Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Première partie. L'exercice de l'imperium et du droit d'auspices des gouverneurs au cœur des sociétés provinciales

Iidem ubique Di immortales : les activités religieuses des gouverneurs romains de la deuxième Guerre punique à la fin de la République

Laurent Guichard

Texte intégral

  • 1 Scheid J., « Les activités religieuses des magistrats romains », Haensch R. et Heinrichs J. (dir.) (...)
  • 2 Conséquence sans doute de cette situation particulière, les sources antiques évoquent peu cet aspe (...)
  • 3 L’article de Eck W., « Die religiösen und kultischen Aufgaben der römischen Statthalter in der hoh (...)
  • 4 Szemler G. J., The Priests of the Roman Republic. A Study of Interactions Between Priesthoods and M (...)

1Sous la République, les magistrats occupent à Rome un rôle essentiel dans le fonctionnement de la religion publique. Collaborant avec le Sénat, qui exerce en ces matières une sorte de tutelle, ils président les jeux et les sacrifices, alors que les prêtres jouent surtout un rôle d’experts, ou se cantonnent aux rites anciens, à l’écart de la religion vivante et politiquement significative1. La religion publique romaine est cependant étroitement liée à la Ville : une fois les gouverneurs partis pour leur province, ils sont à l’écart des cultes publics romains, comme des cultes provinciaux, administrés dans le cadre poliade. D’un point de vue religieux, le gouverneur se trouve donc dans une sorte d’entre-deux2. Mais les dieux immortels sont les mêmes partout, et les gouverneurs, au nom de l’État, poursuivent hors de Rome la nécessaire communication avec ceux-ci. Les activités des gouverneurs dans le domaine religieux aux derniers siècles de la République constituent un sujet quelque peu délaissé par l’historiographie3. L’état de la documentation, le caractère très éclaté du sujet expliquent sans doute cette relative désaffection. Magistrats, anciens magistrats ou privati cum imperio, ces hommes n’ont pas de qualification particulière dans le domaine religieux. Un calcul mené à partir des données prosopographiques rassemblées par Szemler indique que les gouverneurs détenteurs d’un sacerdoce sont loin d’être les plus nombreux4. Leurs compétences en matière religieuse étaient donc extrêmement variables, tout comme leur attitude et leur zèle à l’égard des cultes.

2Dans sa province, le gouverneur partage son temps entre la conduite des opérations militaires et les affaires civiles, ce qui nécessairement influe sur ses activités et son rôle religieux. Notre exposé adoptera lui aussi cette organisation. Dans le cadre militaire, différents rites ou actions lui incombent, souvent routiniers mais indispensables au succès des armes romaines. Dans le cadre civil en revanche, la piste est moins nettement tracée. Le gouverneur quitte le cadre romain, les repères familiers préservés en partie au milieu des soldats, pour entrer en relation avec les provinciaux, hommes comme dieux, directement ou par le biais de décisions influant sur le fonctionnement ou l’existence de sanctuaires, de groupes ou d’associations religieuses. Aussi faudra-t-il définir les principes et motivations qui guidaient l’action des représentants de Rome, et la façon dont cette dernière s’articulait avec l’autorité et les prérogatives du Sénat.

Les armes religieuses

  • 5 À l’exception des privati cum imperio qui, tels Scipion ou Pompée, ont été investis d’un grand com (...)
  • 6 Rüpke J., op. cit., p. 155-164: « Religiöse Waffen ».

3Magistrats ou promagistrats, tous ces hommes ont en commun d’avoir présidé les cérémonies de la religion publique durant leurs magistratures urbaines5. Hors de Rome, ils représentent la cité face aux dieux et sont chargés des relations avec ces derniers. Cette nécessaire communication avec les puissances divines passe non seulement par l’accomplissement des rites qu’exigent la tradition religieuse, mais aussi par l’attention prêtée aux manifestations et aux messages divins. Détenteurs de l’imperium, les gouverneurs disposent aussi des auspices publics, qui leur permettent de consulter les puissances divines afin de vérifier si celles-ci donnent leur assentiment à l’action entreprise au nom du peuple romain. Ce sont les auspices qui légitiment religieusement l’exercice de l’imperium et permettent ainsi au magistrat d’agir au nom de la cité, y compris avec les dieux, de parler au nom de l’État, et éventuellement de le lier religieusement. Les gouverneurs peuvent ainsi engager la cité à travers différents rites, qui constituent autant d’« armes religieuses6 ».

  • 7 Définition traditionnelle du vœu, Wissowa G., Religion und Kultus der Römer, Munich, Beck, 1902. L (...)
  • 8 Les sacrifices qui suivent la bataille sont en général des rites d’action de grâce, mais peuvent a (...)
  • 9 Sur les temples votifs, Orlin E. M., op. cit. ; Ziolkowski A., The Temples of Mid-Republican Rome (...)

4Le vœu, d’un usage fréquent, est le plus commun. L’euocatio et la deuotio peuvent être considérées comme des vœux d’un genre particulier, et seront évoquées dans un deuxième temps. En formulant un vœu, le général contracte l’engagement de s’acquitter d’une promesse dès lors que les conditions énoncées dans celui-là auront été réalisées7. Il s’efforce ainsi d’obtenir le soutien de la divinité à laquelle il s’adresse. Un vœu peut engager le gouverneur à titre personnel (notamment pour des questions de formulation, lorsqu’il est par exemple énoncé à la première personne : ego uoueo) ou lier l’État. Certains pouvaient être acquittés par le gouverneur, au lendemain de la bataille ou ultérieurement8, sans engager davantage la République. Mais d’autres promesses ne pouvaient être tenues qu’à Rome. Les gouverneurs peuvent en effet promettre des jeux, ou la construction d’un temple ou d’un édicule religieux9. Le vœu a alors des conséquences importantes puisqu’il entraîne de lourdes dépenses, voire l’introduction d’un nouveau culte public dans la cité. La question est alors de savoir si un vœu prononcé par un détenteur de l’imperium engage nécessairement l’État, ou s’il peut être invalidé et jugé par le Sénat sans effet sur la République.

  • 10 Weigel R. D., op. cit., p. 137-139.
  • 11 Ainsi, en 268, le vœu d’un temple à Tellus par le consul P. Sempronius Sophus, consécutif à un tre (...)
  • 12 Ziolkowski A., op. cit., p. 195-198 et p. 307-308, précise toutefois que ces vœux n’entraînaient p (...)
  • 13 Tite-Live, XXII, 10, 1 (printemps sacré).
  • 14 Le Sénat et les pontifes veillent au contraire à ce que les généraux s’acquittent des obligations (...)
  • 15 Tite-Live, XXXV, 1, 8 et XXXVI, 36, 2. Lors d’une bataille en Hispanie, P. Cornelius Scipio Nasica (...)
  • 16 Orlin E. M., op. cit., p. 139-189; Ziolkowski A., op. cit., p. 203-234.
  • 17 Weigel R. D., op. cit., p. 136.

5Pour Weigel, le général prenait l’avis des pontifes et du Sénat avant de formuler un vœu10. Mais on voit mal comment le général en campagne pouvait les consulter. Si certains vœux sont explicitement demandés par le Sénat, ou ont pu faire l’objet d’une préparation, d’autres résultent d’un événement imprévu11. Pour Ziolkowski, le vœu prononcé par un détenteur de l’imperium engage l’État sans discussion possible12. Mais d’après les pontifes, certains vœux devaient être préalablement votés par le peuple13. En outre, les actes d’un gouverneur devaient être ratifiés par le Sénat, et l’on ne voit pas pourquoi les vœux auraient dérogé à la règle. Le plus souvent, les vœux formulés sont portés à la connaissance des Patres durant la traditionnelle séance au temple de Bellone, lorsque le gouverneur fait son rapport. Le Sénat décide alors, au besoin en recourant à l’expertise des pontifes, si l’État est lié par ce vœu, ou si celui-ci retombe sur la tête du seul gouverneur. Dès lors que la victoire avait été remportée, le Sénat acceptait le plus souvent de soutenir son acquittement14. Cependant, quelques cas connus suffisent à montrer que les Pères pouvaient refuser de se sentir liés par un vœu15. Le Sénat exerce donc un contrôle a posteriori, d’abord à l’occasion de la ratification des actes du gouverneur (même s’il faut alors tenir compte des obligations contractées envers le dieu). Il pouvait aussi, lors du choix des magistrats ou des duumviri aedi locandae et aedi dedicandae chargés de procéder à la locatio et à la dédicace du temple, manifester son opposition en écartant l’auteur du vœu16. Au Ier siècle toutefois, l’évolution des rapports de force entre le Sénat et les grands généraux prive en grande partie les Pères de cette marge de manœuvre17.

  • 18 Il s’agit ici de la deuotio hostium, et non de la deuotio ducis, qui n’est plus pratiquée à la fin (...)
  • 19 Macrobe, Sat., III, 9, 7-14 (formules de la deuotio et de l’euocatio). Ce rituel est attesté de ma (...)
  • 20 Tite-Live, V, 21 et 22. La dîme promise à Apollon, même si elle pèse aussi sur le territoire de Vé (...)
  • 21 Euocatio de Vortumnus : Zolkowski A., op. cit., p. 184.
  • 22 Euocatio de Junon Curitis : ibid., p. 63.
  • 23 Macrobe, Sat., III, 9, 13.
  • 24 AE 1977, 816 (Bozkir) Seruilius G(aii) f(ilius) imperator / hostibus uicteis Isaura Vetere / capta (...)
  • 25 Rüpke J., op. cit., p. 164.
  • 26 Déjà, l’euocatio des divinités puniques protectrices de Carthage n’avait pas donné lieu à la const (...)

6Les gouverneurs pouvaient aussi avoir recours à des vœux d’en genre particulier, l’euocatio et la deuotio18. Le but de l’euocatio était de provoquer la défection des dieux de l’ennemi. Quant à la deuotio, elle vouait et consacrait les adversaires, territoires, hommes et bêtes, aux puissances infernales afin que ces dernières les entraînent dans la mort. Chez Macrobe, qui aurait conservé les formules prononcées devant Carthage en 14619, les deux rituels vont de pair. Mais dans le récit livien relatant le siège de Véies et l’euocatio de Junon Reine, il n’est à aucun moment question de deuotio20. Aux siècles suivants en revanche, les deux rituels semblent bien utilisés conjointement. Les villes pour la prise desquelles l’euocatio a sans doute été mise en œuvre, Volsinies en 26521, Faléries en 24122 et Carthage en 146, ont toutes été détruites. Une telle volonté d’anéantissement est bien dans l’esprit du terrible rituel qu’est la deuotio, mais incline à penser qu’elle n’était pas aussi fréquente que Macrobe ne le suggère. Son affirmation suivant laquelle la deuotio a été utilisée contre de nombreuses armées et places fortes d’ennemis gaulois, hispaniques, africains et maures23 doit être accueillie avec scepticisme et répond sans doute au souci de prouver l’efficacité des rituels antiques du paganisme. L’euocatio a pu être utilisée de manière plus large, et surtout, à des dates plus tardives. Une inscription trouvée en Isaurie a probablement conservé la trace d’une euocatio pratiquée lors du siège d’Isaura Vetus, en 75 av. J.-C. Servilius Isauricus y affirme s’être acquitté de son vœu envers la divinité protectrice de la place, sei deus seiue dea, une fois la ville prise et les captifs donnés pour être vendus24. Il a donc rempli son engagement sur les lieux de sa victoire, et non à Rome. Le rituel de l’euocatio s’est transformé pour se rapprocher, l’inscription le montre bien, d’un vœu plus classique25 et ne comportant pas nécessairement l’installation à Rome des dieux ou des déesses évoqués26.

  • 27 En atteste, dans l’Énéide, la scène gravée sur le bouclier d’Énée, qui voit les dieux italiens aff (...)
  • 28 César, BG, VI, 17-18. César combattant en Gaule reconnaît dans les dieux gaulois les équivalents d (...)
  • 29 La dernière grande installation d’une divinité véritablement étrangère est celle de la déesse de l (...)

7Cette évolution s’inscrit dans le cadre plus large des transformations culturelles et politiques de la cité romaine aux derniers siècles de la République. À l’issue du IIIe siècle, de nombreuses divinités nouvelles ont intégré la religion publique romaine, et les dieux traditionnels ont vu leur personnalité s’enrichir sous l’effet de l’hellénisation. Partant, le panthéon des Romains s’est suffisamment étoffé pour que ces derniers s’estiment en mesure de faire face aux divers aléas rencontrés, et constitue une structure symbolique à même de rendre compte de leur conception du monde et de leur position nouvelle dans le bassin méditerranéen. Les Romains ont en effet pris confiance dans leur puissance et dans celle de leurs dieux27. Dans le même temps, avec l’ouverture culturelle découlant des conquêtes, ils portent un nouveau regard sur les dieux des peuples étrangers. Car sous des noms différents, ces divinités, qu’elles soient grecques ou même gauloises28, sont similaires aux dieux romains : iidem ubique Di immortales. Dès lors, les généraux combattant en Grèce et en Orient honorent celles-ci sur place, dans leurs sanctuaires, mais ne font plus venir de nouvelles divinités à Rome29.

