Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Cinquième partie. Régénération et fatigues des corps

Les puissances vives soumises aux forces mortes. Hygiénistes, corps ouvriers et machines au XIXe siècle en France (1800-1870)

Thomas Le Roux

Texte intégral

  • 1 Corbin A., Vigarello G., Courtine J.-J., Histoire du corps. De la Révolution à la Grande guerre, t (...)
  • 2 la berge A., Mission and Method. The Early-Nineteenth-Century French Public Health Movement, Cambr (...)
  • 3 corbin A., Le miasme et la jonquille, Paris, Aubier, 1982 ; Le Roux T., Le laboratoire des polluti (...)

1Avec l’âge industriel et ses mutations technologiques, le rapport du corps humain à son environnement se modifie, surtout dans les ateliers et les usines, où l’introduction du machinisme transforme radicalement les processus de production, l’organisation du travail, la maîtrise des outils et des corps. Ces corps d’artisans ou d’ouvriers, les machines peuvent les soulager dans certaines tâches et leur épargner le contact de substances toxiques, mais elles les brutalisent aussi en leur imposant cadences infernales, bruits assourdissants et risques nouveaux. On connaît, grâce aux histoires du corps et au renouvellement de l’histoire de la santé au travail, la part sombre du progrès économique tiré par l’industrie mécanique1. De l’accident à l’usure quotidienne, de la dépossession de l’outil de travail à la soumission à un ordre techniciste, l’irruption mécaniste et ses conséquences sur les corps ouvriers ont tardé à préoccuper les hygiénistes français, dont la communauté influente et les travaux sont pourtant des références en Europe au XIXe siècle2. Dans leur grande œuvre d’acclimatation de l’industrie dans la société3, les hygiénistes perçoivent en fait la machine comme un élément indissociable du progrès. Sans remettre en cause son existence, ils cherchent ainsi divers palliatifs pour atténuer ses inconvénients. Leur attitude et leurs préconisations sur ce sujet méritent amplement d’être interrogées.

  • 4 Moriceau C., Les douleurs de l’industrie. L’hygiénisme industriel en France, 1860-1914, Paris, Édi (...)

2Dans le cadre de la réflexion collective sur les corps et les machines à l’âge industriel, cette contribution se limitera à donner quelques jalons de la pensée et de l’action hygiénistes lors de la première industrialisation de la société française, entre 1800 et 1870, période durant laquelle la nouveauté de la machine bouleverse la société de façon inédite. Dans le sillage des travaux récents de François Jarrige et Caroline Moriceau, la relation corps/machine sera également appréhendée dans son évolution conjointe avec le processus de mise en place et de justification de l’ordre industriel4. Au cours de ces décennies décisives, l’œuvre du médecin Villermé, qui s’épanouit en 1840, apparaît comme le pivot de la pensée hygiéniste. Elle découle de l’action et des préceptes du Conseil de salubrité de Paris, créé en 1802, et elle influence fortement la réflexion hygiéniste durant encore une génération. Sa généalogie et ses héritages fondent un pacte essentiel entre l’industrie et l’hygiénisme en France.

Naissance et justification du corps-rouage (1800-1840)

  • 5 Schaffer S., « Enlightened Automata », in Clark W., Golinski J., Schaffer S., The Sciences in Enli (...)
  • 6 Chaptal J.-A., Essai sur le perfectionnement des arts chimiques en France, s.d. [1799], p. 9-10.
  • 7 Pour tout ce paragraphe, Le Roux T., Le laboratoire des pollutions…, op. cit., chapitres v et vi.

3Résultat du mouvement philosophique des Lumières, de l’uniformisation des normes et de la rationalisation économique, l’ouvrier devient un élément du processus productif qui peut être soumis aux statistiques et à l’universel ordonnancement du monde. À la différence de l’artisan, maître de son outil de travail, de ses opérations plus ou moins secrètes et de son rythme de production, il obéit aux impératifs de son secteur de production et devient une variable mesurable et contrôlable de la rationalité managériale5. À ce titre, son corps doit être discipliné. En France, une convergence s’opère très vite entre cette vision utilitariste du travail et celle des médecins et chimistes appelés à fonder la communauté des hygiénistes. Cette convergence s’incarne dans la personne de Chaptal, ancien docteur, chimiste et entrepreneur, qui crée, lorsqu’il est ministre de l’Intérieur (1800-1804), le Conseil de salubrité de Paris, berceau de l’hygiénisme français. En 1798, Chaptal avait construit une grande fabrique d’acide sulfurique à Paris (aux Thernes), et il publia l’année suivante L’essai sur le perfectionnement des arts chimiques, ouvrage que l’on peut considérer comme un véritable programme de gouvernement économique, vingt ans avant sa grande œuvre, De l’industrie française. Dans son Essai, Chaptal discute des moyens de rendre optimale la production industrielle, dans le cadre favorable des nouvelles institutions post-révolutionnaires. Sur les questions de main-d’œuvre, il écrit notamment que : « Divers travaux d’un atelier ne sont pas tous également faciles et agréables ; et comme le jeune homme n’est que trop souvent disposé à se refuser aux opérations difficiles ou dégoûtantes, il faut une force coactive pour l’y contraindre : or cette force n’existe que dans les liens qui le retiennent dans l’atelier et le mettent à la disposition du chef6. » Ainsi, pour Chaptal, le corps des ouvriers doit être discipliné et la question des conditions de travail est une affaire purement privée entre l’entrepreneur, qui détient l’autorité, et ses employés, qui lui sont strictement soumis. Le lien fondateur avec les premiers hygiénistes s’opère à l’occasion de la question des nuisances industrielles. Au tout début du siècle, Chaptal est accusé par ses voisins des Thernes de polluer les propriétés entourant son usine d’acide sulfurique, et il est poursuivi en justice. Plus généralement, en tant que ministre en charge de la régulation industrielle, il est régulièrement interpellé par les préfets pour suppléer à l’absence de règles efficaces contre ces nuisances. Tout en ordonnant l’arrêt de son procès particulier, Chaptal renvoie entre 1802 et 1804 la résolution générale de la question à une expertise médicale et scientifique, dont il s’assure du contrôle. Tout d’abord, il contribue à faire du Conseil de salubrité de Paris une instance dominée par des chimistes bienveillants à l’égard de l’industrie. Parmi les quatre premiers membres, Cadet de Gassicourt, Deyeux et Parmentier, ses collègues pharmaciens et chimistes de l’Académie des Sciences et de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, partagent ses idées sur la discipline ouvrière. Plus tard, l’industriel Darcet exerce sur ce Conseil un leadership, bien qu’il soit l’un des plus gros pollueurs de Paris. En 1816, il est associé aux intérêts de Chaptal lorsqu’il devient directeur de sa manufacture d’acide sulfurique. De même, le médecin Marc est lui aussi fabricant de produits chimiques. Quant à Bérard, vice-président du Conseil à partir de 1817, il est partenaire de Chaptal dans plusieurs entreprises, par exemple des compagnies de gaz d’éclairage. En dehors même de ce Conseil qui lie l’investissement industriel à l’hygiénisme, Chaptal s’attache à fournir à l’État un argumentaire déniant à l’industrie sa nocuité sur l’espace public. En 1804, avec Guyton de Morveau, il rédige le rapport de l’Académie des Sciences sur les établissements industriels insalubres qui pose les fondements d’une régulation administrée et industrialiste. Il y présente une industrie chimique inoffensive et refuse d’intégrer les maladies et les risques du travail aux prérogatives de l’État. L’ouvrier doit accepter les risques professionnels, dont il assume les conséquences par le contrat qui le lie à son patron7.

