Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine

 | 
Nathalie Barrandon
, 
François Kirbihler

Introduction

Nathalie Barrandon et François Kirbihler

Texte intégral

  • 1 Barrandon N. et Kirbihler F. (dir.), Administrer les provinces de la République romaine. Actes du (...)

1Le présent volume constitue les actes d’un colloque tenu à Nantes les 25 et 26 mai 2010 et consacré aux relations entre les gouverneurs et les provinciaux aux deux derniers siècles de la République romaine. Nous profitons de cette introduction pour remercier l’université de Nantes, le CRHIA et le musée Dobrée qui ont permis le bon déroulement de ce colloque. Il faisait suite à une première rencontre à Nancy en 2009 dont les actes ont été publiés aux PUR en 20101. Les chercheurs réunis en Lorraine avaient traité de questions relatives à l’administration des provinces à l’époque républicaine : le rôle du gouverneur comme représentant du Sénat et du peuple de Rome, ou encore le cadre et les modalités de leurs missions administratives. Le colloque de Nantes avait pour objectif d’approfondir certaines de ces missions en tenant compte cette fois principalement de leurs interactions avec les provinciaux. Nous intéressait avant tout la pratique gouvernementale dans ses réalités quotidiennes. Il s’agissait de voir l’originalité de l’action de certaines personnalités, mais aussi de se demander si des politiques appliquées par des gouverneurs avaient pu revêtir un caractère d’exemplarité et éventuellement inspirer des actions ultérieures.

  • 2 Ibid., p. 9-20.
  • 3 Hermon E. (éd.), Gouvernants et gouvernés dans l’Empire romain républicain, Cahiers des études anc (...)
  • 4 Auliard Cl., « L’adaptation de la pratique diplomatique romaine au statut de ses différents interl (...)
  • 5 Canali De Rossi F., Ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Rome, 1997. Cette somme (...)
  • 6 Fernoux H.-L., Élites et notables des cités de Bithynie, du IIIe s. av. J.-C. au IIIe s. apr. J.-C (...)
  • 7 Outre quelques ouvrages traitant également de la période républicaine et donc déjà cités dans Barr (...)
  • 8 Ferrary J.-L., « Les gouverneurs des provinces romaines d’Asie Mineure (Asie et Cilicie) depuis l’ (...)
  • 9 McDougall J. I., « From Sulla to Pompey : the Transformation of the Attitude of the East towards R (...)
  • 10 Deniaux E., Clientèles et pouvoir à l’époque de Cicéron, Rome, 1993.
  • 11 Bérenger A., Administrateurs, pouvoirs et compétences dans l’empire romain, HDR Paris IV, 2007 ; E (...)

2Nous n’entendons ajouter aux deux bilans historiographiques du colloque nancéen2 que quelques références spécifiques aux relations entre les gouverneurs et les provinciaux et présenter le dynamisme actuel de la recherche sur cette période. Qu’il soit malgré tout permis de rappeler en premier lieu la route tracée par E. Hermon avec l’organisation du colloque Gouvernants et gouvernés, qui s’était tenu en 1989 au Canada3. La voix des provinciaux, transmise par les ambassades envoyées à Rome, fut alors le thème traité par Cl. Auliard pour la période des guerres puniques4. Depuis, la somme de F. Canali De Rossi sur les ambassades du monde grec est devenue une œuvre incontournable pour qui étudie ce sujet5. H.-L. Fernoux, spécialiste des cités de Bithynie6, nous propose ici une réflexion étudiant l’impact sur les cités d’Asie de la législation romaine en la matière, au Ier siècle av. J.-C. Mais dans leur quotidien les provinciaux avaient affaire aux gouverneurs. La recherche sur les actes des gouverneurs est toujours très stimulante. Si à l’époque impériale elle vise essentiellement à une meilleure connaissance des rouages administratifs et notamment des rapports avec l’empereur7, pour l’époque républicaine, malgré la nécessité d’affiner encore certaines chronologies8, les gouvernements sont davantage individualisés, parce que les gouverneurs dirigeaient aussi la vie politique à Rome. Là encore le colloque Gouvernants et gouvernés, avec la contribution de J. I. McDougall9, avait ouvert la voie par une présentation de gouverneurs pour lesquels les sources littéraires sont abondantes. Cicéron demeure la source majeure pour l’étude des rapports entretenus avec les provinciaux ; le travail fondateur d’E. Deniaux, qui examina les recommandations de Cicéron et la question des réseaux sociopolitiques de la fin de la République s’avère stimulant pour toute recherche future sur la question10. A. Bérenger, après une thèse d’habilitation inédite sur le métier de gouverneur de Cicéron à Dioclétien11, propose un regard plus général sur la sociabilité des gouverneurs avec les provinciaux, en utilisant toutes les sources disponibles.

