposent qu’en apparence : les cités vaincues furent traitées durement, au profit parfois des cités restées neutres, comme Sicyone ou Érétrie, voisines de Corinthe et de Chalcis. C’est ce traitement de faveur, et la conscience d’un nouveau rapport de force sans doute, qui expliquerait à Érétrie la tenue d’épreuves gymniques en l’honneur de Mummius à l’occasion des Artémisia (Λευκίου Μομμίου στάδίον)54 peut-être associées à des honneurs cultuels, si l’on reconnaît Mummius Achaïcus dans le στρατηγός ὕπατος Ῥωμαίων d’une inscription fragmentaire mentionnant le sanctuaire d’Artémis ainsi que des hymnes et des sacrifices organisés à la suite d’événements mémorables55.

  • 56 Strabon, VII, 6, 1 ; autres références de l’anecdote chez Sarikakis Th., Οἱ Ῥωμαίοι ἄρχοντες, I, o (...)
  • 57 IG, IX, I2, 3, 719 : voir Lerat L., Les Locriens de l’Ouest, I. Topographie et ruines, Rome, BEFAR(...)
  • 58 La difficulté à reconstituer la syntaxe de ce texte incite cependant à la prudence.
  • 59 IG, IX, 2, 10b J’ai revu, en 2004, l’estampage fait par Lolling au siècle dernier à l’Académie de (...)
  • 60 Etienne R., Tenos, I. Le sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite, Rome, BEFAR, 263, 1990, p. 121-12 (...)

20L’euergesia du gouverneur peut se fonder sur une politique de restitution et de restauration des biens. En 72, M. Lucullus fait transporter à Rome, où elle est exposée sur le Capitole, une statue d’Apollon (kolossos), œuvre du sculpteur Kalamis, prise à Apollônia du Pont, hors de tout contexte de prise de guerre56. Au contraire, mais dans des circonstances qui nous échappent, à peine une dizaine d’années plus tard, Pompée restitue à une cité qui reste pour nous anonyme, des objets (cultuels ?) qui ont peut-être transité par Chaleion de Locride, ce qui expliquerait qu’une copie d’un décret honorant en retour Pompée ait été exposé dans la cité locrienne57. Par cette restitution, le général romain a manifesté sa piété et semble associé à des gestes cultuels ([- - θ]υσίαις Γναίου Πονπηίου Μάγνου [- - ] l. 8)58. C’est peut-être un cas semblable que commémore un autre document, bilingue, provenant cette fois de la capitale du petit koinon des Ainianes, Hypata, et qui est communément daté du Ier s. av.59. Un légat propréteur, dont le nom est en partie perdu, — νιος Μάρκου υἱός, a restitué (ἀποκατ[έστησε]) quelque chose aux Ainianes : on peut hésiter à suppléer un nom abstrait, comme ἑλευθερίαν, mais on peut aussi peut-être rapprocher le document des statues de Ténos restituées par P. Servilius Isauricus60. Le texte d’Hypata, gravé au dos d’une stèle portant un décret honorifique, ne permet pas de trancher entre les deux hypothèses, et ajoute même à la difficulté de saisir le sens de ce document.

21Le gouverneur, responsable des actions militaires, agit donc comme un vainqueur permanent.

Contributions, réquisitions : financer sa propre sôtèria

  • 61 Sur le traitement par Rome des guerres contre les tribus thraces et galates dans la deuxième moiti (...)
  • 62 Décret de Gytheion pour les Cloatii (IG, V, 1, 1146), cité qui a eu peine à réunir les sommes exig (...)
  • 63 Références antiques chez Kallet-Marx R. M., Hegemony to Empire, op. cit., n. 67, p. 308.

22On sait combien ont pesé sur les provinciaux le financement du maintien de la paix et les opérations militaires qui ont visé à refouler les raids des populations du Nord ou à mettre un terme aux actes de la piraterie : en témoignent les honneurs votés à M. Annius, qui a pu juguler les attaques scordisques en 119 sans faire appel à des troupes supplémentaires levées sur la population locale61, ou les décrets rendant compte des difficultés qu’ont entraînées pour certaines cités les préparatifs de M. Antonius en 74-7262. Les réquisitions faites par Sulla auprès des grands sanctuaires, à titre d’emprunt forcé, dans le but de financer ses opérations contre Mithridate et dont il cherchera à s’acquitter, par la suite, pieusement ou chichement, en attribuant les revenus des territoires des cités alliées à Mithridate, comme Thèbes, témoignent de la prégnance du sujet pour les provinciaux, au point que l’on a pu dire, pour les opérations contre les pirates, que le remède était pire que le mal63 et que l’on a parfois du mal à distinguer dans les sources les levées officielles des pillages organisés.

  • 64 IG, V, 1, 1432-1433 ; les deux inscriptions ont été commentées avec acribie par Wilhelm Ad., « Urk (...)
  • 65 Giovannini Ad., Rome et la ciculation monétaire en Grèce au IIes. av. J.-C., Bâle, 1978, p. 115 sq (...)
  • 66 Migeotte L., « La date de l’oktôbolos eisphora de Messène », Topoi, no 7, 1997, p. 51-61 ; Id, « L (...)

23Seule une double inscription de Messène64 présente à ce jour de manière un peu détaillée la façon dont sont mises en place de telles levées. Sa date est toujours très discutée, puisqu’on la fait osciller entre la fin du IIe s. av. J.-C. et le premier tiers du Ier s. apr. J.-C. Elle rend compte d’une opération menée en collaboration avec les autorités romaines, un στραταγὸς, Vibius, et un ἀνθύπατος, Memmius, titres dont on peut se demander s’ils désignent un proconsul et l’un de ses légats ou un proconsul et un préteur. Aucun des deux personnages ne semble connu par ailleurs. Si l’on a pu proposer d’identifier Memmius avec P. Memmius, légat de Mésie qui a obtenu un commandement extraordinaire sur l’ensemble des Balkans à la fin du règne de Tibère (Giovaninni65, à la suite de Kolbe), les éléments de vocabulaire, les formes dialectales ou orthographiques rapportent ce document à la période républicaine, notamment la mention des ἁγοὐμεοι (l. 31). On s’entend à présent sur la période centrale du Ier s. av. J.-C., les années 70-40 ou 80 dans un contexte à préciser66.

  • 67 IG, V, 1, 1433, l. 39.

24La présence simultanée d’un préteur et d’un proconsul est sans doute le signe d’une période de crise ; par ailleurs, la raison de cet impôt exceptionnel (eisphora), organisé en un prélèvement de 1,33 % de l’avoir de chacun après estimation (timasia), est sans aucun doute à chercher dans la préparation d’une opération militaire, puisqu’il était possible aux Messéniens de contribuer en nature, notamment par enrôlement d’esclaves rameurs67. Pourtant, la situation financière de la cité ne paraît en aucun cas catastrophique, puisqu’il lui a été possible de réunir, assez rapidement et sans avoir recours à l’emprunt, la plus grande partie de la somme réclamée, un peu moins de 100 000 deniers. On a pu voir dans la présence des autorités romaines lors d’une Assemblée extraordinaire une forme d’impatience dans la perception des 15 % restants.

  • 68 Περὶ ὧν καὶ πάντες οἱ σύνεδροι ἀποδεξάμενοι αὐτοῦ τάν τε επιμέλειαν καὶ καθαρειότατα μετὰ Οὐιβίου (...)

25Le décret du synedrion rapporte que le secrétaire Aristoklès a présenté devant les synèdres l’état des fonds déjà recueillis, puis, devant les particuliers réunis au théâtre (idiôtas), un état du solde. Le stratagos Vibius assiste à une séance de l’Assemblée – ces « particuliers » sont désignés sous le terme de politai quand il s’agit pour eux d’approuver les décisions proposées par les synèdres (l. 11 et 13) : il semble que Vibius était déjà présent à la séance du synedrion, puisqu’il est dit que les synèdres ont proposé d’accorder une statue de bronze à leur secrétaire prévoyant « avec le préteur Vibius » (meta). En tout état de cause, le préteur intervient directement devant les citoyens et propose un honneur supplémentaire, le droit de porter un anneau d’or, honneur que les synèdres reprennent à leur compte ou, plus exactement, accordent aussi par la suite. Le tout finit par une acclamation des politai68.