  • 8 Carol A., « Le cadavre et la machine au XIXe siècle », dans ce volume, p. 87-98.

4Ainsi, Chaptal fonde une politique économique basée sur l’encouragement industriel de l’État, la rationalité administrative et la soumission des corps, au point que Michel Foucault a parlé de formation d’un biopouvoir. Dans ce volume, Anne Carol souligne également cette gestion chaptalienne des corps, avec la conception machiniste des cimetières consécutive au décret sur les sépultures (1804), dans lequel les hygiénistes se reconnaissent8. On ne doit donc pas s’étonner que les hygiénistes, et plus particulièrement le Conseil de salubrité, première institution sanitaire de France, n’ait pas beaucoup agi en faveur de la santé ouvrière ; elle est liée et doit son existence à une personnalité puissante qui considère les ouvriers comme un simple rouage des machines.

  • 9 Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale (dorénavant AHPML), t. XV, 1836, p. 5-67 et 243-2 (...)
  • 10 Jarrige F., Au temps des « tueuses de bras »…, op. cit., chap. x.
  • 11 AHPML, 1835, t. XIII, p. 304-344, notamment p. 337.
  • 12 Archives de la Préfecture de police, Rapport du Conseil de salubrité, 15 novembre 1822.

5De fait, avant les années 1840, parmi les hygiénistes qui écrivent dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légale, la réflexion sur la relation corps/machines est extrêmement superficielle. Pour préserver les ouvriers des dangers de leur travail, ils préconisent essentiellement des systèmes de protection ou d’appareillage des corps par des dispositifs de sécurité qui empêchent d’interroger vraiment l’irruption du machinisme dans la sphère productive. Par exemple, ils conseillent en 1836 d’entourer le cylindre de la machine à battre la céruse (un pigment blanc utilisé dans la peinture, en fait un carbonate de plomb nocif) par un bâti en bois pour contenir les poussières. La même année, ils présentent de semblables barres de protection autour des machines à aiguiser les couteaux, afin d’arrêter les projections dangereuses9. Ces préconisations permettent indéniablement d’éviter certains accidents, mais laissent toutefois libre cours au machinisme. En fait, les membres du Conseil de salubrité admirent la mécanisation de l’industrie, prolongeant ainsi l’argumentaire des économistes ou des scientifiques, par exemple Say, Droz, Arago ou même les premiers socialistes10. En 1834, Chevallier, l’un de ses membres qui s’est le plus intéressé aux pathologies du travail, écrit un mémoire de 40 pages sur les maladies des imprimeurs, mais renvoie la question des machines, dont l’introduction est contestée par des imprimeurs, en une seule phrase à d’hypothétiques recherches ultérieures11. L’unanimité autour des bienfaits de la machine domine le Conseil et culmine avec les machines à vapeur, quand leur présence au sein des villes est remise en cause par leur potentiel explosif, en 1822-1823. Alors, le Conseil défend avec toute l’énergie qui l’anime l’absence raisonnée de risque ; l’argumentaire repose sur une admiration pour ces mécaniques bien huilées, dont le bruit doux et régulier est bien plus agréable aux oreilles que les « trépignements » et les hennissements des chevaux qu’elles remplacent, ou encore que les soupirs, cris et gémissements d’entraide et d’entraînement des hommes au travail12.

  • 13 Fodéré F.-E., Essai sur la pauvreté des nations, 1825 p. 270-292, et p. 257 pour la citation.

