Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Cinquième partie. Régénération et fatigues des corps

Le moteur humain en panne s’affiche : le corps épuisé au tournant du XIXe siècle

Nicolas Pitsos

Texte intégral

1On lit dans le Petit Parisien, du 7 janvier 1902 :

« Quoique jeune encore, le neurasthénique est débile sans énergie, chagrin languissant, il mange généralement avec appétit et pourtant les aliments ne lui profitent pas ; il maigrit et s’affaiblit de plus en plus. Le matin, au lever, il est courbaturé ; […] Les sens du neurasthénique et de tous ceux qui souffrent du système nerveux s’émoussent, leur intelligence défaille, ils sont taciturnes. […] C’est que chez eux l’économie a perdu son équilibre et sa vitalité par la dépression subie par la cellule vivante et les relations normales entre les centres nerveux et le système musculaire sont entièrement rompues. Dans ces maladies, […] le Dermothérapisme électro-végétal agit merveilleusement par ses appareils électriques à courant doux. »

  • 1 Alain Corbin dans L’avènement des loisirs, 1850-1960, avait repéré dans les années 1980 les traces (...)
  • 2 Sur l’emprise de la notion de la décadence dans la société française de la fin du XIXe siècle, voi (...)
  • 3 À côté des discours politiques nationalistes de l’époque, il y a aussi les manifestes du mouvement (...)
  • 4 Voir Mosse G., L’image de l’homme : l’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997 (tr (...)

2À partir des années 1870, on voit apparaître dans l’espace public, sous forme de publications scientifiques ou de publicités de presse pour des produits fortifiants, le leitmotiv de la fatigue1 et de l’épuisement de l’individu. Ces états d’esprit, d’âme et de corps rejoignent les discours alarmistes sur la décadence2 de la nation française qui font suite à la défaite militaire de 1870. Ils s’accompagnent d’une rhétorique de l’énergie3, sublimation de la force virile4, alors que la recherche des lois du fonctionnement des muscles et des nerfs devient l’axe principal de la nouvelle science du corps.

  • 5 Dans Le Petit Parisien par exemple, et pour les mois de janvier, avril, juillet et octobre, il n’a (...)
  • 6 Dans ma recherche bibliométrique sur les ouvrages consacrés à la neurasthénie ou au nervosisme en (...)
  • 7 Dix publicités pour des fortifiants dans le Petit Parisien en janvier 1890, vingt et une en janvie (...)

3Le terme de Neurasthénie, ou épuisement nerveux, fédère le cortège des symptômes propres à l’individu fatigué fin de siècle et cristallise ses angoisses et préoccupations. Complètement absent du vocabulaire publicitaire au début des années 1880, il fait une apparition timide dans la presse des années 1890 pour atteindre son apogée au tournant du siècle. Il commence à s’éclipser progressivement après la Grande Guerre5, en même temps que des termes tels que celui de dépression deviennent plus fréquents. Cette courbe correspond également à celle de la publication d’ouvrages scientifiques contenant dans leur intitulé le mot neurasthénie ou un de ses dérivés6. Elle recoupe aussi l’ascension fulgurante dans la presse quotidienne des publicités pour fortifiants-toniques au tournant du XXe siècle7.

  • 8 Régis E., « La médecine et le pessimisme contemporain », conférence sous le patronage de la Sociét (...)
  • 9 Le professeur de philosophie Elme-Marie Caro publie en 1878 son ouvrage sur le pessimisme au XIXe (...)
  • 10 Selon John K. Crellin, A social history of medicines in the 20th, to be taken three times a day, l (...)
  • 11 Jean El Gammal dans son article « Décadence, politique et littérature à la fin du XIXe siècle », R (...)
  • 12 George Mosse dans son ouvrage L’image de l’homme…, op. cit., p. 88, distingue le terme médical ‘ d (...)
  • 13 Le discours nationaliste professé par Maurice Barrès, Charles Maurras, Georges Sorel ou Paul Bourg (...)

4Le docteur Émmanuel Régis, dans sa conférence sur les relations entre la médecine et le pessimisme contemporain est persuadé qu’« il n’est certainement personne, […] si peu au courant qu’il soit des choses de la médecine qui n’ait au moins entendu parler de la neurasthénie, c’est la maladie et le mot du jour8 ». Le contexte dans lequel prend naissance et se développe la figure de l’individu épuisé, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, est celui de l’essor de la science médicale-pharmaceutique, et de la floraison de la presse-publicité. L’impérialisme du discours médical, à cette époque, se reflète d’abord dans la médicalisation des états d’âme9 (pessimisme, ennui, mélancolie) et des sensations de fatigue10, composant le portrait sombre et lugubre d’un mal fin de siècle. La colonisation de l’espace public par le discours médical, se manifeste également dans l’approche de la question nationale en termes organicistes11, établissant une analogie entre l’individu faible et la nation affaiblie, une correspondance entre l’obsession de la dégénérescence12 et la rhétorique nationaliste de l’énergie nationale en perdition13.