26On peut s’étonner de l’état un peu brut de certaines parties des considérants et de leur style narratif, qui fait état d’une surenchère sur les honneurs habituels, les décisions ne faisant manifestement que reprendre le texte qui avait été établi lors de la séance du synedrion : octroi d’une statue, emplacement, financement.

  • 69 Il les reçoit : ὑποδεχόμενος (l. 31-32).

27Le second décret a été voté à l’issue du mandat d’Aristoklès : la mention de l’octroi de la chrysophoria y est reprise, mais cette fois l’honneur est dit être accordé par le proconsul, le préteur et les synèdres. Peut-on en conclure que le gouverneur en titre était présent à Messène à un quelconque moment de l’affaire ? Rien n’est moins sûr, comme le notait déjà Migeotte. Le décret expose le bien-fondé de l’attitude d’Aristoklès tout au long de son archa, notamment les différents allers-retours entre le secrétaire et les autorités romaines pour mener à bien l’organisation de la levée69. Cela fait-il référence à la séance déjà évoquée et à une approbation a posteriori par le proconsul ?

  • 70 Wilhelm Ad., op. cit., p. 36-42/502-508 sur la chrysophoria, connue pour les évergètes et, plus ta (...)

28Le mécanisme délibératif de la basse époque hellénistique laisse une place primordiale aux conseils, qui prennent bien souvent le nom de synedria. La place du dèmos est plus difficile à cerner, bien que l’on comprenne, par quelques documents, qu’une forme de pression collective permet au dèmos de faire valoir son avis, malgré l’encadrement des magistrats recrutés parmi les notables. L’octroi de la chrysophoria a pu passer pour un honneur spécifiquement romain, au point même d’être confondue avec le ius annuli aurei dont bénéficient les membres de l’ordre équestre. Wilhem avait déjà compris qu’il n’en est rien70. Il n’en reste pas moins curieux que le préteur puisse accorder sua sponte un honneur grec – le texte de Messène affirmant sans ambiguïté que les synèdres n’ont fait qu’emboîter le pas à Vibius. Le verbe employé, δωρεῖν, ne relève pas du vocabulaire de l’octroi des honneurs : on remarque que l’expression utilisée par les synèdres est bien δοῦναι τάν αὐτάν τιμάν et non pas δωρεῖν. Faut-il reconnaître une valeur factitive au verbe δωρεῖν : Vibius a-t-il fait en sorte qu’Aristoklès soit gratifié en sus de la chrysophoria ? Ce texte reste pour l’instant un unicum dans l’épigraphie de l’époque.

  • 71 ArchDelt, no 31, 1976, p. 176-178 = SEG, 34, 558 ; Garnsey P., Gallant T. et Rathbone D., « Thessa (...)

29L’accès aux assemblées réservées aux citoyens est parfaitement réglementé : c’est un honneur parfois accordé à un étranger méritant (prosodos). Le rédacteur du décret ne s’est pas embarrassé ici de présenter les raisons pour lesquelles (ni surtout le cadre officiel dans lequel) le préteur Vibius a pu participer aux assemblées de Messène. Dans les années 130, l’édile Metellus venant réclamer du blé aux Thessaliens s’est présenté devant le synedrion fédéral thessalien71 (ἐπελθὼν ἐπὶ τὸ συνέδριον) : la chose est peut-être semblable pour Vibius, mais le décret ne le précise pas puisque son objet est d’honorer le secrétaire et non les autorités de Rome.

30Il est frustrant de ne posséder que ce document pour entrevoir comment s’exerçait le pouvoir des émissaires de Rome au sein des assemblées grecques, d’une façon plus ou moins directe, prenant appui sur le principe de l’échange des bienfaits et des honneurs.

Partager l’espace symbolique du pouvoir

Les statues équestres

  • 72 « Turmales, inquit, disciplere » : Cicéron, Or., II, 262, cité par Jacquemin A., De la méconnaissa (...)

31L’espace public grec était saturé d’images de chefs de guerre, ce qui ne manquait pas de surprendre les Romains si l’on en croit le bon mot de Scipion l’Africain, à qui Corinthe proposait une statue équestre : « Je n’aime pas les escadrons72. » On aurait tort d’estimer que la remarque ne vaut plus pour l’époque qui a suivi la défaite des grands États hellénistiques et que toute forme de compétition pour occuper l’espace symbolique du pouvoir a alors cessé.

  • 73 Siedentopf H. B., Das hellenistische Reiterdenkmal, Waldsassen, 1968 ; Bergemann J., Römische Reit (...)
  • 74 À Delphes, les rois hellénistiques se sont fait représenter ainsi, la plupart du temps au sommet d (...)

32La statuaire honorifique de la deuxième moitié de l’époque hellénistique connaît trois genres principaux : la statue équestre, la statue cuirassée, le nu héroïque, tous trois à connotation guerrière73. Dans l’immense majorité des cas, les monuments conservés se réduisent aux blocs de la base qui supportaient la statue, ce qui rend impossible l’identification du type de statue. La série la plus facilement identifiable est cependant celles des statues équestres, en raison des caractères morphologiques reconnaissables des bases qui les supportent : dans ce cas même, si l’on se reporte à l’inventaire qu’établit H. Siedentopf, qui en fait la représentation militaire par excellence, on voit que la plupart d’entre elles sont réduites à des fondations ou à des blocs sans dédicaces, le texte ayant été gravé sur le couronnement. Mais l’impression la plus générale qui se dégage de cette série moins lacunaire est que, pour la période allant du milieu du IIe s. av. J.-C. au milieu du siècle suivant, rares sont les statues qui représentent un Grec à cheval, alors même que les grandes séries que l’on a trouvées représentent des Romains dans leur fonction militaire74.

  • 75 Oliver G., « Space and the Visualization of Power in the Greek Polis : the Award of Portrait Statu (...)

33Il n’y a rien d’étonnant à ce que la représentation de la force militaire soit l’apanage de Rome, après les défaites et les restrictions successives imposées aux États grecs en matière de conscription. On pourra reprendre ici l’expression de G. Oliver sur la perception visuelle du pouvoir (« Visualization of Power »)75. Mais les exceptions semblent à ce titre significatives, dans un contexte documentaire lacunaire.

  • 76 Olympia Bericht, no 160= SEG, XV, 254 ; Siedentopf H., op. cit., no 51.
  • 77 Voir la controverse sur la date du document chez Kallet-Marx R.M., Hegemony to Empire, op. cit., p (...)
  • 78 BCH, no 73, 1949, p. 144, et IG, IV2, 1, 65.
  • 79 I. Oropos, no 452.
  • 80 FD, III, 4, 49, 50 et 51 ( = CID, IV, 128).

34On peut recenser un très petit nombre de bases équestres qui ne représentent pas des Romains, sans que l’on connaisse parfaitement le contexte qui a mené à l’octroi d’un honneur hors norme : nous avons récupéré les bases portant les statues de Damon fils d’Alkisthénès de Patras exposée à Olympie76 peut-être vers 120 av. J.-C.77, d’Aristoboulos fils de Xénodokos d’Épidaure exposée dans sa patrie au Ier s. av. J.-C.78, peut-être d’Aristodamos de Patras à Delphes, d’un anonyme d’Andros, fils d’Épigénès, honoré par Oropos à la fin du Ier s. av. J.-C.79, liste à laquelle il faut ajouter les trois statues pour les deux frères de Larisa, Ménékratès et Isagoras, mentionnées dans les décrets de Delphes et de l’Amphictionie que l’on date de l’année 106 av. J.-C.80.

  • 81 Oί στρατευσάμενοι μετὰ Γναίου Δομετίου στραταγοῦ ὑπάτου Ῥωμαίων ἐπι Γαλάτας Δάμονα Ἀλκισθένεος.
  • 82 Bousquet J., « Inscriptions de Delphes », BCH, no 85, 1961, p. 69-97, spéc. p. 86-88.
  • 83 FD, III, 4, 52. Il est à noter que le type de statue voté par le décret de la cité de Delphes est (...)