6Il serait faux d’inclure dans cette attitude tous les hygiénistes français ; quelques-uns voient en effet avec effroi le progrès brutal du machinisme, mais leur indignation aboutit à leur marginalisation et leur exclusion des sphères de l’hygiénisme officiel. Le meilleur exemple est fourni par le médecin marseillais Fodéré, qui est le seul à vraiment questionner le rapport entre les machines et le corps des ouvriers avant 1830. Médecin prestigieux, il avait écrit en 1798 le premier ouvrage français d’hygiène publique, qui avait été réédité en 1813 en six volumes. Il y dénonçait ouvertement les nuisances industrielles et réclamait de nombreuses mesures de police contre les entrepreneurs. Puis, en 1825, alors titulaire de la chaire d’hygiène de l’école de santé de Strasbourg, il publie l’Essai sur la pauvreté des nations, un livre critique sur les effets destructeurs de l’industrialisation sur la société, déplorant la « maladie des machines » (c’est-à-dire l’engouement pour ces nouveaux objets techniques) qui s’est emparée des hygiénistes. Dans un chapitre intitulé « Des avantages et des inconvénients des forces mortes », il met en balance leurs points positifs (la substitution lors de travaux pénibles, des espaces de travail plus aérés) et leurs points négatifs, dont les accidents lui apparaissaient les plus graves : « Or, me disais-je, en donnant de justes éloges à l’inventeur et maître de ces artifices, combien de différents métiers, combien d’ouvriers se trouvent démontés par cette simplicité […] et par la substitution d’un plus ou moins grand nombre de puissances mortes aux puissances vives13 ! » Particulièrement choqué par toutes les infirmités causées par les machines, Fodéré propose dans son ouvrage de créer des Conseils de commerce et arts industriels dans chaque département pour déterminer si leur adoption dans l’industrie est nécessaire ou superflue, tout en tenant compte, dans la décision, des dangers éventuels pour la santé des ouvriers.

  • 14 AHPML, 1834, t. XII, p. 5-30.

7Avec Fodéré, les hygiénistes de Troyes s’alarment également des accidents de machines. Troyes est alors une ville textile importante. En 1833, son tout nouveau Conseil de salubrité écrit un rapport éloquent sur les accidents mécaniques survenus dans les usines de la ville et il décrit les blessures des ouvriers : doigts, bras ou jambes estropiés, cheveux arrachés, etc. Certains ouvriers sont morts, broyés par les machines qui les avaient entraînés dans leurs engrenages et courroies. Il s’étonne aussi qu’à Paris, où le Conseil de salubrité avait été créé plus de trente ans auparavant, on n’y ait pas réfléchi, et il conclut en demandant d’une législation urgence à ce sujet. Fait inhabituel dans les Annales d’hygiène publique dans lesquelles le rapport est publié, il est suivi d’une réponse de la rédaction, et celle-ci est particulièrement révélatrice. En effet, tout en rendant hommage au travail des médecins, la rédaction formule quelques réserves, en exigeant notamment des preuves statistiques qui viendraient à l’appui de ces observations et de la préconisation réglementaire14. Ainsi, un clivage réel apparaît entre certains médecins de province, témoins d’accidents, et les membres du Conseil de salubrité de Paris, hygiénistes influents auprès du pouvoir exécutif et majoritaires dans la rédaction des Annales d’hygiène publique. Les premiers, qui s’interrogent sur le rapport corps/machine, auraient pu définir les fondements d’une politique de médecine professionnelle, mais leurs critiques des effets de la mécanisation les marginalisent de fait. Les seconds, essentiellement établis à Paris, font de la statistique la base de leurs observations, au point de mettre en doute les évidences, en noyant les causalités professionnelles au sein d’une multiplicité de facteurs externes.

  • 15 Le Roux T., « Risques et maladies du travail : le Conseil de salubrité de Paris aux sources de l’a (...)
  • 16 AHPML, 1829, t. I, p. 169-227 ; Lecuyer B.-P., « Les maladies professionnelles dans les Annales d’ (...)
  • 17 AHPML, années 1830-1840. Fressoz J.-B « Circonvenir les circumfusa…, op. cit.
  • 18 Maindron E., Les fondations de prix à l’Académie des sciences, 1881, t. I, p. 95.
  • 19 Academie Des Sciences, Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, Hendaye, 1910-1922, (...)
  • 20 Le Roux T., « L’effacement du corps de l’ouvrier. La santé au travail lors de la première industri (...)
  • 21 Cité par Villermé L.-R., Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufa (...)

8L’influence grandissante des seconds aboutit au déni de l’influence néfaste des opérations artisanales ou industrielles. Dès 1822, Darcet subordonne la résolution des maladies des ouvriers cérusiers aux logiques commerciales et aux intérêts des industriels français, et ses préconisations sont suivies dans un premier temps par le gouvernement15. Quelques années plus tard, avec son collègue du Conseil de salubrité Parent-Duchâtelet, il fournit une réfutation statistique de la nocivité des tâches professionnelles, à travers son étude sur les ouvriers employés dans les fabriques de tabac16. Publié dans le premier volume des Annales d’hygiène publique en 1829, l’article est fondateur. En élargissant la démarche à tout secteur industriel, les hygiénistes en viennent à douter du lien entre opérations industrielles et pathologies ouvrières. Benoiston de Châteauneuf, le docteur Lombard ou encore le pharmacien Chevallier suivent le chemin tracé par Darcet et Parent-Duchâtelet17. Ce faisant, ils occultent le nouveau problème de l’irruption machiniste dans les processus de production. Dans cette grande légitimation hygiéniste de la société industrielle, la figure de Darcet est centrale. Véritable chef du Conseil de salubrité de Paris, il domine en outre la commission de l’Académie des Sciences chargée d’attribuer le prix Montyon sur les arts insalubres, jusqu’à sa mort en 1843. Ce prix, initialement fondé en 1782, interrompu en 1791 et remis réellement en vigueur en 1825, avait pour objectif de récompenser l’auteur d’un moyen « de rendre quelque art mécanique moins malsain18. » Or, entre 1825 et 1843, période durant laquelle Darcet est presque sans interruption membre de la commission académique, sur les 35 lauréats, seuls 12 d’entre eux se sont occupés d’hygiène industrielle et un seul a interrogé la relation corps/machine. En l’occurrence, cet unique lauréat qui a fait une proposition liée à l’interface corps/machine est Robinet, un ouvrier de la cristallerie de Baccarat (1832), concepteur d’une pompe à souffler le verre qui permet d’éviter le contact de la bouche des souffleurs avec leur tige, vecteur de syphilis19. On ne peut évidemment accuser Darcet et ses collègues académiciens de l’absence de mémoires ou d’actions en faveur de la santé ouvrière ; on peut toutefois s’étonner de l’attribution de 60 % des récompenses à des sujets d’hygiène publique totalement étrangers à l’artisanat ou l’industrie, tout comme de l’absence d’incitations volontaristes à engager la réflexion sur la question des métiers malsains, et plus particulièrement sur la relation corps/machine. Fodéré et les hygiénistes de Troyes auraient pu trouver dans ce prix un écho à leurs préoccupations ; il est en fait fort révélateur qu’elles ne croisent pas un prix dont l’esprit est en grande partie dévoyé. Dans cette grande œuvre d’effacement du corps de l’ouvrier, Darcet est le principal responsable20. Avec lui, c’est en fait un projet politique, celui de la justification de l’industrialisation, qui se dessine. Tout en niant les maladies professionnelles, ce projet fait de l’ouvrier un rouage entraîné par l’implacable machine industrielle. À la société industrielle de Mulhouse, le docteur Weber peut ainsi affirmer en 1839 que « l’industrie libre, abandonnée à une concurrence illimitée, fait de chaque homme qu’elle emploie un rouage de son immense mécanique et arrive peu à peu à son but21 ». Il n’est pas anodin que cette affirmation soit citée par Villermé : elle correspond tout à fait à la conception générale qu’il a des rapports entre l’homme et la machine, et qu’il synthétise à partir de 1840, en s’appuyant grandement sur les travaux antérieurs du Conseil de salubrité de Paris.

