Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Cinquième partie. Régénération et fatigues des corps

Corps et industrialisation en France au XIXe siècle : approche par l’histoire anthropométrique

Laurent Heyberger

Texte intégral

  • 1 Voir Heyberger L., La Révolution des corps. Décroissance et croissance staturale des habitants des (...)
  • 2 Voir Steckel R. H., « Strategic Ideas in the Rise of the New Anthropometric History and their Impl (...)

1L’étude de la stature humaine dans une perspective historique a été initiée par Emmanuel Le Roy Ladurie et son équipe de recherche en France voici près de quarante ans. Par la suite, de nombreux travaux historiques français ont intégré une dimension anthropométrique dans leur approche monographique1. Toutefois, la nouvelle histoire anthropométrique (new anthropometric history) ne prend véritablement son essor qu’aux États-Unis, à partir des travaux de Steckel et Komlos, au tournant des années 1970-1980. Elle se caractérise par une approche quantitative probabiliste – comme le laisse deviner sa filiation anglo-saxonne à la new economic history – et par une interdisciplinarité poussée, notamment avec la médecine et la biologie2.

  • 3 Nutrition nette = nutrition brute (apports en nutriments) – dépenses en énergie (métabolisme basal (...)
  • 4 Voir notamment Bogin B., The Growth of humanity, New York, Wiley-Liss, 1999.

2Elle a pour objet l’étude de la stature humaine considérée comme un indice de malnutrition chronique et comme un indice de nutrition nette, la nutrition nette se définissant ici comme un bilan énergétique3. La stature adulte moyenne constitue un indice démographique de niveau de vie, fortement corrélé à la mortalité infantile. Elle est en grande partie déterminée durant la petite enfance, période de la vie où la croissance naturelle du corps est très rapide et où par conséquent les problèmes économiques et sociaux ont un impact plus important qu’à d’autres périodes4. Pour ces raisons les études d’histoire anthropométrique citent la stature adulte moyenne avec comme année de référence la cohorte de naissance et non l’année d’examen. Toutefois, la stature moyenne demeure un indice synthétique de niveau de vie, c’est-à-dire qu’elle rend compte de la totalité des apports et des dépenses en énergie de la naissance, voire in utero, à la fin du phénomène de croissance staturale. Contrairement au PIB par habitant, la stature adulte moyenne d’une cohorte de naissance ne se rapporte donc pas uniquement aux conditions socio-économiques de l’année de naissance mais constitue plutôt un indice synthétique de ces dernières au cours des vingt premières années de vie.

  • 5 McEvoy B. P., Visscher P. M., « Genetics of human height », Economics and Human Biology 7, 3, 2009 (...)
  • 6 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 108.

3La génétique joue, incontestablement, un rôle majeur pour expliquer les différences staturales existant entre individus au sein d’une population homogène du point de vue socio-économique. En revanche, les facteurs socio-économiques exercent une influence déterminante dans les différences constatées entre populations5. Ainsi, si les Néerlandais sont actuellement parmi les plus grands au monde, ils étaient plus petits que les Français dans les années de naissance 1830-1840, alors que ces derniers ne dépassaient guère les 164 cm6.

  • 7 Voir notamment Komlos J., « Shrinking in a Growing Economy? The Mystery of Physical Stature during (...)

4L’étude historique de la stature moyenne s’est considérablement développée durant les trente dernières années, si bien que l’histoire anthropométrique fournit désormais un tableau alternatif de la révolution industrielle des cinq continents7. Pour se limiter au XIXe siècle, il apparaît que l’industrialisation s’est traduite par une baisse de la stature moyenne dans nombre de pays alors que les indices classiques de niveau de vie (PIB, revenus, salaires, etc.) brossent un tableau plus optimiste de l’évolution des conditions de vie. La dégradation de l’environnement épidémiologique qui accompagne l’urbanisation, et plus généralement l’avènement de marchés intégrés, explique pour partie ce hiatus entre stature et indices économiques. Le paradoxe d’une stature déclinante en période de croissance économique forte trouve également une explication dans la dégradation du niveau nutritionnel des Occidentaux durant la première industrialisation.

L’exception française au XIXe siècle ?

  • 8 Van Meerten M.-A., « Développement économique et stature en France, XIXe-XXe siècles », Annales Éco (...)
  • 9 Weir D. R., « Economic Welfare and Physical Well-Being in France, 1750-1990 », Steckel R. H. et Fl (...)
  • 10 Steckel R.-H. et Floud R., « Conclusions », ibid., p. 423-449.
  • 11 Olivier J.-M., Des Clous, des horloges et des lunettes. Les campagnards moréziens en industrie (17 (...)

5Seuls quelques rares pays échappent à une décroissance staturale au cours du XIXe siècle. Dans son étude pionnière de 1990, Michiel Van Meerten montre ainsi que la France connaît une croissance anthropométrique de faible amplitude mais continue tout au long de la première vague d’industrialisation et que l’indice anthropométrique est corrélé aux indices économiques8. Une fois de plus, « l’exception française » semble confirmée. Quelques années plus tard, David Weir valide ces résultats tout en proposant une explication d’ordre démographique9. Le maintien de la stature s’expliquerait par la précocité de la transition démographique française. La faible fécondité implique une croissance démographique contenue et donc un meilleur niveau de nutrition brute par individu. Elle peut aussi se traduire par un investissement familial plus important dans les soins portés aux enfants per capita et donc une meilleure santé. Weir observe également une corrélation positive entre taux d’urbanisation et stature à l’échelle départementale. Ce résultat est surprenant compte tenu de la surmortalité qui caractérise les villes occidentales du XIXe siècle. Pour l’auteur, il s’explique notamment par le fait que les conséquences positives de l’urbanisation (augmentation des revenus et des consommations) l’emportent sur les conséquences négatives, dans un contexte de faible croissance urbaine qui permet de maintenir les villes françaises à une taille raisonnable. Ainsi, selon Steckel et Floud, la France a la chance de s’industrialiser sans trop s’urbaniser10. C’est en quelque sorte avant la lettre l’idée « d’industrialisation douce11 ».