35Les deux hommes de Patras sont honorés pour avoir pris la tête de troupes auxiliaires : si le fait est avéré pour le premier, à qui ses soldats, originaires d’une vingtaine de cités achéennes, font l’honneur d’une statue81, la chose n’est que probable pour le second. L’hypothèse a été formulée par J. Bousquet, qui rapprochait deux documents de Delphes82 : une base équestre anonyme et un décret, daté vers 120, en l’honneur d’Aristodamos fils de Lykinos de Patras83. Si les considérants du décret sont développés, ils livrent peu de choses sur la situation exacte qui a valu à ce personnage autant d’honneurs – la couronne du dieu et une statue de bronze à son effigie dans le sanctuaire – : la cité l’a sollicité par le truchement d’une ambassade, à laquelle il a répondu favorablement. Le document a été rapproché d’une base de statue dont le couronnement, qui portait le nom du bénéficiaire, est perdu : il ne reste qu’une liste de noms au nominatif, les dédicants, deux Patréens, un Athénien, un Éléate et un Bithynien. Tout porte à croire qu’elle date de la même époque en raison de la forme des lettres et de la carrière des deux sculpteurs et que le premier nom est celui du fils d’Aristodamos. On a avancé qu’un groupe aussi bigarré ne pouvait être qu’un groupe de mercenaires honorant un officier, chef d’escadron vel simile. Si tel est le cas, il s’agirait là de Grecs combattant auprès des Romains et auprès desquels Aristodamos aurait joué le rôle d’intermédiaire.

  • 84 Jacquemin A., En pied, à cheval ou en char, op. cit., p. 97-108, est la première à avoir formulé l (...)

36La commémoration d’exploits militaires thessalo-romains est peut-être à la base d’une autre série de documents gravés à la suite, sur un même degré du soubassement du pilier de Paul Émile que le décret pour Aristodamos et qu’il faut peut-être mettre en relation avec les opérations menées contre les Scordisques84. Il s’agit de trois décrets pour deux frères thessaliens de Larisa, honorés pour des services rendus dont la nature n’est pas précisée, comme toujours, mais qui ont droit à des honneurs exceptionnels de la part de la cité de Delphes et du conseil de l’Amphictionie. Les considérants sont réduits à des mentions formulaires, rappelant qu’ils se sont conduits « avec piété envers le sanctuaire d’Apollon Pythien et avec dévouement envers notre cité », et qu’ils savent « se rendre utiles à ceux […] qui les sollicitent, pour des affaires publiques comme pour des affaires privées, et qu’ils répondent à leur sollicitude en manifestant une grande énergie ».

  • 85 FD, III, 2, 55.
  • 86 Le stratège mène effectivement les troupes, à en croire Tite-Live rapportant les opérations de la (...)
  • 87 Le document sera publié par son inventeur Ath. Tziafalias.

37Certes, le formulaire est exactement semblable à celui utilisé dans un décret contemporain pour Démétrios fils d’Aristoxénos d’Athènes, prêtre d’Apollon Pythien dans sa cité et théarodoque athénien pour les Pythia et Sôteria85 et on ne peut pas exclure que les deux frères aient été des représentants thessaliens à l’Amphictionie, honorés pour leur pieuse attitude au cours de leur mandat. Il n’en reste pas moins absolument remarquable qu’on leur accorde une statue équestre (έφ' ἵππου). En outre, les trois décrets sont précisément datés, grâce à une synchronie de l’archonte éponyme delphique avec l’archonte athénien Agathoklès, de l’année 106-105. Isagoras et Ménékratès sont-ils loués pour une action militaire, avoir mené des troupes thessaliennes auprès des Romains contre les Scordisques l’année précédente, ou parce qu’ils ont participé à une quelconque opération de pacification ? Isagoras est connu pour avoir exercé la fonction de stratège de la confédération thessalienne et c’est sans doute à ce titre qu’il a pu mener des troupes ; son frère est peut-être l’hipparque fédéral, second magistrat de la confédération86. L’hypothèse est renforcée par la découverte récente à Larisa d’une base honorant un homme de guerre anonyme ayant participé à la victoire sur les Scordisques87.

  • 88 Vatin Cl., « Les monuments de M. Minucius Rufus à Delphes », BCH, no 91, 1967, p. 401-407.

38Une victoire sur des Galates a toujours un grand retentissement à Delphes : M. Minucius Rufus est alors doublement célébré comme le grand général vainqueur par le truchement de deux statues équestres, l’une, à l’entrée du sanctuaire, le représentant sur un cheval cabré, l’autre, sur la terrasse du temple, sur un cheval allant au pas, en concurrence avec les rois hellénistiques88. Mais les deux statues de lui qui ont été érigées dans le sanctuaire ont été consacrées par la cité de Delphes et non par l’Amphictionie, qui aurait été la plus à même de célébrer une victoire contre la barbarie. Il est possible que le gouverneur ait eu à partager sa victoire avec les responsables de l’armée de l’État grec qui n’avait pas eu encore maille à partir avec Rome et qui jouissait d’une position assez favorable à ses yeux.

  • 89 Tite-Live, XLII, 55-58. Voir Helly B., « La capitale de la Thessalie face aux dangers de la troisi (...)

39Rappelons que lors de la bataille de Kallinikos, en 171, les Romains n’ont été sauvés du désastre que grâce à l’intervention de la cavalerie thessalienne venue au secours de Q. Marcius Philippus89. C’est pour commémorer ceux qui sont tombés lors de ce combat que les Thessaliens ont organisé des concours locaux, à caractère héroïque et militaire, ouverts aux seuls Thessaliens et Romains : les épreuves y sont celles de la parade militaire (prosdromè, manœuvre des cavaliers ou des fantassins, « bataille fictive notamment pour commémorer un chef défunt », arc, visée de cible à cheval ou à pied, etc.). Les attestations les plus anciennes de ce concours sont à rapporter au tout début du Ier s. av. J.-C., sans que l’on puisse préciser.

40Enfin, rien dans le décret honorant Aristoboulos d’Épidaure ne laisse supposer qu’il a exercé une fonction militaire : au contraire, il est remercié pour un évergétisme traditionnel, dépenses d’approvisionnement en grain ou dépenses édilitaires. On ne sait rien de l’Andrien fils d’Épigénès honoré par Oropos.

41Les statues équestres, monument par excellence du pouvoir militaire, concernent donc à cette époque trois catégories distinctes de personnages : des généraux romains, des chefs mercenaires de troupes auxiliaires ou généraux d’États alliés, des grands évergètes.

Oropos

  • 90 Löhr Chr., « Die Statuebasen im Amphiareion von Oropos », MDAI(A), no 108, 1993, p. 183-212 ; Blan (...)
  • 91 Knoepfler D., op. cit., p. 275-280.
  • 92 IG VII 413 ; Syll.3, 747 ; Sherk, RDGE, 133 ; I. Oropos, 308.

42La série des dédicaces d’Oropos présente un profil remarquable90 : la situation relativement excentrée du sanctuaire d’Amphiaraos a protégé l’endroit contre la disparition des blocs à la fin de l’Antiquité. La voie de circulation à l’intérieur du sanctuaire est bordée de bases qui supportaient en partie les représentations équestres de généraux romains. On peut aisément reconstruire une histoire des relations entre la cité d’Oropos et Rome au Ier s., comme l’a fait, pour l’Asie, J.-L. Ferrary au sanctuaire de Claros et son « allée des proconsuls ». Le territoire de la cité d’Oropos forme une sorte de « coin eubéen » enfoncé entre ceux d’Athènes et de la Béotie : la question de sa liberté face à ses puissantes voisines a été une préoccupation souvent à l’ordre du jour. Les dédicaces de la cité pour des Romains commencent avec les statues de Sulla et de son épouse, ce qui pourrait inciter effectivement à suivre D. Knoepfler quand il estime que la cité n’a dû être indépendante qu’à l’issue de la première Guerre mithridatique91. La jouissance des revenus qu’engendrait la fréquentation importante de son sanctuaire principal du héros guérisseur Amphiaraos préoccupe avant tout la cité : ainsi en atteste la gravure du sénatus-consulte de 73, lequel confirme le privilège que semble lui avoir garanti Sulla, contre la convoitise des publicains92.