Calendrier religieux et routine militaire

  • 30 Cicéron, Att., V, 20, 1, évoquant son gouvernement de Cilicie, fait part de son intention d’aller (...)
  • 31 L’expression est sans doute plus adaptée à l’époque impériale. La routine religieuse des armées ro (...)
  • 32 La date est alors donnée par le nom de la fête, à l’ablatif.
  • 33 Pseudo-César, BHisp., XXXI, 8 : ipsis Liberalibus (le jour même des Liberalia. Le mot apparaît à l (...)
  • 34 Cicéron, Q. fr., II, 11, 4.
  • 35 Cicéron, Att., VI, 1, 12. Un mois intercalaire prenant place à la fin du mois de février, Cicéron (...)
  • 36 Cicéron souhaite rendre hommage à la déesse, devant le sanctuaire de laquelle son ennemi Clodius a (...)

8Le gouverneur partage son temps entre la conduite des opérations militaires et les affaires civiles30. Les activités religieuses inhérentes à sa fonction prennent place pour l’essentiel dans le domaine militaire, mais elles ne se confondent pas avec la religio castrensis31, la routine religieuse des camps légionnaires. Malgré son éloignement, le gouverneur ne perd pas de vue le calendrier romain et ses fêtes. À lire la correspondance de Cicéron, ou le récit des historiens antiques, il apparaît que celles-ci scandaient le déroulement de l’année et structuraient la perception romaine du temps32. Dans le corpus césarien, les notations religieuses sont rares, mais l’auteur du Bellum Hispanicum date la bataille de Munda en se référant aux Liberalia33. Séjournant loin de Rome, le gouverneur emporte avec lui cette conception et ces rythmes religieux. À son frère Quintus, Cicéron annonce qu’il recevra son envoi pour les Lupercales34. Cette formulation ne recouvre pas d’action religieuse de la part du gouverneur, mais montre la présence des rythmes religieux romains dans les représentations du temps. En Cilicie, Cicéron doit faire revêtir la toga pura à son neveu Quintus. Comme s’il était à Rome, il choisit pour ce faire le jour des Liberalia. Mais celles-ci prennent place le 17 mars : Cicéron choisit donc de placer la fête comme s’il n’y avait pas d’intercalation35. Durant son gouvernement de Cilicie, il se montre anxieux de connaître la date des mystères romains, probablement la fête de la Bona Dea36. Mais il s’agit dans les deux cas de cérémonies privées, concernant Cicéron à titre personnel ou familial.

  • 37 Tite-Live, XXXVII, 33, 6-7.
  • 38 D’après Varron, cité par Macrobe, Sat., I, 16, 27: ad rem sane militarem nihil attinere notat Varr (...)
  • 39 Plutarque, Luc., 27, 8-9. Le lendemain, jour des nones, aurait aussi été impropre au combat (Macro (...)
  • 40 Macrobe, Sat., I, 16, 16. Cicéron en Cilicie attaque et vainc les habitants de Pindenissus le jour (...)
  • 41 Macrobe, Sat., I, 16, 21.

9Les gouverneurs étaient-ils liés par les fêtes, contraintes ou interdits du calendrier romain ? Certains au moins en tiennent compte. En 190, Scipion l’Africain, alors légat de son frère en Asie, marque une pause dans les opérations au moment de la danse des Saliens, collège auquel il appartenait37. Le calendrier était cependant moins contraignant que pour la vie publique romaine. En effet, la distinction entre jours fastes et néfastes ne concerne pas les affaires militaires38. Les jours funestes étaient en revanche considérés avec attention, mais le gouverneur pouvait fort bien choisir d’engager le combat durant l’une de ces journées, à ses risques et périls. Ainsi, Lucullus reçoit de ses conseillers le conseil de ne pas combattre un 6 octobre car ce jour est l’anniversaire d’un événement funeste pour Rome, celui de la défaite de Caepio contre les Cimbres et les Teutons, ce à quoi Lucullus répond qu’il rendra ce jour heureux39. Des interdits pesaient aussi sur certaines fêtes : il était ainsi nefas de prendre les armes durant les Saturnales40. Si toutefois l’ennemi attaque, on peut se battre quel que soit le jour41.

  • 42 Plutarque, Pomp., 34, 3 ; Dion Cassius, XXXVI, 51, 1 et XXXVII, 4, 4.
  • 43 Plutarque, Brut., 39, 1-6. Brutus, à l’occasion d’une lustration de son armée, ne se contente pas (...)
  • 44 Eck W., op. cit.

10Loin de Rome, les soldats continuaient à célébrer les fêtes auxquelles ils étaient accoutumés, au moins les plus populaires d’entre elles. En Arménie, lors de sa campagne contre Mithridate, l’armée de Pompée est surprise par l’ennemi alors qu’elle célèbre les Saturnales42. Il s’agit là d’une fête particulièrement appréciée, que l’armée célébrait donc au camp. Lors de telles réjouissances, le général, s’il était présent, jouait nécessairement un rôle, au moins en fournissant à ses hommes le temps et les denrées ou victimes nécessaires à la célébration43. Cependant, à la différence des magistrats, auxquels leurs fonctions imposent la présidence de certains rites ou cérémonies, le gouverneur n’a pas réellement d’obligations en matière religieuse. Il n’existe pas, sous la République, de Feriale Duranum, de calendrier religieux comparable à ceux dont on perçoit l’existence sous l’Empire44. Le culte impérial n’a pas encore contribué à imposer quelques dates communes. Dans l’Orient hellénisé, l’assistance aux Rhomaia ne constitue pas un devoir des gouverneurs. Il n’est donc pas de fêtes auxquelles ces derniers devraient nécessairement prendre part, pour les présider ou seulement y assister. Lorsqu’il est à la tête de ses troupes, le gouverneur préside les cérémonies empruntées au calendrier romain ou accomplit divers rites propres aux pratiques religieuses militaires. Certains d’entre eux, comme la purification de l’armée, relèvent de ses prérogatives. Pour d’autres, il s’agit seulement de fêtes inscrites au calendrier romain, et que leurs hommes continuent à célébrer loin de Rome, comme ils en ont l’habitude.

Lustrations et sacrifices

  • 45 Rüpke J., op. cit., p. 144; Saladino V., « Purification. Mondo romano », Thesaurus cultus et rituu (...)
  • 46 Purification de la flotte : Tite-Live, XXXVII, 14, 5 (accepta ab Liuio classe et sacrificio, ut ad (...)
  • 47 Tite-Live, XXXVIII, 37, 8 : ueris.
  • 48 Plutarque, Brut., 39, 1-6 (lustration avant Philippes) ; Plutarque, Caes., 43, 3-4 (lustration ava (...)
  • 49 Plutarque, Marc., 22, 4 ; Julius Obsequens, 130.
  • 50 Plutarque, Brut., 39, 1-6 (pour l’armée) ; Tite-Live, XXXVII, 14, 5 (pour la flotte).
  • 51 Saladino V., op. cit., p. 79; Rüpke J., op. cit., p. 144.
  • 52 Rüpke J., op. cit., p. 199-200 (Waffenverbrennung).
  • 53 Scipion incendie le camp d’Hasdrubal et consacre les dépouilles à Vulcain, en les faisant brûler ( (...)
  • 54 Plutarque, Mar., 22, 1-5, après sa victoire d’Aix-en-Provence.
  • 55 Appien, Mithr., 6, 45.

11Dans le domaine militaire, le premier acte religieux du gouverneur partant en campagne, ou recevant les troupes transmises par son prédécesseur, consiste à purifier son armée. Ces lustrations se maintiennent tout au long de la période, en une sorte de routine militaire profondément enracinée45. Dès lors que l’armée romaine, combattant loin de l’Italie, rompt avec les rythmes saisonniers de la guerre, d’octobre à mars, la purification de l’armée se poursuit dans les provinces où elle incombe aux gouverneurs, détenteurs de l’imperium. Ces lustrations de l’armée ou de la flotte peuvent intervenir lors d’un départ en campagne, ou lors des passations de commandement, quand un nouveau chef prend l’armée ou la flotte en main46 (ce qui se produit souvent au printemps, aux environs des dates prévues traditionnellement pour les différents lustra du calendrier militaire47). Enfin, on procède aussi à ces purifications à la veille d’un engagement particulièrement important48. Le déroulement de ces cérémonies est mal connu. Lors de la purification de l’armée, les armes et les hommes étaient couronnés de laurier, de même que les faisceaux des licteurs49. Lustrations de la flotte et de l’armée différaient probablement, mais toutes deux comportaient un sacrifice50, dont on admet, en l’absence de témoignage explicite, qu’il devait s’agir d’un suovetaurile51. Enfin, un rite de purification particulier intervenait au lendemain de la bataille, consistant en la consécration et en la crémation des armes prises à l’ennemi52. Livrer celles-ci au feu permettait d’éliminer l’impureté et la puissance potentiellement dangereuse qu’elles recelaient, et marquait la fin de la guerre53. Le général officiait du reste revêtu de la prétexte et sacrifiait capite uelato, devant ses soldats en armes, portant des couronnes de laurier sur leur tête54. Mais ce rite disparaît au dernier siècle de la République : il paraît attesté pour la dernière fois en 86 av. J.-C.55.

  • 56 L’attention accordée au sacrifice dans les sources littéraires est très variable. Dans le corpus c (...)
  • 57 Les premiers traités entre Rome et Carthage (Polybe, III, 22) prévoyaient la possibilité de faire (...)
  • 58 Lucullus en Orient sacrifie à l’Euphrate une vache d’Artémis Persia et un taureau pour prix de son (...)
  • 59 Quelques exemples de sacrifices : Tite-Live, XXXVIII, 20, 6 ; 26, 1 (sacrifices en Hispanie, l’un (...)
  • 60 Paul Émile sacrifie pour la capture de Persée, considérée comme une seconde victoire (Tite-Live, X (...)
  • 61 Huet V., Siebert A. V. et Prescendi F., « Les sacrifices dans le monde romain », Thesaurus cultus e (...)

12Dans l’activité religieuse des gouverneurs, le sacrifice occupe une place centrale56. Détenteur de l’imperium, le général préside la cérémonie. Il peut choisir de sacrifier en diverses occasions, pour s’attirer les faveurs des dieux des territoires traversés, ou à l’occasion d’un passage, qu’il s’agisse d’une traversée maritime57 ou de celle d’un fleuve58. C’est aussi dans un but propitiatoire que le général sacrifie avant la bataille59. Après celle-ci, il s’agit en revanche d’un sacrifice d’action de grâce60 ou d’un ex-voto. Enfin, les sacrifices sont présents dans de nombreuses séquences rituelles (lustratio ou deuotio par exemple). Le sacrifice romain se conçoit en effet comme un repas offert aux dieux, ouvrant un canal entre les hommes et les dieux, par lequel circule le message qui leur est adressé. En retour, la réponse divine se manifeste à travers les victimes, et peut être décryptée par la litatio et l’extispicine61. La mise à mort est en effet suivie de l’examen des entrailles de la victime (litatio), qui permet de déterminer si le sacrifice est accepté par les dieux ou s’il doit être recommencé. Celui de la fressure, l’extispicine, constitue une pratique divinatoire dont il sera question plus loin.

De l’importance et du bon usage des pratiques divinatoires

  • 62 Cicéron, Div., I, 28-29; II, 77.
  • 63 Ibid., I, 28.
  • 64 Ibid., II, 77.
  • 65 Ibid., II, 71-74; I, 28. Les débats traversent le collège des augures à son époque, ou les publica (...)
  • 66 Ibid., II, 36, 76-77 : Bellicam rem administrari maiores nostri nisi auspicato noluerunt ; quam mu (...)

13Dans le cadre militaire, le gouverneur est amené à prendre les auspices. L’opération permet de vérifier que les puissances divines, Jupiter en l’occurrence, donnent leur assentiment à l’action entreprise au nom du peuple romain. Cet assentiment, qui n’est pas une promesse de succès, doit précéder toute action publique. Toutefois, certains propos de Cicéron dans le De Divinatione, des épisodes tels que celui des poulets jetés à la mer par Appius Claudius62 suggèrent un déclin de l’art augural et une moindre importance de la prise des auspices. Ceux-ci semblent aussi concurrencés par d’autres techniques. Mais Cicéron fait en réalité allusion à deux phénomènes distincts. Le premier est l’oubli de techniques augurales anciennes, tels que les auspices nuptiaux (nuptiarum auspices)63, ou l’auspice des pointes (auspicium ex acuminibus)64. Sa déploration est ici celle d’un antiquaire. Attaché à ces savoirs anciens, il assimile les transformations de ces pratiques à une perte, à un recul. De la même manière, l’observation des poulets sacrés, venant se substituer à celle du ciel ou des oiseaux, est pour lui une technique critiquable, témoignant d’un appauvrissement de l’art augural65. Mais l’Arpinate déplore surtout, et c’est là le deuxième aspect de son discours, que le tripudium lui-même ne soit plus mis en œuvre, et que les guerres soient menées par des gouverneurs ne disposant plus des auspices66.