  • 12 Voir notamment Selig J.-M., Malnutrition et développement économique dans l’Alsace du XIXe siècle, (...)
  • 13 Nous ne prétendons donc pas faire ici une synthèse exhaustive des travaux menés sur le cas françai (...)
  • 14 Par définition, ce type de source ne permet pas d’étudier les populations féminines. Or à l’échell (...)

6Comme on le voit, l’histoire anthropométrique de la France interroge les conséquences physiques de la révolution industrielle sur les corps. À strictement parler, elle questionne l’industrialisation comprise dans son sens large et non les conséquences de l’avènement de l’ère machiniste sur les corps. L’anthropologie physique, développée par l’école strasbourgeoise de Michel Hau suite aux travaux pionniers de Le Roy Ladurie, semble donc peut-être plus indiquée que l’histoire anthropométrique pour saisir ce dernier point12. En effet, à travers les causes de réforme, l’anthropologie physique permet d’observer certains stigmates infligés par la machine au corps ouvrier alors que l’histoire anthropométrique ne fournit qu’une pesée globale des conséquences de l’industrialisation. Néanmoins, nous tentons ici de répondre à trois questions relatives à « l’industrialisation douce » et à l’exception anthropométrique française du XIXe siècle, en espérant ainsi nous rapprocher du questionnement plus spécifique du rapport entre corps et industrie. La multiplication des études d’histoire anthropométrique sur le cas français depuis la recherche pionnière de Van Meerten rend possible une telle approche13. L’ensemble des résultats présentés ici s’appuie sur l’exploitation de données individuelles relatives aux conscrits14. En ce sens ils permettent d’affiner considérablement les conclusions avancées par Van Meerten et Weir d’après les comptes rendus du recrutement national qui fournissent des données ventilées par département.

7Tout d’abord, quel est l’impact réel de l’urbanisation sur la stature au cours de la première révolution industrielle ? Peut-on démêler l’écheveau de l’industrialisation – comprise au sens strict-et de l’urbanisation ? Quel rôle jouent les migrations dans le déclin ou le maintien de la stature des citadins ? Les habitants des villes industrielles sont-ils désavantagés par rapport aux habitants des autres centres urbains ? La taille de la ville joue-t-elle un rôle dans le rapport entre urbanisation et niveau de nutrition nette ?

8Ensuite, quel est l’impact des activités industrielles sur les niveaux de nutrition nette ? Comme on l’a vu, la stature constitue un indice synthétique de niveau de vie. Autrement dit, on envisage là, dans une proportion difficile à cerner, l’effet des revenus mais aussi des efforts physiques associés à l’exercice d’un métier sur la stature. Cela amène bien évidemment à s’interroger sur la nomenclature des métiers déclarés par les conscrits. Les conscrits de la grande industrie sont-ils les plus mal lotis dans la France du XIXe siècle ?

  • 15 Haines M. R., « Health, Height, Nutrition, and Mortality: Evidence on the ‘ Antebellum Puzzle’from (...)

9Enfin, quel est l’impact de l’avènement des chemins de fer sur la stature ? Le train est une machine très répandue au XIXe siècle, si ce n’est la machine symbolisant le mieux la révolution industrielle contemporaine. Il a profondément modifié la structuration de l’espace économique au XIXe siècle. Son avènement, bouleversant l’organisation des marchés de denrées, a donc pu se traduire dans la stature même des Français. Toutefois son impact n’est peut-être pas forcément positif car aux États-Unis son arrivée se traduit par une dégradation du niveau de nutrition nette15. Le train amène plus de denrées ou d’engrais et de machines agricoles, mais il favorise également l’unification microbienne de l’espace à travers la circulation des personnes.

Villes et industrialisation : le cas alsacien

  • 16 Selig J.-M., Malnutrition et développement économique…, op. cit. ; Djedid K. et Hau M., op. cit.
  • 17 Le taux de malnutrition est ici obtenu en additionnant la proportion des réformés pour défaut de t (...)

10Menacée par une croissance démographique importante, l’Alsace est l’une des régions françaises les plus industrialisées du XIXe siècle, elle est aussi la région qui a été le plus étudiée par l’anthropologie physique et l’histoire anthropométrique. Ainsi, les données anthropologiques concernant les conscrits de l’arrondissement de Colmar et issues de la thèse de Jean-Michel Selig ont été récemment enrichies de l’indice anthropométrique par Karim Djedid16. La figure 34 montre l’évolution de l’indice de malnutrition – indice anthropologique – et de la stature moyenne pour les villes de Colmar et de Guebwiller17.

  • 18 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 303.

11Colmar, chef-lieu de préfecture du Haut-Rhin, reste tout au long du siècle une ville d’artisans et de fonctionnaires qui règne sur le vignoble environnant. Au contraire, Guebwiller voit se développer une industrie textile florissante au point que la ville est appelée « le petit Mulhouse » (Mulhouse-même était alors surnommée le « Manchester français »). Nous sommes donc en présence de deux villes aux profils socio-économiques très différents. En observant l’évolution de la stature dans les deux villes, on constate une dégradation sensible et commune en début de période que l’on retrouve aussi dans d’autres régions françaises et qui pourrait s’expliquer par les difficultés économiques consécutives à l’éruption du volcan Tambora18. À partir de 1819 environ la stature des conscrits colmariens connaît une croissance qui s’accélère nettement à la fin de la décennie de naissance 1820, alors que la stature des conscrits de Guebwiller, marquée de phénomènes cycliques, stagne. En revanche, la situation se dégrade sensiblement à Colmar à partir de la fin des années 1830 alors qu’à Guebwiller la stature des conscrits ne cesse quasiment d’augmenter durant tout le règne de Louis-Philippe.