  • 12 Tuchelt K., Frühe Denkmäler Roms in Kleinasien. Beiträge zur archäologischen Überlieferung aus der (...)
  • 13 Erkelenz D., Optimo praesidi. Untersuchungen zu den Ehrenmonumenten für Amtsträger der römischen P (...)
  • 14 Alors que la période impériale a livré plus de 1 100 documents concernant les gouverneurs, on en c (...)
  • 15 Cf. exempli gratia le compte rendu de Bringmann K., Gnomon, no 77, 2005, p. 434-437.

3C’est également par l’utilisation des sources épigraphiques toujours plus abondantes que la connaissance du gouvernement des provinces à l’époque républicaine s’enrichit. Sans concurrencer la relative abondance des textes d’époque impériale, certains dossiers d’époque républicaine s’avèrent importants. K. Tuchelt est l’auteur d’une étude déjà ancienne, de 1979, en rapport avec les monuments érigés en l’honneur des gouverneurs en Asie Mineure12. Toutefois la bibliographie sur cette question est en voie de renouvellement. Ainsi, D. Erkelenz a rassemblé la documentation concernant les personnages officiels honorés par les provinciaux : les gouverneurs et les membres de leur famille forment l’écrasante majorité des témoignages13. Même si la liste manque parfois de précision, elle constitue un instrument de travail fort utile pour lancer des recherches sur tel ou tel gouverneur : l’étude concerne aussi bien le statut des honorés qu’une typologie des formes d’honneurs, monuments, statues, bustes. L’énoncé des causes des dédicaces permet des remarques sur les clientèles ou les bienfaits : l’ouvrage relève des honneurs beaucoup plus nombreux en Orient qu’en Occident, et met en lumière une sensible évolution entre la République et l’Empire14. Dans sa conclusion, D. Erkelenz estime que si un beneficium du gouverneur entraînait l’érection d’une statue et d’une inscription honorifique, il lui suffisait parfois de faire preuve de bonnes qualités administratives globales, en particulier sous la République, pour mériter le même honneur. Les cités constituent la majorité des dédicants et par là même le degré d’urbanisation de la province influe sur la quantité de monuments survivants. Mais les recenseurs ont parfois relevé les limites de l’enquête et les renseignements assez faibles qu’apportent au total les dédicaces sur les causes précises des bienfaits. Ils ne contestent cependant pas le fait que les inscriptions sont dans leur majorité à mettre en rapport avec des bienfaits concrets, même lorsque souvent le texte ne les explicite pas15.

  • 16 Ferriès M.-Cl., Les Partisans d’Antoine. Des orphelins de César aux complices de Cléopâtre, Bordea (...)
  • 17 Bouchon R., Les élites politiques de la cité de Delphes et du koinon thessalien : cadre institutio (...)
  • 18 Barat Cl., Sinope dans son environnement pontique, étude d’une cité grecque de sa fondation au VII(...)

4En matière épigraphique, l’Orient, notamment la Macédoine, la Grèce et l’Asie Mineure, offrent donc, malgré l’irrégularité diachronique de la documentation, un champ d’étude privilégié. Cela a permis à M.-C. Ferriès et F. Delrieux de reprendre le dossier de Q. Mucius Scaevola, en cumulant ainsi leurs compétences respectives16, alors que F. Kirbihler s’est penché sur celui de Servilius Isauricus. Deux grandes figures du bon gouvernement au dernier siècle de la République rejoignent donc le panthéon où trônent depuis longtemps les frères Quintus et Marcus Cicéron. C’est aussi grâce à la richesse des découvertes épigraphiques que R. Bouchon, spécialiste des élites des cités de Thessalie17, a pu traiter des relations entre les gouverneurs et leurs administrés de Macédoine et de Grèce, notamment au travers des honneurs reçus. Enfin Cl. Barat a tiré profit de sa maîtrise du dossier d’une cité grecque, la colonie de Sinope18, pour réévaluer les actes des imperatores dans une province en formation pendant les guerres civiles, le Pont.