  • 67 Sur cette question et pour les lignes qui suivent, Magdelain A., Recherches sur l’« imperium ». La (...)
  • 68 Ce point épineux (la capacité à triompher supposait théoriquement la possession des auspices) étai (...)
  • 69 Les désaccords portant sur la date de l’accession de Sylla à l’augurat (88 ou plus vraisemblableme (...)
  • 70 Stewart R., op. cit.
  • 71 Ross Taylor L., op. cit.; Rivero M. P., op. cit., p. 397-406.
  • 72 Stewart R., op. cit., p. 186.

14Cicéron fait ici référence à la situation résultant de la lex Pompeia de 52 qui impose un délai de cinq ans entre l’exercice d’une magistrature et celui d’un gouvernement. Tant que le magistrat quittait Rome pour rejoindre sa province avant l’expiration de son pouvoir, il conservait son imperium et son droit d’auspices. À partir du moment où le magistrat rejoint sa province après être sorti de charge, il perd ces derniers, qui doivent lui être à nouveau conférés par le vote d’une loi curiate67. Certains gouverneurs se passent de loi curiate, et exercent donc leur imperium sans détenir, d’après l’interprétation de Cicéron, le droit d’auspices68. Malgré cette situation, résultant de la lex Pompeia de 52, les auspices demeurent pour les gouverneurs d’une grande importance. Celle-ci se marque notamment à travers la présence du lituus sur les monnaies de la fin de la République, éventuellement accompagné de l’aiguière ou de divers autres instruments. Instrument et emblème des augures, le lituus ne peut pas toujours être mis en relation avec la détention de l’augurat, ou la commémoration du sacerdoce détenu par un ancêtre. Suivant les interprétations retenues69, il renverrait alors soit aux rites légitimant l’imperium militaire70, soit au droit d’auspices des détenteurs de l’imperium71. Il permettait ainsi à des hommes aux pouvoirs contestés72 d’affirmer la légitimité de leur imperium. Les auspices conservent donc toute leur importance jusqu’à la fin de la République. La question prend même une acuité particulière sous le règne d’Auguste, avec la question des auspices du prince.

  • 73 Les prodiges signalent l’existence d’une menace ou d’un désordre dans les relations avec les dieux (...)
  • 74 Les prodiges extérieurs à l’Italie sont rares. Cette situation s’explique assez aisément : le prod (...)
  • 75 Tite-Live, XXXII, 1, 12: lauream in puppi nauis longae enatam. Le fait qu’il s’agisse d’un navire (...)
  • 76 Tite-Live, XLI, 13, 2 : uaccam aeneam Syracusis ab agresti tauro, qui a pecore aberrasset, initam (...)
  • 77 Julius Obsequens, 104: In Gallia in castris lux nocte fulsit. Il n’est pas certain que ce phénomèn (...)
  • 78 Tite-Live, XXXII, 1, 12.
  • 79 Plutarque, Brut., 48, 1-5 ; Julius Obsequens, 130.

15On attend aussi d’un gouverneur qu’il soit attentif aux signes que les dieux envoient, aux prodiges73 et aux omina. Il a en effet pour obligation d’informer le Sénat par des lettres et celles-ci peuvent inclure les événements susceptibles d’être considérés comme prodigieux. La plupart des prodiges recensés figurent chez Tite-Live ou Julius Obsequens et sont des prodiges italiens. Mais on trouve aussi quelques exemples de prodiges extérieurs à l’Italie74. En 199 av. J.-C., en Macédoine, un laurier poussa à la poupe d’un navire de guerre75. En 177, à Syracuse, un taureau s’était échappé d’une ferme et avait sailli une génisse de bronze76. Enfin, en Gaule, en 102, dans le camp qu’occupaient les soldats de Marius, le jour brilla soudainement au milieu de la nuit77. La manière dont ces événements sont portés à la connaissance des Patres n’est presque jamais mentionnée. Mais dans le cas du laurier fleurissant à la poupe d’un navire de guerre, Tite-Live fait état d’une lettre adressée au Sénat par Publius Sulpicius, proconsul en Macédoine78. De tels événements devaient néanmoins être bien souvent traités sur place : avant la bataille de Philippes, un essaim d’abeilles s’installe dans le camp de Cassius, ce qui représente pour les haruspices un signe très néfaste. En conséquence, ce phénomène donne lieu à une procuration, avec la construction d’une palissade et le creusement d’une tranchée autour des lieux infestés79.

  • 80 Plutarque, Crass., 17, 10 ; Suétone, Caes., 59 ; mais problable contaminatio à partir de Frontin, (...)
  • 81 Plutarque, Syll., 12, 4-10. Quelques temps plus tard, Sylla attribue les revenus de Thèbes à Apoll (...)
  • 82 Un chapitre des Stratagèmes de Frontin (I, 12) s’intitule « De dissoluendo metu quem milites ex ad (...)

16En présence d’un omen, les gouverneurs doivent être capables de le reconnaître, de l’accepter, ou de le détourner à leur profit. Sortant du temple d’Hiérapolis, Crassus et son fils trébuchent. Le père tombe sur le fils en une triste préfiguration de leur fin. Mais le général peut aussi retourner un événement désagréable à son avantage. César arrivant en Afrique durant la guerre civile trébuche lui aussi mais s’écrie : « Afrique je te tiens80 ! » La part des choses est parfois difficile à faire, mais certains propos, qui semblent traduire un grand cynisme, s’apparentent, au moins pour partie à ce type de pratiques. Ainsi, à Caphis très ébranlé par le son de cithare entendu à Delphes, lorsqu’il était venu y puiser des fonds dans le trésor sacré, Sylla réplique que si Apollon joue de la musique, c’est qu’il est content. On peut voir dans cette réponse un sarcasme plein de cynisme, mais derrière l’apparence scandaleuse, on retrouve cette manière bien romaine d’accepter l’omen en le tournant à son avantage81. Ce type d’exercice relève à la fois d’une négociation avec les dieux, qu’on lie par la parole et la présence d’esprit, et sans doute d’une gestion du moral de ses troupes82.

  • 83 Cicéron, Div., I, 28.
  • 84 Plutarque, Aem., 17, 10-12.
  • 85 Appien, Ib., 6, 26 : Publius Scipion sacrifie en Hispanie, à la veille de la bataille de Carmona. (...)
  • 86 Haack M. L., Les haruspices dans le monde romain, Bordeaux, Ausonius, coll. « Scripta Antiqua », n(...)
  • 87 Salluste, BJ., 63, 1 ; Plutarque, Mar., 8, 8. Postumius, haruspice de Sylla : Plutarque, Syll., 9, (...)
  • 88 Semblables déductions relèvent de l’extispicine, et non d’une simple litatio, laquelle ne requiert (...)
  • 89 Plutarque, Mar., 17, 1-5. Tite-Live, XXXVIII, 18, 9-10.
  • 90 Plutarque, Syll., 17, 2-4.
  • 91 Plutarque, Luc., 12, 1.

17Outre ces pratiques, le gouverneur recourt également à l’extispicine, c’est-à-dire à l’analyse de la fressure de l’animal sacrifié, avant d’accomplir toute action importante83. Dans de telles circonstances, le gouverneur avisé sait ne pas brusquer les dieux, tel Paul Émile sacrifiant vingt et un bœufs avant d’obtenir enfin un présage favorable84. Il sait aussi mettre à profit ces rites pour motiver ses soldats85, et ne pas fragiliser leur moral en leur faisant redouter la colère divine. Des haruspices sont donc présents aux côtés des généraux romains86, aux côtés de Marius, Sylla, Verrès, de même qu’aux côtés de Brutus et de Cassius87. Les haruspices militaires sont rarement mentionnés explicitement par nos sources, mais leur présence peut être inférée dès lors qu’un sacrifice donne lieu à des présages88. Outre ces spécialistes de l’etrusca disciplina, les gouverneurs peuvent recourir à des devins plus exotiques encore. Il peut s’agir d’individus attachés à leur service et à leurs pas, telle la fameuse prophétesse syrienne de Marius, ou de devins de rencontre, comme les Galles de Pessinonte venus au-devant de l’armée consulaire89. Durant la guerre contre Mithridate, Sylla prête attention à la prophétie de Trophonios venue de Lébadée90, et Lucullus, en Troade, se rend dans un sanctuaire d’Aphrodite et y passe la nuit, pour une possible incubation91.

  • 92 C’est l’avis de Frontin qui range cet épisode parmi ses stratagèmes (Strat., I, 11).
  • 93 Suivant peut-être un conseil donné par Sylla, Lucullus se montre lui aussi attentif à ses rêves, a (...)
  • 94 Cicéron, Div., II, 53.
  • 95 Plutarque, Cic., 38, 8.
  • 96 Plutarque, Mar., 17, 1-5 et 9-11. La prophétesse avait auparavant été expulsée par le Sénat.

18Comment interpréter le recours à de tels procédés ? Plutarque fait part de ses doutes concernant Marius et sa prophétesse : y croyait-il lui-même ou cherchait-il à renforcer son pouvoir92 ? Poser en ces termes le débat fait trop peu de place à la conviction qu’avaient ces hommes d’un lien particulier avec les dieux. Paradoxalement, celle-ci pouvait justifier et motiver le recours à de tels stratagèmes. Il faut se méfier du rationalisme d’un Cicéron, ou des auteurs grecs ultérieurs comme Plutarque ou Appien, quand un Sylla, par exemple, considère qu’il convient de prêter la plus grande attention aux indications reçues en songe de la divinité93. Quelques décennies plus tard, la guerre civile entre César et Pompée donne lieu à une véritable fièvre, dans laquelle le calcul n’était plus de mise. À la veille de Pharsale, dans le camp pompéien, prédictions et réponses des haruspices circulaient en tout sens. Pompée lui-même se laissait impressionner par des fressures et des prodiges94. Plutarque, illustrant l’humour mordant de Cicéron, rapporte ainsi que Labiénus a cru longtemps à la possibilité d’une victoire sur la foi de tels oracles95. Ces pratiques ne constituent pas en elles-mêmes une nouveauté. Mais à Rome, l’encadrement de la religion publique, la tutelle du Sénat et des collèges sacerdotaux laissent peu de place à l’improvisation ou aux choix personnels96. Dans sa province, le gouverneur dispose de plus de latitude pour choisir les techniques auxquelles il souhaite avoir recours.

Le gouverneur, les provinciaux et la pietas erga deorum

  • 97 Celui-ci se réduit à un petit nombre de règles, concernant notamment la situation des ambassadeurs (...)
  • 98 L’ambassade des trois Fabii auprès des Gaulois, et la catastrophe découlant de leur attitude illus (...)
  • 99 C’est sur ces principes que se fondent les accusations portées contre Cn. Manlius par les commissa (...)
  • 100 Cicéron, 2Verr., IV, 122 : « cum omnia victoria illa […] profana fecisset ».
  • 101 C’est avec ces arguments que Marcus Fulvius Nobilior écarte l’accusation d’impiété lancée contre l (...)

19Le gouverneur engage l’État non seulement par sa piété, la vigilance et le soin dont il fait preuve dans l’accomplissement des rites, mais aussi par son respect des règles dont les dieux sont les garants. On compte parmi celles-ci le ius gentium97 ou ius belli et pacis, auquel il faudrait adjoindre par exemple le respect des dieux et des sanctuaires. L’importance de ces principes est régulièrement affirmée, chez les historiens antiques98 comme dans les échanges diplomatiques, et leur violation constitue une impiété99. Il importe cependant de bien distinguer belligérance et situation de paix. Durant les guerres, le vainqueur a tous les droits sur les biens et les personnes des vaincus, même celui de piller les sanctuaires puisque la victoire rend toute chose profane100. Si la piété ou l’intérêt diplomatique bien compris peuvent créer au vainqueur des obligations morales, le ius belli n’impose rien de tel101. À l’inverse, en temps de paix, et a fortiori à l’égard des alliés, il convient de respecter la propriété des dieux.

  • 102 Ces expériences en Italie du Sud constituent une sorte de matrice.
  • 103 Tite-Live, XXIX, 8.
  • 104 La commission chargée d’arrêter Pléminius et d’enquêter sur l’éventuelle implication de Scipion es (...)
  • 105 Tite-Live, XXIX, 17-22.