  • 14 Pour une approche juridique et économique des spécialités pharmaceutiques, voir Bonah C., Rasmusse (...)
  • 15 Henri Vathelet, dans sa thèse, affirme que la « presse est aujourd’hui la grande pourvoyeuse des c (...)
  • 16 Charle C., Le siècle de la presse, 1830-1939, Paris, Le Seuil, 2004.
  • 17 Arren J., Sa Majesté la Publicité, Tours, 1914.
  • 18 La Vie Médicale, revue médicale et scientifique paraissant tous les mois, mai 1903, p. 72.
  • 19 Saint-Aurens, Les charlatans de la médecine, Paris, 1904, p. 18. Pour la contribution du commerce (...)
  • 20 Ibid.

5D’autre part le commerce pharmaceutique14 connaît un essor remarquable, notamment avec les publicités pour les élixirs ou autres substances et méthodes miraculeuses peuplant la quatrième page des journaux15. C’est, en même temps, la « Belle Époque de la Presse16 », qui prend une importance colossale dans la société française, grâce au développement de l’instruction, aux perfectionnements mécaniques apportés à l’imprimerie, et à la rapidité des communications. Cette presse devient un des temples dédiés à la vénération de Sa Majesté la Publicité17. Celle-ci ne s’adresse plus uniquement aux affaires commerciales ou industrielles : elle est également entrée, en reine, dans le domaine de la pharmacie. Le rédacteur de la Vie Médicale, nous incite à ouvrir n’importe quel grand quotidien « à quelque nuance qu’ils appartiennent et sur vingt annonces prises au hasard, il y en a douze à quinze qui concernent les choses de la médecine. Or, le journal, affirme-t-il, pénètre aujourd’hui partout et on sait la confiance du peuple pour les choses imprimées18 ». Selon le docteur Saint-Aurens, auteur d’un ouvrage sur les charlatans de la médecine, il suffit « de faire paraître dans un journal à grand tirage une annonce sensationnelle, où l’on promettra tout avec le dessein de ne rien tenir et les gogos vont affluer et se précipiter comme les moutons de Panurge19 ». Et, rentrés chez eux, tous les naïfs s’empresseront d’exécuter ponctuellement l’ordonnance prescrite par un docteur de fantaisie. Immédiatement ils se mettront « dans le dos, sur la poitrine, des croix magiques en fer-blanc, se ceindront les lombes d’une ceinture électro-voltaïque, emprisonneront leurs testicules dans un suspensoir électrique20 ». Ce commerce charlatanesque qui fleurit sur le terrain propice d’une société obsédée par son affaiblissement et en quête d’un bien-être identifié de plus en plus à la triade sacro-sainte de la santé-force-beauté, accorde une place importante à l’électricité.

  • 21 Comme le fait remarquer Denis Goulet, les publicités sont des sources peu explorées. Les énoncés p (...)

6Cette communication se propose d’étudier les interactions entre discours savants et annonces publicitaires21, et le rôle de cette rencontre dans l’incorporation de représentations mécaniques à la campagne médiatique contre la sensation de fatigue. À travers la lecture d’essais médicaux consacrés à ce sujet et la consultation de publicités vantant des produits fortifiants, j’ai voulu m’interroger sur la place attribuée aux machines dans le phénomène de l’épuisement ressenti par l’individu à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Du corps humain comme moteur électro-mécanique

  • 22 Archives du département Actualité de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, série 133/12 (...)

7S’adressant aux individus à bout de forces, une publicité pour les Pilules Pink22 informe ses lecteurs que la hâte constante, le surmenage continuel, crispent les nerfs. Ils deviennent comparables aux rouages d’une machine mal huilée. La machine se détraque alors facilement et devient inutilisable avant même d’avoir beaucoup servi. Ainsi font les nerfs lorsqu’ils sont usés, lorsqu’ils sont affamés : ils usent la machine et cette machine, c’est l’homme.

  • 23 Voir Goulet D., op. cit., p. 32-36.
  • 24 Deschamps A., Les maladies de l’énergie, Paris, 1908, p. 4. Sur l’influence des lois énoncées par (...)

8La description du corps humain épuisé, mobilise une série de métaphores le comparant à des machines de la nouvelle ère industrielle où la Fée Électricité devient un des moteurs majeurs de la vie quotidienne23. L’individu épuisé est ainsi décrit à l’aide de schémas figurés empruntés au domaine des progrès électriques, aussi bien qu’au langage des affaires économiques et énoncé en termes de dialectique entre la fatigue et l’énergie. Georges Beard, le neurologue américain qui a formulé le premier le terme de neurasthénie, distinguait deux catégories d’individus : d’une part, les millionnaires en fonds d’énergie nerveuse et d’autre part, ceux qui se trouvent au seuil de la banqueroute énergétique. Albert Deschamps dans Les maladies de l’énergie, en 1908, influencé par le jargon des physiciens qui travaillaient sur les lois de la thermodynamique, affirme que l’organisme est un vaste réservoir d’énergie24, alimenté par des sources multiples, une dépense excessive d’énergie, des apports insuffisants ou une organisation défectueuse dans ce réservoir aboutissent à l’asthénie.