  • 93 Broughton T. S., MRR, s. v., ne mentionne qu’un Caelius sans cognomen ; la reconstruction proposée (...)
  • 94 Cicéron, Fam., VIII, 8.
  • 95 On sera plus prudent que Raubitschek qui met la statue de Démétrias en lien avec le texte d’Appien (...)

43L’espace public des cités grecques se remplit des manifestations de reconnaissance des bienfaits assurés par les représentants du pouvoir romain, au point même de subir les conséquences de la rivalité politique entre ceux-ci. Démétrias, capitale du koinon de Magnètes a honoré un légat propréteur de Pompée, C. Caelius C. f. Rufus, tribun de la plèbe désigné, dentifié avec le magistrat de 51 av.93, d’une statue de bronze. Après la bataille de Pharsale, la statue du tribun, connu par Cicéron pour son hostilité à César94, aurait été arrachée et le même socle aurait accueilli une statue en marbre de César qualifié de theos. L’absence de titulature officielle plus explicite, mais la mention du titre d’imperator a conduit à penser que l’érection de la statue avait suivi immédiatement la victoire de Pharsale95.

  • 96 Ma J, op. cit., p. 94 : « The phenomenon is the recording of the original dedication, “behind” the (...)

44Mais de manière remarquable, la série d’Oropos, au-delà de son caractère peut-être complet, renseigne sur l’utilisation pendant plusieurs siècles non seulement des blocs comme bases supportant de nouvelles statues après remploi, mais des mêmes statues pour de nouveaux personnages. Si l’on suit une hypothèse récente, aucune des bases de statues d’Oropos honorant des Romains au Ier n’aurait supporté des représentations de ces Romains. L’exemple le plus marquant est celui de C. Scribonius Curio, patronus des Oropiens, chargé de la province de Macédoine entre 75 et 72, c’est-à-dire au moment où est voté le sénatus-consulte, mais dont on pense que la cité l’a honoré plutôt pour son action lors du siège d’Athènes en 87-86, dans la mesure où aucun titre n’accompagne son nom : selon J. Ma, la statue équestre à laquelle son nom est associé est celle de Hiéroklès fils de Pythôn, notable du IIIe s., la dédicace originale ayant été ravalée puis regravée sur une face moins visible du monument, en petits caractères relevant presque du graffite96. L’opinion qui prévalait jusqu’ici était celle d’un remploi de bases devenues inutiles après l’arrachage des statues qu’elles supportaient à la suite de la victoire de Rome sur les Achéens et leurs alliés. Mais les blocs ont été réutilisés tels quels, sans que d’autres mortaises de fixation n’aient été creusées. On peut aussi se demander pourquoi la dédicace originelle aurait été conservée si la statue qui lui était associée avait disparu.

  • 97 Gauthier Ph., « Le décret de Thessalonique pour Parnassos », Tekmeria, no 5, 2000, p. 39-62, a rap (...)

45Quelle est l’intention derrière ce remploi ? Insérer l’homme de guerre romain parmi les figures marquantes du passé, préfigurant ainsi le travail de comparaison de Plutarque ? Faire une économie substantielle en temps de difficulté97 ? Peut-on aller jusqu’à y reconnaître une façon de minimiser la puissance de Rome ? Avant toute chose, les canons de la représentation militaire empruntent à la grammaire de la statuaire hellénistique, au point que les évergètes grecs se font représenter en habits militaires sans même avoir jamais assumé de charge en lien avec la guerre ou la sécurité ; en retour, les détenteurs de la puissance romaine sont figurés en costumes grecs.

46En place publique, l’image du gouverneur, porteur de l’imperium de Rome, s’impose progressivement, mais elle subit une compétition, peut-être sourde, souvent discrète, qu’il conviendrait de rendre dans toute sa subtilité, mais qu’on a du mal à reconstituer dans la mesure où l’épigraphie d’époque tardo-républicaine a souvent été bouleversée par de violents événements, a fait elle-même l’objet de remplois ou est contemporaine de changements dans les habitudes de gravure des cités grecques.

  • 98 Base de statue de Caecilia Metella, épouse de Sylla, à Oropos : I. Oropos, 443. Pour le monument « (...)

47La zone balkanique se frotte à la présence du pouvoir romain uniquement à la marge jusqu’au début du Ier siècle av. J.-C. Le gouverneur n’est qu’un rouage du pouvoir romain. Le temps court et les moyens qui lui sont dévolus ne lui permettent aucunement de jouer le rôle d’un évergète complet : il est avant tout chef militaire et garant de l’ordre sur place. Avec Sulla apparaissent des monuments familiaux98, présentant épouses ou ancêtres du gouverneur, par lesquels les cités reconnaissent en lui un peu d’un pouvoir dynastique, phénomène qui ne cessera d’aller croissant jusqu’à l’instauration du Principat. Mais en deçà de cette articulation chronologique, l’approche des relations entre les communautés grecques et le gouverneur dépend d’une documentation éclatée, pour le moins irrégulière dans l’espace et le temps, et rarement explicite, qui fait hésiter, dans la reconstitution de cette relation, entre une présence régulière mais discrète et la composition d’un ensemble de rapports originaux, qui relèvent du processus de reconnaissance d’une autorité.

Notes

1 Je souhaite, dans le cadre hélas modeste de cette note liminaire, remercier le plus chaleureusement qui soit Nathalie Barrandon et François Kirbihler, qui ont accepté d’intégrer au volume imprimé le texte d’une communication qui, pour des raisons de santé, n’a pas pu être prononcée lors des journées de travail à Nantes.

2 Sur les fastes de la province de Macédoine à l’époque républicaine, voir Sarikakis Th., Oἱ Ῥωμαῖοι ἄρχοντες τῆς ἐπαρχείας Μακεδονίας I., Thessalonique, 1977, liste amendée par Papazoglou F., « Quelques aspects de la province de Macédoine », ANRW, II. 7, 1, 1979, p. 302-369 (liste des magistrats p. 308-324).

3 Allamani-Souri V., Ἀρχαία Μακεδονία V, p. 77-107. Sur les kynegoi d’Héraklès, voir Hatzopoulos M. B., Cultes et rites de passage en Macédoine, Athènes, 1994, p. 102-111.

4 Syll.3, 700.

5 Athènes, Syll.3, 701 (voir Kallet-Marx R. M., Hegemony to Empire : The Development of the Roman Imperium in the East from 148 to 62 B. C., Berkeley/Los Angeles/Oxford, 1995, p. 52); Thasos, Empereur J.-Y. et Simossi A., « Inscriptions du port de Thasos », BCH, no 118, 1994, p. 412-415.

6 Pour l’heure, trois documents macédoniens sont datés par la mention du gouverneur en place : outre la dédicace de Béroia, un affranchissement d’une bourgade d’Éordée en Haute Macédoine sous le mandat de Pison (Rizakis A. et Touratsoglou G., IMac, I, 115) et une dédicace d’Apollonia d’Illyrie, de la fin du Ier s. av. J.-C., mentionnée en 1993 (cf. Hatzopoulos M., BullEp, 1993, p. 395) et qui semble toujours inédite. Les trois exemples conservés concernent trois périodes et trois zones bien distinctes de la Macédoine.

7 On laissera de côté volontairement les questions liées à la justice, qui ont été traitées récemment par Fournier J., Entre tutelle romaine et autonomie. L’administration judiciaire dans les provinces hellénophones de l’empire romain (129 av. J.-C.-235 apr. J.-C.), Paris, BEFAR, 341, 2010.