20Deux épisodes italiens permettent de mieux saisir cette obligation faite aux gouverneurs102 : il s’agit du pillage du temple de Proserpine, à Locres, et du vol des tuiles du temple de Junon Lacina, situé près de Crotone. Ces deux méfaits perpétrés par des Romains donnèrent lieu à des enquêtes diligentées par le Sénat. Des magistrats, promagistrats et légats étant mis en cause, des mesures furent prises, visant à sanctionner et à réparer. À Locres, en 205, le légat Pléminius et ses soldats se sont emparés du trésor de Proserpine. Les ambassadeurs dépêchés par la cité mettent en garde les Pères : par ce vol sacrilège, les soldats et leurs chefs ont contracté une souillure qui risque d’engager l’État romain. Livrer bataille et affronter Hannibal dans ces conditions ferait courir aux Romains les risques les plus grands103. Le Sénat met alors sur pied une commission d’enquête104, qui écarte la responsabilité de Scipion et incrimine Pléminius. Enfin, les pontifes sont sollicités pour déterminer la procédure de réparation adéquate, les modalités de l’expiation. Tandis que les coupables sont sanctionnés, les magistrats et délégués romains se rendent à Locres, et, conformément au décret rendu par le collège des pontifes, restituent l’argent de la déesse et procèdent à un sacrifice expiatoire (piaculare sacrum)105. En 173, le vol des tuiles du temple de Junon Lacina, par le censeur Quintus Fulvius Flaccus, avanie infligée à un peuple allié, provoque un émoi d’autant plus vif que l’auteur des faits était à la fois censeur et pontife, et que les tuiles volées étaient destinées au temple qu’il construisait à Rome. L’affaire est portée devant le Sénat, qui convoque le censeur et ordonne la restitution des tuiles. Les dieux immortels, affirment les Pères, sont les mêmes partout. Il convient donc de les respecter aussi chez les étrangers. Comme la faute religieuse du censeur avait engagé le peuple romain (obstringere religione populum Romanum), les sénateurs, sans doute après avoir consulté les pontifes, ordonnèrent des manifestations publiques pour obtenir le pardon de Junon.

  • 106 Les atteintes à ces divinités étrangères constituent une faute religieuse, sacrilège pour leurs au (...)
  • 107 À Pline qui le questionne à propos d’un temple de la Magna Mater, situé sur le Forum de Nicomédie, (...)
  • 108 Gaius, Institutes, 2, 7a : « Quod in prouinciis non ex auctoritate populi Romani consecratum est p (...)
  • 109 Dans le De domo sua, Cicéron discute longuement des conditions nécessaires (notamment l’interventi (...)
  • 110 Cicéron emploie ce vocabulaire afin de faire passer Verrès pour un sacrilegus. La plupart des œuvr (...)
  • 111 Beaucoup de ces statues non seulement n’étaient pas sacrées, mais pouvaient être revendiquées par (...)

21Pour ces affaires extérieures à la religion publique romaine, en l’absence de règles précises auxquelles se référer, le critère permettant d’évaluer les actions de Pléminius et de Flaccus était celui du mos maiorum – autrement dit le sens de l’acceptable et de l’inacceptable au sein de l’assemblée. En conséquence, c’est non seulement le principe de la pietas romaine, mais aussi ses processus de régulation qui se trouvèrent étendus à des dieux étrangers à la cité106. Mais le Sénat et les pontifes n’avaient pas vocation à traiter ces questions pour l’Empire tout entier. Dès lors, quels étaient les principes et les règles juridiques qui guidaient et encadraient l’action du gouverneur sur les questions religieuses ? Le droit romain d’époque impériale distingue le sol romain du territoire des provinces107. Mais si rien n’est à proprement parler sacer sur le sol provincial, puisque rien n’y est consacré au nom du peuple romain, certaines choses peuvent y être tenues pro sacris108. Pour l’époque républicaine, aucun document officiel n’affirme aussi nettement la règle énoncée par Gaius. Un juriste et connaisseur des choses religieuses tel que Cicéron est probablement conscient de la différence prévalant entre le sol romain et le sol provincial109. Mais dans le De Signis, pour les besoins de la cause des Siciliens, l’avocat applique sacer et ses composés, consecro et consecratio110, à des réalités pérégrines. De toute évidence, nul n’en est choqué. En pratique, les gouverneurs amenés à intervenir dans les affaires religieuses devaient procéder de même, et faire appel à des équivalences entre les catégories romaines et le droit des provinciaux. Cependant, la part d’approximation et de libre appréciation était grande111.

  • 112 Lettre du préteur M. Valerius Messala et du Sénat romain aux habitants de Téos, Rigbsy K. J., Asyl (...)
  • 113 Flavius Josèphe, AJ, XVI, 2: τοῦτο μὲν οὖν οὐκ ἂν αὐτοὶ παθεῖν ἑλόμενοι βιάζονται δρᾶν κατ’ ἄλλων (...)
  • 114 Vers 90, à Éphèse, un questeur tente de passer outre l’inviolabilité du temple d’Artémis dans lequ (...)
  • 115 Les publicains, pour obtenir l’annulation des exemptions fiscales accordées par Sylla aux sanctuai (...)

22Les gouverneurs sont alors guidés par les principes généraux du ius gentium et de la pietas erga deorum. Ceux-ci sont connus de tous. Les attendus des décisions prises en faveur des sanctuaires grecs par les autorités romaines mettent en avant le respect dû aux dieux immortels112. Nicolas de Damas, plaidant devant Agrippa la cause des Juifs soumis à diverses impositions malgré les privilèges qui leur ont été accordés, peut affirmer sans craindre d’être contredit que négliger ses propres rites ou détruire ceux des autres relève de la même impiété113. Mais pour connus qu’ils soient, ces principes guident les gouverneurs sans vraiment les contraindre. Ceux-ci peuvent fort bien choisir de ne pas tenir compte des traditions ou des usages locaux dont bénéficiaient un groupe, un sanctuaire114 ou même une divinité115. Par conséquent, faire reconnaître ses particularismes ou ses privilèges par le Sénat était essentiel. Ce but pouvait être atteint par le biais d’ambassades dépêchées à Rome, mais dans ce processus, les gouverneurs pouvaient aussi jouer un rôle déterminant.

Le gouverneur et les privilèges accordés aux sanctuaires, aux Juifs et aux technites dionysiaques

  • 116 Les autorités romaines, gouverneurs compris, mettent en avant la piété que l’on doit avoir envers (...)

23Dans le monde hellénistique, les privilèges accordés aux temples, ou aux différents groupes religieux et associations (technites, Juifs) s’inscrivent dans le cadre plus large des relations diplomatiques. Mais ces aspects politiques, et même économiques, n’excluent pas pour autant une dimension religieuse, tant pour les motifs qui justifiaient ou suscitaient ces mesures116 que pour les conséquences qu’elles avaient sur leurs bénéficiaires. Représentants de Rome dans ces régions, les gouverneurs jouèrent un rôle actif dans la reconnaissance ou l’octroi de ces statuts privilégiés, ainsi que dans leur mise en œuvre.

  • 117 Lettres de L. Mummius, stèles trouvées à Thèbes : Le Guen B., op. cit., vol. 1, no 52, p. 256-260 (...)
  • 118 Le Guen B., op. cit., vol. 1, no 56, p. 284-288.
  • 119 La documentation concernant les sanctuaires et l’asylie a été rassemblée et commentée par Rigsby K (...)
  • 120 Rigsby K. J., op. cit., p. 28. Servilius Isauricus joua un rôle essentiel dans la mise en œuvre de (...)

24Lorsque Rome prend pied en Orient et y installe son administration provinciale, elle s’impose comme l’arbitre de toutes ces questions de statut, de préséance et de privilèges. Pour ce qui concerne les technites, ils bénéficient d’exemptions fiscales (exemption d’impôts et de contributions diverses, de liturgies, de cantonnements de troupes), que les Romains reconduisent. Celles-ci leur sont accordées en l’honneur de Dionysos et des autres dieux117, ou en raison de leur activité publique et en l’honneur de Dionysos et des Muses118. Pour les sanctuaires, les cités cherchent à faire reconnaître leur droit d’asylie119 (c’est-à-dire, aux yeux des Romains, le droit pour un temple d’offrir un refuge contre des poursuites civiles). À quelques rares exceptions, les autorités romaines n’accordent pas de nouveaux droits, mais confirment les situations existantes. La guerre contre Mithridate voit les sanctuaires des cités ayant soutenu le roi perdre leur asylie. Mais elles retrouvent peu à peu ce droit dans les décennies qui suivent, grâce à la générosité des imperatores de la fin de la République, et à la remise en ordre consécutive à la victoire de César120.

  • 121 Téos est alors extérieur à toute province puisque la province d’Asie n’a pas encore été créée (Rig (...)
  • 122 Ibid., p. 46-47.
  • 123 Ibid., p. 352-353.
  • 124 Tacite, An., III, 62; Rigsby K. J., op. cit., p. 180 et 183.
  • 125 Tacite, An., III, 62; Rigsby K. J., op. cit., p. 438-441.
  • 126 Rigsby K. J., op. cit., no 217, p. 465-469.
  • 127 Ibid., op. cit., no 210, p. 418-423.
  • 128 Ibid., no 6, p. 77-81.
  • 129 Strabon, XII, 3, 33 ; Debord P., Aspects sociaux et économiques de la vie religieuse dans l’Anatol (...)
  • 130 Rigsby K. J., op. cit., no 214, p. 433-437.
  • 131 Ibid., p. 389 (il pourrait aussi s’agir d’une restitution de l’asylie).
  • 132 Ibid., p. 177.
  • 133 Ibid., p. 383-384. César récompense ainsi Mithridate de Pergame pour l’aide précieuse apportée dur (...)

25La première asylie d’un sanctuaire officiellement reconnue par Rome dont nous ayons gardé la trace est celle accordée aux habitants de Téos, par une décision du Sénat121. De fait, les ambassades dépêchées par les cités jouaient un rôle essentiel dans ces reconnaissances de l’asylie. Mais les gouverneurs avaient aussi un rôle à jouer. En 190, C. Manius Acilius Glabrio prend, concernant les terres sacrées, diverses mesures favorables à Delphes122. En 189, les deux Scipions reconnaissent probablement l’asylie à un sanctuaire de Colophon (situé en dehors de toute province)123, ainsi qu’au temple d’Artémis, à Magnésie du Méandre124. Vers 130, le temple de la déesse perse, à Hiérocésarée, a probablement vu reconnue son inviolabilité, suite à des mesures de Perperna, puis plus tard d’Isauricus125. Dans les années 80, les mesures syllaniennes bénéficient au temple d’Isis, à Mopsueste126, et au temple d’Héra, à Stratonicée127 (reconnaissance du droit d’asylie). Au sanctuaire d’Amphiaros, à Oropos, Sylla accorde un accroissement de son territoire ainsi que l’inviolabilité. Outre cette asylie, le sanctuaire reçoit les taxes prélevées par Rome sur la ville et le territoire d’Oropos128. Pompée, lors de sa campagne en Orient, refonde Soloi, entre 66 et 62 av. J.-C., qui reçoit alors le nom de Pompeiopolis, en même temps sans doute que son caractère sacré, inviolable et autonome. Il intervient également dans les sanctuaires pontiques, Comana du Pont, qu’il confie à Archélaos, et Zela, dont il augmente le territoire129. César, enfin, entre 48 et 44, prend de nombreuses mesures en faveur des sanctuaires. Il augmente l’emprise de l’asylie liée aux sanctuaires de diverses divinités, Artémis, à Sardes130 et peut-être à Éphèse131, Apollon à Didymes132. À Aphrodisias, il reconnaît l’inviolabilité du temple d’Aphrodite, et à Pergame, rend à l’Asclepieium l’asylie perdue après le massacre de Romains perpétré en 88133.

  • 134 Strabon, XII, 3, 33-34. À l’instigation de Pompée, les promesses de Lucullus, qui concernaient peu (...)
  • 135 Lettre de Sylla, dictateur, citant un décret du Sénat romain et une lettre de Sylla gouverneur dur (...)
  • 136 Rigsby K. J., op. cit., no 210, p. 418-423.

26Dans l’octroi des privilèges aux sanctuaires du monde grec, le Sénat joue un rôle important. Très souvent, ces décisions étaient prises par les Pères, en réponse aux ambassades dépêchées à Rome. Le gouverneur alors n’avait pas l’initiative. Il pouvait aussi être à l’origine de la décision, mais le gouverneur n’échappait cependant pas totalement à la tutelle du Sénat. Sorti de charge, il devait faire ratifier ses actes134. Pour retracer ce processus, les documents concernant les décisions syllaniennes, à propos des sanctuaires comme sur les technites dionysiaques, sont particulièrement intéressants. Pour ces derniers, Sylla a d’abord, vers 84, pris une décision en tant que gouverneur, entouré de son conseil135. Celle-ci a ensuite été ratifiée par le Sénat, et c’est Sylla, désormais dictateur, qui vers 81 la porte à la connaissance des habitants de Cos. L’asylie du temple de Stratonicée permet d’entrevoir un schéma comparable, avec une particularité toutefois : son octroi peut s’interpréter en quelque sorte comme un acte de piété voire d’action de grâce. La lettre des habitants de Stratonicée suggère en effet une intervention, une épiphanie d’Hécate, qualifiée qui plus est de sauveuse136. Peut-être y a-t-il là une allusion à quelque événement de la guerre mithridatique. Enfin, dans le cas du temple de Mopsueste, Lucullus fut approché par les habitants alors qu’il longeait les côtes de Cilicie, en mission pour le compte de Sylla dont il était le questeur. La décision du questeur est ensuite ratifiée par le proconsul Sylla, puis, après le délai lié à la guerre civile, par le Sénat. Dictateur, Sylla obtient facilement la ratification de ses actes par le Sénat. Mais en dehors de ce cas bien particulier, le rôle du gouverneur demeure d’une grande importance. Sa décision oriente la manière dont le Sénat prend ensuite position et garantit aussi des appuis à Rome, dans la mesure où le gouverneur n’entend pas laisser piétiner ses décisions. Dans sa lettre aux Delphiens, Glabrio précise qu’il fera tout son possible pour les aider dans leurs démarches. Il s’engageait ainsi à leur procurer l’appui de ses réseaux et amitiés à Rome.