  • 25 Pouget E., L’organisation du surmenage, Paris, 1914, p. 16. Dans un article intitulé « L’Homme-Mac (...)
  • 26 « Le moteur humain, quel travail quotidien faut-il demander à l’homme pour le bien de son organism (...)
  • 27 Pouget E., op. cit., p. 22.

9De son côté, le militant syndicaliste Émile Pouget25, constate à la veille de la Grande Guerre que depuis une vingtaine d’années, en Europe et surtout aux États-Unis d’Amérique, des physiciens et des physiologistes, inspirés par le système tayloriste, se sont efforcés de mesurer et d’évaluer le rendement du moteur humain par des travaux de laboratoire. Leurs travaux ont eu pour premier résultat de démontrer expérimentalement l’identité qu’il y a entre la machine humaine et les machines industrielles. Ils ont établi que le corps humain se comporte comme un moteur thermique et qu’il développe, comme lui, puissance et chaleur, grâce à sa consommation de combustible26. Le système tayloriste est sévèrement critiqué par l’auteur de L’organisation du surmenage qui voit en Taylor27 quelqu’un qui n’apprécie l’homme que pour sa production, le réduisant à un moteur et ne poursuivant qu’un seul but ; lui faire produire le maximum.

  • 28 Mosso A., La fatigue intellectuelle et physique, Paris, 1894, p. 95.
  • 29 Ibid., p. 98.

10Selon Angelo Mosso28, l’inventeur de la loi de la fatigue musculaire, le XIXe siècle est régi par une préoccupation constante : rendre plus utile le travail du cerveau et des bras. La société moderne s’attache à multiplier les moteurs et les instruments pour augmenter et rendre plus fécond le travail des muscles et de l’intelligence. Le développement prodigieux de l’industrie et des machines atteint une intensité extrême et la loi de l’épuisement doit nécessairement fixer une limite à l’âpreté du gain. Le physicien italien29 nous rappelle que Marx, dans son célèbre livre, consacre un chapitre aux machines et arrive à la conclusion, que les inventions techniques ne diminuent pas la fatigue humaine, mais seulement le prix de la marchandise, que les machines ont rendu la condition de l’ouvrier bien pire, qu’au lieu de diminuer le temps consacré au travail, elles l’ont augmenté ; qu’au lieu d’atténuer la fatigue, elles l’ont rendue plus dangereuse et plus nuisible.

11Si l’industrialisation du travail pèse lourdement sur la constitution physique et mentale des contemporains, l’industrialisation de la vie quotidienne, est également incriminée dans la manifestation des symptômes de fatigue.

La civilisation industrielle et les machines à l’origine de l’épuisement des individus

  • 30 Frollo J., « Pour aller vite », Le Petit Parisien, 10 avril 1906.
  • 31 Voir Studeny C., L’invention de la vitesse, Paris, Gallimard, 1995.

12Le chroniqueur30 du Petit Parisien s’adressant en 1906 à ses lecteurs, les invite à regarder autour d’eux et à se demander ce qui a le plus profondément modifié l’aspect des villes par rapport à leurs souvenirs de jeunesse d’il y a vingt ou trente ans : « Un instant de réflexion vous convaincra, les assure-t-il, que l’élément décisif de cette transformation, c’est le moyen de transport rapide, qui, tramway à vapeur ou électrique, chemin de fer métropolitain, permet à notre époque pressée de satisfaire son besoin d’arriver et d’arriver vite aux théâtres variés de son effort. » Dans la même lignée, le docteur Alexandre Cullerre spécialiste des névroses, constate avec consternation l’avènement d’une époque d’accélération de rythmes de vie31 et déplore les temps tranquilles d’antan :

  • 32 Cullerre A., Nervosisme et névroses, Paris, 1892, p. 10-12

« Notre siècle est le siècle du mouvement accéléré. La modeste diligence qui cheminait à petites journées sur les routes royales du bon vieux temps était l’image fidèle de la vie d’alors ; comme le train-éclair qui fait cent kilomètres à l’heure est le symbole de notre vie à toute vapeur. Nous sommes dans une effervescence perpétuelle, notre système nerveux demeure dans un état de tension qui ne se relâche jamais. […] c’est une machine dont on charge les soupapes, au risque de la faire éclater, et de fait, elle éclate souvent32. »

13La civilisation industrielle est culpabilisée, dénoncée, conçue comme synonyme d’affaiblissement de l’individu. Il s’agit d’un état d’esprit très présent dans certains milieux intellectuels tout au long du XIXe siècle, et qui consiste à condamner la modernité et les modes de vie urbains qui lui sont attachés. Les réflexions sur l’étiologie de la fatigue donnent lieu à l’expression de discours réactionnaires, nostalgiques d’un âge d’or révolu, tout en favorisant le déferlement d’une rhétorique anti-moderniste.