  • 19 Díaz Ariño B., Epigrafía latina republicana de Hispania, Barcelone, 2008, p. 59-63.
  • 20 Bonneville J. N., « Les patrons du municipe d’Emporiae », Hommage à R. Étienne-REA, no 88, 1986, p (...)
  • 21 Ramallo Asensio S. F. et Murcia Muñoz A. J., « Aqua et lacus en Carthago Nova. Aportaciones al est (...)
  • 22 Beltrán Lloris F., « Les débuts de l’Hispania Citerior ; précédents de la régionalisation de l’adm (...)

5Les provinces occidentales ne connaissaient pas la même tradition épigraphique qu’en Orient, notamment pour ce qui concerne les inscriptions civiques monumentales et les pratiques relevant de l’affichage public, rarissimes en Occident pour la période républicaine. Toutefois quelques inscriptions honorifiques apparaissent à la fin de la période dans la péninsule Ibérique19. Certaines cités où la présence italique était plus importante se distinguèrent : on pense notamment à Emporion, dont les premiers patrons furent étudiés par J. N. Bonneville puis par I. Rodà20. Plus récemment, S. F. Ramallo Asensio pense lire le nom de Pompée dans le financement d’un lacus et d’une adduction d’eau à Carthago Nova21. Cette mention relance le débat à propos d’une colonisation pompéienne dans la Péninsule. F. Beltrán Lloris, spécialiste de la Citérieure, entre autres de ses documents épigraphiques22, a ainsi réétudié tout le dossier des fondations coloniales en Hispanie. N. Barrandon a quant à elle voulu mieux éclairer les nombreuses mises au jour de travaux urbains dans le nord de l’Espagne, au dernier siècle de la République, en réévaluant les compétences des gouverneurs en matière de fondation de cités pérégrines connues par des textes épigraphiques célèbres comme la Turris Lascutana, la Tabula Alcentarensis ou la lettre impériale de Sabora, ainsi que par des mentions littéraires.

  • 23 Badian E., Foreign Clientelae (264-70 B. C.), Oxford, 1958. Projet « Las clientelas provinciales e (...)
  • 24 Spécialiste de la République romaine il est, entre autres, l’auteur de The consul at Rome. The civ (...)
  • 25 Prag J. R. W, « Ciceronian Sicily : The Epigraphic Dimension », Pittia S. et Dubouloz J. (dir.), o (...)
  • 26 Pittia S. et Dubouloz J. (dir.), op. cit., et le programme De Frumento de l’UMR 8585.
  • 27 France J., Quadragesima Galliarum. L’organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et (...)

6L’étude des rapports entre gouverneurs et provinciaux combinant la documentation épigraphique et les sources littéraires aboutit également à la remise en cause de modèles qui faisaient pourtant autorité depuis plusieurs décennies. On citera à ce propos les travaux en cours du projet international sur le clientélisme provincial, qui ambitionnent de réévaluer les conclusions d’E. Badian23, notamment ceux concernant l’Hispanie menés par F. Pina Polo24, qui nous propose dans ce livre une étude de cas sur les Cornelii Balbi. Dans une perspective plus méditerranéenne, centrée sur la Sicile, J. Prag, qui participe également à ce projet25, a cherché les spécificités du recrutement militaire provincial et les retombées honorifiques locales des victoires romaines pour les gouverneurs et leurs troupes. Enfin, rappelons ici les travaux sur la Sicile de Cicéron, édités par S. Pittia et J. Dubouloz en 2007, qui ont déjà très bien traité certains aspects des relations entre le gouverneur Verrès et les Siciliens, notamment le clientélisme, la spoliation des œuvres d’art et la place des provinciaux dans l’entourage du gouverneur26. J. France, éminent spécialiste de la fiscalité provinciale qui participe également au projet de réédition et de commentaire historique des Verrines27, nous livre dans les pages qui vont suivre d’autres conclusions sur les rapports entre Verrès et les Siciliens, à propos du blé fiscal et réquisitionné.