  • 137 Sur cette question, nos connaissances reposent sur les Antiquités juives de Flavius Josèphe. Les d (...)
  • 138 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 230. La situation institutionnelle est alors très particulière. Le sénat (...)
  • 139 Ibid., 236-237.
  • 140 Ibid., 228-229 ; 234 ; 237-240.
  • 141 La décision de Lentulus Crus s’applique aussi aux Juifs de Délos : ibid., 231-232. Cependant Délos (...)

27L’autre grand dossier dont les gouverneurs eurent à traiter est celui des privilèges accordés aux Juifs137. Avec le déclenchement de la guerre civile, les pompéiens procèdent à des levées de troupes en Orient. Les Juifs citoyens romains sont alors exemptés du service militaire, pour des raisons d’observance religieuse. Après Pharsale, la question du service militaire perd de son importance, mais les Juifs, probablement suite à une décision de César, se voient garantir la libre pratique de leur culte et de leurs rites. Les gouverneurs jouent un rôle essentiel dans l’octroi et l’application de ces privilèges. La décision d’exempter les Juifs du service militaire est prise en 49 par le consul Lentulus Crus138. Venu en Asie pour procéder à des levées, celui-ci est sollicité par deux citoyens romains, agissant à la demande d’un Alexandrin, probablement juif, du nom de Dosithéus, fils de Cléopatridès. Les deux hommes, peut-être des prosélytes ou des craignant-Dieu, lui demandent d’exempter les Juifs citoyens romains du service militaire, pour des raisons d’observance religieuse139. Lentulus accède à leur demande140. Bien que les textes conservés par Josèphe évoquent seulement la ville d’Éphèse, l’exemption avait une extension plus large, concernant au moins toute la province d’Asie141.

  • 142 Pucci Ben Zeev M., op. cit., p. 197-198. En 49, Lucius Antonius, proquesteur et propréteur, avait (...)
  • 143 Les documents présentés par l’ambassade comportaient probablement un dossier rassemblant la décisi (...)
  • 144 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 241-243.
  • 145 Ibid., 244-246.
  • 146 Ibid., 241-243.
  • 147 Ibid., 256-258.
  • 148 Ibid., 259-261.

28En 47 ou 46, une ambassade d’Hyrcan présente au proconsul Rabirius des documents attestant du droit accordé aux Juifs de pratiquer librement leurs rites et de pouvoir observer le sabbat sans être inquiété. Comme les passages qui en sont cités rappellent la formulation des décrets césariens conservés par ailleurs, César en est probablement l’auteur142. Rabirius (et après lui ses successeurs) applique donc la politique définie par César et le Sénat romain143. Le gouverneur joue ce faisant un rôle important dans la mesure où il devait nécessairement dire le droit et user de son autorité et de son influence pour faire appliquer et reconnaître ces privilèges. L’application de ces mesures entraîne en effet des réactions de la part des cités, car Grecs et Juifs s’entendent assez mal. Tralles tente d’en refuser l’application mais est rappelée à l’ordre144, de même que Milet145. D’autres s’exécutent et votent un décret garantissant aux Juifs le droit d’observer librement le Sabbat et d’accomplir leurs autres rites146. On peut citer ainsi Laodicée, qui tire les leçons de la déconvenue de Tralles, ou Halicarnasse, qui justifie sa décision par sa volonté de se conformer aux décisions romaines, mais aussi par sa piété envers la divinité et son souci de ne pas entraver les pratiques religieuses des Juifs147. Ces derniers font valoir les décisions romaines auprès des autorités civiques148, afin d’obtenir le vote de décret confirmant leurs droits. Lorsqu’ils n’obtiennent pas satisfaction, ils portent l’affaire devant le gouverneur, qui rappelle à l’ordre les cités contrevenantes. Réticentes, celles-ci cherchent à remettre en cause les privilèges octroyés, ce qui entraîne de multiples interventions de la part des gouverneurs.

Les gouverneurs et les cultes provinciaux, entre philhellénisme, abus de pouvoir et guerres civiles

  • 149 Suétone, Caes., 54. Les clichés auxquels recourt Cicéron dans le Pro Fonteio correspondaient sans (...)
  • 150 Au siècle suivant, le druidisme ne trouve à Rome aucun défenseur.

29L’attitude des gouverneurs envers les cultes et les sanctuaires des provinciaux dépend non seulement des principes évoqués précédemment, mais d’autres facteurs tels que l’état des relations avec Rome, la perception que les Romains pouvaient avoir des peuples concernés, ou encore la situation politique romaine (les luttes politiques et les guerres civiles se traduisant par une diminution du respect envers les sanctuaires). L’identité des peuples administrés influence le comportement des gouverneurs et des généraux. La proximité culturelle, la reconnaissance d’un semblable dans l’adversaire ou le provincial, adoucissent nécessairement les comportements adoptés par les gouverneurs. Il faut se garder de toute idéalisation, mais les Grecs et leurs cultes prestigieux, les Juifs et leur religion étrange mais défendue par une indéniable antiquité, ne sont pas traités de la même manière que les Gaulois, perçus comme des Barbares149. César en Gaule pille sans hésiter les chapelles et les temples des Gaulois, quand il accorde, de manière quelque peu théâtrale parfois, des privilèges aux sanctuaires d’Asie Mineure150.

  • 151 Cicéron, De Or., III, 75.
  • 152 Cicéron, 2Verr., I, 50. Aux envoyés de la cité, qui s’étaient rendus en Asie auprès du préteur Cn. (...)
  • 153 Cicéron, 2Verr., I, 85.
  • 154 Plutarque, Cat. Mi., 35, 2.
  • 155 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 4, 2-4 et XIV, 7, 1 (Pompée, après la prise du temple, avait laissé en p (...)

30Mais ce philhellénisme n’exclut pas un certain sans-gêne, comme celui du jeune Lucius Licinius Crassus. Alors questeur, celui qui n’est pas encore un grand orateur, n’hésite pas, vers 109-108, à exiger des Athéniens la répétition des Mystères d’Éleusis151 (arrivé en retard, il les avait manqués de deux jours). Les sanctuaires ne mettent pas non plus à l’abri des spoliations, des exigences, quotidiennes ou exceptionnelles, des gouverneurs. Verrès, durant sa questure, vole une statue d’Héra dans le sanctuaire de Samos152. À Éphèse, vers 90, le questeur M. Aemilius Scaurus passe outre l’inviolabilité du temple d’Artémis, où l’un de ses esclaves a trouvé refuge. Il est empêché de l’emmener, et on use pour ce faire de violence envers lui, ce qui vaut à un noble éphésien du nom de Périclès d’être cité à Rome, à la requête du questeur153. Caton, en mission spéciale à Chypre, promet à Ptolémée, dont le royaume est réduit en province, la prêtrise du sanctuaire de Paphos154. Le Temple de Jérusalem est victime des appétits de Crassus. Celui-ci, en effet, n’eut pas la retenue de Pompée, et vola le trésor du Temple avant de partir faire la guerre contre les Parthes155.

  • 156 Appien, Mithr., 8, 53.
  • 157 Plutarque, Syll., 12, 4-10.
  • 158 César, BC, III, 33 ; 105.

31Durant les guerres civiles, les conflits n’épargnent pas les grands sanctuaires, mais Fimbria, brûlant Ilion et son sanctuaire d’Athéna en 84, fait figure de monstrueuse exception156. Les généraux puisent dans les trésors des temples pour financer leurs dépenses. Sylla, isolé en Orient durant sa campagne mithridatique, prélève les richesses des sanctuaires de Delphes, Épidaure et Olympie. Mais il aurait, nous dit Plutarque malgré les critiques qu’il lui adresse, remboursé les dieux en attribuant aux sanctuaires les revenus du territoire thébain157. À Éphèse, Scipion d’abord, puis T. Ampius avaient tenté de mettre la main sur le trésor du temple d’Artémis. Empêchés de le faire, les deux pompéiens avaient cependant prévu de prélever l’argent en présence de sénateurs158, sans doute pour que ceux-ci puissent témoigner des sommes emportées. Ceci laisse penser que le prélèvement était conçu comme un emprunt, ménageant à la fois les dieux et les Éphésiens. Les conceptions traditionnelles et l’idée d’un respect dû aux divinités n’ont donc pas disparu et les pires impiétés commises par les représentants de Rome doivent bien être comprises comme des violations de ce principe, et non comme son abolition.

Honorer les dieux, représenter Rome

  • 159 Plutarque, Aem., 36, 4 et Tite-Live, XLV, 41, 3 : sacrifice propitiatoire de Paul Émile à Delphes. (...)
  • 160 Pour quelques exemples d’offrandes dans divers sanctuaires du monde grec, Berrendonner Cl., op. ci (...)
  • 161 Cicéron, 2Verr., IV, 2.
  • 162 Voconius, lieutenant de Lucullus, initié aux Mystères de Samothrace (Plutarque, Luc., 13, 1-2) ; S (...)
  • 163 Plutarque, Flam., 12, 5.
  • 164 Plutarque, Aem., 28, 7-8 ; Tite-Live, XLV, 33, 1-2. Paul Émile offre ces jeux à l’issue de sa camp (...)
  • 165 Plutarque, Syll., 19, 12 ; Luc., 23, 1-2.
  • 166 Plutarque, Crass., 17, 9. Quelques années plus tard, Antoine, dans les premiers temps de son long (...)

32Les gouverneurs romains arrivant en Grèce et dans l’Orient hellénisé reconnaissent dans ces dieux grecs leurs propres divinités. Ils honorent donc ces dieux grecs, tant par piété personnelle que dans un intérêt religieux et diplomatique bien compris. Honorer ces dieux, par des sacrifices159 ou des offrandes160 permet de se concilier des divinités puissantes, qui ont la tutelle des contrées dans lesquelles on doit combattre. Les représentants de Rome sont également mus par une grande curiosité culturelle, qui s’étend également au domaine religieux. Durant leur mandat provincial, ils visitent les sites les plus remarquables. Paul Émile, vainqueur de Persée, décide ainsi de voyager pour vérifier de lui-même la beauté des sites de la Grèce. Il visite des monuments profanes mais surtout de vénérables sanctuaires, où il ne manque pas, le plus souvent, d’honorer les dieux. Il se rend à Delphes où il sacrifie à Apollon. Il visite le temple de Jupiter Trophonios à Lébadée, y voit l’entrée de la caverne où descendent ceux qui veulent un oracle, et offre un sacrifice à Jupiter et à Hercynna. À Oropos, il visite le sanctuaire d’Amphiaros. À Athènes, il offre un sacrifice à Minerve, protectrice de la ville. Il se rend également à Corinthe, à Épidaure, si célèbre pour son temple d’Esculape, ainsi qu’à Olympie. Les gouverneurs gardent l’habitude de ces visites, ce dont atteste Cicéron. Plaidant contre Verrès, il dit de Thespies qu’on ne vient guère la voir que pour une statue de Cupidon161. Certains se font même initier aux Mystères d’Éleusis ou de Samothrace162. Beaucoup de gouverneurs offrent des jeux, Flamininus, nommé agonothète de la fête néméenne, à Argos, qui organise fort bien cette panégyrie163, Paul Émile164, Sylla, Lucullus165. Crassus se voit à l’inverse reprocher sa rapacité, et la notice de Plutarque suggère que pour être un bon gouverneur, il eût fallu qu’il se consacrât un peu moins aux opérations financières, et davantage aux affaires militaires ou à l’organisation de concours166.

  • 167 Plutarque, Syll., 17, 2-4 (prédiction de Trophonios) ; Tite-Live, XXXVIII, 18, 9-10 (prophétie des (...)
  • 168 C’est ce que suggère Richard Fr., « Situation politique en Orient et en Judée-Palestine à la veill (...)

33Mais ces honneurs rendus aux dieux ne sont pas simplement des manifestations du philhellénisme des Romains, ou de la piété personnelle des gouverneurs. Dans les régions soumises ou conquises, Rome se pose en interlocutrice des différentes divinités, et le gouverneur, détenteur de l’imperium et des auspices, représente l’État et le peuple romain face aux dieux. Les grands généraux fréquentent les temples, reçoivent les ambassades déléguées par les sanctuaires oraculaires, ou les prêtres de Pessinonte167. En 63, l’entrée de Pompée dans le Saint des Saints s’explique elle aussi de cette manière. Après la prise de Jérusalem, Pompée n’obéit pas au désir de satisfaire sa curiosité (Hyrcan II pouvait fort bien le renseigner). Son geste ne relève ni de la maladresse sacrilège ni de la provocation (Flavius Josèphe note l’ambiance de respect dans laquelle s’accomplit la visite, et le culte reprit le lendemain même). En fait, Pompée est venu faire constater qu’il est le nouveau maître du pays jusqu’en ses lieux les plus sacrés, et qu’il est aussi, à sa manière, un partenaire du Dieu des Juifs168.