  • 33 Pour une approche historique du mouvement de sensibilisation à la ‘ pollution sonore’voir Baron L. (...)
  • 34 Angelvin Dr, Études de sociologie médicale : la neurasthénie, mal social, Paris, 1905, p. 24. Il s (...)

14À côté de la vitesse, l’autre caractéristique de l’industrialisation perçue comme source de fatigue, est le bruit. Le bruit intense et continuel des rues, la trépidation du sol, sont considérés comme susceptibles de retentir sur le système nerveux, amenant à long terme une fatigue inconsciente mais réelle de l’organisme physique33. Le docteur Angelvin, affirme qu’il est d’observation courante qu’un long voyage en chemin de fer est fatigant bien que le voyageur, resté assis, n’ait fait aucune dépense de force musculaire. Il est certain que dans ce cas, la fatigue provient du bruit et de la trépidation34.

  • 35 Angelvin Dr, op. cit. p. 26.
  • 36 Ibid., p. 28.

15Ce disciple d’Esculape, auteur d’une enquête de sociologie médicale consacrée à la neurasthénie, soutient la thèse selon laquelle toute réaction chimique est accompagnée de production d’électricité35. Or, chacune des cellules d’un organisme est le siège de phénomènes chimiques. Donc l’organisme produit de l’électricité. Cet organisme, si chargé d’électricité, obéit aux lois de l’électro-dynamique et de l’électro-magnétisme en présence de courants électriques voisins. Parmi ces lois, la loi de Lenz qui régit les phénomènes d’induction, stipule que le développement des courants d’induction exige toujours une dépense d’énergie. Pour le docteur Angelvin36, c’est la preuve que l’individu de l’ère industrielle, entouré dans les villes de toutes sortes de courants électriques, ceux des téléphones, des télégraphes, courants pour la lumière, courants pour les tramways, les chemins de fer, etc., jusqu’aux ondes hertziennes qui servent à la télégraphie sans fil, subit une dépense d’énergie en relation directe avec la force électrique environnante. Selon Angelvin, il ne serait pas surprenant que la statistique démontre que la fréquence de la neurasthénie dans les villes soit en rapport avec la quantité d’électricité qu’on y emploie. En tout cas, constate-t-il, le fait que les villes des États-Unis sont, dans le monde entier, celles où l’on use le plus d’électricité, et celles aussi où l’on trouve le plus de neurasthéniques, comme une coïncidence remarquable.

  • 37 « L’électricité qui sauve », Je sais tout, 15 février 1908, p. 124.

16Pourtant, si l’électricité est incriminée dans l’épuisement de l’individu, elle est également traitée de salvatrice. Dans la revue Je sais tout37, l’organisme est décrit comme un accumulateur électrique dont la force électromotrice serait représentée par la pression artérielle : tous deux semblent obéir aux mêmes lois physiques. Si l’on pousse plus loin la comparaison, on peut, en comparant le système nerveux central, à un accumulateur où viendrait s’emmagasiner l’électricité, assimiler les nerfs qui sillonnent notre corps à des conducteurs, à ces fils qui traversent les murs de nos maisons et vont allumer nos lampes d’éclairage. Le corps humain est représenté comme une vaste usine d’énergie électrique dans laquelle la dynamo serait remplacée par une quantité de piles formées par les innombrables cellules de l’organisme. Dans une telle conception du corps, le traitement de la neurasthénie n’est autre chose que la recharge d’un appareil qui cède son énergie.

Les machines et l’électricité au secours des individus épuisés : des théories médicales aux publicités

17Suivant cette représentation, des produits chimiques à l’instar du Globéol s’affichent comme le combustible idéal du moteur humain (voir figures 37 et 38). Autre déclaration tonitruante de ce principe, le message publicitaire qu’on lit dans l’Excelsior du 18 avril 1913 : « Pour que la machine d’acier fonctionne bien il faut alimenter son moteur avec de l’essence. Pour que la machine humaine fonctionne bien il faut lui donner du Quinium Labarraque. » Dans leurs rhétoriques grandiloquentes, ces fortifiants sont censés conférer au corps humain épuisé, l’endurance du moteur d’une machine.

Fig. 37. – L’Excelsior, 22 juin 1913. Le combustible du moteur humain. Le Globéol fait partie des produits fortifiants qui ont connu un essor publicitaire remarquable au tournant du XXe siècle, profitant d’une campagne intense dans la presse et se réclamant des théories médicales à la mode, en l’occurrence de la découverte des propriétés thérapeutiques de l’hémoglobine.