  • 28 Ce dossier avait fait l’objet d’une communication orale dans la première partie du colloque, à Nan (...)

7Enfin l’historiographie provinciale peut être renouvelée, d’une part, par l’étude de thèmes réputés mal documentés : L. Guichard a accepté de tenter l’expérience pour un bilan relatif aux prérogatives religieuses des gouverneurs. D’autre part, la révision de textes mal connus et parfois peu considérés ouvre de nouvelles perspectives : P. Goukowsky présente ainsi un dossier controversé, celui des lettres qu’aurait écrites Brutus à des cités et peuples d’Asie en 44-4328.

8Si l’état de la documentation et les différentes expériences provinciales incitent bien souvent à renouveler un sujet de recherche en commençant par un seul cas provincial, ou en séparant l’Orient de l’Occident, nous avons tenu dans le présent travail collectif à regrouper les articles aux thématiques communes, mais émanant de spécialistes d’aires géographiques parfois opposées, et ainsi casser certaines coupures académiques traditionnelles : cela ne peut que renouveler les approches traditionnelles des sources et questionnements historiques.

9La première partie de l’ouvrage traite de l’exercice de l’imperium et du droit d’auspices des gouverneurs au cœur des sociétés provinciales, dans le cadre militaire, religieux ou diplomatique de l’activité des représentants de Rome. Les prérogatives respectives du Sénat et des gouverneurs dans leurs relations avec les cités provinciales, en Asie, en Hispanie ou dans le Pont forment un second ensemble thématique. Une troisième étape de la réflexion est consacrée aux relations entre les gouverneurs et les élites provinciales : clientélisme et sociabilité sont à l’honneur. Enfin la dernière partie aborde quelques gouvernements célèbres, parfois célébrés, et bien documentés : Q. Mucius Scaevola, Verrès, Servilius Isauricus et Brutus.

10Arrivés au terme de cette entreprise, les coéditeurs espèrent avoir réalisé leur pari, qui était de faire progresser quelque peu l’état des connaissances de l’administration provinciale à l’époque républicaine. Ils remercient encore une fois tous ceux qui les ont aidés à la bonne réalisation du projet, les universités de Nancy 2 et de Nantes, leur personnel administratif qui a permis le bon déroulement des échanges ; également les collègues qui sont intervenus et dont la qualité des communications a réjoui très vite les organisateurs ; les collectivités territoriales et locales, ainsi que les équipes de recherche et d’accueil, dont les aides financières ont tout simplement rendu possibles deux rencontres de spécialistes de divers pays. Notre reconnaissance va également aux PUR et à leur personnel qui ont accueilli, une fois de plus dans les meilleures conditions, ce livre dans leurs collections. Si par ailleurs la lecture des deux ouvrages a pu augmenter l’intérêt pour cette période cruciale d’élaboration d’un gouvernement « mondial », qui vit la gestation de l’Empire romain et plaça en interaction des sociétés méditerranéennes pourtant si diverses, alors ce travail n’aura pas été fait en vain.

Notes

1 Barrandon N. et Kirbihler F. (dir.), Administrer les provinces de la République romaine. Actes du colloque de l’université de Nancy II (4-5 juin 2009), Rennes, 2010.

2 Ibid., p. 9-20.

3 Hermon E. (éd.), Gouvernants et gouvernés dans l’Empire romain républicain, Cahiers des études anciennes, no 26, Québec, 1991.

4 Auliard Cl., « L’adaptation de la pratique diplomatique romaine au statut de ses différents interlocuteurs », Hermon E. (éd.), op. cit., p. 49-58.

5 Canali De Rossi F., Ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Rome, 1997. Cette somme considérable n’est malgré tout pas exempte de défauts, notamment pour certains rapprochements prosopographiques.

6 Fernoux H.-L., Élites et notables des cités de Bithynie, du IIIe s. av. J.-C. au IIIe s. apr. J.-C., Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, CMO, 31, 2004 ; Fernoux H.-L., Legras B. et Yon J. B., Cités et Royaumes de l’Orient méditerranéen, 323-55 av. J.-C., Paris, 2003.