8 Voir le premier chapitre de Accame S, Il dominio romano in Grecia della guerra Acaica ad Augusto, Rome, 1946, p. 1-15.

9 Pour leurs contemporains hellénophones, les magistrats (ἡγεμόνες) envoyés pour s’occuper de la zone sont attachés à la Macédoine : Marcus Cosconius, sollicité par la cité de Cyzique pendant la révolte d’Aristonicos, est dit ὁ ἐν Μακεδονίᾳ στρατηγὸς ; M. Annius, questeur du gouverneur Sextus Pompeius est désigné en 119 par les Lètèens comme ἀποσταλεὶς ταμίας ὑπὸ τοῦ δήμου τοῦ Ῥωμαίων ἐπὶ τὰ κατὰ Μακεδονίαν πράγματα ; Cornelius Sisenna, sollicité dans la querelle des Technites en 118 est dit στρατηγὸς (ἀνθύπατος) ἐμ Μακεδονίᾳ ου ἐν Πέλλᾳ. Le reste des documents, bases honorifiques ou en-tête de lettres, ne font que reproduire ou adapter des dénominations officielles se limitant au titre du gouverneur.

10 Elle explique mal, entre autres choses, pourquoi certaines cités du Péloponnèse ou de Grèce centrale ont pu dater leurs documents officiels par une ère prenant son départ au milieu du IIe s. av., sans doute en 145-144 : 2e à 44e année à Mégalèpolis d’Arcadie (IG, V, 2, 439-445, décrets dont souscriptions) ; 2e année à Kéryneia d’Achaïe (document faisant partie du dossier inédit sur les Technites dionysiaques de l’Isthme, cf. Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme : aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, de la seconde guerre de Macédoine à la guerre contre Mithridate, Paris, BEFAR, 271, 1988, p. 189-190, n. 228) ; 4e année dans un affranchissement gravé à Naupacte, pour un propriétaire de Kallipolis d’Étolie (IG, X, 12 3, 639, 8) ; 25e année à Phénée d’Arcadie (IG, V, 1, 30, lettre aux Lacédémoniens) ; 34e année à Épidaure (IG, IV, 12, 63, décret pour Archélochos, mandaté à Rome) ; 46e année à Mantinée d’Arcadie (IG, V, 2, 274 II, déclaration d’affranchissement) ; 74e année à Épidaure (IG, IV, 12, 66, décret pour Euanthès, qui permet de fixer l’année de départ de cet etos) ; 79e année à Coroné de Messénie (IG, V, 1, 1392) (voir Dinsmoor W. B., The Archons of Athens in the Hellenistic Age, Cambridge Mass., 1931, p. 234-237). Contra Kallet-Marx R. M., Hegemony to Empire, op. cit., p. 48, pour qui l’ère commémore la libération de ces cités de l’influence achéenne, de même qu’en Macédoine l’ère « nationale » commémore l’échec d’Andriscos et non la provincialisation.

11 RDGE, 44, l. 110, notamment.

12 Pour le cas de la Thessalie dans les guerres mithridatiques, je me permets de renvoyer à Bouchon R., « Les porteurs de toge de Larisa », Topoi, no 15, 2008, p. 251-284.

13 La correspondance de Cicéron met en lumière le fait qu’entre 46 et 44, un magistrat spécifique s’est vu assigner une zone distincte de la Macédoine, que l’orateur désigne sous le nom de Graecia (Cicéron, Fam., VI, 6, 10 ; VII, 30, 3). Déjà Pison entre 57 et 55, à en croire le même Cicéron, s’appuie sur la lex Clodia pour étendre son autorité sur l’Achaïe, la Thessalie ou Athènes, « cuncta Graecia addicta » (Cicéron, Pis., 16), faisant fides statuts octroyés par ses prédécesseurs. Plus tard, à l’issue de la guerre de Misène, en plus de la Sicile et de la Sardaigne, Sextus Pompée prend en charge et tient jusqu’à sa mort l’Achaïe selon Dion Cassius, XLVIII, 36, 1 et 5, le Péloponnèse selon Appien, BC, V, 50.

14 Le nom même que les Romains utilisaient pour désigner ce territoire pose problème. L’Hellade désignait-elle dans le sénatus-consulte de Stratonicée l’ensemble du monde grec balkanique, mis à mal par les armées pontiques ? Une acception large du mot apparaît, peut-être, également chez Plutarque, Ant., 24, 1 : Censorinus, dont on sait par ailleurs qu’il a obtenu les honneurs du triomphe ex Macedonia, remplace Antoine ἐπὶ τῆς Ἑλλάδος ; de même, dans Cæs., 4, 1, le jeune César accuse Dolabella de mauvaise gestion de sa province, produisant de nombreux témoignages de cités « de l’Hellade ». Plutarque distingue pourtant Macédoine et Hellade quand il explique qu’à l’époque de Sulla, les Romains n’envoient pas encore de magistrats en Hellade (Plutarque, Cim., 2). Le sens de « monde grec défait par Rome au moment de la guerre d’Achaïe » se retrouve dans l’inscription honorant Polybe à Mégalèpolis, lue par Pausanias à l’époque impériale (Pausanias, VIII, 37, 2 : « l’Hellade n’aurait pas péri si elle avait obéi à Polybe en tout », texte cité par Ferrary J.-L., op. cit., p. 279, n. 53). S’il apparaît que l’Hellade devient un objet de préoccupation pour Rome à partir des revers mithridatiques, il n’en est que plus surprenant que l’appellation d’Achaïe ait pu faire florès bien après la dissolution de la confédération achéenne puis sa refondation sous une forme réduite, si le périmètre de cette province n’avait aucun lien avec les événements de la guerre d’Achaïe.

15 Le recensement est fait par Ferrary J.-L., « De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain », Actes du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine. Nîmes, 4-9 octobre 1992, Paris, 1997, p. 199-225, s’appuyant sur le travail de Marek Chr., Die Proxenie, Francfort, 1984, notamment p. 382. Le décret des Delphiens pour C. Sulpicius Galba, de la fin du Ier s. av. J.-C. (à voir, en attendant sa republication dans le corpus CID, VI, chez Vatin Cl., BCH, no 96, 1972, p. 253-258 et FD, III, 4, 438 ; voir aussi, Hose M., « C. Sulpicius Galba als grieschicher Historiker : zu FGrHist 92 », ZPE, no 92, 1992, p. 151-152) ne mentionne nulle part le titre de l’honorandus, en qui J. H. Oliver a voulu voir un proconsul (Oliver J. H., « Caius Sulpicius Galba, Proconsul of Achaia », AJA, no 46, 1942, p. 380-388) : en outre, rien n’oblige a priori à restituer la proxénie parmi les honneurs conférés. À ce titre-là, pour l’ensemble du monde hellénophone, la seule exception semble toujours être les deux officiels romains honorés avec Sulla par Rhodes en 82, qui avaient été inscrits sur la liste des proxènes et évergètes du peuple de Rhodes, au préalable et sans que l’on sache à quel titre ils l’avaient été (Syll.3, 745). Aussi est-il certain que le Romain honoré par Delphes (FD, III, 2, 97) ne peut pas être, comme l’a restitué H. Pomtow dans la Sylloge (Syll.3, 704C), le gouverneur de 128 P. Cornelius Lentulus, bien que la chronologie rende possible l’identification de ce Ῥωμαῖος anonyme (il ne reste que les dernières lettres de son praenomen) avec un homme de la suite du gouverneur. Vers 100 apr. J.-C., Delphes n’accorde toujours pas la proxénie au proconsul C. Caristanius Iulianus mais la citoyenneté et, surtout, une statue (FD, III, 4, 47).

16 Erskine A., « Greekness and Uniqueness : The Cult of the Senate in the Greek East », Phoenix, no 51, 1997, p. 33 : « The benefits which the Romans in fact offer the Greeks are very much military ones, such as defeating kings and giving freedom on Roman terms. »

17 Plassart A., RA, 1948, p. 830-832, no 11 ; IThespies, 34.

18 FD, III, 4, 45. On identifie le préteur à M. Plaetorius Cestianus, connu par le Pro Cluentio pour avoir exercé l’édilité curule et une charge judiciaire peu avant que le discours ne soit rédigé en 66 (Ciceron, Clu., 126 et 147). Deux formes différentes du nomen de Sabinus apparaissent dans ce court texte : Ὀαρίηνος (l. 1) et Oὐάριοϛ (l. 4).