Fig. 37. – L’Excelsior, 22 juin 1913. Le combustible du moteur humain. Le Globéol fait partie des produits fortifiants qui ont connu un essor publicitaire remarquable au tournant du XXe siècle, profitant d’une campagne intense dans la presse et se réclamant des théories médicales à la mode, en l’occurrence de la découverte des propriétés thérapeutiques de l’hémoglobine.

Fig. 38. – Le Matin, 14 janvier 1920.

Fig. 38. – Le Matin, 14 janvier 1920.
  • 38 Sanden Dr, La santé retrouvée dans la nature, Paris, 1902, p. 4.
  • 39 Doumer E., « La neurasthénie, son traitement par l’électricité », leçon faite à l’hôpital Saint-Sa (...)

18Pourtant, selon les partisans des méthodes électro-mécaniques, l’application des forces élémentaires a remplacé petit à petit, comme agent de guérison, les drogues, les produits chimiques et toutes les autres formes de traitement38. Témoigne de cette tendance, la place occupée par l’électricité dans les essais de médecine et l’arsenal thérapeutique. Le docteur Emmanuel Doumer lors d’une leçon faite à l’hôpital Saint-Sauveur de Lille, le 18 avril 1893, rend hommage à son collègue, le docteur Vigouroux qui fut un pionnier de l’utilisation de l’électricité statique en tant que méthode de traitement de la neurasthénie39.

  • 40 Colin H., La Vibration et ses applications thérapeutiques, Paris, 1900, p. 15.
  • 41 Dans son ouvrage intitulé La santé retrouvée dans la nature, le docteur Sanden, promoteur de la ce (...)

19À peu près à la même époque, le grand maître des névroses en France, le professeur Charcot fait à la Salpêtrière des expériences suivies de conférences. Il y emploie avec succès un fauteuil trépidant pour les affections douloureuses de la tête. Dans son sillage, les travaux des docteurs Gilles de la Tourette, Garnault, Oulmont, et autres, démontrent que la vibrothérapie est un sédatif puissant du système nerveux40. Ces remarques et ces initiatives sont réappropriées et véhiculées par le discours publicitaire qui essaye de profiter de l’auréole scientifique qui entoure l’électricité, tout en renouant avec des traditions ancestrales. Quasi inexistantes avant 1890, les publicités vantant les propriétés fortifiantes de l’électricité se multiplient par la suite. On peut y distinguer deux grandes catégories, celles au service des particuliers pour la promotion de leurs produits et celles éditées par des institutions. Dans les premières et pour la période d’avant la Première Guerre Mondiale, l’électro-vigueur du docteur Mac-Laughlin et la ceinture électrique Herculex41 du docteur Sanden, (voir figure 40) sont les plus fréquemment affichés sur le mur publicitaire de la quatrième ou sixième page des journaux. Quant aux institutions, on y trouve les noms de la Médecine Nouvelle, du Temple de la Santé, de l’Académie de l’électricité médicale ou de l’Institut de Vibro-thérapie.

Fig. 39. – Le Journal, 4 avril 1903. La ceinture électrique à courant doux du docteur Sanden.

Fig. 39. – Le Journal, 4 avril 1903. La ceinture électrique à courant doux du docteur Sanden.

20Ce dernier est installé au premier étage d’un immeuble au 47, rue de la Chaussée d’Antin. Situé au cœur même de Paris, dans un local riche en souvenirs, puisqu’il fut le siège social de la Société des Gens de Lettres, après avoir été, à en croire une légende irrespectueuse, quelque chose comme la « garçonnière » du roi Louis-Philippe, ses locaux sont dotés de tous les conforts modernes. Chaque cabinet est muni de son moteur et de son appareil spécial. Celui-ci consiste en une plaque vibrante mince, élastique, en fibre de bois, frappée par un marteau d’acier à deux têtes, à rotation circulaire très rapide, produisant 2000 tours à la minute, mu par une machine électro-motrice. Pareil décor dans l’établissement de la Médecine Nouvelle, fondée en 1882, 19 rue de Lisbonne. Ici, les consultations sont gratuites, seuls les appareils dynamovitaux sont payés.

La consécration du vitalisme

  • 42 Dumas E., La médecine nouvelle, le nouveau vitalisme, Paris, 1896, p. 58. Sur la doctrine du vital (...)
  • 43 Voir la publicité sur Herculex, dans Le Petit Parisien du 23 janvier 1910 et Le Matin du 16 octobr (...)
  • 44 Le Matin, 15 octobre 1908.