Fig. 34. – Taux de malnutrition (moyenne mobile 5 ans) et stature moyenne des conscrits des villes de Colmar (moyenne mobile 9 ans) et Guebwiller (moyenne mobile 7 ans) Sources : Djedid K. et Hau M., op. cit., p. 42, avec l’aimable autorisation des éditions Armand Colin.

Fig. 34. – Taux de malnutrition (moyenne mobile 5 ans) et stature moyenne des conscrits des villes de Colmar (moyenne mobile 9 ans) et Guebwiller (moyenne mobile 7 ans) Sources : Djedid K. et Hau M., op. cit., p. 42, avec l’aimable autorisation des éditions Armand Colin.
  • 19 D’après Djedid et Hau, la densité de la vallée de Guebwiller passe de 338 à 1 174 hab./km2 entre 1 (...)
  • 20 Rappelons toutefois que le déclin statural est alors général en Occident. Dans ce contexte, il ser (...)

12Dans un contexte de pression démographique très forte19, le maintien ou la stagnation20, puis l’augmentation de la stature moyenne à Guebwiller constitue un phénomène remarquable dont le bénéfice pourrait être mis au crédit de l’industrialisation de la vallée. En créant des emplois, l’industrie textile remplacerait le tombeau par la paupérisation. Certes, la stature stagne, mais la biomasse humaine totale entretenue par l’activité économique de la vallée de Guebwiller augmente sensiblement. Par contraste, en l’absence de développement de l’industrie moderne, les conscrits colmariens s’en sortent beaucoup mieux, mais ce système traditionnel montre ses limites en fin de période. Toutefois, même après la phase de décroissance staturale, les conscrits colmariens dominent encore – mais désormais de peu – leurs homologues de Guebwiller.

  • 21 Pour Mulhouse : Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., pour Belfort : Heyberger L., « U (...)

13Deux autres villes alsaciennes ont été étudiées dans la longue durée : Mulhouse, le « Manchester français », qui constitue incontestablement la grande ville industrielle de la région et Belfort, tout d’abord simple chef-lieu d’arrondissement et ville de garnison, qui ne prend véritablement son essor démographique et économique qu’après 1871, avec l’implantation des grandes entreprises textiles et mécaniques haut-rhinoises suite à l’annexion de l’Alsace-Lorraine au Reich21. On est donc là en présence de deux cas d’industrialisation et d’urbanisation rapides et massives mais alors que le premier concerne l’âge classique du capitalisme sauvage – Mulhouse –, le second – Belfort – est contemporain de la seconde moitié du siècle. Or, à cette époque, beaucoup de facteurs concordent en Europe à l’amélioration des conditions de vie des citadins dont l’augmentation des salaires réels et l’enrichissement des rations alimentaires, mais aussi l’amélioration des conditions d’hygiène et le renforcement de l’encadrement médical, alors que les découvertes pastoriennes portent leurs premiers fruits.

Fig. 35. – Stature à Belfort et à Mulhouse, cohorte des naissances 1796-1920 (N = 48851) Source : Heyberger L., « Approche par l’histoire anthropométrique… », op. cit., p. 43.

Fig. 35. – Stature à Belfort et à Mulhouse, cohorte des naissances 1796-1920 (N = 48851) Source : Heyberger L., « Approche par l’histoire anthropométrique… », op. cit., p. 43.

14De fait la décroissance staturale est commune aux deux villes alsaciennes durant toute la première moitié du siècle. Toutefois, alors qu’elle peut être associée au développement spectaculaire de l’industrie dans le cas mulhousien, elle se déroule de manière plus accentuée à Belfort bien que cette ville reste un petit centre artisanal, administratif et militaire sans essor industriel notable. En revanche, dans la seconde moitié du siècle, Belfort connaît une industrialisation massive et très rapide alors que le niveau de nutrition nette de ses habitants s’améliore rapidement, tout comme s’est d’ailleurs aussi le cas à Mulhouse.

15Autrement dit, le cas alsacien amène à nuancer les conclusions que David Weir tire de données agglomérées à l’échelle départementale. Certes, il arrive que des villes fortement industrialisées ne connaissent pas de dégradation du niveau de nutrition nette, comme c’est le cas à Belfort et à Mulhouse. Cependant, nous sommes alors dans la seconde moitié du siècle et les conditions sont réunies pour que les niveaux de vie des citadins s’améliorent. Inversement, la stature décline dans des villes au profil socio-économique plus traditionnel – cas de Colmar dans les années 1840 et de Belfort dans les années 1810-1840 –. Industrialisation et urbanisation ne sont donc pas forcément synonymes de dégradation des conditions de vie. Toutefois, elles peuvent aussi s’accompagner de difficultés dans la première moitié du siècle, comme c’est le cas à Guebwiller et à Mulhouse, alors que les conscrits de Colmar, plus tournés vers le commerce et l’artisanat, tirent mieux leur épingle du jeu. En résumé, quel que soit le profil socio-économique de la ville, la première moitié du siècle apparaît bien pour les citadins alsaciens comme une période de difficultés. Cependant, cette tendance générale doit être replacée dans son contexte : la stature stagne également dans les campagnes alsaciennes et surtout la dégradation de la stature est plus sensible dans nombre de pays européens.

  • 22 Sur l’influence des phénomènes migratoires sur le trend statural, on peut également se reporter à (...)
  • 23 Djedid K. et Hau M., op. cit. p. 43 et 47.
  • 24 Heyberger L., « Approche par l’histoire anthropométrique…, op. cit., p. 46.
  • 25 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 236-245.
  • 26 Sur la question de la chronologie de la croissance associée aux mouvements migratoires en France, (...)
  • 27 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 399.