Le credo machiniste et ses limites (1840-1870)

  • 22 Coleman W., Death is a social disease. Public health and political economy in early industrial Fra (...)
  • 23 Villermé L.-R., tableau de l’état physique…, op. cit., p. 531-546 pour le chapitre, p. 532 et 538 (...)
  • 24 Lecuyer B.-P., art. cit. ; Viet V., Les voltigeurs de la République : l’inspection du travail en F (...)

9Lui aussi médecin du Conseil de salubrité de Paris, Villermé a déjà acquis une grande notoriété dans les années 1830, avec ses études statistiques sur l’inégale mortalité des habitants de la capitale22. En 1834, dans le contexte de montée de la « question sociale », l’Académie des Sciences morales et politiques, dont il est membre, lui commande un rapport sur la condition des ouvriers dans les usines textiles. Sa longue enquête aboutit à la publication de son rapport, le Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie. En utilisant des méthodes statistiques tenant compte de tous les facteurs pour expliquer l’état de santé des ouvriers, il conclut qu’il dépend surtout du logement, du niveau de vie et des mœurs. Par ailleurs, dans un court chapitre spécialement dédié à la question des machines. Villermé y analyse leurs inconvénients : hausse de la durée du travail, apparition du travail des enfants et des femmes, rupture du lien traditionnel entre le patron et son ouvrier, chômage à court terme, concentration des ouvriers dans une même usine, enfin les accidents. Parmi les avantages, il observe la réduction des efforts musculaires et l’évitement des tâches insalubres. En comparant les inconvénients et les avantages, il est toutefois favorable à l’usage des machines industrielles, mais dans un raisonnement essentiellement d’économie politique fataliste, qui prime sur toutes autres considérations : « Les peuples voisins s’en servent, et l’on ne peut soutenir leur concurrence sans les employer aussi. (…) Malheur à la nation qui les rejetterait : elle en abandonnerait tous les avantages aux peuples voisins. (…) Quoi qu’il en soit de toutes les questions que soulève l’introduction des machines dans l’industrie, et de quelque manière qu’on les résolve, cette introduction est aujourd’hui plus forte que tout ce que l’on peut entreprendre pour l’empêcher. Il faut donc s’y soumettre, il n’y a pas à lutter contre ce fait23. » Ainsi, Villermé se montre extrêmement favorable au machinisme ; dans son ouvrage en deux volumes et long de plus de 900 pages, après une enquête qui dura quatre ans, il ne décrit aucun accident lié à ces machines dans les usines textiles et les déformations des corps sont allusivement rapportées et soumises au doute. Plus généralement, il réalise une synthèse prônant un hygiénisme social réformateur s’appuyant sur le développement industriel24.

  • 25 AHPML, 1847, t. XXXVII, p. 83-111 et sur les machines p. 104-110 ; 1848, t. XXXIX, p. 457.
  • 26 AHPML, 1850, t. LIII, p. 261-289, notamment p. 284 et 289 pour les citations.
  • 27 Journal des économistes, 115, octobre 1850.
  • 28 Bronstein J., Caught in the Machinery: Workplace Accidents and Injured Workers in Nineteenth-Centu (...)
  • 29 AHPML, 1853, t. IL, p. 204-245.

10Dans les Annales d’hygiène publique de la décennie qui suit, les machines sont exclusivement mentionnées dans un sens favorable à la santé ouvrière et au soulagement des corps. En 1847, le docteur Thouvenin reprend le même argumentaire que Villermé, et étend son raisonnement à l’influence heureuse de l’industrie sur la société du point de vue de l’hygiène. L’année suivante la revue publie un rapport de Gérardin à l’Académie de médecine, qui admet que les accidents causés par les machines à vapeur ont surtout lieu la nuit, des suites de la négligence ou du défaut de précaution des ouvriers25. Pourtant, avec l’augmentation des accidents industriels, des brèches commencent à apparaître dans la quasi-unanimité hygiéniste. En 1850, un rapport du Conseil de salubrité de Lille sur les accidents de machines, lointain écho au rapport troyen de 1833, est repris dans les Annales d’hygiène. La commission d’enquête lilloise partage avec sa consœur troyenne ses constats et ses demandes de législation et de règles de sécurité. Elle dénonce le « lourd tribut de lésions chirurgicales payé par la classe ouvrière aux puissances mécaniques des usines » et les « moteurs modernes, qu’on a si justement qualifiés de canons de la paix, [qui] produisent, comme ceux de la guerre, des victimes et des invalides », injustement non-reconnus26. Dans leur argumentaire, les hygiénistes lillois prennent appui sur l’Angleterre où une législation sur les accidents du travail a déjà, semble-t-il, fait diminuer les accidents27. À l’heure des premières rencontres internationales d’hygiène, les colonnes des Annales s’ouvrent à des médecins étrangers. En 1852, lors du premier Congrès international d’hygiène publique, tenu à Bruxelles, Villlermé débat avec le Belge Visschers et l’Anglais Ebrigton de l’efficacité des factoty Acts britanniques, et en particulier de la loi du 8 juin 1847 sur les dangers du travail, qui aurait amélioré la vigilance des ouvriers grâce à la diminution de la durée de la journée de travail28. À cette occasion, ils soulignent surtout le bienfait des machines et Villermé y déclare alors : « Dans nos manufactures, dans nos grands ateliers, le perfectionnement des mécaniques, des métiers, a beaucoup servi à la santé des ouvriers. Je citerai notamment les filatures de coton si nuisibles autrefois aux ouvriers par la grande quantité de poussière qu’ils respiraient. Aujourd’hui, grâce aux appareils introduits, cet inconvénient a disparu en grande partie29. »