7 Outre quelques ouvrages traitant également de la période républicaine et donc déjà cités dans Barrandon N. et Kirbihler F. (dir.), op. cit., p. 11-13, la synthèse majeure de Hurlet F., Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien, Bordeaux, 2006, s’impose pour une réflexion sur l’impact du régime mis en place par Auguste sur les rouages de l’administration des provinces. Il existe également la somme récente sur le préfet d’Égypte de Jördens A., Statthalterliche Verwaltung in der römischen Kaiserzeit. Studien zum praefectus Aegypti, Stuttgart, Historia Einzelschriften, 175, 2009. Le projet de R. Haensch visant à rassembler tous les textes normatifs émanant des gouverneurs du Haut-Empire a le mérite de rappeler que les envoyés du Sénat et de l’empereur dans les provinces ont un pouvoir réglementaire : il portera le titre de Corpus der Urkunden der römischen Herrschaft (CURH) et est annoncé sur le site de la Kommission für alte Geschichte und Epigraphik (http://www.dainst.org/muenchen) : il en résultera une meilleure connaissance de l’administration à l’époque impériale.

8 Ferrary J.-L., « Les gouverneurs des provinces romaines d’Asie Mineure (Asie et Cilicie) depuis l’organisation de la province d’Asie jusqu’à la première guerre de Mithridate (126-88 av. J.-C.) », Chiron, no 30, 2000, p. 161-193, et Prag J. R. W, « Roman Magistrates in Sicily, 227-49 BC », Pittia S. et Dubouloz J. (dir.), La Sicile de Cicéron. Lectures des Verrines, Besançon, 2007, p. 287-312.

9 McDougall J. I., « From Sulla to Pompey : the Transformation of the Attitude of the East towards Rome », Hermon E. (éd.), op. cit., p. 59-72.

10 Deniaux E., Clientèles et pouvoir à l’époque de Cicéron, Rome, 1993.

11 Bérenger A., Administrateurs, pouvoirs et compétences dans l’empire romain, HDR Paris IV, 2007 ; Ead., « Ambassades et ambassadeurs à Rome aux deux derniers siècles de la République », Le Bohec Y. (éd.), État et société aux deux derniers siècles de la République romaine. Hommage à François Hinard, Paris, De Boccard, 2010, p. 65-76.

12 Tuchelt K., Frühe Denkmäler Roms in Kleinasien. Beiträge zur archäologischen Überlieferung aus der Zeit der Republik und des Augustus, Tübingen, 1979.

13 Erkelenz D., Optimo praesidi. Untersuchungen zu den Ehrenmonumenten für Amtsträger der römischen Provinzen in Republik und Kaiserzeit, Bonn, 2003.

14 Alors que la période impériale a livré plus de 1 100 documents concernant les gouverneurs, on en connaît 225 pour la République : si 10 d’entre eux concernent l’Occident, plus de 200 ont été trouvés en Orient. La diffusion de la statue honorifique accompagnée d’une inscription est partie de l’Orient grec où cet honneur était fréquent dès le début de la période étudiée, pour se diffuser ensuite vers l’Occident, où l’accroissement documentaire ne devient significatif qu’à partir de l’époque augustéenne.

15 Cf. exempli gratia le compte rendu de Bringmann K., Gnomon, no 77, 2005, p. 434-437.

16 Ferriès M.-Cl., Les Partisans d’Antoine. Des orphelins de César aux complices de Cléopâtre, Bordeaux, Ausonius, 2007 ; Ead., « Publius Cornelius P. f. Lentulus Marcellinus, un consul sans histoire », Dalaison J. (éd), Espaces et pouvoirs dans l’Antiquité de l’Anatolie à la Gaule, Hommages à Bernard Rémy, Grenoble, Cahiers du CHRIPA, no 11, 2007, p. 333-341 ; Delrieux F., Les monnaies des cités cariennes du bassin du Kybersos. Questions d’histoire numismatique, économique et sociale (Ve-Ier siècles a. C.), thèse, université Bordeaux 3, 1998 ; Id., Les monnaies antiques grecques, puniques et provinciales romaines du musée-château d’Annecy (Haute-Savoie), Chambéry, 2005.