16D’autre part, dans quelle mesure le déclin statural des citadins peut-il trouver son origine dans l’afflux massif dans les villes de ruraux malnutris, chassés des campagnes par la faim22 ? Dans le cas de Colmar, la part des néo-citadins parmi les malnutris évolue très peu alors que par ailleurs les variables malnutrition et stature moyenne sont étroitement corrélées à l’échelle des 140 communes de l’arrondissement éponyme23. Un afflux massif de pauvres venus des campagnes semble donc exclu pour expliquer le déclin statural des années 1840. De même, dans le cas de Belfort, décroissance puis croissance staturale des Belfortains d’origine et des néo-Belfortains sont strictement parallèles de 1800 à 192024. Néanmoins, c’est le cas de Mulhouse qui est le plus intéressant car « la ville aux cent cheminées » constitue le cœur industriel de la région alsacienne et connaît un afflux de populations rurales important dès la première moitié du siècle. Or ici encore, la dégradation du niveau de nutrition nette est commune aux Mulhousiens d’origine et aux néo-citadins25. La ville semble donc en partie imprimer sa marque dans la chair et les os des Alsaciens durant l’adolescence des conscrits, à un moment où tous habitent le milieu urbain et où la croissance staturale n’est pas achevée26. Mieux – ou pire – : à profession identique, c’est-à-dire à niveau de rémunération a priori semblable, les ouvriers nés à Mulhouse ont tendance à être plus petits que les néo-citadins dans la première moitié du siècle. Inversement, dans la seconde moitié du siècle, l’avantage revient aux ouvriers nés à Mulhouse, ce qui confirme l’amélioration des conditions de vie urbaine précédemment évoquée27.

Ville et industrialisation : Paris et la France

  • 28 Soudjian G., Anthropologie du conscrit parisien sous le second empire, Panazol, Lavauzelle, 2008, (...)

17Compte tenu du précédent mulhousien, la légère dégradation du niveau de nutrition nette qu’observe Guy Soudjian à Paris au cours de la première moitié du siècle pourrait bien trouver son origine dans les mauvaises conditions épidémiologiques et hygiéniques qui caractérisent alors la capitale28.

18Paris, Mulhouse, Colmar, Guebwiller, Belfort : toutes ces villes connaissent un déclin statural, au mieux une stagnation, alors que la stature moyenne nationale augmente. La situation des citadins se dégrade donc au cours de la première moitié du siècle. Pourtant Weir montre à l’échelle des départements une corrélation positive entre urbanisation et stature. Il se pourrait donc que la relation envisagée par Weir entre urbanisation et stature soit un cas d’erreur écologique. Certes, en moyenne les départements urbanisés – au nord de la fameuse ligne Saint-Malo/Genève – abritent des conscrits plus grands que les départements au caractère rural davantage affirmé. Toutefois, cela ne prouve pas qu’au sein même des départements urbanisés les conscrits les plus grands résident dans les centres urbains. Paris et l’Alsace semblent prouver le contraire. Il faut donc dépasser le cadre géographique régional tout en conservant l’unité d’observation individuelle pour étendre l’hypothèse alsacienne au reste du pays.

  • 29 Les résultats évoqués ici ont été publiés dans Heyberger L., « Niveaux de vie biologiques, disponi (...)
  • 30 Le seuil de population urbaine a ici été fixé à 5 000 habitants. La variable stature est observée (...)
  • 31 À titre de comparaison, une population peut en moyenne grandir de 1 à 1,5 mm par an.

19Une étude portant sur plus de 81 000 conscrits nés en 1848 et issus de 111 arrondissements répartis sur 36 départements le permet29. Toutes choses étant égales par ailleurs, la ville exerce bien une influence négative et significative sur la stature des conscrits. Autrement dit, même à profession identique et à niveau de nutrition brute égal, les citadins sont désavantagés par rapport aux ruraux et cette infériorité s’explique par des dépenses énergétiques supérieures causées par un environnement épidémiologique dégradé30. Plus la ville est importante, plus les conscrits sont désavantagés. Le phénomène atteint donc son maximum d’intensité dans les villes de 75 000 habitants et plus – Lille, Rouen, Lyon et Marseille – où les conscrits accusent plus d’un centimètre d’écart avec les conscrits ruraux31. Il semble donc bien que l’hypothèse de David Weir concernant l’influence positive de l’urbanisation sur la stature des Français puisse être définitivement rejetée.

Activités industrielles et stature des conscrits : la grande industrie et le secteur textile

20Il est tentant d’essayer de mesurer l’impact des activités industrielles sur la stature des conscrits. Déjà au XIXe siècle, toute une littérature hygiéniste, à la suite de Villermé, dénonçait les méfaits de l’industrialisation sur le corps des ouvriers, usant notamment de l’argument anthropométrique et plus largement de l’anthropologie physique.

21Il n’est bien évidemment pas question de minimiser le rôle débilitant de nombre d’activités professionnelles apparues avec la révolution industrielle. Mais la rigueur scientifique ne gagnerait rien à des schématisations trop hâtives et amène à rappeler que la stature constitue un indice synthétique de niveau de vie. Ainsi, les différences de stature moyenne observées suivant la profession exercée sont bien connues depuis le XIXe siècle mais ne renvoient pas uniquement, loin s’en faut, aux conditions de travail du conscrit toisé. La variable « profession » renvoie bien évidemment à ces dernières, mais aussi aux revenus tirés de l’activité concernée, au genre de vie associé au métier, à la profession des parents et au niveau de richesse correspondant.

  • 32 Voir Dupâquier J., Pelissier J.-P., « Mutation d’une société : la mobilité professionnelle », in D (...)

22La définition des revenus associés à une profession n’est pas sans poser également problème car les sources utilisées ne mentionnent que bien rarement le statut de l’individu : apprenti, ouvrier ou artisan ? Enfin, au cours du traitement statistique des données, devant le très grand nombre de métiers recensés, l’historien doit effectuer des choix de regroupement en catégories professionnelles qui prêtent nécessairement à discussion32. Ainsi, dans l’analyse des données des 81 605 conscrits de la cohorte de naissance 1848 (figure 36), ne sont regroupés sous l’appellation « industrie » que les individus qu’on a pu rattacher avec certitude à la grande industrie naissante. Dans de nombreux autres cas, on ne peut savoir par le seul canton de résidence et la mention de la profession si le conscrit travaille à son compte ou s’il est salarié et si dans ce dernier cas il travaille dans une petite ou une grande unité de production.