  • 30 AHPML, 1838, t. XIX, p. 5-38 ; 1840, t. XXIV, p. 189-191. Lestel L., « La production de céruse en (...)
  • 31 Jarrige F., « Le travail de la routine : autour d’une controverse socio-technique dans la boulange (...)
  • 32 Vernois M., Traité pratique d’hygiène industrielle et administrative, 1860.
  • 33 Vernois M., op. cit., t. I, p. 539 ; Académie Des Sciences, Procès-verbaux des séances…, op. cit., (...)

11Ainsi, pour les hygiénistes français, l’industrie est capable de guérir le mal qu’elle produit et la machine peut venir au secours des maux des ouvriers. Durant les décennies centrales du siècle, cette vision constitue un véritable credo. De fait, les inventions de machines, même celles qui sont simplement destinées à augmenter la productivité du travail, sont souvent présentées comme des moyens d’amélioration de la santé des ouvriers. Le cas de la céruse est le plus frappant. En 1838, Chevallier demande que des moyens mécaniques soient employés dans le battage du plomb oxydé pour prémunir les ouvriers de la respiration des poussières ; deux ans plus tard, son collègue Demesmay affirme également qu’« il faut, autant que possible, confier au moteur plutôt qu’à l’homme le soin de broyage à sec et du blutage. » La mécanisation de ce secteur industriel est l’œuvre de Théodore Lefebvre manufacturier de Lille. Après des premiers essais infructueux en 1837, il met au point une machine à décaper les lames de plomb oxydé et à pulvériser les parties décapées, en 184230. Les déclarations victorieuses des bienfaits des machines concernent en fait beaucoup de secteurs. La substitution des machines aux hommes est souhaitée pour le pétrissage mécanique du pain, en 1839, introduite dans l’industrie des verts arsenicaux au moins à partir de 1847, réclamée pour la fabrication du tabac et du fulminate de mercure en 1845 et 184831. La liste des machines dont on attend beaucoup pour améliorer la santé des ouvriers pourrait être longue. Dans son Traité pratique d’hygiène industrielle (1860), Vernois cite ainsi plusieurs secteurs dans lesquels la mécanisation aurait été bénéfique à la santé des ouvriers : le battage des fils et des laines, le battage des métaux, le teillage du chanvre et du lin, le débourrage des textiles, etc.32. Deux machines sont régulièrement citées : celle inventée par Caumont (ou Chaumont) pour le secrétage des peaux, qui permet d’éviter de respirer les poussières mercurielles, et celle de Dannery, dans l’industrie textile pour l’opération du battage des laines et des cotons. Leurs deux inventeurs ont ainsi remporté le prix Montyon des arts insalubres en 1857 et 185933.

  • 34 Lestel L., « La production de céruse…, art. cit.
  • 35 AHPML, 1896, t. 36, p. 248.
  • 36 Le Roux T., Le laboratoire des polllutions,, op. cit., chap. vii.

12Toutefois, la liste complète de ces inventions, qui reste à faire, se conclurait sans doute par un grand nombre d’échecs. Par exemple, dans le domaine de la céruse, les machines présentées comme le remède aux maux des ouvriers dans les années 1840, sont progressivement décriées, puis abandonnées après 1867. Les ouvriers appellent la machine à décaper les lames de plomb le « diable », à cause de la quantité impressionnante de poussière malsaine qu’elle dégage du fait de ses mouvements rapides. Finalement, on en revient au décapage manuel, même là où des machines perfectionnées avaient été brevetées34. De même, dans l’opération du secrétage, « Les procédés qui devaient, affirmait-on, mettre [les coupeurs de poils] à l’abri des dangers fort graves auxquels les exposait l’emploi séculaire du nitrate acide de mercure […] ont été abandonnés successivement et rapidement dans l’industrie35. » Plus généralement, lorsqu’elles sont conçues dans l’unique préoccupation de soulager l’usure au travail ou pour éviter les maladies et les accidents, ces machines ne rentrent pas directement dans la logique du profit industriel. Certaines coûtent cher, d’autres sont inefficaces, d’autres encore ralentissent la marche des opérations ; il faut les entretenir, elles sont inconfortables au travail, malcommodes, etc. Si elles inspirent initialement les plus grands espoirs, il faut généralement déchanter par la suite. Au moins permettent-elles au départ d’acclimater des métiers dangereux, sous couvert de la promesse d’une résorption future de l’insalubrité des tâches, ce qui leur donne ainsi un rôle de justification de la mécanisation, à la manière dont l’innovation technique est au même moment au service de la lutte contre la pollution36.

  • 37 AHPML, 1843, t. 30, p. 112-119.
  • 38 AHPML, 1862, t. 18, p. 280.
  • 39 Moriceau C., Les douleurs de l’industrie…, op. cit.
  • 40 Perrot M., « Femmes et machines au XIXe siècle », Romantisme, 41, 1983, p. 5-18 ; Peyrière M., « F (...)