21Le principe fondamental sur lequel est fondé le fonctionnement de ces appareils, c’est le vitalisme. Cette doctrine repose sur l’idée d’un fluide vital dont les fluctuations de volume mettent en péril l’équilibre de l’organisme humain42. Les lecteurs du Matin ou du Petit Parisien sont régulièrement confrontés à cette théorie et savent que s’ils souffrent de débilité nerveuse, manque de mémoire, manque de vigueur ou faiblesse sexuelle, ils n’ont qu’à placer autour de leur taille la ceinture Herculex qui déversera dans leur organisme affaibli un agréable et vivifiant courant d’électricité43. Si en revanche, ils se laissent séduire par les promesses de l’électro-vigueur du docteur Mac-Laughlin44, ils lisent dans les messages publicitaires que cette batterie leur donnera la vitalité nécessaire pour faire fonctionner la machine humaine et devenir forts.

  • 45 « Le Temple de la Santé : les innombrables guérisons de la Médecine Dermothérapique », Le Journal, (...)
  • 46 Le discours de cette publicité acquiert une importance particulière si on le situe dans le context (...)
  • 47 Le professeur à la Faculté de Médecine de Montpellier, Jospeh Virès, affirme que la méthode de tra (...)

22Ces annonces sont très souvent accompagnées de témoignages personnels faisant l’éloge des produits en question. Dans le cas d’une publicité pour l’Académie de la médecine dermothérapique, surnommé Temple de la Santé, la mise en scène de cet hommage rendu par les légions de neurasthéniques, de déprimés ou d’affaiblis qui s’y rendent, est particulièrement suggestive : « Figurez-vous un hall immense, entouré de hautes et larges vitrines, regorgeant de lettres de malades condamnés, abandonnés à leur sort, et qui doivent leur résurrection à la méthode dermothérapique électro-végétale45 ! » Cette image nous renvoie à un lieu de culte rempli d’ex-voto déposés par les fidèles46. Dans celui-ci, le grand pontife est le docteur Dumas, auteur d’un ouvrage sur le vitalisme et figure de proue de cette école médicale, les objets miraculeux sont les machines productrices d’énergie vitale et les croyants les individus épuisés, lecteurs de publicités47.

Conclusion

  • 48 Sur le goût prononcé de la société française de la fin du XIXe et du début du XXe siècle pour les (...)

23Après avoir été dénoncées comme instruments de production de fatigue chez les contemporains, les machines électriques sont également censées agir comme remèdes fortifiants. Les discours scientifiques prononcés par des médecins et des physiciens, sont relayés par les messages publicitaires, contribuant à la diffusion d’une conception machinale du corps humain. Celui-ci décrété affaibli et épuisé, doit se fortifier pour servir à la fois le dogme tayloriste de l’organisation du travail, et la doctrine nationaliste de l’expansion coloniale et de l’opération revancharde. Ce double destin de l’individu au tournant du XXe siècle, est scellé dans les représentations iconographiques et les évocations textuelles de la virilité et de la productivité. L’électricité est l’élément catalyseur de cette rencontre. Son utilisation, en arrière-plan d’un corps épuisé, opère une deuxième conjugaison, entre les théories rationnelles des lois de la physique d’une part, et les croyances vitalistes d’autre part, attestant l’engouement de la société de cette époque pour les phénomènes occultes48.

Notes

1 Alain Corbin dans L’avènement des loisirs, 1850-1960, avait repéré dans les années 1980 les traces de l’emprise de la fatigue sur l’individu à la fin du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1995. Plus récemment, Marc Loriol, dans son enquête sociologique publiée sous le titre Le temps de la fatigue, Paris, Anthropos, 2000, étudie les formes discursives et la construction sociale des catégories de perception de la fatigue.

2 Sur l’emprise de la notion de la décadence dans la société française de la fin du XIXe siècle, voir Carter A., The idea of decadence in French literature, 1830-1900, Toronto, University of Toronto, 1958. Voir aussi Milner M. (dir.), Littérature et pathologie, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1989, notamment le chapitre sur Max Nordau, dégénérescence et littérature, par Adriana Sfragaro.

3 À côté des discours politiques nationalistes de l’époque, il y a aussi les manifestes du mouvement futuriste qui font l’éloge de l’énergie et de la machine.

4 Voir Mosse G., L’image de l’homme : l’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997 (trad. de l’anglais par Michèle Hechter).

5 Dans Le Petit Parisien par exemple, et pour les mois de janvier, avril, juillet et octobre, il n’apparaît qu’une seule fois en 1900, vingt fois en 1910 et onze fois en 1920.

6 Dans ma recherche bibliométrique sur les ouvrages consacrés à la neurasthénie ou au nervosisme en général en langue française, j’ai repéré dix ouvrages entre 1870 et 1889, cent treize entre 1890 et 1910, alors que pour l’entre-deux-guerres leur quantité se réduit à seize titres.

7 Dix publicités pour des fortifiants dans le Petit Parisien en janvier 1890, vingt et une en janvier 1900 et trentre-quatre en janvier 1910. Pour les mêmes périodes, l’évolution de la fréquence est parallèle pour Le Petit Journal, cinq, vingt-quatre, vingt-six et quasi-identique pour le Matin, neuf, vingt et un, seize.