  • 33 Lantzsch J. et Schuster K., « Socioeconomic status and physical stature in 19th century Bavaria »,(...)

23Malgré toutes les réserves qui viennent d’être faites, il semble que la variable « profession du conscrit » puisse renseigner partiellement sur les conditions de vie et de travail associées au métier concerné. En effet, une analyse récente sur des données bavaroises du XIXe siècle montre qu’après contrôle pour la profession des parents, la profession du conscrit joue un rôle propre qui renvoie notamment aux bonnes ou aux mauvaises conditions de travail durant l’adolescence33.

24Ainsi, les conscrits de la catégorie « industrie » apparaissent très défavorisés par rapport aux autres jeunes gens exerçant une activité physique et tout particulièrement par rapport aux catégories industrie/artisanat du bois et de la métallurgie qui comportent pourtant – dans une proportion que les sources ne nous permettent donc pas de cerner-d’authentiques prolétaires. Sans surprise, et même de façon caricaturale, la hiérarchie anthropométrique se calque sur la hiérarchie socioprofessionnelle du XIXe siècle : les tailleurs et autres conscrits du secteur de l’habillement sont les plus petits, suivis de près par les ouvriers de fabrique et les mineurs.

  • 34 Kirby P., « Causes of short stature among coalmining children, 1823-1850 », The Economic History R (...)
  • 35 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit, p. 248 et 395.
  • 36 Hau M., L’Industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Strasbourg, Association des Publications près (...)

25La faible stature de ces derniers a fait débat chez les historiens anglo-saxons34. Sont-ils plus petits notamment en raison d’une sélection sur critère anthropométrique ou entre autres en raison de salaires insuffisants ? La question n’a pas été définitivement tranchée, néanmoins le cas du rattacheur alsacien présente des similitudes qui permettent d’éclairer ce débat. Les rattacheurs sont les conscrits les plus petits de Mulhouse pour les générations nées dans la première moitié du siècle (159,9 cm), mais ils voient par la suite leur stature moyenne augmenter de près de 4 cm, alors que la stature moyenne des professions comptant plus de 100 individus toisés diminue dans la même période de 0,5 cm35. Les enfants, habituellement employés pour rattacher les fils cassés sous les machines, ne manquaient pas dans la ruche industrielle mulhousienne du XIXe siècle. La faible stature des rattacheurs âgés de 20 ans nés entre 1822 et 1850 ne semble donc pas pouvoir s’expliquer par une pénurie contemporaine de main-d’œuvre infantile et par une sélection sur critère anthropométrique. En revanche on sait que les salaires des rattacheurs, parmi les plus faibles, sont ceux qui augmentent le plus sous le Second Empire36. On assiste donc à un phénomène classique de convergence, avec le rattrapage des catégories les plus défavorisées, rattrapage qui se traduit sous la toise et dans les porte-monnaie. À suivre le cas des rattacheurs, le lien entre profession et stature s’expliquerait donc en grande partie par l’effet des revenus induits par l’exercice de la profession sur l’indice de nutrition nette qu’est la stature.

  • 37 Cette catégorie regroupe les boulangers, bouchers, charcutiers, etc. sans que le statut à l’intéri (...)

26De manière générale, la faible stature des rattacheurs mulhousiens renvoie à la position peu enviable des conscrits du secteur textile que l’on observe à l’échelle nationale (figure 3). Encore pour la génération née en 1848, mieux vaut être proche des sources de nutriments, produire ces derniers (agriculteurs exploitants et même agriculteurs non-exploitants, catégorie « alimentaire »37) ou les vendre (commerce alimentaire) qu’exercer un métier artisanal peu rémunérateur (bâtiment et textile). Chez les manuels, seule l’aristocratie ouvrière – et artisanale – fait légèrement mieux que les agriculteurs exploitants avec les secteurs du bois et de la métallurgie. La position privilégiée des cols blancs et autres conscrits du secteur tertiaire renvoie bien évidemment à des revenus supérieurs et à une petite enfance passée dans un milieu plus favorisé, mais aussi à l’absence d’activités physiques usantes dès la mise au travail. À une époque de stress alimentaire, à un âge où la croissance biologique du corps n’est pas achevée et où les nutriments qui sont utilisés pour l’activité physique ne sont plus disponibles pour cette croissance, le travail infantile physique possède une influence sur la stature, bien que son importance soit difficile à déterminer.

Fig. 36. – Stature des conscrits français nés en 1848 par groupe de professions (N = 81 605). Source : Heyberger L., « Niveaux de vie biologiques, disponibilités alimentaires… », op. cit., p. 188.

Fig. 36. – Stature des conscrits français nés en 1848 par groupe de professions (N = 81 605). Source : Heyberger L., « Niveaux de vie biologiques, disponibilités alimentaires… », op. cit., p. 188.
  • 38 Effectifs respectifs : 970, 5 117, 3 045, 4 664, 1 088.

27Au total les conscrits exerçant avec certitude une activité dans de grandes unités modernes de production (catégorie « industrie ») sont bien parmi les plus mal lotis, mais ils sont peu nombreux et les conscrits des métiers plus traditionnels, à l’effectif beaucoup plus fourni (bâtiment, habillement) ou comportant une part indéterminée de travailleurs dans de grandes unités modernes de production (textile, mines) jouissent d’un niveau de nutrition nette à peu de chose près similaire38. La civilisation urbaine et industrielle naissante semble par ailleurs générer des écarts anthropométriques plus importants que la civilisation rurale traditionnelle, comme en témoignent les valeurs extrêmes associées aux groupes « industrie », « étudiants », « employés » et « professions libérales ».

  • 39 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 395.