13L’idée d’améliorer la santé grâce aux machines est en fait instrumentalisée dans une perspective industrialiste. Utilisée comme prétexte pour assainir, elle cache bien souvent des enjeux d’économie politique plus importants, touchant à l’organisation du travail et à l’augmentation de la productivité. Dans l’ordre des priorités, il ne s’agit pas d’adapter la machine aux besoins du corps humain, mais au contraire d’acclimater les corps aux nouvelles nécessités des machines. Ainsi, en 1843, le docteur Guérard évoque un « acclimatement [qui] n’a pu s’obtenir qu’au prix d’une lutte plus ou moins prolongée, quelquefois pendant plusieurs mois, et qui, dans certains cas, s’est terminé par un changement dans la constitution » des cardeurs et des batteurs des filatures de coton37. C’est à l’ouvrier qu’incombe le choix de s’adapter ou non à l’industrie : « Aujourd’hui l’ouvrier se plaint amèrement de la position qui lui est faite, de toutes parts on lui facilite les moyens d’en sortir ; mais son sort dépend aussi beaucoup de lui-même, il faut qu’il adopte courageusement cette devise des hommes de cœur qui veulent, avant tout, compter sur leurs propres efforts, Aide-toi, le ciel t’aidera ! » conclut le docteur Beaugrand dans son étude sur les tanneurs en 186238. Ce renversement de logique dans l’ordre de la maîtrise s’avère une constante de l’argumentation hygiéniste, tout comme l’est celle de la fatalité, de la minimisation des risques, de la stigmatisation de la négligence ouvrière, ou de leur acceptation assumée des risques39. L’hygiénisme ne remet donc pas en cause le nouveau système mécanique de l’industrialisation, et lorsque la suppression des machines est envisagée, les motivations sont morales, ainsi entre 1866 et 1870, à propos de l’usage des machines à coudre par les femmes, dont les médecins craignent l’excitation des organes sexuels par le mouvement de leurs jambes40.

  • 41 AHPML, 1861, t. XVI, p. 298-326.

14Si la machine a fait irruption dans le discours hygiéniste après les études de Villermé, les problèmes qu’elles provoquent sont encore loin d’être réellement approfondis. Ainsi, alors que les études de médecine légale foisonnent dans les Annales (blessures par coups de couteau, ou par balles, accidents, empoisonnements et asphyxies domestiques), les meurtrissures et décès résultant d’un accident du travail lié aux machines n’y sont jamais cliniquement décrits avant 1860. De même, on ne dispose d’aucune enquête statistique nationale sur les blessures ou la mortalité due à la mécanisation. Quant aux mesures de sécurité préconisées, elles restent bien sommaires. Ainsi, en 1861, le docteur Duchesne détaille divers moyens pour prémunir les ouvriers émailleurs en fer du saturnisme : un masque « hygiénique », un moulin-broyeur d’émail entouré par un caisson en bois, enfin un système de ventilation des ateliers, c’est-à-dire des dispositifs déjà connus à la fin de l’Ancien Régime41.

Fig. 33. – AHPML, 1861, t. XVI, p. 317, 318, 321, 324.

Fig. 33. – AHPML, 1861, t. XVI, p. 317, 318, 321, 324.
  • 42 Citation reprise de la circulaire 424 du 5 avril 1880, adressée aux préfets par le Ministère de l’ (...)
  • 43 AHPML, 1861, t. XVI, p. 70-104, p. 79 pour la citation.

15Vers 1860, l’optimisme envers les effets des machines commence à être battu en brèche, sans doute sous la poussée de la croissance du nombre d’accidents. Suite à une série « d’accidents survenus dans les manufactures et dans les usines », le gouvernement procède à une première enquête dont les résultats donnent naissance à une circulaire, en juin 1860, précisant les moyens les plus propres à prévenir les accidents42. Cette incursion du pouvoir exécutif dans le domaine de l’hygiène industrielle est isolée. Elle traduit pourtant une atmosphère plus attentive aux souffrances ouvrières liées à la mécanisation. En 1861, les Annales publient une étude d’un médecin de Besançon qui critique ouvertement les méthodes statistiques introduites par le Conseil de salubrité de Paris et Villermé, et systématisées par Chevallier. « Pour mon compte, je n’attache guère de valeur à des enquêtes de cette nature », écrit-il, dans un article où il réhabilite les observations cliniques43. L’année suivante, Vernois écrit un article dans lequel il décrit les « stigmates » des corps au travail, particulièrement les mains et les pieds. S’il partage l’optimisme de ses confrères sur les progrès à venir grâce à la substitution des machines aux hommes et à la législation, le corps ouvrier suscite enfin l’attention. Par exemple, les mains du tisseur sont ainsi caractérisées :

« Main gauche : callosité au centre de la face palmaire ; main droite : callosités peu prononcées aux parties saillantes de la face interne, pendant la flexion préhensive ; aux pieds : extension forcée et habituelle des orteils ; au sacrum : deux callosités ou deux rugosités très brunes, très rondes, de 2 à 3 centimètres de diamètre, au-devant des tubérosités ischiatiques (caractère pathognomonique). Causes : maniement de la barre du métier, pression des pieds sur le jeu inférieur qui le fait mouvoir ; état permanent du siège sur le plan dur et incliné où l’ouvrier est assis ; position forcée qui seule laisse à l’ouvrier la liberté et l’étendue de mouvements des bras dont il a besoin, ainsi que la facilité de manœuvrer le métier. »

  • 44 AHPML, 1862, t. XVII, p. 104-196, p. 149 pour la citation.

16L’étude est complétée par plusieurs planches figurant différents organes déformés par le travail44. (voir figure 34)

  • 45 AHPML, t. XXVII, 1867, p. 362-385; 1869, p. 104-120. Sur ce thème, voir plus généralement, Ewald F (...)
  • 46 Drapier D., Mécanique industrielle. Méthodes et formules, Rouen, 1854 ; Ovieve L., Accidents causé (...)
  • 47 Moriceau C., Les douleurs de l’industrie…, op. cit., p. 190.