Conclusion

34Magistrats ou promagistrats détenteurs de l’imperium et des auspices publics, les gouverneurs représentent la cité et l’État face aux dieux. Hors de Rome, ils doivent poursuivre la nécessaire communication avec ces derniers. Les citoyens romains transportés dans le cadre militaire y célèbrent les fêtes auxquelles ils sont attachés, et les gouverneurs assurent la présidence de ces cultes. Dans le cadre militaire, certains rites leur incombent, lustrations, prise des auspices, attention portée aux signes divins. Mais à la différence des magistrats urbains, les gouverneurs ne sont pas contraints par un calendrier religieux. Ils sont aussi plus libres de leurs choix en matière religieuse ou divinatoire. Représentants de Rome, ils peuvent engager la cité, la lier religieusement, par des vœux, comme par leurs actions. Mais ils partagent cette prérogative, ce droit d’agir avec les dieux, avec le Sénat, qui exerce sur eux un contrôle a posteriori. Si les gouverneurs doivent composer avec des situations juridiques étrangères, et proposer des équivalences entre les règles romaines et les règles étrangères, la notion de pietas erga deorum guide et encadre leurs actions. Leurs rapports avec ces cultes étrangers s’inscrivent dans le cadre des rapports diplomatiques avec les communautés provinciales, et passent alors par des visites aux temples ou l’octroi de privilèges. Mais le gouverneur demeure, tel Pompée dans le Temple de Jérusalem, un représentant de Rome face aux dieux.

Notes

1 Scheid J., « Les activités religieuses des magistrats romains », Haensch R. et Heinrichs J. (dir.), Herrschen und Verwalten : der Alltag der römischen Administration in der Hohen Kaiserzeit, Cologne/Vienne, Böhlau, 2007, p. 126-144.

2 Conséquence sans doute de cette situation particulière, les sources antiques évoquent peu cet aspect, et jamais de manière aussi directe que Tite-Live peut le faire à propos de la religion publique romaine. L’on se voit donc contraint de recourir à des sources dispersées et plus distantes, tant chronologiquement que culturellement, avec un risque plus important de distorsions (ainsi, avec les auteurs grecs d’époque impériale). Tite-Live, Cicéron, Flavius Josèphe, Appien, Plutarque, ainsi qu’un certain nombre de documents épigraphiques, constituent les sources principales.

3 L’article de Eck W., « Die religiösen und kultischen Aufgaben der römischen Statthalter in der hohen Kaiserzeit », Mayer M. (dir.), Religio Deorum, Barcelone, AUSA, 1992, p. 151-160, concerne le Haut-Empire, tout comme celui de Le Roux P., « Les dévotions des gouverneurs de la péninsule Ibérique au Haut-Empire romain », Pouvoir et religion dans le monde romain en hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, Presses de la Sorbonne, 2006, p. 367-385. Scheid J., op. cit., aborde le sujet de manière incidente dans un article consacré aux magistrats. L’ouvrage de Rüpke J., Domi militiae. Die religiöse Konstruktion des Krieges im Rom, Stuttgart, Steiner, 1990, essentiel, est cependant fondé sur une problématique différente de la nôtre, et une perspective plus diachronique.

4 Szemler G. J., The Priests of the Roman Republic. A Study of Interactions Between Priesthoods and Magistracies, Bruxelles, Latomus, 1972. Ceci tient au fait que la rotation à la tête des provinces est beaucoup plus rapide que pour les sacerdoces. De 210 à la mort de César, on compte moins de 20 % de prêtres parmi les consuls (et donc parmi les gouverneurs du plus haut rang). Même en tenant compte des lacunes et de la part importante de reconstitution, les prêtres apparaissent très minoritaires parmi les gouverneurs.

5 À l’exception des privati cum imperio qui, tels Scipion ou Pompée, ont été investis d’un grand commandement sans avoir parcouru les étapes du cursus honorum.

6 Rüpke J., op. cit., p. 155-164: « Religiöse Waffen ».

7 Définition traditionnelle du vœu, Wissowa G., Religion und Kultus der Römer, Munich, Beck, 1902. L’hypothèse de vœux inconditionnels a été avancée, notamment par Schilling R., « The Roman Religion », Bleeker C. J. et Widengren G. (éd.), Historia religionum, vol. 1, Leyde, Brill, 1969, p. 444-445, sans convaincre toutefois. Inconditionnel, le vœu perd sa spécificité pour devenir une prière propitiatoire ou une supplication. Pour une synthèse récente, Orlin E. M., Temples, Religion and Politics in the Roman Republic, Boston/Leyde, Brill, 2002, p. 35-75.

8 Les sacrifices qui suivent la bataille sont en général des rites d’action de grâce, mais peuvent aussi avoir un caractère votif. Marius, une fois redevenu priuatus, s’acquitte d’un vœu à la Grande Mère (Plutarque, Mar., 31, 2-3). Celui-ci est présenté comme un prétexte, mais Valère Maxime (I, 1) et Cicéron (Har. XIII, 28), qui peut-être généralisent l’exemple de Marius, de fait isolé dans nos sources, semblent dire que cette pratique était fréquente parmi les généraux.

9 Sur les temples votifs, Orlin E. M., op. cit. ; Ziolkowski A., The Temples of Mid-Republican Rome and their Historical and Toppographical Context, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1992 ; Weigel R. D., « Roman Generals and the wowing of temples, 500-100 B. C. », Classica et Mediaevalia, no 49, 1998, p. 119-152 ; Bastien J.-L., « Les temples votifs de la Rome républicaine : monumentalisation et célébration des cérémonies du triomphe », Fleury P. et Desbordes O. (dir.), Roma Illustrata, Images et représentations de la ville, Caen, PUC, 2008, p. 29-47.

10 Weigel R. D., op. cit., p. 137-139.

11 Ainsi, en 268, le vœu d’un temple à Tellus par le consul P. Sempronius Sophus, consécutif à un tremblement de terre survenu en pleine bataille (Florus, I, 14, 1-2).

12 Ziolkowski A., op. cit., p. 195-198 et p. 307-308, précise toutefois que ces vœux n’entraînaient pas nécessairement la collaboration de l’État. Le Sénat peut refuser de financer la construction, tout en s’assurant que l’auteur du vœu s’acquitte de l’obligation contractée.

13 Tite-Live, XXII, 10, 1 (printemps sacré).

14 Le Sénat et les pontifes veillent au contraire à ce que les généraux s’acquittent des obligations contractées. Les pontifes empêchent ainsi Marcellus de négliger son vœu à Honos et Virtus, resté en sommeil pendant dix années, et ne le laisse pas en bâcler l’acquittement. Dans la guerre contre Hannibal, une telle impiété eût fait courir un trop grand risque à la cité (Tite-Live, XXVII, 25, 14 ; Plutarque, Marc., 28, 2 ; sur ce point, voir Ziolkowski A., op. cit., p. 252).

15 Tite-Live, XXXV, 1, 8 et XXXVI, 36, 2. Lors d’une bataille en Hispanie, P. Cornelius Scipio Nasica avait promis des jeux à Jupiter en cas de victoire. Mais le Sénat, qui n’a pas été consulté et qui peutêtre reproche au gouverneur de ne pas avoir délibéré avec son conseil (ex sua unius sententia) refuse de financer les jeux, et lui impose de les organiser sur ses fonds propres ou en puisant dans les manubiae.

16 Orlin E. M., op. cit., p. 139-189; Ziolkowski A., op. cit., p. 203-234.

17 Weigel R. D., op. cit., p. 136.

18 Il s’agit ici de la deuotio hostium, et non de la deuotio ducis, qui n’est plus pratiquée à la fin de la République.

19 Macrobe, Sat., III, 9, 7-14 (formules de la deuotio et de l’euocatio). Ce rituel est attesté de manière indirecte par un témoignage épigraphique (Ferron J. et Saumagne Ch., « Une inscription commémorative de la consecratio de Carthage : Adon-Baal », CRAI, 1966, 1, p. 61-76).

20 Tite-Live, V, 21 et 22. La dîme promise à Apollon, même si elle pèse aussi sur le territoire de Véies, n’a rien à voir avec une deuotio de ce dernier. Par ailleurs, l’argument d’une éventuelle consécration du sol véien n’est pas utilisé par Camille pour dissuader les Romains de s’installer à Véies (Tite-Live, V, 21-22 ; 51-54). Contrairement aux affirmations de Macrobe (Sat., III, 9, 13), la cité étrusque n’a sans doute jamais fait l’objet d’une deuotio.

21 Euocatio de Vortumnus : Zolkowski A., op. cit., p. 184.

22 Euocatio de Junon Curitis : ibid., p. 63.

23 Macrobe, Sat., III, 9, 13.

24 AE 1977, 816 (Bozkir) Seruilius G(aii) f(ilius) imperator / hostibus uicteis Isaura Vetere / capta captiueis venum dateis / sei deus seiue deast / quoius in tutela oppidum uetus Isaura / fuit […] uotum soluit (75 av. J.-C.). Il s’agit de la dernière attestation connue.

25 Rüpke J., op. cit., p. 164.

26 Déjà, l’euocatio des divinités puniques protectrices de Carthage n’avait pas donné lieu à la construction d’un temple dans la Ville.

27 En atteste, dans l’Énéide, la scène gravée sur le bouclier d’Énée, qui voit les dieux italiens affronter les divinités d’un peuple plusieurs fois millénaire (Virgile, En., VIII, 671-713). Au-delà de l’exaltation patriotique, ceci manifeste une indéniable confiance dans la puissance des dieux romains.

28 César, BG, VI, 17-18. César combattant en Gaule reconnaît dans les dieux gaulois les équivalents des grandes divinités romaines.

29 La dernière grande installation d’une divinité véritablement étrangère est celle de la déesse de l’Ida, Cybèle, en 204, à l’issue d’un processus mûrement réfléchi, et non d’une euocatio. Si l’on excepte la Junon Reine de Véies, l’installation de divinités vraiment étrangères résulte toujours d’une initiative sénatoriale, et jamais de l’action d’un gouverneur : Orlin E. M., op. cit., p. 61-66. Ceux-ci savaient donc d’eux-mêmes modérer leur action en se gardant des innovations excessives.

30 Cicéron, Att., V, 20, 1, évoquant son gouvernement de Cilicie, fait part de son intention d’aller tout droit à l’armée, de consacrer aux opérations militaires les mois d’été, et ceux d’hiver à rendre la justice.

31 L’expression est sans doute plus adaptée à l’époque impériale. La routine religieuse des armées romaines ne nécessite pas la présence du gouverneur pour fonctionner. Présent, celui-ci préside les cérémonies. Mais son absence n’interrompt pas les cultes et pratiques religieuses des soldats.

32 La date est alors donnée par le nom de la fête, à l’ablatif.

33 Pseudo-César, BHisp., XXXI, 8 : ipsis Liberalibus (le jour même des Liberalia. Le mot apparaît à l’ablatif, avec une valeur nettement chronologique).

34 Cicéron, Q. fr., II, 11, 4.

35 Cicéron, Att., VI, 1, 12. Un mois intercalaire prenant place à la fin du mois de février, Cicéron ne serait donc pas informé à temps de l’intercalation.

36 Cicéron souhaite rendre hommage à la déesse, devant le sanctuaire de laquelle son ennemi Clodius a été blessé mortellement. Alors que la date des Liberalia ne l’inquiétait pas particulièrement, celle des mystères de la Bona Dea le préoccupe davantage (il y revient à plusieurs reprises : Att., V, 21, 14 ; VI, 1, 26). Celle-ci est en effet une fête mobile qui prend place au début du mois de décembre.

37 Tite-Live, XXXVII, 33, 6-7.

38 D’après Varron, cité par Macrobe, Sat., I, 16, 27: ad rem sane militarem nihil attinere notat Varro utrum fastus uel nefastus dies sit, sed ad solas hoc actiones respicere priuatas.

39 Plutarque, Luc., 27, 8-9. Le lendemain, jour des nones, aurait aussi été impropre au combat (Macrobe, Sat., I, 16, 24).

40 Macrobe, Sat., I, 16, 16. Cicéron en Cilicie attaque et vainc les habitants de Pindenissus le jour des Saturnales, et ceci ne pose pas de problèmes puisque le siège est commencé depuis 57 jours (Cicéron, Att., V, 20, 1 et 5).

41 Macrobe, Sat., I, 16, 21.

42 Plutarque, Pomp., 34, 3 ; Dion Cassius, XXXVI, 51, 1 et XXXVII, 4, 4.

43 Plutarque, Brut., 39, 1-6. Brutus, à l’occasion d’une lustration de son armée, ne se contente pas d’un sacrifice pour toute l’armée (ce que semble faire Octave, par pénurie ou par lésine), mais répartit par compagnie quantités de victimes.