28Cette approche à l’échelle nationale masque toutefois des nuances qui apparaissent au niveau régional. Si les ouvriers de fabrique (162,7 cm), les rattacheurs (163,4 cm), les fileurs (164,1 cm) et les tisserands (164,2 cm) sont toujours parmi les Mulhousiens les plus petits dans la seconde moitié du siècle, d’autres ouvriers du secteur textile travaillant dans les grandes manufactures du « Manchester français » comptent parmi les plus grands : les dessinateurs (166,8 cm), les graveurs sur rouleau (167,6 cm) et les dessinateurs de fleurs (167,8 cm)39. La grande industrie textile urbaine ne génère donc pas que misère physiologique.

  • 40 Ibid., p. 251.

29De plus, lorsque l’on en vient à comparer les actifs du secteur textile à la ville et à la campagne, on constate que les ruraux des petites unités de production sont défavorisés par rapport aux Mulhousiens. Ainsi, les tisserands de l’arrondissement rural de Sélestat, situé entre Colmar au sud et Strasbourg au nord, sont nettement plus petits (163,6 cm) que les fileurs des grandes fabriques de Mulhouse (165,1 cm) durant la première moitié du siècle40. Les contemporains ne s’y sont pas trompés :

  • 41 Le médecin explique la misère des ouvriers en premier lieu par la mauvaise gestion du budget famil (...)
  • 42 Rapport du médecin-major du 15e régiment d’artillerie sur l’état sanitaire des conscrits du Haut-R (...)

« La plus grande partie de la plaie n’est pas là41 ; elle existe chez les ouvriers qui, très souvent, n’ont que de très petits locaux, mal aérés, mal éclairés, en un mot dans de très mauvaises conditions hygiéniques, et ensuite dans les heures de travail, qui sont bien plus prolongées que dans les grandes fabriques ; loin de moi cependant l’idée que les grandes fabriques n’ont pas une influence fâcheuse sur l’état sanitaire des enfants et même des adultes, mais elle est bien moins grande que celle signalée chez les petits particuliers ; du reste il n’y a qu’à voir l’un et l’autre pour juger ; et nous pouvons donc dire que les jeunes gens, employés dans les fabriques, nous ont moins souvent offert des cas de réforme, proportion gardée, que les ouvriers qui travaillent chez eux42. »

  • 43 Années d’examen 1896-1914. Le tissage à domicile a perduré jusqu’à la Grande Guerre dans le Kreis (...)

30Il faut cependant attendre la précision des archives de l’époque allemande pour constater un – léger – avantage des conscrits tisserands de fabrique (165,8 cm) sur leurs homologues travaillant à domicile (165,4 cm)43. Le contraste est toutefois important à noter car Hausweber et Fabrik Weber sont issus du Kreis de Sélestat : leurs conditions de vie hors activité professionnelle sont donc identiques.

Des bienfaits du chemin de fer sur le niveau de nutrition nette

  • 44 Heyberger L., « Avènement du chemin de fer, urbanisation et niveau de nutrition nette dans la Fran (...)
  • 45 Coefficient statistiquement significatif, à profession, degré d’instruction et consommation de pro (...)

31Les effets de l’industrie textile sur la stature des conscrits sont donc complexes à saisir suivant que l’on envisage les différentes professions concernées et la taille de l’unité de production. Une autre manifestation majeure de l’industrialisation du XIXe siècle a fait récemment l’objet d’une analyse par l’histoire anthropométrique : le train44. Les contemporains eux-mêmes étaient très partagés sur le rôle que pouvait éventuellement jouer l’avènement du réseau de chemin de fer sur la stature des conscrits. Certes, les effets positifs l’emportent nettement dans leurs analyses, mais ils étaient nombreux à penser que l’élévation de la stature qu’ils constataient, sans vraiment pouvoir la mesurer, était causée par des brassages ethniques induits par la construction du réseau. Dans l’échantillon de 81 605 conscrits utilisé, la présence d’une voie dans le canton se traduit, à la ville comme à la campagne, par un gain statural de l’ordre de 0,5 cm, toutes choses étant égales par ailleurs45. Pour une influence mesurée sur un échantillon d’échelle nationale (36 départements), c’est là une grandeur non négligeable, surtout si on la rapporte au gain séculaire, de l’ordre de 2 cm. Contrairement aux à ce qui se passe aux États-Unis, l’arrivée du chemin de fer en France se traduit par une amélioration du niveau de nutrition nette. Du fait d’une politique des transports pluriséculaire, l’espace microbien français était déjà unifié avant l’avènement du chemin de fer. Dès lors ce dernier ne peut se traduire que par un gain statural qui rend compte de meilleurs approvisionnements et de meilleures possibilités d’exportation, donc de revenus.

Conclusion

32L’industrialisation de la première moitié du XIXe siècle constitue, à bien des égards, un moment critique dans l’histoire des niveaux de vie en France. Certes, le temps des grandes disettes, et même celui des disettes larvées est passé. Certes, la très faible augmentation de la stature moyenne que l’on observe alors à l’échelle nationale peut paraître bien médiocre, et même donner l’impression d’une stagnation, mais il ne faut pas oublier qu’alors la très grande majorité des pays occidentaux connaît un déclin statural marqué. Suivant la voie de « l’industrialisation douce », la France, industrielle mais rurale, semble même bien tirer son épingle du jeu.

33Toutefois, les citadins alsaciens connaissent alors une dégradation de leur niveau de nutrition nette, quel que soit le profil industriel, administratif, commercial ou militaire de la ville qu’ils habitent. À l’échelle nationale, plus la ville est importante, plus l’environnement épidémiologique se dégrade et les conscrits sont petits. De plus, l’influence débilitante de nombre de métiers « industriels », tout particulièrement du secteur textile, est prouvée. Elle s’explique par des niveaux de rémunération parmi les plus bas, mais aussi par de mauvaises conditions de travail.

34Si du point de vue de l’environnement épidémiologique les conditions de vie se dégradent à mesure que la taille de la ville augmente, il semble qu’au contraire, dans le secteur du textile, le niveau de nutrition nette des ouvriers des grandes unités de production soit un peu meilleur que celui des ouvriers à domicile.