17 Bouchon R., Les élites politiques de la cité de Delphes et du koinon thessalien : cadre institutionnel, chronologie et pratiques familiales (Ier s. av. J.-C.-IIIe s. apr. J.-C.). Contribution à l’histoire politique et sociale de la Grèce centrale sous administration romaine, thèse, université Lyon 2, 2005. Pour des raisons de santé la communication de R. Bouchon n’a pas pu être présentée à Nantes. Nous remercions l’auteur de nous avoir soumis par la suite son article.

18 Barat Cl., Sinope dans son environnement pontique, étude d’une cité grecque de sa fondation au VIIe s. av. J.-C. au Haut-Empire romain, thèse, université Bordeaux 3, 2006.

19 Díaz Ariño B., Epigrafía latina republicana de Hispania, Barcelone, 2008, p. 59-63.

20 Bonneville J. N., « Les patrons du municipe d’Emporiae », Hommage à R. Étienne-REA, no 88, 1986, p. 181-200 ; Rodà I., « Els lloctinents de Juli Cèsar, primers patrons d’Empúries », Empúries, no 48/50, vol. 2, 1993, p. 246-249.

21 Ramallo Asensio S. F. et Murcia Muñoz A. J., « Aqua et lacus en Carthago Nova. Aportaciones al estudio del aprovisionamiento hídrico en época romana », ZPE, no 172, 2010, p. 249-258.

22 Beltrán Lloris F., « Les débuts de l’Hispania Citerior ; précédents de la régionalisation de l’administration provinciale », Piso I. (éd.), Die Römischen Provinzen. Begriffund Gründung. (Colloquium Cluj-Napoca. 28. Sep.-1. Okt. 2006), Cluj-Napoca, 2008, p. 123-143 ; Id., « Las inscripciones ibéricas en el contexto de la epigrafía republicana », Las lenguas paleohispánicas en su entorno cultural (1993), Estudios de Lenguas y Epigrafía Antiguas 2, Valence, 2004, p. 51-74.

23 Badian E., Foreign Clientelae (264-70 B. C.), Oxford, 1958. Projet « Las clientelas provinciales en el Occidente del Imperio romano » (HAR2010-16449) du ministère de la Science et de l’Innovation d’Espagne, mené par le département des Sciences de l’Antiquité de Saragosse.

24 Spécialiste de la République romaine il est, entre autres, l’auteur de The consul at Rome. The civil functions of the consul in the Roman Republic, Cambridge University Press, Cambridge 2011. Sur les rapports entre les gouverneurs et les provinciaux on lira par exemple Pina Polo F., « Deportaciones como castigo e instrumento de colonización durante la República romana. El caso de Hispania », Marco F., Pina F. et J. Remesal (éd.), Vivir en tierra extraña. Emigración e integración cultural en el mundo antiguo, Barcelone, 2004, p. 211-246, ou Id., « Kontinuität und Innovation im Städtenetzwerk der nordöstlichen Iberischen Halbinsel zur Zeit der Republik », Panzram S. (éd.), Städte im Wandel. Bauliche Inszenierung und literarische Stilisierung lokaler Eliten auf der Iberischen Halbinsel, Hambourg, 2007, p. 25-57.

25 Prag J. R. W, « Ciceronian Sicily : The Epigraphic Dimension », Pittia S. et Dubouloz J. (dir.), op. cit., p. 245-273 ; Id. (éd.), Sicilia Nutrix Plebis Romanae : Rhetoric, Law, and Taxation in Cicero’s Verrines (BICS Supp. 97), Londres, 2007; Id., « Auxilia and Gymnasia : A Sicilian Model of Roman Imperialism », JRS, no 97, 2007, p. 68-100.

26 Pittia S. et Dubouloz J. (dir.), op. cit., et le programme De Frumento de l’UMR 8585.

27 France J., Quadragesima Galliarum. L’organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et germaniques de l’Empire romain (Ier siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C.), Rome, CEFR 278, 2001 ; Id., « Deux questions sur la fiscalité provinciale d’après Cicéron, Ver. 3.12 », Pittia S. et Dubouloz J. (dir.), op. cit., p. 169-184.

28 Ce dossier avait fait l’objet d’une communication orale dans la première partie du colloque, à Nancy ; nous remercions P. Goukowsky pour avoir accepté une publication différée, justifiée par la thématique de ce volume.

Auteurs

Université de Nantes – CRHIA
Université Nancy 2 – EA 1132/UMR 5189 HISOMA

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540