19 CID, IV, 130.

20 Voir à Thasos, les décrets d’Assos, de Rhodes et de Lampsaque pour Dionysodôros fils de Pempidès : Dunant C. et Pouilloux J., Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, Paris, Études thasiennes, 5, 1958, p. 26-27, no 172 ; Kreiler B. M., « Zur Datierung eines Volksbeschlusses von Thasos und zum makedonischen Statthaltersitz im 2. Jh. v. Chr. », ZPE, no 174, 2010, p. 109-112.

21 Habicht Chr., « Roman Citizens in Athens (228-31 B. C.) », Hoff M. C. et Rotroff S. I. (éd), The Romanization of Athens, Oxford, Oxbow Monograph, 94, 1997, p. 9-17. Sur les Romains à Athènes, voir Perrin-Saminadayar E., Éducation, culture et société à Athènes. Les acteurs de la vie culturelle athénienne (229-88). Un tout petit monde, Paris, 2008, III, chap. 2, p. 569-602.

22 IG, II2, 1006, l. 21, décret éphébique de l’année 123-122, complété par SEG, 19, 108, et cité dans Perrin-Saminadayar E., « L’accueil officiel des souverains et des princes à Athènes à l’époque hellénistique », BCH, no 128-129, 2004-2005, p. 361-362, et qui en forme l’attestation la plus ancienne dans ce type de document. Le phénomène est aussi attesté dans les décrets éphébiques de 118-117 (IG, II2, 1008), de 116-115 (Hesperia, no 16, 1947, p. 170, no 67), de 106-105 (IG, II2, 1011), de 100-99 (IG, II2, 1028) et de 94/3 (IG, II2, 1029).

23 IG, II2, 1011, l. 18-19, décret de 107-106.

24 West A. B., Corinth, VIII, 2, p. 1-4 (CIL, I2, 2662); cf. Dow S., HSCP, no 60, 1951, p. 81-91. Pour les passages d’officiels romains à Athènes, voir les références chez Hoff M., « Athens and Pompey : A Political Relationship », Callaway C. (éd.), Ancients Journeys. Festschrift for Eugene N. Lane, 2002, consulté le 7 février 2011 : http://www.stoa.org/lane/.

25 Sur cette expression, voir Robert L., « Théophane de Mytilène à Constantinople », CRAI, 1969, p. 42-64 ; Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme, op. cit., p. 124-132 ; Erskine A., « The Roman as Common Benefactors », Historia, no 43, 1994, p. 70-87.

26 Jacquemin A., « De la méconnaissance à l’abus du sanctuaire : l’apprentissage de la Grèce par les chefs de guerre romains », Marc J.-Y et Moretti J.-Ch. (éd.), Constructions publiques et programmes édilitaires en Grèce entre le IIe s. av. J.-C. et le Ier s. apr. J.-C., Athènes/Paris, BCH Supplément 39, École française d’Athènes, 2001, p. 155-165.

27 L’affirmation de Pausanias est démentie, notamment pas la série des couronnes d’or offertes par des généraux romains à l’Apollon de Délos, connue par les inventaires du sanctuaire dans le premier tiers du IIe s. av. J.-C. Les références se trouvent chez Jacquemin A., De la méconnaissance, op. cit., p. 162, n. 44.

28 L’hypothèse a été formulée par Guarducci M., Epigrafia Greca, II, Rome 1969, p. 142, fig. 29. Voir Guarducci M., « Le offerte dei conquistatori Romani ai santuari delle Grecia », Rend. Pont. Accad. Rom. Arch., no 13, 1937, p. 41-58, et Knoepfler D., « L. Mummius Achaïcus et les cités du golfe euboïque : à propos d’une nouvelle inscription d’Erétrie », Museum Helveticum, no 48, 1991, p. 252-280, notamment les références sur la légende noire de Mummius Achaïcus, développée par l’historiographie favorable aux Scipions, p. 260-261.

29 Knoepfler D., op. cit., p. 262. Selon Polybe, XXXIX, 6, 1, il fit aussi des offrandes au sanctuaire de Delphes, dont nous n’avons aucune trace in situ.

30 Polybe, XXXIX, 6, 1.

31 Voir les remarques de Jacquemin A., De la méconnaissance, op. cit, p. 162-163, rappelant combien cette pratique était devenue rare à l’époque hellénistique.

32 Jacquemin A., Offrandes monumentales à Delphes, Athènes, 1999, no 420 : offrande de P. Cornelius Cn. f. (Daux G., Delphes au IIe et au Ier s., Athènes, 1936, p. 599-600).

33 Jacquemin A., Offrandes monumentales, op. cit., no 422.

34 Ibid., p. 91 et no 77.

35 Il s’agit de la liste chronologique des naopes : la dédicace de Minucius Rufus est essentiellement connue par une note de J. Bousquet, CID, II, p. 263 (Jacquemin A., Offrandes monumentales, op. cit., no 421). On connaît en outre à Delphes, pour le IIe s., une offrande d’un Romain, dont le nom, mutilé (—ius fils de Marcus), ne permet pas de savoir s’il était un officiel : Daux G., Delphes, op. cit., p. 597, no 15 ; Jacquemin A., Offrandes monumentales, op. cit., no 423.

36 Une victoire sur des tribus barbares, qui plus est des Galates, s’inscrit parfaitement dans la continuité de l’histoire du sanctuaire et les généraux romains prennent là la place des Étoliens, qui ont justifié leur mainmise sur le sanctuaire de Delphes au lendemain des raids galates de 279-278, ou des Attalides, qui ont fait reconnaître à Delphes leur capacité à protéger les populations grecques contre les Galates ; voir Jacquemin A., De la méconnaissance, op. cit., p. 155-165.

37 Sur Samothrace, voir Cole S. G., Theoi Megaloi : the Cult of the Great Gods at Samothrace, Leyde, 1984, p. 90-92 ; Dimitrova N. M., Theoroi and Initiates at Samothrace : the epigraphical evidence, Princeton, Hesperia Supplément, 37, 2008, qui reprend toutes les listes de théores.

38 La plus ancienne attestation est controversée : Cole S. G., op. cit., p. 134-135, n. 697, fait référence à un mémoire inédit de Ch. Edson dans lequel est mentionné un document de Samothrace citant P. Iuventius Thalna, qui fut envoyé en 148 pour mater la révolte d’Andriscos.

39 Le texte n’est connu que par une copie de Cyriaque d’Ancône qui porte C. AARCELLUS.

40 Cicéron, Pis., 89 : sur ce passage, voir Cole S. G., Theoi Megaloi, op. cit., p. 91. Le fait que la cité de Samothrace ait élevé une statue en l’honneur de Pison (Fraser P. M., Samothrace II, 1, The Inscriptions on stone, no 18), qu’elle considère comme son patronus, ne présuppose aucunement que le proconsul a séjourné dans l’île.

41 Les anecdotes mettant en scène des officiels romains initiés à Éleusis ne manquent pas (L. Licinius Crassus furieux devant le refus de la cité de recommencer les cérémonies qu’il a ratées avec deux jours de retard en 108, Cicéron, Or., 3, 20, 75 ; Sulla initié en 84 avant son retour à Rome, Plutarque, Syll., 26) : le phénomène semble concerner avant tout les dernières générations de la République, éduquées en partie à Athènes.

42 Kreiler B. M., Zur Datierung, op. cit., p. 109-112.

43 Voir, en dernier lieu, Ferrary J.-L., « Retour sur la loi des inscriptions de Delphes et de Cnide (Roman Statutes, no 12) », Caldelli M. L., Gregori G. M. et Orlandi S. (éd.), Epigrafia 2006. Atti della XIVe Rencontre sur l’épigraphie in onore di Silvio Panciera con altri contributi di colleghi, allievi e collaboratori, Rome, Tituli, 9, 2008, p. 101-114.