44 Eck W., op. cit.

45 Rüpke J., op. cit., p. 144; Saladino V., « Purification. Mondo romano », Thesaurus cultus et rituum antiquorum, vol. 2, Los Angeles, Paul Getty Museum, 2002, p. 68.

46 Purification de la flotte : Tite-Live, XXXVII, 14, 5 (accepta ab Liuio classe et sacrificio, ut adsolet, rite facto Aemilius consilium aduocauit : le rite n’est pas nommé mais il est habituel et comporte un sacrifice). Purification de l’armée : Tite-Live, XXXVIII, 12 ; 41, 18 ; Plutarque, Aem., 36, 4 (purification au moment où il rejoint l’armée en Macédoine).

47 Tite-Live, XXXVIII, 37, 8 : ueris.

48 Plutarque, Brut., 39, 1-6 (lustration avant Philippes) ; Plutarque, Caes., 43, 3-4 (lustration avant Pharsale). En Afrique, César procède à la lustration de son armée le 12 des calendes d’avril, soit deux jours avant le Tubilustrum. Les gouverneurs ne purifiaient donc pas nécessairement leur armée aux dates prévues dans le calendrier romain. Après cette purification vernale, il range son armée en ordre de bataille et propose le combat à ses adversaires. La date de la lustration a donc été choisie en raison de l’imminence de la bataille, à moins que le général n’ait souhaité tirer parti de ses bénéfices en déclenchant aussitôt les hostilités (BAfr., 75).

49 Plutarque, Marc., 22, 4 ; Julius Obsequens, 130.

50 Plutarque, Brut., 39, 1-6 (pour l’armée) ; Tite-Live, XXXVII, 14, 5 (pour la flotte).

51 Saladino V., op. cit., p. 79; Rüpke J., op. cit., p. 144.

52 Rüpke J., op. cit., p. 199-200 (Waffenverbrennung).

53 Scipion incendie le camp d’Hasdrubal et consacre les dépouilles à Vulcain, en les faisant brûler (Tite-Live, XXX, 6, 8). À l’issue de sa campagne macédonienne, Paul Émile emporte les boucliers de bronze dans la perspective de son triomphe et fait un tas des autres armes. Après une prière à Mars, à Minerve, à Lua (celle qui purifie) et aux autres dieux auxquels il convient de consacrer les dépouilles ennemies, le feu est allumé (Tite-Live, XLV, 33, 1-2). Paul Émile célèbre ce rite à l’issue des jeux à la mode grecque qu’il a offerts à Ambracie (edito ludicro), produisant ainsi une séquence rituelle originale et nouvelle.

54 Plutarque, Mar., 22, 1-5, après sa victoire d’Aix-en-Provence.

55 Appien, Mithr., 6, 45.

56 L’attention accordée au sacrifice dans les sources littéraires est très variable. Dans le corpus césarien par exemple, les sacrifices sont pour ainsi dire absents, ou évoqués de manière elliptique (BAfr., 86 : trois mots dans l’une de ces rares occurrences, et une formule qui tend quelque peu à évacuer la question : Postero die divina re facta contione advocata in conspectu oppidanorum milites collaudat). Les rites sont accomplis, mais les préoccupations de l’auteur ne sont pas d’ordre religieux.

57 Les premiers traités entre Rome et Carthage (Polybe, III, 22) prévoyaient la possibilité de faire un sacrifice avant de reprendre la mer : sacrifier avant de s’engager sur les flots était donc avisé. Scipion, avant sa traversée vers l’Afrique, sacrifie et jette les entrailles crues à la mer (Tite-Live, XXIX, 27, 5).

58 Lucullus en Orient sacrifie à l’Euphrate une vache d’Artémis Persia et un taureau pour prix de son passage (Plutarque, Luc., 24, 4-5).

59 Quelques exemples de sacrifices : Tite-Live, XXXVIII, 20, 6 ; 26, 1 (sacrifices en Hispanie, l’un donnant de bons présages – litasset –, le second précédé d’une prise d’auspices). Tite-Live, XLV, 41, 3 et Plutarque, Aem., 36, 4 : 5 jours après son départ de Brindes, Paul Émile est à Delphes où il offre un sacrifice propitiatoire à Apollon, pour lui, l’armée de terre et la flotte. Appien, BC, XIII, 88 : César, dans la nuit qui précède la bataille, sacrifie à Mars et à Vénus (sacrifices propitiatoires).

60 Paul Émile sacrifie pour la capture de Persée, considérée comme une seconde victoire (Tite-Live, XLV, 7, 1). César après Pharsale passe deux jours à sacrifier (Appien, BC, XIII, 88).

61 Huet V., Siebert A. V. et Prescendi F., « Les sacrifices dans le monde romain », Thesaurus cultus et rituum antiquorum, vol. 1, Los Angeles, Paul Getty Museum, 2004, p. 186-187.

62 Cicéron, Div., I, 28-29; II, 77.

63 Ibid., I, 28.

64 Ibid., II, 77.

65 Ibid., II, 71-74; I, 28. Les débats traversent le collège des augures à son époque, ou les publications savantes d’un Appius Claudius montrent que cet art est bien vivace.

66 Ibid., II, 36, 76-77 : Bellicam rem administrari maiores nostri nisi auspicato noluerunt ; quam multi anni sunt, cum bella a proconsulibus et a propraetoribus administrantur, qui auspicia non habent ? Itaque nec amnis transeunt auspicato, nec tripudio auspicantur. Ubi ergo avium divinatio ? Quae, quoniam ab iis qui auspicia nulla habent bella administrantur, ab urbanis retenta videtur, a bellicis esse sublata. Ces deux idées sont également développées dans le De Natura Deorum, II, 9. La position de Hurlet F., Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien, Bordeaux, Ausonius, 2006, coll. « Scripta Antiqua », no 18, p. 161-163, me semble plus juste que celle de Tarpin M., « M. Licinius Crassus Imperator et les dépouilles opimes de la République », RPh, no 77, 2, 2003, p. 287-289.

67 Sur cette question et pour les lignes qui suivent, Magdelain A., Recherches sur l’« imperium ». La loi curiate et les auspices d’investiture, Paris, PUF, 1968, p. 54-57 ; Hurlet F., op. cit.

68 Ce point épineux (la capacité à triompher supposait théoriquement la possession des auspices) était débattu par les contemporains (Hurlet F., op. cit., p. 162-163).

69 Les désaccords portant sur la date de l’accession de Sylla à l’augurat (88 ou plus vraisemblablement 82), ainsi que sur le collège auquel renvoie la sitelle (ou l’aiguière) qui apparaît sur les monnaies à côté du lituus (pontifes pour Stewart R., « The Jug and Lituus on the Roman Republican Coins », Phoenix, no 51, 2, 1997, p. 170-189, augures pour Ross Taylor, « Symbols of the Augurate on Coins of the Caecilii Metelli », Journal of Roman Archeology, no 48, 1, 1944, p. 352-356), ont donné naissance à ces interprétations divergentes. Sur cette question, Rivero M. P., « Muros de aire : auspicia, imperium y delimitación del espacio sagrado romano en tierras bárbaras », Bedon R., Liébert Y. et Mavéraud H. (dir.), Les espaces clos dans l’urbanisme et l’architecture en Gaule romaine et dans les régions voisines, Caesarodunum, no 40, 2006, p. 402-404.

70 Stewart R., op. cit.

71 Ross Taylor L., op. cit.; Rivero M. P., op. cit., p. 397-406.

72 Stewart R., op. cit., p. 186.

73 Les prodiges signalent l’existence d’une menace ou d’un désordre dans les relations avec les dieux. Pour un recensement des prodiges, Macbain Br., Prodigy and Expiation : a Study in Religion and Politics in Republican Rome, Bruxelles, Latomus, 1982.

74 Les prodiges extérieurs à l’Italie sont rares. Cette situation s’explique assez aisément : le prodige est un événement extraordinaire ; il doit être considéré comme se rapportant à l’État romain. Un événement avait davantage de chances d’être perçu comme extraordinaire et porté à la connaissance du Sénat d’une part, et regardé par lui comme concernant l’État romain d’autre part, s’il se produisait sur le sol italien.

75 Tite-Live, XXXII, 1, 12: lauream in puppi nauis longae enatam. Le fait qu’il s’agisse d’un navire de guerre romain explique que le fleurissement ait été transmis au Sénat et le prodige rapporté à l’État romain.

76 Tite-Live, XLI, 13, 2 : uaccam aeneam Syracusis ab agresti tauro, qui a pecore aberrasset, initam ac semine adspersam. Le lien avec l’État romain n’est pas évident. La statue était-elle la propriété de l’État, l’une des statues de Scipion ?

77 Julius Obsequens, 104: In Gallia in castris lux nocte fulsit. Il n’est pas certain que ce phénomène astronomique ait été considéré comme un prodige, validé comme tel par le Sénat (in Gallia s’y oppose, in castris y invite).

78 Tite-Live, XXXII, 1, 12.

79 Plutarque, Brut., 48, 1-5 ; Julius Obsequens, 130.

80 Plutarque, Crass., 17, 10 ; Suétone, Caes., 59 ; mais problable contaminatio à partir de Frontin, Strat., I, 12, et des épisodes concernant César et Scipion.

81 Plutarque, Syll., 12, 4-10. Quelques temps plus tard, Sylla attribue les revenus de Thèbes à Apollon Pythien et à Zeus Olympien, afin que l’argent qu’il avait pris à ces dieux leur soit restitué (Plutarque, Syll., 19, 12).

82 Un chapitre des Stratagèmes de Frontin (I, 12) s’intitule « De dissoluendo metu quem milites ex aduersis conceperint ominibus ».

83 Cicéron, Div., I, 28.

84 Plutarque, Aem., 17, 10-12.

85 Appien, Ib., 6, 26 : Publius Scipion sacrifie en Hispanie, à la veille de la bataille de Carmona. Il galvanise les soldats en s’appuyant sur des signes manifestant le soutien divin, et va jusqu’à faire porter les entrailles à l’assemblée. Appien relate les faits avec quelque distance.

86 Haack M. L., Les haruspices dans le monde romain, Bordeaux, Ausonius, coll. « Scripta Antiqua », no 6, 2003, p. 34-38 ; 51-57.

87 Salluste, BJ., 63, 1 ; Plutarque, Mar., 8, 8. Postumius, haruspice de Sylla : Plutarque, Syll., 9, 6. Volusius, haruspice de Verrès : Cicéron, 2Verr., III, 28 ; 54. Brutus et Cassius : Plutarque, Brut., 48, 1-5, utilise un vocabulaire peu précis mais la nature du prodige – un essaim d’abeilles – et le fait que ce phénomène soit considéré comme néfaste désignent ces spécialistes comme des haruspices (Pline l’Ancien, NH, XI, 18), ce que confirme Julius Obsequens, 130.

88 Semblables déductions relèvent de l’extispicine, et non d’une simple litatio, laquelle ne requiert pas de compétences particulières.

89 Plutarque, Mar., 17, 1-5. Tite-Live, XXXVIII, 18, 9-10.

90 Plutarque, Syll., 17, 2-4.

91 Plutarque, Luc., 12, 1.

92 C’est l’avis de Frontin qui range cet épisode parmi ses stratagèmes (Strat., I, 11).

93 Suivant peut-être un conseil donné par Sylla, Lucullus se montre lui aussi attentif à ses rêves, ainsi qu’en atteste le songe dans lequel il s’entretient avec Autolycos, héros fondateur de Sinope, lors du siège de la ville. Plutarque, Syll., 6, 10 ; Luc., 23, 2-6.

94 Cicéron, Div., II, 53.

95 Plutarque, Cic., 38, 8.

96 Plutarque, Mar., 17, 1-5 et 9-11. La prophétesse avait auparavant été expulsée par le Sénat.

97 Celui-ci se réduit à un petit nombre de règles, concernant notamment la situation des ambassadeurs, les effets des conventions conclues entre les belligérants. Bien que souvent enfreintes, ces règles sont connues de tous.

98 L’ambassade des trois Fabii auprès des Gaulois, et la catastrophe découlant de leur attitude illustre de manière exemplaire les dangers que fait courir à l’État une attitude impie, foulant aux pieds le droit des gens (Tite-Live, V, 36).

99 C’est sur ces principes que se fondent les accusations portées contre Cn. Manlius par les commissaires (Tite-Live, XXXVIII, 45), ou le raisonnement de Caton lorsqu’il propose de livrer César aux Germains, après que celui-ci les eut attaqués et vaincus en dépit d’une trêve qu’il avait conclue avec eux, afin d’éviter de faire retomber sur les Romains la souillure de ce forfait. Caton n’est pas suivi – espérait-il l’être ? – et les supplications sont votées. Victorieux, César ne pouvait guère être accusé d’impiété (Plutarque, Cat. Mi., 51, 1-2).