17Puis, plusieurs contributions signalent des accidents réguliers dans les années 1860. Des accidentés du travail osent même poursuivre leur patron en justice ; les cas examinés lors des procès aboutissent après 1867 à affirmer le problème de la responsabilité patronale dans la survenue des accidents45. C’est justement dans ces années que la figure de l’ingénieur se différencie plus nettement de celle du médecin, dans le domaine de l’hygiénisme industriel, et qu’elle commence à la supplanter. Face aux accidents, l’expertise technique des mesures de prévention face aux risques mécaniques devient en effet plus importante que les études de toxicologie ou d’épidémiologie. Des mécaniciens et ingénieurs de Rouen ou de Mulhouse, témoins d’accidents quotidiens, envoient des mémoires au gouvernement pour proposer des règles de sécurité. En particulier, les mécaniciens Drapier et Oviève ne cessent d’alerter le préfet, la Société d’émulation de Rouen, la presse et le ministre, de nombreux accidents et de proposer des mesures propres à les réduire46. En 1867, la Société industrielle de Mulhouse crée une Association pour prévenir les accidents de machines ; au terme d’un an de travail, ses résultats sont impressionnants, au regard de l’activité des hygiénistes depuis plusieurs décennies47. Nul doute, les hygiénistes héritiers de Villermé sont largement pris de vitesse par les ingénieurs praticiens, beaucoup plus clairvoyants sur les dangers de la relation corps/machine.

  • 48 Viet V., Les voltigeurs de la République…, op. cit. ; Cottereau A., « Droit et bon droit. Un droit (...)

18L’attitude ambiguë des hygiénistes face aux maux du travail a accompagné et encouragé d’une certaine façon l’industrialisation de la société. Tardivement, la confiance envers les effets bénéfiques des machines commence toutefois à s’émousser, sous la pression des accidents et des alertes régulières, soit de médecins critiques, soit de praticiens des systèmes techniques et de l’industrie mécanique. La synthèse entre le mouvement hygiéniste du milieu du siècle, confiant dans l’industrie, et l’émergence des nouvelles préoccupations face aux machines a lieu sous la Troisième République. Entre 1870 et 1898, un processus de réglementation des conditions sanitaires au travail aboutit à la création de l’inspection du travail en 1874, puis à l’adoption d’une réglementation sur les conditions de travail en 1892 et de la loi sur les accidents du travail, votée en 1898. Cette dernière, dont l’interprétation est encore sujette à discussion, met en place un système d’indemnités à verser aux ouvriers blessés48. Quoi qu’il en soit, il s’agissait d’une mesure propre à construire un consensus social pour consolider le régime républicain. En d’autres termes, dans le contexte d’exacerbation des tensions sociales, l’hygiénisme industriel est alors un terrain propice à la réconciliation des classes. Mais il a fallu un siècle pour que l’État reconnaisse officiellement certains effets néfastes de la mécanisation. Avant 1870, l’idée est au contraire d’exalter le progrès industriel et de lier le progrès du machinisme à l’amélioration des conditions de travail des ouvriers. Au final, si on considère que le but des hygiénistes était d’améliorer la santé des travailleurs, alors on peut parler d’un échec de leur part. Au contraire, si on considère que leur action a été d’armer la société industrielle, c’est alors une incontestable réussite.

Notes

1 Corbin A., Vigarello G., Courtine J.-J., Histoire du corps. De la Révolution à la Grande guerre, t. II, Paris, Le Seuil, 2005 ; « Les maladies professionnelles : genèse d’une question sociale (XIXe-XXe siècle) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 56-1, 2009.

2 la berge A., Mission and Method. The Early-Nineteenth-Century French Public Health Movement, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ; Jorland G., « L’hygiène professionnelle en France au XIXe siècle », Le Mouvement Social, 213, 2005, p. 71-90 ; Bourdelais P., Les hygiénistes. Enjeux, modèles et pratiques, Paris, Belin, 2001 ; Cottereau A., « L’usure au travail : interrogations et refoulements », Le Mouvement social, 124, 1983, p. 3-9.

3 corbin A., Le miasme et la jonquille, Paris, Aubier, 1982 ; Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011 ; Fressoz J.-B, « Circonvenir les circumfusa. La chimie, l’hygiénisme et la libération des “choses environnantes”, France, 1750-1850 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56/4, 2009, p. 39-76

4 Moriceau C., Les douleurs de l’industrie. L’hygiénisme industriel en France, 1860-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009 ; Jarrige F., Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, Rennes, PUR, 2009.

5 Schaffer S., « Enlightened Automata », in Clark W., Golinski J., Schaffer S., The Sciences in Enlightened Europe, Chicago, University of Chicago Press, 1999, p. 126-165. Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975; Ashworth W. J., « England and the Machinery of Reason, 1780 to 1830 », Morus I.R., Bodies/Machines, Oxford-New York, Berg, 2002, p. 39-66; Lochard J., « Le corps machinisé. Réflexions sur les avatars de la pathologie industrielle », Culture technique, 11, 1983, p. 235-241.

6 Chaptal J.-A., Essai sur le perfectionnement des arts chimiques en France, s.d. [1799], p. 9-10.

7 Pour tout ce paragraphe, Le Roux T., Le laboratoire des pollutions…, op. cit., chapitres v et vi.

8 Carol A., « Le cadavre et la machine au XIXe siècle », dans ce volume, p. 87-98.

9 Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale (dorénavant AHPML), t. XV, 1836, p. 5-67 et 243-264.

10 Jarrige F., Au temps des « tueuses de bras »…, op. cit., chap. x.

11 AHPML, 1835, t. XIII, p. 304-344, notamment p. 337.

12 Archives de la Préfecture de police, Rapport du Conseil de salubrité, 15 novembre 1822.

13 Fodéré F.-E., Essai sur la pauvreté des nations, 1825 p. 270-292, et p. 257 pour la citation.

14 AHPML, 1834, t. XII, p. 5-30.

15 Le Roux T., « Risques et maladies du travail : le Conseil de salubrité de Paris aux sources de l’ambiguïté hygiéniste au XIXe siècle », in Bruno A.-S., Geerkens E. Hatzfeld N., Omnès C. (dir.), La santé au travail entre savoirs et pouvoirs (XIX-XXe siècle), Rennes, PUR, 2011, p. 45-63.