35L’avènement du chemin de fer sous Napoléon III vient rapidement, bien que dans des proportions tout à fait moyennes, améliorer les niveaux de nutrition nette des conscrits français, à la ville comme à la campagne. Par la suite, la ville devient en Alsace plus favorable à la croissance des corps que la campagne. Ce phénomène se renforcera au début du XXe siècle, notamment grâce à la tertiarisation de l’espace urbain.

Notes

1 Voir Heyberger L., La Révolution des corps. Décroissance et croissance staturale des habitants des villes et des campagnes en France, 1780-1940, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, Belfort, Pôle éditorial multimédia de l’UTBM, coll. « sciences humaines et technologie », 2005, p. 98-103.

2 Voir Steckel R. H., « Strategic Ideas in the Rise of the New Anthropometric History and their Implications for Interdisciplinary Research », Journal of Economic History, 58, 3, 1998, p. 803-821; numéros spéciaux de Social Science History, 28, 2004 et d’Explorations in Economic History, 46, 2009.

3 Nutrition nette = nutrition brute (apports en nutriments) – dépenses en énergie (métabolisme basal, travail des enfants, maladies, etc.). La notion de nutrition brute prend ici en compte la qualité des nutriments, leur quantité mais aussi la régularité des apports tout au long de la période de croissance, tout particulièrement lorsque cette dernière est importante (petite enfance et adolescence). Voir Baten J., Ernährung und wirtschaftliche Entwicklung in Bayern (1730-1880), Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 1999, p. 13.

4 Voir notamment Bogin B., The Growth of humanity, New York, Wiley-Liss, 1999.

5 McEvoy B. P., Visscher P. M., « Genetics of human height », Economics and Human Biology 7, 3, 2009, p. 294-306.

6 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 108.

7 Voir notamment Komlos J., « Shrinking in a Growing Economy? The Mystery of Physical Stature during the Industrial Revolution », Journal of Economic History, 58, 3, 1998, p. 779-802; Komlos J., « Histoire anthropométrique: bilan de deux décennies de recherche », Économies et Sociétés (Série histoire économique quantitative, AF 29), 2003, p. 1-24; Steckel R. H., « Strategic Ideas… », op. cit.; Steckel R. H., « Heights and human welfare: Recent developments and new directions », Explorations in Economic History, 46, 2009, p. 1-23.

8 Van Meerten M.-A., « Développement économique et stature en France, XIXe-XXe siècles », Annales Économies Sociétés Civilisations, 45, 3, 1990, p. 755-778.

9 Weir D. R., « Economic Welfare and Physical Well-Being in France, 1750-1990 », Steckel R. H. et Floud R. (dir.), Health and Welfare during Industrialization, Chicago, University of Chicago Press, 1997, p. 161-200.

10 Steckel R.-H. et Floud R., « Conclusions », ibid., p. 423-449.

11 Olivier J.-M., Des Clous, des horloges et des lunettes. Les campagnards moréziens en industrie (1780-1914), Paris, CTHS, 2004.

12 Voir notamment Selig J.-M., Malnutrition et développement économique dans l’Alsace du XIXe siècle, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1996 ; Schultz V., Population et niveaux de vie à Strasbourg de la Révolution à l’annexion : le niveau de vie des milieux modestes et défavorisés, approche par les registres de conscription et présentation de l’école de travail, thèse, Université de Strasbourg, 2006 ; Djedid K. et Hau M., « Stature et malnutrition dans l’Alsace de la première moitié du XIXe siècle », Histoire, économie et société, 28, 1, 2009, p. 35-56.

13 Nous ne prétendons donc pas faire ici une synthèse exhaustive des travaux menés sur le cas français en nouvelle histoire anthropométrique. Nous renvoyons le lecteur aux études dont sont tirées les données présentées ci-dessous.

14 Par définition, ce type de source ne permet pas d’étudier les populations féminines. Or à l’échelle historique, face aux mêmes conditions socioéconomiques, la stature féminine ne répond pas toujours de manière identique à celle des hommes, notamment pour des raisons de discrimination sexuelle.

15 Haines M. R., « Health, Height, Nutrition, and Mortality: Evidence on the ‘ Antebellum Puzzle’from Union Army Recruits for New York State and the United States », Komlos J. et Baten J. (dir.), The Biological Standard of Living in Comparative Perspective, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1998, p. 155-180.

16 Selig J.-M., Malnutrition et développement économique…, op. cit. ; Djedid K. et Hau M., op. cit.

17 Le taux de malnutrition est ici obtenu en additionnant la proportion des réformés pour défaut de taille, faiblesse de complexion, hernie, goitre, rachitisme, taies sur l’œil et caries dentaires. D’autres définitions, légèrement différentes, peuvent être retenues (cf.Schultz V. « Les crises économiques à l’épreuve de l’histoire anthropométrique : l’exemple de Strasbourg au XIXe siècle », Histoire, économie et société, 28, 1, 2009, p. 26-27, qui retient également le scorbut). La thèse de Véronique Schultz (op. cit.) se penche sur le cas de Strasbourg mais malheureusement les registres de cette ville ne comportent pas de stature et cette étude est donc davantage une recherche d’anthropologie physique que nous n’évoquerons pas ici.

18 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 303.

19 D’après Djedid et Hau, la densité de la vallée de Guebwiller passe de 338 à 1 174 hab./km2 entre 1801 et 1870.

20 Rappelons toutefois que le déclin statural est alors général en Occident. Dans ce contexte, il serait donc plus approprié d’évoquer un maintien, qui constitue déjà une exception positive, plutôt qu’une stagnation qui laisserait à penser que la tendance générale est meilleure. En l’état actuel de nos connaissances, la croissance staturale reste une exception en Occident durant la première moitié du XIXe siècle.