44 L’idée est développée par Cole S. G., Theoi Megaloi, op. cit., p. 110-113.

45 Voir Roux G., Delphes, son oracle et ses dieux, Paris, 1976, p. 73-74.

46 Ferrary J.-L., De l’évergétisme hellénistique., op. cit., p. 199-225.

47 Plutarque, Pomp., 42.

48 Kallet-Marx R. M., Hegemony to Empire, op. cit., p. 52. Voir aussi Hoff M., « Athens and Pompey », http://www. stoa.org/lane/,voirn.24.

49 Perrin-Saminadayar E., op. cit., p. 591.

50 Cicéron, 2Verr., IV, 2, 4. Sur le pillage des œuvres d’art grecques par Rome, voir Pape M., Griechische Kunstwerke aus Kriegsbeute und ihre öffentliche Aufstellung in Rom von der Eroberung von Syrakus bis zur augusteischen Zeit, Hambourg, 1975 ; Waurick M., « Kunstraub der Römer. Untersuchungen zu einen Aufängen anhand der Inschrifte », Festschrift H.-J. Hundt, Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz = JRGZ, no 22, 1975, p. 1-46.

51 Épidaure (IG, IV2, 1, 306) ; Thespies (IG, VII, 1807-1808 = IThespies, 396) ; Thèbes (IG, VII, 2478a) ; Tégée (IG, V, 2, 77) ; Tanagra/Chalcis (BCH, no 83, 1959, p. 683 et fig. 21, p. 686 ; voir Knoepfler D., op. cit., p. 271) ; Mégare (IG, VII, 433) ; Oropos (IOropos, 434). Sur les offrandes de Mummius en Béotie, voir Keramopoulos A. D., ArchDelt, no 13, 1930/1, p. 116. J’ai eu connaissance trop tard de Baroin C., « Mummius Achaicus : modèle et contre-modèle du rapport des Romains à l’art grec », Blandenet M., Chillet Cl. et Courier C. (éd.), Figures de l’identité. Naissance et destin des modèles communautaires dans le monde romain, Lyon, 2010, p. 167-193.

52 Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme, op. cit., p. 580 et n. 28 pour références.

53 Knoepfler D., op. cit.

54 P. Thémélis, PAE, 1976, I (AnnéeEp, 1979, 589) : mention d’un vainqueur à cette épreuve sur un fragment d’épistyle appartenant sans doute à une stoa du gymnase.

55 IG, XII, 9, 233.

56 Strabon, VII, 6, 1 ; autres références de l’anecdote chez Sarikakis Th., Οἱ Ῥωμαίοι ἄρχοντες, I, op. cit., s. v.

57 IG, IX, I2, 3, 719 : voir Lerat L., Les Locriens de l’Ouest, I. Topographie et ruines, Rome, BEFAR, 176, 1952, p. 202-205, qui fonde sur ce texte l’identification à Chaleion de la ville moderne de Galaxidi.

58 La difficulté à reconstituer la syntaxe de ce texte incite cependant à la prudence.

59 IG, IX, 2, 10b J’ai revu, en 2004, l’estampage fait par Lolling au siècle dernier à l’Académie de Berlin, mais je n’ai pu malheureusement en améliorer la lecture.

60 Etienne R., Tenos, I. Le sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite, Rome, BEFAR, 263, 1990, p. 121-125, commentant IG, XII, 5, 917, dédicace du groupe statuaire de l’autel du sanctuaire de Poséidon et Amphitrite sculpté par Agasias d’Éphèse, regravée après arrachement des statues.

61 Sur le traitement par Rome des guerres contre les tribus thraces et galates dans la deuxième moitié du iie siècle et la première moitié du Ier siècle, voir Picard O., « Les tétradrachmes à types thasiens et les guerres thraces au début du ier siècle avant notre ère », CRAI, 2008, p. 465-493.

62 Décret de Gytheion pour les Cloatii (IG, V, 1, 1146), cité qui a eu peine à réunir les sommes exigées, et décret d’Épidaure, pour Euanthès fils d’Eunomos, qui a réussi à minorer les effets sur la cité de la présence d’une garnison romaine (IG, IV2, 1, 66 + SEG, 11, 397).

63 Références antiques chez Kallet-Marx R. M., Hegemony to Empire, op. cit., n. 67, p. 308.

64 IG, V, 1, 1432-1433 ; les deux inscriptions ont été commentées avec acribie par Wilhelm Ad., « Urkunden aus Messene », JÖAI, no 17, 1914, p. 1-120 (trad. allemande p. 6-7) = Kleine Schriften I. Abhandlungen und Beiträge zur grieschichen Inschriftenkunde I, Leipzig, 1984, p. 467-586 ; voir, plus récemment, Canali de Rossi F., ISE, III, Rome, 1997, no 136, p. 11-15 (trad. italienne).

65 Giovannini Ad., Rome et la ciculation monétaire en Grèce au IIe s. av. J.-C., Bâle, 1978, p. 115 sqq.

66 Migeotte L., « La date de l’oktôbolos eisphora de Messène », Topoi, no 7, 1997, p. 51-61 ; Id, « L’organisation de l’oktobolos eisphora de Messène », Grandjean C. (éd.), Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien, Ausonius, Bordeaux, 2008, p. 229-243. La datation est suivie par Grandjean C., Les Messéniens de 379/69 au Ier s. de notre ère : monnayages et histoire, Paris, BCH Supplément 44, 2003, p. 251-256, mais pas par Kallet-Marx R. M., Hegemony to Empire, op. cit., Appendix E, p. 352.

67 IG, V, 1, 1433, l. 39.

68 Περὶ ὧν καὶ πάντες οἱ σύνεδροι ἀποδεξάμενοι αὐτοῦ τάν τε επιμέλειαν καὶ καθαρειότατα μετὰ Οὐιβίου τοῦ στραταγοῦ έπηνέχθησαν στεφανῶσαι αὐτὸν εἰκόνι χαλκέαι, Οὐίβιος δὲ ὁ στραταγὸς ἐδωρήσατο αὐτῶι παρόντων τῶν πολιτᾶν κατὰ πρόσωπον, ὅπως φορῆι δακτύλιον χρυσοῦν, αὐτοί τε οἱ σύνεδροι τιμὰν ἔδωκαν [αύτῶι τ]ὰν αὐτὰν μετὰ τᾶς εἰκόνος, καὶ ἐμφανιζόντων καὶ πλειόνων διότι καλῶς <ἔχει φροντίσαι> τοῦ ἀποδέξασθαι τὰς τιμὰς Ἀριστοκλῆ τὸν γραμματῆ τῶν συνέδρων. (l. 9-14) : « Au sujet aussi du fait que tous les synedroi ont reconnu son implication et la transparence de sa gestion et ont proposé, avec le préteur Vibius, qu’Aristoklès soit honoré d’une statue de bronze, et comme le préteur Vibius lui a offert, en présence des citoyens en personne de porter un anneau d’or, et que les synèdres lui ont offert le même honneur, en plus de la statue, la foule ayant clamé qu’elle approuvait que le secrétaire des synèdres, Aristoklès, accepte ces honneurs. »

69 Il les reçoit : ὑποδεχόμενος (l. 31-32).

70 Wilhelm Ad., op. cit., p. 36-42/502-508 sur la chrysophoria, connue pour les évergètes et, plus tard pour certains magistrats en Asie Mineure surtout ; voir à Delphes, la permission de χρυσοφορεῖν τοῖς θεοῖς κατᾶ πάσας πόλεις κατὰ τὰ πάτρια accordée par les Amphictions aux prêtres des Technites dionysiaques CID IV 117, à laquelle est peut-être adjointe la stephanophoria.

71 ArchDelt, no 31, 1976, p. 176-178 = SEG, 34, 558 ; Garnsey P., Gallant T. et Rathbone D., « Thessaly and the grain supply of Rome during the 2d century B. C. », JRS, no 74, 1984, p. 30-44 ; Canali de Rossi F., ISE, III, 146 (dont on ne retiendra pas la datation proposée). On verra en dernier lieu l’analyse et la traduction de Bresson A., L’économie de la Grèce des cités fin VIe-Ier av. J.-C. II. Les espaces de l’échange, Paris, 2007, p. 192-195.