16 AHPML, 1829, t. I, p. 169-227 ; Lecuyer B.-P., « Les maladies professionnelles dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légale, ou une première approche de l’usure au travail », Le Mouvement social, no 124, 1983, p. 46-69.

17 AHPML, années 1830-1840. Fressoz J.-B « Circonvenir les circumfusa…, op. cit.

18 Maindron E., Les fondations de prix à l’Académie des sciences, 1881, t. I, p. 95.

19 Academie Des Sciences, Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, Hendaye, 1910-1922, 10 vol. Pour les années postérieures à 1835, IDEM, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences, Paris, Bachelier, [annuel].

20 Le Roux T., « L’effacement du corps de l’ouvrier. La santé au travail lors de la première industrialisation de Paris (1770-1840) », Le Mouvement social, no 234, janvier-mars 2011, p. 103-119.

21 Cité par Villermé L.-R., Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, [1840] 1989, p. 543-544.

22 Coleman W., Death is a social disease. Public health and political economy in early industrial France, The University of Wisconsin Press, Winconsin, 1982.

23 Villermé L.-R., tableau de l’état physique…, op. cit., p. 531-546 pour le chapitre, p. 532 et 538 pour la citation.

24 Lecuyer B.-P., art. cit. ; Viet V., Les voltigeurs de la République : l’inspection du travail en France jusqu’en 1914, Paris, CNRS, 1994 ; Démier F., « Le Tableau de Villermé et les enquêtes ouvrières du premier XIXe siècle », Villermé L.-R., op. cit., p. 31-75 ; Fressoz J.-B, « Circonvenir les circumfusa. La chimie,…, op. cit.

25 AHPML, 1847, t. XXXVII, p. 83-111 et sur les machines p. 104-110 ; 1848, t. XXXIX, p. 457.

26 AHPML, 1850, t. LIII, p. 261-289, notamment p. 284 et 289 pour les citations.

27 Journal des économistes, 115, octobre 1850.

28 Bronstein J., Caught in the Machinery: Workplace Accidents and Injured Workers in Nineteenth-Century Britain, Stanford, Stanford University Press, 2008; Bartrip P., The Home Office and the Dangerous Trades. Regulating Occupational Disease in Victorian and Edwardian Britain, Clio Medica 68, Amsterdam– New York, Rodopi, 2002.

29 AHPML, 1853, t. IL, p. 204-245.

30 AHPML, 1838, t. XIX, p. 5-38 ; 1840, t. XXIV, p. 189-191. Lestel L., « La production de céruse en France au XIXe siècle : évolution d’une industrie dangereuse », Technique & Culture, no 38, 2002, p. 35-66.

31 Jarrige F., « Le travail de la routine : autour d’une controverse socio-technique dans la boulangerie du XIXe siècle », Annales HSS, 65-3, 2010. AHPML, 1839, t. XXI, p. 5-88 ; 1847, t. XXXVIII, p. 56-78 ; 1848, t. XL, p. 333-341 ; Melier F., De la santé des ouvriers employés dans les manufactures de tabac, 1845.

32 Vernois M., Traité pratique d’hygiène industrielle et administrative, 1860.

33 Vernois M., op. cit., t. I, p. 539 ; Académie Des Sciences, Procès-verbaux des séances…, op. cit., 1859, t. IIL, p. 507-509.

34 Lestel L., « La production de céruse…, art. cit.

35 AHPML, 1896, t. 36, p. 248.

36 Le Roux T., Le laboratoire des polllutions,, op. cit., chap. vii.

37 AHPML, 1843, t. 30, p. 112-119.

38 AHPML, 1862, t. 18, p. 280.

39 Moriceau C., Les douleurs de l’industrie…, op. cit.

40 Perrot M., « Femmes et machines au XIXe siècle », Romantisme, 41, 1983, p. 5-18 ; Peyrière M., « Femmes au travail, machines en chaleur : l’emprise de la machine à coudre », Communications, no 81, 2007, p. 71-84 ; AHPML, 1870, t. 34, p. 105-117 et 327-342.

41 AHPML, 1861, t. XVI, p. 298-326.

42 Citation reprise de la circulaire 424 du 5 avril 1880, adressée aux préfets par le Ministère de l’Agriculture et du Commerce, mentionnée par Hesse P.-J., « Les statistiques d’accidents du travail en Loire-Inférieure (1880-1894) », Histoire des accidents du travail, Nantes, Centre de recherches d’histoire économique et sociale, 1978, t. V, p. 3-54.

43 AHPML, 1861, t. XVI, p. 70-104, p. 79 pour la citation.

44 AHPML, 1862, t. XVII, p. 104-196, p. 149 pour la citation.

45 AHPML, t. XXVII, 1867, p. 362-385; 1869, p. 104-120. Sur ce thème, voir plus généralement, Ewald F., L’Etat-Providence, Paris, Grasset, 1986.

46 Drapier D., Mécanique industrielle. Méthodes et formules, Rouen, 1854 ; Ovieve L., Accidents causés par les machines, Rouen, 1884.

47 Moriceau C., Les douleurs de l’industrie…, op. cit., p. 190.

48 Viet V., Les voltigeurs de la République…, op. cit. ; Cottereau A., « Droit et bon droit. Un droit des ouvriers instauré puis évincé par le droit du travail (France, XIXe siècle) », Annales HSS, 6, 2002, p. 1 521-1 557 ; Bruno A.-S, Geerkens E., Hatzfeld N., Omnès C., La santé au travail…, op. cit., « Introduction », p. 7-40.

Table des illustrations

Titre Fig. 33. – AHPML, 1861, t. XVI, p. 317, 318, 321, 324.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540