21 Pour Mulhouse : Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., pour Belfort : Heyberger L., « Une révolution industrielle, deux révolutions des corps. Les effets contrastés de l’industrialisation sur les niveaux de vie biologiques à Mulhouse et Belfort (1796-1940) », Cahiers de RECITS, 5, 2007, p. 239-262 ; Heyberger L., « Approche par l’histoire anthropométrique de l’évolution des niveaux de vie à Belfort et à Mulhouse durant la révolution industrielle (1796-1940) », Bulletin de la société belfortaine d’émulation, 99, 2008, p. 37-52.

22 Sur l’influence des phénomènes migratoires sur le trend statural, on peut également se reporter à l’étude des cas dunkerquois et alençonnais : Lenhof J.-L., « Mécanisation, opposition à la modernisation économique et biologie humaine dans la France du Nord-Ouest au XIXe siècle : une étude comparée des travailleurs du textile et des gens de mer », Histoire, économie et société, 28, 1, 2009, p. 85.

23 Djedid K. et Hau M., op. cit. p. 43 et 47.

24 Heyberger L., « Approche par l’histoire anthropométrique…, op. cit., p. 46.

25 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 236-245.

26 Sur la question de la chronologie de la croissance associée aux mouvements migratoires en France, voir Boëtsch G., Brus A. et Ancel B., « Stature, économie et migration au XIXe siècle : analyse comparée entre Haute-Vienne et Hautes-Alpes », Histoire, économie et société, 28, 1, 2009, p. 57-72.

27 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 399.

28 Soudjian G., Anthropologie du conscrit parisien sous le second empire, Panazol, Lavauzelle, 2008, p. 186. Calcul d’après des données agglomérées à l’échelle du département.

29 Les résultats évoqués ici ont été publiés dans Heyberger L., « Niveaux de vie biologiques, disponibilités alimentaires et consommations populaires en France au milieu du XIXe siècle », Annales de démographie historique, 2, 2009, p. 167-191, auquel nous renvoyons pour la présentation des sources, la méthodologie et les résultats plus précis.

30 Le seuil de population urbaine a ici été fixé à 5 000 habitants. La variable stature est observée à l’échelle du conscrit, la variable urbanisation à l’échelle du canton.

31 À titre de comparaison, une population peut en moyenne grandir de 1 à 1,5 mm par an.

32 Voir Dupâquier J., Pelissier J.-P., « Mutation d’une société : la mobilité professionnelle », in Dupâquier J., Kessler D. (dir.), La Société française au XIXe siècle. Tradition, transition, transformations, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 1992, p. 121-179. Nous avons rencontré les mêmes difficultés et avons adopté en grande partie la même stratégie que ces auteurs.

33 Lantzsch J. et Schuster K., « Socioeconomic status and physical stature in 19th century Bavaria », Economics and Human Biology, 7, 2009, p. 53.

34 Kirby P., « Causes of short stature among coalmining children, 1823-1850 », The Economic History Review, 48, 1995, p. 687-699; Kirby P., « Short stature among coalmining children: a rejoinder », The Economic History Review, 1997, 50, p. 538-541; Humphries J., « Short stature among coalmining children: a comment », The Economic History Review, 1997, 50, p. 531-537.

35 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit, p. 248 et 395.

36 Hau M., L’Industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Strasbourg, Association des Publications près les Universités de Strasbourg, 1987, p. 303, note 35.

37 Cette catégorie regroupe les boulangers, bouchers, charcutiers, etc. sans que le statut à l’intérieur de la profession puisse être précisé.

38 Effectifs respectifs : 970, 5 117, 3 045, 4 664, 1 088.

39 Heyberger L., La Révolution des corps…, op. cit., p. 395.

40 Ibid., p. 251.

41 Le médecin explique la misère des ouvriers en premier lieu par la mauvaise gestion du budget familial (constat classique des auteurs bourgeois du XIXe siècle : ce ne sont pas les bas salaires qui sont en question, et l’absence d’économie vient du manque de rigueur des ouvriers) et par le travail en bas âge des enfants.

42 Rapport du médecin-major du 15e régiment d’artillerie sur l’état sanitaire des conscrits du Haut-Rhin de la classe 1852, 5 juillet 1853, Archives Départementales du Haut-Rhin, 1 R 88.

43 Années d’examen 1896-1914. Le tissage à domicile a perduré jusqu’à la Grande Guerre dans le Kreis de Sélestat.

44 Heyberger L., « Avènement du chemin de fer, urbanisation et niveau de nutrition nette dans la France du Second Empire », Lamard P. et Stoskopf N. (dir.), Transports et territoires ou les bégaiements de l’histoire, Paris, Picard, à paraître.

45 Coefficient statistiquement significatif, à profession, degré d’instruction et consommation de protéines identiques, les deux premières variables étant observées à l’échelle individuelle, la dernière à l’échelle de l’arrondissement. L’analyse donne à peu de choses près les mêmes résultats avec le réseau en son état de 1853 – petite enfance des conscrits – ou de 1868 – adolescence des conscrits – alors que pourtant les changements intervenus dans la géographie du réseau entre ces deux dates sont considérables. Ces résultats tendent donc à montrer les effets rapides – puisque perceptibles avec le réseau en son état de 1868 – de l’arrivée du chemin de fer sur le niveau de nutrition nette.

Table des illustrations

Titre Fig. 34. – Taux de malnutrition (moyenne mobile 5 ans) et stature moyenne des conscrits des villes de Colmar (moyenne mobile 9 ans) et Guebwiller (moyenne mobile 7 ans) Sources : Djedid K. et Hau M., op. cit., p. 42, avec l’aimable autorisation des éditions Armand Colin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 35. – Stature à Belfort et à Mulhouse, cohorte des naissances 1796-1920 (N = 48851) Source : Heyberger L., « Approche par l’histoire anthropométrique… », op. cit., p. 43.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 36. – Stature des conscrits français nés en 1848 par groupe de professions (N = 81 605). Source : Heyberger L., « Niveaux de vie biologiques, disponibilités alimentaires… », op. cit., p. 188.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteur

MCF en histoire contemporaine, université de technologie de Belfort-Montbéliard – RECITS

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540