8 Régis E., « La médecine et le pessimisme contemporain », conférence sous le patronage de la Société des Amis de l’Université de Bordeaux, le 26 avril 1898, p. 5.

9 Le professeur de philosophie Elme-Marie Caro publie en 1878 son ouvrage sur le pessimisme au XIXe siècle. Sur la médicalisation de l’ennui, voir Huguet M., L’ennui et ses discours, Paris, PUF, 1985.

10 Selon John K. Crellin, A social history of medicines in the 20th, to be taken three times a day, la diffusion de ces produits censés fortifier l’individu fatigué, prouve la médicalisation de la faiblesse et sa transformation en problème social.

11 Jean El Gammal dans son article « Décadence, politique et littérature à la fin du XIXe siècle », Romantisme, 42, 1983, p. 23-33, constate que sur le plan politique, l’idée de décadence est surtout développée, à la fin du XIXe siècle, par les tenants des droites pour lesquelles la République constitue un facteur de déclin.

12 George Mosse dans son ouvrage L’image de l’homme…, op. cit., p. 88, distingue le terme médical ‘ dégénérescence’et le mot ‘ décadence’utilisé notament par des poètes comme Baudelaire et des écrivains comme J.K. Huysmans en un sens positif, désignant une nouvelle sensibilité, un extrême raffinement. Les deux mots finirent par devenir interchangeables. Voir aussi Nye R., Crime, madness and politics in modern France : the medical concept of national decline, Princeton, Princeton University Press, 1992.

13 Le discours nationaliste professé par Maurice Barrès, Charles Maurras, Georges Sorel ou Paul Bourget est hanté par l’idée de la perte d’énergie nationale.

14 Pour une approche juridique et économique des spécialités pharmaceutiques, voir Bonah C., Rasmussen A., Histoire et médicament, aux XIXe et XXe siècles, Paris, Glyphe, 2005 et Chauveau S., Politique de la pharmacie et du médicament, entreprises et marchés : industries pharmaceutiques en France des années 1920 à la fin des années 1970, thèse de doctorat, Paris IV, 1997. Selon l’Annuaire général du commerce et de l’industrie des spécialités pharmaceutiques et hygiéniques, (1900-1901), l’industrie des spécialités pharmaceutiques, vendues en officine et bénéficiant d’une publicité abondante, représente un chiffre de cent millions. Sur cette somme, quarante millions de produits sont exportés à l’étranger, Paris, Librairie parisienne illustrée, 1901, p. ix.

15 Henri Vathelet, dans sa thèse, affirme que la « presse est aujourd’hui la grande pourvoyeuse des charlatans de l’exercice illégal ». Il évalue à 10 000 francs par jour la publicité purement médicale des grands quotidiens. En y ajoutant les grands périodiques, on arriverait facilement au chiffre de quatre millions par an, La publicité dans le journalisme, Paris, 1911, p. 129.

16 Charle C., Le siècle de la presse, 1830-1939, Paris, Le Seuil, 2004.

17 Arren J., Sa Majesté la Publicité, Tours, 1914.

18 La Vie Médicale, revue médicale et scientifique paraissant tous les mois, mai 1903, p. 72.

19 Saint-Aurens, Les charlatans de la médecine, Paris, 1904, p. 18. Pour la contribution du commerce médico-pharmaceutique à l’éclosion d’une société de consommation, voir Porter R., Health for sale, quackery in England 1660-1850, Manchester, Manchester University Press, 1989.

20 Ibid.

21 Comme le fait remarquer Denis Goulet, les publicités sont des sources peu explorées. Les énoncés publicitaires sont pourtant très riches en informations d’ordre économique, social ou idéologique qui pourraient également nous informer sur les représentations et les imaginaires sociaux, Le commerce des maladies, Québec, Institut Québécois de Recherche sur la culture, 1987.

22 Archives du département Actualité de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, série 133/120 : Publicité médicale : brochure des Pilules Pink intitulée « L’appétit de vieillir, s. d. », p. 14.

23 Voir Goulet D., op. cit., p. 32-36.

24 Deschamps A., Les maladies de l’énergie, Paris, 1908, p. 4. Sur l’influence des lois énoncées par les physiciens du XIXe siècle vis-à-vis de la représentation de la fatigue humaine, voir Rabinbach A., The human motor : energy, fatigue and the origins of modernity, Berkeley, University of California Press, 1992.

25 Pouget E., L’organisation du surmenage, Paris, 1914, p. 16. Dans un article intitulé « L’Homme-Machine », il fustige les conséquences funestes de la taylorisation du travail, Le Matin, 3 mars 1913.