100 Cicéron, 2Verr., IV, 122 : « cum omnia victoria illa […] profana fecisset ».

101 C’est avec ces arguments que Marcus Fulvius Nobilior écarte l’accusation d’impiété lancée contre lui à propos de la prise d’Ambracie (Tite-Live, XXXIX, 4).

102 Ces expériences en Italie du Sud constituent une sorte de matrice.

103 Tite-Live, XXIX, 8.

104 La commission chargée d’arrêter Pléminius et d’enquêter sur l’éventuelle implication de Scipion est menée par le préteur chargé de la Sicile. Elle comporte également deux tribuns de la plèbe, un édile et dix commissaires choisis par les consuls au sein du Sénat (Tite-Live, XXIX, 20, 4).

105 Tite-Live, XXIX, 17-22.

106 Les atteintes à ces divinités étrangères constituent une faute religieuse, sacrilège pour leurs auteurs, et piaculum pour l’État, qui se trouve lié religieusement et exposé au courroux divin. Ces délits religieux donnent donc lieu à des expiations suivant les procédures de la religion publique (piacularia).

107 À Pline qui le questionne à propos d’un temple de la Magna Mater, situé sur le Forum de Nicomédie, et qu’il fallait déplacer, Trajan confirme qu’il n’a pas à se soucier d’interdit religieux puisque solum peregrinae civitatis capax non sit dedicationis, quae fit nostro iure. Pline le Jeune, Ep., X, 49-50.

108 Gaius, Institutes, 2, 7a : « Quod in prouinciis non ex auctoritate populi Romani consecratum est proprie sacrum non est, tamen pro sacro habetur. »

109 Dans le De domo sua, Cicéron discute longuement des conditions nécessaires (notamment l’intervention pontificale) pour qu’une consecratio soit valide.

110 Cicéron emploie ce vocabulaire afin de faire passer Verrès pour un sacrilegus. La plupart des œuvres d’art dont il s’était emparé, même enlevées à des temples, n’étaient pas des statues cultuelles, mais Cicéron entretient l’ambiguïté quant à leur véritable nature. Dans l’épisode du chandelier d’Antiochus, il va jusqu’à placer dans la bouche du roi des mots empruntés à la formule romaine de la consecratio : dare, donare, dicare, consecrare (2Verr., IV, 67).

111 Beaucoup de ces statues non seulement n’étaient pas sacrées, mais pouvaient être revendiquées par le peuple romain en vertu du droit de la guerre, argument dont Verrès a peut-être usé. Leur statut juridique devait être l’objet de discussions sans fin entre les communautés siciliennes et les autorités romaines (Berrendonner C., « Verrès, les cités, les statues et l’argent », Dubouloz J. et Pittia S. [éd.], La Sicile de Cicéron. Lectures des Verrines, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 211-212).

112 Lettre du préteur M. Valerius Messala et du Sénat romain aux habitants de Téos, Rigbsy K. J., Asylia. Territorial Inviolability in the Hellenistic World, Berkeley, University of California Press, 1996, p. 314-316.

113 Flavius Josèphe, AJ, XVI, 2: τοῦτο μὲν οὖν οὐκ ἂν αὐτοὶ παθεῖν ἑλόμενοι βιάζονται δρᾶν κατ’ ἄλλων ὣσπερ οὐχ ὁμοίως ἀσεβοῦντες, εἴτε τῶν σἰκείων εἰς θεοὺς ὁσίων ἀμελοῖεν, ετἴε τὰ οἰκεῖα τισὶν ἀνοσίως καταλύοιεν.

114 Vers 90, à Éphèse, un questeur tente de passer outre l’inviolabilité du temple d’Artémis dans lequel l’un de ses esclaves s’était réfugié (Cicéron, 2Verr., I, 85).

115 Les publicains, pour obtenir l’annulation des exemptions fiscales accordées par Sylla aux sanctuaires d’Amphiaros et de Trophonios, avaient contesté le statut divin de ces derniers : n’étant pas des dieux, ils ne sauraient prétendre à ce privilège accordé aux sanctuaires des dieux immortels (Cicéron, Nat., III, 49 ; Rigbsy K. J., op. cit., no 6, p. 77-81). La même procédure a peut-être été intentée par un certain Fannius contre Asclépios et l’Asclepieium de Pergame (sur cette hypothèse, ibid., p. 383-384).

116 Les autorités romaines, gouverneurs compris, mettent en avant la piété que l’on doit avoir envers les dieux, et on a vu que ce même argument est utilisé par Nicolas de Damas pour défendre les privilèges des Juifs. Sur les motivations des exemptions des technites, voir ci-dessous. Les clichés qui circulent sur ces hommes de théâtre ne doivent pas faire oublier leur profonde religiosité, soulignée par Le Guen B., Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique, vol. 2, Nancy, ADRA, 2001, p. 83-92, dans un chapitre intitulé « Les plus pieux d’entre les Hellènes ».

117 Lettres de L. Mummius, stèles trouvées à Thèbes : Le Guen B., op. cit., vol. 1, no 52, p. 256-260 et no 34, p. 187-188.

118 Le Guen B., op. cit., vol. 1, no 56, p. 284-288.

119 La documentation concernant les sanctuaires et l’asylie a été rassemblée et commentée par Rigsby K. J., op. cit., auquel nous renverrons. Outre l’asylie, les sanctuaires pouvaient aussi bénéficier d’exemptions fiscales, ou se voir attribuer des revenus.

120 Rigsby K. J., op. cit., p. 28. Servilius Isauricus joua un rôle essentiel dans la mise en œuvre des mesures césariennes (cf. Kirbihler F., « Servilius Isauricus proconsul d’Asie : un gouverneur populaire », dans ce même volume).

121 Téos est alors extérieur à toute province puisque la province d’Asie n’a pas encore été créée (Rigsby K. J., op. cit., no 153, p. 314-316).

122 Ibid., p. 46-47.

123 Ibid., p. 352-353.

124 Tacite, An., III, 62; Rigsby K. J., op. cit., p. 180 et 183.

125 Tacite, An., III, 62; Rigsby K. J., op. cit., p. 438-441.

126 Rigsby K. J., op. cit., no 217, p. 465-469.

127 Ibid., op. cit., no 210, p. 418-423.

128 Ibid., no 6, p. 77-81.

129 Strabon, XII, 3, 33 ; Debord P., Aspects sociaux et économiques de la vie religieuse dans l’Anatolie gréco-romaine, Leyde, Brill, coll. « EPRO », no 88, 1982, p. 59-60.

130 Rigsby K. J., op. cit., no 214, p. 433-437.

131 Ibid., p. 389 (il pourrait aussi s’agir d’une restitution de l’asylie).

132 Ibid., p. 177.

133 Ibid., p. 383-384. César récompense ainsi Mithridate de Pergame pour l’aide précieuse apportée durant la guerre d’Alexandrie.

134 Strabon, XII, 3, 33-34. À l’instigation de Pompée, les promesses de Lucullus, qui concernaient peut-être (c’est là une hypothèse) le sacerdoce du temple de Comana pontique, ne sont pas ratifiées.

135 Lettre de Sylla, dictateur, citant un décret du Sénat romain et une lettre de Sylla gouverneur durant la guerre contre Mithridate : stèle trouvée à Cos ; Le Guen B., op. cit., vol. 1, no 56, p. 284-288.

136 Rigsby K. J., op. cit., no 210, p. 418-423.

137 Sur cette question, nos connaissances reposent sur les Antiquités juives de Flavius Josèphe. Les documents concernant les privilèges des Juifs ont été rassemblés et commentés par Pucci Ben Zeev M., Jewish Rights in the Roman World, The Greek and Roman Documents Quoted by Josephus Flavius, Tübingen, Mohr Siebeck, 1998.

138 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 230. La situation institutionnelle est alors très particulière. Le sénatus-consulte ultime ayant été voté, le consul dispose de pouvoirs étendus. En outre, plusieurs magistrats sont présents dans la province. Balbus, légat et propréteur, fait confirmer la décision de Lentulus Crus par les autres gouverneurs présents dans la province.

139 Ibid., 236-237.

140 Ibid., 228-229 ; 234 ; 237-240.

141 La décision de Lentulus Crus s’applique aussi aux Juifs de Délos : ibid., 231-232. Cependant Délos relevait peut-être de l’Asie.

142 Pucci Ben Zeev M., op. cit., p. 197-198. En 49, Lucius Antonius, proquesteur et propréteur, avait rappelé aux habitants de Sardes que les Juifs étaient autorisés à se regrouper en association, et à posséder leur lieu de réunion, afin d’y traiter leurs propres affaires (Flavius Josèphe, AJ, XIV, 235). Mais Antonius semble s’appuyer sur des droits reconnus localement aux Juifs. De plus, il n’avait pas l’autorité nécessaire pour susciter une telle réaction de Rabirius, qui s’appuie donc sur une décision de César.

143 Les documents présentés par l’ambassade comportaient probablement un dossier rassemblant la décision césarienne et un sénatus-consulte la confirmant. D’après le décret de Sardes, les droits des Juifs leur avaient été rendus par le Sénat et le peuple romain (Flavius Josèphe, AJ XIV, 259-260), ce qui suggère une ratification par le Sénat de la décision césarienne.

144 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 241-243.

145 Ibid., 244-246.

146 Ibid., 241-243.

147 Ibid., 256-258.

148 Ibid., 259-261.

149 Suétone, Caes., 54. Les clichés auxquels recourt Cicéron dans le Pro Fonteio correspondaient sans doute aux conceptions de bien des citoyens romains (Cicéron, Font., 13-14, 30-31). Cicéron n’est pas dupe, qui a pour hôte le druide Eduen Diviciac (Cicéron, Div., I, 90).

150 Au siècle suivant, le druidisme ne trouve à Rome aucun défenseur.

151 Cicéron, De Or., III, 75.

152 Cicéron, 2Verr., I, 50. Aux envoyés de la cité, qui s’étaient rendus en Asie auprès du préteur Cn. Néron, celui-ci répondit que c’était à Rome qu’il fallait porter de pareilles plaintes contre des légats du peuple romain.

153 Cicéron, 2Verr., I, 85.

154 Plutarque, Cat. Mi., 35, 2.

155 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 4, 2-4 et XIV, 7, 1 (Pompée, après la prise du temple, avait laissé en place 2 000 talents ; Crassus emporte tout l’or du sanctuaire, soit 8 000 talents).

156 Appien, Mithr., 8, 53.

157 Plutarque, Syll., 12, 4-10.

158 César, BC, III, 33 ; 105.

159 Plutarque, Aem., 36, 4 et Tite-Live, XLV, 41, 3 : sacrifice propitiatoire de Paul Émile à Delphes. Tite-Live, XXXVI, 30, 3 : le consul Manius Acilius Glabrio fait l’ascension de l’Oeta et offre un sacrifice à Hercule en un lieu appelé Pyra. Tite-Live, XXXVII, 9, 7 : le préteur Gaius Livius Salinator offre un sacrifice à Minerve sur la colline d’Ilion. Tite-Live, XXXVII, 37, 2 : le consul Lucius Cornelius Scipio se rend à Ilion où il sacrifie à Minerve.

160 Pour quelques exemples d’offrandes dans divers sanctuaires du monde grec, Berrendonner Cl., op. cit., p. 207.

161 Cicéron, 2Verr., IV, 2.

162 Voconius, lieutenant de Lucullus, initié aux Mystères de Samothrace (Plutarque, Luc., 13, 1-2) ; Sylla, initié aux Mystères d’Éleusis (Plutarque, Syll., 26, 1).

163 Plutarque, Flam., 12, 5.

164 Plutarque, Aem., 28, 7-8 ; Tite-Live, XLV, 33, 1-2. Paul Émile offre ces jeux à l’issue de sa campagne macédonienne, et les fait suivre du rite romain de la crémation des armes. La séquence des événements et l’ablatif absolu edito ludicro montrent que jeux à la mode grecque et Waffenverbrennung sont associés, produisant ainsi une séquence rituelle originale et nouvelle.

165 Plutarque, Syll., 19, 12 ; Luc., 23, 1-2.

166 Plutarque, Crass., 17, 9. Quelques années plus tard, Antoine, dans les premiers temps de son long séjour oriental, se serait comporté en gouverneur ami des Grecs. Il donne alors toute satisfaction, notamment en regardant les concours et les initiations (Plutarque, Ant., 23, 2 ; dans le même extrait, le projet visant à achever le temple d’Apollon Pythien dépasse les réalisations habituelles des gouverneurs).

167 Plutarque, Syll., 17, 2-4 (prédiction de Trophonios) ; Tite-Live, XXXVIII, 18, 9-10 (prophétie des Galles de Pessinonte : le consul réagit selon les normes romaines et se contente d’en accepter l’augure).

168 C’est ce que suggère Richard Fr., « Situation politique en Orient et en Judée-Palestine à la veille de l’ère chrétienne », Abadie Ph. et Lémonon J.-P. (dir.), Le judaïsme à l’aube de l’ère chrétienne, Paris, Cerf, coll. « Lectio divina », no 186, 2001, p. 15-28, spéc. p. 26.

Auteur

Université Nancy 2 – EA 1132 Hiscant-MA

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540