72 « Turmales, inquit, disciplere » : Cicéron, Or., II, 262, cité par Jacquemin A., De la méconnaissance, op. cit., p. 161, qui ne distingue pas les statues honorant des Romains des offrandes romaines.

73 Siedentopf H. B., Das hellenistische Reiterdenkmal, Waldsassen, 1968 ; Bergemann J., Römische Reiterstatue. Ehrendenkmäler im öffentlichen Bereich, Mayence, Beiträge zur Erschliessung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 11, 1990 ; Croz J.-Fr., Les portraits sculptés de Romains en Grèce et en Italie de Cynoscéphales à Actium (197-31 av. J.-C.). Essai sur les perspectives idéologiques de l’art du portrait., Paris, 2002, p. 185-203, sur les représentations de « promagistrats ». Pour le cas de Delphes, voir Jacquemin A., « En pied, à cheval ou en char… images du pouvoir à Delphes », Perrin Y. (éd.), Iconographie impériale, iconographie royale, iconographie des élites dans le monde gréco-romain, Saint-Étienne, 2004, p. 97-108. Sur les monuments honorant des magistrats romains en général, voir Erkelenz D., Optimo Praesidi. Untersuchungen zu den Ehrenmonumumenten für Amsträger der römischen Provinzen in Republik und Kaiserzeit, Bonn, Antiquitas Reihe 1. Abhandlungen zur Alten Geschichte Band, 52, 2003. Enfin, pour avoir une idée des statues ellesmêmes, on consultera les monuments mis au jour à Délos : Marcadé J. (dir.), Sculptures déliennes, Paris, École française d’Athènes, Sites et Monuments, 17, 1996, p. 190-203 (no 85 à 91).

74 À Delphes, les rois hellénistiques se sont fait représenter ainsi, la plupart du temps au sommet d’un pilier : les généraux romains leur succèdent, sur des monuments plus simples cependant, Siedentopf H., op. cit., no 65 à 84, p. 108-117.

75 Oliver G., « Space and the Visualization of Power in the Greek Polis : the Award of Portrait Statues in decrees from Athens », von der Hoff R. et Schultz P. (éd.), Early Hellenistic Portraiture : Image, Style, Context, New York, 2010, p. 181-204. « On ne peut dégager de règle claire sur l’iconographie des magistrats en Grèce : l’exemple de Délos nous pousserait à penser que les effigies cuirassées, à pied ou à cheval, avaient été privilégiées, mais […] force nous est d’admettre, là encore, que le caractère à la fois lacunaire et dispersé de notre matériel en Grèce se prête mal aux tentatives de typologies trop rigoureuses. […] Les témoignages laissent à penser que les Grecs ont spontanément donné aux promagistrats romains, résidents ou de passage, la place qu’avaient occupée les monarques et les évergètes » (Croz J.-Fr., op. cit., p. 203).

76 Olympia Bericht, no 160= SEG, XV, 254 ; Siedentopf H., op. cit., no 51.

77 Voir la controverse sur la date du document chez Kallet-Marx R.M., Hegemony to Empire, op. cit., p. 352-353.

78 BCH, no 73, 1949, p. 144, et IG, IV2, 1, 65.

79 I. Oropos, no 452.

80 FD, III, 4, 49, 50 et 51 ( = CID, IV, 128).

81 Oί στρατευσάμενοι μετὰ Γναίου Δομετίου στραταγοῦ ὑπάτου Ῥωμαίων ἐπι Γαλάτας Δάμονα Ἀλκισθένεος.

82 Bousquet J., « Inscriptions de Delphes », BCH, no 85, 1961, p. 69-97, spéc. p. 86-88.

83 FD, III, 4, 52. Il est à noter que le type de statue voté par le décret de la cité de Delphes est une statue en pied.

84 Jacquemin A., En pied, à cheval ou en char, op. cit., p. 97-108, est la première à avoir formulé l’hypothèse.

85 FD, III, 2, 55.

86 Le stratège mène effectivement les troupes, à en croire Tite-Live rapportant les opérations de la campagne de 171 ou, plus tard César assiégeant Gomphoi où s’est enfermé le stratège Androsthénès avec ses troupes. Sur l’organisation militaire de la seconde confédération thessalienne, voir Helly B., L’état thessalien. Aleuas le Roux, les tétrades et les tagoi, Lyon, 1995, p. 265. La stratégie d’Isagoras est attestée par un document inédit de Kiérion, que je publierai bientôt, en collaboration avec L. Hadziaggelakis : elle n’est donc pas connue de Kramolisch H., Die Strategen des thessalischen Bundes vom Jahr 196 v. Chr. bis zum Ausgang der römischen Republik, Bonn, Demetrias, 2, 1978.

87 Le document sera publié par son inventeur Ath. Tziafalias.

88 Vatin Cl., « Les monuments de M. Minucius Rufus à Delphes », BCH, no 91, 1967, p. 401-407.

89 Tite-Live, XLII, 55-58. Voir Helly B., « La capitale de la Thessalie face aux dangers de la troisième guerre de Macédoine : l’année 171 à Larisa », Topoi, no 15, 2007, p. 127-249.

90 Löhr Chr., « Die Statuebasen im Amphiareion von Oropos », MDAI(A), no 108, 1993, p. 183-212 ; Blanck H., Wiederverwendung der alten Statuen als Ehrendenkmäler bei Griechen und Römern, Rome, 1969 ; Ma J., « Observations on Honorific Statues at Oropos (and elsewhere) », ZPE, no 160, 2007, p. 89-96 ; Shear J. L., « Reusing statues, rewriting inscriptions and bestowing honours in Roman Athens », Newby Z. et Leader-Newby R. (éd.), Art and Inscriptions in the Ancient World, Cambridge, 2007, p. 221-246.

91 Knoepfler D., op. cit., p. 275-280.

92 IG VII 413 ; Syll.3, 747 ; Sherk, RDGE, 133 ; I. Oropos, 308.

93 Broughton T. S., MRR, s. v., ne mentionne qu’un Caelius sans cognomen ; la reconstruction proposée par le premier éditeur du texte, Arvanitopoulos A. S., Polemon, no 1, 1929, p. 201-206, no 424, n’est pas sans poser problème puisque les exemples d’élection de tribuns in absentia datent, soit de la période antérieure à 320, soit de l’époque impériale : voir Raubitschek A. E., « Epigraphical Notes on Julius Caesar », JRS, no 44, 1954, p. 66 et n. 6.

94 Cicéron, Fam., VIII, 8.

95 On sera plus prudent que Raubitschek qui met la statue de Démétrias en lien avec le texte d’Appien rappelant que César a « libéré » les Thessaliens après Pharsale, puisque Démétrias ne fait pas partie de l’État thessalien.

96 Ma J, op. cit., p. 94 : « The phenomenon is the recording of the original dedication, “behind” the new dedication, on reused statues. » Les statues ainsi réutilisées ont été consacrées dans le sanctuaire soit par des particuliers dont les descendants n’étaient pas en mesure de faire valoir leur droit, soit sans doute par le koinon béotien qui n’était plus qu’un souvenir ou qui était sur le point de se reformer sans pouvoir prétendre à quoi que ce soit concernant Oropos, soit sans doute par le peuple d’Oropos lui-même.

97 Gauthier Ph., « Le décret de Thessalonique pour Parnassos », Tekmeria, no 5, 2000, p. 39-62, a rappelé combien, à la basse époque hellénistique, les statues pouvaient être financées par ceux qu’elles avaient pour but d’honorer non pas tant épargner une dépense à la cité que pour manifester plus encore leur dévouement à la communauté.

98 Base de statue de Caecilia Metella, épouse de Sylla, à Oropos : I. Oropos, 443. Pour le monument « dynastique » de Pompée à Athènes, Kallet-Marx R. M., Hegemony to Empire, op. cit., p. 52.

Auteur

Université Lumière-Lyon 2 – Histoire et Sources des Mondes Anciens UMR 5189

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540