26 « Le moteur humain, quel travail quotidien faut-il demander à l’homme pour le bien de son organisme ? », Le Matin, 21 octobre 1910. L’auteur de l’article remarque que considérer le corps humain comme l’équivalent d’un moteur quelconque qui consomme, produit, s’use et se détraque, est une idée scientifique fort appropriée à son époque d’automobiles et d’aéroplanes.

27 Pouget E., op. cit., p. 22.

28 Mosso A., La fatigue intellectuelle et physique, Paris, 1894, p. 95.

29 Ibid., p. 98.

30 Frollo J., « Pour aller vite », Le Petit Parisien, 10 avril 1906.

31 Voir Studeny C., L’invention de la vitesse, Paris, Gallimard, 1995.

32 Cullerre A., Nervosisme et névroses, Paris, 1892, p. 10-12

33 Pour une approche historique du mouvement de sensibilisation à la ‘ pollution sonore’voir Baron L., « Noise and degeneration : Theodor Lessing’s crusade for quiet », Journal of Contemporary History, vol. 17 (1), janv. 1982, p. 165-78, et Juillerat P., L’hygiène urbaine, Paris, 1921.

34 Angelvin Dr, Études de sociologie médicale : la neurasthénie, mal social, Paris, 1905, p. 24. Il s’agit du phénomène de railway-spine, railway-brain ou neurasthénie traumatique qui engendra une bibliographie considérable à la fin du XIXe siècle, voir, Dutil A., Hystérie et neurasthénie associées, railway-spine et névrose traumatique, Paris, 1889, Blum Albert Dr, De l’hystéro-neurasthénie traumatique, Paris, 1893.

35 Angelvin Dr, op. cit. p. 26.

36 Ibid., p. 28.

37 « L’électricité qui sauve », Je sais tout, 15 février 1908, p. 124.

38 Sanden Dr, La santé retrouvée dans la nature, Paris, 1902, p. 4.

39 Doumer E., « La neurasthénie, son traitement par l’électricité », leçon faite à l’hôpital Saint-Sauveur de Lille, le 18 avril 1893, p. 3.

40 Colin H., La Vibration et ses applications thérapeutiques, Paris, 1900, p. 15.

41 Dans son ouvrage intitulé La santé retrouvée dans la nature, le docteur Sanden, promoteur de la ceinture électrique Herculex, nous dévoile les raisons derrière le choix de ce nom pour son produit. ‘ Herculex’est dérivé d’Hercule, qui synthétise l’incarnation de la force et de l’endurance viriles, et de Lex, qui signifie la loi.

42 Dumas E., La médecine nouvelle, le nouveau vitalisme, Paris, 1896, p. 58. Sur la doctrine du vitalisme voir Léonard J., La médecine entre les savoirs et les pouvoirs, Paris, Aubier, 1981.

43 Voir la publicité sur Herculex, dans Le Petit Parisien du 23 janvier 1910 et Le Matin du 16 octobre 1908.

44 Le Matin, 15 octobre 1908.

45 « Le Temple de la Santé : les innombrables guérisons de la Médecine Dermothérapique », Le Journal, 7 avril 1903.

46 Le discours de cette publicité acquiert une importance particulière si on le situe dans le contexte sociopolitique de l’époque en France, à savoir les débats qui ont divisé la société française entre partisans d’une laïcisation de l’État et ses adversaires acharnés.

47 Le professeur à la Faculté de Médecine de Montpellier, Jospeh Virès, affirme que la méthode de traitement la plus répandue, la plus en faveur auprès des profanes, est l’électrothérapie. Cela tient, selon lui, à ce qu’elle a son mystère, celui du fluide et des effluves : « Un électrothérapeute de profession a déclaré qu’elle agissait, dans les quatre cinquièmes de cas, par auto-suggestion. […] À la Salpêtrière, le casque vibrant réalisa longtemps, sous l’immense et prodigieuse autorité de Charcot, des guérisons psychiques », Maladies nerveuses : diagnostic, traitement, Montpellier, 1902, p. 440.

48 Sur le goût prononcé de la société française de la fin du XIXe et du début du XXe siècle pour les phénomènes occultes, voir Bensaude-Vincent B. (dir.), Blondel C. (dir.), Des savants face à l’occulte, 1870-1940, Paris, La Découverte, 2002 et Edelman N., Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France 1785-1914, Paris, A. Michel, 1995.

Table des illustrations

Titre Fig. 37. – L’Excelsior, 22 juin 1913. Le combustible du moteur humain. Le Globéol fait partie des produits fortifiants qui ont connu un essor publicitaire remarquable au tournant du XXe siècle, profitant d’une campagne intense dans la presse et se réclamant des théories médicales à la mode, en l’occurrence de la découverte des propriétés thérapeutiques de l’hémoglobine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 38. – Le Matin, 14 janvier 1920.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 39. – Le Journal, 4 avril 1903. La ceinture électrique à courant doux du docteur Sanden.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 351k

Auteur

Doctorant en histoire contemporaine, université Paris I – CRH XIXe siècle

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540